Version classiqueVersion mobile

Un tumulus de l’âge du fer à Bressey-sur-Tille (Côte-d’Or)

 | 
Roger Ratel

VI - Environnement archéologique. Les populations

Texte intégral

A - DESCRIPTION

1L'étude de l'environnement archéologique d'un site est importante, parcequ'elle permet de mettre en évidence l'existence ou l'absence de documents qui permettent d'apprécier comment, au cours des temps, les populations y ont vécu, s’y sont comporté, et quelles relations ont pu exister entre groupes humains vivant à des périodes successives ou contemporaines.

2Les limites du cadre géographique qui entourent Clair-Bois ont été intentionnellement réduites à quelques villages actuels, car l'étude des trouvailles faites dans un rayon plus étendu ne serait q'une simple répétition de celles qui vont être décrites (pl. 42).

Vestiges antérieurs à l'occupation humaine

3Plusieurs trouvailles ont été faites lors des dragages effectués en vue d'extraire le sable, à proximité immédiate de l'habitat hallstattien, nous citerons deux morceaux de bois de cervidés de grande taille, non travaillés, et des restes de végétaux : écorces et branchages de bouleau et de pin, pommes de pins et même des arbres, des pins sylvestres. Une datation réalisée par le C 14 sur ces derniers a donné 8250 ans avant notre ère.

4Toutes ces trouvailles étaient enfouies dans les graviers qui forment le sous-sol du secteur, en dessous de la nappe phréatique, et à une profondeur variant de un à deux mètres. Les arbres ont été entraînés jusque là lors de la dernière débâcle glacière. La profondeur à laquelle ils se trouvaient et la présence constante de la nappe aquifère en ont assuré une conservation parfaite, à tel point que plusieurs morceaux, une fois bien secs, ont brûlé tout à fait normalement dans une cuisinière.

Néolithique

5A Couternon, dans la sablière de la "Grande Charme", on a recueilli des tessons et une partie d'un "plat à pain" (Joly, 1965). A Bressey on a trouvé une hache en pierre polie au lieu dit "Pré Noir" (Mém. CACO, 1928) et deux autres ont été ramassées à proximité de la ferme de Clair-Bois.

6A Couternon, au cours de fouilles de sauvetage, nous avons mis au jour les restes de deux habitats avec trous de poteaux délimitant chacun d'eux, dans la sablière dite de la "Grande Charme" (voir pl. 43). De l'habitat no 1 il n’en reste qu'une moitié le reste ayant été détruit par l'exploitation de la gravière. Par contre l'autre habitat est intact, et tout contre, nous avons mis au jour à faible profondeur le crâne complet d'un âne.

7Le mobilier recueilli est des plus sommaire, quelques silex seulement, qui ont résisté au lessivage postérieur qui a enlevé et dispersé les autres vestiges moins lourds.

Bronze

8A Clair-Bois, en labourant on a découvert une hache en bronze à ailerons ; son propriétaire nous a autorisé à en tirer un moulage qui est déposé au Musée Archéologique de Dijon.

Age de Fer

9A la sortie Sud-Est du village de Bressey existait une enceinte presque carrée entourée d'un fossé avec "tours" aux angles et passage d'accès (Mém. CACO, 1947-1953) ", elle a été détruite avant que nous n'en ayons connaissance.

10Ajoutons pour mémoire le tumulus de Clair-Bois.

11Des fouilles de sauvetage nous ont permis de dégager un ensemble hallstattien situé sur la commune de Magny-sur-Tille, que nous décrivons sommairement après ce texte.

Gallo-romain

12Si aux époques antérieures les vestiges sont rares, à la période gallo-romaine ils sont abondants. Nous signalerons les principales trouvailles suivantes : à Couternon, un couteau à manche en bronze (Lebel, 1959), une statuette en bronze, de la céramique sigillée, des tuyaux et fragments de marbre, une meule à grain (Mém. CACO, 1964) et les restes d'un habitat détruit par l'exploitation d'une sablière au lieu dit la "Grande Charme", tout à côté du site néolithique précèdemment décrit.

13A Bressey "un bas relief des Déesses Maires gravé dans Legouz-Gerland" (Girault, 1823) (sic).

14A Magny-sur-Tille "on a trouvé beaucoup de médailles en fouillant la terre" (Courtépée ; 1848), une inhumation (Mém. CACO, 1847), et trois statues de Mercure (Mém. CACO, 1857).

15A Remilly-sur-Tille une meule en arkose (Mém. CACO, 1964).

16A Arc-sur-Tille une statuette en bronze et deux autres de Mercure (Foisset, 1872, p. 57).

17A Izier une statuette en bronze et des médailles (Foisset, 1872, p. 83).

18A Cessey-sur-Tille des vestiges de constructions, une tête antique en pierre blanche et trois petites statues de Mercure (Foisset, 1872, p. 81-82).

19A Chevigny-Saint-Sauveur "un sac de médailles du Bas Empire trouvé en 1768" (Foisset, 1872, p. 58).

20Chambeire serait une station militaire et le point de départ d’une voie romaine (Foisset, 1872, p. 82).

21Plusieurs voies romaines passent dans l’environnement de Clair-Bois : l'une d'elles, la seule qui traverse le "Marais" du Nord au Sud relie Arceau à Genlis par Arc-sur-Tille (voie no 32). Une autre, partant de Dijon, mène à Mirebeau (voie no 30) ; un embranchement conduit à Pontailler (voie no 5 bis). Un tronçon relie en outre Chambeire à Mirebeau (voie no 31) (Simonet, 1872).

22Celle qui passerait à Arc-sur-Tille et Couternon est en réalité une "levée de terre" construite en 1614 pour protéger des inondations (Courtépée, 1848, p. 157) : "c'est grâce à cet ouvrage que les occupants du Marais durent leur salut car lorsque en 1636 les hordes de Gallas envahirent la Bourgogne elles contournèrent cette zone inondable par l'Est, incendiant tous les villages, massacrant les habitants et pillant récoltes et bétail" (Girault, 1820).

Période barbare

23Nous mentionnerons deux cimetières, un à Arc-sur-Tille (Mém. CACO, 1927) et un autre à Magny-sur-Tille (Mém. CACO, 1964) et nous ajouterons une découverte inédite d'une tombe mérovingienne mise au jour par les labours, tout près de la ferme de Clair-Bois, de laquelle il ne reste plus qu'un petit vase à offrande, intact.

B - L’HABITAT HALLSTATTIEN DE MAGNY-SUR-TILLE

24C'est dans une sablière nouvellement ouverte, située à 700 m environ à l'Ouest de notre tumulus que nous avons pu repérer divers vestiges archéologiques, malgré l'action aussi destructrice que rapide des engins mécaniques employés tant pour les décapages de surface que pour l’extraction des graviers.

25Pour déterminer l'épaisseur de la couche de graviers, l'entrepreneur a effectué de nombreux sondages à la pelleteuse et a entassé les matériaux ainsi enlevés à proximité immédiate ; en prospectant les tas de déblais, dispersés un peu partout, nous avons repéré sur l'un d'eux des pierres brûlées, des os d'animaux, des tessons et une meule et sa palette : le sondage avait été pratiqué juste au centre d'un habitat !

26Certains échantillons de céramique sont ornés d'un bourrelet, ou cordon, rapporté, orné d'impressions inclinées à 45 °, donnant l'aspect d'une torsade, formé de décoration typique du Hallstattien final.

27La meule, complète et intacte, est en granite à orthose et oligoclase, et sa palette est en granite à deux micas, roche plus dure que la précédente (voir pl. 44, no 1 et 2).

28Le niveau de la nappe phréatique ayant brusquement monté, ce n'est que l'année suivante qu'il a été possible de dégager l'emplacement de l'habitat ; l'endroit où se trouvait la meule était déterminé grâce aux éléments altérés restés en place : elle était placée tout à côté d'un foyer installé au centre d'une construction de forme rectangulaire mesurant 8 mètres de long et 3 de large ; le fond était à 40 centimètres en dessous du niveau du sol actuel. Aucun trou de poteau n'a pu être trouvé.

29Un peu plus au Sud la drague a mis au jour un tronc d'arbre évidé, placé verticalement, haut de 60 cm, ayant 70 cm de diamètre ; la base a été taillée en biseau sur tout le pourtour. La partie supérieure est complètement pourrie, elle se situe à 1,20 m de profondeur sous le sol actuel. Ce tronc d'arbre est le reste d'un puits dont le pied atteignait la nappe phréatique de l'époque ; actuellement il est entièrement rempli de tourbe dans laquelle nous avons recueilli quelques tessons hallstattiens.

30A 30 mètres environ à l'Est de l'habitat le bull dozer chargé d'effectuer un vaste décapage de surface portant sur plus de 1000 m2 a brusquement dégagé de nombreux tessons ; une fouille de sauvetage rapide a permis de mettre en évidence quatre fosses à détritus.

31Elles affectent toutes la forme d'un entonnoir à parois inclinées ; leur profondeur moyenne est de 70 cm ; et leurs ouvertures, très approximativement circulaires, mesurant de 1,30 à 1,90 m. Elles sont distantes les unes des autres de un à deux mètres. Elles sont remplies d'une terre noire, argileuse, contenant des cendres, charbons, os, tessons un polissoir en grès un affutoir en calcaire gréseux, une fibule en bronze, et de très nombreuses coquilles de petits mollusques.

32La céramique comporte une grande quantité de tessons qui appartiennent pour une partie à de gros pots à provisions, le reste étant constitué par des récipients de formes diverses, une vaisselle d'usage courant. Souvent on retrouve l'ornementation faite d'une torsade aménagée horizontalement près du rebord. Ce genre de décor est identique à celui qu'on voit sur de nombreux vases à Vix, recueillis dans l'oppidum, et un autre est décoré sur la face externe de cercles incisés, disposés en rangées parallèles orthogonales : on retrouve aussi les mêmes impressions à Vix (Joffroy, 1960, p. 104 et 106, pl. 35 et 40) (pl. 44, no 4).

33La fibule en bronze possède un ressort bilatéral à 3 spires et corde interne ; l'arc, plat, est à section triangulaire et il n'est pas orné. Les spires sont enroulées sur un axe qui traverse la tête de l'arc. Le pied, coudé, se prolonge par une boule, pleine, perforée au sommet. Cette fibule présente beaucoup d'analogies avec un exemplaire provenant de Vix (pl. 21, no 7) et avec un autre de Charvais (Lepage, 1966, fig. 6, no 6) (pl. 44, no 3).

34A une vingtaine de mètres des fosses à détritus, en direction de l'Ouest, la pelleteuse a remonté dans son godet deux petits blocs d'argile grise : dans chacun d'eux nous avons trouvé la moitié d'un récipient, le reste ayant été détruit par les dents du godet : il s'agit de deux portions de vases à pâte fine, noire et brillante. De l'un d'eux il ne reste que le pied, mais l'autre est une coupe à pied annulaire, ornée intérieurement de dessins gravés, géométriques, rectilignes (voir pl. 44, no 5).

35Dans cette coupe il y avait de nombreuses traces de charbons, deux os d’animaux non brûlés (omoplate et os long cassé), et, formant couvercle, un très gros tesson plat à pâte rouge, épais, orné d'un cordon saillant torsadé.

36Le conducteur de l'engin est formel : il n’a jamais rencontré nulle part de poche d’argile grise analogue à celle dont nous venons de parler : les cassures fraiches indiquent que les deux récipients étaient intacts avant d’être mis au jour ; le contenu de l’un d’eux et la présence du couvercle, tous ces éléments indiquent que ces deux récipients faisaient partie d’une sépulture par incinération.

37Malgré toute l’attention apportée lors des travaux effectués par la suite dans le voisinage proche, aucun autre vestige n’a été trouvé là.

38La forme des coupes et le décor se retrouvent sur la céramique recueillie au Mont Lassois à Vix, il en est de même pour le gros tesson faisant office de couvercle.

39Tous ces objets sont parfaitement homogènes et contemporains de la phase finale de Hallstatt, et par conséquent de la même période qu’une grande partie des inhumations de Clair-Bois.

40Par ailleurs, nous avons ramassé sur les tas de déblais environ un millier de tessons, très souvent groupés en zones bien distinctes mais proches les unes des autres, et les formes de la plupart d’entre eux indiquent qu’il s'agit de vaisselle commune, que le décor apparente indiscutablement au Hallstatt final.

41Il semble donc que d’autres habitats contemporains ont existé là, ils devaient constituer une petite agglomération, et il y a tout lieu de penser que les occupants ont été inhumés dans le tumulus tout proche. Cette hypothèse apparaît d'autant plus plausible que l'examen détaillé de la photo agrandie du secteur interessé révèle la présence d'un chemin reliant l'habitat à la nécropole (voir pl. 45). De plus, ce chemin bien visible sur la photo aérienne se dédouble à partir du tumulus et se prolonge en ligne droite jusqu'à l'enceinte contiguë aux premières maisons du village de Bressey ; celle-ci a été arasée avant que nous n'en avions connu l’existence, l’année précédent les fouilles du tumulus, et lorsque nous avons appris cette destruction, nous avons prospecté en vain le terrain ; aucun vestige permettant une datation valable n'a pu être découvert dans les terres fraîchement remuées par les engins mécaniques. Il est fort possible qu'il s'agisse d'une enceinte contemporaine de la Tène. Il ne s'agit bien sûr que d'une hypothèse, et il aurait été certainement possible de le préciser si une mesure de sauvegarde avait été prise en faveur de ce précieux vestige archéologique.

42Ce qui est certain en tous cas, c'est que ce chemin n'est pas actuel : nul ne l'utilise car il aboutit de part et d'autre à deux ruisseaux, le Gourmerault et le Bassot, et de plus, pendant trois années, nous avons constaté que sur son emplacement se développe une quantité invraisemblable de coquelicots alors qu'ailleurs il n'en a jamais poussé ; or nous savons que ces plantes constituent en photographie aérienne et sur le terrain des indices indiscutables de l'existence d'un ancien chemin.

43Il est donc bien certain que nous avons dans ce secteur tout un ensemble d'habitats et de tombes étroitement liés, tant sur le plan géographique qu'humain.

44Contrairement à ce qu'on observe dans le reste du département, là où les tumuli sont souvent groupés, et proches d'habitats reliés entre eux par de vieilles voies protohistoriques nombreuses et connues, ici, à Clair-Bois, on a l'impression qu'il a existé un ensemble humain vivant en vase clos, sans voies de communications avec l'extérieur, (parce qu'on ne les connaît pas) ne disposant que d'une nécropole -imposante il est vrai- mais d'autres ont peut être existé et la culture les a détruites ; cette population aux moeurs paisibles nous semble isolée et perdue dans cette région plate et basse, et cependant, la description de l'environnement archéologique nous montre que c'est à partir du milieu de l'Âge de Fer que l'occupation rationnelle de la région commence à s'affirmer.

45Et elle se poursuit avec une intensité brusquement accrue à la période gallo-romaine, puis dans la suite des temps historiques.

46En retrouver les témoignages n'est pas chose aisée, car la mise en valeur des terres a contribué à effacer bien des traces, mais il subsiste toujours un espoir, retrouver d'autres preuves de nos ancêtres grâce à l'ouverture de nouvelles gravières dans ce secteur.

C - LES POPULATIONS

47Cet habitat, contemporain d'une partie au moins du tumulus, nous permet de préciser l'image de son environnement physique et humain. Du point de vue climatique rappelons qu'à la période de pluviosité du début de l'époque de Hallstatt (Millotte, 1963) succède un climat tempéré et sec ; les populations du Hallstatt final réoccupent les plaines et vallons, c'est pourquoi nous avons trouvé des habitats et un tumulus à Clair-Bois. Il est possible aussi d'envisager en outre l'hypothèse de travaux d'irrigation en vue de favoriser la mise en culture des zones précédemment marécageuses.

48A cette époque les populations sont implantées un peu partout, jouissant d'une économie prospère et d'une organisation sociale bien instaurée, exploitant les gîtes de minerai de fer, nombreux dans le département (doù création d'un artisanat florissant), vivant de chasse (les forêts sont nombreuses et bien peuplées), de pêche (le réseau hydrographique est dense), d'élevage et d'agriculture. "Une ère de paix relative s'inaugure pendant la Tène… il faut pour interrompre cette prospérité l'arrivée inattendue, entre 109 et 102 des Cimbres et des Teutons, et alors pendant quelques années c'est une détresse sans précédent" (Chaume, 1935).

49A partir de la période barbare et jusqu'au XVIIIo siècle "la région fut occupée par des marécages et par la forêt, cette modification est contemporaine des grandes invasions, époque où l'on constate une importante variation climatique marquée par une extrême humidité" (Marilier, 1963).

50Tout ceci explique l'occupation du secteur de Clair-Bois à partir du Hallstatt final par une population que nous connaissons déjà un peu par ses croyances funéraires, et par les bijoux dont elle se parait. Que pouvons-nous savoir de plus ?

51Les habitats étaient tout proches de notre cimetière (voir chapitre suivant) ; ils étaient situés sur la commune de Magny-sur-Tille, et sur le fond des fosses à détritus de nombreuses coquilles de petits mollusques ont été recueillies, en particulier celles qui étaient enrobées de déchets de cuisine ; or le spécialiste qui les a étudiées n'a trouvé que des espèces xérophiles, ce qui montre qu'au milieu de l'Age de Fer le niveau de la nappe phréatique était sinon égal, du moins un peu plus bas qu'actuellement : il était donc parfaitement possible de vivre dans ce secteur à cette époque.

52L'étude des 109 fragments osseux ramassés dans les fosses à détritus montre que la population vivait surtout d'élevage ; les animaux domestiques représentent 85 % de l'ensemble, ils sont représentés par des adultes d'âge moyen (sauf un porcelet) : mouton, bœuf -petite race des palaffittes- et porc dominent, tandis que le cheval est rare, et de plus, la chèvre et le chien, qui sont des espèces banales à cette époque, manquent totalement.

53Les animaux sauvages sont pratiquement inexistants : un seul cerf élaphe adulte de taille élevée et un gallinacé, probablement un petit coq de bruyère ou tétras lyre.

54Les gens de Clair-Bois étaient de moeurs paisibles, non guerrière, car les défunts ne portent aucune arme ; il en est de même, du reste, pour la grande majorité de ceux qui furent inhumés a la même période dans le département. Ces gens n'avaient donc pas à redouter des incursions de tribus étrangères contre lesquelles ils auraient du être prêts à se défendre ; et en outre, eux-mêmes n'étaient pas des conquérants armés.

55Tout laisse à penser qu'ils sont décédés naturellement, car aucun indice de mort violente n’a été relevé sur les squelettes (fractures ou traumatismes crâniens en particulier) ; des lésions d'arthrose vertébrale ont été observées, même chez des jeunes, ce qui suggère la présence d'un terroir humide récemment acquis à la culture par assèchement, de quelque origine qu'il soit.

56Comme nous l’avons déjà remarqué à maintes reprises, les caries dentaires sont très rares au milieu de l'Age de Fer à Clair-Bois nous n'avons relevé que 4 cas sur plus d'une centaine d’individus.

57La différence entre les sexes est normale, les femmes étant plus petites et plus brachycéphales que les hommes ; les principaux types humains déterminés sont les suivants : grands brachycéphales lorrains, grands dolichocéphales nordiques, moyens mésocéphales et petits brachycéphales ; les uns et les autres appartiennent aux deux périodes archéologiques : il n'y a donc pas de différence du point de vue anthropologique entre les gens du Hallstatt final et ceux de la Tène (Chabeuf, 1971).

58Cette constatation nous amène à évoquer un problème propre à cette population ; les défunts faisaient ils partie d'un seul et même groupement humain, ou bien, au contraire, y a t-il eu succession d'éléments différents les uns des autres ?

59Nous pouvons envisager trois éventualités à cet effet :

  • existence d'une seule et même population dont les croyances funéraires évoluent progressivement ;
  • existence d'une population autochtone constituant un vieux fond gaulois à laquelle vient se mêler un autre groupe humain dont certaines croyances diffèrent ;
  • existence d'une population hallstattienne qui disparaît au Hallstatt final (qui s'éteint ou qui émigre en d'autres lieux) et qui est ensuite remplacée immédiatement par une autre.

60Les critères sur lesquels nous pouvons nous baser sont les suivants : renseignements anthropologiques ; pourcentage des inhumations de fin Hallstatt par rapport à celui de la Tène I ; formes diverses des objets mobiliers ; diversité des rites funéraires caractérisée notamment par le mode d'aménagement des fossés, la présence ou l'absence de cercueils, d'offrandes végétales et de limon gris. Nous avons vu que les données anthropologiques montrent qu'il n'existe pas de coupure entre les différents inhumés au cours des siècles c’est le seul renseignement positif que l'on puisse retenir et qui éliminerait peut-être la troisième éventualité.

61La forme des objets mobiliers change, c'est le résultat d'une évolution dans la mode des bijoux ; ceux-ci nous fournissent des données d'ordres chronologiques qui précisent en particulier l'occupation ininterrompue de la nécropole, grâce à la présence d'une fibule dite de transition et à celle de fibules associées dans une même tombe qui relèvent des deux périodes successives.

62Le pourcentage des sépultures par période peut, dans certains cas, être significatif lorsqu'il se manifeste par exemple une disproportion importante des unes par rapport aux autres, mais à Clair-Bois leur nombre est sensiblement égal.

63Il reste à envisager l'aspect des rituels funéraires, mais là encore nous ne pouvons pas tirer de conclusions précises ; en effet, au Hallstatt final apparaît une dualité religieuse qui voit associer dans une même nécropole les inhumations propres à la civilisation indigène locale à de rares incinérations, lesquelles reflètent la présence de descendants de la vieille culture des "Champs d'Urnes". On peut donc admettre que la minorité qui pratique la crémation abandonne cette pratique progressivement et adopte le rite de l'inhumation.

64Par ailleurs, les personnes qu'on inhume ne reposent pas dans le tumulus selon des rites uniformes, bien au contraire : les unes sont placées dans des cercueils, d'autres sont recouvertes de limon gris ; certaines ont reçu des offrandes végétales, et enfin un certain nombre ont été simplement déposées dans leur fosse, la seule manière d'honorer les morts qui subsiste à la Tène I.

65Le problème se complique encore du fait que les "Marniens" de Clair-Bois, comme du reste ceux du département, adoptent des conceptions funéraires qui subissent de profondes transformations : en effet, tout en continuant à placer leurs défunts dans les tumuli hallstattiens, ils commencent à créer de petits cimetières (Belan-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, Billy-les-Chanceaux, Nod-sur-Seine, etc…).

66Les rites funéraires pratiqués en Côte-d'Or s'individualisent de façons curieuses si on les compare avec ceux qui sont pratiqués à la même époque dans la Champagne voisine, là où les tombes plates se comptent par milliers, et dans lesquelles sont déposés de beaux et nombreux vases à offrandes (D. Bretz-Mahler, 1971).

67Cette pluralité des pratiques mortuaires et les nombreux particularismes locaux qui ont été observés dans notre région nous sont mal connus, faute de fouilles systématiques nombreuses et bien menées, il ne nous est donc pas possible d'identifier clairement les gens de Clair-Bois.

68Par conséquent il s'agit peut être d'une seule et même population dont les croyances auraient évolué au contact de nouveaux venus qui se seraient intégrés au vieux fond indigène, avec adoption réciproque et emprunts de certaines formes de croyances.

69On peut aussi envisager cette évolution sans qu'il soit nécessaire de faire intervenir des groupements étrangers, elle aurait pu s'opérer simplement par la diffusion et sous l'influence de connaissances religieuses propagées localement : nous ne devons pas perdre de vue qu'au milieu de l'Age de Fer les croyances se sont modifiées et se sont transformées rapidement.

70Etant donné le cadre géographique local, nous ne pouvons pas espérer la découverte d'autres nécropoles contemporaines de celle de Clair-Bois, et qui seraient susceptibles de nous livrer d'autres renseignements, puisque les tumuli n'existent plus dans ce secteur ; la découverte de tombes plates serait fort instructive, mais en trouvera t-on un jour ?

71Il ne nous est donc pas possible de savoir d'où venaient les gens de Clair-Bois, qui ils étaient, et pourquoi ils avaient choisi de demeurer là plutôt qu'ailleurs.

© ARTEHIS Éditions, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search