Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Imitation ou convergence : les haches néolithiques à talon perforé au nord-ouest des Alpes

Pierre Pétrequin, Serge Cassen et Christophe Croutsch

Texte intégral

1Dans un essai récent, J. Winiger (1999) a attiré l’attention sur de longues haches polies à talon pointu et perforé, dont la répartition touche essentiellement la Suisse orientale et le lac de Constance. Constatant l’identité de ces haches avec certaines lames polies perforées de la région de Carnac, l’auteur les baptise Carnac-Beile (haches carnacéennes) et suppose des importations venues de Bretagne jusqu’au nord-ouest des Alpes. Quant à la datation de ces objets en Suisse, J. Winiger propose la culture de Horgen, c’est-à-dire la fin du IVe millénaire avant J.-C., suggérant par contrecoup une attribution chronologique très tardive des tumulus géants autour du golfe du Morbihan. Nous voulons discuter ces idées, à la fois parce que le rapprochement entre les haches suisses et les haches bretonnes est particulièrement intéressant, mais aussi parce que certaines des hypothèses de l’auteur semblent en contradiction avec les récents acquis de la recherche sur la circulation des grandes lames en roches alpines et sur la datation des tumulus géants, avec leurs dépôts de longues haches en éclogite ou en jadéitite d’origine alpine.

Le transfert des lames polies en roches alpines vers la Bretagne

2Nous avons montré ailleurs (Pétrequin et alii, 1997 ; Pétrequin et alii, 1998 ; Pétrequin et alii, 2002 ; Pétrequin et alii, 2003) que la circulation à longue distance de grandes lames polies en éclogite, en omphacitite ou en jadéitite permettait de définir, pour la deuxième moitié du Ve millénaire avant J.-C., une Europe occidentale néolithique symétrique du Chalcolithique oriental et de son épicentre bulgare (Li-Chardus, 1991). Mais ici, au lieu de cuivre, d’or ou d’argent, ce sont des roches nobles qui ont été utilisées pour la production de biens socialement valorisés, avec des réseaux de transfert particulièrement complexes (fig. 1), laissant supposer des échanges entre élites.

3Au sud, un courant probablement originaire du massif de Voltri porte en majeure partie (mais pas exclusivement) sur des haches et des herminettes en éclogite et en omphacitite. Au contraire, les transferts de l’Italie vers le nord-ouest concernent surtout (mais pas en totalité) des jadéitites, dont l’origine la plus vraisemblable se situerait au sud-est du Viso (Cuneo, Piémont), des zones d’exploitation et de débitage ont été dernièrement repérées vers 2100-2400 m d’altitude (Pétrequin, Pétrequin, en préparation ; analyses spectroradiométriques inédites de M. Errera).

4Tout à l’ouest de l’Europe, en Bretagne et plus particulièrement autour du golfe du Morbihan, le réseau de circulation des jadéitites et celui des éclogites et des omphacitites se rejoignent, où des haches des Alpes ou des Apennins se retrouvent enterrées ensemble dans des dépôts ou regroupées dans des contextes funéraires très particuliers, sous des tumulus géants qui sont à l’origine même du mégalithisme européen (Boujot, Cassen, 1992).

5Dans ce contexte très particulier de la Bretagne, nous avons pu également montrer que la plupart des lames en jadéitite des Alpes internes avaient été repolies pour en régulariser la forme et les amincir de façon à mieux accrocher la lumière, transformant ainsi des outils techniques en roche particulièrement résistante, rare et belle, en signes sociaux caractéristiques de la région de Carnac et du golfe du Morbihan : la hache alpine, plus ou moins surdimensionnée (fig. 2, type Rarogne par exemple) est alors devenue une hache carnacéenne, identifiable au premier coup d’oeil (fig. 2, type Tumiac non perforé) (Pétrequin et alii, 1997 ; Cassen, 2000 ; Herbaut, 2000).

6Bon nombre de ces haches surpolies en Bretagne - et surtout, sinon toujours en jadéitite - ont été perforées au niveau du talon et étaient destinées à être suspendues et peut-être présentées en public ; perforées ou non, ce sont également ces haches carnacéennes qui sont figurées sur des stèles et consacrées à des puissances surnaturelles, comme à Gavrinis (Le Roux, 1985 ; Pétrequin et alii, 2003). Finalement, les haches carnacéennes à talon perforé (fig. 2, le type Tumiac perforé) sont ainsi représentatives d’une roche exceptionnelle (la jadéitite alpine), d’une région géographique (avec son épicentre autour du golfe du Morbihan), d’un horizon chronologique (la deuxième moitié du Ve millénaire, fig. 3 au centre) et d’un contexte social (funéraire et rituel). C’est vrai au point que le type Tumiac perforé, bien illustré par les exemplaires du tumulus Saint-Michel à Carnac (fig. 4, en haut à gauche) (Le Rouzic, 1932 ; Herbaut, 2000), est rare ailleurs en France.

Fig. 1. Répartition générale des grandes lames polies en roches alpines en Europe occidentale (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).

Fig. 2. Typologie des lames polies en roches d’origine alpine (d’ap. Pétrequin et alii, 2002).

Retour de Bretagne au nord-ouest des Alpes

7Tout semble se passer comme si les haches une fois surpolies et perforées en Bretagne ne repartaient pas facilement dans les échanges vers l’extérieur. Le modelé final de ces pièces remarquables était réalisé autour du golfe du Morbihan, où leur fonction sociale les maintenait en place le plus souvent, avant d’être enterrées et parfois brisées volontairement dans des dépôts et des contextes funéraires exceptionnels.

8Ainsi, hors Bretagne, les haches perforées en jadéitite de type Tumiac se comptent en France sur les doigts d’une main : une en Aquitaine (fig. 4, no 7), une en Indre-et-Loire (fig. 4, no 4) et une en Normandie (fig. 4, no 3). À des détails près, ces trois exemplaires rentrent bien dans la variabilité connue des haches carnacéennes de type Tumiac perforé, y compris le support en jadéitite alpine. On peut donc considérer qu’il s’agit de pièces façonnées en Bretagne et reparties dans la ronde des échanges. Trois haches en France continentale, c’est bien peu et même à l’échelle de la seule Bretagne, le décompte de toutes les lames perforées n’excède pas 26 pièces ; la valeur sociale de tels objets en roche exotique s’en trouve donc encore une fois confirmée.

9Pour tout le reste du territoire français, six grandes lames polies à talon perforé ont été signalées, dispersées à travers l’Aquitaine, le Tarn-et-Garonne, la Drôme et la Côte-d’Or, sans aucune concentration notable (fig. 8 et 9). Seuls trois de ces objets ont pu être documentés en détail.

10La hache de Puymirol (Tarn-et-Garonne) (fig. 4, no 9) représente un de nos types éponymes (fig. 2) ; elle est en éclogite (analyse spectroradiométrique inédite de M. Errera) et ne peut donc pas être assimilée, ni par la forme, ni par le matériau, à une hache carnacéenne ; d’ailleurs la position et la forme de la perforation sont très particulières. La lame polie venant probablement de Mesquer (Loire-Atlantique) (fig. 4, no 8) est également un type Puymirol et le support est une roche vert foncé à noir, ponctuée de blanc, qui pourrait être, sous toute réserve, une éclogite rétromorphosée, mais certainement pas une jadéitite. Enfin la hache d’Aquitaine (fig. 4, no 7) appartient sans conteste à la même période chronologique, mais elle est de type Cangas, qui est centré sur le nord-ouest de l’Espagne et sur le Portugal (fig. 8) ; le matériau utilisé est une roche brun clair qui n’évoque rien dans le domaine des productions alpines.

Fig. 3. Chronologies régionales des grandes lames polies en roches alpines et des types Glis et Zug (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).

Fig. 4. Lames polies à talon perforé trouvées en France, en comparaison avec une des haches en jadéitite alpine de Carnac/Saint-Michel (Morbihan) (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).

11Il ne fait guère de doute que ces découvertes isolées appartiennent bien au même horizon - la seconde moitié du Ve millénaire - que les tumulus géants carnacéens et les haches de type Tumiac perforé. Mais il n’est pas possible de les assimiler purement et simplement aux haches carnacéennes, puisque la forme en est différente et que la roche utilisée appartient à la famille des éclogites ; d’ailleurs les éclogites et les formes de Puymirol, à tranchant très courbe qui se raccorde insensiblement avec les côtés, font partie des critères pour définir le courant sud de diffusion, depuis le massif de Voltri en direction de l’ouest. L’hypothèse de réexportations bretonnes ne peut pas être soutenue et, vu le nombre très réduit de ces objets, il ne serait guère prudent de vouloir se prononcer, en tranchant à tout prix entre l’hypothèse d’une imitation de haches carnacéennes perforées ou bien d’une convergence consécutive à de mêmes fonctions sociales.

Les haches de type Zug et ses variantes

12Qu’en est-il maintenant des Carnac-Beile que J. Winiger (1999) a partiellement cartographiées en Suisse nord-orientale ? Nous avions défini ces haches suisses à talon perforé sous le nom de type Zug (fig. 2 et fig. 5, no 1) justement pour éviter la confusion avec les haches carnacéennes vraies et, en particulier, avec le type Tumiac perforé dont le Morbihan représente la plus forte concentration (Pétrequin et alii, 1998 ; Pétrequin et alii, 2002).

13En effet, la grande hache de Zug, une des premières signalée en Suisse (Wyss, 1969), a des proportions et une forme proche du type Tumiac perforé, mais s’en déconnecte pourtant par toute une série de caractères plus discrets. La matière première, donnée par plusieurs auteurs suisses comme une serpentinite noble (Edelserpentin), pourrait aussi bien être une néphrite, comme le propose H. Giess (1994), en provenance des Grisons ou bien du Valais, tout en amont de Bagnes à la frontière italienne (fig. 1) ; en aucun cas il ne peut s’agir de jadéitite alpine comme dans le cas des exemplaires de Bretagne. On remarquera ensuite que, sur le type Zug, la section est ovalaire plate et non pas lenticulaire comme le veut le type Tumiac. Enfin la position de la perforation est beaucoup plus proche du talon que sur les exemplaires bretons.

14Un coup d’oeil sur l’ensemble des haches à talon perforé de Suisse et d’Allemagne du Sud-Ouest (fig. 5 et 6) montre qu’en fait le type Zug au sens strict n’est pas si fréquent en Suisse et sur le lac de Constance, et que les variantes sont nombreuses, avec de longues pièces à section épaisse (fig. 5, no 4 ; fig. 6, no 2) ou même de simples plaquettes allongées à section quadrangulaire comme celle de Zurich (fig. 6, no 10). Nous nous trouvons donc devant une situation d’identité formelle de certaines haches, qui à l’évidence, évoquent les haches à talon perforé du Morbihan, et d’autres objets complètement déviés d’un éventuel modèle originel.

15Mais dans tous les cas où nous avons pu toucher les objets, les lames polies de type Zug ne sont jamais en jadéitite alpine. Les exemplaires qui, semble-t-il, sont typologiquement les plus proches des modèles bretons, ont été réalisés sur d’autres roches alpines plaisantes à l’oeil, parmi lesquelles dominent la serpentine et peut-être des amphibolites-Ca et des néphrites (fig. 9). Quant aux variantes du type Zug, elles sont fréquemment en roche grise schisteuse qui devra être analysée, mais qui a peu de chances d’être une roche noble. Dans tous les cas, il s’agirait donc de roches des Alpes du Nord, Grisons, Valais ou Val d’Aoste, et la fabrication régionale peut être évoquée, pour la région de Zurich, avec le fragment de hache provenant de Wetzikon/Robenhausen, avec des traces de sciage tout à fait typiques (fig. 5, no 5).

16L’hypothèse de haches importées de Bretagne, comme J. Winiger le proposait, doit donc être abandonnée. Plus exactement, à notre sens, cette hypothèse doit être nuancée : les haches de type Zug, dont certains exemplaires (Zug, Zurich/Wollishofen et Scherz par exemple) sont morphologiquement proches de certains types bretons (Tumiac perforé), ont été fabriquées en Suisse à partir de roches des Alpes du Nord. On voudra bien remarquer que cette formulation prudente ne dit rien quant à la possibilité soit d’une imitation des haches de type Tumiac perforé, soit d’un phénomène de convergence.

Attribution chronologique du type Zug

17Pour tenter de choisir entre ces deux hypothèses, il nous faut revenir au contexte chronologique des haches de type Zug. J. Winiger propose de les attribuer au Horgen, c’est-à-dire de la période 3300-2750 avant J.-C. pour la région de Zurich. Cette proposition, si on l’acceptait sans la discuter, permettrait alors de parler d’un simple phénomène de convergence, puisque 8 à 13 siècles sépareraient les haches bretonnes, bien datées de la deuxième moitié du ve millénaire, et les haches suisses.

Fig. 5. Lames polies à talon perforé de type Zug en Suisse et en Allemagne du Sud-Ouest (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).

Fig. 6. Lames polies de type Zug et ses variantes en Suisse et en Allemagne du Sud-Ouest (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).

18La plupart des haches de type Zug et de ses variantes en Suisse et en Allemagne du Sud-Ouest ont été trouvée hors contexte (fig. 9) ou bien dans des contextes d’habitat non détaillés lors de fouilles anciennes ; elles ne peuvent donc pas être datées directement. J. Winiger a étayé sa démonstration quant à une datation Néolithique final à partir d’une station de surface, le site de Scherz/Weiermatte (Aargau) (Schamböck, 1998) ; le matériel associé, des outillages en silex et des haches à perforation transversale, ne peut donc évidemment pas emporter la conviction.

19Mais l’élargissement de l’inventaire à l’Allemagne du Sud-Ouest offre quelques autres opportunités qui n’avaient pas encore été prises en compte, car plusieurs fragments de haches à talon perforé ont été trouvés, non pas en contexte funéraire ou en dépôt comme en Bretagne, mais dans les ruines de villages littoraux dont la chronologie est bien assise sur des dates dendrochronologiques (Schlichtherle, 1990 entre autres). Notons d’abord le talon perforé provenant des fouilles les plus anciennes à Schüssenried dans le marais du Federsee (Munro, 1908) ; bien que le fragment soit trop petit pour être identifié précisément comme un type Zug ou l’une de ses variantes, il est bel et bien daté de la seconde moitié du 41e s. L’habitat de Hornstaad/Hörnle I, sur les rives du lac de Constance (Schlichtherle, 1990 ; Schweitzer, à paraître), appartient au 40e s. ; il a livré deux fragments : l’un est clairement du type Zug (fig. 5, no 6), en serpentinite (ou amphibolite-Ca, ou néphrite) ; l’autre, en schiste, appartient à une variante de type Zug (fig. 6, no 5). Le quatrième et dernier fragment a été découvert à Iznang, aussi au bord du lac de Constance, dans un village littoral du Pfyn ancien, c’est-à-dire du 39e s. (renseignement inédit, P. Schweitzer).

20En Suisse et en Allemagne du Sud-Ouest, les haches à talon perforé appartiendraient donc à la transition des ve et ive millénaires avant J.-C., c’est-à-dire qu’elles seraient un peu plus tardives que les exemplaires en jadéitite de la région du golfe du Morbihan. Cette nouvelle attribution chronologique, argumentée à partir de sites allemands stratifiés et datés par la dendrochronologie, permet d’abandonner l’idée d’une simple convergence entre la Bretagne et les Alpes. Tout porte à croire, au contraire, que les exemplaires suisses sont des imitations, en roche du nord des Alpes, de quelques exemplaires polis en Bretagne et en jadéitite alpine, qui ont remonté l’axe de transfert des haches des Alpes internes en direction du Bassin parisien, de la basse vallée de la Loire et de la région de Carnac.

21Les datations relativement tardives en Suisse et en Allemagne ne doivent d’ailleurs pas réellement surprendre pour un choc-en-retour du phénomène carnacéen, quand on sait que la grande hache de Glastonbury/Sweet Track dans le sud-ouest de l’Angleterre, une lame polie en jadéitite saccharoïde, a été datée de 3807-3806 avant J.-C. par dendrochronologie (Coles et alii, 1974).

Des communautés exclues des transferts de la jadéitite

22La répartition géographique des lames polies à talon perforé de type Zug va d’ailleurs bien dans le sens d’une attribution chronologique à l’aube du IVe millénaire, car elle coïncide, de surcroît, avec l’extension du groupe de Pfyn (fig. 7, en haut). Rares sont les exemplaires du type Zug qui débordent vers le sud-ouest, en zone Cortaillod : l’exemplaire de Port (fig. 5, no 2) au débouché aval du lac de Bienne provient probablement de l’aire du Pfyn. Pour ce qui est de la hache de Divonne-les-Bains (fig. 6, no 1), l’attribution au type Zug est très discutable, avec un tranchant élargi et une large perforation incomplète située juste au centre de la lame.

23La hache polie de type Zug, par opposition à la hache de type Tumiac à talon perforé, est représentative d’une roche nord alpine peu exceptionnelle (la serpentine, l’amphibolite-Ca, la néphrite, les schistes bruns), d’une région géographique (le nord-est de la Suisse et le lac de Constance), d’un horizon chronologique (les deux premiers siècles du ive millénaire), d’un groupe culturel (le Pfyn) et d’un contexte social (l’utilisation ostentatoire dans les villages).

24La question est alors de se demander pourquoi ce type particulier, qui imite des haches en jadéitite alpine repolies dans la région du golfe du Morbihan, a vu le jour dans cette région plutôt que dans une autre. Et pourquoi a-t-on imité des haches en jadéitite (dont le degré de rareté n’est pas à démontrer puisqu’en Europe, il y a peu de temps encore, aucun géologue ne pouvait présenter le moindre bloc de jadéitite massive issue des Alpes) avec une roche plus abondante localement, de la serpentinite pour l’essentiel, semble-t-il. Enfin que s’est-il passé dans l’évolution du contexte social pour que la hache de type Tumiac (qui achevait généralement sa vie active dans un dépôt ou dans une tombe monumentale) soit imitée et se transforme en très grandes pendeloques ostentatoires utilisées dans les villages ?

25Il n’est pas facile de prendre l’argumentation nécessairement complexe dans un ordre cohérent.

26On doit d’abord rappeler que les bassins de Zurich et de Constance se situent juste au-delà de la limite nord-est de diffusion de la jadéitite alpine. Plus au sud-ouest, en domaine Cortaillod de Suisse occidentale (culture d’obédience chasséenne), la jadéitite alpine est encore bien représentée parmi les outillages polis vers le 37e s. (Ricq-de Bouard, 1991) ou parmi les longues haches valorisées (fig. 1) ; mais la frontière entre domaine méridional (le Cortaillod) et centre européen (le Pfyn) a été à peu près étanche en ce point particulier de l’aire de diffusion de la jadéitite (fig. 1).

Fig. 7. Répartition des lames polies de type Zug (en haut, d’ap. Croutsch, Pétrequin, 2001) et de type Glis (en bas, d’ap. Gallay, 1977 ; Jeunesse, 1993 modifié).

27De même, un peu plus tôt, à la fin du ve millénaire et pendant le 40e s., dans le Pays de Bade, autour du lac de Constance et en Suisse nord orientale, une hache en silex, le type de Glis (Speck, 1988) produit dans les carrières du Lampenberg (fig. 7 en bas) représente une imitation incontestable des plus anciennes longues lames polies en jadéitite alpine (Pétrequin, Jeunesse, 1995). Il y a là, dans la même région, un parallélisme flagrant du processus des imitations de grandes haches en roches alpines socialement valorisées :

  • une phase ancienne avec les haches de Glis en silex régional, qui seraient des répliques volontairement non polies des haches de type Altenstadt et Greenlaw venues directement d’Italie ou de la bordure externe nord occidentale des Alpes (Pétrequin et alii, 2003) (fig. 1) ;

  • une phase récente avec les haches de Zug, en serpentinite régionale, qui sont clairement des facsimilés plus ou moins réalistes de haches en roche alpine précieuse repolies en Bretagne et arrivées en retour le long de la piste de transfert primaire des jadéitites.

28La probabilité est grande que les populations d’obédience centre européenne du nord-est de la Suisse aient été influencées par la pression montante, pendant la deuxième moitié du ve millénaire, de fonctionnements sociaux très inégalitaires, marqués à l’ouest par la circulation des grandes lames polies réservées à quelques-uns et à l’est par l’affichage des inégalités sociales avec des objets en cuivre ou en or. Ce ne serait alors pas le hasard qui aurait fait qu’à Hornstaad/Hörnle I (Schlichtherle, 1990), on retrouve dans le même contexte villageois du 40e s. : une hache en serpentine de type Zug et une spirale en cuivre, qui permettaient un affichage social individuel et peut-être un seul par village ; de longues lames en pélite-quartz de Plancher-les-Mines (Haute-Saône), qui étaient l’apanage de tous les hommes.

29Dans un cas de figure apparemment aussi compliqué, on le voit, ne compte guère la distance géographique entre la Suisse nord orientale et les sources de haches socialement valorisées (les Alpes internes d’une part et le golfe du Morbihan d’autre part). C’est en effet en termes de distance sociale qu’il faut raisonner (Pétrequin, Pétrequin, 1993), le Pfyn (pas d’accès à la jadéitite) et le Cortaillod (accès à la jadéitite) étant d’origine historique et culturelle très différente et en compétition pour les mêmes territoires (les bassins de Zug et de Zurich). Et quand enfin on compare les deux cartes de répartition (fig. 7) des types Zug et Glis, il est étonnant de pouvoir suivre l’extraordinaire chassé-croisé que représentent successivement :

  • l’adoption par les populations Cortaillod ancien d’un bien socialement valorisé, la grande hache en jadéitite ou plus rarement en éclogite importées, dès le 42e s. ;

  • l’imitation de ce signe social par les gens de la Plaine du Rhin supérieur, avec la hache de Glis en silex, vers les 42e-40e s. ;

  • le transfert de quelques haches de Glis en ambiance Cortaillod, où ces imitations vont devenir de nouveaux signes de valorisation sociale, différents des lames polies en jadéitite ;

  • l’imitation de haches polies venues de Bretagne, à talon perforé, et réalisées en serpentinite par les gens de Pfyn, avec le type de Zug ;

  • la circulation de quelques-unes de ces haches du type Zug en domaine Cortaillod, tandis que se tarit progressivement l’arrivée des jadéitites italiennes.

30Voilà bien de quoi réfléchir au sens et à la signification d’un bien socialement valorisé.

Zug et Cangas : la répétition du phénomène

31Les exemples d’ailleurs sont particulièrement nombreux dans nos propres sociétés occidentales, depuis qu’elles ont franchi les limites du Vieux Continent au XVIe s. Des phénomènes d’exportation, d’imitation et de réimportation ont été à l’œuvre au long de ces quatre siècles d’histoire : l’exemple des perles de verre européennes, échangées par milliers sur les côtes africaines, imitées sur place, puis aujourd’hui réimportées, ne manque pas de sel à la lumière des exemples néolithiques que nous tentons d’expliciter.

32Le même genre de démonstration a été fait à propos des relations entre le golfe du Morbihan et le nord-ouest de la péninsule ibérique. Dans plusieurs caveaux des tumulus géants carnacéens, l’association haches surpolies en jadéitite italienne et pendeloques en variscite a été observée. On a longtemps discuté de l’origine de ces parures en variscite ; dans l’état actuel des analyses, tout porte à croire qu’elles pourraient venir du nord-ouest de l’Espagne, de la région de Palazuelo (Errera, 2000). L’un d’entre nous (Cassen, Vaquero, 2000) a fait observer que le répondant semble direct entre la côte nord occidentale de la péninsule ibérique et le golfe du Morbihan pendant la seconde moitié du Ve millénaire (fig. 8) :

  • dans la région de Carnac, on a importé des haches en jadéitite alpine et probablement des variscites espagnoles ;

  • du côté de l’origine présumée des variscites, des haches à talon perforé, réalisées majoritairement sur des fibrolites (notre type Cangas, fig. 2) (Leisner, Ribeiro, 1968 entre autres auteurs), seraient des imitations des lames bretonnes à talon perforé, le type Tumiac.

33On aurait donc là le même balancement (fig. 8) entre des régions très éloignées dans l’espace :

  • entre le nord-ouest des Alpes et le golfe du Morbihan d’une part (900 km à vol d’oiseau) ;

  • entrele nord-ouest de la péninsule ibérique et le golfe du Morbihan d’autre part (500 km à vol d’oiseau) ; l’une des deux haches d’Aquitaine, conservée au Musée de Bordeaux (fig. 4, no 6), est d’ailleurs une hache de type Cangas en roche brune qui pourrait bien provenir de la côte espagnole proche des gîtes de variscite.

Fig. 8. En Europe occidentale, les grandes lames polies à talon perforé sont, par contrecoup, liées à la diffusion de la jadéitite alpine et de la variscite espagnole en direction du Golfe du Morbihan (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).

34De tels fonctionnements complexes à longue distance semblent d’ailleurs caractériser les fonctionnements sociaux de la deuxième moitié du Ve millénaire. En Europe « chalcolithique », ils ont été repérés et suivis par L. Klassen (2001) avec la circulation d’objets en cuivre ou en or, imités localement avec des matériaux plus aisément disponibles, comme dans le cas des disques perforés en bois de cerf à Ehrenstein, sur la haute vallée du Danube.

Remerciements

35Ce travail d’inventaire n’aurait pas été complet sans les renseignements inédits de I. Bauer (Musée cantonal, Zug), J.-F. Charnier (Musée des Arts et Traditions Populaires, Paris), M. Hublin, P. Schamböck, H. Schlichtherle et P. Schweitzer (Landesdenkmalamt Baden-Württemberg), J.-P. Thevenot (Service régional de l’Archéologie, Bourgogne). Que tous acceptent nos remerciements pour leur aide et leur collaboration. Nous tenons également à remercier très sincèrement D. Delcaro (Centro di Archeologia Sperimentale Torino) qui nous a remis sur la piste des gîtes de jadéitite et M. Errera (Musée royal de l’Afrique centrale) pour les récentes analyses spectroradimétriques.

Fig. 9. Inventaire des grandes haches à talon perforé, hors côte sud de la Bretagne (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).

Bibliographie

Bibliographie

Boujot, Cassen 1992 : Boujot (C.), Cassen (S.). — Le développement des premières architectures funéraires monumentales en Europe occidentale. In : Paysans et bâtisseurs. L’émergence du Néolithique atlantique et les origines du mégalithisme : Actes du 17ème colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes, 1990. 1992, p. 195-211 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Ouest ; 5).

Cassen 2000 : Cassen (S.). — Le poli des lames et la chronologie des haches dites de prestige. In : Cassen (S.) éd. — Éléments d’architecture. Exploration d’un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan). Chauvigny : Ass. des publications chauvinoises, 2000, p. 397-415 (Mémoire ; XIX).

Cassen, Pétrequin 1999 : Cassen (S.), Pétrequin (P.). — La chronologie des haches polies dites de prestige dans la moitié ouest de la France. European Journal of Archaeology, 2, 1, 1999, p. 7-33.

Cassen, Vaquero 2000 : Cassen (S.), Vaquero (J.). — La forme d’une chose. In : Cassen (S.) éd. — Éléments d’architecture. Exploration d’un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan). Chauvigny : Ass. des publications chauvinoises, 2000, p. 646-649 (Mémoire ; XIX).

Coles et alii 1974 : Coles (J.), Orme (B.), Bishop (A. C.), Wooley (A. R.). — A Jade axe from the Somerset Levels. Antiquity, XLVIII, 191, 1974, p. 216-220.

Cordier 1984 : Cordier (G.). — Inventaire des mégalithes de la France. 1, Indre-et-Loire. Joué-les-Tours : Cordier, 1984, p. 34.

Edeine, Graffet 1969 : Edeine (B. P.), Graffet (H.). — Deux pièces de type nordique découvertes dans le département de l’Orne. Bull. de la Soc. préhistorique française, 66, 1969, p. 198-203 (Comptes-rendus des séances mensuelles ; 7).

Errera 2000 : Errera (M.). — Déterminations spectroradiométriques de perles et autres éléments de parures néolithiques déposés au Musée des Antiquités Nationales à Saint-Germain-en-Laye. Tervuren : Musée royal de l’Afrique centrale, 2002. 2 vol.

Favre 1952 : Favre (G.). — Les civilisations protohistoriques de l’Aquitaine. Paris : Picard, 1952.

Gallay 1977 : Gallay (A.). — Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône. Contribution à l’étude des relations Chassey-Cortaillod-Michelsberg. Frauenfeld : Huber, 1977 (Antiqua ; 6).

Giess 1994 : Giess (H.). — Jade in Switzerland. The Bulletin of the friends of jade (San Diego, California), 1994, p. 1-46.

Giot 1965 : Giot (P.-R.). — Le problème européen des haches d’apparat en jadéite et roches voisines. In : Atti del VI congresso internazionale delle Scienze preistoriche e protostoriche (1962). II, Comunicazioni sezione I-IV. Roma : G. C. Sansoni, 1965, p. 281-286.

Hasenfratz 1985 : Hasenfratz (A.). — Eschenz, Insel Werd. Das jungneolithische Schichtpaket III. Zürich : Juris Dauch, 1985 (Zürcher Studien zur Archäologie ; 59-2).

Herbaut 2000 : Herbaut(F.). — Les haches carnacéennes. In : Cassen (S.) éd. — Éléments d’architecture : exploration d’un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan). Chauvigny : Ass. des publications chauvinoises, 2000, p. 387-395 (Mémoire ; XIX).

Hublin 1983 : Hublin (M.). — Témoins préhistoriques et protohistoriques en Pays de Gex. Visages de l’Ain, 190, 1983, p. 7.

Jeunesse 1993 : Jeunesse (C.). — Recherches sur le Néolithique danubien du sud de la Plaine du Rhin supérieur et du nord de la Franche-Comté. Thèse de doctorat. Strasbourg : Université des Sciences Humaines de Strasbourg II, Institut des Antiquités Nationales, 1993. 2 vol.

Keller 1879 : Keller (F.). — Pfahlbauten (8e rapport). Bull. de la Soc. des antiquaires de Zürich, XIV, 1879, pl. II.

Keller-Tarnuzzer 1945 : Keller-Tarnuzzer (K.). — Schneisingen. Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Urgeschichte, 36, 1945, p. 46-47.

Klassen 2001 : Klassen (L.). — Frühes Kupfer im Norden. Untersuchungen zu Chronologie, Herkunft und Bedeutung der Kupferfunde der Nordgruppe der Trichterbecherkultur. Aarhus : Aarhus University Press, 2001 (Jutland Archaeological Society ; 36).

Leisner, Ribero 1968 : Leisner (V.), Ribero (L.). — Die Dolmen von Carapito. Madrider Mitteilungen, 9, 1968, p. 11-62.

Lemoine 1886 : Lemoine (S.). — L’époque de la Pierre Polie dans le département des Côtes du Nord. L’Homme : journal illustré des sciences anthropologiques, 3-7, 1886, p. 193-211.

Le Roux 1985 : Le Roux (C.-T.). — Gavrinis et les îles du Morbihan : les mégalithes du golfe. Paris : Imprimerie Nationale, 1985 (Guides archéologiques de la France).

Le Roux, Cordier 1974 : Le Roux (C.-T.), Cordier (G.). — Étude pétrographique des haches polies de Touraine. Bull. de la Soc. préhistorique française, 71-1, 1974, p. 335-353.

Le Rouzic 1932 : Le Rouzic (Z.). — Carnac : fouilles faites dans la région ; tumulus du Mont St Michel 1900-1906. Vannes : Imprimerie Lafolye et J. de Lamarzelle, 1932, p. 6-51.

Lichardus 1991 : Lichardus (J.). — Die Kupferzeit als historische Epoche. Versuch einer Deutung. In : Lichardus (J.) éd. — Die Kupferzeit als historische Epoche. Bonn : R. Habelt, 1991, vol. 2, p. 763-800 (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde ; 55)

Mortillet 1905 : Mortillet (P. de). — Les haches polies percées. L’Homme préhistorique, 3e année, 1905, p. 133-146.

Munro 1908 : Munro (R.). — Les stations lacustres d’Europe aux Âges de la Pierre et du Bronze. Paris : Schleicher frères, 1908, p. 160, pl. 20 et 241-245.

Pétrequin, Jeunesse 1995 : Pétrequin (P.), Jeunesse (C.). — La hache de pierre : carrières vosgiennes et échanges de lames polies pendant le Néolithique (5400-2100 avant J.-C.). Paris : Errance, 1995. 127 p., ill.

Pétrequin, Pétrequin 1993 : Pétrequin (P.), Pétrequin (A.-M.). — Écologie d’un outil : la hache de pierre en Irian Jaya. Paris : CNRS, 1993 (rééd. complétée 1999). 462 p., ill. (Monographie du CRA ; 12).

Pétrequin et alii 1997 : Pétrequin (P.), Cassen (S.), Croutsch (C.), Weller(O.). — Haches alpines et haches carnacéennes dans l’Europe du Vème millénaire. Notae Praehistoricae, 17, 1997, p. 135-150.

Pétrequin et alii 1998 : Pétrequin (P.), Croutsch (C.), Cassen (S.). — À propos du dépôt de La Bégude : haches alpines et haches carnacéennes pendant le Vème millénaire. Bull. de la Soc. préhistorique française, 95, 2, 1998, p. 239-254.

Pétrequin et alii 2002 : Pétrequin (P.), Cassen (S.), Croutsch (C.), Errera (M.). — La valorisation sociale des longues haches de l’Europe néolithique. In : Guilaine (J.) éd. — Matériaux, productions, circulations du Néolithique à l’âge du Bronze. Paris : Errance, 2002, p. 67-98.

Pétrequin et alii 2003 : Pétrequin (P.), Errera (M.), Cassen (S.), Croutsch (C.). — De la pétrographie aux approches sociales : la circulation des grandes haches en roches alpines pendant le Néolithique. In : Les matières premières lithiques en préhistoire : Actes de la table ronde internationale d’Aurillac, 20-22 juin 2002. 2003, p. 253-275 (Préhistoire du Sud-ouest, no spécial, 5).

Quilgars 1900 : Quilgars (H.). — Tableau général des plus anciennes civilisations du Pays de Guérande. Bull. de la Soc. archéologique de Nantes et de Loire-inférieure, 1900, p. 6-14.

Ricq de Bouard 1991 : Ricq-de Bouard (M.). — La circulation des outils polis en éclogite alpine au IVe millénaire : premières observations relatives au sud-est de la France et à quelques sites plus septentrionaux. In : Identité du Chasséen : Actes du colloque international de Nemours, 17-19 mai 1989. Nemours : APRAIF, 1991, p. 273-280 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île de France ; 4).

Schamböck 1998 : Schamböck (P.). — Vorgeschichtliche Holzkohle-und Erzindustrie. Berikon : chez l’auteur, 1998, p. 167-189.

Schlichtherle 1982 : Schlichtherle (H.). — Der Hohenkrähen - eine vorgeschichtliche Höhensiedlung. Archäologische Nachrichten aus Baden, 28, 1982, p. 5-19.

Schlichtherle 1990 : Schlichtherle (H.). — Siedlungsarchäologie im Alpenvorland I, Die Sondagen 1973-1978 in den Ufersiedlungen Hornstaad-Hsörnle I. Stuttgart : Konrad Theiss, 1990 (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg ; 36).

Speck 1985 : Speck (J.). — Museum für Urgeschichte. Tugium, 1, 1985, p. 84, fig. 6.

Speck 1988 : Speck (J.). — Spitzackige Feuersteinbeile aus der Zentralschweiz. Archäologie der Schweiz, 11, 2, 1988, p. 53-57.

Schweitzer à paraître : Schweitzer (P.). — Die neolithischen Siedlungen von HornstaadHörnle I : Vergleichende Untersuchungen zu Holzbearbeitunstechniken. Dissertation am Institut für Ur-und Frühgeschichte und Archäologie des Mittelalters der Universität Tübingen.

Thirault 2001 : Thirault (É.). — Production, diffusion et usage des haches néolithiques dans les Alpes occidentales et le bassin du Rhône. Thèse de doctorat. Lyon : Université de Lyon II - Lumière, 2001. 4 vol.

Winiger 1999 : Winiger (J.). — Rohstoff, Form und Funktion. Fünf Studien zum Neolithikum Mitteleuropas. Oxford : Hadrian Books, 1999, p. 138-142 (BAR International Series ; 771).

Wyss 1969 : Wyss (R.). — Wirtschaft und Technik. In : Archäologie der Schweiz, Bd II, Die Jüngere Steinzeit. Basel : Verlag Schweizerische Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 1969, p. 125, fig. 7.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Répartition générale des grandes lames polies en roches alpines en Europe occidentale (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Légende Fig. 2. Typologie des lames polies en roches d’origine alpine (d’ap. Pétrequin et alii, 2002).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 3. Chronologies régionales des grandes lames polies en roches alpines et des types Glis et Zug (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 4. Lames polies à talon perforé trouvées en France, en comparaison avec une des haches en jadéitite alpine de Carnac/Saint-Michel (Morbihan) (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 5. Lames polies à talon perforé de type Zug en Suisse et en Allemagne du Sud-Ouest (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 6. Lames polies de type Zug et ses variantes en Suisse et en Allemagne du Sud-Ouest (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Fig. 7. Répartition des lames polies de type Zug (en haut, d’ap. Croutsch, Pétrequin, 2001) et de type Glis (en bas, d’ap. Gallay, 1977 ; Jeunesse, 1993 modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Légende Fig. 8. En Europe occidentale, les grandes lames polies à talon perforé sont, par contrecoup, liées à la diffusion de la jadéitite alpine et de la variscite espagnole en direction du Golfe du Morbihan (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Fig. 9. Inventaire des grandes haches à talon perforé, hors côte sud de la Bretagne (d’ap. Pétrequin et alii, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13965/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 441k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search