Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

III Actualité de la recherche et découvertes récentes

Évaluations archéologiques sur le complexe néolithique du Grand-Pressigny : le site de Barrou ‘La Creusette’ (Indre-et-Loire)

Résultats préliminaires du diagnostic réalisé en 2000

Alain Villes

Résumé

En août 2000, une évaluation archéologique a été réalisée dans une parcelle de 1 hectare, sous forme de 10 tranchées limitées à l’épaisseur du labour, et de petits sondages dispersés dans ces tranchées. Le site est celui d’où provient le dépôt de 133 lames brutes, découvert en 1970. La répartition du mobilier dans la couche archéologique intercalée entre le substrat alluvionnaire et le labour ou les dépôts de pente correspond à quatre concentrations ou nappes de déchets, dont une seule est entièrement comprise dans la surface traitée. Le mobilier, représenté par près de 10 000 artefacts, correspond essentiellement à une occupation du Néolithique final, dans la fourchette chronologique de fonctionnement des ateliers des plateaux. La céramique (676 tessons) est peu typée, malgré la présence discrète d’éléments de vaisselle plus fine. Le mobilier lithique est fortement dominé par les déchets de la méthode de débitage « livre de beurre ». La présence d’autres éléments (nucléus non LDB, bouchardes, céramique, outils de broyage…) suggère une fonction du site plus diversifiée que la production des grandes lames, ainsi qu’une certaine stabilité des activités. L’outillage est bien trop mal représenté pour signaler un habitat permanent, qu’il convient de chercher à quelque distance. La densité et l’étendue du site, dont les limites ne sont apparues que dans une direction, signalent la complexité, jusqu’ici insoupçonnée, du contexte de la fameuse cachette. Elles confirment l’importance de la vallée de la Creuse, entre Chambon et Descartes, comme composante majeure ou épine dorsale du complexe des sites pressigniens.

Texte intégral

  • 1 Le diagnostic réalisé à ‘La Creusette’ fera l’objet d’une publication complète, lorsque l’étude tec (...)

1Dans le cadre du projet collectif de recherches (PCR) intitulé : « Le Grand-Pressigny au Néolithique » (Villes, 2000), des sondages systématiques ont été entrepris dans la région du Grand-Pressigny, au titre de la recherche programmée. La première opération de ce type a été conduite à Barrou ‘La Creusette’ durant l’été 2000. Nous proposons ici un résumé du rapport d’intervention (Villes, 2002)1.

Présentation du site et de son contexte

Résumé des recherches antérieures à 2000

2Le site (fig. 1), qu’il ne faut pas confondre avec celui de ‘La Creusette’ à La Guerche, situé 500 m environ au nord-ouest (Verjux, 1991), était connu depuis longtemps par des ramassages de surface. Il est devenu célèbre par suite de la découverte, par Mme Geslin-Brung, en 1970, d’une grande lame brute, indice de la présence d’un dépôt qui fut dégagé l’année suivante (Geslin, Bastien, 1971, 1972 et 1974 ; Geslin et alii, 1972 et 1975a et b).

3Au lieu-dit ‘Les Ayez’, un dépôt similaire avait été mis au jour dès 1883 à Barrou (Cordier, 1961b). En France, divers dépôts de lames de silex sont connus, quoique jamais sous la forme de produits à la fois bruts (lames non retouchées) et nombreux (Cordier, 1961b et 1986 ; Mallet et alii, 1994). Il y avait en effet au moins 122 lames aux ‘Ayez’, pour assurément 133 à ‘La Creusette’. L’étude technologique du dépôt (Bastien, Geslin, 1975 ; Geslin et alii, 1972 et 1975a et b) a été récemment complétée (Pélegrin, 1997).

4De 1971 à 1975, divers sondages ont été réalisés afin de mieux connaître l’environnement du dépôt de grandes lames (fig. 3 A). La parcelle appartenant à la famille Geslin avait alors une configuration différente (E 370). Longue de 135 m comme aujourd’hui, elle a été élargie à 30 m par remembrement et doublée de largeur par échanges et acquisitions (ZU 168 et ZU 96). Le diagnostic a donc pu être réalisé sur près d’un hectare.

5Les fouilles réalisées avant nous jusqu’au fond de la couche archéologique consistèrent en cinq sondages de 1 m2 et autant de « fenêtres » de 4 à 25 m2, pour la plupart alignés dans l’axe de l’ancienne parcelle. Une tranchée profonde et étroite avait été réalisée vers le haut de celle-ci, pour l’étude géologique. Vers le bas, l’un des sondages avait recoupé l’emplacement d’une concentration lithique de 1,15 m sur 1,50 m, bien circonscrite sur l’épaisseur de la couche archéologique. D’abord interprétée comme un « petit atelier » (Geslin et alii, 1982b), elle est aujourd’hui considérée par J. Pélegrin comme le dépotoir de plusieurs opérations de taille.

6L’association entre tessons, outils, armatures de flèche et même parure (segment de bracelet plat en roche schisteuse) et la production des grandes lames, a poussé les auteurs à interpréter le site comme à la fois habitat et atelier (Geslin et alii, 1982a).

Contexte du site

7‘La Creusette’ se trouve en position intermédiaire entre la bordure du lit majeur de la Creuse, en rive droite, et le rebord du plateau turonien (fig. 1). Ce dernier domine de 60 à 80 m la vallée. La parcelle sondée se trouve entre les courbes de niveau 55 et 60, en contrebas immédiat de la rupture de pente, à 800 m du lit mineur de la rivière. La différence d’altitude est de 2,12 m entre le bas et le haut de la parcelle, sur 132 m de long, soit 1,62 %. Cette pente est beaucoup plus forte vers le haut que dans les deux tiers inférieurs de la parcelle.

8Entre le site et la rivière, la vallée montre des variations d’altitude de l’ordre de 1 m seulement. Depuis le lieu-dit ‘Les Marais’, situé 2 km en amont, jusqu’au bourg de La Guerche, une légère dépression marécageuse, sur la courbe de niveau 53-54 m, est marquée par un ruisseau calibré depuis longtemps, indiquant un bras fossile probable de la Creuse. Entre cette dépression et la rivière, de légers dômes naturels (altitude : 54 à 55 m) peuvent avoir été choisis comme habitat, puisqu’à l’abri des inondations.

  • 2 Ces alluvions n’ont pas livré, du moins à notre connaissance, d’industrie préhistorique, même roulé (...)

9Le contexte géologique, décrit par J.-J. Macaire (Geslin et alii, 1982a, p. 25), est constitué par un dépôt d’alluvions anciennes (sables, graviers comportant des galets, nappes d’argile), probablement d’âge rissien, qui inclut des colluvions argileuses issues du plateau2.

10La couche archéologique s’intercale entre ces alluvions et la semelle de labour (fig. 1 B-C et fig. 2). De composition sablo-argileuse, elle reflète l’hétérogénéité même de la terrasse (par exemple, elle est plus argileuse au-dessus des colluvions), ce qui laisse supposer qu’elle s’est constituée essentiellement au détriment de la terrasse. Le substrat n’est franchement sableux qu’à partir de 60 cm de profondeur, avec des lits ondulés de sable devenant bien visibles en coupe. Sous la couche archéologique, le toit du sous-sol comporte une certaine fraction d’argile ou de limon, qui s’estompe de manière progressive. Le niveau archéologique n’est intact qu’à partir de 25 cm sous la surface actuelle du sol. Il varie de 15-25 cm d’épaisseur dans le bas de la parcelle, à 5-10 cm dans le haut. En tant que niveau sédimentaire, il est visible en tous points du site.

Fig. 1. Barrou ‘La Creusette’ (Indre-et-Loire). A. localisation géographique du site (d’ap. Verjux, 1991) ; B et C. contexte géologique (d’ap. Macaire, dans : Geslin et alii, 1982).

Fig. 2. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : relevé stratigraphique de la coupe dans le sondage profond de la tranchée no 2. 1. terre végétale ; 2. semelle de labour ; 3. niveau archéologique limoneux et sableux ou argilo-sableux ; 4. alluvions quaternaires litées, sans matériel archéologique, avec marques de racines et litage des dépôts de grave (relevé A. Villes).

Fig. 3. Barrou ‘La Creusette’. A. plan de la propriété Geslin actuelle, avec superposition des contours (traits épais) de la propriété au moment de la découverte du dépôt de grandes lames, position des tranchées de diagnostic 2000 (numérotées de 1 à 10) et des sondages et fouilles antérieurs à 2000 (en noir). L’étoile entre les tranchées 2 et 3 indique la position du dépôt ; B. plan des tranchées de diagnostic de 2000 et surface, en noir, des parties fouillées de la couche archéologique.

11Les sondages ont été poussés plus profond (1 m) que ce niveau à mi-longueur des tranchées 2 et 3, mais sans faire apparaître d’autre couche archéologique. À l’extrémité de la tranchée 3, une zone de débitage de lames, avec le nucléus correspondant, attribuable au Paléolithique supérieur, a été fouillée en surface du substrat (Primault, 2001). Erratiques, une lamelle Montbani et une armature scalène, sur silex jaune jaspoïde, ont été trouvées au sein de la couche du Néolithique final, dans la tranchée 1.

12Une colluvion argilo-calcaire brune, incluant de nombreux petits blocs et nodules de calcaire blanc d’aspect roulé, recouvre la couche archéologique sur 50 à 70 cm d’épaisseur dans le tiers le plus haut de la parcelle, pour 25 à 30 cm seulement en bas, où elle est entièrement comprise dans le labour.

Les tranchées dévaluation et la vision générale du site dans lespace évalué

Méthode suivie

13En travers de la parcelle, nous avons réalisé dix tranchées parallèles, longues de 40 à 48 m, larges de 2 m, numérotées de 1 à 10 depuis la route (fig. 3), la 7e ayant été doublée de largeur sur sa moitié ouest. Espacées de 9 à 12 m, ces tranchées n’ont pas dépassé, sauf ponctuellement, le niveau de la terre arable ou de la semelle de labour.

14Nous avons réalisé vingt-six sondages manuels à l’intérieur des tranchées, consistant en la fouille de la couche archéologique sur une surface de 2 à 32 m2, avec relevé du mobilier en trois dimensions dans les zones les plus denses.

15Le mobilier a été enregistré par carrés de 2 x 2 m, en faisant la distinction entre celui provenant du niveau arable (les déblais ont été sommairement triés à la main) et celui prélevé en place en surface de la couche. Les décomptes ont permis d’établir des blocs-diagrammes permettant de visualiser la densité du mobilier dans les tranchées (fig. 4).

Fig. 4. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : répartition du matériel, par carrés de 2 m sur 2 m, dans les tranchées de diagnostic, la tranchée no 1 étant en bas, la no 10 en haut, le matériel étant figuré en nombre d’objets. 1. dans les déblais des tranchées ; 2. dans les sondages à travers la couche archéologique.

16L’industrie lithique contenue dans ces derniers est toujours caractérisée par une surface plus ou moins lustrée, voire des arêtes émoussées, alors que celle provenant de la couche archéologique présente toujours une grande fraîcheur. Le niveau en place a été entamé superficiellement par la pelleteuse en deux points : à l’entrée (sud-est) de la tranchée 1 et à 12-14 m de l’entrée de la tranchée 3.

17Le fait que la couche archéologique n’ait pas été fouillée dans la totalité des tranchées constitue un handicap pour la comparaison entre la densité du matériel en place et sa présence dans la terre arable, mais il nous paraissait exclu de prendre le risque de « miter » le gisement.

Les vestiges d’occupation d’époque historique (fig. 9, no 2)

18Dans la tranchée 6, sur les 14 premiers mètres (toujours depuis le sud-est), est apparu un cailloutis assez dense, réparti en trois zones principales, et formé par des blocs de calcaire décarbonaté, des rognons naturels de silex et quelques gros galets. Du mobilier néolithique a été trouvé dans les interstices de cette sorte de radier, ainsi que deux tessons d’époque historique. Dans le labour, en particulier dans les dix premiers mètres, les éléments néolithiques abondent. Le niveau de « pavement » apparaît à 25 cm de profondeur. Des sondages ponctuels ont permis de constater qu’il est aménagé dans la partie supérieure de la couche néolithique, entre 25 et 35 cm sous la surface du sol actuel.

19À la distance 30-32 m dans la même tranchée 6, une fondation de 1 à 1,20 m de large est apparue à 25 cm, constituée de blocs calcaires de taille variable, plus ou moins jointifs, fortement décarbonatés, aux arêtes arrondies, dessinant un arc de cercle. Un tesson d’aspect gallo-romain a été trouvé coincé entre deux blocs.

20Dans la tranchée 7, qui a par ailleurs recoupé la coupe géologique des années 1970 (à 11 m de l’entrée), ainsi qu’un sondage antérieur (entre 18,60 et 19,60 m), deux catégories de structures sont apparues. D’une part, dans la moitié ouest, un lit de blocs de calcaire plus ou moins équarris et de silex, plus dense qu’à l’entrée de la tranchée 6, a justifié un doublement de largeur de la bande décapée. La limite de cet empierrement est rectiligne et soulignée par un liseré de gravier. Quelques petits sondages manuels ont permis de s’assurer que le lit de blocs atteignait le substrat sableux. À l’entrée de la tranchée, des amas de blocs calcaires plus ou moins décarbonatés sont apparus dès la semelle de labour. Larges de 30 à 70 cm et au nombre d’une dizaine, ils s’insèrent directement dans la couche néolithique et s’alignent sur un axe un peu différent de celui de la tranchée.

21Cette orientation étant la même que celle des bordures du « radier » à l’entrée de la tranchée 6 et dans la partie élargie de la tranchée 7, nous avons interprété ces structures entamant la couche néolithique comme appartenant à un même aménagement. Il s’agirait d’une base de chemin ou de voie et des fondations de bâtiments en matériaux légers, proches de celle-ci.

22Des structures médiévales ont été repérées plus haut dans la parcelle : une fosse à remblai riche en paillettes charbonneuses, de 4 m de diamètre, dans les mètres 8-10 de la tranchée 9, une zone oblongue, grise et truffée de petits nodules de calcaire aux mètres 18-19 de la même tranchée, une zone charbonneuse, avec calcaire brûlé, aux mètres 22-23 de la tranchée 8.

La couche du Néolithique final et les concentrations de mobilier

23Les dix tranchées ont mis en évidence des concentrations de matériel néolithique (fig. 4, 5 et fig. 9, no 2), mais la couche archéologique ayant fait l’objet de sondages limités, on ne peut comparer d’une manière exhaustive la répartition du mobilier en place avec celle des vestiges récupérés dans les déblais. On constate cependant qu’il n’y a pas de discordance marquée entre les deux. Le mobilier est dense dans les sondages, aux endroits mêmes où il abonde dans les labours. Dans les tranchées 4, 5 et 6, dont les déblais étaient « pauvres », les sondages ont été menés au hasard, à intervalle régulier et n’ont pas rencontré beaucoup d’éléments (en général moins de cinq objets par m2).

24En revanche, et sous réserve des données de l’étude de technologie lithique, la proportion entre catégories d’objets n’est pas exactement la même dans le niveau végétal que dans les sondages. D’après nos décomptes provisoires, les éclats sont proportionnellement plus abondants dans le labour que dans la couche archéologique, notamment dans les tranchées 2, 3 et 10. Cela peut s’expliquer par les impacts accidentels de la pelleteuse, mais surtout par les ramassages de surface antérieurs. La céramique est moins bien représentée dans la terre végétale que dessous, du fait de sa sensibilité aux intempéries. Mais sa représentation en surface concorde avec sa densité sous la semelle de labour, en particulier dans les tranchées 1 et 2. Dans la tranchée 7, il s’agit surtout de tessons historiques (présents essentiellement dans les déblais). Dans les tranchées 4 à 7, 9 et 10, la rareté des tessons superficiels concorde avec leur faible présence, voire leur absence, dans les sondages.

25Si nous cumulons le décompte des vestiges néolithiques dans le labour et dans la couche en place par segments de 4 m2 (le matériel a été ramassé de 2 m en 2 m), quatre concentrations de matériel apparaissent (fig. 9, no 2) :

261) sur toute la largeur de la parcelle et sur une longueur de 40 m, à hauteur du dépôt de grandes lames (situé en bordure d’emprise, entre les tranchées 2 et 3). Cette première nappe se prolonge au-delà de la parcelle, en particulier jusqu’à la route et peut-être de l’autre côté de celle-ci. D’après les sondages manuels, cette nappe, épaisse de 20 à 25 cm, est dense en vestiges. En l’absence d’une fouille complète de la couche dans les trois premières tranchées, d’éventuelles variations de densité ne peuvent être décelées. Ainsi s’explique que nous ne puissions faire état de structures fines (calages de poteau) ou de zones-dépotoirs, voire d’amas de taille (tas ou lentilles d’éclats de débitage comparables à celui de La Guerche) ;

272) dans l’axe de la parcelle, sur un diamètre de 20 m et à mi-longueur des tranchées 4 et 5. Le mobilier rencontré dans les déblais et dans la couche correspond principalement à des déchets de dimension plus modeste et dix fois moins nombreux que dans les autres concentrations, quoiqu’appartenant globalement au même type de débitage. S’agit-il là des éléments subsistant en place d’une nappe de vestiges dont les plus gros éléments auraient été prélevés anciennement ?

283) dans les tranchées 6 et 7 : mobilier abondant (c’est-à-dire d’une densité comparable à celle des tranchées 1 à 3) dans les 6 à 14 premiers mètres (comptés depuis l’entrée sud-est). Il y en a plus dans la terre végétale que dans la couche et cela coïncide avec la présence de structures historiques (pavement en tr. 6, semelles de poteau en tr. 7). Il existe là une nappe en partie remaniée par ces aménagements. Nous serions donc à l’extrémité d’une concentration de matériel dont une large part se trouverait dans la parcelle voisine, au sud-est. Dans la tranchée 7, à l’emplacement de l’empierrement interprété comme chemin médiéval, le mobilier est peu abondant, tout comme dans la moitié sud-est de la tranchée 8 ;

294) dans la deuxième moitié de tranchée 8 : mobilier en densité comparable à celle de l’entrée de la tranchée 7 ou dans les tranchées 1 et 2. C’est également le cas dans les 6 derniers mètres de tranchée 10, alors que dans la partie intermédiaire entre ces deux « pics » de matériel, le mobilier redevient médiocrement présent, la tranchée 9 étant par ailleurs vide dans ses 30 premiers mètres, où la pelle n’a pas atteint la couche. La dernière tranchée a mis en évidence l’extrémité sud d’une concentration dont l’essentiel se trouverait à la fois plus haut sur la pente et plus au nord. Cette quatrième nappe serait aussi recoupée par tr. 9 et 8, à leur extrémité.

La disposition des vestiges dans la couche archéologique

30Comme le montrent les diagrammes cumulatifs (fig. 4), les objets en place dans la couche archéologique se présentent en densité assez similaire d’une « nappe » à l’autre, dans les 5 à 20 cm de sable limoneux compris entre la terre végétale et le substrat alluvionnaire : 800 objets pour 12 m2 à l’extrémité de tr. 10, 760 pour 12 m2 à mi-longueur de tr. 2, 1200 sur 8 m2 (distance 28 à 32 m) en tr. 1, soit 33 à 75 objets par m2 et par épaisseur de 5 cm, la 4e concentration (la plus dense dans les 6 derniers mètres de tr. 10) n’étant pas la plus faible, avec 66 unités au m2. Ces données seront sans doute nuancées par le décompte du matériel par carré selon son poids.

31En fouille, les éclats de silex et tessons se sont présentés à plat, dans leur grande majorité, au-dessous de la semelle et en position oblique ou verticale, à raison de 1 pour 3 en moyenne, dans la semelle de labour. Silex et tessons étaient mélangés assez intimement, avec une forte proportion de tessons, par rapport aux gros ou moyens éclats de taille (jusqu’à 1 pour 3), dans les sondages des tranchées 1 et 2 (fig. 5). La céramique est bien moins représentée, mais tout aussi intimement mélangée au lithique dans la tranchée 10. Nous n’avons pu effectuer de raccord entre les tessons trouvés groupés.

Le silex

32La provenance du silex est multiple, si l’on s’en tient à la présence de plusieurs qualités et couleurs, à l’exclusion des teintes gris ou gris-noir (notamment des ateliers de « Larcy »). Les diverses variantes semblent, à première vue, présentes dans les quatre nappes, mais cela reste à préciser. Il s’agit du type du Turonien supérieur, dit « classique » du Grand-Pressigny (Giot et alii, 1986). Le type d’éclat dominant (mais dans une proportion restant à chiffrer par rapport au total des éclats) est celui court ou large à profil sagittal très incurvé, talon lisse, bulbe renflé, caractéristique de la mise en forme LDB.

La répartition spatiale des artefacts les plus significatifs

33La distribution des nucléus « livres de beurre » (désignés ci-dessous par : LDB) se caractérise par sept exemplaires entre les mètres 28 et 32 en tr. 1, dont trois au contact les uns des autres (à plat) en place dans la couche, quatre autres entre 20 et 24 m, en tr. 2, enfin trois en tr. 3, entre 12 et 14 m, plantés deux verticalement et jointifs, le troisième à plat contre les deux autres, en surface du substrat, le sommet des trois objets affleurant à mi-hauteur de la couche, 5 à 10 cm sous la semelle de labour. On serait tenté de voir là un calage de piquet ou petit poteau, interprétation qui ne vaut pas pour les autres groupements de LDB. La congruence entre ces nucléus observés en place et les LDB récupérées dans les déblais permet de faire état, finalement, d’au moins quatre groupements nets, ou « paquets », de l’ordre de trois à sept unités, sur 4 à 8m2 dans chaque cas (fig. 6, no 1). Plus de la moitié de ces gros objets se trouvaient dans la semelle de labour, ce qui explique leur « passage » dans les déblais de tranchée. Il s’agirait donc de groupements intentionnels durant un épisode plutôt final dans l’accumulation de vestiges. On constate aussi que les LDB reprises pour la taille de lames et d’éclats, et trouvées en place (tranchées 1 et 3), proviennent dans trois cas sur quatre des mêmes concentrations que les LDB. Dans l’attente de l’étude technologique, et donc de décomptes plus précis, on se bornera ici à préciser que les déchets de production des grandes lames semblent se répartir en proportion égale à travers les concentrations nos 1, 3 et 4 (fig. 9, no 2) et en densité constante en leur sein.

Fig. 5. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : répartition du matériel par catégories. 1. dans les sondages (cumulés) ; 2. dans les déblais des tranchées de diagnostic ; 3. composition de l’industrie lithique issue des tranchées, labours et sondages cumulés : 1. pièces ayant subi l’action du feu ; 2. éclats ; 3. lames ; 4. débris de taille ; 5. outils ; 6. galets et percuteurs durs ; 7. nucléus ; 4. répartition du mobilier des sondages, tranchée par tranchée, et selon leur catégorie : 1. éclats et débris de taille ; 2. lames et segments de lame ; 3. céramique ; 4. outils. Les diagrammes indiquent les objets en nombre et non en poids.

Fig. 6. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. distribution des nucléus type « livre de beurre » ; 2. distribution des autres nucléus dans les tranchées.

34Le débitage « type LDB » est présent partout. Les éclats plus ou moins corticaux également. En l’absence de gros ou très gros éclats d’épannelage et de segments significatifs de dalles, il semble clair que les blocs ont été apportés dégrossis, c’est-à-dire à l’état d’ébauches (ou « préformes »).

35Quatre catégories d’objets se répartissent en concordance apparemment étroite avec la nature et la position des concentrations de matériel : les fragments et reprises de nucléus LDB, les bouchardes et « percuteurs », les racloirs à coches et les poignards (fig. 6 à 8).

36Ce premier constat pourra être précisé par l’étude de la répartition des éclats du stade final d’exploitation des LDB, s’ils peuvent être isolés, et des produits plus spécifiques, tels que les segments de lames issues de LDB.

37Les LDB sont représentées seulement dans les secteurs de fouille ou de déblais ayant livré le plus d’éclats de préparation de LDB : tranchées 1 à 3, entrée de la tranchée 7, extrémité de la tranchée 10. Leur présence à mi-longueur de tr. 4 et 5 coïncide avec une nappe de matériel, bien qu’elle soit pauvre en gros éclats.

Fig. 7. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. distribution des lames retouchées (ou « poignards ») ; 2. distribution des racloirs à coches, dans les tranchées.

38La répartition des molettes ou « bouchardes » en silex est presque la même que celle des LDB (fig. 8, no 1). Il s’agit essentiellement de galets d’origine immédiate (alluvions de la Creuse) et de quelques « bouchardes » en silex, sur nucléus globuleux.

  • 3 Nous nous en tenons, pour la dénomination de ces objets, appelés traditionnellement « scies à coche (...)

39La dizaine de racloirs à coches3 provient exclusivement des tranchées 1 et 2, à proximité de « lots » de LDB. Les trois-quarts des dix-sept segments de poignards (grandes lames plus ou moins retouchées) proviennent de la nappe 1 (tranchées 1 à 3), selon des groupements proches de ceux des LDB.

40Trois autres catégories d’objets montrent une répartition un peu différente : les petits nucléus à lames, lamelles ou éclats, les perçoirs et les grattoirs (fig. 6, no 2). Ces nucléus globuleux ou prismatiques abondent dans la tranchée 1 (19 des 25 exemplaires), en compagnie d’ailleurs de trois des six LDB ayant fait l’objet d’une reprise. On n’en trouve que très peu au milieu de la parcelle et pas du tout dans sa moitié haute. Les perçoirs, en revanche, sont aussi nombreux dans les tranchées 7 et 8, c’est-à-dire dans la partie où la nappe a été remaniée à l’époque antique ou médiévale, que dans la tranchée 1. Ils sont peu abondants dans les tranchées 2, 3 et 10.

Fig. 8. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. distribution des percuteurs (galets) et des bouchardes (silex) dans les tranchées ; 2 et 3. répartition du matériel archéologique dans la couche, exemple du carré O (mètres 29-30) de la tranchée 1 et du carré K-L (mètres 22-23) de la tranchée 2 ; cercles pleins : céramique ; cercles vides : silex ; rectangle : nucléus « livre de beurre ».

41La position des grattoirs paraît plus aléatoire : en majorité dans les tranchées 1 et 2. Cette répartition est soulignée par celle des pièces qui semblent tenir leur allure de grattoirs d’une retouche d’accommodation et non d’un façonnage primaire. Mais les « vrais » grattoirs sont rares : huit exemplaires au total.

42Mêmes si nucléus prismatiques, perçoirs et grattoirs se distribuent un peu différemment des LDB et des lames tirées de LDB, leur position et leur fréquence paraissent directement liées à la densité et aux contours des quatre concentrations de matériel.

Fig. 9. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. répartition des éclats de silex portant la marque du feu dans les tranchées (1 : 0 à 5 pièces ; 2 : 5 à 10 pièces ; 3 : 10 à 15 pièces ; 4 : plus de 15 pièces) ; 2. interprétation des données de diagnostic : les hachures serrées indiquent les limites de concentrations de matériel (considérées comme nappes de déchets d’activité) dans le niveau sablolimoneux entre la terrasse et le niveau labouré ; les hachures larges correspondent à une nappe dans laquelle le module moyen des éclats de silex est plus petit ; les hachures croisées signalent les indices d’occupation antique et/ou médiévale ; les lignes de traitspoints montrent la position de l’ancien chemin ou voie.

43Enfin, les pièces lithiques portant la trace du feu (fig. 9, no 1) sont les plus abondantes en tr. 1 à 3 et tr. 10. Mais on observe aussi leur présence en tranchées 5, 6, 7 et 8. Dans les deux dernières, l’action du feu peut s’expliquer par l’incidence des occupations ultérieures (période antique ou médiévale), liées à la voie. Mais en tranchées 5 et 6, il n’y a pas de lien évident avec la zone de matériel de faible densité supposée correspondre à un lieu de taille dont les gros éclats auraient été emportés.

44En résumé, la concordance est évidente entre l’abondance des éclats de préparation des LDB d’une part et, d’autre part, la présence de nucléus LDB, de percuteurs, d’outils peu nombreux mais sur lame (poignards, racloirs à coches), et de céramique (fig. 11). En revanche, la corrélation est moins évidente entre l’ensemble des déchets typiques de la technique pressignienne d’une part et d’autre part les petits nucléus, les témoins d’action du feu et les perçoirs.

Aperçu de lindustrie lithique

45Nous nous bornerons à une présentation sommaire, dans l’attente de l’étude technologique (C. Sestier, à venir).

Les nucléus

Les LDB et NP (nucléus plats)

46Il n’y a pas lieu ici d’insister sur la morphologie des LDB (fig. 10, 11, 12 et 15), qui a fait l’objet de publications précises (Cordier, 1951 ; Kelterborn, 1980) et à laquelle la série de 2000 n’apporte, à première vue, rien de nouveau.

47Les LDB trouvées en 2000 correspondent à 10 exemplaires complets et 21 segments. Parmi les premières, quatre montrent un début de reprise, souvent laminaire et c’est également le cas de quatorze parmi les secondes.

48À ‘La Creusette’, on constate aussi la transformation de LDB en deux bouchardes ou pilons ( ?) sur des segments distaux (fig. 12, no 7). Plusieurs autres ont été collectées avant 2000 (Geslin et alii, 1982a, fig. VII, no 3 et p. 27-28), ainsi qu’une LDB complète, fortement lustrée, émoussée et piquetée sur toutes ses faces et arêtes. La conversion de LDB en outils plus ou moins massifs a été signalée depuis longtemps (Berthouin, Cordier, 1951 ; Sacchi, 1964 ; Geslin, Bastien, 1968 ; Fouquet, 1969 ; Bastien, 1969).

49Des segments de LDB montrant une reprise pour le débitage de lames courtes et d’éclats sont signalés dans les sondages antérieurs (Geslin et alii, 1982a, p. 27). Cette pratique est bien attestée sur d’autres sites, notamment de la vallée de la Claise (Millet-Richard, 1997). Une série de sept grands nucléus de forme parallélépipédique allongée (fig. 13, nos 3 et 4) permettra d’approfondir la discussion sur la « reprise » des LDB. En effet, trois d’entre eux sont à débitage de lames, dont deux sur anciennes LDB. Sur les quatre autres, à débitage principal d’éclats, deux présentent un dos épannelé avec arête médiane et plages corticales. Il s’agit probablement du même type d’objet, mais ré-exploité plus exhaustivement.

Les autres nucléus

50Les 28 autres nucléus sont en proportion de 3 à débitage d’éclats pour 1 à production laminaire. Cette dernière dénote la recherche de petites lames et lamelles, dont quelques exemplaires, mais à l’état de tronçons, ont été retrouvés (fig. 14, no 9 et fig. 15, nos 6, 7 et 9).

51La plupart des nucléus à éclats sont globuleux et de taille réduite (8 cm de diamètre en moyenne (fig. 14, no 8 ; fig. 15, no 7). Certains d’entre eux ont été convertis en bouchardes ou molettes (fig. 12, nos 2 et 6). Les spécimens de type pyramidal sont rares, de même que ceux à débitage de petites lames et lamelles (fig. 15, no 6) et qui sont à plan de frappe simple (parfois de forme cylindrique) (fig. 15, no 7) ou double.

Les outils

« Poignards »

52Ont été groupés sous ce terme les segments de grandes lames montrant une retouche plus ou moins prononcée, mais régulière, des bords (fig. 17, nos 1 à 3 et 5). Aucun « poignard » n’a donc été trouvé complet. Sur les 18 dénombrés, on compte huit parties distales (dont trois réduites à la pointe) (fig. 15, nos 10 à 12), deux mésiales et huit proximales (dont deux limitées au talon). Malgré la rareté des talons dièdres piquetés de cette série (fig. 17, no 7), il ne fait pas de doute que ces poignards proviennent essentiellement de lames tirées de LDB. Leur section est triangulaire et relativement épaisse.

Racloirs à coches

53Au nombre de 9, il y en a sept représentés seulement par une moitié (fig. 16, nos 8, 9, 13 et 14). Ces objets semblent le plus souvent tirés de lames issues de nucléus plats (fig. 16, no 13), et certains d’éclats longs, parfois corticaux (fig. 16, no 4). Parmi les sept autres exemplaires trouvés antérieurement, il n’en figure qu’un seul incomplet et les supports se partagent à peu près également entre éclats et grandes lames à section trapézoïdale.

Grattoirs

54Peu nombreux, comme on l’a dit, ils sont tantôt sur éclat cortical, tantôt sur éclat « pressignien » (fig. 16, nos 1 à 5). Ils présentent une retouche latérale marginale plus ou moins complète. La faible importance quantitative des grattoirs dans le mobilier du diagnostic 2000 concorde avec leur rareté dans les sondages antérieurs, qui n’en ont fourni qu’une dizaine.

Perçoirs, pointes

55Cette série d’outils est la plus abondante, avec 43 exemplaires de type et de taille variés (fig. 16, nos 17, 18 et 19), la plupart sur éclats de préparation de LDB, à l’instar des autres catégories d’outils sur éclat. Un seul exemple, très fin, est sur lame (fig. 16, no 19). La gamme va des petites pièces frontales, latérales ou déjetées (« épines »), aux grosses pièces distales, de section triangulaire, généralement peu dégagées de l’éclat (« alésoirs »), de facture souvent soignée (fig. 16, no 18).

Autres outils sur éclats

56Les racloirs sont très rares (fig. 16, no 12). Les nombreux denticulés, coches et quelques troncatures, la plupart sur éclat (notamment de façonnage de LDB), sont rarement de belle facture ou même crédibles. Un premier examen à la binoculaire nous a permis de constater que beaucoup de ces « outils » avaient été produits par des accidents au tranchant, sous l’effet des labours.

Armatures

57On n’en compte que deux et de type cordiforme, biface, l’une petite (fig. 17, no 5), l’autre assez grande, dans le matériel issu du diagnostic 2000. Il faut y ajouter les trois armatures du sondage antérieur no 1 (fig. 16, nos 14 à 16) : une triangulaire à petit pédoncule et ailerons à peine dégagés, une à ailerons équarris et pédoncule court, la troisième ogivale, à pédoncule saillant et ailerons pointus.

58La fabrication d’armatures sur le site est possible, compte tenu de la présence de deux microburins (fig. 15, nos 16 et 17), ce qui concorde avec l’existence du petit débitage laminaire (fig. 15, nos 11 à 15).

Outillage sur lame

59En dehors des « poignards » et de racloirs à coches, l’outillage sur lame est peu typé et relativement peu abondant sur le site, malgré le nombre des nucléus. Pour l’essentiel, il s’agit d’une retouche partielle d’un ou deux bords et de légères coches (fig. 17, nos 10 et 12). La retouche régulière et continue de lames larges ou courtes est assez rare. Il n’y a pas de vrai couteau à dos, mais certaines lames de crête en ont peut-être été l’équivalent (fig. 18, nos 8, 14 et 15). La retouche sur lames semble présenter le même aspect opportuniste que sur les éclats. Comme pour les denticulés, coches et raclettes, nous attendons de la tracéologie une aide dans le tri entre vraies retouches et accidents divers sur tranchants.

Outillage « lourd »

60Les outils bifaces sont rares : une hache polie en chaille (fig. 14, no 1), une autre en silex clair (fig. 14, no 4), un pic en silex (fig. 14, no 2), objets issus des fouilles antérieures. Celles-ci ont fourni les deux seuls tranchets (fig. 14, nos 5 et 7).

61Quelques éclats longs et épais présentent un émoussé prononcé d’une ou deux extrémités (notamment la plus pointue). Un « retouchoir » (ou élément de briquet) a été réalisé en transformant une extrémité d’un nucléus biconique fusiforme en petit pic (fig. 19, no 17). Enfin, un objet oblong, biface, lustré, fortement écrasé à une extrémité connaît, sous le terme de « pilon », un homologue à Abilly-« Le Foulon » (Milletrichard, 1994, p. 20 et 23-24) (fig. 14, no 3).

Remarques subsidiaires sur l’industrie laminaire

62Les lames sont proportionnellement peu abondantes, mais mieux représentées dans les 136 m2 fouillés que dans les labours. Toutefois, il n’y a aucune commune mesure entre la production attestée par le nombre des LDB et la quantité de lames retrouvées (pour la plupart incomplètes), ce qui renforce l’hypothèse d’un atelier, pour « La Creusette ».

63Les produits laminaires typiquement pressigniens sont bien présents : lames d’entame, à deux pans égaux (fig. 18, nos 1 à 5), lames à deux pans, l’un formé par les négatifs des enlèvements de cintrage, l’autre par l’empreinte d’une lame antérieure, lames à crête et sous crête latérale de LDB (fig. 18). Ces produits étant rarement retouchés et jamais complets, on peut les considérer comme rejets.

64Les lames à trois pans, plus ou moins larges, peu développées, à talon lisse, tirées de nucléus plats et de la reprise de LDB, sont également attestées (fig. 18, nos 12 et 18 à 20). Des NP ont été retrouvés, lors des fouilles antérieures, en association étroite avec les LDB, notamment dans le « petit atelier ». Même si ce dernier doit être considéré comme un dépotoir, il est probable que les deux techniques ont été utilisées simultanément sur le site.

65Enfin, les petites lames et lamelles (fig. 15, nos 11 à 15) sont beaucoup moins nombreuses que ne le voudrait le nombre des nucléus conçus pour cette production, ce qui laisse supposer qu’elles n’ont pas été destinées prioritairement à l’utilisation sur place. Quelques lames de technique non LDB témoignent d’un débitage « au punch » (fig. 15, no 8).

La céramique

66La céramique ayant déjà été publiée (Villes, 2001), nous nous bornerons ici à un résumé. 676 tessons du Néolithique final ont été dénombrés, dont 393 trouvés dans la couche, sur 136 m2. L’essentiel de cette poterie en place provient des tranchées 1 et 2 (près de 400). La plus grande part de la céramique issue des déblais revient aussi aux tranchées 1 et 2 (65 et 97 tessons), ainsi qu’à la tranchée 3 (64 fragments). Le reste (25 tessons en fouille, 57 hors stratigraphie) se répartit entre les tranchées 4 à 10.

67Sur 96 fragments significatifs, aucune forme n’est complète. La seule fusaïole présente, de type discoïde et de belle facture (fig. 20, no 3), provient de ramassages de surface. Deux types de production se distinguent aisément :

68– la première est assez fine (fig. 20, nos 8 à 10 et 15 à 18) et représentée par des tessons de teinte foncée, lissés sur les deux faces, de petite taille, généralement fragiles. Un seul fragment de fond aplati est présent (fig. 20, no 22), de même qu’un seul témoin de profil segmenté (carène). Les bords de vases fermés sont amincis. Il existe un exemple de marli (fig. 20, no 27). Les rebords rentrants, issus de vases creux ou peu profonds (bols, jattes), sont en nombre comparable (9 ex.) à ceux de type fermé (7 ex.) (fig. 20, nos 10, 18 et 25-26). La production fine comprend aussi deux morceaux de cuiller (fig. 20, no 1), s’ajoutant à deux trouvés précédemment, et un fragment de louche ou de petit « vase-couvercle » (fig. 20, no 8). Les éléments de préhension se limitent à deux languettes non perforées. Le mode de façonnage de la céramique fine est difficile à étudier, du fait de son mauvais état de conservation. Le montage par collage de plusieurs épaisseurs de pâte est attesté. La cuisson semble avoir été bonne et principalement réductrice. Le dégraissant est fin, parfois micacé, peu visible, avec peut-être des inclusions végétales.

69– La seconde comprend principalement des vases de grand module à profil cylindrique (fig. 20, nos 4 et 20) ou en tonnelet (fig. 20, nos 2 et 7) et trois carénés (fig. 20, no 23). Notons aussi deux profils segmentés moins marqués. De cette catégorie proviennent les sept languettes horizontales, plus ou moins saillantes (fig. 20, nos 2, 3 et 11). Les autres formes correspondent à des vases moins volumineux et de paroi moins épaisse, aux surfaces plus soignées, à bord aminci, de type ouvert (bols et terrines tronconiques ou hémisphériques) (fig. 20, nos 7, 12 et 20). La production grossière montre très fréquemment des cannelures de modelage et de façonnage, horizontales ou obliques, assez serrées et fort sommaires, sur toute la surface externe. Les fonds plats, d’une épaisseur plus ou moins assortie à celle de la paroi, sont assujettis à celle-ci par l’intermédiaire d’une légère cornière. Ces fonds sont aussi bien à bourrelet débordant que non débordant.

70Les décors sont de trois catégories, sur la production grossière ou semi-grossière :

  • modelage au doigt de la surface, en vaguelettes plus ou moins profondes et serrées (fig. 20, no 14) ;

  • petites incisions verticales, en ligne, sous le bord (fig. 20, no 9) ;

  • cordons lisses ou incisés (fig. 20, no 6).

71La forte fragmentation de la céramique laisse supposer qu’elle a été dispersée après son abandon dans le cadre d’une fréquentation répétée des activités aux mêmes endroits. Sous aucun aspect la céramique ne présente de différence par rapport à celle trouvée avant nous sur le site.

La position chronologique du site et la question de son identité culturelle

72Nous tenterons une datation 14C sur le seul fragment osseux trouvé (tranchée 1). En attendant, seule la typologie fournit des arguments de datation.

Les indications fournies par l’industrie lithique

73Une occupation néolithique plus ancienne, dont les mobiliers lithiques seraient dispersés dans la couche archéologique, n’est attestée que par deux tessons du Néolithique moyen (culture de Chambon ?).

74L’industrie du silex se caractérise par l’association constante, dans les trois nappes de matériel, des racloirs à coches et poignards et de la production des grandes lames sur LDB et NP. Dans les sondages antérieurs, rien ne contredit ce constat.

75Cette association (qui comprend aussi des armatures à pédoncule et ailerons) est également la règle dans les rares sites ayant fait l’objet de fouilles dans le secteur du Grand-Pressigny : Abilly ‘Le Foulon’, ‘Le Petit Paulmy’ et ‘La Borne’, Le Grand-Pressigny ‘Les Réaux’, La Guerche ‘La Creusette’ (Cordier, 1961 ; Cauvin, 1961 ; Berthouin, 1980 ; Millet-Richard, 1992, 1993, 1994 et 1995 ; Marquet, Millet-Richard, 1995 ; Verjux, 1991).

76On retrouve à Ligueil ‘Les Sables de Mareuil’, cette même association (Schoenstein, Villes, 1985 ; Villes, 1986). Parmi les armatures, le type Sublaines, réputé propre au Néolithique récent, est également représenté, mais par deux exemplaires seulement. Mais les poignards sont de type mince et large, d’aspect « pisciforme » (« proto-poignards » de la terminologie J. Pélegrin) et non du type le plus fréquent dans les exportations (Mallet, 1992). La méthode de la LDB n’est pas clairement avérée à Ligueil. Il est donc à présumer que celle du nucléus plat, bien représentée sur ce site, mais attestée aussi à ‘La Creusette’, est antérieure à celle de la LDB, même si tout porte aussi à croire qu’elle a continué à être utilisée après l’invention de cette dernière.

77Pour Barrou ‘La Creusette’, la seule typologie lithique est donc impuissante à déterminer l’éventualité que l’activité d’atelier ait commencé lors d’un stade antérieur à la production des lames sur LDB. Et quoi qu’il en soit, les éléments les plus typiques associés dans les concentrations de mobilier correspondent à la pleine phase de fonctionnement des ateliers et des exportations du plein Néolithique final, dans les 2e et 3e quarts du iiie millénaire.

Les indications fournies par la céramique

78Le répertoire céramique est assez limité (fig. 20) et sa représentativité probablement insuffisante. Il est tout à fait comparable à celui fourni par les fouilles et découvertes antérieures, sur le site comme dans la vallée de la Claise. On retrouve en effet dans les fouilles d’Abilly et du Grand-Pressigny le même répertoire de formes et la même coexistence d’une production grossière et d’une autre, fine mais mal représentée. L’ensemble de ‘La Creusette’ est cependant un peu plus diversifié.

79À ‘La Creusette’ de La Guerche (Verjux, 1991), la proportion apparemment assez forte de cordons décorés d’impressions a pu faire penser que le site avait été fréquenté à l’Âge du Bronze, mais la présence de cordons lisses ou impressionnés, dans le lot fourni par notre propre diagnostic, constitue un point commun de plus entre ces deux sites contigus. Dans la production grossière de ‘La Creusette’ de Barrou, cordons sans décor et profils segmentés s’ajoutent au répertoire antérieurement connu, de même que les carènes, marlis et rebords de récipients de type fermés, dans la production fine, représentée auparavant surtout par des jattes et des bols. La quasi-absence de fonds plats dans cette vaisselle se confirme. Le matériel céramique de ‘La Creusette’est également tout à fait comparable à celui fourni par les ‘Châtelliers’ de Moulins-sur-Céphons (Indre) (Villes, 2003).

80La comparaison avec la céramique du niveau Néolithique final de Ligueil montre également que la totalité du répertoire de ‘La Creusette’ se retrouve dans ce dernier.

81Les similitudes entre la céramique de ‘la Creusette’ et celle des sites attribués à la culture du Gord (Bailloud, 1982) ne nous sont pas d’un grand secours. Si les taxons lithiques sont similaires et les exportations pressigniennes bien avérées dans les milieux du Néolithique final du Bassin parisien, la banalité ou l’absence de valeur diagnostique de la céramique que le site de ‘La Creusette’ partage avec les ensembles du Gord ne nous apprend rien de plus que nous ne sachions déjà par le lithique.

82En revanche, la comparaison avec la céramique de la culture d’Artenac n’est pas inutile. Les quelques formes carénées, rebords droits ou fermés, vases-« couvercles », les boutons redressés et imperforés, ainsi que les marlis, présents dans la production fine de ‘La Creusette’ et des sites alentour, ont des équivalents dans le Néolithique final du Centre-Ouest. On en retrouve également dans le Gord (assiettes, carènes sur production fine, triangles pointillés), où ils signalent – au minimum – une parenté entre le Bassin parisien et le Bassin aquitain au Néolithique final. D’ailleurs, le site septentrional le plus important, par la représentativité de sa céramique et l’ampleur des fouilles, celui du ‘Fort-Harrouard’ (Sorel-Moussel, en Eure-et-Loir), pourtant localisé aux portes occidentales de l’Île-de-France, est bel et bien artenacien (probablement dans une phase évoluée). Il ne devait pas être complètement isolé ni se pourvoir en vaisselle fine et décorée par le seul colportage

83On notera par ailleurs la proximité géographique entre, d’un côté, les ateliers du Grand-Pressigny et, de l’autre, non seulement les sites artenaciens du seuil du Poitou, mais encore les grands bâtiments domestiques de type Antran, qui appartiennent en propre à la culture d’Artenac (Antran, Moulin-sur-Céphons, Vouillé) (Villes, 1999). S’ajoutant à l’existence de quelques éléments artenaciens en Touraine (tesson de Sublaines), ceci accrédite l’hypothèse d’une extension de l’Artenac jusque dans le sud-ouest du Bassin parisien, au moins lors d’une phase récente. Cependant, la céramique de ‘La Creusette’, sans doute parce qu’elle est trop peu représentative, ne permet pas de trancher cette question (Villes, 2003).

Conclusion

84Le diagnostic réalisé en 2000 à ‘La Creusette’ montre que le contexte de la « cachette » de lames est beaucoup plus riche et complexe qu’on ne l’avait imaginé jusqu’ici. Un vaste gisement s’est ainsi confirmé, sans que son étendue exacte ait pu être appréciée. Si, en toute hypothèse, le dépôt de lames symbolise le centre du site, celui-ci ne peut couvrir moins de 3 à 4 ha. Il est évident que 10 000 m2 représentent, ici comme ailleurs, une assiette bien trop faible des sondages pour appréhender l’ensemble d’un gisement néolithique de quelque importance.

85Le dépôt de grandes lames ne représente quant à lui qu’un événement ponctuel (peut-être le résultat d’un acte rituel) illustrant, tout comme celui des ‘Ayez’, la volonté des tailleurs de geler ou sacrifier, pour des raisons encore obscures, une part de leur production. Cette thésaurisation doit être mise en parallèle avec la complexité du site et des activités d’atelier formant le principal contexte de cette « cachette » qui évoque ou préfigure les dépôts de l’Âge du Bronze.

86Il est à présumer que les occupations du Néolithique final s’échelonnent sans grands hiatus tout au long du val, comme le suggère la position de la cachette des ‘Ayez’ à Barrou, celle de ‘La Creusette’ de La Guerche et celle de l’atelier d’Abilly ‘Bergeresse’.

87La vallée de la Creuse représenterait donc un potentiel aussi important, sinon plus, pour l’étude du phénomène pressignien, que les ateliers des plateaux. Ces derniers se localisent sur des terrains argileux, ingrats pour l’habitat, et semblent ne comporter aucun indice d’occupation domestique.

88Le diagnostic de l’an 2000 confirme donc l’existence de deux types d’ateliers : ceux situés sur les gîtes mêmes de dalles du Turonien supérieur, et ceux – probablement mieux protégés, dans le contexte de colluvions et d’alluvions – qui ont été aménagés dans les mêmes périodes sur des terrains légers, plus proches des rivières, mieux exposés et mieux drainés, et sur lesquels les blocs ont été apportés déjà préparés. Les ensembles d’Abilly ‘Le Foulon’ et ‘Le Petit-Paulmy’, en raison de la composition de leurs assemblages lithiques, de la faible importance de leur céramique et du caractère apparemment incomplet de leur « panoplie » d’outils, nous semblent appartenir eux aussi, par analogie avec ‘La Creusette’, à la catégorie de ces ateliers de type 2. Leur situation topographique dans le val de la Claise est très analogue à celle de ‘La Creusette’ dans celui de la Creuse. Ceci n’exclut ni l’éventualité d’un « effet palimpseste », ni celle d’aménagements domestiques stables, situés à proximité des fenêtres ouvertes jusqu’à présent sur ces sites et plutôt réduites.

89Entre le Gord, trop mal défini, et l’Artenac, trop peu identifiable sur le site, il serait prématuré de trancher quant à l’appartenance de ‘La Creusette’ aux groupes définis dans les régions voisines. Mais si le site appartient à une autre culture que ces dernières, quels pourraient bien en être les caractères originaux ? Il est clair que la céramique évoque les éléments communs à plusieurs cultures du Néolithique final, voire même du Néolithique récent et que l’industrie lithique n’est pas, à elle seule, discriminante. Mais l’omniprésence du débitage sur LDB concorde avec l’homogénéité apparente du corpus céramique et invite à une attribution au Néolithique final.

90Quant à l’absence d’évidence de structures d’habitat permanent, elle n’est pas, en soi, négative, puisqu’elle invite à chercher dans un contexte plus large et l’habitat lui-même et le rôle fonctionnel du site. La sous-représentation des catégories d’outils habituelles aux milieux domestiques, s’ajoutant à celle des armatures, cadre en effet assez mal avec l’hypothèse d’un habitat, au sens restrictif de lieu de résidence et centre d’activités agricoles.

91Mais l’assemblage lithique, tel qu’il est ici associé à de la céramique très fragmentée, plaide aussi en faveur de la présence, à relative proximité, d’aménagements domestiques stables. Malgré l’abondance des déchets de taille et des nucléus, l’absence d’amas de débitage concentrés (par exemple comparables aux tas d’éclats de ‘La Creusette’ de La Guerche), la reprise fréquente des LDB et les indices de production d’éclats et de petites lames de type banal, suggèrent le fonctionnement d’un atelier diversifié.

92Un diagnostic tel que celui présenté ici offre donc un échantillon de mobilier représentatif et des informations nouvelles, pour l’approche des questions relatives au travail des artisans des grandes lames, à la gestion des déchets, à l’intervention des tailleurs non spécialisés, à l’approvisionnement des habitats en outils ou supports d’outils, à la fonction des outils présents et à la durée d’utilisation des ateliers. Mais il invite à approfondir la stratégie d’approche des sites pressigniens.

93La méthode d’évaluation limitée à des tranchées à 10 % et des sondages ponctuels, comporte deux inconvénients. D’une part, elle ne permet pas de déceler les structures les plus fines et donc d’évaluer le potentiel et le degré de préservation des restes d’activités de courte durée. D’autre part, à compter d’une surface significative, elle prend le risque de porter sur une occupation de longue durée, dont la complexité n’est abordable que par une fouille étendue.

Fig. 10. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : exemples de nucléus « livre de beurre » complets et de segments distaux (A. Villes del.).

Fig. 11. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : segments de nucléus « livre de beurre » (A. Villes del.).

Fig. 12. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1-4-5. nucléus LDB repris en débitage laminaire ; 2et6. nucléus polyédriques à éclats, réutilisés (bouchardes) ; 3. nucléus tabulaire, à débitage bipolaire de lamelles ; 7. segment distal de LDB réutilisé en pilon ou boucharde (A. Villes del.).

Fig. 13. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1et3. nucléus LDB, repris pour la production de lames courtes, par débitage bipolaire ; 2et4. lames larges, à talon lisse, issues probablement de nucléus plats, à retouche marginale et partielle des bords ; 5. ébauche de hache ou reprise de LDB ; 6. grand éclat de reprise de nucléus plat, à crête antéro-latérale (A. Villes del.).

Fig. 14. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. lame de hache, polie, en silex non pressignien ; 2. pic taillé ; 3. « pilon » ; 4. talon de lame de hache polie en silex très clair ; 6. probable ébauche de hache ; 5 et 7. tranchets ; 8. boucharde en silex ; 9. nucléus polyédrique sur segment de LDB (A. Villes del.).

Fig. 15. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. segment mésial de LDB ; 2et4. percuteurs sur galet ; 3. LDB avec reprise de l’une des crêtes latérales ; 5. « piqueteur » ; 6. nucléus unipolaire à production de lamelles ; 7. nucléus unipolaire, cylindrique, à production de lamelles et réutilisé en boucharde ; 8. lame à talon lisse (obtenue « au punch ») ; 9. nucléus discoïde ; 10. armature de flèche cordiforme, biface ; 11-15. segments de petites lames et lamelles ; 16-17. microburins (A. Villes del.).

Fig. 16. Barrou ‘La Creusette’. 1-11 et 13. racloirs à coches ; 14-16. armatures de flèche à ailerons et pédoncule ; 12. racloir simple ; 17. petit bec déjeté, sur lame à troncature et retouche abrupte du bord gauche ; 18. bec ; 19. perçoir sur petite lame (2, 5, 7 et 14-16 : fouilles antérieures à 2000, le reste ; diagnostic 2000 - A. Villes del.).

Fig. 17. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : segments divers de lames tirées de LDB (sauf no 15), à retouche latérale, ou « poignards » (A. Villes del.).

Fig. 18. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : pièces techniques. 1-15. lames ou segments de lames de LDB (10 et 11 : reprises de crête antéro-latérale), le plus souvent à talon dièdre, piqueté ; 16. éclat long d’épannelage de LDB ; 17-20. lames à talon lisse, sur nucléus « plat » ou conique (A. Villes del.).

Fig. 19. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : 1-8 et 19. grattoirs ; 9. lame sur nucléus cylindrique bipolaire ; 10. nucléus pyramidal à éclats ; 11. pointe ou fragment de soie d’outil sur lame (type « poignard ») ; 12. lame d’entame sur LDB, avortée ; 13. perçoir sur éclat de préparation de LDB ; 14. ébauche de couteau à dos sur lame, probablement cassé lors de la retouche ; 15. percuteur sur galet ; 17. nucléus fusiforme, bipolaire, à production de petites lames, retouché à une extrémité en pic (« retouchoir » probable) ; 18. fragment de meule ou broyon en grès (nos 9, 17 et 19 : fouilles antérieures à 2000 – A. Villes del.).

Fig. 20. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : échantillon de la céramique. 8-10, 13-18 et 23, 24-26. production fine ; 21. fragment de cuiller ; le reste : céramique « grossière » (A. Villes del.).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anonyme, 1970, « Résultat d’un sondage effectué à la Guerche », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 21, p. 75-92.

Bailloud G., 1982, « Vue d’ensemble sur le Néolithique de Picardie », Revue Archéologique de Picardie, no 4, p. 5-35.

Bastien G., 1969, « Deux livres de beurre réutilisées comme percuteurs », Bull. des Amis du Musée Préhistorique du Grand-Pressigny, no 20, p. 88-90.

Bastien G., Geslin M., 1975, « Note à propos des assemblages et des lames du dépôt de ‘La Creusette’, Barrou (37) », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 26, p. 26-36.

Berthouin F., 1980, « Habitat néolithique du Foulon, Abilly (Indre-et-Loire) », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 31, p. 14-20.

Berthouin F., Cordier G., 1951, « Contribution à l’étude des ‘livres de beurre’ du Grand-Pressigny : exemples de transformations en outils », Bull. des Amis du Musée Préhistorique du Grand-Pressigny, no 2, p. 18-22.

Cauvin M.-C., 1961, « Découvertes de céramiques au Grand-Pressigny », L’Anthropologie, t. 65, fasc. 1-2, p. 181-184.

Cordier G., 1951, « Contribution à l’étude des ‘Livres de beurre’ du Grand-Pressigny : essai de définition », Bull. des Amis du Musée Préhistorique du Grand-Pressigny, no 2, p. 15-17.

Cordier G., 1961a, « Le fond de cabane néolithique des Réaux au Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) », Gallia Préhistoire, t. 4, p. 183-192.

Cordier G., 1961b, « Un point de technique à propos des lames de la cachette des Ayez », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. LVIII, fasc. 11-12, p. 672-676.

Cordier G., 1986, « Les dépôts de lames de silex en France », Études Préhistoriques, no 17, p. 37-48.

Fouquet G., 1969, « Note sur deux livres de beurre aménagées », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 20, p. 85-87.

Geslin M., Bastien B., 1968, « Sept livres de beurre aménagées », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 19, p. 59-67.

Geslin M., Bastien G., 1971, « Note préliminaire : sondage effectué à Barrou-37, section E-370, juillet 1971 », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 22, p. 30-31.

Geslin M., Bastien G., 1972, « Fouilles 1972 effectuées sur la Commune de Barrou, section E, parcelle 370 », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 23, p. 23-24.

Geslin M., Bastien G., 1974, « Compte-rendu de sondage effectué sur la Commune de Barrou, section E, parcelle 370 », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 25, p. 40-42.

Geslin M., Bastien G., Fouquet G., 1972, « Étude du dépôt de lames de ‘La Creusette’ à Barrou », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 23, p. 25-42.

Geslin M., Bastien G. et Mallet N., 1975a, « Compte-rendu des fouilles 1975 », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 26, p. 37-39.

Geslin M., Bastien G., Mallet N., 1975b, « Le dépôt de grandes lames de ‘La Creusette’, Barrou (Indre-et-Loire) », Gallia Préhistoire, t. 18, fasc. 2, p. 401-422.

Geslin M., Bastien G., Mallet N., Freslier B., 1982a, « Le site de ‘La Creusette’, habitat et atelier », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 33, p. 24-34.

Geslin M., Bastien G., Mallet N., Freslier B., Genty P., 1982b, « Le petit atelier de taille de ‘La Creusette’ (commune de Barrou, Indre-et-Loire) », Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 79, fasc. 10-12, p. 399-410.

Giot D., Mallet N., Millet D., 1986, « Les silex de la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) : recherche géologique et analyse pétrographique », Revue Archéologique du Centre, t. 25, fasc. 1, p. 21-35.

Kelterborn P., 1980, « Zur Frage der livre de beurre », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, vol. 63, p. 7-19.

Mallet N., 1992, Le Grand-Pressigny : ses relations avec la civilisation Saône-Rhône, 2 vol. : 218 p., 123 pl. dont 4 dépl. (Suppl. au Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny).

Mallet N., Pélegrin J., Reduron-Ballinger M., 1994, « Sur deux dépôts de lames pressigniennes : Moigny et Boutigny (Essonne) », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 45, p. 25-37.

Marquet J.-C. et Millet-Richard L.-A., 1995’« L’habitation-atelier Néolithique final du Petit-Paulmy à Abilly (Indre-et-Loire) : présentation préliminaire », Revue Archéologique de l’Ouest, suppl. no 7, p. 247-271.

Millet-Richard L.-A., 1992, « Rapport de la campagne de sondages effectués en été 1991 sur le site ‘Les Foulons’ à Abilly », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 43, p. 23-30.

Millet-Richard L.-A., 1993, « Rapport de la fouille programmée sur le site du Foulon à Abilly », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 44, p. 34-42.

Millet-Richard L.-A., 1994, « Résumé de la campagne de fouilles du Foulon 1993 », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 45, p. 19-24.

Millet-Richard. L.-A., 1997, Habitats et ateliers de taille au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire), technologie lithique, Thèse de Doctorat, Université de Paris I.

Pélegrin J., 1997, « Nouvelles observations sur le dépôt de lames de ‘La Creusette’ (Barrou, Indre-et-Loire) », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 48, p. 19-34.

Primault J., 2001, « Une occupation du Paléolithique supérieur en place dans la vallée de la Creuse : La Creusette à Barrou (Indre-et-Loire) », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 52, p. 31-35.

Sacchi D., 1964, « Adaptation particulière de deux nuclei ‘livre de beurre’ du Grand-Pressigny », Bull. de la Société Préhistorique Française, CRSM no 8, p. CXXXV-CXXXVIII.

Schoenstein J., Villes A., 1985, « Les récentes découvertes céramiques à Ligueil et leur intérêt. 2e partie : le Néolithique final », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 36, p. 10-16.

Thevenot J.-P., 1973, « Le village préhistorique d’Ouroux-sur-Saône : résultats des premières fouilles », Travaux du centre de Recherches de Solutré, no 1.

Verjux C., 1991, « Fouille de sauvetage sur un atelier de taille du silex du Néolithique Final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlonssur-Marne, 1988, éd. ARPEP, p. 173-181.

Villes A., 1986, « Deux implantations septentrionales de la culture d’Artenac : Ligueil (Indre-et-Loire) et Fort-Harrouard (Eure-et-Loir) », in : Actes du Xe colloque interrégional sur le Néolithique, Caen, 1983, p. 217-236 (1er suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Villes A., 1999, « Quelques observations sur l’architecture domestique au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny et en moitié nord de la France », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 50, p. 31-56 Villes A., 2000, « Projet collectif de recherches Grand-Pressigny », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 51, p. 57-58.

Villes A., 2001, « Résultats de la fouille d’évaluation du site de ‘La Creusette’ à Barrou (Indre-et-Loire). Première partie : la céramique », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 52, p. 47-67.

Villes A., 2002 – Barrou, ‘La Creusette’, site du Néolithique final. Rapport provisoire de la fouille d’évaluation de juillet-août 2000, Service régional de l’archéologie du Centre.

Villes A., 2003 – « Que savons-nous des affinités culturelles du Grand-Pressigny au Néolithique récent et final ? », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 54, p. 43-74.

Notes

1 Le diagnostic réalisé à ‘La Creusette’ fera l’objet d’une publication complète, lorsque l’étude technique de l’industrie (entreprise par Claude Sestier) et l’expertise géo-morphologique (par Morgane Liard) auront été fournis. Je remercie vivement M. Michel Geslin, propriétaire du terrain, pour l’autorisation de fouille et les précieuses indications fournies, M. Champigny, exploitant, pour son très aimable accueil, Mme Josiane Schoenstein, pour sa collaboration au niveau du traitement et de l’inventaire du mobilier, enfin, les collaborateurs bénévoles au chantier, en particulier N. Yarta.

2 Ces alluvions n’ont pas livré, du moins à notre connaissance, d’industrie préhistorique, même roulée, dans ce secteur de la vallée.

3 Nous nous en tenons, pour la dénomination de ces objets, appelés traditionnellement « scies à coches » et qui ne sont fonctionnellement ni des scies ni des racloirs, à la définition proposée par J.-P. Thevenot (Thevenot, 1973).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Barrou ‘La Creusette’ (Indre-et-Loire). A. localisation géographique du site (d’ap. Verjux, 1991) ; B et C. contexte géologique (d’ap. Macaire, dans : Geslin et alii, 1982).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Fig. 2. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : relevé stratigraphique de la coupe dans le sondage profond de la tranchée no 2. 1. terre végétale ; 2. semelle de labour ; 3. niveau archéologique limoneux et sableux ou argilo-sableux ; 4. alluvions quaternaires litées, sans matériel archéologique, avec marques de racines et litage des dépôts de grave (relevé A. Villes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 3. Barrou ‘La Creusette’. A. plan de la propriété Geslin actuelle, avec superposition des contours (traits épais) de la propriété au moment de la découverte du dépôt de grandes lames, position des tranchées de diagnostic 2000 (numérotées de 1 à 10) et des sondages et fouilles antérieurs à 2000 (en noir). L’étoile entre les tranchées 2 et 3 indique la position du dépôt ; B. plan des tranchées de diagnostic de 2000 et surface, en noir, des parties fouillées de la couche archéologique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 4. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : répartition du matériel, par carrés de 2 m sur 2 m, dans les tranchées de diagnostic, la tranchée no 1 étant en bas, la no 10 en haut, le matériel étant figuré en nombre d’objets. 1. dans les déblais des tranchées ; 2. dans les sondages à travers la couche archéologique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 5. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : répartition du matériel par catégories. 1. dans les sondages (cumulés) ; 2. dans les déblais des tranchées de diagnostic ; 3. composition de l’industrie lithique issue des tranchées, labours et sondages cumulés : 1. pièces ayant subi l’action du feu ; 2. éclats ; 3. lames ; 4. débris de taille ; 5. outils ; 6. galets et percuteurs durs ; 7. nucléus ; 4. répartition du mobilier des sondages, tranchée par tranchée, et selon leur catégorie : 1. éclats et débris de taille ; 2. lames et segments de lame ; 3. céramique ; 4. outils. Les diagrammes indiquent les objets en nombre et non en poids.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 6. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. distribution des nucléus type « livre de beurre » ; 2. distribution des autres nucléus dans les tranchées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 7. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. distribution des lames retouchées (ou « poignards ») ; 2. distribution des racloirs à coches, dans les tranchées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 8. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. distribution des percuteurs (galets) et des bouchardes (silex) dans les tranchées ; 2 et 3. répartition du matériel archéologique dans la couche, exemple du carré O (mètres 29-30) de la tranchée 1 et du carré K-L (mètres 22-23) de la tranchée 2 ; cercles pleins : céramique ; cercles vides : silex ; rectangle : nucléus « livre de beurre ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 9. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. répartition des éclats de silex portant la marque du feu dans les tranchées (1 : 0 à 5 pièces ; 2 : 5 à 10 pièces ; 3 : 10 à 15 pièces ; 4 : plus de 15 pièces) ; 2. interprétation des données de diagnostic : les hachures serrées indiquent les limites de concentrations de matériel (considérées comme nappes de déchets d’activité) dans le niveau sablolimoneux entre la terrasse et le niveau labouré ; les hachures larges correspondent à une nappe dans laquelle le module moyen des éclats de silex est plus petit ; les hachures croisées signalent les indices d’occupation antique et/ou médiévale ; les lignes de traitspoints montrent la position de l’ancien chemin ou voie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 10. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : exemples de nucléus « livre de beurre » complets et de segments distaux (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Fig. 11. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : segments de nucléus « livre de beurre » (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende Fig. 12. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1-4-5. nucléus LDB repris en débitage laminaire ; 2et6. nucléus polyédriques à éclats, réutilisés (bouchardes) ; 3. nucléus tabulaire, à débitage bipolaire de lamelles ; 7. segment distal de LDB réutilisé en pilon ou boucharde (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Fig. 13. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1et3. nucléus LDB, repris pour la production de lames courtes, par débitage bipolaire ; 2et4. lames larges, à talon lisse, issues probablement de nucléus plats, à retouche marginale et partielle des bords ; 5. ébauche de hache ou reprise de LDB ; 6. grand éclat de reprise de nucléus plat, à crête antéro-latérale (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende Fig. 14. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. lame de hache, polie, en silex non pressignien ; 2. pic taillé ; 3. « pilon » ; 4. talon de lame de hache polie en silex très clair ; 6. probable ébauche de hache ; 5 et 7. tranchets ; 8. boucharde en silex ; 9. nucléus polyédrique sur segment de LDB (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Fig. 15. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000. 1. segment mésial de LDB ; 2et4. percuteurs sur galet ; 3. LDB avec reprise de l’une des crêtes latérales ; 5. « piqueteur » ; 6. nucléus unipolaire à production de lamelles ; 7. nucléus unipolaire, cylindrique, à production de lamelles et réutilisé en boucharde ; 8. lame à talon lisse (obtenue « au punch ») ; 9. nucléus discoïde ; 10. armature de flèche cordiforme, biface ; 11-15. segments de petites lames et lamelles ; 16-17. microburins (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Fig. 16. Barrou ‘La Creusette’. 1-11 et 13. racloirs à coches ; 14-16. armatures de flèche à ailerons et pédoncule ; 12. racloir simple ; 17. petit bec déjeté, sur lame à troncature et retouche abrupte du bord gauche ; 18. bec ; 19. perçoir sur petite lame (2, 5, 7 et 14-16 : fouilles antérieures à 2000, le reste ; diagnostic 2000 - A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Fig. 17. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : segments divers de lames tirées de LDB (sauf no 15), à retouche latérale, ou « poignards » (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Fig. 18. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : pièces techniques. 1-15. lames ou segments de lames de LDB (10 et 11 : reprises de crête antéro-latérale), le plus souvent à talon dièdre, piqueté ; 16. éclat long d’épannelage de LDB ; 17-20. lames à talon lisse, sur nucléus « plat » ou conique (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Fig. 19. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : 1-8 et 19. grattoirs ; 9. lame sur nucléus cylindrique bipolaire ; 10. nucléus pyramidal à éclats ; 11. pointe ou fragment de soie d’outil sur lame (type « poignard ») ; 12. lame d’entame sur LDB, avortée ; 13. perçoir sur éclat de préparation de LDB ; 14. ébauche de couteau à dos sur lame, probablement cassé lors de la retouche ; 15. percuteur sur galet ; 17. nucléus fusiforme, bipolaire, à production de petites lames, retouché à une extrémité en pic (« retouchoir » probable) ; 18. fragment de meule ou broyon en grès (nos 9, 17 et 19 : fouilles antérieures à 2000 – A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Fig. 20. Barrou ‘La Creusette’. Diagnostic 2000 : échantillon de la céramique. 8-10, 13-18 et 23, 24-26. production fine ; 21. fragment de cuiller ; le reste : céramique « grossière » (A. Villes del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13725/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 484k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search