Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

III Actualité de la recherche et découvertes récentes

Fouille de sauvetage d’un monument funéraire et d’une enceinte néolithiques à Vignely ‘La Noue Fenard’ (Seine-et-Marne)

Premiers résultats

Yves Lanchon, Paul Brunet, Véronique Brunet et Philippe Chambon

Résumé

Une fouille de sauvetage a permis d’étudier en 2001 un nouveau site néolithique à Vignely. Un monument funéraire Cerny de type Passy (STP) a été dégagé, avec une sépulture allongée centrale et trois sépultures externes associées, ainsi que la moitié du tracé d’une enceinte néolithique. La palissade est longée d’une, ou plus souvent de deux séries de fossés interrompus. Cinq interruptions ont été mises en évidence ; l’une d’entre elles est particulièrement riche en rejets détritiques ; un probable dépôt de fondation a été observé dans une seconde. Enfin, un fossé contenait une sépulture à inhumation repliée accompagnée de mobilier. Un premier examen rapide du mobilier lithique et céramique permet de dater cette enceinte du Néolithique moyen II ; plus précisément, quelques éléments céramiques évoquent des affinités Michelsberg. Ce nouvel ensemble néolithique dans la vallée de la Marne doit évidemment être mis en rapport d’une part avec le site de ‘La Porte aux Bergers’ (à 1 000 m au sud, de l’autre côté du village actuel, avec en particulier la nécropole Cerny rassemblant plus d’une vingtaine de tombes et un monument funéraire allongé) et d’autre part avec les sépultures à défunts en position repliée datées du Néolithique moyen II.

Texte intégral

1La Marne, en s’encaissant dans les formations tertiaires à l’est du Bassin parisien, décrit une série de très larges méandres, dont celui dit de Jablines, à une trentaine de kilomètres de l’agglomération parisienne (fig. 1). La rivière y a déposé d’épais dépôts alluviaux constituant de vastes terrasses, qui sont exploitées depuis des dizaines d’années par les sablières. Le petit village de Vignely se localise à l’entrée du double méandre de Jablines, en rive droite de la Marne, à une altitude d’environ 49 m NGF.

2Un important sauvetage archéologique s’était déroulé en 1994 au sud du village, au lieu-dit ‘La Porte aux Bergers’, sur une surface d’1,5 ha (fig. 1) ; une occupation de onze unités d’habitations et de deux sépultures attribuables à la culture de Villeneuve-Saint-Germain avaient alors été fouillées (Lanchon et alii, 1994 ; Bouchet et alii, 1996), ainsi que trente-quatre sépultures datées du Néolithique moyen, auxquelles il faut ajouter une sépulture collective du Néolithique récent (Allard et alii, 1998). Dix-sept sépultures à inhumations allongées et une en position assise peuvent être datées de la culture de Cerny et constituent une petite nécropole ; seize inhumations repliées datent très probablement du Néolithique moyen II (Chambon, Lanchon, 2003). À l’extrémité orientale du site, une structure fossoyée (str. 173) ressemblait à certaines « STP » fouillées à Passy (Yonne ; Duhamel, 1997) ; elle était par ailleurs, comme dans un cas au moins à Balloy (Seine-et-Marne ; Mordant, 1997, fig. 2), implantée exactement sur une maison VSG. Une des deux sépultures repliées, très érodées, déposées en position axiale dans le monument a été datée de la fin du Néolithique moyen II (Ly 142/OXA 5258 : 4855 ± 65BP, soit {3776, 3388 av. J.-C.}), ce que nous avions alors interprété comme une réutilisation. L’attribution chronoculturelle de ce monument doit être très probablement revue à la lumière de la découverte récente de Beaurieux (Aisne) d’un monument funéraire en tous points comparable (morphologie, dimensions, fosses latérales) attribuable, par le mobilier des sépultures internes, au Michelsberg (Colas et alii, 2005).

3Le site de ‘La Noue Fenard’ a été identifié au nord du village de Vignely au printemps 2000 (fig. 1 et 2), au cours d’un diagnostic archéologique réalisé sur une parcelle d’une dizaine d’hectares, future extension de la carrière de la R.E.P. La fouille de sauvetage qui a suivi a permis de confirmer l’existence de plusieurs occupations diachrones. Outre la périphérie d’un important habitat mérovingien et une occupation protohistorique (Bronze final et La Tène ancienne), de nombreuses structures néolithiques ont été mises en évidence : un monument funéraire de la culture de Cerny, une enceinte néolithique à fossé interrompu et palissade, et une fosse très riche du Néolithique récent, qui ne sera pas présentée ici.

Le monument funéraire Cerny

4Un fossé sub-ovale incomplet a été mis en évidence à l’est de l’enceinte néolithique (fig. 2 et 3) ; la partie conservée délimite une aire de 17 m de long au minimum pour 14 m de largeur. Le fossé, dont la largeur varie de 0,8 m à 1,2 m, est peu profond (8 à 17 cm maximum) : il est érodé au sud et à l’ouest. Il est difficile de savoir s’il était à l’origine continu ou non ; de plus, l’angle sud-ouest, peu lisible, a dû être renettoyé au moment du décapage. Le profil est en « U », très évasé. La faible profondeur peut indiquer soit une érosion importante dans cette partie du site, soit un problème de lecture de ces structures dans les limons bruns supérieurs.

Fig. 1. Localisation de Vignely (en haut) et des deux sites de ‘La Porte aux Bergers’ et de ‘La Noue Fenard’ (en bas).

Fig. 2. Vignely ‘La Noue Fenard’ (Seine-et-Marne) : les structures du Néolithique moyen.

5Au centre, en position axiale, une fosse allongée orientée est-ouest s’est révélée très vite être une sépulture (sépulture 903). Les dimensions sont importantes : 2,95 m de long pour 1,70 m de large ; la profondeur maximum n’excédait pas par contre 28 cm. Elle a livré une inhumation individuelle allongée ouest-est, membres étendus, d’un sujet de gabarit adulte, peut-être féminin.

6Les ossements sont mal conservés, des dislocations ont été observées dans toutes les parties du squelette. Nombre d’entre elles ont conduit des ossements hors du volume initial du cadavre : citons notamment des éléments du thorax, les épaules, l’avant-bras droit, le bassin, le genou gauche ou les pieds. Ces faits concourent à conclure à une décomposition en espace vide. L’absence de trace d’un quelconque charognage écarte la thèse d’un espace ouvert. Il s’agit d’un espace vide, étroit et clos, donc d’un espace confiné. Des différences dans les limons de comblement de la fosse révélaient dès la surface l’existence d’aménagements de type coffrage.

7Trois autres sépultures ont été fouillées à l’extérieur du monument.

8– La sépulture 901, immédiatement à l’est, en position axiale, et enfin les sépultures 902 et 932, symétriques par rapport à la précédente.

9Située dans le même axe que la précédente, la sépulture 901 se localise juste à l’est du monument. La fosse est plus étroite (2,34 m de long pour 1,40 m de large, 1 m seulement à 10 cm de profondeur), et plus profonde (48 cm). Le remplissage du quart nord-est a été perturbé par un trou de poteau d’un bâtiment protohistorique. Le sujet est allongé sur le dos, la tête à l’ouest et les pieds à l’est.

Fig. 3. Les monuments funéraires Cerny (en haut) et la sépulture 902 (en bas).

10Le squelette est mieux préservé que le précédent. Les observations réalisées lors de la fouille, qui devront être confirmées, font état d’une jeune femme. Les éléments diagnostiques sur l’espace de décomposition du cadavre sont peu nombreux, mais concordent avec les observations effectuées sur la sépulture 903. La position des ossements témoigne de la mise à plat complète du squelette et indique une décomposition du cadavre en espace vide. Cette sépulture n’était accompagnée d’aucun mobilier.

11– La sépulture 902, située au sud de la sépulture 901 (elle en est distante de 0,80 m), présente des caractères morphologiques similaires (2,68 m de longueur pour 1,10 m de largeur, parois verticales). C’est la sépulture la plus profonde sous le décapage (0,29 cm au niveau des pieds). Elle a livré un sujet inhumé allongé dans l’axe de la fosse, la tête à l’ouest et les pieds à l’est. Le squelette est le mieux préservé de ceux qui sont associés au monument. Comme le précédent, le cadavre s’est décomposé dans un espace vide et clos.

12Les observations réalisées lors de la fouille font état d’un homme adulte. Le corps portait autour du cou un collier constitué de perles très plates, blanches (en calcaire et en coquille non déterminée à ce jour) et grises (schiste). D’autre part, la fosse a livré sur le côté gauche du squelette cinq armatures de flèche triangulaires tranchantes et un ensemble composé d’une lame retouchée, d’une lamelle, de deux éclats et d’un nodule de pyrite pouvant constituer un briquet (fig. 3).

13– La sépulture 932, située à 0,60 m au nord de la sépulture 901, a des dimensions plus importantes en surface (2,88 m de longueur pour 1,55 m de largeur). Mais, à moins de 20 cm sous le niveau d’apparition, les dimensions de la fosse redeviennent comparables aux deux sépultures précédentes (2,04 m de long pour 0,90 m de large). La profondeur maximale atteint 0,32 m. La fosse est décalée vers l’ouest et chevauche, contrairement aux deux précédentes, le fossé 900 du monument.

14Un sujet allongé était inhumé dans l’axe de la fosse, orienté comme les précédents. L’individu, très probablement une femme adulte, tenait dans la main gauche une grande lame en silex tertiaire. La fouille n’a mis en évidence aucune perturbation postérieure à l’enfouissement. Le cadavre, comme les précédents, s’est décomposé dans un espace vide, fermé, donc confiné.

15Plusieurs anomalies au nord du premier monument font penser à un second monument beaucoup plus érodé, mais aucune autre sépulture n’a été identifiée. Seul un tranchet a été livré par l’un des fossés. S’il s’agit d’un second monument accolé au premier, l’ensemble ne serait alors pas sans rappeler le complexe funéraire de Gron (Yonne ; Müller, 1995), les monuments 10 et 11 de Passy (Duhamel, 1997, p. 415), ou les monuments II et V de Balloy (Mordant, 1997, p. 459).

16Aucun objet très caractéristique n’a été livré par cet ensemble funéraire, mais il est clair que la morphologie du monument, les pratiques funéraires attestées (corps allongés, orientation, aménagement de la fosse permettant une décomposition en espace vide ou confiné), l’existence d’armatures tranchantes et du tranchet permettent de le dater de la culture de Cerny.

17On doit naturellement le rapprocher de la nécropole de Vignely ‘La Porte aux Bergers’, située à moins de 1 000 m au sud. L’appartenance des deux ensembles funéraires de ‘La Noue Fenard’ et de ‘La Porte aux Bergers’ à une seule et même nécropole est donc possible. Il faudra en préciser la chronologie : en particulier, le programme de datations radiocarbone en cours sur ‘La Porte aux Bergers’ sera naturellement étendu à ‘La Noue Fenard’. Il sera en revanche difficile de le prouver formellement : toutes les parcelles intermédiaires sont malheureusement soit détruites (carrières remblayées, anciens bacs de décantation), soit construites (le village actuel de Vignely).

18L’existence, dans la vallée de la Marne, d’une nécropole Cerny en partie monumentale contribue à préciser la diffusion de ce type de pratiques funéraires (structures monumentales, fosses aménagées, individus allongés…) dans le Bassin parisien au milieu du ve millénaire ; son aire d’extension, limitée lors des premières découvertes aux vallées de la Seine et de l’Yonne, doit être élargie aujourd’hui vers le nord-est, en englobant sans doute toute la vallée de la Marne.

Lenceinte À fossés interrompus

19Découverte dans les tranchées de diagnostic en 2000, une enceinte néolithique à fossés interrompus et palissade a été fouillée en 2001. C’est seulement la troisième enceinte fouillée dans la basse vallée de la Marne, après celles de Méry-sur-Marne (Augereau et alii, 1996) et de Maisons-Alfort (Cottiaux, 1996 ; Cottiaux et alii, 2000). À l’heure actuelle, deux autres enceintes sont connues par prospection aérienne, à Isles-lès-Meldeuses (Seine-et-Marne) (fig. 4) et Troissy (Marne).

20L’enceinte de Vignely a été suivie sur environ 400 m de long. Elle est constituée d’une tranchée de palissade, peu interrompue, et de deux chapelets parallèles de fossés disposés en deux rangées distantes respectivement de 3,50/4 m et de 8/9 m de la palissade.

Fig. 4. L’enceinte à fossé interrompu d’Isles-lès-Meldeuses (Seine-et-Marne). © P. Brunet/C. Charpentier/Y. Lanchon - SHALE.

21Sur une bande de terrain d’une soixantaine de mètres de large, orientée nord-sud, parallèlement à la rivière, l’enceinte est très mal conservée ; les fossés n’existent plus et la palissade n’y excède pas quelques centimètres de profondeur, voire disparaît complètement sur quelques mètres. On a remarqué également que certaines structures protohistoriques étaient mal conservées à cet endroit, en particulier une vaste fosse d’extraction polylobée de La Tène, dont on ne possède que les fonds d’alvéoles. Si on se réfère aux profondeurs conservées des structures dans les autres secteurs, l’érosion subie par cette partie du sud peut être estimée à près d’un mètre (profondeur de la palissade à l’ouest et à l’est de cette zone).

22Le suivi du décapage a permis de mettre en évidence un caractère morphologique important que nous n’avions pas perçu pendant l’évaluation : l’enceinte se referme le long de la paléoberge de la Marne (distante de 100 à 150 m du cours actuel), leurs tracés respectifs étant grossièrement parallèles. On précisera tout de suite que la contemporanéité stricte de l’enceinte et des dépôts humifères terminaux n’est pas aujourd’hui complètement assurée. D’autre part, la lecture des éléments constitutifs du monument (palissade, fossés) n’a pas été évidente dans ce secteur, à cause à la fois des sédiments hydromorphes comblant la paléoberge, de nombreuses structures imbriquées sur la berge et enfin de la superposition (chronologique, mais aussi altimétrique) de fossés rectilignes historiques.

23Au vu du plan, formant très grossièrement un quart de cercle, on peut estimer avoir fouillé la moitié environ de la surface de l’enceinte ; en ce cas, la surface enclose serait d’un peu plus de trois hectares. Il n’a pas été perçu de structures internes ou externes contemporaines.

La palissade et les interruptions

24Suivie sur environ 400 m de long, la tranchée de palissade a une largeur à peu près constante de 70 cm à 90 cm ; les poteaux sont souvent lisibles en surface et la plupart du temps dans les coupes longitudinales ou transversales, de même que leur diamètre et leur profondeur d’ancrage. Les cinq interruptions attestées existent à la fois dans la palissade, les fossés internes et (ou) les fossés externes :

25Interruption I : c’est la seule interruption repérée côté rivière. La palissade s’interrompt sur moins d’un mètre de longueur, les deux tronçons s’incurvant vers l’intérieur de l’enceinte pour former une sorte de chicane. Elle correspond à une interruption dans le fossé interne de 2,50 m de large (tronçons 1100 et 1052/1101).

26Alors que la tranchée de palissade atteint environ 0,60 m de profondeur, les derniers poteaux de l’antenne nord-occidentale sont beaucoup plus profonds (0,80 à 1,10 m de profondeur) ; au moins deux d’entre eux sont des troncs de 60 cm de diamètre refendus. Enfin, le premier poteau, enfoncé de 0,80 m et d’un diamètre de 0,60 m, semble avoir été implanté distinctement : le profil longitudinal montre une quasi-interruption de la tranchée proprement dite.

Fig. 5. L’interruption II.

27Interruption II (fig. 5) : la tranchée de palissade s’interrompt sur 1,10 m de long ; une fosse circulaire (str. 1006) a été (par la suite ?) implantée dans cet espace. L’ouverture est soulignée par la légère incurvation du tracé des deux tronçons vers l’intérieur de l’enceinte, et l’existence, au droit de l’interruption dans la palissade, d’une interruption dans le fossé externe (avec là encore l’implantation sans doute ultérieure de la fosse 1001).

28Interruption III (1088) (fig. 6) : cette interruption très étroite (0,60 m de large entre tronçons de tranchée, mais 1 m de poteau à poteau) n’a pas été vue au décapage, mais a été recherchée, compte tenu de l’interruption importante entre les deux fossés externes 1004 et 1014 (2,20 m) et de l’existence de rejets et dépôts très abondants dans l’extrémité de ces deux fossés.

29Il n’existe pas d’autre aménagement remarquable, sinon une grande fosse ovale (str. 1086) très probablement diachrone, juste devant l’interruption et sur laquelle on reviendra.

30L’ouverture dans la palissade coïncide avec une interruption dans le fossé entre les fossés 1004 et 1014 de 2,20 m de large. Les rejets à l’extrémité de ces deux tronçons sont les plus riches du site (cf. infra).

31Interruption IV (fig. 6) : localisée à 26 m au nord de la précédente, elle fut également complexe à mettre en évidence ; l’interruption elle-même est très étroite (70 cm), avec un tracé en baïonnette comme pour l’interruption I ; deux très gros poteaux (str. 1043 et 1045) terminent le tronçon sud-ouest constituant l’interruption.

32Côté interne, plusieurs tronçons de fossés avec ou sans trous de poteau semblent constituer un aménagement quadrangulaire adossé à la palissade. Aucun passage n’a été décelé dans le dispositif, mais les tronçons de fossé sont beaucoup moins profonds que la palissade elle-même.

33Interruption V (fig. 7) : cet aménagement est le plus clair en plan. Approximativement au centre d’une interruption de 2,40 m de largeur, une structure (1078) dont le module est celui d’un trou de poteau (70 cm de diamètre, 74 cm de profondeur) a d’abord recueilli les tessons appartenant à deux vases différents. La structure a ensuite été hermétiquement comblée par deux bouchons de pierres calcaires brûlées, séparés par une couche limoneuse mêlée de charbons de bois assez nombreux. La structure a été immédiatement comblée après le dépôt des tessons et n’a jamais accueilli de poteau : l’interruption était donc effective sur deux mètres de largeur. On pourrait interpréter cette structure particulière comme un dépôt (de fondation ?) réalisé en cours de construction de l’enceinte, et à un endroit particulier (une entrée privilégiée ?).

Fig. 6. Les interruptions III et IV.

34De part et d’autre de l’interruption, deux fosses assez profondes (les structures 1025 et 1095) ont été implantées ultérieurement sur la palissade en masquant les rebords initiaux de l’interruption.

35Au nord, un segment de fossé (str. 1079) perpendiculaire à la palissade (et à l’axe des fossés externes) borde le passage d’accès et complète le dispositif.

36L’interruption dans les fossés externes, de 6 m de large, se localise exactement en face de l’ouverture dans la tranchée de palissade. Le mobilier recueilli est assez pauvre.

37Des coupes transversales et longitudinales ont été ménagées en dehors des interruptions afin d’évaluer le rythme et la profondeur des poteaux. On peut en déduire les constantes suivantes : les profondeurs des poteaux oscillent entre 70 et 120 cm, alors que le diamètre des « fantômes » atteint 50 à 60 cm de diamètre. Compte tenu d’un espacement assez constant (20 à 30 cm), on peut, en se référant aux calculs réalisés à Moneteau (Augereau, Chambon, 1999), estimer à environ 1150-1 200 le nombre de fûts d’arbres nécessaires pour ériger la palissade. Ce nombre est probablement à revoir à la baisse, puisque, le long de la paléoberge notamment, des troncs refendus ont été utilisés : ils ont été mis en évidence dans les coupes transversales et par leur forme en plan au décapage.

Fig. 7. L’interruption V.

38La profondeur moyenne d’enfouissement des poteaux est d’environ 80 cm, auxquels il faut rajouter 40 à 50 cm de végétal. Si on retient un ratio partie enterrée / partie aérienne de 1/4-3/4, la palissade pouvait donc atteindre 4 m de hauteur.

Les fossés internes

39Les tronçons de fossé de l’enceinte ont été creusés en deux chapelets grossièrement parallèles, de longueurs inégales, devant la palissade. Une première série, qu’on a appelée par commodité fossés internes, est distante d’environ deux mètres de la palissade (les fossés externes constituent la seconde série).

40Les tronçons le long de la paléoberge ont été difficiles à mettre en évidence pour les raisons évoquées plus haut. Au nord de cette zone, il n’a pas été identifié de véritable tronçon de fossé à proprement parler, mais plutôt, morphologiquement parlant, des fosses. Ces structures pouvaient appartenir au système enceinte-palissade, d’autant que le matériel recueilli (en faible quantité) semble similaire à celui livré par le reste du site.

41Il n’y a plus de fossés sur une longueur de 60 m entre le tronçon 1058 et le tronçon 1000 (zone érodée). On notera simplement que la structure 1057 a perturbé une sépulture (1057c) dont on n’a pu identifier les contours. On peut supposer que cette sépulture se trouvait, comme la sépulture 1018 (cf. infra), sur le fond d’un tronçon de fossé (fig. 2).

42Dans la partie orientale du site, les fossés internes se regroupent en trois ensembles.

43– Deux tronçons très peu profonds (1002 et 1009), d’environ 4 m de longueur, à l’est de l’interruption II. Si le second était stérile, le premier a livré les tessons de plusieurs vases dont au moins un était écrasé en place.

44Les fossés internes disparaissent ensuite sur une quarantaine de mètres environ, ce qui semble correspondre à l’inflexion vers la palissade du fossé externe 1004 (cf. infra).

45– Quatre tronçons (1041, 1074, 1016a et 1016b) de part et d’autre de l’interruption IV ; ces tronçons sont peu profonds (0,35 m au maximum) et ont livré très peu de mobilier.

46– Trois tronçons (1018, 1021/1022 et 1097) au sud-est de l’interruption V. Si les deux derniers étaient très peu profonds et quasi stériles, le tronçon 1018 (6 m de long pour 1,60 m de large) se singularise particulièrement, par sa profondeur (0,80 m) et sa morphologie (bords presque verticaux, fond en pendage vers l’est). Enfin, une sépulture repliée reposait sur le fond de l’extrémité orientale du fossé ; elle a été installée sans doute peu de temps après le creusement.

47Deux des tronçons internes (1016b et 1018) présentent une stratigraphie très nettement dissymétrique, avec un comblement initial de limon argileux brunbeige clair en pendage prononcé en provenance de la palissade et un comblement terminal plus organique de limon brun à brun foncé. Dans les autres tronçons, peu profonds, le comblement est homogène.

Les fossés externes

48Une seconde série de fossés de dimensions plus imposantes n’est présente que dans la partie orientale de l’enceinte, au-delà de la zone érodée. Elle est constituée des tronçons suivants :

  • Les fossés 1000 (0,50 m de profondeur) et 1003 (0,70 m) entourent l’interruption II. Ils n’ont livré que peu de mobilier (le fossé 1000 était quasi stérile).

  • Le fossé 1004 est le plus long de l’enceinte : 28 m de long pour 2,50 m de largeur. Son tracé s’infléchit vers la palissade jusqu’au mètre 19 (distante à cet endroit de 3,50 m), puis s’en éloigne de nouveau : les deux extrémités du fossé 1004 sont distantes de 6,50 m de la palissade. Le remplissage dissymétrique (avec un remplissage initial issu du creusement et provenant de l’intérieur du monument, côté palissade) est systématique. Le mobilier livré par ce tronçon est très inégalement réparti et provient essentiellement des deux extrémités, surtout au nord-est (par exemple, 2,1 kg des 5,5 kg de céramique recueillis).

  • Le tronçon 1014 atteint 8 m de long pour 2,50 m à 3 m de large et 0,60 m de profondeur. L’extrémité méridionale a un tracé très rectiligne, les bords sont sub-verticaux, le fond est plat. Toutes les coupes transversales montrent un remplissage systématiquement dissymétrique, une poche limono-sableuse brun-beige ayant glissé sur le bord interne du fossé. Ce tronçon est de loin le plus riche de l’enceinte : il a livré 17,75 kg de céramique, 8,5 kg de lithique, 5,4 kg de faune (qui n’est pas très bien conservée dans le sédiment limoneux), provenant pour l’essentiel du fond du fossé. L’extrémité sud, la plus riche, a été relevée en plan : on devait en effet s’interroger sur le caractère détritique ou de dépôt intentionnel de ces vestiges (fig. 8).

  • Le tronçon 1014a (11 m de long par 2,50 m de large et 0,72 m de profondeur maximum) est séparé du précédent par une interruption très étroite (0,50 m) mais réelle : les bords des deux segments sont très nets et sub-verticaux. Cette séparation ne correspond pas par contre à une interruption dans la palissade. À l’extrémité nord de ce tronçon, l’existence d’une interruption réelle (de 2,50 m de large) coïncide avec un aménagement très particulier dans la palissade (interruption IV). Cette extrémité du fossé a livré un mobilier assez abondant. Le tronçon qui lui fait face (1014b) était par contre beaucoup moins riche.

  • Les deux tronçons de fossé 1051 et 1053, séparés par une courte interruption de 0,80 m, sont un peu particuliers : ils ne sont pas parallèles à la palissade, et semblent relier obliquement les lignes de fossés internes et externes. Néanmoins, leurs caractères morphologiques (4,50 m par 3,50 m par 0,56 m pour le fossé 1051, 5,50 m par 3 m par 0,70 m pour le fossé 1053) et la richesse de leur remplissage les font fortement ressembler aux fossés externes de l’enceinte. Une autre particularité commune à ces deux tronçons réside dans leur remplissage : les coupes stratigraphiques ne montrent pas de franche dissymétrie, contrairement aux autres fossés. Enfin, ces deux tronçons ont livré un très abondant mobilier (1051 : 3,29 kg de lithique, 2,52 kg de céramique - 1053 : 6,6 kg de lithique, 9,35 kg de céramique).

  • Les derniers fossés externes identifiés (1072, 1073 et 1076) n’étaient visibles que sous une profondeur importante de décapage (le tronçon 1076, en limite d’emprise, n’est apparu qu’à 1,20 m de profondeur) ; ils sont relativement peu profonds, leur comblement limoneux est toujours nettement dissymétrique et ils n’ont livré que fort peu de mobilier.

Fig. 8. Le fossé externe 1014 : coupes stratigraphiques et relevé en plan de l’extrémité méridionale.

Des fosses de condamnation ?

49On a observé l’existence de fosses souvent profondes à l’emplacement d’au moins trois interruptions (II, III et IV). Dans le premier cas, une fosse (str. 1006) de 0,80 m de diamètre « obture » le passage dans la palissade et une grande fosse (str. 1001), celui existant entre les fossés externes. Une présence fortuite de ces structures semble à exclure, du fait du caractère répétitif de cette disposition et de la similitude dans la morphologie et les remplissages. Il serait tentant d’y voir un processus de condamnation de l’enceinte ou d’une partie de l’enceinte (l’interruption V ne comporte pas un tel dispositif). Malheureusement, ces fosses étaient stériles, sauf la structure 1001, qui a livré un dépôt de quartiers de viande (suidés et cervidés ?) en partie brûlés déposés sur le fond à 0,80 m de profondeur.

Les sépultures et dépôts funéraires

50La sépulture 1018 (fig. 9) a été découverte en recherchant les bords du tronçon de fossé 1018 ; elle reposait sur le fond, plat, du fossé. Le sujet repose en position fléchie sur le côté droit, le torse largement tourné vers le sol, selon une orientation nord-ouest/sud-est. Le premier examen des ossements fait état d’un adulte assez âgé, probablement une femme. Cette sépulture était accompagnée d’un mobilier assez abondant : un vase écrasé sur place avait été déposé à l’ouest du visage (fig. 11, no 8). Un second vase avait été brisé sur le fond de la fosse avant le dépôt du corps : plusieurs gros tessons ont été trouvés sous le squelette (fig. 11, no 9). Le mobilier comporte également un ciseau façonné sur os de gros ruminant et une molette déposée face active contre terre. On notera qu’une armature foliacée perçante a été trouvée dans le remplissage du fossé, à l’aplomb de la sépulture.

51La sépulture 1057C n’est en fait qu’un reliquat de sépulture. Elle a été entaillée par une structure postérieure ; en outre elle affleure à la surface du décapage. Les limites de la fosse ne se distinguent guère de la structure voisine. Son lien vraisemblable avec l’en ceinte la rend toutefois particulièrement intéressante. D’après la position du bassin (seule partie à peu près en place), le sujet, un adulte masculin probablement, devait reposer les membres inférieurs fléchis sur le côté gauche, selon une orientation est-ouest. Un dépôt funéraire a également été identifié, sans qu’on puisse garantir s’il est dans sa position d’origine ; il se compose de deux haches partiellement polies et du fragment d’une troisième, et d’autre part de deux ciseaux et d’un perçoir en os.

Fig. 9. La sépulture 1018. © Véronique Brunet-INRAP.

Fig. 10. Échantillon de formes céramiques provenant des fossés. No 1 : str. 1004 ; nos 2, 4 à 8, 10, 12 à 16 : str. 1014 ; nos 3, 9, 11 : str. 1014a ; no  : str. 1053.

52Il est possible qu’une troisième sépulture liée à l’enceinte ait été perturbée le long de la paléoberge : une petite fosse (892) recoupée par le fossé interne 1100 a livré un crâne humain.

53Enfin, bien que les déterminations osseuses ne soient pas encore établies, on signalera que des os humains déconnectés et isolés ont été identifiés à la fouille parmi les rejets recueillis dans le remplissage des fossés, en particulier dans les tronçons 1014 (plusieurs fragments de crâne humain brûlés, trois phalanges) et 1051 (un fémur).

Le mobilier

54Le mobilier céramique, lithique, la faune sont en cours d’étude et les quelques remarques qui suivent sont donc liminaires.

55La répartition du mobilier dans les fossés est loin d’être homogène, tant spatialement qu’en stratigraphie. Spatialement, on a vu que les vestiges en particulier céramique et lithique se concentrent dans quelques interruptions (fossés 1014) ou tronçons de fossé (1051 et 1053). Stratigraphiquement, ils se localisent parfois au sommet du remplissage terminal mais essentiellement au fond du fossé ; ce mobilier a très souvent été rejeté ou déposé immédiatement après le creusement, avant l’érosion ou le démantèlement du talus. Il date donc a priori de la construction du monument, ou sa première utilisation.

La céramique

56Un premier examen rapide du mobilier céramique a permis d’individualiser assez vite une cinquantaine d’individus-vases. Aucun n’est décoré. Les pâtes sont en général bien cuites, de couleur à dominante brune à brun-rouge. Le silex pilé, mais également le calcaire, sont utilisés pour dégraisser les pâtes. Majoritairement, les vases n’ont pas de moyens de préhension, mais il existe quelques individus, des bouteilles, munis d’une couronne de prises plates à perforation horizontale au milieu ou en bas de la panse (fig. 10, nos 11 et 14) ; quelques individus sont également munis de gros boutons parfois jumelés disposés à la base du col (fig. 11, nos 4, 5, 7).

57Les formes identifiées : plats à pain (fig. 10, nos 13 et 15), marmites à bord ourlé (fig. 10, nos 1, 4), bouteilles à anses plates perforées (fig. 10, nos 11, 14), vases tulipiformes et à col ouvert individualisé (fig. 10, nos 3, 6, 9, 12 ; fig. 11, no 8), puisoirs (fig. 10, no 16) renvoient naturellement au Néolithique moyen II et plus précisément au groupe de Noyen (Henocq-Pichenot, Mordant, 1991) et à la culture de Michelsberg (Dubouloz, 1997 ; Colas, 2000), les comparaisons étant assez nombreuses avec le corpus des sites de Maizy-sur-Aisne (Le Bolloch et alii, 1986) et de Bazoches-sur-Vesle (Dubouloz et alii, 1997). Les boutons imperforés jumelés, situés à la base du col (fig. 11, nos 5, 7) ou juste sous la jonction col-panse (no 4) semblent cependant renvoyer à un autre contexte culturel ; quelques comparaisons qui demandent à être confirmées ayant été trouvées à Paris-Bercy en contexte chasséen (Lanchon et alii, 1998) et dans le Néolithique Moyen Bourguignon.

L’industrie lithique

58Cette attribution culturelle provisoire n’est pas démentie par l’industrie lithique ; la production, essentiellement d’éclats, se caractérise par le recours majoritaire aux matières premières locales (Tertiaire). Parmi les 215 outils recensés, la grande majorité est façonnée sur éclats. Les grattoirs et les denticulés représentent 40 % de l’ensemble. Un seul tranchet est recensé.

59Les armatures de flèche, souvent considérées comme de bons fossiles directeurs, nous obligent à nuancer le propos. Les armatures perçantes à base rectiligne et retouche bifaciale courte, l’armature foliacée à retouche couvrante (fig. 12, nos 1 à 3) s’intègrent parfaitement dans les contextes culturels précédemment évoqués (Augereau, Hamard, 1991), mais les armatures tranchantes, au nombre de sept, sont majoritaires (fig. 12, nos 4 à 7). On sait qu’elles constituent la catégorie dominante des armatures en contexte chasséen septentrional, elles pourraient également représenter l’héritage d’un substrat local du Cerny, qui ne connaît que ce type ; la sépulture 902 de Vignely en a d’ailleurs livré cinq exemplaires.

60L’étude lithique, en cours, a montré une utilisation très majoritaire du silex tertiaire Bartonien : on devra bien entendu tenter d’établir le lien entre le site de Vignely et les gîtes d’extraction tout proches de ce silex, en particulier celui de Jablines ‘Le Haut Château’, distant d’environ 4 000 m (Bostyn, Lanchon, 1992) et daté (datations radio-carbone) du Néolithique moyen II.

Fig. 11. Échantillon de formes céramiques. Nos 1, 6 : str. 1053 ; no 2 : str. 1078 ; no 3 : str. 1051 ; no 4 : str. 1002 ; nos 5, 7, 10 : str. 1014 ; nos 8 et 9 : sépulture 1018.

Conclusion

61Au terme de cette rapide présentation, plusieurs remarques et questions peuvent être formulées.

621) L’enceinte de Vignely ‘La Noue Fenard’ appartient à la catégorie des petites enceintes (Dubouloz et alii, 1991). Elle ne s’appuie pas sur la rivière, mais se referme le long de la berge ; ce caractère n’est pas si fréquent sur les enceintes de vallée du Bassin parisien ; on le retrouve par exemple à Compiègne ‘Le Coq Galleux’ (Toupet, 1984), Bazoches-sur-Vesle (Dubouloz et alii, 1997), Osly-Courtil (information J. Dubouloz). Il est vrai que les carrières (contexte dans lequel la grande majorité des enceintes a été découverte) atteignent rarement les lignes de paléoberge : ce caractère morphologique (ou son absence) est donc peu souvent observable.

632) La question de la contemporanéité des fossés internes et externes doit être posée. On remarquera qu’il n’y a non seulement aucun cas de recoupement stratigraphique, entre les deux séries, mais que, de plus, les tracés semblent complémentaires quand les fossés externes et internes ne sont pas strictement parallèles ; ainsi, l’infléchissement vers la palissade du tronçon 1004 correspond à une interruption des fossés internes ; la disposition singulière des tronçons 1051 et 1053 peut s’expliquer par l’aménagement d’un passage en « entonoir » vers l’interruption IV.

Fig. 12. Échantillon de l’industrie lithique (dessins V. Brunet).

64Aucune différence chronologique significative dans le mobilier n’a d’ailleurs été perçue à l’heure actuelle ; il est vrai que les fossés externes sont beaucoup plus riches que les fossés internes, qui, à quelques exceptions près, sont très pauvres ou stériles.

65La dissymétrie dans le remplissage des fossés (présence, côté interne, d’une poche de matériaux issus du creusement, en fort pendage) est traditionnellement interprétée comme le témoignage de la dégradation et de l’érosion du talus créé avec ces matériaux : l’existence d’un talus de renfort et de maintien de la palissade constitué avec les terres de creusement du fossé est une hypothèse couramment admise aujourd’hui. En revanche, dans le cas des fossés externes (distants parfois de 9 m de la palissade), ces « coulées » ne peuvent provenir de ce talus. Faut-il envisager une seconde levée installée entre les deux séries de fossés ? Cette hypothèse, possible lorsque cet espace atteint une largeur de 4 m (entre les fossés 1041 et 1014a et b par exemple), devient plus difficile à envisager lorsque cette largeur se réduit à 2 m (entre 1002 et 1003 par exemple) ; dans ce cas de figure d’ailleurs, on ne perçoit aucune « coulée » pouvant provenir de cette levée intermédiaire dans le remplissage du fossé interne.

663) L’extrémité sud du segment 1014, l’extrémité nord du segment 1014b et, dans une moindre mesure, les extrémités sud-ouest des tronçons 1051 et 1053 sont plus larges que le reste des fossés, de forme presque « quadrangulaire » : le fond est très plat et les bords quasi-verticaux. Or, il s’agit précisément des interruptions les plus riches en mobilier de l’enceinte de Vignely ; il est donc possible que ces lieux aient été spécialement aménagés. On pose ici naturellement la question de la fonction (ou d’une des fonctions) de ces monuments. Mais les fortes concentrations d’objets dans ces interruptions gardent globalement un caractère détritique et ne permettent pas de parler de véritables dépôts, du type de ceux rencontrés à Noyen-sur-Seine (Mordant, Mordant, 1972 ; Mordant, Mazingue, 1980), Bazoches-sur-Vesle (Dubouloz et alii, 1997), Bruère-Allichamps (Rialland, 1991), ou pour les dépôts de faune, Boury-en-Vexin (Lombardo et alii, 1984). Seule, la présence de deux vases au fond du « poteau » 1078 peut être à notre avis assimilée à ces phénomènes.

674) On n’a d’autre part pas retrouvé d’habitations ou de structures d’habitat synchrones (fosses, foyers…), ni à l’intérieur, ni à l’extérieur de l’enceinte. On doit rappeler cependant ici qu’au moins la moitié du monument de Vignely est située hors emprise et que d’autre part un secteur de soixante mètres de large a subi une érosion estimée à un mètre.

68Dans l’attente des différentes études en cours qui pourront peut-être nous éclairer un peu plus sur sa (ses) fonction(s), on soulignera simplement, sans originalité, le caractère monumental d’une telle construction, avec une élévation de la palissade de près de 4 m, qui devait incontestablement marquer le paysage de la vallée.

695) Enfin, les différentes occupations néolithiques de Vignely pourront être replacées dans leur contexte paléo-environnemental : une remarquable coupe dans la paléoberge de la Marne avait été fortuitement découverte dans la tranche d’exploitation précédente de la carrière au cours de la phase de diagnostic ; elle a été relevée et échantillonnée par J.-F. Pastre, C. Leroyer, N. Limondin, Y. Lejeune. Un transect plus complet de tarières et carottages est en cours de réalisation et la réalisation de deux autres coupes a été négociée avec l’entreprise.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allard P., André M.-F., Chambon P., Lafage F., Praud P., 1998, « La sépulture collective de Vignely (Seine-et-Marne) », in : Actes du XXIe colloque interrégional sur le Néolithique, Poitiers, 14-16 oct. 1994, Mémoire XIV, p. 395-401.

Augereau A., 1993, Évolution de l’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le Sud-Est du Bassin parisien, Thèse de doctorat, Université de Paris I, 3 vol., dactylo.

Augereau A., Chambon P., 1999, « Le site néolithique de Moneteau-sur-Macherin (Yonne) », Résumé des communications du 24e colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans, 19-21 nov. 1999, p. 31.

Augereau A., Hamard D., 1991, « Les industries lithiques du Néolithique Moyen II des vallées de la Petite Seine, de l’Aisne et de l’Oise », in : Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. APRAIF, p. 235-250 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Augereau A., Bulard A., Drouhot C., Martinez R., Tresset A., 1996, « L’enceinte néolithique de Mery-sur-Marne (77) », Communication aux journées archéologiques d’Île-de-France, Lagny-sur-Marne, 21 sept. 1996, inédit.

Bostyn F., Lanchon Y. dir., avec Boguszewski A., Frugier C. Jérémie J., Laporte L., Vacher S., Valero C., 1992, Jablines le Haut Château (Seine-et-Marne) : une minière de silex au Néolithique, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 246 p., ill., dépl. (Documents d’Archéologie Française, 35).

Bouchet M., Brunet P., Jacobieski G., Lanchon Y., 1996, Il y a 7000 ans en vallée de Marne : premiers labours, premiers villages…, Catalogue de l’exposition, APRAIF/Musée municipal de Lagny-sur-Marne/SHALE, 48 p.

Chambon P., Lanchon Y., 2003, « Les structures sépulcrales de la nécropole de Vignely (Seine-et-Marne) », in : Chambon P., Leclerc J. dir., Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes, Actes de la table ronde S.P.F., Saint-Germain-en-Laye, 15-17 juin 2001, p. 159-173 (Mémoires de la S.P.F., 33).

Colas C., 2000, Savoir-faire technique et reconstitution des chaînes opératoires des potiers au Néolithique moyen II dans la moitié nord de la France : étude techno-typologique, Thèse de doctorat, Université de Paris I, 3 vol., dactylo.

Colas C., Dubouloz J., Manolakakis L., Thevenet C., 2005, « Le monument funéraire Michelsberg ancien de Beaurieux ‘La Plaine’(Aisne, France) », in : Préactes du 27e colloque interrégional sur le Néolithique, Neuchâtel, oct. 2005.

Cottiaux R., avec la coll. de Casadei D., Gaillard S., Durbet G., 1996, Maisons-Alfort, Laboratoire Central Hydraulique, Z.A.C. d’Alfort II (94), D.F.S. de fouille préventive, Saint-Denis.

Cottiaux R., Casadei D., Gosselin R., 2000, « Le site de la Z.A.C. d’Alfort à Maisons-Alfort (94) », Communication aux Journées Archéologiques d’Île-de-France, sept. 2000, Paris.

Dubouloz J., 1997, « Réflexions sur le Michelsberg ancien en Bassin parisien », in : Die Michelsberger Kultur und ihr Randgebiet, Probleme der Enstehung, Chronologie und des Siedlungswesens, Internationales Kolloquium, Gaienhofen-Hemmenhofen, Stuttgart, p. 9-20 (Materialhefte z. Arch. in Baden-Württemberg, 43).

Dubouloz J., Hamard D., Le Bolloch M., 1997, « Composantes fonctionnelles et symboliques d’un site exceptionnel : Bazoches-sur-Vesle (Aisne), 4000 avant J.-C. », in : Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer, Actes du 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 1994, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 127-144.

Dubouloz J., Mordant D., Prestreau M., 1991, « Les enceintes néolithiques du Bassin parisien : variabilité structurelle, chronologique et culturelle. Place dans l’évolution socio-économique du Néolithique régional. Modèles interprétatifs préliminaires », in : Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. APRAIF, p. 199-210 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Duhamel P., avec la coll. de Fonton M. et Carré H., 1997, « La nécropole monumentale Cerny de Passy (Yonne) : description d’ensemble et problèmes d’interprétation », in : La culture de Cerny, nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours, 9-11 mai 1994, p. 397-448 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Henocq-Pichenot C., Mordant D., 1991, « La marge sud-est du Bassin parisien : Chasséen et Néolithique moyen Seine-Yonne », in : Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. APRAIF, p. 199-210 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Lanchon Y., Allard P., André M.-F., Bostyn F., Brunet P., Chambon P., Lafage F., Praud Y., Valero C., 1994, « Vignely ‘La Porte aux Bergers’ », in : Bilan scientifique, 1994, SRA d’Île-de-France, p. 89-91.

Lanchon Y. dir., Arnold B., Augereau A., Badalian L., Bernard V., Binet C., Boguszewski A., Bulard A., Buret G., Chambon P., Delattre N., Dietsch M.-F., Diquero G., Durand S., Ernst T., Évin J., Fontugne M., Frugier C., Lafage F., Leroyer C., Limondin N., Marquis P., Martinez R., Mazurie de Keroualin F. †, Monchablon C., Roblin-Jouve A., Pernaud J.-M., Ramseyer D., Ricq-de Bouard M., Rodriguez P., Salanova L., Tresset A., Valero C., Wattez J., 1998, Le cadre naturel et les occupations néolithiques du site de Paris Bercy, DFS, SRA Île-de-France, 4 volumes.

Lasserre-Martinelli M., Le Bolloch M., 1982, « Un ensemble clos Michelsberg à Cuiry-les-Chaudardes (Aisne) », Revue Archéologique de Picardie, no 4, p. 66-69.

Le Bolloch M., 1989, La céramique Michelsberg de la vallée de l’Aisne dans son contexte régional, Thèse de doctorat, Université de Paris I, 2 vol., dactylo.

Le Bolloch M., Dubouloz J., Plateaux M., 1986, « Sauvetage archéologique à Maisy (Aisne) : les sépultures rubanées et l’enceinte de la fin du ive millénaire BC », Revue Archéologique de Picardie, 1-2, p. 3-12.

Leroyer C., Pastre J.-F., Fontugne M., Limondin-Lozouet N., 1994, « Le Tardiglaciaire et le début de l’Holocène dans le bassin aval de la Marne (Seine-et-Marne - France) : chronostratigraphie et environnement des occupations humaines », in : Actes du 119e congrès national des Sociétés Historiques et Scientifiques, Amiens, Pré-et Protohistoire, p. 151-164.

Lombardo J.-L., Martinez R., Verret D., 1984, « Le site chasséen du Cul Froid à Boury-en-Vexin dans son contexte historique et les apports de la stratigraphie de son fossé », in : Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 269-284 (Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Mordant C., Mordant D., 1972, « L’enceinte néolithique de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne) », B.S.P.F., t. 69, Études et travaux, 2, p. 554-569.

Mordant D., 1997, « Le complexe des Réaudins à Balloy : enceinte et nécropole monumentale », in : La culture de Cerny, nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours, 9-11 mai 1994, p. 449-479 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Mordant D., Mazingue B., 1980, « Fonctions primaires et secondaires des fosses du site néolithique récent de Noyen-sur-Seine et des enceintes de la Bassée (Seine-et-Marne) », in : Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du colloque de Sens, sept. 1980, p. 129-134 (Cahier de la Société Archéologique de Sens, no 1).

Müller F., 1995, « Gron ‘Les Sablons’ », in : Archéologie et carrières de granulats dans l’Yonne, bilan 1994, SRA de Bourgogne/Association des producteurs de granulats pour la sauvegarde archéologique dans l’Yonne/AFAN, p. 29-42.

Rialland Y., 1991, « L’enceinte du Néolithique moyen du Champ de la Grange à Bruère-Allichamps (Cher) », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, 22-23 oct. 1988, p. 97-108.

Toupet C., 1984, « Analyse structurale de l’enceinte chasséenne de Compiègne (Oise) », in : Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 146-166 (Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de Vignely (en haut) et des deux sites de ‘La Porte aux Bergers’ et de ‘La Noue Fenard’ (en bas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 2. Vignely ‘La Noue Fenard’ (Seine-et-Marne) : les structures du Néolithique moyen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 3. Les monuments funéraires Cerny (en haut) et la sépulture 902 (en bas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 4. L’enceinte à fossé interrompu d’Isles-lès-Meldeuses (Seine-et-Marne). © P. Brunet/C. Charpentier/Y. Lanchon - SHALE.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende Fig. 5. L’interruption II.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 6. Les interruptions III et IV.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 7. L’interruption V.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 8. Le fossé externe 1014 : coupes stratigraphiques et relevé en plan de l’extrémité méridionale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 9. La sépulture 1018. © Véronique Brunet-INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 10. Échantillon de formes céramiques provenant des fossés. No 1 : str. 1004 ; nos 2, 4 à 8, 10, 12 à 16 : str. 1014 ; nos 3, 9, 11 : str. 1014a ; no  : str. 1053.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 11. Échantillon de formes céramiques. Nos 1, 6 : str. 1053 ; no 2 : str. 1078 ; no 3 : str. 1051 ; no 4 : str. 1002 ; nos 5, 7, 10 : str. 1014 ; nos 8 et 9 : sépulture 1018.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 12. Échantillon de l’industrie lithique (dessins V. Brunet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13674/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

Auteurs

CNRS, UMR 7041 “Ethnologie Préhistorique”, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21, allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex.

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search