Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Cultures et territoires du Bronze moyen en France : approche quantitative de la production et de la consommation des objets en bronze entre « culture atlantique » et « culture orientale »

Maréva Gabillot et Claude Mordant

Texte intégral

Introduction : cadres de l’étude, objectifs

1L’objectif général de cette étude est de dresser un tableau général de la situation de deux phénomènes sociaux vers le xve s. avant notre ère dans un large tiers nord-est de la France : les pratiques de dépôt volontaire d’objets en bronze, dans les tombes ou simplement sous terre d’une part et les pratiques métallurgiques de production de ces objets d’autre part. Ces deux phénomènes peuvent être mesurés au moyen d’une évaluation numérique à partir d’une unité de base commune : l’objet en bronze. Ces comptages, une fois obtenus, reflètent et expriment les caractéristiques de ces phénomènes.

2L’Europe, au Bronze moyen, c’est-à-dire environ entre les xviie et xive s. avant notre ère, est divisée géographiquement en ce qui est traditionnellement appelé deux aires culturelles, géographiquement définies par la distribution d’objets manufacturés semblables. Au Bronze moyen, le « monde atlantique », regroupant toutes les régions européennes bordées par l’Océan Atlantique, s’oppose au « monde continental », localisé sur un large croissant nord-alpin (fig. 1). Si de nombreuses cartes de répartition d’objets définissent assez aisément ces espaces, il reste que leurs frontières sont loin d’être précisément positionnées. Pour l’heure actuelle, on considère généralement que ces délimitations se situent approximativement entre la haute vallée de la Seine et la Picardie. Les territoires situés dans cet espace sont attribués à l’une ou l’autre sphère culturelle, selon les paramètres sociaux pris en compte, production, pratiques funéraires, architecture, etc. Souvent, on s’accorde même à dire que ces territoires, situés à la jonction entre deux territoires culturels participent à la fois de l’un et de l’autre et la production des artefacts subit des influences de la part des deux traditions.

3Cependant, dans ce secteur constitué d’un large tiers nord-est de la France, l’extension géographique de l’une et l’autre tradition culturelle reste très imprécise.

4Nous avons voulu tenter d’apporter des éléments nouveaux dans ce domaine par des modes de représentation originaux, basés sur une représentation graphique quantitative de phénomènes sociaux exprimés statistiquement. Ces phénomènes, représentés par des objets manufacturés, sont exprimés par des valeurs numériques sur des axes qui sont des représentations spatiales.

Contexte de l’étude

5Les recherches récentes dans le domaine des territoires culturels de cette zone de l’Europe portent sur l’analyse archéologique d’un des phénomènes sociaux (le dépôt des objets en bronze) dans un secteur délimité au sein de ce vaste espace du tiers nord-est français. L’étude la plus récente porte sur les modes de dépôt des objets en bronze dans le quart nord-ouest de la France (Gabillot, 2003) ; une autre analyse du même auteur portait sur les dépôts du centre-est français, dits dépôts mixtes (Gabillot, 2000). Les premières recherches engagées de manière spécifique sur cette notion de territoire et de limites culturelles au Bronze moyen dans cet espace septentrional de la France sont celles menées par et sous la direction de C. Mordant (Blanchet, Mordant, 1987 ; Mordant, 1989 ; 1996). Pour ce qui concerne les régions situées plus à l’Est, une étude très récente est consacrée aux haches d’Alsace (Michler, 2000). La question de l’extension occidentale de la Culture des Tumulus n’a été véritablement posée que par C. Mordant, dont les recherches portent essentiellement sur les vallées de la Seine et de ses affluents. La question n’a pas réellement été traitée dans des zones plus orientales, en Alsace, en Lorraine ou même en Champagne. Les recherches, même les plus récentes, sur le groupe de Haguenau portent davantage sur l’aspect social et la caractérisation des pratiques funéraires (Koenig et alii, 1989). Toutefois, les recherches approfondies sur le sujet depuis le début du xxe s. (Schaeffer, 1926) ont permis de mettre à jourune documentation analytique de qualité, exhaustive, riche et abondante.

Fig. 1. Carte des différentes sphères culturelles identifiées en Europe occidentale au IIe millénaire avant J.-C. (d’ap. Brun, 1988 ; Kristiansen, 1998).

6Dans l’ensemble, notre tentative d’analyse culturelle des territoires par des quantifications statistiques d’objets se fonde sur de multiples recherches précédentes qui ont permis de rassembler une large documentation ; de véritables bases de données, qui ne sont toutefois pas systématiquement informatisées, rassemblant la documentation sur les objets en bronze du Bronze moyen de toute une large moitié nord de la France, existent donc à présent.

Méthode utilisée

7Afin de mener à bien notre étude et donc de tenter de préciser géographiquement les frontières culturelles et d’évaluer ces phénomènes de manière quantitative, nous avons choisi de prendre en compte deux phénomènes qui reflètent les caractéristiques des sociétés humaines. Le premier est le phénomène du dépôt des objets en bronze, c’est-à-dire du dépôt volontaire d’objets manufacturés en métal, dans des endroits non destinés à des activités économiques, productives, ou commerciales. Ce sont donc des groupes d’objets volontairement retirés du circuit de production et de l’économie qui sont déposés comme offrandes, dédicaces, dons, etc. dans des tombes ou directement sous terre (fig. 2 et 3). C’est dans ce dernier cas que le terme de dépôt est aujourd’hui utilisé. La très grande majorité des communautés humaines de l’âge du Bronze dans l’Europe entière a pratiqué ce dépôt d’objets en métal dans des tombes ou directement sous terre. Une nette différence s’exerce en revanche entre les communautés pratiquant plutôt le dépôt d’objets métalliques dans les tombes et celles pratiquant plutôt le dépôt d’objets sous terre. La fréquence et la façon de respecter ces pratiques constituent même des caractéristiques des groupes culturels. Dans ce domaine du dépôt d’objets en métal en dehors du circuit économique et de production, il est établi que les mondes oriental et atlantique s’opposent. L’analyse de la fréquence de ces pratiques dans un lieu géographique donné peut donc être un indicateur de l’influence culturelle reçue par l’une ou l’autre sphère. Notre ambition est d’évaluer quantitativement l’influence, l’appartenance culturelle à l’une ou l’autre communauté des sociétés humaines installées dans un large espace où les deux cultures, selon l’interprétation traditionnelle, se rencontrent.

Fig. 2. Représentation synthétique du dépôt de Sucy-en-Brie (Val-de-Marne) ; d’après les dessins de J.-P. Mohen (Mohen, 1977) : haches, pointes de lance, poignard, outil indéterminé.

Fig. 3.Mobilier d’une tombe de la forêt de Haguenau (Kirchlach, tumulus 84, tombe II), épingle, hache, poignard, outils en pierre (d’ap. Schaeffer, 1926).

8Pour mener à bien cet exercice, nous avons choisi de considérer que le nombre d’objets en métal figurant dans chacun des deux types de site (les tombes / les dépôts non funéraires) était un marqueur de l’importance de la pratique dans la société humaine. Nous avons donc considéré que plus les objets en métal étaient nombreux dans les tombes et plus la pratique du dépôt métallique funéraire était représentatif de la communauté humaine correspondant. En ce qui concerne les dépôts métalliques, le mode de comptage n’est pas aussi simple ; il existe une polémique autour de l’interprétation de certains objets découverts seuls, dans des contextes mal définis ou en dragage dans les fleuves. Il n’est pas assuré que tous ces objets soient des dépôts volontaires et certains chercheurs affirment même le contraire. Par ailleurs, le nombre d’objets dans les dépôts est une donnée qui est difficilement disponible de manière certaine et systématique pour un aussi large corpus que celui que nous avons choisi. Compter le nombre d’objets dans les dépôts pour les secteurs géographiques de cette étude est donc en exercice difficilement réalisable. En revanche, si l’on comptabilise le nombre de dépôts de plus de cinq objets, les valeurs obtenues resteront significatives à l’échelle spatiale où l’on se trouve et permettent d’effectuer des comptages systématiques pour chacune des zones retenues. C’est cette solution qui a été choisie.

9Afin de mieux refléter les caractéristiques des communautés humaines, nous avons également choisi un autre type de paramètre, concernant la production elle-même des objets en métal. La production d’objets en alliage à base de cuivre est à plus d’un titre une composante sociale d’une communauté humaine, elle dépend de nombreux facteurs qui sont loin d’être tous techniques et économiques. Le facteur « culturel » ou « social » entre en ligne de compte pour une large part. Tout d’abord, il est d’ores et déjà établi que la quantité de production d’objets métalliques varie en fonction de la période et du lieu, même pour des sociétés qui globalement en maîtrisent toutes l’usage et la fabrication. La quantité d’objets produits est donc également, au même titre que la pratique du dépôt de métal en dehors de circuit de production, une caractéristique sociale d’une communauté humaine, même si cela l’est dans des proportions différentes.

10Ensuite, il est maintenant clairement prouvé, par les méthodes d’analyse typo-chronologique éprouvées depuis plus d’un siècle, que la morphologie générale et le décor des objets en bronze, même quand il s’agit de pièces ayant rigoureusement la même fonction, sont très fortement liés à l’appartenance de la communauté productrice à un groupe culturel régissant la production selon des normes souvent strictes et bien définies. Ce groupe culturel défini par l’espace géographique qu’il occupe fonctionne, dans le domaine de la production du bronze, comme un vaste atelier au sein duquel des normes morphologiques et décoratives sont respectées au cours de la fabrication des objets. Il est ainsi possible d’identifier l’espace occupé par un groupe culturel par l’analyse des cartes de répartition des types d’objets en bronze. Ainsi, inversement, la présence des objets caractéristiques de telle culture ou de telle autre signe en quelque sorte l’implication du groupe humain dans cette culture.

11Dans l’espace géographique ici considéré, nous avons voulu étudier ces caractéristiques de production, à la fois dans le domaine de la quantité d’objets et dans celui de la typologie.

12La quantité de production peut être évaluée en considérant la relation simple entre la quantité d’objets retrouvés et celle d’objets produits. La correspondance entre ces deux quantités reste bien évidemment hypothétique, tant il nous reste peu d’informations directes sur la quantité, les procédés, l’organisation, etc. de la fabrication des objets en bronze. Cependant, il est possible de trouver une solution à ce biais en considérant que plus les objets retrouvés sont nombreux, plus ceux qui ont été produits l’étaient. Le nombre d’objets retrouvés appartenant à une même communauté humaine reflèterait donc d’une certaine manière la quantité de sa production.

13En ce qui concerne la typologie, on peut considérer que dans l’espace géographique considéré, deux grandes traditions métallurgiques sont attestées : l’une qu’on attribue au monde atlantique et l’autre à la sphère continentale. Le nombre d’objets attribués à chaque tradition métallurgique indique le degré d’influence culturelle reçue par la communauté humaine à laquelle appartiennent les objets en question. Pour évaluer ce degré, il faut donc compter le nombre d’objets de chaque grand type.

14La production des objets en bronze dans un large tiers nord-est de la France peut donc être analysée à travers deux paramètres : d’une part, la quantité d’objets, qui donne une indication du volume de production et d’autre part la quantité d’objets attribuée à l’une ou l’autre tradition métallurgique, qui marque l’appartenance à l’une ou l’autre sphère culturelle.

15Dans l’espace géographique retenu dans cette étude, la production des objets en bronze est prospère et diversifiée, et en expansion constante depuis le début du IIe millénaire avant notre ère. Parmi l’ensemble de la gamme de production, l’un des types d’objets peut être considéré comme l’un des meilleurs représentants : la hache à talon. Ce type d’objets est en effet attesté dans toutes les régions et est particulièrement présent pendant la période du Bronze moyen. Le décompte des haches peut ainsi être considéré comme un fidèle représentant de la production du bronze. Par ailleurs, ces objets, produits dans chacune des sphères culturelles, portent les caractéristiques morphologiques et de décor correspondant aux règles de production fixées pour chaque groupe. Ainsi, des haches du type à talon sont fabriquées dans chacune des sphères culturelles représentées dans cet espace du tiers nord-est de la France, mais les haches à talon de « style » atlantique se distinguent nettement de celles de type continental. Le décompte, pour une communauté humaine donnée, du nombre de haches de chaque type, permet d’évaluer le degré d’appartenance de la communauté à l’une et l’autre sphère culturelle.

Les axes, les droites, les segments et les graphiques

16Il s’agit donc, dans la présente étude, d’observer, dans un large tiers nord-est de la France, le degré d’appartenance des communautés humaines à chacune des deux grandes sphères culturelles européennes, selon leur localisation géographique à l’intérieur de cet espace de « jonction » culturelle. Cette observation se base sur l’analyse de deux phénomènes, la production des objets et la pratique du dépôt d’objets en dehors du circuit de production. La méthode prise en compte est fondée sur une évaluation numérique de ces phénomènes. Il s’agit donc, par exemple, de tenter d’observer l’endroit où la frontière culturelle se place dans le nord de la France, en étudiant le degré d’appartenance à la communauté atlantique de la région de la Champagne ; ceci en comptant le nombre de haches atlantiques et continentales et en comptant le nombre d’objets en métal dans les dépôts et dans les tombes.

17La question à résoudre ensuite est celle du mode de comptage au sein de l’espace géographique considéré ; les valeurs choisies peuvent être évaluées dans l’ensemble du territoire. L’option choisie est celle d’un échantillonnage représentatif de territoires à travers ce tiers nord-est français. La question principale étant celle de la localisation géographique de la « frontière » culturelle entre la sphère continentale et le monde atlantique à travers les objets en métal, nous avons choisi d’effectuer les décomptes d’objets selon des lignes droites traversant du nord au sud et d’est en ouest le secteur géographique étudié (fig. 4).

18Ces lignes droites ont en réalité été utilisées comme des segments dont les limites sont des villes actuelles. Afin de travailler sur un échantillon qui soit le plus représentatif possible, trois segments ont été choisis dans plusieurs directions différentes ; ces segments sont des axes qui ont un point de départ commun matérialisé par la ville du Havre. Un axe situé au nord de la France, traversant plus de quatre régions d’ouest en est, rejoint la ville de Strasbourg à l’est. Un deuxième axe est situé en direction du sud-est par rapport au précédent et rejoint la ville de Baume-les-Dames. Le troisième axe dirigé davantage vers le sud atteint la ville de Mâcon.

19Ces segments, Le Havre - Strasbourg, Le Havre - Baume-les-Dames, Le Havre - Mâcon ont été considérés comme les axes des abscisses de graphiques exprimant les différentes valeurs évoquées (quantité de haches atlantiques, quantité d’objets en métal dans les dépôts...). Le point 0 de cet axe des abscisses est le point de départ commun aux trois axes : la ville du Havre. Il s’agissait donc ensuite de représenter tout au long de ces « routes » la variation des valeurs (quantités de haches orientales, d’objets en bronze dans les tombes) au fur et à mesure que l’on s’éloignait du point de départ (en l’occurrence la ville du Havre). À intervalles réguliers, nous avons donc comptabilisé les différents éléments évoqués ; l’intervalle choisi correspond à une distance de 50 km réels. C’est-à-dire qu’à partir du point initial, ces valeurs ont été estimées tous les 50 km ; le mode de comptage choisi comprend un territoire qui forme un rectangle de 50 km de largeur, et 100 km de longueur (50 km de part et d’autre du segment de droite).

Fig. 4. Localisation des trois axes de comptage choisis et des principales villes.

20À un axe Le Havre - Strasbourg par exemple, correspondent donc douze petits territoires de 5000 km2 chacun pour lesquels on a décompté chaque valeur choisie (fig. 5) : le nombre d’objets en métal dans les tombes, le nombre d’objets en métal déposé sous terre, le nombre total de haches retrouvées, le nombre de haches atlantiques retrouvées, le nombre de haches orientales retrouvées. Les autres axes, Le Havre - Baume-les-Dames (fig. 6) et Le Havre - Mâcon (fig. 7), sont disposés de la même façon.

21Les graphiques correspondant à ces décomptes comprennent donc un axe des ordonnées contenant des valeurs comprises entre 1 et 12 correspondant à une succession de territoires de 5000 km2, de 50 km de largeur, disposés à partir d’un point initial 0 correspondant à l’emplacement de la ville du Havre. L’axe des ordonnées correspond à l’effectif des objets retrouvés à l’intérieur de ces territoires.

Fig. 5. L’axe Le Havre - Strasbourg, le territoire concerné par les comptages et les découpages internes permettant d’estimer les valeurs et leurs variations tout le long de cet axe.

Fig. 6. L’axe Le Havre - Baume-les-Dames.

Fig. 7. L’axe Le Havre - Mâcon.

22La courbe de valeur obtenue correspond à la variation du nombre d’objets entre Le Havre et chacune des villes orientales : Strasbourg, Baume-les-Dames, Mâcon.

Les données de base : des approches régionales

23Ces modes de comptages sur des territoires aussi vastes constituent une approche originale pour envisager la question des délimitations des frontières culturelles. Ils permettent d’apporter des éléments nouveaux de compréhension d’une situation générale interprétée sur la base de recherches, récentes ou non, consacrées à l’une ou l’autre sphère culturelle. Une analyse de transects géographiques traversant un grand nombre de régions, de territoires culturels n’a jamais vraiment été entreprise. En ce sens, la présente étude est novatrice. Elle reprend pour partie la méthodologie initiée dans le cadre des « anamorphoses » linéaires utilisée également pour les expressions quantitatives (Mordant et alii, 2004).

24Les données actuellement acquises sur ce territoire du tiers nord-est concernent tout d’abord les régions bordées par l’Océan Atlantique ; les données archéologiques y sont particulièrement nombreuses, des recherches approfondies y sont menées depuis le début du siècle dernier, les études les plus récentes sur le Bronze moyen en France concernent ce territoire. La thèse récemment publiée de Maréva Gabillot a permis de remettre à jour les bases de données et d’avoir ainsi une image générale actualisée des découvertes d’objets en métal, de leur quantité et de leur répartition dans l’espace (Gabillot, 2003). Les régions du nord-ouest français sont particulièrement riches, au Bronze moyen, en ce qui concerne la production d’objets en métal. Celle-ci est reconnue pour être particulièrement abondante et témoigner de systèmes de production organisés et complexes. La récente étude a montré que, au sein de ce vaste territoire du nord-ouest français, la moyenne et basse vallée de la Seine était de loin le secteur qui rassemblait le plus grand nombre de découvertes et le plus grand nombre d’objets. Les pratiques des dépôts dans des contextes non funéraires, dans des fleuves, ou encore directement sous terre sont particulièrement bien attestées. Les dépôts constituent l’essentiel de la documentation disponible ; en revanche, les sépultures sont plus mal connues, sans doute mal identifiées, constituées d’architectures peu imposantes et renfermant des mobiliers peu fréquemment métalliques. La production des objets témoigne d’une forte organisation globale de la production ; un style général est aisément identifiable sur la morphologie, le décor, le type de fabrication des objets. Par ailleurs, la présence d’objets, notamment des haches, caractéristiques d’autres sphères culturelles est largement attestée.

25Dans les régions orientales françaises, les recherches sont traditionnellement tournées vers l’analyse des pratiques funéraires, à partir notamment des nécropoles de la forêt de Haguenau. Ces recherches, initiées au début du siècle dernier avec l’importante synthèse de C. F. A. Schaeffer (1926), ont depuis été complétées grâce aux études des spécialistes qui poursuivent les recherches sur le sujet, à l’occasion entre autres de l’étude d’autres nécropoles similaires voisines (Koenig et alii, 1989). L’ensemble de ces recherches montrent que la France nord-orientale est une région où le dépôt d’objets en bronze dans les tombes est particulièrement fréquent. La pratique du dépôt d’objets métalliques directement sous terre est en revanche très mal attestée, comme le souligne un récent travail universitaire (Michler, 2000). La tradition métallurgique reste très fortement marquée par le « style » oriental, mais une proportion non négligeable d’objets appartient au monde atlantique.

26En ce qui concerne les régions situées plus au sud, la zone du confluent Seine-Yonne, la Bourgogne et la Franche-Comté, mais aussi la haute et moyenne vallée de la Loire, la production des objets en métal constitue au Bronze moyen un domaine plutôt dynamique, dont l’expansion semble moins marquée que dans les régions situées plus au nord, mais qui développe des caractéristiques propres et originales. Les premiers travaux qui abordent les questions culturelles sont ceux de W. Kimmig dans les années 1950 (Kimmig, 1951 ; 1952 ; 1954). Ils mettent en évidence une pratique de dépôt sous terre d’objets en métal particulière, caractérisée par la réunion au sein d’un même ensemble d’objets dits d’influence atlantique et d’autres dits d’influence continentale (fig. 8). Une étude plus récente (Gabillot, 2000) a montré que la multiplicité des influences métallurgiques se conjuguait avec une forte diversité des modalités de constitution des ensembles eux-mêmes (nombre d’objets, masse totale de métal rassemblée, taux de fragmentation des objets...). Les travaux sur la notion de territoire culturel elle-même, menés surtout par C. Mordant dans ces régions, montrent que les extensions territoriales des cultures archéologiques au Bronze moyensont des phénomènes complexes qui setraduisent en partie dans l’usage par les communautés humaines des objets en bronze (Mordant, 1989). Dans toute cette zone médiane de la France, l’auteur met en évidence, à travers l’analyse d’ensembles funéraires notamment, des phénomènes complexes d’extension du monde continental de la Culture des Tumulus dans des régions déjà fortement marquées par le monde atlantique.

27Les recherches des différents auteurs depuis le début du siècle dernier ont permis de construire petit à petit un tableau général de la situation culturelle dans cette partie de la France. Pourtant, ces recherches mettent aussi en évidence les lacunes qui persistent quand il s’agit de dessiner clairement et précisément les contours des territoires à l’intérieur desquels telles et telles caractéristiques sont significatives. Les comptages envisagés dans le cadre de la présente étude permettent de proposer des hypothèses pour résoudre les questions persistant au sujet de l’appartenance culturelle des communautés humaines installées à ce carrefour de relations européennes qu’est le tiers nord-est français.

Les résultats

28Les résultats sont présentés sous forme de graphiques dans lesquels l’axe des abscisses est segmenté en 12, ce qui correspond aux douze parties selon lesquelles sont découpés les axes géographiques relatifs à cette étude. L’axe des ordonnées représente les effectifs ; il s’agit de nombre de dépôts ou de nombre d’objets. Un effectif (nombre de dépôts, nombre d’objets en métal) est attribué à chaque « territoire », de 1 à 12, selon un décompte effectué d’après les références bibliographiques citées plus haut. Les résultats obtenus sur chacun des trois axes géographiques, Le Havre - Strasbourg, Le Havre - Baume-les-Dames, Le Havre - Mâcon, sont représentés par des courbes ; pour un même décompte (le nombre de dépôts par exemple), les courbes relatives à chacun des axes sont représentées sur le même graphique. Ainsi, sur chaque document graphique obtenu, on peut lire et comparer les effectifs de différentes valeurs choisies (le nombre de dépôts par exemple) et décomptées « tous les 50 km », tout au long de trois axes géographiques ouest-est dont le point de départ commun est la ville du Havre.

Fig. 8. Carte des dépôts dits « mixtes » de la fin du Bronze moyen (d’ap. Gabillot, 2000). 1 : Villiers-sur-Authie (80) ; 2 : Ville-d’Avray (92) ; 3 : Sucy-en-Brie (94) ; 4 : Tigy (45) ; 5 : Sermizelles (89) ; 6 : Grangesous-Grignon (21) ; 7 : Santenay (21) ; 8 : Ouroux-sur-Saône (71) ; 9 : Anzy-le-Duc (71) ; 10 : Sarry (71) ; 11 : Vernaison (38) ; 12 : Chevenon (58) ; 13 : Malassis (18) ; 14 : Rigny-sur-Arroux (71) ; 15 : Les Baux-Sainte-Croix (27).

29Décomptes concernant les dépôts d’objets funéraires et non funéraires

30Le premier critère pris en compte dans l’évaluation numérique de cette analyse des territoires et des cultures du Bronze moyen est le nombre de dépôts de plus de cinq objets métalliques dans un contexte non funéraire. Le graphique obtenu d’après les décomptes montrent que cette valeur, située autour de 20 dans les 100 premiers km à partir du Havre en direction de l’est ou du sud-est, décroît brutalement le long des trois axes à 100 km environ du Havre et reste en dessous de 10 le long de chacun des axes jusqu’à l’extrémité orientale (fig. 9 à 11). Cependant, les courbes sont sensiblement différentes selon les axes. Le long de l’axe ouest-est Le Havre - Strasbourg, le nombre de dépôts croît sensiblement entre les deux premières sections, puis chute brusquement à partir de la troisième section pour rester à des effectifs très faibles, en dessous de 5, tout le long de l’axe jusqu’à Strasbourg. L’axe ouest-sud-est, en direction de Baumes-les-Dames, présente une décroissance continue du nombre de dépôts depuis Le Havre pendant 600 km environ, endroit à partir duquel l’effectif est particulièrement faible, proche de 0. En revanche, le nombre de dépôts décomptés le long de l’axe 3, en direction de Mâcon, s’il décroît rapidement sur les 500 premiers km, reste à des valeurs sensiblement plus élevées que celles relevées sur les autres axes et connaît des valeurs très faibles proches de 0 seulement à partir de 1 100 km à partir du Havre.

31Les décomptes concernant le nombre d’objets en métal dans les tombes présentent eux aussi des résultats avec des variations très nettes (fig. 12 et 13). Aucun d’entre eux n’est répertorié sur aucun des axes pendant environ 800 km à partir du Havre. Ce n’est qu’au-delà que l’on commence à dénombrer des objets métalliques dans les tombes. Sur l’axe Le Havre - Strasbourg, aucun objet n’est recensé dans les onze premières sections de l’axe alors qu’ils sont nombreux, ils dépassent la centaine dans la toute dernière section. Sur l’axe situé plus au sud en direction de Baume-les-Dames, les objets sont également absents pendant les huit premières sections et présentent des effectifs autour de dix à partir d’une distance de 800 km depuis Le Havre. Sur le troisième axe, aucun objet en métal n’est recensé comme mobilier funéraire, en dehors d’une épée qui aurait été découverte anciennement sous un tumulus dans le Cher (De Goy, 1886-1887).

32Décomptes concernant la production

33Dans le domaine de la production, deux types de décomptes sont effectués : le nombre de haches découvertes, tous types de sites confondus ainsi que le nombre d’exemplaires caractéristiques de chaque tradition métallurgique, orientale et atlantique. Les résultats concernant le nombre de haches sont similaires pour les trois axes pendant les deux cents premiers kilomètres à partir du Havre (fig. 14 à 16) : le nombre de haches, évalué à plus de 450, est tout d’abord croissant, puis chute brusquement à partir de la troisième section des axes. Les axes présentent ensuite des résultats différents : l’axe 1, en direction de Strasbourg, connaît une chute particulièrement brutale et le nombre d’objets décomptés se situe en dessous de cent pour les sections 3 et 4 et en dessous de cinquante dès la section 5. À partir de 500 km vers l’est depuis Le Havre, le nombre de haches répertoriées se trouve en dessous de dix. Il faut noter enfin, dans la toute dernière section de l’axe, c’est-à-dire à partir de 1100 km depuis Le Havre, une croissance sensible des effectifs.

Fig. 9. Résultats des décomptes des dépôts de plus de cinq objets le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 10. Résultats des décomptes des dépôts de plus de cinq objets le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 11. Résultats des décomptes des dépôts de plus de cinq objets le long de l’axe Le Havre - Mâcon dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 12. Résultats des décomptes des objets en bronze contenus dans les tombes le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 13. Résultats des décomptes des objets en bronze contenus dans les tombes le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

34Les deux autres axes présentent une chute des effectifs moins brutale même si on enregistre de fortes variations. Le nombre de haches se situe aux alentours de 250 dans les sections 3 et 4. À partir de 400 km depuis Le Havre en direction du sud-est et du sud-sud-est, le nombre de haches recensées est inférieur à cent. Au-delà, les deux axes ne présentent pas les mêmes résultats. Tout au long de l’axe 2 en direction de Baume-les-Dames, le nombre de haches rejoint dès la section 6, c’est-à-dire environ 500 km après Le Havre, des valeurs faibles, situées en dessous de dix, similaires à celles de l’axe situé plus au nord, en direction de Strasbourg.

35En revanche, le long de l’axe 3, les effectifs de haches restent en moyenne plus élevés que pour les autres axes. La chute du nombre de haches est bien enregistrée, mais à partir de la section 5, le nombre de haches ne chute pas en dessous de dix comme dans les autres cas, mais reste à des valeurs situées au-dessus de cinquante jusqu’à la section 7 pour laquelle on enregistre une bais-se sensible de l’effectif qui rejoint les valeurs inférieures à dix constatées pour les autres axes. À partir de 700 km depuis Le Havre, les effectifs de l’axe 3 reprennent pourtant des valeurs situées au-dessus de cinquante et ce jusqu’à la section 11. Les deux dernières sections présentent des valeurs très faibles, en dessous de dix.

36Les résultats concernant les effectifs des haches caractéristiques des différentes traditions culturelles présentent eux aussi des variations importantes le long de chacun des axes. Le nombre de haches atlantiques est supérieur à 450 pour les trois axes pendant 200 km environ à partir du Havre (fig. 17 à 19). Il chute ensuite à des valeurs situées autour de cent dans la troisième section, quel que soit l’axe considéré. Les résultats varient ensuite en fonction des axes. Le long de l’axe 1 en direction de Strasbourg, la chute brutale se poursuit dans les sections 4 et 5, pour lesquelles les valeurs sont situées autour de cinquante, mais surtout à partir de 500 km depuis Le Havre, distance à partir de laquelle les valeurs sont situées en dessous de dix. Notons toutefois que le nombre de haches atlantiques connaît une nouvelle croissance dans la dernière section de l’axe.

37Le long des axes 2 et 3, le nombre des haches atlantiques reste élevé, aux alentours de 150 dans la section 4. Une chute est enregistrée en section 5 pour les deux axes : les effectifs sont à partir de là inférieurs à 100. Le long de l’axe 2 en direction de Baumes-les-Dames, la chute est régulière jusqu’à la section 8 : à partir de 700 km depuis Le Havre, le nombre de haches atlantiques est très faible, en dessous de cinq. Le long de l’axe 3 en direction de Mâcon, les effectifs de haches atlantiques restent supérieurs à cinquante en section 6, chutent en section 7, mais restent élevés en section 8. Ce n’est qu’à partir de 1000 km depuis Le Havre que les valeurs rejoignent des valeurs faibles, en dessous de cinq.

38Les haches orientales sont globalement moins nombreuses que les exemplaires atlantiques comme cela sera expliqué plus loin. Leur présence n’est attestée sur aucun des trois axes dans les 500 premiers km à partir du Havre (fig. 20 à 22). Le long de l’axe 1 en direction de Strasbourg, l présence de haches orientales est attestée à partir de la section 8, c’est-à-dire environ à partir de 700 km depuis Le Havre. Le nombre de ces haches reste à des valeurs situées en-dessous de dix, sauf en dernière section, où, 1100 km à partir du Havre, le nombre de haches orientales approche de quinze. Le long de l’axe 2 en direction de Baume-les-Dames, les haches orientales sont attestées à partir de la section 6 et sont en augmentation quasi constante au fur et à mesure que l’on se déplace vers le sud-est. Ces valeurs restent en dessous de dix ou les dépassent à peine. Le long de l’axe 3 en direction de Mâcon, les haches orientales sont attestées à partir de la zone 6 ; aucune hache orientale n’est attestée en zone 7, mais à partir de la zone 9, les effectifs tournent autour de vingt. Les haches orientales ne sont plus attestées dans les deux dernières sections.

Fig. 14. Résultats des décomptes des haches le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 15. Résultats des décomptes des haches le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 16. Résultats des décomptes des haches le long de l’axe Le Havre - Mâcon dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 17. Résultats des décomptes des haches atlantiques le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 18. Résultats des décomptes des haches atlantiques le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe

Fig. 19. Résultats des décomptes des haches atlantiques le long de l’axe Le Havre - Mâcon dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe

Fig. 20.Résultats des décomptes des haches continentales le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 21.Résultats des décomptes des haches continentales le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Fig. 22. Résultats des décomptes des haches continentales le long de l’axe Le Havre - Mâcon dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.

Interprétation des résultats

39Les décomptes obtenus permettent de proposer un nouveau découpage géographique des groupes culturels du Bronze moyen au sein d’un espace où ceux ci se rencontrent.

40Considérons les décomptes les uns après les autres. En ce qui concerne les dépôts d’objets dans un contexte non funéraire, les décomptes confirment que cette pratique est, d’une manière générale, plus fréquemment attestée à l’ouest qu’à l’est. Les résultats rendent compte de l’importante différence numérique entre les deux sphères culturelles. Par ailleurs, les décomptes montrent que si c’est bien l’ouest qui est concerné en priorité par cette pratique, c’est surtout une zone couvrant un rayon de 200 km environ autour du Havre (fig. 23), soit la basse vallée de la Seine, c’est-à-dire que la zone géographique de plus grande fréquence de cette pratique est relativement restreinte et circonscrite à l’intérieur d’un espace plutôt réduit à l’échelle interrégionale où l’on se place ici. L’espace comprenant la moitié sud de la Picardie, l’Île-de-France et le nord de la région Centre reçoit de très nettes influences atlantiques en ce qui concerne cette pratique, qui reste toutefois bien moins fréquente qu’en basse vallée de Seine. En direction de l’est et du sud-est, c’est-à-dire en Champagne, dans l’extrémité nord de la Bourgogne et au-delà, en Lorraine, Alsace et Franche-Comté, l’influence atlantique a presque totalement disparu dans ce domaine. En revanche, la tradition atlantique du dépôt non funéraire reste fréquemment attestée plus au sud, dans le Loiret, dans l’Yonne et dans la partie méridionale de la Bourgogne. Ce n’est qu’en approchant le Lyonnais que cette influence atlantique s’estompe. Ainsi, en ce qui concerne la pratique du dépôt non funéraire d’objets métalliques, il semble qu’une limite culturelle puisse être tracée approximativement le long d’une « droite » nord-ouest/sud-est passant à l’est de Paris.

41Le dépôt d’objets métalliques dans les tombes est quant à lui bien mieux attesté à l’est qu’à l’ouest, ce que confirment les résultats (fig. 24). Il faut noter toutefois que les axes choisis semblent peu affectés par ce phénomène, qui n’est attesté réellement qu’en Alsace et en Franche-Comté. Tout le reste de cette large partie nord-occidentale française ne subit en aucun cas l’influence culturelle orientale par cette tradition de dépôt funéraire. Remarquons notamment que le dépôt d’objets métalliques dans les tombes paraît presque totalement absent plus au sud, le long de la Loire et en Bourgogne méridionale.

Fig. 23. Carte représentant les différentes densités de dépôts de plus de cinq objets d’après les comptages présentés dans les histogrammes.

Fig. 24. Carte représentant les différentes densités d’objets en bronze dans les tombes d’après les comptages présentés dans les histogrammes.

42Dans le domaine de la production, les différences entre l’ouest et l’est sont là aussi particulièrement évidentes d’après les décomptes. Tout d’abord, le nombre de haches découvertes est bien plus élevé à l’ouest qu’à l’est (fig. 25), ainsi que le nombre de haches atlantiques (fig. 26).

43Ce constat n’apporte certes pas d’éléments réellement nouveaux, mais les décomptes d’objets selon les axes mettent en évidence, comme pour la pratique du dépôt non funéraire, une zone géographique limitée, située en basse vallée de Seine dans un rayon de 200 km autour du Havre. Cet espace constitue véritablement l’aire où s’exerce la production, abondante, de tradition atlantique.

44L’influence atlantique semble, pour ce qui est du caractère abondant de la production, être présente davantage au sud, en Île-de-France et dans le nord-ouest de la région Centre, qu’au nord, en Picardie et en Champagne-Ardenne. Plus l’on s’éloigne du point origine, la ville du Havre, plus ce constat se vérifie. Au nord, dès la limite entre Picardie et Champagne, la tradition métallurgique atlantique de production de masse semble disparaître. Plus au sud, c’est à partir de la région de Troyes que l’on constate ce changement. En revanche, la production métallique semble rester plus abondante en direction du sud-sud-est jusque dans le Mâconnais. L’influence atlantique dans le domaine de la production de masse paraît ainsi s’exercer davantage au sud de la Seine qu’au nord.

Fig. 25. Carte représentant les différentes densités de haches d’après les comptages présentés dans les histogrammes.

Fig. 26. Carte représentant les différentes densités de haches atlantiques d’après les comptages présentés dans les histogrammes.

45Les résultats concernant le nombre de haches de chaque tradition métallurgique montrent le même type de découpage géographique. Les haches atlantiques, surtout attestées en basse vallée de Seine, dans un rayon de 200 km environ autour du Havre, restent très majoritaires en Picardie. En Champagne et en Lorraine, les rares haches découvertes sont atlantiques et orientales, approximativement dans des proportions semblables et ce, jusqu’en Alsace. Plus au sud, les haches atlantiques sont largement majoritaires en Île-de-France, et le long de la Seine. Sur le total des haches découvertes, la proportion des haches atlantiques est même presque égale à 100 %. C’est dans la région de Troyes que les haches, moins nombreuses d’une manière générale, sont atlantiques et orientales dans des proportions presque équivalentes. Ce n’est qu’à partir de la Haute-Saône que les haches orientales deviennent plus nombreuses que les exemplaires atlantiques. Enfin, plus au sud, le long de la Loire et dans la partie méridionale de la Bourgogne, la tradition métallurgique atlantique est attestée jusque dans le Mâconnais. La tradition métallurgique orientale, présente dès la région de Montargis, est attestée par des proportions équivalentes à celles de la métallurgie atlantique seulement à partir de la région d’Autun, dans la partie méridionale de la Bourgogne (fig. 27). La tradition métallurgique atlantique, attestée surtout dans un espace centré sur la basse vallée de la Seine, exerce un rayonnement culturel large, s’étendant peu vers l’est, mais davantage vers le sud, en particulier vers la Loire. La tradition orientale, qui semble d’une manière générale moins perceptible dans l’espace géographique retenu dans cette étude, paraît bien attestée en Alsace, en Franche-Comté et même dans la région de Langres, ainsi qu’en Saône-et-Loire. Notons toutefois que ces haches semblent majoritaires seulement en Franche-Comté, tandis que quand elles sont attestées ailleurs, la tradition métallurgique atlantique s’exerce aussi fortement.

46Là encore, il semble donc exister une limite culturelle semblable à celle identifiée dans le domaine du dépôt d’objets en bronze, située sur un axe nord-ouest/sud-est passant à l’est de Paris.

Synthèse et conclusion

47Les résultats obtenus à partir des décomptes effectués dans cette étude autorisent à dessiner un nouveau découpage culturel dans ce large tiers nord-est français, perceptible au travers de la production et de la consommation d’objets en bronze (fig. 28). Dans une zone bien définie, la basse vallée de la Seine, dans un rayon de 200 km environ autour du Havre, les groupes humains sont caractérisés par le contrôle d’une production abondante, par l’utilisation de haches presque exclusivement atlantiques, ils pratiquent couramment le dépôt d’objets en bronze dans un contexte funéraire mais ne déposent jamais d’objet métallique dans les tombes. Ces caractéristiques, définies et identifiées depuis longtemps, sont celles de la sphère dite atlantique ; les résultats de la présente étude tendent à montrer que l’espace véritable de fonctionnement de ce groupe culturel est géographiquement restreint et nettement circonscrit. En revanche, les influences culturelles de ce groupe sont perceptibles dans un large espace autour de ce « centre ». Le long de la Seine, mais surtout en direction du sud, le long de la Loire, les influences sont nettement dans les domaines de la production et du dépôt rituel des objets. Les influences culturelles atlantiques se répandent toutefois bien plus largement vers le sud, dans le bassin de la Loire que vers le bassin de la Seine, où la tradition orientale est présente. Plus au nord, l’influence atlantique s’exerce de façon bien moins nette. La sphère orientale est davantage présente. L’influence culturelle orientale est nettement attestée dans l’extrémité nord-orientale de l’espace géographique considéré ici, mais ne semble pas être très présente en direction de l’ouest. En revanche, dans certains domaines, celle-ci se répand plus largement vers le sud, en direction de la Loire : si le mode de dépôt y reste nettement atlantique, la tradition métallurgique est parfois « autant atlantique qu’orientale ». Il faut rester plus à l’est, en Franche-Comté, pour trouver des régions de tradition nettement orientale, aussi bien dans le domaine de la production que dans celui du dépôt d’objet.

Fig. 27. Carte représentant les différentes densités de haches orientales d’après les comptages présentés dans les histogrammes.

48Il existe donc des territoires presque exclusivement concernés par telle ou telle tradition métallurgique, ici en l’occurrence la basse vallée de la Seine. Dans le domaine du dépôt d’objets, l’influence culturelle atlantique s’exerce très largement dans la majeure partie du territoire considéré et en particulier vers la Seine et la Loire. La tradition métallurgique atlantique s’exporte elle aussi largement autour du point central. Cependant, les régions concernées par cette influence subissent également des influences d’origine orientale, ce qui n’est pas le cas dans le domaine du dépôt des objets, qui reste exclusivement atlantique. Il semble donc que les traditions métallurgiques s’exportent plus facilement que les pratiques de dépôt d’objets métalliques. En tout état de cause, le Bronze moyen de ce tiers nord-oriental français paraît, à la lumière des résultats de cette étude, être caractérisé par un paysage culturel complexe au sein duquel les territoires ont des limites qui varient en fonction du type de phénomène social considéré.

Fig. 28. Carte synthétique représentant les différentes influences culturelles dans les domaines de la production et de la consommation sociale du bronze vers les XVe-XIVe s. avant notre ère en France du Nord et de l’Est.

49Cette étude permet donc d’apporter des hypothèses quant à l’interprétation de l’agencement géographique de différentes sphères culturelles au sein d’un espace où elles se rencontrent. En ce qui concerne plus particulièrement la méthodologie employée ici, les décomptes intégrés et traités grâce à l’outil statistique permettent d’aborder les phénomènes culturels humains à l’échelle interrégionale à partir de corpus de plusieurs milliers d’objets et de plusieurs centaines de sites. L’expérience de ces décomptes, déjà testée sur les dépôts du Bronze moyen du nord-ouest français, se prête bien à cette production abondante, dite parfois « en série » d’objets en bronze du milieu du IIe millénaire ; elle constitue l’une des solutions au problème de définition territoriale, causé entre autres par le problème de lacunes des données en Protohistoire, et de connaissances insuffisantes concernant des découvertes anciennes, mal documentées, mais témoignant tout de même de phénomènes archéologiques qu’on ne peut négliger. Cette approche quantitative, à l’échelle interrégionale, permettent de réduire en partie ces problèmes documentaires caractéristiques de ces périodes protohistoriques.

Bibliographie

Bibliographie

Blanchet, Mordant 1987 : Blanchet (J.-C.), Mordant (C.). — Les premières haches à rebords et butée dans le Bassin parisien et le Nord de la France. In : Les relations entre le continent et les îles britanniques à l’âge du Bronze : Actes du 22ème congrès préhistorique de France, Lille, 2-7 septembre 1984. Paris : Soc. Préhistorique Française, 1987, p. 89-118.

Brun 1988 : Brun (P.). — L’entité « Rhin-Suisse-France orientale » : nature et évolution. In : Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes : Actes du colloque international de Nemours, 1986. Nemours : APRAIF, 1988, p. 599-620 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 1).

De Goy 1886-87 : De Goy (P.). — Sépultures antiques en Berry. Mémoires de la Soc. des antiquaires du Centre, 14, 1886-87, p. 7-20.

Gabillot 2000 : Gabillot (M.). — Les dépôts complexes de la fin du Bronze moyen et du début du Bronze final en France du Centre-Est : nouvelle approche. Bull. de la Soc. préhistorique française, 97, 3, 2000, p. 459-476.

Gabillot 2003 : Gabillot (M.). — Dépôts et production métallique du Bronze moyen en France nord-occidentale. 2003. 471 p. (British Archaeological Reports, International Series ; 1174).

Kimmig 1951 : Kimmig (W.). — Où en est l’étude de la civilisation des Champs d’Urnes en France, principalement dans l’Est ? Revue archéologique de l’Est, II, fasc. 2, 1951, p. 65-81.

Kimmig 1952 : Kimmig (W.). — Où en est l’étude de la civilisation des Champs d’Urnes en France… (suite). Revue archéologique de l’Est, III, fasc. 3, 1952, p. 137-172.

Kimmig 1954 : Kimmig (W.). — Où en est l’étude de la civilisation des Champs d’Urnes en France… (fin). Revue archéologique de l’Est, V, fasc. 3, 1954, p. 209-232.

Koenig et alii 1988 : Koenig (M.-P.), Lambert (G.), Piningre (J.-F.), Plouin (S.). — La civilisation des Tumulus en Alsace et le groupe de Haguenau : aspects chronologiques et culturels. In : La dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale : Actes du 113ème congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1988. Paris : CTHS, 1988, p. 193-218.

Kristiansen 1998 : Kristiansen (K.). — Europe before history. Cambridge : Cambridge University Press, 1998.

Michler 2000 : Michler (M.). — Les haches de l’âge du Bronze en Alsace. Mémoire de Maîtrise. Strasbourg : Université Marc Bloch, 2000. 246 p.

Mohen 1977 : Mohen (J.-P.). — L’Âge du Bronze dans la région de Paris : catalogue synthétique des collections conservées au Musée des Antiquités Nationales. Paris : Musées nationaux, 1977. 263 p., ill.

Mordant 1989 : Mordant (C.). — Transgression culturelle et mouvements de population aux XIVème-XIIIème siècles avant notre ère dans le Bassin parisien. Compétition culturelle et phénomène de lisière. In : La dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale : Actes du 113ème congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1988. Paris : CTHS, 1988, p. 283-304.

Mordant 1996 : Mordant (C.). — Approche de la notion d’atelier de bronzier au Bronze final en Europe moyenne. In : La Vie Préhistorique, Soc. Préhistorique Française. Dijon : Faton, 1996, p. 118-121.

Mordant et alii 2004 : Mordant (C.), avec la coll. de Saligny (L.), Gabillot (M.) et Kvolikoxsky (F.) — Approches de la notion de flux de métal et de recyclage au sein des sociétés européennes de l’Age du Bronze, Actes du colloque de Ravello, 2000. Rome : Ecole française de Rome, 2004, p. 263-285. (Collection de l’Ecole français de Rome ; 332).

Schaeffer 1926 : Schaeffer (F. A.). — Les tertres funéraires préhistoriques dans la forêt de Haguenau. I, Les Tumulus de l’âge du Bronze. Haguenau : Publ. du Musée de Haguenau (Alsace), 1926. 279 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des différentes sphères culturelles identifiées en Europe occidentale au IIe millénaire avant J.-C. (d’ap. Brun, 1988 ; Kristiansen, 1998).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 2. Représentation synthétique du dépôt de Sucy-en-Brie (Val-de-Marne) ; d’après les dessins de J.-P. Mohen (Mohen, 1977) : haches, pointes de lance, poignard, outil indéterminé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Fig. 3.Mobilier d’une tombe de la forêt de Haguenau (Kirchlach, tumulus 84, tombe II), épingle, hache, poignard, outils en pierre (d’ap. Schaeffer, 1926).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 4. Localisation des trois axes de comptage choisis et des principales villes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 5. L’axe Le Havre - Strasbourg, le territoire concerné par les comptages et les découpages internes permettant d’estimer les valeurs et leurs variations tout le long de cet axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 6. L’axe Le Havre - Baume-les-Dames.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 7. L’axe Le Havre - Mâcon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 8. Carte des dépôts dits « mixtes » de la fin du Bronze moyen (d’ap. Gabillot, 2000). 1 : Villiers-sur-Authie (80) ; 2 : Ville-d’Avray (92) ; 3 : Sucy-en-Brie (94) ; 4 : Tigy (45) ; 5 : Sermizelles (89) ; 6 : Grangesous-Grignon (21) ; 7 : Santenay (21) ; 8 : Ouroux-sur-Saône (71) ; 9 : Anzy-le-Duc (71) ; 10 : Sarry (71) ; 11 : Vernaison (38) ; 12 : Chevenon (58) ; 13 : Malassis (18) ; 14 : Rigny-sur-Arroux (71) ; 15 : Les Baux-Sainte-Croix (27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 9. Résultats des décomptes des dépôts de plus de cinq objets le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 10. Résultats des décomptes des dépôts de plus de cinq objets le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 11. Résultats des décomptes des dépôts de plus de cinq objets le long de l’axe Le Havre - Mâcon dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 12. Résultats des décomptes des objets en bronze contenus dans les tombes le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 13. Résultats des décomptes des objets en bronze contenus dans les tombes le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 14. Résultats des décomptes des haches le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 15. Résultats des décomptes des haches le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 16. Résultats des décomptes des haches le long de l’axe Le Havre - Mâcon dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 17. Résultats des décomptes des haches atlantiques le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 18. Résultats des décomptes des haches atlantiques le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 19. Résultats des décomptes des haches atlantiques le long de l’axe Le Havre - Mâcon dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 20.Résultats des décomptes des haches continentales le long de l’axe Le Havre - Strasbourg dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 21.Résultats des décomptes des haches continentales le long de l’axe Le Havre - Baume-les-Dames dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 22. Résultats des décomptes des haches continentales le long de l’axe Le Havre - Mâcon dans un espace de 50 km de part et d’autre de l’axe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 23. Carte représentant les différentes densités de dépôts de plus de cinq objets d’après les comptages présentés dans les histogrammes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 24. Carte représentant les différentes densités d’objets en bronze dans les tombes d’après les comptages présentés dans les histogrammes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 25. Carte représentant les différentes densités de haches d’après les comptages présentés dans les histogrammes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 26. Carte représentant les différentes densités de haches atlantiques d’après les comptages présentés dans les histogrammes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 27. Carte représentant les différentes densités de haches orientales d’après les comptages présentés dans les histogrammes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 28. Carte synthétique représentant les différentes influences culturelles dans les domaines de la production et de la consommation sociale du bronze vers les XVe-XIVe s. avant notre ère en France du Nord et de l’Est.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14100/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search