Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Identification expérimentale des techniques de façonnage des poteries archéologiques

Rémi Martineau

Texte intégral

Une approche qui repose sur un contexte ethno-archéologique et anthropologique

1Les études ethno-archéologiques ont montré que la culture matérielle des sociétés ne revêt pas seulement un caractère technique, mais également culturel, social et/ou économique (Lemonnier, 1976 ; 1986). Ces résultats ethnologiques sont sans doute valables aussi pour les sociétés du passé étudiées en archéologie.

2L’étude de la diversité et de l’évolution des techniques céramiques est plus complexe et plus riche qu’on ne le croyait jusqu’à présent. Dans les sociétés traditionnelles africaines (Gosselain, 1995 ; Gallay et alii, 1998), indonésiennes (Rye, 1981 ; Pétrequin, Pétrequin, 1999) ou sud-américaines (Arnold, 1989), la diversité des techniques est plus importante que ne le présentent habituellement les archéologues (Balfet et alii, 1989 ; Di Caprio 1985). De plus, la répartition spatiale des techniques céramiques reflète généralement les entités sociales, ethniques et/ou linguistiques (De Crits, 1994 ; Gosselain, 2001 ; 2002). Ces résultats ethno-archéologiques montrent ainsi que la diversité des techniques pourrait s’avérer très utile pour la reconstitution des contextes sociaux et culturels des sociétés archéologiques (Lemonnier, 1986 ; Latour, Lemonnier, 1994).

3Jusqu’à présent les études archéologiques se sont principalement focalisées sur les aspects typologiques, morphologiques et décoratifs de la poterie. Pourtant, comme nous venons de le voir, l’ethno-archéologie a montré que les techniques reflètent souvent mieux les entités sociales, ethniques et linguistiques que la typologie céramique (Gallay et alii, 1998 ; Gosselain, 1995). Ceci s’explique par le fait que les savoir-faire et les connaissances techniques sont transmis de génération en génération par apprentissage direct. Ainsi, les techniques de fabrication sont régies par des règles et des habitudes apprises, dont les artisans dévient assez peu. Copier la forme ou le décor d’une poterie ne suffit pas à en faire une copie techniquement identique. En effet, une même forme peut être obtenue par des voies techniques très différentes les unes des autres.

4Les classifications typologiques des formes et des décors des poteries archéologiques permettent de restituer avec précision les variations spatiales et chronologiques. L’efficacité de cette approche est due aux changements rapides des formes et des décors des poteries, à l’instar des phénomènes de mode et des changements rapides observés dans la plupart des sociétés. Cependant, ces modes décoratives circulent et sont parfois copiées par des potiers appartenant à d’autres groupes sociaux, ethniques ou linguistiques. La répartition des styles morphologiques et décoratifs ne coïncide pas toujours avec celle des entités sociales, ethniques ou linguistiques, contrairement aux techniques de façonnage des poteries qui présentent une meilleure corrélation. C’est pour cette raison que les ethno-archéologues insistent tant sur l’importance d’étudier les techniques céramiques, et non plus seulement les formes et les décors, comme on a l’habitude de le faire en archéologie. Pourtant, la technologie constitue une approche complémentaire de la typologie, mais ne doit pas se substituer à elle. La diversification des méthodes d’étude doit au contraire permettre une approche multiple et intégrée des poteries archéologiques.

État de la question. Problématiques. Objectifs

5Dans l’ensemble, on connaît mal les techniques de fabrication des poteries archéologiques non tournées. Un état détaillé de la question a été publié en 2002 (Martineau, 2002a). Les méthodes d’identification de ces techniques sont elles-mêmes peu développées et rarement appliquées (Martineau, 2000 ; 2002a). Quelles observations, quels critères et quelles références techniques doivent être utilisés pour reconstituer le façonnage, les traitements de surface et les finitions des poteries ? L’interprétation des critères techniques ne peut être réalisée que sur la base de données ethnographiques et/ou expérimentales. Ces données actuelles constituent les références indispensables aux interprétations et identifications techniques.

6L’objectif de cet article est de donner les principes d’une méthode d’étude archéologique et expérimentale pour l’identification des techniques de façonnage des poteries (Martineau, 2000 ; 2002a ; 2002b ; 2003). Ces études doivent associer des observations archéologiques, des analyses et des mesures, des données ethno-archéologiques, intégrées à des contextes archéologiques où les problématiques sont clairement posées.

7Nous présenterons une brève description de la méthode générale d’étude, puis les catégories de traces et critères techniques qui peuvent être observés sur une poterie. Nous tenterons également de définir et expliquer le rôle et l’importance de l’approche expérimentale en archéologie, en particulier pour ce qui concerne la reconnaissance du façonnage des poteries. Afin d’illustrer cette présentation méthodologique, nous utiliserons des exemples tirés d’études de cas des sites lacustres néolithiques de Chalain (Jura, France).

Méthode générale pour l’étude des techniques de façonnage

8Le schéma de la figure 1 résume les principales étapes de l’étude technologique des céramiques archéologiques. Pour une grande part, cette méthode peut d’ailleurs être applicable à d’autres catégories d’objets que la poterie.

9Les deux premières étapes consistent à observer, puis enregistrer les données macro et microscopiques des poteries, avec les méthodes et les outils adaptés (fig. 1, étape 1). Sur la base de ces données, il est possible d’établir des hypothèses sur les chaînes opératoires et les techniques qui sont susceptibles d’avoir été utilisées pour le façonnage (étape 2). L’expérimentation sert à tester les hypothèses de travail élaborées à l’étape précédente, en intégrant l’imagination scientifique et les acquis ethnoarchéologiques et expérimentaux antérieurs (fig. 1, étape 3). Au fur et à mesure, les nouvelles expériences constituent de nouvelles références ou modèles qui viennent compléter ou modifier notre connaissance. Tous les produits expérimentaux doivent être analysés de la même manière que les objets archéologiques, afin d’en connaître tous les détails techniques (fig. 2, étape 4). Le dernier stade de la démarche est de comparer les résultats expérimentaux aux observations archéologiques initiales (fig. 1, étape 4 et fig. 2, étape 5). Cette comparaison permet, lorsque cela est nécessaire, de modifier les expériences suivantes ou d’utiliser d’autres références ethno-archéologiques et/ou expérimentales (fig. 1, étape 5 et fig. 2, étape 6).

Fig. 1. Méthode générale d’étude des techniques de façonnage des poteries. L’enregistrement et l’analyse des observations techniques sont associés aux approches expérimentales et ethno-archéologiques.

Fig. 2. Méthode expérimentale. Le principe est basé sur la comparaison des données expérimentales et archéologiques. Le processus comparatif doit être répété autant de fois que cela est nécessaire.

10Malheureusement, l’approche expérimentale en archéologie a trop souvent été conduite sans lien réel ou étroit avec les données archéologiques. Cela peut paraître absurde, mais pourtant trop commun. Au contraire, si on veut que les expériences aient un intérêt pour la connaissance archéologique, il est indispensable qu’elles soient menées en étroite relation avec les observations archéologiques. Les expériences doivent tenter de respecter au mieux et au plus près les matières premières (nature de l’argile ; nature, granulométrie et quantité des inclusions) et les observations techniques telles que les traces et structures de façonnage observées sur les pots. Les produits expérimentaux doivent être analysés avec les mêmes moyens d’observation et les mêmes méthodes que les produits archéologiques. Une des dernières étapes de la démarche consiste à comparer les observations et analyses archéologiques aux données expérimentales. En fonction des résultats de cette comparaison, deux options sont possibles (fig. 2, étape 5). Dans le premier cas, les poteries expérimentales sont strictement similaires aux exemplaires archéologiques. Dans ce cas, le processus peut s’arrêter en permettant de réaliser les interprétations techniques définitives ; la technique ou la combinaison de techniques archéologiques a alors été identifiée et reconstituée (fig. 2, étape 6a). Dans le second cas, les poteries expérimentales sont encore partiellement ou complètement différentes des poteries archéologiques et les expériences doivent alors êtres modifiées et renouvelées, après de nouvelles observations et vérifications archéologiques (fig. 2, étape 6b). Il s’agit d’une démarche assez simple et déjà parfaitement connue et appliquée dans toutes les disciplines qui utilisent l’approche expérimentale, déjà très ancienne en médecine (Bernard, 1865). Seule l’application stricte de cette démarche peut permettre de pratiquer une archéologie expérimentale utile et efficace pour le développement des connaissances en archéologie.

Observations macro et microscopiques. Matériels et techniques

11Les observations macroscopiques sont d’abord réalisées à l’œil nu. La majeure partie des observations techniques peut être réalisée ainsi. Le recours à la loupe binoculaire est souvent nécessaire pour étudier en détail les états de surface et les traces. Toutes ces observations doivent être enregistrées, dessinées et macro photographiées.

12Dans certains cas, la radiographie des poteries aux rayons X constitue un bon outil d’analyse des techniques de façonnage (Pierret, 1994 ; 2000 ; Livingstone-Smith, 2001a).

13L’observation microscopique des structures de la pâte et de la répartition granulométrique des inclusions peut également s’avérer parfois nécessaire pour identifier certaines techniques. C’est notamment le cas pour l’identification des techniques de tournage (Roux, Courty, 1998 ; Courty, Roux, 1995) ou de battage (Martineau, à 2005). L’étude microscopique peut être menée soit avec un microscope pétrographique polarisant sur lames minces, soit avec un microscope optique à réflexion sur sections polies.

Enregistrement des observations techniques

Description technique d’une poterie et catégories d’observation

14Les observations techniques doivent être effectuées dans deux dimensions : en coupe et en surface. Cependant ces catégories ne doivent pas être confondues avec le fait que les traitements de surface sont observables aussi bien en section verticale ou horizontale qu’en surface. En coupe, trois orientations doivent être observées : verticales, horizontales et tangentielles (Whitbread, 1996 ; Pierret, 1994) (fig. 3). Les observations techniques doivent être conduites aussi bien sur la surface intérieure que sur la surface extérieure des pots. Les observations en coupe peuvent souvent être reliées à celles qui ont été réalisées en surface ; le complément de l’une et de l’autre apporte ainsi la troisième dimension à certaines observations techniques.

Fig. 3. Les différentes orientations pour la description d’une poterie : horizontale, verticale et tangentielle en coupe ; interne ou externe en surface.

Les photographies

15Les photographies sont absolument essentielles pour documenter les traces et critères techniques observés sur les poteries. Le plus souvent, elles sont plus instructives qu’une longue description. La micro et macro photographie argentique pose généralement d’importants problèmes de profondeur de champ. Ces problèmes peuvent être résolus par l’utilisation d’un pied photo et l’allongement de la durée d’exposition (corrélativement à une faible ouverture du diaphragme). Mais le moyen le plus efficace pour éviter ce problème de profondeur de champ est d’utiliser un appareil photo numérique en mode macro photo.

Les dessins techniques

16L’enregistrement des observations techniques sur des dessins est une pratique très rare, malgré quelques exceptions (Rye, 1981 ; Huysecom, 1994 ; Ronchi et alii, 1994 ; Livingstone-Smith, 2001a ; 2001b). Nous avons élaboré et testé l’enregistrement systématique des traces et structures techniques de 700 poteries archéologiquement complètes des sites de Chalain/Clairvaux (Jura, France) (Martineau, 2000). Ces dessins techniques respectent parfaitement la codification typologique des poteries couramment utilisée en archéologie (fig. 4). L’intérieur et la coupe sont représentés dans la partie gauche et l’extérieur dans la partie droite. Les coupes ne doivent pas être noircies ou hachurées. Le dessin au point est uniquement utilisé pour les décors. Dans la plupart des cas, sauf lorsque le décor couvre entièrement la surface, le même dessin comprend à la fois les informations typologiques et techniques (fig. 4). Le dessin comprend les structures, les fractures et les variations morphologiques visibles en coupe aussi bien qu’en surface.

17Ces enregistrements des observations facilitent le traitement des données. Tous les tessons ou les pots d’un corpus peuvent être analysés, ce qui permet de quantifier les observations. De plus, les données techniques sont ainsi situées à leur emplacement exact sur les poteries, ce qui permet d’analyser rapidement la position et l’orientation de toutes les traces ou structures. Les données typologiques et technologiques peuvent ainsi être facilement reliées entre elles, décrites en détail et quantifiées pour chaque partie d’une poterie (fond, panse, col, bord).

Catégories d’observations et de critères techniques

18Les observations et critères techniques présentés sont des exemples archéologiques qui ont bien entendu été identifiés à partir d’expériences, selon la méthode présentée précédemment.

19Les différents types de données techniques observables sur une poterie peuvent êtres présentés en deux groupes : observations en coupe et observations en surface. En coupe, on peut observer des fractures caractéristiques correspondant à des jonctions fragiles entre les différentes parties associées d’une poterie (fig. 5a). Cela peut être des jonctions entre des plaques, entre des colombins ou entre deux parties du pot montées séparément. Des informations sur le façonnage peuvent également être obtenues par l’étude des structures. Lors du montage, la pâte (argile, eau et inclusions) subit des déformations mécaniques dues aux actions du potier. Ces déformations de la pâte restent parfois inscrites dans la structure de la poterie. Pour cette raison, on appelle « structure de la pâte », toutes les « configurations » ou « figures » visibles en coupe et correspondant à une organisation particulière de l’argile et des inclusions. Les structures constituent un critère essentiel pour l’identification des techniques de façonnage de la poterie. Les fractures caractéristiques sont en fait des structures qui se sont séparées en suivant les zones de raccord entre les parties jointes.

20L’organisation des particules d’argile et des inclusions dans la pâte (fig. 5b) constituent des structures qui participent à l’identification des techniques utilisées. Un troisième type d’observation en coupe concerne les variations morphologiques et d’épaisseur de la pâte. C’est le cas par exemple d’un des critères caractéristiques du battage qui, en surface se présente sous la forme de « facettes » ou « aplats » et, en coupe montre des variations morphologiques et d’épaisseur (fig. 5c). Ces deux critères sont bien entendu reliés entre eux.

21Des observations microscopiques doivent parfois êtres réalisées pour identifier certaines techniques. La figure 5d montre un exemple d’une fine couche d’argile, exempte de grosses inclusions sous la surface, déposée sur la surface externe au moment des jonctions entre les colombins.

Fig. 4. Description d’un dessin technique pour l’enregistrement des observations techniques sur les poteries. La coupe et l’intérieur sont représentés dans la partie gauche ; l’extérieur est figuré dans la partie droite.

Conclusions et perspectives

22Le problème le plus important qui reste à résoudre est l’absence d’une méthode complète d’étude des techniques de façonnage et le manque de références expérimentales et/ou ethno-archéologiques. Ces deux problèmes freinent considérablement le développement des applications archéologiques. Pourtant, une partie des références est déjà disponible. Mais surtout, de très nombreuses traces et structures sont observables sur les poteries archéologiques, comme nous l’avons montré précédemment. Toutes ces observations, une fois dessinées et photographiées, permettent d’élaborer des hypothèses techniques et de discuter la validité ou l’exhaustivité des référentiels.

23À cause des risques de convergence, il est important d’insister sur le fait que plusieurs des catégories de critères qui ont été définies sont nécessaires pour permettre une bonne identification technique.

24Le réel intérêt anthropologique de ces études des techniques de façonnage devrait encourager son développement. Pour conclure, nous voudrions rappeler la nécessité fondamentale d’associer les observations techniques archéologiques à la mise en place de références expérimentales et/ou ethno-archéologiques. L’association de ces approches est la seule voie qui pourra permettre de reconstituer les techniques de façonnage des poteries.

Remerciements

25Je souhaiterais remercier le Dr. Prof. M. Maggetti et toute son équipe pour les deux années très fructueuses que j’ai passées avec eux au Département de Géosciences de l’Université de Fribourg (Suisse).

26Je remercie notamment le Dr. V. Serneels qui m’a aidé à construire mon projet de recherche. Je voudrais également remercier le Dr. P. Pétrequin (CNRS, Besançon, France) qui m’a aidé dans les débuts de ma recherche sur l’identification des techniques de façonnage.

27Cet article a été écrit pendant mes deux années de recherche post-doctorale au Département de Géosciences de l’Université de Fribourg (Suisse), grâce au soutien financier de la Fondation Fyssen, puis du programme Lavoisier du Ministère des affaires étrangères français.

28Sauf mention contraire, toutes les photos et figures sont de l’auteur.

Fig. 5. Catégories de critères d’identification des techniques de façonnage. Observations sur des poteries néolithiques du site de Chalain (Jura, France).

Bibliographie

Bibliographie

Arnold 1989 : Arnold (D. E.). — Ceramic theory and cultural process. Cambridge : Cambridge University Press, 1989. XI-258 p., ill. (New Studies in Archaeology).

Balfet et alii 1989 : Balfet (H.), Fauvet-Berthelot (M.-F.), Monzon (S.). — Lexique et typologie des poteries : pour la normalisation de la description des poteries. Paris : CNRS, 1989. 146 p., ill.

Bernard 1865 : Bernard (C.). — Introduction à l’étude de la médecine expérimentale. Paris, 1865 (1ère édition), réimpr. E. Flammarion, 1987. 318 p.

Courty, Roux 1995 : Courty (M.-A.), Roux (V.). — Identification of the wheel throwing on the basis of ceramic surface features and microfabrics. Journal of archaeological Science, 22, 1995, p. 17-50.

De Crits 1994 : De Crits (E.). — Style et technique : comparaison interethnique de la poterie subsaharienne. In : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel : Actes des XIVème Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, oct. 1993. Juan-les-Pins : APDCA, 1994, p. 343-350.

Di Caprio 1985 : Di Caprio (C. N.). — La ceramica in Archeologia : antiche tecniche di lavorazione e moderni metodi d’indagine. Firenze : L’Erma di Bretschneider, 1985.

Gallay et alii 1998 : Gallay (A.), Huysecom (É.), Mayor (A.). — Peuples et céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) : un bilan de cinq années de missions (1988-1993). Mainz : Ph. von Zabern, 1998, 133 p. (Terra Archaeologica ; III).

Gosselain 1995 : Gosselain (O.). — Identités techniques : le travail de la poterie au Cameroun méridional. Thèse de doctorat. Bruxelles : Université libre de Bruxelles, faculté de Philosophie et Lettres, 1995. 2 vol.

Gosselain 2001 : Gosselain (O.). — Globalizing Local Pottery Studies. In : Beyries (S.), Pétrequin (P.) éd. — Ethno-archaeology and its transfers, session of European Association of Archaeologist, 5th annual meeting, Bournemouth, 1999. Oxford : Bar International, Series 983, CNRS-UNSA, 2001, p. 95-111.

Gosselain 2002 : Gosselain (O.). — Poteries du Cameroun méridional : styles techniques et rapports à l’identité. Paris : CNRS, 2002. 256 p., ill. (CRA-Monographies ; 26).

Huysecom 1994 : Huysecom (E.). — Identification technique des céramiques africaines. In : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel : Actes des XIVème Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, oct. 1993. Juan-les-Pins : APDCA, 1994, p. 31-44.

Latour, Lemonnier 1994 : Latour (B.), Lemonnier (P.). — De la Préhistoire aux missiles balistiques : l’intelligence sociale des techniques. Paris : La Découverte, 1994. 344 p., ill.

Lemonnier 1976 : Lemonnier (P.). — La description des chaînes opératoires : contribution à l’analyse des systèmes techniques. Techniques et culture, 1, 1976, p. 100-151.

Lemonnier 1986 : Lemonnier (P.). — The study of material culture today : toward an anthropology of technical systems. Journal of anthropological archaeology, 5 (2), 1986, p. 147-186.

Livingstone-Smith 2001a : Livingstone-Smith (A.). — Chaîne opératoire de la poterie : références ethnographiques, analyses et reconstitution. Thèse de doctorat. Bruxelles : Université Libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Lettres, 2001.

Livingstone-Smith 2001b : Livingstone-Smith (A.). — Pottery manufacturing processes : reconstruction and interpretation. In : Garcea (E.A.A.) éd. — Uan Tabu. In Settlement History of the Libyan Sahara. Firenze : All’Insegna del Giglio, 2001, p. 113-152 (Arid Zone Archaeology, Monographs ; 2).

Martineau 2000 : Martineau (R.). — Poterie, techniques et sociétés : études analytiques et expérimentales à Chalain et à Clairvaux (Jura), entre 3200 et 2900 avant J.-C. Thèse de doctorat, Archéologie-préhistoire. Besançon : Université de Franche-Comté, 2000. 268 p., 126 fig.

Martineau 2002a : Martineau (R.). — La fabrication des poteries du groupe de Clairvaux ancien (Jura), entre 3040 et 2980 avant J.-C. Expérimentation et analyse du façonnage et des traitements de surface. In : Bourguignon (L.), Ortega (I.), Frère-Sautot (M.-C.) dir. — Préhistoire et approche expérimentale. Montagnac : M. Mergoil, 2002, p. 173-185 (Préhistoire ; 5).

Martineau 2002b : Martineau (R.). — Résumé de la thèse de doctorat de Rémi Martineau « Poterie, techniques et sociétés : études analytiques et expérimentales à Chalain et Clairvaux (Jura), entre 3200 et 2900 avant J.-C. ». Bull. de la Société préhistorique française, 99, 1, 2002, p. 150-153.

Martineau 2003 : Martineau (R.). — Methodology for the archaeological and experimental study of pottery forming techniques. In : Di Pierro (S.), Serneels (V.), Maggeti (M.) éd. 6th European Meeting on Ancient Ceramics (EMAC’01), Ceramic in the Society, Fribourg (Suisse), oct. 2001. Fribourg : Université de Fribourg, 2003, p. 209-216.

Martineau 2005 : Martineau (R.). — Identification of the « beater and anvil » technique in Neolithic context : experimental approach. In : Livingstone-Smith (A.), Bosquet (D.), Martineau (R.) éd. — Pottery manufacturing process : reconstruction and interpretation, symposium du XI-Vème congrès de l’UISPP, Liège, Belgique, 7 sept. 2001. Oxford, 2005, p. 247-156 (BAR. International series ; 1349).

Pétrequin, Pétrequin 1999 : Pétrequin (P.), Pétrequin (A-M.). — La poterie en Nouvelle-Guinée : savoir-faire et transmission des techniques. Journal de la Société des Océanistes, 1, 108, 1999, p. 71-101.

Pierret 1994 : Pierret (A.). — Identification des techniques de façonnage : intérêt des données expérimentales pour l’analyse des microstructures. In : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique, culturel : Actes des xivème rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. Juan-les-Pins : APDCA, 1994, p. 75-91.

Pierret 2000 : Pierret (A.). — Analyse technologique des céramiques archéologiques : développements méthodologiques pour l’identification des techniques de façonnage. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2000. 249 p.

Ronchi et alii 1994 : Ronchi (A.), Leonardi (G.), Bian-Chetti (P. L.). — Tecnologia ceramica alla fine dell’età del bronzo. In : Burragato (F.), Grubessi (O.), Lazzarini (L.) éd. — 1st European workshop on archaeological ceramics, Université des Sciences de la Terre « La Sapienza ». Rome : La Sapienza, 1994, p. 535-545.

Roux, Courty 1998 : Roux (V.), Courty (M-A.). — Identification of Wheel-fashioning Methods : Technological Analysis of 4th-3th Millennium BC Oriental Ceramics. Journal of Archaeological Science, 25, 1998, p. 747-763.

Rye 1981 : Rye (O.S.). — Pottery technology. Manuals of Archaeology. 4. Washington : Taraxacum Inc., 1981. 149 p., 118 fig.

Whitbread 1996 : Whitbread (I.K.). — Detection and interpretation of preferred orientation in ceramic thin sections. In : Imaging the past. London : British Museum, 1996, p. 173-181 (British Museum Occasional Paper ; 114).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Méthode générale d’étude des techniques de façonnage des poteries. L’enregistrement et l’analyse des observations techniques sont associés aux approches expérimentales et ethno-archéologiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 2. Méthode expérimentale. Le principe est basé sur la comparaison des données expérimentales et archéologiques. Le processus comparatif doit être répété autant de fois que cela est nécessaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 3. Les différentes orientations pour la description d’une poterie : horizontale, verticale et tangentielle en coupe ; interne ou externe en surface.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4. Description d’un dessin technique pour l’enregistrement des observations techniques sur les poteries. La coupe et l’intérieur sont représentés dans la partie gauche ; l’extérieur est figuré dans la partie droite.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5. Catégories de critères d’identification des techniques de façonnage. Observations sur des poteries néolithiques du site de Chalain (Jura, France).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14040/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 462k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search