Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Présence chasséenne en Tournugeois

Jean Duriaud

Texte intégral

1Reconnu comme gisement préhistorique dès 1866, le camp de Chassey a été promu vers 1950 au rang de site éponyme de l’une des plus célèbres cultures néolithiques occidentales par Jean Arnal. En choisissant Chasséen comme nom de baptême, celui-ci entendait rendre hommage à J. Déchelette qui le premier avait insisté sur les caractères originaux de la poterie gravée et des vases supports trouvés en France, en s’appuyant notamment sur les séries mises au jour dans les fouilles du camp de Chassey.

2Le site chalonnais est longtemps resté un bastion isolé au nord de l’aire d’extension du Chasséen classique dont l’origine est recherchée dans le Midi méditerranéen. Puis, on a reconnu des traits caractéristiques de cette culture dans pratiquement toutes les régions de France et on a alors évoqué son dynamisme exceptionnel et expliqué la colonisation des régions périphériques par une importante expansion démographique (Bailloud in Lichardus et alii, 1985).

La néolithisation du Val de Saône

3En l’absence de témoins probants plus anciens, la néolithisation de la Saône-et-Loire a d’abord été attribuée à une migration chasséenne (Thevenot, Carré, 1976). On ne reconnaissait alors dans le département que deux sites chasséens, le camp de Chassey et la station du « Moulin de Droux » à Saint-Rémy, pour lesquels l’attribution culturelle pouvait se fonder sur des témoins céramiques (fig. 1). Sur d’autres gisements néanmoins, des armatures tranchantes particulières, à retouche bifaciale, constituaient des indices crédibles d’une fréquentation chasséenne (sur la station des « Évasas » au Villars, par exemple).

4En 1985, à propos de la néolithisation de la Bourgogne, G. Bailloud considère comme convaincantes les affinités méridionales de l’ensemble céramique recueilli à Granges, avant d’insister sur la très forte expansion du Chasséen dont les mouvements de colonisation lui paraissent particulièrement bien illustrés dans cette région (Bailloud in Lichardus et alii, 1985).

Fig. 1. Carte des sites chasséens du Val de Saône et localisation de la zone d’étude (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).

5Dix ans plus tard, J.-P. Thevenot constate que l’on ne comprend pas encore vraiment comment s’est opérée l’installation des premiers paysans dans la vallée de la Saône. Il évoque à son tour les tessons de Granges mais pour les rapprocher finalement du Villeneuve-Saint-Germain. Il insiste en revanche lui aussi sur le phénomène d’expansion remarquable qui caractérise le Chasséen, à qui il attribue, à partir de 4300 avant J.-C., le peuplement de la région comprise entre la Saône et la Loire (Thevenot, 1996).

6En 20 ans, si la présence dans le sud de la Bourgogne de témoins remontant au Néolithique ancien a fini par s’imposer (Nicod et alii, 1996), les hypothèses rendant compte de sa colonisation effective n’ont pas franchement évolué. Le mérite d’avoir anthropisé la région en revient toujours au Chasséen. Durant ces deux décennies, la confirmation d’une station chasséenne au Villars (Duriaud et alii, 1983) et la fouille du site des « Ordeliers » à Cormoranche (Barthèlemy, 1983) ont, il est vrai, apporté de nouveaux arguments en faveur de cette présomption alors même qu’aucun témoin plus ancien n’était découvert.

Les travaux du GRAT

7Le Groupe de Recherche Archéologique de Tournus a entrepris ses premières investigations sur la préhistoire du Tournugeois en 1972. L’objectif affiché dès le départ, à savoir étudier une région limitée, mais de façon la plus complète possible, a été maintenu tout au long de ces trente années. Idéalement placé sur une voie majeure de migrations, l’axe Saône-Rhône, le secteur pris en compte par le GRAT, un carré de plus de 500 km2, centré sur Tournus, constitue une fenêtre largement ouverte sur les mouvements de population ou les courants commerciaux qui ont emprunté ce couloir. Pratiquement toutes les parcelles prospectables ont été parcourues, six gisements ont fait l’objet de fouilles plus ou moins étendues (Duriaud 1996a ; 1999) si bien qu’aujourd’hui les données disponibles sont abondantes et documentent à n’en pas douter toutes les phases du Néolithique que le Tournugeois a connues. Les analyses peuvent s’appuyer sur le mobilier d’une centaine de stations avec notamment plus d’un millier de pointes de flèches et tirer profit de neuf datations14 C (fig. 2). Même si la qualité inégale des séries recueillies constitue un handicap pour le traitement de l’information, l’abondance des vestiges doit néanmoins permettre d’apprécier à sa juste valeur l’empreinte qu’aura laissée localement un courant aussi caractéristique que le Chasséen.

8Les premières synthèses tentant d’esquisser l’histoire du peuplement de la région par des communautés agropastorales se fondaient sur un état des connaissances largement tributaire des fouilles régionales (Duriaud, 1991 ; 1996b ; 1996c). L’interprétation des ensembles lithiques rassemblés admettait d’autant plus facilement une colonisation pionnière chasséenne que cette hypothèse débouchait sur un schéma logique et cohérent de l’occupation du Tournugeois (Duriaud, 1998). On avait ainsi, en bord de Saône et seulement là, deux ensembles pouvant être indéniablement qualifiés de Chasséen, livrant des vestiges comparables à ceux du camp de Chassey. On trouvait ensuite, sur les hauteurs dominant Tournus, des industries présentant des affinités certaines avec le Chasséen. Dans l’optique d’un enracinement néolithique dans la région, la tendance était alors de voir dans ces horizons, l’aboutissement d’un épisode d’évolution locale à partir d’un fonds chasséen, attendu que le schéma inverse était absolument impossible.

9Cette quasi certitude a été ébranlée une première fois par le résultat d’une analyse14 C datant le niveau profond du site de « Bois-Derrière » à Ozenay, fouillé de 1981 à 1983 et considéré jusque-là comme post-Chasséen (OXA-806 : 5790 +/-50BP, soit de 4765 à 4525 avant J.-C.). Deux nouveaux échantillons ont alors été soumis à datation, le premier issu de la même couche de « Bois-Derrière » (GRA-14946 : 5700 +/-50 BP, soit de 4687 à 4405 avant J.-C.), le second provenant de « Beauvois » à Plottes, station qui illustre le même faciès culturel (GRA-14951 : 5470 +/-50 PB, soit de 4438 à 4229 avant J.-C.).

  • 1 C. Bontemps a trouvé dans ses fouilles du « Petit Bois » à Ouroux-sur-Saône des tessons qui se ratt (...)

10Ces trois dates que l’on peut mettre en parallèle avec d’autres du même ordre documentant des gisements comme « Le Petit Bois » à Ouroux (fouilles Christophe Bontemps1) ou du « Verger » à Saint-Romain (Grappin, 1990) suggèrent que la colonisation du Val-de-Saône est bien antérieure au Chasséen. Dès lors, il semblait intéressant de rassembler les indices d’une présence chasséenne dans notre périmètre d’étude afin de prendre la mesure de l’impact de cette culture sur le substrat néolithique local.

Les traits caractéristiques du Chasséen bourguignon

11La recherche d’une empreinte chasséenne en Tournugeois ne peut se fonder que sur un recensement préalable des éléments qui caractérisent cette culture sur les gisements régionaux. Cette recherche privilégiera le lithique puisque la céramique est pour ainsi dire inconnue sur nos stations de surface. Pour ce travail, le camp de Chassey reste évidemment le site incontournable. Nous lui adjoindrons celui du « Moulin de Droux » à Saint-Rémy, en évoquant le matériel rassemblé par A. Gros et déposé au musée de Chalon-sur-Saône. L’approche est délicate car sur cette station de plein air, les ramassages ont été sélectifs et plusieurs périodes sont représentées. La poterie atteste toutefois que le Chasséen tient là une place prépondérante. Nous prendrons aussi en compte le gisement des « Ordeliers » à Cormoranche, fouillé sur une très faible surface par D. Barthèlemy (Barthèlemy, 1983). Le Tournugeois se situe bien sur une voie balisée par des habitats chasséens et de ce fait, sa population a forcément été confrontée peu ou prou aux différents aspects de la culture matérielle véhiculée par ce courant diffusionniste lors de sa progression le long de la Saône.

Fig. 2. Les datations14 C disponibles pour le Néolithique du Tournugeois (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).

12L’emploi du silex blond est une constante que l’on observe partout dans le Chasséen du sud de la France. À Chassey, ce matériau représente près de la moitié des silex récoltés et la majorité des lames sont taillées à ses dépens (Thevenot, 1991). Dans les séries ramassées à Saint-Rémy, le silex blond est présent, mais la plupart des lames et lamelles sont tirées d’un matériau local. Aux Ordeliers, de nombreux outils sont taillés dans un silex blond alors que cette matière est peu représentée dans les déchets du débitage. Sur ces trois sites, le silex qualifié de blond se présente sous différents aspects. Si la matière possède toujours un grain très fin, elle peut être parfaitement homogène, de couleur allant du jaune clair au miel foncé, mais aussi inclure des traînées noirâtres ou des ponctuations floconneuses blanches. L’origine de ces matériaux n’est pas encore connue. Ils sont vraisemblablement étrangers à la région car aucun des affleurements répertoriés aujourd’hui tant en Mâconnais qu’en Chalonnais ne fournit de silex identiques. Peut-être viennent-ils pour une part des gîtes du Vaucluse. Dans cette hypothèse, il convient de souligner que la technique du traitement thermique destinée à faciliter la production de lames n’est pas attestée en Val de Saône alors qu’elle est largement répandue dans le Midi.

13Les Chasséens semblent avoir préféré les lames et dans une moindre mesure les lamelles pour leurs supports d’outils. À Chassey, alors que le décompte des produits de débitage fait apparaître un taux de plus de 80 % d’éclats, les outils sont dans plus de 70 % des cas aménagés sur des lames. De très bonne facture et souvent à trois pans, celles-ci sont le reflet d’un savoir-faire parfaitement maîtrisé et appliqué sur le site même. Saint-Rémy livre des lames bien venues assez nombreuses, mais dans l’ensemble leurs dimensions restent plus modestes qu’à Chassey. La composante laminaire de l’outillage est également bien marquée à Cormoranche.

14Nos trois gisements bourguignons ont donné du quartz hyalin. À Chassey, il représente, selon les couches, entre 5 et 10 % du lithique. La collection Gros du « Moulin de Droux » compte au moins quatre éléments en quartz laiteux et trente-quatre en quartz hyalin dont neuf lamelles très fines, mesurant entre 5 et 8 mm de large pour une longueur allant de 10 à 15 mm. Dans sa fouille, D. Barthèlemy n’a rencontré que deux témoins en cristal de roche, une lamelle et un éclat retouché.

15Les outils récoltés sur les trois sites présentent de fortes analogies entre eux et on remarque des pièces qu’on pourrait croire sorties de gisements du Midi méditerranéen : burins, perçoirs de différents types avec notamment à Chassey et Saint-Rémy des perçoirs-bâtonnets et des perçoirs-tournevis, des lames à retouches latérales continues. Les armatures de flèches offrent également de grandes similitudes. Le groupe des armatures tranchantes domine et renferme toujours le type classique associant retouches semi-abruptes inverses et retouches envahissantes directes. Toutefois, les pointes perçantes sont mieux représentées et montrent une plus grande diversité typologique à Chassey que sur nos deux autres stations de référence.

16La céramique chasséenne se démarque des productions des autres groupes culturels du Néolithique par de nombreux caractères. Pour les besoins de notre recherche, nous ne retiendrons que les pâtes fines, les surfaces lustrées, les coupes en calotte sphérique, les vases carénés et les moyens de préhension variés parmi lesquels se distinguent les baguettes multiforées et des anses tubulaires ensellées. Un objet en terre cuite particulier s’avère quant à lui une originalité bourguignonne, que l’on ne retrouve semble-t-il que dans des horizons chasséens. Il s’agit en l’occurrence d’un cylindre allongé, à perforation longitudinale, dont la fonction reste encore énigmatique. Les fouilles anciennes et récentes de Chassey en ont fourni plusieurs exemplaires. Un spécimen entier de 4 cm de longueur pour un diamètre de 1,5 cm et six autres plus ou moins complets ont été récoltés sur la station de Saint-Rémy. C. Bontemps a récolté un objet de ce type à Ouroux, brisé dans le sens de la longueur, non loin d’une lamelle en quartz. Trois autres cylindres perforés proviennent de la Saône. Le plus grand, recueilli par A. Caillat, mesure 7,5 cm de long pour un diamètre oscillant entre 2,1 et 2,5 cm. Les deux autres ont été trouvés par A. Gros à la station de criblage de Chalon. L. Bonnamour interprète ces éléments comme des poids de filet. Plusieurs entailles provoquées par un fil au niveau des perforations attestent que ces pièces, ou tout au moins celles qui conservent ce genre de cicatrices, étaient utilisées en position horizontale. Ces observations accréditeraient l’hypothèse d’ustensiles de pêche que ne démentirait pas la proximité d’une rivière poissonneuse.

Les sites chasséens en Tournugeois

17Sur la centaine de sites recensés à ce jour en Tournugeois, bien peu en définitive rassemblent un nombre suffisant de témoins caractéristiques pour être attribués au Chasséen. Deux seuls à la vérité correspondent sûrement à des lieux d’implantation ressortissant de cette culture. Ils sont implantés tous les deux au Villars, à 2 km l’un de l’autre, en bordure du plateau qui domine la Saône, aux lieux-dits « La Condemine » et « Champ-Villars ».

La fosse de « La Condemine »

18Cette structure en creux fouillée en 1996 a fait l’objet d’une publication détaillée (Duriaud, 2000). Malgré une faible représentation, l’industrie lithique tout comme la série céramique renvoient indéniablement au Chasséen (fig. 3).La présence d’un cylindre perforé de même module que ceux de Chassey est à noter. Une datation 14C place les vestiges à la fin du Ve millénaire avant J.-C. (LY-8046 : 5225+/ - 55BP, soit de 4213 à 3945 avant J.-C.). Cette date est tout à fait comparable à celle obtenue par D. Barthèlemy (Barthèlemy, 1998) pour le niveau chasséen des « Ordeliers » (LY-8048 : 5235 +/-45 BP, soit de 4222 à 3995 avant J.-C.). Des indices prouvent que la fosse du Villars n’était pas isolée, mais à l’heure actuelle, le couvert végétal ne permet pas d’apprécier l’étendue du site.

La station de « Champ-Villars »

19Découverte en 1975, cette station de surface qui s’étend sur un hectare a donné lieu, en 1983, à une première synthèse portant sur 5 000 artefacts (Duriaud et alii, 1983). Depuis la parution de cette étude, des engins agricoles toujours plus puissants ont mis au jour un abondant mobilier lithique. La collection disponible regroupe maintenant 16 500 objets. Aucun tesson attribuable au Néolithique n’a encore été récolté, mais des galets brûlés suggèrent la présence, sous la couche de terre arable, de structures foyères en creux que le soc commence à démanteler. De fait, la zone de plus forte concentration correspond à un léger bombement du terrain et il est permis d’espérer que sur ses marges, l’accumulation des sédiments arrachés à ce point haut par l’érosion a pu préserver de la destruction des lambeaux d’horizons archéologiques.

20Curieusement, ces labours plus profonds ont remonté de nombreux témoins caractéristiques du Néolithique final alors que cette période n’avait fourni jusqu’alors qu’un fragment de poignard. Aussi, contrairement à ce que pouvait laisser penser le lot de trente-sept armatures de flèches tranchantes récoltées entre 1975 et 1983, la fréquentation de la station de « Champ-Villars » ne se limite donc pas au seul Néolithique moyen. Même si l’emprise de la phase d’occupation la plus récente paraît avoir été beaucoup plus modeste que celle des périodes antérieures, les données statistiques relatives au mode de débitage perdent du coup de leur pertinence. S’il est assurément possible de procéder à un tri chronologique au niveau de certains outils, cette tâche s’avère en revanche des plus délicates pour les produits bruts.

Fig. 3. Industrie céramique chasséenne ou apparentée : 1, vase cylindrique ; 2, coupe en calotte sphérique ; 3, vase ovoïde doté d’une anse en ruban surmontée d’un bouton en faible relief ; 4, jatte ; 5, écuelle carénée ; 6, cylindre perforé ; 7, barrette multi-forée ; 8, anse tubulaire à léger ensellement ; 9, anse tubulaire à ensellement prononcé ; 10, anse tubulaire placée à une rupture du profil. 1-6, « La Condemine » (Le Villards) ; 7, la « Juliène » (Tournus) ; 8, « L’Ormeteau » (Tournus) ; 9-10, « Beauvois » (Plottes) (Dessins J. Duriaud).

21Le mélange de mobiliers n’affecte toutefois en rien la perception de l’empreinte chasséenne qui reste ici beaucoup mieux marquée que partout ailleurs en Tournugeois. Bien que très minoritaire, le silex blond, s’affiche clairement au sein des matériaux mis en œuvre (fig. 4). Il n’a cependant fourni aucun nucléus et ne peut revendiquer que de très rares déchets de taille. On le trouve essentiellement employé comme supports d’outils. Si la composante laminaire du débitage tend à être soulignée ici, c’est uniquement parce que l’éclat domine outrageusement sur les autres stations néolithiques de la contrée. En effet, l’examen des chiffres montre qu’à « Champ-Villars » les lames ne dépassent pas 2 % des éléments récoltés et que les exemplaires bien venus sont exceptionnels.

22L’outillage comporte un petit lot de pièces qui ne dépareraient pas les séries de Chassey. Les exemplaires en silex blond sont parmi les plus typiques. On trouve ainsi quelques burins, un perçoir-tournevis, une dizaine de perçoirs-bâtonnets, trois lames à retouches semi-abruptes continues et près de vingt armatures de flèches tranchantes. À côté de ces éléments pour lesquels l’attribution culturelle paraît évidente, on en trouve d’autres qui ne diffèrent des premiers que par leur matière issue des gîtes du Mâconnais. Ce ne sont plus alors des produits importés d’une région lointaine mais des copies réalisées par un tailleur initié, parfaitement au fait des techniques à mettre en œuvre. Nous sommes alors enclins dans ce cas à les rapporter au même cadre chrono-culturel. Le quartz représente à peu près 1 % des objets ramassés, mais dans ce lot, on ne remarque que deux lamelles, un burin, une probable armature tranchante et un gros cristal, les autres pièces étant des débris informes.

Fig. 4. Industrie lithique en silex blond (1-29, 32) ou en quartz hyalin (30-31) : 1-8, lames et lamelles brutes ou légèrement retouchées ; 9-10, lames à retouches semi-abruptes ; 11-13, burins ; 14-15, grattoirs ; 16-20, perçoirs ; 21, armature tranchante à retouches abruptes directes ; 22-29, armatures tranchantes à retouches bifaciales ; 30, lamelle ; 31, burin ; 32, burin multiple. 1-31, « Champ-Villars » (Le Villars) ; 32, « Le Fourneau » (Plottes) (Dessins J. Duriaud).

23La série des cent treize pointes de flèches mérite une attention particulière. Les armatures perçantes sont peu nombreuses (11) et renvoient toutes au Néolithique final, hormis peut-être le seul exemplaire du type foliacé pour lequel le doute est permis. Quelques-unes des armatures tranchantes sont sans doute contemporaines des pointes à pédoncule et ailerons, mais le plus grand nombre est à classer au Néolithiquemoyen. On retiendra donc queles Chasséens de « Champ-Villars » n’employaient pas les armatures perçantes, contrairement à leurs contemporains implantés en Mâconnais ou en Chalonnais.

Les témoins d’affinité chasséenne sur les autres stations du Tournugeois

24Sur notre secteur de recherche, les stations de « Champ-Villars » et de « La Condemine » sont, à ce jour, les seules à pouvoir se targuer d’une occupation chasséenne, mais parmi les vestiges récoltés ailleurs, il est possible de distinguer des éléments qui afficheraient de fortes affinités avec cette culture.

Le silex blond

25Les silex ramassés dans les collines calcaires sont pour la plupart fortement cacholonnés ce qui complique la caractérisation de la matière utilisée. Le recours à l’examen du cortex, des inclusions ou de la tranche des pièces brisées donne toutefois des indications sur les lieux d’approvisionnement. Sur les terrains argileux ou alluvionnaires, le phénomène de patine est beaucoup moins développé voire absent et il est plus facile dans ces conditions de cerner les gîtes sollicités. Une dichotomie nette apparaît entre les ensembles provenant de la rive droite de la Saône où le silex local des affleurements reconnus à Ozenay, Mancey ou Vers est très largement employé, et ceux de la rive gauche donnant souvent la préférence au silex du Mâconnais. Dans cet inventaire, la station de « Champ-Villars » constitue une exception remarquable. Elle se singularise non seulement par l’importation de silex blond mais aussi par le fait qu’elle semble ignorer les ressources locales. La matière mise en œuvre provient pour la plus grande part du Mâconnais avec une forte proportion de silex à bryozoaires de bonne qualité. En dehors de « Champ-Villars » et de « La Condemine », le silex blond est pour ainsi dire absent. Sur plus de 200 000 éléments recueillis, nous ne voyons qu’un grattoir récolté sur la station du Souchet au Villars et un burin très faiblement patiné recueilli sur le gisement du Fourneau à Plottes où tous les autres silex sont cacholonnés (fig. 4, no 32).

Le débitage laminaire

26Comme nous l’avons déjà signalé, le Tournugeois néolithique est le domaine de l’éclat. Les rares lames rencontrées sont soit des productions de facture maladroite, nées d’un heureux concours de circonstances lors du travail d’un tailleur local, soit au contraire des éléments importés redevables du savoir-faire d’un spécialiste. Dans ce cas, si le produit n’est pas en silex blond, il est hasardeux de l’attribuer au Chasséen car la maîtrise du débitage laminaire ne reste pas l’apanage de ses seuls artisans.

Les perçoirs

27Les outils rangés dans la catégorie des perçoirs présentent des formes et des dimensions très diverses. Tous possèdent en commun une partie active effilée, dégagée par des retouches directes, inverses ou alternes. Le perçoir-tournevis, dont la pointe façonnée dans l’axe du support se termine par un tranchant étroit, est un fossile directeur du Chasséen. En Tournugeois, nous ne connaissons pas d’autres exemplaires de ce type que celui ramassé à « Champ-Villars » (fig. 4, no 18). Le perçoir-bâtonnet est une pièce allongée et étroite évoquant une lamelle épaisse, aux deux bords abattus. Les spécimens en silex blond de « Champ-Villars » sont manifestement chasséens (fig. 4, no 16). A priori, les autres pourraient appartenir à la même sphère culturelle ou résulter de contacts avec celle-ci. Les perçoirs-bâtonnets se retrouvent en petit nombre sur plusieurs stations (fig. 5). Celles qui en ont livré au moins deux sont toutes rapportées au Néolithique moyen au vu, notamment, de leurs pointes de flèches. Les fouilles menées à « Bois-Derrière » et « Beauvois » ont donné plusieurs de ces perçoirs dans des niveaux qui seraient antérieurs à l’arrivée des Chasséens dans le val-de-Saône. Cet outil ne constitue donc pas forcément une marque de l’influence de ces derniers.

Les armatures de flèches

28Bien qu’elle puisse revendiquer une ascendance cardiale, seule l’armature tranchante classique, qui associe des retouches semi-abruptes inverses à des retouches envahissantes directes, s’avère utile en Tournugeois pour traquer d’éventuels contacts avec les Chasséens, les autres types étant beaucoup trop ubiquistes pour qu’on leur accorde une quelconque fiabilité (fig. 6). Sur les soixante-trois pièces classées dans cette catégorie, vingt-sept proviennent de « Champ-Villars » et dix autres des « Évasas », station qui se situerait au bord de la Saône, à proximité de la première. Dans les gisements des collines, cette armature est toujours très minoritaire. Des sites du Néolithique moyen, riches en mobilier, comme « Juliène » (Tournus) ou « Bois-Derrière » (Ozenay), qui ont donné respectivement trente-deux et cent armatures tranchantes, ne la connaissent apparemment pas (Duriaud, 1999).

Fig. 5. Localisation des sites ayant fourni des perçoirs-bâtonnets (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).

Fig. 6. Localisation des sites ayant donné des armatures tranchantes associant retouches semi-abruptes inverses et retouches envahissantes directes (le premier nombre correspond aux armatures de ce type, le second au nombre total d’armatures tranchantes ramassées sur le site) (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).

Le quartz

29Rapportés aux 200 000 silex ramassés en Tournugeois, les 230 fragments de quartz réunis font pâle figure (fig. 7). Qui plus est, l’essentiel provient de deux seuls gisements, « Champ-Villars » et « Beauvois ». Sur cette dernière station qui s’étend sur au moins quatre hectares, la répartition des éléments de quartz est particulièrement intéressante à observer. Les ramassages de surface en ont rencontré cinq, cantonnés sur l’unique parcelle 390. D’une superficie de 5 000 m2, elle a aussi fourni 2 500 silex taillés, ce qui correspond au dixième des vestiges ramassés sur l’ensemble du site. Une fouille de sauvetage a porté sur 250 m2 de cette parcelle. Elle a livré trente-six fragments de quartz pour 8 000 silex. Le quartz récolté en surface représente 0,2 % du matériel lithique, alors que dans la fouille, le taux frôle les 0,5 %. Cette différence s’explique par le fait que les éclats de quartz se concentraient dans le niveau profond de la couche archéologique, épargné en partie par les labours. Cette répartition inégale signifierait que ce matériau a rapidement perdu de son attrait auprès des habitants des lieux.

La céramique

30Les tessons de poterie remontés par la charrue ne résistent pas longtemps aux effets du gel et ils disparaissent très rapidement en poussière s’ils ne sont pas ramassés dès leur mise au jour. Sur des terrains occupés par la vigne depuis plusieurs siècles, la céramique néolithique ne s’est conservée qu’à la faveur de circonstances providentielles. De fait, très peu de nos stations tournugeoises en ont livré et en dépit des vestiges exhumés à l’occasion des sauvetages conduits à « Bois-Derrière » et « Beauvois », les séries documentant le Néolithique moyen I restent très pauvres. La petitesse de la grande majorité des tessons est un obstacle à la restitution graphique des récipients et rend vaine toute étude morphologique. À quelques exceptions près, les pâtes observées n’atteignent pas la qualité des productions chasséennes. Toutefois, on peut isoler des tessons montrant un dégraissant abondant, fin et calibré, comparables à des exemplaires trouvés dans la fosse de « La Condemine » du Villars. Des affinités chasséennes pourraient être évoquées à propos de deux carènes, deux anses tubulaires (fig. 3, nos 9-10) et une perforation sous-cutanée issues de « Beauvois ». Le fragment de ruban conservant la trace de trois perforations, récolté en « Juliène », paraît encore plus convaincant mais reste unique (fig. 3, no 7), tout comme une autre anse tubulaire à ensellement médian trouvée à l’Ormeteau qui clôt un inventaire bien réduit (fig. 3, no 8).

Fig. 7. Localisation des sites ayant fourni du quartz débité (le premier nombre recense les éléments en quartz, le second dénombre tous les éléments lithiques récoltés sur le site) (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).

Les Chasséens n’auraient-ils fait que passer ?

31La répartition des sites en Bourgogne du Sud le montre clairement, le Tournugeois se trouve sur une route suivie par un courant chasséen parti des abords de la Méditerranée. Faut-il le concevoir comme une migration de petits groupes humains en quête de nouvelles terres ou plutôt le réduire à des échanges commerciaux soutenus ? Les preuves manquent encore pour trancher. D’ailleurs, la réalité est certainement plus complexe que ne le laisse supposer cette alternative et doit résulter de l’imbrication de nombreux facteurs socio-économiques. Quoi qu’il en soit, il demeure indéniable, qu’en Tournugeois, des témoins d’un Chasséen classique sont identifiables sur deux sites d’habitat, implantés à proximité immédiate de la Saône. Des indices nous inciteraient à penser qu’ils font leur apparition en des lieux déjà investis par des communautés agro-pastorales ressortissant d’une autre sphère culturelle. Il est difficile en revanche d’estimer la durée correspondant au dépôt des vestiges ou encore d’expliquer comment et pourquoi ces objets sont parvenus jusque-là. Tout juste peut-on remarquer que l’emprise de la station de « Champ-Villars » est faible, inférieure à un hectare et qu’il est permis de douter de la contemporanéité stricte des deux gisements, la fosse de « La Condemine » semblant être plus récente. Cette dernière constatation conforte l’hypothèse selon laquelle la circulation des produits chasséens et/ou des hommes dans la vallée de la Saône s’étend sur plusieurs siècles.

32Lorsqu’on s’éloigne un peu de la rivière, on constate une disparition rapide des caractères chasséens. Il y a peu, nous tentions d’expliquer cette brusque et drastique perte des traits identitaires par l’éloignement de la zone nucléaire. Une mutation aussi radicale pouvait pourtant paraître paradoxale au sein de cette culture justement marquée, dans le sud de la France tout au moins, par un conservatisme technologique tel qu’il a longtemps contrecarré tout essai de périodisation interne fondé sur la typologie. Mais la prédominance en Tournugeois de l’armature de flèche tranchante, affirmée sur de nombreuses stations par de riches séries lithiques, semblait alors un argument imparable en faveur de l’évolution locale d’un groupe se fixant durablement dans le pays. Et de ce point de vue, les industries récoltées sur les hauteurs du domaine collinaire ne pouvaient qu’être postérieures à celles de « Champ-Villars » où tout dénotait une communauté nouvellement arrivée, ignorante encore des ressources locales pour la fabrication des outils.

33Les datations 14C sont là pour le prouver, la région était déjà bien peuplée au milieu du ve millénaire avant J.-C., avant même l’émergence du courant chasséen. La documentation est encore par trop lacunaire pour cerner avec certitude l’origine des premiers colons. À ce jour, la balance pencherait plutôt en faveur d’une vague pionnière venue de la vallée du Rhône, mais il faudra d’autres données pour le confirmer.

34Les éléments pouvant témoigner de la sensibilité du substrat local aux stimuli remontant l’axe Rhône-Saône au cours de la deuxième moitié du ve millénaire sont le reflet d’une indifférence certaine des autochtones à l’égard des nouveautés. Le silex blond ne fait pas recette pas plus que le débitage laminaire ou les burins. Le quartz suscite un peu de curiosité à « Beauvois », ailleurs on se contente des échantillons. Il n’y a finalement que l’armature de flèche tranchante bifaciale qui remporte un certain succès au point d’être copiée maladroitement.

35Au terme de cet état des lieux, il ressort que l’impact du courant chasséen en Tournugeois se révèle des plus modestes. Sans doute s’est-il trouvé confronté dans notre contrée à une population déjà fortement sédentarisée, bien campée sur ses traditions culturelles et assurément fermée à toute influence, qu’elle remonte du sud par le couloir de la Saône ou qu’elle vienne du nord. Ne verrait-on pas dans ce phénomène qui se manifeste au ve millénaire avant J.-C., dans un secteur de contacts entre les deux grandes sphères culturelles néolithiques méridionale et septentrionale, la confirmation que les zones de frontière sont des lieux de crispation identitaire et de conservatisme étroit ?

Bibliographie

Bibliographie

Arnal 1998 : Arnal (J.). — À propos de la naissance du Chasséen. In : Le Chasséen en Languedoc oriental. Hommage à J. Arnal : Actes des journées d’études, Montpellier 25-27 oct. 1985. Montpellier : Université de Montpellier, 1988, p. 21-24 (Recherches de l’Université de Montpellier ; 1).

Barthélemy 1983 : Barthèlemy (D.). — Les foyers néolithiques des Ordeliers à Cormoranche (Ain). Annales de l’Académie de Mâcon, 59, 1983, p. 83-95.

Barthèlemy 1998 : Barthèlemy (D.). — Sur les traces des premiers paysans de la Bresse. In : La Bresse, les Bresses, de la Préhistoire à nos jours. Saint-Just : A. Bonavitacola, 1998, p. 47-50.

Duriaud 1991 : Duriaud (J.). — Dynamique évolutive des industries lithiques néolithiques en Tournugeois. In : Colloque sur le Néolithique de Dijon, livret de l’exposition. Dijon : Service régional de l’archéologie de Bourgogne, 1991, p. 12-14, 2 fig.

Duriaud 1996a : Duriaud (J.). — Les stations néolithiques de Bois-Derrière et Beauvois. In : 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire. Montceau-les-Mines : CDRA 71, 1996, p. 74-75, 1 fig.

Duriaud 1996b : Duriaud (J.). — Le Néolithique en Tournugeois. In : 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire. Montceau-les-Mines : CDRA 71, 1996, p. 74-75, 1 fig.

Duriaud 1996c : Duriaud (J.). — Néolithique en Tournugeois : évolution des industries lithiques. In : Duhamel (P.) dir. — La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? : Actes du 18ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 1991. Dijon, 1996, p. 407-413, 4 fig. (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 14).

Duriaud 1998 : Duriaud (J.). — Le Néolithique en Bresse tournugeoise. In : La Bresse, les Bresses, de la Préhistoire à nos jours. Saint-Just : A. Bonavitacola, 1998, p. 19-32, 7 fig.

Duriaud 1999 : Duriaud (J.). — Les armatures de flèches néolithiques du Tournugeois. Travaux de l’Institut de Recherches du Val de Saône mâconnais, 4, 1999, p. 83-100, 6 fig., 2 tabl.

Duriaud 2000 : Duriaud (J.). — La fosse chasséenne de la Condemine au Villars (Saône-et-Loire). Revue archéologique de l’Est, 49, 2000, p. 346-360, 7 fig.

Duriaud et alii 1983 : Duriaud (J.), Rajot (J.-L.), Boisseau (P.). — La station néolithique de Champ-Villars. Bull. de la Soc. des amis des arts et des sciences de Tournus, 82, 1983, p. 97-125, 14 fig.

Lichardus et alii 1985 : Lichardus (J.), Lichardus-Itten (M.), Bailloud (G.), Cauvin (J.). — La Protohistoire de l’Europe : le Néolithique et le Chalcolithique entre la Méditerranée et la mer Baltique. Paris : PUF, 1985. 640 p.

Nicod et alii 1996 : Nicod (P.-Y.), Voruz (J.-L.), Jeunesse (C.), Van Berg (P.-L.). — Entre Rhône et Rhin au Néolithique. In : Duhamel (P.) dir. — La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? : Actes du 18ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 1991. Dijon, 1996, p. 85-94 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 14).

Thevenot 1991 : Thevenot (J.-P.). — Remarques préliminaires sur l’industrie lithique des niveaux chasséens de Chassey (La Redoute). In : Identité du chasséen : Actes du colloque international de Nemours, 1989. Nemours : APRAIF, 1991 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 4).

Thevenot 1996 : Thevenot (J.-P.). — La période néolithique en Saône-et-Loire. In : 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire. Montceau-les-Mines : CDRA 71, 1996, p. 60-64.

Thevenot, Carré 1976 : Thevenot (J.-P.), Carré (H.). — Les civilisations néolithiques de la Bourgogne. La Préhistoire Française, 2, Actes du IXème congrès de l’UISPP, 1976, p. 402-414.

Notes

1 C. Bontemps a trouvé dans ses fouilles du « Petit Bois » à Ouroux-sur-Saône des tessons qui se rattacheraient au Cerny (décor de pastilles au repoussé, pâte dégraissée à l’os). Deux datations confortent cette hypothèse. Lyon-752 (OXA) : 5790 +/-65 BP, soit de 4779 à 4496 avant J.-C. et Lyon-753 (OXA) : 5840 +/-62 BP, soit de 4845 à 4546 avant J.-C. (calibration à 2 Sigma).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des sites chasséens du Val de Saône et localisation de la zone d’étude (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 2. Les datations14 C disponibles pour le Néolithique du Tournugeois (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 3. Industrie céramique chasséenne ou apparentée : 1, vase cylindrique ; 2, coupe en calotte sphérique ; 3, vase ovoïde doté d’une anse en ruban surmontée d’un bouton en faible relief ; 4, jatte ; 5, écuelle carénée ; 6, cylindre perforé ; 7, barrette multi-forée ; 8, anse tubulaire à léger ensellement ; 9, anse tubulaire à ensellement prononcé ; 10, anse tubulaire placée à une rupture du profil. 1-6, « La Condemine » (Le Villards) ; 7, la « Juliène » (Tournus) ; 8, « L’Ormeteau » (Tournus) ; 9-10, « Beauvois » (Plottes) (Dessins J. Duriaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 4. Industrie lithique en silex blond (1-29, 32) ou en quartz hyalin (30-31) : 1-8, lames et lamelles brutes ou légèrement retouchées ; 9-10, lames à retouches semi-abruptes ; 11-13, burins ; 14-15, grattoirs ; 16-20, perçoirs ; 21, armature tranchante à retouches abruptes directes ; 22-29, armatures tranchantes à retouches bifaciales ; 30, lamelle ; 31, burin ; 32, burin multiple. 1-31, « Champ-Villars » (Le Villars) ; 32, « Le Fourneau » (Plottes) (Dessins J. Duriaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Fig. 5. Localisation des sites ayant fourni des perçoirs-bâtonnets (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 6. Localisation des sites ayant donné des armatures tranchantes associant retouches semi-abruptes inverses et retouches envahissantes directes (le premier nombre correspond aux armatures de ce type, le second au nombre total d’armatures tranchantes ramassées sur le site) (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 7. Localisation des sites ayant fourni du quartz débité (le premier nombre recense les éléments en quartz, le second dénombre tous les éléments lithiques récoltés sur le site) (fond de carte mis au net par M. Rué, calques sur lignes d’après l’IGN).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search