Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Heurts et malheurs en Bourgogne et Franche-Comté : quelques cas du Néolithique au haut Moyen Âge

Sandrine Thiol, Émilie Cartier et Germaine Depierre

Texte intégral

1L’étude des os humains du niveau 7 du site de Chassey a révélé en 1999 des lésions osseuses dues à des impacts violents, certains reçus du vivant des individus, d’autres après la mort de ceux-ci. Cette découverte constitua la première étape d’une réflexion collective qui allait nous conduire à revoir notre approche des populations inhumées au haut Moyen Âge, en particulier sur les sites de Crotenay (Jura), Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) - « Basilique Sainte-Reine » et « Champs de l’Église » - et Bierry-les-Belles-Fontaines (Yonne) (fig. 1).

Fig. 1. Carte de répartition des sites de cette étude présentant des traces de violence en Bourgogne et Franche-Comté.

2Le terme plus généralement utilisé pour parler de ces lésions osseuses de nature anthropique est celui de « modification de surface ». La recherche et l’analyse les concernant n’est pas une préoccupation nouvelle (Le Baron, 1881 ; Poplin, 1985 ; White, 1992 ; D’Errico, Villa, 1996 ; Boulestin, 1999 ; Thiol, 2002). Les préhistoriens ont été les premiers à se livrer à ce genre d’étude et ont développé les bases d’identification des modifications de surface intentionnelles ou accidentelles. F. Le Mort (1981) insistait, dès le début des années 1980, sur le détournement dont elles pouvaient faire l’objet : leur interprétation étant largement exploitée au détriment de leur reconnaissance et de leur analyse.

3Le terme de « modification de surface » comprend toute dégradation de la matière osseuse (végétale, animale, anthropique…), de nature non pathologique, c’est-à-dire toute lésion qui modifie l’apparence de l’os en effleurant la corticale ou en pénétrant profondément celui-ci. Une observation méticuleuse de ces dégradations peut permettre d’écarter, dans un premier temps, les atteintes dues aux animaux et aux végétaux. Par exemple, les griffades animales ont tendance à être curvilignes, à section en V, les atteintes végétales sont, pour leur part, désordonnées et à section en U. Les modifications de surface ne doivent pas être confondues avec les « altérations de la corticale » pour lesquelles l’agent dégradant est purement atmosphérique. Les modifications de surface de nature anthropique correspondent à la trace laissée par un outil, une arme, dont la lame, après avoir traversé les chairs, a fini sa course sur l’os lui-même.

4Pour prouver l’ancienneté de ces atteintes, il est primordial de vérifier que la patine de la région observée est identique à celle de la portion d’os environnante. Dans la pratique, il est recommandé d’observer les os en lumière rasante. Nous préconisons trois observations espacées dans le temps.

5Les impacts observés peuvent être à l’origine de la mort de l’individu (ante ou peri-mortem) ou être le résultat de manipulations du cadavre (post mortem).

Les sites retenus

6Dans le cadre de cette étude, plusieurs sites ont retenu notre attention.

Crotenay

  • 1 Une première approche des tombes à dalles de la nécropole mérovingienne de Crotenay a été réalisée (...)

7La nécropole mérovingienne de Crotenay (Jura), fouillée entre 1969 et 1977, a livré près de 450 individus, datés de la fin du ve au début du viiie s. Dès la fouille, C. et M. Mercier ont repéré plusieurs traces de violence. L’étude de la collection, réalisée par F. Gilles1, a permis de valider, dans un premier temps, trois impacts violents sur deux individus : « Il s’agit d’un coup porté latéralement sur le sommet du crâne ayant permis le détachement de la face. L’entaille descend au niveau des zygomatiques. » (sujet 378 : Gilles, 2001, p. 59). Le même individu présente une lésion importante sur le dessus de son scapula (omoplate) droite : « Le sujet a probablement reçu ce coup et celui porté au frontal lors d’une même altercation puisque aucune des deux lésions n’a cicatrisé. » (Gilles, 2001, p. 59).

8De même, la face antérolatérale de l’humérus droit du sujet 159 présente, sur son tiers distal (à proximité du coude), une entaille en partie cicatrisée (Gilles, 2001).

9Ces blessures ont été provoquées par des outils tranchants, vraisemblablement des armes.

Alésia, « Basilique Sainte-Reine »

10Le site de la « Basilique Sainte-Reine » à Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) a été partiellement exploré par V. Pernet au début du xxe s. (1906/1923). Dix sarcophages avaient alors été dégagés à cette époque. Les fouilles menées par P. Wahlen entre 1985 et 1993 ont permis la découverte de cinq sarcophages supplémentaires et d’une centaine de nouvelles inhumations réparties tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du sanctuaire (Wahlen, 1992). La lecture sur le terrain a été compliquée par le fait que beaucoup d’entre elles étaient perturbées soit par des remaniements d’époque médiévale (violation de sépulture, réaménagement du site), soit par les fouilles anciennes. La nécropole a été datée de la seconde moitié du vie s. au viie s.

11Pendant la campagne 2001 du chantier-école d’Alésia, la découverte fortuite, dans le dépôt archéologique, d’un tibia issu de la fouille de la basilique Sainte-Reine, a attiré notre attention. En effet, celui-ci présentait, sur sa face antérieure, proche du genou, deux entailles obliques (de bas en haut et de l’intérieur vers l’extérieur) et parallèles, espacées d’un peu plus de 2 cm. Le fond de ces impacts dans la corticale est patiné et la morphologie de l’enlèvement de matière implique une lame effilée (fig. 2). D’autres atteintes similaires ont été enregistrées sur un humérus droit (deux stries sur les faces postérieure et latérale), un fémur droit (deux entailles, dont une présentant un plan d’attaque de 2 cm, sur la face antérieure de l’os). Ces impacts doivent-ils être rapprochés des remaniements médiévaux ou sont-ils le reflet d’altercations ? La documentation sur ce site mériterait d’être reprise.

Fig. 2. Alésia, « Basilique Sainte-Reine ». Entailles sur l’extrémité proximale d’un tibia gauche (cl. É. Cartier).

Alésia, « les Champs de l’Église »

12Le site des « Champs de l’Église » a été exploré dans le cadre du chantier-école de l’Université de Bourgogne sous la responsabilité de F. Creuzenet de 1997 à 2001 et de G. Depierre jusqu’en 2003. La partie funéraire du site a livré 114 structures funéraires : inhumations primaires individuelles ou ossuaires (zones 1 et 2 confondues).

13Or, lors de la campagne 2002, nous avons reconnu des traces de blessures sur deux crânes d’une même structure. Celle-ci accueillait les restes déconnectés de plusieurs individus.

14L’un des crânes, déformé (fig. 3), porte la trace nette de la pénétration d’un outil. En effet, sur son frontal, à moins de 2 cm de son orbite droite, il présente une perforation en forme de « chapeau de gendarme ». Elle mesure 2,5 cm de long pour 0,5 cm de largeur maximale. La perforation est orientée du bas vers le haut et de l’extérieur vers l’intérieur. L’extrémité droite de la modification de surface est pointue tandis que son extrémité gauche est arrondie. Les parois de la perforation sont régulières. Si, sur la face exocrânienne, on reconnaît le profil de l’outil utilisé (une hache de jet ?), sur la face interne, l’enlèvement de matière osseuse est beaucoup plus important (enlèvement « en entonnoir renversé » de l’exocrâne vers l’endocrâne).

15Le sujet présente également une entaille sur le pariétal droit. Il s’agit d’un enlèvement de matière, concernant la table externe et le diploé, de 1,5 cm de long pour 0,6 cm de largeur maximale. Ce dernier impact a provoqué une fissuration et le décollement de la table interne.

Fig. 3. Alésia « Les Champs de l’Église ». Crâne déformé présentant un impact sur son frontal (cl. G. Depierre).

16Le crâne voisin, non déformé, porte des entailles proches de celles précédemment décrites (fig. 4). Sur le pariétal droit, à un peu plus d’1 cm de la suture sagittale et à 2,5 cm de la suture coronale, une perforation a été reconnue sur 2,9 cm de long et sur un maximum d’1 cm de large, découvrant une partie du diploé. Si on considère l’os dans sa position anatomique de référence, la perforation est oblique de l’arrière vers l’avant et de l’extérieur vers l’intérieur. Les enlèvements de matière, vraisemblablement occasionnés au moment où la lame a été retirée du crâne, sont très lisses, comme vernis. Ils sont contemporains de l’ensevelissement de l’individu.

17Il est possible de restituer le sens du coup : de la droite vers la gauche. Des répercutions sont visibles sur la face endocrânienne de l’os : enfoncement de la table interne et fissures, au même endroit, sur plus de 2,5 cm de long.

18Cette blessure a dû entraîner une hémorragie importante. L’étude du diploé montre un début de cicatrisation, ce qui prouve que l’individu a survécu quelque temps avant de mourir et que la blessure n’a pas provoqué une mort immédiate.

Bierry-les-Belles-Fontaines

19Enfin, le site de Bierry-les-Belles-Fontaines dans l’Yonne, a livré, lui aussi, quelques cas de violence. Plusieurs sarcophages avaient été découverts fortuitement à proximité de l’église actuelle dans les années 60. La fouille de sauvetage, dirigée par R. Biton dans les années 80, a permis la découverte de 231 inhumations datées de la fin ve s.- milieu du viie s. La reprise de l’étude biologique de cette collection en décembre 2002, par l’une d’entre nous (S. Thiol) a généré la découverte de quelques modifications de surface.

20Le crâne du sujet 218 a rapidement attiré notre attention. En effet, deux importantes modifications de surface marquent la moitié gauche de son frontal (fig. 5). Il s’agit de deux perforations linéaires résultant vraisemblablement d’une atteinte par arme blanche. La plus proche de l’orbite gauche mesure 2,6 cm de long. Elle est oblique du haut vers le bas et de l’intérieur vers l’extérieur. La partie médiale de l’impact est effilée alors que la partie latérale, plus large, est arrondie. Cet impact représente le négatif de l’objet (arme ou outil ?) ayant transpercé ce crâne. 2 cm plus haut, une deuxième perforation linéaire de 5 cm a été enregistrée : elle est quasi parallèle à la première. Contrairement au premier impact, on note une certaine uniformité de l’épaisseur de la lame tout le long de la perforation. La persistance d’une lamelle d’os entre les deux lésions permet, d’une part de restituer de façon plus satisfaisante la forme de l’objet à l’origine du premier impact, et d’autre part de préciser la chronologie des deux impacts puisque ladite lamelle recouvre en partie le deuxième impact.

Fig. 4. Alésia, « Les Champs de l’Église ». Crâne (a) avec entaille en « chapeau de gendarme » (b) (cl. É. Cartier, G. Depierre).

Fig. 5. Bierry-les-Belles-Fontaines. Impacts sur frontal gauche (cl. S. Thiol).

21Les deux impacts semblent avoir été effectués avec le même outil (ou la même arme) mais utilisé sous un angle différent. Le premier impact a été porté au-dessus du crâne, la lame et le dos de celle-ci ont laissé leur empreinte ; la seconde atteinte a été assénée d’avant en arrière et dans ce cas, seule la lame a pénétré le crâne. On observe un changement d’angle dans le maniement de la lame ainsi qu’une différence d’orientation du crâne, qui semble rejeté en arrière au moment du second impact sur le frontal gauche.

22L’hypothèse d’un premier impact violent accompagné d’un rebond de la lame n’est pas valide dans ce cas puisque, le second impact est plus puissant que le premier. Ces deux blessures ont pu, à elles seules, entraîner la mort puisqu’elles ont lésé le cerveau lui-même et entraîné une hémorragie (externe et interne) importante.

23Le premier impact décrit n’est pas sans rappeler celui vu à Alésia lors de la campagne 2002 (fig. 6).

24L’étude biologique du sujet 45 de Bierry-les-Belles-Fontaines a permis la mise en évidence de cassures sur os frais sur les fémur droit et tibia gauche de l’individu. Une fracture ellipsoïdale a été repérée au milieu de la diaphyse du fémur droit, libérant deux longues esquilles de 10 à 15 cm dont les extrémités sont dites « en bec de flûte ». De même, le tiers distal du tibia gauche est fracturé : la fracture est également ellipsoïdale et a permis l’individualisation de deux esquilles de 4 à 6 cm. Celles-ci présentent toutes les caractéristiques des cassures sur os frais. Associées à celles-ci, on peut noter la présence de fissures linéaires qui partent des lignes de fracture principales. Par ailleurs, une cassure sur os frais est soupçonnée sur le tiers mésial de la clavicule gauche mais, en raison de la faible épaisseur de la corticale à cet endroit, il est difficile d’être formel. Ces lésions du membre inférieur ont dû entraîner une hémorragie importante (section de l’artère fémorale notamment) qui a provoqué une mort rapide. Il pourrait s’agir dans ce cas d’une chute d’une hauteur importante ou d’un choc frontal à mettre en relation avec les activités quotidiennes de l’individu.

Enregistrement de la conservation des os

25La découverte de quelques modifications de surface dans un échantillon doit conduire automatiquement à un réexamen de l’ensemble de la collection afin de se donner les moyens d’enregistrer systématiquement les moins violentes et donc les moins voyantes. Pour repérer d’autres anomalies similaires sur la totalité de l’échantillon et pour juger du nombre d’os lésés, quelques précautions doivent être prises. Il faut pouvoir juger de la conservation de l’intégralité de l’os et de l’état de la couche superficielle de l’os compact qu’on appelle aussi corticale sur laquelle se concentrent la plupart des modifications de surface.

26Une archéozoologue, A. K. Behrensmeyer, a étudié les altérations de la corticale des os liées au climat et aux processus physico-chimiques. Celles-ci se traduisent par des détériorations macroscopiques (fissuration, écaillage qui finissent par mener à la fragmentation). Ces phénomènes interviennent sur l’os in situ, soit à la surface, soit à l’intérieur du sol. Elle a défini six stades s’échelonnant de l’os encore frais (stade 0), entouré de lambeaux de chairs, à l’os entièrement altéré (stade 5) dont il ne reste que le canal médullaire (Behrensmeyer, 1978).

27Cette méthode a été utilisée, dans le cadre de notre étude, pour qualifier la conservation des os étudiés mais aussi pour interpréter l’histoire taphonomique de nos échantillons. En effet, l’observation de ce degré de conservation est fondamentale dans le cas des ossuaires pour appréhender la rapidité de réenfouissement des os mais aussi pour juger du remaniement de ces derniers. Si les os altérés se concentrent au même endroit (couche d’apparition, couche directement en contact avec le sol…), nous pourrons supposer que le dépôt n’a pas été remanié alors que, si les mêmes os altérés sont répartis aléatoirement, il est fort probable que le dépôt a subi des perturbations ou qu’il est constitué d’os provenant d’origines différentes.

28Suite à la découverte des crânes lésés dans la structure 7 des « Champs de l’Église » à Alésia, nous avons décidé de porter notre attention sur l’ensemble de l’échantillon (fig. 7-8). Nous cherchions, en effet, à mettre en évidence d’éventuelles traces de violence qui nous auraient échappé au démontage. En outre, la nature même de la structure, un ossuaire, laissait présager des traces de remaniements par les auteurs des déplacements des pièces osseuses : traces de piochage, bris des os longs, donnant des indications sur la chronologie des manipulations.

Fig. 6. Similitudes (c) entre deux impacts sur les crânes de Bierry-les-Belles-Fontaines (a) et Alésia (b) (en gris clair, lamelle d’os entre les deux impacts) (S. Thiol).

Fig. 7. Tableau récapitulatif de la composition de l’échantillon.

Fig. 8. Tableau récapitulatif de la conservation de la corticale.

29Les os à faible épaisseur de corticale sont bien conservés (84 % de stades 1-2), par conséquent, ils ont été réenfouis peu de temps après leur exhumation. Il ne s’agit donc pas de restes erratiques gisant sur le niveau de circulation.

  • 2 Sont considérés comme des os courts : carpe, tarse, corps vertébraux, épiphyses, patella.
  • 3 Sont considérés comme des os plats : scapula, os coxal, crâne, côte, sternum.
  • 4 Sont considérés comme des os irréguliers : vertèbres complètes.

30Notre échantillon est constitué à 64 % d’os à faible épaisseur de corticale (os court2, os plat3, os irrégulier4, os immature) et de dents. Ceux-ci se prêtent plus difficilement à l’observation d’impacts que les os longs (1/3 de l’échantillon) dont l’épaisseur de corticale préserve mieux les informations.

31Il n’est donc pas étonnant que seules dix pièces osseuses (sur 1200) aient retenu notre attention. Nous avons ainsi reconnu deux entailles sur la face latérale d’une diaphyse de radius, une fracture en bec de flûte sur une diaphyse de fibula…

Approche de la chronologie de la fracturation des os

32L’étude des modifications de surface passe aussi par l’approche de la chronologie de la fracturation des os. En effet, il est possible de différencier les fractures osseuses survenues autour de la période du décès (aussi longtemps que l’os conserve sa trame protéinique) et celles survenues longtemps après la mort de l’individu (os minéralisé). Cette observation est réalisable sur tous les os qui présentent une épaisseur importante de corticale, c’est-à-dire quasi exclusivement les os longs adultes.

33Il est impossible d’évaluer le temps nécessaire au passage de l’état dit « frais » de l’os à celui dit « sec » ; les spécialistes sont loin d’être unanimes sur les critères de reconnaissance. L’uniformité de la patine entre la corticale et le corps de la fracture, la texture lisse de la tranche de celle-ci, la présence d’angles obtus ou aigus, de spirales, d’enroulements de corticale, de sections dites « en bec de flûte » sont les critères que nous avons retenus pour caractériser les fractures concernant l’os à l’état frais (Thiol, 2002).

Approche paléo-sociologique

34Le site mérovingien de Crotenay appartient à une région de passage et les découvertes exposées dans cet article pourraient témoigner de relations brutales entre populations indigènes et populations allogènes. Mais qu’en est-il pour les populations de Bierry-les-Belles-Fontaines et d’Alésia ? Si pour ce dernier site, la faible abondance de mobilier en fait un cimetière classique (Depierre, 2002), Bierry-les-Belles-Fontaines se rapproche des « cimetières aristocratiques » du nord et de l’est de la France (Biton, Depierre, 1991).

35Or, la proportion de traces de violence est identique sur ces trois sites : à peine plus de trois ou quatre exemples sur plusieurs centaines d’individus. Les blessures observées sont-elles imputables à des conflits organisés ou à quelques altercations privées ?

36L’étude menée par l’une d’entre nous (S. Thiol) a montré qu’il est extrêmement difficile de reconnaître les causes de mort violente car elles laissent peu de traces sur l’os (à Ribemont-sur-Ancre, sur 466 individus morts au combat, seules 66 blessures ont été reconnues parmi lesquelles deux mortelles) (Thiol, 2002). Par conséquent, les quelques cas de blessures repérées sur les échantillons mérovingiens représentent peut-être une infime partie des morts violentes.

Approche des pratiques funéraires

37Mais l’analyse des modifications de surface peut aussi apporter des informations sur les pratiques funéraires.

38Un travail universitaire (Cartier, 2003) a été mené sur deux ossuaires d’Alésia les « Champs de l’Église » (S. 62 et S. 66), structures qui, par définition, accueillent des os partiellement ou totalement déconnectés. L’échantillon traité regroupe 549 os appartenant à des adultes et en moindre quantité à des immatures. La faible représentation (seulement trois fragments de crâne dans S. 66 et une patella sur l’ensemble des deux ossuaires) laisse penser soit que le ramassage des os a été délibérément sélectif, soit que des remaniements ont entraîné des pertes, qui ont pu s’amplifier à chaque changement de lieu de dépôt.

39Afin de juger des manipulations dont ces restes ont fait l’objet, la taille moyenne de chaque fragment a été cotée (fig. 9-10). Dès lors, il apparaît une différence entre les deux structures. Dans l’ossuaire 66, les os longs sont peu fragmentés, ce qui pourrait suggérer soit qu’ils ont été peu manipulés, soit qu’ils ont fait l’objet d’une attention particulière à chaque déplacement. En revanche, les os de l’ossuaire 62, très fragmentés, auraient subi des manipulations plus nombreuses soit d’un lieu de dépôt à un autre, soit au sein même de la structure.

Fig. 9. Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 66 – S. 62. Synthèse des mesures sur les os adultes.

Fig. 10.Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 66 – S. 62. Synthèse des mesures sur les os immatures.

40Afin de juger de l’état de « fraîcheur » des cadavres au moment de ces manipulations, une recherche d’éventuelles modifications de surface a été menée. L’absence de celles-ci, dans l’ossuaire 66, suggère que la fragmentation des os a eu lieu après la décomposition totale des individus. Une donnée de terrain vient pondérer cette affirmation : lors du démontage, deux vertèbres cervicales basses avaient été observées en connexion lâche ce qui indiquerait une manipulation pendant la décomposition. Ce bloc de connexion plutôt labile, c’est-à-dire supposé se disloquer assez tôt dans le processus de décomposition, appartient à un individu représenté de façon très lacunaire, dont on est en droit de penser qu’il a subi plusieurs manipulations. Ce bloc a-t-il été préservé par hasard (pris dans une motte de terre ou dans le reste d’une enveloppe funéraire…) ? Cette connexion anatomique conservée pourrait attester d’une manipulation sur un cadavre incomplètement décomposé n’ayant fait l’objet d’aucune nouvelle intervention par la suite.

41Nous avons reconnu dans la structure 62 deux fractures en « bec de flûte » (sur os frais) et trois modifications de surface sur un même os (fig. 11). Les cassures sur os frais ont la même valeur chronologique que les connexions conservées, et elles permettent d’envisager que les manipulations ont été effectuées par les contemporains stricts des défunts, c’est-à-dire de leur propre génération, ou au plus la suivante.

42Les manipulations étant avérées soit sur des cadavres en cours de décomposition soit sur des lots d’os minéralisés, la question s’est posée de savoir ce qu’il advenait de ces os une fois exclus de leur dépôt primaire. L’étude de l’altération de la corticale révèle que plus de 80 % des os sont bien conservés (stades 1-2) (fig. 12).

Fig. 12. Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 62 – S. 66. Stades d’altération de la corticale.

43La présence de quelques os altérés au contact d’os bien conservés (fig. 13) suggère que les pièces osseuses n’ont pas toutes subi les mêmes expositions aux intempéries. Le fait qu’elles se retrouvent au contact les unes des autres implique une, voire plusieurs, manipulations (décomposition différée, en des lieux différents). Ces observations confortent l’hypothèse d’un dépôt secondaire. Elles permettent aussi d’affirmer que les os des ossuaires ne gisaient pas à même le sol, ce qui a été confirmé d’une part par les observations archéologiques et d’autre part par la superposition des relevés de fouilles. Des effets de délimitations linéaires et de parois sont apparus (fig. 13) dessinant des espaces. Ils matérialisent des sortes de structures d’accueil aménagées, bordées de dalles de calcaire, assimilables à l’empreinte de coffres en matériau périssable (bois). Ces ossuaires bénéficient donc de structures comparables à celles des sépultures primaires.

Fig. 11. Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 62. Impacts (a) à l’origine de la fracture sur os frais (b).

Fig. 13. Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 66. Répartition des stades d’altération de la corticale et effets de délimitation linéaire.

44Toutes ces données cumulées sont lourdes de conséquences pour l’interprétation des ossuaires dans l’approche des pratiques funéraires du haut Moyen Âge. En effet, ceux-ci ne peuvent plus être considérés comme des zones de rejet. En outre, ils intègrent les rangées de sépultures primaires ou sont accolés à ces dernières. Il devient alors difficile de voir ces ossuaires comme de simples rangements de restes erratiques : ce sont de véritables sépultures secondaires.

45L’opportunité a été donnée à l’une d’entre nous (G. Depierre) de travailler sur les os néolithiques de Chassey-le-Camp. Par la suite, un autre auteur (S. Thiol) a été intégré à l’équipe archéo-anthropologique de l’UMR 5594. Enfin, la formation universitaire dans le cadre du chantier-école d’Alésia a apporté la possibilité à l’une d’entre nous (É. Cartier) d’intégrer le circuit de la recherche. Une dynamique a ainsi été créée, tournée vers la sensibilisation à la reconnaissance, l’analyse et l’interprétation des modifications de surface. Cela a été l’occasion de regarder d’un autre œil les collections ostéologiques du haut Moyen Âge.

46Notre étude a permis de documenter quelques cas de violence au sein de populations considérées comme paysannes qui figurent rarement dans les sources judiciaires (Couderc-Barraud, 2001 ; Delumeau, 2001 ; Gauvard, 2001).

47D’autre part, l’analyse menée sur les ossuaires d’Alésia permet d’approcher une gestion du cadavre qui nous échappait jusqu’alors. Nos observations vont à l’encontre d’une iconographie médiévale, telle le tableau des « Donnes aux pauvres et aux pèlerins pendant l’inhumation » (Heures du xve s., pl. x ; Alexandre-Bidon, Treffort, 1993) qui a tendance à montrer des os extraits des sépultures primaires, laissés à même le sol, sans attention particulière et livrés aux intempéries.

Bibliographie

Bibliographie

Alexandre-Bidon, Treffort 1993 : Alexandre-Bidon (D.), Treffort (C.) dir. — À réveiller les morts : la mort au quotidien dans l’Occident médiéval. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1993. 320 p.

Behrensmeyer 1978 : Behrensmeyer (A.K.). — Taphonomic and ecologic information from bone weathering. Paleobiology, 4, 2, 1978, p. 150-162.

Biton, Depierre 1991 : Biton (R.), Depierre (G.). — Bierry-les-Belles-Fontaines. Les Dossiers d’Archéologie, 157, 1991, p. 74-75.

Boulestin 1999 : Boulestin (B.). — Approche taphonomique des restes humains, le cas des Mésolithiques de la Grotte des Perrats et le problème du cannibalisme en préhistoire récente européenne. Oxford : Archéopress, 1999. 142 p. (British Archaeological Reports, international séries ; 776).

Cartier 2003 : Cartier (É.). — Approche de la notion de sépulture secondaire : deux ossuaires d’Alésia – Les Champs de l’Église (Alésia, Côte-d’Or). Mémoire de Maîtrise. Dijon : Université de Bourgogne, 2003. 67 p., 56 fig.

Couderc-Barraud 2001 : Couderc-Barraud (H.). — Le duel judiciaire en Gascogne d’après les cartulaires. In : Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris : Publ. de la Sorbonne, 2001, p. 97-115 (Série Histoire Ancienne et Médiévale ; 62).

Delumeau 2001 : Delumeau (J.-P.). — Sociétés, cadres de pouvoir et règlement des conflits en Italie du Xe siècle à l’émergence des juridictions communales. In : Le règlement des conflits au Moyen Âge. Paris : Publ. de la Sorbonne, 2001, p. 167-188 (Série Histoire Ancienne et Médiévale ; 62).

Depierre 2002 : Depierre (G.). — Alésia (Alise-Sainte-Reine, 21) « Les Champs de l’Église ». Le cimetière mérovingien. DFS de fouilles archéologiques. Dijon : SRA Bourgogne, 2002. 81 p., 111 fig.

Depierre 2005 : Depierre (G.). - Comportements funéraires originaux des chasseurs du niveau 7 de la Redoute au Camp de Chassey. In : Thevenot (J.-P.). - Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du camp de la Redoute, Dijon, SAE, 2005, p. 439-457 (Suppl. à la Revue Archéologique de l'Est ; 22)

D’Errico, Villa 1996 : D’Errico (F.), Villa (P.). — Holes and grooves : the contribution of microscopy and ta phonomy to the problem of arts origins. Journal of Human Evolution, 33, 1996, p. 1-31.

Gauvard 2001 : Gauvard (C.). — Conclusion. In : Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris : Publ. de la Sorbonne, 2001, p. 369-391 (Série Histoire Ancienne et Médiévale ; 62).

Gilles 2001 : Gilles (F.). — La nécropole mérovingienne de Crotenay (Jura) : étude anthropologique des « tombes à dalle ». Mémoire de DESS, Dijon, Université de Bourgogne, 2001. 91 p., 100 fig.

Le Baron 1881 : Le Baron (J.). — Lésions osseuses de l’homme préhistorique en France et en Algérie. Thèse de Doctorat en Médecine. Paris : Université de Paris, 1881. 118 p.

Le Mort 1981 : Le Mort (F.). — Dégradations artificielles sur des os humains du Paléolithique. Thèse de Doctorat. Paris : Université Paris VI, 1981. 170 p.

Poplin 1985 : Poplin (F.). — Les Gaulois dépecés de Gournay-sur-Aronde. In : Gournay-1, les fouilles sur le sanctuaire et l’oppidum. p. 147-164 (Revue archéologique de Picardie, 1985).

Thiol 2002 : Thiol (S.). — Les guerriers gaulois de Ribemont-sur-Ancre (IIIème siècle av. J.-C., Somme). Blessures au combat et traitement du cadavre. Thèse de Doctorat. Bordeaux : Université de Bordeaux 1, 2002. 404 p., 229 fig.

Wahlen 1992 : Wahlen (P.). — Alésia, « Cimetière Saint-Père ». Basilique Sainte Reine. DFS de fouilles archéologiques. Dijon : SRA Bourgogne, 1992. 36 p., 29 fig.

White 1992 : White (T.D.). — Prehistoric cannibalism at Mancos, 5MT-UMR-2346. Princeton : Princeton University Press, 1992. 148 p.

Notes

1 Une première approche des tombes à dalles de la nécropole mérovingienne de Crotenay a été réalisée par F. Gilles dans le cadre d’un stage de DESS encadré par G. Depierre. La monographie du site est en cours.

2 Sont considérés comme des os courts : carpe, tarse, corps vertébraux, épiphyses, patella.

3 Sont considérés comme des os plats : scapula, os coxal, crâne, côte, sternum.

4 Sont considérés comme des os irréguliers : vertèbres complètes.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de répartition des sites de cette étude présentant des traces de violence en Bourgogne et Franche-Comté.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 2. Alésia, « Basilique Sainte-Reine ». Entailles sur l’extrémité proximale d’un tibia gauche (cl. É. Cartier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 3. Alésia « Les Champs de l’Église ». Crâne déformé présentant un impact sur son frontal (cl. G. Depierre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4. Alésia, « Les Champs de l’Église ». Crâne (a) avec entaille en « chapeau de gendarme » (b) (cl. É. Cartier, G. Depierre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5. Bierry-les-Belles-Fontaines. Impacts sur frontal gauche (cl. S. Thiol).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 6. Similitudes (c) entre deux impacts sur les crânes de Bierry-les-Belles-Fontaines (a) et Alésia (b) (en gris clair, lamelle d’os entre les deux impacts) (S. Thiol).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 7. Tableau récapitulatif de la composition de l’échantillon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8. Tableau récapitulatif de la conservation de la corticale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 9. Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 66 – S. 62. Synthèse des mesures sur les os adultes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Fig. 10.Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 66 – S. 62. Synthèse des mesures sur les os immatures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 12. Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 62 – S. 66. Stades d’altération de la corticale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 11. Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 62. Impacts (a) à l’origine de la fracture sur os frais (b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 13. Alésia, « Les Champs de l’Église », S. 66. Répartition des stades d’altération de la corticale et effets de délimitation linéaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14067/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search