Version classiqueVersion mobile

Un tumulus de l’âge du fer à Bressey-sur-Tille (Côte-d’Or)

 | 
Roger Ratel

I - Situation géographique. Morphologie

Texte intégral

Introduction

1Le tumulus de la ferme de Clair-Bois, que nous avons fouillé en 1967, 1968 et 1969 est d’un type très particulier, et, à bien des égards, exceptionnel. C'est un des rares tertres funéraires de la Côte d'Or construit non en pierre, mais en sable et terre ; l’emploi de ces matériaux offre le grand avantage d’assurer une meilleure conservation des vestiges métalliques et osseux, du mobilier et des matières périssables végétales, le bois en particulier.

2Le tumulus a été édifié en plusieurs fois et chaque étape est un agrandissement. Quatre fossés circulaires et concentriques ont été aménagés à la périphérie.

3C'est une nécropole importante, puisqu'elle renferme plus d'une centaine de sépultures ; ce nombre inusité et considérable a permis de réaliser une étude anthropologique détaillée et fructueuse sur un ensemble humain groupé.

4L'étude du matériel archéologique recueilli montre que la nécropole a été utilisée pendant une période courte et ininterrompue allant de la fin de Hallstatt à la Tène Ic.

5C'est le seul tumulus connu existant dans cette région plate et basse, située à l'Est de Dijon, plaine encore marécageuse au siècle dernier. Il a été édifié à mi-distance de deux habitats proches, dont l'un lui est contemporain.

6Notre étude est divisée en plusieurs chapitres dans lesquels nous examinerons successivement :

  1. La situation géographique et la morphologie du tumulus,

  2. Sa structure,

  3. Les sépultures,

  4. Le mobilier funéraire (inventaire et datation) ;

  5. Les coutumes, croyances et rites - Datation

  6. L'environnement archéologique - Les populations

A. SITUATION

7Le tumulus de Clair-Bois est édifié sur le territoire de la commune de Bressey-sur-Tille, localité située à une dizaine de kilomètres, à l'Est de Dijon et à 200 m au Nord de la ferme de Clair-Bois. Ses coordonnées sont les suivantes : x = 814,825 ; y = 259,550 ; z = 209 (voir la carte au 1/25000°, feuille de Dijon no 1-2).

8L'examen de la carte montre que la rivière "La Tille" ne traverse actuellement ni Bressey-sur-Tille, ni Magny-sur-Tille. Ces deux villages sont situés dans le "Pays Bas". (Mairey, 1911). Cette région plate et basse, sillonnée autrefois par les nombreux bras de la Tille, devenait un vaste marécage à la saison pluvieuse, aussi, pour assainir le sol, on creusa vers le milieu du XVIIIe siècle deux canaux rectilignes Nord-Sud le Gourmerault et la Rivière Neuve. La Tille, déviée, emprunta le lit d'un ancien rû, le Fil. L’assèchement progressif des terres permit alors leur mise en culture (Moreau 1955) (pl. 1).

9Le sous-sol alluvial est formé de sables et de graviers sur une épaisseur de 2,50 m en moyenne ; ils se sont déposés à la suite des grandes débâcles qui se sont produites vers la fin de la période glacière ; le niveau de la nappe phréatique se trouve à une profondeur approximative de 1,50 à 2 m. L'exploitation des gravières a permis de repérer l'habitat contemporain du tumulus.

10Le tumulus de Clair-Bois est le seul monument funéraire qui soit actuellement visible dans cette plaine. Cependant à une vingtaine de mètres de celui que nous allons étudier une légère éminence à peine marquée s'est révélée être le reste d'un tumulus arasé par les labours, car nous y avons recueilli des fragments d’os humains.

11Dans la même région nous avons cherché en vain l'emplacement d'un tumulus, indiqué sur la commune de Flagey-les-Auxonne et appelé "tumulus de Monthureux" (Seuret, 1906). Il a probablement été détruit.

12Quant à la butte située entre Bressey-sur-Tille et Flagey, "ayant 33 m de diamètre, 6 à 7 m de haut et entourée d'un fossé large de 6 m ce n'est pas comme on le supposait un tumulus (Foisset 1872, p. 88), (Guillaume 1963), (Mémoires de la C.A.C.O. 1863), il s'agit selon toute vraisemblance d'une motte (De Mortillet 1895).

B. MORPHOLOGIE (Pl. 2 et 3)

13Le tumulus est de forme ovale, ses diamètres axés respectivement Nord-Sud et Est-Ouest mesurent 36 et 25 m ; sa hauteur maximale dans la région centrale est de 2,50 m, et il est entièrement recouvert par une broussaille épineuse très feuillue.

14Tout autour, il existe une faible dépression concentrique large d'une quinzaine de mètres, et la couche arable y est si mince qu'en de nombreux endroits le gravier blanc du niveau sous-jacent affleure. Comme le tumulus est constitué par un mélange de terre argileuse et de graviers en tous points semblables à la terre arable avoisinante, il y a tout lieu de penser que cette dépression (qui, étudiée aux points de vue pédologique et géologique ne peut qu'être artificielle) a été obtenue par le prélèvement des matériaux destinés à ériger le monument. Cette hypothèse est d'ailleurs vérifiée par le calcul : le volume du tumulus - environ 600 m3 - correspond à 10 % près à celui de la dépression.

15La forme ovale est due en grande partie aux labours ; en effet la configuration de la parcelle exige que les labours soient toujours pratiqués dans le sens Nord-Sud, et comme la pente du flanc du massif est très faible, la charrue l'a progressivement entamée et a transformé le pourtour circulaire à l'origine en une forme ovale.

16Lorsque l'on se place face au grand axe Nord-Sud, on constate que le sommet du tumulus, au lieu d'être arrondi, semble être formé de deux éminences symétriques séparées par une petite dépression Est-Ouest ; peut-on expliquer cette anomalie architecturale ?

17Lors de l'ouverture de la tranchée II, nous avons constaté qu'il n'existait là aucune stratigraphie et qu'aucun squelette n'était complet (les ossements étaient souvent éparpillés). On ne pouvait cependant pas accuser les renards de ces méfaits, alors que, depuis fort longtemps, ils avaient trouvé là un terrain de prédilection pour creuser leurs galeries. L'auteur du bouleversement est, en fait, un fouilleur anonyme qui, à une époque indéterminée, explora la sépulture centrale. Il ouvrit une petite tranchée, rejetant de part et d'autre les déblais, puis reboucha sommairement la cavité, laissant subsister vers le sommet deux tas de terre, Il s'est trouvé tout à fait fortuitement que notre tranchée II se situe au même endroit que la sienne.

18Cette dépression se prolonge par ailleurs entre les quartz III et IV, à l'aplomb de notre tranchée IV : c'est la trace d'une tentative d'enfumer les renards dont les galeries aboutissaient à l'air libre à cet endroit.

19D'après les apparences la forme anormale du sommet aurait pu laisser supposer l'existence de deux tumuli accolés, ce qui n'aurait pas été surprenant : on connaît dans le département plusieurs exemples de tumuli "jumelés" : à Vanvey, tumuli II et III (Lapérouse 1888, p. 463-467), et à Minot citons le tumulus II de Banges (Corot 1902, p. 222-226), celui des Crais Carrés ou Rieppe (Corot 1895, p. 315-317), celui de La Moloise (Corot 1895, p. 305) et celui de Thorey (Corot 1893).

20Dans le cas présent cette éventualité n'existe pas et nous venons de montrer qu'il n'y a qu'un seul tumulus.

21A partir de la bordure méridionale et jusqu'au centre subsiste une vaste cavité allongée, rectiligne, partiellement comblée par l'effondrement des parois : c'est le vestige d'une tranchée ouverte en 1939 pour abriter la famille du propriétaire contre les bombardements subis par l'aérodrome de Longvic, tout proche. En creusant cet abri, on constata que la butte était faite de terre et de sable, et les ouvriers trouvèrent des ossements (qu'on attribua à des animaux) ainsi que trois objets en bronze, deux bracelets et une fibule. Ceux-ci furent remis à l'Abbé Puisségur.

22En ce qui concerne les dimensions du tumulus, nous devons donner la précision suivante : les tumuli du département peuvent être classés en trois catégories principales : les plus volumineux atteignent ou dépassent 5 m de hauteur et approximativement 30-50 m de diamètre ; ceux que l'on qualifie de moyens ont un diamètre de l'ordre de 15-30 m pour 2 ou 3 m de hauteur, tandis que les petits ont des dimensions réduites de moitié.

23Celui de Clair-Bois doit être rangé dans la catégorie des tumuli dits moyens ; nous en avons inventorié une quarantaine d'exemplaires pour la Côte d'Or, ce qui, par rapport à l'ensemble des nécropoles connues et publiées, représente à peu près 35 %.

24Contrairement à la grande majorité des tumuli de l'Age du Fer qui ont été érigés en une seule fois, le tumulus de Clair-Bois a été agrandi par trois fois, et des fossés ont été aménagés. Nous avons attribué â chaque étape de la construction une dénomination que nous réutiliserons dans les chapitres suivants, en particulier lors de l'étude des sépultures.

© ARTEHIS Éditions, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search