Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Clin d’œil à un collègue

Pascal Duhamel

Texte intégral

  • * J’entends certains chuchoter « ... lustres ? ? ?... éclairez-moi ! ». Alors, je traduis : par méto (...)

1Clin d’œil à Jean-Paul Thevenot ? Oui, simple clignement en forme de sourire, car évoquer sa carrière ne serait pas tâche aisée, bien d’autres ayant quelque titre pour s’y essayer avec plus de brio. Mais, voici désormais près de 5 lustres* que je côtoie le collègue. Et les temps ne sont par ailleurs pas si loin où le chef qu’il fût exerçait sur moi une autorité administrative que je ne manquais bien sûr pas de contester. Ces dernières années, plus centrées sur le travail scientifique, m’ont enfin permis de confronter plus quotidiennement mes « idées » avec ce confrère en Néolithique au cours de débats où je n’ai jamais manqué de le titiller. C’est peut-être ce qui m’autorise à écrire quelques lignes quand il s’agit de « célébrer » le départ de Jean-Paul de son poste. Mais, pour lui, une fin de carrière ne signifie pas quitter l’archéologie ; alors, plutôt qu’une biographie, qui n’aurait pas ici sa place ; plutôt qu’un parcours au long de ses travaux scientifiques, je m’attacherai simplement à tenter d’évoquer quelques traits du personnage à travers la stratigraphie de ses activités.

Phase 0 - le Pré-Chassey : un âge de pierre sur lit de Saône

2De ce niveau initial, seuls quelques lambeaux nous sont parvenus qui ne nous permettent guère de restituer un contexte précis. Parmi les indices, un prénom composé de deux fragments et associant l’aigle Jean, apôtre évangéliste, à Paul, qui a viré de bord pour devenir tardivement disciple du Christ. Un nom patronymique aussi : Thevenot : n’omettez surtout pas d’écrire THE (prononcer Teu), et non THÉ, car même sous le masque d’un sourire, il demeure tout de même assez susceptible sur ce point. Il risquerait alors de s’agacer que l’on ne respecte guère rigoureusement l’orthographe de son patronyme. Cette graphie, il me faut toutefois le signaler, ne résulte que d’une ancienne transcription erronée sur les registres d’état civil.

3Le témoin n’est point dénué de parole ; aux récits qu’il livre volontiers et non sans complaisance, on comprend qu’il est issu d’une famille de tailleurs de pierre du Chalonnais. De cette pierre, plutôt calcaire, que l’on taille aux fins de bâtir, au silex, qui fût débité pour façonner des instruments, il n’y avait probablement qu’un tout petit bond pour accéder à la Préhistoire. Et c’est sans doute ainsi que l’instituteur qu’il fût dans sa première vie a succombé au virus archéologique et y consacre très vite la totalité de son exercice professionnel.

4Jean-Paul est bourguignon, certes. Les phases suivantes de sa vie ne démentiront pas son appartenance à cette culture à laquelle il restera attaché. Mais plus encore c’est un Chalonnais car, outre un terroir d’origine et de prédilection, là se trouve pour lui le cœur de la vraie Bourgogne (et presque même un peu celui de la France traditionnelle !). On ne s’étonnera donc pas qu’il évoque avec une pointe de délectation les temps où la Saône constituait une sorte de frontière lorsqu’il s’agissait de repousser les bressans « ventres jaunes » de la rive opposée. Et pourtant déjà, à l’époque, il pêche (hélas, avec un accent circonflexe) puisqu’il étudie le village préhistorique d’Ouroux-sur-Saône sur l’autre bord ; ce sera la première de ses monographies importantes.

Phase 1 - La direction de Chassey mène à la Direction des antiquités préhistoriques

5Sa passion initiale s’est transmutée en une compétence vite reconnue. Il est inscrit sur liste d’aptitude, puis recruté par le Ministère de la culture comme assistant de Direction des antiquités préhistoriques. Fidèle aux traditions, curieux du passé, fasciné par les gestes artisanaux, il reste ouvert à toutes les connaissances qu’il référence à la manière d’une encyclopédie. Des « mentors », il en a eu pour canaliser ses premiers élans en Préhistoire : on citera ici le solutréen Jean Combier, et puis l’Abbé Joly, qu’il assistera avant de lui succéder dans ses fonctions de directeur.

6Lui, et son collègue Jean-Bernard Devauges (†) pour les périodes historiques, seront d’ailleurs les premiers à être nommés directeurs des antiquités à plein temps. C’était du temps où, en Bourgogne (mais aussi ailleurs), les recherches archéologiques demeuraient essentiellement le fait d’amateurs passionnés, compétents mais bénévoles. Le quotidien du bureau (lieu destiné à l’accumulation de toutes sortes de vieilleries) était alors ponctué de mémorables colères de Jean-Paul à l’encontre des appareils téléphoniques en dysfonctionnement. Les travaux de terrain et l’étude archéologique primaient encore sur le travail administratif. Des journées archéologiques marquaient annuellement l’activité en réunissant tous les acteurs de la discipline pour de houleux moments d’échange et de débats.

7C’est un camp néolithique perché sur un promontoire qui durant ces temps polarise le préhistorien. Le camp de la Redoute, sur l’éponyme commune de Chassey, a été pris pour cible d’étude. Des fouilles stratigraphiques prolongées, soutenues par une imposante infrastructure, ont été entreprises par Jean-Paul. Elles sont suivies de minutieuses analyses sur la multitude de ses niveaux néolithiques (et même protohistoriques d’ailleurs). Le néolithicien, car c’est ainsi qu’il est désormais classifié dans la profession, développe à travers colloques et tables rondes ses travaux sur le Chasséen et le NMB (pour ceux qui ignoreraient le développement de ce sigle, il s’agit du Néolithique Moyen Bourguignon).

Phase 2 - Puisque le milieu subit des mutations, pourquoi n’évoluerait-il pas ?

8Formé à la géographie, l’enseignant Jean-Paul avait, en devenant préhistorien, trouvé un cadre d’exercice au sein duquel il œuvrait en réseau au milieu de collègues chercheurs ou d’amateurs passionnés : préhistoriens, géographes, lithiciens, géologues, artisans...

9Les mutations qui s’amorcent dans les années 80 vont cependant bouleverser progressivement le cadre des activités des Directions des antiquités. Réorganisations administratives, développement d’une archéologie préventive fondée sur des instructions de dossiers, négociations et plans de financement... le contexte du travail n’est plus le même. Jean-Paul découvre aussi avec un délice mâtiné de crainte les bienfaits de la micro-informatique ; il n’ose pas trop encore s’y confronter.

10De multiples dossiers à instruire, l’organisation et la programmation d’opérations interrégionales de sauvetage telle que l’autoroute A5, des remous syndicaux et une contestation croissante dans les milieux archéologiques... le souci de faire progresser nos connaissances sur les temps passés semble bien loin. Sans s’y dérober, Jean-Paul tente de surcroît de faire progresser l’étude de Chassey. Son personnel dévoué, le regretté Jean Dorion (†) en tête, lui accorde même à cet effet plusieurs semaines de décharge de toute tâche administrative. Mais, à l’impossible, nul n’est tenu... alors Jean-Paul sollicite et obtient un temps de détachement au CNRS. Il quitte donc son poste de directeur des Antiquités préhistoriques juste avant la fusion des antiquités préhistoriques et historiques en un service unique qui deviendra le Service régional de l’archéologie.

Phase 3 - à l’UMR, le dépôt de Blanot repousse Chassey

11Du vent, il en avait fallu pour qu’un chablis livre l’abondant dépôt métallique demeuré à cet emplacement depuis la fin de l’âge du Bronze. Cette fortuite découverte va relancer notre Jean-Paul sur la Protohistoire et les artisanats. L’UMR consacrée à l’étude du Ier millénaire avant J.-C. qui se crée à Dijon est placée sous sa direction. Il oriente alors son travail et sa curiosité des « savoir-faire » sur l’étude de ce lot d’objets en collaboration avec des chercheurs métallurgistes.

12Désormais, « stationné » sur les terrasses de la faculté des Sciences, d’où il domine Dijon, Jean-Paul emploie aussi une partie de son temps à enseigner, notamment au DESS « ArchéoSciences ». Notez que ce néologisme, placé après l’acronyme de la formation, ne signifie pas qu’il s’agisse de « vieilles » sciences ; l’objet d’étude concerne les « Méthodes et techniques scientifiques appliquées à l’archéologie ». Recherche, enseignement, diffusion des connaissances aussi, car il devient également directeur de la Revue archéologique de l’Est dont il édite les fascicules et les riches suppléments.

13La monographie sur le dépôt de Blanot est publiée, le premier mandat quadriennal de l’UMR « Protohistoire de la Bourgogne » s’achève. Malgré un trajet tout bourguignon, Jean-Paul, toujours assoiffé de « mieux connaître » multiplie ses séjours en Hongrie et aux États-Unis. Mais rien n’arrive à chasser le camp de la Redoute de ses préoccupations. L’unité de recherche, dont il a conduit la construction et les premiers pas, va élargir ses champs de recherche. Cédant à d’autres le relais des charges jusqu’ici assumées, n’est-ce pas enfin l’occasion pour lui de consacrer son temps à l’achèvement de la monographie de Chassey ?

Phase 4 - Cent fois sur le métier... retour à Chassey

14Certains s’interrogent sans doute : « Mais pourquoi, diable, tant de temps pour parvenir à publier Chassey ? Tout le travail semble prêt depuis bien longtemps ! ». À ceux qui connaissent mal Jean-Paul, je dirais : « Observez-le au travail. Notez comme il se montre méticuleux et hanté par la rigueur ». Le « maniaque » sarcastiquement dénoncé par certains s’avère en réalité un perfectionniste qui améliore sans relâche et remet sans cesse en cause.

15Alors, œuvrant sur Chassey, rassemblant la documentation comparative, multipliant les échanges de point de vue avec les collègues, réinsérant les acquis dans leurs contextes culturels, Jean-Paul a mené l’entreprise à son terme. Le manuscrit une fois déposé, une sorte de plénitude a dû envahir le néolithicien. Poursuivra-t-il désormais sa vie en ermite forgeron en se retirant à Saint-Gilles ? (il s’agit d’une petite commune de Saône-et-Loire, composant avec Chassey et Chamilly une sorte de triangle d’or ; « le » Jean-Paul y restaure et occupe une belle bâtisse de pierre bourguignonne dans laquelle il a installé l’outil de son troisième métier : sa forge).

16Ayant servi, ayant accompli son devoir, il pouvait cesser son exercice professionnel en toute conscience. Voilà déjà plusieurs mois qu’il l’a fait. Il n’interrompt pas pour autant les recherches archéologiques qu’il a engagées au sein de l’UMR où il demeure chercheur associé. Le Conservateur général du Patrimoine n’est plus (mais avais-je dit que c’était là son corps d’appartenance ?). Le chercheur prolonge ses travaux avec ses collègues, tâche à peine altérée par une irrépressible envie d’apporter quelque retouche au manuscrit de Chassey.

17Alors, tranche de vie après tranche, on comprend que cette curiosité de l’archéologie est, au delà des emplois qu’il occupe, en Jean-Paul Thevenot. Départ à la retraite ? Paraphrasant Philippe Néricault Destouches (Le Glorieux, 1732), nous dirions : « Chassey-le. Naturel, il revient au galop. » Nous souhaitons donc que les études ici rassemblées grâce à l’initiative de Luc Baray constituent des contributions significatives dans des domaines de recherche qui lui sont chers : les sociétés du Néolithique et de l’Âge du bronze, le débitage du silex, Chassey et les groupes chasséens, les multiples savoir-faire artisanaux...

18Programme du Colloque

19« Artisanats, Sociétés Et Civilisations : Hommage À J.-P. Thevenot »

202-3 avril 2003

21Centre de Recherche et d’Étude du Patrimoine

22Mercredi 2 avril

23Thème 1 : Archéologie Néolithique

24Alain Beeching : Chassey et le Chasséen : histoire des recherches

25Michel Prestreau : Le Chasséen dans l’Yonne

26Christian Jeunesse : Chasséen et Michelsberg : quoi de neuf sur le Rhin ?

27Pascal Duhamel : Vases « batards » en contexte funéraire au début du Néolithique moyen dans l’Yonne

28Anne Augereau : Systèmes de productions des outillages lithiques au Néolithique dans le sud-est du Bassin parisien

29Thème 2 : Archéologie des âges du Bronze

30Joël Vital, Jean-François Piningre : Nouvelles données sur le Bronze ancien en plaine de Saône

31Claude Mordant, Maréva Gabillot : À la lisière occidental et oriental : le Bronze moyen entre Marne et Seine

32Céline Berthelin, Jean-Paul Guillaumet : Redécouverte d’un dépôt de l’Âge du Bronze à Curgy (Saône-et-Loire)

33Laurent Carozza, Franck Ducreux, Régis Labeaune : Les débuts du Bronze final en Bourgogne orientale d’après les découvertes récentes de Sevrey (Saône-et-Loire) et de Couternon (Côte-d’Or)

34Jacques Piette : Les pratiques funéraires de la nécropole Bronze final I-IIa de « La Ferme de Frécul », à Barbuise (Aube)

35Louis Bonnamour : Le dépôt de Taponas (Rhône) : quelques réflexions au sujet des dépôts du Bronze final dans la vallée de la Saône

36Jeudi 3 avril

37Thème 3 : Archéologie des âges du Fer

38René Goguey : La Grande Plaine Hongroise : habitats, nécropoles et parcellaires révélés par la photographie aérienne

39Claude Rolley : Les deux disques terminaux du torque d’or de Vix ont-ils été faits par le même artisan ?

40Philippe Barral, Nathalie Huet : La céramique peinte gauloise dans la vallée de la Saône : groupes techno-typologiques, économie de la production et modes de diffusion

41Martine Joly : À propos de quelques pots bourguignons insolites

42Fabienne Olmer : À propos de quelques amphores de Chassey

43Jacques Messonnier : Les monnaies antiques du camp de Chassey (Saône-et-Loire)

44Thème 4 : Archéologie médiévale

45Denis Cailleaux : Sens antique, réflexions d’un médiéviste

46Germaine Depierre : La population mérovingienne d’Alésia, « Les champs de l’Église » : des gens un peu compliqués

47Fabienne Ravoire : Artistes et artisans, la céramique très décorée de la fin du Moyen Âge en Île-de-France

48Jean Rosen, Maurice Picon : Les carreaux de pavement médiévaux bourguignons

49Hervé Mouillebouche : Les sirènes dans la Bourgogne médiévale

Notes de fin

* J’entends certains chuchoter « ... lustres ? ? ?... éclairez-moi ! ». Alors, je traduis : par métonymie, le lustre est une unité de temps, désormais désuète, équivalant à 5 années. Ce mot tire son origine de la Rome antique lustrum où les censeurs célébraient périodiquement une cérémonie de purification. Par extension, l’expression « des lustres » est encore utilisée pour signifier une longue durée, de nombreuses années.

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search