Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Le dépôt d’Audour, commune de Dompierre-les-Ormes (Saône-et-Loire)

Sébastien Chevrier

Texte intégral

Avant-propos

1Notre intervention sur le dépôt d’Audour est à replacer dans le cadre d’une campagne de documentation systématique des musées de la Nièvre et de la Saône-et-Loire. Les observations menées sur ce dépôt nous ont permis de mettre en évidence certaines carences et modifications notables à apporter à la dernière publication de 1963 (Bernardin et alii, 1963).

2En comparant les objets conservés et la publication d’origine, plusieurs observations nous ont paru intéressantes à noter. Le fragment de lame de couteau (Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. 1, no 7) est représenté tout à fait droit alors qu’en réalité sa pointe a été tordue (fig. 5, no 24), certainement volontairement au cours de la phase de bris et de déformation d’une partie des objets. De la même manière, l’objet interprété comme un rasoir (Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. 1, no 9) est dessiné complètement rectiligne alors qu’il est très nettement cassé et tordu (fig. 8, no 32). Le disque incisé de cercles concentriques (Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. 1, no 8) est lui aussi dessiné droit alors qu’il a été plié en son milieu (fig. 8, no 31), probablement encore lors d’une étape de fragmentation et de déformation d’une partie du dépôt. Ces redressements sont d’autant plus étonnants que le pendentif (Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. 1, no 13) est lui représenté avec l’extrémité légèrement déformée, comme il est en réalité. Enfin, le bracelet côtelé (Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. 2, no 4) représenté comme un seul individu, entier, est en réalité formé de deux fragments du même bracelet recollés sur le dessin (fig. 1, nos 4 et 5), sans mention spéciale dans l’inventaire du mobilier.

3C’est à partir de ces observations que nous avons souhaité proposer une lecture actualisée de cet ensemble. Notre intervention ne constitue pas une ré-étude exhaustive du dépôt, nous pensons en effet que l’analyse de Bernardin, Laugrand et Parriat est de qualité. Nous souhaitions simplement exposer ces transformations importantes entre la réalité de l’état de conservation des objets et la publication de 1963. Ces observations peuvent en effet sensiblement modifier les prochaines lectures analytiques axées sur le taux de fragmentation des objets et les déformations volontaires pratiquées sur certaines catégories d’objets des dépôts de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer.

4Lors de notre visite au musée de Matour en janvier 2002, sur les trente-trois objets initiaux, six n’ont pu être retrouvés. Il s’agit d’un fragment de bracelet cannelé, un fragment de bracelet à jonc plein incisé, un fragment de faucille, deux fragments indéterminés, probablement liés à l’outillage ainsi qu’un reste de déchet métallurgique (base cuivre).

Historique et situation du dépôt

5L’ensemble mobilier conservé au musée de Matour correspond à un dépôt d’objets en bronze découvert aux environs de 1870 à Audour, commune de Dompierre-les-Ormes, située sur les faibles plateaux du sud-est de la Saône-et-Loire. C’est à A. Arcelin que nous devons la première mention de cette découverte, en 1876, lors de la session d’Autun du Congrés Scientifique de France. Celui-ci précise que la découverte s’est effectuée « dans une terre labourée appartenant à Mme la comtesse de Marcellus (devenue par la suite la propriété de M. le comte de Dordans, son héritier) ». Aucune structure liée au dépôt n’est mentionnée. Le comte de Dordans, alors membre de la Société des sciences locale, fait don de ces objets en 1895 au musée de Matour.

6Resté méconnu durant toute la première moitié du xxe s., c’est en 1963 que J. Bernardin, R. Laugrand et H. Parriat publient pour la première fois cette découverte dans le cadre d’études sur certains dépôts et objets de l’âge du Bronze en Bourgogne du sud (dépôt de Rigny-sur-Arroux, hache de Bourbon-Lancy en Saône-et-Loire). Leur article constitue une synthèse de qualité sur laquelle se sont appuyées diverses recherches postérieures, sans jamais procéder à un nouvel examen des objets (Gaucher, 1981 ; Mordant, 1998).

Étude du matériel

Parure

7Bracelets

81 - Un bracelet en bronze, ouvert (fig. 1, no 1). Les extrémités sont marquées par de légères oreillettes. Le corps est décoré de cannelures au relief peu accentué. En tout, la surface du bracelet présente vingt-sept incisions pour vingt-six cannelures. Dans la partie centrale (celle directement opposée à l’ouverture), on note la présence d’un décor différencié, matérialisé par un groupe de sept incisions et six cannelures obliques.

9Diam. ext. maxi : 83,9 mm

10Diam. int. maxi : 76,8 mm

11Ép. de la section au niveau des cannelures : 5,6 mm

12Ép. de la section au niveau des incisions : 5,3 mm

13Haut. maxi : 9,3 mm

14Poids : 77 g

15Aspect général : l’objet a gardé sa patine d’origine, excepté certains endroits corrodés.

162 - Un fragment de bracelet cannelé en bronze (fig. 1, nos 2 et 2bis). Aucune des extrémités n’est conservée. Le corps présente là aussi une alternance de vingt incisions et dix-neuf cannelures selon le même agencement que l’objet précédent. De la même manière également, un groupe de sept incisions et cinq cannelures obliques est situé en opposition à ce qui doit correspondre à l’ouverture de l’objet.

17Long. totale conservée : 65,7 mm

18Ép. de la section au niveau des cannelures : 6,9 mm

19Ép. de la section au niveau des incisions : 6,8 mm

20Haut. maxi : 18,9 mm

21Poids : 45 g

22Aspect général : patine d’origine conservée.

23Remarque : ce bracelet a été redressé volontairement. Des traces de martelage apparaissent en effet sur une partie du corps de l’objet, des cannelures sont sensiblement aplaties (fig. 1, no 2bis).

243 - Un fragment de bracelet cannelé en bronze (fig. 1, no 3). Une des extrémités est conservée. Il s’agit d’un modèle proche du bracelet précédent, à cannelures, sections en D et très légères oreillettes terminales. Cependant, on note une divergence sensible dans l’organisation du décor puisque ce nouvel individu présente des cannelures périphériques transversales et non pas obliques. Remarque : non retrouvé en 2002.

25- Deux fragments jointifs d’un bracelet côtelé entier, ouvert, en bronze.

264 - Fragment 1 (fig. 1, no 4).

27Ce fragment présente dix-neuf cannelures verticales et dix-huit parties libres. L’extrémité est marquée par un léger tampon simple caractérisé par une incision. Une partie non décorée d’environ 1 cm, totalement lisse, sépare le décor général du tampon.

28Diam. visible : 55 mm

29Ép. de la section au niveau des cannelures : 6 mm

30Ép. de la section au niveau des parties lisses : 5 mm

31Ép. des tampons : 6 mm

32Poids : 32 g

33Remarque : ce fragment recolle exactement avec le fragment 2 décrit ci-dessous. Les deux fragments forment un seul bracelet. Dessiné entier dans la publication de 1963, p. 15, pl. 2, no 4.

345 - Fragment 2 (fig. 1, no 5).

35Ce fragment complémentaire présente vingt cannelures verticales alternées avec vingt parties libres. Les mêmes observations développées dans la description du fragment 1 caractérisent l’extrémité.

36Diam. visible : 45 mm

37Ép. de la section au niveau des cannelures : 6 mm

38Ép. de la section au niveau des parties lisses : 4 mm

39Ép. des tampons : 4 mm

40Poids : 29 g

41Remarque : ce nouveau fragment ne présente pas le même état de conservation que le précédent. En prenant en compte la forme, l’aspect général et les déformations visibles sur ce bracelet, le caractère intentionnel du bris est évident.

426 - Un bracelet en bronze, ouvert à section quadrangulaire (fig. 1, no 6). Les extrémités sont légèrement arrondies, elles se trouvent dans le prolongement direct du corps du bracelet.

43Diam. maxi : 44 mm

44Ép. de la section : 4 mm

45Poids : 14 g

467 - Un fragment de bracelet ouvert en bronze dont une extrémité est manquante (fig. 1, no 7). La section est quadrangulaire, l’extrémité conservée se termine en pointe. Un décor constitué de légères incisions caractérise l’arête externe.

47Diam. maxi : 42 mm

48Diam. int. maxi : 30 mm

49Ép. : 3 mm

50Poids : 6 g

518 - Un fragment de bracelet en bronze, ouvert (fig. 1, no 8). La partie terminale de l’une des extrémité est manquante. L’extrémité conservée est marquée par une torsade. Bracelet de forme ovale, deux arrêtes fines marquent la face externe contre une arête également discrète en zone interne.

52Ép. de la section : 2 mm

53Ép. au niveau de la torsade : 7 mm

54Ép. au niveau de la tige martelée : entre 0,7 et 1,7 mm

55Poids : 5 g

569 - Un fragment de bracelet incisé en bronze (fig. 1, no 9). Remarque : non retrouvé en 2002.

57Jambière

5810 – Un fragment de tige de section quadrangulaire en bronze (fig. 2, no 10). Aucune extrémité n’est visible. Une entaille (intentionnelle ?) caractérise l’une des parties terminales. Cette tige est très nettement déformée.

59Long. : 63 mm

60Ép. : 5 mm

61Haut. : 6 mm

62Poids : 20 g

63Remarque : cet objet correspond vraisemblablement à un fragment de jambière.

Fig. 1. Parure, les bracelets (DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 15, pl. II).

Fig. 2. Parure, les fragments de jambières (DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 15, pl. II).

Fig. 3. Parure, pendentif (DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 15, pl. II).

Fig. 4. Parure, éléments de ceinture articulée (DAO Chevrier).

6411 - Un fragment de petite tige en bronze à section plate (fig. 2, no 11). Les deux extrémités sont manquantes. L’une d’entre elles se termine par une section carrée accompagnée d’une nodosité terminale en bronze. Une surface importante du bracelet (la moitié) présente de nettes déformations (martelage, pliage, affinement de la section au départ quadrangulaire).

65Ép. de la section : 1,5 mm

66Ép. au niveau de la tige martelée : 1 mm

67Haut. : 0, 5 mm

68Poids : 5 g

69Pendentif

7012 - Un pendentif en bronze (fig. 3, no 12).

71La partie proximale de l’objet est constituée par une perforation circulaire aménagée dans une palette grossièrement trapézoïdale. La partie distale de l’objet est matérialisée par un corps court, conique. L’extrémité de cet objet se termine en pointe, cette dernière est tordue. La totalité de l’objet a été coulée. Deux incisions horizontales sont visibles sur la partie conique de l’objet.

72Long. : 69 mm

73Larg. de l’extrémité proximale : 12 mm

74Larg. de l’extrémité distale : 4 mm

75Ép. maxi : 9 mm

76Poids : 20 g

77Chaînette

78Six éléments de chaînette à anneaux et maillons articulée.

7913 - Fragment 1 (fig. 4, no 13).

80Neuf anneaux en bronze engagés directement l’un dans l’autre. Ces anneaux présentent des diamètres très légèrement variés. Les irrégularités marquantes sur le corps de la plupart des anneaux donnent l’aspect d’objets bruts de coulée.

81Diam. moyen des anneaux : 16 mm

82Ép. moyenne : 2 mm

83Poids total : 14 g

8414 - Fragment 2 (fig. 4, no 14.).

85Quatorze anneaux en bronze engagés directement l’un dans l’autre, sans maillons. Même si les anneaux sont sensiblement plus petits, l’aspect général de ce fragment rappelle l’élément décrit ci-dessus.

86Diam. moyen des anneaux : entre 13 et 14 mm

87Ép. moyenne : 2 mm

88Poids total : 15 g

8915 - Fragment 3 (fig. 4, no 15).

90Six anneaux en bronze engagés directement l’un dans l’autre, sans maillons.

91Diam. moyen des anneaux : 15 mm

92Ép. moyenne : 2 mm

93Poids total : 6 g

9416 - Fragment 4 (fig. 4, no 16).

95Deux anneaux en bronze engagés directement l’un dans l’autre, sans maillons.

96Diam. moyen des anneaux : 17 mm

97Ép. moyenne : 2 mm

98Poids total : 4 g

9917 - Fragment 5 (fig. 4, no 17).

100Six anneaux en bronze. Un maillon en tôle de bronze martelée et repliée, ouvert, relie les anneaux 2 et 3 tandis que les autres sont engagés directement l’un dans l’autre.

101Diam. moyen des anneaux : 15 mm

102Ép. moyenne : entre 1 et 2 mm

103Larg. de la tôle de bronze : 4 mm

104Ép. : 0,4 mm

105Poids total : 8 g

10618 - Fragment 6 (fig. 4, no 18).

107Deux anneaux en bronze reliés par un maillon en tôle de bronze martelée, repliée, ouvert.

108Diam. moyen des anneaux : 17 mm

109Ép. moyenne : 2 mm

110Larg. de la tôle de bronze : 1,4 mm

111Ép. : 0,4 mm

112Poids total : 4 g

113Remarque : comme nous l’avons précisé auparavant, la plupart des anneaux de cette chaînette articulée semblent bruts de coulée. Certains d’entre eux présentent des restes de jets de coulée, d’autres des traces de découpes sans polissage.

Outils

114Haches

11519 - Un fragment de hache en bronze (fig. 5, no 19). Long. conservée : 59 mm

116Larg. maxi : 47 mm

117Ép. maxi : 12 mm

118Poids : 190 g

119Faucilles

12020 - Fragment 1 (fig. 5, no 20).

121Un fragment de talon de faucille à bouton. Un bouton très saillant est visible sur l’arête supérieure de la faucille. Une arrête ou nervure moins prononcée, parallèle à la précédente caractérise la moitié supérieure du fragment. Sous le bouton, dans la partie inférieure de l’objet, en position proximale, un décor de deux rangées de minces nervures obliques organisées à l’intérieur de trois cannelures transversales parallèles.

122Long. maxi : 66 mm

123Larg. : 36 mm

124Ép. de l’arrête supérieure : 7 mm

125Ép. de la lame : 2 mm

126Haut. du bouton : 23 mm

127Diam. du bouton à la base : 8 mm

128Diam. du bouton à la pointe : 4 mm

129Poids du fragment : 58 g

Fig. 5. Outils, hache, faucilles et couteau (19 à 23. DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. I ; 24. Chevrier).

Fig. 6. Armement offensif, épée et pointes de lances (DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. I).

Fig. 7. Rasoir (28. DAO Chevrier).

Fig. 8. Indéterminés (29 et 30. DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. I ; 31. Chevrier).

13021 - Fragment 2 (fig. 5, no 21).

131Fragment médian d’une faucille à deux nervures parallèles situées dans la moitié supérieure de l’objet. Une petite perforation est située dans la partie inférieure du fragment.

132Long. maximum : 58 mm

133Larg. : 37 mm

134Ép. de l’arrête supérieure : 4 mm

135Ép. de la lame : 0,5 mm

136Poids : 35 g

137Remarque : ce fragment ne recolle pas avec le précédent, il présente également une patine générale sensiblement différente. Rien n’indique cependant qu’il ne s’agit pas du même objet.

13822 - Fragment 3 (fig. 5, no 22).

139Fragment distal d’une faucille à deux nervures parallèles. L’extrémité est émoussée, elle est de plus légèrement tordue, dans l’axe latéral.

140Long. maxi : 75 mm

141Larg. maxi : 32 mm

142Larg. à l’extrémité : 9 mm

143Ép. au niveau de l’arête supérieure : 5 mm

144Ép. au niveau de la surface tranchante : 0,5 mm

145Poids : 29 g

146Remarque : ce fragment ne recolle avec aucun des précédents. Cependant l’éventualité d’être en présence d’un seul et même objet reste à envisager. La patine de ce fragment est à rapprocher de celle du fragment no 1.

147Poids total : environ 120 g

14823 - Fragment 4 (fig. 5, no 23).

149Un fragment de faucille. La partie représentée correspond au dos d’une faucille à fortes nervures. Ce fragment se rapporte à la moitié proximale d’une faucille. Remarques : non retrouvé en 2002.

150Couteau

15124 - Un fragment distal de couteau en bronze (fig. 5, no 24). Cet objet présente une nouvelle fois des traces évidentes de déformations volontaires, la pointe est pliée tandis que la partie coupée montre des traces de découpage et de torsion.

152Long. : 43 mm

153Larg. maxi : 15 mm

154Ép. du dos : 3 mm

155Poids : 10 g

Armement

156Épées

15725 - Un fragment de lame d’épée en bronze à section en amande (fig. 6, no 25). Deux filets longitudinaux non parallèles se situent sur chaque face.

158Long. conservée : 65 mm

159Larg. maxi : 34 mm

160Ép. maxi : 7 mm

161Poids : 70 g

16226 - Un fragment de lame d’épée en bronze à section losangique (fig. 6, no 26).

163Long. conservée : 31 mm

164Larg. maxi : 25 mm

165Ép. maxi : 5 mm

166Poids : 20 g

167Pointes de lance

16827 - Une pointe de lance à douille en bronze (fig. 6, no 27). La douille présente deux perforations opposées situées dans la moitié supérieure. L’extrémité distale de l’objet est arrondie.

169Long. : 136 mm

170Ép. de la douille : 20 mm

171Long. de la douille : 36 mm

172Situation des perforations à partir de l’extrémité proximale : 22 mm

173Long. de la flamme : 102

174Ép. à l’extrémité distale : 4 mm

175Poids : 116 g

17628 - Un fragment distal de pointe de lance à douille (fig. 6, no 28).

177Haut. conservée : 31 mm

178Larg. maxi : 26 mm

179Poids : 20 g

Instrument de toilette

18029 - Un objet indéterminé est composé à partir d’un manche ou d’une anse obtenue grâce à une lamelle de bronze repliée sur elle-même dont les deux extrémités pincent un fragment de tôle et s’y fixent grâce à un rivet (fig. 7, nos 29 et 29 bis). La partie de la lamelle repliée est largement ouverte de façon à obtenir une sorte d’anneau de suspension ou de préhension. Le fragment de tôle riveté au manche est incomplet. Cependant, un décor organisé à partir de la surface rivetée, dans la continuité du corps de la lamelle, est constitué de 3 lignes incisées parallèles à l’intérieur desquelles se développent des chevrons rapprochés.

181Outre le fait que cet objet soit fragmentaire, des déformations au niveau du manche et de la tôle décorée (pliée à un angle de 90°) revêtent une nouvelle fois un caractère intentionnel.

182Long. : 49 mm

183Larg. de la lamelle : 8 mm

184Larg. de la tôle décorée : 26 mm

185Ép. de la lamelle : 2 à 9 mm

186Ép. de la tôle décorée : 1 mm

187Poids : 16 g

188Remarque : dès l’origine de la mention du dépôt d’Audour, la fonction de rasoir a été attribuée à cet objet fragmentaire (Arcelin, 1876). Nous insistons dans ce sens. Cet instrument correspond effectivement à un rasoir. Quant à son origine, au regard des ensembles matériels du Bronze final d’Italie septentrionale et centrale, il semble évident d’attribuer à cet objet d’Audour une provenance italique. Certains rasoirs du Bronze final d’Italie continentale présentent en effet un schéma de mise en forme du manche analogue (extrémité proximale en boucle, formée à partir de deux lamelles de bronze, torsadées ou non, manche riveté sur la partie active de l’objet, surface environnante de la zone de rivetage décorée de motifs divers incisés, et notamment de stries parallèles en chevrons ou dents de loup) (Bianco Peroni, 1979, pl. 7 à 16). Ces objets sont rares en Europe occidentale (Jockenhövel, 1980, pl. 14, nos 245 et 246). Néanmoins, certains jalons indiquent une diffusion progressive de ces objets ainsi que de certains assemblages funéraires du Bronze final d’Italie septentrionale vers la France orientale au sens large (Alpes françaises, vallée du Rhône, Bourgogne, Forêt de Haguenau) (Chevrier, 2003).

Indéterminés

18930 - Un fragment d’objet indéterminé en bronze de section triangulaire (fig. 8, no 30).

190Remarques : non retrouvé en 2002. L’attribution de cet objet à un fragment d’outil semble probable (fragment de faucille ?).

19131 - Un fragment d’objet indéterminé en bronze à deux nervures peu prononcées (fig. 8, no 31).

192Remarque : non retrouvé en 2002. L’attribution de cet objet à un fragment d’outil semble probable (fragment de faucille ?).

19332 - Un fragment de disque plat en bronze légèrement plié en son milieu (fig. 8, no 32). Les deux faces présentent un décor de fines incisions représentant des arcs de cercles disposés de manière concentrique.

194Diam. visible : 47 mm

195Ép. de la tôle au centre de l’objet : 1 mm

196Ép. de la tôle à la périphérie de l’objet : 0,5 mm

197Poids : 9 g

Restes d’activité métallurgique

19833 - Un déchet de métallurgie en bronze. Patine verte/noire.

199Poids : 14 g

200Remarque : non retrouvé en 2002.

201Non représenté.

Analyse, comparaisons et datations

202Diverses caractéristiques doivent être soulignées. Le dépôt d’Audour est l’un des représentants des lots d’objets à taux de fragmentation élevé, à l’instar des dépôts de Sermizelles 2 (Yonne) ou encore Cannes-Écluse 1 et 2 (Seine-et-Marne) caractéristiques du Bronze final I.

Fig. 9. Détail du rapport entre catégorie fonctionnelle et objets entiers ou fragmentés.

203Sur les trente-trois artéfacts du dépôt, vingt-six sont des fragments, contre sept objets entiers (fig. 9). En ce qui concerne les regroupements, trois fragments de faucille pourraient correspondre au même objet. Nous l’avons vu également, deux fragments de bracelet côtelé ne forment qu’un seul et même individu. Le nombre maximum d’objets de ce dépôt (si celui-ci est entier) s’abaisse donc à trente. Si l’on considère les six éléments de ceinture articulée comme un tout, le nombre maximum chute cette fois à vingt-cinq. Le dépôt de Publy, par exemple, présente également une quantité d’objets de parure prédominante, parmi ces objets, des comparaisons directes avec Audour doivent être notées.

204En ce qui concerne cette fois les catégories fonctionnelles représentées, on note une prédominance de la parure avec dix-huit objets au total qui peuvent être distingués entre neuf fragments de bracelets et bracelets entiers, deux fragments de tiges de jambière(s), un pendentif et six éléments de ceinture articulée. Sur ces dix-huit objets, treize correspondent à des fragments. L’outillage est représenté par six objets au total (hache, faucilles et couteau), tous fragmentés. L’armement offensif offre quatre représentants (lames d’épées et pointes de lances), dont un seul est entier. Les instruments de toilette sont évoqués grâce à la présence d’un fragment de rasoir, de provenance extérieure au centre-est de la France. Enfin les trois objets indéterminés correspondent à des fragments (fig. 10).

205On observe donc que la parure représente plus de la moitié des objets du dépôt, que la moitié des objets de cette dernière catégorie fonctionnelle est caractérisée par des bracelets ou fragments de bracelets. On remarque enfin que le taux de fragmentation du dépôt se situe aux alentours de 80 %.

206Les comparaisons les plus proches sont à rechercher du côté du dépôt de Publy dans le Jura (Millotte, Vignard, 1960, pl. XIII à XVI). Les auteurs de la publication de 1963 avaient déjà proposé ces parallèles. En effet plusieurs catégories d’objets du dépôt d’Audour trouvent des comparaisons à l’intérieur du lot jurassien (faucilles, bracelets, ceinture articulée, jambières…).

Fig. 10. Représentation graphique du rapport nombre d’objets, catégories fonctionnelles et indices de fragmentation (oui/non).

207L’attribution chronologique au Bronze final I est proposée dès la publication de 1963. Ce classement au Bronze final I est appuyé à la fois par les comparaisons avec certains ensembles clos de type funéraire (Bernardin et alii, 1963), d’autre part grâce à des caractéristiques propres issues des modalités de déposition (catégories fonctionnelles diversifiées, présence marquée de la parure, taux de fragmentation élevé…).

208Cependant, si l’on admet l’idée de voir dans l’objet no 29 un fragment de rasoir, d’origine extérieure à la région (probablement italique), l’attribution chronologique au Bronze final 1, classiquement admise, se trouve quelque peu malmenée. Ces instruments apparaissent en effet en Italie dans des contextes datés pour les plus anciens du xe s. avant J. -C, plus généralement du ixe s. avant J.-C (Bianco Peroni, 1979, p. 22, 35-36). De son côté A. Jockenhövel attribue les rasoirs d’Heimbach et de Irlich (Allemagne) respectivement aux xie et xe s. avant J.-C. (Jockenhövel, 1980, p. 85-86).

209Bien que ces comparaisons apportent des éléments de datation excessivement bas par rapport au reste du mobilier contenu dans le dépôt, il convient toutefois de leur attribuer une valeur certaine, nous incitant de ce fait à remettre en question la rigidité de nos attributions chronologiques.

Synthèse

210L’objectif de cet article est de clarifier les caractéristiques générales de ce dépôt du sud de la Bourgogne. Alternant au gré des publications antérieures, le nombre total d’objets équivaut à trente-trois.

211La distinction opérée sur certains objets fragmentés en réalité, mais représentés entiers dans la publication de 1963, permet dorénavant de proposer une quantification exacte du taux de fragmentation du dépôt et une quantification objective des catégories fonctionnelles en présence.

212Enfin, de nouveaux dessins permettent de restituer les marques de bris et de déformations volontaires portées sur une partie des objets. En effet, avec l’exemple du fragment de bracelet no 2, on remarque dans un premier temps que certains artéfacts ont été brisés. Grâce à un coup d’œil plus précis, il est évident de constater des traces de martelage ou de torsion volontaire exécutées dans le cadre d’une seconde étape de déformation (fig. 1, no 2 bis). Schématiquement calé au Bronze final 1, Audour intègre en effet l’horizon des dépôts à taux de fragmentation élevé où les catégories fonctionnelles se diversifient de manière dissidente par rapport aux lots d’objets du Bronze moyen par exemple. Parmi ces catégories, la parure prend ici une place de choix. Nous avons vu que la présence d’un rasoir d’origine probablement italique doit nous permettre d’envisager une certaine souplesse dans ce classement chronologique, établi en fonction de critères d’agencement général du dépôt, plus que sur un réel travail comparatif.

213Nous espérons que cette contribution offrira à des recherches ultérieures la possibilité de recadrer les caractéristiques de ce dépôt dans une dynamique plus générale.

Remerciements

214Nous souhaitons remercier le personnel de la Maison du patrimoine à Matour, pour leur disponibilité et leur accueil. Merci également à Antoine Mailler (Centre Archéologique Européen du Mont-Beuvray) pour le prêt de matériel photographique. Merci enfin à Céline Berthelin pour ses observations sur une partie des objets du dépôt.

Bibliographie

Bibliographie

Arcelin 1877-1878 : Arcelin (A.). – Congrès scientifique de France, 42ème session, Autun 4-13 sept. 1876. Autun : Impr. Dejussieu, 1877-78. T. 1, p. 398.

Bernardin et alii 1963 : Bernardin (J.), Laugrand (R.), Parriat (H.). – Âge du Bronze : la cachette d’Audour. La Physiophile, 59, déc. 1963, p. 9-48.

Bianco Peroni 1979 : Bianco Peroni (V.). – I rasoi nell’Italia continentale, Stuttgart, Fr. Steiner Verlag, 1979 (Prähistorische Bronzefunde, VIII, 2).

Chevrier 2003 : Chevrier (S.). – La période de transition de l’âge du Bronze à l’âge du Fer dans le centre-est de la France : état de la question. Mémoire de DEA, Dijon, Université de Bourgogne, 2003.

Gaucher 1981 : Gaucher (G.). – Sites et cultures de l’âge du Bronze dans le Bassin parisien. Paris : CNRS, 1981. 462 p., 16 pl. (Suppl. à Gallia Préhistoire ; XV).

Jockenhövel 1980 : Jockenhövel (A.). – Die Rasiermesser in Westeuropa. Munich : C. H. Beck, 1980 (Prähistoriche Bronzefunde, VIII, 3).

Millotte, Vignard 1960 : Millotte (J.-P.), Vignard (M.). – Catalogue des collections archéologiques de Lons-le-Saunier. I. Les antiquités de l’âge du Bronze. 1960 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 36, Archéologie ; 11).

Mordant 1998 : Mordant (C.). – Dépôts de bronzes et territoires à l’âge du Bronze en Bourgogne. In : Mordant (C.), Pernot (M.), Rychner (V.) dir. – L’atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère. Production, circulation et consommation du bronze. Paris : CTHS, 1998, p. 185-210.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Parure, les bracelets (DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 15, pl. II).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 2. Parure, les fragments de jambières (DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 15, pl. II).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 3. Parure, pendentif (DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 15, pl. II).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 4. Parure, éléments de ceinture articulée (DAO Chevrier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5. Outils, hache, faucilles et couteau (19 à 23. DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. I ; 24. Chevrier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 6. Armement offensif, épée et pointes de lances (DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. I).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 7. Rasoir (28. DAO Chevrier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 8. Indéterminés (29 et 30. DAO Chevrier d’après Bernardin et alii, 1963, p. 12, pl. I ; 31. Chevrier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 9. Détail du rapport entre catégorie fonctionnelle et objets entiers ou fragmentés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 10. Représentation graphique du rapport nombre d’objets, catégories fonctionnelles et indices de fragmentation (oui/non).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14154/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteur

Doctorant
Université de Bourgogne
UMR 5594 du CNRS
Centre archéologique européen du Mont Beuvray
58370 GLUX-EN-GLENNE
sebchevrier@yahoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search