Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

III Actualité de la recherche et découvertes récentes

Une maison dans le Groupe de Chambon : le site du ‘Clos des Gués’ à Pezou (Loir-et-cher)

Résultats préliminaires

Damien Leroy, Jean-Marc Lecœuvre, Marie-France Creusillet et Roland Irribarria

Résumé

La réalisation, en 2001, d’une première campagne de fouille programmée a permis d’identifier sur le site du ‘Clos-des-Gués’ à Pezou (Loir-et-Cher) la présence d’un vaste habitat du Néolithique moyen I comportant au moins trois bâtiments sur poteaux. Le présent article livre les premières observations réalisées sur le bâtiment 1 : nature et organisation des structures, état de conservation, mobilier lithique et céramique. L’ensemble permet d’attribuer cette longue construction à deux nefs, de plus de 40 m de long pour 9 à 10 m de large, au Groupe de Chambon. Ce site vient compléter l’aire de distribution des occupations attribuées au Groupe de Chambon en région Centre et livre un plan d’édifice tout à fait inattendu pour le cinquième millénaire.

Texte intégral

1Le site du ‘Clos des Gués’ se trouve en région Centre, sur le territoire de la commune de Pezou (Loir-et-Cher) (fig. 1) localisée à une douzaine de kilomètres au nord-est de Vendôme. Il se situe aux coordonnées Lambert x = 511,300 et y = 2319,450 et occupe principalement la parcelle A 1353 du cadastre de Pezou (mise à jour 1982).

2Il est installé sur la première terrasse alluvionnaire de la vallée du Loir, en rive droite de la rivière, immédiatement en amont de sa confluence avec le « Ruisseau de la Fontaine de Montorson » (fig. 2). La topographie de cette confluence est particulièrement plane et le site ne domine les cours d’eau voisins que de quelques mètres seulement, à une altitude de 84 m NGF. Il est, de nos jours, régulièrement inondé en périodes de crues.

3L’examen de la carte géologique au 1/80 000 (feuille de Beaugency) montre la présence, en amont du site, d’un vaste espace plan de forme circulaire, d’une superficie d’environ 1200 ha (fig. 3). Le substrat y est principalement constitué d’alluvions récentes et d’une couverture limoneuse d’épaisseur variable aujourd’hui propice au développement d’importantes cultures céréalières. Le site est implanté en aval de cet espace encadré par les coteaux formés par l’incision du Loir dans les calcaires aquitaniens, et occupe une position de verrou à l’interfluve de la confluence du Loir et du ruisseau de Gratte Loup, qui draine les plateaux situés au nord-ouest.

Fig. 1. Localisation du site de Pezou en région Centre. D. Leroy et C. Verjux, 2001. Fond de carte Hamon, 1997.

Fig. 2. Localisation du site sur fond IGN 1/25000.

Fig. 3. Extrait de la carte géologique au 1/80000. B.R.G.M., feuille de Beaugency.

4Il se situe à un point de resserrement de la vallée, le coteau de rive gauche se trouvant à environ 500 m du site et celui de rive droite à environ 750 m.

5On notera la présence actuelle d’un gué sur le Loir ainsi que sur le ruisseau de la Fontaine de Montorson. L’entretien des gués est attesté pour les époques historiques et tout porte à croire que la morphologie de la vallée correspond à la position naturelle d’une barre rocheuse sur le cours du Loir. Cet élément a pu favoriser l’installation de la communauté néolithique en facilitant les allées et venues d’une rive à l’autre, tant pour les hommes que pour les animaux ou les produits. L’habitat, limité dans trois directions par les rivières, ne paraît pas fermé sur son dernier côté et aucune structure de barrage (rempart ou fossé) n’apparaît sur les vues aériennes ou dans la topographie.

6Le site est de nos jours régulièrement inondé plusieurs fois par an. Rien n’autorise à penser que les conditions aient été réellement les mêmes lors de l’occupation néolithique. Le Loir a pu faire l’objet d’aménagements historiques ayant modifié sa compétence ; les variations climatiques du cinquième millénaire ont pu rendre le site plus sec et plus aisément habitable durant certaines périodes. On notera cependant que le bâtiment principal (bâtiment 1) est exactement installé sur un léger relief qui domine actuellement d’environ 20 cm le reste de la parcelle ; toutefois, cette observation ne peut pas être appliquée aux deux autres bâtiments détectés.

Historique de lopération

7Le site a été repéré en juillet 1997 par le second d’entre nous, prospecteur bénévole, dans le cadre d’un programme d’inventaire diachronique de la vallée du Loir et du nord-ouest du Loir-et-Cher. Le vol, intervenu assez tard dans la saison (fin juillet), permit de constater certaines anomalies phytologiques difficilement perceptibles sur une parcelle cultivée en blé.

8En 1998, un nouveau survol, intervenu plus tôt dans la saison (mi-juin), permit cette fois de distinguer très nettement les structures archéologiques présentes. Celles-ci apparaissaient notamment à la faveur de l’affleurement de la terrasse alluvionnaire qui dessine au centre de la parcelle une longue bande allongée de couleur jaune où les céréales ne peuvent bénéficier d’une teneur en eau suffisante. Les clichés ainsi obtenus montraient l’existence d’au moins trois bâtiments. Le bâtiment dit « principal », le plus visible, présentait un plan grossièrement rectangulaire formé de deux lignes de poteaux constituant les côtés, comportant chacune environ quatorze poteaux, distantes l’une de l’autre d’environ 9 m, et une rangée centrale de poteaux portant la faîtière, moins nombreux mais paraissant groupés par deux pour certains. Les deux autres ensembles de trous de poteau visibles sur les clichés dessinaient des plans moins complets mais paraissant obéir également à un modèle de construction rectangulaire à deux nefs et présentant des largeurs similaires. Les poteaux de la ligne axiale semblaient là encore moins nombreux que ceux des côtés.

9Les prospections menées au sol, dans des conditions certes peu favorables, n’avaient pas permis de recueillir de matériel archéologique significatif autorisant une datation de ces structures. Ce repérage avait toutefois permis de constater que les travaux agricoles avaient affecté la terrasse et que la conservation des sols ne paraissait guère possible.

10Malgré ces facteurs limitatifs, la présence d’un ensemble de constructions pouvant appartenir à la série des grands bâtiments du Néolithique final connus dans le Centre-Ouest (Leroy, Lecœuvre, 1999), et attribués à la culture d’Artenac ou à des horizons contemporains, pouvait être proposée.

11Au printemps 2001 une nouvelle série de prises de vues permit de nettement préciser l’organisation des trous de poteau et notamment de montrer la complexité du plan sur la partie ouest de la ligne de poteaux nord du bâtiment principal (fig. 4). Il semblait en effet que sur cette partie de l’édifice, les poteaux se « dédoublaient ». Il est donc apparu judicieux de tenter d’observer en fouille ce phénomène.

12L’opération programmée en 2001 envisageait seulement la réalisation de sondages afin de procéder à la vérification des structures et à l’évaluation du potentiel archéologique du site. Les trous de poteau visibles sur les photographies aériennes pouvaient être accompagnés d’autres structures plus discrètes et l’on pouvait envisager la présence d’enclos ou de palissades englobant les bâtiments, comme cela est connu en plusieurs exemples pour le Néolithique final. Il paraissait également nécessaire de confirmer l’attribution chronologique (voire culturelle) alors proposée par la collecte d’ensembles mobiliers significatifs, notamment céramiques, ou par la réalisation de mesures d’âge radiocarbone sur des charbons pouvant provenir des remplissages des trous de poteau.

Fig. 4. Vue aérienne du site. Cliché J.-M. Lecœuvre, juin 2001.

Fig. 5. Plan général du secteur 1 indiquant les structures fouillées. Relevés F. Destaercke, E. Ehl, D. Leroy et J. Livet, 2001. Plan D. Leroy et C. Veriux, 2001

13Quatre décapages de superficies variables ont été ouverts. La faiblesse des résultats obtenus dans les secteurs 2, 3 et 4, en partie imputable aux difficultés de redressement des clichés aériens et à l’implantation des décapages, a focalisé les observations sur le bâtiment principal, situé dans le secteur 1 de la fouille et présenté ici.

Résultats sur le secteur 1

14Un décapage de 310 m2 a été ouvert sur le bâtiment principal (bâtiment 1) jusqu’au niveau d’apparition des structures. Celles-ci se manifestent sous la forme de taches de coloration noire installées dans la terrasse, mais ne deviennent parfaitement perceptibles qu’après un certain laps de temps, environ 48 heures, et une pluie fine. Cela explique en partie « l’étroitesse » du décapage de part et d’autre des lignes de poteaux latérales, notamment pour le côté sud où les trous de poteau nos 30, 27 et 26 ne sont que partiellement décapés. Il conviendra à l’avenir d’ouvrir une surface plus importante en bordure du bâtiment afin de vérifier la présence de structures extérieures (enclos, palissade, fosses).

15Un total de vingt-huit trous de poteau a été observé dans l’emprise décapée (fig. 5). Selon les cas, ils ont été simplement décapés, ont pu connaître une « amorce de fouille » sur une épaisseur de 5 à 10 cm pour marquer leur position, être fouillés par moitié (la fouille ayant pu ou non atteindre le fond de la structure), ou être fouillés en totalité. Le tableau de la figure 6 présente l’état d’avancement de leur fouille, ainsi que quelques données morphologiques (diamètre et profondeur).

16L’ensemble de ces structures correspond approximativement à la moitié ouest du bâtiment principal (fig. 7). Elles sont creusées dans la terrasse alluvionnaire et, comme attendu, aucun niveau d’occupation associé n’est conservé. Leur comblement est uniformément constitué d’une terre organique noire mêlée de galets provenant de la terrasse, et de mobilier principalement lithique et céramique présent parfois en grande quantité ; aucune différence notable n’apparaît dans les comblements d’un trou de poteau à l’autre.

Description des structures

17Les trous de poteau peuvent être organisés en différents ensembles en fonction de leur morphologie et de leur position dans le plan (fig. 5).

18La file de poteaux constituant la paroi sud associe les trous de poteau nos 30, 27, 26, 25, 24 et 23. Les fosses montrent un écart moyen d’environ 3 m entre axes. La file de poteaux constituant la paroi nord associe les trous de poteau nos 16, 4, 6, 9, 12 et 13. Les fosses ont un écart moyen entre axes de 3 m. Ces deux files permettent de reconnaître des couples de poteaux se faisant face de manière orthogonale à l’axe longitudinal du bâtiment : 16 et 30, 4 et 27, 6 et 26, 9 et 25, 12 et 24 et enfin 13 et 23.

No struct.

Diam.

Prof.

Fouillé*

Type de TP

1

1,15 m

?

décapé

côté nord Etat 2

3

1.10 m

- 42 cm

fouillé total

côté nord État 2

4

1,15m

- 53 cm

fouillé total

côté nord État 1

5

1,25 cm

?

décapé

côté nord État 2

6

1.00 m

?

décapé

côté nord État 1

7

1.10 m

- 27 cm

fouillé total

côté nord État 2

9

1.45 m

- 42 cm

fouillé total

côté nord État 1

10

0.70 m

- 27 cm

fouillé total

extérieur nord

11

1,20 m

7

décapé

côté nord État 2

12

1.50 m

?

entamé moitié

côté nord État 1

13

1,60 m

- 55 cm

fouillé moitié

côté nord État 1

15

1,10m

- 50 cm

fouillé total

côté nord État 2

16

1,05 m

?

décapé

côté nord État 2

17

1,00

?

entamé

intérieur

20

0,75 m

- 30 cm

fouillé total

axial

21

1,40 m

?

entamé

axial

22

1,55m

- 63 cm

fouillé moitié

axial

23

1,50 m

- 59 cm

fouillé moitié

côté sud

24

1,55 m

- 58 cm

fouillé moitié

côté sud

25

1.50 m

- 60 cm

fouillé moitié

Côté sud

26

1,45 m

7

décapé

côté sud

27

1,35 m

7

décapé

côté sud

28

1.05 m

- 64 cm

fouillé total

axial pignon

29

0,90 m

- 41 cm

fouillé total

pignon

30

1,75 m

7

décapé

côté sud

31

0,50 m

- 59 cm

fouillé total

intérieur

32

0,75 m

- 26 cm

fouillé total

intérieur

33

0,80 m

?

entamé

pignon

Fig. 6. Tableau général des structures du secteur 1 ; * : valeurs possibles : décapé, fouillé, fouillé moitié, fouillé total. Tableau D. Leroy, 2002.

19Une seconde file de trous de poteau borde la paroi nord à son extrémité ouest et regroupe les trous de poteau nos 15, 1, 3, 5, 7 et 11. Les fosses montrent un écart entre axes d’environ 2,50 m.

20Une ligne de poteaux médians peut être définie par les structures nos 28, 22, 20 et 21. Les trous de poteau nos 1, 16, 28, 29, 33 et 30 appartiennent au pignon ouest. Quelques-uns sont installés à l’intérieur du bâtiment et peuvent témoigner de cloisonnements ou d’installations internes : nos 17, 32 et 31. Enfin le trou de poteau no 10 peut appartenir à la paroi nord, bien qu’il soit décalé des alignements principaux vers l’extérieur du bâtiment.

21Ces structures, principalement circulaires, sont de dimensions importantes. Les trous de poteau formant la paroi nord ont un diamètre moyen de 1,30 m et une profondeur conservée moyenne de 50 cm. Les trous de poteau de la paroi sud ont un diamètre moyen de 1,50 m et une profondeur moyenne de 60 cm. Les trous de poteau de la file bordant la paroi nord ont un diamètre moyen de 1,15 m et une profondeur conservée moyenne de 40 cm.

Fig. 7. Vue générale du secteur 1. Cliché D. Leroy, 2001.

22Les trous de poteau d’axe sont de dimensions plus variables. Le trou de poteau no 28 a un diamètre de 1,05 m, le trou de poteau no 22 a un diamètre de 1,55 m et la structure no 21, qui doit vraisemblablement associer deux fosses d’implantation tangentes, a une largeur de 1,40 m. Les fosses d’implantation des trous de poteau nos 22 et 28 ont près de 65 cm de profondeur.

Interprétation et commentaires

23La série de poteaux constituée par les fosses nos 15, 1, 3, 5, 7 et 11 (et éventuellement 10) paraît correspondre à une réfection de la partie ouest de la paroi nord. Le nombre de poteaux est alors augmenté et ceux-ci sont installés selon un écartement moyen de 2,50 m, au lieu de 3 m pour le premier état. Les fosses sont légèrement moins grandes et également moins profondes. Le remplissage du trou de poteau no 9 a livré une très grande quantité de matériel archéologique (cf. infra « Le mobilier »), tant lithique que céramique, qui en tapissait les deux tiers inférieurs sur toute la surface de la fosse : plus de 4 kg de matériel lithique, dont une partie importante est brûlée, et 2,7 kg de céramique proviennent de cette structure. Cet ensemble correspond de toute évidence à un rejet détritique intentionnel alors que la structure 9 n’était pas comblée ; on doit conclure qu’elle ne contenait pas de poteau au moment de ce rejet.

24On peut proposer que la consolidation de l’extrémité ouest de la paroi nord ait d’abord nécessité l’installation de la file extérieure, les réfections du mur et de la liaison avec la couverture, puis sans doute ensuite seulement l’arrachement des poteaux de la file primitive, et enfin le nivellement du sol intérieur du bâtiment, autorisant des rejets détritiques dans les fosses alors vides.

25On constatera que toutes les anomalies perceptibles sur les clichés aériens obtenus au printemps 2001 ont pu être retrouvées à la fouille et correspondent toutes à des trous de poteau. On constate également que la fouille n’a pas montré d’autre structure qui n’aurait pas été visible sur les clichés.

26Il en résulte qu’il est possible de restituer le plan d’ensemble complet du bâtiment (fig. 8) et d’en proposer les principales dimensions. Celui-ci aurait une longueur externe de 41,80 m entre le trou de poteau no 28 et le poteau d’axe le plus à l’est. Les écarts entre les fosses ou les groupes de fosses de la file axiale présentent une grande variabilité : 8,60 m, 6,00 m, 6,50 m, 11,30 m, 8,50 m entre axes.

27Les deux côtés du bâtiment sont quant à eux formés chacun de treize poteaux, espacés en moyenne de 3 m les uns des autres, totalisant une longueur de 38,30 m pour le côté nord et de 38,80 m pour le côté sud. Les deux parois seraient distantes d’environ 10,10 m au pignon est et d’environ 8,70 m au pignon ouest (en considérant les poteaux nos 16 et 30 comme les poteaux d’angle) en dimensions extérieures. Les écarts entre axe des parois seraient de 8,50 m au pignon est et de 7,10 m au pignon ouest. L’écart entre axes des parois au pignon ouest entre la file sud et l’état 2 de la file nord serait de 8,30 m (en considérant les poteaux 1 et 30).

28La réfection de l’extrémité ouest du mur nord aurait donné au bâtiment une forme plutôt rectangulaire tandis qu’il aurait présenté une forme de trapèze en son premier état.

29On notera également que cette hypothèse de deux états successifs pose le problème des liaisons horizontales. En effet, la modification du rythme d’espacement des poteaux, qui passe d’environ 3 m pour le premier état à 2,50 m pour le second et qui nécessite la présence de cinq poteaux (1, 3, 5, 7 et 11) au lieu de 4 (16, 4, 6 et 9), interdit des liaisons directes au niveau de la première panne d’un mur extérieur à l’autre.

Le mobilier

30Toutes les structures explorées ont livré du mobilier essentiellement lithique ou céramique, parfois en grande quantité comme dans le cas de la structure 9, où il fait l’objet d’une présentation particulière dans le présent article.

31Il convient de mentionner que les remplissages des structures contiennent des quantités parfois très importantes d’éléments brûlés, notamment des blocs de silex ou de galets directement issus de la terrasse alluvionnaire. Il peut s’agir du démantèlement de structures de combustion ou encore de vidanges de foyers. On note en effet régulièrement la présence d’outillage brûlé au sein de ces rejets.

32Le mobilier osseux est faiblement représenté. Des restes d’émail dentaire ont été rencontrés dans le trou de poteau no 13 mais n’ont pas pu être déterminés. Quelques rares esquilles et petits fragments d’ossements brûlés ont été collectés au tamisage des remplissages des structures nos 21 et 22.

Fig. 8. Restitution du plan d’ensemble du bâtiment 1. Relevés F. Destaercke, E. Ehl, D. Leroy et J. Livet 2001. Plan D. Leroy et C. Verjux, 2001, d’après cliché J.-M. Lecœuvre, juin 2001.

33Les matières végétales ne sont conservées que sous forme de charbon de bois de taille millimétrique ou centimétrique. Les échantillons prélevés pourront toutefois permettre des mesures d’âge radiocarbone par accélérateur. On notera la présence d’un fragment de coquille de noisette carbonisée dans le remplissage de la structure no 22.

34Des tests de tamisage en vue d’identifier la présence de restes carpologiques ont été effectués par Marie-France Dietsch-Sellami. Les tamisages à maille de 2 mm et 0,5 mm ont concerné des prélèvements de 5 litres de sédiment par structure (sur 10 litres prélevés). Les tests se sont révélés négatifs, aucune graine fossile n’ayant été observée au tamis de 2 mm. Les campagnes de fouille ultérieures ont livré des restes carpologiques (Dietsch-Sellami, 2004).

35On signalera la présence de matériel de mouture : molettes et meule dormante en grès roussard, provenant probablement des gîtes de sables tertiaires du secteur de Saint-Calais au nord-ouest.

36Un examen plus détaillé du matériel lithique (par Marie-France Creusillet) et céramique (par Roland Irribarria) n’a été réalisé que pour la seule structure no 9 en raison de la grande abondance de mobilier (228 pièces lithiques représentant 4,172 kg, et 286 tessons de céramique, représentant 2,715 kg) et de sa variabilité apparente, permettant de constituer un corpus provisoire suffisant pour proposer une attribution chronologique et culturelle.

Le mobilier lithique de la structure no 9

37La série est composée de silex secondaire, en majorité translucide à grain fin brun clair-gris. Un bloc de ce matériau est particulièrement bien documenté par la présence d’un nucléus, de plusieurs grattoirs et de nombreux éclats corticaux ou non. Quatorze pièces de ce bloc ont pour le moment été remontées. Quelques pièces sont en silex orangé à cortex blanc. D’une manière générale, le mobilier est frais et sans patine. Deux cent vingt-huit pièces composent cet ensemble (fig. 9), dont trois nucléus à éclats et trente-neuf outils qui représentent 17 % de l’ensemble.

Le débitage

38Deux nucléus sont polyédriques, débités sur toutes les faces, tous deux formant un cube en fin d’exhaustion. Le dernier nucléus présente un débitage aléatoire. Une très grande majorité des pièces retouchées sur éclats présente un débitage unipolaire à enlèvements parallèles caractéristiques du débitage des nucléus par enlèvements parallèles successifs sur une même face avant de changer de face de débitage.

Nombre

Poids(g)

Éclats corticaux

106

1726

Éclats non corticaux

74

642

Pièces chauffées

1

4

Lames

4

48

Nucléus

3

516

Pièces retouchées

37

818

Déchets de retouche

1

2

Percuteur

1

202

Molette (grès)

1

214

Total

228

4172

Fig. 9. Décompte du matériel lithique de la structure 9. Tableau M.-F. Creusillet 2001.

Les pièces retouchées sur éclat (fig. 10)

39Il s’agit principalement de grattoirs sur éclats épais, larges et corticaux (dix-neuf exemplaires). Ensuite, par ordre d’importance numérique, on dénombre : huit éclats retouchés puis deux pièces à retouches abruptes sur éclat fin qui pourraient être des ébauches d’armatures tranchantes interrompues en cours de retouche. Enfin, en unique exemplaire : un burin, un denticulé, une encoche et un racloir.

Fig. 10. Matériel lithique de la structure 9. Dessin M.-F. Creusillet, 2001.

Les pièces retouchées sur lame (fig. 10)

40Il s’agit de lames courtes à débitage unipolaire en percussion directe dure rentrante. Ces produits peuvent tout à fait être issus des premières phases de débitage des nucléus polyédriques. Ont été décomptées : deux lames à petites retouches obliques latérales, une lame à retouche marginale et une lame brute portant le lustre des végétaux. Pour compléter cette série, on compte également la présence d’un percuteur en silex de 202 g, ainsi qu’une molette en grès.

Commentaire

41Le mobilier lithique de la structure no 9 est tout à fait compatible avec les ensembles connus du Néolithique moyen 1 de la région Centre, tant du point de vue du débitage que de l’assemblage des pièces retouchées (Creusillet, 1992, 1993 et 1997). La fraîcheur de ce mobilier, la forte proportion de grattoirs ainsi que la présence de remontages permettent d’indiquer qu’il s’agit là d’un dépôt rapide, homogène et témoignant probablement d’une activité particulière éventuellement liée à la construction ou à la réfection de la maison.

La céramique de la structure n° 9 (fig. 11)

42Le lot céramique se présente sous une forme très fragmentée. Il n’échappe pas aux habituelles caractéristiques post-dépositionnelles : usure des tranches, dégradation des surfaces et décoloration bio-chimique des tessons. Malgré cela, les nombreux remontages céramiques montrent que les tessons n’appartiennent en majorité qu’à neuf individus (fig. 12).

43Vase no 1 : petit gobelet à profil sinueux à ouverture ovale. La forme ovale de l’embouchure affecte tout le volume du vase. Les deux préhensions, à ensellement médian, sont perforées horizontalement. Le bord est arrondi. Les surfaces sont lissées à la main mouillée. L’extérieur est de couleur chamois, l’intérieur très noir. La pâte est fine, à dégraissant millimétrique d’os pilé.

44Vase no 2 : petit gobelet à profil en 3/4 de sphère à ouverture circulaire. La seule préhension conservée, en languette horizontale, est située sur le diamètre maximum et possède une perforation verticale. Le bord est aminci. Les surfaces sont succinctement lissées et le dégraissant visible en surface est constitué de sable fin mais non trié avec ajout d’os pilé. L’extérieur est orangé à noir (coup de feu), l’intérieur très noir.

Nombre de tessons

Poids en g

Vase 1

47

195

Vase 2

21

140

Vase 3

36

215

Vase 4

62

715

Vase 5

38

725

Vase 6

22

275

Vase 7

2

20

Plat à pain 8

4

125

Plat à pain 9

1

65

Autres

53

240

Total

286

2715

Fig. 11. Décompte du matériel céramique de la structure 9. Tableau R. Irribarria, 2001.

45Vase no 3 : vase à parois sub-verticales et ouverture ovale. La forme ovale de l’embouchure affecte tout le volume du vase. Les quatre préhensions sont disposées sur le bord, le dépassant et, de fait, la ligne de bord est sinueuse. Ce sont de petites anses longues perforées horizontalement et décorées de deux courtes nervures verticales se terminant en pointes. Le bord est arrondi. Les surfaces sont lissées à la main mouillée. L’extérieur est de couleur chamois, l’intérieur gris clair à noir. La pâte est fine, à dégraissant millimétrique d’os pilé.

46Vase no 4 : vase à profil en S et à ouverture ovale. L’ovalisation de l’embouchure affecte tout le volume du vase. Les préhensions sont inconnues. Une trace d’arrachement localisée sur le sommet de la panse indique la présence d’un mamelon ovale ou plus probablement d’une pastille. Le bord est arrondi, il est orné d’une barrette à double mamelon, le dépassant. Les surfaces sont lissées à la main mouillée. L’extérieur est de couleur chamois clair à foncé selon les coups de feu, l’intérieur gris clair. La pâte est fine, à dégraissant sableux, mal trié, avec ajout de calcaire (jusqu’à 4 mm).

47Vase no 5 : vase de type bouteille, à profil en S et bord éversé. L’ouverture est ovale. La préhension conservée, située au diamètre maximum de la panse, est à ensellement médian. Du sommet de l’anse, des nervures curvilignes viennent orner la panse. Ces nervures sont reliées à des pastilles à dépression centrale. Le bord est arrondi et il est orné de mamelons jumelés, le dépassant. Les surfaces sont lissées à la main mouillée. L’extérieur est de couleur beige à chamois, l’intérieur est noir. La pâte est fine, à dégraissant millimétrique d’os pilé.

48Vase no 6 : il n’est représenté que par une anse. Le tesson est assez fortement dégradé et pourrait avoir été recuit. L’anse est à ensellement médian, souligné par le décor de nervures qui vient aboutir en pointe à la base de l’anse. La pâte est constellée d’inclusions d’os pilé, bien visible ici, étant donné la dégradation des surfaces.

49Vase no 7 : il n’est représenté que par un tesson décoré d’une pastille à dépression centrale. La pâte est noire à l’intérieur et à l’extérieur et dégraissée au sable fin.

50Individu no 8 : il s’agit de trois fragments de plat à pain dont il est difficile de dire s’ils appartiennent au même individu tant la variabilité des formes de bords est aléatoire sur ce type de production. Un des fragments est perforé. Les pâtes et les surfaces sont de couleur beige orangé et sont nettement surcuites.

51Individu no 9 : il s’agit d’un autre fragment de plat à pain offrant les mêmes caractéristiques que les précédents. Il est orné d’une nervure et est également perforé.

Caractères généraux du lot céramique

52Technologie : la forme générale des tessons montre que le montage a été réalisé au colombin aplati formant des bandes. Les fonds sont ronds. Le modelage simple peut être évoqué pour les plats à pain. Le dégraissant sableux pourrait être naturel dans les argiles, mais les ajouts sont en majorité constitués d’os brûlés et pilés. L’ajout de petits nodules calcaires est attesté sur le vase no 4. Le lissage des surfaces avec la technique de la main mouillée semble généralisé, sauf pour le gobelet no 2.

53Les cuissons oxydantes sont faites au contact direct des flammes.

54Formes : six formes différentes sont représentées : le petit vase à profil en S, le gobelet en 3/4 de sphère, le vase à parois sub-verticales ouvert à anses sur le bord, le vase à provisions à profil en S, la bouteille et le plat à pain. Sur cinq vases, quatre possèdent avec certitude des ouvertures ovales. Seul le gobelet no 2 échapperait à la règle d’après les tessons connus (1 quart du périmètre). Il manquerait à ce corpus la catégorie des marmites à ouvertures quadrangulaires, mais le caractère succinct de la série (une seule structure) ne permet pas de se prononcer définitivement.

55Décors : des mamelons sont jumelés sur les bords. Ils peuvent être reliés par une barrette. Les nervures courtes verticales sont reliées à des anses dépassant le bord. Les nervures curvilignes partent du sommet des anses. Les pastilles à dépression centrale peuvent être seules ou liées à une nervure curviligne.

Fig. 12. Matériel céramique de la structure 9. Dessin R. Irribarria, 2001.

56Tous ces caractères regroupés montrent nettement l’appartenance de la série au Groupe de Chambon et sont tous présents sur les grands sites d’habitat ayant livré suffisamment d’éléments (Amelin et alii, 1995 ; Hamon et alii, 1997 ; Irribarria, 1991, 1995, 1997).

57Plus précisément, c’est dans le faciès ligérien (Muides-sur-Loire, Contres ou Fossé en Loir-et-Cher) que les points de comparaison sont les plus convaincants, par opposition au faciès Touraine-Poitou connu par exemple à Ligueil (Indre-et-Loire) et Reignacsur-Indre (Indre-et-Loire). L’extension du Groupe de Chambon au nord de la Loire, jusque dans la vallée du Loir était prévisible, par de précédentes découvertes de surface dans la vallée de la Brisse, affluent du Loir (Bailloud et alii, 1987).

Comparaisons

58Les données relatives à l’habitat dans le Groupe de Chambon ont fait l’objet d’une synthèse récente (Hamon et alii, 1997). Le site de Pezou est pourtant susceptible de modifier sur plusieurs points un certain nombre d’hypothèses. Ainsi cet article récent indiquait que « l’implantation des villages du groupe de Chambon semble répondre à un modèle commun. Les sites de hauteur sont privilégiés et les plaines alluviales semblent négligées, mais dans la vallée de la Creuse, les habitats sont installés sur les moyennes terrasses, à proximité de bras de la rivière comme à Néons-sur-Creuse, Chambon et Abilly ».

59Il faut constater que la position du site en bordure du Loir rappelle celle des sites de la vallée de la Creuse ou encore celles du site de Reignac-sur-Indre (Indre-et-Loire), implanté en rive droite de l’Indre et qui a également montré la présence d’importantes structures fossoyées (Sale, Irribarria, à paraître), ou du site du Carroi Potet à la Celle-Saint-Avant (Indre-et-Loire), sur la Creuse (Ranger, 1998). Du point de vue de son implantation, Pezou s’apparenterait donc davantage aux sites de l’Indre-et-Loire qu’à ceux repérés à ce jour en Loir-et-Cher.

60En ce qui concerne la présence éventuelle d’une enceinte, le site de Pezou ne paraît pas disposer d’une structure de ce type, comparable au système palissadé de Fossé (Loir-et-Cher) ou fossoyé de Muides (Loir-et-Cher), sauf à considérer que le Loir et son petit affluent, le ruisseau de la Fontaine de Montorson, constituent en eux-mêmes des dispositifs naturels suffisants.

61Pour les constructions, les structures rencontrées à Pezou diffèrent très sensiblement de celles actuellement connues dans le Groupe de Chambon sur les principaux sites de référence que constituent les sites de Fossé (Loir-et-Cher), de Ligueil (Indre-et-Loire), de Muides-sur-Loire (Loir-et-Cher) et de Contres (Loir-et-Cher). Les bâtiments de Fossé ‘Le Village aux Fleurs’, de forme rectangulaire, peuvent être appuyés contre une palissade et sont de dimensions réduites (13,50 m x 5 m et 13,50 m x 3,50 m) (Despriée, 1986). À Ligueil ‘Les Sables de Mareuil’, une construction de plan circulaire présente une surface comparable aux constructions de Fossé (Villes, 1996 et 1999). À Muides-sur-Loire ‘Le Bas du Port Nord’, les « maisonnées » semblent correspondre davantage à des « vides » encadrés par d’autres structures domestiques en creux qu’à la réelle présence de témoins de constructions (trous de poteau, solins…) (Irribarria, 1991).

62Les différentes campagnes de fouilles menées sur le site du ‘Château Gabillon’, à Contres (Amelin et alii, 1995), ont montré la présence, sur une surface de 3500 m2 décapés, dont 1500 m2 fouillés manuellement, de plus d’une soixantaine de fosses. Les descriptions données par les auteurs ne permettent pas de conclure qu’il puisse s’agir de fosses d’implantation de poteaux comparables à celles observées à Pezou. Toutefois, tout en tenant compte des conditions particulières au site de Contres (altérations pédologiques des faluns, conditions de fouilles difficiles dans une exploitation de carrière et érosion visiblement marquée), il est possible de reconnaître plusieurs alignements de fosses présentant des caractères similaires (diamètre, profondeur, remplissage) à celles de Pezou, et qui peuvent peut-être marquer la présence de bâtiments fort mal conservés. On doit également évoquer les fosses rencontrées sur le site de Reignac-sur-Indre (Sale, Irribarria, à paraître).

63En dehors de la région Centre, le département de la Sarthe est susceptible de fournir des comparaisons intéressantes pour le Groupe de Chambon. À Vivoin, sur le site du ‘Parc’, le bâtiment fouillé est attribué par les auteurs au Groupe de Chambon ou au Cerny-Videlles (Marcigny, Ghesquière, 1999 ; Marcigny et alii, à paraître). D’une longueur de 27 m pour une largeur de 6,50 m, il présente des dimensions bien supérieures aux bâtiments connus en région Centre. Les auteurs lui attribuent une tradition danubienne en raison notamment de sa légère forme en trapèze.

64Les bâtiments de tradition danubienne les plus proches actuellement connus en région Centre sont ceux d’Echilleuses (Loiret) (Simonin, 1996). Ils diffèrent très sensiblement de l’exemplaire du ‘Clos des Gués’ de par leur morphologie. On retiendra toutefois que le bâtiment 2 a une longueur un peu supérieure à 30 m.

Fig. 13. Berry-au-Bac (Aisne), ‘Le Vieux Tordoir’. Plans des bâtiments (d’après Dubouloz et alii, 1996)

Fig. 14. Herblay (Val d’Oise), ‘Le Golf’. Plan du bâtiment à deux nefs (d’après Valais, 1995).

65Le site de Pezou diffère également nettement des découvertes récentes concernant l’existence de bâtiments circulaires dans le Néolithique moyen, comme à Auneau (Eure-et-Loir) ou à Orval (Cher) pour n’évoquer que les seuls exemples connus en région Centre (Verjux, 1999).

66Sur le site des ‘Pâtures’ à Saumeray (Eure-et-Loir), situé sur le cours du Loir à 50 km en amont de Pezou, deux plans de bâtiments ont été mis en évidence (Ranger, 1999). Le premier, à trois nefs, est long d’environ 15 m, large de 6 m au pignon est et de 5,30 m à l’ouest. Le second bâtiment présente un plan rectangulaire à deux nefs de 14 m sur 9,50 m sur poteaux, encadrées de quatre sablières basses. Les dates14 C situent le premier bâtiment dans la première moitié du ive millénaire et le second vers le milieu du iiie millénaire.

67Les comparaisons extérieures à la région Centre et au Groupe de Chambon sont sans doute à rechercher en Île-de-France ou dans le nord-est du Bassin parisien. Sans que notre enquête documentaire puisse être considérée comme complète, il convient d’évoquer au moins les sites de Berry-au-Bac, ‘Le Vieux Tordoir’ (Aisne) et d’Herblay, ‘site du Golf’ (Val-d’Oise).

68Au ‘Vieux Tordoir’, trois bâtiments offrent des plans présentant certaines similitudes avec le ‘Clos des Gués’ (fig. 13) (Dubouloz et alii, 1996). Il s’agit de constructions à deux nefs, dont les longueurs varient entre 12,70 m et 22,50 m, et de 4 à 5 m de large. Ils reposent sur un axe central faîtier bordé de parois porteuses à poteaux multiples. Ils semblent présenter une « ante » à un pignon et montrent des poteaux témoignant d’une structuration interne de l’habitat. Mais les différences morphologiques avec le bâtiment de Pezou sont loin d’être négligeables, notamment les dimensions beaucoup plus importantes de ce dernier. Pour ces trois constructions, les auteurs proposent une datation Cerny, mais leur démonstration doit être reçue avec beaucoup de circonspection, tant les arguments décisifs et les éléments de datation directe de ces ensembles font défaut. On doit cependant retenir ces exemples qui sont supposées appartenir à un horizon réputé contemporain du Chambon.

69Le bâtiment d’Herblay (Val-d’Oise) (Valais, 1995) (fig. 14) présente un plan trapézoïdal à deux nefs. Sa longueur est de 22,70 m et les pignons offrent des largeurs de 9,50 m à l’ouest et de 11,30 m à l’est. La ligne de poteaux axiale (quatre poteaux) est porteuse de la faîtière et les fosses d’implantation ont des diamètres variant entre 1,30 m et 1,43 m pour des profondeurs conservées comprises entre 0,30 m et 0,44 m. La paroi nord montre douze fosses d’implantation, la paroi sud, mal conservée, seulement neuf. Les profondeurs conservées sont extrêmement modestes (de 7 à 16 cm). L’intérêt de ce bâtiment, outre son plan, réside là encore dans la datation, l’auteur proposant de l’attribuer au Cerny, bien que cette hypothèse soit, là encore, fondée sur des indices particulièrement ténus.

70À ‘La Croix Maigret’, à Berry-au-Bac (Aisne), des bâtiments, de plan faiblement trapézoïdal, rectangulaire ou carré, couvrent des superficies limitées (de 80 à 130 m2) mais leur attribution chronologique les situe à la fin du ve millénaire ou au début du ive (Rössen final ou Épi-Rössen) (Dubouloz, Lasserre, 1980 ; Dubouloz et alii, 1982).

71Le bâtiment de Pezou, par ses dimensions et la morphologie de sa construction, évoque davantage les grandes architectures connues pour le Néolithique final comme Pléchâtel (Ille-et-Vilaine ; Tinevez, 1995), Challignac (Charente ; Burnez et alii, 1995 ; Louboutin et alii, 1997), Beaumont (Vienne ; Louboutin et alii, 1997) ou Moulins-sur-Céphons (Indre ; Krausz, Constantin, 1995 ; Krausz, Hamon, à paraître). Il s’en distingue cependant par l’absence de tranchée latérale permettant l’implantation des poteaux et des murs et, également, par une longueur nettement moins importante.

Fig. 15. Carte générale des sites Chambon en région Centre (d’après Hamon et alii, 1997). Carte D. Leroy et C. Verjux.

Conclusion

72Outre le fait de compléter la carte de répartition des sites du Groupe de Chambon en région Centre (fig. 15), l’opération conduite en 2001 a permis de mettre en évidence, au sein d’un site complexe, où la présence de plusieurs ensembles est attestée, un bâtiment d’époque néolithique de dimensions importantes.

73La grande originalité tient à son attribution chronologique au Néolithique moyen I et, culturellement, au Groupe de Chambon. L’état de conservation des structures est excellent, de même que celui du très abondant mobilier lithique et céramique qu’elles contiennent.

74Nous espérons pouvoir prochainement obtenir les résultats de mesures d’âge radiocarbone. La seule mesure actuellement disponible concerne le site de la ‘Vallée-aux-Fleurs’ à Fossé (Loir-et-Cher), daté d’environ 4500 par thermoluminescence, ce qui ne suffit pas à situer le Groupe de Chambon chronologiquement (Voruz, 1991).

75L’importance numérique et qualitative du mobilier, tant lithique que céramique, contenu dans les fosses d’implantation des poteaux, peut fournir autant de contextes utiles pour préciser les associations de formes et de décors du matériel céramique. La série céramique, que l’on peut espérer pouvoir prochainement caler chronologiquement de manière assurée, peut permettre d’étoffer le corpus des formes et des décors du Groupe de Chambon et de préciser, éventuellement, sa périodisation interne. Ce site est également susceptible de fournir des données majeures et inédites sur les architectures des débuts du Néolithique moyen dans le Bassin parisien.

76Le site du ‘Clos des Gués’ paraît donc constituer de toute évidence une découverte majeure permettant d’illustrer une nouvelle fois la variabilité des formes de l’habitat du Néolithique moyen (Verjux, à paraître). Le bâtiment montre également que l’on peut peut-être situer dès le milieu du cinquième millénaire certaines traditions architecturales à l’origine des grandes constructions de la fin du Néolithique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amelin P., Creusillet M.-F., Hamon T., Irribarria R., Verjux C., 1995, « Un village du Néolithique moyen I en Sologne controise, Contres, ‘Le Château Gabillon’ (Loir-et-Cher) », Archéologie en Sologne, p. 11-19 (Bull. du Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques de la Sologne, 17).

Bailloud G., Cordier G., Gruet M., Poulain T., 1987, « Le Néolithique ancien et moyen de la vallée de la Brisse (41) », Revue Archéologique du Centre de la France, t. 26, p. 117-163.

Burnez C., Dassié J., Sicaud F., 1995, « L’enceinte artenacienne du ‘Camp’ à Challignac (Charente) », B.S.P.F., t. 92, no 4, p. 463-478.

Creusillet M.-F., 1992, Étude techno-économique du matériel lithique du site néolithique de Muides-sur-Loire, Le Bas du Port Nord, secteur II (Loir-et-Cher), Mémoire de maîtrise, Paris I, Protohistoire, 111 p.

Creusillet M.-F., 1993, Première approche de la technologie lithique du groupe de Chambon : Contres, Le Château Gabillon et Muides-sur-Loire (Loir-et-Cher), Mémoire de DEA, Paris I, Protohistoire, 60 p.

Creusillet M.-F., 1997, « Étude techno-économique du matériel lithique du site de Muides-sur-Loire », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 285-297 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Despriée J., 1986, « Le village néolithique de la ‘Vallée aux Fleurs’, commune de Fossé Loir-et-Cher », Revue Archéologique de l’Ouest, suppl. no 1, p. 51-52.

Dubouloz J., Lasserre M., 1980, « Le site chalcolithique et de l’Âge du Fer de Berry-au-Bac (‘La Croix Maigret’), 1979 », Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, t. 7-8, p. 41-59.

Dubouloz J., Farruggia J.-P., Ilett M., Robert B., 1996, « Bâtiments néolithiques non-rubanés à Berry-au-Bac, ’Le Vieux-Tordoir’, Aisne : présentation préliminaire », INTERNÉO 1 – 1996, Journée d’information du 23 novembre 1996, Paris, p. 51-69.

Dubouloz J., Ilett M., Lasserre M., 1982, « Enceinte et maisons chalcolithiques de Berry-au-Bac, ‘La Croix Maigret’ (Aisne) », in : Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du colloque de Sens, 1980, éd. de la Société Archéologique de Sens, cahier no 1, p. 193-206.

Hamon T., Irribarria R., Rialland Y., Verjux C., 1997, « Le Groupe de Chambon à la lumière des découvertes récentes en région Centre », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 195-217 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Irribarria R., 1991, « Groupe de Chambon-Cerny sud d’après les fouilles de Muides-sur-Loire (Loir-et-Cher) », in : La Bourgogne entre bassins rhénan, rhodanien et parisien, Résumé des communications du 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, p. 11-13.

Irribarria R., 1995, « Le Néolithique moyen I de la Loire moyenne : nouvelles données », in : Actes du 20e colloque interrégional sur le Néolithique, Evreux, 1993, Université de Rennes I, Laboratoire d’Archéométrie, p. 65-74 (7ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Irribarria R., 1997, « Comparaison céramologique du Cerny et du Chambon », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 219-238 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Krausz S., Constantin C., 1995, « Un site d’habitat de la culture d’Artenac à Moulins-sur-Céphons (Indre) », B.S.P.F., t. 92, fasc. 3, p. 322-345.

Krausz S., Hamon T., à paraître, « Les sites de Moulins-sur-Céphons (Indre) : aspects chronologiques et culturels du Néolithique final dans le centre de la France », in : Actes du 24e colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans, 1999 (Revue Archéologique du Centre de la France).

Leroy D., Lecœuvre J.-M., 1999, « Le site du ‘Clos des Gués’ à Pezou (Loir-et-Cher) », in : Agogue O., Leroy D., Verjux C. dir., Les premiers paysans en région Centre (5000-2000 av. J.-C.), Catalogue de l’exposition « Premiers paysans en région Centre (5000-2000 av. J.-C.) », Orléans, AREP Centre Éditions, p. 66-67.

Leroy D., Lecœuvre J.-M., 2001, « Une maison dans le Chambon : le site du ‘Clos des Gués’ à Pezou (Loir-et-Cher) », in : 25e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 20-21 oct. 2001, Résumés des communications, III. 4.

Louboutin C., Burnez C., Constantin C., Sidéra I., 1997, « Beaumont - La Tricherie (Vienne) et Challignac (Charente) : deux sites d’habitat de la fin du Néolithique », Antiquités Nationales, t. 29, p. 49-64.

Marcigny C., Ghesquière E., 1999, « Un bâtiment Néolithique moyen I dans la Sarthe », B.S.P.F., t. 96, fasc. 2, p. 264-266.

Marcigny C., Ghesquière E., Clément-Sauleau S., Giazzon D., Aubry B., à paraître, « Premières occupations néolithiques dans le sud de l’Orne et dans le nord de la Sarthe », in : Actes du 24e colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans, 1999 (Revue Archéologique du Centre de la France).

Ranger O., 1998, « Un habitat néolithique au ‘Carroi-Potet-Les-Fontenelles’, commune de La Celle-Saint-Avant (Indre-et-Loire) », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 49, p. 30-36.

Ranger O., 1999, « Le site de Saumeray ‘Les Pâtures’ (Eure-et-Loir) », in : Agogue O., Leroy D., Verjux C. dir., Les premiers paysans en région Centre (5000-2000 av. J.-C.), Catalogue de l’exposition « Premiers paysans en région Centre (5000-2000 av. J.-C.) », Orléans, AREP Centre Éditions, p. 61-62.

Sale P., Irribarria R., à paraître, « Le site Chambon de Reignac-sur-Indre (Indre-et-Loire) », in : Actes du 24e colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans, 1999 (Revue Archéologique du Centre de la France).

Simonin D., 1996, Les habitats d’Echilleuses (Loiret) : analyse spatiale des documents archéologiques, éd. de la Fédération Archéologique du Loiret, 261 p. (Revue Archéologique du Loiret, 21-22).

Tinevez J.-Y., 1995, « La Hersonnais à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine) : un vaste ensemble du Néolithique final : résultats préliminaires », in : Actes du 20e colloque Interrégional sur le Néolithique, Evreux, 1993, Université de Rennes I, Laboratoire d’Archéométrie, p. 293-317 (7ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Valais A., 1995, « Deux bâtiments atypiques associés à du matériel Cerny (Herblay, Val d’Oise) », in : Actes du 20e Colloque Interrégional sur le Néolithique, Evreux, 1993, Université de Rennes I, Laboratoire d’Archéométrie, p. 57-63 (7ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Verjux C., 1999, « Des bâtiments circulaires du Néolithique moyen à Auneau (Eure-et-Loir) et Orval (Cher) : note préliminaire », Revue Archéologique du Centre de la France, t. 37, p. 179-190.

Verjux C., à paraître, « Les bâtiments circulaires du Néolithique moyen dans le Bassin parisien », in : Actes du 24e colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans, 1999 (Revue Archéologique du Centre de la France).

Villes A., 1996, « Contribution à l’étude de l’architecture domestique au Néolithique moyen I, notamment dans le Cerny », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 47, p. 18-35.

Villes A., 1999, « Quelques observations sur l’architecture domestique au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny et en moitié nord de la France », Bull. des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 50, p. 31-56.

Voruz J.-L., 1991, « Chronologie du Néolithique d’origine méditerranéenne », in : Despriée J. dir., 1991, La région Centre, carrefour d’influences ? Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, 1987, p. 5-33 (Suppl. au Bull. de la Société Archéologique, Scientifique et Littéraire du Vendômois).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Pezou en région Centre. D. Leroy et C. Verjux, 2001. Fond de carte Hamon, 1997.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 2. Localisation du site sur fond IGN 1/25000.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 3. Extrait de la carte géologique au 1/80000. B.R.G.M., feuille de Beaugency.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 4. Vue aérienne du site. Cliché J.-M. Lecœuvre, juin 2001.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 5. Plan général du secteur 1 indiquant les structures fouillées. Relevés F. Destaercke, E. Ehl, D. Leroy et J. Livet, 2001. Plan D. Leroy et C. Veriux, 2001
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 7. Vue générale du secteur 1. Cliché D. Leroy, 2001.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 8. Restitution du plan d’ensemble du bâtiment 1. Relevés F. Destaercke, E. Ehl, D. Leroy et J. Livet 2001. Plan D. Leroy et C. Verjux, 2001, d’après cliché J.-M. Lecœuvre, juin 2001.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 9. Décompte du matériel lithique de la structure 9. Tableau M.-F. Creusillet 2001.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 10. Matériel lithique de la structure 9. Dessin M.-F. Creusillet, 2001.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 12. Matériel céramique de la structure 9. Dessin R. Irribarria, 2001.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 13. Berry-au-Bac (Aisne), ‘Le Vieux Tordoir’. Plans des bâtiments (d’après Dubouloz et alii, 1996)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 14. Herblay (Val d’Oise), ‘Le Golf’. Plan du bâtiment à deux nefs (d’après Valais, 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 15. Carte générale des sites Chambon en région Centre (d’après Hamon et alii, 1997). Carte D. Leroy et C. Verjux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13602/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search