Version classiqueVersion mobile

Un tumulus de l’âge du fer à Bressey-sur-Tille (Côte-d’Or)

 | 
Roger Ratel

IV - Le mobilier funéraire, inventaire et datation

Texte intégral

LE MOBILIER FUNERAIRE

1Nous donnerons tout d'abord quelques précisions d'ordre général relatives aux méthodes de travail employées.

2Au lieu de décrire chaque catégorie d'objets séparément, fibules, bracelets, torques, etc… nous avons préféré donner l'inventaire du mobilier funéraire par sépulture, ce qui offre l'avantage d'éviter de nombreuses répétitions et permet en outre de mettre en évidence les associations typologiques.

3Il va de soi que cet inventaire suivra l'ordre chronologique des agrandissements du tumulus, période par période.

4Toutes les mensurations sont données en millimètres, et les poids sont indiqués en grammes. En ce qui concerne les objets qui se composent d'une tige généralement circulaire, pleine ou creuse (bracelets, anneaux de chevilles, annelets, torques, etc…) nous n'indiquons que le diamètre externe (D) ; nous précisions ensuite celui de la section si elle est torique (d) sinon nous donnons la hauteur (h) et la largeur (1).

5Tous les objets sont représentés grandeur nature. Chacun porte le numéro de la sépulture dans laquelle il a été trouvé.

6Dans un premier paragraphe nous examinerons le contenu des inhumations, et nous y adjoindrons la description de l'unique objet trouvé dans une des incinérations. Dans le second paragraphe nous passerons en revue les ornements funéraires recueillis auprès des squelettes détruits par la tranchée du fouilleur anonyme, ceux qui furent trouvés lors du creusement de la tranchée abri, ainsi que ceux qui proviennent du massif tumulaire et qui étaient isolés des sépultures. Enfin, dans un dernier paragraphe nous donnerons l'inventaire des objets divers trouvés dans le massif tumulaire. Il sera suivi d'un tableau récapitulatif classé par séries, destiné à faciliter la recherche de tel ou tel objet pour comparaisons.

7Lorsque la position exacte des objets mobiliers n'est pas indiquée, c'est parce qu'ils ont été légèrement déplacés par les renards qui, rappelons le, ont creusé des galeries dans le tumulus pour y loger. Dans la mesure du possible, nous daterons le mobilier funéraire en le comparant à des exemplaires similaires bien connus. Nous esquisserons ensuite une synthèse de l'évolution typologique du matériel de Clair-Bois.

1 - MOBILIER ASSOCIE AUX SEPULTURES

PREMIERE PERIODE

8Des 5 inhumations qui sont contemporaines de la premiere période » deux possèdent des objets.

9No 39 - (sépulture présumée principale). Nous avons recueilli près du crâne trois objets en bronze :

  1. bouton conique, plein, non orné, muni d'une patte plate, perforée, circulaire. Tête : D = 13 ; h = 6. Patte : d = 4,5. Epaisseur : 1,5. Les boutons de ce genre ont été peu utilisés, on n'a trouvé que quelques exemplaires en Côte d’Or, 3 dans le tumulus de Mauvilly (Joffroy, 1960, p. 206-207 et fig. 75 no 6), un dans ceux de Meloisey (De Saulcy, 1867) et d’Aubigny la Ronce (Bertrand., 1861, p. 1) et deux en fer à Quemigny-sur-Seine, "Tumulus I et II de Cosne" (Henry, 1933, p. 169). Fin Hailstatt - Tène I (pl. 20).

  2. Minuscule annelet, plain, ouvert, orné de stries très fines, gravées sur la totalité du bijou. D = 10. Section : d = 2. Nous ne connaissons pas d'annelet semblable quant à la dimension et à la forme du décor.

  3. Bossette de fibule » arrondie, non ornée, munie d'une petite patte de fixation indiquant qu’elle était située sur un pied. D = 8 ; h = 2. Fin Hallstatt (pl. 20).

10No 40 -

  1. Au poignet gauche bracelet en bronze, ouvert, ovalisé, orné sur le pourtour de petites cannelures transversales séparées par des renflements légers de la tige. D = 71 et 66. Section : d = 5. Poids : 25,1. Ce type de décor est fréquent à la phase finale de Hallstatt, on le trouve sur les bracelets et anneaux de chevilles à Lantilly (Corot, 1905, p. 13 et pl. IV no 1), Blaisy-Bas (Guyot, 1938, tumulus no 2, p. 6 à 9 et pl. B no 2), Véronnes-les-Grandes (Ratel, 1964, p. 57 et pl. 2, no 6), etc… (pl. 20).

  2. Au poignet droit bracelet en schiste, plus haut que large, légèrement exfolié et déformé. D = 75. Section demi-jonc : h = 27 et l = 10. Poids : 46 (pl. 20). Environ 35 bracelets en schiste ont été trouvés dans le département auxquels il convient d'ajouter ceux recueillis dans l'oppidum de Vix, soit une centaine ; ceux dont la section est torique ont connu une grande vogue au Hallstatt final, qui a persisté pendant la Tène et jusqu'à la période gallo-romaine (Joffroy, 1960, p. 62-63 et pl. 13) ; les autres, plus volumineux se raréfient en Cote d'Or à la phase finale hallstattienne et à cette époque là ils sont souvent associés à des bijoux en bronze tels que bracelets dits ''à crans", bracelets filiformes, rondelles-appliques, etc. Au début de la Tène ils ne sont plus portés. A Bressey nous n'avons trouvé que 4 exemplaires, celui que nous venons de décrire, deux avec l’inhumation no 114 (2ème période) et un d'un modèle particulier avec la no 30, détruite par la tranchée 2.

DEUXIEME PERIODE

11Sur les 14 sépultures de la seconde période, 7 sont pourvues d'objets.

12No 8 - Deux anneaux de chevilles, en place, en bronze, creux, ornés sur le pourtour de stries parallèles transverses, ovalisés. D = 105 et 110. Section : d = 15. Poids = 62,5. (Les extrémités sont emboitées sans goupille de fixation) (pl. 20).

13Une cinquantaine d'anneaux de chevilles ont été trouvés en Côte d'Or, et pratiquement tous sont associés à du mobilier daté de Hallstatt (ceinture de bronze, bracelets filiformes, etc) ; ils sont généralement portés par paire ; certains ne sont pas ornés, d'autres le sont au raccord, la plupart possèdent des stries parallèles diversement groupées, aboutissant parfois à des lignes en zig-zag ou à une rangée de petits cercles oculés.

14Autres sépultures possédant des anneaux de chevilles creux : no 64, 77, 114, de la 2ème période, et 82 de la 3ème.

15No 15 - Fragment de bracelet filiforme, en bronze, non orné, plein, légèrement déplacé par renard. L = 17. Section, d = 2 (pl. 20).

16No 17 - Petit anneau en fer, sous le bassin, plus large que haut, plein, fermé, possédant une légère carène sur le pourtour. D = 51. Section h = 6 et l = 8. Poids : 36,3. Plusieurs petits anneaux ont été trouvés à Clair-Bois, et dans la quasi totalité des cas, ils sont placés à hauteur du bassin : ils étaient donc vraisemblablement passés dans une ceinture. Certains sont en bronze, d'autres en fer, no 68 (2ème période) ; 2, 47, 70, 75, 91 (3ème période) et 51 (Tène I). Un autre a été déplacé par un renard (no 25) et dans l'inhumation no 11 il est placé sur l'épaule. Ces petits objets utilitaires se rencontrent aussi bien à la fin de Hallstatt qu'au début de la Tène.

17No 64 -

  1. Sur la clavicule droite, fibule en bronze avec long ressort à nombreuses spires et à corde interne ; l'arc, mince, plat et foliacé est orné d'une nervure longitudinale en relief et de quelques incisions parallèles de part et d'autre. Sur le pied est fixée une bossette surmontée d’une perle de corail blanche. Exemplaire similaire : oppidum de Vix, planche 20, no 4, donc du Hallstatt final (pl. 21).

  2. A un tibia reste d'un anneau de cheville en bronze, creux, roulé, non orné (non figuré). Section d = 13.

  3. Au niveau de la hanche droite fragment de fer, une sorte de crochet (pl. 21).

18No 68 -

  1. Au poignet gauche bracelet en bronze, plein, fermé, filiforme, à section demi-jonc, non orné, de forme sub-circulaire. D = 64 et 66, h = 21, l = 1,8. Poids 2,9 (pl. 21)

  2. Annelet en fer plein, fermé, non orné, trouvé contre la hanche gauche D = 35. Section : d = 7 (pl. 21).

  3. Fibule de bronze en deux pièces, long ressort avec spires nombreuses (10) et corde interne ; arc filiforme à section demi-jonc, non orné. Sur l'extrémité du porte aiguille est rivé un pédoncule supportant un disque légèrement concave sans décor. Trouvée sur le thorax, côté gauche. Exemplaire identique : oppidum de Vix, planche 26 no 10. Datée du Hallstatt final (pl. 21).

19No 77 -

  1. Couteau en fer dont la soie est brisée à la base, dans son fourreau ; sur une face, celui-ci est fait d'une lame de bronze non ornée, dont les bords se rabattent sur l'autre face, qui était peut-être en fer ou en matière périssable. Longueur du fourreau ; 126, largeur maximale : 24. C'est le seul objet de ce genre trouvé à Clair-Bois. Un fourreau de même facture provient du Mont Lassois, il renfermait un poignard. Daté du Hallstatt final (pl. 21).

  2. Deux anneaux de chevilles, en bronze, creux, en place, ornés sur le pourtour de fines stries transversales peu marquées ; l'un est complet mais brisé en 3 morceaux, l'autre est réduit à l’état de fragments. D = 118. Section d = 9,5. Poids : 43,4 (pl. 22).

  3. Au bras gauche bracelet huméral en bronze, plein, fermé, avec jet de coulée complet. D = 91. Section : d = 6. Poids : 64,1 (pl. 22). Cet appendice est le culot résultant de la coulée dans le moule ; en général il est coupé a la base puis limé jusqu'à complète disparition ; parfois il subsiste un épaississement sur le corps de l'objet, et dans certains cas on laisse en place un moignon de culot, ce qui, à vrai dire, est peu esthétique. Nous retrouverons un exemplaire à la 4ème période (no 46) avec jet de coulée de forme exceptionnelle. Ce bracelet est daté du Hallstatt final et il persiste à la Tène I comme ceux du tumulus de Couchey, Côte d'Or (Ratel, 1961, p. 190 et fig. 67 p. 188) et de Dommarien (Haute-Marne), (Mouton, 1955, p, 15 et fig. 2 no 395) (pl. 22).

  4. Six minuscules annelets en bronze, pleins et ouverts, dont les extrémités se chevauchent sur 4 d'entre eux et sont jointives sur les 2 autres. D = 7. section d = 1. Poids : 0,5. Trouvés contre l'oreille droite. De tels annelets sont très rares dans le département, et nous les rapprocherons de ceux mis au jour à Larçon, commune de Minot (Ratel, 1967, p. 4 et pl. 4 no 6A) (pl. 21).

  5. Très grosse dent, légèrement arquée, une incisive supérieure pouvant appartenir à un très gros sanglier par exemple ; elle est perforée à la racine, et dans cette cavité était fixée une sorte de gros bouton en fer, à tête large et rectangulaire, avec grosse patte perforée. Cette dent, à usage de pendeloque, rappelle celles qui étaient souvent portées à l'époque néolithique (pl. 22).

  6. Sur le bassin, là où se croisaient les mains, une perle en verre bleu ornée d'un filet ondulé jaunâtre disposé en zig-zag sur le pourtour. D = 14. h = 11. On a trouvé une trentaine de perles en verre bleu en Côte-d'Or, avec ou sans filet ondulé, mais les auteurs précisent rarement si elles étaient placées vers le cou ou près des mains ; ces perles sont rares à la période de Hallstatt et elles sont recueillies par unité. Au cours de la Tène on continue à les utiliser mais elles sont plus nombreuses et entrent dans la composition des pendeloques (Dechelette, 1927, p. 358-360 et 822-826) (pl. 21).

20No 114 -

  1. A chaque poignet un bracelet en schiste, de section sub-torique, non orné ; l'un deux est complet, de l'autre nous n’avons trouvé qu'une moitié. D = 74. Section h = 11 et l = 9. Poids : 21,1 (pl. 23).

  2. En place une paire d'anneaux de chevilles en bronze, creux, déformés, à extrémités emboîtées, sans goupille ; le décor se compose de groupes de stries jumelées, transverses, aménagées sur la partie équatoriale et qui aboutissent à une rangée de cercles oculés très peu visibles. Le même décor se retrouve dans les exemplaires trouvés à Darcey (Joly, 1947), à Villecomte (Ratel, 1964, p. 230) et ressemble à celui du bijou de la tombe princière de la Dame de Vix (Joffroy, 1957, p. 195-196 et fig. 60 no 7). Datation : fin Hallstatt. D = 122. Section d = 12. Poids : 52,3 (pl. 23).

  3. Sur l'épaule droite fibule en bronze à long ressort et corde interne avec fausse corde à bouclette ; l'arc, plat et mince est élargi dans sa partie médiane et il est orné de deux sillons gravés dans le sens longitudinal. Sur le pied est rivé un axe vertical portant deux petites moulures horizontales, il supporte une boule prolongée par une petite tige verticale cannelée, plus grosse que la précédente, creuse à son sommet, dans laquelle est fixée une perle blanche de corail. Ce type, unique à Bressey, dénommé type de fibule à trois pièces, est daté du Hallstatt final par son homologue provenant de l'oppidum de Vix (pl. 21, no 8), (pl. 23).

  4. Sur chaque épaule une fibule d'un même modèle, à long ressort, dont la corde, brisée, paraît interne ; l’arc est court et torique. Sur le pied est rivé un pédoncule supportant un disque plat, non orné. Ces deux fibules sont semblables pour la forme à celle de la sépulture no 68, elles s'en différencient par leur ressort qui est un peu plus court et par le diamètre du disque (pl. 23). Datation : Hallstatt final.

TROISIEME PERIODE

21On a trouvé des objets mobiliers dans 29 des 39 sépultures de la troisième période ; nous y joindrons la description de la fibule associée à l'incinération no 22, contemporaine de cette époque.

22No 2 - Petit annelet plat, en bronze, fermé, plein, non orne, trouvé sur le bassin. D = 21, 6 Section ; l = 4 et h = 2,5 (pl. 24).

23No 11 - Petit anneau en fer, plein, fermé, portant un filet angulaire sur la périphérie, trouvé sur l'épaule droite. D = 33 ; Section losangique : h = 8 et l = 7. On utilise ces deux objets aussi bien à la phase finale de Hallstatt qu'au début de la Tène (pl. 24).

24No 13 - Bracelet huméral en bronze, plein, non orné, fermé, avec reste de jet de coulée, trouvé au coude gauche. D = 85. Section d = 5. Poids : 35 (pl. 24).

25No 14 - Fragment de tige de bronze, pleine, de section torique, très oxydée, probablement le reste d'un bracelet brisé. d = 3,5 (pl. 24), non datable.

26No 22 - Incinération. Fibule en bronze à petit ressort bilatéral et corde interne, ornée de deux bossettes. C'est un type de fibule d'une seule pièce qu'on rencontre à Vix et dans de nombreuses sépultures contemporaines de la phase finale de Hallstatt (pl. 24).

27No 25 - Petit annelet en bronze, plein, fermé, non orné, de forme sub-circulaire ; traces d'usure bien marquées sur la partie du corps là où la section (torique) est moitié moins grande qu'ailleurs, D = 17 et 19, d = 2 à 3, 5 (pl. 24).

28No 27 - Fragment d'objet en fer, trouvé au niveau des chevilles, brisé en deux morceaux, c'est une lame plate, échancrée à une extrémité. Indéterminé (pl. 24).

29No 28 B - Torques en bronze, trouvé en place, plein, fermé, non orné, avec jet de coulée arqué, peut-être déformé. Forme sub-circulaire. D = 175/180. Section irrégulière torique. d = 3 à 5. Poids = 63,7 (pl. 24).

30Les torques en bronze, pleins, sont relativement nombreux dans le département, plus d'une trentaine ; ils se différencient facilement de ceux de la Tène I qui sont généralement ouverts, et dont les extrémités se terminent par des tampons ou disques.

31No 29 - Au niveau du thorax, fragment de bracelet en bronze, plein, non orné. Section quadrangulaire, d = 2 (pl. 24).

32No 31 - Moitié d'un bracelet huméral en bronze, plein, de section ovalaire, non orné. D = 81. Section : h = 6 et l = 4,5 (pl. 24).

33No 32 - Reste d’une fibule en bronze, trouvée sous le thorax, dont il subsiste l’aiguille et 3 spires du ressort, et une timbale ornée à la base de 2 filets gravés horizontaux ; le sommet présente une dépression circulaire. Un exemplaire similaire trouvé à Vix (pl. 19, no 13) est daté du Hallstattien terminal (pl. 24).

34No 44 -

  1. Deux bracelets en bronze, identiques, un à chaque poignet, pleins, fermés, avec jet de coulée. D.= 33. Section ; d = 4. Poids : 18 (pl. 25).

  2. Sous le cou, deux fibules en bronze, du type dit hypertrophiées, dont la bossette, très volumineuse, recouvre entièrement l'arc. Corde interne. L'une n'est pas ornée, l'autre possède deux filets gravés à la base et au centre à mi-hauteur. Ce type de fibule est rare dans le département, à Vix "aucun exemplaire intact n'a été trouvé et les tumulus de Banges à Minot ont livré 3 exemplaires" (Joffroy, 1960, p. 78 et pl. 19 no 10). D'autres, contemporains du Hallstatt final, proviennent de Charvais, Marne (Lepage, 1966, p. 82-83 et fig. 6 no 4) et de Saint Etienne au Temple (Chantre, 1880, pl. XLI no 5, 5a, 4 et 15) (pl. 25).

  3. Au cou, torque composé de deux tiges filiformes pleines et fermées, de mêmes dimensions, l'une en bronze et l'autre en fer, réunies par un annelet en bronze. D = 150 Section torique, d = 3 (pl. 25). Nous ne connaissons pas de torque similaire en Côte-d'Or, par contre, signalons que deux portions de torques en fer ont été découvertes, une dans le tumulus des Vendues de Montmorot, à Minot (Mem. CACO, 1898) et un autre dans le tumulus de la Rente Neuve, à Couchey (Ratel, 1961, p. 190 et fig. 68 p. 189 sépulture no 10). Fait curieux, sur les cinq torques en fer provenant de la nécropole de Chouilly, Marne, deux étaient accompagnés chacun d'un torque en bronze (Favret, 1936, p. 69 et 71).

35No 47 - Sous le bassin, à gauche des vertèbres lombaires, deux petits anneaux en fer, superposés, presque identiques, pleins et fermés. Sur le pourtour se voit une arête vive que la rouille masque partiellement. L’un d’eux est circulaire : D = 43. Section h = 9 et l = 6, l’autre est ovalaire : D = 44 et 48. Section : h = 7 et l = 6 (pl. 25).

36No 48 - Contre le milieu de la cuisse gauche, une fibule en fer avec ressort à spires nombreuses et corde interne ; arc peu allongé, trapu, terminé par une masse globuleuse de rouille non identifiable (pl. 26).

37Les fibules hallstattiennes en fer sont rares en Côte-d'Or ; en "Bourgogne, nous ne pouvons citer que celle trouvée dans le tumulus de la Bosse du Meulay, à Chambain" (Joffroy, 1960, p. 91 et pl. 26, no 8). Nous en avons trouvé cinq à Clair-Bois qui se rapportent à cette époque (no 48, 55, 90, 91 et 102).

38No 54 - A l'avant bras gauche, bracelet en bronze, plein, ouvert, de section sub-ovalaire, il est orné sur la périphérie de deux groupes de sillons longitudinaux encadrant un filet gravé en ligne brisée. En un seul point il y a 4 stries parallèles, perpendiculaires au corps de la tige qui interrompent l'ornementation. D = 58-60. Section : h = 5 et l = 3,5. Poids : 16, (pl. 26).

39No 55 - Sous les vertèbres cervicales fibule en fer très endommagée, plus allongée que la précédente (pl. 26).

40No 57 -

  1. Deux bracelets en bronze, identiques, un à chaque poignet, fermés, pleins ornés sur le pourtour de deux sillons longitudinaux. D = 65. Section ovale, h = 4 et l = 3. Poids 13,4 et 14,4 (pl. 26).

  2. Torque en bronze, au cou, plein, ouvert, non orné ; il manque une extrémité et l'autre, aplatie, possède un petit crochet assurant la fermeture. D = 135. Section torique : d = 5. Poids : 57,3 (pl. 26).

41No 58 - Bracelet huméral porté au coude gauche, en bronze, plein, fermé, non orné, avec petit jet de coulée. Forme sub-circulaire. D = 78-80. Section : d = 5 Poids : 30,4 pl. 26).

42No 65 -

  1. Fibule en bronze à simple bossette hypertrophiée, conique, ornée de deux sillons concentriques, un à la base, l'autre à mi-hauteur. Trouvée sous le menton (pl. 27).

  2. Autre fibule en bronze trouvée sous le sommet du crâne, également hypertrophiée, non ornée, portant en son centre une dépression. Exemplaire à long ressort bilatéral (pl. 27).

  3. Sur le côté gauche du bassin, fragment de fer ayant la forme d'un petit crochet, de nature indéterminable (pl. 27).

43No 67 -

  1. Sur la partie gauche de la poitrine, deux fibules en bronze, identiques, non ornées, hypertrophiées, avec petite dépression centrale (pl. 27).

  2. Une paire de bracelets en bronze, semblables, en place, un à chaque poignet, pleins, fermés, filiformes, non ornés, ovalisés. D = 54 et 63. Section h = 2 et l = 1. Poids = 3,1 (pl. 27).

44No 70 - Contre le bassin, annelet en fer, plein, fermé, déformé par la rouille. D = 30. Section : d = environ 8. Poids : 10,5 (pl. 27).

45No 75 - Sous le milieu du bassin petit anneau en bronze, plein, fermé, avec un léger renflement de la tige à l'emplacement du jet de coulée. D = 47. Section torique, d = 4. Poids : 12,7 (pl. 27).

46No 80 -

47a) Au poignet droit bracelet en fer, fermé, brisé, très oxydé mais complet. D = 76. Section torique, d = environ 8. Poids ; 37,9 (pl. 27).

48C'est le seul exemplaire trouvé à Clair-Bois ; ce genre de bracelet est rare en Côte-d'Or, on en connaît quelques échantillons hallstattiens mais leur emploi persiste durant la période de la Tène. Leur rareté s’explique peut-être en partie par le fait qu'étant très fragiles et boursouflés de rouille, ils sont difficiles à trouver.

49b) - Fragment de bracelet en terre cuite, trouvé contre le poignet droit, de section pratiquement torique, de teinte brun cuir, à pâte noire et à dégraissant calcaire très fin. Section : d : 10-11 (pl. 27).

50C’est uniquement dans l'oppidum de Vix qu’on a trouvé quelques bracelets semblables (voir pl. 13, fig. 16 à 19), nous n’en connaissons pas d'autres dans les nécropoles tumulaires du département.

51No 82 -

  1. En place, une paire d'anneaux de chevilles en bronze, pleins, fermés, non ornés, identiques, de forme sub-circulaire. D = 115-120. Section ovale : h = 3 et l = 2,5. Poids : 15,6 et 16,1. Ce sont les deux seuls exemplaires de ce type trouvés à Clair-Bois, dont le diamètre soit aussi grand (pl. 27).

  2. Deux bracelets semblables en bronze, un à chaque poignet, pleins, fermes, ornés d'une petite moulure longitudinale limitée de part et d'autre par une fine incision parallèle. D = 68. Section torique, d = 3. Poids : 10 et 10,2 (pl. 27).

  3. Fibule en bronze, hypertrophiée, non ornée, trouvée au milieu du thorax, présentant une dépression centrale (pl. 27).

  4. Objet en fer, trouvé contre le poignet droit, une sorte de crochet double, plat, dont une extrémité est élargie. Destination inconnue (pl. 27).

52No 85 -

  1. Bracelet en bronze, plein, fermé, présentant à l'endroit du jet de coulée un renflement sur la partie externe de la tige ; non orné. D = 63. Section torique, d = 5. Poids : 23,6 (pl. 28).

  2. Epingle en bronze, légèrement arquée, à tête enroulée. Longeur = 80. Tige à section torique, d = 3. Poids : 3,6 (pl. 28).

53L'épingle est un objet de parure rare en Côte-d'Or ; quelques unes ont été recueillies à Vix et une seule est signalée dans le tumulus des Crais de Vauchebaux, à Minot (Joffroy, 1960, p. 71 et pl. 16 no 27). Datée du Hallstatt final (pl. 28).

54No 90 -

55a) En place, une paire d'anneaux de chevilles en bronze, pleins, fermés, non ornés, légèrement ovalisés. D = 78-80. Section demi-jonc : h = 4 et l = 3. Poids : 10 et 12,8 (pl. 28).

56b) Un ensemble ornemental sur le thorax comprenant : une fibule en fer à grand ressort et corde interne, arc trapu ; il manque le pied ; - une fibule en bronze avec ressort à spires nombreuses et petites, possédant une corde interne ; l'arc est à section demi-jonc et décoré d'une petite moulure longitudinale rectiligne, et le pied se termine par une boule creuse. Exemplaire similaire trouvé dans le cimetière de Charvais, Marne, daté du Hallstatt final (Depagne, 1966, p. 83 et fig. 6, no 6) ; - deux annelets de bronze, pleins, fermés, à section torique ; l'un d’eux est passé dans la fibule en bronze, dans l'autre est enfilée une petite perle de teinte bleuâtre, probablement en verre ; - une chaînette en fer, faite de petits maillons est en grande partie engagée dans la gangue de rouille qui adhère sous la fibule en fer ; un fragment de bois, visible sur le croquis de droite, masque en partie la chainette, il provient du cercueil monoxyde dans lequel reposait le défunt (pl. 28).

57Malgré la restauration, la rouille subsiste encore et ne permet pas de déterminer avec précision comment certains de ces objets sont reliés entre eux. Nous savons que le rôle de la chaînette est de réunir deux fibules placées sur la poitrine, une de chaque côté. Des trouvailles similaires faites en Champagne (D. Bretz-Mahler, 1958) et en Lorraine (Millotte, 1965, p. 90) sont datées de la période de la Tène, or la trouvaille de Clair-Bois montre que ce genre d'ornement de parure est antérieur à ceux connus ailleurs.

58c) Sur le bassin objet en fer, une sorte de lame plate partiellement coudée à chaque extrémité. Destination inconnue (pl. 28).

59No 91 -

  1. Deux petits anneaux en fer, pleins, fermés, trouvés contre le côté droit du bassin ; malgré le magma de rouille, il semble qu'ils soient tous deux de forme identique. Le décor n’est pas visible. D = 52 environ ; section d = 5 environ. Poids : 15 (pl. 28).

  2. Fibule en fer à long ressort, possédant un arc trapu, recueillie sur le cou. La corde manque ainsi que le pied (pl. 29).

  3. Entre le poignet et la partie gauche du bassin, une tige en fer à section apparemment rectangulaire, dont une extrémité supporte un disque (pl. 29).

  4. Contre le talon gauche, côté interne, une sorte d'aiguille en fer dont une extrémité se termine par une boucle (pl. 29).

  5. Contre la partie externe du talon droit, autre objet en fer plus long que le précédent dont une extrémité est en forme d'anneau ovale (pl. 29).

  6. Tout à côté de e), une petite aiguille en bronze, pointue à un bout et fourchue de l’autre. Section torique pour d, e et f. Ces tiges filiformes en fer, terminées par une partie arrondie et aplatie ressemblent beaucoup à celle en bronze dont l'anneau serait cassé ; leur présence près des pieds fait penser à un élément de chaussure.

60No 92 - Au poignet droit un bracelet en bronze, plein, fermé, non orné, avec reste de jet de coulée, ovalisé. B = 59 et 61. Section torique, d = 4. Poids : 22,4 (pl. 29).

61No 95 - Une paire de bracelets, en place aux poignets, en bronze, pleins, fermés, non ornés ; l'un deux est ovalisé et l'autre sub-circulaire. Pour l'un : D. = 61 et 65. Section demi-jonc : h = 5 et l = 4. Poids : 19,2. Pour l'autre D = 62 et 64. Section torique, d = 4. Poids : 19,4 (pl. 29).

62No 102 -

  1. Fibule en fer a long ressort, possédant un arc bombé et une corde interne, trouvée sur l'épaule droite. Sa taille est un peu supérieure aux précédentes (pl. 29).

  2. Petite aiguille en bronze, trouvée contre la partie interne du pied droit. Ce pourrait être aussi un élément de chaussure ?

MOBILIER DES SEPULTURES DOUTEUSES

63No 28 - Tige de bronze de section torique, irrégulière (d = 4 à 5), non ornée, pleine, dont la faible courbure et la position contre le crâne taché de vert laissent supposer qu'il s'agit d'un fragment de torque (pl. 29).

64No 64 B - Le tiers d'un torque en bronze, plein, de section torique (d = 5) avec une extrémité légèrement aplatie, non orné. D'après la courbure de cet objet, on peut estimer qu'il pourrait mesurer environ 140 mm de diamètre externe. Il a été trouvé contre le crâne (pl. 29).

QUATRIEME PERIODE

65Quarante et une inhumations de la Tène I se rattachent à la dernière période, et parmi elles, 24 possèdent des objets mobiliers.

66No 32 B - Fibule en bronze recueillie contre le squelette ; ressort à 6 spires et corde interne : le pied est prolongé par une petite boule moulurée, l'arc épais, segmenté, est décoré de groupes de fines stries. Les mêmes fibules, datées de la Tène I, ont été trouvées a Mauvilly, "tumulus de la Friche" (Joffroy, 1960, p. 212 et fig. 78, no 4) dans le tumulus du "Bas du Comet" à Essarois (Joffroy, 1948) et en Suisse (Viollier, 1916, pl IV, no 139) (pl. 30).

67No 35 - Bracelet en bronze, plein, ouvert, la tige est ornée d’une torsade continue et régulière les extrémités se terminent par des petits tampons moulurés. Forme sub-circulaire. D = 54 et 58. Section torique, d = 3,5. Poids ; 8,7 (pl. 30). Un exemplaire similaire provenant de Trugny, Aisne, est daté de la Tène Ic (Dechelette, 1927, p. 731 et fig. 519, no 4 et 5) et (Viollier, 1916, pl. 16, no 26).

68No 45 - Bracelet en bronze, plein, ouvert, dont les deux extrémités s’évasent progressivement. Il est déformé par torsion spiralée de la tige qui a réduit le diamètre d'origine. Des stries transverses alternent avec d'autres, obliques, les unes et les autres sont en grande partie effacées sur le pourtour. Forme ovale : D = 50 et 62. Section ovale ; h = 3,5 et l = 3. Poids : 12,7. Deux exemplaires trouvés dans la nécropole de Châtillon-sur-Seine (Joffroy, 1954, p. 134-138 et pl. XVIII, no 8) et dans un tumulus d'Essarois (Joffroy, 1956, p. 591 et fig. 2 no 5-6) sont datés de la Tène I a (pl. 30).

69No 46 -

  1. Une paire de bracelets, identiques, un à chaque poignet, en bronze, pleins, ouverts, de forme ovalaire, à section carrée. Les extrémités sont moulurées et sur l’un d'eux les tampons se chevauchent. Décor à partir des tampons, 4 ou 5 incisions transverses et parallèles serrées, puis deux chevrons gravés limités par deux autres stries transversales. D = 42 et 46. Section carrée = 2,2. Poids : 4,1 et 4,2. Un bracelet identique recueilli dans le tumulus des Vendues de Montmorot, commune de Minot (Joffroy, 1958) date de la Tène Ia.

  2. Au bras droit, bracelet huméral en bronze, ouvert, non orné, plein, avec jet de coulée complet. On note sur la partie interne de la tige deux minuscules crochets, qui sont des bavures de moule non enlevées. D = 47. Section torique d = 4. Poids : 28,3 (pl. 30). On porte ce bijou au cours de la période du Hallstattien final, et également au début de la Tène.

  3. Sur la poitrine les restes d'une fibule en bronze comprenant une bossette à dépression centrale avec patte de fixation sur le pied prolongée par une très petite tige torique qui constitue l’extrémité du bijou. La même fibule recueillie dans un tumulus de Baigneux-les-Juifs (Joffroy, 1959, p. 16-17 et fig. 7) est un type de transition en vogue entre le Hallstatt final et la Tène I (pl. 30).

  4. Fibule en bronze, avec ressort à deux spires de grande dimension et corde externe. Sur l’arc légèrement élargi dans la partie médiane existe une rainure longitudinale. Le pied se prolonge par une spatule plate, ovale, ornée de traits incisés croisés. Elle ressemble beaucoup à celle associée à la deuxième sépulture adventice du tumulus no 5 de Vanvey, qui date de la Tène Ia (Lapérouse, 1888, p. 470, fig. 8). (pl. 30),

70No 51 - Sur le côté gauche du bassin, annelet en fer incomplet, très oxydé, plein. D = 32. Section torique, d = 7. C'est le seul qu’on ait trouvé à cette période à Clair-Bois. L'usage des annelets de ceinture semble cesser au début de la Tène (Tène Ia) (pl. 31).

71No 52 -

  1. Deux bracelets semblables, en bronze, identiques, un à chaque poignet, pleins et ouverts. Les extrémités, à petits tampons portent 3 ou 4 sillons transversaux. D = 45. Section torique, d = 1,5. Poids : 3,3 et 3,4. C’est un type classique qui se rencontre dans de nombreuses sépultures de la Tëne Ia en Côte-d'Or (pl. 31).

  2. Fibule en fer, sur le cou, déformée par la rouille, incomplète et brisée ; la forme des fragments utilisables est identique à celle des fibules en fer du Hallstatt final précédemment décrites (pl. 31).

  3. Fibule en bronze, également sur le cou, à corde interne ; l'arc est déformé et il se prolonge par une bossette conique, non ornée. La même fibule a été trouvée à Vix (voir pl. 19, no 14) dans l’oppidum, elle est datée du Hallstatt final (pl. 31).

  4. Fibule en bronze, sur le cou, les deux dernières précédemment décrites étant situées de part et d’autre de celle-ci ; type à bossette hypertrophiée, ornée sur le pourtour de deux filets gravés horizontalement. Long ressort bilatéral et corde interne, très petites spires. C'est un modèle analogue à ceux trouvés dans la période précédente, donc du Hallstatt final (pl. 31).

  5. Collier trouvé autour du cou, composé de 30 perles de terre cuite, noires très friables, de forme plate et triangulaire, aux angles arrondis, et d’une autre noire, brillante, dure, tournée, ayant la forme d’une urne biconique élancée. Perles : épaisseur 5 à 6. Longueur moyenne d'un côté : 10 ; perforation étroite, d = 1 à 1,5. Nous ne connaissons pas de collier identique. Objets contemporains du Hallstatt final et de la Tène Ia (donc Tène Ia) (pl. 31).

72No 58 B - A gauche de la poitrine fibule en bronze avec ressort à 6 spires et corde interne, l'arc est mince, plat et élargi dans la partie médiane, et il est orné d'une moulure transversale limitée de chaque côté par un sillon gravé. Le pied coudé, se termine par un appendice plat en dessous, concave dessus, en forme de tête de cygne dont l'extrémité repose sur l'arc. Cet arc est orné de cercles oculés, en grande partie masqués par l’oxydation. Des fibules de ce genre, trouvées à Saint Etienne au Temple (Chantre, 1880, fig. no 4) et en Suisse (Viollier, 1916, pl. IV, no 168) sont datées de la Tène Ic (pl. 31).

73No 59 - Contre la hanche gauche, le tiers d'un bracelet en bronze, plein, ouvert, dont l'extrémité se termine par un petit tampon mouluré précédé de 3 sillons transversaux. Section torique, d = 2. C'est la forme classique de la Tène Ia (pl. 31).

74No 61 -

  1. Porté au poignet gauche, un bracelet en bronze, plein, ouvert, non orné ; les deux tampons sont aplatis dans le sens vertical et portent quelques cannelures transversales, peut-être des restes de chevrons. D = 54. Section ovale irrégulière : h = 4 et l = 3. Poids : 11,9. Tène Ia (pl. 31).

  2. Au poignet droit bracelet en bronze, non orné, ouvert, plein, dont les extrémités sont à pointe mousse. Forme ovalaire. D = 50 et 55. Section ovale : h = 3 et l = 2. Poids : 5,6 (pl. 31). Le premier bracelet est analogue à celui provenant de la 4ème sépulture adventice du tumulus de la "Meusse" à Magny-Lambert (Brulard, 1906, p. 208, fig. 39 et p. 206, fig. 43). Le second ressemble à un anneau de jambes et à un bracelet trouvés à Orret (Joffroy, 1959, p. 19 et pl. V, no 9). "C’est une forme courante au Hallstatt final qui a persisté tout au début de la Tène" (Joffroy, 1960, p. 66 et pl. 14, no 9 et 10), donc de la Tène Ia (pl. 31).

75No 71 - Bracelet huméral porté au bras droit, plein, fermé, non orné. On devine par une légère trace l'emplacement du jet de coulée. D = 86. Section torique, d = 6. Poids : 40,3 (pl. 31). Avec le bracelet associé à l'inhumation no 46 ce sont les deux seuls bracelets huméraux couramment portés à la phase finale de Hallstatt que nous avions rencontré dans des tombes datées stratigraphiquement de la Tène initiale (donc Tène Ia).

76No 72 - Au poignet un bracelet en bronze, plein, ouvert, avec fermeture par emboîtement ; le décor, en partie masqué par l’oxydation, est compose de S en relief accolés, groupés, alternant avec des zones sans décor. D = 68. Section torique dans les parties non ornées : d = 7 et ailleurs section ovale : h = 11 et l = 8. Poids : 71,5 (pl. 32). Cette inhumation était située presque au sommet de la paroi ouest de la tranchée abri. Celle-ci, en s’effondrant, a entraîné une partie longitudinale du squelette si bien qu’il est possible que le défunt ait porté un bracelet à chaque poignet. Ce type de décor ne paraît pas avoir déjà été rencontré dans le département. On connaît quelques exemplaires bien datés (de la Tène Ic) identiques à celui-ci, en Haute-Marne, Dommarien (Mouton, 1955, p. 18 et fig. 2, no 375), Semoutiers (Déchelette, 1913, p. 93, fig. 12, no 1) et dans la Marne à Saint-Rémy-sur-Bussy (Déchelette, 1927, p. 731, fig. 519, no 2).

77No 76 - Au niveau du bassin moitié d’un bracelet en bronze, plein, ouvert, non orné ; une extrémité légèrement plus épaisse que la tige porte une moulure cannelée. Très oxydé. D = 55. Section : d = 3 (pl. 32). Type courant à la Tène Ia.

78No 83 - Fibule en bronze, avec ressort à 6 spires et corde interne ; arc torique renflé dans la partie médiane, non orné. Pied terminé par une petite boule allongée, délimitée par deux minuscules renflements et prolongée par une mince tige bouletée (parfois appelée "tête de canard"). Exemples similaires à Meulson (Brulard, 1912), Lantilly (Corot, 1905, pl. II, no 4), Mauvilly (Joffroy, 1960, p. 212, et fig. 78 p. 213, no 3) et Nod-sur-Seine (Brulard, 1906, pl. I, no 2, p. 166-169). Cette forme de fibule est associée à des mobiliers contemporains de la Tène Ia et Ib (pl. 32).

79No 86 -

  1. Fibule en bronze avec arc filiforme torique bien arqué ; ressort à 4 grosses spires et corde externe ; le pied comporte un bouton prolongé par une pointe, en contact avec l'arc. Il subsiste des traces d'incisions sur l'arc, qui constituent une ornementation non identifiable. Exemplaire semblable à Marnien (Chantre, 1880, fouille Le Laurain, no 2) datant de la Tène Ia ou b (pl. 32).

  2. Bracelet en bronze, du type dit "ruban’’, ouvert, déformé, brisé en deux morceaux mais complet, le décor est fait d’une moulure limitée par deux sillons. D = 50, h = 5 et l = 1,5 (pl. 32). Il semblerait que cette forme de bracelet soit peu courante dans la Côte-d’Or, nous la retrouverons dans le mobilier funéraire associé aux sépultures no 88 et 101 (Tène Ic).

80No 87 -

  1. Au poignet droit, bracelet en bronze, plein, ouvert, à petits tampons moulurés, légèrement ovalisés. Sur le corps de la pièce on voit quatre petits renflements qu’on retrouve en Suisse sur certains bracelets datés de la Tène Ia. D = 65 et 67. Section torique : d = 2. Poids : 10,6 (pl. 32).

  2. Sur le cou, fibule en fer cassée, mutilée, très oxydée. On distingue cependant l'arc, allongé et courbé, le pied terminé par un appendice bouleté qui touche l'arc, et une spire d’un gros ressort (pl. 32).

81No 88 -

  1. Au poignet gauche bracelet en bronze, plein, fermé, non orné. D = 66 ; Section ovale : h = 8 et l = 5. Poids : 46,4. C’est une forme bien connue au Hallstattien final qui se retrouve au début de la Tène (pl. 33).

  2. Au poignet droit bracelet en bronze, ouvert, du type "à ruban", décoré d'une moulure longitudinale sur la zone équatoriale, délimitée de chaque côté par un filet gravé. Une extrémité est perforée et il manque à l'autre le crochet de fixation. Très ovalisé. D = 48 et 58. Section : h = 8 et l = 2. Poids 11,8 (pl. 33).

  3. Fibule en bronze à corde interne et ressort à 6 spires ; arc plat, mince, foliacé, en forme de bouclier, non décoré. Le pied se termine par une ornementation en forme de tête de cygne qui repose sur l'arc. Cet objet, comme le suivant sont dates de la Tène Ic (Viollier, 1916, pl. IV, no 166) (pl. 33).

  4. Fibule en bronze dont l'arc, épais, est segmenté. De part et d’autre des segments le décor se compose de triangles incisés à l'intérieur desquels sont gravés trois cercles oculés ; quant aux segments deux seulement sont ornés de fines stries parallèles. Le pied manque. Ressort à 6 spires et corde interne (Tène Ic) (pl. 33).

82Ces deux fibules étaient placées sur le thorax.

83No 89 - Au poignet gauche bracelet en bronze, fermé, filiforme, plein, non orné, ovalisé. D = 44 et 48. Section demi-jonc : h = 2,5 et l = 1,5. Poids : 2,3 (pl. 33). Cette forme de bracelet se rencontre fréquemment dans les sépultures de la fin de l’époque de Hallstatt, rarement isolés, très souvent groupés. Ils forment des "armilles" pouvant compter jusqu’à 30 exemplaires étalés sur une courte longueur, une dizaine de centimètres au maximum (Lepage, 1966, p. 81). "En Savoie, M. Costa de Beauregard a recueilli jusqu'à 65 bracelets de ce type à l'avant bras des squelettes qu'il inhumait" (Beauregard, 1867). Il est datable de la Tène Ia.

84No 93 - Torques en place, en bronze, plein, ouvert, non orné, dont les deux extrémités sont biseautées, sans système de fermeture. Forme sub-circulaire. D = 140 et 144. Section torique : d = 6. Poids : 73,8 (pl. 33). Cet objet, non orné est de même facture que ceux que nous avons mis au jour dans les inhumations contemporaines de la phase finale de Hallstatt (3 exemplaires) c'est donc le témoignage de la survivance d'une mode qu'on ne retrouve qu'à la Tène Ia.

85No 94 -

  1. Au poignet gauche un bracelet en bronze, plein, fermé, non orné. D = 64. Section demi-jonc : h = 7 et l = 4. Poids : 29,2 (pl. 34). C'est l'homologue de celui provenant de la tombe no 88, de la Tène Ia.

  2. Au poignet droit, bracelet en bronze, du type dit "à méandres", fait d'un fil de bronze régulièrement torsadé en forme de méandres successifs ; les deux extrémités sont assujetties par un crochet qui termine chacune d'elles (pl. 34). Ce type de bracelet est très rare en Côte-D'Or, citons celui trouvé à Vanvey (Lapérouse, 1888, Tumulus no 5, p. 468-470, fig. no 9). On en connait d'autres provenant des hautes-Alpes (Chantre, 1880, pl IV, no 2), de Besançon (Millotte, 1963), de Dommarien (Mouton, 1955, p. 20 et fig. 3 no 412 et 480), de la Marne (Déchelette, 1927, p. 732 et fig. 519, no 10) et de Suisse (Viollier, 1916, pl. 21, fig. 99) datés de la Tène Ic. Il est encore parfois appelé "serpentiforme".

  3. Fibule en fer sur l'épaule gauche, à tête de cygne, brisée mais compléte ; la corde est externe. L'arc est surélevé, torique et allongé. Les spires sont peu nombreuses et petites. Elle date de la Tène Ic (Mordant, 1966)

  4. Fibule en fer, trouvée au sommet de l'épaule droite ; la corde du ressort est interne. Le pied comme pour la précédente, est terminé par une pointe mousse. Il manque l'arc en partie (pl. 34) (Tène Ic).

  5. Fibule en fer, au milieu du thorax. Il manque le pied, la corde est interne. L'arc torique, est plus petit que dans les précédentes, mais le nombre de spires paraît devoir être constant pour ces trois exemplaires, 4 (Tène Ia ?).

86No 97 - Bracelet en bronze au poignet gauche, plein, ouvert, avec sur la tige deux légers renflements ; les deux bouts ne sont pas identiques, l’un est pointu et l’autre est creusé en forme d’alvéole dans laquelle pénètre l'autre partie, pour le fermer en totalité. C'est ce qu’on appelle le type de fermeture "à cuvette". Il est ovalisé. D = 60 et 64. Section ovale ; h = 3,5 et l = 2. Poids : 8,2. Un bracelet semblable trouvé en Suisse est daté de la Tène Ia (Viollier, 1916, pl. 22, no 119) (pl. 34).

87No 101 -

  1. Au poignet droit bracelet en bronze, plein, ouvert, ovalisé ; chaque extrémité se termine par un tampon évasé avec 4 incisions transversales et parallèles. D = 58 et 66. Section demi-jonc : h = 5,5 et l = 4 - 4,5 (p. 34). Un exemplaire identique a été trouvé dans le tumulus du Crai de Charme, à Minot dans les décombres du tumulus'' (Potey, 1884), et la forme des tampons les rattache tous deux à la Tène Ib ou c.

  2. Au poignet gauche bracelet de bronze ouvert, du type dit "à ruban", avec fermeture à crochet ; très oxydé, cassé mais complet. Il est orné sur le pourtour d’une ligne brisée. Très ovalisé : D = 48 et 58. Section h = 6 et l = 1,5. Poids : 8,4 (pl. 34) (Tène Ic),

88Trois bracelets semblables ont été trouvés par Corot dans le tumulus no 4 de Banges, commune de Minot (sépulture N). L’auteur omet de les décrire en détail, mais il en donne un dessin (sans échelle) et écrit "l'un de ces derniers était rapproché de la mandibule droite sur laquelle, du reste, il était appuyé. Nous avions donc là la preuve certaine et indubitable, à l’une des phases de la Tène, du port d’anneaux de nez en même temps que de pendants d’oreilles'' (Corot, 1923, p. 63, fig. 2, no 5, p. 61).

89No 104 -

  1. Bracelet de bronze, filiforme, plein, ouvert, dont les tampons moulurés sont ornes de 3 cannelures transversales. Pas d’autre décor sur la tige. D = 48. Section torique : d = 2,2. Poids : 5,1. Le même bracelet a été découvert à Baigneux-les-Juifs (Joffroy, 1959, p. 16 et pl. III, no 4), il date de la Tène Ia (pl. 35).

  2. Fibule en bronze avec ressort à 2 spires et corde externe ; l'arc, plat, rubanné, est orné longitudinalement de 3 moulures parallèles en relief. L'arc est surélevé. Le pied manque (pl. 35) Tène Ia.

  3. Partie de bracelet incomplet, plein, ouvert, en bronze, réutilisé par torsion de la tige sur elle-même pour en faire una annelet ou peut-être une bague. Ovalisé : D = 17 et 24. Section torique : d = 2. A une extrémité on voit 3 cannelures transversales prolongées par un petit renflement pointu, décor courant à la Tène Ia (pl. 35).

90Ces trois objets ont été reucueillis sur le thorax.

91La réutilisation d’objets brisés a déjà été observée dans plusieurs cas à partir d'une portion de bracelet. A Boux-sous-Salmaise (Bouillerot, 1906) et à la "Vie de Baigneux" (Brulard, 1906, p. 199 et fig. 41) on a trouvé une bague (ou boucle) ; avec une moitié de torques on a obtenu un anneau de jambes trouvé dans le tumulus de Montmorot à Minot (Corot, 1912). ''Une épingle de Bronze III a subi une torsion en vue d’une utilisation toute autre que sa destination première', elle provient d'un tumulus de Mailly-le-Chateau (Yonne) (Corot, 1929) etc…

92No 108 - Fibule en fer trouvée contre le coude droit, dont il manque le pied ; la corde du ressort est externe, l’arc est trapu et surélevé. La forme rappelle beaucoup celle de la sépulture 94 et peut être de la même période, Tène Ia ? (pl. 35).

93No 111, Sépulture double -

  1. Homme : une fibule en fer sur l’épaule gauche avec corde externe ; le pied manque, par les dimensions et la forme, on peut admettre qu’elle soit contemporaine de la Tène Ia ? (pl. 35).

  2. Femme. un bracelet de bronze au poignet droit, plein, ouvert, non orné, dont les deux extrémités se chevauchent ; elles sont aplaties et un peu plus larges que le diamètre de la tige. Forme ovalaire. D = 52 et 60. Section demi-jonc : h = 3 et l = 2. Poids : 5,2 (pl. 35). C’est le même bracelet que celui associé à la sépulture no 51, qui est daté de la Tène Ia.

94Nous préciserons que sur les 41 tombes contemporaines de la période de la Tène, 7 renferment des objets mobiliers qui étaient en usage courant au hallstattien final. Dans les sépultures no 71 et 93, les bijoux sont portés par unité, dans les autres (no 46, 52, 61, 88 et 94) ils sont associés à d'autres que leurs forment rattachent indiscutablement à la Tène.

2 - MOBILIER FUNERAIRE DIVERS

A. MOBILIER PROVENANT DES SEPULTURES DETRUITES PAR LE FOUILLEUR ANONYME

95Les objets recueillis ne sont jamais complets, car la pioche les a brisés ; nous les attribuons sous toute réserve à telle ou telle sépulture parce qu’ils ont été trouvés dans son environnement immédiat, mais rien ne prouve qu'ils lui aient été associés ; l'indication permet simplement de localiser approximativement l'endroit où ils ont été ramassés.

96Vers No 4 - Fragment de bracelet en bronze, plein, non orné, de section torique (d = 4). Longueur : 40. Non datable (pl. 35).

97Vers No 5 - 6 -

  1. Fragment de bracelet en bronze, plein, non orné, de section ovale, (h = 6 et l = 5) ; longueur 30. La faible courbure pourrait faire penser, ainsi que la section, à un morceau de torque. Non datable (pl. 35).

  2. Bossette en bronze, conique, à sommet pointu, portant à la base deux filets concentriques gravés ; nous avons trouvé 3 timbales exactement semblables (formes et dimensions) dans les sépultures no 44 et 65, qui appartiennent à des fibules du type dit hypertrophiées, datées de Hallstattien final (pl. 35).

  3. Cupule en fer, concave, portant au centre un très petit axe vertical ; sous la cupule trace verte de bronze oxydé, ce qui laisse supposer qu'elle était fixée sur le pied d'une fibule en bronze. Des broches complètes de ce genre ont été trouvées à Vix (Joffroy, 1960, p. 90 et pl. 26, no 10 et 11) elles sont datées du Hallstatt final (pl. 35).

  4. Fragment de bronze comportant une tige torique (D = 5) ornée de 3 cannelures, prolongée par un disque plat (D = 7,5) dont la face supérieure, légèrement concave, porte un petit axe vertical central. Cet objet ressemble à une extrémité de bracelet provenant de Lantilly (Corot, 1905, pl. III, no 6, sépulture A) associé à deux fibules, une de la Tène I, l'autre du type dit de transition. Donc Tène Ia (pl. 35).

98Vers No 7 - Tous les objets sont en bronze.

  1. Fragment de tige torique, pratiquement rectiligne (D = 5) longue de 16, non ornée.

  2. Deux petits morceaux identiques de tige pleine portant des petites cannelures transversales (D = 3). a et b ne sont pas datables.

  3. Fragment de bracelet torique (D = 4) portant sur son pourtour des petites nodosités régulièrement espacées, très usées. C'est une forme d'ornementation bien connue à Vix et ailleurs, donc datable du Hallstatt final (pl. 35 pour les 3 objets).

99Vers No 12 -

100a) Petite tige de bronze, pleine, qui d'après la courbure doit appartenir à un bracelet huméral, non ornée ; section torique d = 5 (pl. 36).

101b) Annelet en bronze, ouvert, plein, non orné, à section légèrement aplatie. D = 49, Section : h = 5 et l = 7. Poids : 27,8. a et b non datables (pl. 35).

102c) Lame de silex, une pièce de réutilisation qui était à l’origine un poignard chalcolithique, il présente sur la face dorsale des retouches semi abruptes et l'autre face porte des retouches plates, irrégulières, qui déforment la rectitude des bords. Les deux extrémités ont été modifiées (à l'Age du Fer ?) et dans leur état actuel elles offrent des traces d'usure très nettes. Est-ce une amulette ? Longueur ; 85, largeur : 20, épaisseur : 11 (pl. 35).

103L'association des objets de l'Age de Fer - fin Hallstatt ou début de la Tène - à une pièce chalcolithique n'a pas lieu de surprendre, car souvent on a fait de pareilles découvertes : pointe de silex dans une tombe hallstattienne d'Obermodern ; pointe de flèche néolithique dans une sépulture de la Tène I à Maegstub ; hache en diorite sur une incinération du Bronze final à Kurzgeländ ; deux haches en schiste et un andouiller de cerf dans le tumulus XXXI des "Consonnettes" en Lozère, etc… (Schaeffert, 1930, p. 302-303, Louis, 1960, p. 106).

104d) Fibule en bronze dont l'arc de section torique est plus épais dans sa partie médiane ; le pied est prolongé par un appendice en forme de tête de cygne. Très léger décor sur l'arc, en partie effacé, composé de traits obliques gravés. Le ressort est brisé. Pièce analogue à celle de la sépulture no 83 datée de la Tène Ia (pl. 35).

105Vers No 30 -

  1. Fragment de tige de bronze, torique (D = 5) dont la courbure laisse supposer qu'il s'agit d'une partie d'un bracelet huméral. Longueur : 50. Non. datable (pl. 36).

  2. La moitié d'un anneau en schiste, réparé. D = 95. Section ovale : h = 15 et l = 9. Le diamètre interne est donc de 77 mm, ce qui est trop pour un bracelet ordinaire et insuffisant pour un anneau de cheville ; mais cette dimension se rapproche beaucoup de celle des bracelets huméraux que nous avons trouvés en place, et qui oscille de 70 à 75 mm en moyenne (tombes no 13, 58, 30 et 71) ; c'est pourquoi nous pouvons ranger cet anneau de préférence dans la dernière catégorie citée. Ce bracelet huméral a été réparé ; on voit en coupe au centre de chaque cassure une petite mortaise dans laquelle devait être enfoncée à forcement une tige métallique réunissant les deux parties cassées. Cette mortaise est évasée en surface et les traces blanchâtres que nous avons vu représentent probablement un mastic utilisé pour renforcer la consolidation. Sur le pourtour une gorge a été creusée, dans laquelle était inséré un mince ruban en fer dont nous avons retrouvé plusieurs fragments ; ce ruban était assujetti en outre par des rivets en fer, qui traversent le corps du bracelet de part en part (pl. 36).

106Nous connaissons plusieurs exemplaires de bracelets réparés à l'aide d'un ruban métallique ; celui de Laignes (tumulus de Toucheboeuf) (Joly, 1950), le ruban est en bronze, tandis qu'il est en fer autour d'un bracelet inédit recueilli au camp de Chassey. De plus, des pièces fragmentaires avec gorge aménagée sur la périphérie ont été trouvées à Vix dans l'oppidum (Joffroy, 1980, p. 64 et pl. 13, no 13 et 14) ; notre bracelet date donc selon toute vraisemblance de la phase finale de Hallstatt.

B. MOBILIER RECUEILLI DANS LA TRANCHEE ABRI

107Trois objets en bronze avaient été recueillis en 1939 par M. Minot lors du creusement de la tranchée abri ; il les remit à M. l'abbé Puisségur qui informa la Commission des Antiquités de cette découverte (Puisségur, 1955), ils passèrent ensuite dans la collection de M. l'abbé Joly ; ils sont maintenant déposés au Musée Archéologique de Dijon.

1081. Bracelet huméral, plein, fermé, non orné D = 86 ; section demi-jonc : h = 7 et l = 5. Poids : 53,5 (pl ; 36). Ce genre de bracelet est normalement porté pendant la phase finale hallstattienne, mais son emploi persiste durant le début de la période de la Tène. C'est le même objet que celui provenant de la sépulture no 71.

1092. Autre bracelet huméral, plein, fermé, non orné, légèrement ovalisé. Il présente un moignon de jet de coulée en forme de bague enserrant la tige. D = 85 et 37, section losangique : h = 5 et l = 4,5. Poids : 34,7 (pl. 36).

1103. Fibule à corde interne et ressort à 6 spires ; il manque le pied et une partie de l'aiguille. L'arc est plat et de forme losangée, et il est orné d'un décor composé de cercles oculés séparés par un sillon oblique délimité par deux filets parallèles entre lesquels existe une gravure « à tremolo" (pl. 3.6).

111Cette forme de fibule se retrouve couramment à la Tène Ic (Viollier, 1916, pl. IV, no 168) c'est un décor typique des exemplaires de Duchcov (Bohême) (Kruta, 1973).

C. BIJOUX DISPERSES DANS LE MASSIF TUMULAIRE

112Nous avons recueilli un certain nombre d'objets en métal (en bronze sauf une trousse de toilette en fer) dispersés un peu partout, en surface et en profondeur dans le massif tumulaire. Pareil fait a déjà été constaté dans des tumuli construits en pierres ainsi que dans ceux de la forêt de Haguenau, érigés comme le nôtre en terre et pierrailles.

113Pourquoi trouve t-on des objets en dehors des sépultures, parfois à plus d'un mètre ? le Dr. Brûlard pense que "c'est un rite funéraire selon lequel une main pieuse dépose ces objets dans le tumulus" (Brûlard, 1906, p. 210) ; Corot pense de même et a constaté le même fait dans les tumulus de Lantilly, Minot (Banges) (Corot, 1905, p. 16 : HH, p. 17 : QQ, p. 21 : Z) et (Corot, 1923, p. 60). Dans un tumulus hallstattien par incinérations, à Larçon nous avons trouvé en dehors de toutes les sépultures une fibule et une erminette (Ratel, 1967, p. 4 et fig. 3, pl. 2).

114Il est possible que certains objets brisés et devenus inutilisables aient été jetés au rebut alentour les habitats et lorsque on a érigé le monument funéraire ils ont été involontairement incorporés dans le massif tumulaire ; cette hypothèse explique la présence de silex, taillés ou non, de tessons et de morceaux de roches dures (en granit ou grès) (Joffroy, 1957, p. 16) (Kimmig, 1952, p. 170) (Piganiol, 1959, p. 288).

115Les racines des arbres s'insinuent entre les pierres, dans les tumuli construits en pierre les gelées et les pluies effritent les blocs tendres et les délitent ; las rongeurs entraînent eux aussi dans leurs galeries ce qui les gêne, mais dans tous ces cas, il y a déplacement plus ou moins accentué.

116A Clair-Bois, toutes les possibilités d'endommager le tertre se sont trouvées réunies : le fouilleur anonyme, l'ouverture de la tranchée abri, les renards en profondeur, les taupes et rongeurs en surface, l'enfouissement d’un cadavre de cheval, les cavités creusées pour enfumer les renards, et même les dommages causés aux sépultures superficielles lors de la plantation de sapins il y a une centaine d'années sur la ''butte". Il n'y a donc pas lieu de s'étonner qu’on ait recueilli une vingtaine d’objets dont la plupart sont fragmentés.

1171. Portion de fibule comportant partie de l'arc, porte-aiguille et pied ; ce dernier rectiligne se termine par une ornementation dite "tête de pavot", rare dans le département mais connue par deux fibules provenant des tumuli de "la Friche" à Mauvilly et des bois d'Ivry (Henry, 1933, p. 68 et fig. 25, no 1 à 8) (pl. 37) Tène I ; Hallstatt final.

1182. Portion d'un anneau creux de cheville (D = 13), orné de stries gravées transversales sur le pourtour ; à une extrémité se voient deux petits trous vis à vis destinés à recevoir la goupille de fixation de l'autre extrémité qui y était enboîtée (pl. 37), Hallstatt final.

1193. Le quart d'un bracelet filiforme de section carrée (d : 1) décoré de groupes de 3 stries parallèles transversales, motif bien connu à Vix (Joffroy, 1960, p. 66 et pl. 14, no 7) (pl. 37), Hallstatt final.

120D'autres objets sont contemporains de la Tène Ia.

1214. Le tiers d'un bracelet filiforme plein, ouvert, dont une extrémité se termine par deux petits renflements accolés sur la tige. Section torique : d = 2 (pl. 37). Selon Viollier, datation : Tène Ia.

1225. Bracelet en bronze, plein, ouvert, légèrement déformé, à section demi-jonc ; chaque extrémité se termine par un tampon élargi portant deux petits renflements usés sur la partie externe mais faisant saillie légèrement. D = 55. Section : d = 3,5 à 4, l = 2 (pl. 37).

1236. Pied de fibule portant à son extrémité un disque plat sur la face inférieure, légèrement concave sur l'autre, orné d'un petit sillon circulaire sur le pourtour et, avec au centre, incrustée, une perle de corail blanche. Une fibule semblable datée de la Tène Ia provient de la nécropole du Mont Gravet (Bretz-Malher, 1958, p. 217-218) (pl. 37).

1247. Portion de bracelet filiforme, plein, à section torique (d = 3) avec, sur la partie externe uniquement un léger renflement délimité par deux sillons gravés transversaux (pl. 37). Datation de Viollier : Tène Ia.

1258. Bracelet plein, ouvert, non orné, à section demi-jonc (h = 4,5 et l = 3) dont les tampons s’évasent progressivement. Déformé par torsion, et spiralé intentionnellement son diamètre originel était d'environ 52. Poids : 11,5. Analogue au bracelet de la sépulture no 45, donc Tène Ia ou b.

126Les objets dont la description suit ont été employés tans à la fin de la période de Hallstatt qu'au début de la Tène.

1279. Annelet ouvert dont les extrémités se chevauchent, à section carrée (d = 2), plein. D = 17 (pl. 37).

12810. Autre annelet ouvert, plein, de section torique (D = 19, d = 2).

129Les annelets ouverts sont aussi rares dans le département (Guyot, 1938, Tumulus no 1, pl. A, no 17 et 21) qu'en Alsace (Schaeffert, 1930, p. 262-263) ; on les assimile parfois à des bagues, pour notre part nous pensons qu'il s'agit plutôt d'objets vestimentaires ; on les trouve généralement vers les épaules ou les genoux et jamais au doigt.

13011. Petite trousse de toilette (en fer), très oxydée, partiellement brisée ; il semble qu'elle comporte une pince à épiler et un grattoir réunis par un annelet de suspension. Déchelette pense qu'elle pourrait dater du début de la Tène plutôt que de la fin de Hallstatt (Déchelette, 1927, p. 777) mais plusieurs instruments similaires, associés à des mobiliers contemporains soit de fin Hallstatt soit de la Tène I, ont été trouvés dans le département à Fleurey-sur-Ouche, "les Roches" (Socley, 1913), à Minot, "tumulus no 3" (Bouillerot, 1922, p. 23-24) Minot, "Crais de Vauchebaux" (Corot, 1895, p. 308-313) à Couchey, "Tumulus no 3" (Guyot, 1956) à Darcey "Combe Barre" (Joly, 1942, p. 544-550, et fig. 11) (pl. 37).

13112. Petit anneau plein, fermé, possédant un ardillon brisé à la base, c'est probablement une boucle de ceinture. D = 49 et d = 4. Poids : 16 (pl. 37).

13213. Partie de fibule bien endommagée comprenant l'arc, filiforme et torique, non orné, et une spire du ressort ; la forme de l'arc et de la spire laissent à penser qu'elle pourrait être analogue à celle associée à l'inhumation no 46, datée de la Tène Ia (pl. 37).

13314. Fragment d'un disque plat, légèrement ondulé, très mince (épaisseur : 0,5 mm) pouvant avoir environ 40 mm de diamètre. Non identifié (pl. 37).

13415. Feuille de bronze, plate, dont les deux bords sont repliés, roulés sur eux-mêmes sur l'autre face ; au dos se voient des stries parallèles gravées en partie masquées par l'oxydation. Non identifié (pl. 37).

13516. Fragment de bracelet du type dit à ruban, c'est une extrémité, perforée dans laquelle s'engage le crochet de fixation qui termine l'autre extrémité. Par analogie avec les bracelets à ruban trouvés à Clair-Bois, on peut admettre comme datation Tène Ic (pl. 37).

13617. Aiguille et deux spires du ressort à corde externe d'une fibule non identifiable (pl. 37).

13718. Petite feuille de bronze boursouflée par l'oxydation, arquée, dont les deux bords sont rabattus sur l'autre face, non ornée. Non identifiable (pl. 37).

138Nous donnons ci-après le tableau récapitulatif par séries des divers groupes d'objets mobiliers.

139La description du mobilier funéraire étant achevée, il est nécessaire de la compléter par une synthèse, dont le but est de mettre en évidence la fréquence, la rareté, ou l'absence de telle ou telle catégorie de bijou au cours des périodes qui nous intéressent, c'est l'objet du paragraphe suivant.

Tableau récapitulatif par séries

Bracelets en bronze

No Planche

No de l'objet

No de la tombe

No page du texte

Datation

20

40 a

40

39

H

21

68 a

68

41

H

25

44 a

44

45

H

26

54

54

46

H

26

57 a

57

46

H

27

67 b

67

47

H

27

82 b

82

48

H

28

85 a

85

48

H

29

92

92

49

H

29

95

95

50

H

30

35

35

51

T

30

45

45

51

T

30

46 a

46

51

T

31

52 a

52

52

T

31

61 a

61

53

T

31

61 b

61

53

T

32

72

72

54

T

32

86 b

86

54

T

32

87 a

37

55

T

33

88 a

88

55

33

88 b

88

55

T

33

89

89

55

ï

34

94 a

94

56

T

34

94 b

94

56

T

34

97

97

57

T

34

101 a

101

57

T

34

101 a

101

57

T

35

1 04 a

104

57

T

35

111 b

111

58

T

37

5

Epars

64

T

37

8

Epars

64

T

Bracelet en fer

No Planche

No de l'objet

No de la tombe

No page du texte

Datation

27

80 a

80

47

H

Bracelet en terre cuite

27

80 b

80

47

H

Bracelet en schiste

20

40 b

40

39

H

22

114 a

114

43

H

Bracelets huméraux en bronze

22

77 c

77

42

H

24

31

31

44

H

24

13

13

44

H

26

58

58

46

H

30

46 b

46

51

H

36

1

Epars

62

H

36

2

Epars

62

H

Bracelet huméral en schiste

36

30 b

30

61

H

Fragments de bracelets datables (Tous en bronze)

31

59

59

53

T

32

76

76

54

T

35

104 c

104

58

T

35

7 c

7

60

T

37

3

Epars

64

T

37

4

Epars

64

T

37

7

Epars

64

T

37

16

Epars

65

T

Torques en bronze (sauf no 44 bronze et fer)

24

28 B

23 B

44

H

25

44 c

44

45

H

26

57 b

57

46

H

33

93

93

56

HH

29

64 B

64 B

50

H

(incomplet)

Annelets en fer

21

17

17

40

H

21

68 b

68

41

H

24

11

11

44

H

25

47

47

45

H

27

70

70

47

H

28

91 a

91

49

H

31

51

51

52

T

Annelets en bronze

24

2

2

44

H

24

25

25

44

H

27

75

75

47

H

28

90 b

90

48

H

35

12 b

12

60

H

37

9

Epars

64

H ou T

37

10

Epars

64

H ou T

Anneaux de chevilles

20

8

8

40

H

non figuré

64 b

64

41

H

22

77 b

77

42

H

23

114 b

114

43

H

27

82 a

82

47

H

28

90 a

90

48

H

Fibules en bronze

21

64 a

64

41

H

21

68 c

68

41

H

23

114 c

114

43

H

23

114 d

114

43

H

24

22

22

44

H

25

44 b

44

45

H

25

44 b

44

45

H

27

65 a

65

46

H

27

65 b

65

46

H

27

67 a

67

47

H

27

82 c

82

48

H

28

90 b

90

48

H

30

32

32 B

50

T

30

46 d

46

52

T

31

52 c

52

52

T

31

52 d

52

52

T

31

58

58 B

53

T

32

83

83

54

T

32

86 a

86

54

T

32

88 d

88

55

T

33

88 c

88

55

T

35

104 b

104

58

T

35

12 d

12

60

T

36

3

Epars

62

T

Fragments de fibules en bronze datables

20

39

39

39

H

24

32

32

45

H

30

46 c

46

51

H

35

5-6 b

Vers 5-6

59

H

35

5-6 c

Vers 5-6

59

H

37

1

Epars

63

H

37

6

Epars

64

T

37

13

Epars

65

T

Fibules en fer

26

48

48

45

H

26

55

55

46

H

28

90 b

90

49

H

29

91 b

91

49

H

29

102 a

102

50

H

31

52 h

52

52

T

32

87 b

87

55

T

34

94 c

94

56

T

34

94 d

94

56

T

34

94 e

94

56-57

T

35

108

108

58

T

35

111 a

111

58

T

SYNTHESE DU MOBILIER FUNERAIRE

140La description du mobilier funéraire a montré que les inhumations ont débuté à Clair-Bois vers la fin de la période de Hallstatt et se sont terminées à la Tène Ic.

141Nous avons classé les différents objets par catégories, et voici pour chacune d’elles les observations que nous avons faites.

PETITS ANNEAUX ET ANNELETS

142Nous n'avons pas compris dans notre inventaire le minuscule annelet de la sépulture présumée principale, car ses dimensions particulières et son décor original laissent à penser qu'il s'agit d'un objet de parure plutôt que d'un élément de costume.

143A la seconde période nous n'avons que deux annelets en fer (no 17 et 68) et aucun en bronze ; leur usage s'intensifie à la troisième époque, il y en a 9 dont 6 en fer (no 11, 47, 2ex 70 et 91 2ex) et 3 en bronze (no 2, 25 et 75). A la Tène, brusquement, leur nombre tombe a une seule unité, en fer (no 51).

144A l'exception du n° 25 déplacé, et du no 11, trouvé sur l’épaule, tous les autres sont situés à hauteur du bassin, ce qui laisse supposer qu'ils étaient passés dans une ceinture, peut-être des anneaux de suspension ?

145Tous sont fermés. Sur les dix inhumations qui en possèdent, deux seulement renferment des objets métalliques (bracelets ou fibules) ces annelets ne sont donc certainement pas un signe d'opulence.

146L'étude anthropologique permet de préciser que ces objets utilitaires étaient portés indifféremment par les hommes et par les femmes.

147Lorsqu'on trouve deux annelets dans la même tombe, ils sont identiques (no 47 et 91).

ANNEAUX DE CHEVILLES

148A Clair-Bois les anneaux de chevilles n'ont pas été d'un usage fréquent, et leur évolution typologique ainsi que la fréquence de leur utilisation sont significatifs ; à la seconde période, tous sont en métal creux, et sur 4 paires inventoriées (no 8, 64, 77 et 114) seule la seconde ne porte pas d'ornementation.

149A la troisième période, on substitue au bel anneau richement décoré et fait d'une manière artistique en feuille de bronze roulée des anneaux en bronze plein, sans aucun décor, et le nombre décroît brusquement, deux paires seulement (no 82 et 90).

150A la Tène la mode change à nouveau d'une façon radicale, on ne porte plus d'anneaux de chevilles, à Bressey.

151En règle générale, ces objets de parure sont associés a d'autres, bracelets et fibules notamment, ce qui est normal puisque ce sont des ornements essentiellement féminins.

152Nous avons constaté que ces objets sont tous portés par paire à Clair-Bois ; dans le département il n'en n'a pas toujours été de même : parfois ils sont portés par unité (tumuli d'Ancey, Darcey, Laignes, Curtil, Fleurey-sur-Ouche par exemple, dans d'autres cas, ce qui est très rare, il y en a 2 à une jambe et 1 à l'autre (tumulus no 2 de Genay, ou tombe plate de Nod-sur-Seine) ou bien 4 à une jambe et 3 à l'autre (tumulus de Banges) etc… On a aussi constaté l'association d'un anneau en bronze avec un autre en fer, dans le tumulus des Vendues de Montmorot.

153Enfin dans le tumulus no 4 de Darcey les deux anneaux sont différents.

154Ceux qui ont été portés à la Tène sont généralement ouverts et ornés ; les extrémités sont munies de tampons de formes variables, et la tige est constituée par des séries régulièrement disposées de nodosités, comme le sont les anneaux de chevilles de Belan-sur-Ource, de Mauvilly et des Vendues de Montmorot.

BRACELETS HUMERAUX

155Les bracelets huméraux sont toujours en bronze plein, non ornés, et ils sont portés par unité, ils représentent une catégorie d'objets de parure trouvée en quantité limitée, 6 exemplaires en tout. Ils se répartissent de la manière suivante : un à la seconde période (no 77), 3 à la troisième (no 13, 31 et 53) et 2 à la Tène (no 46 et 71). On doit ajouter les deux exemplaires trouvés lors du creusement de la tranchée abri, et qui sont contemporains selon toute vraisemblance soit du Hallstatt final, soit de la Tëne I.

156Il convient de noter qu'au milieu de l'Age de Fer ils sont tous portés au bras gauche, et qu'au début de la Tène ils passent au bras droit.

157Leur port à la Tène I est la continuation pure et simple d'une mode préexistante, qui s'estompe rapidement, du reste, et qui, dans notre région, disparaît totalement à la Tène II. En outre, précisons que les modèles de l'une et l'autre époque sont les mêmes.

158Nous avons vu précédemment que après la confection de ces parures, l'artisan fondeur enlève en partie ou en totalité le jet de coulée, ou bien qu’il le laisse ; or, fait curieux, seules les deux sépultures riches en bijoux (no 46 et 77) renferment des bracelets huméraux portant chacun un jet de coulée complet.

159D'après l'étude antrhopologique, il semble bien que ces bracelets aient été portés tant par les hommes que par les femmes. Il est malheureusement impossible de se référer aux publications anciennes et récentes car dans la plupart des cas leurs auteurs parlent d'une manière toute laconique d'anneaux, ce terme utilisé au sens large désignant tout à la fois les bracelets de coudes et de poignets.

160Pour la sépulture no 46 les deux bavures venues de fonte constituent deux pointes métalliques qui interdisent normalement le port ; pareille constatation ayant été faite pour certains bracelets trouvés dans la grande nécropole tumulaire de Haguenau, l'auteur précise que ces objets « étaient entourés d’une protection enroulée autour, une lanière de cuir, des fils ou un tissu en fils très gros" (Schaeffert, 1930-1931).

BRACELETS

Bracelets en bronze

161Ils sont bien représentés, puisque nous en avons une quarantaine ; pour suivre plus aisément l'évolution dans leur utilisation nous résumons par périodes leurs caractéristiques dans le tableau suivant.

162L’examen de ce tableau fait ressortir les faits typiques suivants ;

    • le nombre de bracelets est très réduit pendant les deux premières périodes ; il augmente brusquement à la fin de Hallstatt, puis ildouble à la Tène I, alors que le nombre d'inhumations reste sensiblement le même ;

    • au cours des seconde et troisième périodes, les bracelets portés par unité sont tous passés au poignet gauche, et ils sont presque tous fermés ;

    • inversement, à la Tène, la plupart sont ouverts, et, en outre, on les trouve indifféremment à l'un ou l’autre poignet. Précisions que les 3 bracelets fermés contemporains de la Tène sont des modèles qu'on rencontre d'abord à la phase finale de Hallstatt et qu'on a continué à porter ultérieurement ;

    • quelles que soient les périodes considérées, on remarque que le nombre de bracelets ornés ou non est à peu de choses près identique.

Bracelets en schiste

163Ils sont très peu nombreux, un seul exemplaire (no 40) à la première période, une paire à la seconde période (no 114), et celui, incomplet, trouvé près de la sépulture no 30, qui peut appartenir à la seconde ou à la troisième période. On n'en rencontre plus à la Tène. Et cependant, ailleurs, "les bracelets en schiste à section circulaire se perpétuent jusqu'au gallo-romain" (Joffroy, 1960, p. 68).

164Le bracelet no 30 a été remis en état par son possesseur et à ce propos, comme ce n'est pas la première fois qu'on trouve des objets réparés en Côte-d'Or, on peut penser que les personnes qui les portaient leur attachaient beaucoup d'importance ; nous citerons quelques exemples : bracelets en jayet de la collection Fourot (Bouillerot, 1908, no 3, p. 76), bracelet en lignite de Vix (Joffroy, 1960, p. 64-65), torques en bronze creux, perle d'ambre et agrafe de ceinture de Chouilly (Favret, 1936, p. 71,79 et 94), bracelet en bronze rubanne de Flavigny (Joly, 1972), bracelet en lignite de Chamesson (Bouillerot, 1908, p. 76), fibule de Lantilly (Corot, 1905, p. 10 et pl. II, no 3) etc…

Bracelets en fer

165Nous en avons dénombré une vingtaine pour le département, et il est bien possible que le nombre soit beaucoup plus élevé en réalité, mais ils sont généralement déformés par la rouille, boursouflés, souvent brisés, donc difficiles à déceler, et certainement bien des échantillons ont été détruits par l'oxydation.

166Leur emploi, connu dès la première période de l'époque de Hallstatt (tumulus no 2 de Darcey (Joly, 1942, p. 544-550) se généralise par la suite ; à la Tène I (tumuli de Banges no 10 (Henry, 1933, p. 163-164), d'Aignay et d’Orret (Joffroy, 1959, p. 19-20) et même beaucoup plus tard, à la période mérovingienne, par exemple dans la nécropole de Cléray (Aube) (Scapula, 1954, p. 142, fig. 63).

167Nous n'en avons trouvé qu'un exemplaire à Clair-Bois, dans la tombe no 80, datée du Hallstatt final.

168Par exception il était porté au poignet droit alors que les bracelets en bronze de la même période étaient tous portés au poignet gauche.

FIBULES

Fibules en bronze

169Nous en avons recueilli une trentaine, entières pour la plupart, les descriptions qui ont été données montrent qu'il existe un vaste éventail de formes et de dimensions, et ce, d'autant plus qu’elles ont évolué et se sont modifiées à chaque période.

170Dans le tableau figuré en page suivante, nous avons classé ces petits bijoux par catégories et par époques ; nous avons ajouté après la période III celle qui provient de la tranchée ouverte par le fouilleur anonyme, et après la période IV celles recueillies dans les deux tranchées ainsi que les isolées (pl. 38).

171L'examen de ce tableau fait ressortir plusieurs faits significatifs :

  • extrême rareté des fibules classiques à deux bossettes courantes dans le département ;

  • persistance dans plusieurs cas de l'emploi de fibules pendant une longue durée ; normalement portées à la fin de Hallstatt et encore utilisées à la Tène I (nous avons déjà constaté ce fait pour les bracelets) ;

  • le port de bijoux typiques du Hallstatt final et de la Tène I a été plusieurs fois observé non seulement à Clair-Bois, mais à Darcey (Joffroy, I960, p. 170), dans le Jura (tumulus des Moisdons Papillard (Joffroy, 1960, p. 173) et dans certains tumuli alsaciens de Harthouse et de Maegstub (Schaeffert, 1930, p. 264).

  • évolution très nette des formes d’une période à l’autre : l'arc s'allonge à la Tène et souvent s'épaissit ; les bossettes typiques de la fin de Hallstatt disparaissent ensuite ; l'extrémité du pied s'orne de petites protubérances (têtes de cygne, de canard, de pavot) à la Tène etc…

172Une remarque s'impose à propos des fibules en bronze, certaines sont fermées c'est-à-dire que l'aiguille est engagée dans le porte aiguille, mais ce n'est pas la majorité, il s'en faut, et souvent on constate, (à Clair-Bois ou en se référant à des dessins de fibules trouvées dans le département) que ce bijou est ouvert ; cette remarque a tout lieu de surprendre, car il semble matériellement impossible que le poids des terres remplissant les fosses ait pu sortir l'extrémité de l'aiguille de son logement ; par ailleurs, la destination de ces fibules étant d'assujettir les vêtements, on ne voit pas pourquoi elles n'auraient pas été fermées. Il serait intéressant de vérifier si pareille constatation a déjà été faite ailleurs, et surtout de connaître l'interprétation de cette anomalie.

Fibules en fer

173Leur nombre est relativement faible et loin d'atteindre celui des fibules en bronze ; elles connaissent une vogue croissante à partir de la troisième période ; l'arc est court, élevé et le ressort est long et à petites spires ; à la Tène I les formes évoluent, l'arc s'allonge, les spires du ressort doublent de diamètre et diminuent d'au moins moitié en nombre. Quant à la forme exacte de la partie qui prolonge le pied, il est bien difficile de pouvoir le déterminer, car souvent ou bien il manque, ou bien c'est un bloc de rouille ; on constate toutefois qu'à la Tène, cette extrémité touche l'arc sur lequel elle est repliée.

174Les fibules en fer sont peu courantes dans le département, nous en avons dénombré une trentaine ; certaines ne peuvent pas être datées, soit parce que les objets mobiliers qui les accompagnent ne sont pas typiques d’une période donnée, soit parce qu'elles sont trop fragmentaires. Celles trouvées dans le tumulus de Chambain et à Vix sont certainement contemporaines du Hallstatt final ; celles recueillies dans le tumulus no 1 de Pommard (Moingeon, 1908) et à Lantilly (Corot, 1905, pl. II, no 10, p. 10, sépulture A) le sont probablement.

175Quelles soient en bronze ou en fer, les fibules sont généralement placées près du cou, sur les omoplates ou sur le thorax ; nous signalerons toutefois deux exceptions, une en bronze, est située au sommet du crâne (no 65) ce fait à déjà été signalé à Haguenau (Schaeffert, 1930) ainsi que dans le cimetière du Mont Gravet ; "il est donc à peu près certain qu’elles -les fibules- devaient retenir une coiffure" (Bretz-Malher et A. Brisson, 1958, p. 210 ; en Suisse, on pense "que les fibules ainsi trouvées ont pu servir à retenir un voile" (Viollier, 1916, p. 76, 113, 117, 122, 125, 136 et 137).

176L'autre exception est une fibule en fer placée contre la cuisse gauche (no 48) ; une position analogue a été observé dans une tombe de Zurich (Viollier, 1916, p. 135).

177A Clair-Bois nous avons mis à jour 5 fibules appartenant à la troisième période (no 48, 55, 90, 91 et 102) et 7 rattachées à la Tène I (no 52, 87, 94, 3 exemplaires, 108 et 111).

TORQUES

178Ils sont peu nombreux, 5 en tout, et se répartissent de la manière suivante : 3 à la seconde période (no 28 B, 44 et 57) un classé dans la catégorie des "douteuses" (no 64 B) donc soit du Hallstatt final, soit de la Tène I, et un de la Tène Ia (no 93). Précisons que ce dernier n'est qu'une copie des formes antérieures.

179Les torques de la Tène I, bien représentés en Côte-d'Or, souvent décorés, et dont les extrémités sont munies de tampons font entièrement défaut â Clair-Bois.

180Les torques provenant des inhumations no 28 B et 44 sont fermés, tous les autres sont ouverts ; tous sont en bronze plein et ne portent aucun décor, ils ont tous été trouvés en place, au cou.

181Il est à noter que dans le département et ailleurs, on a souvent trouvé des torques en bronze creux, roulés, "ils sont caractéristiques de la phase ultime du premier Age du Fer'' (Joffroy, 1962, p. 123).

182Nous avons dénombré plus d'une cinquantaine de torques en bronze pour la Côte-d'Or, datés soit du Hallstatt final, soit de la Tène I ; en comparaison, nous constatons qu'ils ont été peu portés à Clair-Bois.

183Il semble que les torques aient été des parures essentiellement féminines, mais nous ne disposons pas de certitudes anthropologiques pour les inhumations de Clair-Bois, et l'absence de torques creux à fermeture par emboîtement (typiques des tombes féminines (Joffroy. 1964) nous prive de renseignements utiles.

PENDENTIFS - PENDELOQUES - AMULETTES

184- Le collier de perles en terre cuite (no 77) est un objet de parure dont nous ne connaissons pas d'équivalent dans le département ; en général les colliers comportent bien parfois des tessons perforés ou autres objets en terre cuite, mais aussi et surtout des perles en verre, ambre, os, roches dures, dents perforées, etc… Ce genre de pendentif jouant le rôle de talisman est connu depuis le néolithique et on trouve aux époques postérieures les mêmes formes et les mêmes objets suspendus au cou jusque à la période mérovingienne (Scapula, 1954, p. 142 et fig. 64).

185- Les dents de sanglier, perforées ou non, ont joué un rôle bien déterminé, car la coutume de les porter ou de les offrir aux défunts apparaît dès le paléolithique ; "symbole culturel, complément d'offrande funéraire, élément de parure, sens sacré tout à la fois d'autorité sociale et religieuse, cet usage pénètre dans l'époque de Hallstatt et se prolonge dans celle de la Tène" (Lacroix, 1957).

186Celle trouvée dans l'inhumation no 77 semble bien être une amulette puisque la perforation aménagée à une extrémité recevait un bouton en fer perforé destiné à y passer un fil de suspension.

187Le fait de choisir une dent de sanglier plutôt que celle d'un autre animal se justifie par une coutume ancienne qui considère cet animal comme étant sacré chez les Celtes (Naue, 1895, p. 43), c'est pourquoi on a trouvé des squelettes entiers ou fragmentaires dans certaines tombes, et les Gaulois l'ont représenté sur leurs enseignes militaires et par des petits bronzes figurés.

188Dans le tumulus no 2 de Pommard, "on a trouvé un fragment de défense de sanglier, qui est considéré comme une amulette'' (Moingeon, 1908).

DIVERS

189- Les petites aiguilles en fer et en bronze, à chas, trouvées en 4 exemplaires contre les pieds (no 91 et 102) pourraient avoir fait partie de chaussures, nous ne connaissons pas de trouvailles similaires qui permettraient d'en déterminer l'usage. Nous savons que De Saulcy a fait don d'objets provenant de tumulus fouillés dans les communaux de Cussy-la-Colonne, et parmi eux, "deux petites tiges en fer dont une perforée à l'extrémité'' (Henry, 1933) : s'agirait-il d'une aiguille identique ?

190- Les 6 minuscules annelets en bronze associés à l'inhumation no 77 font-ils partie de la pendeloque (dent de sanglier) ou s'agit-il de restes de tubes spiralés analogues à ceux trouvés vers 1913 dans des tombes plates belges ? (Marien, 1958).

QUELQUES REMARQUES

191A la phase finale de Hallstatt de nombreux objets utilitaires et de parure ont été en vogue dans notre région, or nous constatons que les "gens de Clair-Bois ont été totalement démunis de certains d'entre eux, nous citerons en particulier : les appliques à griffes, boucles d'oreilles, armilles, grelots cages, crotales, bullae, perles d’ambre, fibules typiques de la période dite de "transition" et celles ornées de deux bossettes. Et il n'y a pas d'armes.

192A la Tène I nous assistons à deux faits simultanés, d'une part la mode change, ce qui se traduit par une révolution complète dans les formes et dans les décors du mobilier funéraire ; d’autre part, et ceci est important, on continue à porter des bijoux d'un usage courant à la période précédente, et qui, de plus, sont parfois associés aux nouveaux modèles. Ceci prouve qu'il n'a jamais existé de coupure franche et brutale entre les générations qui se sont succédé à l'articulation de ces deux époques, mais que, au contraire, il y a eu continuité.

193La description du mobilier funéraire étant achevée, nous devons donner l'inventaire des objets divers receuillis dans le massif tumulaire, leur variété et leur nombre ne permettant pas de les passer sous silence ; c'est l'objet du prochain paragraphe.

OBJETS DIVERS RECUEILLIS DANS LE MASSIF TUMULAIRE

194Un certain nombre d'objets divers a été recueilli dans le massif tumulaire, en dehors des sépultures, noyé dans les matériaux qui composent le monument funéraire ; nous les passons en revue.

Dent animale

195Aucun ossement archéologique d'animal n'a été trouvé, nous n'avons recueilli qu'une molaire appartenant à un équidé de petite taille, vraisemblablement un petit cheval, Equus Asinus hydruntinus (Régalia, 1907).

Roches dures

196Nous avons plusieurs fragments de meules brisées, possédant généralement une face lisse, usée, rarement en granit, le plus souvent en arkose, ainsi qu'un petit aiguisoir en grès, ayant une forme géométrique ressemblant à un cube de 5 cm, de côté qui a été utilisé sur plusieurs faces.

197Ajoutons une quarantaine de silex, trouvés tant sur une partie restreinte de l'aire de base que dans la base du massif tumulaire, quelques uns sont de teinte jaune, grise ou bleue, tous les autres sont blancs. Certains ne sont que de vulgaires éclats, mais il a été identifié des pièces travaillées (voir pl. 39). 5 pointes de flèches de formes diverses (no 1, 2, 3, 4 et 5), une lame de section trapézoïdale (no 6), des grattoirs (no 7, 8, 9, 10, 11, 13 et 14), un perçoir d'axe sur éclat épais retouché (no 12), un racloir (no 15), et le tranchant d'une hache polie en roche verte (no 16). L'ensemble de cette industrie lithique peut être contemporaine du Néolithique final.

198Les morceaux de meules ainsi que les silex ont été importés, car les roches à partir desquelles ils ont été extraits n'existent pas dans la région.

Autres objets

199D'autres objets ont également été trouvés :

  • des petits galets tantôt blancs, tantôt roses ; la coloration de ces derniers peut être due pour quelques uns au fait qu'ils ont été en contact direct avec un foyer, mais pour la grande majorité leur étude en plaques minces a montré que leur teinte est naturelle, elle résulte de la présence d'oxydes de fer qui se sont déposés dans le sédiment.

  • une dizaine de nodules de fer, lisses, brillants, noirs, aux angles usés, de petite taille,

  • quelques chailles brutes, de formes atypiques.

200Tous ces éléments se trouvent normalement en place dans les alluvions qui constituent le sol et le sous-sol de l'environnement du tumulus.

Céramique

201Nous avons recueilli une quantité importante de tessons dans le massif tumulaire, plus d'un millier, en particulier dans la moitié inférieure ; leur densité diminue très rapidement dans la couche correspondant à la troisième période, et il n'y en a pratiquement pas dans la zone superficielle (Tène).

202Dans deux cas seulement, nous avons trouvé côte à côte des tessons qui, une fois recollés, représentent une faible portion d'un récipient (environ le 1/5 pour l'un et à peine le 1/10 pour l'autre) ; tous les autres tessons sont dispersés, sans ordre, et lorsque par exception ils semblent être groupés nous avons constaté qu'ils n'appartiennent jamais à un seul et même vase.

203Exceptionnellement il s'en est trouvé en contact avec un squelette, mais chaque fois nous avons vu qu'ils provenaient des matériaux de remplissage de la fosse, ou bien ils étaient placés sous ou à côté du défunt, en place dans le massif tumulaire.

204Environ la moitié du lot est constituée par des tessons n’ayant pas plus de un centimètre de côté ou de longueur et les cassures sont souvent usées, dans l'autre moitié ils sont un peu plus grands, surtout ceux qui appartiennent à des récipients de grande dimension, et là encore les cassures ne sont pas franches.

205Il en est de toutes épaisseurs, elles s'échelonnent de 2 à 18 mm ; la pâte est parfois bien cuite, particulièrement pour les échantillons minces, et dans ce cas les parois sont généralement lisses. Souvent la cuisson est de médiocre qualité pour ceux qui sont plus épais notamment ; les parois sont rugueuses et grossières. Enfin pour ceux qui sont insuffisamment cuits, leur long séjour dans une terre souvent humide les a rendu friables et même pâteux.

206Cette céramique est diversement colorée ; les tonalités beige, brun et rouge dominent, certaines parois sont noires. La multiplicité des colorations ne signifie pas que chaque récipient est d'une teinte uniforme, en effet il a souvent été constaté l’existence de plages diversement colorées sur un même vase, cela est dû à la qualité de l'argile utilisée, aux impuretés qu'elle contient et aux conditions de la cuisson (Iaworsky, 1960).

207Le dégraissant est souvent apparent, surtout sur les tessons qui constituent des vases de grande taille, et dans ce cas il est grossier ; dans les vases plus soignés il est beaucoup plus fin et moins visible. Dans les deux cas il est à base de grains calcaires ou quartzeux.

208Les échantillons susceptibles de fournir des indications valables sont malheureusement très peu nombreux, à peine le dixième de l'ensemble du lot recueilli. Nous les avons classés de la manière suivante (pl. 40).

Anses

209Nous avons trouvé deux tessons sur lesquels se voient les points d’attaches des anses, 4 anses partielles rubannées, pouvant mesurer environ 5 cm de diamètre externe et 30 mm de largeur moyenne ; une anse complète (no 1)

Mamelons de préhension

210Nous avons 12 exemplaires en tout : 4 sont allongés et étirés dans le sens horizontal, ils ont 50 à 55 mm de long (no 2) et l’un d'eux est orné de quelques incisions à cru sur la partie saillante ; 5 autres sont de formes coniques ou ovales (no 3), deux sont de taille plus petite (no 4) enfin un autre a la forme d'une languette (no 5). Deux sont munis à la partie opposée à la préhension d'un téton tronconique (no 6 et 7) qui, enfoncé avant cuisson dans une petite cavité aménagée sur la paroi externe du récipient, en assurait et renforçait la fixation.

Rebords

21160 tessons appartiennent à des fragments de rebords ; les galbes les plus communs présentent en coupe une section arrondie - 46 % - (no 8), ou biseautée -28 % - (no 9, 10 et 11) ; anguleuse (no 12, 13 et 14), aiguë (no 15) ou moulurée (no 16).

Fonds

212Nous n'avons que 5 fragments atypiques et un fond complet avec amorce de la panse (no 17) ; l'un d'eux paraît être ombiliqué, tandis que les autres sont plats. Les diamètres, évalués approximativement en fonction des éléments dont nous disposons, semblent petits, de l'ordre d'environ 8 cm pour la plupart.

Carènes

213Quatre tessons présentent une légère carène ; deux pourraient appartenir à des récipients ayant à peu près la forme d'une cruche, et les deux autres seraient plus petits, peut-être s'agirait-il d’assiettes ?

Décors

214Ils existent généralement sur la partie supérieure du vase : rebord, col ou amorce de la panse, et sont toujours externes : ils se présentent sous deux formes principales, en creux ou en relief.

Ornementation en creux

Lèvre ondulée

215Sur les 4 échantillons trouvés ce décor est obtenu par une série d’incisions, ou plus préciséments d’enfoncements par pressions exercées à l'aide d’une tige de section ronde placée horizontalement et en biais sur la partie supérieure du rebord, ce qui a pour effet de donner un aspect crénelé et continu (no 18). Une ornementation identique, observée sur la céramique prevenant des fosses de Rouffach est datée du Hallstatt final (Jehl et Bonnet, 1969).

216Les autres types de décoration sont les mêmes que ceux existant sur certains tessons ramassés dans l'oppidum de Vix, et qui, par conséquent sont datés du Hallstatt final (voir pl. 41). Nous citerons dans l'ordre ;

Décor au peigne

217Il a été observé sur un seul échantillon (no 1) : il se compose de bandes de stries parallèles qui se recoupent à angle droit ; elles sont imprimées dans la pâte à l'aide d'un peigne à dents serrées et fines (cf. Vix, pl. 34, no 7).

Impressions triangulaires

218Sur 3 tessons (no 2) nous retrouvons le même type de décor : une suite de triangles verticaux, la pointe en bas, gravés sur une seule rangée horizontale, et à environ 30 mm du rebord (cf. Vix, pl. 36, no 6).

Impressions semi-circulaires

219Sur deux échantillons nous avons des rangées de demi cercles incisés, non tangentes, qui, d'après la courbure de la paroi, sont disposées horizontalement et dans le même sens ; sur un autre (no 3) les rangées sont disposées verticalement et débutent près du pied du récipient (cf. Vix, pl. 39, no 7).

Ornementation en relief

220L'ornementation en relief se compose d'un cordon disposé horizontalement sur le col, non loin de la lèvre, obtenu soit par pincement de la pâte soit par adjonction d'un petit boudin appliqué soigneusement sur la paroi externe et collé par pression. Sur un tesson ce cordon n'est pas orné, il n'est pas figuré (cf. Vix, pl. 35, no 8) sur un autre il comporte des dépressions verticales voisines les unes des autres, et ayant la forme du prisme droit triangulaire (no 4) (cf. Vix, pl. 35, no 5). Sur 4 échantillons (no 5) les dépressions, qui ne sont pas uniformément espacées, sont inclinées à 45°, ce qui donne l'aspect d'une torsade (cf. Vix, pl. 35, no 6). Sur un autre tesson de grande dimension le décor est le même, mais en plus il existe un petit cordon supplémentaire vertical reliant la torsade à la lèvre (no 6).

221Une autre forme ornementale consiste en plusieurs cannelures circulaires et concentriques, horizontales, aménagées en général non loin du rebord, sur plusieurs rangées dont les largeurs sont toujours égales sur chaque tesson. Cette céramique lisse, brillante, souvent à engobe, est de teinte généralement noire (no 6 et 7) visible sur 6 exemplaires, parfois rouge (no 8) observée sur 4 échantillons, et exceptionnellement beige (no 9) dans un seul cas.

222Elle est analogue au décor qu'on trouve dans les vases associés à des sépultures par incinération qui relèvent de la culture des Champs d'Urnes ; elle offre une grande similitude avec le décor visible sur certains tessons prevenant de Vix (cf. Vix, pl. 64, no 9, 11, 12 et 13).

Céramique gallo-romaine

223Nous devons ajouter pour mémoire la trouvaille d'un petit lot de tessons gallo-romains, qui étaient situés uniquement dans la zone superficielle du tumulus ; trois d'entre eux, identiques, constituent une partie d'un rebord cannelé à l'extérieur, à pâte gris-bleu et bien cuite (no 10) ; deux fragments d'un fond de vase (no 11) et un autre de la panse, dont la pâte et les parois sont uniformément bleu-gris ; ce fond est plat et il peut avoir 10 cm de diamètre, et on voit très nettement qu'il a été tourné.

224Enfin nous avons un fragment de col (no 12) qui pourrait avoir environ 13 cm de diamètre, à parois minces et de même teinte que la pâte beige ; 3 autres tessons représentant une faible partie de la panse appartiennent au même récipient.

225Dans le cas présent, les tessons étaient éparpillés au sommet du tumulus et isolés de toute sépulture. Nous avons déjà en une autre circonstance fait une découverte similaire dans un tumulus de Villecomte "une quinzaine de tessons, localisés en trois points différents" (Ratel, 1964). Nous pensons qu'il faut interpréter la présence de ces petits paquets de tessons gallo-romains comme la manifestation d'une offrande déposée dans un lieu funéraire. Ce qui n'a rien de commun avec la présence d'une sépulture aménagée pour un gallo-romain dans un tertre hallstattien, fait maintes fois constaté ; nous connaissons des exemples de cette pratique funéraire dans certains départements : Cher, Haute-Saône, Doubs, Jura, Côte-d'Or, Vosges, Yonne, en Alsace Lorraine et au Luxembourg (la publication de l'étude traitant de ce sujet est en cours).

Signification de ces objets

226On a trouvé à maintes reprises dans les tumuli des roches dures étrangères à la région, et quelquefois des tessons de céramique ; parfois ces objets sont placés dans une sépulture, d'autres fois ils sont dispersés dans le massif tumulaire.

227Dans le premier cas, il s'agit selon toute vraisemblance d'un dépôt intentionel à l'adresse des défunts : "ces fragments (de granit) avaient été placés dans cette sépulture (tumulus du Bouchot Bouchard à Chamesson) soit comme possédant, dans leur opinion quelque propriété particulière" (Lapérouse, 1883). "Nous avons expliqué à nos ouvriers que ces pierres (granits) apportées dans la région par les peuplades néolithiques et peut-être même paléolithiques y étaient restées, et que les envahisseurs du Premier Age de Fer les avaient recueillies comme des documents précieux pour les mettre sur la tombe de leurs morts" (Corot, 1908).

228En Lorraine, on trouve des broyons en calcite ou des cailloux de quartz blanc "placés à dessein à proximité du mort" (Millotte, 1965, p. 118 ; en Alsace ce sont des galets de quartz (Schaeffert, 1930, p. 302-303).

229Les silex taillés ont également fait l'objet d'offrandes de la part des gallo-romains qui "conservaient en guise d'amulettes ou déposaient à titre d'offrandes ces vestiges d'un autre âge qu'ils considéraient comme sacrés (Drioux, 1934).

230Dans la quatrième sépulture mérovingienne d'Oucques, il y avait sous le crâne un silex taillé en forme de coup de poing de 12 cm de long ; on avait placé autour de la tête, en couronne, un certain nombre de haches polies, près d'Ouzouer le Marché, dans une sépulture de la même époque" (Florance, 1914).

231Même observation pour la céramique : "de nombreux tessons de petite dimension ont été recueillis au voisinage du squelette ; ils paraissent avoir été répandus sur l'aire qu'occupait le corps avec une particulière densité le long de la cuisse gauche ; il semble qu'il y ait eu dépôt non pas de vases entiers, mais de tessons" (Joffroy, 1960).

232Dans certains tumuli, qu’ils soient construits en terre ou en pierres, on allume sur l'aire de base un foyer dit "purificateur" avant de placer le corps du défunt, et souvent, on "éparpille sur le feu rituel des tessons" (Hatt, 1947).

233A Clair-Bois, nous avons trouvé des débris de roches dures, des silex bruts ou travaillés et une importante quantité de tessons ; en se référant aux documents précités, il est possible d'admettre que les roches dures ont été accidentellement incorporées dans le monument funéraire ; quant au tessons, nous pensons que les deux hypothèses sont plausibles ; ou bien les constructeurs du tumulus ont déposé, ou semé, ou éparpillé volontairement des fragments de récipients, réalisant ainsi un geste symbolique qui associe dans la demeure des morts la vaisselle qu'ils utilisaient dans leurs habitats… ou bien ces tessons constituent les résidus de vases brisés, jetés dans le dépotoir avec les silex cassés et les débris de meules inutilisables, qu'on a incorporé involontairement lors de l'édification de la nécropole.

234A notre sens, l'intérêt n'est pas de trancher le débat, puisque les arguments ne le permettent pas, mais plutôt de poser le problème, dans l'espoir que d'autres pourront le résoudre.

***

235Nous nous proposons de regrouper dans le chapitre parmi l'ensemble des observations que nous avons faites celles qui fournissent des éléments propres au difficile problème des rites funéraires ; car entre la simple coutume et la croyance proprement dite, la frontière est mal aisée à établir.

236Nous avons classé les rites en deux catégories distinctes, ceux qui ont trait à la construction du tumulus et ceux qui se rapportent aux sépultures.

Table des illustrations

Titre Objets divers
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© ARTEHIS Éditions, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search