Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Modes de diffusion des matières premières lithiques vers la Suisse

Jehanne Affolter

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

1Le contenu de cet article correspond à la postface d’une thèse de doctorat dont le thème principal est le recensement des ressources siliceuses du massif jurassien et leur utilisation au cours de la Préhistoire. Le corps principal de ce travail, développé sous cotutelle entre la section Sciences de la Terre et de la Vie de l’École Pratique des Hautes Études de Paris (France, dir. Pr. J. Chaline) et la Faculté des Lettres de l’Université de Neuchâtel (Suisse, dir. Pr. M. Egloff) (et soutenu avec succès à Neuchâtel en 2002), a été publié récemment (Affolter, 2002).

2Le territoire de l’actuelle Helvétie est limité du point de vue géomorphologique par des obstacles géographiques conséquents (montagnes, fleuves) sur la majorité de ses frontières, ce qui en a fait (et en fait encore) un semi isolat qui évolue à son propre rythme, tout en favorisant le développement de particularismes régionaux. De ce fait, la Préhistoire suisse n’a pas toujours évolué de façon totalement synchrone au reste de l’Europe ; aussi nous paraît-il nécessaire de rappeler brièvement le découpage chronologique adopté dans cette étude (fig. 1 et 2) pour les sites suisses et jurassiens. Le Paléolithique moyen est très peu représenté (fig. 1a). Il semble essentiellement correspondre à des interstades tempérés du Würm ancien datés de 95000 à 35000 ans BP environ. Le Paléolithique supérieur ancien et moyen est - dans l’état actuel des connaissances - inconnu en Suisse ; ils se sont développés durant la dernière phase glaciaire du Würm dans d’autres régions, tandis que celle qui nous intéresse ici était en grande partie recouverte de glaces. L’ensemble des sites helvétiques datés du Paléolithique supérieur peut être rattaché au Magdalénien (fig. 1b), et est compris dans une fourchette chronologique allant de 13500 à 11000 avant J.-C. ; ils peuvent être considérés comme globalement contemporains (Leesch, 1993). Quelques sites d’obédience azilienne leur succèdent entre 11000 et 9250 avant J.-C. Le Mésolithique suisse est encore peu connu. Dans la majorité des cas, il s’agit de sites de surface, que les installations néolithiques postérieures ont « pollué » du point de vue typologique, de sorte qu’il est difficile d’étudier des séries pures. Les datations, quand elles sont possibles, révèlent des âges entre 9250 et 5000 avant J.-C. (fig. 1b). Le Néolithique suisse a été subdivisé en cinq périodes, car en fonction de l’emplacement des sites archéologiques du Plateau suisse, ils se trouvent dans des zones d’influences de cultures diverses et les changements ne sont pas toujours synchrones (fig. 2). On a baptisé « 1ère période du Néolithique suisse » le tout début du Néolithique helvétique, c’est-à-dire la période qui s’étend à peu près de 5000 à 3900 avant J.-C. Pour cette période, seules des datations au Carbone 14 sont disponibles à l’heure actuelle, tandis que les suivantes sont datées par la dendrochronologie. La 2ème période s’étend de 3900 à 3400 avant J.-C., elle correspond aux sites de la culture de Cortaillod - rattachée au courant chasséen et lagozzien - pour la partie méridionale de la Suisse, et au courant Pfyn - dérivé du Rubané d’origine danubienne - pour la partie septentrionale. La 3ème période, de 3400 à 2900 avant J.-C., est essentiellement sous influence Horgen. La 4ème période est l’émanation de cultures autrefois dénommées de « Saône-Rhône » et « Cordé », et est actuellement qualifiée de Néolithique final. La 5ème période correspond au grand courant Campaniforme, dont les reliques sont datées entre 2400 et 2200 avant J.-C.

3Le texte suivant s’attache à faire le lien entre l’origine des matières premières lithiques et la typotechnologie, afin de tenter de dégager les tendances qui ont présidé à la mise en place des réseaux d’acquisition de ces matériaux.

Évolution des modes d’approvionnement en matières premières lithiques du Paléolithique moyen à la fin du Mésolithique

4Au Paléolithique moyen, le débitage des matériaux locaux se fait sur le site même, souvent selon plusieurs techniques nécessitant peu de savoir-faire et de temps, pour un usage immédiat. Les techniques plus sophistiquées sont cependant aussi connues, mais plus souvent mises en œuvre sur les matières exogènes. Pour ces dernières, seuls les derniers maillons de la chaîne opératoire sont introduits sur les sites spécialisés, tandis que sur les sites d’habitat l’investissement technique est plus poussé (Wilson, 2001 ; Geneste et alii, 1997 ; Geneste, Jaubert, 1999 ; Stahl-Gretsch, Detrey, 1999 ; Moncel, 2001). Les circulations dans les massifs montagneux sont attestées (Bernard-Guelle, 2000) ; dans certains cas, il est possible d’envisager une complémentarité des sites (Tillet, 2000).

Fig. 1a. Chronologie simplifiée et représentativité chronologique des sites suisses étudiés, Paléolithique moyen.

Fig. 1b. Chronologie simplifiée et représentativité chronologique des sites suisses étudiés, Paléolithique supérieur et Mésolithique.

5Pour le Magdalénien, l’analyse typotechnologique de Hauterive « Champréveyres » (Cattin, 2002), site surtout dédié à la boucherie du cheval, révèle que le matériau local a été introduit sur le site non testé, malgré sa mauvaise qualité. En revanche, les deux principales matières exogènes étaient apportées selon deux modalités complémentaires : elles présentent une association de nucleus plus ou moins mis en forme, et de supports laminaires pré-débités. Après une phase d’exploitation sur place, les nucleus non épuisés ont été emportés ailleurs, de même qu’une partie des supports fabriqués là (lames, mais aussi éclats). Ce tableau rappelle les observations faites sur des sites implantés dans des régions pauvres en silex de bonne qualité (Masson, 1981 ; Surmely et alii, 1998). À Alle « Noir-Bois » (Aubry et alii, 2001), dont l’occupation a été très courte, deux matériaux ont été débités : le silex local (3/5e de l’industrie) pour produire des lames, celui de Bendorf (à 15 km au nord) a fourni des lamelles. Ces supports ont respectivement servi à la confection de burins et d’armatures qui ont ensuite été emportés ailleurs. Ce second schéma correspond à un « petit atelier spécialisé » sur affleurement, tels que Kozlowski (Kozlowski, 2001) en a identifiés dans le sud de la Pologne. Le rôle de barrière géographique joué par des montagnes de moyenne altitude, mais aux vallées très encaissées, est confirmé par les études trans-régionales (Desbrosses, Kozlowski, 2000). En revanche, la distance du gîte au site n’est pas un facteur limitant en soi ; ainsi, on a apporté des rognons - dépassant parfois 10 cm - de plus de 100 km pour les débiter à Hauterive « Champréveyres ».

6Les industries de deux sites mésolithiques du Jura suisse ont fait l’objet d’une étude typotechnologique exhaustive en aval de celle des matières premières. Aux Gripons (Pousaz et alii, 1991), on constate le même schéma qu’au Magdalénien en ce qui concerne la gestion des matériaux. Certaines matières sont introduites sur le site à la fois sous la forme de blocs peu préparés, qui y seront débités, et de supports pré-débités. D’autres sont introduites en tant que produits bruts et outils. Les armatures sont cependant plus fréquemment fabriquées ailleurs et se retrouvent sur-représentées dans les variétés les plus rares. Là non plus, la distance ne semble pas être un facteur déterminant ; on constate par exemple, aux Gripons, l’introduction de quelques rognons testés issus du gîte de Olten, alors qu’il faut franchir plus de 50 km vers l’est en terrain accidenté pour le joindre. Au Mollendruz (Pignat, Winiger, 1998), l’occurrence des divers éléments techniques indique une première sélection, sur le lieu de récolte, de nucleus mais aussi de supports bruts et « d’outils de fortune ». Ces diverses catégories ont ensuite été apportées sur le site du Mollendruz, où leur exploitation s’est poursuivie. « L’acquisition des matériaux et la production de l’outillage ne sont pas des activités autonomes et planifiées, mais sont intégrées aux déplacements du groupe et aux autres activités de subsistance. » (ibid., p. 203). On en conclut un faible degré d’anticipation des besoins et une production expéditive et non spécialisée, que ce soit pour l’industrie lithique ou pour la chasse (comportement « opportuniste »). Dans l’ensemble, ces observations sont conformes à ce qui est observé dans d’autres régions (par exemple dans le nord de l’Italie, Angelucci et alii, 1999a ; 1999b ; à l’ouest du Jura, SÉARA, 1998). En revanche, les interprétations sont parfois divergentes, et la production expéditive d’outils sur le site à partir de nucleus d’origine lointaine ou de supports pré-débités peut aussi être considérée comme le reflet d’un haut degré d’anticipation des besoins (par exemple, Bracco et alii, 1997). On observe partout une pénétration progressive des massifs montagneux, qui semble être liée en grande partie à des activités cynégétiques saisonnières (Bridault, Chaix, 1999 ; Broglio, Lanzinger, 1990 ; Angelucci et alii, 1999a ; Cassoli et alii, 1999 ; Surmely, 1999 ; Tozzi, Weiss, 2001). Dans le nord de l’Italie, ces déplacements s’effectuent toujours d’une part avec une série d’outils ou de supports pré-débités, d’autre part avec quelques nucleus mis en forme, qui seront débités sur les haltes de chasse en fonction des besoins. Au contraire, en Provence, où des gîtes de qualité médiocre ne sont pas rares sur les contreforts montagneux et dans le fond des vallées, l’outillage commun est confectionné dans des variétés locales débitées selon des techniques variables, tandis que les armatures et lames régulières sont en matériau exogène travaillé autrement. Cela laisse supposer une acquisition indirecte de ce dernier (Binder, 1998). Ainsi, on constate les mêmes comportements sur l’ensemble de l’Europe de l’ouest au Mésolithique : les différences observées ne relèvent pas de contraintes géographiques ou écologiques, mais de choix que l’on peut envisager comme des traits culturels. De ce point de vue, les sites suisses permettent de resserrer la zone de contacts entre les Beuroniens au nord et les Sauveterriens puis les Castelnoviens au sud (voir par ex. Thévenin, 1998) : « Les Gripons » se rattachent au Beuronien, de même que les sites de la vallée de la Birse (par exemple Nenzlingen « Brügglihöhle » ou Brislach « Kohlerhöhle » ; Crotti, 1993), tandis qu’Ogens, le Mollendruz et Vionnaz montrent des affinités méridionales ; Gampelen « Jänet 3 » présente un faciès mixte (Nielsen, 1991). Sur le Plateau molassique suisse, la zone de contact semble donc être la région des trois lacs sub-jurassiens. Dans les Alpes, les recherches se développent et révèlent une pénétration plus précoce que l’on ne le pensait de ce massif. La région de Füssen était occupée saisonnièrement par des chasseurs venus de la zone beuronienne (Gehlen, 1999). Au Tyrol autrichien, des relations nord-sud sont établies dès 8500 avant J.-C. sur le site de Sellrain « Ullafelsen » (Schäfer, 1998) ; cependant, les outils de typologie beuronienne y sont constitués dans des matériaux d’origine danubienne, tandis que les éléments sauveterriens y ont été fabriqués dans des silex du nord de l’Italie ; les études encore en cours permettront de préciser à quel courant ce site est le plus apparenté, ou si l’on se trouvait là dans un « no man’s land ». À la même époque, la vallée du Splügen est parcourue par des chasseurs dont l’industrie, apparentée au Sauveterrien italique, présente cependant des particularités (Fedele, 1999) qui pourraient trouver leur origine dans des contacts septentrionaux.

Fig. 2. Essai de mise en parallèle des faciès culturels au Néolithique. Zones hachurées : périodes non représentées dans la région concernée.

Évolution des modes d’approvisionnement en matières premières lithiques au cours du Néolithique

7Les modalités du passage du Mésolithique au Néolithique ne sont pas encore clairement établies partout. Il semble que le premier Néolithique italien (Céramique à impressions) soit apparu par voie maritime, par diffusion depuis des régions situées à l’est (Bagolini, Pedrotti, 1998), puis acculturation mutuelle avec les Castelnoviens préexistants (Pessina, 1999). Dans le sud de la France, le même phénomène a été envisagé (Courtin, 1974), mais les analyses récentes tendraient à prouver le contraire (Binder, 2000). En effet, dans cette région, le Castelnovien diffère du premier Néolithique tant par les techniques de débitage que par la localisation des sites et le type d’économie.

8Dans l’ensemble, les sites suisses clairement néolithiques présentent des modalités variées d’introduction des matières premières siliceuses. Parmi les gîtes jurassiens, le silex de Olten (type 102, voir localisation sur la fig. 3) est diffusé à la fois sous la forme de nucleus préformés et de supports pré-débités (éclats, lames et lamelles) jusqu’au nord du lac de Bienne (environ 50 km) durant les 2ème et 3ème périodes du Néolithique. Au-delà, on ne retrouve plus de nucleus, et la transformation en outils est plus importante. Après 100 km, ce sont seulement des lames qui circulent. Les rares éléments retrouvés en Valais sont uniquement des pointes de flèches (sur support laminaire) déposées en contexte funéraire. À la 4ème période, quelques nucleus ont été emportés jusqu’à près de 100 km du gîte et débités sur les sites récepteurs ; cependant, l’essentiel du matériau arrive sous la forme de supports pré-débités. On constate une intensification de la retouche de réaffûtage et du réemploi sur ces stations consommatrices. Le silex de Mont-les-Etrelles (type 207, voir localisation sur la fig. 3) témoigne d’un schéma parallèle : à la seconde période, seules quelques lames sont diffusées vers le Plateau suisse. À la 3ème période, ce sont essentiellement des plaquettes minces, qui permettent par quelques retouches simples d’obtenir des racloirs et/ou des flèches ; elles sont cependant toujours accompagnées de quelques lames et éclats. À la 4ème période, plaquettes, lames et éclats sont occasionnellement débités sur les sites, et intensément retouchés et réemployés. En Valais, on ne retrouve que quelques pointes de flèches en contexte funéraire. Apparemment, la distance au gîte influence la forme sous laquelle les matériaux sont diffusés : ils sont dispersés plus loin lorsqu’ils sont sous forme de supports laminaires. Lors de la 3ème période, où l’on constate une augmentation de la diffusion de blocs plus ou moins bruts (nodules ou plaquettes), l’aire de répartition se resserre. Ainsi, la distance n’est pas le seul facteur influant la diffusion. Dans cette optique, la diffusion du silex de Lampenberg (type 504, voir localisation sur la fig. 3) se précise. Elle est liée essentiellement à la 2ème période. Sur le gîte et dans ses environs immédiats, on a pu mettre en évidence une fabrication systématique de haches taillées (Sedlmeier, 1998), accompagnées de lames. On constate que les haches ont été diffusées jusqu’à 50 km, puis au-delà de 80 km en contexte funéraire ; entre ces deux distances, on ne retrouve que des lames utilitaires. Il se pourrait que « l’avantage d’être rare », bien connu en éthologie, ait influencé cette répartition.

Fig. 3. Importations durant la première période du Néolithique suisse. Lignes épaisses grises : limites approximatives de faciès culturels ; noms en gris : faciès culturels ; triangles noirs : gîtes de matière première ayant fourni du matériau aux sites suisses ; petits chiffres noirs : code de matière première ; traits fléchés noirs : déplacement de matériau du gîte vers les sites suisses ; grosses lettres noires : forme de diffusion des matériaux (F = pointes de flèches, L = lames ou lamelles, E = éclats, N = nucleus, P = poignards, H = haches) (d’ap. Affolter, 2002, fig. 66, p. 127, complété).

9Si l’on appréhende les matériaux exogènes sous le même angle (pour les sites où cela est possible), on constate les faits suivants (les cartes présentées ici sont des schémas dont le but est de susciter les discussions et n’ont aucune prétention à l’exhaustivité).

10Au cours de la 1ère période du Néolithique, quatre sites donnent des indications pour sept matières exogènes (fig. 3). Durant cette période, la Suisse se trouve dans une sorte de « no man’s land » entre trois grands courants culturels. Les variétés du nord de l’Italie arrivent sous la forme de lames, de lamelles et de rares éclats, celles du Vercors uniquement comme lamelles. Pour les matériaux du Midi de la France, on constate l’apport de deux types de supports : lames pour le silex du Mont Ventoux (seul le faciès travaillé sur l’atelier de la Combe de Launier [type 129] est représenté en Suisse, d’après les observations effectuées au stéréo microscope), éclats pour celui de Sanilhac [type 252]. Tous ces objets ne sont pas retouchés pour en faire des objets utilitaires.

11La 2ème période apporte des arguments plus fiables : treize sites sont concernés, et permettent de mieux cerner les apports de seize matières (fig. 4). Les trois courants culturels se sont étendus, et se trouvent en contacts occasionnels sur le Plateau suisse. Venant du nord de l’Italie, on observe maintenant toutes sortes de produits, qui sont fréquemment retouchés sur les stations pour être transformés en pointes de flèches. Les matériaux du Midi de la France (surtout des lames et des lamelles) sont aussi retaillés dans les sites, et on en retrouve sous forme d’éclats (silex lacustre) et de pointes de flèches. Le sud du Bassin parisien exporte des nucleus à peine mis en forme jusqu’à Chassey ; au-delà, ce sont des outils utilitaires qui sont diffusés. Le nord du Bassin parisien, en revanche, transmet essentiellement des lames. Par rapport à la période précédente, on observe une diversification des apports exogènes, et leur utilisation est moins restrictive.

12Durant la 3ème période du Néolithique suisse (six sites et treize matières concernés), les matériaux exogènes du nord, du nord-ouest et du sud-est sont en partie débités sur les sites (fig. 5). On distingue à cette période deux grands courants, qui laissent cependant la place en France au développement d’un faciès régional (NMB ou Néolithique Moyen Bourguignon). Deux variétés font exception : le silex des Monti Lessini, qui circule sous la forme de petits poignards vers le nord-est du Plateau suisse (Schindler, 2001 ; Leuzinger, 2001), et celui du Grand-Pressigny, dont quelques grandes lames ont atteint la Combe d’Ain (Pétrequin et alii, en prép.).

13L’analyse de la 4ème période se base sur six sites et concerne onze variétés (fig. 6). Cette période correspond à une régionalisation des courants culturels, de sorte que la Suisse reçoit des influences d’au moins quatre ensembles culturels. Venant du nord de l’Italie, le silex du Monte Baldo est moins prisé mais souvent réutilisé, tandis que le silex des Monti Lessini prend de l’importance. Il arrive essentiellement sous forme de supports laminaires, et est fréquemment repris en pointes de flèches de typologies locales (Honegger, 1999 ; Cavelti, 2002). Les pièces venues du Midi de la France sont rares. À l’exception des quelques grandes lames en silex de Forcalquier, qui n’étaient pas importées à la période précédente, elles peuvent être interprétées comme des récupérations ; en effet, elles présentent souvent une double patine. De l’ouest, la diffusion des grandes lames en silex du Grand-Pressigny bat son plein ; à la fin de la période, il est cependant fréquemment repris en pointes de flèches, et occasionnellement en racloirs et grattoirs. Dans l’ensemble, on constate une diminution des importations – sauf pour le Grand-Pressigny et le Forcalquier – et la reprise quasi-systématique d’objets plus anciens.

14Enfin, à la 5ème période (trois sites, indications sur dix matières), les silex exogènes sont fréquemment employés pour l’outillage utilitaire. Toute l’Europe de l’Ouest semble se trouver à des degrés divers sous l’influence du grand courant Campaniforme, qui paraît s’adapter aux divers substrats locaux (Besse, 2003). Les silex italiens sont toujours importés, mais on constate que celui du Monte Baldo a de nouveau supplanté celui des Monti Lessini. Les autres matériaux semblent plutôt correspondre à des réutilisations ; il serait donc fallacieux de les porter sur une carte.

15Si l’on considère comme utilitaires les variétés qui ont été employées pour tous les types d’outils, et comme non utilitaires celles qui ont servi de support aux poignards, aux pointes de flèches (Bagolini, Pedrotti, 1998) et aux objets récoltés en contexte funéraire, un tableau permet de résumer le mode d’introduction (fond blanc) et la finalité (fond grisé) des produits exogènes dans les sites néolithiques du Jura, du Plateau suisse et du Valais (fig. 7).

16Ces constatations sont-elles en accord avec les observations effectuées dans les régions productrices, ou observe-t-on des discontinuités ou des ruptures dans les schémas de diffusion de ces matières premières ? Dans le nord de l’Italie, les principales sources de silex susceptibles d’avoir été exportées se situent à l’est du lac de Garde (Monte Baldo, Monti Lessini) et sont vraisemblablement contrôlées par le groupe de Gaban (Ferrari, Mazzieri, 1999), qui continue par ailleurs à présenter une économie essentiellement mésolithique (localisation des sites en moyenne montagne, chasse dominante et typologie l’indiquent). Ce silex est diffusé sous forme de supports pré-débités par la culture à céramique impressionnée, puis par celle de Fiorano, dont l’économie est clairement agropastorale et qui se cantonne dans le fond des vallées et dans la plaine padane (Vanucci et alii, 1999), puis par la culture des « vases à bouche carrée », celle-ci diffusant essentiellement les produits des gîtes des Monti Lessini (Barfield, 1999). Par la suite, ces silex sont essentiellement associés aux groupes de la Lagozza, puis de Remedello, et sont aussi utilisés pour la fabrication des petits poignards typiques de cette dernière culture (Bagolini, Pedrotti, 1998).

Fig. 4. Importations durant la deuxième période du Néolithique suisse. Même légende que la fig. 3.

17Les autres ressources, de qualité souvent discutable, connaissent un emploi local plus ou moins important (Barfield, 1999 ; Vanucci et alii, 1998 ; Tozzi, Notini, 1999). Dans les sites suisses, où les premières phases du Néolithique européen font défaut, le silex du Monte Baldo arrive sous diverses formes durant la 1ère phase du Néolithique, tandis que celui des Monti Lessini n’est représenté que par quelques éclats ; l’un comme l’autre se trouvent en contexte funéraire. La 2ème période voit une augmentation du silex du Monte-Baldo, qui se retrouve aussi sous la forme de pointes de flèches ; une partie de ces objets est cependant aussi employée à la confection d’outils sur les sites d’habitat. Il est tentant d’associer ce phénomène avec le passage de la culture VBQ au Lagozzien. Durant la 3ème période, le silex des Monti Lessini n’est représenté que par des poignards de typologie nord italique et quelques supports laminaires, tandis que celui du Monte Baldo a un caractère plus utilitaire. Ce changement dans le statut du silex lessinien est probablement lié au développement de l’ensemble Remedello. En effet, à la 4ème période, le Monte Baldo perd de l’importance, tandis que le lessinien apparaît sous des formes diversifiées. Enfin, à la 5ème période, le Monte Baldo reprend de l’importance aux dépens du lessinien. La diffusion du phénomène campaniforme pourrait y correspondre. En Vercors, on a constaté une fabrication spécialisée de lamelles standardisées (technique verclusienne) au Néolithique ancien (Ri-Che, 2000), puis un abandon du site jusqu’au Néolithique final, où la production reprend selon la technique pressignienne (Malenfant, 1990). Comme cela a été relevé plus haut, quelques lamelles de ce matériau ont été diffusées vers le Valais aux tous débuts du Néolithique suisse, et traduisent vraisemblablement une voie de passage par les cols alpins dès cette période.

Fig. 5. Importations durant la troisième période du Néolithique suisse. Même légende que la fig. 3.

18Dans le Midi de la France, les « silex blonds » correspondent à plusieurs gîtes, et sont travaillés sur plusieurs ateliers selon plusieurs techniques dès le Néolithique ancien (période de la céramique à impressions : Binder, 1998). Par la suite, l’approvisionnement en « silex blonds », toujours associé à du silex lacustre dont l’origine peut varier, se fait sous la forme de nucleus soigneusement préparés et de lames et lamelles dans toute l’influence cardiale ; seules les lames et les lamelles sont diffusées au-delà de cette zone d’influence. Vers l’ouest, le silex sénonien du bassin d’Aquitaine limite leur diffusion (Briois et alii, 1998). Vers l’est, ils sont assez fréquents en Ligurie (Crepal-Di, 2001), mais semblent entrer en concurrence avec les matériaux de la région véronaise (Starnini, 1999). Cette tentative de pénétration de la plaine padane par les groupes d’obédience cardiale est interprétée tantôt comme une volonté de contrôler les sources de roches vertes- supports des haches qui sont diffusées d’est en ouest - (D’Amico, 1998), tantôt comme la trace de la mise en place de réseaux de diffusion transalpins (Thirault, 1998 et 2001) concernant à la fois les haches, les silex, et peut-être d’autres biens. L’occurrence de quelques lamelles en « silex blonds » associées à des éclats en silex lacustre méridional en Valais dès la première période, peut s’inscrire dans ces deux logiques. Des « silex blonds » d’origine méridionale ont été retrouvés en nombre très restreint dans les niveaux les plus profonds de Chassey (Thevenot, 2005) ; ils y sont associés à du silex lacustre, lui aussi d’origine méridionale, mais introduit uniquement sous la forme de pointes de flèches. En Suisse, on les trouve en Valais dès la 1ère période, uniquement sous la forme de lamelles comme dans le groupe italien de la VBQ, puis sous une forme plus diversifiée et en contexte d’habitat à la 2ème période, après quoi ils n’apparaissent plus dans les séries suisses. Ce schéma suit l’évolution des formes d’introduction des matières premières constatées en Suisse pour à peu près toutes les variétés siliceuses. Les éléments intermédiaires (géographiquement parlant) manquent pour rattacher cette courte évolution aux influences décelées dans le Midi de la France (Binder, 2000).

Fig. 6. Importations durant la 4ème période du Néolithique suisse.

19L’exploitation des silex de l’Yonne semble liée au Chasséen septentrional (Labriffe, Sidéra, 1995a et b ; Labriffe et alii, 1995a et b) et avoir pour but la fabrication de haches, taillées pour la plupart. Comme cela a été signalé plus haut, les silex du Bassin parisien sont diffusés sous forme de nucleus et de haches jusqu’à Chassey ; au-delà, ils voyagent sous la forme de lames et de lamelles. Ce changement du type de support diffusé correspond à la limite de l’aire d’influence chasséenne (Perrin, 2001), et suit en cela le schéma de diffusion déjà évoqué pour les « silex blonds » méridionaux (Binder, 2000). Certaines des variétés du Bassin parisien ressemblent d’ailleurs à s’y méprendre - en macroscopie - à ces derniers. On peut se demander s’il n’y a pas eu un changement de fonction des haches : elles seraient perçues comme nucleus à petites lames et éclats au-delà d’un certain éloignement de leur lieu de fabrication. Ce phénomène connaîtrait alors son apogée durant la 4ème période : c’est dans des sites de cette période que l’on retrouve des fragments de haches polies retaillés en grattoirs ou en éclats (obs. pers à Portalban par ex.). À la fin du Néolithique, la fabrication standardisée de grandes lames sur les ateliers du Grand-Pressigny est aux mains de quelques artisans saisonniers spécialisés, qui viennent probablement du centre du Bassin parisien (Millet-Richard, 1997). Elles sont arrivées en premier dans la Combe d’Ain, dès 3100 avant J.-C. (Pétrequin et alii, en prép.), puis ont gagné le Plateau suisse à partir de 2950 avant J.-C. À la fin de la 4ème période, on observe cependant leur fréquente reprise en pointes de flèches et en grattoirs. Là aussi, on peut se demander si la perception de ces objets n’a pas changé pour passer d’une marque de prestige à un support utilitaire.

Fig. 7. Évolution du genre d’objets importés et de leur finalité dans les sites suisses en fonction des régions importatrices.

Conclusion

20La confrontation des résultats de l’analyse pétrographique et des données typo-technologiques des silex- en ce qui concerne les matériaux pour lesquels des données sont disponibles en nombre suffisant - ne semble pas révéler de grosses contradictions, du moins dans l’état actuel des connaissances. Le seul cas flagrant concerne les haches. Cependant, si l’on admet qu’une fois trop loin, elles ont pu être utilisées comme nucleus à éclats, cette apparente contradiction tombe. L’occurrence de certains matériaux (par exemple ceux de la vallée de l’Yonne) sous la forme d’éclats et de lames courtes dans le Jura et sur le Plateau suisse, alors que leurs gîtes ont essentiellement été exploités pour la production de haches, correspondrait à ce phénomène.

Bibliographie

Bibliographie

Affolter 2002 : Affolter (J.). — Provenance des silex préhistoriques du Jura et des régions limitrophes. Neuchâtel, 2002 (Archéologie Neuchâteloise, 28). 2 vol.

Angelucci et alii 1999a : Angellucci (D. E.), Bartolomei (G.), Broglio (A.), Cassoli (P.-F.), Importa (S.), Maspero (A.), Taglacozzo (A.). — Plan de Frea, site 4 (Dolomites) : mobilité, saisonnalité et exploitation du milieu montagnard durant le Mésolithique. In : Thévenin (A.), Bintz (P.) éd. — L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique : Actes du 5ème colloque international UISPP, Grenoble, 1995. Paris : CTHS, 1999, p. 443-448.

Angelucci et alii 1999b : Angellucci (D. E.), Frigo (G.), Martello (G.-V.), Peresani (M.). — Les sites d’altitude à Cima Dodici (plateau d’Asiago, Italie) : nouvelles données sur les peuplements de l’Holocène récent des Préalpes du sud. In : Thévenin (A.), Bintz (P.) éd. — L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique : Actes du 5ème colloque international UISPP, Grenoble, 1995. Paris : CTHS, 1999, p. 449-457.

Aubry et alii 2001 : Aubry (D.), Guelat (M.), Detrey (J.), Othenin-Girard (B.). — Dernier cycle glaciaire et occupations paléolithiques à Alle, Noir-Bois (JU, Suisse). Porrentruy, 2001 (Cahiers d’Archéologie Jurassienne ; 10).

Bagolini, Pedrotti 1998 : Bagolini (B.), Pedrotti (A.). — L’Italie septentrionale. In : GUILAINE (J.) dir. — Atlas du Néolithique Européen. Vol. 2A, L’Europe occidentale. Liège : Université de Liège, 1998, p. 233-341 (ERAUL ; 46).

Barfield 1999 : Barfield (L.-W.). — Neolithic and Copper Age flint exploitation in northern Italy. In : Della Casa (P.) éd. — Prehistoric alpine environment, society, and economy : Papers of the international colloquium PAESE’97 in Zürich. Bonn, R. Habelt, 1999, p. 245-252 (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie ; 55).

Bernard-Guelle 2000 : Bernard-Guelle (S.). — Étude de quelques séries lithiques moustériennes (déposées à l’institut Dolomieu de Grenoble). In : Tillet (T.) dir. — Les Paléoalpins : hommage à Pierre Bintz. 2000, p. 107-115 (Géologie Alpine, Mémoire, H.S. no 1).

Besse 2003 : Besse (M.). — L’Europe du 3ème millénaire avant notre ère : les céramiques communes au Campaniforme. Lausanne, 2003. 228 p., 27 pl. h. t., 1 cédérom (Cahiers d’archéologie romande ; 94).

Binder 1998 : Binder (D.). — Silex blond et complexité des assemblages lithiques dans le Néolithique liguro-provençal. In : D’Anna (A.), Binder (D.). — Production et identité culturelle – Actualité de la recherche. Antibes : APDCA, 1998, p. 111-128.

Binder 2000 : Binder (D.). — Mesolithic and Neolithic interaction in southern France and northern Italy : new data and current hypotheses. In : Price (T.D.). — Europe’s first farmers. Cambridge : Press syndicate of the University of Cambridge, 2000, p. 117-143.

Bracco et alii 1997 : Bracco (J.-P.), Gagnepain (J.), Stou-Venot (C.), Bidart (P.), Vigier (S.). — L’industrie lithique épigravettienne de Saint-Antoine – Locus 2 (Vitrolles, Hautes-Alpes) : première analyse. Paléo, 9, 1997, p. 221-243.

Bridault, Chaix 1999 : Bridault (A.), Chaix (L.). — Contribution de l’archéozoologie à la caractérisation des modalités d’occupation des sites alpins et jurassiens, de l’Épipaléolithique au Néolithique. In : Thévenin (A.), Bintz (P.) éd. — L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique : Actes du 5ème colloque international UISPP, Grenoble, 1995. Paris : CTHS, 1999, p. 547-558.

Briois et alii 1998 : Briois (F.), Brossier (S.), Gernigon (K.), Vaquer (J.). — Polymorphisme des industries chasséennes en silex entre le Rhône et l’Aquitaine. In : D’Anna (A.), Binder (D.). — Production et identité culturelle – Actualité de la recherche. Antibes : APDCA, 1998, p. 129-144.

Broglio, Lanzinger 1990 : Broglio (A.), Lanzinger (M.). — Considerazioni sulla distribuzione dei siti tra la fine del paleolitico superiore et l’inizio del neolitico nell’Italia nordorientale. In : Biagi (P.). — The Neolithization of the alpine Region. 1990, p. 53-69 (Monografie di Natura Bresciana ; 13).

Cassoli et alii 1999 : Cassoli (P.-F.), Dalmeri (G.), Fiore (I.), Tagliacozzo (A.). — Abri Dalmeri (Trente, Italie) : la chasse dans un gisement épigravettien de montagne. In : Thévenin (A.), Bintz (P.) éd. — L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique : Actes du 5ème colloque international UISPP, Grenoble, 1995. Paris : CTHS, 1999, p. 457-464.

Cattin 2002 : Cattin (M.-I.). — Hauterive-Champréveyres 13. Un campement magdalénien au bord du lac de Neuchâtel-Exploitation du silex. Neuchâtel, 2002 (Archéologie Neuchâteloise, 26). 2 vol.

Cavelti 2002 : Cavelti (Th.). — Neolithikum und Bronzezeit im Kanton Schwyz. Mémoire de Licence, Zurich, Université de Zurich, 2002.

Corazza et alii 1998 : Corazza (M.), Pratesi (G.), Sozzi (M.), Vanucci (S.). — The chert of the palaeolithic site of Ca’Belvedere di Monte Poggiolo. In : Antoniazzi (A.) éd. — Actes du XIIIème colloque UISPP Forli. Forli : A. B. A. C. O., 1998, vol. 6, p. 929-938.

Courtin 1974 : Courtin (J.). — Le Néolithique de la Provence. Paris : Soc. préhistorique française, 1974 (Mémoires ; 11).

Crepaldi 2001 : Crepaldi (F.). — Le Chasséen en Ligurie. Bull. de la Soc. préhistorique française, 98, 3, 2001, p. 485-494.

Crotti 1993 : Crotti (P.). — L’Épipaléolithique et le Mésolithique en Suisse : les derniers chasseurs. In : La Suisse du Paléolithique à l’Aube du Moyen Âge. Vol. I, Paléolithique et Mésolithique. Basel : Verlag Schweizerische Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 1993, p. 203-224.

D’Amico 1998 : D’Amico (C.). — La circolazione delle materie prime nel neolitico : le pietre verdi. In : Pessina (A.), Muscio (G.) éd. — Settemila anni fa il primo pane. Tavagnacco-Udine : Arti grafiche Friulane, 1998, p. 177-183.

Desbrosses, Kozlowski 2000 : Desbrosses (R.), Kozlowski (S. K.). — Pyrénées, Alpes et Carpathes : barrières culturelles pour les derniers chasseurs-prédateurs. In : Tillet (Th.) dir. — Les Paléoalpins : hommage à Pierre Bintz. 2000, p. 143-146 (Géologie Alpine, Mémoire H. S. no 1).

Fedele 1999 : Fedele (F. G.). — Circulation humaine près du Splügenpass au Préboréal-Boréal et contexte du peuplement alpin. In : Thévenin (A.), Bintz (P.) éd. — L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique : Actes du 5ème colloque international UISPP, Grenoble, 1995. Paris : CTHS, 1999, p. 473-482.

Ferrari, Mazzieri 1999 : Ferrari (A.), Mazzieri (P.). — Fonti e processi di scambio di rocce silicee scheggiabili. In : Pessina (A.), Muscio (G.) éd. — Settemila anni fa il primo pane. Tavagnacco-Udine : Arti grafiche Friulane, 1999, p. 165-169.

Gehlen 1999 : Gehlen (B.). — Épipaléolithique, Mésolithique et Néolithique ancien dans les Basses-Alpes entre l’Iller et le Lech (sud-ouest de la Bavière). In : Thévenin (A.), Bintz (P.) éd. — L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique : Actes du 5ème colloque international UISPP, Grenoble, 1995. Paris : CTHS, 1999, p. 489-498.

Geneste et alii 1997 : Geneste (J.-M.), Jaubert (J.), Lenoir (M.), Meignen (L.), Turq (A.). — Approche technologique des moustériens charentiens du sud-ouest de la France et du Languedoc oriental. Paléo, 9, 1997, p. 101-142.

Geneste, Jaubert 1999 : Geneste (J.-M.), Jaubert (J.). — Les sites paléolithiques à grands bovidés et les assemblages lithiques : chronologie, techno-économie et cultures. In : BRUGAL (J.-P.) et alii dir. — Le bison : gibier et moyen de subsistance des hommes du Paléolithique aux Paléoindiens des grandes plaines : Actes du colloque international de Toulouse, 1995. Antibes : APDCA, 1999, p. 185-214.

Honegger 1999 : Honegger (M). — Le Néolithique moyen et final en Suisse : apport de l’étude technologique et typologique des industries en silex et en quartz taillés. Thèse. Genève : Université de Genève, Département d’Anthropologie et d’Écologie, 1999. 2 vol. : 225, 148 p., ill.

Kozlowski 2001 : Kozlowski (J. K.). — Exploitation et traitement du silex jurassique dans la région de Cracovie. In : Milliken (S.), Peresani (M.) coord. — UISPP Congress Forli 1999. Workshop, 12, 2001, p. 797-807.

Labriffe, Sidéra 1995a : Labriffe (P-A. de), Sidéra (I.). — F-52. Serbonnes « Le Revers du Brossard » (Aube). In : Lech (J.). — Special theme : flint mining. Archaeologia Polona, 33, 1995, p. 313-319.

Labriffe, Sidéra 1995b : Labriffe (P-A. de), Sidéra (I.). — F-53. Pâlis « Le Buisson Gendre » (Aube). In : Lech (J.). — Special theme : flint mining. Archaeologia Polona, 33, 1995, p. 319-322.

Labriffe et alii 1995a : Labriffe (P-A. de), Augereau (A), Sidéra (I.). — F-54. Villemaur-sur-Vanne « Le Grand-Bois Marot » (Aube). In : Lech (J.). — Special theme : flint mining. Archaeologia Polona, 33, 1995, p. 322-335.

Labriffe et alii 1995b : Labriffe (P-A. de), Augereau (A), Sidéra (I.). — F-55. Villemaur-sur-Vanne « Les Orlets » (Aube). In : Lech (J.). — Special theme : flint mining. Archaeologia Polona, 33, 1995, p. 335-345.

Leesch 1993 : Leesch (D.). — Cadre chronologique et faciès industriels. In : LE Tensorer (J.-M.), Niffeler (U.). — La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, I. Paléolithique et Mésolithique. Bâle : Soc. Suisse de préhistoire et d’archéologie, 1993, p. 153-164.

Leuzinger 2001 : Leuzinger (U.). — Alpentransit vor 5400 Jahren. Schweiz Revue, 8, 2001, p. 74.

Malenfant 1990 : Malenfant (M.). — L’outillage de l’atelier vertacomicorien P 51 de Vassieux-en-Vercors (Drôme). Bull. du Centre de recherches préhistoriques du Vercors, 5, 1990.

Masson 1981 : Masson (A.). — Pétroarchéologie des roches siliceuses. Intérêt en préhistoire. Thèse 3ème cycle, Sciences de la Terre - Géologie des ensembles sédimentaires, Lyon.

Millet-Richard 1997 : Millet-Richard (L.-A.). — Habitats et ateliers de taille au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). Technologie lithique. Thèse de nouveau doctorat. Paris : Université de Paris I, 1997. 2 vol.

Moncel 2001 : Moncel (M.-H.). — Le Moustérien de type Quina de la grotte du Figuier (Ardèche). Bull. de la Société préhistorique française, 98-4, 2001, p. 593-614.

Nielsen 1991 : Nielsen (E. H.). — Gampelen/Jänet 3-Eine mesolithische Fundstelle im westlichen Seeland. Bern : Staatlicher Lehrmittelverlag, 1991. 154 p., 34 pl., ill.

Perrin 2001 : Perrin (Th.). — Évolution du silex taillé dans le Néolithique haut-rhodanien autour de la stratigraphie du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain) : résumé de thèse. Bull. de la Soc. préhistorique française, 98-4, 2001, p. 737-739.

Pessina 1999 : Pessina (A.). — Aspetti culturali e problematiche del primo neolitico dell’Italia settentrionale. In : Pessina (A.), Muscio (G.) éd. — Settemila anni fa il primo pane Tavagnacco-Udine : Arti grafiche Friulane, 1999, p. 95-105.

Pétrequin et alii en prép. : Pétrequin (P.), Pétrequin (A.- M.) dir. — Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux et Chalain (Jura). Tome IV, Du Ferrières au groupe de Clairvaux. Paris : MSH, en prép. (Archéologie et culture matérielle).

Pignat, Winiger 1998 : Pignat (G.), Winiger (A.). — Les occupations mésolithiques de l’abri du Mollendruz-Abri Freymond, commune de Mont-la-Ville (VD, Suisse). Lausanne, 1998. 248 p., 16 pl., 220 fig. (Cahiers d’archéologie romande, 72).

Pousaz et alii 1991 : Pousaz (N.) et alii L’abri sous roche mésolithique des Gripons à Saint-Ursanne (JU/Suisse). Porrentruy, Office du patrimoine historique, 1991. 175 p. (Cahiers d’archéologie jurassienne, 2).

Riche 2000 : Riche (C.). — L’exploitation des gîtes de silex de Vassieux-en-Vercors du Mésolithique au Néolithique ancien. In : Tillet (T.) dir. — Les Paléoalpins : hommage à Pierre Bintz. 2000, p. 191-200 (Géologie Alpine, Mémoire H.S no 1).

Schäfer 1998 : Schäfer (D.). — Zum Untersuchungsstand auf dem altmesolithischen Fundplatz vom Ullafelsen im Fotschertal (Stubaier Alpen, Tirol). Germania, 76-2, 1998, p. 439-496.

Schindler 2001 : Schindler (M.-P.). — Zwei Dolche aus Monti Lessini-Silex von Sargans SG und Wartau SG-Azmoos. Annuaire Soc. suisse de préhistoire et d’archéologie, 84, 2001, p. 132-135.

Séara 1998 : Séara (F.). — Principes et évolution du débitage à partir des séries lithiques de Choisey et de Ruffeysur-Seille. In : Cupillard (C.), Richard (A.) dir. — Les derniers chasseurs-cueilleurs du massif jurassien et de ses marges. Lons-le-Saunier : Centre Jurassien du Patrimoine, 1998, p. 150-152.

Sedlmeier 1998 : Sedlmeier (J.). — Ein « Steinreiches » Gebiet-der Stälzler bei Lampenberg. In : Ewald (J.), Auber (J.) éd. — Tatort Vergangenheit, Ergebnisse aus der Archäologie Heute. Basel : Wiese Verlag, 1998, p. 152-163.

Stahl-Gretsch, Detrey et alii 1999 : Stahl-gretsch (L.-I.), Detrey (J.) et alii Le site moustérien d’Alle/Pré-Monsieur (Jura, Suisse). Porrentruy : Office du patrimoine historique et Soc. jurassienne d’émulation, 1999. 312 p., 53 pl., 155 fig. (Cahiers d’archéologie jurassienne ; 9).

Starnini 1999 : Starnini (E.). — Industria litica scheggiata. In : Tine (S.) éd. — Il Neolitico nella Caverna delle Arene Candide. Genova, Bordighera : Istituto internazionale di Studi Liguri, 1999, p. 219-236 (Monografie preistoriche ed archeologiche ; X).

Surmely 1999 : Surmely (F.). — Le peuplement de la moyenne montagne auvergnate (Haute et Basse-Auvergne, France) de la fin du Magdalénien au Mésolithique. In : Thévenin (A.), Bintz (P.) éd. — L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique : Actes du 5ème colloque international UISPP, Grenoble, 1995. Paris : CTHS, 1999, p 529-538.

Surmely et alii 1998 : Surmely (F.), Barrier (P.), Bracco (J.-P.), Charly (N.), Liabeuf (R.). — Caractérisation des silex par l’analyse des microfaciès et application au peuplement préhistorique de l’Auvergne (France). Compterendu Académie des Sciences Paris, section Sciences de la terre et des planètes, 326, 1998, p. 595-601.

Thévenin 1998 : Thévenin (A.). — L’Épipaléolithique et le Mésolithique de l’est de la France dans le contexte national. In : Cupillard (C.), Richard (A.) dir. — Les derniers chasseurs-cueilleurs du massif jurassien et de ses marges. Lons-le-Saunier : Centre Jurassien du Patrimoine, 1998, p. 24-35.

Thevenot 2005 : Thevenot (J.-P.). — Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du rempart de « La Redoute ». Dijon : S.A.E., 2005, 464 p. (Suppl. à la Revue Archéologique de l’Est ; 22).

Thirault 1998 : Thirault (É.). — La hache, un marqueur culturel ? L’évolution des lames polies dans le Néolithique ancien et moyen de la moyenne vallée du Rhône. In : D’Anna (A.), Binder (D.). — Production et identité culturelle – Actualité de la recherche. Antibes : APDCA, 1998, p. 97-109.

Thirault 2001 : Thirault (É.). — Production, diffusion et usage des haches néolithiques dans les Alpes occidentales et le Bassin du Rhône : résumé de thèse. Bull. de la Soc. préhistorique française, 98, 4, 2001, p. 740-742.

Tillet 2000 : Tillet (T.). — Le Moustérien d’altitude dans l’arc alpin : complémentarité entre sites liés à une grotte et sites en plein air. In : Tillet (T.) dir. — Les Paléoalpins : hommage à Pierre Bintz. 2000, p. 99-106 (Géologie Alpine, Mémoire H. S. no 1).

Tozzi, Notini 1999 : Tozzi (C.), Notini (P.). — L’Épigravettien final et le mésolithique de l’Apennin tosco-émilien et de

la vallée du Serchio (Toscane septentrionale). In : THÉVENIN (A.), Bintz (P.) éd. — L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique : Actes du 5ème colloque international UISPP, Grenoble, 1995. Paris : CTHS, 1999, p. 483-488.

Tozzi, Weiss 2001 : Tozzi (C.), Weiss (M.-C.). — Nouvelles données sur le Néolithique ancien de l’aire corso-toscane. Bull. de la Soc. préhistorique française, 98, 3, 2001, p. 445–458.

Vanucci et alii 1998 : Vanucci (S.), Corazza (M.), Sozzi (M.), Dei (L.), Sarti (G.). — Caratteri microstrutturali e microchimici delle selci di Isernia la Pineta (Molise, Italia centrale). In : Arias (C.) éd. – Actes du XIIIème congrès UISPP Forli. Forli : A.B.A.C.O., 1998, vol. 1, p. 163-172.

Wilson 2001 : Wilson (L.). — Mousterian raw material strategies in a regional context in Southern France. In : Milliken (S.), Peresani (M.) coord. – UISPP Congress Forli 1999. Forli : A.B.A.C.O., 2001, p. 783-791 (Workshop ; 12).

Table des illustrations

Légende Fig. 1a. Chronologie simplifiée et représentativité chronologique des sites suisses étudiés, Paléolithique moyen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 2. Essai de mise en parallèle des faciès culturels au Néolithique. Zones hachurées : périodes non représentées dans la région concernée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 3. Importations durant la première période du Néolithique suisse. Lignes épaisses grises : limites approximatives de faciès culturels ; noms en gris : faciès culturels ; triangles noirs : gîtes de matière première ayant fourni du matériau aux sites suisses ; petits chiffres noirs : code de matière première ; traits fléchés noirs : déplacement de matériau du gîte vers les sites suisses ; grosses lettres noires : forme de diffusion des matériaux (F = pointes de flèches, L = lames ou lamelles, E = éclats, N = nucleus, P = poignards, H = haches) (d’ap. Affolter, 2002, fig. 66, p. 127, complété).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13992/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 4. Importations durant la deuxième période du Néolithique suisse. Même légende que la fig. 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13992/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 5. Importations durant la troisième période du Néolithique suisse. Même légende que la fig. 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13992/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 6. Importations durant la 4ème période du Néolithique suisse.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13992/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 7. Évolution du genre d’objets importés et de leur finalité dans les sites suisses en fonction des régions importatrices.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13992/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

Auteur

Géologue, docteur en Sciences et Sciences Humaines, chercheur indépendante
Dîme 86
CH 2000 NEUCHÂTEL
SUISSE
Tél : 00 41 32 753 46 21
affolterjs@bluewin.Ch

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search