Version classiqueVersion mobile

Un tumulus de l’âge du fer à Bressey-sur-Tille (Côte-d’Or)

 | 
Roger Ratel

III - Étude des sépultures

Texte intégral

A. GENERALITES

1Nous avons mis au jour 120 sépultures numérotées au fur et à mesure de leur découverte. D'autres ont été détruites par le "fouilleur anonyme", et l'inventaire des vestiges osseux indique qu'ils appartenaient pour le moins à 7 individus. D'autres encore ont été détruites lors de l'ouverture de la tranchée abri, et d'après la répartition des tombes voisines, on peut évaluer approximativement leur nombre à une douzaine.

2Nous pouvons donc estimer que le tumulus contenait les restes d'environ 140 individus.

3Pour déterminer l'ordre chronologique selon lequel ils ont été placés dans le tumulus, nous nous sommes basés sur la position stratigraphique des tombes par rapport aux diverses couches qui matérialisent et individualisent chaque période. La présence d'objets caractéristiques d'une époque nous a fourni des précisions complémentaires.

4Les deux modes de sépultures (par inhumation et par incinération) ont été pratiqués à Clair-Bois ; nous décrirons d'abord les incinérations, peu nombreuses, puis nous étudierons plus longuement les inhumations, qui offrent dans le détail des variantes multiples et souvent inédites pour la région.

B. SEPULTURES PAR INCINERATION

5Six sépultures par incinération ont été découvertes, elles portent les numéros 9, 22, 23, 66, 69, et 115 (pl. 9).

6L'incinération no 115 est endommagée, une partie a été entrainée par l'éboulement de la paroi de la tranchée abri. Nous avons recueilli les restes d'une septième, elle se réduit à quelques esquilles d'os, éparses, situées à l'aplomb de la sépulture centrale et dispersées par le fouilleur anonyme. Elle ne figure pas sur le plan.

7Le tableau ci-après indique pour chaque incinération le poids des ossements secs recueillis, la profondeur par rapport à la surface de la nécrople, les dimensions du fond de chaque dépôt, son épaisseur et sa forme.

8Nous pouvons effectuer les observations suivantes :

a) le nombre

9Nous avons mis au jour 7 incinérations, auxquelles il est peut-être possible d’en ajouter quelques unes, qui ont pu être détruites dans la tranchée abri et dans celle qu'a ouverte le fouilleur anonyme. De toutes façons c’est peu par rapport au nombre total de sépultures. Nous verrons à la fin de ce chapitre ce que l’on peut penser d'une telle disproportion.

b) la cavité

10Les ossements sont entassés sur le fond de la cavité, qui est tantôt plat, tantôt concave. La cavité est de forme variable, mais jamais circulaire. Ses dimensions sont variables et les parois sont verticales.

c) les ossements

11Ils ne sont jamais imprégnés de terre provenant soit des parois soit du remplissage, bien qu’ils ne soient pas enfermés dans une urne ni protégés par une pierre. C'est une constatation que nous ne pouvons pas expliquer.

12La forme de la couche d’ossements prend divers aspects : les bords sont parfois minces, parfois épais, et le sommet est soit plat, soit bombé.

13L'épaisseur de la couche varie peu ; 4 à 10 cm seulement.

14L’absence d'urne funéraire est caractéristique, et nous n’avons même pas trouvé de fragments de vases ou plus simplement quelques tessons.

15Il n'a pas été possible d'observer la trace de tissus ou de cuir ou de bois, toutes denrées périssables susceptibles d'avoir été utilisées pour remplacer l’urne funéraire.

16Il n'y a pas d’incinération dite "partielle", composée d’un mélange d’os calcinés et d’ossements imparfaitement ou non brûlés.

17Le dépôt funéraire ne comporte que dans un seul cas des cendres mêlées aux os (no 23) et dans deux autres cas il y a des fragments de charbons (no 9 et 69).

18Les crémations n’ont jamais été pratiquées sur place : les dimensions des fosses son beaucoup trop restreintes, et ni la terre ni les graviers qui les entourent ne portent de trace de feu.

19Le poids des ossements est très irrégulier, il va de 450 grammes à 2250 grammes pour les incinérations "simples" ; il atteint 5 kg pour l'incinération collective. Pour celle-ci, l'étude des vestiges osseux (plus de 5000 fragments) révèle qu'ils appartiennent pour le moins à 7 individus un enfant d’environ 3 ans, un adolescent ayant 15 à 20 ans, et 5 adultes un de 20 à 25 ans, un autre de 25 à 30 ans (tous deux de sexe masculin), un autre de plus de cinquante ans et deux autres d'âge et sexe indéterminés.

20La découverte de cette incinération collective paraît être un fait rare, car nous n'avons pas trouvé dans le département d'autre incinération du même type.

d) le mobilier funéraire

21Sépulture no 69 - un os brûlé porte des taches vertes bien imprégnées dans le tissu osseux, il s’agit selon toute vraisemblance d'un objet en bronze porté par le défunt au moment de la crémation, et qui a fondu alors qu’il était en contact avec le membre.

22Sépulture no 22 - c'est la seule qui renferme un bijou, une fibule dont l’étude sera faite avec celle de l'ensemble du mobilier. Il n'a pas subi l’action du feu ; placé à mi-profondeur de la couche osseuse, et au centre, il est enrobé dans une poudre noire, impalpable, qu’il n’a pas été possible d'analyser. Peut-être cette fibule était-elle enrobée dans un tissu ou autre matière périssable qui s’est carbonisée à l’abri de l’air.

23En nous basant sur la position stratigraphique des diverses incinérations, nous pouvons préciser que deux d’entre elles appartiennent à la deuxième période (no 9 et 23) et les autres se rattachant à la troisième c’est-à-dire à la phase finale de Hallstatt. A la dernière période, Tène I, la rite de la crémation n’est plus pratiqué.

e) - Répartition

24Les deux incinérations de la seconde période sont très proches l'une de l’autre, 25 cm ; les quatre autres, postérieures, sont inégalement réparties, l'une avoisine les précédentes (No 22) les trois autres sont plus éloignées et situées à l'aplomb du bord interne du premier fossé.

f) - Comparaison avec d'autres nécropoles

25Dans le département, les incinérations sont souvent dépourvues d'objets mobiliers, ce qui rend leur datation très difficile sinon impossible, seule leur position stratigraphique peut fournir des indications. On trouve parfois dans les publications les mentions ''plusieurs incinérations", ou "ossements calcinés", si bien que l’inventaire que nous avons tenté de dresser reste très imprécis.

26Aussi dirons-nous simplement que, par rapport aux sépultures par inhumation, le rite de la crémation paraît avoir été pratiqué de manière sporadique vers le milieu de l’Age de Fer.

27En dehors de la Côte-d’Or, on constate que la même proportion persiste à cette époque, aussi bien dans les tumulus que dans les cimetières en tombes plates tertre de la Motte Saint Valentin en Haute Marne (Déchelettes, 1913, p. 103 à 110) tombes des Jogasses dans la Marne (où on compte 4 incinérations pour 205 inhumations) (Favret, 1936, p. 41-44 et 45) cimetière d’Aussonce où sur 40 tombes il n'y a qu'une seule incinération, celle d'un enfant (Bosteaux-Paris, 1894, p. 704). Nous signalerons aussi les tumuli haut-marnais de Dommarien et de Montsaugeon qui ne renferment que des inhumations (Mouton, 1955, p. 23). Le même phénomène se produit aussi, bien entendu, dans d'autres départements, dans le cimetière de Charvais (Marne) (Lepage, 1966, p. 72) et dans les tertres funéraires de la forêt de Haguenau (Schaeffert, 1930, p. 201).

28A l'opposé, et toujours à la même période, en Suisse les proportions sont inversées (Viollier, 1911, p. 52), et dans la nécropole bien connue d'Aulnay aux Planches, Marne, il n'y a que des incinérations (Brisson, 1953).

29Tous ces exemples montrent bien la complexité et la multiplicité des croyances funéraires propres à la pratique de la crémation vers le milieu de l'Age du Fer ; ce rite a été tantôt scrupuleusement respecté, tantôt complétement délaissé, et entre ces deux extrêmes on constate qu'il se manifeste ici ou là d'une manière sporadique,

30A Clair Bois, les caractères essentiels du rite de l'incinération se résument ainsi : absence complète d'urnes cinéraires, extrême pauvreté du mobilier, présence d’une incinération collective et enfin pratique très restreinte de ce mode de sépulture qui disparaît à la Tène I.

C. SEPULTURES PAR INHUMATION

Généralités

31En se basant sur les travaux des archéologues locaux, on constate que ce mode de sépulture consiste simplement à ouvrir une fosse, y déposer le défunt, puis à combler la cavité avec les matériaux précédemment déplacés.

32Dans l'ensemble, ce schéma simplifié se retrouve à Clair Bois, mais les rites funéraires apparaissent en vérité plus complexes, notamment dans deux cas bien précis : le corps est soit recouvert, soit enrobé dans une couche de limon gris, pulvérulent, analogue à la cendre, d'une part ; d'autre part il existe des traces noires, charbonneuses, qui se présentent sous deux aspects bien caractérisés : les unes sont des résidus de plantes et d'autres des vestiges de troncs d'arbres ayant fait office de cercueils. Nous les avons respectivement appelées traces noires herbeuses et traces noires ligneuses.

33Nous décrirons les sépultures période par période ; pour chaque période, nous donnerons un tableau récapitulatif qui comportera les renseignements essentiels pour chaque sépulture ; orientation générale, présence ou absence de limon gris, de traces noires, hauteur par rapport à l'aire de base, et position particulière du squelette lorsqu'il n'est pas placé en décubitus dorsal avec bras et jambes parallèles au corps.

34Après cet inventaire nous examinerons et développerons les deux points suivants, présence du limon gris, puis étude des traces noires sous leurs deux formes.

35Nous étudierons enfin quelques aspects typiques de ce tumulus : répartition et disposition des sépultures, recherche du signe qui en marquait l'emplacement, l'absence de vases funéraires, et les tumuli à sépultures nombreuses.

DESCRIPTION DES SEPULTURES

36Voir planche 10 le plan figurant la répartition de l'ensemble des sépultures.

a) Première période - le tumulus primitif, voir pl. 11

37Au cours de cette première période, les sépultures sont peu nombreuses ; nous n'en avons trouvé que cinq, mais il n'est pas impossible que leur nombre ait été plus élevé, car il faut tenir compte de celles qui ont pu être détruites par les deux tranchées antérieures à nos fouilles.

38Nous constaterons que les sépultures sont concentrées exclusivement dans le quart Sud-Est, et à une certaine distance du fossé qui délimite le tumulus primitif.

39Laquelle est la sépulture primitive ? Nous pensons qu'il s'agit du no 39, d'une part c'est la seule qui ait été aménagée dans l'aire de base ; de plus il n'y a qu'elle qui ait été recouverte par du limon gris ; enfin elle est très proche du centre mathématique du monument, 0,80 m. En outre, elle paraît avoir fait l'objet des recherches du fouilleur anonyme qui n’a laissé en place qu'une partie du crâne.

40Toutefois, comme l'éventualité d'une autre inhumation toute proche et entièrement détruite est à retenir, nous appelerons la sépulture 39 "présumée centrale".

41Le tableau ci-dessous résume les caractéristiques des inhumations de la première période.

b) Seconde période - premier agrandissement, voir pl. 12

42Nous notons d'abord un accroissement marqué du nombre de sépultures qui passent de 5 à 14 ; en ce qui concerne leur répartition, une seule se trouve près du centre (no 8) tandis que les autres sont situées soit vers le pourtour interne du premier fossé, soit sur son emplacement.

43Par rapport au sommet du tumulus primitif (qui rappelons le, est matérialisé par la couche de gravier blanc) elles sont ainsi disposées : (voir pl. 13 A).

  1. dans les matériaux du premier agrandissement no 8, 16 et 17

  2. sur le gravier blanc no 1, 20 et 68

  3. dans le gravier blanc no 15, 19, 64 et 105

  4. traversant le gravier blanc et creusé dans la paroi interne du premier fossé 114

  5. dans le gravier blanc, sur le remplissage du 1er fossé no 26 et 63

  6. traversant le gravier blanc et pénétrant dans le massif tumulaire du premier tumulus no 77.

Tableau récapitulatif

c) Troisième période - deuxième agrandissement (pl. 14)

44A cette période nous constatons une agumentation notoire du nombre de sépultures qui passe de 14 à 39, et peut-être plus, il est en effet possible que plusieurs autres se rattachent également à cette période, mais faute de stratigraphie précise nous les avons classées à part et qualifiées de douteuses.

45Elles sont régulièrement réparties de part et d'autre de l'emplacement du premier fossé, comme précédemment, avec une densité plus accentuée dans la moitié Ouest de la nécropole.

46Leur disposition stratigrapnique est la suivante : (voir pl. 13 B)

  1. aménagée dans la partie agrandie no 3, 10, 14, 54, 57, 58, 75, 85 et 92

  2. dans la partie agrandie et sur le gravier blanc situé au sommet du premier agrandissement no 2, 11, 28 b, 29, 47, 55, 70, 80, 84 et 95

  3. dans le gravier blanc situé au sommet du 1er agrandissement no 27, 31, 36, 44, 48, 73, 79, 81, 91 et 107

  4. dans le gravier blanc situé au sommet du 1er agrandissement et sur le remplissage du deuxième fossé no 25

  5. traversant la couche de gravier blanc située au sommet du 1er agrandissement no 32, 62, 65 et 67

  6. traversant la couche de gravier blanc situé au sommet du 1er agrandissement et placées sur le gravier blanc surmontant le tumulus primitif no 13, 18, 82, 90 et 102. (voir tableau récapitulatif p. 20).

d) Sépultures douteuses

47Nous appellerons "douteuses" les sépultures no 28, 49, 64b, 78 et 116 parcequ'il ne nous a pas été possible de savoir si elles ont été aménagées à la troisième ou à la quatrième période, en raison de la profondeur à laquelle elles se situent : du point de vue stratigraphique elles sont toutes placées dans le limon du deuxième agrandissement et peuvent donc être contemporaines de celui-ci. Mais étant donné qu'à l'époque de la Tène (quatrième période) on a également inhumé dans ce niveau, le doute subsiste.

48Deux d'entre elles sont pourvues d’objets mobiliers, mais ceux-ci ont été utilisés aussi bien à la phase finale de Hallstatt qu'au début de la Tène, si bien qu’ils ne peuvent pas nous permettre de trancher la datation. (voir tableau p. 21).

Liste de ces sépultures douteuses.

e) Quatrième période - troisième agrandissement (pl. 15)

49A l'époque de la Tène I nous constatons que les sépultures sont concentrées sur la moitié Ouest du monument funéraire ; le nombre d'inhumations est à peu près identique à celui de la période précédente, on ne peut mieux préciser, puisque nous avons 5 sépultures douteuses qui peuvent appartenir aussi bien à la Tène I qu'à la troisième période.

50On continue alors à inhumer à l'emplacement du deuxième fossé, mais jamais sur les deux autres, périphériques.

51Trois modifications importantes interviennent dans la pratique des rites funéraires : l'apport de limon gris disparaît (sauf pour no 52) ; on ne trouve plus de traces de dépôt végétal ; enfin on cessa de placer les défunts dans des troncs d'arbres évidés (sauf no 52).

52La disposition stratigraphique des inhumations est la suivante : (voir coupe C, planche 13).

  1. dans la partie rajoutée à la quatrième période no 35, 45, 50, 51, 53, 58b, 71, 86, 89, 93, 96, 97, 98, 99, 100, 101, 104, 106 et 109.

  2. dans le massif tumulaire de la troisième période no 32b, 33, 56, 61, 72, 83, 88, 103, 110, 111, 112 et 113.

  3. sur le gravier blanc surmontant le massif tumulaire de la deuxième période no 43, 46, 59, 60, 74, 76, 87 et 94.

  4. dans le gravier blanc du premier agrandissement et au-dessus du remplissage du deuxième fossé no 108.

  5. traversant les deux derniers agrandissements, la couche de gravier blanc située au sommet de la deuxième période et pénétrant dans celle-ci no 52. voir tableau page 22.

f) Sépultures endommagées ou détruites par le fouilleur anonyme (pl. 16)

53Cet inconnu a ouvert une tranchée Est-Ouest à partir de la bordure orientale, et l'a arrêtée exactement à l'aplomb du crâne de la sépulture no 39, qu'il a coupé en deux parties. C'est le seul élément du squelette qui ait été conservé.

Tableau récapitulatif des inhumations contemporaines de la Tène I

54Certaines inhumations ont été partiellement endommagées, soit parce qu'elles se trouvaient engagées dans le fond de la tranchée (no 30, et 41) soit parce qu’elles étaient situées en partie dans les parois (no 12) ; d’autres inhumations ont été tellement malmenées qu'il n’en subsiste que quelques vestiges osseux.

55Nous pensons pouvoir identifier pour le moins 7 squelettes, indiques sur le plan de la planche 16 par un point (no 4, 5, 6, 7, 34, 37 et 42).

56Il n'est pas possible de déterminer leurs positions stratigraphiques dans la masse du tumulus, puisque les différentes couches de matériaux sont détruites. Les objets ou fragments d’objets trouvés à proximité peuvent avoir été déplaces et ne peuvent donc dater avec certitude ces sépultures, tout au plus ils ne peuvent que donner une vue d'ensemble chronologique.

57Le repérage précis des endroits où la stratigraphie est détruite, ainsi que dans une certaine mesure l’emplacement des sépultures fragmentaires ont permis de déterminer exactement le tracé de la tranchée ouverte par cet inconnu (pl. 16).

LE LIMON GRIS (pl. 17)

58A plusieurs reprises, nous avons mentionné la présence de limon gris dans certaines sépultures ; nous avons constaté que le corps en est soit simplement recouvert, soit entièrement enrobé. Comme la fosse est toujours remblayée avec les matériaux dans lesquels elle a été creusée, le limon gris, élément étranger aux matériaux classiques employés pour édifier le tumulus, a nécessairement été prélevé ailleurs et on l’a employé dans des conditions bien définies.

59En place, il est toujours compact et dur, comme s'il avait été fortement comprimé, et plus particulièrement là où les corps sont en contact avec l’aire de base, qui est plus humide que les parties supérieures du monument.

60Sa teinte gris foncé passe au gris clair lorsqu'il est séché, il devient alors pulvérulent et pourrait être assimilé à de la cendre.

61D'où provient ce limon ?

62Dans un rayon d'une centaine de mètres alentour le tumulus nous avons pratiqué de nombreux sondages, dans l'espoir de mettre au jour "in situ" cette sorte de cendre, mais nos recherches ont été négatives. Par contre, des prélèvements effectués par le Centre de Recherche Agrononmiques du Centre Est de Dijon ont mis en évidence la présence d'un limon en tous points semblables dans trois communes avoisinantes : Arc-sur-Tille, Couternon et Magny-sur-Tille. Pour notre part, nous l'avons également retrouve eu place, près d'un habitat contemporain et voisin du tumulus, il forme un lit de faible épaisseur, une trentaine de centimètres seulement, situé entre la couche de terre arable et le sommet du gravier.

63L'analyse granulométrique et chimique montre qu'il s'agit d'un matériau à texture limoneuse, ayant un taux de calcaire élevé et une teneur en calcaire actif qui le rend chlorosant.

64Ce limon existe donc à l'état naturel presque en surface, et il a été déposé dans de petites dépressions superficielles lors de la phase finale de la dernière débâcle glacière, et en particulier dans le secteur qui nous intéresse.

65Pourquoi a-t-on utilisé ce limon ?

66Son emploi ne peut en aucun cas être justifié par une insuffisance de quantité de terre de remblayage ; d'abord le volume du corps forme un excédent dont il faut tenir compte, ensuite on sait que la terre remuée augmente de volume (on dit qu'elle foisonne) d'environ 25 % au moins ; enfin nous avons la certitude qu'elle n'a pas été tassée sur les corps - au contraire elle est toujours plus meuble que le remplissage de la fosse. De toute évidence le limon gris n'a pû jouer un rôle utilitaire matériel dans le remplissage des fosses, et ce, d'autant plus qu'il n'a pas été uniformément utilisé dans toutes les tombes.

67Il matérialise sans aucun doute une croyance funéraire bien spécifique, que l'on n'a pas retrouvé jusqu'à présent dans d'autres tumuli côte d'oriens.

68Son mode d'utilisation

69Son emploi n'a certes pas été généralisé, loin de là ; le tableau page 25 indique pour chaque période le nombre de tombes avec et sans limon, le pourcentage d'utilisation et le nombre de sépultures dans lesquelles il existe.

70Nous constatons que dans le temps la répartition varie, le pourcentage est d'environ. 25 % en moyenne, mais il y a de fortes inégalités ; il est à peu près identique pour les deux premières périodes, ce qui traduit une continuité dans la pratique de ce rite funéraire, puis il atteint son maximum à la troisième période, c'est-à-dire à la fin de Hallstatt, c'est l'apogée d'une croyance qui s'est progressivement imposée. Enfin, brusquement, à la Tène I, il disparaît.

Périodes

Limon

avec

gris

sans

Pourcentage

N° des sépultures avec Limon gris

Première

1

4

20 %

39

Seconde

3

11

21, 42 %

15, 16, 68

Troisième

16

23

43, 58 %

27, 28b, 36, 47, 48, 62, 65, 67 70, 73, 79, 82, 90, 91. 102, 107

Quatrième

1

40

2, 44 %

52

Sépultures douteuses

0

5

71Extension de cette coutume funéraire

  • Au cours de la période de Hallstatt la présence de terre rapportée sur les squelettes ne paraît pas avoir été courante. Dans la Marne, région extrêmement riche en nécropoles, nous ne connaissons qu'un exemple à Warmériville, là on a trouvé "une couche de terre noire épaisse d'une dizaine de centimètres sur les squelettes" (Bosteaux - Paris, 1894, p. 699).

  • A la Tène, le rite se généralise ; en Champagne "on remplissait : presque invariablement la fosse non pas avec la terre provenant du déblai, mais avec une sorte de terreau dont la couleur contraste nettement avec la craie du sol champenois" (Dechelette, 1927, p. 537). Dans la nécropole des Jogasses la terre noire existe dans les tombes marniannes, mais celles de Hallstatt n'en renferment pas (Favret. 1936, p. 11) Dans le cimetière du Mont Gravet, daté de la Tène. I, la terre est noire ou grise (Bretz-Malher et A. Brisson, 1968, p. 204) ; en Suisse, on a remplacé la terre par une épaisse couche de cendres, à Andelfingen, Zurich (Viollier, 1916, p. 136-137),

  • Le rite se poursuit à la période mérovingienne, et M. Salin pense que cette terre "fut empruntée à des lieux vénérés, ou prélevée sur l'emplacement d'habitats humains ; la terre rapportée devait offrir un caractère sacré se rapportant soit au foyer et à la vie domestique, soit à la via des défunts dans l'Au-delà, l'un des concepts n'excluant pas l'autre" (Salin, 1952),

72Tous ces exemples montrent bien que cette terre rapportée a été utilisée dans les tombes dans un but essentiellement rituel à partir du début de la Tène, sauf dans notre région où précisément il disparaît a cette époque En plus de Clair Bois nous citerons un autre exemple que nous tenons de source orale, celui de Billy-les-Chanceaux, où deux sépultures taillées dans un sous-sol sableux et jaune étaient recouvertes de terre noire. L’exploration méthodique de cette nécropole inédite livrerait indiscutablement des documents fort intéressants.

73Dans le tumulus de Clair-Bois, la partie supérieure du limon gris est toujours arrondie, et la hauteur de cette surélévation est de l’ordre d'une vingtaine de centimètres. Sa présence dans un nombre limité de sépultures traduit la pratique d’un rite à la fin de Hallstatt, alors que simultanément la crémation disparaît. Cette pluralité de coutumes funéraires en un même lieu et au cours d’une même époque mérite d’être soulignée. Ce qui est surprenant, c’est le fait que ce limon n’ait pas été employé à la Tène, alors que précisément c’est à ce moment là qu’ailleurs son utilisation est d’usage courant. Il y aurait donc eu inversion des pratiques funéraires entre les régions de Champagne et la nôtre.

74Notre opinion est, du reste, confirmée par le fait que dans les nécropoles en tombes plates de Nod-sur-Seine (Brûlard, 1906, p. 166-169) de Châtillon-sur-Seine (Joffroy, 1954, p. 134-138) et de Chanceaux (Henry, 1933, p. 121) on n’a jamais mentionné la présence de terre rapportée.

LES TRACES NOIRES

75Nous avons observé dans un certain nombre de sépultures des traces noires, qui se présentent sous deux formes bien distinctes, dans le premier cas ce sont des restes de plantes, que nous avons appelé traces herbacées, et dans le second ce sont des vestiges de troncs d’arbres évidés dans lesquels les morts étaient déposés, et que nous avons dénommé traces ligneuses.

76Précisons qu’une confusion avec des vestiges de foyers allumés sur le fond de la tombe est impossible à envisager, il n’y a là aucune trace de calcination de la terre ou des graviers, ni de cendres ou de charbons, résidus de braises.

Traces herbacées

77On les rencontre sous deux formes qui, bien que différentes, coexistent souvent dans la même tombe, filaments et placages.

78Les filaments sont souvent ramifiés, parfois enchevêtrés, groupés en petits paquets, rarement rectilignes, disposés sans ordre ; ils ne se présentent jamais sous forme d'éléments allongés dans le sens longitudinal de la fosse. Ils ont en général une section circulaire de très faible diamètre, un millimètre, et leur longueur est très irrégulière, de 2 à 30 centimètres.

79Les placages, également noirs, charbonneux, extrêmement minces, un demi millimètre à peine, sont très réduits en surface, la dimension d'une feuille en moyenne ; ils sont souvent groupés, voire superposés et on les trouve associés aux filaments de part et d'autre de leur section et souvent à une extrémité.

80Les uns et les autres sont des restes de plantes, petits branchages avec leurs feuilles qui se sont carbonisés à l'abri de l'air. En raison de leur fragilité l'étude en laboratoire n'a pu apporter de précisions complémentaires.

81Ces plantes, qui constituent des offrandes, sont inégalement réparties dans les tombes, on les trouve sous la totalité du squelette (no 13, 68, 73 et 107), sous une partie seulement - tète (no 15, 36 et 70) - thorax (no 40, 47 et 80) - épaule et bassin (no 84) - crâne et membre gauche (no 13) - de la tête à la hanche droite (no 64) - bassin et membres inférieurs (no 79 et 95) : ou bien sur tout le corps (no 63) - sous le corps et sur les côtes (no 82) ou enfin sous le corps, sur les chevilles et sur le thorax (no 114).

82Ces multiples variantes dans la répartition montrent que les offrandes ont été déposées de plusieurs manières : dans le fond de la fosse, soit sous forme de litière végétale ou bien de quelques poignées posées (ou jetées) çà et là ; dans d'autres cas, ou bien on a mis ces offrandes après la descente du corps dans la fosse (no 63 et 82) ou encore on en a mis avant et après (no 114).

83La présence de plantes près des squelettes a déjà été observée ailleurs "plusieurs fois on a constaté que les têtes avaient été posées sur des couches d'écorces servant de coussin, on a remarqué aussi des traces de jonchées de fleurs et de feuillages" (Louis, 1955, p. 224) : des empreintes de tiges de graminées étaient visibles dans la rouille d'un rasoir provenant du tumulus no 4 de la "Meusse" a Baigneux-les-Juifs (côte d'Or)" ce qui tendrait à prouver qu'au moment de l'inhumation le corps reposait sur un lit d'herbes" (Joffroy, 1959, p. 17-18) ; dans la sépulture B du tumulus no 2 de Banges, à Minot "on voit encore dans l'oxyde de bronze de bracelets des fragments d'étoffe, des empreintes de paille, derniers vestiges du lit sur lequel gisait, avant d'être déposé sous cet amas de pierres, ce riche habitant de la région" (Corot, 1902, p. 224). En Alsace, on a constaté à plusieurs reprises que" les têtes étaient placées sur des couches d'écorces servant de coussin, et on avait aussi remarqué des traces de jonchées de fleurs et de plantes ou des restes de fourrures qui couvraient entièrement les morts" (Schaaffert, 1930, p. 300).

84Non seulement ce rite est pratiqué pendant l'Age de Fer, mais il persiste encore à la période mérovingienne ; on emploie la paille, la mousse, des fleurs, des herbes odoriférantes, des tiges de prêle, typha, des feuilles de laurier ; les fidèles ramassent des herbes et les répandent sur les corps des saints (Nicet et Gall) et d'un evêque (Valère) (Salin, 1959).

Traces ligneuses

85Les traces d'inhumations en troncs d'arbres évidés se présentent sous une toute autre forme que les précédentes. Il s’agit en effet d'une couche charbonneuse qu'on trouve sur le fond de la fosse - épaisse en moyenne de un centimètre - et qui se prolonge dans les parois avec une épaisseur plus grande, 2 à 4 cm ; l'ensemble des contours est de forme rectangulaire mais on observe en plus deux particularités : d'une part un renflement bien marqué dans la partie centrale, à hauteur du bassin, et par ailleurs les traces sont arrondies en arrière de la tête. Ces détails permettent d'éliminer l’hypothèse d'un cercueil en planches.

86Les traces sont composées essentiellement de stries parallèles, compactes, toujours alignées dans le sens longitudinal, très serrées ; si on les laisse à l'air une journée seulement, elles se dessèchent rapidement et deviennent pulvérulentes. Elles sont toujours plus épaisses sous l'emplacement de la tête.

87En plus de ces vestiges bien individualisés, nous avons remarqué la présence d'autres traces ligneuses, analogues aux précédentes soit sur la totalité du squelette (no 21, 44 et 62) soit sur une partie seulement (no 8 et 67), s'agit-il d'un couvercle ? nous ne pouvons pas le préciser.

88La présence de sépultures en troncs d'arbres n'est pas un fait inconnu, au contraire ; dès l'Age du Bronze on pratique cette coutume en Haute Marne (Bouillerot, 1914) dans le Sud de la France (Louis, 1955, p. 16-17) et en Suisse (Vogt, 1959) elle continue à l'Age du Fer en Alsace dans la forêt de Haguenau (Schaeffert, 1930, p. 66-73.et 221) dans la Marne (Favret, 1950), et elle persiste aux périodes gallo-romaine (Salin, 1949), germanique (Eggers, 1965) mérovingienne et carolingienne (Scapula, 1954, p. 198-200).

89Le remarquable état de conservation de sarcophages monoxyles trouvés en Haute-Marne à Montier en Der a permis de constater que la tête était placée dans une "encoche spécialement préparée pour la recevoir, moins profonde que la cavité occupée par le corps" et de ce fait la trace noire, plus épaisse sous la tête qu'ailleurs était plus nette (Arnoult, 1967) ; nous avons fait la même constatation à Clair-Bois. Signalons au passage que parallèlement à l'emploi de troncs d'arbres évidés, on a utilisé des cercueils faits de planches assemblées par des clous ou par des chevilles (Dechelette, 1927, p. 539-540) ; en Suisse, on s’est contenté d'employer plus simplement quelques planches (tombes de Hausen, Muensingen, Vevey, Andelfingen) (Viollier, 1916, p. 101, 114, 132 et 135).

90L'utilisation de cercueils monoxyles généralisée en Gaule et fréquente dans les départements limitrophes du nôtre a peut-être été courante en Côte d'Or ; malheureusement les preuves matérielles sont bien difficiles à mettre en évidence, car les lits de charbons qui les matérialisent peuvent tout aussi bien traduire la présence de foyers purificateurs allumés sur l'aire de base sous la tombe, d'incinérations perturbées faites sur place, ou de dépôts votifs, voire même de "banquets funéraires" (Viollier, 1911, p. 68).

91Dans maintes publications régionales nous avons relevé les mentions "lit de charbon" ou "restes de foyers", elles sont trop imprécises et inutilisables ; par contre, il ne serait pas impossible que dans les tumuli de Fleurey-sur-Ouche no 10 (Bouillerot, 1922, p. 13-16) de Minot, (Banges no 4) (Corot, 1923, p. 60), de Genay (tumulus no 1) (Bruzard, 1868) et de Chamesson (tumulus du bois Bouchot) (Flouest, 1883) les traces relevées soient celles de troncs d'arbres.

92Quoi qu'il en soit, si les exemples manquaient dans le département, les découvertes faites à Clair-Bois combleraient cette lacune.

93Il n'a pas été possible de déterminer avec précision l'essence des arbres utilisés (nous savons qu'il y a des essences dures et des pins) mais d'autres découvertes faite en Haute-Marne et en Meurthe et Moselle nous apprennent qu'on a employé le chêne, le noyer et le saule (Lebel, 1956).

94Dans le tableau ci-dessous, nous indiquons les sépultures dans lesquelles on a trouvé des cercueils, et des offrandes végétales, et celles pour lesquelles la discrimination n'a pu être établie.

Périodes

Cercueils

Plantes

Indéterminés

I

24

40

21

II

19, 77

15, 63, 64, 68, 114

8

III

27, 32, 48, 55, 70, 75, 80, 82, 85, 90, 91, 92, 95,102

13, 18, 36, 47, 70, 73, 79, 80, 82, 84, 95, 107

44, 62, 67

IV

52

95Il ressort de la lecture de ce tableau que l'emploi des cercueils et l'usage des offrandes végétales croissent de pair : très rares à la première période, ils deviennent plus fréquents à la seconde et leur utilisation atteint son maximum à la troisième période, c'est-à-dire à la fin de l'époque de Hallstatt. On peut considérer qu'à ce moment là les deux rites disparaissent simultanément et en totalité, puisque la sépulture no 52 possède un mobilier "hybride" qui la date du tout début de la Tène et du Hallstatt final.

96En nous référant au tableau intégré dans le paragraphe traitant du limon gris, nous constatons qu'il existe parfois l'association de deux rites :

  1. limon et plantes à la 2ème période (no 15 et 68) et à la 3ème (no 36, 47, 70, 73, 79, 82 et 107) ;

  2. limon et cercueils à la 3ème période (no 27, 48, 70, 82, 90, 91 et 102) auxquelles s'ajoute la no 52 de la 4ème période ;

  3. plantes et cercueils uniquement à la troisième période dans les tombes no 70, 80, 82 et 95.

97Ces diverses constatations font ressortir un aspect inédit d'une partie des rituels funéraires pratiqués à Clair-Bois ; à la phase finale de Hallstatt, tandis qu'une grande partie des inhumations sont simplement pratiquées en pleine terre, une minorité, environ 20 % des défunts, est placée dans des cercueils monoxyles. Par ailleurs on dépose des offrandes végétales dans un petit nombre de tombes, et fait curieux, ce rite est respecté dans les mêmes proportions que le précédent. Au début de la Tène ces croyances disparaissent brusquement et définitivement, comme du reste l'adjonction de limon gris.

LES INHUMATIONS

Positions des corps

98En règle générale, les inhumés sont allongés sur le dos, en décubitus dorsal, toutefois il existe des exceptions dont voici le détail.

  • Mains sur le bassin : main gauche dans 8 cas, main droite ou les deux mains dans 6 cas.

  • Dans un seul cas le bras gauche repose sur le thorax.

  • Jambes ou pieds croisés : dans 4 cas les pieds sont superposés et par deux fois seulement les jambes sont croisées à partir des genoux.

  • Couché sur le côté on ne l'a constaté qu'une fois.

  • Allongé en plan incliné : le fond des fosses n’étant pas toujours rigoureusement horizontal, les corps suivent la pente et son inclinés dans des directions variables ; le dénivellement longitudinal (entre tête et pieds) ou latéral (entre cote gauche et coté droit) atteint fréquemment 10, voire 20 centimètres.

  • Pas de squelettes en position contractée, ou repliée en "chien de fusil", assise ou accroupie, face contre terre, ou tête bêche.

Sépulture double

99Une seule a été trouvée (no 111), datée de la Tène ; la femme est allongée à droite de l’homme, ses membres supérieurs sont parallèles au corps et sa main gauche est posée sur la hanche droite du défunt. Le bras droit de celui-ci est placé sous le dos de la femme et sa main droite sous le bassin ; l'avant-bras gauche, replié, passe sous l’avant bras gauche de la femme et la main est posée sous la hanche de sa compagne. Il la regarde (voir pl. 19).

100Le couple enlacé dans la mort est une catégorie d'inhumation qui ne paraît pas être courante en Côte-d'Or, nous avons rencontré un cas identique à Fontaine en Duesmois (Ratel, 1969) mais le plus souvent les squelettes sont superposés ou parfois disposés tête bêche. A l’étranger par contre les couples inhumés simultanément et enlacés sont plus courants, à Hallstatt (Von Sacken, 1958) et dans le Haut Palatinat (Naue, 1895, p. 5 et 28) ; dans la Marne, à Thuisy on a constaté l'existence de 28 sépultures doubles (Fourdrignier, 1880).

Orientation

101Nous en avons inventorié 13 orientées Nord-Sud, 7 ont la tête au Nord et 6 au Sud ; 10 autres le sont à l’Est, et pour la grande majorité des autres, la tête est placée à l'Ouest, quelque soit leur emplacement dans le tumulus.

102La sépulture présumée centrale est orientée Nord-Sud, cette orientation se retrouve assez fréquemment dans les inhumations principales de la fin de la période de Hallstatt dans la région.

103A Clair-Bois les sépultures secondaires sont plus ou moins anarchiquement orientées lors des premières inhumations, puis l'agencement et l'orientation des tombes s’organisent progressivement.

Positions des tombes

104Répartition "horizontale"

105Tandis que certaines sépultures occupent la partie centrale, d'autres forment une couronne, limitée initialement à un simple alignement concentrique près du bord interne du premier fossé ; cet alignement s'élargit ensuite aux époques suivantes, mais ne dépasse jamais le pourtour externe du deuxième fossé.

106Répartition "verticale"

107Nous avons précédemment indiqué que pour chaque époque le fond des fosses peut être situé à des profondeurs très variables (voir pl. 13) ; compte tenu de la densité des défunts et de la hauteur du monument, on peut dire qu'on en trouve un peu partout, depuis le niveau de l'aire de base jusque dans la zone superficielle.

108Sépultures superposées

109Voici les observations faites à ce sujet.

110Il n'existe pas de sépultures totalement superposées.
Le creusement d'une fosse n'a jamais endommagé une sépulture sous-jacente.
On n'a jamais trouvé deux corps placés à la même profondeur, l'un contre l'autre et de sexes opposés, les couples ne seraient donc pas inhumés ensemble.
Lorsque les fosses se touchent, qu'elles soient placées bout à bout ou côte à côte, elles sont aménagées sur des plans différents.

111Précisons que pour toutes les sépultures dont les orientations sont opposées, c'est toujours la plus profonde, donc la plus ancienne, qui a la tête placée vers l'Ouest.

112Quatre sépultures seulement se chevauchent partiellement.

  • le bassin de 51 est à 15 cm au-dessus de la fête de 54 (toutes deux de la 4ème période) ;

  • les tibias de 55 sont à 50 cm au-dessus du thorax de 67 (toutes deux de la 3ème période) ;

  • les pieds de 102 (3ème période) sont à 30 cm au-dessus de ceux de la 105 (seconde période) ;

  • le bassin de 71 est à 1,35 m au-dessus de la tête de 90 (la première est de la 4ème, l'autre de la 3ème période).

113Malgré ces 4 cas isolés, il est bien certain que l’on gardait le souvenir précis des tombes et leur emplacement exact ; voyons dans le paragraphe suivant de quelle manière il pouvait se matérialiser.

La matérialisation des tombes, le "signe"

114Lorsque dans un tumulus par exemple, les sépultures se succèdent à intervalles rapprochés, disons de l'ordre d'une ou deux générations au plus, on peut admettre que les vivants connaissent bien l'emplacement exact des tombes de leurs proches, et leur souvenir se perpétue par tradition orale. De ce fait, les tombes anciennes ne courent aucun risque d'être endommagées ou détruites par les récentes.

115De plus, il n'est pas impossible du tout qu'on ait pris soin de fixer une marque, ou un signe, afin de matérialiser d'une manière durable la demeure des défunts. Or, on connaît de telles pratiques puisqu'on a trouvé des blocs de pierre, allongés, placés ou plantés aux pieds du mort à Serres en Meurthe et Moselle (Beaupré, 1902) ou à la tête, dans le tumulus II de Sages en Lozère (Louis, 1955, p. 99 et 104) et de Villecomte, Côte-d'Or, dit "Jean Jacques" (Ratel, 1964, p. 219-220) ; dans celui de Prusly-sur-Ource, Côte-d'Or, "le mort, assis, était adossé à une dalle verticale qui traversait tout le massif tumulaire" (Flouest, 1872). En Alsace, "il existe des tumuli de l'époque de Hallstatt surmontés de stèles de pierre, sorte de menhirs" (Schaeffert, 1930).

116On en connaît qui sont non pas en pierre, mais en bois, et l'auteur précité en indique aussi en Alsace, ce sont des "stèles en bois" ; et en Allemagne, dans le cimetière de Mülheim on a trouvé des traces de poteaux en bois (Roeder, 1943), et il semble que le tumulus d'Ohnenheim (Bas-Rhin) ait été à l'origine surmonté à son sommet d'un gros pieu en bois (Joffroy, 1957, p. 230).

117Lorsque une nécropole reçoit des dépouilles mortelles pendant un laps de temps relativement court, on peut admettre que le signe n'est pas une nécessité matérielle impérative, puisque la tradition orale peut y suppléer, mais il arrive parfois qu'il s'écoule une longue période d'inoccupation étalée sur un demi, millénaire, parfois beaucoup plus ; dans la grotte sépulcrale de Lusigny, Côte-d'Or, les sépultures superficielles, gallo-romaines, étaient aménagées sur un remplissage de pierrailles recouvrant une petite nécropole datée du Néolithique final (Ratel, 1961).Dans ce cas bien précis, dix huit siècles environ séparent les deux périodes d'inhumations ; comment les gallo rommains ont-ils pu découvrir les emplacements des tombes néolithiques, cachées en des recoins très peu accessibles, s'il n'existait pas de signe bien visible qui les indique ?

118Dans les tumuli édifiés en pierres sèches, les poteaux en bois ont complètement disparu et leur emplacement n'est plus matérialisé que par la présence de pierres de calage (Joffroy, 1956, p. 594).

119Tous ces exemples montrent que le "signe" n'est pas une utopie, puisqu'il a bel et bien existé ; à Clair-Bois, la nature propice du massif tumulaire, terre argileuse et graviers mêlés, a assuré une excellente conservation de cercueils en bois. Par conséquent si des poteaux avaient été plantés soit à la tête soit aux pieds des tombes nous aurions dû en retrouver les traces, sinon dans toutes les inhumations, du moins dans certaines, malheureusement toutes nos recherches ont été négatives… et nous n'avons pas trouvé la moindre trace d’éléments lithiques dressés ou posés à côté des défunts.

120Comme ce monument a été agrandi à plusieurs reprises, il était indispensable de reporter à chaque fois les emplacements des marques, sinon il devenait impossible d'inhumer sans courir le risque de détruire une sépulture antérieure. Alors comment s’y prenait-on ? Diverses hypothèses nous ont été suggérées :

  • rebouchage partiel de la fosse après l'inhumation. Dans ce cas la partie supérieure des parois se serait éboulée et le sommet de la partie supérieure du remplissage devrait être concave, vue en coupe, or les parois sont verticales et le sommet du remplissage est horizontal.

  • tassement, sur la fosse comblée, de terre disposée en forme de dôme qui émergerait à la surface du tumulus ; il n’y a pas d’agencement de ce genre.

  • délimitation d'un espace rectangulaire ou ovale de la dimension de la tombe, obtenu en remplaçant le gravier par une terre argileuse de teinte foncée (ou vice versa) : nulle part ce signe n'a été observé.

121La recherche des vestiges de ce signe nous a intrigué et passionné et notre échec nous a déçu, d’autant plus que le milieu offrait le maximum de chances pour le découvrir.

122A cette absence de signe s'en ajoute une autre, celle de la céramique.

123C'est un fait incontestable, nous n’avons jamais trouvé de récipients en terre cuite (et moins encore en bronze) entier ou fragmenté, dans les inhumations, et nous avions déjà fait la même constatation pour les sépultures par incinération.

124Cette absence de céramique à la période qui nous intéresse est un fait connu dans notre région et même dans d'autres "dans les sépultures hallstattiennes du milieu de l'époque de Hallstatt la poterie devient extrêmement rare ; elle manque complètement, même dans les tombes les plus riches de la fin de Hallstatt et au début de la Tène. En Bavière, au contraire, c'est dans les tumuli de la fin de Hallstatt qu'on trouve le plus de poteries" (Schaeffert 1930, p. 203). D'autres auteurs confirment cette affimation "les vases sont très rares sauf à l'état de fragments peu caractéristiques dans les tumulus de Bourgogne et de Franche-Comté à l'époque de Hallstatt" (Déchelette, 1927, p. 297) ; "La rareté des vases entiers dans les tumulus bourguignons doit avoir pour origine un rite spécial des populations qui l'habitaient à l'époque de Hallstatt" (Corot, 1933) ; F. Henry, décrivant quelques vases recueillis en Côte-d'Or conclu "c'est tout et c'est peu" (Henry, 1933, p. 68-71).

125A Clair-Bois, on n'a jamais déposé de vases à offrandes dans les tombes ; les croyances funéraires ont certainement dicté cette attitude, nous en reparlerons dans le chapitre traitant des rites funéraires.

126Avant de décrire dans le chapitre suivant l'inventaire des objets de parure que portaient les "gens" de Clair-Bois, nous pensons qu'il est nécessaire d'insister sur le fait que notre nécropole est celle qui a contenu le plus de défunts dans le département.

Tumuli à sépultures nombreuses

127Pour la période qui nous intéresse - comme du reste pour les époques antérieures - il est matériellement impossible de pouvoir recenser le nombre exact de personnes inhumées par tumuli. Vers la fin du siècle dernier, un nombre important de tertres ont été "piochés" plutôt que fouillés, on recherchait les objets de vitrine et on délaissait souvent les vestiges osseux ; les publications, rarement, traitaient de l'étude anthropologique. Souvent les nécropoles ont été détruites pour servir à empierrer les chemins ruraux ou les routes nouvellement créées.

128En nous basant sur les publications valables, nous avons constaté pour le département que les tumuli, peu nombreux au début de l'Age de Fer, sont ensuite construits un peu partout à la fin de la période de Hallstatt. Simultanément on dépose dans des nécropoles plus anciennes des morts, ce que certains dénomment la "réutilisation" des tumuli. Cette pratique se poursuit au début de la Tène, car S ce moment là, on n'érige plus de nouveaux monuments funéraires.

129Sur une centaine de tumuli inventoriés, nous avons constaté que pour la plupart d'entre eux, le nombre d'inhumations est très faible ; il varie en général de quelques unités à une dizaine seulement, ce qui pourrait correspondre au type du petit cimetière tumulaire familial. Dans les autres cas, les défunts sont un peu plus nombreux : 15 à Mauvilly, 21 à Val-Suzon, 26 à Essarois, 29 à Larrey, 32 à Couchey et 65 à Lantilly.

130Comme on le voit par ces quelques exemples, les grandes nécropoles sont rares dans la département, et à cet égard, celle de Clair-Bois constitue un modèle dans ce genre. D'après les renseignements qui nous ont été communiqués, il semble bien qu'il en soit également de même pour les départements limitrophes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Tableau récapitulatif
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Liste de ces sépultures douteuses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Tableau récapitulatif des inhumations contemporaines de la Tène I
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© ARTEHIS Éditions, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search