Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Un point sur la question des billes chasséennes

Éric Thirault

Entrées d'index

Texte intégral

1« Il se mit en devoir, à l’aide d’un petit couteau bien tranchant, de débiter les pommes de terre en cubes, qu’il sculpta ensuite jusqu’à leur donner la rondeur souhaitée. Lorsqu’il eut réalisé les dix premières billes, il s’inquiéta de les voir si égales et identiques. Nana ne risquait-elle pas de penser que c’était à quelque appareil ménager ou quelque moule que ses pommes de terre devaient leur belle et ronde régularité ? Il dissipa aussitôt son angoisse en débitant les autres pommes de terre en cubes inégaux, dont il fit des billes tout aussi parfaites, mais d’un diamètre allant de deux à trois centimètres. Le résultat obtenu avait l’authenticité du fait main, et de surcroît donnait mieux la mesure du travail herculéen que l’opération représentait. » (Staïkos, 1997, p. 102).

2Les billes sont de petites sphères en roche, parfois en terre cuite, façonnées par bouchardage et polissage, bien distinctes des petits galets de forme naturelle sphérique (fig. 1). Elles sont mentionnées dans le Néolithique de la France méridionale depuis les premières fouilles (Raymond, 1908 ; Cotte, 1916). Leur datation a été fixée par J. Courtin, sur la base de ses fouilles en Provence, au Néolithique moyen et plus précisément au Chasséen méridional (Courtin, 1974, p. 72-74). Cette attribution a été confirmée sur les Grands Causses (Costantini, 1984). Depuis, un inventaire de 27 sites avec billes a été publié par P. Phillips pour le sud de la France (Phillips, 1982, p. 39, fig. 20), tandis que M. Bordreuil et J.-M. Roger ont recensé des billes sur 28 sites chasséens du département du Gard (Bordreuil, Roger, 1992a).

3Il nous a semblé utile de faire un nouveau point sur la question des billes chasséennes, les connaissances sur le sujet ayant beaucoup progressé depuis la parution des études précitées. Pour ce faire, nous avons complété les inventaires précédents par une nouvelle enquête bibliographique et, autant que possible, par un examen visuel, travail qui ne saurait être considéré comme exhaustif. À ce jour, le nombre de sites ayant livré des billes est porté à 95, pour au moins 391 pièces recensées. C’est dire que ces objets ne peuvent plus être considérés comme anecdotiques : la fonction des billes au sein des communautés néolithiques doit être posée en sollicitant tous les faits disponibles.

Datation et attribution culturelle

4La position chrono-culturelle des billes est bien établie dans le sud de la France et en Piémont : presque tous les sites où elles sont retrouvées connaissent des occupations rattachables, pour tout ou partie, au Néolithique moyen au sens large, et en particulier au Chasséen. Cependant, les sites où les billes sont retrouvées en fouille et en contexte chasséen sûr ne sont pas les plus nombreux. Mentionnons :

  • dans le Quercy, Capdenac-le-Haut (no 2 de notre inventaire en annexe ; Clottes, Carrière, 1977) et la grotte du Cros à Saillac (no 4 ; Galan, 1967) ;

  • dans les Causses, la grotte de Sargel 1 à Saint-Rome-de-Sernon (no 10 ; Costantini, 1984) ;

  • sur le littoral languedocien, à Lattes (no 20 ; Mendoza, Prades, 1988) ;

  • en Provence, la grotte Murée à Montpezat, couches 8 à 10 (no 79 ; Courtin, 1974, p. 74), la grotte C de Baudinard (no 76 ; Courtin, Pélouard, 1971), la grotte du Pertus 2 à Méailles, niveau G (no 78 ; Courtin, 1974), en plein-air à Istres/Miouvin (no 71 ; D’Anna et alii, 1977) ;

  • en vallée du Rhône, à La Bertaude au Grès-d’Orange (no 62 ; Phillips, Courtin, 1981), à Saint-Martin 3 à Chabrillan (no 83 ; inédit, objet non sphérique ; fig. 1, no 11), aux Moulins à Saint-Paul-Trois-Châteaux (no 91 ; inédit ; fig. 1, nos 1 et 2), ce dernier dans une phase récente du Chasséen ; à Soyons, dans l’abri Moula en contexte Chasséen récent (no 80 ; inédit, groupe C de Beeching, 1995 ; fig. 1, nos 4 et 5), et au Bas-Guercy (no 81 ; inédit ; fig. 1, no 8) rapporté aux phases C et D de la même sériation ;

  • dans les Alpes piémontaises, La Maddalena di Chiomonte dans le val de Suse (no 94 ; Delcaro, 2002).

Fig. 1. Exemples de billes et de petits objets sphéroïdes chasséens. 1 et 2 : « Les Moulins » à Saint-Paul-Trois-Châteaux, fouilles A. Beeching (Drôme, no 91 ; dépôt CAP Valence) ; (1 : fosse 319, grès dense, brun sombre rougeâtre à grain très fin ; 2 : fosse 16, calcaire blanc cassé à grain très fin) ; 3 : « Grotte d’Antonnaire » à Montmaur-en-Diois, fouille J.-L. Brochier, sondage 1 (Drôme, no 87 ; dépôt CAP Valence), serpentinite vert noir ; 4 et 5 : « Abri Moula » à Soyons, fouille Club Crouzet (Ardèche, no 80 ; Musée de Soyons), serpentinites vert noir ; 6 : « Les Hayes » à Montboucher-sur-Jabron, prospections TGV/J. Durand (Drôme, no 86 ; dépôt CAP Valence), grès ferrugineux/limonite brun-rouge ; 7 : « Surel » à La Garde-Adhémar, fouille M. Linossier (Drôme, no 84 ; dépôt CAP Valence), limonite brun sombre ; 8 : « Bas-Guercy » à Soyons, fouille G. Dal Pra (Ardèche, no 81 ; Musée de Soyons), calcaire blanc à cœur, un peu jauni en surface ; 9 et 10 : « La Redoute » à Chassey-le-Camp, collection de Longuy (Saône-et-Loire, no 93 ; Musée Rolin ; 9 : grès fin rouge ; 10 : minerai de fer rouge sombre, dense) ; 11 : « Saint-Martin 3 » à Chabrillan, fouille S. Rimbault, fosse 122 (Drôme, no 83 ; dépôt CAP Valence), roche indéterminée, peut-être un oursin fossile poli.

5Les billes sont attestées dans toutes les phases chrono-culturelles du Chasséen méridional, mais les données sont trop éparses pour préciser une évolution ou une polarisation au sein du Chasséen. Néanmoins, l’apparition des billes dans le sud de la France est probablement antérieure à cette culture. Les quatre exemplaires de la galerie close de la grotte de Montou à Corbières-les-Cabanes peuvent être rattachés au groupe de Montbolo (Treinen-Claustre, 1986). Dans la grotte de Bize, cinq billes peuvent être attribuées soit au Chasséen soit au groupe de Bize bien attesté sur le site (Guilaine, Roudil, 1976). Dans le dernier cas, les billes seraient associées à un style céramique contemporain du Chasséen (Vaquer, Jédikian, 2003). Le lien entre les billes et la culture chasséenne est bien illustré par le site de La Maddalena à Chiomonte dans la haute vallée de Suse en Piémont (no 94) : les billes y apparaissent comme partie intégrante du bagage culturel chasséen, aux côtés de la céramique et du silex blond (Bertone, Fedele, 1991 ; Bertone, Fozzati, 2002). Au contraire, les billes sont absentes à notre connaissance des sites de la culture des Vasi a Bocca Quadrata d’Italie du Nord.

6Il semble que l’usage des billes perdure dans des contextes postérieurs de peu au Chasséen. La question a été posée pour le Gard : deux billes sont signalées dans la grotte des Porcs à la Cadière (no 27), parmi un mobilier mélangé où, sur la base de la céramique, est identifiée une occupation du groupe de Ferrières, à l’exclusion de tout mobilier chasséen (Bordreuil, Roger, 1992a, p. 91 ; 1992b, p. 117). Deux sites à Narbonne vont dans le même sens : l’ossuaire D du Trou de Viviès (no 16), fouillé anciennement, a livré un mobilier funéraire (dont deux billes) qui autorise une attribution au Néolithique final au sens large (Neuffer, 1964) ; la fouille récente d’une sépulture très érodée aux Hauts de Narbonne, attribuée avec prudence au groupe de Véraza, a fourni une bille (no 15 ; Labriffe, information orale).

7Si l’association des billes au Chasséen méridional pris dans un sens large n’est pas contestable, les découvertes antérieures et postérieures au Chasséen démontrent une genèse et une perduration de l’objet qui semblent limitées pour l’essentiel à la partie méridionale de l’aire de répartition des billes chasséennes, près de la côte méditerranéenne.

Répartition

8L’aire de répartition des billes peut être divisée en deux secteurs (fig. 2) : environ 85 % des billes recensées proviennent d’un triangle limité par le littoral de la Méditerranée, de la vallée de l’Hérault à Marseille, triangle qui se termine à hauteur de la confluence de l’Isère avec le Rhône. Ce secteur principal intègre les contreforts orientaux du Massif Central, la moyenne et basse vallée du Rhône et de ses affluents de rive gauche, la Provence occidentale et centrale jusqu’aux gorges du Verdon. Au sein de ce secteur existent des concentrations de découvertes, tant en nombre de sites que d’objets, en particulier dans les gorges du Gard, le bassin de Trets et le nord du Vaucluse. La densité des sites contenant des billes n’est pas en rapport direct avec la densité des sites chasséens avérés : ainsi, seuls sept sites ont livré des billes en Drôme contre trente-six dans le Gard alors que le nombre de sites attribués au Néolithique moyen au sens large est équivalent dans les deux départements (150 environ ; Bordreuil, Roger, 1992a ; Beeching, Brochier, 1994 et information orale).

9En Languedoc oriental, un groupe de découvertes apparaît de manière isolée près du littoral dans la région de Montpellier. De telles concentrations de quatre ou cinq sites avec billes se retrouvent dans le bassin de l’Aude, dans les gorges du Tarn et dans le Quercy. De plus, deux sites dans le Sud-Ouest forment à ce jour les limites de répartition des billes vers l’ouest (Le Verdier à Montauban, no 1) et le sud (grotte de Montou à Corbières-les-Cabanes, no 18). De même, trois sites alpins ou préalpins se démarquent du principal secteur de présence des billes : la grotte du Pertus 2 à Méailles dans la haute vallée du Verdon (no 78), la Maddalena à Chiomonte dans le Val de Suse (no 94) et la grotte des Batteries Basses à Virignin dans le défilé du Rhône à Pierre-Châtel (no 92).

  • 1 Informations orales de J. Duriaud et de M. Rué. Les prospections systématiques réalisées depuis une (...)

10Plus au nord, en remontant l’axe du Rhône puis de la Saône, la présence de billes néolithiques est une question ouverte. Nous en avons identifié deux dans les collections issues des fouilles anciennes de La Redoute à Chassey-le-Camp (no 93 ; fig. 1, nos 9 et 10). Dans le Tournugeois, quatre billes en pierre ont été récemment découvertes lors des prospections effectuées par J. Duriaud et M. Rué, mais l’examen des objets ainsi que l’absence de contexte (aucune ne provient d’un site néolithique) obligent à les écarter de la liste des billes néolithiques1. Des billes sont mentionnées sur plusieurs sites de hauteur du Néolithique moyen de la Côte bourguignonne, mais cette mention demande à être explicitée (Nicolardot, 1986).

11En l’état actuel de la documentation, la concordance entre l’aire de répartition des billes néolithiques et les régions touchées par la culture chasséenne est un fait, mais des régions entières où le Chasséen est bien implanté et bien documenté demeurent exemptes de billes, tels la vallée de la Garonne (Vaquer, 1990), le bassin de Clermont-Ferrand et le Velay (Daugas, Raynal, 1991), le bassin du Buëch (Lombard, 1999) ou la Valdaine (Beeching, Brochier, 1994). Ailleurs, tel le département de la Drôme, les billes sont peu nombreuses comparé à la densité des sites chasséens connus (ibid.).

12Les billes sont donc avant tout caractéristiques du Chasséen de Provence centrale et occidentale, de la moyenne et basse vallée du Rhône, des Préalpes du Sud et du Languedoc oriental, mais la distribution des billes sur les sites est hétérogène. Les concentrations de sites reconnues ne peuvent pas être un artefact de la recherche et les vides entre les groupes de sites traduisent pour partie un état de fait néolithique.

Effectifs

13Le caractère non-aléatoire de la présence des billes s’exprime aussi dans les effectifs présents sur chaque site (fig. 3). Ce critère dépend de la surface fouillée ou prospectée et du caractère soigneux ou non de la collecte, et doit être considéré avec prudence, sauf en cas d’ensembles clos. Néanmoins, les deux tiers des sites contiennent une ou deux billes, et la plupart des autres en recèlent entre trois et cinq. Onze sites en contiennent plus, mais seuls deux d’entre eux présentent des effectifs exceptionnels : 40 à 50 billes mentionnées parmi le mobilier des fouilles anciennes de la grotte de Saint-Vérédème à Sanilhac dans le Gard (no 53) et plus de 70 ramassées par différents collectionneurs sur le plateau de La Bastidonne à Trets dans les Bouches-du-Rhône (no 75). De tels effectifs posent problème : s’ils sont exacts, ils dénotent une disparité dans les taux de présence des billes vraiment importante. La moyenne d’ensemble s’établit à 4,4 billes par site en comptant Saint-Vérédème et La Bastidonne, mais seulement 3,2 sans eux.

Fig. 2. Répartition de toutes les billes néolithiques. Les numéros renvoient à l’inventaire établi en annexe.

Fig. 3. Distribution du nombre de billes par site néolithique.

Matériaux

14Les billes sont constituées de matériaux variés, mais les roches carbonatées sont les plus fréquentes (61 % des cas identifiés), représentées surtout par des calcaires. Les mentions de calcite ou de marbre doivent être prises avec prudence, faute de détail sur les modalités de détermination. A contrario, lorsque des déterminations précises sont disponibles sur les calcaires, il s’agit de matériaux disponibles dans l’environnement proche du site.

15Les roches tenaces constituent la deuxième famille de roches par ordre de présence (21 % des billes identifiées). Nos propres observations et les déterminations pétrographiques disponibles permettent de reconnaître deux groupes : les serpentinites et les gabbros. Les serpentinites sont identifiées sur l’exemplaire de la grotte d’Antonnaire à Montmauren-Diois (no 87 ; Thirault et alii, 1999 ; fig. 1, no 3), en deux exemplaires à l’abri Moula à Soyons (no 80 ; inédit ; fig. 1, nos 4 et 5) et sur les sept billes de La Maddalena à Chiomonte (no 94 ; Delcaro, 2002). Un exemplaire de bille en gabbro est identifié au Trou-Arnaud à Saint-Nazaire-le-Désert (no 90 ; Daumas, Laudet, 1998, p. 53). Une bille des Batteries Basses à Virignin (no 92) pourrait à l’œil être un gabbro. Une « euphotide » (une variété de gabbro) est signalée dans la grotte Saint-Joseph à Sainte-Anastasie (no 44). H. Müller mentionne une bille en gabbro et une autre en « roche verte » sur le site des Terres Blanches à Menglon (no 85 ; Müller, 1930). La distinction entre les gabbros et les « roches vertes » ou « serpentines » est effectuée par certains auteurs, mais faute de précisions sur les critères du diagnostic, la validité de telles déterminations demeure aléatoire (cf. liste en annexe). De même, la mention ancienne d’une bille en « jade » dans la grotte Latrone à Sainte-Anastasie (no 42) demande à être confirmée, ainsi que la bille en granite signalée à la Bertaude au Grès-d’orange (no 62 ; Phillips, Courtin, 1981). Le seul fait probant est que les auteurs ont noté la présence de billes en roches tenaces qui tranchent avec le fond commun des billes en roches carbonatées.

  • 2 Grotte des Porcs à La Cadière, no 27 ; grotte du Pont de Maron à Remoulins, no 37 ; abri Moula à So (...)
  • 3 Les Terres Blanches à Menglon, no 85, grotte d’Antonnaire à Montmaur-en-Diois (fig. 1, no 3), no 87 (...)

16Sur cette base, la cartographie des sites où de telles roches sont mentionnées indique une relation avec le bassin du Rhône et les Alpes (fig. 4). Elles ne sont en effet présentes qu’à l’est de la vallée de l’Hérault, c’est-à-dire dans le secteur de concentration des billes, sur un site sur trois environ, parfois de manière exclusive2. Les serpentinites et les gabbros sont fréquents dans les dépôts alluviaux du bassin du Rhône, et le volume de roche nécessaire à la fabrication d’une bille est compatible avec l’emploi de petits galets, ce qui ne permet pas de démontrer l’existence de déplacements importants. Néanmoins, les exemplaires du Diois3 sont à une cinquantaine de kilomètres à vol d’oiseau des sources potentielles les plus proches dans la vallée du Rhône ou de la Durance, ce qui indique bien qu’il s’agit d’objets déplacés.

17Nous pouvons écarter l’hypothèse d’un réemploi de fragments de lames de hache, puisque jusqu’à preuve du contraire aucune bille n’est façonnée en éclogite, en omphacitite ou en jadéitite, roches majoritairement employées durant le Néolithique moyen dans les Alpes, le bassin du Rhône et la Provence (Ricq-de Bouard, 1996 ; Thirault et alii, 1999 ; Thirault, 2004).

18Les autres matériaux employés sont beaucoup plus rares. Nous avons distingué la famille des grès et celle des roches ferreuses, bien qu’un lien semble pouvoir être établi. Leur répartition est étroitement liée à la région de concentration maximale des billes, mais seulement dans une bande étroite qui part du Bas-Languedoc (Castelnau-le-Lez, no 19 et Teyran, no 21) jusqu’en Valdaine (Montboucher-sur-Jabron, no 86 ; fig. 1, no 6), et qui exclut la basse vallée du Gard et la Provence occidentale (fig. 5). Les deux exemplaires de Chassey-le-Camp sont isolés bien plus au nord (fig. 1, nos 9 et 10).

  • 4 Détermination à la loupe binoculaire avec Jacques-Léopold Brochier. Les limonites sont des hydroxyd (...)

19En première analyse, les grès forment une catégorie distincte, mais les exemplaires que nous avons observés sont tous de teintes brunes à rougeâtres qui indiquent la présence de fer. De même, dans la catégorie « roches ferreuses » sont groupées de probables hématites (Sauve, no 54 ; Tharaux, no 56), du minerai de fer (Tharaux, Chassey-le-Camp, no 93 ; fig. 1, no 10) et de probables pyrites (Teyran, no 21). L’enquête menée sur les collections drômoises nous a permis d’élargir le questionnement à l’attrait que les matériaux ferreux ont pu exercer au Néolithique moyen. En effet, les sites de La Garde-Adhémar « Surel » (no 84 ; fig. 1, no 7) et de Montboucher-sur-Jabron « les Hayes » (no 86 ; fig. 1, no 6) ont livré chacun une sphère irrégulière et naturelle en limonite4 qu’il est difficile d’identifier à une bille. Cependant, le site chasséen de la Treille à Portes-en-Valdaine, fouillé en 1985 par le Centre d’archéologie préhistorique de Valence, qui est un atelier de taille du silex, a livré des « nodules sphéroïdaux ou mamelonnés, marron châtaigne, à surface lisse et patinée » (CAP, 1985) qui sont des nodules de limonite provenant de marnes bleues de l’Aptien supérieur (Lorenchet de Montjamont et alii, 1979). S. Matteuci pose la question d’une relation entre l’activité de taille et la collecte de ces nodules ferreux, question qui peut être étendue à la relation avec les billes ferreuses (grès ferrugineux et autres ; Matteuci, 1986). Aucune conclusion n’est possible à ce jour, mais le fait est là, d’autant que dans la grotte des Fées à Tharaux (no 56), « des galets ferrugineux, très lourds, apportés là nous ne savons pour quel usage », sont clairement distingués des billes (Dumas, 1908, p. 225).

Fig. 4. Répartition des billes néolithiques en roches tenaces (les numéros renvoient à l’inventaire établi en annexe).

20Les autres matériaux utilisés sont anecdotiques : les « quartz » et « quartzites » mentionnés dans la littérature seraient à vérifier (Saillac, no 5 ; Saint-Chely-du-Tarn, no 12 ; Saint-Hippolyte-du-Fort, no 47). Plus sûr est l’emploi du silex, dans deux cas, Saint-Geniès-de Malgoirès, no 46, et Saint-Maurice-de-Cazevieille, no 51. La terre cuite est également très peu employée (neuf cas).

21L’examen des matériaux autorise trois conclusions. Les roches tendres carbonatées, de couleurs blanches ou claires, sont de loin prépondérantes. Les roches tenaces sombres, choisies dans des familles peu dures, ne sont pas rares tandis que les autres matériaux sont anecdotiques. Cependant, l’emploi des roches tenaces et des roches gréseuses et/ou ferrugineuses révèle des préférences régionales, peu explicables mais nettes (fig. 4 et 5). Enfin, s’il n’existe pas de très grands déplacements de billes démontrables sur la base pétrographique, le transport de ces objets en dehors du lieu de récolte de la roche est établi dans le bassin de la Drôme sur des distances dépassant 50 km.

Fabrication

  • 5 « essa ha una forma pseudocubica, con le sei superfici laterali artificialmente incavate tramite pi (...)

22Des billes considérées comme inachevées sont connues. Dans la grotte du Cros à Saillac (no 5), une bille abandonnée en cours de fabrication est publiée dans le niveau I : elle présente des facettes d’abrasion et une forme arrondie (Galan, 1967). À Lattes (no 20), deux billes en roches indéterminées sont des objets façonnés au polissage inachevé et facetté (Mendoza, Prades, 1988). La bille déposée dans la sépulture des Hauts de Narbonne à Narbonne (no 15) n’est pas polie (Labriffe, information orale). À Chiomonte « La Maddalena » (no 94), les billes en serpentinite polies ont été préalablement mises en forme par bouchardage sur une enclume, dont un exemplaire a été retrouvé durant la fouille. L’objet affecte une forme cubique, avec les six côtés creusés chacun d’une dépression piquetée5 (Delcaro, 2002, p. 97).

23L’examen attentif des billes polies permet de s’assurer qu’il s’agit bien d’objets façonnés, et non de petits galets choisis pour leur régularité. Le procédé de fabrication est difficile à établir dans ses détails. Les supports en particulier demeurent inconnus. La seule certitude concerne le façonnage : un bouchardage général suivi d’un polissage plus ou moins poussé (par exemple, la bille de Saint-Paul-Trois-Châteaux « Les Moulins », fosse 319 est à peine polie ; fig. 1, no 1), qui conduit parfois à de légères facettes.

Traces superficielles et objets associés : la relation avec les colorants

24La reconnaissance de quelques billes brisées pose la question de leur usage (cf. infra). Nous en connaissons un exemplaire en serpentinite dans la grotte d’Antonnaire à Montmaur-en-Diois (no 87 ; fig. 1, no 3), deux à Canaules « La Plaine » (no 28 ; Bordreuil, information orale) et une à La Bastide-Pradines « Maluserne » (no 6 ; Costantini, 1984).

25Certaines billes présentent une surface lustrée, plus ou moins brillante, qui témoigne d’un frottement répété : ainsi, parmi celles que nous avons pu observer, la bille d’Antonnaire précitée et les deux billes de l’Abri Moula à Soyons (no 80), toutes en serpentinite (fig. 1, nos 4 et 5). Une bille en roche indéterminée mais dure provenant de la grotte des Batteries Basses à Virignin (no 92) porte un lustré moins accentué. Autre trace d’utilisation, la bille en gabbro retrouvée au Trou Arnaud à Saint-Nazaire-le-Désert (no 90) contient, dans ce qui est décrit comme une amorce de perforation, un résidu noir qui pourrait être un adhésif (Daumas, Laudet, 1998). Il convient ici de rappeler la découverte de la grotte de Saint-Vérédème à Sanilhac (no 53) : « dans l’évidement intentionnel de la portion élargie d’un tronçon de corne de cerf s’enchâsse une bille en serpentine de trois centimètres de diamètre. » (Cotte, 1916, p. 252). Mais cette découverte ancienne est sujette à caution, connaissant l’esprit inventif des préhistoriens d’antan.

Fig. 5. Répartition des billes néolithiques en roches gréseuses et/ou ferreuses (les numéros renvoient à l’inventaire établi en annexe).

26Par contre, une relation semble exister entre les billes et les colorants rouges, bien que les découvertes afférentes soient anciennes. Parmi les objets découverts dans la grotte des fées à Tharaux (no 56) existent « deux godets en pierre ayant contenu de la couleur rouge ; deux billes dont l’une porte des traces de cette même couleur. » (Dumas, 1908, p. 224). L’auteur détaille plus loin dans le même texte : « deux godets : l’un d’eux est un nodule ferrugineux avec creux naturel, l’autre paraît avoir été poli dans sa partie extérieure. Ces godets ont contenu de la couleur rouge délayée - probablement la sanguine - mais on broyait certainement cette matière ailleurs. Six billes en roches diverses, indéterminées, mais la plupart étrangères, d’une sphéricité parfaite. L’une d’elle porte des traces de cette même couleur rouge dont nous venons de parler. » (ibid., p. 226). Dans la grotte de l’Adaouste à Jouques (no 72) « un godet minuscule, une simple géode recueillie par les Troglodytes, et une bille qui convient parfaitement comme broyeur au volume de ces récipients » sont mentionnés (Cotte, 1924, p. 80) ; « la salle C de la Caverne de l’Adaouste a livré également un minuscule godet caréné en terre, ainsi qu’une bille. » (Cotte, 1916, p. 252). P. Raymond signale une bille trouvée dans un petit godet sur l’un des sites de Saint-Maximin dans le Gard (Raymond, 1908 ; Cotte, 1916 ; Bordreuil, Roger, 1992a).

27L’hypothèse que « des billes servaient peut-être à la trituration des colorants pour la fabrication des cosmétiques » (Cotte, 1924, p. 8 et p. 59) a été émise par P. Raymond sur la foi de ces découvertes, mais aucune fouille récente n’a, à notre connaissance, pu confirmer le fait (Raymond, 1908).

Dimensions

  • 6 Dans la grotte du Cros à Saillac (no 5), entre 19 et 24 mm (Galan, 1967) ; à La Bastide-Pradines «  (...)

28L’étude des dimensions donne le sentiment d’un assemblage composite, peut-être complémentaire, pour les billes de chaque site. Il existe une bonne homogénéité dans les diamètres (fig. 6) : près de 80 % des billes mesurables ont des diamètres compris entre 18 et 30 mm ; quelques-unes sont plus petites, jusqu’à 11 mm minimum. Trois billes en matériaux rares (grès, minerai de fer et gabbro) ont des diamètres plus conséquents, entre 33 et 36 mm. L’examen des sites où des données chiffrées sont disponibles sur plus de deux billes montre, que chacun possède un large éventail des dimensions possibles6. Le constat est difficile à interpréter dans la mesure où nous ignorons toujours le degré de proximité réel - temporel et spatial - des billes au sein d’un même site.

29L’examen de la régularité des billes selon les matériaux suggère en outre un soin variable apporté à leur fabrication, si l’on considère que la sphéricité parfaite était recherchée (fig. 7). En effet, quelle que soit la grosseur de l’objet et bien que les effectifs mesurés par nos soins soient faibles, les billes en roches carbonatées sont le plus souvent presque parfaitement sphériques (rarement plus de 5 % d’écart entre le diamètre maximum et minimum), de même que celles en roches tenaces (7 % maximum), au contraire des billes en roches gréseuses et/ou ferreuses et en matériaux indéterminés dont la sphéricité n’est presque jamais parfaite.

Fig. 6. Distribution des dimensions des billes en fonction des matériaux. Les diamètres sont mesurés dans leur maximum, d’après les données publiées et nos propres mesures.

Fig. 7. Évaluation de la sphéricité des billes. Taux d’écart à la sphère en fonction des matériaux, calculé à partir du diamètre maximum = (Ø max. – Ø min.) x 100 / Ø max.

Contextes

30Les contextes de dépôt sont rarement connus, car de nombreuses billes proviennent de fouilles anciennes ou de ramassages de surface. Ces derniers fournissent néanmoins des indices de dépôts dans des contextes non ordinaires. À Menglon « Terres Blanches » (no 85), H. Müller souligne que les cinq billes ont été découvertes « sur le point qui a fourni le plus grand nombre de céramiques et la moitié des fragments d’obsidienne, soit sur 10 ou 12 mètres carrés » (Müller, 1930, p. 16), avec six petits galets arrondis de mêmes dimensions que les billes et deux demi-sphères en grès et en calcaire respectivement de 5 et 8,5 cm de diamètre. Les ramassages ayant eu lieu après des défonçages agricoles profonds qui ont bouleversé cet immense site, il est permis de penser que tous ces objets proviennent d’un ensemble sinon unique, du moins cohérent.

31Les billes en contexte funéraire sont à relever, tant dans les sépultures individuelles que multiples et/ou collectives. La sépulture V du Moulin de Sauret à Castelnau-le-Lez (no 19) contenait une « balle de fronde en grès » (Audibert, 1953 ; Crubézy et alii, 1988). À Trets « La Bastidonne » (no 75), « une vingtaine de billes, dont certaines brûlées, autour des débris d’un vase néolithique renfermant des cendres d’os mélangées à la terre » (Cotte, 1916, p. 252) ; « dans le même gisement, douze ont été trouvées dans un vase renfermant des ossements calcinés et des traces de cendres. » (Cotte, 1924, p. 59). Dans la grotte Mazauric à Sainte-Anastasie (no 45), une bille en calcaire a été recueillie « autour de débris humains », restes d’une sépulture contenant un mobilier lithique et de parure non datable d’après les descriptions publiées (Louis, Bruguière, s.d., p. 10). Au lieu-dit Carignargues à Uzès (no 57), trois coffres de dalles à inhumations décrits par F. Mazauric et détruits à la fin du xixe s. sont attribués au Chasséen par M. Bordreuil (Bordreuil, 1995). Parmi le mobilier trouvé aux alentours, « quatre billes sphériques et polies » dont une inachevée (ibid.). À Narbonne, l’ossuaire D du Trou de Viviès (no 16), fouillé anciennement, qui a livré un mobilier funéraire attribué au Néolithique final au sens large, contenait deux billes (Neuffer, 1964).

32Les fouilles récentes de sépultures ont aussi livré des billes. À Narbonne encore, une sépulture très érodée découverte aux Hauts de Narbonne (no 15), attribuée avec prudence au groupe de Véraza, contenait une bille (Labriffe, Petitot, 2000 ; Labriffe, information orale). En contexte chasséen récent, l’abri Moula à Soyons (no 80), dans un ensemble sépulcral à plusieurs individus, contenait deux billes en serpentinite (Beeching et alii, 1987 ; Beeching, Dal Pra, information orale ; fig. 1, nos 4 et 5). À Saint-Paul-Trois-Châteaux « Les Moulins », deux fosses du Chasséen récent ont livré chacune une bille : la fosse 319, très riche en mobilier mais sans restes humains, et la fosse 19, qui contenait une sépulture (Beeching, information orale ; fig. 1, nos 1 et 2).

33Un parallèle peut être établi avec une sépulture du Gournier à Montélimar (fouille A. Beeching/CAP Valence). L’une des inhumées de la sépulture multiple EDF6 reposait sur un sol constellé de plus d’une dizaine de cupules hémisphériques de quelques centimètres de diamètre, comblées par un sédiment plus sombre que l’encaissant (Beeching, Crubézy, 1998, photographie p. 155 à gauche ; Beeching, information orale). La seule explication possible pour ces cupules est le dépôt avant celui du corps d’objets (hémi- ?) sphériques enfoncés dans le sol, peut-être des billes en matière périssable ?

34Le nombre de cas recensés indique que la présence des billes auprès des morts n’est pas anecdotique. Elles participent à la diversité des rituels et des mobiliers funéraires chasséens (Crubézy, 1991 ; Beeching, Crubézy, 1998 ; Vaquer, 1998).

Fonctions

35Les éléments d’analyse réunis ci-dessus ne permettent pas de dégager une fonction univoque pour les billes, et le fait a été souligné dès les premières synthèses sur le sujet (Raymond, 1908 ; Cotte, 1916 ; 1924). Les auteurs s’accordent pour distinguer les billes, petits objets façonnés avec soin mais de dimensions variées, des pierres de fronde, qui sont des galets sélectionnés et calibrés (Cotte, 1916 ; 1924 ; Phillips, Courtin, 1981). La présence d’un lustre sur certaines pièces ainsi que les découvertes liées au travail de colorants, plaident pour des usages matériels.

36Certaines billes étaient peut-être emmanchées, comme le suggèrent la découverte ancienne de la grotte de Saint-Vérédème à Sanilhac dans un bois de cerf (no 53 ; Cotte, 1916) et le résidu d’adhésif enchâssé dans une bille du Trou Arnaud à Saint-Nazaire-le-Désert (no 90 ; Daumas, Laudet, 1998, p. 53). De tels assemblages indiquent d’autres usages que celui de broyons.

37La fonction de compresseur, pièce intermédiaire entre un percuteur et un nucléus pour le débitage de lamelles par pression, a été évoquée (Müller, 1930, p. 17). Il faudrait démontrer comment maintenir la bille sur le nucleus et surtout, quelle peut être l’efficacité technique du procédé. L’usage comme lissoir à céramique semble plus recevable : la relation peut être faite avec les surfaces des céramiques chasséennes longuement lissées ou polies. Mais d’autres objets peuvent prétendre à ces fonctions : les lissoirs ou estèques allongés et facettés sont bien connus dans le Néolithique moyen ; leur emploi pour le travail de la céramique est l’hypothèse la plus souvent proposée, à défaut d’être toujours démontrée. Dans le monde alpin et péri-alpin, ces lissoirs sont le plus souvent en roches tenaces (par exemple, à Auvernier : Buret, 1983 ; Buret, Ricq-de Bouard, 1982 ; aux Arene Candide : Starnini, Voyteck, 1997 ; dans le bassin français du Rhône : Thirault et alii, 1999, p. 282). Dans ce contexte, les billes font double emploi mais elles pourraient être l’outil d’un type de lissage ou de polissage bien précis. Le lustré intense que nous avons observé sur quelques pièces est un indice qui va dans ce sens.

38L’hypothèse d’un jeu… de billes doit être évoquée. L’assemblage de matériaux, de couleurs et de dimensions au sein des sites plaide pour l’emploi des billes par groupes, et autorise à penser à des éléments de jeux, comme il s’en rencontre partout dans le monde sous des formes variées, pour la détente ou pour des usages rituels (divination, questionnement des morts...).

39Les usages non techniques autorisent toutes les spéculations : talisman, symbole, aide-mémoire, signe de reconnaissance, d’appartenance, la liste ne peut être limitée que par l’imagination. P. Phillips privilégie cette dernière voie interprétative et voit dans les billes « something more in the way of a unit of exchange of ritual or commercial value » (Phillips, 1982, p. 39), qu’elle relie aux circulations plus générales de biens dans la culture chasséenne.

40Le problème central qui demeure est qu’aucune des fonctions proposées ne nécessite la fabrication d’une bille : la nature est prodigue en galets sphériques de tous calibres. Il y a donc bien dans l’acte de fabrication des billes une intentionnalité autre que fonctionnelle qui s’exprime également dans leur répartition géographique, leur abondance intrasite et micro-régionale, les assemblages de roches, de couleurs et de dimensions qu’elles forment dans chaque site et les contextes de découvertes. La présence de billes en contextes funéraires est un élément fort d’affirmation de leur caractère non strictement utilitaire, mais ne permet guère d’aller plus loin dans l’interprétation.

Conclusion

41La quête d’une fonction unique pour les billes chasséennes semble vaine, tout autant que le refuge derrière l’affirmation de leur caractère symbolique. Il s’agit d’objets façonnés avec soin et probablement chargés de valeur personnelle ou collective. En cela, une comparaison peut être établie avec les petits objets géométriques connus au Proche-Orient, « sphères, cylindres, disques, cônes ou parallélépipèdes, parfois en matériaux semi-précieux et souvent rehaussés de signes gravés ou de motifs géométriques plus complexes. » (Cauvin, 1997, p. 177). De tels objets non utilitaires apparaissent dès le Natoufien, soit le XIIIe millénaire avant J.-C., et sont connus dans le Proto-Néolithique et le Néolithique ancien (Pre-Pottery Neolithic A et B ; ibid. ; Aurenche, Kozlowski, 1999). Un dépôt découvert dans l’habitat de Es Sifiya à Wadi Mujibe en Jordanie regroupait 23 figurines anthropomorphes, 215 figurines animales et 78 objets géométriques, tous en argile cuite (Mahasneh, Gebel, 1999). Parmi les derniers, la moitié sont des sphères de diamètre compris entre 10 et 35 mm. Les auteurs interprètent la découverte comme les rebuts de cuisson d’un lot plus important, dont les éléments les plus réussis ont été emmenés sur d’autres sites du PPNB tardif (viie millénaire avant J.-C.). Postérieurement, dans la première moitié du ive millénaire avant J.- C., dans le niveau 18 de l’acropole de Suse, de petits objets géométriques, les « calculi », sont associés aux sceaux-cylindres et sont considérés comme les premiers systèmes comptables (Le Brun, 1985).

42Ces quelques comparaisons qui demanderaient à être systématisées indiquent bien que la signification de tels objets géométriques ne peut être approchée sans contexte de découverte précis. Au-delà de l’inventaire et de l’analyse formelle, la compréhension des billes chasséennes demeure ouverte.

Remerciements

43Mme Chabard, conservatrice, m’a autorisé à fouiller dans les collections anciennes du musée Rolin d’Autun ; de même G. Dal Pra † au Musée de Soyons. G. Fages, P.-A. de Labriffe, J. Duriaud, F. Prudhomme, M. Rué et J.-P. Thevenot m’ont fait part d’informations inédites. A. Beeching et J.-L. Brochier m’ont transmis leur documentation de fouille inédite et ont enrichi ma réflexion par leurs remarques et leurs interrogations. Enfin, M. Bordreuil m’a généreusement ouvert les portes du Musée d’Alès, de ses découvertes inédites et de sa bibliothèque personnelle, sans omettre son charmant accueil.

Bibliographie

Bibliographie

Arnal et alii 1994 : Arnal (G.-B.), Clopes (J.), Laboucarie (S.), Sahuc (M.), Sauveur (C.). — Apport général des recherches sur les sites préhistoriques de la Source de la Cadoule à Teyran (Hérault). Archéologie en Languedoc, 18, 1994, p. 31-48, 22 fig.

Audibert 1953 : Audibert (J.). — La station du Moulin de Sauret. Castelnau-le-Lez (Hérault). Bull. de la Soc. préhistorique française, LIII, 7-8, 1953, p. 402-407.

Aurenche, Kozlowski 1999 : Aurenche (O.), Kozlowski (S. K.). — La naissance du Néolithique au Proche-Orient ou le paradis perdu. Paris : Errance, 1999. 256 p., ill.

Barral 1960 : Barral (L.). — La Grotte de la Madeleine (Hérault) : campagnes de fouilles effectuées par le Musée d’Anthropologie de Monaco de 1956 à 1958. Bull. du Musée d’anthropologie de Monaco, 7, 1960, p. 5-73, 38 fig.

Beeching 1995 : Beeching (A.). — Nouveau regard sur le Néolithique ancien et moyen du bassin rhodanien. In : Voruz (J.-L.) dir. — Chronologies néolithiques : de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien : Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19-20 sept. 1992, XIèmes Rencontres Néolithiques de Rhône-Alpes. Ambérieu-en-Bugey : Société Préhistorique Rhodanienne, 1995, p. 93-111, 11 fig. (Documents du Département d’Anthropologie et d’Écologie de l’Université de Genève ; 20).

Beeching 1999 : Beeching (A.). — Quelles maisons pour les Néolithiques méridionaux ? Les cas rhodaniens examinés dans le contexte général. In : Beeching (A.), Vital (J.) dir. — Préhistoire de l’espace habité et actualité de la recherche : Actes des Premières Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Valence, 3-4 juin 1994. Valence : C.A.P. de Valence, 1999, p. 14-61, 14 fig. (Travaux ; 1).

Beeching et alii 1987 : Beeching (A.), Brochier (J.-L.), Matteucci (S.), Pahin (A.-C.), Thiercelin (F.). — Les sépultures et dépôts d’ossements humains dans le chasséen de la moyenne vallée du Rhône. In : Les sépultures néolithiques de Rhône-Alpes : Actes des 3èmes Rencontres Néolithiques de Rhône-Alpes, Lyon, 23 mai 1987, Université Lumière Lyon II. Valence : C.A.P. de Valence, 1987, p. 75-83, 2 fig.

Beeching, Brochier 1994 : Beeching (A.), Brochier (J.-L.) dir. — Archéologie spatiale en Vallée du Rhône. Espaces parcourus/Territoires exploités. Le groupe néolithique et son territoire. Rapport d’A.T.P. « Grands projets en Archéologie métropolitaine ». Valence : C. A. P. de Valence ; ERA 36 du C. R. A. du CNRS, 1994. 74 p., ill.

Beeching, Crubézy 1998 : Beeching (A.), Crubézy (E.). — Les sépultures chasséennes de la vallée du Rhône. In : Guilaine (J.) dir. — Sépultures d’Occident et genèses des mégalithismes (9000-3500 avant notre ère). Paris : Errance, 1998, p. 147-164, 10 ill. (Séminaire du Collège de France).

Bertone, Fedele 1991 : Bertone (A.), Fedele (F.). — Découvertes récentes dans la Vallée de Susa et le problème des relations avec le Chasséen. In : Beeching (A.), Binder (D.), Blanchet (J.-C.), Constantin (C.)., Dubouloz (J.), Martinez (R.), Mordant (D.), Thevenot (J.-P.), Vaquer (J.) dir. — Identité du Chasséen : Actes du colloque international de Nemours, 17-19 mai 1989. Nemours : APRAIF, 1991, p. 69-79, 8 fig., 1 tabl. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 4).

Bertone, Fozzati 2002 : Bertone (A.), Fozzati (L.) dir. — La Maddalena di Chiomonte. 6000 anni di storia sulle Alpi occidentali. Torino : Nautilus, 2002. 197 p., ill.

Bordeuil 1981 : Bordeuil (M.). — Recherches sur la préhistoire des hautes vallées des Gardons. Le Gardon de Saint Jean et le bassin de la Droude. In : Actes du 106ème congrès national des sociétés savantes. Perpignan, 1981, p. 217-225.

Bordeuil 1995 : Bordeuil (M.). — Une nécropole chasséenne fantôme à côté d’Uzès (Gard). Archéologie en Languedoc, 19, 1995, p. 39-40.

Bordeuil, Roger 1992a : Bordeuil (M.), Roger (J.-M.). — Le Chasséen dans le département du Gard : un état de nos questions. Bull. de la Soc. d’études des sciences naturelles de Nîmes et du Gard, 59, 1992, p. 84-99, 12 fig.

Bordeuil, Roger 1992b : Bordeuil (M.), Roger (J.-M.). — Inventaire des gisements chasséens du département du Gard. Bull. de la Soc. d’études des sciences naturelles de Nîmes et du Gard, 59, 1992, p. 100-126, 33 fig.

Buret 1983 : Buret (C.). — L’industrie de la pierre polie au Néolithique moyen et récent à Auvernier, canton de Neuchâtel (Suisse). Thèse de doctorat. Nanterre : Université de Paris X, 2 vol., 1983. 196 p., ill.

Buret, Ricq-de Bouard 1982 : Buret (C.), Ricq-de Bouard (M.). — L’industrie de la « pierre polie » du Néolithique moyen d’Auvernier (Neuchâtel. Suisse) : les relations entre la matière première et les objets. Valbonne : CNRS, 1982. 27 p., 12 fig., 4 pl. (Notes internes du Centre de Recherches archéologiques ; 41).

CAP Valence 1985 : CAP Valence. — Portes-en-Valdaine « La Treille ». Rapport de fouilles. Lyon : SRA Rhône-Alpes, 1985. 20 p., 17 fig.

Catelan, Catelan 1921 : Catelan (A.), Catelan (L.). — La Grotte du Levant de Leaunier, Malaucène (Vaucluse). In : Congrès de Strasbourg de l’Ass. française pour l’Avancement des Sciences, juillet 1920. Paris : Imprimerie Chaix, 1921, p. 425-431.

Cauvin 1997 : Cauvin (J.). — Naissance des divinités, naissance de l’agriculture. La révolution des symboles au Néolithique. Paris : CNRS, 1997 (nouv. éd.). 310 p., 68 fig., 8 pl., 1 tabl. (Empreintes de l’homme).

Clottes, Carrières 1977 : Clottes (J.), Carrières (M.). — La statue féminine de Capdenac-le-Haut (Lot). In : Compte rendu de la XXème session du congrès Préhistorique de France, Provence, 1-7 juillet 1974. Paris : Société préhistorique française, 1977, p. 102-108, 5 fig.

Costantini 1984 : Costantini (G.). — Le Néolithique et le Chalcolithique des Grands Causses. 1. Étude archéologique. Gallia Préhistoire, 27, 1, 1984, p. 121-210, 50 fig.

Cotte 1905 : Cotte (C.). — Recherches aux environs de Trets. L’Homme préhistorique, 1905, p. 308-319.

Cotte 1916 : Cotte (C.). — Discussion sur les billes en pierre polie. Bull. de la Soc. préhistorique française, XIII, 1916, p. 251-254.

Cotte 1924 : Cotte (V.). — Documents sur la Préhistoire de Provence. Deuxième partie : la civilisation néolithique. Aix-en-Provence : A. Dragon, 1924. XVI-233 p., 24 fig.

Courtin 1974 : Courtin (J.). — Le Néolithique de la Provence. Paris : Klincksieck, 1974. 360 p., 126 fig., 31 pl. (Mémoires de la Soc. préhistorique française ; 11).

Courtin, Pelouard 1971 : Courtin (J.), Pelouard (S.). — Un habitat chasséen en Haute Provence : la « Grotte C » de Baudinard (Var). Bull. de la Soc. préhistorique française, 68-2, 1971, p. 540-561, 16 fig.

Crubézy 1991 : Crubézy (E.). — Les pratiques funéraires dans le Chasséen de la moyenne vallée du Rhône. In : Beeching (A.), Binder (D.), Blanchet (J.-C.), Constantin (C.), Dubouloz (J.), Martinez (R.), Mordant (D.), Thevenot (J.-P.), Vaquer (J.) dir. — Identité du Chasséen : Actes du colloque international de Nemours, 17-19 mai 1989. Nemours : APRAIF, 1991, p. 393-398, 1 fig. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 4).

Crubézy et alii 1988 : Crubézy (E.), Mendoza (A.), Prades (H.). — Les sépultures chasséennes du département de l’Hérault. In : Le Chasséen en Languedoc oriental. Hommage à J. Arnal : Actes des journées d’études, Montpellier 25-27 oct. 1985. Montpellier : Univ. de Montpellier, 1988, p. 271-275, 4 fig. (Recherches de l’Université de Montpellier ; 1).

D’Anna et alii 1977 : D’Anna (A.), Balac-hebert (A.- M.), Camps-fabrer (H.). — Le gisement néolithique de Miouvin, Istres (Bouches-du-Rhône) : premiers résultats. Bull. de la Soc. préhistorique française, 74-1, 1977, p. 376-389, 12 fig.

D’Anna, Mills 1981 : D’Anna (A.), Mills (N.T.W.). — L’occupation néolithique du bassin de Trets (Bouches-du-Rhône, France). Bull. archéologique de Provence, 8, 1981, p. 3-37, 8 fig.

Daugas, Raynal 1991 : Daugas (J.-P.), Raynal (J.-P.). — Quelques repères chronologiques et culturels concernant le chasséen de l’Auvergne et du Velay. In : Beeching (A.), Binder (D.), Blanchet (J.-C.), Constantin (C.), Dubouloz (J.), Martinez (R.), Mordant (D.), Thevenot J.-(P.), Vaquer (J.) dir. — Identité du Chasséen : Actes du colloque international de Nemours, 17-19 mai 1989. Nemours : APRAIF, 1991, p. 55-58 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 4).

Daumas, Laudet 1998 : Daumas (J.-C.), Laudet (R.) dir. — Préhistoire au Trou Arnaud, Saint-Nazaire-le-Désert (Drôme), tome 1. La Motte-Chalancon : Les Cahiers de l’Oule, 1998. 56 p., ill.

Delcaro 2002 : Delcaro (D.). — L’industria litica levigata. In : Bertone (A.), Fozzati (L.) dir. — La Maddalena di Chiomonte. 6000 anni di storia sulle Alpi occidentali. Torino : Nautilus, 2002, p. 88-99, 18 fig., 2 tabl.

Dumas 1908 : Dumas (U.). — La Grotte des Fées à Tharaux (Gard). In : Compte-rendu de la treizième session du congrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistoriques, Monaco, 1906, Monaco : Impr. de Monaco, 1908, p. 221-232, fig. 141-145.

Duriaud 1996a : Duriaud (J.). — Le Néolithique moyen en Tournugeois : évolution des industries lithiques. In : Duhamel (P.) dir. — La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien, carrefour ou frontière ? : Actes du 18ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 1991. Dijon, 1996, p. 407-413, 4 fig. (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 14).

Duriaud 1996b : Duriaud (J.). — Le Néolithique en Tournugeois. In : 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire. Montceau-les-Mines : CDRA 71, 1996, p. 74, 1 fig.

Foucault, Raoult 1984 : Foucault (A.), Raoult (J.- F.). — Dictionnaire de géologie. Paris : Masson, 1984 (2ème éd.). 347 p.

Galan 1967 : Galan (A.). — La station néolithique de la perte du Cros à Saillac (Lot). Gallia Préhistoire, X, 1, 1967, p. 1-60.

Guilaine, Roudil 1976 : Guilaine (J.), Roudil (J.-L.). — Les civilisations néolithiques en Languedoc. In : Guilaine (J.) dir. — La Préhistoire française. Tome II : les civilisations néolithiques et protohistoriques. Paris : CNRS, 1976, p. 267-278, 6 fig.

Hénon 1990 : Hénon (P.). — Les industries lithiques du site des « Terres Blanches » à Menglon (Drôme), d’après la collection Müller. Mémoire de Maîtrise. Lyon : Université Lyon III. Valence : Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence, 1990. 73 p., 47 fig.

Heritier, Barret 1978 : Heritier (A.),Barret (C.). — Rapport de fouilles, grotte du Pontiar, Petit Charmasson, Vallon-Pont-d’Arc, Ardèche. Lyon : SRA Rhône-Alpes, 1978. 22 p., 56 fig.

Heritier, Barret 1980 : Heritier (A.), Barret (C.). — Les grottes du Pontiar, Petit Charmasson, Vallon-Pont d’Arc. Rapport de synthèse. Lyon : SRA Rhône-Alpes, 1980. 126 p., 93 pl.

Labriffe, Petitot 2000 : Labriffe (P.-A. de), Petitot (H.). — Une sépulture en coffre à Narbonne (Aude). In : Pré-Actes des IVème Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Nîmes, octobre 2000. Pré-prints, 2000, p. 83.

Le Brun 1985 : Le Brun (A.). — Le niveau 18 de l’acropole de Suse. Mémoire d’argile, mémoire du temps. Paléorient, 11-2, 1985, p. 31-36, 2 fig.

Lombard 1999 : Lombard (D.). — Aperçu sur le Néolithique des Hautes-Alpes. In : Beeching (A.) dir. — Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998). Valence : C.A.P. de Valence, 1999, p. 481-500, 3 fig. (Travaux, 2).

Lorblanchet 1967 : Lorblanchet (M.). — Géographie Préhistorique Protohistorique et Gallo-Romaine des Cévennes Méridionales et de leurs Abords. Diplôme d’Études supérieures, Montpellier, Université de Montpellier, 1967. 273 p., 99 fig.

Lorenchet de Montjamont et alii 1979 : Lorenchet de Montjamont (M.), Bornand (M.), Mandier (P.), Montjuvent (G.), COMBIER (J.). — Carte géologique de la France à 1 :50000e, feuille Montélimar (866). Orléans : Bureau des Recherches Géologiques et Minières, 1979.

Louis 1931 : Louis (M.). — La Grotte des Sables (commune de Remoulins, Gard). Bull. de la Société préhistorique française, XXVIII, 1931, p. 476-483, 3 fig.

Louis, Bruguière [s.d.] : Louis (M.), Bruguière (R.). — La Grotte Mazauric commune de Sainte-Anastasie, arrondissement d’Uzès (Gard). Dijon : Revue des Musées, [s.d.], 11 p., 6 fig.

Mahasneh, Gebel 1999 : Mahasneh (H. M.), Gebel (H.G.K.). — Geometric objects from LPPNB Es-Sifiya, Wadi Mujib, Jordan. Paléorient, 24, 2, 1999, p. 105-110, 2 fig., 1 tabl.

Matteuci 1986 : Matteuci (S.). — L’atelier de taille de Portes-en-Valdaine. In : Actes des 1ères Rencontres Néolithiques de Rhône-Alpes (ARENERA, 1), Lyon, 26 avril 1986. Lyon : Université Lumière Lyon II ; Valence : C.A.P. de Valence, 1986, p. 22-26, 3 fig.

Mazauric 1911 : Mazauric (F.). — Exposition locale du congrès Préhistorique de Nîmes. L’Homme préhistorique, 1911, p. 267-277.

Mendoza, Prades 1988 : Mendoza (A.), Prades (H.). — Le gisement chasséen de Lattes. In : Le Chasséen en Languedoc oriental. Hommage à J. Arnal : Actes des journées d’études, Montpellier 25-27 oct. 1985. Montpellier : Univ. de Montpellier, 1988, p. 83-104, 23 fig. (Recherches de l’Université de Montpellier ; 1).

Müller 1930 : Müller (H.). — Station préhistorique et protohistorique de Menglon (Drôme). Bull. de la Soc. Dauphinoise d’ethnologie et d’anthropologie, XXVII, 1930, p. 63-91, 12 pl.

Neuffer 1964 : Neuffer (E. M.). — Das Aeneolithikum in Südfrankreich und seine Beziehungen zu Mitteleuropa. Inaugural Dissertation : Universität Freiburg-im-Brisgau, 1964. 3 vol.

Nicolardot 1984 : Nicolardot (J.-P.). — Recherches sur le Néolithique de la Côte-d’Or. In : Pétrequin (P.), Gallay (A.) éd. — Le Néolithique Moyen Bourguignon (NMB) : Actes du colloque de Beffia (Jura, France), juin 1983. 1984, p. 85-98, 8 fig. (Archives suisses d’anthropologie générale, 48-2).

Paccard 1993 : Paccard (M.). — La grotte d’Unang à Malemort-du-Comtat. Avignon : APRAV, 1993. 205 p., XII pl. (Documents d’Archéologie vauclusienne ; 4).

Pahin 1985 : Pahin (A.-C.). — Le Néolithique dans les Baronnies et le Nyonsais. Inventaire et essai de synthèse sur le Chasséen du sud-est drômois, Mémoire de Maîtrise. Paris : Université de Paris I, 1985. 2 vol., 290 p., 151 pl.

Petitot, Guyonnet 1999 : Petitot (H.), Guyonnet (F.). — Narbonne. Les Hauts de Narbonne/RN 213. In : Bilan scientifique régional de Languedoc-Roussillon. Montpellier : Service régional de l’archéologie, 1999, p. 53, fig. 8.

Phillips 1982 : Phillips (P.). — The Middle Neolithic in Southern France. Chasséen farming and culture process. Oxford, 1982. 204 p., 30 fig., 8 tabl. (British Archaeological Reports, International Series ; 142).

Phillips, Courtin 1981 : Phillips (P.), Courtin (J.). — La Bertaude, le Grès-d’Orange. Bull. de la Soc. préhistorique française, 78, 10-12, 1981, p. 379-410, 1 pl.

Raymond 1908 : Raymond (P.). — Les billes de l’époque durfortienne. Revue Préhistorique, 1908, p. 129-138.

Ricq-de Bouard 1996 : Ricq-de Bouard (M.). — Pétrographie et sociétés néolithiques en France méditerranéenne. L’outillage en pierre polie. Paris : CNRS, 1996. 272 p., 82 fig., 5 tabl., 6 ann. (Monographie du CRA ; 16).

Roudil, Soulier 1969 : Roudil (J.-L.), Soulier (M.). — La Grotte du Pont de Maron (Remoulins - Gard) et les bracelets cylindriques en calcaire. Bull. de la Soc. préhistorique française, 66, 8, 1969, p. 244-246, 4 fig.

Rouquette, Montjardin 1988 : Rouquette (D.), Montjardin (R.). — Les sites chasséens de la région de Thau-Gardiole (Hérault). In : Le Chasséen en Languedoc oriental. Hommage à J. Arnal : Actes des journées d’études, Montpellier 25-27 oct. 1985. Montpellier : Univ. de Montpellier, 1988, p. 47-67, 15 fig. (Recherches de l’Université de Montpellier ; 1).

Sahuc 1988 : Sahuc (M.). — L’industrie lithique du village chasséen de Montbeyre-la-Cadoule (Teyran, Hérault). Étude de la collection Escuret. In : Le Chasséen en Languedoc oriental. Hommage à J. Arnal : Actes des journées d’études, Montpellier 25-27 oct. 1985. Montpellier : Univ. de Montpellier, 1988, p. 115-144, 17 fig. (Recherches de l’Université de Montpellier ; 1).

Simanjuntak 1998 : Simanjuntak (H. T.). — Étude de la collection du Docteur Prunières. Contribution à l’étude de la Préhistoire et de la Protohistoire de Lozère et des Grands Causses. Banassac : Centre de Recherche et de Documentation Préhistorique de Lozère, 1988. 528 p., 102 fig., 66 tabl.

Staïkos 1997 : Staïkos (A.). — Les liaisons culinaires. Arles : Actes Sud / Athènes : Institut Français d’Athènes, 1997. 153 p., 17 menus, 36 recettes, une femme, deux amants (Coll. Lettres grecques).

Starnini, Voytek 1997 : Starnini (E.), Voytek (B.). — New lights on old stones : the ground stone assemblage from the Bernabo Brea excavation at Arene Candide. In : Maggi (R.) éd. — Arene Candide : a fonctional and environmental assessment of the holocene sequence (excavations Bernabo’Brea - Cardini 1940-50). Roma : Il Calamo, 1997, p. 427-511, 54 fig., 2 app. (Memorie dell’Istituto italiano di paleontologia umana ; 5).

Thirault 2004 : Thirault (É.). — Échanges néolithiques : les haches alpines. Montagnac : Éd. Monique Mergoil (col. Préhistoire, 10). 468 p., 148 fig., 42 tabl. 50 pl.

Thirault et alii 1999 : Thirault (É.), Santallier (D.), VERA (R.). — Les matériaux lithiques polis du Néolithique rhônealpin : de la caractérisation à l’interprétation archéologique. In : Beeching (A.) dir. — Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998). Valence : C.A.P. de Valence, 1999, p. 259-296, 8 fig. (Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence ; 2).

Treinen-Claustre 1986 : Treinen-claustre (F.). — Le groupe de Montbolo dans son contexte pyrénéen. In : Demoule (J.-P.), Guilaine (J.) dir. — Le Néolithique de la France, Hommage à G. Bailloud. Paris : Picard, 1986, p. 217-232, 4 fig.

Vaquer 1990 : Vaquer (J.). — Le Néolithique en Languedoc occidental. Toulouse : CNRS, 1990. 398 p., 202 fig., 7 pl.

Vaquer 1998 : Vaquer (J.). — Les sépultures du Néolithique moyen en France méditerranéenne. In : Guilaine (J.) dir. — Sépultures d’Occident et genèses des mégalithismes (9000-3500 avant notre ère). Paris : Errance, 1998, p. 167-186, ill. (Séminaire du Collège de France).

Vaquer, Jedikian 2003 : Vaquer (J.), Jedikian (G.). — La Salle, Carcassonne (Aude) : un habitat de plein air du groupe de Bize. Bull. de la Soc. préhistorique française, 100, 2, 2003, p. 323-355, 23 fig., 4 tabl.

Annexes

annexe. Inventaire des sites néolithiques ayant livré des billes. État en avril 2003

Effectifs en gras : vus par nos soins

Ligne en italique : objets vus mais doute.

Abréviations : HS : hors stratigraphie ; RV : « roche verte »

Notes

1 Informations orales de J. Duriaud et de M. Rué. Les prospections systématiques réalisées depuis une vingtaine d’année dans le Tournugeois sous la houlette de J. Duriaud (Duriaud, 1996a et b) permettent de distinguer les fortes concentrations de mobiliers qui signent la présence d’un site préhistorique, des épandages agricoles (fumiers) et des déplacements de terres à vignes qui produisent un « bruit de fond » en éparpillant des silex dans toutes les parcelles ouvrées. Ainsi, les découvertes de billes à jouer modernes en terre ne sont pas rares et les exemplaires en pierre mentionnés ici peuvent leur être rapprochés.

2 Grotte des Porcs à La Cadière, no 27 ; grotte du Pont de Maron à Remoulins, no 37 ; abri Moula à Soyons (fig. 1, nos 4 et 5), no 80 ; grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc, no 82 ; grotte d’Antonnaire à Montmaur-en-Diois (fig. 1, no 3), no 87 et surtout La Maddalena à Chiomonte, no 94, au cœur des Alpes.

3 Les Terres Blanches à Menglon, no 85, grotte d’Antonnaire à Montmaur-en-Diois (fig. 1, no 3), no 87 et le Trou Arnaud à Saint-Nazaire-le-Désert, no 90.

4 Détermination à la loupe binoculaire avec Jacques-Léopold Brochier. Les limonites sont des hydroxydes de fer qui peuvent former des rognons concrétionnés (Foucault, Raoult, 1984).

5 « essa ha una forma pseudocubica, con le sei superfici laterali artificialmente incavate tramite picchiettatura, adatte a mantenere ferma la sfera in lavorazione » (Delcaro, 2002, p. 97).

6 Dans la grotte du Cros à Saillac (no 5), entre 19 et 24 mm (Galan, 1967) ; à La Bastide-Pradines « Maluserne » (no 6), 18, 22 et 28 mm (Costantini, 1984) ; à Corbières-les-Cabanes « Grotte de Montou » (no 18), 21, 21, 23 et 26 mm (Treinen-Claustre, 1986) ; à Sanilhac « Saint-Vérédème » (no 53), de 15 à 34 mm (Bordreuil, Roger, 1992a) ; à Tharaux « Grotte des Fées » (no 56), 14, 15, 17, 17, 19, 19, 21, 21, 23 et 27 mm ; au Grès d’Orange « La Bertaude » (no 62), entre 18 et 26 mm (Phillips, Courtin, 1981) ; à Trets « La Bastidonne » (no 75), de 20 à 30 mm (D’Anna, Mills, 1981) ; dans la grotte Murée à Montpezat (no 79 ; Courtin, 1974), 21, 25, 25 et 26 mm (en « roche verte ») et 20 mm (en calcaire) ; à Menglon « Les Terres Blanches » (no 85), 14, 14, 14, 21, 23, 29, 36 mm (Müller, 1934 ; Hénon, 1990) ; au Pègue « La Côte » (no 88 ; Pahin, 1985), 11 et 13 mm (en grès), 13 et 18 mm (en calcaire) ; à Saint-Nazaire-le-Désert « Le Trou Arnaud » (no 90), 23 mm (en gabbro), 25, 26, 28 et 30 mm (en calcaire).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Exemples de billes et de petits objets sphéroïdes chasséens. 1 et 2 : « Les Moulins » à Saint-Paul-Trois-Châteaux, fouilles A. Beeching (Drôme, no 91 ; dépôt CAP Valence) ; (1 : fosse 319, grès dense, brun sombre rougeâtre à grain très fin ; 2 : fosse 16, calcaire blanc cassé à grain très fin) ; 3 : « Grotte d’Antonnaire » à Montmaur-en-Diois, fouille J.-L. Brochier, sondage 1 (Drôme, no 87 ; dépôt CAP Valence), serpentinite vert noir ; 4 et 5 : « Abri Moula » à Soyons, fouille Club Crouzet (Ardèche, no 80 ; Musée de Soyons), serpentinites vert noir ; 6 : « Les Hayes » à Montboucher-sur-Jabron, prospections TGV/J. Durand (Drôme, no 86 ; dépôt CAP Valence), grès ferrugineux/limonite brun-rouge ; 7 : « Surel » à La Garde-Adhémar, fouille M. Linossier (Drôme, no 84 ; dépôt CAP Valence), limonite brun sombre ; 8 : « Bas-Guercy » à Soyons, fouille G. Dal Pra (Ardèche, no 81 ; Musée de Soyons), calcaire blanc à cœur, un peu jauni en surface ; 9 et 10 : « La Redoute » à Chassey-le-Camp, collection de Longuy (Saône-et-Loire, no 93 ; Musée Rolin ; 9 : grès fin rouge ; 10 : minerai de fer rouge sombre, dense) ; 11 : « Saint-Martin 3 » à Chabrillan, fouille S. Rimbault, fosse 122 (Drôme, no 83 ; dépôt CAP Valence), roche indéterminée, peut-être un oursin fossile poli.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Fig. 2. Répartition de toutes les billes néolithiques. Les numéros renvoient à l’inventaire établi en annexe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 3. Distribution du nombre de billes par site néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 4. Répartition des billes néolithiques en roches tenaces (les numéros renvoient à l’inventaire établi en annexe).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Légende Fig. 5. Répartition des billes néolithiques en roches gréseuses et/ou ferreuses (les numéros renvoient à l’inventaire établi en annexe).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Légende Fig. 6. Distribution des dimensions des billes en fonction des matériaux. Les diamètres sont mesurés dans leur maximum, d’après les données publiées et nos propres mesures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 7. Évaluation de la sphéricité des billes. Taux d’écart à la sphère en fonction des matériaux, calculé à partir du diamètre maximum = (Ø max. – Ø min.) x 100 / Ø max.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13953/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search