Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Reproduction de nucléus de type « livre-de-beurre » et du délamage

Éléments pour la reconstitution d’une logique technique

Claude Sestier

Texte intégral

Un enjeu technique et méthodologique

1Dès 1981, P. Kelterborn considérait la reproduction de nucléus pressigniens de type « livre-de-beurre » et la production de lames comme un défi à relever pour les tailleurs de silex modernes.

2Il en avait défini les contraintes volumétriques (Kelterborn, 1981) et le schéma général, d’après l’étude de matériel archéologique trouvé en surface. Depuis, de nombreux travaux se sont intéressés à la technologie pressignienne, tant du point de vue de l’étude archéologique qu’expérimentale (voir référence infra).

3La compréhension détaillée de cette production reste importante pour l’interprétation en général des procédés de production laminaire, et plus généralement pour l’étude de certaines productions laminaires de la fin du Néolithique. Le but de cet article n’est donc pas de faire une revue de la question, mais de présenter nos résultats et méthodes utilisés pour parvenir à une des reproductions de ce système technique.

4Ce résultat a été obtenu à la suite d’une période assez longue au cours de laquelle il était apparu nécessaire de fixer certains objectifs techniques, tant sur la base de l’observation du matériel archéologique, qu’après analyse des échecs variés rencontrés à différents stades de la mise au point de la technique. Cet article vise donc à expliquer les jalons d’un raisonnement. Ces résultats ne prétendent pas à une exhaustivité explicative, mais servent à illustrer certains principes techniques dont la mise en œuvre peut reposer sur des moyens parfois différents mais donner des résultats équivalents.

5Ce travail a été mené indépendamment d’autres travaux dont les conclusions ont été récemment publiées (Pelegrin, 2002). Au cours de ce travail, nous avons pu suivre un processus de découverte technique, dont l’analyse pourrait ultérieurement suggérer certains mécanismes d’évolution à partir de systèmes techniques antérieurs, cette production n’ayant probablement pas été mise au point ex nihilo.

Une signature technique ?

6Bien que le regard soit retenu en premier par les plus belles productions pressigniennes retrouvées sous forme de dépôt de lames brutes, par exemple dans les dépôts de Barrou-la Creusette et constituées de lames très longues et non fracturées (Chasteigner, 1883 ; Geslin, 1975), ou sous forme de poignards, c’est en fait l’apparente facilité et homogénéité des « délamages » visibles sur des « livres-de-beurre » de dimensions très variables qui nous apparaît le fait le plus remarquable.

7L’ensemble de cette production nous semble présenter une signature technique homogène, indépendamment des notions subjectives d’esthétique ou de réussite.

8Les essais de délamage réalisés par percussion directe et avec un maintien manuel du nucléus, selon des techniques enseignées par F. Bordes (à Carsac 1971, 1972) et publiées (Bordes, 1947), ou bien acquises ultérieurement, ne permettaient pas de produire facilement de telles lames, à faible courbure, et non fracturées. En cas de « réussite », les lames non fracturées présentaient une courbure prononcée, et une tendance à outrepasser, deux éléments rarement observés sur les « livres-de-beurre ». Les techniques et modalités techniques que nous avions utilisées ne permettaient donc pas de reproduire ce matériel pressignien.

L’utilité de reproduire des contraintes techniques

9Afin de sortir de cette impasse, nous avons donc adopté une stratégie rigoureuse, partant de l’observation du matériel archéologique : reproduire certaines des caractéristiques observées sur les « livres-de-beurre » et les prendre comme critère de sélection des techniques à tester. Il s’agit en particulier des angles d’enlèvement des lames, et de la morphologie des plans de frappe. Les courbure locales dues à une « préparation » particulière des plans de frappe induisent des contraintes mécaniques locales (Tsirk, 1979) qui ne varient que dans une marge assez restreinte une fois la technique de fracturation « fixée ». La reproduction de ces contraintes fournit donc le moyen de tester les techniques de fracturation et leurs diverses modalités.

10Notre premier progrès méthodologique a donc été de considérer que nos échecs répétés n’étaient pas le résultat d’un manque d’habileté, mais causés par une technique inappropriée.

11J’ai donc sélectionné certaines caractéristiques morphologiques et techniques qui semblaient les plus contraignantes pour le délamage, et les plus caractéristiques par rapport aux autres productions laminaires :

  1. obtenir une méthode simple pour la ligne de carène de la livre-de-beurre, par un contrôle aisé de l’orientation et des courbure des éclats de préparation ;

  2. pouvoir réaliser des « crêtes latérales » avec des angles d’enlèvement > 90° pour certaines séries d’enlèvement ;

  3. réaliser des lames avec un angle d’enlèvement apparent proche de 90° (fig. 1) ;

  4. obtenir une faible courbure pour les lames, pouvant aller jusqu’à une planéité pour les dernières. On peut le voir sur des « livres-de-beurre » très exploitées avec une seule lame centrale (fig. 13, profils de négatifs de lames). Des profils légèrement inversés avec un surcreusement sont parfois observés ;

  5. obtenir régulièrement une longueur de lames entre 25 et 35 cm ;

  6. réduire le taux de fracturation des lames.

Fig. 1. Petite « livre-de-beurre » archéologique, Le Petit Carroi, Abilly (Indre-et-Loire). a : photographie ; b : profil d’un négatif de lame, le plan de section est indiqué par des pointillés. L’angle de détachement de la lame est supérieur à 90°. Encadré : cintre et carène d’un nucléus.

12Une technique ou association de techniques pouvant répondre de façon fiable à ces objectifs apparaissait donc comme satisfaisant aux critères de reproduction de la méthode pressignienne, la vérification ultime étant la comparaison des stigmates de fracturation, ou de tout caractère lié au mécanisme de fracturation, donc non directement contrôlable par l’artisan, et constituant donc une véritable signature technique.

13La condition initiale (a) m’a conduit à mettre au point un système de maintien des blocs pour leur mise en forme, facilitant grandement la réalisation du cintre et carène (b) et donc favorisant la productivité. Ce système de maintien a conduit à la réalisation du point (c) et par la même occasion du point (d). Une variante de ce système de maintien a conduit naturellement à réduire considérablement le taux de fracture des lames. Une analyse a posteriori a permis de comprendre le fonctionnement de ce système, et d’en proposer plusieurs équivalents mécaniques : ce système assure une compensation du mouvement du nucléus pendant le délamage, contrôlant ainsi l’orientation des contraintes mécaniques et réduisant les fractures.

14En réunissant dans une même logique de maintien assisté la majeure partie de la chaîne opératoire, nous réunissons dans une même logique technique l’ensemble du procédé. De plus, le principe d’immobilisation proposé permet de produire des lames à faible courbure. Ce qu’on aurait pu prendre pour un objectif initial, produire des lames longues, est aussi une conséquence du système d’immobilisation utilisé.

15Ces productions laminaires ont été qualifiées de « remarquables » (Workshop, 2003) et ont fait l’objet d’attentions particulières au Néolithique, elles ne traduisent probablement pas un exploit individuel mais le résultat de techniques hautement productives et fiables, obtenues par le contrôle des facteurs limitants de ce système technique.

16Il apparaît donc compréhensible que ce type de savoir-faire ait pu soit diffuser rapidement, soit être inventé à plusieurs reprises, car reposant sur des principes simples et des moyens faciles à mettre en œuvre. Le maintien assisté augmente la productivité et permet probablement de raccourcir les temps d’apprentissages, du moins pour ce qui est du contrôle moteur pour les gestes.

17Ces résultats, bien qu’encourageants, doivent cependant être utilisés avec prudence, ils sont présentés comme une solution vraisemblable pour ce qui concerne le système de maintien du nucléus. La production de résultats similaires à une partie du matériel archéologique ne suffit pas à garantir totalement que la technique proposée est bien celle utilisée au Néolithique. De plus, l’unicité d’un procédé exploité au Grand-Pressigny pour la production de lames sur livre-de-beurre reste à explorer, plusieurs modalités techniques ayant probablement existé. Leur origine est soit « culturelle » soit simplement basée sur une adaptation entre les objectifs de production et la technique, selon un principe d’économie des moyens.

18Les résultats obtenus offrent cependant des éléments originaux d’interprétation, ainsi que l’explication de principes techniques transposables à l’exploitation d’autres types de nucléus, dans des systèmes techniques similaires. Je propose enfin certains tests de vérification, l’un basé sur certains stigmates de fracturation, l’autre sur la répartition des déchets de taille résultant de l’utilisation du procédé de calage sur deux ou trois pieux.

19L’étude des principes techniques permettant la réalisation de lames et de sous-produits conformes aux productions pressigniennes devrait permettre d’évaluer cette variabilité, en complément d’études portant sur les méthodes de mise en forme et de recyclage des nucléus.

20La partie « matériel et méthodes » est donnée en annexe de ce texte, ainsi que des notes concernant le vocabulaire utilisé.

Contexte archéologique

La production de « grandes lames » : un phénomène de grande ampleur au neolithique final

21La production de lames en silex, de grandes dimensions (> 25 cm) et bien standardisées, est un phénomène d’ampleur en Europe, à la fin du Néolithique/Chalcolithique, entre les 4ème et 3ème millénaires av. J.-C.

22Sans être exhaustif, on peut citer les productions de Varna en Bulgarie (Manolakakis, 1996), de la région du Grand Pressigny en (Mallet, 1992) et de Vassieux en Vercors en France (Malenfant et alii, 1971, Riche, 1999), ainsi que diverses productions en Europe méditerranéenne (Workshop, 2003). Ce phénomène est aussi attesté au Moyen-Orient et en Inde (Anderson-Gerfaut et alii, 1999 ; Pelegrin, 2002b), à des périodes de transition technique où les diverses métallurgies du cuivre se développent.

Une tendance dans l’évolution des techniques ?

23La production de grandes lames peut impliquer des techniques et méthodes différentes, comme la percussion indirecte ou la pression (Pelegrin, 2002b ; 2004). Elle s’inscrit très probablement dans un mouvement de rationalisation et de contrôle des moyens de production, observable dans différentes sphères techniques, soit en raison de leur ampleur, soit comme cause et conséquence de leur ampleur. Cette méthode de production peut être analysée comme un système, de la production à la consommation du produit. Le sous-système auquel nous nous intéressons concerne les moyens techniques et les concepts techniques directeurs de la production laminaire.

La « livre de beurre » pressignienne : les bases d’une spécificité de méthode et de technique

24La « livre-de-beurre » a été reconnue dès la fin du XIXe siècle comme un nucléus à lames. Son abondance en région pressignienne est à l’origine d’une notoriété qui persiste depuis plus d’un siècle (Brun, 1892 ; Saint-Venant, 1910). La zone de production est très petite comparée à la zone de diffusion des produits au cours du troisième millénaire avant J.-C. (Mallet, 1992). Un rare exemple de remontage de lame fragmentée sur une livre-de-beurre qui présente deux cycles de production a par ailleurs été décrit (Marquet, 1999, fig. 1).

La mise en forme, l’initialisation et l’entretien des « livres-de-beurre »

25La production laminaire est basée sur la fragmentation orientée d’un volume de symétrie plane ou parfois axiale, comportant deux courbures : cintre et carène (fig. 1, encadré). Produire des lames nécessite donc que le bloc soit préalablement mis en « forme », par une opération dite d’épannelage (terme très souvent utilisé pour la méthode pressignienne). L’objectif du tailleur est de mettre en place les courbures directrices (cintre et carène), puis régulariser et éventuellement accentuer le cintre en surbaissant les crêtes antérolatérales par des éclats débordants (Sestier, 2004).

26La première mise en forme des blocs de silex est réalisée par percussion dure directe (photos : Kelterborn, 1981 ; Cornec, Fouéré, 2002), et laisse des éclats parfois multidécimétriques dont la concentration désigne ainsi l’exploitation de gîtes primaires de silex, à l’affleurement des argiles à silex du turonien supérieur.

27Les remontages effectués sur les lames du dépôt de la Creusette à Barrou (Indre-et-Loire) témoignent amplement de la méthode d’exploitation pour des nucléus ayant fourni des lames de longueur comprise entre 25 cm et 37 cm (Geslin et alii, 1975 ; Pelegrin, 1997) ; cependant il peut exister des modalités particulières pour les nucléus recyclés plusieurs fois. La longueur des plus grandes lames connues (ou à défaut, leur négatif sur les nucléus) avoisinant 40 cm, ce sont donc des dalles de grande dimension qui ont été exploitées pour réaliser les plus exceptionnelles productions, cependant que des blocs plus petits ont aussi été utilisés.

28L’observation sur le terrain montre en effet qu’il existe une diversité gîtologique importante : on peut rencontrer des blocs souvent de plus de 40 cm d’épaisseur (dalles de silex gréseux de qualité moyenne sauf en sous-cortical, blocs en rognons de très bonne qualité), ainsi que des blocs plus petits légèrement aplatis, peu diverticulés, d’une épaisseur moyenne de 15-20 cm.

29Les blocs exploités étant de forme variable en fonction des conditions gîtologiques (Primault, 2003), de nombreuses « livres-de-beurre » de dimension plus réduite (20-30 cm) peuvent résulter soit de l’exploitation de blocs plus petits, soit de grosses dalles fractionnées, et ne sont donc pas toujours des nucléus réduits après plusieurs cycles d’exploitation. Ce recyclage conduit très exceptionnellement à exploiter une face puis la face « dorsale », mais généralement c’est la même face qui est utilisée au cours de plusieurs cycles de pleine production, intercalés par un réajustement du cintre et de la carène. Ces cycles sont documentés par des éclats de re-épannelage particuliers. Il est possible d’en réaliser une typologie fine et détaillée, ces pièces techniques témoignent des stratégies utilisées pour l’entretien du cintre et de la carène après plusieurs séries de délamages (Sestier, 2004).

30Un « schéma volumétrique » de la méthode peut être trouvé dans Airvault et Primault, 2002 (fig. 1, p. 271). Des schémas diacritiques de nucléus « livre-de-beurre » archéologiques peuvent être trouvés par exemple dans Millet-Richard (1998b, fig. 2, p. 281), ainsi qu’en figure 2d de cet article (expérimental).

Fig. 2. Méthode de production des éclats d’épannelage. Éclat d’épannelage à talon dièdre (b), fissurations élliptiques (*), avec deux esquilles bulbaires (a). La double courbure est caractéristique (c). Le schéma diacritique d’une livre-de-beurre (exp.) montre la dissymétrie de la section (d) avec l’emplacement des éclats d’épannelage (e), avec une double courbure dont le positionnement permet de former le cintre du nucléus. Les flèches indiquent la direction des éclats (percussion indirecte, bois de cerf).

La méthode des crêtes antéro-latérales

31Le cintre du nucléus est construit par la convergence distale d’éclats venant des crêtes latérales (ou dites antéro-latérales), sous un angle relatif d’environ 115 degrés (Kelterborn, 1981, fig. 1, p. 13). Ce cintre est la réserve de volume utilisée pour la production laminaire. Les lames en position latérale emporteront une partie des crêtes alors que la lame médiane qui emportera la carène n’est pas sensustricto une lame à crête. Dans les schémas de nucléus paléolithiques (type magdalénien), c’est au contraire une véritable crête qui définit la carène.

32La ligne médiane de la carène (en face supérieure du nucléus) est formée par le recoupement d’éclats provenant des parties latérales du nucléus, il faut donc réussir à aligner ce recoupement sur une ligne droite, ce qu’on obtient en réalisant des éclats de courbure constante et en réglant leur épaisseur proximale. Leur production implique l’alternance d’éclats en position antérieure (face de délamage) ou postérieure, l’alternance des enlèvements définissant une véritable crête qui pourra donner une lame à crête (provenant de l’enlèvement d’un bord de plan de frappe ; Laplace, 1964, p. 19). Ceci implique une méthode certes simple mais particulièrement synergique dans son fonctionnement.

33Chaque éclat (dit d’épannelage) a une double courbure très développée (forme de « chips »), avec un conchoïde bien développé. Ces éclats peuvent avoir un talon large et débordant, dans ce cas ils correspondent à des éclats de surbaissement des crêtes antérolatérales (Sestier, 2004). Deux négatifs d’orientation parallèle définissent une surface à deux pans et formant un dièdre sur le bord du nucléus, futur « talon » d’un éclat d’épannelage (fig. 2, a), alors produit dans une direction approximativement perpendiculaire. Quelques remontages d’éclats archéologiques provenant de fouilles (Millet-Richard, 1997, fig. 4-34), complètent ainsi les lectures diacritiques réalisées sur les nucléus.

La technique de production des éclats d’épannelage

34a) La percussion indirecte (éléments de définition : Inizan et alii, 1999, p. 32) a été reconnue comme technique de production de ces éclats, et citée dans plusieurs articles (Kelterborn, 1981 ; Pelegrin, 2002a). Sur la figure 2b, on peut en reconnaître le stigmate principal : souvent une légère fissuration elliptique (3-5 mm) dans la zone de contact du punch sur le silex. La facette du talon portant le point d’initiation de la fracture peut être concave, fait rarement obtenu en percussion directe dure, en raison de la difficulté d’obtenir un contact ponctuel dans un creux. Rappelons que le diagnostic des techniques, par l’examen des stigmates de fracturation, porte sur une population d’éclats et sur l’association de « stigmates » dont la présence simultanée n’est pas toujours observée, ce type d’étude nécessiterait une analyse multivariée. De plus, les conditions de maintien du bloc en cours de fracturation peuvent modifier considérablement l’expression de ces stigmates.

35b) D’autres éléments de diagnostic technique sont observés, comme des éclats rebroussés et poussés (l’extrémité distale de l’éclat pousse un deuxième éclat), des esquilles doubles en face bulbaire des éclats (fig. 2, a), des esquilles bulbaires profondes et ondulantes, enfin de rares fractures en « nacelle » (selon l’observation de Millet-Richard, 1998b, fig. 8, p. 62).

36Nous considérons que ces stigmates sont associés à une immobilisation du nucléus, à l’aide d’un système élastique plus ferme que la contention manuelle, mettant en compression l’éclat pendant son détachement (pression entre les faces ventrale et dorsale), et permettant un alignement de parties fracturées.

Préparation du plan de frappe des lames

37De façon remarquable, mais non surprenante, la mise en place des futurs « plans de frappe » pour les lames utilise une stratégie voisine de celle utilisée pour orienter correctement les éclats d’épannelage, et mettre en place le dièdre du plan de frappe, en face de l’axe de symétrie de la future lame (des photographies sont visibles dans Kelterborn, 1981, p. 1).

Fig. 3. Préparation d’un plan de frappe de « livre-de-beurre » à talon piqueté. Deux enlèvements sont faits en percussion indirecte (b), l’arête est piquetée (c). Standardisation des résultats de cette méthode : d : juxtaposition du talon d’une lame à dièdre piqueté (f) et du bord proximal d’une livre de beurre (e) ; (ramassage de surface, Le Petit Carroi, Abilly). On remarque une correspondance entre ces deux éléments. g : la double courbure du plan de frappe. L’addition d’une première courbure et d’une deuxième perpendiculairement à la première donne une surface en selle, qui agit comme un concentrateur de force. * indique la position probable de l’initiation de la fracture, dans les conditions du délamage des « livres-de-beurre ».

38Ce dièdre est ultérieurement piqueté (Geslin et alii, 1975). La figure 3b montre le positionnement des éclats encadrant le plan de frappe de la lame. La méthode pour ce plan de frappe est bien standardisée, à tel point qu’on peut parfois réaliser un remontage presque correct de deux éléments provenant de nucléus différents (fig. 3d) : un talon de lame (avec dièdre piqueté, fig. 3f) et le négatif d’un enlèvement de lame par la même méthode (fig. 3, table des plans de frappe sur le nucléus).

Principaux objectifs techniques à atteindre

39On peut ainsi résumer les premiers objectifs techniques à obtenir.

40Trouver une technique de maintien du bloc pour un façonnage en percussion indirecte, facilitant le positionnement relatif du bloc et du punch, évaluer son effet sur la réalisation des crêtes, sur le contrôle de l’orientation des éclats et leur longueur, Trouver une technique et une méthode pour aligner facilement la rencontre des éclats de carène en face antérieure.

41Les résultats de l’expérimentation montreront qu’une fois atteints ces premiers objectifs, le système de maintien utilisé permet d’obtenir les conditions correctes pour un délamage efficace, grâce à des modifications mineures. Les objectifs techniques concernant le délamage seront donc exposés plus loin.

Expériences concernant la préparation du nucléus

Méthode de maintien du bloc, premières observations

42Contraintes de la percussion indirecte

43La percussion indirecte nécessite le maintien ferme du bloc, pour que le punch et le plan de frappe se présentent sous un angle permettant une fracturation aisée, pendant toute la durée du processus de fracturation. Pour la mise en forme des « livres-de-beurre », il s’agit d’obtenir un cintre régulier à l’aide d’éclats de courbure et de longueur régulières. De plus, venant de chaque bord, la convergence de ces éclats doit être bien contrôlée, de façon à produire dans leur zone de rencontre un changement brusque de courbure qui forme l’axe de symétrie longitudinal du nucléus (la courbure longitudinale décrivant la carène et celle transversale décrivant le cintre du nucléus).

44Quel degré de savoir-faire ?

45Revenant sur la question du savoir-faire pour la mise en forme de ces nucléus, on peut s’interroger sur les rapports entre l’instrumentation et la question du savoir-faire (parfois confondu avec l’habileté motrice). Selon J. Pelegrin, « le contrôle d’éclats de mise en forme de 6 cm est assez aisé, plus difficile pour 10 cm, « critique » pour 12 à 15 cm. » (Pelegrin, 2002a, p. 142). Sachant que certaines « livres-de-beurre » auraient initialement au moins 30 de large, leur préparation témoignerait donc d’un haut niveau technique.

46Or l’examen de nombreuses « livres-de-beurre » montre une régularité et un soin très variable, avec cependant une impression de maîtrise du procédé. On doit considérer ces préparations réussies puisque ces « livres-de-beurre » ont produit des lames. Un procédé particulièrement efficace et « robuste » (peu sensible aux variations d’habileté ou d’application du tailleur) semble donc à l’origine de ces résultats étonnants. L’utilisation d’un maintien « instrumenté » apparaît probable.

47Résultats avec maintien entre les jambes

48Le façonnage en percussion indirecte, bloc tenu entre les jambes, demande beaucoup de soin et d’attention pour un bon maintien, l’accident le plus fréquent étant une fracture incomplète ou un éclat rebroussé, ce qui peut compromettre la bonne réalisation de la carène. De plus, l’enlèvement d’éclats alternés pour former une crête latérale (antéro-postérieure) d’angle apparent supérieur à 90° est difficile à réaliser avec le simple maintien manuel. Ce type de crête est nécessaire lorsque le bloc a une forme difficile à exploiter, et lorsqu’on cherche à augmenter le cintre sans perdre trop de largeur, et pour le recyclage du nucléus. Il faut donc faire des éclats débordants à talon très épais (éclat débordant : enlevant un bord), ces éclats ont été observés sur le matériel archéologique (Sestier, 2004).

49Recherche d’une alternative au maintien non instrumenté

50Considérant les conditions de maintien du bloc entre les jambes comme trop pénibles et peu compatibles avec une production aisée de nucléus, j’ai jugé cette solution insuffisante, malgré diverses améliorations que j’ai pu y apporter. J’ai donc recherché un système d’appui, de façon à alléger le travail du tailleur et permettre un façonnage, même dans les conditions les plus difficiles (c’est-à-dire la réalisation de crêtes d’angle apparent supérieur à 90°, ou la production d’éclats volumineux ou très longs, ou d’éclats avec talon débordant).

51C’est pourquoi j’ai utilisé un système de maintien très simple (fig. 4d). Le bloc à façonner est posé contre deux piquets assez raides, l’arrière étant retenu par un troisième piquet.

Résultats

52Un générateur de courbures régulières et reproductibles

53Lors de la percussion du bloc calé en trois points, on obtient un mouvement reproductible de l’ensemble bloc-pieux-punch. Les deux pieux retiennent de façon élastique (mais non amortie) le bloc pendant la percussion indirecte, le pieu avant (ou le pied) maintient le bloc en compression contre les pieux situés en arrière. Ceci permet de former des éclats dont la courbure est reproductible, leur longueur étant donc facilement prévisible. L’alignement des extrémités distales des éclats formant alors une ligne médiane de carène est donc simplement obtenu (fig. 4d).

Fig. 4. « Livre-de-beurre » en cours de préparation (expérimental). a-b-c : face d’une même « livre-de-beurre », deuxième série d’éclats. Deux séries d’enlèvement sont visibles, en plus clair : la série précédant l’autre série. Les arêtes ont été surlignées en blanc, pour plus de lisibilité. d : étape finale, montrant l’alignement des éclats d’épannelage (qui ont été remontés sur le nucléus), pour une finition de la carène et du cintre. On a figuré les trois piquets permettant le maintien du bloc et son positionnement pour la percussion indirecte (punch).

54Des performances permettant le façonnage de grands nucléus

55La figure 5 montre les dimensions d’une série d’éclats d’épannelage obtenus pour le façonnage d’un bloc moyen (35 cm de large). Des éclats de grande longueur sont facilement obtenus, sans difficulté supplémentaire par rapport à des éclats moins longs. La production de crêtes avec des angles apparents supérieurs à 90° est facilitée, car le contact entre le punch et le silex est stable (maintien en compression du punch sur le bloc).

Fig. 5. Éclats d’épannelage (expérimental). Diagramme longueur-largeur d’éclats d’épannelage d’une « livre-de-beurre » (début de la mise en forme à la percussion indirecte).

56Une simplification

57Le contrôle des positions relatives entre le punch et le silex est plus facile : l’élasticité du système permet une fracturation propre, sans écrasement des talons ou du punch, ce qui se produit généralement lors d’un excès d’énergie du punch et en l’absence de recul du bloc. Le système peut même compenser une percussion excessive. Comparé avec un maintien entre les jambes, le travail est beaucoup moins pénible et le temps de préparation est réduit de 30 à 40 % (moyenne allant de 15 à 30 minutes de percussion indirecte par « livre-de-beurre » en temps cumulé de travail effectif). La phase à la percussion dure n’est pas comptée : elle est rapide, mais de durée très variable. Ceci permet le façonnage de « livres-de-beurre » avec des courbures adéquates permettant un délamage que nous jugeons correct (fig. 6). La conformation du punch (droit ou légèrement courbe) a ici peu d’importance, des outils composites ont de même été utilisés avec succès, ces outils ont un corps droit en bois et une zone de contact de nature variable (matière organique, pierre, métal).

Validation archéologique

58Hormis l’efficacité fonctionnelle du système de maintien qui ne prouve cependant pas sa réalité archéologique, plusieurs conséquences résultant de son utilisation peuvent être confrontées aux observations archéologiques.

Fig. 6. « Livres-de-beurre » expérimentales, en cours d’exploitation. Les arêtes ont été surlignées en blanc. A : silex du Grand-Pressigny. La couche de silex de bonne qualité est très mince, elle a été exploitée. B : silex noir de la craie (Normandie).

59Stigmates particuliers de fracturation

60Le maintien élastique produit un ensemble de stigmates sur la face de fracturation des éclats (esquilles bulbaires simples ou doubles, des fractures en nacelle). Sous réserve d’une vérification plus approfondie, ces stigmates semblent particuliers à ce mode de maintien. La comparaison de la fréquence de ces accidents avec du matériel archéologique (Barrou, « La-Creusette », fouilles A. Villes ; Sestier, 2004) montre une similarité intéressante (fig. 7), qui demandera cependant une comparaison avec d’autres modalités de maintien (manuel non instrumenté).

61Répartition spatiale des éclats

62La répartition des déchets est très différente de ce qui est obtenu avec un maintien entre les jambes, avec ou sans utilisation d’un tablier de protection pour les jambes du tailleur. Dans ce dernier cas, les éclats sont concentrés très près de la zone de taille, les déchets des sessions de taille se superposant les uns aux autres. Avec le maintien contre trois piquets, on constate la production d’une nappe étendue d’éclats, sur au moins 3 m de large et 4 m de long, chaque série étant mélangée à l’autre. Les éclats sont éjectés par le punch, à distance du tailleur, avec une distance maximale de « vol » (fig. 8) de plusieurs mètres, et un maximum d’éclats à 80 cm du tailleur. Il est remarquable que cette distance ne dépende pas du poids des éclats (fig. 9), en fait seule l’énergie cinétique résiduelle du système explique la distance de vol de ces éclats.

Fig. 7. Comparaison entre matériel expérimental et archéologique. Fréquence de certains stigmates de fracturation : observations portant sur la préparation de 10 « livres-de-beurre » (numérotation de 1 à 10). Légendes : N éclats = nombre d’éclats, % E fracturés = % d’éclats fracturés, lg = esquille bulbaire, lg mult = esquille bulbaire multiple, nac = fracture en nacelle, nac inc = fracture en nacelle incomplète, * lg = esquille bulbaire latérale non décollée, plan de frappe mult = initiation multiple de la fracture.

Fig. 8. Répartition spatiale des éclats d’épannelage (expérimental). La distance (m) est mesurée à partir des pieux de calage du bloc (et donc du tailleur). Au moins trois « livres-de-beurre » ont été préparées, tous les éléments sont comptés (éclats entiers ou fracturés).

Fig. 9.Modèle de répartition spatiale des éclats d’épannelage (expérimental). Répartition spatiale (m) en fonction du poids (g), maintien du bloc sur piquets. Même référentiel et méthode que pour la figure 7.

63Répartition des micro-éclats

64La concentration des fractions très fines (esquilles millimétriques) se fait autour des poteaux de calage.

Discussion concernant ces résultats

65Trous de pieux

66Certaines structures en creux observées sur des sites interprétés comme habitat-atelier (Marquet, Millet-Richard, 1995) ont été considérées comme des trous de poteaux et donc comme des éléments d’architecture. Ces éléments de faible diamètre pourraient correspondre à des pieux de calage de blocs, pour un façonnage selon cette technique. Une telle interprétation serait beaucoup plus cohérente dans le contexte d’un atelier de mise en forme de « livre-de-beurre ». L’utilisation régulière de ce système est facilitée par un sol bien compacté, hors-d’eau, ce qui peut nécessiter une couverture, ne serait-ce que pour le confort de l’artisan.

67Contrôle de la courbure des éclats

68La régularité de courbures des éclats d’épannelage et le contrôle de leur courbure permet la mise en forme de la « livre-de-beurre ». Ces éclats, en se rejoignant à leur extrémité distale, soulignent un axe de symétrie. Ce résultat rappelle ce qu’on obtient lors du façonnage d’une hache par percussion directe, à la pierre ou au bois de cerf : le contrôle du mouvement de bascule ou de rotation du bloc pendant la percussion assure la régularité des courbures. On a donc remplacé ici le contrôle musculaire par une aide mécanique. Une partie du savoir-faire est donc transférée dans ce système, simple à reproduire et à utiliser, car il tolère beaucoup plus d’erreurs que le maintien manuel.

69Répartition spatiale des éclats

70Le type d’amas obtenu pourrait être comparé aux amas archéologiques (ce principe a déjà été appliqué avec succès pour un gisement paléolithique, cf. Boeda, Pelegrin, 1985). Pour les sites pressigniens fouillés, l’interprétation des amas et de leur mode de formation est actuellement problématique. Une grande dispersion et un mélange des déchets sont généralement interprétés comme un mélange après la production des éclats (par exemple un nettoyage de la surface et une vidange). Les résultats présentés ici incitent à revoir cette interprétation. Il se pourrait même que les éclats de re-épannelage aient une dispersion différente des éclats d’épannelage. Enfin, la présence de micro-éclats et d’esquilles devrait être recherchée : ils persistent sur le sol même après nettoyage des gros éclats, leur recherche a pu donner des indications intéressantes dans d’autres contextes (Dunnell et alii, 1989 ; Janes, 1989).

Les contraintes techniques liées au délamage

71Les bons résultats obtenus avec le maintien instrumenté du bloc pendant la préparation du nucléus nous confirment dans l’intérêt d’observer les particularités du matériel archéologique, pour indiquer certaines contraintes mécaniques, ou imposer des contraintes techniques a priori. La phase de mise au point de la technique de préparation au délamage et le délamage proprement dit a donc pris naturellement la suite de ces premiers essais.

Méthode et technique de préparation du talon des futures lames

L’observation du matériel archéologique

72Individualisation du plan de frappe et du talon de la lame

73L’individualisation du talon des futures lames est faite par deux éclats au moins, encadrant le futur plan de frappe. Ces éclats se recoupent en une arête. Cette dernière est très souvent piquetée avant le délamage (fig. 3c et fig. 10).

Fig. 10. Talon de lames pressigniennes archéologiques. Des moulages des talons de lames archéologiques ont été réalisés (platre fin). Les arêtes et le piquetage ont été soulignés au crayon graphité. Les moulages ont été numérisés (600 dpi). Les échelles ont été respectées (à 10 % près).

74L’utilisation de la percussion indirecte pour le façonnage du plan de frappe est ici très probable : les négatifs d’enlèvement, observables dans le plan de frappe sur les « livres-de-beurre », ne sont pas différents de ceux observables dans les autres zones. Les rares éclats identifiés comme des tablettes de plan de frappe montrent des stigmates de fracturation compatibles avec ceux de la percussion indirecte, de même pour les quelques « livres-de-beurre » non délamées.

75Les essais montrent qu’il est nécessaire d’avoir une très bonne précision dans la préparation de cette zone, pour une orientation correcte des éclats, et souvent pour la production de petits éclats millimétriques accentuant l’individualisation de ce plan de frappe.

76Le piquetage, un caractère pressignien et une spécificité technique ?

77Le piquetage du dièdre sur le plan de frappe des lames a été reconnu très tôt comme un caractère « pressignien » (Geslin et alii, 1975). On retrouve une partie de ce piquetage sur le talon des grandes lames, puisque qu’il couvre une surface qui sera recoupée par la zone d’initiation de la fracture laminaire. Ce piquetage peut être obtenu par une percussion délicate du dièdre avec la convexité d’un éclat de silex, préférentiellement en posant le nucléus sur un support souple, de façon à amortir l’excédent d’énergie et éviter une fracturation accidentelle. Ces outils appelés « piqueteurs » ont d’ailleurs été retrouvés associés aux déchets de production laminaire (Millet-Richard, 1997).

78La fonction de ce piquetage est diversement interprétée, il a été suggéré que cela faciliterait l’initiation de la fracture, par la production de microfissures (Pelegrin, 2002a) : ceci rappelle certaines pratiques connues pour d’autres matériaux comme l’obsidienne (Trachman, 1999). Une explication plus triviale mais non exclusive de la première peut être proposée, il s’agirait d’un ajustement précis du contact entre le punch et le silex de façon à bien assurer la poussée mécanique, dans l’axe de la lame.

Le piquetage de l’arête du plan de frappe des lames : un ajustement précis de la zone d’initiation de la fracture

79L’ajustement des courbures locales du plan de frappe par le piquetage

80Le piquetage permet de transformer une arête en une petite surface, assurant meilleur contact entre le punch et le bloc, la poussée étant exercée dans l’axe de la future lame. Ceci nécessite un appui stable pour maintenir la poussée dans cette direction durant le détachement de la lame, la surface de l’arête du dièdre constituant le plan de frappe jouant en effet un rôle très important dans la formation des contraintes mécaniques permettant d’initier la fracturation.

81Les figures 10 et 11 (talons de lames archéologiques et profils, Grand Pressigny) suggèrent cette correction de forme, la partie piquetée formant une surface localement perpendiculaire à l’axe longitudinal de la partie proximale de la lame, facilitant donc l’appui du punch selon cet axe. Dans ces conditions, l’initiation de la fracture est très localement perpendiculaire à la surface de contact, ce que l’on peut vérifier sur le matériel expérimental et archéologique après avoir réalisé un moulage et une vue agrandie de cette zone (fig. 12).

Fig. 11. Section du talon de lames de « livres-de-beurre » archéologiques, et position du piquetage. a : ces profils ont été obtenus après moulage en élastomère silicone, puis section dans le plan sagittal passant par la zone piquetée du talon. * représente la zone d’initiation de la fracture (une lèvre plus ou moins développée). ++ indique la zone de piquetage du dièdre. Échelle horizontale : barre de 5 mm, verticale : 1 mm. b : le premier profil « bois direct » est un profil de lame (expérimental) réalisée par percussion directe au buis (L = 28 cm). La lèvre est particulèrement développée. Le profil de la lame 1557 (archéologique) est donné en comparaison.

Fig. 12. Talons de lames non fracturées, archéologique et expérimental. Moulages et profils réalisés sur les sections des moules en élastomère silicône. A : percussion indirecte bois de cerf, lames obtenues selon la technique de maintien assisté. B : lames archéologiques.

Le rôle mécanique du plan de frappe : un concentrateur de contraintes mécaniques

82Les deux courbures du plan de frappe

83Ce piquetage pourrait aussi corriger la double courbure nécessaire au développement des contraintes mécaniques initiant la fracture. Le rôle des courbures locales du plan de frappe doit donc être discuté ici pour comprendre tout l’intérêt de cette opération de piquetage.

84Il faut introduire ici quelques éléments de mécanique des solides, qui peuvent être acquis par l’observation et la pratique empirique.

85Soulignons tout d’abord que le terme consacré de « plan de frappe » est particulièrement mal choisi puisque cet élément n’a ici rien de plan. Cette zone est constituée de deux courbures définissant un ensellement (fig. 3g). Cette double courbure facilite l’initiation de la fracture, en réalisant une concentrateur de contraintes et de déformations (Tsirk, 1982). Empiriquement, cette correction fine de courbure est facile à réaliser par piquetage.

86La première courbure (cintre, vu de face) permet une meilleure résistance à la pression, en formant une arche. Un défaut de résistance peut conduire aux fameuses fractures en « burins de Siret ». La deuxième courbure (dont l’exagération pourrait conduire à former un éperon) permet de placer le point de fracture dans la zone soumise à une extension/traction, en général au changement de concavité. La première courbure est assez aisée à obtenir puisqu’il faut uniquement positionner les petits enlèvements de part et d’autre du futur « plan de frappe » de la lame. La deuxième courbure est plus délicate à réaliser, c’est le négatif de la convexité du bulbe de percussion des petits éclats qui la détermine. Un piquetage peut donc être nécessaire pour ajuster les courbures, par exemple en remplaçant une arête par une petite surface d’appui pour le punch.

87L’examen à fort grossement de la zone piquetée des talons de lames archéologiques va dans le sens de cette interprétation (fig. 12). L’examen de cette surface doit tenir compte des irrégularités locales du plan de frappe, puisque nous pensons que l’objectif est d’obtenir une surface perpendiculaire au grand axe de la future lame. La variation morphologique du dièdre du plan de frappe peut expliquer aussi pourquoi la surface piquetée peut varier, comme cela a déjà été déjà été rapporté (Millet-Richard, 1997).

88L’épaisseur de la zone d’initiation de la lame

89Le recul du front du plan de frappe, obtenu souvent par des petits enlèvements frontaux, fait reculer le futur talon de la lame par rapport à sa face de détachement : ce recul du plan de frappe est visible sur les lames en coupe sagittale. Il est intégré au cintre général du nucléus. Cette technique rappelle celle nommée par F. Bordes « technique du double biseau » et utilisée pour le débitage laminaire par percussion directe ou la réalisation d’éclats allongés pour l’amincissement de feuilles de laurier solutréennes (communication orale, 1972). Nous pouvons proposer une hypothèse pour expliquer le fonctionnement de cette technique.

90En diminuant la section initiale de la toute première partie de la lame, le seuil de cisaillement nécessaire à l’initiation de la fracture est probablement abaissé, réduisant très certainement les contraintes sur le corps de la lame et limitant sa fracturation accidentelle. Cette zone, sollicitée en flexion et compression, parfois en torsion, peut par l’importance de sa déformation influencer l’épaisseur du corps de la lame. En permettant une plus grande flexion de la partie proximale de la lame sur ses premiers centimètres, on assure probablement un meilleur alignement avec le cintre du nucléus (les 2/3 restant), avec pour effet de réduire la largeur de la lame et ainsi que son épaisseur (par une position plus tangente à la surface du nucléus).

91Le positionnement de la partie initiale de la lame (pendant son détachement) est donc un phénomène dynamique qui dépend du système de maintien du bloc, de l’élasticité du silex, et de l’élasticité du punch (laquelle est très réduite ici, le punch étant rectiligne et non courbé). La figure 13 (b, c) schématise cette idée : au moment du détachement de la lame, le punch change de position relativement au nucléus, ainsi que la partie proximale de la lame, en cours de détachement. Le dépassement accidentel de la résistance en flexion de cet élément produit sa fracturation, la résistance à la compression étant beaucoup plus élevée. Une aide mécanique pour le maintien de l’ensemble « nucléus punch-lame » pourrait donc être nécessaire (voir suite).

Le talon des lames de « livre-de-beurre » : une information sur les contraintes mécaniques pendant l’initiation de la fracture

Fig. 13. Systèmes de compensation du mouvement du nucléus lors du débitage. a : à gauche de la flèche : avant le choc, à droite de la flèche : après. b, c : mise en position relative du punch après initiation de la fracture, effet élasticité de la lame. L’amplitude des mouvements est exagérée, pour plus de lisibilité. d : mouvement produit par la percussion sur le nucléus, produisant un déplacement ∆c (correspondant à la compression) et ∆f correspondant à la flexion. (e à h) Systèmes de maintien convenant pour des nucléus courts (20-25 cm), avec une percussion indirecte orientée le long de la verticale. i : Double bascule : elle est représentée par un bloc qui a un mouvement de rotation latéral ∆f et vertical ∆c. d1. Exemple de système : appui sur trois pieux (i), le pieu arrière est le plus souple. L’amplitude des mouvements est exagérée, pour plus de lisibilité. Autres équivalents mécaniques pour une double bascule (j, k, l). La pointe du nucléus est calée dans une barre de bois élastique, une partie de la barre est fixe (croix). L’élasticité peut être réglée en fonction de la position du point fixe *. cm : maintien « sur la cuisse », où il existe une double bascule, mais mal contrôlée. Slp : débitage sous le pied (d’après Tixier, 1972).

92On peut remarquer sur les coupes sagittales des talons de lames archéologiques qu’il existe une lèvre très discrète (fig. 11a, b), variablement développée et beaucoup moins importante que ce qu’on obtient en percussion directe au bois dur, avec une composante tangentielle initiale (fig. 11b : « bois », talon de lame de 30 cm de long non fracturée, silex du Grand-Pressigny, réalisée à la percussion directe tangentielle au buis, série de huit lames non fracturées).

93De plus, la direction tangente à cette lèvre semble indiquer la composante principale de la poussée au moment de l’initiation de la fracture (des tests précis devraient être faits, ainsi qu’une modélisation par le calcul). La figure 11b compare deux profils. Le talon de la lame « percussion directe buis » a été obtenu par percussion directe au buis avec une composante tangentielle importante. La lèvre est bien visible, car elle n’a pas la même orientation que le plan de fracture de la lame. Ce n’est pas le cas du talon 1557 : on peut donc en déduire que la résultante des forces n’a pas été orientée de la même façon, et c’est le cas pour la majorité des talons de lames « archéologiques » présentés, ce qui suggère une poussée avec très peu de composante tangentielle.

Conclusions provisoires

94Ces observations suggèrent que la direction initiale de la poussée du punch a été proche de l’axe longitudinal de la lame, dès la phase d’initiation de la fracture. Ce n’est pas le cas pour d’autres systèmes, comme le délamage en percussion directe tangentielle, avec une importante rotation initiale du nucléus au début de la fracturation de la lame.

Le délamage : quelles conditions mécaniques ?

L’examen de la courbure des lames, une autre indication de la dynamique des forces

95Dans le cas particulier du maintien non instrumenté, J. Pelegrin notait dès 1988 l’influence du maintien du nucléus sur la courbure des produits : « Quel que soit le type de chasse-lame utilisé, le maintien du nucléus entre les genoux, la surface de débitage au contact de la cuisse donne le plus de tendance à la courbure des lames, rarement fracturées au débitage. » (Pelegrin, 1991, p. 126).

Généralisation

96Nous pouvons généraliser cette règle aux différents types de percussion (dure ou tendre). Pratiquement, plus la rotation (ou bascule) du nucléus est forte, plus les produits sont courbes. Ceci peut s’expliquer sur un schéma montrant l’orientation des forces et des couples de torsion. L’exagération de ce phénomène conduit à des produits outrepassés.

97Pour certaines séries archéologiques, on constate que les premières lames sont relativement courbes (Geslin et alii, 1976), alors que les dernières lames sont souvent très plates, parfois même avec une zone de courbure inverse dans la partie distale (fig. 14d).

98L’ensemble de ces observations, la connaissance empirique concernant le contrôle de courbures des lames, et nos observations sur le matériel archéologique suggèrent fortement que le nucléus a été délamé avec très peu de « bascule », et d’autant moins que le produit doit être plus rectiligne (en fin de délamage), la carène s’étant peu à peu aplatie.

99Un maintien adéquat est donc indispensable.

Fig. 14. Rectitude des produits laminaires. a, b : Rectitude des produits laminaires pour des petits modules. a : nucléus archéologique, b : expérimental. c : « livre-de-beurre » (Don, M. Touzalin, le Petit Carroi, Abilly), vue de face. Comparaison de profils de lames (de gauche à droite) : trois profils de lames sur « livre-de-beurre », profil de lame sur nucléus « plat » (d’après le négatif) et lame expérimentale (exp.) obtenue selon la méthode décrite ici.

Expérimentation sur des nucléus courts

100Le maintien de petits nucléus (20-25 cm de long) dans un support constitué d’un appui élastique raide, la base étant posée sur un morceau d’amadou de quelques centimètres d’épaisseur (fig. 12e, f), réduit la bascule du nucléus lors de la percussion indirecte et permet d’obtenir des produits rectilignes non fracturés (fig. 14). Cependant, ce système ne fonctionne pas bien pour des nucléus plus longs, le taux de fracturation laminaire étant trop important. De plus la production de lames plus longues nécessite d’augmenter certains paramètres.

Dimension des produits et énergie : interaction des paramètres

101Énergie et dimension des éclats ou lames

102De nombreux tailleurs de silex modernes savent que la production de lames ou d’éclats nécessite plus d’énergie que pour des petits modules. Cette remarque est valable indépendamment du mode d’initiation de la fracturation (percussion directe, indirecte, pression).

103Une plus grande masse d’inertie permet une plus grande régularité de la poussée du punch sur le talon de la lame mais nécessite un maintien plus ferme du nucléus. L’autre option est d’exercer d’emblée une poussée (ce qui est le cas pour la taille par pression). Enfin, augmenter la vitesse du percuteur (si sa masse est trop faible) n’est pas une bonne option, car on diminue le contrôle des positions (les forces étant liées aux accélérations) et la quantité de mouvement diminue rapidement après le choc.

104Percussion directe ou indirecte ?

105Pour la percussion directe, les percuteurs en bois de cerf pèsent rarement plus de 2500 g, à moins d’en augmenter artificiellement la masse. En percussion indirecte, la masse d’inertie de l’objet percutant le punch n’est pas limitée. Ce point est particulièrement intéressant, car on peut aussi diminuer la vitesse de frappe et obtenir un meilleur contrôle du mouvement. On peut ainsi réaliser des délamages très réguliers avec une vitesse de punch quasi nulle, en posant la masse sur le punch et en continuant à pousser. Cette situation ressemble au débitage laminaire par pression (des mesures de cinématique permettraient de le vérifier).

106Augmenter la masse d’inertie de l’ensemble « punch + masse » nécessite d’ajuster l’élasticité du système de maintien du nucléus, de façon à respecter la tolérance en flexion et en compression de la lame, au cours du détachement (cf. infra).

107Amplitude des forces et maintien du nucléus au cours de la fracturation

108De fait, le contrôle manuel de la position du nucléus devient plus difficile, sinon impossible lorsque les forces mises en jeu sont trop importantes, c’est-à-dire celles nécessaires pour obtenir des produits de plus de 25 cm de long. À ce sujet, J. Pelegrin écrivait : « À titre provisoire, il semble bien que le débitage de longues lames (25 cm et plus) suppose un maintien contrôlé du nucléus, ou tout au moins de son recul sous le choc, impliquant le recours à des compléments d’outils et une adaptation très fine des différents paramètres en jeu. » (Pelegrin, 1991).

109Cela est d’autant plus vrai pour la production de lames à faible courbure qui demande une bascule restreinte du nucléus. Ces faibles courbures sont remarquables sur les « livres-de-beurre », et sont montrées en figure 14d. Ajouté à l’observation des profils de talons de lames archéologiques suggérant une direction de poussée dans l’axe de la lame, un maintien précis du nucléus est donc impératif : pour éviter une rotation trop importante, et aligner la composante principale de la poussée avec l’axe longitudinal de la lame.

110Les limitations du maintien manuel

111Le maintien « sur la cuisse » (et ses diverses modalités), popularisé en particulier par F. Bordes et largement utilisé par les tailleurs modernes, ne permet pas un contrôle suffisant du mouvement du nucléus, pour des lames de longueur supérieure à 20-25 cm, soit à cause d’une trop forte rotation du bloc, soit parce que le recul « vertical » est trop important. On peut obtenir un maintien plus ferme en interposant entre la cuisse et le nucléus un élément rigide, ou en évitant les effets de rotation sur la jambe, en contractant les muscles de la cuisse. Ceci n’apparaît pas suffisant pour le délamage de « livres-de-beurre », d’autant que l’utilisation d’un punch nécessiterait une troisième main.

112Le problème est encore accentué pour les préparations de plan de frappe typiques de « livres-de-beurre », car la zone d’initiation de fracture demande probablement plus d’énergie que pour une zone en forme d’éperon (de type paléolithique supérieur). Dans ce dernier cas une composante tangentielle des pressions est plus facilement réalisée en raison de la forme de l’éperon.

113L’analyse des accidents de taille et des limites du délamage « manuel » non instrumenté permet de compléter ces remarques par des observations plus « objectives ».

Mécanique empirique de la lame en cours de détachement

114Les accidents de fracturation par flexion

115La formation de la lame n’étant pas instantanée, une partie de la lame est détachée du nucléus, alors que la future partie distale n’est pas encore formée.

116La lame en cours de formation peut se modéliser comme un segment allongé de section triangulaire ou trapézoïdale, soumis à une contrainte de flexion et de compression. La résistance en compression étant naturellement supérieure à celle en flexion, surtout s’il y a des hétérogénéités dans le silex, il y a donc intérêt à limiter la composante en flexion (direction tangentielle).

117Si on augmente la force de percussion et la longueur du nucléus, le couple de torsion exercé sur la lame augmente en cours de détachement. La torsion de la lame doit donc rester limitée, pour éviter sa fracturation en flexion.

118L’observation de fragments de lames archéologiques pressigniennes montre des figures de fracturation, certes en flexion, mais une flexion beaucoup plus limitée que celle observée sur des délamages en percussion directe, avec une composante tangentielle importante. Les flexions observées sur les lames archéologiques fracturées sont de plusieurs types, à faible composante tangentielle (indiquée par des languettes de fracturation très courtes) et donc suggérant une direction des forces dans l’axe de la lame, souvent vers l’extérieur mais parfois vers l’intérieur (cependant certaines fractures en flexion ne peuvent pas être distinguées des fracturations réalisées après le délamage).

119Les accidents de fracturation par compression

120Pendant le délamage, la composante longitudinale des pressions (compression) ne doit pas être trop élevée, et en particulier l’extrémité distale du nucléus ne doit pas être totalement bloquée (pour la même raison, la lame doit pouvoir sortir librement). La technique de fracturation par pression offre une début de solution à cette question, puisque la mise en charge du bord de la lame se fait jusqu’à atteindre la résistance limite du bord, inférieure à celle du corps de la lame (la pression étant dirigée dans l’axe longitudinal), l’instrumentation utilisée pour maintenir le nucléus en place (Pelegrin, 1998) permettant un contrôle correct des contraintes mécaniques. Pour la percussion, l’augmentation très brusque de la pression ne permet pas un contrôle direct aisé. Il faut donc un système de compensation. La production de séries de lames non fracturées soulève donc la question du mécanisme même de la fracturation accidentelle du corps de la lame, et donc de sa prévention.

Expériences

Un système de compensation des mouvements

121Nous avons donc testé plusieurs systèmes de maintien du nucléus, pour des modules de grande dimension (> 35 cm).

122Pour rappel (des données techniques connues au moment des essais)

123- Le maintien manuel « sur la cuisse » est valable jusqu’à un module moyen de 25 cm. L’augmentation des bras de levier avec l’augmentation de la longueur des nucléus, ainsi que la nécessité d’augmenter l’inertie du percuteur, limitent les possibilités du maintien manuel. La longueur des lames non fracturées peut être augmentée, mais avec des lames plus épaisses.

124- Divers essais non concluants ont été réalisés pour éviter la fracturation des lames et faciliter le délamage (ficelage étroit du nucléus pour faire tenir les lames contre le nucléus : communication orale B. Ginelli, système de percussion-pression : C. Sestier), les raisons de ces échecs peuvent maintenant être expliquées mais sont hors du cadre de cet article.

125- Le débitage sous le pied (Tixier, 1972) est un système de maintien permettant une bascule élastique (influence de la semelle de la chaussure et du sol ?). Les résultats publiés par J. Tixier montrent une amélioration très significative de la régularité du délamage par rapport à la technique de maintien « sur la cuisse ». Cette publication ne fournit cependant pas d’explication à cette amélioration (ce système est schématisé en figure 13 - slp -).

126Un système de compensation des mouvements

127Nous avons testé plusieurs systèmes de compensation du mouvement du nucléus pendant le délamage, systèmes adaptés à la longueur du bloc. Ils sont destinés à éviter une torsion et une compression trop importantes de la lame en cours de formation.

128- Il apparaît que pour des modules de lames supérieurs à 25 cm (nucléus> 35 cm), seul le système à double bascule fonctionne (fig. 13d). Cette double bascule permet la compensation des deux mouvements de flexion et de compression de la lame en cours formation. Le système est réglé (voir fig. 13i à l)) de façon à compenser un écartement ∆f équivalent à environ 1 à 3 % de la longueur totale attendue de la lame (détermination empirique) et à éviter une fracture en compression (∆c variant de 1 cm à quelques mm). Le réglage de ces paramètres peut se faire en testant le système avec un punch en matériau tendre, ne permettant pas le délamage mais permettant d’appliquer les forces avec les orientations qui seront présentes pendant le délamage.

129- L’utilisation de ce système permet d’utiliser un punch droit, afin de minimiser la composante tangentielle, qui est produite alors principalement par l’élasticité du système. La composante tangentielle du punch peut être contrôlée par la façon de tenir le punch (on peut donner une petite composante tangentielle, par une légère bascule du punch en appui sur le plan de frappe).

130La force de poussée est dirigée initialement vers le « centre » de la lame, vers les 2/3 de sa longueur. La poussée est produite par une masse de bois ou de pierre de 3 à 5 kg, à vitesse réduite (estimée à 0.5 m/seconde), en maintenant la poussée après le choc initial. Il est important de ne pas avoir un système trop « mou », c’est une source de mouvements incontrôlés et une perte importante d’énergie pour le punch.

131- La masse d’inertie du percuteur peut être augmentée, mais cela nécessite d’ajuster l’élasticité du système de maintien de façon à garantir une bascule correcte du bloc, en particulier dans la phase d’initiation de la fracture.

132- Les punchs courbes et élastiques (dans quelle mesure ?) n’ont pas été testés, cette élasticité permettrait de redistribuer la pression pendant un certain intervalle de temps après la percussion. Ici, c’est l’augmentation de la masse d’inertie et la poussée effectuée sur le punch qui joue ce rôle (un punch courbe favorise une composante tangentielle des pressions appliquées sur le plan de frappe, cette composante doit être testée empiriquement. La courbure du punch doit être utilisée dans le bon sens, de façon à produire un écartement de la partie initiale de la lame).

133-Un ajustement possible et souvent nécessaire concerne la mise en position stable dans le système de maintien, une possibilité est de maintenir le bloc tout en poussant avec le punch, avant percussion.

134- On peut obtenir un équivalent mécanique du système à trois appuis (fig. 13i) en utilisant la partie pointue du nucléus « livre-de-beurre » (fig. 13j, k, l), insérée dans un bloc de bois élastique (l’astérisque symbolise un point d’appui). La modalité « k » est très pratique, le système est autobloquant. Pour des nucléus très étroits et à faible courbure de délamage, ce type de maintien semble convenir.

Résultats

135La figure 15 montre deux productions successives obtenues sur la même « livre-de-beurre ». Avec un maintien trop souple, la courbure initiale est plus accentuée et le taux de fracturation augmente (fig. 16). La lèvre sur la zone d’initiation de la fracture est alors plus accentuée que pour un maintien plus rigide. Le même système de compensation des mouvements (fig. 13i) permet d’utiliser comme punch des matériaux peu conventionnels comme le buis (forme droite, diamètre 5 cm, longueur 25 cm) : les lames obtenues ainsi ont des courbures très analogues aux lames obtenues avec le bois de cervidé (fig. 17).

136La préparation du plan de frappe reste identique mais l’immobilisation doit être beaucoup plus « raide », de façon à compenser un contact initial plus mou, qui retarde l’atteinte des pressions initiant la fracture. Les stigmates observés dans la zone d’initiation de la fracture avec le punch en buis n’ont pas été observés sur les lames archéologiques, sauf dans quelques cas où on peut soupçonner un défaut d’orientation de la poussée du punch.

Validation archéologique de la production laminaire expérimentale

  • Morphologie du talons des lames : la figure 12 montre la partie proximale de lames à talon dièdre piqueté (archéologiques et expérimentales). On constate qu’il existe une petite lèvre sur la zone d’initiation de la fracture (indiquée par un point), de même ampleur pour les lames archéologiques et expérimentales. La variabilité morphologique des talons (en fonction des facettes) est aussi importante.

  • Courbures des lames : avec ce procédé de maintien, il est possible d’obtenir des lames de courbure très ressemblante à celle des lames archéologiques (voir fig. 14d). Cependant, ce caractère de ressemblance ne peut être affirmé sans une méthode de mesure (profilométrie) et une comparaison statistique sur de grandes séries (tenant compte aussi de la variation de cintre en fonction du stade d’exploitation nucléus).

  • Taux de fracturation : il ne dépend pas de la longueur des lames (dans certaines limites) mais du réglage de l’élasticité du système. Un réglage correct des paramètres d’élasticité permet de réduire ce taux à 20 % maximum. Sur un autre type de mise en forme (conique, deux carènes), nous avons plusieurs séries avec 10 % de fracturation seulement, avec 70 à 120 lames produites par série (longueur typique : 22-25 cm).

  • Dimension des produits : la figure 18 montre les caractéristiques métriques de la production de deux « livres-de-beurre », de dimensions moyennes (la plus longue des deux « livres-de-beurre » faisant 38 cm). Seules les lames non fracturées ont été retenues pour ce graphique. Les lames expérimentales, sans être exceptionnelles en longueur, ont des dimensions qui sont dans l’intervalle observé pour les séries archéologiques (données métriques d’après Geslin et alii, 1975). Les épaisseurs obtenues sont du même ordre de grandeur, ainsi que leur facteur de forme (volume virtuel : longueur x largeur x épaisseur).

137Discussion

138Dans ce travail, j’apporte une explication concernant la nécessité de contrôler le mouvement du nucléus pendant le délamage par percussion : il faut à la fois une compensation de la rotation du nucléus pour éviter une flexion trop importante des lames entraînant leur fracture, et une compensation ferme de la compression pour éviter leur fracture en compression et protéger le punch. Ces résultats sont à rapprocher d’un travail récent (Pelegrin, 2002a, p. 141) où il est question « d’un appui élastique, à savoir une pièce de bois souple dont la réaction en ressort aide à contrôler le mouvement de recul du nucléus sous l’impact... »). Cependant, la dynamique du système utilisé n’est probablement pas la même, le punch qui a été utilisé semblant particulièrement courbe (sur la photographie).

139Le principe de double bascule que je propose ici peut conduire à plusieurs solutions équivalentes d’un point de vue mécanique. Le système de maintien que nous avons utilisé autorise une certaine indépendance entre les mécanismes d’initiation de la fracturation et la formation du corps de la lame (événements qui ne sont pas simultanés) : des lames quasi-identiques en courbure ont été obtenues avec un punch en bois ou en bois de cerf, avec cependant une initiation légèrement différente de la fracture. Le même résultat a été obtenu avec des lames de « style » paléolithique supérieur, avec un talon en éperon.

Fig. 15. Deux cycles de production laminaire provenant du même nucléus. Présentation de deux cycles de production laminaire (A puis B) provenant du même nucléus. Les lames ont une courbure réduite, un taux de fracturation faible (silex pressignien). En B, les deux dernières lames (en plus clair) sur le nucléus n’ont plus les courbures adéquates (accident prévisible mais reproduit ici pour les besoins de l’expérience).

Fig. 16. Production laminaire à plus forte courbure. Série laminaire à plus forte courbure, taux de fracturation important (50 %). Silex noir de la craie.

Fig. 17. Percussion indirecte avec du buis ou du bois de cerf. Comparaison des profils de lames obtenues avec un punch en buis et en bois de cerf (silex pressignien).

140Ceci permet aussi de considérer sous un aspect nouveau l’emploi d’autres matériaux pour le punch (le système technique ayant pour composants principaux la mise en forme du nucléus, la forme du plan de frappe, l’extrémité du punch, le système de maintien), mais invite aussi à ne réaliser ce type d’analyse que dans un cadre systémique.

141Corrolaires

142À ce point de l’étude, plusieurs hypothèses peuvent être proposées, conséquences de l’utilisation d’un système de maintien et de compensation.

143Une hypothèse concernant la standardisation des produits laminaires

144Le système de maintien du nucléus est adapté à une certaine longueur de nucléus. Si le nucléus est trop court, la mise en place des bascules ne se fait plus, les courbures sont différentes et donc incompatibles avec la prolongation d’une session de plein débitage (nous définissons le plein débitage comme la phase durant laquelle les courbures et en particulier la carène se maintiennent et restent compatibles avec le procédé utilisé).

145On peut le constater sur la figure 15B, le système de compensation ne fonctionnant plus produit deux lames « rebroussées » donc de courbure anormale (en grisé sur le schéma), signant ici la fin d’un plein débitage (lequel n’a d’ailleurs été prolongé que pour les besoins de la démonstration).

146Synergie entre le système d’immobilisation et la mise en forme du nucléus

147La production de séries nécessite que la courbure des lames (influencée par le système d’immobilisation) soit compatible avec les courbures initiales à l’initialisation du nucléus et l’évolution de ces courbures pendant le délamage : la productivité (qui est un caractère de récurrence) en dépend directement. Des systèmes non synergiques (dans le maintien du nucléus, et l’évolution des courbures) signent ainsi un stade peu évolué de la technique, indépendamment de la qualité esthétique de la production.

148Plusieurs modalités d’immobilisation

149L’étude de la courbure des productions laminaires devrait donner des indications essentielles quant aux principes de ce maintien du nucléus, une faible bascule devant faciliter la production de lames très plates, voire à courbure inversée. On peut prévoir qu’il devrait être plus facile de produire de très grandes lames non fracturées à faible courbure, plutôt qu’avec une courbure prononcée (à cause des mécanismes de fracturation par flexion). L’exceptionnelle régularité et la faible courbure des lames obtenues par pression au levier par J. Pelegrin (Pelegrin, 2002b) appuie cette affirmation. L’étude de ces courbures devrait pouvoir témoigner de modalités particulières d’exploitation des nucléus ayant par ailleurs un schéma volumétrique identique. Ceci permettrait de qualifier un certain « savoir-faire ».

150Hypothèses concernant la fracturation aux mêmes longueurs des lames (observées sur le matériel archéologique)

  • De nombreux fragments proximaux de lames pressigniennes archéologiques ont une longueur relativement constante. On peut suggérer que la constance du maintien entraîne une reproductibilité des contraintes et des produits (cintre de la lame) : un dépassement des contraintes en flexion entraîne une fracturation dans les mêmes zones de courbure. Ceci a été observé au cours de nos essais, dans plusieurs schémas volumétriques laminaires.

  • La nécessité de conserver une certaine longueur au nucléus, afin de préserver les « bascules », pourrait expliquer pourquoi certaines « livres-de-beurre » ont conservé leur pointe (et donc leur longueur) alors que cette pointe ne semble pas pouvoir être utilisée pour rallonger la lame (pointe décentrée ou trop étroite pour espérer utiliser ce supplément de cintre).

  • Il se pourrait qu’une standardisation des longueurs des lames soit ici le résultat d’un système de maintien réglé pour une certaine longueur (on peut plus trivialement proposer un compromis entre la longueur moyenne des blocs de matière première et ce qui est faisable techniquement en routine), la production de lames fracturées apparaissant plus fréquente en fin d’exploitation avec des nucléus moins adaptés au système.

Conclusions techniques

  1. L’intérêt d’un système de maintien et de compensation des mouvements du nucléus, compatibles avec l’initiation de la fracture et le développement d’une fracturation stable (formant le corps de la lame), est montré.

  2. Des explications en terme de mécanique et d’élasticité, sans aucune référence à des phénomènes d’onde de choc (concept explicatif erroné pour les phénomènes qui nous intéressent), sont une approche théorique nécessaire, de plus abordable d’une façon empirique sans notion de technologie moderne, ce qui suggère que ces connaissances auraient pu être conçues de cette façon au Néolithique. La non-fracturation des produits, liée au contrôle des flexions et compressions, est une conséquence de ce contrôle. De même pour la convergence de pratiques et savoir-faire particuliers impliquant une gestuelle adaptée (techniques du corps), explicables en termes de mécanique.

  3. La relative indépendance (sous réserve de compatibilité) entre le processus d’initiation de la fracture et le maintien stable de la fracturation (déterminant la courbure du corps de la lame) est montrée. Ceci permet d’envisager de multiples possibilités concernant la nature du punch.

  4. Ces résultats suggèrent des solutions variées concernant l’optimisation et l’intensification possible de certains paramètres pour la production laminaire, comme l’inertie du percuteur, la qualité du contact percuteur/silex, la géométrie de la zone d’initiation de la fracture. L’évolution convergente de certaines techniques et leurs interactions possibles peut ainsi être mieux comprise et analysée.

  5. De même pour la réduction du contrôle psycho-moteur remplacé par une aide mécanique, comme facteur d’amélioration des produits (ceci rejoint certaines remarques concernant le caractère d’irrégularité des lames débitées par percussion indirecte/versus pression au levier ; Pelegrin, 2002b).

  6. Enfin, il est probable que le débitage laminaire pressignien soit le résultat de plusieurs modalités techniques que nous ne pouvons distinguer actuellement. Cette production ayant perduré plusieurs siècles montre que des principes de base communs ont été respectés. Les résultats que nous avons obtenus peuvent nous aider à comprendre ces principes, mais ne sont pas une démonstration formelle de l’identité absolue des techniques et des moyens utilisés.

Conclusions générales et perspectives

151L’origine des techniques de production pressigniennes peut être considérée soit comme une invention strictement locale, soit incluant des éléments techniques déjà connus dans d’autres groupes culturels. L’étude des filiations techniques dans les filières de production laminaire restera d’autant plus difficile, qu’en raison de fortes contraintes mécaniques les évolutions convergentes seront très probables. Le meilleur contrôle des paramètres influençant la régularité des produits et la productivité conduit probablement à une réduction des stigmates caractérisant les imperfections du système ou des gestes. Pour l’archéologue, il en résulte une difficulté croissante pour établir un diagnostic différentiel des techniques. Dans cette perspective de recherche, une analyse multi-paramétrique est nécessaire, en recherchant de nouveaux critères associés à ces techniques et leurs modalités d’application. Le travail de laboratoire visera aussi à comprendre les mécanismes produisant ces stigmates et leur mode d’association.

152Dans tous les cas, les caractéristiques des produits, liées à la pratique d’un système de maintien assisté du nucléus ou liées à tout paramètre mécanique, doivent être recherchées. Un des critères à étudier est la planéité des produits laminaires en fin d’exploitation du nucléus, voire des courbures inversées comme on peut le voir sur des nucléus « sur-exploités » et en fin de potentiel laminaire. Il apparaît donc nécessaire d’étudier et de mesurer la courbures des lames (ou des négatifs) avec des moyens adaptés (analyse de Fourier des profils et comparaison statistique), en espérant pouvoir identifier des « signatures techniques ».

153Concernant l’utilisation d’outils complémentaires (par exemple de maintien), leur rôle probable a été de diminuer considérablement le temps d’apprentissage de ces techniques, et donc d’en faciliter la diffusion ou l’évolution. Le principe du système de maintien et de compensation de mouvement que nous proposons, simple dans sa conception et sa réalisation, aurait pu facilement être copié ou directement transmis. Des expériences peuvent être réalisées pour tester cette hypothèse.

154Une dernière remarque concerne la production laminaire par percussion ou par pression. Ces deux techniques pourraient, par l’invention de différents systèmes de maintien du nucléus et la compréhension de leur fonctionnement, avoir une origine commune. En effet, l’évolution des techniques montre souvent le transfert du savoir-faire « manuel » dans un système « matériel » plus fiable.

155De façon très générale, l’important degré de synergie existant entre les différentes techniques élémentaires permettant la production pressignienne signe son haut degré d’évolution. C’est ce critère qui doit être pris en compte, et non le caractère spectaculaire des produits obtenus.

Remerciements

156À l’équipe de l’Archéodrome de Bourgogne (Dir. M.-C. Frère-Sautot), à C. Bontemps et E. Monti pour leur lecture attentive, au Musée des Tumulus de Bougon (Deux-Sèvres), lieu principal de mise au point de cette technique et particulièrement à Mme E. Lacroix, qui m’a laissé le choix thématique de mes animations publiques d’été (1993-1999), ainsi qu’au Conseil Général des Deux-Sèvres, financier de ces animations, à R. Martineau pour son aide à Bougon lors d’inénarrables essais, à A. Villes, qui a accepté la publication anticipée de certains résultats, au Pr. J. Viet, à l’UMR 5594, à la famille Touzalin (Petit-Carroi à Abilly). Enfin, je tiens à rendre hommage à la mémoire du Pr. F. Bordes qui m’a accueilli et conseillé dans mes débuts (Carsac, 1971, 1972, 1973), ainsi qu’à l’accueil de Mme D. de Sonneville-Bordes. Au cas où ces informations faciliteraient une production commerciale de fac-similés, nous demandons leur marquage, en égard au travail des préhistoriens. Le présent travail ne prétend pas à une exhaustivité bibliographique.

Bibliographie

Bibliographie

Airvault, Primault 2002 : Airvault (J.), Primault (J.). — Considérations sur l’extension géographique du Néolithique final à « livre-de-beurre » en Touraine et Poitou (France). L’Anthropologie, 106, 2002, p. 269-294.

Anderson-Gerfaut et alii 1999 : Anderson-gerfaut (P.), Inizan (M.-L.), Lechevallier (M.), Pelegrin (J.), Pernot (M.). — Des lames de silex dans un atelier de potier Harappéen : interactions de domaines techniques. Comptes-rendus de l’Académie des Sciences, Paris, 308, série II, 1999, p. 443-449.

Boeda, Pelegrin 1985 : Boeda (É.), Pelegrin (J.). — Approche expérimentale des amas de Marsangy. In : Archéologie expérimentale. Cahier no 1, les amas lithiques de la zone N19 du gisement magdalénien de Marsangy : approche méthodologique par l’expérimentation. Beaune ; Saint-Apollinaire : Archéodrome ; APAB, 1985, p. 19-36.

Bordes 1947 : Bordes (F.). — Étude comparative des différentes techniques de taille du silex et des roches dures. L’Anthropologie, 51, 1947, p. 1-29.

Brun 1892 : Brun (abbé). — L’Âge de Pierre en Touraine. Atelier préhistorique du Grand-Pressigny, l’un des plus vastes du globe s’étendant sur les communes de Chaumussay, Abilly, Barrou, La Guerche et sur toute la contrée circonvoisine. Tours, 1892. 64 p.

Chasteigner 1883 : Chasteigner (A. de). — Cachette de lames de Barrou. Bull. de la Soc. archéologique de Touraine, 1883, p. 104.

Cornec, Fouéré 2002 : Cornec (T.), Fouéré (P.). — Un site d’exploitation de silex turonien inédit sur le site de Val Creuse, La Roche-Posay (Vienne). Bull. de la Soc. des amis du Musée du Grand-Pressigny, 53, 2002, p. 27-32.

Dunnell, Stein 1989 : Dunnell (R.-C.), Stein (J.-K.). — Theoretical issues in the interpretation of micro artifacts. Geoarchaeology, 4, 1989, p. 31-42.

Geslin et alii 1975 : Geslin (M.), Bastien (G.), Mallet (N.). — Le dépôt de grandes lames de la Creusette, Barrou (Indreet-Loire). Gallia Préhistoire, 18-2, 1975, p. 401-422.

Inizan et alii 1999 : Inizan (M.-L.), Reduron-Ballinger (M.), Roche (H.), Tixier (J.), Feblot-Augustin (J.). — Technology and terminology of knapped stone. Nanterre : CREP, 1999. 177 p. (Préhistoire de la pierre taillée ; 5).

Janes 1989 : Janes (R.-R.). — A comment on microdebitage analysis and cultural site formation process among tipi dwellers. American Antiquity, 54, 1989, p. 851-855.

Kelterborn 1981 : Kelterborn (P.). — A challenge for today’s craftsmen : the « livre-de-beurre » method. Flintknapper’s Exchange, 4-3, 1981, p. 12-20.

Léveillé 1864 : Léveillé (A.). — Découverte d’un atelier sur les terres de la Claisière et de la Doucetterie près du Grand-Pressigny. Bull. de la Soc. des antiquaires de Normandie, 3, 1864, p. 193.

Malenfant et alii 1971 : Malenfant (M.), Cauvin (M.- C.), Chaffenet (G.). — Découverte d’une industrie macrolithique récente de faciès pressignien à Vassieux-en-Vercors (Drôme). Comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris, 272, 1971, p. 1491-1494.

Mallet 1992 : Mallet (N.). — Le Grand-Pressigny : ses relations avec la civilisation Saône-Rhône. Suppl. au Bull. de la Soc. des amis du Musée du Grand-Pressigny, 1992. 2 vol. : 218 p., 123 pl.

Manolakakis 1996 : Manolakakis (L.). — Production lithique et émergence de la hiérarchie sociale : l’industrie lithique de l’Énéolithique en Bulgarie (première moitié du IVème millénaire). Bull. de la Soc. préhistorique française, 93, 1, 1996, p. 119-123.

Marquet, Millet-Richard 1995 : Marquet (J.-C.), Millet-Richard (L.-A.). — L’habitation atelier néolithique final du petit Paulmy à Abilly (Indre-et-Loire) : présentation préliminaire. In : Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Évreux 1993. 1995, p. 247-271 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Ouest ; 7).

Marquet, Millet-Richard 1999 : Marquet (J.-C.), Millet-Richard (L.-A.). — Nucléus « livre-de-beurre » et grande lame du site des Pivots au Grand-Pressigny. Bull. de la Soc. des amis du Musée du Grand-Pressigny, 50, 1999, p. 27-30.

Millet-Richard 1997 : Millet-Richard (L.-A.). — Habitats et ateliers de taille au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) : technologie lithique. Thèse de nouveau Doctorat. Paris : Université de Paris I, 1997.

Millet-Richard 1998 : Millet-Richard (L.-A.). — À la recherche des artisans-tailleurs de « livres de beurre ». Résumé de thèse de doctorat : habitats et ateliers de taille au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) : technologie lithique. Bull. de la Soc. des amis du Musée du Grand-Pressigny, 49, 1998, p. 55-65.

Pelegrin 1991 : Pelegrin (J.). — Sur une recherche technique expérimentale des techniques de débitage laminaire. In : Expérimentations en archéologie : bilan et perspectives : Actes du colloque de l’Archéodrome de Beaune, 6-9 avr. 1988. Archéologie expérimentale. Tome 2 – La terre : l’os et la pierre, la maison et les champs. Paris : Errance, 1991, vol. 2, p. 118-128.

Pelegrin 1997 : Pelegrin (J.). — Nouvelles observations sur le dépôt de lames de la Creusette (Barrou, Indre-et-Loire). Bull. des amis du Musée de préhistoire du Grand-Pressigny, 48, 1997, p. 19-34, 9 fig.

Pelegrin 2002a : Pelegrin (J.). — La production des grandes lames de silex du Grand-Pressigny. In : Guilaine (J.) dir. — Matériaux, production, circulations du Néolithique à l’âge du Bronze. Paris : Errance, 2002, p. 131-148 (Coll. des Hesperides).

Pelegrin 2002b : Pelegrin (J.). — Principes de la reconnaissance des techniques de taille. In : Chabot (J.). — Tell ‘Atij-Tell Gudeda : industrie lithique : analyse technologique et fonctionnelle. Québec : CELAT, 2002, p. 215-226 (Cahier 13 - Série archéométrie 3, Annexe A).

Pelegrin 2004 : Pelegrin (J.). — Blade making techniques from the old world : insights and applications to Mesoamerican obsidian lithic technology. In : Hirth (K.). — Mesoamerican lithic technology : experimentation and interpretation. Salt Lake City : University of Utah Press, 2004.

Primault 2003 : Primault (J.). — Exploitation et diffusion des silex de la région du Grand-Pressigny au Paléolithique. Thèse de doctorat. Nanterre : Université de Paris X, 2003. 358 p., 177 fig.

Riche 1999 : Riche (C.). — Les ateliers de Vassieux-en-Vercors : exploitation des gîtes et diffusion des produits. Présentation d’un travail de thèse. In : Beeching (A.) dir. — Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998). Valence : C.A.P. de Valence, 1999, p. 155-174 (Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence ; 2).

Saint-Venant 1910 : Saint-Venant (J. de). — Enquête du Congrès sur la distribution géographique des silex du Grand-Pressigny. Tailleries de silex du sud de la Touraine : Inventaire des produits exportés aux temps préhistoriques et carte de leur aire de diffusion. Congrès Préhistorique de France, Tours, 1910, p. 256-299, 28 fig., 2 pl.

Sestier 2004 : Sestier (C.). — Étude du matériel lithique de la fouille de « Barrou-La Creusette ». Orléans : SRA Centre, 2004.

Tixier 1972 : Tixier (J.). — Obtention de lames par débitage « sous le pied ». Bull. de la Soc. préhistorique française, 65, 5, 1972, p. 134-139.

Trachman 1999 : Trachman (R. M.). — An additional technological perspective on obsidian polyhedral core platform rejuvenation. Lithic Technology, 24, 2, 1999, p. 119-126.

Villes et alii à paraître : Villes (A.) et alii Résultats de la fouille d’évaluation du site de « La Creusette » à Barrou (Indre-et-Loire). Orléans : SRA Centre. À paraître.

Workshop 2003 = Matériaux et productions lithiques taillées remarquables dans le Néolithique et le Chalcolithique européens : diffusion et usage (6ème-3ème millénaires avant. J.-C.), Workshop du 5-6 sept. 2003, Carcassonne, Univ. de l’Aude, dans le cadre du PCR « Productions laminaires remarquables du Midi de la France ». UMR 6130 CEPAM (Nice) ; UMR 6636 ESAP (Aix-en-Provence) ; UMR 8555 Centre d’Anthropologie (Toulouse).

Annexes

annexe 1. Matériel et méthodes (indications sommaires)

- Silex : provenant de la région du Grand-Pressigny ou de la région normande (silex noir de la craie).

- Percussion directe dure : les blocs de silex sont mis en forme avec des galets en roches grenues plutoniques, telles qu’on peut les trouver dans les alluvions de la Creuse. Pour le façonnage à la percussion directe, les blocs sont posés sur le sol, avec un petit calage élastique permettant une initiation correcte de la fracture. Le tailleur est assis sur le sol.

- Percussion indirecte : le punch ou chasse-lame que nous utilisons, outil de percussion indirecte, est rectiligne. Il est en bois de cervidé (cerf européen), provenant de chutes et non d’abattage. On utilise un petit punch de 15 cm de long, 3 cm de diamètre et un plus gros de 25 cm de long, 3,5 cm d’épaisseur. La partie en contact avec le silex est la meule, partie la plus compacte. Le bout est façonné en coupole, avec une courbure régulière. L’autre extrémité en contact avec le percuteur, avec une partie interne de spongiosa fragile, est, si nécessaire, cerclée avec de la peau non tannée et séchée, la spongiosa est remplie de résine végétale mélangée à une fraction minérale comme mastic de remplissage. Ceci n’a pas d’importance pour les qualités techniques de ces outils, mais pour leur durée de vie, afin d’éviter une dégradation de la partie en contact avec le maillet ou le galet minéral.

- Percussion sur les punchs : on utilise de façon indifférente des rognons de silex ou des galets de poids entre 200 à 500 g pour la production des éclats d’épannelage. Pour le délamage, on utilise pour pousser le punch une masse en bois dense (ici, du chêne) pesant 4 500 g.

- Système de maintien des nucléus : ils sont en bois coupé en hiver et utilisé sec. Le diamètre des pieux est de 8-10 cm. Les barres de bois utilisées en figure 13j, k, l, pour le maintien des nucléus par le bout, sont en bois dur (chêne ou hêtre) et non en bois tendre.

- Profils : pour un relevé précis des profils des talons, des moulages en latex ont été réalisés sur les objets en silex, puis des coupes sur les moules en latex, qui ont ensuite été numérisées. La coupe passe par l’axe sagital de la lame, approximativement par le milieu de la zone piquetée du plan de frappe. Le profil de la surface est obtenu par analyse d’image (NIH sowtware, CA, USA). Le profil des nucléus est relevé au conformateur.

annexe 2. Vocabulaire

Le mot punch a été utilisé à la place de chasse-lame, en effet cet outil ne sert pas qu’à produire des lames, le mot est plus court. Le terme épannelage signifie ici production d’éclats courbes par percussion indirecte, selon la tradition pressignienne pour la production des cintres et carène. Le terme re-épannelage signifie la même opération technique, effectuée sur une « livre-de-beurre » déjà délamée. Le terme piquetage est équivalent à un bouchardage précis et discret, réalisé avec un outil en silex. La partie distale (d’une lame ou du nucléus) est la partie la plus proche de la zone d’initiation de la fracture. Une coupe sagittale suit le grand axe de la propagation de la fracture et dans un plan perpendiculaire à la fracture.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Petite « livre-de-beurre » archéologique, Le Petit Carroi, Abilly (Indre-et-Loire). a : photographie ; b : profil d’un négatif de lame, le plan de section est indiqué par des pointillés. L’angle de détachement de la lame est supérieur à 90°. Encadré : cintre et carène d’un nucléus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2. Méthode de production des éclats d’épannelage. Éclat d’épannelage à talon dièdre (b), fissurations élliptiques (*), avec deux esquilles bulbaires (a). La double courbure est caractéristique (c). Le schéma diacritique d’une livre-de-beurre (exp.) montre la dissymétrie de la section (d) avec l’emplacement des éclats d’épannelage (e), avec une double courbure dont le positionnement permet de former le cintre du nucléus. Les flèches indiquent la direction des éclats (percussion indirecte, bois de cerf).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 3. Préparation d’un plan de frappe de « livre-de-beurre » à talon piqueté. Deux enlèvements sont faits en percussion indirecte (b), l’arête est piquetée (c). Standardisation des résultats de cette méthode : d : juxtaposition du talon d’une lame à dièdre piqueté (f) et du bord proximal d’une livre de beurre (e) ; (ramassage de surface, Le Petit Carroi, Abilly). On remarque une correspondance entre ces deux éléments. g : la double courbure du plan de frappe. L’addition d’une première courbure et d’une deuxième perpendiculairement à la première donne une surface en selle, qui agit comme un concentrateur de force. * indique la position probable de l’initiation de la fracture, dans les conditions du délamage des « livres-de-beurre ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 4. « Livre-de-beurre » en cours de préparation (expérimental). a-b-c : face d’une même « livre-de-beurre », deuxième série d’éclats. Deux séries d’enlèvement sont visibles, en plus clair : la série précédant l’autre série. Les arêtes ont été surlignées en blanc, pour plus de lisibilité. d : étape finale, montrant l’alignement des éclats d’épannelage (qui ont été remontés sur le nucléus), pour une finition de la carène et du cintre. On a figuré les trois piquets permettant le maintien du bloc et son positionnement pour la percussion indirecte (punch).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 5. Éclats d’épannelage (expérimental). Diagramme longueur-largeur d’éclats d’épannelage d’une « livre-de-beurre » (début de la mise en forme à la percussion indirecte).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 6. « Livres-de-beurre » expérimentales, en cours d’exploitation. Les arêtes ont été surlignées en blanc. A : silex du Grand-Pressigny. La couche de silex de bonne qualité est très mince, elle a été exploitée. B : silex noir de la craie (Normandie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 7. Comparaison entre matériel expérimental et archéologique. Fréquence de certains stigmates de fracturation : observations portant sur la préparation de 10 « livres-de-beurre » (numérotation de 1 à 10). Légendes : N éclats = nombre d’éclats, % E fracturés = % d’éclats fracturés, lg = esquille bulbaire, lg mult = esquille bulbaire multiple, nac = fracture en nacelle, nac inc = fracture en nacelle incomplète, * lg = esquille bulbaire latérale non décollée, plan de frappe mult = initiation multiple de la fracture.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 8. Répartition spatiale des éclats d’épannelage (expérimental). La distance (m) est mesurée à partir des pieux de calage du bloc (et donc du tailleur). Au moins trois « livres-de-beurre » ont été préparées, tous les éléments sont comptés (éclats entiers ou fracturés).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 9.Modèle de répartition spatiale des éclats d’épannelage (expérimental). Répartition spatiale (m) en fonction du poids (g), maintien du bloc sur piquets. Même référentiel et méthode que pour la figure 7.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 10. Talon de lames pressigniennes archéologiques. Des moulages des talons de lames archéologiques ont été réalisés (platre fin). Les arêtes et le piquetage ont été soulignés au crayon graphité. Les moulages ont été numérisés (600 dpi). Les échelles ont été respectées (à 10 % près).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 11. Section du talon de lames de « livres-de-beurre » archéologiques, et position du piquetage. a : ces profils ont été obtenus après moulage en élastomère silicone, puis section dans le plan sagittal passant par la zone piquetée du talon. * représente la zone d’initiation de la fracture (une lèvre plus ou moins développée). ++ indique la zone de piquetage du dièdre. Échelle horizontale : barre de 5 mm, verticale : 1 mm. b : le premier profil « bois direct » est un profil de lame (expérimental) réalisée par percussion directe au buis (L = 28 cm). La lèvre est particulèrement développée. Le profil de la lame 1557 (archéologique) est donné en comparaison.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 12. Talons de lames non fracturées, archéologique et expérimental. Moulages et profils réalisés sur les sections des moules en élastomère silicône. A : percussion indirecte bois de cerf, lames obtenues selon la technique de maintien assisté. B : lames archéologiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 13. Systèmes de compensation du mouvement du nucléus lors du débitage. a : à gauche de la flèche : avant le choc, à droite de la flèche : après. b, c : mise en position relative du punch après initiation de la fracture, effet élasticité de la lame. L’amplitude des mouvements est exagérée, pour plus de lisibilité. d : mouvement produit par la percussion sur le nucléus, produisant un déplacement ∆c (correspondant à la compression) et ∆f correspondant à la flexion. (e à h) Systèmes de maintien convenant pour des nucléus courts (20-25 cm), avec une percussion indirecte orientée le long de la verticale. i : Double bascule : elle est représentée par un bloc qui a un mouvement de rotation latéral ∆f et vertical ∆c. d1. Exemple de système : appui sur trois pieux (i), le pieu arrière est le plus souple. L’amplitude des mouvements est exagérée, pour plus de lisibilité. Autres équivalents mécaniques pour une double bascule (j, k, l). La pointe du nucléus est calée dans une barre de bois élastique, une partie de la barre est fixe (croix). L’élasticité peut être réglée en fonction de la position du point fixe *. cm : maintien « sur la cuisse », où il existe une double bascule, mais mal contrôlée. Slp : débitage sous le pied (d’après Tixier, 1972).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 14. Rectitude des produits laminaires. a, b : Rectitude des produits laminaires pour des petits modules. a : nucléus archéologique, b : expérimental. c : « livre-de-beurre » (Don, M. Touzalin, le Petit Carroi, Abilly), vue de face. Comparaison de profils de lames (de gauche à droite) : trois profils de lames sur « livre-de-beurre », profil de lame sur nucléus « plat » (d’après le négatif) et lame expérimentale (exp.) obtenue selon la méthode décrite ici.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 15. Deux cycles de production laminaire provenant du même nucléus. Présentation de deux cycles de production laminaire (A puis B) provenant du même nucléus. Les lames ont une courbure réduite, un taux de fracturation faible (silex pressignien). En B, les deux dernières lames (en plus clair) sur le nucléus n’ont plus les courbures adéquates (accident prévisible mais reproduit ici pour les besoins de l’expérience).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 16. Production laminaire à plus forte courbure. Série laminaire à plus forte courbure, taux de fracturation important (50 %). Silex noir de la craie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 17. Percussion indirecte avec du buis ou du bois de cerf. Comparaison des profils de lames obtenues avec un punch en buis et en bois de cerf (silex pressignien).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14004/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

Auteur

Membre Associé UMR 5594 du CNRS
2, promenade F. Rabelais
77186 NOISIEL
sestier.flint@infonie.fr

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search