Version classiqueVersion mobile

Un tumulus de l’âge du fer à Bressey-sur-Tille (Côte-d’Or)

 | 
Roger Ratel

V - Coutumes, croyances et rites. Datation

Texte intégral

A. CONSTRUCTION DU TUMULUS

Choix de l'emplacement

1Nous ignorons totalement dans quelles conditions on choisissait l’emplacement d’une nécropole ; Corot a constaté que parfois elle était édifiée sur un habitat, mais ce n’est pas le cas ici, puisque nous n’avons pas trouvé de vestiges, et malgré la présence de nombreux silex, travaillés ou non, et de tessons.

2Par contre, on a souvent remarqué que les tumuli sont situés à proximité des habitats, lesquels voisinent des points d’eau, sources en général ou parfois ruisseaux ; cette observation n’a rien d’anormal puisqu'elle persiste encore de nos jours. C'est la présence de l'eau qui conditionne l’implantation des habitats, tant pour les besoins des humains que pour abreuver le bétail qu'ils élèvent : et même aux époques protohistoriques il était normal de construire la demeure des morts à proximité des lieux ou l'on vivait.

3A Clair-Bois l’habitat et l'eau sont tout proches l'un et l'autre du tumulus.

L’aire de base

4Dans certains cas bien précis, on a remarqué que l'aire de base a subi une certaine "préparation" : nivellement du sol d'origine, épierrement, aménagement d'un dallage, d'un remblai, etc… ici rien de tel apparaît, on a simplement constaté que l’aire de base était uniformément plate et que les alentours sont légèrement "ondulés" ; on ne peut donc pas préciser si le sol a été nivelé.

5Par ailleurs, la présence de débris végétaux carbonisés à l'abri de l'air peut tout aussi bien résulter de l'apport de plantes plantées, ou éparpillées ou qui auraient poussé là tout naturellement.

Le creusement des fossés

6C'est un acte intentionnel qui est destiné à matérialiser la limite d'un "espace" funèbre, à l'intérieur duquel seront déposés les morts ; le fossé trouve son équivalent dans le "cromlech" traditionnel aménagé sur la base des tumuli en pierres sèches, entre le centre et la périphérie, constitué par des blocs de pierres fichés verticalement ou légèrement inclinés, à mi profondeur, dans le sol.

Le comblement des fossés

7Nous avons précédemment montré que le comblement de ces fossés intervient dans un laps de temps très court qui suit leurs creusements ; ils ne sont donc pas fonctionnels, mais rituels et symboliques. L’impossibilité matérielle de les conserver tels qu'ils avaient été ouverts, avec des pentes très accentuées a été déjà signalée ; de plus, s'ils n'avaient pas été comblés, l'érosion aurait vite entrainé les parois et en particulier celle contre laquelle sont aménagées des inhumations, qui auraient alors été mises au jour, par suite de son effondrement.

L’emplacement des fossés

8Nous supposons que l'emplacement du fossé périphérique était connu et vraisemblablement matérialisé en surface, car en se référant aux planches 11, 14 et 15 on constate que jamais les sépultures ne sont placées au delà du premier fossé lors de la première période, ni au delà du second aux troisième et quatrième périodes. Cette observation confirme bien le rôle de limite que nous leur avons assigné.

9L'absence de fossé à la Tène, quel que soit son sens, est à rapprocher de la modification des rites (cf. ci-dessus).

Couche de gravier blanc marquant le sommet

10Après achèvement du tertre primitif on a répandu sur toute la superficie une couche de gravier blanc, puis on a procédé de même après le premier agrandissement en utilisant le même matériau. Ensuite on a substitué à ce gravier à la période suivante un mélange de gravier et d'argile brunâtre. A la période de la Tène, la couche superficielle n’est plus recouverte du tout de gravier.

11Ce matériau existe en abondance dans tout le secteur puisqu'il constitue le sous-sol, et on le trouve à faible profondeur, une trentaine de centimètres environ. Des petits niveaux argileux teintés de gris, beige et brun se voient aussi un peu partout, en surface ou bien au contact du lit de gravier. Il est donc logique d'admettre qu'on a prélevé sur place ce dont on avait besoin.

12La différenciation de coloration observée dans la couche recouvrant le second agrandissement est-elle intentionnelle ou accidentelle ? Il est matériellement impossible de le définir.

13Mais la présence de ce matériau, placé dans des conditions bien déterminées au cours des agrandissements successifs, et son absence à la dernière période montrent bien qu'il y a eu un choix.

Le choix dans l’utilisation des matériaux constituant les massifs tumulaires

14Nous entendons par massifs tumulaires l'ensemble des matériaux employés lors de chaque agrandissement pour augmenter l'épaisseur du tertre préexistant ; nous avons vu que lors des trois premières périodes on a utilisé exclusivement une argile brune mélangée de graviers, tandis qu'à la quatrième les "gens de la Tène" l'ont remplacée par du limon gris pulvérulent.

15Là encore il y a un choix qu'il n'est pas possible d'interpréter, mais qu'il est très intéressant de constater, d'autant plus que ce même limon gris pulvérulent est le même qui a été employé pendant la période de Hallstatt pour recouvrir certaines tombes, procédé qui cesse brutalement à la Tène.

16Ce limon gris et cette argile brune sont tous deux de provenance locale ; par conséquent tous les matériaux employés ont été extraits sur place. Cette constatation nous amène à évoquer un rite maintes fois observé dans le département. Au lieu d'utiliser les matériaux de provenance strictement locale, pierres en général et parfois terre, on s'en procurait d'autres qu'on allait chercher à un, voire deux kilomètres du lieu où l'on construisait la nécropole, alors qu'on aurait fort bien pu employer ceux qui se trouvaient en abondance sur place.

B. RITES PROPRES AUX SEPULTURES DE TOUTES LES PERIODES

17- Comme d'autres l'ont déjà constaté avant nous, nous avons vu à plusieurs reprises la trame d'un tissu imprimée dans la rouille qui enrobe certains objets en fer, fibules en particulier ; ceci montre que les corps étaient enveloppés à priori soit dans des vêtements, soit dans un linceul ; la présence de fibules apparemment en place a incité les archéologues a considérer alors que les défunts étaient revêtus de leurs costumes plutôt que d'un suaire.

18- La concentration des sépultures dans cette nécropole est au premier abord aberrante, nous avons vu dans le paragraphe III que dans la plupart des tertres hallstattiens et réutilisés à la Tène I, c'est-à-dire contemporains du nôtre, le nombre d'inhumations est très faible, de quelques unités à une dizaine en moyenne. De plus, à la même période, il existe relativement souvent des tumuli peu utilisés et qui sont situés à très faible distance les uns des autres.

19Il y a donc à Clair-Bois manifestation d'une nécessité de grouper les défunts qu'on ne rencontre nulle part ailleurs dans le département.

20Et nous devons souligner le fait que tous les inhumés ne "pratiquent" pas les mêmes coutumes funéraires dans le détail.

21Il va de soi qu'on ne peut nullement évoquer la nécessité de rassembler les défunts dans une même nécropole en raison du manque de place, car dans notre secteur, on aurait pu édifier des centaines de tertres funéraires.

22- Nous avons déjà évoqué précédemment le fait que les sépultures périphériques sont placées à l'aplomb du deuxième fossé, en aucun cas elles n'empiètent sur le troisième ; il y a là une intention bien arrêtée dans les emplacements choisis et surtout dans le respect de ne pas dépasser une limite symbolique.

23- Dans de nombreux tumuli du département, contemporains du nôtre, on a fréquemment remarqué que les sépultures sont rarement disposées en alignements concentriques autour de la tombe principale, en général il existe deux, sinon trois orientations préférentielles, sauf dans les tumuli des Crais de Charmes et de Thorey (no 2) situés sur la commune de Minot, et dans celui de Blaisy-Bas, no 2, où toutes les sépultures sont pareillement orientées.

24A Clair-Bois l'orientation des sépultures n’est pas uniforme ; elle est irrégulière à la première période (voir pl. 11) puis elle s'organise aux suivantes, les corps sont disposés en alignements concentriques sur une seule rangée à la seconde période (voir pl. 12) puis sur plusieurs rangées aux deux périodes suivantes (voir pl. 14 et 15).

25On a noté aussi la présence à chaque période de plusieurs tombes dont l'orientation diffère nettement de l'ensemble, mais elles sont peu nombreuses.

C. RITES PROPRES AUX INHUMES DE HALLSTATT

26Nous avons vu que tous les défunts ne reposent pas dans leurs tombes d'une manière uniforme :

  • certains ont simplement été déposés au fond de la fosse ;

  • une partie ont bénéficié de ce que nous pourrions peut-être assimiler à des privilèges : offrandes de fleurs ou de plantes à vertus prophylactiques ; d'autres ont été placés dans des cercueils faits de troncs d'arbres évidés ;

  • enfin un petit nombre d'inhumés ont été recouverts d'une couche de limon gris bien tassé, de forme arrondie.

27Souvent deux de ces trois coutumes funéraires sont associées, et leur fréquence est croissante jusqu'à la fin de Hallstatt, puis à partir de ce moment là elles ne sont plus pratiquées.

28Cette "complication" dans les cérémonials mortuaires peut éventuellement traduire des différences dans les conceptions rituelles, mais dans quelle mesure ? Il est bien tentant de supposer que les derniers honneurs n'étaient pas rendus de la même manière pour tous, et que l'on tenait compte des diverses classes sociales, rang ou richesse dans la mort comme dans la vie, mais ce n’est qu'une hypothèse.

29En tous cas, les rites propres aux inhumés de la période de Hallstatt sont multiples et la manifestation de leurs fréquences est très nette jusqu'au moment où, brusquement, à la Tène I, on cesse d'inhumer en troncs d'arbres, on ne répand plus d'offrandes végétales, et on n'utilise plus de limon gris pour recouvrir certaines tombes, on pratique uniformément l'inhumation en pleine terre.

D. RITES PROPRES AUX INHUMES DE LA TENE

30Cette modification que nous venons d'évoquer paraît bannir tout apparat funéraire au début de la Tène, une pompe qui avait vu le jour vers la fin de Hallstatt, progressivement, mais qui en réalité n'était que du "rajouté" à un rite classique, auquel on revient par la suite ; cette conception des faits est une explication possible parce qu'elle paraît logique pour nous, mais quelle était l'optique des gens de la Tène ?

31Les tombes sont groupées en forte densité exclusivement dans le quart Nord-Ouest ; on n'en trouve pas dans la zone centrale.

32L'apport de limon gris se situe exclusivement dans le secteur Nord et Ouest, son épaisseur (environ 60 cm) permet d'inhumer correctement les défunts ; il semble donc indiscutable qu'il existe un lien direct entre ce limon gris et les tombes qu'il renferme.

33En comparant les plans de répartition des tombes du Hallstatt final et de la Tène, (pl. 14 et 15) on remarque aussitôt la forte concentration d'inhumations à la dernière période par rapport à la précédente.

E. DATATION

34La chronologie relative a été établie au fur et à mesure de l'exposé à la fois d'après la position stratigraphique des tombes, par des comparaisons typologiques et d'après les associations.

35La chronologie absolue qu'on peut en déduire n'est pas complète puisqu'il n'est pas possible de préciser la date exacte de construction du tumulus primitif, la sépulture centrale ayant été détruite, mais nous savons que les tombes qui ont été aménagées lors des agrandissements successifs renferment des mobiliers contemporains de la fin de Hallstatt.

36En conséquence nous pensons qu'il est possible d'estimer approximativement la durée d'occupation de la nécropole de Clair-Bois à 250-300 années.

© ARTEHIS Éditions, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search