Version classiqueVersion mobile

Un tumulus de l’âge du fer à Bressey-sur-Tille (Côte-d’Or)

 | 
Roger Ratel

II - Structure du tumulus

Texte intégral

A. LE TUMULUS PRIMITIF - PREMIERE PERIODE

1Il est délimité par un fossé sub-circulaire dont les diamètres internes Nord-Sud et Est-Ouest mesurent respectivement 15 m et 15,30 m (Pl. 4, no 1). Sa largeur au sommet varie de 2,30 m à 2,50 m et sa profondeur est de l'ordre de 1 m à 1,10 m.

2Tous les autres fossés sont concentriques, et nous avons constaté que leurs diamètres présentent approximativement les mêmes variations. De plus, ils sont creusés dans le sous-sol alluvial fait de graviers de différents calibres et de pierrailles roulées ; localement des petits niveaux de sable sont intercalés.

3Ce fossé délimite un espace circulaire au centre duquel a été aménagée l'inhumation primitive ; l'aire de base est uniformément plate, c’est un lit d'argile sablonneuse, brune, ayant une vingtaine de centimètres d'épaisseur, sur laquelle existent de très nombreuses traces noires, charbonneuses. Ce sont sans doute des débris végétaux qui se sont lentement carbonisés à l'abri de l'air. Leur état trop fragmentaire n'a pas permis en laboratoire d'en déterminer la nature. S'agit-il de plantes qui auraient poussé là naturellement avant l'érection du monument, ou bien que l'on y aurait semé ou déposé intentionnellement ?

4La composition de l'argile brune est analogue à celle de la terre arable environnante ; l'épaisseur de ces deux lits est identique, et leur niveau est le même.

5On peut donc admettre qu'il n'a pas été nécessaire d'enlever ou d'apporter de la terre à l'emplacement de l'aire de base.

6Aucune trace de "foyer purificateur" n'a été observée.

7Dans le quart Sud-Ouest nous avons recueilli un petit lot de silex, dont quelques outils, épars sur le sol d'origine, ainsi que plusieurs tessons ; un décapage complet puis une fouille en profondeur ont été effectués dans ce secteur, mais aucune trace d'habitat n'a été décelée. Ce matériel est décrit dans le chapitre IV.

8Le tumulus, nous l'avons dit, a été édifié non en pierres mais en terre ; c'est pourquoi nous n'avons pas retrouvé la (ou les) rangées de pierres, fichées en terre a mi-profondeur, et que l'on appelle improprement "cromlech". Nous pensons que le fossé a été substitué à ce dispositif habituel.

9Le fossé fut ensuite comblé à l'aide d'un mélange de graviers et d'argile brune ; le personnage inhumé au centre fut recouvert par un massif de limon gris, pulvérulent, en forme de dôme (pl. 4 A). Cette inhumation ayant été en grande partie détruite par le fouilleur anonyme, nous ne pouvons qu'estimer - d'après les vestiges argileux qui subsistent - que ce massif de limon mesurait environ 3 m de diamètre et 0,40 m de haut en son milieu.

10Une couche de graviers et d'argile brune a ensuite été étalée en forme de calotte sphérique surbaissée (pl. 4 B) ; son épaisseur est de 75 cm dans la zone centrale, et son pourtour coïncide avec la partie externe du fossé. Le tout est enfin recouvert d'un lit de graviers blancs (pl. 4 C) dont l'épaisseur réduite à 5 cm dans la zone centrale croît régulièrement vers l'extérieur pour atteindre 25 à 30 cm sur l'emplacement du fossé.

11Ces différents dispositifs constituent le tumulus primitif. Il a 1,20 m de haut et les diamètres Nord-Sud et Est-Ouest mesurent respectivement 19,70 m et 19,20 m.

B. PREMIER AGRANDISSEMENT - DEUXIEME PERIODE

12Un second fossé (II) est creusé, concentrique au premier (pl. 5) ; une banquette large de 30 cm, plate, est aménagée entre les deux ; sa partie supérieure se situe au niveau du sommet du gravier blanc en place. La profondeur de ce fossé est de 1,40 m et sa largeur au sommet varie de 2,90 à 3,20 m. Il est ensuite comblé avec du gravier blanc.

13Sur cet ensemble est placée une nouvelle couche de graviers et d'argile brune (pl. 5 D) dont l'épaisseur est au centre de 65 cm. Le tout est recouvert par un lit de graviers blancs ayant en moyenne 20 cm d'épaisseur (pl. 5 E).

14Ainsi surélevé et agrandi, le tumulus atteint alors 2,05 m de hauteur et ses nouveaux diamètres Nord-Sud et Est-Ouest mesurent respectivement 26 m et 25,50 m.

C. SECOND AGRANDISSEMENT - TROISIEME PERIODE

15- Deux autres fossés sont ouverts simultanément (III et IV), leurs dimensions sont les suivantes : fossé III, largeur au sommet 2,60 m à 2,70 m ; profondeur : 1,40 à 1,50 m. Fossé IV : largeur au sommet 1,90 à 2,10 m et profondeur 1,20 m.

16- Entre les fossés II et III et entre les fossés III et IV sont ménagés des replats identiques à celui séparant I et II et de même largeur, 0,30 m.

17- Les deux fossés III et IV sont comblés par du gravier jaunâtre.

18- Sur le massif tumulaire et sur l'emplacement des deux fossés comblés est répandue une couche d'argile brunâtre mêlée à une faible quantité de graviers, de 35 cm d'épaisseur (pl. 5 F)

19A ce stade, les dimensions du tumulus sont les suivantes : hauteur : 2,40 m ; diamètre Nord-Sud : 36,90 m et diamètre Est-Ouest : 36,50 m.

20Deux observations indiquent qu'une modification est intervenue dans le procédé de construction : d'une part on a creusé simultanément deux fossés, et, d'autre part absence du lit de gravier blanc qui matérialise le sommet de chaque agrandissement successif. Cela traduirait-il un changement, ou plus exactement une modification des rites funéraires propres à l’édification du tumulus ? Pourtant jusque là, les objets de parure accompagnant les défunts sont identiques.

D. TROISIEME AGRANDISSEMENT - QUATRIEME PERIODE

21Ce troisième agrandissement a uniquement consisté à surélever le monument funéraire par adjonction d'une nouvelle couche de matériaux de provenance toute différente des précédents : il s'agit cette fois d'un limon gris (pl. 6 G) qui a été étalé non sur la totalité de la surface existante, mais uniquement sur les flancs Nord et Ouest et empiétant légèrement sur la zone centrale.

22En cet endroit, son épaisseur n'est pas déterminable en raison des destructions causées ; ailleurs à mi distance entre le sommet et le pourtour elle atteint en moyenne 60 cm.

23Alors qu'au cours des trois premières périodes d’occupation les inhumés ont vécu exclusivement à la phase finale de Hallstatt, tous ceux qui ont été enterrés lors de la quatrième période sont contemporains de la Tène I (a, b et c) uniquement. Puis la nécropole a été abandonnée.

24Ce qu'il est frappant de constater, c'est qu'à cette époque de nouvelles modifications interviennent dans la manière d'agrandir le tumulus ; on continue à ne plus utiliser de gravier blanc ; d'autre part on abandonne l'aménagement d'un fossé périphérique de délimitation ; de plus on substitue au gravier argileux brun constamment utilisé un matériau nouveau ; enfin, par exception à la règle jusque là respectée, ce dernier est inégalement réparti en surface.

25Faut-il voir une "dégradation" dans l'ordonnancement naguère si bien conduit des beaux tumuli hallstattiens ? Le Docteur Brûlard avait déjà constaté que "les galgals deviennent de plus en plus frustes à mesure qu'on se rapproche de la fin de l'autonomie gauloise" (Brûlard, 1909) et il pensait que les tertres hallstattiens si bien construits "étaient élevés en l'honneur de guerriers, de chefs, de personnages importants, tandis que plus tard les Gaulois qui demeurèrent fidèles aux anciennens coutumes furent rares et pauvres" (Brûlard, 1905).

26… Ne peut-on y voir plutôt une évolution des coutumes funéraires, liée et dictée par des croyances religieuses qui se sont plus ou moins modifiées dans le temps et selon les régions ?

27La couche superficielle du tumulus a nécessairement été déformée depuis vingt siècles ; l'érosion, pluies et vent, a joué un rôle important et destructeur ; un lit d'humus a été produit par la végétation arbustive et herbacée, ainsi que par la présence d'un bosquet de pins planté vers la fin du siècle dernier sur cette butte. Enfin la partie centrale du monument a été partiellement détruite par la tranchée abri et par celle ouverte par le fouilleur anonyme.

28Nous pouvons supposer que l'épaisseur du limon gris superficiel devait être beaucoup plus importante que de nos jours, puisque certains squelettes ne sont recouverts que d'une mince couche de terre, d'une vingtaine de centimètres seulement, épaisseur indéniablement bien trop faible pour assurer une sépulture normalement agencée.

Quel rôle peut-on attribuer à ces fossés ?

29On s’accorde généralement à penser que ces fossés, parfois dénommés tranchées circulaires, ne peuvent en aucune manière constituer une barrière de protection efficace destinée à empêcher que des dommages ne soient causés tant au monument qu'aux défunts qu'il renferme. Leurs dimensions sont évidemment beaucoup trop restreintes pour interdire l'accès tant aux animaux carnassiers ou fouisseurs qu'aux humains pilleurs de sépultures.

30On estime que leur rôle serait purement symbolique et consisterait à marquer les limites d'un espace bien déterminé à l'intérieur duquel seront déposés les morts. En outre, ces fossés pourraient matérialiser une "protection magique que ne pourraient franchir, de l'intérieur vers l'extérieur, les fantômes ou esprits des morts " (Dechelette, 1927, pp. 535-536).

Ces fossés sont-ils restés longtemps à l'air libre avant d’être comblés ?

31La nature du sous-sol nous l’explique : il est constitué d’alluvions, sable et graviers (au sens large du terme) roulés, donc bien arrondis, disposés en lits d'épaisseurs irrégulières ; les éléments les plus gros ont la taille d'un oeuf, et les sables sont en faible proportion, 10 à 20 % au maximum. Il en résulte que pour que les parois d'une cavité creusée dans ces matériaux ne s'éboulent pas, il est indispensable de leur donner une faible pente ; cela n'empêchera cependant pas les intempéries de les éroder et d'en modifier les profils.

32Or les fossés de Clair Boir présentent des parois à pentes bien marquées et bien nettes, et dont l'inclinaison est de l'ordre de 90°… et il n’existe pas de traces d'éboulement sur le fond.

33Par ailleurs, si des fossés sont à l'air libre pendant un temps relativement long, il est logique d'admettre qu'une végétation va s’y développer, et que de petits mollusques vont y vivre : or nous n'avons jamais trouvé de restes d’humus ni de coquilles, pas plus dans le fond que sur les parois.

34Compte tenu de ces observations, nous pensons que les fossés ont été à l'air libre pendant un laps de temps très court, dont la durée pourrait par exemple avoir été limitée à la période au cours de laquelle on a célébré des cérémonies rituelles consécutives à l'agrandissement du monument.

35Les profils obtenus en ouvrant les quatre tranchées orthogonales longues de 15 m chacune et profondes de 1,50 m, présentent des différences mineures il est vrai (pl. 8) : ils traduisent simplement la difficulté d'obtenir des tracés dont les dimensions soient constantes et régulières, cette difficulté résultant de l'instabilité du sous-sol.

Trouve t-on fréquemment des fossés ?

36Dans le département nous n'en connaissons que de rares exemples, dans le tumulus de la Butte, à Sainte-Colombe (Joffroy, 1957, p. 66), à Longvic (Martin, 1966) et à Chaume-les-Baigneux (Ratel, 1968) ; ailleurs on peut signaler Broussy le Grand dans la Marne (deux tumuli avec un fossé chacun) (Piganiol, 1961), Saint-Denis de-Palun dans le Cher (le seul tumulus qui, à notre connaissance ait un fossé creusé dans la roche) (Favière, 1964), Rheinheim dans la Sarre (Killer, 1966) Ohnenheim dans le Bas Rhin (Joffroy, 1957, p, 230) et Oss, en Belgique, avec ses deux fossés concentriques (Louis, 1953).

Existe t-il dans le département d'autre tumuli construits de la même manière ?

37D'après notre inventaire, leur nombre est, à vrai dire, très faible, par rapport à l'ensemble des nécropoles qui, pour la plupart, ont été édifiées en pierres mais il ne faut pas perdre de vue le fait que depuis le Moyen Age l'exploitation des terres faciles à cultiver a détruit par arasement bon nombre d'entre eux.

38Pour quelques uns, il parait assuré qu'ils ont été édifiés en une seule fois, nous citerons ceux de Saint-Julien (Mémoires de la C.A.C.O., 1946), de Genay "Bois de Genay no 1" (Bruzard, 1868), de Longvic-les-Dijon (précédemment cité) et de Chaume-les-Baigneux (Ratel, 1970)

39Pour d'autres on peut admettre qu'il y a eu un ou deux agrandissements, observés à Chambain, tumulus "de la Bosse du Meulay" (Flouest, 1874) et à Genay, "Bois de Genay no 2" (Henry, 1933, p. 138) ; lorsque les sépultures font défaut dans la partie supérieure du monument, le doute subsite, comme à Cérilly (Joly, 1967) et à Sainte-Colombe-sur-Seine (D.A.G., 1923).

40Nous nous devons de préciser que le fait d’agrandir un tumulus n'est pas une exclusivité propre aux tertres édifiés en terre ou sable, on rencontre de tels processus architecturaux dans les tumuli construits en pierre ; les exemples sont à dire vrai, rares, et nous ne connaissons que ceux de Minot "Banges no 4" (Corot, 1923, p. 57-64) de Lantilly (Corot, 1905, p. 23), et de Villecomte, "Charmodot" (Ratel, 1965) pour la Côte d'Or. Dans le Doubs, le tumulus de Dompierre-les-Tilleuls, érigé au Hallstatt ancien a été agrandi au Hallstatt final puis à la Tène (Lerat, 1964)

41Le fait de choisir tantôt la pierre, tantôt la terre a pu varier suivant les époques ou les lieux : M. Millotte a constaté que "dans le Jura au Bronze ancien, la plupart des tumuli ont été érigés en terre mêlée d’argile, et à l'Age du Fer ils ont été bâtis en pierre calcaire qui foisonne un peu partout" (Millotte, 1963, p. 92 et 164).

42Pour notre région il serait évidemment très intéressant de réaliser un inventaire complet de ces monuments construits en terre ou graviers, de rechercher les cadres géologiques, lesquels indiqueraient la présence dominante de tel ou tel matériau, et de mettre en évidence l'appartenance ethnique des défunts : population (dense ou faible) enracinée ou non dans le secteur, pouvant relever de la culture des Champs d'Urnes, etc…, une telle étude permettrait alors de déterminer les motifs qui ont dicté le choix des matériaux utilisés.

43Par sa structure particulière, le tumulus de Clair Bois s’individualise donc dans le contexte archéologique du département. Il constitue un type spécifique architectural dont on n’a pratiquement aucune chance de trouver un équivalent dans notre région dite du "Dijonnais".

© ARTEHIS Éditions, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search