Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

D’un directeur à l’autre

Claude Mordant

Texte intégral

1C’est au premier trimestre 1992, que les premières réunions, initiées par Michel Gras, alors Directeur Scientifique adjoint auprès de la direction SHS du CNRS, regroupent au Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne, les collègues et membres fondateurs de la future UMR. C’est comme Conservateur régional de l’Archéologie de Bourgogne que j’accueille avec empressement cette idée du montage d’une équipe fédératrice qui manque à la région. C’est aussi le temps de la montée en puissance du programme de recherches au Mont Beuvray avec ses tensions administrativo-politiques aussi parfois…

2Les discussions vont vite, l’attention des tutelles est favorable, même très bienveillante, et le dossier progresse fort rapidement. D’emblée, une triple tutelle, situation fort originale à l’époque, est considérée pour cette équipe : CNRS, Ministère de la Culture et Université de Bourgogne. Au sein de ce petit groupe de collègues fondateurs issus des trois institutions, Jean-Paul Thevenot, alors en détachement au CNRS, fait rapidement l’unanimité pour être le porteur de ce projet et c’est donc lui qui sera le premier directeur de l’UMR 9934 en janvier 1993. À sa naissance cette Unité, très régionale dans son titre « Archéologie de la Bourgogne. Le premier millénaire av. J.-C. », traite surtout de Préhistoire récente et de Protohistoire, mais elle s’investit également dans la période gallo-romaine.

3C’est J.-P. Thevenot qui assurera le contrat quadriennal 1995-1999 au cours duquel l’Unité, après son hébergement temporaire à l’ancienne Faculté des Lettres, rue Chabot-Charny, dans les locaux du « Bureau d’Architecture Antique » du CNRS, gagnera ses quartiers de résidence sur le Campus, sur la terrasse du bâtiment des Sciences Gabriel. Ce positionnement s’explique évidemment par des disponibilités de locaux mais aussi par le rattachement de cette nouvelle UMR à l’UFR des Sciences de la Terre alors que l’enseignement se tient pour l’essentiel en Sciences humaines... Cependant, le tout nouveau DESS « Méthodes scientifiques de l’Archéologie » s’est ouvert dans cette même UFR grâce au dynamisme de Michel Campy et de Jean Chaline.

4Ce positionnement original de l’Unité, tout à fait conjoncturel au départ et lié à des synergies personnelles, se maintient toujours ; il a permis de concilier les appartenances variées de l’archéologie aussi bien du côté des Sciences humaines que des Sciences de la Terre et de l’Environnement… Quelque 12 ans plus tard, on ne peut que se féliciter de la clairvoyance et de l’opportunisme des « fondateurs » qui ont permis d’assurer la légitimité scientifique de l’UMR aussi bien dans un champ que dans l’autre. Il est sûr que les ouvertures vers la géoarchéologie, l’environnement et l’anthropisation, thématiques porteuses actuellement et dans lesquelles s’investissent des collègues, ont profité de ces proximités géographiques autant qu’intellectuelles que les chercheurs de l’UMR ont pu exploiter. En ces temps « pionniers », J.-P. Thevenot, grâce à de solides amitiés dans le monde universitaire mais aussi au sein du CNRS et du Ministère de la Culture, a su réaliser la synthèse d’un esprit pluri-institutionnel et ce n’était pas gagné d’avance… ! Il est juste de dire que notre Unité a bénéficié dès le début de l’attention constante des Présidents de l’Université (Gilles Bertrand d’abord, suivi de Jocelyne Pérard, Bernard Laurin, Jean-Claude Fortier) mais aussi de celle des sous-directeurs de l’Archéologie et des directeurs du département SHS au CNRS.

5L’UMR actuelle a beaucoup évolué depuis sa fondation et maintenant, c’est une unité à large thématique de recherche, de la Préhistoire récente au Moyen Âge, qui associe archéologues, géologues, historiens, historiens d’art. C’est ce parti d’ouverture et d’interdisciplinarité qui a favorisé son expansion et cette dynamique est née en 1998 avec l’intégration des collègues médiévistes, à une époque où il n’était pas évident de convaincre certaines tutelles scientifiques de la validité de ces regroupements larges et diachroniques. De cette période date son appellation actuelle « Archéologie, Cultures et Sociétés. La France orientale et la Bourgogne du Néolithique au Moyen Âge ». Dans le même esprit, il faut se réjouir de l’arrivée des collègues de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives au printemps 2005, et pour le prochain contrat, de celle des collègues universitaires spécialistes de l’archéologie classique et gallo-romaine.

6Jean-Paul Thevenot est un néolithicien reconnu – c’est l’Homme de Chassey-le-Camp ! – mais ses recherches en Protohistoire et son intérêt pour l’artisanat et ses techniques sont tout autant appréciés. Cette culture personnelle lui a permis de se mouvoir avec la même aisance dans l’équipe initiale d’archéologues comme dans cette communauté actuelle, élargie aux historiens et historiens d’art. Il est aussi tout à son honneur de porter la plus grande attention aux étudiants et doctorants pour les faire profiter de ses connaissances.

7Il m’est agréable, comme vice-président délégué à la Recherche, de constater l’estime dont jouit notre UMR auprès des collègues du Conseil scientifique comme de ceux du Bureau de l’Université. Cette notoriété doit se mesurer à l’échelle des années et elle nous est acquise grâce aux travaux de tous et aux directeurs qui ont su promouvoir avec conviction nos actions. Dans cette reconnaissance des mérites de chacun, Jean-Paul Thevenot occupe une première place.

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search