Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

L’impact occidental sur le Rhin dans la seconde moitié du Ve millénaire

Nouvelles perspectives

Christian Jeunesse

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Fragments de vases-supports de Bad-Nauheim (Lüning, 1968, pl. 11, nos 36-40).

1J. Lüning fut le premier, dans sa thèse parue en 1967, à signaler la présence de tessons chasséens en milieu Michelsberg (Lüning, 1968)1 (fig. 1). À cette époque, leur présence est envisagée comme reflétant des influences occidentales au sein d’une culture purement rhénane. Les tessons d’affinité chasséenne identifiés quelques années plus tard (Schmitt, 1974 ; Jeunesse, 1984) dans le matériel du site éponyme du groupe épirössénien d’Entzheim sont interprétés de même comme des éléments exogènes ponctuels dans un milieu tardi-danubien issu du morcellement de la culture de Rössen (Jeunesse, 1984). Notons que le petit corpus céramique « occidental » d’Entzheim (fig. 2) relève d’une double influence, puisque les éléments chasséens (vases carénés) voisinent avec des traits qui sont rapprochés à l’époque du style de Menneville (gobelets à paroi segmentée et couronne de pastilles). La présence de ces tessons occidentaux dans la vallée du Rhin est alors considérée comme relativement anecdotique. Elle révèle l’existence de contacts entre les deux grandes traditions régionales et peut, de ce fait, contribuer à l’avancement des études de chronologie relative. Rien de plus, rien de moins.

2La mise au jour, en Rhénanie, d’un nouvel ensemble à affinités occidentales va peu à peu perturber ce schéma. L’association, sur le site de Koslar (entre Cologne et Aix-la-Chapelle), d’éléments Michelsberg, Bischheim et Chasséen est, dans un premier temps, interprété d’une manière tout à fait traditionnelle (Lüning, 1979). Il s’agirait, là encore, d’un habitat Michelsberg ancien « ordinaire » dont les quelques fragments de vases-supports témoignent simplement de l’existence de relations avec l’ouest (fig. 3). Une analyse plus poussée (Jeunesse, 1998) montre cependant que la composante « occidentale » de ce site ne se limite pas à ces éléments chasséens. Comme à Entzheim, ils sont complétés par des éléments de type Menneville à pastilles au repoussé. En outre, on commence à s’interroger sur le statut de la composante Michelsberg ancien, représentée notamment par une série de gobelets à paroi segmentée de type Michelsberg I. Dans les années 1990, le contexte documentaire n’est en effet plus le même qu’au moment des premières observations de J. Lüning. On s’est aperçu, entre-temps, que les formes caractéristiques de son Michelsberg I étaient notablement mieux représentées dans le Bassin parisien que dans la vallée du Rhin (Le Bolloch, 1989 ; 1992), ce qui a conduit certains à envisager une origine polycentrique du Michelsberg (Schier, 1993), voire à pencher pour une réhabilitation de la vieille hypothèse d’une origine occidentale (Jeunesse, 1998).

  • 2 Il est important de noter que l’expression « Bischheim occidental », qui sera utilisée plusieurs fo (...)

3Si l’on se place dans la perspective traditionnelle, Koslar doit être lu, au sein d’une séquence régionale dans laquelle le Michelsberg émerge progressivement du substrat Bischheim, comme un site de transition dont le mobilier est agrémenté par la présence de quelques tessons chasséens. La prise en compte des nouvelles données sur le Bassin parisien amène à proposer un scénario très différent qui peut se résumer en deux propositions : 1) la composante Michelsberg ancien du mobilier de Koslar est, au même titre que les vases-supports, attribuable à une influence occidentale ; 2) il en est de même pour la composante Bischheim, qui, à côté d’éléments ubiquistes, comporte au moins un vase à décor de pastilles au repoussé caractéristique de la variante occidentale du groupe de Bischheim2.

Fig. 1. Choix de céramiques du site de Bad-Nauheim (d’ap. Lüning, 1968, pl. 11).

Fig. 2. Les éléments occidentaux du groupe d’Entzheim tels qu’on les voyait au début des années 1980 (d’ap. Jeunesse, 1984, fig. 1).

4En d’autres termes, il se pourrait que la totalité du matériel céramique de Koslar soit d’origine occidentale. Loin du site de transition marqué par une continuité avec le substrat Bischheim régional (« Bischheim rhénan »), on aurait affaire à un site de rupture témoignant de l’intrusion brutale en Rhénanie d’éléments originaires du Bassin parisien.

5Ce scénario est parfaitement compatible avec la situation que l’on connaît pour le Bassin parisien. Une série d’ensembles mixtes y démontre en effet la contemporanéité entre le Chasséen ancien, le groupe de Bischheim et une phase initiale du Michelsberg ancien (Michelsberg 0), qui correspond selon moi à la phase ancienne du groupe de Noyen (Jeunesse, 1998). Pour mémoire, l’association Chasséen - Bischheim occidental est attestée à Chassey, Catenoy et Jonquières (Chassey : Prestreau, Thevenot, 1996 ; Catenoy : Blanchet et alii, 1984 ; Jonquières : Blanchet, Burnez, 1984), l’association Michelsberg 0 - Bischheim occidental à Berry-au-Bac et Noyen (Berry-au-Bac : voir analyse dans Jeunesse, 1998 ; Noyen : Mordant, Mordant, 1972, fig. 12 nos 4 et 6). Il se dessine ainsi un horizon MK 0 - Bischheim occidental - Chasséen septentrional ancien auquel vient manifestement se rattacher l’ensemble de Koslar 10.

6Les influences occidentales dans les régions rhénanes ne se limitent donc plus à quelques tessons chasséens erratiques. Longtemps envisagés comme exotiques au sein d’un milieu culturel purement rhénan, ces derniers sont en réalité partie prenante d’un vaste phénomène de transfert culturel orienté du Bassin parisien vers la vallée du Rhin. Ce changement de perspective appelle naturellement, au-delà du cas exemplaire de Koslar 10, un réexamen des éléments « occidentaux » découverts dans cette région. Comme on l’a vu, il convient d’établir une distinction entre le sud de la Plaine du Rhin supérieur, où ces derniers ont été identifiés en milieu Entzheim, et la Rhénanie, où la composante occidentale est intimement mêlée au débat sur la genèse de la culture de Michelsberg.

L’impact occidental en Rhénanie

7Dans cette zone, les premiers indices d’influences occidentales correspondent au site de Koslar 10, avec l’intrusion, sur un substrat Bischheim rhénan, d’un « paquet » comportant du Chasséen ancien, du Bischheim occidental à pastilles au repoussé et du Michelsberg ancien. L’attribution de cet ensemble à l’horizon Bischheim est corroboré par les analyses de J. Dubouloz, suivant lequel les coupes à col de Koslar 10 sont plus proches de celles du « Rössen tardif/post-Rössen » de Champlay et du fossé de Berry-au-Bac que de celles des habitats Michelsberg ancien de l’Aisne (Dubouloz, 1998, p. 12). Les tessons de l’un des vases-supports de Koslar présentent un décor de triangles (organisés en frise et en damier) dont le remplissage couvrant, formé d’un semis irrégulier de courtes incisions (Lüning, 1979, fig. 13, nos 2a et 2b), s’apparente davantage au style de Bischheim qu’au Chasséen ancien. Il se pourrait donc que l’on soit en présence d’un cas rare de métissage Chasséen - Bischheim. La recherche de comparaisons pour ce type de décor nous mène d’ailleurs, entre autres, à Chassey, où il est représenté non pas sur des vases-supports, mais sur des récipients classés parmi les « éléments allogènes de caractère Rössen » (Prestreau, Thevenot, 1996, fig. 4, nos 6 et 8).

Fig. 3. La céramique de l’enceinte de Koslar 10 (Rhénanie du Nord – Westphalie) (d’ap. Lüning, 1979, fig. 11 à 13).

8En fait, le site de Koslar inaugure une période d’évolution parallèle entre la Rhénanie et le nord-est du Bassin parisien. Dans cette région, l’horizon Bischheim représenté par Berry-au-Bac est suivi par un Michelsberg ancien dont le site le plus précoce est, selon J. Dubouloz (1998), celui de Bazoches. Le passage entre les deux est marqué par la disparition de la plus grande partie des décors caractéristiques du style de Bischheim, puisqu’il ne subsiste guère que certains décors à base de pastilles au repoussé. Ce phénomène se reproduit à l’identique en Rhénanie. Au faciès illustré par Koslar succède un Michelsberg ancien représenté par l’enceinte de Mayen, dont le matériel est attribué traditionnellement à la transition MK I - MK II (Lüning, 1968 ; Eckert, 1992), mais qui pourrait tout aussi bien refléter une occupation englobant ces deux phases. Là aussi, les décors Bischheim ont disparu (fig. 4). En revanche, à l’image de ce que l’on observe dans le Michelsberg ancien de la vallée de l’Aisne, la liaison avec le Chasséen ancien subsiste, ainsi qu’en témoignent une assiette et une barrette multiforée (Lüning, 1968, pl. 6, nos 13 et 21). La proximité entre Mayen et le Michelsberg ancien de la vallée de l’Aisne a également été soulignée par J. Dubouloz (1998).

Fig. 4. Choix de céramiques de l’enceinte de Mayen (Rhénanie-Palatinat) (d’ap. Lüning, 1968, pl. 6).

9De manière générale, le début de la séquence (phase Koslar + horizon MK I) reste faiblement représenté en Rhénanie. En dehors des ensembles de Koslar 10 et de Mayen, on ne compte guère que les sites de Miel, Aldenhoven, Iggelheim et Urmitz. Les assemblages céramiques des trois premiers ont été commentés ailleurs (Jeunesse, 1998). On se contentera donc ici de quelques rappels.

  • 3 Cf. mon rapprochement avec le groupe de Noyen dans Jeunesse, 1998.

10Miel et Aldenhoven 3 ont été attribués par Lüning au MK I. L’enceinte de Miel (Lüning, 1968, pl.) a livré un ensemble assez proche de celui de Koslar, puisque s’y trouvent associés des gobelets de type MK I et des décors de pastilles de type Bischheim occidental. Le même assemblage se retrouve sur le site d’Aldenhoven 3 (Lüning, 1971b et c). À Iggelheim, un tesson à décor de damier de triangles (Lüning, 1971a, pl. 18, no 3) a été découvert dans un milieu Michelsberg I-II (Lüning, 1968 et 1971a)3. À Urmitz, la publication préliminaire (Boelicke, 1978) suggère une succession Bischheim rhénan - Michelsberg I, ce qui laisserait supposer que les influences occidentales ne s’y font sentir qu’à partir de l’horizon MK I, à un moment où les décors Bischheim sont déjà passés de mode. C’est là un scénario parfaitement plausible, mais qui demanderait à être confirmé par un examen détaillé de l’ensemble du matériel. Il est intéressant de noter que les cinq sites de cette étape initiale du Michelsberg rhénan pour lesquels on dispose d’une documentation satisfaisante ont tous livré des éléments occidentaux non-Michelsberg, avec des affinités chasséennes dans trois cas (Koslar, Mayen et Iggelheim), Bischheim occidental dans trois cas également (Koslar 10, Miel et Aldenhoven 3).

  • 4 Jüchen, Arrondissement de Neuss (Arora, 2002) ; mes remerciements vont à S. K. Arora, qui m’a permi (...)
  • 5 Voir aussi, pour une mise à jour des données, la synthèse récente consacrée par Andrea Zeeb-Lanz au (...)

11Localement, le faciès illustré par les sites de Koslar 10, Miel et Aldenhoven 3 succède à un Bischheim rhénan dont la connaissance a été récemment enrichie par la découverte du site de Jüchen4. Situé dans la même région que Koslar, cet habitat à maisons trapéziformes sur poteaux présente une céramique qui s’insère parfaitement dans le Bischheim rhénan tel qu’il fut naguère défini par J. Lüning (1971a)5. Le faciès de type Koslar, qui est celui de l’arrivée des premières influences occidentales, ne dépasse guère le Rhin inférieur. La phase suivante (Michelsberg I sans décors Bischheim) connaît une expansion vers l’amont illustrée par les sites de Mayen (région de la confluence Rhin/Moselle) et, éventuellement, de Iggelheim (voir plus loin). Situé à la hauteur de la confluence Rhin/Neckar, ce dernier marquerait la limité méridionale de l’avancée du Michelsberg I. La phase II, véritable début du faciès stylistique régional rhénan du Michelsberg, verrait se poursuivre l’expansion en direction du Neckar et de la plaine du Rhin supérieur. Comme l’ont souligné, après J. Lüning, plusieurs auteurs, son arrivée en Alsace se traduirait par l’existence d’ensembles mixtes MK II - Entzheim récent. Nous verrons plus loin que ce scénario fondé sur une expansion de l’aval vers l’amont est aujourd’hui concurrencé par un schéma alternatif.

  • 6 Outre Berry-au-Bac, les ensembles les plus représentatifs du complexe Bischheim occidental sont, po (...)

12Avec l’intrusion massive d’éléments occidentaux originaires du Bassin parisien, le site de Koslar 10 marque le début d’un nouveau cycle. Dans un premier temps, la séquence rhénane se développe parallèlement à celle de la vallée de l’Aisne. À une phase préliminaire attribuable à la fin de l’horizon Bischheim - Chasséen - Noyen (horizon Michelsberg 0) succède la phase Michelsberg I (Mayen), durant laquelle les inventaires céramiques rhénans restent très proches de ceux du nord-est du Bassin parisien. Pendant la période que couvrent ces deux phases, les régions rhénanes doivent être envisagées comme une zone marginale (Randgebiet) par rapport à un territoire qui comprend par ailleurs tout le quart nord-est du Bassin parisien et une grande moitié sud de la Belgique6. À partir de l’horizon Michelsberg II, le Bassin parisien et la Rhénanie connaissent une évolution divergente. C’est de ce moment que date la formation d’un véritable faciès rhénan de la culture de Michelsberg.

L’impact occidental dans le sud de la plaine du Rhin supérieur

13Comme je l’ai rappelé plus haut, le site éponyme du groupe d’Entzheim a livré lui aussi des indices d’influences occidentales. Celles-ci se présentent sous la forme de vases de type chasséen et d’éléments rattachables au Bischheim occidental à pastilles. Un examen superficiel pourrait laisser croire que ces éléments exogènes n’ont affecté que superficiellement le cours de la séquence culturelle régionale.

14En réalité, il n’en est rien. Une analyse chronologique détaillée montre en effet que ces influx occidentaux ont joué un rôle primordial dans la formation même de ce que l’on nomme traditionnellement le « groupe d’Entzheim ». Mais leur impact ne s’arrête pas là, puisque le flot des influences occidentales s’est poursuivi sans discontinuer, contribuant largement à la genèse, à la suite du groupe d’Entzheim, d’une variante « Rhin supérieur » du Michelsberg ancien. Ces deux aspects seront examinés successivement.

Bischheim occidental et Entzheim

  • 7 Voir par exemple à Schernau (Lüning, 1981).

15Dans un travail d’étudiant (Jeunesse, 1982), j’avais proposé de subdiviser en trois groupes chronologiques les assemblages céramiques du site éponyme du groupe d’Entzheim. À un premier ensemble rattaché au groupe de Bischheim succédaient deux ensembles interprétés comme les phases ancienne et récente du groupe d’Entzheim proprement dit. Cette tripartition demeure tout à fait d’actualité, à une nuance près : parmi les mobiliers alors classés comme Bischheim, qu’ils viennent d’Entzheim ou d’autres sites régionaux, il me semble aujourd’hui nécessaire de différencier deux sous-ensembles. Le premier se rattache sans ambiguïté à la variante rhénane du groupe de Bischheim ; le second, marqué notamment par une présence forte des décors de rangées horizontales de pastilles, correspond à une variante originale dont certains traits annoncent le groupe d’Entzheim. Or nous venons de rappeler, à propos de la Rhénanie, que les rangées horizontales de pastilles constituaient un trait typique du Bassin parisien. Les influences occidentales auraient donc, là aussi, joué un rôle primordial dans les mutations qui marquent le passage du Néolithique moyen au Néolithique récent. L’examen de quelques inventaires alsaciens va nous aider à préciser cet aspect. Dans ma sériation de 1982 figurait notamment la fosse 8 du site éponyme. Son mobilier (fig. 5) comprend un pot à panse sphéroïde et paroi en S (no 1), deux vases à décor réduit s’articulant autour d’une bande verticale étroite composée d’une rangée d’impressions (no 6) ou d’une rangée d’impressions doublée d’une rangée de pastilles (no 10), un vase à décor de bandes réservées (no 4) et un vase orné d’une frise de triangles hachurés pointe vers le bas (no 9). Les décors « linéaires » sont tous réalisés suivant la technique du pointillé sillonné. On notera, enfin, la présence d’un récipient à fond plat (no 8). Trois des quatre vases pour lesquels la jonction col-panse est parvenue jusqu’à nous portent une couronne de pastilles à la base du col (nos 4, 9 et 10). La forme de l’un de ces vases (no 10) évoque fortement les gobelets à paroi segmentée de type Menneville. Ce rapprochement avec le Bischheim occidental est d’ailleurs valable pour la plus grande partie du matériel céramique de cette fosse ; de fait, les vases 1, 6,7, 9 et 10 trouveraient parfaitement leur place dans le matériel du fossé de Berry-au-Bac. Seuls le fond plat et le vase à décor de bandes réservées échappent à ce rapprochement.

Fig. 5. Mobilier céramique de la fosse 8 d’Entzheim (d’ap. Schmitt, 1974, pl. 6).

16S’appuyant sur les recherches de J. Lüning, G. Schmitt avait suggéré une origine orientale pour ces deux traits (Schmitt, 1974). Le type de fond plat auquel correspond notre tesson no 8 existe dès l’horizon Bischheim. Il constitue d’ailleurs un des traits distinctifs du faciès oriental de ce style céramique 7. La morphologie des vases correspondants en contexte Entzheim va clairement dans le sens d’une origine orientale, et cela d’autant plus, qu’elle n’a aucun équivalent ni dans le Bassin parisien, ni dans le Bischheim rhénan. La question de la bande réservée (ausgespartes Winckelband) est plus complexe.

  • 8 Exemples de décors du type 2 : Entzheim (Schmitt, 1974, pl. 6, no 4) et Bischoffsheim (Jeunesse et (...)

17L’expression « bande réservée » s’applique à un décor de méandres anguleux qui apparaît en négatif à l’intérieur d’une large bande horizontale à décor couvrant (pour le groupe de Schwieberdingen, cf. Lüning 1969 ; pour Aichbühl, cf. par ex. Lüning, 1971a, pl. 27 et 28) (fig. 6, nos 12 et 13). Elle constitue la traduction littérale de l’expression allemande « ausgespartes Winckelband » et désigne un décor courant dans les groupes épirösséniens de Schwieberdingen et Aichbühl. Dans ces groupes, le méandre est entièrement englobé dans la bande à décor couvrant, ce qui n’est pas le cas des décors du groupe d’Entzheim pour lesquels on a également employé l’expression de bande réservée. Celle-ci a d’ailleurs été utilisée pour désigner deux types distincts : dans le type 1, ce que l’on a abusivement qualifié de « bande réservée » constitue en réalité l’intervalle qui sépare deux frises de triangles opposés et disposés en quinconce (type 1) (fig. 6, no 10) ; dans le type 2, ce sont les intervalles vides qui séparent deux ou plusieurs méandres anguleux superposés qui, tout aussi abusivement, ont été assimilés à des ausgesparte Winckelbänder8 (fig. 6, nos 8 et 9). C’est pour le type 1 que l’effet « bande réservée » est le plus fort. On pourrait, de ce fait, retenir l’idée d’une origine orientale, avec un décor certes original, mais qui résulterait d’une adaptation locale du motif partagé par les groupes d’Aichbühl et de Schwieberdingen.

  • 9 On peut donc aujourd’hui imaginer un mouvement inverse, d’ouest en est, et donc, éventuellement, un (...)
  • 10 Le site de Schernau (Lüning, 1981) a livré les restes de deux occupations distinctes : la première, (...)

18Mais la présence de ces décors dans le groupe d’Entzheim peut également résulter d’une influence occidentale. Il se trouve en effet que les types 1 et 2 existent tous les deux en milieu chasséen ; ils sont, par exemple, abondamment représentés dans le matériel du Camp de Chassey (Thevenot, 1969, pl. 28 à 39) (fig. 6, nos 1 à 7). Contact direct avec le Chasséen, ou médiation du Bischheim occidental ? Dans l’état actuel de la documentation, il est impossible de trancher. Les deux décors concernés ne sont certes pas attestés dans le corpus Bischheim occidental du Bassin parisien, mais il ne faut pas oublier que ce corpus reste très limité. Pour moi, l’hypothèse la plus vraisemblable est celle d’un processus d’hybridation qui se serait déroulé dans le Bassin parisien, où Chasséen et Bischheim sont en situation de mitoyenneté. Une origine occidentale de nos décors s’inscrirait parfaitement dans la forte poussée occidentale que nous avons observée en Rhénanie où, rappelons-le, la composante chasséenne est présente sur plusieurs sites9. La conséquence de cette hypothèse alternative est que le couplage entre le groupe d’Entzheim et les groupes épirösséniens du sud-ouest de l’Allemagne perd tout caractère de nécessité. Parce que l’on a toutes les raisons de penser que les structures décoratives de type « bandes réservées » viennent plutôt de l’ouest, mais aussi parce que les vases non décorés à fond plat peuvent parfaitement provenir du Bischheim oriental de type Schernau, contemporain du Bischheim rhénan et antérieur à l’horizon épiroessénien10. Cela ouvre, accessoirement, la possibilité que les débuts du groupe d’Entzheim soient en réalité antérieurs à l’horizon épirössénien de l’Allemagne du Sud-Ouest.

Fig. 6. Décors de type « bandes réservées » et assimilés. 11 et 12 : décor à bandes réservées (ausgespartes Winckelband) ; 5, 7 et 10 : décor de type 1 (voir texte) ; 1-4, 8 et 9 : décor de type 2 (voir texte) ; 6 : autre combinaison. 1 à 7 : camp de Chassey (d’ap. Thevenot, 1969, pl. 28 à 30) ; 8 et 10 : Entzheim (d’ap. Schmitt, 1974) ; 9 : Bischoffsheim (d’ap. Jeunesse et alii, à paraître) ; 11 et 12 : groupe de Schwieberdingen (d’ap. Lüning, 1969).

19Pour revenir à la fosse 8 d’Entzheim, nous savons maintenant que son décor de « bandes réservées » est en réalité un décor du type 2 d’origine probablement occidentale. Il ne reste donc guère que le fond plat (no 8) pour défendre l’idée d’un ensemble mixte intégrant des traits occidentaux et orientaux.

20Cette révision de la notion de « bande réservée » change également notablement notre regard sur la fosse 1 d’Entzheim (fig. 7). On pensait, traditionnellement, que cette structure symbolisait de manière parfaite le mariage orient-occident qui, comme l’avait bien souligné G. Schmitt, constituait un des traits saillants du groupe d’Entzheim. L’assemblage se compose de trois formes reconstituées : un bol à carène basse de type chasséen, un gobelet à paroi segmentée et couronne de pastilles à la base du col de type « Menneville » et, enfin, un vase décoré avec un dispositif de type 1 (frises de triangles opposés). À la place d’un rapport 2/3 - 1/3 en faveur de la composante occidentale (Chasséen + Bischheim occidental + Schwieberdingen), on se retrouve à présent avec un mobilier dont la totalité pourrait être d’origine occidentale, c’est-à-dire face à une situation identique à celle que j’ai évoquée plus haut à propos de Koslar 10.

Fig. 7. Mobilier céramique de la fosse 1 d’Entzheim (d’ap. Schmitt, 1974, pl. 1).

21L’examen du mobilier découvert récemment dans la fosse 7 de l’habitat de Bischoffsheim « Rue du Stade » (Jeunesse et alii, à paraître) laisse une impression tout à fait analogue (fig. 8). On y trouve une série de décors au pointillé sillonné marqués par la présence récurrente des triangles hachurés et des faisceaux de lignes verticales. Trois tessons montrent par ailleurs des rangées de pastilles ; pour l’un d’entre eux, la rangée se trouve à l’intérieur du col (no 9), un dispositif bien connu dans le Bassin parisien où il apparaît dès le Néolithique ancien (Seidel, Jeunesse, 2000). On remarque par ailleurs un bord légèrement épaissi (no 1), un bord souligné par un cordon en relief (no 2), une petite coupelle hémisphérique (no 4) et une anse à ensellement médian (no 10). Tous ces éléments, sans exception, font partie du répertoire du Bischheim occidental tel que J. Dubouloz l’a décrit dans sa thèse en s’appuyant sur l’étude du riche ensemble de Berryau-Bac (Dubouloz, 1988). En l’absence de fond plat, c’est véritablement la totalité de cet ensemble qui est assimilable au Bischheim occidental et ceci, répétons-le, jusque dans des détails comme la morphologie des anses.

22Nous voilà donc face à deux inventaires (Entzheim 1 et Bischoffsheim 7) pour lesquels rien ne vient contredire l’hypothèse d’une origine à 100 % occidentale et un troisième (Entzheim 8) dans lequel il n’y a guère que le fond plat pour suggérer un apport secondaire oriental. Après nous avoir permis de démontrer que l’on peut parfaitement concevoir la formation du groupe d’Entzheim sans apport du complexe Aichbühl - Schwieberdingen, ces ensembles nous amènent à remettre en question une autre idée reçue, à savoir l’idée d’une filiation entre groupe d’Entzheim et le Bischheim indigène, autrement dit le Bischheim rhénan.

23Loin de s’ancrer dans la séquence culturelle régionale du Néolithique moyen, les débuts de ce que nous avons pris l’habitude de nommer « groupe Entzheim » seraient en réalité liés à l’intrusion d’un faciès étranger. Et, de fait, cette hypothèse cadre parfaitement avec les travaux récents consacrés à la chronologie de la fin du Néolithique moyen en Basse-Alsace. Ces derniers ont en effet montré que l’intervalle entre le Bischheim classique et les ensembles de type Entzheim 8 ou Bischoffsheim 7 était occupé par un faciès épi-Bischheim assimilable au groupe de Bruebach-Oberbergen (Jeunesse et alii, 1998). Or ce faciès stylistique s’éloigne notoirement du Bischheim rhénan classique, abandonnant ou réduisant à la portion congrue certains décors communs au Bischheim rhénan et au Bischheim occidental comme, par exemple, les frises de triangles hachurés et les panneaux formés de faisceaux de lignes verticales. Ces décors reviennent ensuite avec le « package » occidental, donnant l’impression d’une sorte de « re-bischheimisation » de la Basse-Alsace qui interviendrait après l’épisode Bruebach-Oberbergen. Mais la présence massive, dans ce faciès, des traits occidentaux (au premier rang desquels figurent les décors « pastillés ») montre bien que ce retour ne doit pas être assimilé à une résurgence des motifs du Bischheim rhénan classique. L’hypothèse la plus vraisemblable est, au contraire, que ces motifs font partie intégrante du package occidental et qu’ils nous reviennent d’une région périphérique qui a fait, en quelque sorte, office de conservatoire des décors les plus caractéristiques du Bischheim classique. Nous nous trouvons, autrement dit, en présence d’un cas typique de phénomène de Rückstrom.

24L’existence d’ensembles 100 % Bischheim occidental comme les fosses 1 d’Entzheim et 7 de Bischoffsheim pose naturellement en des termes nouveaux la question de la définition et de l’identité du faciès qui s’installe dans la région du Rhin supérieur à la charnière du Néolithique moyen et du Néolithique récent. Je ne vois, pour ma part, aucune raison d’hésiter : à assemblage stylistique semblable, même dénomination. C’est donc tout simplement la notion de « Bischheim occidental » qu’il convient d’employer pour désigner un complexe qui réunit certains des ensembles que j’ai classés en 1982 dans un « groupe de Bischheim » indifférencié et une bonne partie des ensembles que nous attribuons traditionnellement à l’étape I du groupe d’Entzheim. À l’instar de ce que nous avons observé en Rhénanie, il nous faut donc admettre que les influx occidentaux, loin de se limiter à l’injection de quelques traits isolés, sont à l’origine, là encore, de l’amorce d’un nouveau cycle culturel impulsé par l’installation d’un groupe culturel originaire du Bassin parisien.

25À travers l’examen rapide du mobilier céramique de la fosse 8 d’Entzheim, nous avons vu que, parallèlement à l’impact occidental, la région du Rhin supérieur était soumise simultanément à des influences orientales qui se traduisent par l’introduction des jarres à fond plat et profil en S. Pour ce type de vase, le fond plat va progressivement se substituer au fond convexe caractéristique du Bischheim occidental. Les autres changements qui affectent le style céramique après l’installation du Bischheim occidental dans la région du Rhin supérieur sont relativement anecdotiques. Deux d’entre eux retiennent particulièrement l’attention : il s’agit, d’une part, du déclin progressif de la technique du pointillé sillonné au profit de l’incision, suivant une dynamique analogue à celle qui scande la transition, dans la vallée du Neckar, entre Schwieberdingen et Schussenried et, d’autre part, de l’apparition de décors couvrants à base de damiers de triangles ou de carrés (décors « baroques ») qui se déploient sur la moitié supérieure de la panse de grands vases de type « bouteilles ». Mais cette dernière évolution ne représente rien d’autre, au fond, qu’un développement des motifs et configurations qui existent déjà dans le répertoire du Bischheim occidental. Le cœur du système grammatical n’est en rien affecté.

Fig. 8. Mobilier céramique de la fosse 7 de Bischoffsheim (Jeunesse et alii, à paraître).

26Si l’on respecte les règles élémentaires de la stylistique, on est donc obligé de conclure que ce que nous appelons « groupe d’Entzheim » ne montre aucune autonomie vis-à-vis du Bischheim occidental, et qu’il faut plutôt envisager le premier comme une branche orientale du second, branche orientale qui semble avoir survécu à l’extinction de la branche principale dans la zone nucléaire. Faut-il pour autant vider entièrement de sa substance la notion de « groupe d’Entzheim » ? Pas forcément. Elle pourrait être employée pour désigner l’entité qui résulte du mélange entre les traits « Bischheim occidental » et les caractères orientaux tels que le fond plat. Il s’agit là d’une configuration originale qui n’existe pas dans le foyer d’origine du Bischheim occidental. Ainsi, à un Bischheim occidental du Rhin supérieur qui ne fait que reproduire les formes et décors déjà représentés dans le Bassin parisien succéderait un groupe d’Entzheim caractérisé par l’importance des formes à fond plat d’origine danubienne et la présence de bouteilles à décor « baroque ». On aura reconnu, derrière cette seconde entité, les ensembles que nous avions pris l’habitude de classer dans l’étape II du groupe d’Entzheim.

27Les affinités étroites entre le complexe « Rössen tardif - post-Rössen » et le groupe d’Entzheim ont bien été observées par les spécialistes du Bassin parisien. G. Bailloud pensait, à l’inverse du schéma défendu ici, que la formation de son groupe de Menneville était liée à des influences orientales (Bailloud, 1964). Pour J. Dubouloz, les groupes de Menneville et d’Entzheim sont deux groupes épirösséniens partiellement contemporains dont les affinités s’expliquent par l’existence d’un substrat commun Bischheim. Dans la ligne « processuelle » de l’époque, il se garde bien d’évoquer l’idée que des influences, qu’elles fonctionnent d’est en ouest ou d’ouest en est, aient pu jouer un rôle quelconque dans les changements culturels considérés. Sur un plan plus formel, son système repose sur l’idée que la séquence Bischheim – Épirössen telle qu’elle est admise dans les régions rhénanes se reproduit à l’identique dans le Bassin parisien. Comme j’ai essayé de le montrer ailleurs (Jeunesse, 1998), l’existence de cette bipartition est loin d’être assurée. Tout porte à croire, au contraire, que les éléments que Dubouloz répartit entre son « Rössen tardif » (Rössen III) et son « post-Rössen » (Menneville) font partie d’une seule et même entité, pour laquelle j’ai préconisé l’emploi du concept de « Bischheim occidental ». Ce dernier occupe dans le Bassin parisien une niche chronologique bien précise qui s’intercale entre la culture de Cerny et l’horizon Michelsberg I. Compte tenu des fortes affinités entre le Bischheim rhénan et le Bischheim occidental, on peut considérer que cette niche correspond en gros à l’horizon « Rössen III – Bischheim » tel que l’a défini naguère J. Lichardus. Par ailleurs, de nombreux arguments vont dans le sens d’une contemporanéité au moins partielle entre ce que l’on considérait jusque là comme la phase ancienne du groupe d’Entzheim et la phase I du Michelsberg. Suivant ce schéma, qui me paraît difficile à contester dans l’état actuel de la documentation, le groupe d’Entzheim (dans son acception traditionnelle) est globalement postérieur au Bischheim occidental. L’idée que sa formation est liée à des influences occidentales est donc parfaitement défendable.

28La liste des innovations concernées nous oriente vers un second argument qui va dans le même sens. Que ce soit le plat à cuire, le décor en damier, la technique de la pastille au repoussé, le décor de pastilles au repoussé sur la face interne du col (et, de manière générale, l’emploi courant de la pastille pour la décoration des vases), la bouteille à couronne d’anses sous-cutanées ou le gobelet à col éversé et paroi segmentée de type Menneville/Michelsberg I, ils prennent tous racine dans le Néolithique ancien ou moyen « occidental » (Augy-Sainte-Pallaye, Cerny, Chasséen). On a vu plus haut, en outre, que cette idée pourrait s’appliquer aussi aux décors assimilés à tort aux « bandes réservées » du groupe de Schwieberdingen. Ces traits n’ont, en revanche, aucun antécédent local dans la vallée du Rhin. Enfin, il convient de remarquer qu’ils arrivent dans cette région groupés, sous la forme d’un « paquet » compact. Tout cela nous conduit à réfuter à la fois l’idée d’une origine orientale du Menneville avancée naguère par Bailloud et celle d’un phénomène de convergence liée à un substrat Bischheim commun qui est défendue par J. Dubouloz. C’est donc bien un phénomène de diffusion en provenance de l’ouest qui doit être tenu pour responsable de l’arrivée de ces traits en Alsace et, par conséquent, de la formation d’un faciès rhénan du Bischheim occidental.

Noyen, la fin du groupe d’Entzheim et le Michelsberg ancien de type « Rhin supérieur »

  • 11 La moitié nord correspond à la Basse-Alsace. La moitié sud (Bade-Sud et Haute-Alsace) ne sera pas é (...)

29Pour ce qui concerne la fin du groupe d’Entzheim dans sa moitié nord11, le scénario généralement admis est le suivant : dans un premier temps, la remontée du Michelsberg rhénan vers les régions du Rhin supérieur provoque l’apparition de formes Michelsberg en milieu Entzheim, ainsi qu’en témoigneraient plusieurs ensembles mixtes (Lüning, 1968 ; Jeunesse, 1989). La confrontation tourne ensuite à l’avantage du Michelsberg et l’on assiste à une disparition progressive des traits typiquement Entzheim que constituent les vases à fond plat et les décors « baroques ». Aux influences occidentales responsables de la formation du groupe d’Entzheim succéderaient ainsi, après une période de stabilité, des influences septentrionales débouchant au final sur la disparition d’Entzheim et sur l’implantation en Basse-Alsace de la culture de Michelsberg. Selon ce scénario, qui s’inscrit bien dans le paradigme traditionnel d’une origine rhénane du Michelsberg, le faciès qui s’installe en Basse-Alsace à l’étape II dérive du Michelsberg ancien (étape I) de Rhénanie tel qu’il fut définit par J. Lüning à partir d’ensembles tels que Miel et Mayen.

30Ce schéma est remis en cause à la fois par plusieurs découvertes récentes et par l’éclairage nouveau qu’apporte la mise en évidence du rôle primordial des influences occidentales dans les mutations que connaissent les régions du Rhin à la charnière moyen-récent. Loin de se limiter à la phase d’installation du Bischheim occidental, le flux des apports occidentaux continue à irriguer le Rhin supérieur sans discontinuer jusqu’au Michelsberg ancien, au point que l’on en vient à se demander si le faciès qui succède au groupe d’Entzheim en Basse-Alsace n’est pas lui aussi d’origine principalement occidentale. De longs développements seraient bien sûr nécessaires pour bien expliciter cette nouvelle thèse. Faute de place, seules ses grandes lignes seront exposées ici.

  • 12 Gobelet à paroi segmentée : fosse 54 d’Entzheim (Schmitt, 1974, pl. 28, no 1) et fosse 35 de Bischo (...)

31Les indices ne manquent pas d’une poursuite des influences occidentales après la phase d’installation du Bischheim occidental dans la Plaine du Rhin supérieur. On pense aux vases de type chasséen d’Entzheim, dont certains proviennent de contexte Entzheim vrai, et à une série de formes qui ne font pas partie du répertoire de la première vague d’influences mais dont l’origine occidentale ne fait guère de doute (Michelsberg ancien, variante Noyen ou vallée de l’Aisne). Il s’agit du gobelet non décoré à paroi segmentée, présent à Entzheim et Bischoffsheim, et de la bouteille à couronne d’anses sous-cutanées dont un exemplaire a récemment été découvert à Bischoffsheim12.

32À la fin de la séquence Entzheim, les formes lisses de type Michelsberg se substituent progressivement aux formes Entzheim. On les retrouve associées à du mobilier Entzheim (vases décorés ou récipients non décorés à fond plat) dans des ensembles mixtes. Les formes concernées sont le gobelet à paroi segmentée, variante élancée (type 2 de Lüning), la bouteille à couronne d’anses à la hauteur du diamètre maximal ou légèrement en-dessous, la marmite à bord ourlé et le pot à col court éversé et couronne d’anses tubulaires (Hängetopf de Lüning). Dans deux cas au moins, la cruche vient compléter cette addition de formes Entzheim et Michelsberg. Au sein de cet éventail, deux types retiendront particulièrement notre attention : la cruche et le pot à col court éversé et couronne d’anses tubulaires sous-cutanées, que nous nommerons, pour simplifier, pot à col court éversé (fig. 9).

Fig. 9. Les pots à col court éversé de la région du Rhin supérieur. 1, Lingolsheim « Lienhardt » ; 2, Pfuhlgriesheim « Langgarten » ; 3, Lingolsheim « Ficht » ; 4, Iggelheim (1, 3 et 4 d’ap. Lüning, 1968, pl. 27 et 45 ; 2 d’ap. Meunier et alii, 2003, fig. 15).

33Ce qui rapproche, en premier lieu, ces deux formes, c’est leur absence dans le Michelsberg ancien (étapes I + II) de Rhénanie. Ils constituent donc un bon point de départ pour qui cherche à mettre en évidence les particularismes du Michelsberg ancien du Rhin supérieur.

  • 13 Lingolsheim « Lienhardt » (Lűning, 1968, pl. 45, no 3) et Lingolsheim « Ficht » (Lüning, 1968, pl. (...)

34La présence dans la vallée du Rhin du pot à col court éversé a été remarquée très tôt grâce à deux ensembles trouvés au début du xxe s. dans des sablières de la commune de Lingolsheim (Basse-Alsace)13. Il s’agit d’une forme typique du groupe de Noyen (qui l’emprunte probablement au Chasséen) (fig. 10), mais dont on connaît également quelques exemplaires dans le Michelsberg ancien de la vallée de l’Aisne. Jusqu’à récemment, on n’en connaissait qu’une seule occurrence supplémentaire dans les régions rhénane. Il s’agit d’un vase trouvé sur le site de Iggelheim (Lüning, 1968, pl. 27, no 24), d’où provient également un tesson portant un décor en damier d’inspiration chasséenne, une bouteille à couronne d’anses et un gobelet à paroi segmentée de type Lüning 1,1 (fig. 11). J’ai déjà, m’inspirant des travaux de M.-A. Le Bolloch, insisté sur le fait que l’aire de répartition principale de ce type de gobelet est le Bassin parisien (Jeunesse, 1998). La bouteille à couronne d’anses (cf. infra) se partageant elle aussi entre le Rhin et le Bassin parisien, on peut en conclure que, dans ce cas, le pot à col court éversé, forme indiscutablement occidentale provient d’un milieu qui ne comporte, par ailleurs, que des formes ubiquistes présentes à la fois dans le Bassin parisien et la vallée du Rhin.

Fig. 10. Trois ensembles clos du site de Noyen. 1-3 : Grisy F3 ; 4-5 : Grisy F1 : 6-9 : Noyen fd 13 (d’ap. Mordant, 1984).

Fig. 11. Choix de vases du site d’Iggelheim (d’ap. Lüning, 1968, pl. 27 E ; 1971a, pl. 18).

  • 14 L’assemblage le plus spectaculaire provient de la fosse 3 de Lingolsheim « Ficht » (Lüning, 1968, p (...)

35La question du « Hängetopf » a été relancée récemment par la découverte d’un nouvel exemplaire en Basse-Alsace. Au sein du mobilier de la fosse 56 du site de Pfuhlgriesheim, il était associé à un vase non décoré à fond plat de type Entzheim (Meunier et alii, 2003, fig. 15, nos 6 et 7). Le total des occurrences s’élève donc aujourd’hui à quatre, dont trois en Alsace et une provenant d’un site du nord de la Plaine du Rhin supérieur (Iggelheim) dont nous venons de souligner les affinités marquées avec l’ouest. Contrairement aux apparences, la chronologie des ensembles correspondants n’est pas si facile à établir. Pour le site d’Iggelheim, les auteurs hésitent entre les phases I et II du Michelsberg. Sur les deux sites de Lingolsheim, le Hängetopf a été découvert en compagnie de gobelets à paroi segmentée du type 2, un type que J. Lüning présente comme le principal « fossile directeur » de sa phase MK II. C’est d’ailleurs la coexistence de ces gobelets avec des éléments Entzheim qui l’ont conduit à avancer l’idée d’une phase de chevauchement entre le groupe d’Entzheim et le Michelsberg14. Entre temps, on s’est aperçu que le gobelet de type 2 était également représenté dans le groupe de Noyen. Il pourrait donc, dans les ensembles alsaciens ou dans un inventaire fortement marqué par les formes occidentales comme celui d’Iggelheim, relever lui aussi directement des influx occidentaux. Il n’est donc plus indispensable de le faire dériver du gobelet de type 1, ce qui affaiblit considérablement la thèse d’un passage progressif du type 1 au type 2 au sein du Michelsberg rhénan sur laquelle repose précisément, en grand partie, la bipartition chronologique MK I – MK II définie par Lüning.

36Ces différentes remarques débouchent sur un double constat : premièrement, force est de reconnaître que les ensembles de la région du Rhin supérieur classés dans le Michelsberg II et considérés traditionnellement comme les témoins de la remontée vers l’aval du Michelsberg ancien de Rhénanie, pourraient tout aussi bien devoir leur formation à une nouvelle phase d’influences occidentales, c’est-à-dire à un contact direct avec le Bassin parisien. Le fait que les gobelets de type 2 ne puissent plus être considérés avec certitude comme caractéristiques d’une phase II du Michelsberg conduit deuxièmement, à remettre en cause la distinction I-II et à se demander si les ensembles mixtes alsaciens d’où proviennent ces gobelets doivent obligatoirement être envisagés comme représentatifs d’une phase postérieure à celle qu’illustre, en Rhénanie, le site de Mayen. On remarquera, par exemple, que le vase à col court éversé voisine avec un gobelet de type 1 à Iggelheim, alors qu’il est associé avec un gobelet de type 2 à Lingolsheim « Ficht ».

  • 15 Ex. : fosse 1 de Lingolsheim « Ficht » (Lüning, 1968, pl. 45, no 9) ; fosse 58 de Pfuhlgriesheim «  (...)

37Comme on l’a vu, la phase formative du groupe d’Entzheim est marquée, outre l’impact massif des éléments Bischheim occidental, par des influences orientales qui se traduisent par l’adoption du fond plat dans la céramique non décorée. Ce dualisme semble se reproduire au moment de l’élaboration du Michelsberg ancien du Rhin supérieur. Face à une composante occidentale largement majoritaire, on voit apparaître la cruche15, forme entièrement nouvelle dans les régions rhénanes et à laquelle on attribue en général une origine orientale.

38L’impression que l’on a affaire à autre chose que le simple produit d’une rencontre entre un Michelsberg rhénan en expansion et le groupe d’Entzheim, a encore été renforcé par deux ensembles découverts dans les années 1980 sur le site de Geispolsheim Bruechel (Koenig, 1988). Le premier inventaire montre le mélange habituel d’éléments Entzheim (bouteille décorée et vase non décoré à fond plat) et Michelsberg (gobelet à paroi segmentée, marmite à bord ourlé, bouteille à couronne d’anses). Dans le second, la composante Entzheim est absente ; jusque dans les détails (typologie des éléments de perforation), les éléments représentés sont tous caractéristiques du Michelsberg ancien du Bassin parisien. L’impression est la même que pour la fosse 7 de Bischoffsheim : celle d’un transfert massif de traits occidentaux qui, loin de se limiter à l’emprunt d’éléments isolés, concerne toute la gamme des formes produites dans la région source. L’idée d’une arrivée du Michelsberg alsacien par le Rhin perd donc peu à peu de sa consistance. D’explication nécessaire qu’elle fut, elle est devenue une hypothèse parmi d’autres, pas forcément la plus convaincante.

39La forte coloration « occidentale » du Michelsberg ancien du Rhin supérieur est illustrée, on l’a vu, par la répartition du Hängetopf, dont les quatre exemplaires connus en milieu rhénan ont tous été trouvés dans cette région. De manière quelque peu inattendue, on s’aperçoit que le même raisonnement peut-être appliqué à la bouteille à couronne d’anses au niveau du diamètre maximal. Celle-ci est présente à la fois dans le groupe de Noyen et dans le Michelsberg ancien de l’Aisne. Dans son catalogue paru en 1968, c’est-à-dire avant que l’on ne mette en évidence l’existence d’une branche occidentale du Michelsberg dans le Bassin parisien, J. Lüning répertorie huit exemplaires ; deux viennent des ensembles Michelsberg ancien bien connus de Mayen et d’Urmitz et quatre (50 %) sont issus de sites alsaciens. Depuis, le corpus alsacien a été enrichi par quatre nouvelles pièces découvertes à Geispolsheim « Bruechel », Bischoffsheim « Rue du stade » et Pfuhlgriesheim « Langgarten », ce qui porte le total à huit exemplaires. Sur ces huit pièces, une a été trouvée en contexte Entzheim (Bischoffsheim), les sept autres dans le faciès « Rhin supérieur » du Michelsberg ancien.

  • 16 La présence de ces bords décorés n’a rien de surprenant. Ils sont massivement représentés dans le g (...)
  • 17 Le faciès de Riegel est implanté dans le nord du massif du Kaiserstuhl, dans la région du Bade-sud  (...)

40Les deux bouteilles de Pfuhlgriesheim méritent un petit détour. Elles proviennent d’un dépôt céramique disposé au fond d’une fosse circulaire de type silo (Meunier et alii, 2003). Un premier exemplaire non décoré répond aux canons habituels du type. Le second présente un cas très intéressant d’hybridation entre deux traditions céramiques : Michelsberg ancien pour la forme du vase et la morphologie des anses, Entzheim pour le décor « baroque » qui couvre la moitié supérieure de la panse. Ces deux pièces voisinaient avec, entre autres, un fragment de cruche, les restes de deux plats à cuire, un grand pot de stockage à couronne d’anses et fond conique et une grande jatte à anses tubulaires d’inspiration manifestement chasséenne (Meunier et alii, 2003, p. 281), le tout complété par un ensemble de trois vases à bord décorés d’impressions au doigt et à l’ongle (au sein duquel se distingue un dispositif de type « Arkadenrand »16) et par un grand tesson décoré à la manière du « faciès de Riegel »17.

41Les découvertes alsaciennes récentes montrent que la bouteille à couronne d’anses peut elle aussi être considérée comme une des formes clés du répertoire du Michelsberg ancien du Rhin supérieur et cela même si, dans ce cas, la différence avec l’aire belgo-rhénane est davantage d’ordre statistique. Avec son assemblage comportant des traits Entzheim, une forme chasséenne, deux bouteilles à couronne d’anses et une cruche, le dépôt de Pfuhlgriesheim est tout à fait caractéristique de ce faciès à forte connotation occidentale. Dans l’état actuel, on peut lui rattacher les sites déjà mentionnés de Lingolsheim « Ficht », Lingolsheim « Lienhardt », Geispolsheim « Bruechel » et Pfuhlgriesheim « Langgarten », auxquels on ajoutera une fosse découverte en 1925 à Achenheim (Lüning, 1968, pl. 42, A) ainsi que le site d’Iggelheim, où la présence d’un gobelet de type 1, d’un pot à col court éversé et d’un tesson de type chasséen ne nous laisse guère le choix. Le territoire de ce faciès sud du Michelsberg ancien englobe ainsi une grande moitié nord de la Plaine du Rhin supérieur, de la Basse-Alsace à la confluence Rhin/Neckar. Mais certains indices, que nous n’aurons pas la place de détailler ici, suggèrent qu’il pourrait s’étendre davantage vers le nord. Parmi eux figure le mobilier du site hessois de Bad Nauheim, qui, outre le grand fragment de vase support chasséen bien connu, présente plusieurs traits communs avec les ensembles du Rhin supérieur mentionnés.

  • 18 Elles sont au nombre de trois : gobelets à paroi segmentée ; marmite à bord ourlé ; bouteille à cou (...)

42Il apparaît donc aujourd’hui que la thèse d’un Michelsberg ancien qui partirait de Rhénanie pour coloniser progressivement les régions rhénanes situées en amont n’a plus aucun caractère de nécessité. Les dernières découvertes alsaciennes, avec, en premier lieu, le site de Pfuhlgriesheim, donnent au contraire de plus en plus de crédit à l’hypothèse de l’existence d’un faciès « Rhin supérieur » dont la genèse serait directement liée à l’arrivée d’une nouvelle vague d’influences en provenance du Bassin parisien. L’existence d’une série de formes communes18 laisse à penser que ce faciès est contemporain d’un faciès septentrional dont Mayen constitue le site de référence. Loin de démontrer un lien génétique, ces affinités renvoient sans doute simplement au fait que les deux styles céramiques prennent tous deux racine dans le Bassin parisien.

  • 19 Il manque encore une vraie synthèse sur le Michelsberg de Belgique. En attendant, on pourra se réfé (...)

43Parmi les traits spécifiques du faciès « Rhin supérieur » figure la cruche. L’aire de répartition de cette forme durant l’horizon Michelsberg ancien (I-II) suffit à elle seule à esquisser les territoires respectifs des deux réseaux concurrents. Alors qu’elle est bien représentée dans la Plaine du Rhin supérieur, elle est absente à Mayen, en Belgique et dans le Bassin parisien. Au faciès du Rhin supérieur, marqué par ses liens avec le Chasséen classique et le Michelsberg ancien (groupe de Noyen) du sud du Bassin parisien, semble donc s’opposer un faciès « nord » qui s’étendrait de la Rhénanie à la vallée de l’Aisne en passant par la Belgique19. Parallèlement à la forte coloration occidentale qui constitue le cœur de son système stylistique, le faciès « Rhin supérieur » comprend des éléments résiduels Entzheim qui permettent de faire le lien avec la séquence régionale de Basse-Alsace, ainsi de la cruche, qui suggère une persistance des relations avec les régions danubiennes, déjà illustrées durant l’horizon précédent par la généralisation du fond plat.

44La définition de ce faciès Rhin supérieur du Michelsberg ancien soulève un problème connexe qui devra, lui aussi, retenir notre attention dans l’avenir. Ce problème naît de la contradiction entre la position chronologique que nous proposons de lui donner et la manière dont les sites qui en font partie ont été classés jusqu’à présent. Comme on l’a vu, il n’y a pas de raison particulière de penser que le faciès « Rhin supérieur » est postérieur au faciès « Mayen ». Selon le schéma que j’ai essayé d’expliciter ici, ce qui les distingue relèverait d’une variabilité qu’il faut considérer comme géographique plutôt que chronologique. Cette remarque est valable, par exemple, pour l’opposition classique entre les gobelets de types 1-1 et 2. Alors qu’elle constitue l’un des pivots du système chronologique de J. Lüning, je serais tenté, pour ma part, de l’imputer à l’existence de deux réseaux distincts qui prennent leur inspiration dans deux zones différentes du berceau occidental. Or les sites que nous avons attribués au faciès « Rhin supérieur » représentent une bonne partie des sites attribués traditionnellement à l’étape II du Michelsberg. Il se pourrait donc que ce que l’on a considéré jusque là unanimement comme une phase chronologique représente en réalité un faciès géographique. Une des tâches urgentes de la recherche sur le Néolithique récent devra donc être de s’interroger sur la pertinence de la distinction MK I - MK II. En attendant, la prudence commande, à mon avis, de grouper les étapes I et II dans un « Michelsberg ancien » indéterminé.

Synthèse

45Lorsque l’on abordait, il y a une dizaine d’années, la question des relations entre le Bassin parisien et les régions du Rhin au Néolithique moyen – récent, c’était presque toujours pour se poser la question de la nature et des conséquences des influences rhénanes sur l’ouest, tant il paraissait évident que le lien entre les deux régions était marqué par une forte asymétrie qui jouait en faveur du pôle oriental. Les quelques tessons de type chasséen trouvés en milieu Michelsberg ou Entzheim paraissaient bien anecdotiques comparés aux influences rhénanes massives qui avaient, pensait-on, conduit à l’établissement dans le nord-est du Bassin parisien des cultures de Bischheim et de Michelsberg. Cette conception sort largement affaiblie des progrès réalisés ces dernières années et que j’ai essayé de résumer dans cette contribution. Si le cycle concerné commence effectivement, avec l’implantation du groupe de Bischheim dans le Bassin parisien, par un mouvement d’est en ouest, c’est bien un mouvement inverse, du Bassin parisien vers le Rhin, qui va donner le ton par la suite.

46On a vu que les influences occidentales jouent un rôle considérable dans les deux régions abordées (fig. 12 et 13). En Rhénanie, elles se traduisent par l’implantation d’une nouvelle culture née dans le Bassin parisien, même si on la baptisa naguère du nom d’un site de la vallée du Rhin. Je veux parler bien sûr de la culture de Michelsberg. Dans une partie de la Plaine du Rhin supérieur, la poussée occidentale qui survient au même moment débouche sur unerupture franche de la séquence locale et, là aussi, sur l’implantation d’un nouveau groupe culturel ; au faciès épi-bischheimien appelé « Bruebach-Oberbergen » succède de façon brutale le Bischheim occidental, ou Bischheim à décor pastillé, dont l’origine doit être recherchée dans le nord-est du Bassin parisien. Le temps et l’action des influences orientales qui surviennent à la même époque vont progressivement modifier la physionomie de ce faciès. Pour désigner le produit de cette évolution on peut, si l’on veut, recycler le concept aujourd’hui partiellement obsolète de « groupe d’Entzheim ».

Fig. 12. De la Seine au Rhin dans la seconde moitié du Ve millénaire, tableau chronologique simplifié.

Fig. 13. Tableau chronologique avec positionnement de quelques sites de référence.

47Après avoir conduit à la formation du groupe d’Entzheim, les influences occidentales vont, dans un second temps, précipiter son déclin. Contrairement à une idée bien ancrée, et que j’ai moi-même contribué à populariser, l’émergence du Michelsberg dans la Plaine du Rhin supérieur n’a pas été provoquée par une remontée vers l’amont d’un Michelsberg dérivé du Michelsberg ancien de Rhénanie. Elle est, au contraire, le produit d’une seconde vague d’influences occidentales dont la source est à chercher davantage du côté du groupe de Noyen que du Michelsberg ancien de la vallée de l’Aisne. Se dessinent ainsi, après la phase initiale marquée par la diffusion, en Rhénanie comme en Alsace, de deux entités fortement marquées par le Bischheim occidental, deux provinces du Michelsberg ancien rhénan dont les affinités, loin d’être liées à un processus de diffusion d’aval en amont, s’expliquent par une dette commune vis-à-vis du creuset occidental.

  • 20 On citera, par exemple, la cruche et le gobelet à panse biconique et deux anses opposées découverts (...)

48En Rhénanie comme en Alsace, le début du cycle que j’ai essayé de décrire ici semble marqué par la présence d’ensembles exogènes purs. Avec toute la prudence qui s’impose dans ce domaine, il est donc légitime de se demander si les changements considérés ne sont pas consécutifs à des mouvements migratoires. S’agissant de céramiques d’usage courant et non pas de biens de prestige ou de « modes aristocratiques », on ne voit cependant pas quelle autre cause pourrait générer des bouleversements aussi brutaux. L’image de deux blocs géographiques séparés possédant chacun leur propre dynamique qui, sous l’influence diffuse de l’archéologie des processus, tendait peu à peu à s’imposer, doit donc aujourd’hui être révisée. Entre l’implantation du groupe de Bischheim dans le Bassin parisien et la formation des deux faciès du Michelsberg ancien qui occupent les régions rhénanes, les interactions entre les deux régions sont constantes et leur impact sur le changement culturel déterminant. Après le mouvement est-ouest qui ouvre le cycle à la fin du Rössen, le sens des transferts s’inverse ; contrairement au cliché traditionnel, ce sont alors les indices d’influences orientales sur le Bassin parisien que l’on doit considérer comme anecdotiques20.Les mouvements orientés d’ouest en est ont en revanche un impact considérable sur le changement culturel dans les régions rhénanes.

49Quelques mots, pour terminer, sur la chronologie absolue. Les faciès rhénan et oriental du groupe de Bischheim sont datés entre 4600/4550 et 4450/4400 (Eisenhauer, 2002). Pour l’horizon épiroessénien en Allemagne du Sud-Ouest, on dispose de mesures dendrochronologies ponctuelles pour le 43e s. (cf. résumé dans Jeunesse, 1995). Le site éponyme du groupe proto-Pfyn de Hornstaad, dont on a souligné les affinités avec l’étape III du Michelsberg, est daté en dendrochronologie de la fin du 40e s. Pour la vallée du Rhin, la proposition de périodisation la plus récente (Höhn, 2002) situe la fin du Bischheim rhénan vers 4450, le Michelsberg ancien entre 4400 et 4050 et le Michelsberg III entre 4050 et 3800. En Rhénanie, les influences occidentales viennent interrompre l’évolution du groupe de Bischheim. Elles doivent donc se situer vers la fin ou juste après la fourchette admise pour ce groupe culturel. Dans la mesure où il faut compter avec la possibilité d’un hiatus entre le Bischheim rhénan et l’arrivée de cette vague d’influences, ou encore avec le risque que les quelques datations disponibles pour le Bischheim ne couvrent pas toute la durée de ce groupe, nous proposerons de les situer à l’intérieur d’une fourchette large allant de 4500 à 4350. Malheureusement, il n’existe pas encore de dates radiocarbones pour les sites correspondant à l’arrivée des influences occidentales. En Basse-Alsace, l’arrivée du Bischheim occidental vient interrompre l’évolution du groupe « épi-bischheimien » de Bruebach-Oberbergen. Comme on l’a vu, elle doit être grossièrement contemporaine de l’arrivée des influences occidentales en Rhénanie, ce qui nous amène à la situer dans la même fourchette 4500-4350. Le groupe d’Entzheim (anciennement Entzheim II) et le Michelsberg ancien de la Plaine du Rhin supérieur doivent se situer, grossièrement, entre 4350/4300 et 4100/4050. La durée du faciès rhénan du Bischheim occidental, qui s’intercale entre les groupes de Bruebach-Oberbergen et d’Entzheim, est naturellement difficile à évaluer. Là encore, il nous faut recourir à une fourchette large, en l’occurrence 4500-4300. De cette esquisse rapide, il faut retenir que le double mouvement d’influences occidentales que j’ai tenté de décrire dans cet article doit se dérouler dans la fourchette 4500-4100, sa durée oscillant, suivant les options que l’on privilégie, entre deux siècles et demi et quatre siècles.

Bibliographie

Bibliographie

Arora 2002 : Arora (S.-K.). — Bischheimer Grossbauten. Archäologie in Deutschland, 2, 2002, p. 48.

Bailloud 1964 : Bailloud (G.). — Le Néolithique dans le Bassin parisien. Paris : CNRS, 1964. 392 p., 52 fig., 7 pl. (Suppl. à Gallia Préhistoire ; 2).

Billamboz 1993 : Billamboz (A.). — Erste dendrochronologische Zeitmarken für die jungneolithische Talsiedlung Ehrenstein, Alb-Donau-Kreis. Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1992, p. 84-87.

Blanchet, Burnez 1984 : Blanchet (J.-C.), Burnez (L.). — Le camp chasséen du Mont d’Huette à Jonquières (Oise). II. La céramique décorée. Revue archéologique de Picardie, 1-2, 1984, p. 217-242.

Blanchet, Martinez 1986 : Blanchet (J.-C.), Martinez (R.). — Vers une chronologie interne du Chasséen dans le Nord du Bassin parisien. In : Demoule (J.-P.), Guilaine (J.) éd. — Le Néolithique de la France. Paris : Picard, 1986, p. 331-342.

Blanchet et alii 1984 : Blanchet (J.-C.), Bouchain (P.), Decormeille (A.). — « Le Camp de César » à Catenoy. Revue archéologique de Picardie, 1-2, 1984, p. 173-204.

Boelicke 1978 : Boelicke (U.). — Das neolithische Erdwerk Urmitz. Acta Praehistorica et Archaeologica, 7/8, 1976/77, p. 73-122.

Dubouloz 1988 : Dubouloz (J.). — Le style de Menneville et les débuts du Chalcolithique dans la France du Nord. Thèse de doctorat. Paris : Université de Paris I, 1988.

Dubouloz 1991 : Dubouloz (J.). — Le village fortifié de Berry-au-Bac (Aisne) et sa signification pour la fin du Néolithique dans la France du Nord. In : Lichardus (J.) éd. — Die Kupferzeit als historische Epoche. Bonn : R. Habelt, 1991, p. 421-440 (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde ; 55).

Dubouloz 1998 : Dubouloz (J.). — Réflexions sur le Michelsberg ancien en Bassin parisien. In : Biel (J.), Schlichtherle (H.), Strobel (M.), Zeeb (A.) éd. — Die Michelsberger Kultur und ihre Randgebiete – Probleme der Entstehung, Chronologie und des Siedlungswesens : Actes du colloque de Hemmenhofen, fév. 1997. Stuttgart : K. Theiss Verlag, 1998, p. 9-20.

Eckert 1992 : Eckert (J.). — Das Michelsberger Erdwerk Mayen. Berichte zur Archäologie an Mittelrhein und Mosel, 3, 1992, p. 9-339.

Eisenhauer 2002 : Eisenhauer (U.). — Untersuchungen zur Siedlungs-und Kulturgeschichte des Mittelneolithikums in der Wetterau. Bonn : R. Habelt, 2002. 312 p., 15 pl. h. t. (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie ; 89).

Fourny et alii 1987 : Fourny (M.), Van Assche (M.), Gilot (E.), Heim (J.). — Le site d’habitat néolithique Épi-Rössen/Michelsberg du « Mont-à-Henry » à Ittre (Belgique, Brabant). Helinium, XXVII, 1987, p. 46-70.

Gleser 1995 : Gleser (R.). — Die Epi-Rössener Gruppen in Südwestdeutschland. Untersuchungen zur Chronologie, stilistischen Entwicklung und kulturellen Einordnung. Bonn : R. Habelt, 1995. 408 p., 66 pl. (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde ; 61).

Höhn 2002 : Höhn (B.). — Michelsberger Kultur in der Wetterau. Bonn : R. Habelt, 2002. 239 p., 69 pl. h. t. (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie ; 87).

Jeunesse 1982 : Jeunesse (C.). — La Culture de Michelsberg en Alsace. Essai de synthèse. Mémoire de Maîtrise. Strasbourg : Université des Sciences Humaines de Strasbourg, 1982.

Jeunesse 1984 : Jeunesse (C.). — Signification chronologique et culturelle des influences chasséennes en milieu épi-roessénien. In : Influences méridionales dans l’est et le centre-est de la France au Néolithique : le rôle du Massif Central : Actes du 8ème colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy-en-Velay, 1981. Clermont-Ferrand : CREPA, 1984, p. 165-172.

Jeunesse 1989 : Jeunesse (C.). — La culture de Munzingen dans le cadre du « Jungneolithikum » du sud-ouest de l’Europe centrale d’après les découvertes récentes des sites alsaciens de Didenheim (Haut-Rhin) et Geispolsheim (Bas-Rhin). Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 5, 1989, p. 155-184.

Jeunesse 1990 : Jeunesse (C.). — Le groupe de Bruebach-Oberbergen et l’horizon épi-roessénien dans le sud de la Plaine du Rhin supérieur, le nord de la Suisse et le sud de la Haute-Souabe. Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 6, 1990, p. 81-114.

Jeunesse 1995 : Jeunesse (C.). — Le vase de Passy et la synchronisation entre les séquences Néolithique moyen du Rhin et du Bassin parisien. Problèmes de chronologie absolue. Bull. de la Soc. préhistorique française, 92, 1995, p. 22-24.

Jeunesse 1998 : Jeunesse (C.). — Pour une origine occidentale de la culture de Michelsberg ? In : Biel (J.), Schlichtherle (H.), Strobel (M.), Zeeb (A.) éd. — Die Michelsberger Kultur und ihre Randgebiete – Probleme der Entstehung, Chronologie und des Siedlungswesens : Actes du colloque de Hemmenhofen, fév. 1997. Stuttgart : K. Theiss Verlag, 1998, p. 29-45.

Jeunesse et alii 1998 : Jeunesse (C.), Lefranc (P.), Kuhnle (G.). — Les sites d’habitat de Rosheim « Rosenmeer » et de Rosheim « Hexensul » (Bas-Rhin) et la relation entre les groupes de Bruebach-Oberbergen et d’Entzheim en basse-Alsace. Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 14, 1998, p. 107-133.

Jeunesse et alii à paraître : Jeunesse (C.), Lefranc (P.), Denaire (A.). — Origine du Michelsberg, genèse du groupe d’Entzheim : la transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique récent dans les régions rhénanes (Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace ; no spécial).

Keefer, Joachim 1988 : Keefer (E.), Joachim (W.). — Eine Siedlung der schwieberdinger Gruppe in Aldingen, Gmde Remseck am Neckar, Kreis Ludwigsburg. Fundberichte aus Baden-Württemberg, 13, 1988, p. 1-114.

Koenig 1988 : Koenig (M.-P.). — Un site de la transition Néolithique moyen-récent découvert à Geispolsheim. Cahiers de l’Ass. pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace, 4, 1988, p. 39-48.

Laurelut 1989 : Laurelut (C.). — Le village Michelsberg des Hautes-Chanvières à Mairy (Ardennes). III. Étude de la céramique. Gallia Préhistoire, 31, 1989, p. 127-137.

Le Bolloch 1989 : Le Bolloch (M.-A.). — La céramique Michelsberg de la Vallée de l’Aisne dans son contexte régional. Thèse de doctorat. Paris : Université de Paris I, 1989. 3 vol.

Le Bolloch 1992 : Le Bolloch (M.-A.). — Le site de Maizy-sur-Aisne et ses rapports avec le groupe de Noyen. In : Actes du 11ème colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, oct. 1984. Saint-Germain-en-Laye : Internéo, 1992, p. 159-166.

Lüning 1968 : Lüning (J.). — Die Michelsberger Kultur. Ihre Funde in zeitlicher und räumlicher Gliederung. Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 48, 1967, p. 1-350.

Lüning 1969 : Lüning (J.). — Die jungsteinzeitliche Schwieberdinger Gruppe. Stuttgart : Müller und Gräff, 1969. 35 p., 36 pl. (Veröffentlichungen des staatlichen Amtes für Denkmalpflege Stuttgart ; A, 13).

Lüning 1971a : Lüning (J.). — Die Entwicklung der Keramik beim Übergang vom Mittel-zum Jungneolithikum im süddeutschen Raum. Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 50, 1971, p. 1-96.

Lüning 1971b : Lüning (J.). — Ein Neufund der Stufe Michelsberg I. Germania, 49, 1971, p. 210.

Lüning 1971c : Lüning(J.). — Aldenhoven 3. Untersuchungen zur neolithischen Besiedlung der Aldenhovener Platte. Bonner Jahrbücher, 1971, p. 578-582.

Lüning 1979 : Lüning (J.). — Untersuchungen zur neolithischen Besiedlung der Aldenhovener Platte VIII. Bonner Jahrbücher, 1979, p. 299-362.

Lüning 1981 : Lüning (J.). — Eine Siedlung der mittelneolithischen Gruppe Bischheim in Schernau, Ldkr. Kitzingen. Kallmünz : Verlag M. Lassleben, 1981 (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte ; A, 44).

Meunier et alii 2003 : Meunier (K.), Sidéra (I.), Arbogast (R.-M.). — Rubané et groupe d’Entzheim à Pfuhlgriesheim « Langgarten » et « Buetzel » (Bas-Rhin). Bull. de la Soc. préhistorique française, 100, 2003, p. 267-292.

Michel, Tabary-Picavet 1979 : Michel (J.), Tabary-Picavet (D.). — La Bosse de la Tombe à Givry (Hainaut) : tumulus protohistorique et occupation néolithique épi-Rössen. Bull. de la Soc. Royale belge d’anthropologie préhistorique, 90, 1979, p. 5-83.

Mordant, Mordant 1972 : Mordant (C.), Mordant (D.). — L’enceinte néolithique de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne). Bull. de la Soc. préhistorique française, 69, 1972, p. 554-569 (Études et Travaux ; 2).

Mordant 1984 : Mordant (D.). — Le Néolithique moyen II dans le secteur Seine-Yonne. In : Pétrequin (P.), Gallay (A.) éd. — Le Néolithique Moyen Bourguignon (NMB) : Actes du colloque de Beffia (Jura, France), juin 1983. 1984, p. 105-113 (Archives suisses d’anthropologie générale, 48-2).

Naze 1989 : Naze (G.). — Le site d’habitat post-Rössen d’Amigny-Rouy « la Bretagne » (Aisne). Bilan des sauvetages effectués de 1986 à 1988. Revue archéologique de Picardie, 1989, p. 27-42.

Naze 1999 : Naze (G.). — Enceinte du Néolithique moyen. L’Archéologue, 40, 1999, p. 76.

Prestreau, Thevenot 1996 : Prestreau (M.), Thevenot (J.- P.). — Axe Yonne - Armançon - Saône. Cadre chronologique et interprétations culturelles. In : Duhamel (P.) dir. — La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? : Actes du 18ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, oct. 1991. Dijon, 1996, p. 383-395 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 14).

Schier 1993 : Schier (W.). — Das westliche Mitteleuropa an der Wende vom 5. zum 4. Jahrtausend : Kulturwandel durch Kulturkontakt ? In : Kulturen zwischen Ost und West. Berlin : Akademie Verlag, 1993, p. 19-59.

Schmitt 1974 : Schmitt (G.). — La transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique final en Basse-Alsace. Revue archéologique de l’Est, XXV, 3-4, 1974, p. 278-363.

Seidel, Jeunesse 2000 : Seidel (U.), Jeunesse (C.). — À propos d’un tesson du Néolithique récent de la vallée du Neckar. La technique du bouton au repoussé et la question de la diffusion du Michelsberg. Bull. de la Soc. préhistorique française, 97, 2000, p. 229-237.

Thevenot 1969 : Thevenot (J.-P.). — Éléments chasséens de la grotte de Chassey. Revue archéologique de l’Est, 20, 1969, p. 7-95.

Vermeersch 1988 : Vermeersch (P.-M.). — Le Michelsberg en Belgique. Acta Archaeologica Lovaniensia, 26-27, 1987-1988, p. 1-20.

Zeeb-Lanz 2002 : Zeeb-Lanz (A.). — Die Bischheimer Gruppe in der Pfalz. Mitteilungen des historischen Vereins der Pfalz, 100, 2002, p. 11-60.

Notes

1 Fragments de vases-supports de Bad-Nauheim (Lüning, 1968, pl. 11, nos 36-40).

2 Il est important de noter que l’expression « Bischheim occidental », qui sera utilisée plusieurs fois dans ce texte, n’a pas la même acception que celle que préconise J. Dubouloz (par ex. : Dubouloz, 1991, pl. 11). Pour lui, le Bischheim occidental englobe le Bischheim rhénan et le « Rössen tardif » du Bassin parisien. Selon moi, il faudrait réserver cette expression à une entité localisée dans le Bassin parisien et qui regroupe le « Rössen tardif » et le « post-Rössen / Menneville » de J. Dubouloz (cf. analyse dans Jeunesse, 1998). Je propose donc une subdivision du Bischheim en trois faciès : occidental (type Berry-au-Bac), rhénan (Bischheim, Schwalheim, Monsheim, Strasbourg-Koenigshoffen…) et oriental (Schernau).

3 Cf. mon rapprochement avec le groupe de Noyen dans Jeunesse, 1998.

4 Jüchen, Arrondissement de Neuss (Arora, 2002) ; mes remerciements vont à S. K. Arora, qui m’a permis d’examiner le matériel de ce site en septembre 2002.

5 Voir aussi, pour une mise à jour des données, la synthèse récente consacrée par Andrea Zeeb-Lanz au Palatinat, région d’où est issu le site éponyme du groupe de Bischheim (Zeeb-Lanz, 2002).

6 Outre Berry-au-Bac, les ensembles les plus représentatifs du complexe Bischheim occidental sont, pour la Belgique, ceux de Givry (Michel, Tabary-Picavet, 1979) et d’Ittre (Fourny et alii, 1987) et, pour le nord-est du Bassin parisien, ceux d’Amigny-Rouy (Naze, 1989), de Crécy-sur-Serre (Naze, 1999) et d’Osly-Courtil (inédit, fouilles J. Dubouloz).

7 Voir par exemple à Schernau (Lüning, 1981).

8 Exemples de décors du type 2 : Entzheim (Schmitt, 1974, pl. 6, no 4) et Bischoffsheim (Jeunesse et alii, à paraître ; fosse 57).

9 On peut donc aujourd’hui imaginer un mouvement inverse, d’ouest en est, et donc, éventuellement, une origine occidentale pour le « ausgespartes Winckelband » des groupes de Schwieberdingen et d’Aichbühl. Mais gardons à l’esprit que le décor caractéristique de ces deux groupes n’est pas identique à ceux qui son utilisés en Alsace. Rappelons que l’existence d’influences Bischheim occidental ou Entzheim sur le Schwieberdingen est attestée par un vase à triple rangée horizontale de boutons au repoussé découvert sur le site d’Aldingen, dans la vallée du Neckar (Keefer, Joachim, 1988, fig. 43 B).

10 Le site de Schernau (Lüning, 1981) a livré les restes de deux occupations distinctes : la première, attribuable au Bischheim oriental, est datée par un groupe de quatre dates situées entre 4600/4550 et 4450/4400 avant J.-C. ; elle est donc contemporaine du Bischheim rhénan. La seconde appartient à l’horizon épirössénien.

11 La moitié nord correspond à la Basse-Alsace. La moitié sud (Bade-Sud et Haute-Alsace) ne sera pas évoquée ici, dans la mesure où elle n’est pas directement concernée par les influences occidentales (Jeunesse, 1989).

12 Gobelet à paroi segmentée : fosse 54 d’Entzheim (Schmitt, 1974, pl. 28, no 1) et fosse 35 de Bischoffsheim (Jeunesse et alii, à paraître). Une bouteille à couronne d’anses a été découverte dans la fosse 37 de Bischoffsheim (Jeunesse et alii, à paraître) ; même s’il n’existe aucun exemplaire archéologiquement reconstituable, plusieurs tessons suggèrent que sa présence est très probable à Entzheim.

13 Lingolsheim « Lienhardt » (Lűning, 1968, pl. 45, no 3) et Lingolsheim « Ficht » (Lüning, 1968, pl. 45, no 7)

14 L’assemblage le plus spectaculaire provient de la fosse 3 de Lingolsheim « Ficht » (Lüning, 1968, pl. 45, D), avec deux gobelets à paroi segmentée associés à trois vases décorés Entzheim.

15 Ex. : fosse 1 de Lingolsheim « Ficht » (Lüning, 1968, pl. 45, no 9) ; fosse 58 de Pfuhlgriesheim « Langgarten » (Meunier et alii, 2003, fig. 14, no 3).

16 La présence de ces bords décorés n’a rien de surprenant. Ils sont massivement représentés dans le groupe de Schwieberdingen et on les trouve également sur le site Michelsberg ancien de Lengfeld (Lüning, 1968, pl. 32) ; plus près de nous, ils sont représentés dans la fosse 52 d’Entzheim (Schmitt, 1974, pl. 27, no 6), la fosse 18 de Geispolsheim (Koenig, 1988, fig. 2, no 8) et dans la fosse découverte anciennement à Strasbourg-Cronenbourg (Lüning, 1968, pl. 47, nos 9 et 10). On notera, enfin, la présence de bords à décor digité à Noyen (Le Bolloch, 1989, pl. 59, nos 4 et 5).

17 Le faciès de Riegel est implanté dans le nord du massif du Kaiserstuhl, dans la région du Bade-sud ; son style céramique résulte d’un métissage entre les groupes d’Entzheim et de Bruebach-Oberbergen (Jeunesse, 1990). Le tesson de Pfuhlgriesheim laisse à penser que sa fin est contemporaine de celle du groupe d’Entzheim, comme permettait d’ailleurs de le supposer un autre tesson « Riegel » trouvé lui aussi en contexte Entzheim/Michelsberg ancien dans une fosse du site d’Achenheim (Lüning, 1968, pl. 42, no 5).

18 Elles sont au nombre de trois : gobelets à paroi segmentée ; marmite à bord ourlé ; bouteille à couronne d’anses.

19 Il manque encore une vraie synthèse sur le Michelsberg de Belgique. En attendant, on pourra se référer à une synthèse récente de P. Vermeersch (Vermeersch, 1988, avec planches synoptiques et bibliographie).

20 On citera, par exemple, la cruche et le gobelet à panse biconique et deux anses opposées découverts à Mairy, dans les Ardennes (Laurelut, 1989, fig. 31 nos 1 et 2).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Choix de céramiques du site de Bad-Nauheim (d’ap. Lüning, 1968, pl. 11).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende Fig. 2. Les éléments occidentaux du groupe d’Entzheim tels qu’on les voyait au début des années 1980 (d’ap. Jeunesse, 1984, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 3. La céramique de l’enceinte de Koslar 10 (Rhénanie du Nord – Westphalie) (d’ap. Lüning, 1979, fig. 11 à 13).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Fig. 4. Choix de céramiques de l’enceinte de Mayen (Rhénanie-Palatinat) (d’ap. Lüning, 1968, pl. 6).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 5. Mobilier céramique de la fosse 8 d’Entzheim (d’ap. Schmitt, 1974, pl. 6).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 6. Décors de type « bandes réservées » et assimilés. 11 et 12 : décor à bandes réservées (ausgespartes Winckelband) ; 5, 7 et 10 : décor de type 1 (voir texte) ; 1-4, 8 et 9 : décor de type 2 (voir texte) ; 6 : autre combinaison. 1 à 7 : camp de Chassey (d’ap. Thevenot, 1969, pl. 28 à 30) ; 8 et 10 : Entzheim (d’ap. Schmitt, 1974) ; 9 : Bischoffsheim (d’ap. Jeunesse et alii, à paraître) ; 11 et 12 : groupe de Schwieberdingen (d’ap. Lüning, 1969).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Légende Fig. 7. Mobilier céramique de la fosse 1 d’Entzheim (d’ap. Schmitt, 1974, pl. 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Fig. 8. Mobilier céramique de la fosse 7 de Bischoffsheim (Jeunesse et alii, à paraître).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Légende Fig. 9. Les pots à col court éversé de la région du Rhin supérieur. 1, Lingolsheim « Lienhardt » ; 2, Pfuhlgriesheim « Langgarten » ; 3, Lingolsheim « Ficht » ; 4, Iggelheim (1, 3 et 4 d’ap. Lüning, 1968, pl. 27 et 45 ; 2 d’ap. Meunier et alii, 2003, fig. 15).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 10. Trois ensembles clos du site de Noyen. 1-3 : Grisy F3 ; 4-5 : Grisy F1 : 6-9 : Noyen fd 13 (d’ap. Mordant, 1984).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 11. Choix de vases du site d’Iggelheim (d’ap. Lüning, 1968, pl. 27 E ; 1971a, pl. 18).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 12. De la Seine au Rhin dans la seconde moitié du Ve millénaire, tableau chronologique simplifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 13. Tableau chronologique avec positionnement de quelques sites de référence.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13878/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search