Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

III Actualité de la recherche et découvertes récentes

Un site d’habitat du Néolithique moyen II à Lauwin-Planque (Nord) : premiers résultats

Françoise Bostyn, Pierre Demolon, Elsa Frangin et Christian Séverin

Résumé

La fouille d’un habitat du haut Moyen Âge a permis la découverte d’un tronçon de fossé appartenant probablement à une enceinte ainsi qu’un plan partiel de bâtiment. L’intérêt de la découverte réside dans la présence d’un dépôt constitué d’une vingtaine de vases à l’une des extrémités du fossé. En plus du mobilier céramique, ont été recueillis de l’industrie lithique, du matériel de mouture et divers objets de parure. Ce mobilier montre une nouvelle fois l’interaction entre les deux grands ensembles culturels du Néolithique moyen II, le Chasséen et le Michelsberg.

Texte intégral

1La fouille préventive menée par le Service Archéologique de Douai (responsables P. Demolon et Ch. Séverin) sur le site de Lauwin-Planque ‘Avenue Jacques Cartier’ avait été motivée par la présence de vestiges gallo-romains mais surtout médiévaux, décelés lors de tranchées de sondages réalisées en 1996 et 1997. Lors de la campagne de fouilles de 2000, des structures néolithiques ont été identifiées et ont fait l’objet d’une campagne spécifique en 2001. La densité des structures historiques et la profondeur de certaines (en particulier les puits et les silos) ont constitué une difficulté pour le repérage des structures néolithiques, et il est très probable qu’une partie d’entre elles a été détruite par ces occupations successives. La surface décapée lors de cette campagne se présente sous la forme d’une bande d’environ 200 m de long pour une largeur de 30 m en moyenne. Les structures néolithiques se répartissent en deux ensembles, le premier dans la partie centrale du décapage et le second dans sa partie la plus orientale (fig. 1).

Localisation

2Le site de Lauwin-Planque se localise à 500 m environ de l’Escrebieux (fig. 2), petit ruisseau qui se jette dans la Scarpe un peu en aval de la ville de Douai (Nord). Au nord-est de ce secteur, la Scarpe débouche dans une large plaine alluviale qui a été fortement drainée depuis très longtemps, mais qui devait être très marécageuse à l’époque. Le cours de la Scarpe est difficile à suivre dans ce secteur en raison de la présence de nombreux canaux de dérivation qui ont fortement bouleversé le paysage, et ce depuis des siècles, puisque par exemple la Scarpe canalisée a été creusée dès le Moyen Âge. Le cours actuel de la Scarpe n’a donc pas de réalité préhistorique, ce que confirment les courbes topographiques et les données géologiques. En effet, les formations fluviatiles indiquent que le canal de la Scarpe a capté un affluent de la Sensée qui bifurquait au niveau d’Hamblain vers le sud-est (Sommé, 1988, fig. 14).

Fig. 1. Plan général du décapage toutes structures confondues.

Fig. 2. Localisation du site de Lauwin-Planque et implantation des sites du Néolithique moyen II dans la topographie régionale. 1. Lauwin-Planque ; 2. Brebières ; 3. Corbehem ; 4. Noyelles-sous-Bellone.

3Les courbes de niveau montrent un choix délibéré pour une installation à une altitude de 25 m, en limite des zones marécageuses, à l’instar de l’autre site contemporain connu dans le secteur, celui de Corbehem. La localisation de ce dernier apparaît, une fois les cours d’eau actuels supprimés, comme très comparable à celle de Lauwin-Planque, à une altitude légèrement supérieure (courbe des 30 m), mais également en bordure d’un petit ru qui était probablement un affluent de la Scarpe. Cette situation est d’autant plus remarquable que le site de Corbehem est le second site de la région Nord/Pas-de-Calais où ont été reconnus des fossés d’enceinte (Demolon, Hurtrelle, 1975). En effet, les deux autres sites de Noyelles-sous-Bellone (Demolon, Hurtrelle, 1976) et de Brebières (Leman, 1982) n’ont livré que des fosses que l’on peut considérer, au moins pour ce dernier, comme « isolées », à l’instar de toutes les autres implantations de la région.

Fig. 3. A. Détail du plan du bâtiment ; B. coupes des poteaux.

Les structures

4Les deux secteurs néolithiques, éloignés d’environ 100 m l’un de l’autre, sont très différents par la nature des vestiges qui y ont été fouillés. Le secteur central comporte un tronçon de fossé et une petite tranchée, alors que le secteur à l’est a livré une partie d’un bâtiment.

Le bâtiment

5Dans ce secteur, il faut souligner en premier lieu un arasement général d’environ 10 à 15 cm lié au creusement, à l’époque moderne, d’un réseau très serré de petits fossés agraires. Ainsi les structures ne sont conservées que sur une faible profondeur. Le plan du bâtiment est également partiellement conservé en raison de sa localisation en bordure de la zone décapée (fig. 3). De forme rectangulaire, il est orienté nord-ouest/sud-est et a été reconnu sur une longueur de 7 m. Il mesure 8 m de large. Ses faces latérales est et ouest sont matérialisées par une double rangée de poteaux. Les deux rangées extérieures sont constituées de poteaux très rapprochés d’environ 40 cm de diamètre et d’une profondeur maximale de 40 cm. Les poteaux devaient être implantés dans une tranchée de fondation dont le tracé ne subsiste que très localement au niveau de l’alignement D-D’. Chaque rangée extérieure est doublée par un second alignement de poteaux plus petits (25 cm de diamètre) et moins profonds (25 cm maximum). Ces poteaux sont par ailleurs espacés de 20 à 40 cm les uns des autres. L’espace intérieur ainsi délimité comporte trois autres poteaux destinés à le fermer ou à le diviser. La structure 3506 a été creusée dans une fosse rectangulaire de 2 m de long pour 80 cm de large ; il est probable qu’elle marque la façade nord du bâtiment. Les deux autres sont creusés à 7 m de celle-ci et constituent une séparation avec les autres pièces supposées du bâtiment.

6Le remplissage de ces poteaux comporte entre deux et trois couches en fonction du degré d’érosion. La totalité des poteaux a un remplissage de limon lessivé de couleur jaunâtre, blanchi en profondeur. Le fond et le bas des parois sont systématiquement tapissés de concrétions ferrugineuses formant une croûte localement épaisse d’un centimètre.

7Six autres poteaux ont également été repérés au nord et à l’est du bâtiment, mais aucune organisation particulière ne peut être proposée.

Le fossé

Description des structures

8Dans la parcelle décapée, le fossé mesure 16,50 m de long pour une largeur de 6 à 7 m (fig. 4). Il est orienté globalement nord-sud. Sa profondeur n’est pas régulière ; elle décroît du nord vers le sud, passant de 1,90 m à 1,30 m. Dans la partie sud, la lente remontée des courbes de niveau tend à indiquer que le fossé s’interrompt à 1 ou 2 m au-delà du décapage. Les profils relevés montrent qu’au sud, les parois sont en pente douce, et le fond est relativement plat. Ce profil simple évolue vers le nord en un creusement plus abrupt, où les parois sont d’abord en gradins puis sub-verticales.

9La fouille intégrale de la structure n’a pu être réalisée. Aussi, notre attention s’est portée sur les deux extrémités. Au nord, la fouille a concerné les sept premiers mètres du fossé, alors qu’au sud, seuls 3 m ont été explorés. Au total, six coupes ont été réalisées, mais seules quatre sont présentées ici (fig. 5). Les relevés stratigraphiques montrent une nette différence entre les parties nord et sud. Au sud, trois couches ont été identifiées (fig. 5, coupe 4), alors qu’au nord, l’accumulation des sédiments reflète une histoire particulièrement complexe du comblement de la structure. Les onze couches identifiées (fig. 5, coupes 1 à 3) sont à la fois d’origine anthropique et naturelle.

10Une petite tranchée (structure 1598), parallèle à ce fossé subsistait à 5 m à l’est, sur une longueur de 2,80 m. D’une largeur de 15-20 cm pour une profondeur maximale de 15 cm, ce fossé présentait un profil en U. Le remplissage est constitué d’un sédiment gris localement blanchi. Seuls quelques artefacts en silex et un tesson à dégraissant de silex ont été trouvés dans cette structure, ce qui n’en facilite pas l’attribution culturelle. Il est cependant probable qu’il s’agisse des restes d’une tranchée de palissade fonctionnant avec le fossé.

Dynamique du dépôt

11La particularité du fossé réside dans la présence d’un dépôt de vases entiers dans les couches inférieures du remplissage, au niveau de son interruption nord (fig. 6).

12La fouille fine du dépôt en place, ainsi que les observations faites lors du démontage des vases, permettent de faire quelques observations sur la dynamique de ce dépôt céramique. Il apparaît que celui-ci a été effectué en plusieurs phases. La première se situerait juste après le creusement du fossé (couche 11) et comporterait au moins deux vases (vases 1 et 6, fig. 6) et peut-être un troisième (vase 11), ce qui reste à confirmer lors du démontage qui n’est pas fait pour ce secteur (pour des raisons de délais, les vases ont été prélevés en motte pour être fouillés en laboratoire). Le second dépôt, le plus important, intervient après la mise en place du niveau 7 et réunit une douzaine de vases (2, 3, 8, 9, 10, et le gros ensemble à cheval sur les carrés L et M, dans lequel les vases n’ont pu être individualisés à la fouille, mais seulement au démontage). Cependant, ces vases n’ont pas été déposés de manière identique. Les vases 2, 3, 8, 9 et l0 ont été déposés entiers et probablement debout. Ils ont ensuite basculé sur un côté et se sont tassés sur eux-mêmes, sans éclater ni se disloquer. Le vase 16 a été déposé sur le col et le fond s’est affaissé à l’intérieur du vase. Les autres vases des carrés L et M étaient fortement disloqués. Il est donc impossible d’envisager la même démarche dans le dépôt ; ce secteur a en effet subi des remaniements dont il est difficile de dire s’ils sont postérieurs ou antérieurs au dépôt (dans ce cas, les vases auraient été cassés au préalable). Enfin, la troisième phase de dépôt accompagne la formation du niveau 5 ; elle semble s’effectuer peu de temps après le second dépôt car la couche vient s’appuyer contre une partie des vases précédents qui n’étaient donc pas totalement enfouis à ce moment-là. Il comporte trois vases (4, 5 et 7) qui sont localisés sur le bord est du fossé. Ils sont très mal conservés et fortement disloqués, donnant l’impression que les fragments se sont répartis irrégulièrement sur la paroi. Deux interprétations peuvent être avancées pour expliquer ce phénomène : soit les vases ont été déposés sur le bord du fossé, en haut, et ont basculé sur le bord du fossé en se fracturant, soit ils ont été jetés dans le fossé et auquel cas, il ne s’agit plus ici d’un véritable dépôt mais d’un rejet plus commun. Seuls, le démontage et les recollages de ces ensembles, qui ne sont pas terminés, permettront d’apporter des éléments d’interprétation complémentaires sur les modalités de comblement du fossé.

Fig. 4. Plan du fossé et implantation des coupes.

Fig. 5. Coupes du fossé. 1. limon jaune brun ; 2. limon gris blanc d’aspect décoloré, de 20 à 50 cm d’épaisseur ; 3a. argile grise décolorée à boules jaunes de 10 à 30 cm d’épaisseur ; 3a1. lentille d’argile grise à boules vertes ; 3a2. lentille de limon jaune ; 3b. argile grise d’aspect décoloré, de 10 à 30 cm d’épaisseur, localement à forte teneur en charbons de bois ; cette couche est en partie accompagnée d’un fin niveau d’accumulation charbonneux (de 1 à 2 cm d’épaisseur) ; 3b1. argile verdâtre formant une lentille d’environ 10 cm d’épaisseur dans la partie centrale du fossé ; 4a. argile gris-vert de 5 à 15 cm d’épaisseur, d’aspect comprarable à 4b, mais plus faiblement chargée en charbons de bois ; 4b. argile grise à grosses boules vertes, localement chargée en charbons de bois, épaisse de 10 à 25 cm ; 5. niveau détritique très riche en charbons de bois, petits fragments d’os calcinés, tessons de poteries et pièces lithiques ; cet épandage, d’une épaisseur maximale de 8 cm, forme une « coulée » orientée nord-est/sud-ouest se déversant au centre du fossé ; 6. limon jaune ; 7. limon jaunâtre ; 8. niveau d’argile jaunâtre chargé de particules de charbons de bois ; 9. limon gris-jaune décoloré ; 10. limon jaune (les niveaux 8, 9 et 10 ne sont présents que dans la partie nord-est du fossé, où ils forment des lentilles successives, épaisses de 5 à 10 cm) ; 11. argile gris clair hydromorphe, à structure litée, d’une épaisseur de 10 à 15 cm ; ce niveau correspond à l’envasement de la partie basse du fossé après son creusement ; au nord-ouest, de fines passées charbonneuses soulignent plusieurs niveaux de battements.

Fig. 6. Détail du dépôt céramique.

Le matériel archéologique

13Le mobilier archéologique est issu presque exclusivement du fossé, les autres structures n’ayant livré que quelques petits tessons et/ou silex qui ne sont pas très significatifs.

Le matériel céramique

14Toutes les couches du remplissage du fossé ont livré du matériel céramique, mais nous ne présenterons dans le cadre de cet article que les premiers résultats obtenus sur le dépôt. Seuls quelques-uns des vases ont été étudiés et les données sont donc très partielles et susceptibles d’être modifiées par la suite.

15Les vases ont été montés au colombin à partir d’un fond réalisé par aplatissement d’une boule de pâte. Les colombins sont visibles sur les cassures, qui souvent ont suivi ces zones de faiblesse, et présentent trois aspects différents : soit en languette, c’est-à-dire que la pâte des colombins a été étirée en biseau et que les deux biseaux ont été plaqués l’un sur l’autre, soit en dôme, c’est-à-dire que le nouveau colombin a été posé sur le précédent et que la pâte a été plaquée à la fois à l’intérieur du vase et à l’extérieur, soit totalement plat, ce qui donne aux cassures un aspect très rectiligne et aux tessons des formes sub-rectangulaires. La première technique semble avoir été utilisée particulièrement pour la réalisation de la jonction col-panse. L’argile a été mélangée de façon systématique à un dégraissant de silex brûlé souvent grossièrement pilé (il est courant de voir des fragments de silex de 5 mm). Il ne semble donc pas qu’un tri granulométrique ait été effectué pour assurer une meilleure cohésion à la pâte. Dans un des vases, nous avons pu observer la présence d’une graine déterminée par M.-F. Dietch-Sellami comme étant un grain de blé nu carbonisé (Triticum aestivo-compactum). L’utilisation de dégraissants végétaux semble également attestée par des traces rectangulaires allongées visibles sur certaines surfaces et dans certaines tranches. Malgré l’altération des surfaces, il est évident que la finition des vases s’est faite par un lissage soigné des surfaces internes et externes.

16La forme la plus courante de ce dépôt est le type bouteille avec des cols très courts, droits ou légèrement rentrant, avec des panses globuleuses dépourvues d’éléments de préhension (fig. 7). Dans un cas (vase 10), le fond est nettement aplati. Un seul plat à pain a été trouvé dans la couche 5 et deux vases sont des vases à col légèrement évasé. Un seul de ces deux récipients porte trois éléments de préhension qui sont des anses à perforation horizontale. Un unique décor de pastilles appliquées (fig. 7, no 5) a été observé sur un tesson dont l’appartenance à une forme particulière reste à déterminer lorsque les derniers vases seront dégagés. La majorité des vases comprenait des dépôts culinaires qui se répartissent sur la totalité de la paroi interne, depuis le fond jusqu’au niveau du col, avec néanmoins une zone de plus forte densité dans la partie supérieure de la panse, à la jonction col-panse. Ces caramels sont en cours d’analyse par Martine Regert (CNRS). Il s’agit dans la majorité des cas de dépôts noirs carbonisés formant une croûte épaisse parfois de plusieurs millimètres.

Le matériel lithique

17Seul le matériel issu de la partie nord du fossé a fait l’objet, pour l’instant, d’une étude précise. Nous avons inventorié 1348 pièces, représentant un poids de 13 kg, provenant des onze couches stratigraphiques identifiées.

18La totalité de l’industrie en silex a été réalisée sur un silex d’origine locale (Sénonien et Thanétien ou Landénien local) qui est présent à proximité immédiate du site (carte géologique au 1/50 000e de Douai). Le silex thanétien n’est individualisé que sur la base des cortex verdis, ce qui implique une probable sous-représentation de cette matière première dans les décomptes. Le silex sénonien est un silex de bonne qualité de couleur noire translucide à grain très fin qui comporte quelques inclusions de couleur grisâtre un peu plus grenues. Le cortex blanchâtre à orangé présente souvent une zone sous-corticale fine grisâtre.

19L’une des caractéristiques de cette série réside dans la forte proportion de pièces brûlées et ceci quel que soit le niveau étudié, même si, de façon tout à fait logique, les couches 5 et 6 ont les taux les plus élevés (40 %). Les produits se répartissent principalement entre deux grandes catégories : les éclats et les lames. Les éclats ont été produits selon des schémas opératoires simplifiés, réalisés en percussion directe dure. Ils constituent la part la plus importante des artefacts recueillis (93,3 %) et ont été largement utilisés pour la fabrication de l’outillage. Cependant les observations des dimensions des artefacts montrent qu’un choix a été nettement effectué en faveur des éclats les plus grands. Ceci semble confirmé par les mesures des poids des outils, qui représentent 24,9 % de la série, alors qu’en terme d’individus ils ne correspondent qu’à 11,6 % des pièces.

20Le débitage laminaire semble comporter deux ensembles distincts par leurs dimensions. En effet, une série de lames assez larges (l. entre 30 et 40 mm) et plutôt épaisses (entre 5 et 8 mm d’épaisseur), aux bords rectilignes souvent parallèles, s’individualisent dans la série qui comporte plutôt des lames moins larges (entre 10 et 25 mm) et en moyenne moins épaisses (entre 2 et 6 mm). Compte tenu du faible échantillon et de l’état fragmentaire des produits, il est difficile d’estimer les longueurs des lames larges, et la série lithique étudiée ne fournit aucun élément pour la compréhension des différentes étapes de la chaîne opératoire. Dans le second ensemble, les quelques produits entiers nous donnent une image de produits trapus dont les longueurs sont comprises entre 49 et 61 mm (moyenne 55 sur huit pièces). Dans ce cas-là également, il n’est pas possible de préciser les différentes étapes de la chaîne opératoire, et la faiblesse numérique de l’échantillon nous pousse à la prudence.

Fig. 7. Matériel céramique.

Fig. 8. Industrie lithique. 1. hache en roche verte ; 2-4. pièces à dos ; 5. denticulé ; 6. tranchet ; 7-9. grattoirs. 1, 3 ; couche 7 ; 2, 4 : couche 4 ; 5, 9 : couche 5 ; 6, 8 : couche 6.

21L’outillage est largement réalisé sur éclat (84 %) et comporte une grande majorité de grattoirs. Ils sont réalisés indifféremment sur des éclats totalement corticaux (18 %), des éclats très corticaux (19,2 %, fig. 8, no 9), peu corticaux (32,1 %) ou non corticaux (30,7 %, fig. 8, nos 7 et 8). La retouche est toujours soignée, régulière même si elle peut être parfois peu envahissante. La présence de fronts de grattoirs fracturés probablement lors de l’utilisation est fréquente. La seconde catégorie d’outils est représentée par les éclats retouchés qui sont des outils à retouches irrégulières peu soignées et souvent issues de l’utilisation. Viennent ensuite trois autres catégories d’outils dont la présence reste malgré tout moins marquée. Les denticulés, au nombre de neuf (fig. 8, no 5), sont souvent constitués de deux ou trois coches. Les tranchets, au nombre de six, sont façonnés sur des éclats larges ; seul l’un des exemplaires a l’axe de l’outil qui coïncide avec l’axe morphologique de l’éclat. Ils sont façonnés par retouches abruptes directes (fig. 8, no 6) et le tranchant est indifféremment brut ou retouché. Un des outils présente un lustré d’utilisation sur la face inférieure de sa partie active. Les outils à dos comportent toujours un côté, rectiligne ou légèrement convexe, repris par une retouche abrupte continue régulière (fig. 8, nos 2 à 4). Les perçoirs ont une pointe bien dégagée (fig. 9, no 2) par retouches abruptes convergentes.

Fig. 9. Industrie lithique et parure. 1. lame ; 2. Perçoir ; 3-7. armatures tranchantes ; 8. armature foliacée ; 9. perle en quartz. 1, 8 : couche 5 ; 2, 3, 7 : couche 4 ; 4, 6 : couche 2 ; 5 : couche 3 ; 9 : couche 7.

22Le nombre important de fragments d’outils est lié à leur détérioration par l’action du feu. Les autres outils sont présents à un ou deux exemplaires.

23Deux armatures ont été réalisées sur éclat, dont celle perçante à retouches bifaciales rasantes (fig. 9, no 8). La seconde est une armature ébauchée du même type. Les autres armatures sont de type tranchantes et sont réalisées sur fragments de lames (fig. 9, nos 3 à 7). Les lames présentent une double troncature donnant aux armatures une forme triangulaire (un exemplaire) à trapézoïdale. Les supports utilisés sont plutôt réguliers à deux ou trois pans et font partie de la catégorie des supports de plus faibles dimensions. La différence dans le choix des supports est sans doute liée à l’investissement plus important dans la réalisation des pointes foliacées où la retouche bifaciale couvrante modifie en profondeur le support qui de fait n’a plus besoin forcément d’être très régulier. Par contre, le caractère plus marginal des troncatures faites sur les lames implique une sélection plus stricte dès le départ du support.

24Les autres outils sur lame sont principalement des lames à retouches irrégulières et discontinues qui relèvent plus de l’utilisation (fig. 9, no 1). Les grattoirs sont tous des fronts d’outils cassés à environ deux centimètres de la partie active. Les burins sont des burins d’angle soit sur cassure, soit sur troncature.

25Le dernier outil remarquable est une petite hache en roche verte (roche non déterminée pour le moment) qui a été façonnée par piquetage des deux surfaces et dont seul le tranchant a été poli (fig. 8, no 1).

Le reste du mobilier

26Le mobilier en grès issu du fossé est assez indigent et ne comporte que quelques éclats de débitage et des fragments informes de grès. Le seul élément marquant de cette série est un fragment de molette issu du dépôt (couche 7).

27On signalera enfin la présence d’une perle en quartz rose qui a été abandonnée en cours de fabrication (fig. 9, no 9). La perforation a été obtenue à partir des deux faces selon un mouvement circulaire. L’axe de la perforation s’est trouvé décalé et la fracturation a visiblement suivi une zone de faiblesse de la roche.

Comparaison

28Le site de Lauwin-Planque se localise dans une région où les indices de sites du Néolithique moyen sont nombreux même si les données exploitables restent très fragmentaires.

29À proximité immédiate du site, le site de Corbehem a également livré des tronçons de fossés. Cependant, les implantations ne sont pas strictement comparables puisque les reconnaissances effectuées sur le site de Corbehem ont montré la présence de deux fossés parallèles distants de 5 m environ alors que seul un fossé, peut-être complété par une palissade localisée à 5 m de distance à l’intérieur du fossé, a été reconnu à Lauwin-Planque. Les dimensions semblent également différentes, au moins pour ce qui concerne la largeur à l’ouverture (4 m au moins à Corbehem pour 7 m à Lauwin-Planque) et la profondeur (2 m à Lauwin-Planque, fond non atteint à 2,6 m à Corbehem). Les deux systèmes défensifs étaient donc très différents avec d’un côté un système de fossé unique très imposant (Lauwin-Planque) et de l’autre un fossé doublé mais plus étroit. Les deux autres sites de Noyelles-sous-Bellone et de Brebières n’ont livré que des fosses que l’on peut considérer au moins pour ce dernier, comme « isolées ».

30D’une façon générale, les sites avec un fossé unique, parfois doublé d’une palissade, sont nombreux, bien que les sites à fossés et palissades multiples semblent mieux représentés (Spiennes, Thieusies par exemple) en Belgique ou en France, Bazoches (Dubouloz et alii, 1997) ou Mairy (Marolle, 1998). Il n’est pas possible de se prononcer pour le moment sur la morphologie générale de l’enceinte (elle n’a pas été reconnue sur l’ensemble de son tracé), mais l’organisation en segments de petites longueurs semble avoir été privilégiée et trouve des éléments de comparaison sur les sites de la Bassée comme Noyen, Gravon ou Châtenay (Mordant, 1982), sur les sites de Blicquy et de Spiere en Belgique (Vermeersch, Burnez-Lanotte, 1998), ou encore sur le site de Crécy-sur Serre dans l’Aisne (Naze, 1999).

31La présence de structures d’habitat est par contre nettement plus rare et les éléments de comparaison plus difficiles à trouver. Malgré le caractère incomplet de la structure, du fait non seulement de sa position en limite de décapage, mais également des occupations postérieures, l’organisation générale des parois, constituées probablement de tranchées de palissade contenant des poteaux très rapprochés nous amène à nous tourner plutôt vers les structures d’habitat connues à Mairy (Ardennes) que vers celles de Thieusies ou celles de la vallée de l’Aisne (Dubouloz et alii, 1984). En effet, la largeur du bâtiment de Lauwin-Planque (7 à 8 m), la présence d’un doublement des parois par des poteaux plus petits et la division interne de l’espace habité par des poteaux installés dans des fosses parfois nettement plus grandes, trouvent plus d’éléments de comparaisons dans les maisons de Mairy, comme le bâtiment no 1 (Marolle, 1998, fig. 3), que dans les structures d’une quinzaine de mètres carrés à quatre rangées de poteaux de Thieusies ou les maisons Roessen de Berry-au-Bac.

32Concernant le mobilier archéologique, la région fournit plus d’éléments de comparaisons (fig. 10). Le site de Liévin, fouillé par J.-F. Piningre, en 1976 (Piningre, 1985) est parmi les plus riches, mais des fouilles préventives récentes ont permis de mettre à jour de nouveaux petits ensembles clos comme à Isques (Lepau-Mier, 1995), à Monchy-le-Preux (Jacques et alii, 1995) ou encore à Cherisy (Debiak, Debs, 1996). Bien que nous n’ayons pu traiter l’ensemble du mobilier céramique, il apparaît clairement que la forme la plus représentée dans le dépôt est la bouteille sans élément de préhension. Les vases de Lauwin-Planque trouvent de bons éléments de comparaisons dans la série de Liévin (Piningre, 1985, fig. 13 et 16) où la bouteille est également le type dominant. Les mêmes comparaisons peuvent être faites avec les ensembles de Isques ou de Monchy-le-Preux. Plus généralement ces vases trouvent des éléments de comparaison dans les ensembles chasséens du Bassin parisien (Compiègne : Toupet, 1984 ; Catenoy : Blanchet et alii, 1984 ; Jonquières : Blanchet, 1984 ; Lasserre, 1984 ; Boury-en-Vexin : Lombardo et alii, 1984, etc.) ainsi que l’avait déjà souligné J.-F. Piningre au sujet du site de Liévin. La présence d’un tesson avec des pastilles appliquées a déjà été mentionnée sur les sites de Berry-au-Bac dans l’Aisne et surtout plus régionalement sur le site de Corbehem, bien que, dans ce cas, les pastilles soient appliquées à l’intérieur du vase. Ce décor nous amène donc à rechercher des comparaisons dans les horizons post-roessen.

Fig. 10. Carte des sites du Néolithique moyen II de la région Nord-Pas-de-Calais. 1. Corbehem ; 2. Brebières ; 3. Noyelles-sous-Bellone ; 4. Lauwin-Planque ; 5. Etaing-Sailly ; 6. Biache ; 7. Cherisy ; 8. Mont-Saint-Éloi ; 9. Liévin ; 10. Sailly-Labourse ; 11. Mont Noir ; 12. Lumbres ; 13. Isques ; 14. Raillencourt-Sainte-Olle ; 15. Etrun ; 16. Croix-Caluyau ; 17. Houplin-Ancoisne ; 18. Monchy-le-Preux.

33D’un point de vue technologique, des observations similaires ont été effectuées sur l’utilisation massive de dégraissant de silex pilé sur les autres sites de la région (Liévin, Corbehem, Isques, etc.) ce qui constitue une différence importante avec le matériel céramique des sites Michelsberg de la vallée de l’Aisne (Le Bolloch, 1984) et des sites chasséens de l’Oise (Joseph, 2000) excepté pour le niveau I du fossé de Boury où le dégraissant de silex est majoritaire (Lombardo et alii, 1984).

34Ainsi, un premier examen de la céramique montre des influences chasséennes, ainsi que cela avait déjà été noté sur les sites de Liévin, Lumbres et Houplin-Ancoisne (Piningre, 1985). Ces emprunts au Chasséen semblent également sélectifs puisqu’aucun élément de vase support ou de vases carénés n’a été mis au jour. Les vases plus typiquement Michelsberg ne sont pas très représentés, mais il faudra attendre la fin du traitement du mobilier pour pouvoir mieux apprécier l’impact des différentes traditions culturelles. Cependant, les principales caractéristiques de cette céramique (rareté du décor, pastilles au repoussé, formes) s’intègrent aisément dans l’entité stylistique dite du « groupe de Spiere » définie récemment par B. Vanmontfort (Van-Montfort, 2001 et ce volume).

35La composition de l’industrie lithique reflète également une double composante culturelle. La part laminaire est un des éléments de différenciation des ensembles chasséen et Michelsberg (Augereau, Hamard, 1991) puisque la composante laminaire est faible dans le Chasséen septentrional alors qu’elle est importante dans le Michelsberg, ce qui tendrait à rapprocher la série de Lauwin-Planque des ensembles Michelsberg. Par ailleurs, la présence de deux modules de lames, dont une partie de lames larges et calibrées, trouve des comparaisons sur le site de Thieusies, pour lequel les auteurs pensent que ces produits sont des produits importés de la minière de Spiennes (Vermeersch et alii, 1990). À Lauwin-Planque, la situation semble un peu différente puisque les lames larges ont été débitées dans la même matière première que le reste de la série. Par contre, l’absence de produits technologiques issus de la chaîne opératoire laminaire peut permettre d’envisager une importation sous la forme de produits finis ou de nucléus préformés. Ceci reste néanmoins à confirmer avec l’étude de la totalité du mobilier déjà exhumé et surtout par la suite, lors de la poursuite de la fouille. Ce caractère laminaire distingue le site de Lauwin-Planque des sites de Liévin ou de Lumbres où il est très faiblement représenté. Il faut néanmoins à notre avis relativiser ces différences dans la mesure où les ensembles sont encore trop restreints (deux fosses à Liévin par exemple), ce qui ne nous met pas à l’abri de problèmes d’échantillonnage.

36Concernant l’outillage, la forte proportion de grattoirs (plus de 50 %) se retrouve sur les sites de Liévin, d’Isques ou encore de Thieusies. La présence de tranchets est notée systématiquement et dans des proportions similaires sur tous les sites (chasséen et michelsberg), ainsi que celle de haches polies en roches dures exogènes, alors que le nombre de pièces à dos est assez variable d’un site à l’autre. Les armatures de Lauwin-Planque sont en majorité (7 sur 9) des armatures tranchantes plus courantes dans la tradition chasséenne, alors que les pointes foliacées de tradition plus orientale sont présentes de façon plus discrète. On notera pour terminer l’absence, pour le moment, à Lauwin-Planque de haches polies et de tranchets à tranchants polis présents sur les sites de Thieusies ou de Boury-en-Vexin.

37La présence de perles en fluorine en cours de fabrication sur le site de Thieusies doit enfin être citée ici puisque c’est le seul site proche de celui de Lauwin-Planque sur lequel est mentionné ce type d’éléments de parure.

Conclusion

38Les premiers résultats de la fouille de ce tronçon de fossé d’enceinte du Néolithique moyen montrent l’importance de ce site que la poursuite de la fouille permettra sans doute de confirmer. Le mobilier issu du tronçon de fossé témoigne une nouvelle fois de l’interaction entre les deux grands ensembles culturels du Néolithique moyen II (Chasséen et Michelsberg). Le nord de la France qui semble, au fil des découvertes, de plus en plus intensément occupé à cette période, présente des caractères originaux tant dans le matériel céramique que dans l’industrie lithique, indiquant une assimilation de composantes culturelles différentes. Il semble de plus en plus que cette région, qui s’étend de part et d’autre de la frontière belge, constitue une entité régionale (Vanmontfort, 2001) dont une définition plus précise reste à proposer à travers des études plus détaillées des différentes composantes de la culture matérielle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Augereau A., Hamard D., 1991, « Les industries du Néolithique moyen II des vallées de la Petite Seine, de l’Aisne et de l’Oise », in : Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. APRAIF, p. 235-250 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Blanchet J.-C., Martinez R., Méniel P., 1982, « Deux nouveaux sites chasséens dans l’Oise : le site fortifié de Boury-en-Vexin et l’habitat de Pont-Sainte-Maxence », B.S.P.F., t. 69, fasc. 1, p. 7-9.

Blanchet J.-C., Bouchain P., Decormeille A., 1984, « Le ‘Camp de César à Catenoy’ (Oise) : bilan des anciennes recherches et des fouilles récentes de 1982 à 1983 », in : Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 173-204 (Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Brunnen der Jungsteinzeit, 1998 = Internationales Symposium Erkelenz, oct. 1997 (Materialen zur Bodendenkmalpflege im Rheinland, 11).

Debiak R., Debs L., 1996, « Beaulencourt/Arleux-en-Gohelle (gazoduc) », Bilan scientifique Régional, S.R.A. du Nord-Pas-de-Calais, p. 70.

Demolon P., Hurtrelle J., 1975, « Le site néolithique de Corbehem (Pas-de-Calais) : considérations sur le ‘groupe Michelsberg Belge’, Septentrion, 1975, p. 40-44.

Demolon P., Hurtrelle J., 1976, « Le site d’habitat néolithique de Noyelles-sous-Bellonne (Pas-de-Calais) », Septentrion, 1976, no 6, p. 61-66.

Demolon P., Séverin Ch., Frangin E., avec la part. de Bostyn F. et Leroy R., 2001, Lauwin-Planque (Nord)’avenue J. Cartier’, site 286/2000, Document Final de Synthèse.

Dubouloz J., 1998, « Réflexions sur le Michelsberg ancien en Bassin parisien », in : Biel J. dir., Die Michelsberger Kultur und ihre Randgebiete : Probleme der Entstehung, Chronologie und des Siedlungswesens, Stuttgart, p. 9-20 (Materialhefte zur Archäologie, 43).

Dubouloz J., Ilett M., Lasserre M., 1982, « Enceinte et maisons chalcolithiques de Berry-au-Bac ‘la Croix Maigret’(Aisne) », in : Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du colloque de Sens, sept. 1980, p. 193-206 (Cahier de la Société Archéologique de Sens, no 1).

Dubouloz J., Lasserre M., Le Bolloch M.-A., 1984, « Éléments pour une chronologie relative des ensembles Roessen, Post-Roessen, Michelsberg et Chasséen dans la vallée de l’Aisne et le Bassin parisien », in : Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 111-123 (Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Dubouloz J., Hamard D., Le Bolloch M.-A., 1997, « Composantes fonctionnelles et symboliques d’un site exceptionnel : Bazoches-sur-Vesles (Aisne), 4000 ans avant J.-C. », in : Actes du colloque du C.T.H.S. ‘Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer’, Amiens, oct. 1994, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 127-144.

Hamard D., 1987, Le site chasséen de Canneville (Oise) : étude du matériel lithique et céramique, Paris, éd. de la MSH, 171 p. (Documents d’Archéologie Française, 11).

Jacques A., Hosdez Ch., Rossignol P., 1995, « Le Néolithique moyen à Monchy-le-Preux », Histoire et Archéologie du Pas-de-Calais, XIV, no 1, p. 1-8.

Jeunesse C., 1982, « Les influences épi-roessen et Michelsberg dans le nord-est du Bassin parisien et en Belgique occidentale : analyse chronologique », Revue Archéologique de Picardie, no 4, p. 49-65.

Joseph, 2000, La céramique chasséenne des sites de Longueil-Sainte-Marie ‘Les Gros Grès’ et ‘le Parc aux Bœufs’ (Oise), Mémoire de Maîtrise, Université de Paris I, 161 p.

Lasserre-Martinelli M., Le Bolloch M., 1982, « Un ensemble clos Michelsberg à Cuiry-les-Chaudardes », Revue Archéologique de Picardie, no 4, p. 66-69.

Lasserre M., 1984, « Le camp chasséen du ‘Mont d’Huette’à Jonquières (Oise) : III-les formes céramiques », in : Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 243-252 (Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Le Bolloch M., 1984, « Le Michelsberg dans la vallée de l’Aisne », in : Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 133-146 (Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Leman P., 1982, « Informations archéologiques : ‘Brebières’ », Gallia-Préhistoire, t. 25, fasc. 2, p. 244.

Leman P., Leman G., 1973, « Une fosse du Néolithique moyen à Estrun (Nord) », Revue du Nord, p. 7-15.

Lepaumier H., 1995, « Isques », Bilan scientifique, 1995, S.R.A. du Nord-Pas-de-Calais, p. 99-101.

Lombardo J.-L., Martinez R., Verret D., 1984, « Le site chasséen du Cul-Froid à Boury-en-Vexin dans son contexte historique et les apports de la stratigraphie de son fossé », in : Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 269-284 (Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Marolle C., 1998, « Le site des ‘Hautes Chanvrières’ avec bâtiments et enceinte à Mairy, Ardennes, France », in : BIEL J. dir., Die Michelsberger Kultur und ihre Randgebiete : Probleme der Entstehung, Chronologie und des Siedlungswesens, Stuttgart, p. 21-28 (Materialhefte zur Archäologie, 43).

Mordant D., 1982, « Noyen et les enceintes de la Bassée et les approches culturelles », in : Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du colloque de Sens, sept. 1980, p. 119-128 (Cahier de la Société Archéologique de Sens, no 1).

Naze G., 1999, « Crecy-sur-Serre, enceinte du Néolithique moyen », L’archéologue, no 40, fév-mars 1999, p. 76-77.

Piningre J.-F., 1980, « La stratigraphie du site néolithique de la ‘Montagne de Lumbres’ : état des recherches, 1977-78 », Préhistoire et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no spécial, p. 109-117.

Piningre J.-F., 1985, « Le site néolithique moyen de Liévin (Pas-de-Calais) », B.S.P.F., t. 82, p. 422-448.

Prevost R., 1962, L’habitat néolithique de la ‘Montagne de Lumbres’, 95 p. (Mém. de la Commission Départementale des Monuments Historiques du Pasde-Calais, t. XI).

Sommé J., 1988, « Géomorphologie et stratigraphie », in : Tuffreau A., Sommé J., dir., Le gisement paléolithique moyen de Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais). Vol. I : Stratigraphie, environnement, études archéologiques, p. 27-45 (Mém. de la Société Préhistorique Française, t. 21).

Toupet Ch., 1984, « Analyse structurale de l’enceinte chasséenne de Compiègne (Oise) », in : Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 149-166 (Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Tuffreau A., 1970, « La fosse chasséenne de Liévin (Pas-de-Calais) », B.S.P.F., t. 67, fasc. 2, p. 43-46.

Vanmontfort B., 2001, « The group of Spiere as a new stylistic entity in the middle Neolithic Scheldt basin », Notae Praehistoricae, no 21, p. 139-143.

Vermeersch P., 1993, « Le Michelsberg en Belgique et ses rapports avec les pays limitrophes », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et ses relations avec les régions rhénanes et mosanes, Actes du XIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, 1986, Paris, éd. de la M.S.H., p. 155-164 (Documents d’Archéologie Française, 41).

Vermeersch P., Burnez-Lanotte L., 1998, « La culture de Michelsberg en Belgique : état de la question », in : Biel J. dir., Die Michelsberger Kultur und ihre Randgebiete : Probleme der Entstehung, Chronologie und des Siedlungswesens, Stuttgart, p. 47-58 (Materialhefte zur Archäologie, 43).

Vermeersch P., Vynckier G., Walter R., 1990, « Thieusies, ferme de l’Hosté, site Michelsberg, II-le matériel lithique », Studia Praehistorica Belgica, no 6.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général du décapage toutes structures confondues.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 2. Localisation du site de Lauwin-Planque et implantation des sites du Néolithique moyen II dans la topographie régionale. 1. Lauwin-Planque ; 2. Brebières ; 3. Corbehem ; 4. Noyelles-sous-Bellone.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3. A. Détail du plan du bâtiment ; B. coupes des poteaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4. Plan du fossé et implantation des coupes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 5. Coupes du fossé. 1. limon jaune brun ; 2. limon gris blanc d’aspect décoloré, de 20 à 50 cm d’épaisseur ; 3a. argile grise décolorée à boules jaunes de 10 à 30 cm d’épaisseur ; 3a1. lentille d’argile grise à boules vertes ; 3a2. lentille de limon jaune ; 3b. argile grise d’aspect décoloré, de 10 à 30 cm d’épaisseur, localement à forte teneur en charbons de bois ; cette couche est en partie accompagnée d’un fin niveau d’accumulation charbonneux (de 1 à 2 cm d’épaisseur) ; 3b1. argile verdâtre formant une lentille d’environ 10 cm d’épaisseur dans la partie centrale du fossé ; 4a. argile gris-vert de 5 à 15 cm d’épaisseur, d’aspect comprarable à 4b, mais plus faiblement chargée en charbons de bois ; 4b. argile grise à grosses boules vertes, localement chargée en charbons de bois, épaisse de 10 à 25 cm ; 5. niveau détritique très riche en charbons de bois, petits fragments d’os calcinés, tessons de poteries et pièces lithiques ; cet épandage, d’une épaisseur maximale de 8 cm, forme une « coulée » orientée nord-est/sud-ouest se déversant au centre du fossé ; 6. limon jaune ; 7. limon jaunâtre ; 8. niveau d’argile jaunâtre chargé de particules de charbons de bois ; 9. limon gris-jaune décoloré ; 10. limon jaune (les niveaux 8, 9 et 10 ne sont présents que dans la partie nord-est du fossé, où ils forment des lentilles successives, épaisses de 5 à 10 cm) ; 11. argile gris clair hydromorphe, à structure litée, d’une épaisseur de 10 à 15 cm ; ce niveau correspond à l’envasement de la partie basse du fossé après son creusement ; au nord-ouest, de fines passées charbonneuses soulignent plusieurs niveaux de battements.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 6. Détail du dépôt céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 7. Matériel céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 8. Industrie lithique. 1. hache en roche verte ; 2-4. pièces à dos ; 5. denticulé ; 6. tranchet ; 7-9. grattoirs. 1, 3 ; couche 7 ; 2, 4 : couche 4 ; 5, 9 : couche 5 ; 6, 8 : couche 6.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 9. Industrie lithique et parure. 1. lame ; 2. Perçoir ; 3-7. armatures tranchantes ; 8. armature foliacée ; 9. perle en quartz. 1, 8 : couche 5 ; 2, 3, 7 : couche 4 ; 4, 6 : couche 2 ; 5 : couche 3 ; 9 : couche 7.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 10. Carte des sites du Néolithique moyen II de la région Nord-Pas-de-Calais. 1. Corbehem ; 2. Brebières ; 3. Noyelles-sous-Bellone ; 4. Lauwin-Planque ; 5. Etaing-Sailly ; 6. Biache ; 7. Cherisy ; 8. Mont-Saint-Éloi ; 9. Liévin ; 10. Sailly-Labourse ; 11. Mont Noir ; 12. Lumbres ; 13. Isques ; 14. Raillencourt-Sainte-Olle ; 15. Etrun ; 16. Croix-Caluyau ; 17. Houplin-Ancoisne ; 18. Monchy-le-Preux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13641/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteurs

Service Archéologique de Douai, rue Saint-Albin, 59500 Douai.

Service Archéologique de Douai, rue Saint-Albin, 59500 Douai.

Service Archéologique de Douai, rue Saint-Albin, 59500 Douai.

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search