Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

III Actualité de la recherche et découvertes récentes

Le site Villeneuve-Saint-Germain de Gurgy ‘Les Grands Champs’ (Yonne)

Katia Meunier, Anne Augereau et Caroline Hamon

Résumé

Le site de Gurgy ‘Les Grands Champs’ comprend trois unités d’habitation datées du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Des fosses circulaires, rappelant des structures de type silo, sont associées aux maisons. L’aspect le plus marquant du matériel archéologique concerne les caractères atypiques de l’industrie lithique. D’une part, deux des fosses circulaires ont livré des outils de mouture entiers ou fragmentés. D’autre part, l’industrie en silex issue des fosses latérales montre une proportion particulièrement élevée d’armatures de faucille. L’association inhabituelle de ces caractères spécifiques conduit à poser la question d’une fonction spécialisée du site.

Texte intégral

1Le site de Gurgy ‘Les Grands Champs’ est implanté au nord d’Auxerre, sur la rive droite de l’Yonne, à environ 1 km d’un méandre du cours actuel de la rivière (fig. 1). Le substrat y est constitué d’alluvions sablo-graveleuses recouvertes de limon. Le site a été découvert en 1980 grâce à la présence d’un enclos antique repéré au cours de prospections aériennes conduites par J.-P. Delor sur la commune de Gurgy. Il a été fouillé dans le cadre du programme d’interventions archéologiques des carrières de l’Yonne, suite à des sondages réalisés à l’occasion de l’exploitation de la carrière par les Sablières de Gurgy, en 2000. Ces sondages se sont étendus sur 4,4 ha et ont donné lieu au décapage d’une surface de 1,2 ha (Grizeaud, 2000 ; Meunier et alii, 2001). Les installations du Néolithique ancien présentent l’intérêt d’être implantées dans un secteur où plusieurs sites d’habitat de la même période ont déjà été fouillés (fig. 2) : ‘Les Grands Champs’ se situe à environ 500 m de Gurgy ‘Les Plantes du Mont’ (Delor, 1996) et à 2 km de Gurgy ‘Néron’ (Grizeaud et alii, 1994). Le site de Monéteau ‘Sur Macherin’ (Augereau, Chambon, 2000) peut aussi être rattaché à ce secteur.

Présentation du site

Les bâtiments

2L’occupation Villeneuve-Saint-Germain se caractérise par une rangée de trois maisons, dont la maison centrale est légèrement décalée vers l’est (fig. 3). Les sondages négatifs réalisés au nord et à l’est de la parcelle fouillée permettent de déterminer une partie des limites de l’occupation. En revanche, une éventuelle extension de la rangée de maisons vers le sud ne doit pas être écartée. De la même façon, une autre rangée de maisons à l’ouest, sur la parcelle du ‘Bas des Grands Champs’ peut être envisagée. Les bâtiments, espacés d’une vingtaine de mètres (de 10 et 18 m en incluant les fosses latérales à l’espace des maisons), sont trapézoïdaux, et orientés ouest-sud-ouest/est-nord-est (bâtiment A : 105° ; bâtiment B : 101° ; bâtiment C : 98,5°). Ils sont dans l’ensemble érodés et partiellement endommagés par deux fossés gallo-romains. La conservation des unités d’habitation est déséquilibrée : la maison A est la plus complète et rassemble la majorité du matériel archéologique.

Fig. 1. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : localisation du site (infographie : P. Pihuit et F. Müller, INRAP).

3Le bâtiment A possède une longueur conservée de 20 m, avec une largeur arrière de 4 m et une largeur avant de 6 m. Dans la partie avant, trois tierces sont particulièrement rapprochée et chacune d’entre elles présente des caractéristiques différentes : les trous de poteaux de la tierce centrale sont plus profonds et remplis par un limon plus foncé que ceux des deux autres tierces. Ajouté à des redoublements de poteaux dans la paroi sud, et à un désaxement de la partie avant d’environ 5 ° par rapport à l’axe de la partie arrière, cet agencement semble témoigner d’une réfection du bâtiment. Les bâtiments B et C sont très incomplets et ne méritent pas une description détaillée. Le bâtiment B possède une longueur conservée de 17 m et se distingue par une façade arrière particulièrement étroite (3,70 m), contre 4 et 4,80 m pour les deux autres maisons. Dans le secteur de Gurgy, une telle largeur a été observée pour les maisons 6 et 7 de Gurgy ‘Les Plantes du Mont’, ainsi que pour certaines maisons de Gurgy ‘Néron’ (Grizeaud et alii, 1994), celles-ci étant considérées comme très tardives dans le Villeneuve-Saint-Germain (Duhamel, Prestreau, 1997). Enfin, la maison C mesure 21 m de long et semble la moins trapézoïdale des trois maisons.

Fig. 2. Localisation des sites fouillés sur la commune de Gurgy (infographie : F. Müller, INRAP).

Les fosses latérales

4Les trois maisons comportent des fosses latérales nord et sud, exceptée la maison C, dont les fosses nord ont vraisemblablement été érodées par le paléochenal. Les fosses de la maison A sont formées d’alvéoles dues à des recreusements, et les fosses sud sont plus profondes et plus riches en matériel que les fosses nord, conformément aux observations des habitats danubiens dans le Bassin parisien. En revanche, les fosses latérales attribuées à la maison B sont atypiques en référence au schéma classique ; les fosses situées dans la moitié arrière sont très érodées, tandis que celles creusées à l’avant sont plus profondes ou de plus grandes dimensions. La fosse 21 possède un profil à parois évasées et à fond plat. Par ailleurs, la fosse 22 se caractérise par un plan très irrégulier aux grandes dimensions, 6 m de long pour 3,50 m de large sur une faible profondeur (0,14 m), avec une concentration de fragments de grès brûlés sur un diamètre d’environ 1,75 m ainsi que quelques tessons et un fragment de bracelet en schiste. Ce type de fosse peut être comparé aux grandes structures de combustion découvertes à Gurgy ‘Les Plantes du Mont’ (Delor, 1996, fig. 12 et 13) ou à Poses (Bostyn et alii, 1997), bien que l’absence de blocs en calcaire et en silex et de traces de rubéfaction dans le sédiment mettent en doute la fonction précise de foyer.

Fig. 3. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : plan des structures du groupe de Villeneuve-Saint-Germain (infographie : Y. Lorin, INRAP).

Fig. 4. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : coupe des fosses circulaires (infographie : Y. Lorin, INRAP).

Les fosses circulaires

5Cinq structures circulaires constituent un des principaux intérêts du site. Elles sont placées dans l’espace interne des maisons pour quatre d’entre elles, et entre deux maisons pour la dernière (fig. 3). Deux de ces fosses (329 et 120) ont livré du mobilier attribué au groupe de Villeneuve-Saint-Germain, et tout particulièrement du matériel de mouture brûlé. Les trois autres fosses, stériles, ont été associées à l’occupation des maisons du Néolithique ancien par analogie aux deux fosses datées.

6Les maisons B et C possèdent chacune deux fosses circulaires, dont l’emplacement est comparable. Une première fosse est disposée à l’intérieur du bâtiment le long de la paroi nord, approximativement dans la partie centrale (structures 120 et 23). La seconde fosse est installée à l’avant du bâtiment (structures 20 et 255), à l’intérieur de la maison B alors que celle de la maison C est située à l’extérieur le long de la paroi sud. Enfin, la maison A ne comporte pas de fosse circulaire, et la structure 329, creusée entre les maisons A et B, ne peut être attribuée à aucune des deux.

7La morphologie et les dimensions des structures circulaires sont semblables. Elles se caractérisent par des parois sub-verticales ou évasées, un diamètre compris entre 1 m et 1,30 m et une profondeur de 0,30 à 0,60 m par rapport au niveau du décapage (fig. 4). Des disparités ont été relevées dans leur remplissage : les structures 20 et 23 présentent toutes les deux une phase d’effondrement formé d’un mélange de limon et de grave le long des bords et dans le fond, puis un comblement de limon brun foncé comportant une fine couche noire dans le fond. Le remplissage se manifeste de façon différente dans chacune des autres fosses : un comblement homogène de limon brun clair (structure 255), un remplissage de limon brun foncé dans le fond et le long des parois, surmonté d’une poche de limon brun clair (structure 120), et un remplissage de limon brun clair contenant une couche de limon brun-noir (structure 329).

8L’interprétation de ce type de structure est délicate. À Gurgy ‘Les Plantes du Mont’, le profil en tronc de cône d’une de ces structures internes aux maisons (Delor, 1994, fig. 3) ainsi que la présence de fruits carbonisés avaient conduit à considérer les structures circulaires comme des silos. Au contraire, sur le site ‘Les Grands Champs’, le profil des fosses, incomplet à cause d’une érosion importante, et l’absence de graines (test carpologique : M. F. Dietsch) posent problème quant à leur interprétation. Il est aussi important de mentionner la différence d’implantation de ces fosses dans la maison, susceptible d’avoir une implication sur leur fonction : à Gurgy ‘Les Plantes du Mont’, les fosses circulaires des maisons Villeneuve-Saint-Germain sont situées dans les pièces arrière de la maison, alors que dans le cas présent, leur implantation varie de la partie centrale à l’avant. Par ailleurs, la présence de matériel de mouture dans deux de ces fosses met en avant une fonction liée au stockage de céréales ou végétaux en général, et rappelle l’exemple d’une fosse de Berry-au-Bac ‘Le Vieux Tordoir’, qui contenait aussi plusieurs meules entières (Allard et alii, 1996).

LE MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE

La céramique

9Les fosses attribuées au groupe de Villeneuve-Saint-Germain ont livré 12,31 kg de céramique, correspondant à 968 tessons. Le matériel est très inégalement réparti : la maison A regroupe plus des trois quarts de la céramique, soit 9,79 kg, la maison B 2,27 kg, et la maison C seulement 250 g. Le corpus étudié totalise seulement vingt-quatre individus dont vingt-trois décors (fig. 5).

10L’ensemble de la céramique attestée sur le site contient du dégraissant, le plus souvent du sable à base de quartz en quantité relativement abondante, pouvant être inclus naturellement dans l’argile. Le montage au colombin a été identifié sur cinq individus, d’après des cassures sur joint de colombin en biseau, en U, ou plate. L’altération des surfaces permet difficilement de reconnaître les traitements de surface, mais un lissage grossier semble être le plus courant. Les trois quarts des individus présentent une pâte brun à noir au cœur et le quart restant une pâte gris clair. Les surfaces rougeâtres ou oranges sont représentées de façon équivalente aux surfaces brun clair à noir.

11Hormis un petit vase modelé portant un bouton perforé sous le bord, les formes non décorées ne sont pas attestées sur le site. Dans les maisons A et B, la quasi-totalité de la céramique porte des décors modelés. Le thème décoratif en V est exclusivement représenté, réalisé une fois par impression à l’ongle, mais préférentiellement avec des cordons peu saillants et incurvés. Sur un individu, le motif en V est en association à un cordon horizontal au niveau des anses. Les décors sous le bord, isolés ou associés aux cordons, sont essentiellement constitués de pincements serrés plus ou moins saillants, situés à l’angle du rebord, celui-ci étant parfois épaissi à l’intérieur. Par ailleurs, on note deux boutons jumelés au niveau du diamètre maximum de la panse, et un tesson décoré à la spatule en impression pivotante. Enfin, la maison C comporte seulement un individu décoré d’un cordon marqué d’impressions digitées sous le bord, avec un fragment de cordon en V.

12Les faibles effectifs, en particulier dans les maisons B et C, ne permettent pas d’envisager une chronologie de l’occupation du site. L’information qu’on tire de la céramique concerne la maison A, qui se caractérise par la présence de cordons en V et une abondance de pincements à l’angle du rebord, celui-ci étant aplati et souvent épaissi à l’intérieur. Ces caractères décoratifs, associés à la disparition des décors imprimés au peigne et incisés, situent la maison A à la fin du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Les cordons associés à des rebords à épaississement interne sont en effet caractéristiques de la fin du groupe de Villeneuve-Saint-Germain ou faciès Augy-Sainte-Pallaye, à Passy ‘La Sablonnière’ (Carré, 1996) et Augy (Carré, 1986, fig. 2 ; Constantin, 1985), jusque dans son expansion occidentale attestée notamment au Haut-Mée à Saint-Étienne-en-Coglès (Cassen et alii, 1998). Cependant, à Gurgy ‘Les Grands Champs’, la présence d’un décor imprimé à la spatule pivotante et l’absence de boutons au repoussé tels qu’ils apparaissent dans le groupe d’Augy-Sainte-Pallaye écartent le rattachement du site à ce faciès du groupe de Villeneuve-Saint-Germain.

La parure

13Hormis un fragment de bracelet en schiste dans la structure 22 de la maison B, la maison A rassemble la totalité de la parure, représentée essentiellement par des bracelets en céramique et en pierre (fig. 6). Trois bracelets en céramique sont décorés, de trois ou quatre larges rainures pour deux exemplaires, de onze rainures pour le bracelet le plus large (fig. 6, no 5). Les bracelets portant des rainures profondes, à ne pas confondre avec les bracelets incisés, sont attestés dans l’ensemble du Bassin parisien pendant toute la durée du groupe de Villeneuve-Saint-Germain, de Trosly-Breuil ‘Les Obeaux’ (Blanchet, 1986) à Echilleuses ‘Les Dépendances de Digny I’ (Simonin, 1996). Mais dans la vallée de l’Yonne, ils proviennent exclusivement de sites correspondant à une étape avancée du Villeneuve-Saint-Germain mais sans cordons, à Misysur-Yonne ‘Le Bois des Refuges’ (Mordant, 1977) et Champs-sur-Yonne (Brézillon, 1962).

14Quant à la parure en schiste, elle est représentée par douze bracelets, tous des produits finis. Ils sont de section en D allongé ou en ogive, de largeur et épaisseur variables. Leur diamètre interne varie autour de 7 cm. Ils ont été fabriqués dans deux types de matériaux, un schiste gris-vert et un schiste gris anthracite. Les bracelets font l’objet d’une analyse portant sur la provenance de la matière première par N. Fromont (doctorant, Université de Paris I).

Fig. 5. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : céramique du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. 1-3. structure 16 ; 4. structure 17 ; 5-6. structure 120 ; 7. structure 7 ; 8. structure 8 (dessin : C. Tristan, INRAP).

Fig. 6. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : bracelets en schiste (1-3) et en céramique (4-5) de la Maison A. 1. structure 17 ; 2-4. structure 18 ; 5. structure 16 (dessin 1-4 : C. Tristan, INRAP ; dessin 5 : K. Meunier).

Le matériel de broyage et d’abrasion

15Le site de Gurgy ‘Les Grands Champs’ a livré un total de 265 pièces pour un poids de 54 kg. Les pièces sont en grande majorité obtenues dans un grès ferrugineux brun à violacé assez fin. Quelques pièces en granit rose, quartzite et calcaire coquillier sont par ailleurs présentes à titre anecdotique.

16La spécificité du gros outillage lithique du site réside dans la dichotomie qualitative entre le matériel issu des fosses latérales des unités d’habitation, d’une part, et des fosses circulaires d’autre part (fig. 7).

17En effet, seules 10,2 % des pièces recueillies au sein des fosses latérales des maisons portent des traces anthropiques. Le trou de poteau no 233 a livré une molette entière de forme rectangulaire en grès quartzitique lité. La proportion de pièces travaillées parmi les fragments de grès brûlés de la structure de combustion 22 est faible, autour de 4,5 %. Il s’agit quasi systématiquement d’éclats de réfection ou de fragments de bords d’outils de mouture. Deux polissoirs à rainures ont néanmoins été extraits de cette structure. Le premier présente une rainure linéaire à section en « u » sur la tranche, d’une profondeur de 5 mm. Une rainure appointée peu profonde mais assez large entame la surface polie plane du second exemplaire (fig. 7, nos 4 et 5).

Fig. 7. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : mobilier en grès. 1. meule, structure 329 ; 2. molette, structure 329 ; 3. molette, structure 233 ; 4-5. polissoir à rainure, structure 22 (dessin : C. Hamon).

18Parmi les fosses circulaires identifiées, le gros outillage lithique des fosses 120 et 329 est particulièrement intéressant. La structure 120 a livré vingt-cinq fragments de grès, dont six semblent appartenir à un même fragment de meule. Au sein de la structure 329 ont été découvertes une meule et deux molettes entières brûlées. La meule d’une quinzaine de kilos était déposée dos contre le sol au niveau de la couche noire dans le remplissage. Le bloc de roche granitique a été mis en forme par de multiples enlèvements au dos et sur les bords, tandis que sa section rectangulaire épaisse apparaît fortement concave. L’usure très marquée de la surface active se traduit également par un poli couvrant. Les deux molettes ont quant à elles été réalisées dans un grès brun orangé ferrugineux de faible cohésion. La surface active de l’une d’elles a été très grossièrement et très profondément martelée tandis que les aspérités arasées offrent un poli ténu, seul témoin de l’utilisation de la pièce. Ce type de surface très grossièrement préparée pourrait correspondre à une étape de transformation des céréales spécifiques, tel que le décorticage par exemple. Les six morceaux qui composent la seconde molette offrent un dos brut régularisé par martelage et une surface active grossièrement piquetée. L’aspect très grossier des surfaces actives de ces deux molettes est notable et semble incompatible avec un fonctionnement en association avec la meule retrouvée à proximité. Il pourrait éventuellement correspondre à une étape particulière de la transformation des céréales, comme par exemple le décorticage (Hamon, 2004).

Fig. 8. Distribution générale des artefacts en silex de Gurgy ‘Les Grands Champs’.

19Le site de Gurgy ‘Les Grands Champs’ offre ainsi un outillage de broyage particulier : les outils de mouture sont fragmentés et présents de manière épisodique dans les fosses latérales des habitations, tandis que des meules et molettes entières ont été retrouvées au sein des quelques structures assimilées à des silos.

L’industrie du silex

Matières premières et configuration générale

20L’industrie en silex de Gurgy ‘Les Grands Champs’ est composée de 1 152 pièces dont la plupart proviennent des structures attenantes à la maison A (structure 16, 17, 18 et 19 : 1 021 pièces, fig. 8). Sur le plan des matières premières, elle comprend une majorité de pièces en silex crétacé grenu, c’est-à-dire présentant de nombreuses zones de silicification imparfaite, à cortex fin, caractéristique de la craie campanienne (82 %). On remarque la présence d’un autre silex crétacé à grain fin (18,2 %), plus abondant à Gurgy que dans les autres sites régionaux où il n’excède jamais 8 %. Ce silex possède une matrice homogène, brune à blonde, lisse au toucher. Son cortex est épais de 3 mm et, lorsque le silex est patiné, souligné d’un fin liseré noir au contact avec la matrice. Les gisements de cette matière première ne sont pas encore clairement identifiés. Il faut noter cependant que son abondance à Gurgy est corrélée avec la position géographique de cette commune, située dans la zone de contact entre les niveaux campaniens et les niveaux coniaciens et santoniens. Les autres sites du Néolithique ancien de la région sont localisés plus au nord (Passy, Villeneuve-la-Guyard, Étigny, etc.), soit en pleine zone d’affleurements campaniens. Enfin, le silex tertiaire est rare mais bien présent avec deux pièces laminaires transformées en outils retouchés.

21Si le silex tertiaire existe uniquement sous la forme de lames, les silex crétacés, grenu ou à grain fin, ont été probablement exploités sur place et ne semblent pas avoir fait l’objet de gestion différente. On trouve, dans l’un et l’autre, des éclats, des lames, des restes de taille laminaire, des esquilles, des éclats de retouche, etc. Toutefois, les nucléus à éclats se distinguent par leur rareté (seulement onze en silex grenu et trois en silex à grain fin) et les nucléus à lames sont absents.

22Parmi les produits et restes de taille issus de toutes matières premières, on note l’abondance des esquilles (éclats dont la longueur est inférieure à 15 mm ; 183 pièces soit 15,9 % du total des artefacts) et des éclats issus de la retouche, de la reprise de front de retouche, de l’utilisation de supports comme pièces esquillées et de l’aménagement de burins, éléments qui attestent d’une activité d’aménagement et d’utilisation de supports dans le secteur de l’habitat (106 pièces soit 9,2 %). La fréquence de ces petites pièces est sans doute en partie liée à la technique de fouille employée, particulièrement minutieuse. Parmi les éclats divers, assez nombreux, certains proviennent du débitage de blocs par percussion dure. D’autres ont été taillés par percussion indirecte et appartiennent probablement à la chaîne opératoire du débitage laminaire bien qu’ils n’en présentent pas toutes les caractéristiques. Ils pourraient s’inscrire dans les premières étapes de préparation des nucléus à lames car, parmi eux, on compte de nombreux éclats partiellement corticaux. Les éclats de débitage par percussion dure, que l’on retrouve en abondance sur les sites du Néolithique ancien régional, sont donc ici moins fréquents qu’à l’habitude.

Productions

23La production d’éclats par percussion dure est en effet moins abondante que dans les autres sites du Néolithique ancien régional, comme l’indiquent les proportions de supports laminaires et de supports éclats parmi les pièces retouchées (fig. 9). En effet, les éclats retouchés sont au nombre de trente-six et rassemblent seulement la moitié des supports. Les lames retouchées, quant à elles, sont particulièrement bien représentées avec trente-cinq pièces, soit 50 % également. Habituellement, elles ne représentent jamais plus de 33 % des produits retouchés dans les sites du nord de l’Yonne et de la vallée de la Seine. Toutefois, on pourrait s’interroger sur la pertinence de cette particularité, reposant sur des effectifs restreints, si elle n’était corrélée avec une autre caractéristique : l’abondance, parmi les lames, d’outils liés à la coupe des végétaux.

Fig. 9. Distribution en classes typologiques des supports retouchés de Gurgy ‘Les Grands Champs’.

24Les produits laminaires, bruts et retouchés, ont été obtenus pour la plupart par percussion indirecte. En effet, les talons sont lisses, épais et parfois concaves, les points d’impact sont invisibles, les bulbes sont fréquemment courts et renflés. Si les nucléus font défaut, les tablettes et les éclats de préparation de plan de frappe et de crête sont bien attestés, de même que les lames à crête. L’ensemble de ces éléments indique que les modes de préparation des nucléus sont globalement comparables à ceux déjà définis par ailleurs : préparation du cintre et de la carène par l’aménagement de crêtes réalisées au punch, préparation des plans de frappe par tablettes partielles aménageant des concavités permettant le calage du chasse-lames. La conduite du débitage semble également identique avec un débitage unipolaire semi-tournant. Enfin, il existe des lames à crêtes courtes, c’est-à-dire longues d’environ 30 mm, caractérisées par une courbure importante de leur profil, qui pourraient représenter une reprise de la carène à la base du nucléus après l’enlèvement d’une série de lames. Le cintre est rétabli par des éclats de flancs. Les produits ainsi obtenus sont relativement réguliers, à trois pans. Leur longueur moyenne se situe aux alentours de 80 mm et leur épaisseur vers 3 mm.

Gestion des débitages

25La représentation des principales classes de pièces retouchées sur éclat est dominée par les burins puis par les pièces esquillées (respectivement neuf et huit pièces sur trente-six, fig. 9). On compte également quelques denticulés (sept pièces) et les inévitables pièces à enlèvements irréguliers (cinq pièces) présentant une retouche très localisée de morphologie variable. Bords abattus, troncatures, grattoirs et racloirs sont rares [respectivement trois, deux, une et une pièce(s)].

26C’est parmi les supports laminaires que la distribution en classes typologiques est plus originale. Les pièces esquillées et les grattoirs sont rares et se montent à deux pièces pour chacune de ces catégories. En revanche, les burins atteignent six exemplaires. On compte aussi un perçoir, deux bitroncatures de la catégorie des flèches et une autre bitroncature qui pourrait correspondre à une ébauche d’armature de flèche. Parmi elles, on distingue une pièce trapézoïdale courte par retouche directe abrupte et une pièce triangulaire asymétrique à troncature très oblique par retouche directe abrupte, de délinéation sinueuse (fig. 10, nos 1 et 2). Sa base porte des retouches inverses, écailleuses et concaves. Ce dernier type est commun à l’ensemble des groupes danubiens occidentaux, à savoir le Rubané récent du Bassin Parisien, le Rubané d’Alsace, le groupe de Villeneuve-Saint-Germain, le groupe de Blicquy et le Rubané belge (Plateaux, 1991 ; Mauvilly, 1997 ; Bostyn, 1994 ; Cahen et alii, 1986 ; Caspar, Burnez-Lanotte, 1994 et 1998). En revanche, l’armature trapézoïdale courte existe dans le Rubané récent à Cuiry-lès-Chaudardes (Plateaux, 1991). On la connaît aussi dans le plus ancien Rubané d’Europe centrale, dans le Rubané d’Alsace et dans le Rubané belge à Harduémont notamment (Mauvilly, 1997 ; Gronenborn, 1997 ; Vanderhoeft et alii, 1996). Elle serait donc plutôt associée aux groupes néolithiques initiaux, mais il faut signaler sa présence à Villeneuve-la-Guyard, dans une étape formative du groupe de Villeneuve-Saint-Germain.

27Au-delà de ces classes, et malgré un effectif réduit, on constate que cette production est dominée par les troncatures et les bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille. En effet, celles-ci regroupent vingt et une pièces sur trente-cinq, soit 60 % des supports laminaires dont un tiers environ porte le lustré caractéristique. Elles se distribuent en plusieurs types avec une majorité de bitroncatures sans dos abattu. Une des troncatures, généralement celle située en partie distale, est oblique rectiligne, l’autre peut être également oblique rectiligne ou légèrement convexe et former un trapèze (fig. 10, nos 4, 11) ou un triangle large (fig. 10, no 6). Elle peut être aussi droite convexe (fig. 10, no 9), ou encore droite sinueuse. On ne compte que deux armatures par bitroncatures obliques à dos abattu courbe, autrement dit en segment de cercle (fig. 10, no 3). Quelques pièces portent une troncature simple distale, généralement oblique, de délinéation rectiligne ou convexe (fig. 10, nos 5, 7, 10, 11). La partie proximale est alors laissée brute. Deux autres types sont plus particuliers : il s’agit d’une troncature oblique convexe à base droite par retouche inverse et d’une troncature oblique à dos courbe et base droite (fig. 10, no 8). L’ensemble de ces types s’inscrit facilement dans le Néolithique ancien régional dont on a montré par ailleurs que la représentation typologique des armatures de faucilles est assez constante dans les séries du Rubané au groupe de Villeneuve-Saint-Germain (Augereau, 1993). Par rapport aux groupes danubiens occidentaux, le caractère original du secteur Seine-Yonne semble être la présence de faucilles sur bitroncature en segment de cercle et Gurgy n’échappe pas à la règle avec deux exemplaires de ce type.

28Un fort taux d’armatures de faucille représente une situation exceptionnelle dans la région où cette catégorie ne rassemble jamais plus de 35 % des lames retouchées comme l’atteste le graphique où figurent les principales classes d’outils retouchés sur lame du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien (fig. 11). À Gurgy, elle constitue de surcroît la classe typologique la plus fournie tous supports confondus, lames et éclats.

Fig. 10. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : industrie en silex. Bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche. 1. armature triangulaire asymétrique à retouche inverse de la base ; 2. armature trapézoïdale courte par retouche directe abrupte. Bitroncatures et troncatures de la catégorie des armatures de faucille. 3. bitroncature en segment de cercle ; 4, 11. bitroncatures trapézoïdales ; 5, 7, 10, 12. troncatures simples ; 6. bitroncature en triangle large ; 8. troncature oblique à dos courbe et base droite ; 9. bitroncature oblique en partie proximale, droite en partie distale ; 12. troncature droite sur lame cassée (dessin : Y. Lorin, INRAP).

29Par ailleurs, la moyenne des largeurs des armatures de faucille est située à 15,8 mm alors que celle des lames brutes et des autres lames retouchées est plus élevée, aux alentours de 21 mm. De même, la dispersion des largeurs est plus étroite pour les faucilles, entre 12 et 19 mm, que pour les autres, entre 14 et 30 mm. Il est à noter que la retouche des armatures de faucille n’a pas significativement affecté la largeur des supports puisqu’il s’agit de troncatures simples et de bitroncatures disposées en parties distale et proximale dont le bord est rarement abattu. Les pièces à dos retouché se limitent à trois exemplaires dont la largeur n’est d’ailleurs pas parmi les plus faibles. Ainsi, la majeure partie des supports les plus étroits aurait été destinée à la fabrication de faucilles dont la calibration de la largeur est sans doute nécessaire en raison des contraintes de l’emmanchement spécifique à ce type d’outil (Allard et alii, à paraître). Compte tenu que cette classe est largement majoritaire, on peut même envisager que la destination principale de la production laminaire est la confection d’éléments de faucille, le restant des lames constituant des sous-produits laissés bruts ou transformés en quelques classes secondaires.

Fig. 11. Représentation des principaux types d’outils sur lame dans le sud-est du Bassin parisien du Rubané au groupe de Villeneuve-Saint-Germain.

Conclusion

30Ainsi, c’est surtout par l’originalité de son outillage retouché sur lame, avec une forte proportion d’armatures de faucille, que le site VSG des ‘Grands Champs’ à Gurgy se distingue de la plupart des sites du Néolithique ancien régional. Certes, la série est numériquement faible, mais cette caractéristique semble néanmoins significative car les données technologiques et typologiques convergent vers l’identification d’une production lithique dominée par les outils utiles à la coupe des végétaux non ligneux. De surcroît, cinq silos associés à l’occupation Villeneuve-Saint-Germain ont été reconnus et il est évidemment tentant de mettre cette donnée en relation avec celle concernant l’industrie du silex. Se pose alors la question de la fonction de cette occupation : peut-on, à partir de la forte proportion d’armatures de faucilles, la présence de silos et de matériel de broyage, envisager à Gurgy ‘Les Grands Champs’ l’existence d’une installation domestique où l’exploitation des produits agricoles revêt un relief particulier ? Des silos ont déjà été mis en évidence à quelques centaines de mètres, à Gurgy ‘Les Plantes du Mont’ (Delor, 1996), mais l’industrie lithique n’y recèle aucun caractère spécial et les armatures de faucille y sont d’ailleurs peu représentées (Bostyn, 1994). Par ailleurs, si leur unité fonctionnelle ne semble pas faire de doute, les armatures de Gurgy méritent une analyse tracéologique afin de distinguer d’éventuels réemplois qui pourraient nuancer l’importance des activités agricoles sur ce site (étude en cours, N. Cayol, doctorant, Université de Paris I). En effet, bien que le cas n’ait pas été mis en évidence jusqu’à maintenant dans le Rubané et le Villeneuve-Saint-Germain du Bassin parisien (Allard et alii, 2004), il est bien attesté dans les séries rubanées du plateau d’Aldenhoven et de Belgique où près de 40 % de ces pièces ont été démanchées et réutilisées pour le travail des peaux et du bois (Caspar, 1988).

Conclusion générale

31L’intégration du site de Gurgy ‘Les Grands Champs’ dans un secteur déjà fourni en occupations du Néolithique ancien privilégie les comparaisons. D’un point de vue chronologique, le corpus céramique confirme les données acquises dans le sud de la vallée de l’Yonne concernant le faciès à cordons, assimilé à la fin du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Sur les quatre occupations du Néolithique ancien réparties sur la commune de Gurgy, le secteur sud de Gurgy ‘Les Plantes du Mont’ est attribué au Rubané final tandis que la céramique de la partie est de ce site, de ‘Néron’ et des ‘Grands Champs’ se caractérise par la prédominance des cordons. L’attribution des bâtiments de Monéteau ‘Sur Macherin’ à une transition Villeneuve-Saint-Germain/Cerny vient appuyer la représentation importante du Villeneuve-Saint-Germain à cordons dans l’Auxerrois au détriment des étapes antérieures.

32Mais c’est surtout grâce à des structures spécifiques et à l’originalité de son industrie en grès et en silex que l’ensemble des ‘Grands Champs’ apporte de nouvelles questions, d’ordre économique et fonctionnel. À l’intérieur des maisons, la présence des mêmes types de fosses qu’à Gurgy ‘Les Plantes du Mont’, rares dans le reste du Bassin parisien, suggère des traditions à un niveau local. De plus, à l’échelle du site, leur association à une industrie lithique particulièrement axée sur un outillage de mouture et des armatures de faucille pose la question d’une spécialisation agricole du site, à approfondir avec les études fonctionnelles.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allard P., Constantin C., Dubouloz J., Farruggia J.-P., Hachem L., Ilett M., 1996, « Berry-au-Bac ‘Le Vieux Tordoir’ : ultimes fouilles du site rubané », in : Sauvetage archéologique dans la vallée de l’Aisne, SRA Picardie.

Allard P., Augereau A., Beugnier V., Bostyn F., Caspar J.-P., Giligny F., Hamard D., Martial E., Philibert S., 2004, « Fonction des outillages lithiques dans le Bassin parisien au Néolithique », in : Approches fonctionnelles en Préhistoire, Actes du XXVe Congrès Préhistorique de France, Nanterre, 2000, S.P.F., p. 181-192.

Augereau A., 1993, Évolution de l’industrie du silex du ve au ive millénaire avant J.-C. dans le Sud-est du Bassin parisien, Thèse de doctorat, Université de Paris I, 3 vol.

Augereau A., Chambon P., 2000, Monéteau ‘Sur Macherin’ (Yonne) : site néolithique, protohistorique et gallo-romain, DFS de sauvetage urgent, Dijon, SRA Bourgogne, AFAN Grand-Est.

Blanchet J.-C., 1986, « Informations archéologiques », Gallia Préhistoire, t. 29, fasc. 2, p. 429-430.

Bostyn F., 1994, Caractérisation des productions et de la diffusion des industries lithiques du groupe néolithique du Villeneuve-Saint-Germain, Thèse de Doctorat, Université de Paris X, 2 vol.

Bostyn F., André M.-F., Lanchon Y., Martial E., Praud Y., 1997, « Un nouveau site d’habitat du groupe de Villeneuve-Saint-Germain à Poses ‘Sur la Mare’ (Eure) », in : Jeunesse C., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22e colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, p. 447-466 (3ème suppl. aux Cahiers de l’A.P.R.A.A.).

Bostyn F., Hachem L., Lanchon Y., 1991, « Le site néolithique de ‘La Pente de Croupeton’ à Jablines », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-en-Champagne, 1988, p. 45-81.

Brézillon M., 1962, « Néolithique danubien et Bronze récent à Champs (Yonne) », Gallia-Préhistoire, t. V, 1962, p. 157-168.

Cahen D., Caspar J.-P., Otte M., 1986, Industries lithiques danubiennes de Belgique, Liège, E.R.A.U.L., 88 p. (E.R.A.U.L., 21).

Carré H., 1986, « Précisions sur le faciès d’Augy - Sainte-Pallaye et son extension », 1er suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest, p. 125-135.

Carré H., 1996, « Passy (Yonne) et sa céramique », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Actes du 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 1991, p. 307-338 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Caspar J.-P., 1988, Contribution à la tracéologie de l’industrie lithique du Néolithique ancien dans l’Europe nord-occidentale, Dissertation présentée en vue de l’obtention du grade de Docteur en Philosophie et Lettres, Université de Louvain, 3 vol.

Caspar J.-P., Burnez-Lanotte L., 1994, « Le matériel lithique », in : Caspar J.-P., Constantin C., Hauzeur A., Burnez-Lanotte L., Nouveaux éléments dans le groupe de Blicquy en Belgique : le site de Vaux-et-Borset ‘Gibour’ et ‘À La Croix Marie-Jeanne’, Bruxelles, p. 3-93 (Helinium, t. XXXIV, fasc. 1).

Caspar J.-P., Burnez-Lanotte L., 1998, « L’industrie lithique du Rubané récent de Vaux-et-Borset ‘Gibour’ (Villers-le-Bouillet) dans le contexte de la problématique des rapports chrono-culturels entre Rubané et groupe de Blicquy en Hesbaye liégeoise (Belgique) », in : Cauwe N., Van Berg P.-L., Hauzeur A., Organisation néolithique de l’espace en Europe du Nord-Ouest, Actes du XXIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Bruxelles, 1997, Bruxelles, Société Royale Belge d’Anthropologie et de Préhistoire, p. 217-235 (Anthropologie et Préhistoire, 109).

Cassen S., Audren C., Hinguant S., Lannuzel G., Marchand G., 1998, « L’habitat Villeneuve-Saint-Germain du Haut-Mée (Saint-Étienne-en-Coglès, Ille-et-Vilaine) », B.S.P.F., t. 95, no 1, p. 41-75.

Constantin C., 1985, Fin du Rubané, céramique du Limbourg et Post-Rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, Oxford, 2 vol. (B.A.R. Int. Series, 273).

Delor J.-P., 1994, « Conservation, préparation et cuisson des aliments au début du Néolithique moyen à Gurgy ‘Les Plantes du Mont’ », in : Boire et manger en Bourgogne, Actes des rencontres ARIA Bourgogne, Auxerre, mars 1992, p. 19-22 (Cahiers Archéologiques de Bourgogne, 5).

Delor J.-P., 1996, « Les villages néolithiques de Gurgy ‘Les Plantes du Mont’ (Yonne) : particularités architecturales et aménagements environnementaux », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Actes du 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 1991, p. 295-305 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Duhamel P., Prestreau M., 1997, « Émergence, développement et contacts de la société Cerny en bassin d’Yonne : point des connaissances et voies de recherche », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours, 9-11 mai 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 111-134 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Grizeaud J.-J., 2000, Habitat néolithique et établissement rural antique sur la commune de Gurgy ‘Les Grands Champs’, Rapport d’évaluation, Dijon, SRA Bourgogne, 2000.

Grizeaud J.-J., Nouvel P., Ledru D., 1994, Un établissement rural de la Tène finale - gallo-romain sur la commune de Gurgy au lieu-dit ‘Néron’, Rapport de sauvetage urgent, Dijon, SRA Bourgogne, 1994.

Gronenborn D., 1997, Silexartefakte des ältestbandkeramischen Kultur, Bonn, 243 p. (Universitätsforschungen zur prähistorische Archäologie, 37).

Hamon C., 2004, Broyage et abrasion au Néolithique ancien : caractérisation technique et fonctionnelle de l’outillage en grès du Bassin parisien, Thèse de l’Université de Paris I, 2 vol., 588 p.

Mauvilly M., 1997, « L’industrie lithique de la Culture à Céramique linéaire de Haute Alsace : état des recherches et bilan provisoire », in : Jeunesse C., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22e colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 1995, Strasbourg, p. 327-358 (3ème suppl. aux Cahiers de l’A.P.R.A.A.).

Meunier K., Hamon C., Lorin Y., Séguier J.-M., Tristan C., 2001, Habitat du Néolithique ancien et enclos gallo-romain à Gurgy ‘Les Grands Champs’ (Yonne), D.F.S. de sauvetage urgent, A.F.A.N./S.R.A. Bourgogne.

Mordant C., Mordant D., 1977, « Le Bois des Refuges à Misy-sur-Yonne (Seine-et-Marne) », B.S.P.F., t. 74, Études et Travaux, fasc. 1, p. 420-462.

Plateaux M., 1991, « Quelques données sur l’évolution des industries du Néolithique danubien de l’Aisne », in : Cahen D., Otte M., Rubané et Cardial, Actes du colloque international de Liège, oct. 1988, Liège, E.R.A.U.L., p. 239-255 (E.R.A.U.L., 39).

Simonin D., 1996, « Les habitats néolithiques d’Echilleuses (Loiret) », Analyse spatiale des documents archéologiques, Revue Archéologique du Loiret, no 21-22.

Vanderhoeft E., Burnez-Lanotte L., Allard P., 1996, « Le Petit Paradis à Harduémont (Verlaine, Lg) : un atelier de débitage laminaire dans le Rubané de Hesbaye », in : INTERNEO 1-1996, Journée d’information, Paris, 23 nov. 1996, p. 5-14.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : localisation du site (infographie : P. Pihuit et F. Müller, INRAP).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 2. Localisation des sites fouillés sur la commune de Gurgy (infographie : F. Müller, INRAP).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 3. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : plan des structures du groupe de Villeneuve-Saint-Germain (infographie : Y. Lorin, INRAP).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 4. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : coupe des fosses circulaires (infographie : Y. Lorin, INRAP).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : céramique du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. 1-3. structure 16 ; 4. structure 17 ; 5-6. structure 120 ; 7. structure 7 ; 8. structure 8 (dessin : C. Tristan, INRAP).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 6. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : bracelets en schiste (1-3) et en céramique (4-5) de la Maison A. 1. structure 17 ; 2-4. structure 18 ; 5. structure 16 (dessin 1-4 : C. Tristan, INRAP ; dessin 5 : K. Meunier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Fig. 7. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : mobilier en grès. 1. meule, structure 329 ; 2. molette, structure 329 ; 3. molette, structure 233 ; 4-5. polissoir à rainure, structure 22 (dessin : C. Hamon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 8. Distribution générale des artefacts en silex de Gurgy ‘Les Grands Champs’.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 9. Distribution en classes typologiques des supports retouchés de Gurgy ‘Les Grands Champs’.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 10. Gurgy ‘Les Grands Champs’ : industrie en silex. Bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche. 1. armature triangulaire asymétrique à retouche inverse de la base ; 2. armature trapézoïdale courte par retouche directe abrupte. Bitroncatures et troncatures de la catégorie des armatures de faucille. 3. bitroncature en segment de cercle ; 4, 11. bitroncatures trapézoïdales ; 5, 7, 10, 12. troncatures simples ; 6. bitroncature en triangle large ; 8. troncature oblique à dos courbe et base droite ; 9. bitroncature oblique en partie proximale, droite en partie distale ; 12. troncature droite sur lame cassée (dessin : Y. Lorin, INRAP).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 11. Représentation des principaux types d’outils sur lame dans le sud-est du Bassin parisien du Rubané au groupe de Villeneuve-Saint-Germain.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13560/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search