Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

La question de l’attribution chrono-culturelle des sites du Néolithique récent et final de la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire)

Alain Villes

Texte intégral

1Entre la culture Saône-Rhône et le Néolithique final au Grand-Pressigny un rapprochement a déjà été fait par N. Mallet (Mallet, 1991 ; 1992), mais par le biais, principalement, du trafic de l’industrie lithique. Entre temps, le concept de Civilisation de Saône-Rhône a été abandonné (Pétrequin et alii, 1988). Des différents faciès culturels et sites alors concernés, il subsiste cependant le groupe de la Saône, défini par J.-P. Thevenot (Thevenot et alii, 1976, p. 363-372). L’état actuel des connaissances sur le Néolithique final de la Touraine du Sud semble assez semblable à celui relatif au Néolithique final des berges de la Saône au moment de la publication de l’habitat d’Ouroux-sur-Saône (Thevenot, 1973).

2C’est pourquoi, en hommage à son auteur, nous ne pensons pas pouvoir mieux faire que de poser la question de l’identité culturelle des néolithiques du Grand-Pressigny dans la période des liens reconnus par le biais du commerce pressignien.

Les sites concernés

Remarques préliminaires

  • 1 En Indre-et-Loire, il s’agit de : Draché, Sepmes, Marcésur-Esves, Civray-sur-Esves, La Celle-Saint- (...)

3Les sites néolithiques repérés dans le périmètre des fameux ateliers sont très nombreux. On dénombre près de 400 points sur les trois cantons concernés, soit 25 communes1, autour des vallées de la Creuse, de la Claise et du Brignon.

4Rappelons que cette zone forme un territoire (fig. 1), caractérisé par une méthode de production de grandes lames à partir d’un type de nucleus appelé « livre-de-beurre » (en abrégé ici : « ldb »), dont les produits et déchets de façonnage sont aisément repérables. Ce territoire coïncide grosso modo avec celui de la formation géologique du Turonien supérieur (argile à silex) dont les caractères intrinsèques et critères d’identification, notamment dans le cas des produits exportés, ont été clairement définis (Millet, 1985, p. 33-38 ; Mallet, 1986 ; Giot et alii, 1986).

  • 2 C’est le cas, notamment, de Ligueil, « Les Sables de Mareuil », et de sites de la Vienne, où de l’o (...)

5Au-delà de ce premier cercle, on connaît aussi, dans un rayon de 7 à 15 km par rapport au Grand-Pressigny, divers habitats et ateliers fournissant des produits laminaires et parfois des nucleus typiques du Grand-Pressigny en association avec divers outillages, le tout sur silex pressignien (disponible sur place ou importé du Grand-Pressigny)2.

6Dans ce second cercle comme dans le premier, seuls les sites ayant fait l’objet de fouilles peuvent apporter des éléments de réponse à la question de l’identité culturelle des populations qui exploitaient les ateliers. En effet, sur l’écrasante majorité des sites recensés, les données se limitent à des ramassages d’industrie lithique. L’acidité du sous-sol, le plus souvent argileux ou sableux, nous prive de la céramique, à supposer qu’elle ait été quelque peu présente sur certains sites. Elle n’a d’ailleurs presque jamais intéressé les collectionneurs.

7La distinction entre habitats et ateliers (les deux étant souvent réunis sous un même numéro d’inventaire cartographique) est donc théorique dans la quasi totalité des cas, voire arbitraire (fig. 2). Les déchets de la production, qui semble avoir été énorme (Pelegrin, 2002), masquent complètement les autres aspects de l’occupation du sol. Par ailleurs, l’exploitation du silex n’est qu’un aspect de l’occupation du terroir et la production de grandes lames a pu avoir lieu non seulement sur les gîtes siliceux, à l’exclusion de toute autre activité, mais aussi dans les espaces affectés à la résidence permanente ainsi qu’aux autres activités artisanales que la taille. Des habitats ont pu, par ailleurs, exister sur certains gîtes à silex avant le Néolithique final. Enfin, l’existence d’habitats de hauteur n’est pas à exclure. Mais le seul répertorié à ce jour, l’éperon barré de Murat, à Ferrières-Larçon, est attribué au Néolithique récent sur des bases bien faibles (industrie lithique ubiquiste : cordier, montrot, 1954). Il pourrait avoir été aménagé dès le Néolithique moyen, comme les autres éperons barrés néolithiques connus en région Centre.

Fig. 1. Territoire technique du faciès lithique pressignien (d’ap. Airvaux, Primault, 2002), en Touraine et Poitou : en gris, zone des affleurements de silex en grandes dalles, du turonien supérieur, pour chaque commune concernée, les chiffres indiquent le nombre de sites recensés par les auteurs et comportant des nucleus type « ldb ».

Fig. 2. Répartition en Touraine des sites recensés dans le cadre du système d’information géographique mis au point par le projet collectif de recherches sur le Grand-Pressigny au néolithique final (d’ap. Rancien et alii, 2004).

  • 3 Cette carte a été établie en 2003, dans le cadre d’un Système infographique géoréférencé mis au poi (...)

8Sur la carte actuellement disponible (fig. 2)3, les découvertes d’outillages de surface sont sans grande valeur pour la chronologie ou l’interprétation fonctionnelle des sites. Aujourd’hui encore, on ne peut donc faire une distinction sérieuse entre :

  • des habitats antérieurs au Néolithique final, et dont les éléments seraient mélangés, en surface, aux restes de la chaîne opératoire « ldb » ;

  • des lieux de résidence qui seraient contemporains, globalement, de cette production, mais auraient été recoupés par des ateliers, et réciproquement, selon un effet palimpseste, que seules des fouilles de grande surface permettraient de démêler ;

  • des habitats structurés comportant de zones spécialisées dans la production des grandes lames.

9La seule distinction qui peut, actuellement, être opérée, est entre :

  • des ateliers installés sur les gîtes même de silex, en vue de la production directe des grandes lames. Célèbres depuis les débuts de la recherche préhistorique, ils sont, aujourd’hui encore, pillés par les collectionneurs (« La Claisière », « La Chatière », « L’Épargne », « Larcy »,…) ;

  • et des ateliers aménagés dans les vallées (Creuse, Claise, Brignon, Aigronne), les matériaux ayant été apportés sur place après dégrossissage sur les précédents (préformes de « ldb »).

10Les premiers, dans l’état actuel des informations, ne semblent guère coïncider avec des lieux d’habitat permanent du Néolithique final, alors que ce pourrait être souvent le cas des seconds. Mais cette distinction purement topographique demande à être considérablement affinée, notamment à partir d’un inventaire assez complet des produits de ramassage de surface ayant conservé une provenance suffisamment claire, et qui sont dispersés dans de très nombreuses collections. L’outillage n’est pas rare dans les vallées, de même que la céramique, mais généralement pas en dehors de fouilles, quant à elles peu nombreuses.

  • 4 Il s’agit d’observations faites en particulier en 1981 et 1982, en compagnie du regretté J. Mariott (...)
  • 5 L’hypothèse a été proposée pour les sites à « ldb » de Vassieux-en-Vercors (Pelegrin, 1993).

11À ce jour, aucun atelier sur gîte à silex n’a été fouillé. Des sondages limités ont été pratiqués à Abilly « La Grasse Coue », lieu-dit jointif des ateliers de « La Claisière » (Millet-Richard, 2000). Pour les autres, seules, des observations ponctuelles ont été faites à l’occasion de travaux de rectification de fossés4. Par l’intermédiaire de coupes de terrain fortuites, la présence de cuvettes peu profondes, situées à la surface du substrat calcaire ou dans la couverture naturelle d’argile à silex, a été constatée, associée à des produits de débitage assez concentrés, à la base des labours. Celles-ci sont visibles par l’intermédiaire d’un remblai riche en déchets de l’activité de débitage : éclats de préparation, segments de lames rejetés, nucleus de type divers (où dominent largement les « ldb »). On note aussi de rares outils, apparemment liés à l’extraction et à la taille. Les cuvettes peuvent résulter de l’extraction des dalles, certaines très volumineuses, qui étaient accessibles à relativement faible profondeur (1,5 m maximum) ou qui affleuraient, mais d’autres modes d’acquisition du silex, notamment par le biais de tranchées5, sont possibles.

12Même s’ils permettent de se faire une idée de l’importance des productions et de caractériser les étapes de la chaîne opératoire correspondante (Pelegrin, 2002), les ateliers installés sur les gîtes de silex ne nous sont encore d’aucune utilité directe pour l’attribution culturelle des sites du Grand-Pressigny et pour la chronologie fine du trafic pressignien.

13Pour l’essentiel, l’apogée du fonctionnement des ateliers au plan local est daté par l’intermédiaire des stratigraphies lacustres du Jura et des Alpes du Nord, entre 2800 et 2400 avant J.-C. en dates calibrées (Mallet, 1992). La seule synthèse réalisée à ce jour sur les contextes des exportations pressigniennes en dehors de ces sites orientaux est celle d’E. Ihuel sur le massif Armoricain (Ihuel, 2002a ; 2004). Les ensembles domestiques y sont très rares et n’apportent pas d’information chronologique nouvelle, par rapport aux Alpes du Nord, pour la période qui nous intéresse ici.

14Pour le Bassin parisien et le Centre-Ouest, rien ne contredit les datations des exportations, telles que fondées sur les stratigraphies lacustres :

  • la majorité des objets en silex pressignien relevant de contextes fiables appartiennent à des habitats de la culture dite du Gord (Villes, 1983 ; 1985) ;

  • des lames pressigniennes appartiennent aussi à des contextes attribués à la culture de Som, une phase ancienne du Néolithique final ou une phase finale du Néolithique récent et sans réutilisation tardive évidente. Il s’agit exclusivement de sépultures collectives, peu fiables, mais les lames sont d’un type particulier, car en général non tirées de « ldb ». Une étape ancienne mais encore hypothétique des exportations commence également à être identifiée dans les stratigraphies du Jura (Clairvaux : Pelegrin, à paraître) et pourrait être cernée, à l’aide d’inventaires plus précis, actuellement en cours (recherches E. Ihuel), dans certains ensembles sépulcraux du Centre-ouest.

15Mais ce cadre une fois fixé, il faut, pour chercher à définir la culture des Néolithiques au Grand-Pressigny, se reporter aux fouilles locales.

L’habitat de Ligueil, « Les Sables de Mareuil »

16Ce site (Schoenstein, Villes, 1985 ; Villes, 1986 ; 1999a) est le seul fouillé dans le « second cercle » du complexe du Grand-Pressigny (fig. 3 à 6). Distant de 15 km (à vol d’oiseau) de la vallée du Brignon, il se localise sur une croupe dominant la vallée de l’Esve, affluent de la Claise, sur un substrat cénomanien formé d’argiles sableuses. Il s’agit d’un habitat au sens propre, bien distinct de toute ressource lithique immédiate et riche en outillage diversifié. Les occupations se sont succédées presque sans interruption du Néolithique ancien au Néolithique final, mais celui-ci domine nettement, dans les niveaux sablo-limoneux supérieurs. Ces derniers ont livré des calages de poteau bien identifiables (dallettes de grès assemblées verticalement) et des nappes de matériel lithique et céramique abondant, en relation claire avec ces structures ainsi qu’avec des vestiges de foyers. La fouille n’a pas dépassé 600 m2.

  • 6 Il pourrait s’agir d’habitats pour partie contemporains de celui de Ligueil, à Vicq-sur-Gartempe, A (...)
  • 7 Il s’agit des nucleus dits « plats » ou « à crête antero-latérale et débitage bipolaire de lames co (...)

17D’autres habitats sont connus dans le même rayon, par rapport au Grand-Pressigny, aussi bien en Touraine que dans la zone poitevine, mais seulement par l’intermédiaire de ramassages de surface, livrant en général peu de céramique6. Leur faciès semble, pour certains, être analogue à celui de Ligueil, du fait de la présence d’un débitage de grandes lames ou de lames larges sur des nucleus d’un autre type que les « livres-de-beurre »7, mais ils n’ont pas fait l’objet de fouilles.

Les sites des vallées de la Creuse et de la Claise

18Abilly, « La Borne »

19Ce site de la rive droite du lit majeur de la Claise a simplement été sondé en 1958. Il semble difficile à distinguer de celui du « Petit Paulmy » (voir ci-dessous). Le niveau archéologique a été rencontré sous 30 cm d’argile sablonneuse, et comporte de la céramique (fig. 8, nos 1-5) et une abondante industrie lithique, mais pas de structures d’habitat bien caractérisées (Cauvin, 1961).

20Abilly, « Le Petit Paulmy »

21Situé en contrebas du précédent, sur la même terrasse dominant la rive droite du lit mineur de la Claise, ce site est connu de longue date par des ramassages de surface (Cordier et alii, 1955). Une zone fouillée sur une surface de 120 m2 environ a fourni un abondant mobilier lithique et un peu de céramique (fig. 8, nos 6-17), lié à une sorte de dépression plate. Celle-ci a été interprétée comme la base d’une habitation-atelier (Marquet, Millet-Richard, 1995). À l’instar de « La Borne », on ignore dans quelle mesure l’échantillon correspondant à l’espace de la fouille est représentatif du fonctionnement général du site, en tant qu’« habitat ». Les conditions de dépôt du matériel posent par ailleurs question (cf. infra). Le milieu est sableux, sus-jacent aux alluvions quaternaires et lié, dans l’emprise de la fouille du moins, à des formations d’aspect argileux.

22Abilly, « Le Foulon »

23Toujours en rive droite de la Claise, à 400 m environ en aval du « Petit-Paulmy », un sauvetage a été rendu nécessaire en 1965 par le creusement d’une tranchée d’adduction d’eau. « Un énorme tas d’éclats sur 40 cm d’épaisseur », a été rencontré en rapport avec une fosse aux limites imprécises, dans une « partie bien dégagée, toujours creusée dans le tuffeau, mais annonçant vraisemblablement la présence d’un fond de cabane » (Berthouin, 1980). Cette structure est, en fait, bien difficile à interpréter : fosse ou tronçon de fossé ? Le mobilier, assez abondant, associe au lithique de la faune (notamment du bois de cerf) et de la poterie (fig. 8, nos 8-22 ; fig. 9 et 10).

24Une fouille plus récente a porté sur une surface restreinte (120 m2 environ) dans un secteur proche de la découverte précédente. Le niveau archéologique étudié, essentiellement sableux, a subi une érosion, mais conserverait des éléments en place. Les structures (cuvettes cendreuses, deux hypothétiques calages ?, un cordon de pierres) sont difficilement lisibles et réparties sur un espace trop limité pour autoriser une interprétation. Le mobilier comprend, outre un lithique abondant, un peu de céramique (fig. 10, nos 18-23) et des vestiges osseux (Millet-Richard, 1993 ; 1994 ; 1995). Ce site a par ailleurs toutes les chances de faire partie du même ensemble que le « Petit-Paulmy », dont il est peu éloigné.

25Barrou, « La Creusette »

26En premier lieu, à l’occasion de sondages pratiqués de 1971 à 1975 dans la même parcelle que le dépôt de grandes lames découvert en 1970, en rive droite, sur la terrasse de la Creuse, il a été recueilli de la céramique en association avec des nucleus « ldb ». Une petite zone, très bien délimitée, de rejets de taille de grandes lames, associant étroitement « ldb » et nucleus plats, a été fouillée (Geslin et alii, 1982a ; 1982b).

27En second lieu, une fouille d’évaluation a été pratiquée en juillet-août 2000 sous forme de 10 tranchées portant sur une surface de près d’un hectare. Elle a fourni le même type de mobilier lithique et céramique que les recherches antérieures (Villes, 2001 ; 2004a) (fig. 7 et 11).

28La répartition générale du matériel lithique et céramique, la composition de l’outillage et l’absence de structure en creux évidente, poussent à remettre en cause la notion d’habitat en combinaison avec un atelier, avancée jusqu’ici pour le site. Il s’agirait plutôt d’un lieu de taille aménagé de manière durable, dans lequel des amas d’éclats sont bien discernables, au sein de zones riches en déchets de la production des grandes lames (et sans doute aussi d’autres objets), mises en évidence sur des surfaces bien circonscrites, par les tranchées de diagnostic, sous le labour ou les dépôts de pente. Mais la zone « industrielle » ainsi définie pourrait avoir été proche d’un lieu de résidence permanent aux activités plus diversifiées, ce qui expliquerait la présence de céramiques fragmentées et d’un outillage peu abondant, au répertoire très incomplet. Cette hypothèse d’annexes stables et en tous cas plus complexes que les ateliers des plateaux mérite également d’être avancée, à notre avis, pour les sites du « Foulon » et du « Petit-Paulmy » à Abilly, plutôt que celle d’habitats véritables. La proportion entre outillage et produits et sous-produits de la méthode de taille « ldb » y semble en effet la même qu’à « La Creusette ».

Fig. 3. Échantillon du mobilier céramique de Ligueil « Les Sables de Mareuil », production fine et grossière (d’ap. Villes, 2003a).

Fig. 4. Échantillon du mobilier céramique de Ligueil « Les Sables de Mareuil », production fine et grossière (d’ap. Villes, 2003a).

Fig. 5. Échantillon du mobilier céramique de Ligueil « Les Sables de Mareuil », production grossière (d’ap. Villes, 2003a).

Fig. 6. Échantillon du mobilier lithique du niveau Néolithique final de Ligueil « Les Sables de Mareuil », aperçu de l’outillage et de l’industrie sur grandes lames tirées de nucleus plats (d’ap. Villes, 2003a).

29La Guerche, « La Creusette »

30De la céramique a été recueillie dans un assemblage lithique très dense, situé dans la vallée de la Creuse, en rive droite, et proche de Barrou, « La Creusette », mais un peu plus près du lit mineur. La fouille a été effectuée sur 200 m2. Cette céramique est étroitement associée à des amas de débitage qui correspondraient à des rejets d’activité de taille (Verjux, 1991). Des indices de structures d’habitat permanent (éléments de tranchées de fondation ?, foyers) ont été repérés à proximité immédiate. Le milieu est constitué de sables et limons de débordement.

31Le Grand-Pressigny, « Les Réaux »

32Un « fond de cabane » a livré une industrie lithique classique pour le secteur, mais avec une poterie très pauvre (Cordier, 1961) (fig. 12, nos 1-15). La fouille de sauvetage a porté sur quelques mètres carrés.

33Abilly, « Bergeresse »

34Dans une carrière en rive droite de la Creuse, sur la terrasse supérieure du lit majeur, mais en position plus haute que La Guerche et Barrou, « La Creusette », deux fouilles d’évaluation ont été réalisées, en 1999 et en 2001, sur une surface d’un hectare (Ranger, 2001 ; Augereau, 2002).

Fig. 7. Échantillon du faciès lithique à nucleus type « livre de beurre » et de l’outillage sur les sites de vallée, dans la zone Claise-Creuse : Barrou « La Creusette » (d’ap. Villes, 2004 a).

Fig. 8. Aperçu de la céramique et du lithique dans la vallée de la Claise : 1-5 Abilly « la Borne » (d’ap. Cauvin, 1961), 6-17 : Abilly « Le Petit-Paulmy » (d’ap. Marquet, Millet-Richard, 1995), 18-22 : Abilly « Le Foulon », fouilles Berthouin (d’ap. Berthouin, 1980).

35Des emplacements de taille de grandes lames ont été repérés et en partie fouillés, sous forme de petits amas de débitage bien distincts, comportant à chaque fois une ou deux « ldb ». La céramique est très peu représentée et les indices d’occupation domestique sont très ténus. Le gisement est recouvert par une épaisseur assez importante de colluvions.

36La Roche-Posay, « Val Creuse »

37En rive droite de la Creuse, sur une pente assez forte, dominant le lit mineur, et sur un substrat d’argile à silex, un atelier de dégrossissage des blocs, installé à partir d’un front de taille, a pu être étudié lors d’une fouille de sauvetage, en 2002 (Fouéré, 2002), sur une surface de plus de 200 m2. L’activité principale identifiée est la confection de pré-formes de « livres-de-beurre » et sans doute aussi de haches. Le site n’a pas livré de céramique.

Analyse des éléments de la culture matérielle

  • 8 L’un des objectifs du PCR-Grand-Pressigny est la liquidation de cet important arriéré de publicatio (...)

38Hormis les fouilles les plus anciennes (Abilly, « Le Foulon » ; Le Grand-Pressigny, « Les Réaux » ; Abilly, « La Borne »), aucun site n’a été publié, sinon sous forme de notes préliminaires8.

Les structures d’habitat

39Des radiers de blocs bien en place, chauffés et constitués d’éléments de meules réemployés, témoignent, à Ligueil, de cuissons domestiques (Villes, 1986 ; 2002b), au sein même du niveau du Néolithique final. Des lentilles cendreuses et des zones calcinées ont été observées, qui paraissent moins probantes, car elles peuvent résulter de rejets.

40Aucune fosse de stockage ni zone d’extraction n’a été repérée dans la partie fouillée. Cela peut s’expliquer par la nature du substrat, peu favorable à l’ensilage souterrain, et sur lequel, en revanche, le matériau argilo-sableux était accessible en surface sur place ou à proximité immédiate, pour la fabrication de la céramique ou la construction.

41L’architecture domestique était de type léger, à en juger par les calages observés, avec des bâtiments de 50 à 100 m2, aux parois porteuses, avec supports axiaux peu nombreux et pignons, mais dont le plan complet n’est pas garanti, du fait de la trop faible extension de la fouille, notamment vers l’est (Villes, 1999b).

42Ces structures rappellent celles observées en milieu lacustre, et diffèrent fortement, en revanche, des grandes constructions de type Antran ou Pléchâtel. Mais il n’est pas exclu que les éléments de construction observés à Ligueil correspondent à des structures annexes et que les bâtiments principaux restent à découvrir.

43En ce qui concerne Abilly, « Le Petit-Paulmy », l’hypothèse de maison-atelier (Marquet, Millet-Richard, 1995) ne peut pas être acceptée sans réserve, en raison de son caractère essentiellement spéculatif. Non seulement, pour cette structure ovalaire d’environ 60 m2, où l’on a cru voir un plancher et un foyer bien séparés par une zone de passage, il n’y a pas évidence archéologique ni cohérence architecturale des calages de poteau, mais encore le lien établi entre ces derniers ne peut se justifier par un dégagement suffisamment large au-delà des limites supposées de la structure extrapolée. La plus grande partie des contours de celle-ci n’est pas différenciée des impacts plus récents (fondations d’époque historique, tranchées de sondage), ni des limites de la fouille. L’hypothèse d’une portion de fossé d’enceinte, fortement érodé, a été évoquée dans l’étude de la céramique, très fragmentaire, du site (Hamon, in : Villes, 2002a). Mais la nature des vestiges, leur répartition dans l’espace et l’aspect même du foyer, qui pourrait correspondre à un rejet (où l’outillage est très minoritaire par rapport aux déchets de « ldb »), évoquent plus un dépotoir ou épandage de restes d’activité dans une cuvette (artificielle ou non), qu’un sol de bâtiment. L’interprétation proposée pose également une autre question : on ne conçoit pas sans difficulté que résidence permanente et taille du silex aient pu être réunies sous un même toit. Quoi qu’il en soit, cette structure est trop discutable pour être représentative de l’architecture domestique locale au Néolithique final.

44À Abilly, « Le Foulon », les deux supposés calages de poteau posent les mêmes questions que ceux du « Petit-Paulmy », les indices de mur (cordon de matériaux plus pierreux) et les lentilles cendreuses (cuvettes aménagées ou zones de rejet ?), également. La surface fouillée est trop restreinte pour se prêter sans risque d’extrapolation à l’interprétation de restes fugaces d’architecture en matériau léger.

45À La Guerche « La Creusette », des restes de tranchées de fondation sont plus crédibles comme bases éventuelles de sablières de bâtiments domestiques, mais il en restait trop peu pour autoriser la moindre restitution de plan.

46À Barrou « La Creusette », un assemblage de trois « livres-de-beurre », insérées dans le haut du substrat sablo-limoneux, dont une verticalement, évoquait un calage de poteau, mais rien n’indique qu’un tel dispositif ait pu faire partie d’un bâtiment. La concentration d’éclats définie comme petit atelier, de 1,5 x 1,5 m, à la base de la couche archéologique (Geslin et alii, 1982b), présentait des effets de paroi indéniables, évoquant une sorte de boîte ou de structure en creux de plan carré, utilisée (ou réutilisée ?) pour le rejet d’une activité de taille proche, dans le cadre de la production de lames sur « ldb » et sur nucleus plats.

Fig. 9. Céramique grossière d’Abilly « le Foulon », fouilles Berthouin (d’ap. Berthouin, 1980).

47Les fonds de cabane signalés, selon une terminologie dépassée, aux « Réaux » et au « Foulon », entamaient un substrat calcaire, plus franc que le sous-sol sablonneux ou limoneux des autres sites fouillés dans la vallée de la Claise ou de la Creuse. Mais ces structures n’ont pas été dégagées suffisamment pour se prêter à une interprétation fiable. Il s’agissait pour le moins de fosses, réutilisées pour des rejets (massifs à Abilly), peut-être de tronçons de fossés d’enceinte, telles que l’on en connaît dans le Centre-Ouest au Néolithique récent et final.

48Une fois ce tableau brossé, on conviendra que les formes des bâtiments domestiques au Grand-Pressigny ne sont pas suffisamment bien représentées ou identifiées pour autoriser des comparaisons pertinentes. Cette situation s’explique par la surface trop restreinte des fouilles, plus encore que par les inconvénients d’un substrat peu propice à la conservation de traces de creusement.

49Au demeurant, l’architecture domestique de cette période n’est connue, à proximité, que dans l’Artenac (Antran, Moulins-sur-Céphons) ou dans un Néolithique récent encore mal défini (Beaumont) et sous une forme monumentale qui n’est encore nullement attestée dans les vallées de la Claise et de la Creuse (Villes, 1999b).

La céramique

50Dans le premier cercle, les ensembles céramiques sont très peu fournis. Ils ne dépassent pas, au mieux, les 1 000 tessons, à raison d’un profil significatif pour dix fragments en moyenne. On peut donc légitimement douter de leur représentativité, même si on les regroupe - non sans arbitraire - dans un corpus unique, supposé a priori synchrone, et même si les conditions ne semblent pas partout les plus défavorables à la conservation de la poterie la plus fragile.

51Mais il est vrai qu’un seuil de représentativité est difficile à fixer. En tout état de cause, nous pensons qu’il n’est guère atteint qu’à Ligueil, « Les Sables de Mareuil », avec un minimum de 900 éléments de formes très fragmentaires (bord, fond, décor, élément de préhension), sur les 15 000 environ récoltés pour le Néolithique final sur ce site. Rappelons que ce dernier se localise à 10 km à vol d’oiseau des ateliers d’où provient l’essentiel de sa matière première lithique (Barrier, 1991).

52La céramique grossière

53La production grossière domine partout, avec des pots faiblement galbés, à profil simple : en tonnelet, cylindrique, semi-ovoïde, rarement bombé et encore plus rarement caréné. Les fonds sont plats, assez épais, débordants, fixés à la panse par le moyen d’une sorte de cornière (fig. 3 à 5 et 9 à 11). Les montages sont au colombin pour les vases élevés, par moulage, étirement d’une plaque, dans le cas des moins profonds (terrines, bols). Les marques de façonnage, sous forme de cannelures horizontales ou obliques, couvrantes, parfois de brossage, sont bien visibles, et lorsqu’elles ne le sont pas, la paroi est presque toujours rugueuse ou grumeleuse. Ceci n’exclut pas l’existence d’une sorte d’engobe, mal conservé, qui s’écaille facilement (Ligueil). Le dégraissant est bien visible : sable, chamotte, quartz broyé, plus rarement calcaire ou coquillage pilé. Les pâtes sont souvent marquées par un scintillement de mica extrêmement fin, sans doute contenu à l’état naturel dans les argiles utilisées. Des empreintes de céréales, de débris végétaux (notamment sous le fond), de doigt, de l’ongle (comme des coups de poinçon obliques, en pseudo-décor irrégulier et couvrant), sont assez souvent visibles (fig. 3, nos 12 et 16). Les éléments de préhension restent limités à des languettes plus ou moins saillantes (rarement coniques), horizontales et imperforées. Ligueil est le seul ensemble à comporter un contingent, mais limité, de formes à angulation haute (fig. 3, nos 11, 13 et 14). Les très rares décors se limitent à des cordons horizontaux, souvent marqués de petites encoches ou dépressions (La Guerche, Barrou) (fig. 10, no 21 ; fig. 11, nos 11, 14, 15 et 24), à des impressions sur la lèvre (Barrou, Abilly, fig. 10, no 21).

54Cette céramique est de bonne cuisson, d’une surface allant du beige ou fauve au brun foncé, avec des traces de passage au feu (sur-cuissons noires ou briques), à tranche le plus souvent brune à noire. Les profils complets sont l’exception, sur tous les sites.

55La céramique fine

56Sans entrer dans le détail de la terminologie, signalons que, parmi les formes basses (jattes, bols, écuelles, cuillers ou louches), certaines présentent des parois moins épaisses, plus régulières, mieux lissées que les formes hautes. Elles relèvent cependant globalement, par leur pâte et leur cuisson oxydoréductrice, de la production grossière.

  • 9 Mais elle est, à ce jour, encore très peu publiée.
  • 10 Un exemplaire assez complet de La Guerche, « La Creusette » évoque, avec son profil rentrant et son (...)

57La céramique fine est bien différente : noire ou brun-noir en surface et à cœur, lissée ou lustrée, souvent engobée, d’aspect feuilleté, cassante, ayant même parfois tendance à s’effeuiller ou se desquamer. Le montage au colombin ne semble guère fréquent. Cette production, caractérisée par des parois très fines, des lèvres amincies, quelques profils segmentés, fut certainement le fait d’artisans spécialisés (fig. 3, nos 1-10 ; fig. 4 ; fig. 10, nos 13 et 16 ; fig. 11, nos 16-19 et 21-32 ; fig. 12, no 7). Elle est présente, à première vue, sur tous les sites9, mais en minorité faible : moins de 10 % des éléments typologiques. Elle semble avoir été mal conservée dans le sédiment sableux ou argilo-sableux encaissant. Les formes restituables sont l’exception : terrines ou bols carénés, à fond rond, très rares disques ou coupelles peu profondes (couvercles ?), parfois à léger bord droit, cuillers, assiettes à marli ou à bord simplement aminci, petites écuelles10, petits bols, jattes à bord rentrant. Les fonds plats ne sont pas vraiment attestés. Les très rares préhensions se limitent à des languettes imperforées ou des boutons redressés en crochet. Plus rares encore, les décors sont limités à des triangles non margés, remplis de coups de poinçon (Ligueil) (fig. 3, no 1), à des champs pointillés (incrustés de pâte claire, le motif n’étant pas restituable : Ligueil), à des coups d’ongle verticaux et serrés, sous le rebord (Barrou, « La Creusette ») (fig. 11, nos 24-25), à des impressions sur la lèvre (Barrou, Abilly). Sur paroi épaisse, mais d’une pâte noire et très dense, quelques tessons à décor de vaguelettes couvrantes figurent à Ligueil seulement (fig. 3, no 17).

58Remarques générales

59Il n’est pas étonnant que le répertoire formel des habitats du premier cercle s’intègre presque complètement dans celui de Ligueil. Mais les éléments qu’on trouve en sus dans ce dernier sont peu nombreux, et limités aux profils à angulation haute et aux décors de la production fine. On peut donc s’interroger sur la raison de leur absence dans l’aire pressignienne restreinte : tient-elle à la chronologie ou au manque de représentativité des lots disponibles ? Les deux causes ne seraient pas contradictoires.

60On constate que dans les vallées de la Creuse et de la Claise, les ensembles céramiques les plus pauvres ne comportent pas d’éléments étrangers au plus riche (Barrou, « La Creusette ») (fig. 11). Presque partout, la dualité entre production grossière et céramique fine est avérée, même si la seconde est peu ou mal représentée sur certains sites. Parmi les éléments spécifiques à ce même secteur, les cordons à impressions s’avèrent moins rares à mesure des découvertes (La Guerche, Abilly, Barrou : fig. 10, no 23 ; fig. 11, nos 11 et 15).

61Comparaisons

62À Ligueil, figure une minorité non négligeable de formes à angulation haute, et un cas de double cupule. Il faut aussi compter quelques anses en ruban, d’aspect un peu anguleux, qui ne se rapportent à aucun profil de vase mais relèvent de la catégorie grossière (fig. 5, no 3). Pour la double cupule, des rapprochements peuvent être proposés d’une part avec le groupe de Taizé et d’autre part avec le « Fort-Harrouard », où de rares cupules-pincements figurent en contexte artenacien (niveau II).

63Quant aux angulations hautes, elles renvoient aussi bien à Éteauville (Lutz-en-Dunois : Nouel et alii, 1965), en Beauce, qu’au Lion d’Angers (L’Helgouac’h, 1980), comme nous l’avons déjà signalé (Schoenstein, Villes, 1985). On les retrouve plus largement dans le Néolithique récent et final armoricain : styles de Kerugou (pour le Néolithique récent) et de Conguel-Groh-Collé (pour le Néolithique final). Toutefois, le seul corpus armoricain provenant d’un site d’habitat, et non pas de mobiliers funéraires d’homogénéité douteuse, est celui du camp des « Prises » à Mâchecoul (Loire-Atlantique), très partiellement publié (Joussaume, 1981, p. 328-338). On y observe des éléments de décor Kerugou, mais d’un type spécifique (sans relief), ainsi que des prises en double pincement. Les angulations hautes sont représentées, dans la vallée du Loir, à Saumeray, « Les Pâtures » (Eure-et-Loir), en association apparente avec du lithique de type Néolithique final et des importations pressigniennes (Ranger, 1998).

  • 11 La saisie informatique des données de fouilles est en cours, l’étude de technologie céramique vient (...)

64Parmi les éléments de typologie céramique, ceux qui, dans le niveau supérieur de Ligueil, ne se retrouvent pas dans le corpus cumulatif fourni par les sites des vallées de la Claise et de la Creuse renvoient donc au Néolithique récent aussi bien que final des régions voisines. Ces éléments minoritaires appartiennent-ils à une seule et même occupation des « Sables de Mareuil » ou bien pourraient-ils témoigner d’une fréquentation spécifique du site, avant le Néolithique final ? Il semble difficile pour le moment de répondre, en l’absence d’une étude fine de la répartition spatiale et de l’approche technologique de la céramique11.

65Outre le répertoire très ubiquiste de la poterie grossière, Ligueil comporte surtout des éléments qui n’évoquent que le Néolithique final : des coupelles et assiettes carénées (fig. 3, no 5) ou à rebord plat (fig. 11, no 26), similaires à celles présentes dans les sites du Bassin parisien (culture du Gord), mais aussi dans l’Artenac, où elles sont le plus souvent décorées, et que l’on retrouve également dans les petits ensembles des vallées de la Creuse et de la Claise (Abilly « Le Foulon », Barrou « La Creusette ») (fig. 10, no 17 ; fig. 11, no 4), mais, aussi à Moulins-sur-Céphons, de même que des vases à profil segmenté et carène vive placée assez bas, à partie haute un peu concave (Abilly « Le Foulon » et « Le Petit Paulmy ») (fig. 8, nos 6 et 14). Quant aux décors, qu’il s’agisse des vaguelettes couvrantes de Ligueil (fig. 3, no 17), des impressions couvrantes peu profondes de Barrou « La Creusette » (fig. 11, no 14) et de Ligueil (Villes, 2001) ou des incisions sur un bord, au « Foulon » (fig. 10, no 21), on leur trouve de parfaits équivalents, entre autres, à Saintes « Diconche », en contexte artenacien (Burnez, Fouéré, 1999). Au « Petit-Paulmy », le vase à net épaulement, partie haute rétrécie et léger téton redressé sur la carène, connaît lui aussi de bons parallèles dans l’Artenac (fig. 8, no 6).

Fig. 10. Céramique grossière et production fine d’Abilly « Le Foulon », 1-13 et 16-17, fouilles Berthouin (d’ap. Berthouin, 1980), 19-23, racloir à coches sur lame de type large et céramique de la fouille Millet-Richard (d’ap. Millet-Richard, 1995).

Fig. 11. Principaux types céramiques de Barrou « La Creusette » (d’ap. Villes, 2001).

Remarques générales

66Les différences sont donc limitées entre le répertoire typologique de Ligueil et celui de l’ensemble Claise-Creuse pris comme un tout. Elles ne peuvent guère être considérées comme d’ordre culturel, non seulement en raison de la proximité géographique, mais encore du fait de la faible représentativité des corpus en question. Dans la céramique commune, on n’observe pas de différence permettant d’envisager une frontière culturelle quelconque, mais au contraire, une grande continuité dans le temps comme dans l’espace. Ce constat peut, en outre, être élargi à un bien plus vaste horizon. Le répertoire grossier de la région pressigienne, latu ou sensu stricto, renvoie à tout l’horizon Néolithique récent et final du Bassin parisien (SOM, type Déols, Gord), de l’Est (Horgen, Cordé) et, pour une large part, de l’Armorique (Kerugou, Conguel) et du Centre-Ouest/Sud-Ouest, Peu-Richard excepté (« Inconnus de Diconche », « Isle-Dordogne », « Vienne-Charente »). La trop faible représentativité de sa production fine empêche de dépasser ce constat. Dans l’expectative, il semble logique de supposer que les différences entre l’ensemble des « Sables de Mareuil » et les autres sites discutés ici sont d’ordre plutôt chronologique que culturel.

L’industrie osseuse

67Extrêmement mal conservée, elle est mentionnée ici pour mémoire. De rares poinçons en os, un pic en bois de cerf figurent à Ligueil. Abilly, « Le Foulon » (fouilles Berthouin) a fourni des chutes du travail de bois de cerf, ainsi qu’une pelle sur omoplate de gros mammifère (fouilles Millet-Richard). Ces éléments ne nous sont ici d’aucune utilité culturelle.

L’industrie lithique

  • 12 Nous préférons ce terme à celui de scie, utilisé traditionnellement. L’emploi du terme racloir, pré (...)

68Les trois éléments considérés comme fossiles directeurs du Néolithique final : racloirs à coches12, lames épaisses et relativement étroites retouchées en poignard, armatures de flèches à pédoncule et ailerons, sont présents sur tous les sites, en nombre à chaque fois significatif. Les deux premiers sont présents à l’état de fragments ou d’objets d’aspect neuf, ce qui amène l’hypothèse de produits d’atelier, rejetés ou mis en réserve sur les sites d’Abilly, « Le Foulon » et « Le Petit-Paulmy » et sur ceux de Barrou et La Guerche, « La Creusette », d’autant qu’ils sont accompagnés par un outillage banal (fig. 7, nos 1, 2 et 12) dont la proportion semble si faible, par comparaison avec les déchets de production de grandes lames, que l’on peut se demander si l’on a réellement affaire ici à des sites d’habitat, entendus comme lieux de résidence stable. Seul, le site de Ligueil a fourni un outillage assez abondant et diversifié pour ne laisser aucun doute sur ce point, la production laminaire ayant couvert les besoins immédiats.

  • 13 Voir note 7 supra.

69Partout ailleurs, les éléments de la chaîne opératoire pressignienne (fig. 7) sont présents sur les sites du premier cercle, pour ne pas dire omniprésents : nucleus « ldb », certains à l’état de segments, d’autres repris pour un débitage de lames selon une méthode plus ordinaire, éclats typiques produits par le cintrage et le carénage de ce type de nucleus, à ses divers stades d’exploitation, les éclats massifs de dégrossissage des blocs, propres aux ateliers sur gîte siliceux, étant également représentés, mais en nombre restreint et probablement comme produits apportés, eux aussi, sur les sites de vallée. Il existe également des nucleus à lames plus courtes et plus larges, aménagés ou non avec crêtes latérales13, dits nucleus plats ou à crête antéro-latérale. Parmi les objets de type spécifiquement local, on note surtout :

  1. des outils oblongs, sur rognon ou sur « ldb » réutilisée, voire sommairement retaillée, aux arêtes très émoussées et présentant une extrémité fortement arrondie ou écrasée (fig. 7, no 3) ;

  2. des grattoirs discoïdes, à talon fortement abrasé (fig. 7, no 5) ;

    • 14 On suppose qu’ils ont servi à l’écrasement de l’arête, sur le plan de frappe des « ldb », en préala (...)

    des perçoirs de forme arquée, à deux pointes opposées. Les premiers figurent, sous le terme « pilon » à Barrou, « La Creusette » et Abilly, « Le Foulon » (Millet-Richard, 1994), les seconds, nommés localement « piqueteurs », sont représentés partout14, les troisièmes, connus déjà par des ramassages sur divers sites du Grand-Pressigny sous la terme de croissants, figurent notamment sur les sites du « Foulon » (Millet-Richard, 1994) et du « Petit-Paulmy » (Cordier et alii, 1955).

70À première vue, les éléments de datation fournis par le lithique rattachent tous les sites fouillés au Néolithique final, les autres outils : grattoirs, lames de haches, tranchets, perçoirs, briquets, racloirs, etc. n’étant, comme on sait, d’aucune valeur chronologique. Parmi les haches polies, figurent, à Ligueil, quelques spécimens en roche tenace, d’origine à première vue armoricaine. Ces importations sont également connues dans les collections de surface du secteur Creuse-Claise (Abilly, Barrou, La Guerche, Le Grand-Pressigny : Bastien et alii, 1976). La superposition de plusieurs occupations du Néolithique aux « Sables de Mareuil » fait que, dans le niveau supérieur, un certain mélange d’industrie ne peut être exclu, par suite des modalités mêmes d’aménagement successif de l’habitat et au fait des travaux agricoles. Ceci ajoute à l’absence de fiabilité de l’outillage « ordinaire » comme marqueur chronologique. Mais ce constat vaut aussi pour les sites de la Creuse et de la Claise, dans la mesure où la faiblesse des surfaces fouillées interdit toute perception sérieuse d’une superposition éventuelle des types et épisodes d’occupation, notamment dans la large fourchette chronologique (au moins 4 siècles) dans laquelle la production des grandes lames est comprise.

  • 15 Ce type de poignard, retouché très finement après polissage du dos, n’est pas antérieur, d’après le (...)

71À l’instar de la céramique, il existe donc des différences minimes, mais significatives, entre les deux ensembles lithiques de Ligueil d’une part (fig. 6) et ceux de la confluence Claise-Creuse, d’autre part (fig. 7). Aux « Sables de Mareuil », existe un petit contingent (3 ou 4 pièces) d’armatures à tranchant transversal, de type Sublaines (Cordier et alii, 1972, p. 70-71), qui n’ont pour l’instant guère été signalées dans la zone du « premier cercle » et pas sur les sites fouillés. À Ligueil, les armatures perçantes sont, pour certaines, du type losangique ou à ailerons naissants (fig. 6, nos 5, 7 et 8), et dans leur majorité, à pédoncule et ailerons peu ou non récurrents. À Barrou, La Guerche et Abilly, elles sont plus généralement à ailerons récurrents, parfois équarris (fig. 7, nos 14-16 ; fig. 8, no 12). Autre différence notable, alors que dans ces fouilles des vallées de la Creuse et de la Claise, les poignards sur lame tirée de « ldb », avec talon dièdre et piqueté caractéristique, sont courants, ils ne figurent à Ligueil qu’en deux exemplaires, hors stratigraphie. Ce site a également livré, en ramassage de surface, un seul fragment de poignard à retouche dite en écharpe15.

72Il ne semble pas que l’on ait connu à Ligueil la méthode de production des grandes lames sur « ldb ». Non seulement, aucun nucleus de ce type ne figure sur le site, mais encore on n’y trouve pas de déchets de taille susceptibles d’en être issus. Les éclats de type pressignoïde ne semblent guère pouvoir provenir que du façonnage de nucleus dits plats (Dias-Merinho, 1999), qui sont, en revanche, attestés à une dizaine d’exemplaire dans le niveau supérieur (fig. 6, no 1). La présence de ces nucleus concorde avec celle de lames larges, ne dépassant pas 20 cm (certaines à crête), fréquentes sur le site, et de poignards d’aspect ovalaire, dits pisciformes (fig. 6, nos 3, 14 et 16), tels que ceux signalés fréquemment dans le groupe de Taizé ou dans les tombes du seuil du Poitou, ainsi que dans quelques sépultures collectives du Bassin parisien (par exemple, dans la Marne : Villevenard « Les Ronces », Courjeonnet) (Bailloud, 1964-74 ; Burnez-Lanotte, 1987).

  • 16 Voir note 7 supra. Il ne nous semble pas garanti que l’on puisse identifier avec une certitude parf (...)

73Les nucleus d’aspect tabulaire, à production de grandes lames de type court (et qui se présentent sous plusieurs variantes, selon qu’ils sont ou non à débitage bipolaire et crêtes antéro-latérales), sont connus en association avec les « ldb » dans les zones de rejet de produits de débitage (par ex. : petit atelier de « La Creusette » à Barrou) et dans les ateliers (Abilly, « La Grasse Coue »)16. Ils ont été repérés depuis longtemps par le biais de ramassages de surface et leur mise en œuvre semble pouvoir être détectée par l’intermédiaire de certains éclats de façonnage (Millet-Richard, Primault, 1993). Il ne fait pas de doute qu’ils ont existé en parallèle aux « ldb », notamment pour la production de lames d’un type qui était destiné à la confection de racloirs à coches plutôt que de poignards (Millet-Richard, 1998). Mais l’antériorité de leur apparition sur celle de la méthode « ldb » est également possible. Malheureusement, aucune stratigraphie locale ne permet encore de le démontrer.

74Quoi qu’il en soit, les différences qui apparaissent entre les deux ensembles d’industrie lithique de Ligueil et des fouilles de la zone Claise-Creuse doivent être mises en parallèle avec celles repérées dans la céramique.

Les sépultures

75La majorité des sépultures signalées à ce jour sont de type collectif. Une tombe individuelle, en position repliée sur le côté, a été fouillée à Ligueil, dans le niveau néolithique, mais elle n’était pas associée à du matériel datant.

76Les sites et leur mobilier

77Dans le premier cercle, le dolmen de « La Pierre Chaude » à Paulmy, dont le mobilier n’a été ni conservé, ni décrit correctement, est du type à chambre polygonale sous tumulus et table unique, défini par G. Cordier (Cordier, 1984, p. 140-142). C’est aussi le cas du dolmen (détruit) de la « Pierre au Loup », à Paulmy, qui n’a livré que quelques lames courtes (ibid., p. 51, 65 et 66).

78Dans le second cercle, le dolmen (disparu) de « La Roche » à Manthelan (Cordier, Riquet, 1958) était à chambre rectangulaire et table en deux blocs. Le mobilier (fig. 14, A) comprenait une hachette pendeloque, un canine perforée, des poinçons en os, un pendentif en bois de cerf, diverses coquilles des faluns perforées et rondelles de nacre percées, une canine de chien perforée, un retouchoir et quelques lames courtes et larges, deux armatures à pédoncule et ailerons naissants et trois autres de type Sublaines. Les trois tessons signalés semblent protohistoriques.

79La tombe du « Vigneau », à Manthelan (Cordier, Riquet, 1958), semble voir été une petite cavité naturelle, dans le coteau calcaire, sous un banc de meulière et peut-être avec entrée encadrée de blocs. Le mobilier (fig. 14, B) comprend trois fragments de poignard sur lame tirée de ldb, dont un à dos poli, une hache polie et une taillée, en silex, une armature de flèche foliacée à pédoncule peu dégagé, des perles discoïdes en calcaire ou coquillage fossile, un fragment de pecten perforé, quelques grattoirs, une vingtaine de lames courtes, six petites pendeloques en os ou corne, une défense de suidé perforée et deux poinçons en os.

80À la confluence Vienne-Creuse, la tombe de Ports-sur-Vienne-« Le Bec-des-Deux-Eaux » (Montrot, 1951 ; Cordier, 1984) consistait en une chambre enterrée, trapézoïdale à coins arrondis, de 2,90 m sur 1,40 à 2,30 m, sans couverture (du moins conservée), délimitée par des petites dalles de champ (hauteur maximum : 1,20 m). Le mobilier (fig. 13, A) comprenait au moins huit vases complets de types variés, une hache polie en silex, deux hachettes-pendeloques en éclogite, une canine de loup perforée, deux gaines en bois de cerf à emmanchure directe (dont une armée d’un éclat à tranchant brut et droit), des grattoirs sur éclat laminaire, trois grandes lames larges, dont une à crête et une retouchée en poignard de type pisciforme, un ciseau poli en os, deux armatures de type Sublaines et diverses lames courtes et irrégulières, pas ou peu retouchées.

81Un peu plus loin encore, dans le second cercle, le dolmen de « Villaine » à Sublaines (Cordier et alii, 1972) est du type à chambre polygonale sous tumulus (2,5 x 2 x 1,20 m) et couverture sous dalle unique probable. Le mobilier (fig. 13, B et fig. 14, C) comporte quelques lames larges et poignards sur lame de « ldb », un fragment de hache en dolérite, une hache taillée en silex, vingt et une armatures de type Sublaines, deux à pédoncule et ailerons peu ou non récurrents, divers grattoirs, six poinçons en os, une hachette perforée en dolérite, un pendentif arciforme biforé en schiste métamorphique, cinq dents percées (cheval, loup, chien), de nombreux grains de collier en nacre, os, coquillage actuel, test fossile ou calcaire, un pic en bois de cerf, une tête de flèche à oiseau. Le matériel céramique est représenté par au moins quatorze vases fragmentaires, du type pot à fleur, un fragment de forme à angulation haute (fig. 12 B, no 3) et un tesson de pâte fine à décor de triangles margés poinçonnés (fig. 13, B).

82Aspects chrono-culturels

83Les cinq tombes qui nous intéressent ici se rattachent à la vaste famille des dolmens simples, tombelles et tombes en fosse définie par C. Burnez (Burnez, 1976). Localement, elles illustrent bien la distinction à maintenir entre les dolmens proprement dits, caractérisés par une chambre constituée de grands orthostats et pourvue d’au moins une imposante dalle (« La Pierre Chaude » et « La Roche ») et l’architecture para-ou semi-mégalithique du « Bec-des-Deux-Eaux » et de « Villaines ». Le « Vigneau » appartient soit à un type local d’hypogée qui serait encore méconnu, soit à la catégorie des tombes en cavité naturelle, mais les informations sur son architecture sont trop lacunaires pour pouvoir en juger.

84Ces types architecturaux, notamment les dolmens simples, sont bien représentés en Poitou et sur la frange occidentale et septentrionale du Massif-Central (Vienne, Haute-Vienne, Creuse, Indre, notamment). À ce titre, il a déjà été écrit que la Touraine ne peut prétendre à aucune originalité culturelle (Burnez, 1976 ; Cordier, 1984). Mais aucune frontière n’est à noter non plus avec la Beauce, où ces types architecturaux dominent également (Despriée, Leymarios, 1974, p. 181-185 ; Bailloud, 1964, p. 163-168 ; Nouel et alii, 1965). La question de savoir si tombelles et dolmens simples du Centre-Ouest témoignent d’une influence du Bassin parisien n’est d’ailleurs pas tranchée. À notre avis, une influence inverse est tout autant possible (Villes, 1987). Mais la documentation recueillie ces vingt dernières années dans le sud-ouest du Bassin parisien est bien trop limitée pour permettre de trancher (Richard, 1995 ; 1996).

  • 17 Contrairement à ce que pensaient G. Bailloud (1964) et G. Cordier (Cordier et alii, 1972 ; Cordier, (...)

85Pour le secteur pressignien, lato sensu (car les dolmens de Paulmy sont inutilisables sous cet aspect), il reste donc le mobilier. Aucun élément vraiment typique de la Som (Villes, 1983 ; 1984) n’est à signaler : pas de céramique caractéristique, pas de pendeloques en quille, pas de gaines à trou transversal. Les haches-pendeloques et pendentifs arciformes biforés sont des éléments ubiquistes17. Les armatures tranchantes sont exclusivement de type Sublaines, qui sont très minoritaires dans les sépultures collectives du Bassin parisien, du moins au-delà de la Beauce (Cordier et alii, 1972, p. 67-72), où d’ailleurs les fossiles directeurs les plus spécifiquement SOM ne figurent pas non plus.

86On ne peut guère se fier à la parure, qui est d’un type banal, hormis les pendeloques en os (fig. 14, A et B), qui pourraient représenter une variante locale, parallèlement aux types en quille du Bassin parisien (Bailloud, 1964-74). Elles évoquent, en Touraine, des dents ou de grandes craches de cerf.

87En moitié nord de la France, le ou les types architecturaux funéraires du Néolithique final sont encore très mal identifiés, en dehors de rares tombes en fosse (Villes, 1983 ; 1985). Le rituel de la sépulture collective est surtout attesté, dans cette période, sous forme de réutilisation de tombes SOM et par le biais de l’industrie lithique : flèches à pédoncule et ailerons, rares racloirs à coches, poignards sur lames pressigniennes issues de « ldb ».

88On notera que dans le secteur ici étudié, ces éléments tardifs ne sont présents qu’au « Vigneau » et à Sublaines. Encore n’est-il pas sûr, dans le second cas, que ces objets puissent être significatifs, car la plus grande partie du mobilier, notamment les « poignards », a été trouvé en dehors de la chambre (Cordier et alii, 1972). Globalement, les armatures perçantes sont minoritaires, dans les sépultures de la Touraine du Sud, par rapport à celles de type Sublaines. Or non seulement les premières sont d’un type peu évolué (pédoncule et ailerons naissants ou peu récurrents) (fig. 13, B et fig. 14, A), mais encore les secondes ne sont pas clairement attestées en milieu Néolithique final (culture d’Artenac) dans les habitats du Centre-ouest (Burnez, Fouéré, 1999).

  • 18 Cette lame figure dans : Cordier, 1984, fig. 42, no 20.

89Les armatures perçantes de Manthelan et Sublaines sont semblables à celles de Ligueil (fig. 6, nos 5, 7 et 8), où les poignards sur lame issue de « ldb » ne sont pas attestés dans la couche du Néolithique final, qui a fourni, par ailleurs, une petite minorité de flèches type Sublaines. Le poignard pisciforme du « Bec-des-Deux-Eaux », une lame à crête de ce site et certaines lames larges de « Villaine » sont également du même type qu’à Ligueil, c’est-à-dire issus de nucleus plats ou de nucleus à crête antérolatérale18.

90Pour la céramique des tombes également, la comparaison s’impose avec l’habitat des « Sables de Mareuil » : pots à fleur ou formes en tonnelet, à languettes de préhension haut placées (« Bec-des-Deux-Eaux » et « Villaine »), tesson à angulation haute de « Villaine » (fig. 12, B, no 3). Mais la céramique grossière et peu typée, qui constitue l’essentiel du contingent disponible, se retrouve également, à l’exception des carènes hautes, dans les fouilles de la zone Creuse-Claise, en association avec des poignards sur lame issue de « ldb » et d’armatures perçantes de de type évolué (fig. 9 à 11).

91Sur la base de l’inventaire - très résumé ci-dessus - du mobilier funéraire, on peut supposer que la fondation et l’utilisation primaire de la majorité des tombes en question relèvent d’une même culture du Néolithique récent. À Manthelan, « La Roche », le néolithique final n’est pas représenté. Au « Bec-des-Deux-Eaux », seul le poignard pourrait appartenir à celui-ci, mais dans une phase ancienne. Par ailleurs, cette tombe, d’après l’étude anthropologique récente, semble avoir connu deux phases d’utilisation (Primault, Soler, 1998). Les éléments néolithiques les plus tardifs (du Néolithique) à Sublaines, « Villaine » (poignards sur lame en silex pressigien, issue de « ldb ») ne préjugent pas de la fondation ou de l’utilisation principale de la tombe, étant hors stratigraphie et le mobilier comportant par ailleurs beaucoup d’éléments soit communs (céramique, outils de silex, parure), soit assez typiques d’un Néolithique récent, du moins si l’on en juge par les contextes domestiques du Centre-Ouest (lames larges, armatures type Sublaines). Enfin, au « Vigneau », dont les seuls objets bien typés sont Néolithique final (poignards), une large partie du mobilier a disparu lors de la découverte, et les pièces publiées (fig. 14, B) ne sont pas nécessairement représentatives du fonctionnement du monument sur toute sa durée.

92En conclusion, le mobilier des sépultures proches du Grand-Pressigny présente trois aspects que l’on retrouve dans les sites d’habitat : 1) beaucoup d’éléments sans valeur chronologique suffisamment précise, notamment dans la céramique, 2) deux corpus présentant des différences, notamment quant au lithique, d’ordre plus probablement chronologique que culturel, 3) le plus ancien des deux étant clairement identifiable dans le second cercle seulement.

Discussion

Le Néolithique final du Grand-Pressigny

93Les seuls éléments de détermination des affinités culturelles restent les céramiques en contexte domestique ou supposé tel. Le corpus associé au faciès technique « ldb », dans le secteur restreint, s’est complété à la faveur de recherches récentes (Abilly, Barrou, La Guerche), mais pas encore au point d’être vraiment représentatif sur chaque site. Pour le caractériser, il faut considérer, non sans artifice, les modestes lots fournis par les divers fouilles comme témoignant d’un même ensemble typologique. Bien que le répertoire de formes et décors ainsi constitué soit globalement très peu typé, il comporte une production fine mal conservée, qui se prête à quelques comparaisons plus précises que la production grossière. Celle-ci forme ce « fonds de céramique courante » dont il est « difficile de discerner les caractéristiques régionales propres » (Burnez, 1996, p. 187).

94Les rapprochements se font sans difficulté avec quelques formes courantes, non décorées, du répertoire de la production fine artenacienne. Mais la plupart de ces profils se retrouvent aussi dans les sites du Néolithique final du Bassin parisien rattachés à la culture du Gord.

95La dualité céramique fine/poterie grossière semble bien attestée dans la zone pressignienne, au sens large comme au sens étroit, selon un phénomène qui se généralise à l’époque du Néolithique final dans une très large partie de l’Europe occidentale (Laporte, 1996) et qui rappelle la coexistence, dans l’industrie lithique, de techniques sophistiquées et de pratiques de taille ordinaires.

96On trouve dans le corpus du « Bec-des-Deux-Eaux » une écuelle à fond rond, dont la surface s’écaille, et une terrine carénée, qui ne dépareraient pas non plus des ensembles artenaciens (fig. 13, A).

  • 19 Deux de ces vases ont été attribués au Bronze ancien (Cordier, 1976 ; Gomez, 1995, p. 121). Il est (...)

97Une forme biconique décorée, illustrée par trois découvertes plus ou moins récentes : Saint-Nicolas-de-Bourgueil, Amboise et Rochecorbon (Visset et alii, 1999 ; Cordier, 1976) (fig. 12, B, nos 1, 2 et 4), trouve des parallèles dans les vases pansus ou carénés les plus hauts de l’Artenacien. Le décor se caractérise par deux séries de triangles garnis de fines ponctuations, opposés par la base, de part et d’autre de la carène ou par une double série de triangles ponctués et margés soulignant la partie haute de l’angulation, à quoi s’ajoute un décor secondaire, sous forme d’une simple rangée horizontale de dents de loup non loin du bord19. Ces motifs ne sont pas sans analogie avec les thématiques artenaciennes. Leur localisation entre Amboise et Tours est assez voisine de celle du dolmen de Sublaines, « Villaine », qui a livré un fragment de céramique fine à décor de triangles, à champ ponctué, margés par incision profonde (fig. 13, B), depuis longtemps rapproché de l’Artenac et du « Fort-Harrouard II » par G. Bailloud (1976, p. 384). Mais la meilleure comparaison pour ces vases est le décor de triangles ponctués de Ligueil (fig. 3, no 1).

  • 20 Depuis lors, l’anse nasiforme serait « reniée » comme artenacienne, mais attribuée à l’occupation C (...)

98À Muides-sur-Loire (Loir-et-Cher), en aval de Blois, R. Irribaria a signalé une anse nasiforme, de la céramique grossière, tronconique ou cylindrique à languette de préhension, sans décor, et du lithique de type Néolithique final (Irribaria, 1990)20.

99Aux « Châtelliers » de Moulins-sur-Céphons (Indre), un rempart à coffrage en caissons de bois, le plus occidental de ce type actuellement connu (Buchsenschutz et alii, 1988), est associé à un ensemble céramique (fig. 15) et lithique très semblable à celui du « premier cercle » pressignien, ainsi qu’à des importations de silex du Grand-Pressigny. En quantité limitée, la poterie comprend deux classes, mais n’a livré aucun élément décoré. Quelques profils carénés et coupelles peu profondes (ou « assiettes ») méritent d’être rapprochés du répertoire artenacien. Par contre, sur le site des « Vaux », un grand bâtiment dont le plan est très similaire à ceux d’Antran « La Croix-Verte » (Vienne) et Vouillé, « Les Chavis » (Vienne : Pautreau, 1994 ; Ollivier, Pautreau 1994 ; Krausz, Constantin, 1995 ; Krausz, Hamon, 1999) est en cours de fouille. Ce type architectural peut être considéré comme propre à l’Artenac (Villes, 1999b). Ceci est confirmé sur le site par la présence d’une très abondante céramique fine, peu décorée, mais comportant les profils et les moyens de préhension typiques de l’Artenac.

100La position géographique des bâtiments en question, s’ajoutant à leur spécificité architecturale, confirmée par la découverte beaucoup plus méridionale de Douchapt, « Beauclair » (Dordogne : Fouéré, 1998), place le site de Ligueil et ceux du Grand-Pressigny dans le même périmètre que cette architecture artenacienne. Par contre, la différence de corpus céramique entre les deux sites de Moulins-sur-Céphons pose question. S’explique-t-elle par une différence chronologique ou par un manque de représentativité du petit corpus des « Châtelliers » ?

La question du Néolithique récent au Grand-Pressigny

101C’est encore par l’intermédiaire de l’industrie lithique que l’on peut chercher aujourd’hui les repères potentiels d’une évolution du Néolithique local au IIIe millénaire. On peut en effet envisager, en toute hypothèse, que l’habitat de Ligueil illustre une phase ancienne du faciès technique pressignien. Ce pourrait être l’explication la plus simple à l’absence de nucleus ou produits type « ldb » sur le site, malgré celle de nucleus « plats » ou tabulaires à crête latérale, identiques à ceux connus dans les ateliers des plateaux et habitats des vallées du « premier cercle ». Ceci concorde, en tous cas, avec les premiers indices de l’existence du trafic pressignien, au début du IIIe millénaire, repérés récemment à Clairvaux (Pelegrin, à paraître).

102Sous le double aspect céramique et lithique, des comparaisons peuvent être avancées pour Ligueil avec de rares sites d’habitats poitevins. À Beaumont, « La Tricherie » (Vienne), la céramique grossière et à fonds plats, avec languettes de préhension imperforées, est très peu typée, mais elle comporte un exemple de pincement-cupules. Le lithique est dépourvu d’éléments vraiment typiques du Néolithique final, mais pas dénué d’éléments laminaires larges, évoquant la technique du nucleus plat, mais sans crête antéro-latérale (Louboutin et alii, 1998). À Maillezais, « L’Abbaye » (Vendée), le répertoire de formes et éléments de préhension semble analogue à celui de la production grossière de Ligueil, y compris pour certains profils à angulation supérieure (mais moins marquée). Le lithique, quant à lui, est dépourvu de tout élément de type Néolithique final, tels que poignards et racloirs à coches, les armatures étant, comme à Beaumont, de type Sublaines (Le Meur, 1999).

  • 21 Signalons au passage que les cupules-pincements (un cas à Ligueil) sont attestées au Néolithique fi (...)

103D’après ces comparaisons avec d’autres ensembles que les contextes funéraires, si peu fiables, les différences, dans la typologie céramique, entre les sites du premier cercle et celui de Ligueil peuvent avoir une signification chronologique, en accord avec l’absence du faciès « ldb » aux « Sables de Mareuil ». Ce site possèderait un répertoire plus riche21, non seulement en raison d’un corpus céramique plus représentatif que celui des habitats-ateliers, mais encore du fait d’une certaine antériorité sur ces derniers. Il relèverait d’une phase du Néolithique final assez ancienne pour conserver quelques éléments de style Néolithique récent, tout en possédant déjà des racloirs à coches et des poignards et armatures pédonulées de type encore peu évolué. À l’inverse, l’absence d’angulations hautes, de cupules doubles ou de cupules-pincement et d’anses à ruban dans les sites fouillés dans les vallées de la Creuse et de la Claise s’expliquerait par leur appartenance au plein Néolithique final.

104Par ailleurs, des affinités artenaciennes sont indéniables dans certaines formes de la céramique fine de Ligueil et dans ses décors (fig. 3 à 5). Mais elles portent sur un registre bien plus restreint que celui du Centre-Ouest (absence d’anses nasiformes, notamment). En concordance avec les éléments typologiques autres, ceci pourrait s’expliquer par une position chronologique en léger amont de l’Artenac de la Saintonge, avec lequel les sites du « premier cercle » pressignien peuvent, d’après les exportations, être parallélisés.

105La question de l’attribution culturelle du complexe pressignien peut d’une part être abordée dans une fourchette chronologique plus large que la seule période d’apogée des exportations, et donc dans une perspective évolutive, et l’on peut, d’autre part, s’appuyer, avec Ligueil, sur un corpus céramique représentatif, pour autant qu’il puisse être considéré comme homogène.

106Mais ces progrès ne nous mènent guère loin. D’un côté, le corpus céramique de Ligueil ne peut pallier seul aux carences documentaires liées de longue date à l’absence de fouille d’ampleur suffisante, au Grand-Pressigny même. Un tel travail reste absolument nécessaire sur un habitat proche des ateliers et contemporain de leur phase d’apogée. D’un autre côté, pour donner une identité culturelle aux groupes locaux dès les débuts du IIIe millénaire, on se heurte au flou des ensembles culturels voisins (Villes, 2003a, p. 70-72), auxquels renvoient les éléments les plus originaux du corpus céramique de Ligueil :

  • le groupe de Taizé, dont le seul style céramique vraiment original dans les tombes est soit campaniforme, soit de type Conguel (vase du dolmen E 136, à Taizé), et dont les habitats sont connus seulement par des ramassages de surface ;

  • les angulations hautes de la céramique grossière du Néolithique récent (Kerugou) et final (Quessoy-Conguel-Groh-Collé) d’Armorique, qui sont présentes aussi dans le domaine géographique restreint du « Taizé », et qui, plus à l’est (Lion d’Angers, Beauce, Perche), ne sont pourvues d’aucun décor ;

  • la phase supposée tardive du Néolithique récent centre-atlantique (Bougon, Raix « Fontiaux »), définie à partir seulement d’ensembles funéraires, certains sites domestiques ayant par ailleurs été intégrés dans un groupe à part, dit du « Marais Poitevin » (Joussaume, 1981 ; Burnez, 1996). Ses décors céramiques relèvent, tantôt du Néolithique final (Groh-Collé et Artenac à Échiré, « Les Loups »), tantôt du Néolithique récent : vase Kerugou du dolmen E 136 de Taizé (Hebras, 1965), vases peu-richardiens de « Champ-Durand » à Nieul-sur-l’Autize, en Vendée et même de Chacé, en Anjou (Gruet, 1973) ;

    • 22 Malgré les étroites parentés avec certaines sépultures du seuil du Poitou, on ne peut mettre le lab (...)

    la culture de Vienne-Charente, dans sa nouvelle acception (Burnez, 1996), dont nous pensons qu’en dehors des « Inconnus de Diconche » (Burnez, Fouéré, 1999), elle conserve, faute d’ensembles domestiques importants, les mêmes faiblesses que dans son acception initiale (Prudhomme, Villes, 2000)22 ;

  • enfin la culture du Gord, encore trop mal documentée pour que sa définition (Bailloud, 1982) ne demande à être précisée, et qui est constituée principalement par des éléments typologiques ubiquistes, tout en étant dissociables, pour le lithique notamment, du faciès SOM.

Conclusion

107À l’évidence, les habitats de la région du Grand-Pressigny sont trop peu nombreux et leur matériel est trop peu représentatif pour permettre d’apporter une réponse à la question posée ici, qu’il s’agisse du Néolithique récent dans la zone de confluence Claise-Creuse ou du Néolithique récent et final dans un plus large rayon. Quant aux sépultures, la révision de leur matériel ne peut servir que d’appoint à une discussion qui dépend avant tout de mobiliers d’habitat.

108À moins de contribuer au flou actuel, rien ne justifie un rattachement des gens du Grand-Pressigny, dans la période du Néolithique récent, à l’une ou l’autre des cultures si mal définies ou si mal documentées par des habitats en Armorique, dans le Bassin parisien et sur les marges continentales du Centre-Ouest. Cela vaut en particulier pour le « Vienne-Charente » dans son dernier avatar, puisque seul le Néolithique final est pour le moment attesté dans la zone de la confluence Claise-Creuse. On peut simplement avancer que la SOM n’étant pas présente en Beauce, du moins dans une acception moins laxiste qu’à l’origine (Villes, 1983 ; 1985), la zone de la Loire moyenne a plus de chances de dépendre d’influences du Centre-Ouest, que l’inverse, au Néolithique récent. Ceci concorde avec les similitudes constatées depuis longtemps dans le mobilier funéraire entre le sud-ouest du Bassin parisien et le Poitou, ainsi qu’avec la distribution des armatures de type Sublaines.

109Pour le Néolithique final, faut-il éliminer l’Artenac, seule culture à la fois géographiquement proche et bien définie ? On notera que le répertoire des formes céramiques du premier cercle pressignien, qu’elles soient fines ou grossières, est tout entier contenu dans la gamme élémentaire artenacienne. Ceci vaut aussi pour certains sites de l’ancienne culture de « Saône-Rhône », tels que Charavines et Ouroux-sur-Saône (Villes, 1983 ; 1985), où figurent d’ailleurs quelques éléments qui évoquent assez bien le Centre-Ouest (carènes, décors pointillés, anses en crochet). Qu’il s’agisse de l’architecture domestique (maisons type Antran) ou de la céramique fine ou décorée (anses nasiformes, décors pointillés en motifs triangulaires, carènes), les découvertes récentes en Berry et sur le seuil du Poitou plaident en faveur d’une possible extension de la culture artenacienne jusqu’en Touraine du Sud. Pour établir l’existence d’une autre culture du Néolithique final dans cette région, il faudrait en tout cas la découverte d’éléments stylistiques céramiques et d’architectures domestiques tout à fait originaux, inconnus jusqu’à présent. On ne peut encore éliminer l’hypothèse que l’absence de témoins significatifs de la culture céramique d’Artenac au Grand-Pressigny même résulte simplement de la modicité des découvertes de poterie associée aux déchets de débitage sur « ldb ».

110Par ailleurs, la question du Néolithique récent a progressé dans des termes qui montrent que cette phase est incontournable, pour comprendre la période qui suit. La typologie du matériel de Ligueil, site du deuxième cercle, mais aussi peut-être seul véritable habitat fouillé dans le secteur pressignien, montre un lien évident, probablement au tournant du IVe -IIIe millénaire, entre la région du Grand-Pressigny et une culture du Néolithique récent qui n’est réductible ni à la SOM, ni au Kerugou, ni au Peu-Richard. Ceci vaut dans les deux hypothèses que l’on peut avancer pour « Les Sables de Mareuil » : un matériel homogène, dans une phase ancienne du Néolithique final ou une faible occupation ayant précédé celle-ci, au Néolithique récent.

Fig. 12. 1-15 : mobilier lithique et céramique du Grand-Pressigny « Les Réaux » (d’ap. Cordier, 1961) ; en bas, céramiques décorées de la Loire (1 – Saint-Nicolas-de-Bourgueil, 2 – Rochecorbon, 4 – Amboise) (d’ap. Visset et alii, 1999 et d’ap. Cordier, 1976) et tesson à angulation haute de Sublaines « Villaine » (d’ap. Cordier et alii, 1972).

Fig. 13. Mobilier des sépultures collectives de la Touraine du Sud : A – Port-sur-Vienne « Bec-des-Deux-Eaux » ; B – Sublaines « Villaine » (d’ap. Cordier, 1984).

Fig. 14. Mobilier (parure, outillage osseux et lithique) des sépultures collectives de la Touraine du Sud : A – Manthelan « La Roche » ; B – Manthelan « Le Vigneau », C – Sublaines « Villaine » (d’ap. Cordier, 1984).

Fig. 15. Céramique de Moulins-sur-Céphons « Les Châtelliers » (Indre) (d’ap. Villes, 2003a).

Bibliographie

Bibliographie

Airvault, Primault 2002 : Airvault (J.), Primault (J.). — Considérations sur l’extension géographique du néolithique final à « livre de beurre » en Touraine et Poitou (France). L’Anthropologie, 106, 2002, p. 269-294.

Aubry 1995 : Aubry (T.). — Site d’extraction de silex et atelier de débitage de grandes lames selon la méthode des « livres de beurre », La Giraudière (Neuilly-le-Brignon, Indre-et-Loire). Document Final de Synthèse de sondage. Orléans : SRA Centre, 1995. 41 p., 13 fig.

Augereau 2002 : Augereau (A.). — Ateliers de taille de silex à Abilly, « La Bergeresse » (Indre-et-Loire). Document Final de Synthèse d’évaluation. Orléans : INRAP/SRA Centre, 2002. 39 p., 28 fig.

Bailloud 1964 : Bailloud (G.). — Le Néolithique dans le Bassin parisien. Paris : CNRS, 1964 (2e éd. 1974). 394 p., ill. (Suppl. à Gallia Préhistoire ; II).

Bailloud 1976 : Bailloud (G.). — Les civilisations néolithiques du Bassin parisien et du Nord de la France. La Préhistoire Française, II, 1976, p. 375-388.

Bailloud 1982 : Bailloud (G.). — Vue d’ensemble sur le Néolithique de la Picardie. Revue archéologique de Picardie, 4, 1982, p. 5-35.

Bailloud, Burnez 1962 : Bailloud (G.), Burnez (C.). — Le Bronze ancien dans le centre-ouest de la France. Bull. de la Soc. préhistorique française, LIX, 7-8, 1962, p. 515-524.

Barrier 1991 : Barrier (P.). — Approche géologique de la provenance des matériaux ouvrés. Deux exemples néolithiques en région Centre : Autry-sur-Juine (Loiret) et Ligueil (Indre-et-Loire). In : Actes du 14ème colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, oct. 1987. Vendôme, 1991, p. 163-164 (Suppl. au Bull. de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois).

Bastien et alii 1976 : Bastien (G.), Geslin (M.), Le Roux (C.-T.). — Haches d’importation trouvées en Indre-et-Loire. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 27, 1976, p. 40-47.

Berthouin 1980 : Berthouin (F.). — Habitat néolithique du Foulon. Abilly (Indre-et-Loire). Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 31, 1980, p. 14-20.

Bouchet et alii 1990 : Bouchet (J.-M.), Burnez (C.), Roussot-Larroque (J.), Villes (A.). — Le Bronze ancien de la vallée de la Seugne : La Palut à Saint-Léger (Charente-Maritime). Gallia Préhistoire, 32, 1990, p. 237-275.

Buchsenschutz et alii 1988 : Buchenschutz (O.), Coulon (G.), Gratier (M.), Hesse (A.), Holmgren (J.), Mills (N.), Orssaud (D.), Querrien (A.), Rialland (Y.), Soyer (C.), Tabbagh (A.). — L’évolution du canton de Levroux d’après les prospections et les sondages archéologiques. 1988, 182 p. (Suppl. à la Revue archéologique du Centre ; 1).

Burnez 1976 : Burnez (C.). — Le Néolithique et le Chalcolithique dans le centre-ouest de la France. Mémoire de la Soc. préhistorique française, 12, 1976.

Burnez 1996 : Burnez (C.). — Le site des Loups à Échiré, Deux-Sèvres. Musée des Tumulus de Bougon. Niort : Conseil Général des Deux-Sèvres, 1996. 260 p., 136 fig.

Burnez, Fouéré 1999 : Burnez (C.), Fouéré (P.). — Les enceintes néolithiques de Diconche à Saintes (Charente-Maritime) : une périodisation de l’Artenac. 1999, 2 vol., 829 p. (Mémoire de la Soc. préhistorique française ; XXV / Mémoire de l’Assoc. des publications Chauvinoises ; XV).

Burnez-Lanotte 1987 : Burnez-Lanotte (L.). — Le Chalcolithique moyen entre la Seine et le Rhin inférieur. Étude synthétique du rituel funéraire. 1987, 3 vol. (British Archaeological Reports, International Series, 354).

Cassen 1987 : Cassen (S.). — Le centre-ouest de la France au IVe millénaire avant J.-C. Oxford, 1987. 398 p., 113 fig. (British Archaeological Reports, International Series ; 342).

Cauvin 1961 : Cauvin (M.-C.). — Découverte de céramique au Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). L’Anthropologie, 65, 1961, p. 181-184.

Cordier 1961 : Cordier (G.). — Fond de cabane des Réaux. Gallia Préhistoire, IV, 1961, p. 183-192.

Cordier 1976 : Cordier (G.). — Les civilisations de l’âge du Bronze dans le centre-ouest et les pays de la Loire moyenne. La Préhistoire Française, 1976, II, p. 543-560.

Cordier 1984 : Cordier (G.). — Inventaire des mégalithes de la France, I – Indre-et-Loire. Joué-lès-Tours : G. Cordier (deuxième éd.), 1984. 204 p., 116 fig.

Cordier et alii 1955 : Cordier (G.), Geslin (P.), Berthouin (F.), Joannes (P.). — La station du Petit-Paulmy, commune d’Abilly. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 6, 1955, p. 28-40.

Cordier et alii 1972 : Cordier (G.), Riquet (R.), Brabant (H.), Poulain (T.). — Le site archéologique du dolmen de Villaine à Sublaines (Indre-et-Loire). 1ère partie. Gallia Préhistoire, 15, 1972, p. 31-135.

Cordier, Montrot 1954 : Cordier (G.), Montrot (E.). — L’éperon barré néolithique de Murat (Ferrières-Larçon). Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 5, 1954, p. 56-60.

Cordier, Riquet 1958 : Cordier (G.), Riquet (R.). — L’ossuaire du Vigneau et le dolmen de La Roche, commune de Manthelan. L’Anthropologie, 1958, p. 1-29.

Dauvois 1966 : Dauvois (M.). — Un type nouveau d’armature de flèche à tranchant transversal du Néolithique final. In : Actes du congrès international des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques. Prague : UISPP, 1966, p. 575-578.

Despriée 1983 : Despriée (J.). — Informations archéologiques, Centre. Gallia Préhistoire, 26, 2, 1983, p. 263.

Despriée, Leymarios 1974 : Despriée (J.), Leymarios (C.). — Inventaire des mégalithes de la France, III – Loiret-Cher. Paris : CNRS, 1974. 246 p., ill. (Suppl. à Gallia Préhistoire ; I).

Dias-Merinho 1999 : Dias-Merinho (M.-H.). — Approche de l’industrie lithique d’un site d’habitat néolithique de la région du Grand-Pressigny : les « Sables de Mareuil » à Ligueil (Indre-et-Loire). Mémoire de Maîtrise. Paris : Université de Paris I, 1999. 96 p., 51 fig.

Fouéré 1998 : Fouéré (P.). — Deux grands bâtiments du Néolithique final artenacien à Douchapt (Dordogne) : rencontres méridionales de Préhistoire récente, 2e session, Arles, 1996. Antibes : APDCA, 1998, p. 311-328.

Fouéré 2002 : Fouéré (P.). — Val Creuse, La Roche-Posay (Vienne). Document Final de Synthèse de fouilles de sauvetage. Poitiers : SRA Poitou-Charente, 2002. 106 p., 55 fig.

Geslin et alii 1982a : Geslin (M.), Bastien (G.), Mallet (N.), Freslier (B.). — Le site de la Creusette, habitat et atelier. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 33, 1982, p. 24-34.

Geslin et alii 1982b : Geslin (M.), Bastien (G.), Mallet (N.), Freslier (B.), Genty (P.). — Le petit atelier de taille de La Creusette (commune de Barrou, Indre-et-Loire). Bull. de la Soc. préhistorique française, 79, 10-12, 1982, p. 399-410.

Giot et alii 1986 : Giot (D.), Mallet (N.), Millet (D.). — Les silex de la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). Recherche géologique et analyse pétrographique. Revue archéologique du Centre, 25, I, 1986, p. 21-36.

Gomez 1995 : Gomez (J.). — Le Bronze Moyen en Occident. Paris : Picard, 1995. 376 p., ill. (Coll. L’Âge du Bronze en France ; 5).

Gruet 1973 : Gruet (M.). — L’ossuaire semi-mégalithique de Chacé (Maine-et-Loire). Bull. de la Soc. préhistorique française, 70, 1973, p. 385-400.

Hébras 1965 : Hébras (C.). — Le dolmen E 136 du groupe de Monpalais, commune de Taizé (Deux-Sèvres). Bull. de la Soc. préhistorique française, LXII, 1, 1965 (1966), p. 139-158.

Ihuel 2002a : Ihuel (E.). — La diffusion du silex du Grand-Pressigny dans le massif armoricain au Néolithique. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 53, 2002, p. 67-72.

Ihuel 2002b : Ihuel (E.). — Les collections pressigniennes du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Antiquités Nationales, 34, 2002, p. 29-76.

Ihuel 2004 : Ihuel (E.). — La diffusion du silex du Grand-Pressigny dans le Massif armoricain au Néolithique. 2004 (Suppl. au Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 2).

Irribaria 1990 : Irribaria (R.). — Premiers éléments de la fouille de Muides-sur-Loire (41), « Le Bas du Port-Nord », été-automne 1989. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 41, 1990, p. 16-18.

Jousseaume 1981 : Jousseaume (R.). — Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental dans son cadre atlantique. Rennes : Laboratoire d’Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricains, 1981. 626 p., 243 fig. (Travaux).

Krausz, Constantin 1995 : Krausz (S.), Constantin (C.). — Un site d’habitat de la culture d’Artenac à Moulins-sur-Céphons (Indre). Bull. de la Soc. préhistorique française, 92, 3, 1995, p. 346-347.

Krausz, Hamon 1999 : Krausz (S.), Hamon (T.). — Moulins-sur-Céphons (Indre) : architectures et culture de l’Artenac en Berry. « Camps, enceintes et structures d’habitat en France septentrionale ». In : Résumés des communications du 24ème colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans, 1999, p. 42.

Laporte 1996 : Laporte (L.). — Quelques réflexions sur le Néolithique final du centre-ouest de la France. Revue archéologique de l’Ouest, 13, 1996, p. 51-74.

Le Meur 1999 : Le Meur (N.). — Habitats pré- et protohistoriques dans l’enceinte de l’abbaye de Maillezais (Vendée). Bull. de la Soc. préhistorique française, 96, 3, 1999, p. 393-400.

L’Helgouac’h 1980 : L’Helgouac’H (J.). — À propos des rapports entre le Massif armoricain et le Centre de la Gaule au Néolithique. Le site mégalithique de l’Île Briand au Lion d’Angers (Maine-et-Loire). In : Études sur le Néolithique de la Région Centre : Actes du colloque interrégional tenu à Saint-Amand-Montrond, Cher, 28-30 oct. 1977. Saint-Vic : Ass. des Amis du Musée Saint-Vic, 1980, p. 32-40, 6 fig.

Louboutin et alii 1998 : Louboutin (C.), Ollivier (A.), Constantin (C.), Sidéra (I.), Tresset (A.), Farrugia (J.-P.). — La Tricherie à Beaumont (Vienne), un site d’habitat du Néolithique récent. In : Le Néolithique du centre-ouest de la France : Actes du XXIème colloque interrégional sur le Néolithique, Poitiers, 14-16 oct. 1994. Ass. des Publ. Chauvinoises, 1998, p. 307-325 (Mémoire ; XIV).

Mallet 1986 : Mallet (N.). — Le Grand-Pressigny : vision moderne d’une industrie préhistorique. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 37, 1986, p. 19-26.

Mallet 1991 : Mallet (N.). — Le Grand-Pressigny : ses relations avec la civilisation Saône-Rhône. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 42, 1991, p. 19-27.

Mallet 1992 : Mallet (N.). — Le Grand-Pressigny, ses relations avec la civilisation de Saône-Rhône. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, suppl., 2 vol., 1992. 218 p., 100 fig. (vol. I), 123 pl. (vol. II).

Marquet, Millet-Richard 1995 : Marquet (J.-C.), Millet-Richard (L.-A.). — L’habitation-atelier Néolithique final du Petit-Paulmy à Abilly (Indre-et-Loire), présentation préliminaire. In : Actes du 20ème colloque interrégional sur le Néolithique, Évreux, 1993. 1995, p. 247-271 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Ouest ; 7).

Millet 1985 : Millet (D.). — Géologie du bassin de la Claise tourangelle. Les Cahiers de la Claise, 2, 1985. 48 p., 14 fig. (Coll. Patrimoine Vivant en Claise Tourangelle).

Millet-Richard 1993 : Millet-Richard (L.-A.). — Rapport de la fouille programmée sur le site du Foulon à Abilly. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 44, 1993, p. 34-42.

Millet-Richard 1994 : Millet-Richard (L.-A.). — Résumé de la campagne de fouilles du Foulon 1993. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 45, 1994, p. 19-24.

Millet-Richard 1995 : Millet-Richard (L.-A.). — L’habitat néolithique final du Foulon à Abilly (Indre-et-Loire). In : Actes du 20ème colloque interrégional sur le Néolithique, Évreux, 1993. 1995, p. 233-245 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Ouest ; 7).

Millet-Richard 1998 : Millet-Richard (L.-A.). — Technologie lithique au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). Comparaisons entre habitats et ateliers. In : Le Néolithique du centre-ouest de la France : Actes du XXIème colloque interrégional sur le Néolithique, Poitiers, 14-16 oct. 1994. Ass. des Publ. Chauvinoises, 1998, p. 279-295 (Mémoire ; XIV).

Millet-Richard 2000 : Millet-Richard (L.-A.). — Compte-rendu de la campagne de sondages effectués sur le site de la Grasse-Coue à Abilly. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 51, 2000, p. 13-25.

Millet-Richard, Primault 1993 : Millet-Richard (L.-A.)., Primault (J.). — Problèmes technologiques concernant deux lames à talon piqueté. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 44, 1993, p. 43-45.

Mohen, Bailloud 1987 : Mohen (J.-P.), Bailloud(G.). — La vie quotidienne : les fouilles du Fort-Harrouard. Paris : Picard, 1987. 352 p., 96 ill., 107 pl. (L’Âge du Bronze en France ; 4).

Montrot 1951 : Montrot (E.). — Ossuaire néolithique du Bec-des-Deux-Eaux, commune de Ports-sur-Vienne (Indreet-Loire). Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 1, 1951, p. 21-23.

Nouel et alii 1965 : Nouel (A.), Dauvois (M.), Bailloud (G.), Riquet (R.), Poulain (T.), Planchais (N.), Horemans (P.). — L’ossuaire néolithique d’Eteauville, commune de Lutz-en-Dunois (Eure-et-Loir). Bull. de la Soc. préhistorique française, LXII-3, 1965, p. 576-648.

Ollivier, Pautreau 1994 : Ollivier (A.), Pautreau (J.-P.). — Une construction de type Antran : les Chavis à Vouillé (Vienne). Bull. de la Soc. préhistorique française, 91-6, 1994, p. 420-421.

Pautreau 1994 : Pautreau (J.-P.). — Le grand bâtiment d’Antran (Vienne) : une nouvelle attribution chronologique. Bull. de la Soc. préhistorique française, 91-6, 1994, p. 418-419.

Pelegrin 1993 : Pelegrin (J.). — Évaluation technologique de séries lithiques post-paléolithiques du Vercors. Bull. du Centre de recherches préhistoriques du Vercors, 6, 1993, p. 4-29.

Pelegrin 2002 : Pelegrin (J.). — La production des grandes lames de silex du Grand-Pressigny. In : Guilaine (J.) dir. — Matériaux, productions, circulations du Néolithique à l’âge du Bronze. Paris : Errance, 2002, p. 129-148 (Coll. des Hesperides).

Pelegrin à paraître : Pelegrin (J.). — Notes technologiques sur les pièces en silex du Grand-Pressigny de Chalain-Clairvaux rapportées à la fin du 4e millénaire et au tout début du 3e millénaire. In : Pétrequin (P.), Pétrequin (A.-M.) dir. — Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux et de Chalain (Jura). IV : du Ferrières au groupe de Clairvaux (31e et 30e siècles av. J.-C.). Paris : MSH, à paraître (Archéologie et Culture matérielle).

Pétrequin et alii 1988 : Pétrequin (P.), Chastel (J.), Giligny (F.), Pétrequin (A.-M.), Saintot (S.). — Réinterprétation de la civilisation Saône-Rhône. Une approche des tendances culturelles du Néolithique final. Gallia Préhistoire, 30, 1987-88, p. 1-89.

Primault, Soler 1998 : Primault (J.), Soler (L.). — La sépulture du Bec-des-Deux-Eaux (Commune de Portsur-Vienne, Indre-et-Loire). Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 49, 1998, p. 17-27.

Prudhomme, Villes 2000 : Prudhomme (P.), Villes (A.). — Une sépulture du Néolithique final à Saint-Pierre-de-Maillé (Indre). Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 51, 2000, p. 33-46.

Rancien et alii 2004 : Rancien (E.), Alilaire (P.), Aubourg (V.). — Mise en place d’un système infographique géoréférencé (S.I.G.) dans le cadre des travaux du projet collectif de recherche sur le Grand-Pressigny au Néolithique final. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 55, 2004, p. 17-24.

Ranger 1998 : Ranger (O.). — Éléments pressigniens en contexte néolithique final sur le site de Saumeray, « Les Pâtures » (Eure-et-Loir). Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 49, 1998, p. 43-49.

Ranger 2001 : Ranger (O.). — Abilly, « La Bergeresse ». Document Final de Synthèse d’opération préventive de fouille d’évaluation archéologique. Orléans : SRA Centre, 2001. 10 p., 8 fig.

Richard 1995 : Richard (G.). — Introduction au mégalithisme de la région Centre. In : Monumentalisme funéraire et sépultures collectives, bilans régionaux : préprinte du colloque de Cergy-Pontoise, 13-15 juin 1995. Pontoise : Conseil Général du Val-d’Oise, 1995, p. 91-109.

Richard 1996 : Richard (G.). — Le mégalithisme de la région Centre. In : Soulier (P.) dir. – La France des dolmens et des sépultures collectives (4500-2000 avant J.-C.). Paris : Errance, 1996, p. 69-76 (Coll. Archéologie aujourd’hui).

Roussot-Larroque et alii 1986 : Roussot-Larroque (J.), Bouchet (J.-M.), Burnez (C.), Gruet (M.), Villes (A.). — Sites de hauteur et de vallée dans le Bassin de la Charente, l’exemple de la Seugne et du Né. In : Actes du 111ème congrès national des Sociétés Savantes, Poitiers, Pré-et Protohistoire. Poitiers : CTHS, 1986, p. 347-384.

Schoenstein, Villes 1985 : Schoenstein (J.), Villes (A.). — Les récentes découvertes céramiques du Néolithique à Ligueil et leur intérêt. 2ème Partie : Le Néolithique final. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 36, 1985, p. 10-16.

Thevenot 1973 : Thevenot (J.-P.). — Le village préhistorique d’Ouroux-sur-Saône (Saône-et-Loire). Travaux du Centre de recherches préhistoriques de Solutré, I, 1973. 176 p., 91 fig.

Thevenot et alii 1976 : Thevenot (J.-P.), Strahm (C.), Beeching (A.), Bill (J.), Bocquet (A.), Gallay (A.), Pétrequin (P.), Schifferdecker (F.). — La civilisation Saône-Rhône. Revue archéologique de l’Est, XXVII, 3-4, 1976, p. 331-420, 35 fig.

Verjux 1991 : Verjux (C.). — Fouille de sauvetage sur un atelier de taille du silex du Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). In : Actes du 15ème colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, 22-23 oct. 1988. Voipreux : ARPEPP, 1991, p. 173-181, 7 fig.

Villes 1983 : Villes (A.). — Le site du « Clos » à Écury-le-Repos et le Néolithique final en Champagne. Bull. de la Soc. archéologique Champenoise, 76e année, 2, 1983, p. 3-74.

Villes 1984 : Villes (A.). — L’habitat S.O.M. du « Pré aux Vaches » à Morains (Marne). In : Résumé des communications du 11ème colloque interrégional sur le Néolithique. Mulhouse : Direction des Antiquités Préhistoriques d’Alsace, 1984. 4 p., 2 fig.

Villes 1985 : Villes (A.). — Sur les rapports SOM/Artenac dans le Bassin parisien. In : Le Néolithique dans le Nord et le Bassin parisien : Actes du 9ème colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982. 2ème Partie. 1985, p. 27-38 (Revue archéologique de Picardie, 3-4).

Villes 1986 : Villes (A.). — Deux implantations septentrionales de la civilisation d’Artenac : Ligueil (Indreet-Loire) et Fort-Harrouard (Eure-et-Loir). In : Actes du Xème colloque interrégional sur le Néolithique, Caen, 1983. 1986, p. 217-236 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Ouest ; 1).

Villes 1987 : Villes (A.). — Néolithique récent et final dans les pays de la Loire moyenne, bilan et perspectives. In : Résumé des communications du 14ème colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, 16-18 oct. 1987, p. 52-58.

Villes 1999a : Villes (A.). — La céramique de l’habitat Néolithique de Ligueil (Indre-et-Loire). In : Résumé des communication du XXIIIème colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans, nov. 1999, p. 57.

Villes 1999b : Villes (A.). — Quelques observations sur l’architecture domestique au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny et en moitié nord de la France. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 50, 1999, p. 31-56.

Villes 2001 : Villes (A.). — Résultats de la fouille d’évaluation du site de « La Creusette » à Barrou (Indreet-Loire). Première partie : la céramique. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 52, 2001, p. 47-67.

Villes 2002a : Villes (A.). — Rapport d’activité 2001 du Projet Collectif de Recherches sur le Grand-Pressigny néolithique final. Orléans : SRA Centre, 2002. 280 p., ill.

Villes 2002b : Villes (A.). — Les structures de combustion protohistoriques en moitié nord de la France : essai de bilan pour la période néolithique. In : Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Ages des métaux : Actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune, oct. 2000. Montagnac : M. Mergoil, 2003, p. 447-471 (Préhistoires ; 9).

Villes 2003a : Villes (A.). — Que savons-nous des affinités culturelles du Grand-Pressigny au Néolithique récent et final ? Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 54, 2003, p. 43-74.

Villes 2003b : Villes (A.). — Le Projet collectif de recherches sur le Grand-Pressigny au Néolithique final. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 54, 2003, p. 9-10.

Villes 2004a : Villes (A.). — Résultats préliminaires du diagnostic réalisé en 2000 à Barrou-« La Creusette » (Indre-et-Loire). Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 55, 2004, p. 37-64.

Villes 2004b : Villes (A.). — Le Projet collectif de recherches sur le Grand-Pressigny au Néolithique final, bilan d’activité 2003. Bull. des Amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 55, 2004, p. 11-16.

Visset et alii 1999 : Visset (L.), Pont (C.), Carcaud (N.), Bernard (V.), Violot (J.-M.). — Étude paléoenvironnementale de la vallée du Lane, du Néolithique au Moyen Âge, Saint-Nicolas-de-Bourgeuil (Indre-et-Loire), la prairie du Cassoir. Quaternaire, 10-4, 1999, p. 247-261.

Notes

1 En Indre-et-Loire, il s’agit de : Draché, Sepmes, Marcésur-Esves, Civray-sur-Esves, La Celle-Saint-Avant, Cussay, Ligueil, Descartes, Neuilly-le-Brignon, Paulmy, Abilly, Ferrières-Larçon, Betz-le-Château, Le Grand-Pressigny, La Celle-Guénand, Saint-Flovier, Charnizay, Le Petit-Pressigny, La Guerche, Barrou, Chaumussay, Chambon, Boussay, Preuilly-sur-Claise, Bossay-sur-Claise, Yzeures-sur-Creuse, Tournon-Saint-Pierre, et dans la Vienne, de : Leugny, Mairé, Coussay-les-Bois, Lésigny, Leigné-les-Bois, La Roche-Posay, Pleumartin, Vicq-sur-Gartempe, Archigny, Cenon-sur-Vienne et Colombiers. Cette liste n’est pas limitative.

2 C’est le cas, notamment, de Ligueil, « Les Sables de Mareuil », et de sites de la Vienne, où de l’outillage a été signalé, mais qui n’ont jamais fait l’objet de fouilles. Certains livrent des produits de débitage « ldb », mais pas de tels nucleus, et sont distincts des affleurements d’argile du Turonien supérieur, d’autres se caractérisent par la présence du faciès « ldb », malgré une moindre qualité de la matière première, sur des gîtes assez éloignés du « premier cercle ». Celui-ci est balisé par les gisements aux variétés dites « classiques » du silex pressignien, sur les plateaux dominant la confluence Creuse-Claise (Airvaux, Primault, 2002).

3 Cette carte a été établie en 2003, dans le cadre d’un Système infographique géoréférencé mis au point par le Projet de Recherches Collectives sur le Néolithique final au Grand-Pressigny (Villes, 2003b ; 2004b ; Rancien et alii, 2004).

4 Il s’agit d’observations faites en particulier en 1981 et 1982, en compagnie du regretté J. Mariotton, sur les ateliers de « La Claisière », « La Malgagne » et « Larcy », à Abilly (Mallet, 1986, p. 21 ; Despriée, 1983, p. 263), lors de travaux de recalibrage de collecteurs. En la matière, les seules informations nouvelles depuis lors ont porté sur le site de Neuilly-le-Brignon, « La Giraudière » (Aubry, 1995).

5 L’hypothèse a été proposée pour les sites à « ldb » de Vassieux-en-Vercors (Pelegrin, 1993).

6 Il pourrait s’agir d’habitats pour partie contemporains de celui de Ligueil, à Vicq-sur-Gartempe, Archigny, Leigné-les-Bois, en rive gauche de la Creuse, de Cenon-sur-Vienne « Fort-Clan » et Les Ormes « Belle Indienne », proches de la vallée de la Vienne (Airvaux, Primault, 2002).

7 Il s’agit des nucleus dits « plats » ou « à crête antero-latérale et débitage bipolaire de lames courtes. Sur cette méthode de débitage, en cours d’étude pour le site de Ligueil (E. Ihuel, J. Pelegrin, J. Schoenstein, A. Villes), voir : Ihuel, 2002b, p. 32-33.

8 L’un des objectifs du PCR-Grand-Pressigny est la liquidation de cet important arriéré de publications. Les monographies des sites de Barrou, « La Creusette », La Guerche, « La Creusette » et Ligueil sont en bonne voie (Villes, 2003b ; 2004b).

9 Mais elle est, à ce jour, encore très peu publiée.

10 Un exemplaire assez complet de La Guerche, « La Creusette » évoque, avec son profil rentrant et son large fond plat, le répertoire formel du Hallstatt final, mais sa pâte nous semble assez comparable à celle des productions fines et décorées artenaciennes.

11 La saisie informatique des données de fouilles est en cours, l’étude de technologie céramique vient d’être commencée, par C. Sestier, sous la direction de R. Martineau.

12 Nous préférons ce terme à celui de scie, utilisé traditionnellement. L’emploi du terme racloir, préconisé par J.-P. Thevenot (Thevenot, 1973), sans préjuger de l’utilisation préférentielle de ce type d’objet, que seule la tracéologie serait en mesure d’identifier, se justifie non seulement par la morphologie de la pièce, mais aussi par l’absence de véritable dent ou d’une denticulation, essentielle dans la définition formelle de toute scie.

13 Voir note 7 supra.

14 On suppose qu’ils ont servi à l’écrasement de l’arête, sur le plan de frappe des « ldb », en préalable au « coup de punch » du dégagement de la lame.

15 Ce type de poignard, retouché très finement après polissage du dos, n’est pas antérieur, d’après les rares associations connues, au Néolithique final.

16 Voir note 7 supra. Il ne nous semble pas garanti que l’on puisse identifier avec une certitude parfaite l’existence de « nucleus plats » à partir des seuls produits de façonnage (éclats de confection des crêtes latérales), parmi les déchets d’ateliers. Nous attendons du travail en cours sur les nucleus de Ligueil un complément aux recherches de L.-A. Millet-Richard dans ce domaine (Millet-Richard, 1997, p. 3-33, 74-76, 163-166, 243-247 et 277-78). Sans doute l’étude technologie de la série « pressignoïde » de Ligueil, confiée à C. Sestier, apportera-t-elle du nouveau. Un référentiel expérimental serait, en tout état de cause, nécessaire.

17 Contrairement à ce que pensaient G. Bailloud (1964) et G. Cordier (Cordier et alii, 1972 ; Cordier, 1984), la distribution de ces parures ne démontre pas clairement d’influences du Bassin parisien en direction du Centre-Ouest. Elle pourrait, en revanche, contribuer à cerner la position géographique d’une entité culturelle originale, du Néolithique récent ou du début du Néolithique final, sur la Loire moyenne. Dans cette région, les rares éléments révélateurs de la SOM sont absents à ce jour, ce qui, en soi, ne prouve rien, mais concorde avec la distribution des céramiques à angulation haute sans décor (type Éteauville, Lion d’Angers), et des armatures de type Sublaines dans le même périmètre. Ces dernières, bien que fréquentes dans le Centre-Ouest, notamment en contexte domestique du Néolithique récent, peuvent être d’origine ligérienne, elles aussi. Au pire, leur origine, si elle est supposée dans une zone située au sud-ouest du Bassin parisien (Cordier et alii, 1972, p. 71), signalerait une influence du Centre-Ouest sur ce dernier, et non l’inverse.

18 Cette lame figure dans : Cordier, 1984, fig. 42, no 20.

19 Deux de ces vases ont été attribués au Bronze ancien (Cordier, 1976 ; Gomez, 1995, p. 121). Il est vrai que le motif des triangles ponctués ne figure jamais dans l’Artenac, organisés en deux rangées où ils s’opposent par la base (il s’agit toujours, quand la bande est double, de triangles orientés vers le haut). En revanche, une similitude existe avec un vase de « Fort-Harrouard », attribué au Bronze ancien (Mohen, Bailloud, 1987, pl. I, no 3). Les documents du Bronze ancien exhumés et publiés, parfois en quantité, dans le Centre-Ouest et les pays de la Loire moyenne depuis 1976 (Roussot-Larroque et alii, 1986 ; Bouchet et alii, 1990), n’offrent aucun terme de comparaison satisfaisant.

20 Depuis lors, l’anse nasiforme serait « reniée » comme artenacienne, mais attribuée à l’occupation Chambon du site (information de N. Mallet, in verbis).

21 Signalons au passage que les cupules-pincements (un cas à Ligueil) sont attestées au Néolithique final dans le niveau II (Artenacien récent ou final) du « Fort-Harrouard », lors même que leur chronologie dans les tombes « Taizé » reste incertaine. En effet, leur interprétation comme forme diminutive des motifs peu-richardiens (dans une région où celui-ci est d’ailleurs peu représenté) est affaire de pure spéculation (Cassen, 1987) et aucune stratigraphie ni milieu clos ne clarifie leur position, entre Néolithique récent et final. Les angulations hautes, quant à elles, existent dans le Néolithique final armoricain (types Quessoy-Conguel), mais également sans contexte domestique de référence.

22 Malgré les étroites parentés avec certaines sépultures du seuil du Poitou, on ne peut mettre le label Vienne-Charente sur le Néolithique récent supposé constituer la phase initiale des tombes collectives de la Touraine du Sud. À plus forte raison, il est déraisonnable d’attribuer au « Vienne-Charente » le faciès grossier des « habitats » fouillés dans la vallée de la Claise, comme le font Airvaux et Primault (2002), à moins de revenir à la définition ancienne (Burnez, 1976) de cette culture. Depuis lors, la distinction entre Néolithique récent (Peu-Richard) et final (Artenac) a été opérée dans le Centre-Ouest comme dans le Bassin parisien (SOM, puis Gord). Le Néolithique récent, certainement présent dans la région pressignienne, n’y est cependant encore attesté par aucun ensemble clos fiable, notamment au « Foulon » et au « Petit-Paulmy ». Quant au site de Cenon-sur-Vienne (Vienne), son homogénéité n’est pas garantie.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Territoire technique du faciès lithique pressignien (d’ap. Airvaux, Primault, 2002), en Touraine et Poitou : en gris, zone des affleurements de silex en grandes dalles, du turonien supérieur, pour chaque commune concernée, les chiffres indiquent le nombre de sites recensés par les auteurs et comportant des nucleus type « ldb ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende Fig. 2. Répartition en Touraine des sites recensés dans le cadre du système d’information géographique mis au point par le projet collectif de recherches sur le Grand-Pressigny au néolithique final (d’ap. Rancien et alii, 2004).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Légende Fig. 3. Échantillon du mobilier céramique de Ligueil « Les Sables de Mareuil », production fine et grossière (d’ap. Villes, 2003a).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 4. Échantillon du mobilier céramique de Ligueil « Les Sables de Mareuil », production fine et grossière (d’ap. Villes, 2003a).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Légende Fig. 5. Échantillon du mobilier céramique de Ligueil « Les Sables de Mareuil », production grossière (d’ap. Villes, 2003a).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Légende Fig. 6. Échantillon du mobilier lithique du niveau Néolithique final de Ligueil « Les Sables de Mareuil », aperçu de l’outillage et de l’industrie sur grandes lames tirées de nucleus plats (d’ap. Villes, 2003a).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Légende Fig. 7. Échantillon du faciès lithique à nucleus type « livre de beurre » et de l’outillage sur les sites de vallée, dans la zone Claise-Creuse : Barrou « La Creusette » (d’ap. Villes, 2004 a).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Fig. 8. Aperçu de la céramique et du lithique dans la vallée de la Claise : 1-5 Abilly « la Borne » (d’ap. Cauvin, 1961), 6-17 : Abilly « Le Petit-Paulmy » (d’ap. Marquet, Millet-Richard, 1995), 18-22 : Abilly « Le Foulon », fouilles Berthouin (d’ap. Berthouin, 1980).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Légende Fig. 9. Céramique grossière d’Abilly « le Foulon », fouilles Berthouin (d’ap. Berthouin, 1980).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Légende Fig. 10. Céramique grossière et production fine d’Abilly « Le Foulon », 1-13 et 16-17, fouilles Berthouin (d’ap. Berthouin, 1980), 19-23, racloir à coches sur lame de type large et céramique de la fouille Millet-Richard (d’ap. Millet-Richard, 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Fig. 11. Principaux types céramiques de Barrou « La Creusette » (d’ap. Villes, 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 12. 1-15 : mobilier lithique et céramique du Grand-Pressigny « Les Réaux » (d’ap. Cordier, 1961) ; en bas, céramiques décorées de la Loire (1 – Saint-Nicolas-de-Bourgueil, 2 – Rochecorbon, 4 – Amboise) (d’ap. Visset et alii, 1999 et d’ap. Cordier, 1976) et tesson à angulation haute de Sublaines « Villaine » (d’ap. Cordier et alii, 1972).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Légende Fig. 13. Mobilier des sépultures collectives de la Touraine du Sud : A – Port-sur-Vienne « Bec-des-Deux-Eaux » ; B – Sublaines « Villaine » (d’ap. Cordier, 1984).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Légende Fig. 14. Mobilier (parure, outillage osseux et lithique) des sépultures collectives de la Touraine du Sud : A – Manthelan « La Roche » ; B – Manthelan « Le Vigneau », C – Sublaines « Villaine » (d’ap. Cordier, 1984).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende Fig. 15. Céramique de Moulins-sur-Céphons « Les Châtelliers » (Indre) (d’ap. Villes, 2003a).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14025/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 521k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search