Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Données archéopalynologiques pour le Néolithique de l’Yonne

Michel Girard et Bui Thi Mai

Entrées d'index

Texte intégral

1Le Néolithique du Bassin parisien couvre les périodes qui s’étagent de l’Atlantique supérieur au Sub-Boréal, soit en date 14C de 6 100 BP à 4 000 BP environ (environ de 5300 à 2300 cal BC = avant J.-C) (Leclerc, 1999 ; Lichardus-Itten, 1999 ; Chambon, Salanova, 1996). Dans l’Yonne, l’évolution de la végétation correspondant à ces deux biozones est encore mal documentée car on ne dispose pas encore de séquence pollinique continue du postglaciaire. Les informations les plus proches proviennent d’analyses de tourbières et de fonds de vallées effectuées dans le Bassin parisien (Van Zeist, Van Der Spoel-Walvius, 1980 ; Leroyer, 1997 ; 2003), et au sud, dans le Nivernais (Planchais, 1966). Grâce à ces analyses, on connaît les particularités botaniques de ces deux phases qui doivent vraisemblablement correspondre, dans les grandes lignes au moins, à ce qu’a été l’évolution du milieu forestier dans notre département. À l’Atlantique supérieur, la composante arborée se caractérise par un important développement du tilleul (Tilia), par l’essor de l’aulne (Alnus) et du frêne (Fraxinus) qui s’accompagne du retrait progressif de l’orme (Ulmus) ; tandis que la première partie du Sub-Boréal, se distingue par la domination de l’aulne (Alnus), par la disparition de l’orme et par l’effacement rapide du tilleul. On remarque à cette époque la présence de l’if (Taxus) qui indique une certaine note de fraîcheur.

2Dans ces deux phases, l’impact de l’homme sur le milieu se traduit par des taux de pollens d’arbres qui peuvent être inférieurs à 50 % et par une notation accentuée des taxons caractéristiques des activités agro-pastorales. À ces marqueurs généraux d’anthropisation s’ajoutent parfois des variations relativement importantes de la représentation de certains arbres comme le noisetier, par exemple, qui peut présenter, dans nos régions de plaines et de collines, un brusque développement après une phase de défrichement. Favorisé par l’ouverture de la forêt, ce taxon colonise assez rapidement les espaces ouverts après leur abandon, comme on peut le constater encore de nos jours dans les coupes forestières de la région. Cet arbuste est donc susceptible de fournir, dans certains cas, des informations sur les aléas de l’occupation humaine (Richard, 1995).

3Réalisées dans des milieux humides généralement impraticables (tourbières, chenaux de rivières…), souvent éloignés des implantations humaines, ces analyses donnent des informations globales à caractère régional mais les préhistoriens souhaitent aussi connaître quel aspect avait le paysage immédiat dans lequel vivaient les populations dont ils étudient les témoins des installations. Il paraît donc intéressant d’entreprendre l’analyse pollinique des sédiments archéologiques qui est à même de leur donner cette image spécifique, d’autant plus que « les activités agropastorales ne sont le plus souvent perceptibles qu’à proximité immédiate des occupations » comme le souligne expressément C. Leroyer (2003).

4Pour la période d’évolution de la civilisation néolithique, les données icaunaises dont nous disposons proviennent, pour la majorité d’entre elles, de structures archéologiques établies en plein air ayant conservé des dépôts terrigènes stratigraphiquement peu développés. Attribuées à cette époque, deux formations humides non archéologiques figurent toutefois dans ce recensement : l’une d’elles provient de la Grotte des Fées à Arcy, la seconde d’un sondage effectué à Merry-sur-Yonne.

5En 1985, une synthèse de l’ensemble de ces informations a été présentée dans l’ouvrage L’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie (Girard, 1989). Depuis cette date, peu de sites ont été étudiés malgré le nombre relativement important de fouilles réalisées ces deux dernières décennies. Désintérêt ou manque de confiance dans la validité des résultats ? Il faut effectivement dire que les sédiments conservés dans les gisements (sols de maisons, fossés circulaires, fosses, puits, sépultures...) sont souvent peu propices à une bonne conservation des pollens et que l’altération des spectres qui en découle est un handicap certain. Dans la plupart des sites étudiés, on observe, en effet, une sur-représentation extrêmement gênante d’un type de composée de la tribu des Cichoriées, dont les pollens sont particulièrement résistants à la corrosion (Bottema, 1975). S’il n’est pas toujours possible de brosser un tableau précis de l’environnement à partir des analyses effectuées dans ces structures, on peut néanmoins se faire une idée de l’intensité de l’impact humain sur le milieu, dans les environs immédiats du gisement, et parfois même de déterminer le rôle tenu par certains aménagements. Pour tenter de percevoir les assemblages de taxons caractéristiques des activités humaines, nous avons effectué arbitrairement un nouveau calcul, en excluant des sommes de base ces pollens embarrassants, et admis qu’il doit subsister encore quelques informations utiles dans les assemblages ainsi « nettoyés ».

6Pour la période du Néolithique icaunais, trois sites seulement ont fait l’objet d’une publication : Monéteau-Gurgy (Brézillon, 1964), Vinneuf (Girard, 1978) et Champs-sur-Yonne (Poplin et alii, 1976). Les données concernant six autres gisements : Armeau, Escolives « Champ du Maillet », Gurgy « Les Plantes du Mont », Véron « La Truie Pendue », Arcy « Fées-Le Bienheureux » et Merry-sur-Yonne « La Rippe », sont, à ce jour, restées à l’état de rapports inédits. L’occasion nous est donc donnée de présenter en un tableau, certes bien modeste, l’ensemble des spectres recalculés.

7Afin de mieux déchiffrer les effets de l’action humaine sur le milieu, nous avons réunis les taxons herbacés selon les ensembles écologiques fréquemment admis (Firmin, 1976 ; Behre, 1981). En dehors des céréales qui sont des plantes d’origine orientale, introduites pour être cultivées, il convient d’avertir le lecteur que ces ensembles comprennent des familles dont les genres, et a fortiori les espèces, peuvent avoir des affinités écologiques distinctes ou se trouver dans plusieurs groupes à la fois. L’usage qui est fait, ici, de ces ensembles est d’ordre conventionnel et les informations qui en découlent n’ont, de facto, qu’une valeur indicative.

Les sites archéologiques (fig. 1)

Véron

8Le gisement de « La Truie-Pendue » se situe sur la commune de Véron dans la vallée de l’Yonne. Il a été fouillé à la fin des années quatre-vingt par H. Carré, qui y a mis en évidence plusieurs niveaux d’occupation rapportés au Mésolithique moyen et récent et à un épisode de transition Mésolithique-Danubien (niv.-100 cm).

9Par rapport aux horizons du Mésolithique ancien et récent, respectivement rapportés au Pré-Boréal (AP = 30 %) (pin dominant), au Boréal (AP = 40 %) (noisetier dominant) et à l’Atlantique (AP = 50 %) (chênaie mixte dominante), le niveau de transition montre un déficit de pollens d’arbres (AP = 20 %) affectant les taxons majeurs tels que le noisetier, le chêne et le tilleul ainsi que les fougères à spores monolètes généralement inféodées au milieu forestier. Parmi les nouveaux taxons figurent les céréales qui marquent l’existence des pratiques agricoles. On constate également un certain développement de plantes adventices et commensales des cultures qui ont été favorisées par l’exploitation des terres. La forte proportion des espèces caractéristiques des espaces ouverts (58 %) montre que des prairies et des pâtures ont probablement été établies aux dépens de la forêt. La représentation des espèces qui se développent près des zones habitées (rudérales) atteint 7 % env.

10Cet horizon danubien semble se situer chronologiquement au cours de l’Atlantique supérieur, é + 100poque marquée par des défrichements et par l’apparition des céréales (Roux, Leroi-Gourhan, 1964).

Armeau-Villevallier

11Ce gisement est situé dans la vallée de l’Yonne, à quelques centaines de mètres avant l’entrée sud du village d’Armeau, entre la pente du plateau et la nationale 6. Sa découverte est due à une petite exploitation de sables qui avait été faite dans les années quarante. La fouille conduite par B. Champault, G. Bolnat, P. Parruzot de 1949 à 1954 a montré qu’il s’agissait d’une grande fosse qui devait longer une habitation (Nougier, Champault, 1953). Ce site attribué au Danubien rubané a été daté de 6215 + 65 BP (GrN-6781), ce qui le situe vers le milieu de la période atlantique. Il a livré un important matériel lithique et céramique (Bailloud, 1964) associé à une très belle industrie osseuse (poinçons sur métapodes de mouton et de cerf), et à des restes de faune domestique et sauvage (Poplin, 1975). Effectuée par l’Abbé J.-J. Puisségur, une analyse malacologique, restée inédite semble-t-il, indique que les environs sont encore relativement boisés mais que le paysage local est « découvert et ensoleillé ».

12L’analyse pollinique du sédiment de la fosse comporte une très forte proportion de Cichoriées qui est probablement à mettre au compte de l’altération. Les rares pollens arboréens (AP inf. à 10 %) ne sont représentés que par quelques tilleuls, chênes, bouleaux, noisetiers et aulnes. Les céréales sont présentes ainsi qu’un petit nombre d’espèces accompagnatrices des cultures (4 %). Les espaces ouverts (prairies et pâtures) sont largement représentés (77 %). Les plantes favorisées par la présence humaine sont peu nombreuses (4 %) ce qui pourrait indiquer que l’habitat n’était pas particulièrement dense.

  • 1 La plupart des dates indiquées dans cet article nous ont été communiquées oralement par les préhist (...)

Note11

Fig. 1. Données palynologiques des sites archéologiques icaunais. gr I : plantes cultivées (céréales dans le cas qui nous intéresse) ; gr II : messicoles compagnes : Anthemidae, Caryophyllaceae, Papaveraceae, Polygonaceae, Rumex, Crucifèrae ; gr III : plantes de prairies et de pâturages : Graminae, Centaurea, Carduaceae, Campanulaceae, Dipsacaceae, t. Lotus, Plantago lanceolata, Ranunculaceae, Rubiaceae, Crocus ; gr IV : plantes rudérales : Artemisia, Chenopodiaceae, Geraniaceae, Malva, Umbelliferae, Urticaceae ; gr V : divers ; gr VI : plantes hygrophiles : Ficaria, Cyperaceae, plantes aquatiques diverses

13Cet assemblage pollinique ne fournit évidemment pas d’indication sur la végétation environnante qui devait être relativement fermée, au moins sur les pentes et le plateau voisins, mais donne probablement une image du milieu local dans lequel se trouvait une installation humaine.

Escolives « Champ du Maillet »

14Situé sur la rive gauche de l’Yonne, à une dizaine de kilomètres au sud-est d’Auxerre, le site d’Escolives est célèbre par ses constructions gallo-romaines (temple à arcades édifié vraisemblablement vers la fin du ier s. ; thermes des iiie-ive s.) auxquelles a succédé l’installation d’un cimetière mérovingien au vie s. (Kapps, 1974 ; Laurent, 1996). Des carrières de sables ouvertes à une centaine de mètres du gisement antique, au lieu-dit « Le Champ du Maillet », ont mis au jour des fosses dont une a pu être rapportée au Danubien rubané (R. Kapps in litteris, 1965).

15L’analyse pollinique du remplissage de la fosse B a livré, comme à Armeau, un spectre très altéré dans lequel la proportion des Cichoriées est considérable. Malgré l’exclusion de ce taxon, la représentation des pollens d’arbres reste très faible (AP = 13 %). Seuls quelques pins, bouleaux et noisetiers sont représentés. Les céréales ne figurent pas dans ce spectre mais le groupe des messicoles compagnes, qui atteint 19 %, suggère l’existence de pratiques agricoles à proximité du gisement. Les espaces ouverts sont indiqués par une fréquence moyenne des taxons marqueurs (46 %). Les rudérales qui atteignent près de 7 % pourraient éventuellement indiquer une certaine importance de l’implantation néolithique sur le site.

Gurgy

16Le gisement des « Plantes du Mont » est situé sur la rive droite de l’Yonne, dans le lit majeur, à 400 m de la rivière. Fouillé par J.-P Delor de 1989 à 1992, ce site a livré les témoins de plusieurs maisons du Rubané (RRBP final), des sépultures néolithiques (inhumation et incinération) ainsi qu’une ferme de l’âge du Fer et des structures gallo-romaines (Delor, 1990).

17Une analyse pollinique a été effectuée dans le sédiment comblant un silo situé dans la maison M5. Relativement bien représentée (AP = 28 %), la strate arbustive comprend du tilleul et du chêne en proportions équivalentes, du noisetier, de l’orme et quelques autres essences.

18Les céréales qui atteignent presque 2 % et les messicoles compagnes qui présentent un taux voisin de 12 %, attestent de l’existence d’une activité culturale confirmée d’ailleurs par la présence des silos. Les espaces correspondant aux pâtures/prairies sont indiqués par un taux moyen de 43 %. Les rudérales sont évidemment bien représentées dans ce village (8 % env.).

19Ces données montrent que l’environnement immédiat du site était pratiquement déboisé pour faire place aux habitations, aux champs céréaliers et aux pâtures mais il subsistait toutefois dans le voisinage quelques grands feuillus, vestiges de la forêt de la première partie de l’Atlantique.

Vinneuf

20Située à 150 m d’altitude, dans la vallée de l’Yonne, au nord du département, la station de Vinneuf a livré du matériel archéologique qui a permis à H. Carré de rattacher cette station au Néolithique moyen (Rubané récent, civilisation de Cerny, vers 3000 BP) (Carré, communication orale, 1977). Les différents puits mis au jour ont conservé de nombreux restes d’animaux domestiques : bœuf, porc, mouton (Poulain, 1989).

21L’analyse pollinique effectuée dans le fond et au cœur du remplissage sédimentaire de l’un des puits (Girard, 1978) a livré des assemblages polliniques marqués par une assez faible représentation du couvert forestier (AP = 18 à 28 %).

22Principalement représentée par des pins (Pinus) et des noisetiers (Corylus), la strate arborée comprend également des chênes (Quercus) et des tilleuls (Tilia). Comme dans les sites précédents, la faible représentation des fougères inféodées au couvert forestier, confirme l’état ouvert du milieu local.

23La culture céréalière est pratiquée puisqu’on observe entre 1,5 et 5 % de pollens de céréales et 10 % de pollens des espèces commensales des cultures (à la base du puits).

24Les espaces réservés au pacage du bétail sont représentés par près de 60 % de pollens.

25La représentation des espèces liées à l’habitat, qui diminue entre les premiers moments du comblement de ce puits et au cours de son remplissage, pourrait indiquer que l’implantation humaine s’est éloignée de cette structure devenue inutile et qui a d’ailleurs servi de dépotoir. L’augmentation des pollens de céréales dans le comblement, indique peut-être qu’une partie des rejets était constituée de résidus céréaliers.

Champs-sur-Yonne

26Cette tombe a été découverte en 1973 par F. Poplin, dans la coupe d’une exploitation de sables au lieu-dit « Les Champs Galottes », à peu de distance du versant bordant la rive droite du lit majeur de l’Yonne. Il s’agissait d’une tombe individuelle en fosse dont le squelette était accompagné d’un gobelet campaniforme décoré de 20 cm de hauteur, et de quelques éclats de silex dont l’un d’eux est un racloir simple. Obtenue à partir d’un fragment du squelette, la datation de 4150 + 180 BP montre qu’il s’agit d’une phase relativement précoce du Néolithique final (culture campaniforme) (Poplin et alii, 1976).

27Les analyses polliniques ont été réalisées à différents endroits de la tombe mais leur relative homogénéité nous a conduit à présenter des valeurs moyennes. Par ailleurs, les minutes d’analyses ayant disparu, les fréquences indiquées ici ne sont qu’indicatives.

28La strate arborée est faible (AP = 30 %). Les essences les mieux représentées sont le chêne et le tilleul. Comme à Vinneuf, le pin est bien noté, mais sa grande production et sa forte dispersion ne permettent pas d’assurer sa présence dans les environs immédiats.

29Les champs céréaliers sont attestés par de rares pollens de céréales et par ceux des messicoles-compagnes qui atteignent 17 %.

30Les plantes des espaces ouverts sont moyennement représentées (45 %) mais celles liées à l’habitat (2,8 %) sont peu nombreuses. Il s’agit probablement d’une tombe relativement éloignée du village car aucune structure d’habitation n’a apparemment été découverte dans les environs malgré la relativement forte extension de la carrière.

31À cet inventaire, il convient d’inclure le site de Monéteau découvert en 1963 lors du décapage aux engins employés pour l’implantation du tronçon de l’autoroute A6 traversant le département (Brézillon, 1964). Il s’agissait d’un ensemble formé d’un fossé circulaire et de fosses rapportées au Danubien. Malheureusement les spectres polliniques des sédiments conservés dans les fosses n’ont pas livré d’informations utiles à cause de remaniements sédimentaires très probables (analyse Arl. Leroi-Gourhan).

Les sites naturels (fig. 2)

32Constitués par des dépôts non anthropisés, les deux gisements étudiés ici se trouvent à plusieurs dizaines de kilomètres en amont des sites archéologiques précédemment étudiés.

Merry-sur-Yonne

33Implanté dans la plaine alluviale à proximité de la falaise morte où s’ouvre la grotte de La Rippe, un sondage mécanique réalisé par F. Poplin a livré une séquence sédimentaire très différente du remplissage karstique de la caverne qu’il étudiait. Cette série a montré une succession de dépôts constitués, de bas en haut, par un dépôt de pente caillouteux d’1 m d’épaisseur reposant sur le fond rocheux, par un niveau tourbeux de plus de 0,10 m d’épaisseur recouvert par une argile bleue de 0,50 m d’épaisseur environ et par une « terre de verger » argileuse de 2,50 m d’épaisseur. Une datation de la tourbe a donné 4930 BP (Poplin in litteris, 1985).

Fig. 2. Données polliniques de deux sites naturels du bassin amont de l’Yonne. * les % des fougères ont été calculés séparément.

34Deux analyses polliniques ont été faites : l’une dans la tourbe (- 3,00 m), l’autre dans l’argile bleue sus-jacente (- 2,70 m).

35Le niveau tourbeux a livré un spectre forestier (AP = 94 %) dans lequel le cortège de la chênaiemixte (Quercus + Tilia + Ulmus + Fraxinus) domine largement (56 %) aux côtés du noisetier. L’orme est bien représenté tandis que le tilleul a un rôle relativement effacé.

36Les espèces susceptibles de traduire la présence humaine sont évidemment rares (3 % au total). La présence de la rivière est indiquée par quelques taxons hygrophiles mais la représentation réelle de ces plantes est occultée par l’importance des pollens forestiers.

37Le milieu correspondant à cet assemblage est caractéristique de la période atlantique (chênaie mixte avec noisetier) mais un échantillon isolé ne permet pas d’être chronologiquement plus précis. La date de 4930 BP vient opportunément situer ce spectre dans la seconde partie de l’Atlantique.

38L’argile bleue a donné un spectre qui se différencie de celui de la tourbe par une réduction sensible des arbres (AP = 70 %). Ce changement est essentiellement marqué par la chute de la chênaie mixte (29 %), mais au sein de cette « formation » le tilleul garde et même augmente un peu sa représentation. Moins important que dans la tourbe, le noisetier devient, ici, majoritaire tandis que l’aulne progresse fortement.

39Les plantes anthropiques se développent légèrement et celles des espaces ouverts marquent un certain essor (les Cichoriées peu importantes sont incluses dans ce spectre). Les fougères augmentent, certainement favorisées par l’existence de clairières ouvertes dans la masse forestière. Le maintien du noisetier pourrait être, pour ce niveau, un marqueur complémenaire de l’anthropisation du milieu. Caractéristique d’une phase de défrichement, ce spectre conserve encore suffisamment de marqueurs botaniques (développements de l’aulne et du tilleul, chute de l’orme, par exemple) pour pouvoir être rapporté au Sub-Boréal.

Arcy-sur-Cure « Grotte des Fées »

40La galerie du « Bienheureux » se situe dans la partie orientale du réseau supérieur de la « Grotte des Fées ». Une prospection conduite par J.-C. Liger en 1984 a permis de mettre au jour une petite séquence sédimentaire de 8 cm d’épaisseur constituée, à la base, par une argile compactée (éch. de base), surmontée par une argile à nodules ocrés (éch. + 2,5 cm) et par un niveau noir (éch. + 4 cm).

41Ces dépôts présentent une concentration pollinique supérieure à 2500 grains par gramme, ce qui est assez surprenant pour un sédiment recueilli à plus de 60 m de l’entrée de la caverne. Le problème de l’arrivée des pollens dans cet endroit reculé se pose effectivement : circulations hydriques, passage d’animaux emportant dans leur pelage les pollens collectés dans leur territoire de chasse ? L’existence d’une cheminée haute de 10 m environ reliant un boyau voisin au plateau pourrait aussi être responsable de cet apport de pollens qui auraient alors été entraînés par les eaux de ruissellement ou d’égouttement.

42Pratiquement identiques, les trois spectres montrent un taux de pollens arboréens qui oscille entre 50 et 60 %. Ce taux semble indiquer que le couvert est encore assez dense et si l’on prend en compte la mauvaise représentation générale des arbres en milieu hypogé (Bui Thi Mai, Girard, 1988), on peut supposer qu’il y avait, à cette époque, une véritable forêt sur le plateau.

43La composition de la strate forestière est caractérisée par la suprématie de la chênaie-mixte (26 à 33 %) dont le tilleul est l’élément dominant (19 à 25 %). La dissémination du pollen de cette essence étant assurée par les insectes (abeilles en particulier), ses pollens ne se rencontrent en fortes proportions que lorsque le point d’échantillonnage est proche de son peuplement. Ce caractère constitue un précieux indice chronologique : en effet, il ne semble plus y avoir de peuplements importants de tilleul à la fin du Sub-Boréal. La série stratigraphique du « Lion » à Arcy, gisement situé à une centaine de mètres des « Fées », l’indique très clairement : la fréquence du tilleul ne dépasse pas 9 % dans le niveau le plus profond, antérieur à Hallstatt (Leroi-Gourhan, 1964). On remarque également la bonne représentation du noisetier (13 à 15 %) et la faiblesse pollinique de l’orme. La présence de quelques pollens de céréales et la fréquence des messicoles (entre 3 et 6 %) montre que l’agriculture était pratiquée dans la région à cette époque et que des clairières devaient être aménagées dans la forêt environnante (plateau). Représentées par un taux moyen (22 à 26 %), les prairies devaient certainement se situer dans la plaine formée par le lit majeur de la rivière qui devait être, comme de nos jours, périodiquement inondée.

44Ces différents éléments paléobotaniques permettent d’attribuer un âge sub-boréal à ces dépôts karstiques. Ainsi, cette analyse est-elle la bienvenue puisqu’elle donne des informations sur l’environnement de l’Holocène moyen des bords de la Cure, antérieures à celles obtenues dans la séquence du « Lion ».

Comparaison avec les sites naturels

45Les analyses des structures archéologiques correspondant à des zones d’habitat plus ou moins intensément fréquentées, contrastent fortement avec celles des sites relativement protégés de l’homme. Dans les premiers, on a une image déformée du milieu végétal pour laquelle on en est réduit à des hypothèses sur la nature exacte de l’environnement et sur l’importance de la fréquentation humaine. Ce dernier aspect devrait être corrélé aux données archéologiques pour savoir s’il y a correspondance ou non avec nos suppositions. Dans les gisements non soumis directement à l’influence humaine, les activités anthropiques ne sont pas enregistrées ou alors de manière très discrète. On peut imaginer que ces gisements étaient relativement éloignés des habitats et des zones agricoles. C’est évidemment le cas pour les dépôts karstiques du « Bienheureux », dont les dépôts sont situés dans un environnement impraticable (fort versant rocheux) qui a protégé la forêt, comme c’est encore le cas actuellement. Quant à la tourbe de la « Rippe », il semble qu’elle se soit formée dans une zone non encore colonisée par les Néolithiques. Le changement observé dans les argiles qui recouvrent l’horizon organique (atterrissement) marque, en revanche, une très probable arrivée de ces populations dans la vallée.

46On remarque évidemment le rôle effacé, sinon inexistant, joué par les composées dans les sédiments de ces deux derniers sites, par rapport à ceux des structures archéologiques. Ces différences sont très certainement dues à la nature des dépôts dont certains conservent mieux les pollens que les autres. Mais ce n’est peut-être pas la seule raison, car des fréquences élevées de Cichoriées ont été observées dans des formations particulières comme les planchers stalagmitiques, des milieux conservant admirablement bien les pollens (cf. les travaux de B. Bastin dans les grottes belges). À l’abri Gay dans l’Ain, par exemple, un plancher stalagmitique attribué au Sub-Boréal et contenant quelques vestiges protohistoriques, a donné des cortèges polliniques riches, très variés et parfaitement conservés où les Cichoriées atteignent 47 % (Girard, analyse inédite). Par ailleurs, on peut souvent voir, au printemps, une véritable explosion de composées liguliflores dans certaines prairies actuelles fortement pacagées. Il semble y avoir dans ce cas une sélection d’origine animale : le bétail se détourne des pissenlits bas et étalés difficiles à brouter, ce qui favorise ainsi leur floraison, mais consomme préférentiellement les graminées et les herbes hautes au fur et à mesure de leur développement, réduisant considérablement le développement des inflorescences. L’analyse du sol de ces parcelles couvertes saisonnièrement de pissenlits montre effectivement des fréquences de Cichoriées très élevées, de l’ordre de 60 %. Le problème de la valeur de la représentativité de ce taxon est donc loin d’être résolu ; si l’altération est certainement responsable en partie de sa sur-représentation, la dégradation des terres, par le pacage intensif par exemple, joue très vraisemblablement un rôle dans son extension.

Conclusion

47Bien que l’analyse pollinique des sédiments conservés dans les structures archéologiques soit beaucoup moins précise que celle réalisée dans des dépôts non anthropisés (à cause des effets conjugués du pouvoir conservatoire aléatoire des sédiments terrigènes et de l’érosion locale des sols due à la fréquentation humaine et animale), on peut néanmoins en tirer quelques données qui permettent de restituer, même approximativement, le milieu immédiat dans lequel ont vécu les hommes de la préhistoire récente. Il y a donc une certaine complémentarité entre ces deux axes de recherches et, abandonner les analyses en milieu archéologique, souvent ingrates il est vrai, exposerait à passer à côté d’informations sur le mode de vie des populations anciennes dont on met actuellement au jour les témoins de leur séjour.

Remerciements

48Nous remercions Jean Leclerc qui a gentiment accepté de revoir ce texte et d’attirer, en particulier, notre attention sur la chronologie du Néolithique du Bassin parisien.

Bibliographie

Bibliographie

Bailloud 1964 : Bailloud (G). — Le Néolithique dans le Bassin parisien. Paris : CNRS, 1964. 394 p. (Suppl. à Gallia Préhistoire ; II).

Behre 1981 : Behre (K. E.). — The interpretation on anthropogenic indicators in pollen diagrams. Pollen et Spores, XXIII-2, 1981, p. 225-245.

Bottema 1975 : Bottema (S.). — The interpretation of pollen spectra from prehistoric settlements (with special attention to Liguliflorae). Palaeohistoria, XVII, 1975, p. 18-34.

Brézillon 1964 : Brézillon (M.). — Enceinte circulaire et fonds de cabane à Monéteau-Gurgy (Yonne). Gallia Préhistoire, VII-1, 1964, p. 179-196.

Bui-Thi-Mai, Girard 1988 : Bui-Thi-Mai, Girard (M.). — Apports actuels et anciens de pollen dans la grotte de Foissac (Aveyron, France). Bull. de l’Institut français de Pondichéry. Travaux section scientifique et technique, XXV, 2, 1988, p. 43-53.

Chambon, Salanova 1996 : Chambon (P.), Salanova (L.). — Chronologie des sépultures du IIIème millénaire dans le bassin de la Seine. Bull. de la Soc. préhistorique française, 93-1, 1996, p. 103-118.

Collectif 1989 : L’Yonne et son passé : 30 ans d’archéologie. Arnay-le-Duc : CDRA 89 - CRRAB, 1989. 321 p., ill.

Delor 1990 : Delor (J.-P.). — Gurgy, « Les Plantes du Mont ». Rapport intermédiaire. Dijon : SRA Bourgogne, 1990. 27 p.

Firmin 1976 : Firmin (G.). — L’environnement paléoécologique en Europe occidentale durant la protohistoire ancienne. Mémoire de Maîtrise. Paris : Université Paris I, 1976. 121 p., 30 pl.

Girard 1978 : Girard (M.). — Analyse pollinique de Vinneuf (Yonne). Bull. de la Soc. archéologique de Sens, 22, 1978, p. 33-44.

Girard 1989 : Girard (M.). — Les flores holocènes de l’Yonne. In : L’Yonne et son passé : 30 ans d’archéologie. Arnay-le-Duc : CDRA 89 - CRRAB, 1989, p. 41-43.

Kapps 1974 : Kapps (R.). — Escolives-Sainte-Camille gallo-romain, le site : le monument à arcades. 1974. 112 p., 68 pl. (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 1).

Laurent 1996 : Laurent (P.). — Un exemple d’archéologie icaunaise : Escolives-Sainte-Camille. Bull. de la Soc. des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 128, 1996, p. 27-57.

Leclerc 1999 : Leclerc (J.). — Un phénomène associé au mégalithisme : les sépultures collectives. In : Guilaine (J.) dir.- Mégalithisme : de l’Atlantique à l’Éthiopie. Paris : Errance, 1999, p. 21-40 (Séminaire du Collège de France).

Leroi-Gourhan, Leroi-Gourhan 1964 : Leroi-Gourhan (Arl.), Leroi-Gourhan (A.). — Chronologie des grottes d’Arcy-sur-Cure (Yonne). Gallia Préhistoire, VII, 1964, p. 1-64, 1 diagramme h.t.

Leroyer 1997 : Leroyer (C.). — Homme, climat, végétation au Tardi-et Postglaciaire dans le Bassin parisien : apports de l’étude pollinique des fonds de vallée. Thèse de doctorat. Paris : Université de Paris I, 1997. 2 vol., 574 p.

Leroyer 2003 : Leroyer (C.). — Environnement végétal des structures funéraires et anthropisation du milieu durant le Néolithique récent final dans le Bassin parisien. In : Sens dessus dessous : la recherche du sens en Préhistoire. Recueil d’études offert à Jean Leclerc et Claude Masset. 2003, p. 83-92 (Revue archéologique de Picardie, n ° spécial).

Lichardus-Itten 1999 : Lichardus-Itten (M.). — L’Âge du Bronze en France à 2300 avant J.-C. Bull. de la Société préhistorique française, 96-4, 1999, p. 563-568.

Nougier, Champault 1953 : Nougier (L.-R.), Champault (B.). — Le gisement néolithique de tradition danubienne d’Armeau (Yonne). In : Congrès interne de la Soc. préhistorique et protohistorique, Zurich, 1950. Zurich : [s.n.], 1953, p. 205-207.

Planchais 1966 : Planchais (N.). — Analyse pollinique en forêt de Prémery (Nièvre). Bull. de l’Ass. française d’étude du quaternaire, 3-8, 1966, p. 180-190.

Poplin 1975 : Poplin (F.). — La faune danubienne d’Armeau (Yonne, France) : ses données sur l’activité humaine. In : Clason (A. T.) éd. — Archaeozoological Studies. Amsterdam : North-Holland, 1975, p. 179-192.

Poplin 1988 : Poplin (F.). — Fouilles préhistoriques de Merry-sur-Yonne : sondage devant la grotte de la Rippe. Rapport de fouilles archéologiques. Dijon : SRA Bourgogne, 1988. 37 p.

Poplin et alii 1976 : Poplin (F.), Girard (C.), Guffroy (J.), Girard (M.). — Une sépulture à vase campaniforme à Champs-sur-Yonne. Revue archéologique de l’Est, XXVII, 1-2, 1976, p. 81-107.

Poulain 1989 : Poulain (T.). — La faune à l’époque Néolithique et la domestication des animaux. In : L’Yonne et son passé : 30 ans d’archéologie. Arnay-le-Duc : CDRA 89 - CRRAB, 1989, p. 38-41.

Richard 1995 : Richard (H.). — Analyse de l’anthropisation du milieu à partir de quelques exemples de variation de pollens d’arbres et d’arbustes. In : L’Homme et la dégradation de l’environnement : Actes des XVèmes Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. Juanles-Pins : APDCA, 1995, p. 143-159.

Roux, Leroi-Gourhan 1964 : Roux (I.), Leroi-Gourhan (Arl.). — Les défrichements de la période atlantique. Bull. de la Soc. préhistorique française, LXI-2, 1964, p. 309-315.

Van Zeist, Van der Spoel-Walvius 1980 : Van Zeist (W.), Van Der Spoel-Walvius (M. R.). — A palynological study of the late glacial and the post glacial in the Paris Basin. Palaeohistoria, XII, 1980, p. 68-109.

Notes

1 La plupart des dates indiquées dans cet article nous ont été communiquées oralement par les préhistoriens ; elles ne comprennent donc pas les références exactes des laboratoires.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Note11
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 2. Données polliniques de deux sites naturels du bassin amont de l’Yonne. * les % des fougères ont été calculés séparément.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 655k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search