Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

La céramique chasséenne : fragments d’histoire d’une culture préhistorique

Alain Beeching

Texte intégral

  • 1 Voir notamment dans : Bailloud, 1964 ; Gallay, 1977 ; Vaquer, 1975 ; Guilaine, Gutherz, 1990.
  • 2 On ne peut cependant oublier qu’il en va de cette Pré-histoire comme de l’Histoire pour laquelle on (...)

1L’histoire des études sur le Néolithique français et, plus précisément ici, celle de l’émergence et du développement du concept de Chasséen a été déjà plusieurs fois écrite sous des angles différents1. Mais, comme les récits historiques racontent autant les préoccupations du narrateur qu’une réalité par ailleurs enfuie et parcellisée, et puisqu’en fin de compte, comme pour les mythes racontés au coin du feu, c’est leur reprise et leur évolution qui marquent la trajectoire du groupe - ici des néolithiciens –, il n’est pas superflu d’y revenir encore. Il s’agit d’ailleurs moins d’érudition historiographique que de la reprise en amont d’un problème bien actuel sur lequel bute encore la recherche spécialisée : la place de la céramique dans la compréhension du Chasséen et, en arrière-plan, des faits qui marquent l’Europe occidentale à ce stade de l’Histoire. Ce terme n’est pas anodin. Après une longue période des recherches néolithiques où il ne semblait possible de décrire que des techno-complexes ou, plus récemment, des comportements sociaux ou symboliques quasi intemporels qui rangeaient nos objets d’études quelque part parmi la liste des manies exotiques des populations archaïques du globe, on perçoit mieux - bien qu’encore très imparfaitement - la place des évènements circonscrits, longuement documentés à partir des fouilles, dans les mouvements complexes mais cohérents qui affectent le continent pendant toute la Préhistoire récente. Les voies de la production alimentaire, de l’occupation de l’espace, des regroupements humains en sociétés viables, de l’exploitation des ressources de la nature pour en tirer profit, de l’organisation d’un monde symbolique pour structurer le domaine invisible du spirituel, de la transcendance religieuse et des liens sociaux... n’ont certes pas eu la rectitude et la convergence qu’on leur a parfois prêtées dans les premiers modèles interprétatifs. Mais elles balisent cependant un moment historique identifiable de la relation de l’homme à ses semblables et au milieu naturel, pré-histoire des groupes, des cités, des territoires, des économies, des modifications du milieu, des adaptations aux variations des climats, des eaux, des couverts végétaux... que les temps suivants et actuels documentent parfois mieux, mais qu’ils ne sauraient relier et interpréter sans la connaissance de ces racines2.

  • 3 La formulation de notre cher collègue est moins tranchée. Il retranscrit même fidèlement les hésita (...)

2On ne s’attardera pas à plaider que la céramique n’est pas toute la culture matérielle et encore moins la culture tout court. Ceci est heureusement admis sinon assimilé. Mais on n’effacera pas son rôle, passé et actuel, dans la construction des entités spatiotemporelles néolithiques et plus encore quand il s’agit de Chasséen. S’il est bon de dépasser cet état de fait en l’enrichissant si possible, il faut bien comprendre sur quoi il repose et notamment sur quels généralisations ou raccourcis abusifs. Au temps où la céramique était le document largement dominant, on a pu le solliciter aussi bien pour dire que le Chasséen avait « réalisé pour la première fois l’unité de la France » (Arnal, Riquet, 1960), ou qu’il avait « placé [l’] Occitanie au premier rang des nations de l’Europe occidentale » (Vaquer, 1975) ; c’est-à-dire tantôt pour considérer cette entité comme une culture préhistorique homogène et englobante, de grande expansion territoriale, tantôt pour la voir hétérogène et fortement régionalisée. Si la tendance actuelle est de prendre pour objets d’étude des unités territoriales restreintes, renforçant de fait l’option régionaliste, on voit apparaître - en matière d’économie, d’habitat, de rites funéraires... mais parfois aussi de production mobilière - des lignes de forces, des courants, d’ampleur supra-régionale parfois importante mais selon des irrégularités qui rendent définitivement caduques les modèles simples de la zone nucléaire unique et de la périphérisation mécaniste (Voruz, 1991)3. Le concept même de culture unique est battu en brèche (Beeching et alii, 1997) et, si l’on parviendra sans doute à définir quelque chose comme une entité chasséenne stricto sensu, on s’achemine de plus en plus vers la reconnaissance de phylums multiples et emboîtés entre 4800/4700 et 3400/3300 avant J.-C.

Quelques étapes marquantes

Déchelette

3Dès 1908, alors que les documents sont peu nombreux et disparates, cet auteur note l’originalité de la céramique du camp de Chassey, qu’il figure abondamment dans son manuel (Déchelette, 1908). Mais il ne peut aller au-delà.

Childe et Hawkes

4Après une longue stagnation due à la guerre et à la disparition d’une génération de recherche en France, à partir du milieu des années 20, le progrès des idées sur le Néolithique hexagonal est le fruit de chercheurs étrangers. Selon R. Riquet (Riquet, 1959), le rôle décisif, méconnu, est tenu par V. G. Childe qui perçoit le premier l’importance du phénomène et évoque le « style de Chassey » comme entité (Childe, 1932) ; ce que Bosch-Gimpera et Serra-Rafols n’avaient pas reconnu quelques années plus tôt (Bosch-Gimpera, Ser-Rarafols, 1925-1927). Pour la première fois, l’importance et la cohérence des ensembles à céramiques lisses et décorées de gravures est affirmée. J. Hawkes étendra l’observation aux séries de l’est et du sud de la France (Hawkes, 1934), mais la véritable extension du phénomène n’est pas maîtrisée.

Vouga et Vogt, Laviosa-Zambotti

5À la fin des années 30, le pas en avant vient de ces auteurs suisses et italien qui définissent les premiers le « Néolithique lacustre ancien » puis plus tard Cortaillod (Vouga, 1934 ; Vogt, 1934), et le second la céramique de la Lagozza à partir des palafittes lombards (Laviosa-Zambotti, 1939 ; 1940). Mais seul le dernier a le recul suffisant pour reconnaître les parentés de son corpus avec Chassey et entre ces trois entités inégales. Il évoque le premier cet ensemble culturel Lagozza-Chassey-Cortaillod (reprise en Cortaillod-Chassey-Lagozza en Suisse !) qui occupera longtemps les débats avant que l’on perçoive les importants écarts chronologiques et stylistiques entre les composantes. Leur place exacte reste à préciser.

Bernabo Brea

6Au milieu des années 40, les bases du schéma aujourd’hui accepté pour le Néolithique de l’ouest méditerranéen sont enfin jetées, à partir de la stratigraphie des Arene Candide, par L. Bernabo Brea qui fixe la succession entre civilisations « à céramique imprimée », « des Vases à Bouches Carrées » (on disait alors « à Goulot Carré »), et « de la Lagozza » (Bernabo Brea, 1946-1956). Le sud de la France est alors en retard dans ces progrès.

Arnal

7C’est J. Arnal qui a imposé le terme de Chasséen comme entité générique pour cette période en France (Arnal, 1950 ; 1953) malgré les réserves formulées sur la représentativité du site.

8« Il était difficile d’utiliser un autre terme que celui de Chasséen pour désigner [cette] civilisation... Chassey a été notre point de départ ; il évoque pour tout le monde un décor caractéristique, des anses particulières et l’abondance du matériel qu’on y trouve mérite de le choisir comme site éponyme. L’absence de stratigraphie à Chassey ne change en rien le problème puisque la grosse majorité du matériel récolté appartient à la civilisation définie ci-après. À vrai dire, ce nom a été choisi par l’un de nous (J.A.) en hommage à Déchelette qui avait pressenti l’importance du gisement et en a donné, dans son manuel, une illustration copieuse. » (Arnal, Riquet, 1960).

9La définition du Chasséen s’est faite sur la base de la céramique, à partir des séquences en grottes de La Madeleine à Villeneuve-lès-Maguelonne (Hérault), de Roucadour à Témines (Lot), des Arene Candide en Ligurie et du Gard (grottes Nicolas, Féraud, des Sables, Saint-Vérédème, Baume Latrone, Saint-Joseph, des Frères), en référence avec le camp de Chassey.

10Sa subdivision en Chasséen A et Chasséen B (fig. 1) a été abandonnée depuis longtemps, notamment parce que la fiabilité des observations faites sur le gisement central de la Madeleine, puis à Roucadour, n’était pas assurée. Mais est restée longtemps, de façon souterraine et diffuse, l’idée d’un faciès ancien méridional qualifié de « classique » par Arnal lui-même et conçu comme genèse de tout le reste. Les pièces les plus originales et spectaculaires (vases-supports, assiettes à rebord, cuillères, décors gravés) retiennent surtout l’attention pour la phase ancienne ; elles deviendront ensuite pour longtemps les icônes du Chasséen. Le plus surprenant n’est pas ce classement - alors plus « ressenti » que démontré et somme toute porteur de progrès - que sa longévité de fait malgré les attaques et compléments divers. Les causes en sont multiples : absence de réelles stratigraphies alternatives bien publiées, pauvreté en documents matériels des grottes-bergeries, variabilité régionale, confusions concernant les phases les plus anciennes, etc.

Fig. 1. Subdivision du Chasséen selon Jean Arnal sur la base de la céramique.

Bailloud

  • 4 L’historique complet des études sur ce faciès culturel est fait dans Gallay, 1984.

11Dans son ouvrage synthétique de référence (Bailloud, Mieg de Boofzeim, 1955), G. Bailloud prend une position intermédiaire dans le débat sur la dimension nationale ou non du Chasséen. Il entérine le terme de « groupe Cortaillod-Chassey-Lagozza » comme traduisant un phénomène culturel d’ensemble cohérent, mais en affirme en même temps les variations géographiques significatives. La terminologie est encore hésitante. Cortaillod et Lagozza sont considérés comme des faciès autonomes et non superposables en chronologie. Le faciès salinois de Piroutet est repris provisoirement puis cède la place au « groupe oriental de la civilisation de Chassey » (Bailloud, 1961), embryon du « groupe de Marcillysur-Tille » ou « Néolithique moyen bourguignon » défini par A. Gallay dès 1971 (Gallay, 1977)4. Outre ce groupe provisoire, le Chasséen est subdivisé en Chasséen méridional, Chasséen du Bassin parisien devenant Chasséen Septentrional, Chasséen de l’Ouest devenant Chasséen Occidental. Au même moment, M. Escalon de Fonton, qui s’est opposé à la généralisation de l’appellation Chasséen, a également plaidé pour l’individualisation du « Lagozien » - ou « type Trets » comme il a été préféré de dire - (Escalon de Fonton, 1954 ; 1955 ; 1965). La comparaison avec le faciès transalpin sur la base surtout de l’industrie lithique et de quelques traits céramiques, quoique pertinente, ne justifiait sans doute pas la transposition directe de la taxonomie culturelle correspondante. Des confusions nombreuses s’en sont suivies avec l’emploi abusif par exemple du terme de « écuelle de la Lagozza » pour les vases à carène bien marquée, dont on ne savait plus s’il décrivait tout un type (selon J. Arnal, voir infra) ou une appartenance culturelle (Lagozien).

Thevenot et les autres

12Malgré la salutaire mise au point de R. Riquet (Riquet, 1959) et hormis l’ouvrage magistral de G. Bailloud (Bailloud, 1964), les années 60 sont assez confuses, les faits et les nomenclatures ayant du mal à s’accorder. La publication par J.-P. Thevenot du mobilier céramique des fouilles anciennes sur le site éponyme (Thevenot, 1969), exemplaire par la qualité des dessins et la clarté des descriptions, même si elle n’éclaircit pas la question de la chronologie interne du Chasséen - sa reprise des fouilles stratigraphiques commence seulement - redonne le goût pour cette question et l’oriente par sa rigueur. De nombreux travaux vont suivre, certains déjà en cours, pour fournir une documentation fiable renouvelée et donner de nouvelles pistes interprétatives : au sud, J. Courtin (rédaction 1968, publication 1974), P. Phillips (1972), J. Guilaine (1974), C. Burnez (1976)... tandis que la thèse de A. Gallay (1971, publication 1977) - devançant les résultats des grands travaux helvétiques de bords de lacs des années 70 - marquait, en plus de son impact sur le Néolithique moyen de France orientale, la mise en ordre de la question du Cortaillod, tandis aussi que progressaient en Italie du Nord les recherches sur la culture des VBQ et de la Lagozza (Barfield, 1971 ; 1972 ; Bagolini et alii, 1979 ; Guerreschi, 1977 ; Borrello, 1984...) et qu’en Catalogne apparaissait clairement l’importance des « Sepulcros de fosa » (Ripoll, Llongueras, 1963 ; Munoz, 1965).

13Mais, concernant la céramique, l’ouvrage-clef, sans doute le plus consulté et le plus cité, reste le travail majeur de J. Vaquer (Vaquer, 1975). Une masse considérable de documents est mise à disposition ainsi qu’une typologie de référence encore largement utilisée. Au-delà des familles de formes, des subdivisions morphologiques (les types) sont proposées à partir d’indices dimensionnels. Mais les propositions de classements chronologiques restent fragiles devant la rareté des ensembles de référence fiables et la forte variabilité des séries ; les progrès en ce domaine devront attendre les décennies suivantes.

Méthodes d’approche, globale, analytique, ou mixte

14Tous les auteurs ont été confrontés à l’abondance et à la variété des productions céramiques chasséennes. L’histoire des systèmes de description et d’analyse du document central recoupe donc largement celle des progrès de la recherche sur cette période. Les typologies forgées pour cette approche ont obéi à deux courants principaux, d’inégal retentissement :

Les typologies morphologiques globales

15Pour illustrer cette voie dont le but tacite est d’isoler des archétypes de formes porteurs de sens au plan des subdivisions chrono-culturelles, retenons trois des auteurs qui l’ont le mieux illustré et fait progresser : J. Arnal, J.-P. Thevenot et J. Vaquer. Nous voyons d’emblée (fig. 2) la complexification progressive mais aussi la grande continuité entre les trois propositions malgré une nette évolution des nomenclatures.

16-Dans l’ouvrage de 1960 (Arnal, Riquet, 1960), J. Arnal s’arrête à 11 types morphologiques principaux et 11 moyens de suspensions. On y voit notamment que le terme « écuelle de la Lagozza » recouvre tous les vases à carène ou à épaulement ; une évolution chronologique est proposée : d’abord forme à rupture peu accusée, puis à carène haute peu saillante, enfin basse à carène très marquée, qui n’a pas plus d’assise démonstrative solide que tous les autres regroupements chronologiques de l’époque. La « pseudo-calebasse » est un vase au col réduit, presque absent. La famille des « vases à col » reste très floue dans les frontières entre types. Il s’agit surtout d’un inventaire de formes, d’ailleurs jamais systématiquement repris dans les descriptions de séries, de phases ou de faciès, mais indispensable pour progresser vers une rigueur accrue du discours.

17- J.-P. Thevenot utilise, lui, 19 types, directement issus de la proposition d’Arnal. Hormis la transformation de quelques nomenclatures, l’évolution provient surtout de l’arrivée de quelques formes secondaires et de la subdivision des types initiaux. Les « écuelles de la Lagozza » deviennent les « vases à fond bombé et paroi dégagée », expression lourde à utiliser dans le discours descriptif courant, mais que J. Vaquer maintiendra au moins pour la première des deux subdivisions majeures apportées par Thevenot : les profils anguleux (carénés) et sinueux (à épaulement). Avec au moins 20 types de préhension répertoriés et l’utilisation de seuils dimensionnels calculés, l’arsenal descriptif est considérablement accru.

18- J. Vaquer marque une nouvelle avancée importante en confirmant et multipliant les subdivisions morphologiques surtout sur des bases dimensionnelles. Les grandes familles typologiques initiales restent assez fixes, mais se subdivisent en 41 types et 66 sous-types environ (sur des formes marginales et rares, la nomenclature des possibles est plus riche que la réalité observée). Les progrès les plus marquants concernent les familles jusqu’ici très confuses des « vases à fond bombé et paroi dégagée », « vase à épaulement », « vases à col » et « vases globuleux », c’est-à-dire toutes les formes à profil complexe, segmentées ou à inflexions.

Fig. 2. Concordances et filiations entre les nomenclatures de typologie céramique de J. Arnal, J.-P. Thevenot et J. Vaquer.

19Ces auteurs ont été confrontés à une réalité constante - et toujours actuelle - des séries pour cette période : un nombre assez limité et fixe de formes simples mais représentant un niveau de précision nettement insuffisant pour les comparaisons pièce à pièce, série à série, en regard de l’extrême variation individuelle. La voie de la typologie morphologique globale n’a d’autre issue que de multiplier les familles de cas en tentant de fixer des stades intermédiaires (sous-types) entre individus et grands types. La typométrie, systématisée par J. Vaquer, était et reste un des moyens objectifs de fixer ces sous-types.

Les typologies analytiques

20Quels que soient les mobiliers archéologiques étudiés, le caractère subjectif et non formalisé de nombreuses approches globales a poussé à la recherche de méthodes descriptives plus neutres et plus systématiques. Le principe est de remplacer l’approche globale par la décomposition et l’analyse de chacune des parties morphologiques de l’objet en distinguant l’occurrence pertinente parmi toutes les variables possibles ; la transcription globale de l’objet étant le codage articulé de la somme de ces occurrences. Initiée pour les mobiliers lithiques et osseux (Laplace, 1972), la méthode a été explorée à quelques reprises pour la céramique. L’exemple le plus systématique, conçu dès 1956 (Gardin, 1976) conduit à une sorte de grille universelle d’une extrême complexité.

21Pour la période considérée ici - c’est-à-dire, dans son objectif initialement exposé : complexe Chassey-Cortaillod-Lagozza, Michelsberg, Pfyn, groupe de Muntzingen, une partie du Rössen, les groupes décorés du Néolithique final méridional -, c’est la tentative de A. Gallay (1977) qui en est le meilleur reflet. Les critères technologiques et typométriques chiffrés sont écartés. Concernant la morphologie, deux types de catégories sont pris en compte :

224 catégories de proportions :

  • A : plus haut que large (jarres et bouteilles),

  • B : aussi haut que large (gobelets et marmites),

  • C : plus large que haut (bols et jattes),

  • D : beaucoup plus large que haut (assiettes et plats).

2322 catégories de formes issues de formules combinatoires entre :

  • fond rond, aplati ou conique,

  • forme segmentée ou non,

  • paroi non segmentée arrondie, droite ou infléchie,

  • paroi segmentée à carène simple, épaulement bombé, plat ou en surplomb,

  • lèvre éversée, verticale ou rentrante,

  • morphologie évasée, cylindrique, à ouverture un peu ou fortement rétrécie.

24C’est-à-dire théoriquement 88, pratiquement 63 (en tenant compte des cas d’associations inexistantes) types différents, auxquels il faut ajouter près de 90 types de préhensions, bords et décors.

25Les limites du système sont vites atteintes dans la mesure où les assemblages réels et fiables à comparer sont rares. A. Gallay se rabat donc sur des comparaisons entre entités culturelles préalablement déterminées en quantifiant chaque fois deux à deux les types communs (entre Chasséen méridional et Lagozza, entre Egolzwil 3 et Cerny,...). Les affinités globales sont bien perçues et chiffrées mais à un degré de résolution très faible puisque ces entités ne sont pas subdivisées en ensembles élémentaires réels. La grille complexe retenue, opératoire pour des corpus cumulés importants, ne le serait plus pour les séries limitées de ces ensembles.

Les tentatives suivantes : essais de mixité

  • 5 Signalons l’exemple de l’indice diamètre à l’embouchure/diamètre à la carène pour juger de l’ouvert (...)

26Les choix à faire apparaissent donc assez clairs. Au sein de séries complexes et polymorphes tant par les dimensions que par les profils des individus, il faut fixer les seuils délimitant les types retenus pour les comparaisons entre séries. L’aspect dimensionnel apparaît tantôt comme une catégorie du classement subjectif tantôt comme une donnée objective et quantifiable. Les rapports proportionnels explorent ces deux voies. La tentation de la multiplication des indices pour introduire plus de rigueur dans la fixation des seuils est aujourd’hui fréquente, mais parfois peu concluante compte tenu de l’extrême variabilité des types qui renvoie parfois des individus perçus comme proches dans des catégories différentes sur la base d’indices trop stricts ou inutiles5. L’étude des profils doit se situer entre trop ou trop peu de catégories.

27Le travail de F. Schifferdecker sur la céramique Cortaillod d’Auvernier (Schifferdecker, 1982) est un cas intéressant de typologie « efficace » issue du choix de critères limités mais fidèles reflets des séries réelles. Un peu comme A. Gallay, il commence par définir 4 catégories dimensionnelles en fonction de valeurs relatives. Mais il définit ensuite un second niveau, les familles (11 cas), en fonction des valeurs absolues de hauteur et de diamètre à l’embouchure. À l’intérieur de chaque famille, la forme du profil sert à définir des types, selon des critères différents selon les caractères propres à chacune d’elles. Ainsi la famille « jarres », représentant la catégorie des récipients plus hauts que larges et quantitativement la mieux représentée, se subdivise en 11 types fixés par d’autres critères dimensionnels plus fins. Mais les récipients segmentés, qui présentent 12 types fondés sur des variantes tantôt morphologiques et tantôt dimensionnelles, recoupent 5 des 11 familles recensées ; alors que certaines de celles-ci ne présentent que peu de types. Ce système, théoriquement un peu complexe, est en fait très pragmatique. Selon la question posée ensuite, le niveau de précision recherchée est variable. Ainsi, la comparaison globale entre les trois sites Cortaillod d’Auvernier pris en compte, utilise 36 types dont 4 seulement concernant les jarres, alors qu’une analyse spécifique de cette forme les détaille tous les 11 et qu’un examen comparatif de plusieurs sites Cortaillod suisses n’en retient plus que 3 en fonction des corpus réels comparables. Dans ce cas, le degré de résolution typologique a beaucoup baissé en ne retenant souvent que des familles assez larges à côté de quelques types précis choisis ; mais il s’avère efficace, ce qui est le but recherché.

28Une autre tentative plus récente, encore inédite (François, 2002) tente l’établissement d’une typologie au carrefour du classement échelonné de Schifferdecker et de la systématique de Gallay. Quatre niveaux descriptifs sont isolés : catégorie, famille, type, sous-type, balayant tous les cas ou presque de variables morphologiques ou stylistiques. Tous ne sont pas conservés au bout du compte, mais les 271 types ou sous-types retenus forment un tableau tellement diversifié que les occurrences de chacun sont trop faibles pour être réellement utilisées. Là encore, une typologie « efficace » restreinte (18 critères) est retenue pour les analyses statistiques, mais qui fait de la typologie lourde une simple grille descriptive initiale sans effet réel sur les choix ultérieurs.

En vallée du Rhône

Les choix typologiques

29Depuis plus de 25 ans et les premières interventions à La Roberte, dans les environs de Montélimar (Beeching, Thomas-Beeching, 1978), le Chasséen du couloir rhodanien a été le centre de nombreux travaux. La question de la céramique n’a pas été privilégiée dans un programme collectif visant à des approches environnementales et culturelles beaucoup plus larges mais, comme indicateur chrono-culturel majeur, elle a fait l’objet d’interrogations constantes en collaboration avec F. Thiercelin-Ferber, se traduisant par plusieurs étapes de synthèse (Thiercelin, 1985 ; Beeching, 1979 ; 1980 ; 2002 ; Beeching et alii, 1995 ; Beeching et alii, 1997 ; à paraître). Le premier bilan complet avait été présenté conjointement à Nemours en 1989 lors du colloque « Identité du Chasséen », mais n’avait pas fait l’objet de publication. Le travail analytique effectué pour l’établissement des regroupements typo-chronologiques proposés a été repris pour le point de synthèse présenté peu après (Beeching et alii, 1995). Il est resté lui aussi inédit, ce bilan synthétique large n’étant pas le lieu d’un exposé détaillé d’un tel travail. Au moment où il est amené à être dépassé par une analyse renouvelée, on peut en préciser les options en contribution à ce regard rétrospectif sur les outils de la typologie céramique chasséenne.

30Le système que nous avions choisi se voulait lui aussi pragmatique (fig. 3). Les critères retenus se limitaient aux cas réellement observés ; leur nombre réduit permettant d’enrayer l’éclatement de l’information et de tenter des comparaisons chiffrées entre séries. La grille permettait une approche à deux niveaux : la forme des « profils » et les caractères spécifiques ou « critères de détails », les deux pouvant être soit cumulés, soit étudiés séparément pour caractériser un ensemble.

31Cinq familles de formes étaient définies selon la courbure du profil :

  • les profils simples plats (PSP) : toutes formes d’écuelles,

  • les profils simples creux (PSC) : les bols et tulipiformes,

  • les profils à double courbure (PDC) : les jattes, jarres-marmites, bouteilles,

  • les récipients à profil segmenté (RPS) : toutes formes réelles à carène ou épaulement

  • les autres (AUT) : regroupant les types exceptionnels (assiettes, coupes à socle, fusaïoles).

3232 types étaient listés dans cet état initial de la grille des formes, une dizaine d’autres étant ajoutés ensuite. Les seuils typométriques sont rares. La réalité des séries rhodaniennes a conduit - en complément de la tradition Arnal-Thevenot-Vaquer - à définir de nouveaux types (jarre-marmite à épaulement bref et pseudo-col, écuelle surbaissée ou à profil sinueux...) et à en minimiser d’autres.

33Les critères de détails recouvraient :

  • des traits morphologiques ou techniques,

  • les préhensions,

  • les décors.

34Soient 29 cas, complétés par la suite.

35Cette grille assez simple, qui succédait à des tentatives infructueuses par la voie lourde de la typologie analytique, a permis de comparer la composition des ensembles clos en fosses des sites-clés de Saint-Paul-Trois-Châteaux et La Roberte pour en proposer un phasage, puis des autres ensembles rhodaniens analysables pour en mesurer les affinités et différences. Les seuils statistiques acceptables n’étant que rarement atteints, la comparaison s’est cantonnée à l’établissement de scalogrammes de densités de présence.

36Dépassé par l’arrivée de nombreuses séries nouvelles, ce travail n’a pas été poursuivi. Il est en cours de reprise sur des bases renouvelées où la typologie morphologique, la typométrie, la technologie et les tests statistiques devraient se cumuler pour multiplier les angles d’approche.

37C’est probablement un des acquis des travaux récents que l’abandon d’une grille descriptive unique et lourde au profit d’interrogations multiples testant tantôt la composition générale des séries, tantôt le comportement de détail et les variantes d’un groupe, ou encore les volumes, l’investissement technique, les finitions, la composition des vaisselles, etc. On constate cependant une grande continuité entre les travaux des différentes époques, rappelant - à un moment où la consultation des bibliographies montre souvent une amnésie pour les travaux les moins récents et les moins diffusés - la dette de la recherche d’aujourd’hui envers celle d’hier.

Fig. 3. Grille typologique utilisée depuis 1989 pour les sériations céramiques du Chasséen rhodanien (A. Beeching et F. Thiercelin-Ferber).

État de la question

38La structure du classement chrono-culturel provisoirement admis (BEECHING, 2002) doit tenir compte de plusieurs contraintes :

    • 6 En plein-air : Saint-Uze « Raverre », Barret-de-Lioure « Le Moulin », Vercoiran « Sainte-Luce », Mo (...)

    Les moyens de sériation stratigraphiques sont faibles, mais existent. Plus d’une dizaine de stratigraphies, sept en plein air et quatre en grottes ou abris6, sont utilisables mais de richesse et de fiabilité très inégales. Plusieurs ont connu des reprises récentes, mais souvent sous forme de sondages limités. Les fouilles en cavités ont parfois concerné des couches de bergeries peu documentées en mobilier. Les séquences sont le plus souvent courtes ou lacunaires et ne donnent que des états proches d’un même faciès (Trou Arnaud, Nyons, Soyons) ou de grandes subdivisions peu précises. Autre point important, hypothétique mais très plausible : un ou plusieurs épisodes sismiques ont pu provoquer les chutes de blocs observés dans la plupart des cavités des Préalpes méridionales masquant souvent les niveaux du Néolithique moyen 1 et du Néolithique ancien (Brocher et alii, 1995).

  • Les datages sont peu nombreux et souvent imprécis (ibid.). Une entreprise de rattrapage, en cours, n’a pas encore porté ses fruits.

Le stade ancien

39Stratigraphies (dans toutes les séquences sauf à Soyons et Nyons) et datations ont permis de situer dans sa position précoce le Saint-Uze défini en 1997 (Beeching et alii, 1997) ; mais les documents - quoique très cohérents - sont souvent peu abondants et ce sont plus volontiers le raisonnement logique et l’importance du vide chronologique à combler que les ensembles réels qui lui donnent le rôle majeur que nous lui assignons (ibid. ; Beeching, 1999).

40Nous avons longtemps tenté de concilier la réalité de la documentation rhodanienne avec les schémas extérieurs méridionaux que nous ne pouvions remettre en cause. C’est ainsi que, devant l’extrême rareté du « Chasséen classique », hérité du Chasséen A de Arnal, nous avons proposé l’idée de son absence à l’est du Rhône au profit du phylum Saint-Uze. Les tableaux chronologiques que nous dressons (fig. 4) tentent d’aménager cette maigre réalité dans un créneau chronologique de 4 ou 5 siècles, en étirant et subdivisant le Saint-Uze et le Chasséen décoré chacun en deux étapes ; mais il apparaît de plus en plus clairement que cette dernière entité, bien spécifique, reste assez rare et plus récente que ce que chacun s’accordait à dire, sur la base de la céramique ou de l’industrie lithique. Mais il existe probablement un épisode - peut-être assez bref - à décor gravé antérieur au Chasséen stricto sensu, vers 4500 avant J.-C.

Fig. 4. Tableau simplifié de situation chronologique et phylétique des ensembles culturels et des groupes typologiques impliqués dans l’analyse de la céramique du Chasséen rhodanien.

Le stade récent

41Nous avons reconnu plusieurs faciès pour la fin du Ve et le début du IVe millénaire. L’hypothèse de deux phylums distincts repose sur la polarisation assez contrastée des grands ensembles de référence : Trou-Arnaud d’un côté (groupe D, subdivisé en 2), les grands sites de terrasses rhodaniennes, Saint-Paul-Trois-Châteaux, La Roberte et Le Gournier, de l’autre (groupes C et E). Ce second courant montre une possible évolution tout en gardant de nombreux points communs. La subdivision peut donc être remplacée par une progression sans solution de continuité. Les ensembles rattachés au courant D sont moins nombreux et ne présentent pas d’adéquation totale avec le site de référence. Il semble y avoir en fait, à côté des ensembles « purs », de nombreux ensembles métissés, comme nous le signalions dès 1995. Le Trou-Arnaud et la phase la plus ancienne des sites de terrasses pouvant alors en effet être les géniteurs de plusieurs faciès mixtes à valeurs chronologiques et territoriales encore non précisées. Une dernière manifestation (Tardi-Chasséen) peut être isolée vers 3500-3400 avant J.-C. au carrefour de changements marquant le début du Néolithique final (Beeching, 2002).

42Un regard rétrospectif montre la lenteur des progrès en matière de céramique chasséenne. Le ralentissement des travaux sur ce thème dans les deux régions-clés de Provence et du Languedoc oriental a paralysé un temps l’émergence de nouvelles propositions. Celles qui apparaissent maintenant (Georjon, 2003) rejoignent les nôtres et aideront à clarifier le débat. La variabilité des ensembles est en effet forte, dans le temps et l’espace et, s’il est évident que les bases documentaires doivent être élaborées à l’échelle régionale, on ne peut se passer des éclairages voisins pour comprendre des dynamismes qui nous échapperaient à cette taille restreinte. Dans le bassin du Rhône moyen, la dette du phylum C-E au faciès méridional classique paraît nette, mais moyennant des intermédiaires qui nous paraissent plus plausibles en Languedoc. Son identité rhodanienne est ensuite forte, susceptible de marquer fortement ses voisins. Les liens entre le phylum D, le centre-est de la France, le Plateau suisse (NMB et Cortaillod) et le bassin occidental du Pô ont été soulignés (Beeching, 1995 ; 2002 ; Beeching et alii, 2004). Mais un travail reste à accomplir, critère par critère, pour une analyse géographique et culturelle de large emprise. Des épicentres multiples sont probables, mais sûrement décalés dans le temps en fonction de raisons historiques dont l’analyse dépasse de beaucoup la simple question de la céramique.

Bibliographie

Bibliographie

Arnal 1950 : Arnal (J.). — À propos de la « néolithisation » de l’Europe occidentale. Zephyrus, I, 1950, p. 23-27.

Arnal 1953 : Arnal (J.). — La structure du Néolithique français d’après les récentes stratigraphies. In : Homenaje a Cesar Moran Bardon : Seminario de Arqueologia de la Universidad. Salamanca, 1953, p. 311-344, 26 fig., 4 pl., 2 tabl. (Zephyrus, IV).

Arnal, Riquet 1960 : Arnal (J.), Riquet (R.). — Les méditerranéens ou occidentaux. In : Arnal (J.), Bailloud (G.), Riquet (R.). — Les styles céramiques du Néolithique français. Paris : Presses Universitaires de France, 1960 (Préhistoire ; XIV).

Bagolini et alii 1979 : Bagolini (B.), Barbacovi (F.), Biagi (P.). — La Basse di Valcalaona (Colli Euganei) : alcune considerazioni su una faciès con vasi a bocca quadrata e sulla sua collocazione cronologico-culturale. Natura bresciana, 3, 1979. 72 p., 37 fig.

Bailloud 1961 : Bailloud (G.). — Civilisations énéolithiques de la France. In : L’Europe à la fin de l’âge de la pierre : Actes du symposium Néolithique européen, Prague-Liblice-Brno. Prague : Académie Tchécoslovaque des Sciences, 1961, p. 493-508.

Bailloud 1964 : Bailloud (G.). — Le Néolithique dans le Bassin parisien. Paris : CNRS, 1964. 393 p., 52 fig., VII pl. (Suppl. à Gallia Préhistoire ; II).

Bailloud, Mieg de Boofzeim 1955 : Bailloud (G.), Mieg de Boofzeim (P.). — Les civilisations néolithiques de la France dans leur contexte européen. Paris : Picard, 1955. 244 p., 96 pl.

Barfield 1971 : Barfield (L.). — Northern Italy before Rome. Londres : Thames and Hudson, 1971. 208 p., 80 fig., 73 pl.

Barfield 1972 : Barfield (L.). — The first Neolithic cultures of North Eastern Italy. In : Die Anfange des Neolithikums vom Orient bis Nordeuropa. 1972, p. 182-216, 6 fig., 10 pl. (Fundamenta, VII).

Beeching 1979 : Beeching (A.). — La question du Cortaillod et des stades culturels qui l’ont précédé. Études préhistoriques, 1976. 1979, p. 15-18, 2 fig.

Beeching 1980 : Beeching (A.). — Introduction à l’étude des stades néolithique et chalcolithique dans le bassin du Rhône moyen. Quatre fouilles récentes dans leur contexte régional. Thèse de 3ème cycle. Lyon : Université de Lyon 2, 1980. 3 vol., 673 p.

Beeching 1995 : Beeching (A.). — Nouveau regard sur le Néolithique ancien et moyen du Bassin Rhodanien. In : Voruz (J.-L.) dir. — Chronologies néolithiques. De 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien : Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 1992. 1995, p. 93-111, 11 fig. (Document du Département d’Anthropologie de l’Université de Genève ; 20).

Beeching 1999 : Beeching (A.). — Les premières étapes de circulation et de peuplement dans les Alpes françaises au Néolithique. Apport de la céramique. In : Beeching (A.) dir. — Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998). Valence : C.A.P. de Valence, 1999, p. 427-480, 21 fig. (Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence ; 2).

Beeching 2002 : Beeching (A.). — La fin du Chasséen et le Néolithique final dans le bassin du Rhône moyen. In : Ferrari (A.), Visentini (P.) dir. — Il declino del mondo neolitico. Ricerche in Italia centro-settentrionale fra aspetti peninsulari, occidentali e nord-alpini : Atti del Convegno di Pordenone, avr. 2001. Pordenone : Museo delle Scienze, 2002, p. 67-83, 12 fig. (Quaderni del Museo Archeologico del Friuli occidentale ; 4).

Beeching, Thomas-Beeching 1978 : Beeching (A.), Thomas-beeching (J.). — L’habitat chasséen de La Roberte à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme). Études préhistoriques, 12, 1975, p. 23-32, 11 fig.

Beeching et alii 1997 : Beeching (A.), Nicod (P.-Y.), Thiercelin (F.), Voruz (J.-L.). — Le Saint-Uze, un style céramique non-Chasséen du cinquième millénaire dans le Bassin rhodanien. In : La Culture de Cerny. Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique : Actes du colloque international de Nemours, 1994. Nemours : Apraif, 1997, p. 575-592, 9 fig. (Mémoire du Musée de Préhistoire d’Île-de-France ; 6).

Beeching et alii 2004 : Beeching (A.), Brochier (J.-L.), Cordier (F.), Ferber (F.), Thiebault et Treffort (J.-M.). — Aménagements de chenalisations naturelles : un cas original de présence chasséenne à Nyons, Drôme. In : Actes des Vème Rencontres Méridionales de Préhistoire récente Auvergne et Midi, Clermont-Ferrand, 2002, p. 377-392, 8 fig.

Bernardo Brea 1946-1956 : Bernabo Brea (L.). — Gli scavi nella caverna delle Arene candide. Bordighera : Istituto internazionale di Studi liguri, 1946-1956. 2 vol.

Borrello 1984 : Borrello (M.-A.). — The Lagozza Culture (3rd millenium b. c.) in Northern and Central Italy. Berga+96mo : Istituto universitario, 1984. 190 p., 58 pl. (Studi Archeologici ; 3).

Bosch-Gimperra, Serra-Rafols 1925-1927 : Bosch-Gimperra (P.), Serra-rafols (J. de C.). — Études sur le Néolithique et l’Énéolithique en France. Revue anthropologique, 1925, p. 341-364 ; 1926, p. 318-345 ; 1927, p. 208-213.

Brochier et alii 1995 : Brochier (J.-L.), Beeching (A.), Évin (J.), Valladas (H.). — Espace et temps : recherche de repères chronologiques pour la Préhistoire récente rhodanienne. In : Voruz (J.-L.) dir. — Chronologies néolithiques. De 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien : Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 1992. 1995, p. 151-161, 5 fig. (Document du Département d’Anthropologie de l’Université de Genève, 20).

Burnez 1976 : Burnez (C.). — Le Néolithique et le Chalcolithique dans le centre-ouest de la France. Paris : Société préhistorique française, 1976. 373 p., 97 fig., 1 tabl., 8 pl. h.t. (Mémoires de la Soc. préhistorique française ; 12).

Childe 1932 : Childe (V. G.). — The continental affinities of British neolithic pottery. Archaeological Journal, LXXXVIII, 1932, p. 37-66.

Courtin 1974 : Courtin (J.). — Le Néolithique de la Provence. Paris : Société préhistorique française, 1974. 335 p., 126 fig., 31 pl. (Mémoires de la Soc. préhistorique française, II).

Déchelette 1908 : Déchelette (J.). — Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, 1. Paris : Picard, 1908. XIX-743 p.

Escalon de Fonton 1954 : Escalon de Fonton (M.). — Tour d’horizon de la Préhistoire provençale. Bull. de la Soc. préhistorique française, LI, 1954, p. 81-96.

Escalon de Fonton 1955 : Escalon de Fonton (M.). — Les stratigraphies du Néolithique, les gravures du Mont-Bégo et la civilisation de la Lagozza. Bull. du Musée anthropologique et préhistorique de Monaco, 2, 1955, p. 243-258.

Escalon de Fonton 1965 : Escalon de Fonton (M.). — Chasséen et Lagozien. Congrès préhistorique de France, XVIème session, Monaco, 1959, p. 550-557.

François 2002 : François (P.). — Les productions céramiques du Chasséen de Villeneuve-Tolosane, évolution stylistique et comparaisons avec les autres faciès chasséens d’Europe occidentale. Thèse de doctorat nouv. régime. Toulouse : EHESS, 2002. 3 vol.

Gallay 1977 : Gallay (A.). — Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône. Contribution à l’étude des relations Chassey-Cortaillod-Michelsberg. Bâle : Soc. suisse de préhistoire et d’archéologie, 1977. 344 p., 43 fig., 86 pl. (Antiqua ; 6).

Gallay 1984 : Gallay (A.). — Le Néolithique moyen du nord-est de la France : un bilan des recherches. In : Pétrequin (P.), Gallay (A.) dir. — Le Néolithique Moyen Bourguignon (NMB) : Actes du colloque de Beffia (Jura, France), juin 1983. 1984, p. 3-15, 1 fig. (Archives suisses d’anthropologie générale, 48-2).

Gardin 1976 : Gardin (J.-C.). — Code pour l’analyse des formes de poterie. Paris : CNRS, 1976. 116 p.

Gardin 1979 : Gardin (J.-C.). — Une archéologie théorique. Paris : Hachette, 1979. 339 p., 30 ill.

Georjon 2003 : Georjon (C.). — Chronologie, variabilité et phénomènes de récurrence dans les corpus céramiques chasséens de la basse vallée du Lez (Hérault). In : Gasco (J.), Gutherz (X.), Labriffe (P.-A. de). — Temps et espaces culturels du 6e au 2e millénaire en France du Sud : Actes des 4èmes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Nimes, 2000. Lattes : ARALO, 2003, p. 115-134, 23 fig. et 3 annexes (Monographies d’archéolologie méditerranéenne ; 15).

Guerreschi 1977 : Guerreschi (G.). — La stratigrafia dell’Isolino di Varese dedotta dall’analisi della ceramica (scavi Bertolone, 1955-1959). Sibrium, XIII, 1976-1977, p. 29-528.

Guilaine 1974 : Guilaine (J.) dir. — La Balma de Montbolo et le Néolithique de l’Occident Méditerranéen. Toulouse : Institut pyrénéen d’études anthropologiques, 1974. 197 p., 58 fig., 25 pl.

Guilaine, Gutherz 1990 : Guilaine (J.), Gutherz (X.). — Jean Arnal, un constructeur d’hypothèses. In : Guilaine (J.), Gutherz (X.) dir. — Autour de Jean Arnal. Montpellier : Université des Sciences et Techniques du Languedoc, 1990, p. 11-20.

Hawkes 1934 : Hawkes (J.). — Aspect of the neolithic and chalcolithic period in western Europe. Antiquity, 1934, p. 24-42.

Laplace 1972 : Laplace (G.). — La typologie analytique et structurale : base rationnelle d’étude des complexes lithiques et osseux. In : Banques de données archéologiques. Paris : CNRS, 1972, p. 91-143 (Colloques nationaux du CNRS ; 932).

Laviosa-Zambotti 1939-1940 : Laviosa-Zambotti (P.). — La ceramica della Lagozza e la civilta palaffiticola italiana vista nei suoi rapporti con le civilta mediterranee ed europee. Boll. di paletnologia italiana, III, 1939, p. 61-112 ; IV, 1940, p. 83-164.

Munoz Amilibia 1965 : Munoz Amilibia (A.-M.). — La cultura neolitica catalana de los « sepulcros de fosa ». Barcelona : Instituto de Arqueologia y prehistoria, Universidad de Barcelona, 1965. 417 p. (Publicaciones eventuales ; 9).

Phillips 1972 : Phillips (P.). — Les caractères régionaux du Chasséen du Midi. Bull. de la Soc. préhistorique française, 69, Études et Travaux, fasc. 2, 1972, p. 538-553, 17 fig.

Ripoll Perello, Llongueras Campana 1963 : Ripoll Perello (E.), Llongueras Campana (M.). — La cultura neolitica de los sepulcros de fosa en Cataluna. Ampurias, 25, 1963, p. 1-90.

Riquet 1959 : Riquet (R.). — Chassey où es-tu ? Bull. de la Soc. préhistorique française, LVI, 1959, p. 364-374, 3 fig.

Schifferdecker 1982 : Schifferdecker (F.). — La céramique du Néolithique moyen d’Auvernier dans son cadre régional. Lausanne, 1982. 121 p., 43 fig., 10 tabl., 29 pl. h.t. (Cahiers d’archéologie romande ; 24/Auvernier ; 4).

Thevenot 1969 : Thevenot (J.-P.). — Éléments chasséens de la céramique de Chassey. Revue archéologique de l’Est, XX, 1-2, 1969, p. 7-95, 12 fig., 39 pl. h. t.

Thiercelin 1985 : Thiercelin (F.). — La céramique chasséenne de Saint-Uze, Plateau Raverre (Drôme) dans son contexte inter-régional. Mémoire de Maîtrise. Paris : Université de Paris I, 1985.

Vaquer 1975 : Vaquer (J.). — La céramique chasséenne du Languedoc. Carcassonne, 1975. 368 p., 78 fig. (Atacina ; 8).

Veyne 1971 : Veyne (P.). — Comment on écrit l’histoire. Paris : Le Seuil, 1971. 438 p.

Vogt 1934 : Vogt (E.). — Zum schweizerischen Neolitikum. Germania, XVIII, 1934, p. 89-94, 2 pl.

Voruz 1991 : Voruz (J.-L.). — Chronologie du Néolithique d’origine méditerranéenne. In : Actes du 14ème colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, 1987. Vendôme, 1991, p. 5-33, 12 fig. (Suppl. au Bull. de la Soc. archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois).

Vouga 1934 : Vouga (P.). — Le Néolithique lacustre ancien. Recueil de travaux publiés par la Faculté des Lettres de Neuchâtel, 1934. 74 p., XXIV pl.

Notes

1 Voir notamment dans : Bailloud, 1964 ; Gallay, 1977 ; Vaquer, 1975 ; Guilaine, Gutherz, 1990.

2 On ne peut cependant oublier qu’il en va de cette Pré-histoire comme de l’Histoire pour laquelle on doit se demander si on peut lui trouver des règles de déroulement, des lois qui dépassent les individus, les hasards, les adaptations aux contraintes et aux circonstances. Si « l’histoire n’a pas de sens ni de cycle, (…) elle est un système ouvert » (Veyne, 1971), et il ne reste plus à ses serviteurs qu’à l’observer comme des géologues devant une coupe et à la raconter comme des conteurs, quitte à classer la qualité scientifique de ses « constructions » selon des indices variables de « mérite » (Gardin, 1979). La Préhistoire est un bon exemple de discipline, nourrie de beaucoup d’autres, scientifiques ou non, qui cherche en vain - et probablement à tort - à faire prendre les premières pour le tout, refusant par exemple sa fonction de miroir des interrogations actuelles (identitaires, écologiques, spirituelles...).

3 La formulation de notre cher collègue est moins tranchée. Il retranscrit même fidèlement les hésitations générales en matière de terminologie chrono-culturelle, mais les limites de l’utilisation massive des dates aux fins de démonstration des « étapes de la néolithisation » (chapitre 9) sont touchées quand c’est l’association date-nomenclature qui prime et non la comparaison des contenus. Quelques années plus tard, nous distinguions ensemble le Saint-Uze du Chasséen ancien, montrant que tout n’était pas affaire, à ce stade, de classement de dates.

4 L’historique complet des études sur ce faciès culturel est fait dans Gallay, 1984.

5 Signalons l’exemple de l’indice diamètre à l’embouchure/diamètre à la carène pour juger de l’ouverture des formes carénées et qui peut renvoyer dans des groupes dimensionnels différents des petites « écuelles surbaissées » à bord plus ou moins incliné, cohabitant pourtant dans une même série selon un morphotype tolérant une variabilité de ce critère.

6 En plein-air : Saint-Uze « Raverre », Barret-de-Lioure « Le Moulin », Vercoiran « Sainte-Luce », Montélimar « Le Gournier », Nyons « Les Laurons », Drôme ; Soyons « Bas du Guercy », Ardèche. En cavités : Francillon « Baume Sourde », Montmauren-Diois « Grotte d’Antonnaire », Saint-Nazaire-le-Désert « Le Trou-Arnaud », Sahune « Abri de la Barthalasse », Drôme.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Subdivision du Chasséen selon Jean Arnal sur la base de la céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 2. Concordances et filiations entre les nomenclatures de typologie céramique de J. Arnal, J.-P. Thevenot et J. Vaquer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 3. Grille typologique utilisée depuis 1989 pour les sériations céramiques du Chasséen rhodanien (A. Beeching et F. Thiercelin-Ferber).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13896/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Légende Fig. 4. Tableau simplifié de situation chronologique et phylétique des ensembles culturels et des groupes typologiques impliqués dans l’analyse de la céramique du Chasséen rhodanien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13896/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search