Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

III Actualité de la recherche et découvertes récentes

Occupations rubanées à Étigny ‘Le Brassot-Est’ (Yonne)

Anne Augereau, Marie-France Creusillet et Katia Meunier

Résumé

Localisé dans l’emprise d’une carrière de granulats sur la rive gauche de l’Yonne, le site d’Étigny ‘Le Brassot-Est’ est composé d’une trentaine de fosses néolithiques s’étendant sur une bande de 25 m de largeur sur 175 m de longueur, axée sud-ouest/nord-est. Deux ensembles peuvent être distingués : un ensemble de structures R.R.B.P., dont certaines représentent les restes d’unités domestiques sans bâtiment conservé et d’autres des fosses isolées, indiquant une occupation extensive et lâche ; un autre ensemble, reproduisant un schéma d’occupation similaire, comprend des éléments mobiliers plus récents, du Rubané final. Par ailleurs, l’analyse céramique permet de reconsidérer la situation chronologique de la néolithisation de l’Yonne, qui prendrait place dès le R.R.B.P., contrairement à ce que l’on admet habituellement. L’étude des outils lithiques s’inscrit dans le schéma habituel propre au secteur Seine-Yonne avec toutefois une originalité : la présence de grattoirs à esquillement inverse du front s’apparentant aux grattoirs-herminettes du groupe de Blicquy.

Texte intégral

Présentation du site (A. Augereau)

Contexte historique, topographique et géologique

1Le site est localisé dans l’emprise d’une carrière de granulats exploitée par l’entreprise Granulats Seine-Normandie (groupe Lafarge) qui a financé en partie l’opération de fouille archéologique. Le diagnostic à l’origine de la détection des vestiges s’inscrit dans le programme d’interventions archéologiques dans les carrières de l’Yonne dont le cadre est fixé par une convention liant cinq partenaires (Augereau, Ferdouel, 1998 et 1999) : l’État, Ministère de la Culture, la région Bourgogne, le Conseil général de l’Yonne, l’Association des producteurs de granulats pour la sauvegarde du patrimoine archéologique de l’Yonne et l’Association pour les fouilles archéologiques nationales.

2Cette carrière fait l’objet d’investigations archéologiques depuis 1975 (fig. 1). Celles-ci ont livré des vestiges s’échelonnant du Paléolithique supérieur (Connet et alii, 1999) à la fin du haut Moyen Âge (Rosoy/La Plaine de Nange ; Violot, 1994 ; Poyeton, 1996) en passant par le Néolithique et la Protohistoire. Étigny ‘Le Brassot-Est’ apporte des compléments d’information sur le Néolithique ancien car il se situe dans la continuité des occupations mises en évidence en 1994 à l’ouest de l’emprise actuelle et appartenant au groupe de V.S.G. (Connet, 1994). Toutefois, son apport majeur consiste en la découverte d’une importante implantation datant du Rubané qui représente la première découverte de cette période depuis celle de Passy ‘Les Graviers’ (Carré, 1996). Celle-ci permet donc de relancer les études et la réflexion sur le Néolithique initial du sud-est du Bassin parisien et de l’Yonne en particulier.

Fig. 1. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Localisation du site (infographie : P. Pihuit, I.N.R.A.P. ; F. Müller, I.N.R.A.P.).

3Les installations archéologiques sont implantées sur la rive gauche de l’Yonne, dans la partie sud de la boucle que forme la rivière à cet endroit (fig. 1). La plaine dite de Gron, enserrée dans ce méandre, correspond à une portion de la plaine alluvionnaire de l’Yonne, constituée de dépôts de grève calcaire, silex et sable (alluvions Fy) surmontés de limons sableux jaunes. Elle forme une entité géographique d’environ 400 ha délimitée, à l’est par le bras de la rivière qui longe ici le versant de craie sénonienne recouvert de résidus d’alluvions anciennes, et à l’ouest par l’amorce du versant de craie. L’emprise étudiée est proche du cours actuel de l’Yonne, à environ 200 mètres au nord du bras le plus proche. Elle est traversée, du sud au nord, par un ancien chenal de l’Yonne, de faible profondeur, comprenant quelques vestiges du Néolithique moyen (céramique essentiellement). Il s’agit actuellement d’une zone régulièrement inondée, notamment en période hivernale, dont l’altitude moyenne se situe à 68 m NGF. Un recouvrement limoneux jaune surmonte le gravier par endroits. Les structures archéologiques sont implantées indifféremment dans le limon jaune ou le gravier aux endroits où il affleure.

4Le décapage s’étend sur 3,8 ha. Le nombre de structures identifiées est d’environ 150. Quatre périodes sont représentées : le Néolithique ancien, le Néolithique moyen (contenu dans le chenal), l’Âge du Bronze final (R.S.F.O.), La Tène finale. C’est la période du Néolithique ancien qui regroupe le plus grand nombre de structures parmi les structures datées : près d’une trentaine de creusements, pour la plupart des restes de fosses jouxtant des bâtiments danubiens, ont été identifiés comme appartenant à cette période, dispersés sur l’ensemble du décapage.

Présentation générale des occupations du Néolithique ancien

5Elles s’étendent sur une bande de 25 m de largeur sur 175 m de longueur, axée sud-ouest / nord-est (fig. 2). Elles sont constituées pour l’essentiel de structures en creux qui peuvent correspondre pour certaines d’entre elles à des fosses latérales de bâtiments danubiens érodés. Trois groupes de structures peuvent être distingués en fonction de leurs caractéristiques morphologiques et spatiales. Au nord, les structures 92 et 93 sont deux fosses attenantes qui ne réunissent pas les critères de reconnaissance des unités domestiques classiques. La structure 93 est de grande dimension et de plan ovalaire dont le plus grand axe est orienté nord-sud. À quelques mètres à l’est de celle-ci, la structure 92 est plus réduite. À 50 m au sud, on rencontre un groupe de quatre structures en creux (st. 46, 47, 48 et 49, groupe dit central) dont deux sont disposées selon le même axe d’allongement, nord-ouest/sud-est (structures 46 et 49). Les deux dernières sont accolées aux précédentes (structures 47 et 48), sur leur bord sud. Il n’a pas été possible de découvrir la zone immédiatement au nord des structures 46 et 49 en raison de l’implantation d’un pylône électrique à cet endroit et le groupe central de structures est donc partiellement dégagé. Enfin, à 25 m au sud du groupe précédent, une vingtaine de structures de morphologie variée sont implantées sur un espace de 2000 m2 environ (structures 1 à 19 et 108 à 110, groupe dit sud). La plupart s’organisent en quatre bandes d’orientation constante (nord-ouest / sud-est), d’espacement régulier (environ 10 m), indiquant qu’il pourrait s’agir, pour l’essentiel, des restes d’unités domestiques fortement altérées. En effet, aucun bâtiment n’a pu être détecté mais entre les deux premières bandes de structures en partant du nord, une tierce est implantée et confirme cette hypothèse. Le groupe sud, en limite d’emprise, n’a pu être dégagé dans sa totalité et son développement vers l’ouest restera inconnu. On peut seulement rappeler que la fouille de 1994, implantée dans la parcelle occidentale, avait donné quelques structures du Néolithique ancien appartenant toutefois à une phase plus récente (groupe de V.S.G., Connet, 1994).

6Certaines fosses sont très riches en mobilier archéologique : 1500 vestiges par m2 pour l’une d’entre elles. Elles ont livré, en particulier, de très nombreux vestiges fauniques (maîtrise A. Carré, Université de Paris X). La céramique est également bien représentée (étude K. Meunier). L’industrie en matière dure animale, sans être très abondante, comporte des pièces variées : andouillers sectionnés, outil appointé sur ulna de bœuf, poinçons, divers éléments portant des traces de découpe (étude I. Sidéra, C.N.R.S.). Enfin, l’industrie lithique représente un corpus particulièrement important avec près de 30 000 pièces (étude M.-F. Creusillet). Certaines fosses renfermaient par endroits des concentrations importantes d’artefacts en silex, correspondant probablement à la vidange d’amas de taille dans leur intégralité. Le caractère circonscrit de ces poches de rejet indique que les rebuts ont été probablement rejetés dans la fosse à l’intérieur d’enveloppes en matière périssable.

Fig. 2. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Plan général des structures (levé : G. Roblot, Granulats Seine-Normandie ; infographie : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).

7L’étude de la céramique a permis de détecter deux ensembles principaux (cf. étude K. Meunier). L’un comporte des éléments R.R.B.P., l’autre est plus proche d’une étape finale du Rubané. Le premier concerne le groupe nord de structures (structures 92 et 93) ainsi que la majeure partie des structures du groupe sud (structures 1 à 16). Le second intéresse le groupe de structures central (structures 46 à 49) ainsi qu’une des fosses du groupe sud (structure 17). Les structures 18 et 19 ainsi que 108, 109 et 110, qui constituent les structures septentrionales du groupe sud, formant probablement une unité domestique (U3), n’ont pu être attribuées à une occupation précise, faute de matériel céramique en quantité suffisante.

Implantation et nature de l’occupation R.R.B.P.

8L’occupation du R.R.B.P. s’étend sur 175 m de long (fig. 3). Les deux groupes de structures concernées (structures 92 et 93 au nord, et 1 à 16 au sud) sont distants de 110 m et indiquent une implantation extensive relativement lâche. Leur nature n’est cependant pas strictement semblable. Au sud, on détecte au moins deux unités domestiques. La première, la plus méridionale, est formée par les deux bandes de fosses, une au sud constituée par les structures 1 à 4, et une au nord avec les structures 6 à 12. Elles dégagent un espace intermédiaire de 10,5 m de largeur environ propice à l’installation d’un bâtiment (U1). La seconde, située immédiatement au nord de la précédente, regroupe les fosses 13 et 14 au sud, et 15 et 16, au nord, libérant ainsi une surface large de 7 m (U2). Une autre fosse, la structure 5, est légèrement à l’écart des deux unités, à 6 m au sud. Elle représente la limite méridionale de l’extension de cette occupation.

9Dans l’ensemble, il s’agit de creusements de plans ovalaires à circulaires, parfois irréguliers, de faible longueur (4 m pour la structure 1), qui ne s’alignent pas toujours. De ce point de vue, ils ne remplissent pas les critères habituellement retenus pour la description des fosses latérales d’habitations danubiennes, généralement de plan allongé. Cependant, leur faible profondeur (0,4 à 0,5 m sous décapage) suggère une érosion importante qui n’aurait laissé que les fonds de fosses, au creusement parfois irrégulier, comme cela a pu être mis en évidence par ailleurs. Les fosses possèdent un remplissage de limon noir argileux riche en matériel archéologique dans les 20 premiers centimètres. Des tests de tamisage ont été pratiqués dans toutes les fosses afin de rechercher d’éventuels restes d’ichtyofaune que la proximité de la rivière rendait plausibles. Ils se sont révélés tous négatifs, mais quelques éléments de parures (principalement des dentales) ont pu être récoltés. L’absence d’ichtyofaune n’est cependant pas significative sur le plan des activités de subsistance dans la mesure où le terrain est relativement acide, et la taphonomie des restes de faune montre que ce sont les éléments les plus volumineux qui ont pu être conservés.

10L’extension de cette occupation n’est pas connue vers l’ouest. On sait néanmoins qu’elle ne s’étend pas au-delà de la bande de sécurité large de 20 m laissée par l’entreprise exploitante. En effet, l’opération menée en 1994 dans la parcelle voisine a livré des structures plus tardives datées du groupe de V.S.G. (Connet, 1994).

11Si la nature domestique des unités sud ne semble pas faire de doute, le groupe de structures nord est plus problématique. L’orientation de la structure 93, globalement nord-sud dans sa plus grande longueur, de même que l’absence d’une seconde ligne de fosses, contredisent toute identification de restes d’une unité d’habitation. Ce cas de figure n’est pas unique. On peut mentionner les occupations Villeneuve-Saint-Germain de Barbey ‘Le Chemin de Montereau’, situées à la confluence entre la Seine et l’Yonne où des restes de fosses peuvent être attribués à des unités domestiques aux côtés de structures plus atypiques en position isolée (Renaud, Gouge, 1992).

Implantation et nature de l’occupation du Rubané final

12Le groupe central de fosses (structures 46 à 49) ainsi que la structure 17 du groupe sud peuvent être attribués à cette occupation (fig. 4). Malgré les investigations partielles menées dans le groupe central en raison du pylône électrique, on remarque que les structures 46 et 49 forment un alignement compatible avec l’orientation nord-ouest/sud-est prévalant pour les habitations danubiennes du secteur. En revanche, il est difficile d’expliquer, dans cette hypothèse, la présence des deux autres situées immédiatement au sud si ce n’est encore par une irrégularité (dans les creusements) doublée d’une forte érosion.

Fig. 3. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Plan des installations du R.R.B.P. (levé : G. Roblot, Granulats Seine-Normandie ; infographie : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).

Fig. 4. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Plan des installations du Rubané final (levé : G. Roblot, Granulats Seine-Normandie ; infographie : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).

13Si on retient néanmoins l’hypothèse d’une unité domestique pour le groupe central de fosses (U4 ?), un cas de figure semblable au précédent peut être évoqué avec la structure 17, distante de 50 m au sud de l’habitat supposé. Cette dernière est une petite fosse circulaire, isolée, remarquable également par un mobilier particulièrement abondant. Ainsi, les installations néolithiques d’Étigny combineraient, au R.R.B.P. comme au Rubané final, des habitations, classiques bien que mal conservées, avec leur cortège de fosses latérales, et des structures isolées disposées à distance des bâtiments. Ce modèle d’occupation existe régionalement, notamment à Barbey ‘Le Chemin de Montereau’ où, de surcroît, les différentes implantations se distinguent sur des critères économiques, fonctionnels et stylistiques avec l’identification d’un atelier de taille de lames et de décors céramiques exceptionnels dans un secteur (Augereau, 1997 ; Meunier, 2003). Pour Étigny, une étude comparative de la composition des différentes industries et des cortèges fauniques en fonction des structures devrait enrichir la caractérisation et la nature des diverses installations distinguées.

La céramique (K. Meunier)

14Le corpus céramique d’Étigny ‘Le Brassot-Est’ apporte de nouveaux éléments pour la compréhension de la néolithisation de l’Yonne dans le contexte du Rubané Récent du Bassin parisien, défini jusqu’à maintenant en grande partie d’après les sites de la vallée de l’Aisne. Il reproduit l’association de vases décorés d’incisions et d’impressions caractéristiques du R.R.B.P. et de décors modelés, traditionnellement attribués au groupe de Villeneuve-Saint-Germain (V.S.G.), déjà observée dans des sites de la vallée de l’Yonne et objet de discussions quant à la position chronologique de la colonisation rubanée de cette région. Pour cette raison, avant de présenter les caractères de la céramique du site, il a semblé important de rappeler l’état actuel des connaissances dans ce domaine et de faire le point sur les hypothèses concernant directement le Rubané de l’Yonne, ainsi que les hypothèses sur les relations plus vastes entre Rubané et Villeneuve-Saint-Germain ayant une implication sur l’interprétation des données de l’Yonne.

Hypothèses sur la néolithisation de l’Yonne dans le contexte du Bassin parisien

15Les influences danubiennes sont reconnues de longue date dans la vallée de l’Yonne, d’abord sur les sites de Cheny, Chaumont, Villeneuve-la-Guyard et Armeau (Parruzot, 1957), attribués plus tard au Rubané du Bassin parisien (Bailloud, 1974). Dans un aperçu de la séquence chronologique de la vallée de l’Yonne, P. Duhamel (1991) attribue les sites de Chaumont, Vinneuf, Champlay, Charmoy et Cheny au R.R.B.P., mais l’association fréquente des caractères rubanés avec des éléments de type V.S.G., représentés par des décors modelés, permet d’envisager un faciès rubané local ayant développé de façon précoce les techniques de décors modelés. De plus, pour P. Duhamel et M. Prestreau (1988), la colonisation rubanée de l’Yonne s’est effectuée directement à partir du Rubané alsacien.

16Par ailleurs, l’accumulation des données dans la vallée de l’Aisne a conduit à définir une étape finale dans le R.R.B.P. (Constantin, Ilett, 1997). Celle-ci voit la diminution du thème en T associant impressions et incisions et de l’utilisation du peigne à deux dents au profit des peignes à dents plus nombreuses, parallèlement au développement du thème couvrant, des motifs de l’échelle et de la guirlande. Tous les sites rubanés de l’Yonne ont été rattachés à cette étape finale, les groupes installés dans cette région étant alors considérés comme issus du Rubané déjà en place dans le reste du Bassin parisien.

17Plus précisément, le site de Passy ‘Graviers’ (Carré, 1996) a livré de la céramique R.R.B.P. en association avec des cordons : cette série a été interprétée comme un épi-rubané (Duhamel, 1991), mais a été éliminée des périodisations pour cause probable de mélange entre matériels diachrones (Constantin et alii, 1995). Enfin, la céramique du site d’Armeau était envisagée par C. Constantin (1985) comme une transition entre le Rubané et le groupe de V.S.G., d’après l’association d’éléments attribués au R.R.B.P. et de motifs en V digités, alors que pour C. David (1992), les décors modelés peuvent être présents dès la fin du Rubané de l’Yonne et se développer par la suite. L’association récurrente de décors modelés et de décors R.R.B.P. est donc assez controversée ; le corpus d’Étigny, par la réitération de cette association dans des fosses données, présente donc de bonnes bases de réflexion pour la signification de ce type d’assemblages dans l’Yonne.

Présentation générale du corpus

18L’ensemble de la céramique pèse 25 kg et se compose de quatre-vingt-neuf individus-vases déterminés uniquement d’après les décors et les formes mesurables : on distingue soixante-neuf individus décorés (treize bords, trente-huit tessons et dix-huit formes), ainsi que vingt formes non décorées. Malheureusement la fragmentation importante et le nombre restreint d’individus décorés par fosse, la structure 1 (dix-sept individus) et la structure 93 (douze individus) étant les plus riches, ne permettent pas de faire une étude statistique.

19Les deux catégories de céramique rubanée, la céramique fine et la céramique grossière, ont pu être identifiées aisément d’après la différence du matériau utilisé, des traitements de surface et de cuisson habituels. En se basant uniquement sur les trente-huit formes déterminées, les deux catégories sont représentées de façon équivalente. Dans la catégorie de céramique fine, les vases à inflexion de petite taille (diamètre maximum compris entre 11 et 18 cm) représentent la forme prédominante (douze vases sur dix-neuf) à côté des vases en 3/4 de sphère, des bouteilles et d’un petit vase ouvert. La moitié de ces vases, et exclusivement les formes à inflexion, sont décorés d’impressions au poinçon et au peigne et/ou d’incisions. Un quart des vases, à inflexion ou bouteilles, portent un bouton peu saillant au niveau du diamètre maximum ou sur l’épaulement. La céramique grossière regroupe des vases à inflexion (sept individus) dont le diamètre maximum est compris entre 10 et 26 cm et des vases à paroi verticale de plus grande taille (six individus). Les autres formes sont des vases en 3/4 de sphère de diverses tailles, des bouteilles et un petit vase ouvert. La moitié des vases sont décorés d’impressions digitées, de cordons et de boutons.

20L’implantation des structures représente une limite de taille pour une périodisation interne du site. Les groupes de fosses 46-49 et 92-93 sont suffisamment isolés les uns des autres pour pouvoir être considérés comme des ensembles cohérents. En revanche, dans le secteur sud, plus dense en structures, il a été difficile de reconnaître des unités d’habitation. L’étude de la céramique a toutefois permis de distinguer le matériel des fosses 1-16 et 92-93, d’après la présence d’éléments attribués au R.R.B.P. et associés à des éléments plus locaux, et le matériel des fosses 17 et 46-49, caractéristique de l’étape finale du R.R.B.P. En revanche, les fosses 18 et 19, plus pauvres, n’ont pu être attribuées à une étape précise.

La céramique du Rubané Récent du Bassin parisien

La céramique fine à décors imprimés et incisés

21Les décors imprimés et incisés figurent sur vingt-neuf individus. Parmi les techniques de décor, le peigne à deux dents est largement majoritaire, utilisé en impression séparée (dix individus) et en impression pivotante (cinq individus), relativement au poinçon, aux peignes à trois et cinq dents et à la spatule en impression pivotante (quatre individus). Les décors incisés représentent un tiers des décors de la céramique fine, sans compter les incisions associées aux motifs imprimés au peigne (dix individus).

  • Les motifs combinant impressions au peigne et incisions sont les mieux représentés : les décors sous le bord se composent d’une bande imprimée surmontant deux, trois ou quatre lignes incisées. Le décor principal de bandes verticales a été identifié sur deux individus et est constitué soit de sept lignes incisées (fig. 5, no 9), soit de plusieurs bandes imprimées groupées (fig. 6, no 2). Les décors secondaires identifiés sont composés de deux bandes imprimées verticales (fig. 6, no 4) ou d’une bande imprimée bordée d’une incision (fig. 5, no 7) suspendues au décor sous le bord ;

  • le motif du ruban rempli de hachures transversales est plus anecdotique : il est attesté sur le site sur deux individus sous forme d’un ruban sous le bord et d’un décor en chevron très fragmenté (fig. 5, no 4) ;

  • le motif de la guirlande formée d’incisions concentriques est attesté à deux reprises (fig. 5, no 11) ;

  • un décor orthogonal est réalisé à l’aide d’impressions au poinçon en pointillé-sillonné : le décor principal est constitué de panneaux de lignes verticales, délimités en bas par une ligne horizontale (fig. 5, no 8).

La céramique du Limbourg

22Les décors de la céramique du Limbourg se caractérisent par des panneaux verticaux de larges sillons bordés de barbelures (fig. 6, no 6) ou de sillons superficiels bordés d’impressions réalisées avec un peigne à six dents en impression séparée (fig. 5, no  5), et des sillons multidirectionnels. Les surfaces des tessons sont beiges ou brun foncé et le dégraissant présent dans la pâte est du sable quartzeux, dégraissant non caractéristique de la céramique du Limbourg, mais pourtant déjà attesté dans ce type de céramique. Seuls deux tessons, décorés de sillons dont le motif n’est pas identifiable, comportent de l’os et de la coquille.

La céramique grossière à décors modelés

23Les décors modelés constituent une part importante du corpus. Un seul thème réalisé avec des pincements digités a pu être reconstitué : le décor est composé d’une rangée d’impressions sous le bord, et d’un bouton aplati à partir duquel partent des pincements en rangées obliques (fig. 5, no 1). Ce décor s’apparente à un thème classique de la céramique grossière rubanée, où les impressions digitées s’organisent entre deux rangées de boutons selon une symétrie ternaire, dès les premières étapes et sur l’ensemble de l’expansion de la Céramique Linéaire.

24Les décors de cordons sont plus nombreux (six individus). Tous les thèmes identifiés comportent un cordon horizontal, lisse ou digité. Ce dernier peut être complété par un cordon oblique (fig. 5, no 6), ou vertical, et associé à un rebord encoché (fig. 5, no 12) ou une ligne de boutons sous le bord (fig. 5, no 3).

Interprétation

25Les catégories de décors développées ci-dessus permettent de définir plusieurs composantes et de caractériser le R.R.B.P. de l’Yonne en référence à l’évolution du R.R.B.P. de l’Aisne.

26La part importante des décors associant impressions et incisions montre une composante R.R.B.P. relativement ancienne, d’après l’évolution observée dans la vallée de l’Aisne, puisque les décors représentés sont réalisés avec l’exclusivité du peigne à deux dents, impression séparée majoritaire. Les rubans incisés remplis de hachures transversales, présents en faible quantité, peuvent difficilement constituer ici un indicateur chronologique : ce motif est attesté de façon sporadique dès l’étape la plus ancienne du R.R.B.P., par exemple à Berry-au-Bac ‘Le Chemin de la Pêcherie’ (Ilett, 1995, fig. 36) et n’est caractéristique de la fin du R.R.B.P. que lorsqu’il est abondant. À travers le décor en T associant impressions au peigne et incisions, déjà connu dans l’Yonne à Champlay (Merlange, 1982, fig. 30) et Passy ‘Graviers’ (Carré, 1996, fig. 6), la composante classique du R.R.B.P. à Étigny ‘Le Brassot-Est’ montre la récurrence d’un même thème à travers le Bassin parisien et affirme par ce biais une unité du Rubané dans cette région. Parallèlement, l’absence de caractères spécifiques de l’étape finale du R.R.B.P. remet en cause l’hypothèse de la colonisation tardive de l’Yonne à partir de cette étape (Constantin, Ilett, 1997, p. 284, 286).

Fig. 5. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Céramique du Rubané Récent du Bassin parisien des structures 1, 11, 8, et 13 (dessin : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).

Fig. 6. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Céramique du Rubané Récent du Bassin parisien de la structure 93 (dessin : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).

27Par ailleurs, un certain nombre de traits décoratifs sont étrangers au R. R. B. P. de la vallée de l’Aisne. Le motif de guirlandes incisées et concentriques semble constituer un style local : il existe dans l’Yonne, à Chaumont (Constantin, Ilett, 1997, fig. 2) et Passy ‘Graviers’ (Carré, 1996, fig. 11). Attesté aussi à Vignely (Bouchet et alii, 1996, p. 20), ce motif ne semble pas s’être développé dans le nord du Bassin parisien. En outre, le décor orthogonal imprimé au poinçon est caractéristique du Rubané récent-final de Basse-Alsace (Jeunesse, Winter, 1998, fig. 5). Il est comparable à certains décors existant à Armeau (David, 1992, pl. 24), mais n’est pas connu dans le nord du Bassin parisien, ce qui permet d’envisager des influences orientales directes dans l’Yonne, toutefois très minoritaires par rapport à la composante R.R.B.P.

28En ce qui concerne la céramique du Limbourg découverte à Étigny, l’utilisation du peigne pour des impressions bordant les sillons est exceptionnelle et n’a été attestée que récemment dans la vallée de l’Aisne à Presles-et-Boves ‘Les Bois Plantés’ (Ilett, 2001). Par ailleurs, le matériau utilisé ne correspond pas à la pâte qui est caractéristique de la céramique du Limbourg dans le nord du Bassin parisien ou en Champagne, habituellement friable et dégraissée à l’os. Mais cette catégorie de céramique étant mal connue dans la vallée de l’Yonne, la compréhension et l’interprétation des motifs Limbourg d’Étigny ne pourront se faire qu’avec la comparaison de la céramique locale qualifiée de Limbourg, notamment à Champlay, Villeneuve-la-Guyard et Passy ‘Graviers’. Il est possible que la singularité de cette céramique provienne d’une variation régionale importante liée à la position de l’Yonne en périphérie de l’aire de répartition du R.R.B.P.

29Enfin, l’association, dans les mêmes fosses, de céramique R.R.B.P. et de cordons, et précisément la typologie de ceux-ci, ne trouve d’équivalent que dans la vallée de l’Yonne à Passy ‘Graviers’ (Carré, 1996), et de façon plus ponctuelle à Gron ‘Les Sablons’ (Müller, 1995). Cette association semble poser problème à l’ensemble des chercheurs, qui la relient toujours au V.S.G. : jusqu’à maintenant, la présence de cordons dans un corpus R.R.B.P. a été interprétée comme un mélange avec du matériel V.S.G., une transition avec le V.S.G. ou des contacts R.R.B.P./V.S.G. Or, à Étigny, les décors modelés, aussi bien les pincements que les cordons digités, n’ont d’élément de comparaison dans aucun site V.S.G., dans l’Yonne comme dans l’ensemble du Bassin parisien. Le site V.S.G. final de Pont/Plomb ‘Le Champ Hardy’, situé à l’ouest de l’expansion du groupe de V.S.G., fait toutefois exception, avec la présence de cordons en V digités (Ghesquière et alii, 2001, fig. 5), mais ceux-ci sont associés à des caractères spécifiques (forme en trois quarts de sphère, bord à épaississement interne) différents des vases d’Étigny. Il convient par ailleurs de mentionner des sites très éloignés qui ont livré ce type de décors modelés : en Europe centrale, des exemples de rebord digité, de cordon horizontal digité et de cordons lisses existent en Hesse (Kloos, 1997, Taf. 17, 18, 22, 30), et des cordons horizontaux et obliques sont attestés à Bylany (Pavlu et alii, 1985, p. 197). Des cordons digités sont aussi attestés dans le Cardial, à Fontbrégoua (Binder, Courtin, 1986, fig. 3). La découverte de cordons digités dans des sites très éloignés de la même culture dès une étape ancienne du Rubané, mais aussi dans des cultures différentes, met en doute l’adoption de la technique des cordons digités par contacts culturels. Elle montre la possibilité pour certains décors, en particulier lorsqu’il s’agit de techniques simples, d’exister simultanément dans des régions différentes de façon indépendante. L’association de cordons et de décors R.R.B.P. à Étigny peut donc s’expliquer pertinemment par l’émergence d’un style local du R.R.B.P. De fait, cette interprétation des cordons dans le Rubané de l’Yonne relativise à la fois la tendance à expliquer tout changement stylistique par des influences culturelles et la valeur chrono-culturelle de ce type de décor.

La céramique de l’étape finale du Rubané Récent du Bassin parisien

30La structure 17, au nord du groupe de fosses 1-16, et l’ensemble des fosses 46-49, ont livré des indices caractéristiques de l’étape finale du R.R.B.P. Dans le domaine de la céramique grossière à décors modelés, on ne constate pas de différences avec le corpus décrit au-dessus. Les cordons, lisses ou digités, sont toujours horizontaux, associés à un cordon oblique (fig. 7, no 4), un rebord digité (fig. 7, nos 1 et 4) ou une ligne de boutons sous le bord (fig. 7, no 5).

31En revanche, les décors classiques R.R.B.P. avec impressions et incisions, ainsi que les motifs de type Limbourg sont absents alors que le peigne à deux dents est devenu sporadique (fig. 8). Un certain nombre de caractères n’existant pas dans les structures précédentes ont été relevés :

  • un décor couvrant composé d’un ruban en échelle sous le bord et de rubans horizontaux remplis de triangles incisés (fig. 7, no 2),

  • un motif en arêtes de poisson (fig. 7, no 3), – deux bords décorés d’une rangée de triangles incisés surmontant un ruban en échelle (fig. 7, no 6),

  • un thème couvrant constitué de panneaux de bandes verticales réalisées avec une spatule à dent dégagée en impressions pivotantes, délimités par un sillon horizontal (fig. 7, no 7),

  • un décor peu lisible, probablement de guirlandes incisées, sur un vase à pâte grossière (fig. 7, no 8).

Fig. 7. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Céramique de l’étape finale du Rubané Récent du Bassin parisien des structures 17, 46, et 48/49 (dessin : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).

Fig. 8. Techniques de décor par étape et par ensemble de structures.

32Tous ces éléments, qui représentent la totalité des décors, sont caractéristiques du R.R.B.P. final ou bien d’une étape de transition R.R.B.P./V.S.G. Le motif en arêtes de poisson, abondant au début du V.S.G., peut être associé prématurément à des ensembles Rubané final, notamment à Bucy-le-Long ‘La Fosselle’ (Hachem et alii, 1998). Pour le vase décoré à la spatule pivotante, cette technique, employée dans des sites datés du R.R.B.P. et du V.S.G., aussi bien dans l’Yonne à Armeau et Passy ‘Sablonnière’ que dans l’Aisne à Missy-sur-Aisne (Charier, 1986) et à Villeneuve-Saint-Germain (Constantin, Ilett, 1982), ne représente pas un indicateur chronologique fiable, mais les bandes verticales peu espacées sont proches des thèmes couvrants du R.R.B.P. final et du V.S.G.-Blicquy.

33Si l’on se fie à la périodisation du R.R.B.P. (Constantin, Ilett, 1997), les structures 17 et 46-49 sont postérieures à l’ensemble des structures 1-16 et 92-93. L’absence des caractères clés du groupe de V.S.G., tels que motifs en V réalisés par pincements digités, abondance du motif en arêtes de poisson, suggère une étape finale du Rubané, ou bien une étape de transition Rubané/V.S.G.

Conclusion sur la céramique

34L’étude de la céramique d’Étigny ‘Le Brassot-Est’ a permis de distinguer un ensemble avec des caractères R.R.B.P. (structures 1-16 et 92-93) et un autre plus proche du R. R. B. P. final ou d’une transition R.R.B.P./V.S.G. (structures 17 et 46-49), sans toutefois prouver une succession stricte sur le site, d’autant plus que l’espacement des fosses rend la cohabitation possible entre les deux occupations. La première série de fosses montre que la néolithisation de l’Yonne s’est déroulée avant l’étape finale du R.R.B.P., contrairement à ce qui était admis jusqu’à maintenant. Pourtant, les points communs entre Étigny ‘Le Brassot-Est’ et les sites R.R.B.P. de la vallée de l’Aisne, représentés uniquement par les décors les plus classiques, ajoutés à la particularité du corpus (présence de cordons, motifs incisés ou imprimés inconnus dans le nord du Bassin parisien) rendent difficile la synchronisation entre les deux régions. Le second groupe de fosses, par l’abandon du thème en T et l’apparition du thème couvrant, caractéristique de l’étape finale du R.R.B.P., témoigne d’une rupture stylistique entre les deux installations.

35Par ailleurs, la récurrence de l’association de vases R.R.B.P. et de vases décorés de cordons dans les mêmes fosses a permis de préciser un des points concernant la situation chronologique du R.R.B.P. de l’Yonne. Effectivement, les décors modelés constituent une part locale importante du R.R.B.P. de cette région, sans lien avec le V.S.G., et leur présence ne signale donc pas une place chronologique de la néolithisation de l’Yonne plus tardive que celle de l’ensemble du Bassin parisien. De même, des éventuels contacts Rubanés/V.S.G. sont ici inexistants. Cette remarque soulève le problème de la valeur des cordons dans le cadre d’une chronologie puisqu’ils constituent généralement un des principaux critères d’attribution au V.S.G., en particulier à la fin de la séquence. Ainsi, comme les techniques du cordon et des impressions digitées sont utilisées à la fois dans le R.R.B.P. et le V.S.G., la seule présence de décors modelés n’est plus un critère fiable pour déterminer une transition R.R.B.P./V.S.G. selon la région en question. De plus, le caractère ubiquiste, et finalement commun, des décors modelés sur la céramique grossière, du Cardial au Rubané, conduit maintenant à douter de la validité de ce critère pour parler d’influences culturelles.

Lindustrie du silex (M.-F. Creusillet)

36Le site d’Étigny ‘Le Brassot-Est’ a livré une quantité particulièrement importante de mobilier lithique. Ainsi, on dénombre 28 851 pièces pour les dix-huit structures datées du R.R.B.P. et du Rubané final. À l’heure actuelle, seule l’étude typologique des assemblages a pu être menée à son terme, résultats que nous présentons ici. S’appuyant également sur l’analyse de la gestion des produits, cette étude vise à mettre en évidence les principales caractéristiques et divergences des deux ensembles chronologiques définis (R.R.B.P. et Rubané final). Aussi, l’industrie lithique des structures appartenant à un Néolithique ancien indéterminé ne sera pas présentée ici.

Le mobilier lithique de l’occupation R.R.B.P.

37Les treize structures concernées ont livré plus de 18 000 pièces dont l’essentiel est représenté par des éléments en silex secondaire. Une seule pièce, une armature de faucille sur lame, est en silex tertiaire. L’outillage regroupe 615 pièces soit 3,3 % du corpus. Comme habituellement dans le Néolithique ancien régional, c’est l’outillage sur éclat qui occupe la plus grande part des outils retouchés avec 66 % des pièces. Cependant, l’outillage retouché sur lame est non négligeable (19,2 % de l’ensemble des outils et 22,5 % de pièces retouchées sur supports débités). Enfin, les outils sur masse centrale (essentiellement des percuteurs repris sur nucléus) atteignent 14,7 %.

L’outillage retouché sur éclat

38Débité par percussion dure, il est composé de 406 pièces. Il s’agit principalement de grattoirs (35 %), de denticulés (22 %) et d’éclats retouchés (20 %). Les pièces esquillées, les burins et les éclats à retouche oblique sont représentés régulièrement, mais en faible quantité (entre 7 et 3 % du total). Enfin, certaines classes d’outils ont une présence marginale : les encoches (six individus), les éclats à retouche large (trois individus), les perçoirs (trois individus), les racloirs (deux dans la structure 1) et les bi-troncatures (trois exemplaires).

39Pour la majorité de l’outillage retouché sur éclat, aucun module particulier ne semble avoir été recherché, ce qui va dans le sens d’une forte opportunité de la gestion des supports éclats et de la forme des outils. Cette idée est renforcée par un exemple de raccord de deux grattoirs dans une série d’éclats, effectué dans la structure 93. Tous deux corticaux, ils sont intercalés entre deux autres éclats corticaux. Leur retouche est sommaire, distale pour l’un, proximale pour l’autre. Cet exemple témoigne d’une gestion opportuniste et fortement consommatrice d’une matière première abondante et facilement accessible bien que de qualité médiocre (nombreuses inclusions, petits blocs branchus). L’intérêt de la production des pièces retouchées sur éclat, pour ceux qui les ont produits et utilisés, semble donc résider principalement dans l’utilisation ponctuelle d’un support, au moyen d’une retouche minimale adaptée au mieux aux besoins immédiats.

40Concernant la typologie des pièces retouchées sur éclat, on s’attardera plus particulièrement sur les bitroncatures et les grattoirs. Les trois bi-troncatures montrent des caractéristiques distinctes : celle de la structure 11 est réalisée sur un éclat non cortical et fin (0,6 cm d’épaisseur ; fig. 11, no 9). Elle présente une troncature à retouche abrupte, oblique en partie distale et une retouche abrupte inverse et concave en partie proximale. La cassure n’interrompt pas la retouche et l’on ne peut présumer de l’ordre chronologique de la retouche inverse et de la cassure. Les bords latéraux de l’éclat sont bruts. La technique employée ainsi que la morphologie de la pièce ressemblent à la retouche des armatures tranchantes alors que le module est supérieur à ce type de pièce.

41Toujours dans la structure 11, un éclat épais et cortical a subi une bi-troncature par enlèvements abrupts et scalariformes pour obtenir une pièce allongée et épaisse (6,3 x 2,6 x 2,6 cm). L’extrémité est restée brute, mais elle ne présente pas véritablement de tranchant. Les caractéristiques morphologiques de cette pièce permettent de l’identifier comme pic sur éclat, bien que la retouche ne soit ni bifaciale, ni trifaciale.

42Dans la structure 93, une vraie grande bi-troncature, ou tranchet, a été découverte (fig. 9, no 2). Elle est retouchée sur un éclat large, épais et cortical. La troncature distale présente des enlèvements abrupts et quelques enlèvements rasants sur la face inférieure. Sur la partie proximale, la retouche vise essentiellement à réduire le talon et le bulbe par retouche bifaciale. Le tranchant est irrégulier et montre l’enlèvement rebroussé d’un éclat du coup de tranchet. Dans le sud-est du Bassin parisien, de même que dans l’ensemble du R.R.B.P., les tranchets sont absents des séries rubanées. Ils apparaissent plus tardivement, dans le groupe de V.S.G. Aussi, on ne manquera pas d’être interpellé par la présence d’un de ces éléments dans une série a priori antérieure.

43Par ailleurs, parmi les grattoirs, on remarque la présence de six éléments présentant quelques esquilles scalariformes sur la face ventrale, au niveau du front de grattoir (deux individus dans la structure 1 ; un dans les structures 11 et 13 ; deux dans la structure 93 ; fig. 9, no 3). Ils sont susceptibles d’être comparées aux grattoirs-herminettes observés sur le site Blicquien de Vaux-et-Borset, par J.-P. Caspar et L. Burnez-Lanotte (1996). En effet, les esquilles sont marginales et de faible étendue, parfois isolées ou en série discontinue, avec des terminaisons en ‘gond’. Les supports sont des pièces épaisses et larges (épaisseur au niveau du front comprise entre 8 et 18 mm), de morphologie irrégulière, avec un front de grattoir aménagé par des retouches écailleuses, abruptes ou semi-abruptes dont les négatifs sont parfois assez profonds, donnant une délinéation denticulée à la ligne de front. Comme à Vaux-et-Borset, on observe des retouches complémentaires latérales sur deux pièces. Toutefois, les fronts des pièces les plus épaisses ne présentent pas de convexité importante, contrairement aux grattoirs-herminettes de Vaux-et-Borset.

Fig. 9. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Industrie lithique du Rubané Récent du Bassin parisien. no 1 : denticulé ; no 2 : tranchet ; no 3 : grattoir à retouche inverse (dessin : E. Boitard, I.N.R.A.P.).

L’outillage retouché sur lame

44118 outils retouchés sur lame ont été dénombrés. Le débitage par percussion indirecte à partir de nucléus unipolaires semble prévaloir pour la plupart des produits. Ce sont les grattoirs qui dominent l’ensemble (25 %), suivent les lames à retouche marginale et les armatures de faucille (14 % chacune), les autres catégories représentant moins de 10 %.

45Une étude des supports sélectionnés pour l’outillage retouché sur lame a été effectuée, dans le but d’observer les différences potentielles dans la gestion de la production laminaire des deux séries chronologiques. Pour ce faire, les supports ont été divisés en trois catégories, reflétant les grandes phases du débitage laminaire. Les supports liés à la mise en forme des blocs correspondent aux lames corticales, aux lames à crête et aux lames sous-crête. Les supports liés à l’entretien concernent les lames d’entretien des convexités des nucléus ; elles se présentent sous forme de lames à bords irréguliers avec des nervures régulières ou irrégulières. Les lames de plein débitage ont pour caractéristique des bords droits associés à des nervures droites, parallèles et régulières.

46Globalement les supports de mise en forme correspondent à 29 % de l’ensemble, les supports liés à l’entretien s’élèvent à 19 % et les supports de plein débitage ont été choisis à 52 %. En observant les choix des supports effectués pour les types d’outils représentés à dix pièces et plus (fig. 10), on constate que la gestion des produits ne semble rien devoir au hasard et à l’opportunisme. En effet :

  • les lames de mise en forme sont sélectionnées principalement pour la retouche des grattoirs et des lames retouchées ;

  • les lames d’entretien ont été utilisées plus particulièrement pour les lames à retouche marginale (dix pièces sur dix-huit), mais aussi en moindre proportion pour les armatures de flèche (une pièce sur trois) ;

  • les lames de plein débitage sont surtout choisies pour les armatures de faucille, de flèche et les burins.

47Pour les types d’outils faiblement représentés, on note que les perçoirs sont principalement réalisés sur des lames de plein débitage (cinq pièces sur sept), de même que les lames à bord(s) abattu(s) (six pièces sur huit) et les lames à encoches (trois pièces sur trois).

48Sur le plan typologique, les armatures de faucille, au nombre de dix-sept, se répartissent entre cinq troncatures droites, cinq troncatures obliques, deux troncatures droites à dos, deux bi-troncatures droites courtes, une bi-troncature à dos courbe et base droite à retouche inverse et deux indéterminées (fragmentées) dont un en silex tertiaire (fig. 11, nos 3 à 6).

Fig. 10. Répartition des supports sélectionnés par type d’outil sur lame des structures datées du Rubané Récent du Bassin parisien.

Fig. 11. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Industrie lithique du Rubané Récent du Bassin parisien, 1 et 2 : armatures de flèche ; 3 à 6 : troncatures et bi-troncatures de la catégorie des armatures de faucille ; 7 et 8 : grattoirs sur lame ; 9 : bi-troncature sur éclat ; 10 : éclat à bord abattu (dessin : E. Boitard, I.N.R.A.P.).

Fig. 12. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Industrie lithique de l’étape finale du Rubané Récent du Bassin parisien. 1 à 3 : armatures de flèche ; 4 et 5 : troncatures (dessin : E. Boitard, I.N.R.A.P.).

49Comme nous l’avons vu précédemment, les armatures de flèches ont été sélectionnées parmi des lames de plein débitage. Les supports sont fractionnés par la technique du micro-burin : quatre pièces présentent un piquant trièdre encore partiellement visible et cinq micro-burins ont été retrouvés. Les bi-troncatures triangulaires asymétriques sont les types les plus fréquents alors que la retouche inverse rasante de la base semble figurer une technique récurrente de la mise en forme des bi-troncatures triangulaires et trapézoïdales longues (fig. 12, nos 1 et 2).

L’outillage sur masse centrale

50Les outils sur masse centrale comprennent soixante-seize percuteurs, trente-trois fragments de percuteur et un pic façonné (structure 9). Le pic de la structure 9 résulte du façonnage bifacial d’un petit bloc. De nombreuses plages corticales subsistent sur chaque face. D’une longueur de 7,2 cm (2,4 cm de largeur et 2,1 d’épaisseur), il présente des sections arrondies et irrégulières. Soixante-seize percuteurs sont entiers. Il s’agit de nucléus à éclat (quarante-deux exemplaires), de blocs testés (dix-neuf exemplaires), de blocs bruts (sept exemplaires), des nucléus à lames (sept exemplaires) et d’un sur éclat. Leur poids varie de 45 à 500 g, la majorité pesant entre 50 et 300 g. Un individu pèse 753 g.

Le mobilier lithique de l’occupation Rubané final

51L’assemblage de l’outillage retouché des structures datées du Rubané final est sensiblement identique à l’ensemble daté du R.R.B.P. Outre la description générale, l’étude typologique soulignera plus particulièrement les différences observées.

52Cette phase comprend cinq structures ayant livré plus de 10 000 pièces de silex taillé, pour un poids de près de 98 kg. La structure 46 a livré près de la moitié de l’ensemble du mobilier lithique et plus de la moitié de l’outillage retouché. La distribution des supports de l’outillage retouché est similaire à celle de l’ensemble du R.R.B.P. (64 % d’outils sur éclat, 16 % d’outils sur lame et 20 % d’outils sur masse centrale).

L’outillage retouché sur éclat

53L’outillage retouché sur éclat est composé de 205 pièces dont 40 % de denticulés, 24 % de grattoirs et 20 % de pièces à retouche irrégulière. Tous les autres types d’outils sur éclat sont représentés à moins de 4 %.

54On note plus particulièrement une armature triangulaire aménagée sur éclat par retouche oblique sur les trois côtés. Une retouche bifaciale de la base a totalement réduit le bulbe (fig. 12, no 2). Il s’agit d’un triangle isocèle à base rectiligne. Dans le secteur Seine-Yonne, ce type d’armature est, jusqu’à maintenant, totalement absent des corpus du Rubané final et du V.S.G. En effet, les armatures de flèche triangulaires de cette région sont généralement aménagées sur lame et présentent une géométrie de type triangle scalène avec une retouche inverse de la base souvent concave dégageant parfois un pédoncule latéral. Surtout, elles sont retouchées seulement sur deux côtés. Dans le R.R.B.P. de la vallée de l’Aisne, ce type est également absent. De par sa retouche sur trois côtés et son caractère isocèle, cette pièce se rapproche en revanche des armatures triangulaires symétriques, sur éclat ou sur lame, connues en contexte de la Céramique Linéaire de Rhénanie (Löhr, Zimmermann, 1977 ; Schietzel, 1965 ; Dohrn-Ihmig, 1979, etc.) et en Alsace (Thévenin et alii, 1978 ; Sainty et alii, 1984 ; Mauvilly, 1997), dans l’Omalien (Cahen et alii, 1986) et en Champagne sur le site de Larzicourt (Chertier, 1980). Il faut rappeler que l’absence de ce type de pièces est aussi un signe distinctif du R.R.B.P. par rapport à ces groupes globalement plus anciens (Plateaux, 1990). Néanmoins, ces éléments sont généralement de taille plus réduite que celui d’Étigny.

L’outillage retouché sur lame

55Cinquante-trois outils sont retouchés sur lame. La structure 48 n’a livré aucune pièce retouchée sur lame. La représentativité de chaque type d’outil est globalement similaire à l’ensemble R.R.B.P., à l’exception des lames retouchées dont le pourcentage chute de 10 à moins de 4 %. On remarque aussi que les pointes et les lames à bord(s) abattu(s) ne sont pas représentées dans cet ensemble.

56L’étude des supports montre aussi une moindre utilisation des lames d’entretien (7,5 %), au profit des produits de mise en forme (35,9 %) et des lames de plein débitage (56,6 %). Cette tendance se confirme au regard des choix effectués pour les types d’outils les mieux représentés, et principalement pour les lames à retouche marginale, mais aussi pour les grattoirs et les armatures de faucille (fig. 13). Ainsi, les supports de plein débitage sont préférentiellement sélectionnés pour les armatures de faucille et les burins. Les supports paraissent plus différenciés au sein du groupe des armatures de flèche ; ceci est à relativiser à cause du faible nombre de pièces (5), mais aussi du fait de leur typologie. En effet, on dénombre deux bi-troncatures trapézoïdales courtes à retouche abrupte dans la structure 46 (fig. 12, no 1). L’une est entière, retouchée sur lame d’entretien, l’autre, fragmentée, a été réalisée sur un support de mise en forme fractionné par la technique du micro-burin. Elles sont connues dans le Rubané final local (Balloy ‘Les Réaudins’, Barbey ‘Le Buisson Rond’ ; Augereau, 1993) et également dans le R.R.B.P. de l’Aisne où elles constituent un groupe secondaire. Les trois autres armatures sont des bi-troncatures triangulaires asymétriques classiques, deux sont sur lame de plein débitage, la dernière sur lame d’entretien.

Fig. 13. Répartition des supports sélectionnés par type d’outil sur lame des structures datées de l’étape finale du Rubané Récent du Bassin parisien.

57Parmi les armatures de faucille, outre les troncatures droites et obliques (6 pièces sur 9), on note la présence d’un segment de cercle avec lustre et trace de colle, de même qu’une des deux bi-troncatures droites longues, ce qui constitue des nouveautés par rapport à l’ensemble R.R.B.P.

L’outillage sur masse centrale

58Au nombre de soixante-cinq, les outils sur masse centrale sont composés de trente-quatre percuteurs entiers, trente fragments de percuteur et un pic (structure 47). Les supports des percuteurs entiers sont identiques à ceux du R.R.B.P. Leur répartition par poids présente la même courbe avec un très net détachement du nombre de percuteurs dont la masse est comprise entre 100 et 200 g (un sur deux). Le pic de la structure 47 a été réalisé par façonnage trifacial sur un bloc dont il ne reste pas de surfaces naturelles. Les sections sont triangulaires à bords arrondis (8,6 x 3,1 x 2,2 cm).

59D’une manière générale, l’outillage retouché de l’ensemble daté du Rubané final comporte de nombreuses similitudes avec l’ensemble daté du R.R.B.P. Cependant, il est à noter quelques divergences. Concernant la représentativité des différents types d’outils, les denticulés sur éclat occupent une place prépondérante, près de 40 % de l’outillage retouché sur éclat. Parmi les armatures de flèche, on voit apparaître une armature triangulaire asymétrique sur éclat et deux armatures par bi-troncature courte sur lame. On rencontre également une armature de faucille en segment de cercle. Les lames à bord(s) abattu(s) sont absentes alors que dans l’ensemble du R.R.B.P., elles représentent 7,5 % de l’outillage retouché sur lame et sont issues de lames de plein débitage.

60En ce qui concerne la gestion de la production laminaire, les lames de plein débitage sont largement majoritaires dans tous les types d’outils retouchés sur lame, mis à part pour les grattoirs ; contrairement à l’ensemble R.R.B.P., les choix opérés parmi les supports n’affectent donc que rarement les produits d’entretien du débitage (quatre pièces sur cinquante-trois soit 7,5 % des supports contre 19 % dans le R.R.B.P.). Les causes de cette désaffection sont tout d’abord à rechercher dans l’étude technologique du débitage laminaire, et notamment dans le comportement adopté lors de la réfection des convexités au cours du débitage. Ces produits sont-ils moins nombreux ? Ou bien offrent-ils des caractéristiques incompatibles avec une sélection de produits à retoucher ?

61Enfin, cet ensemble comporte une armature de flèche d’un type particulier (armature s’inscrivant dans un triangle isocèle, retouchée sur trois côtés) dont les rapprochements les plus convaincants appartiennent à des groupes rubanés plus anciens. Si cette hypothèse se confirmait, cet élément paraîtrait en contradiction avec les résultats de l’étude céramique qui indique, pour cet ensemble, le Rubané final.

Comparaisons et conclusions sur l’industrie lithique

62Du point de vue régional, les deux ensembles présentés ici confirment les hypothèses émises par A. Augereau (1996), quant aux caractéristiques du Néolithique ancien régional distinctes du Rubané Récent du Bassin Parisien, tant par une proportion prédominante d’outils retouchés sur éclat, que par la constitution typologique des assemblages quelque peu différente. Parmi les pièces retouchées sur éclat, la trilogie prédominante des grattoirs denticulés et pièces à retouche irrégulière se retrouve du Rubané Récent au V.S.G. dans le sud-est du Bassin parisien, à Balloy ‘Les Réaudins’, Passy ‘Les Graviers’, Barbey ‘Le Chemin de Montereau’, etc. (Augereau, 1996). La forte proportion de denticulés de l’ensemble le plus tardif à Étigny (40 % de l’outillage retouché sur éclat) est connue sur les sites de Gron ‘les Sablons’, Villeneuve-la-Guyard, Barbey ‘Le Chemin de Montereau’et Passy ‘La Sablonnière’, datés du Rubané au V.S.G. final (Augereau, 1993 ; Müller, 1995). Dans le reste du Bassin parisien, alors que les denticulés sur éclat sont peu nombreux dans le R. R. B. P., leur proportion augmente de manière significative dans le V.S.G. (Plateaux, 1990), à Trosly-Breuil ou à Longueil-Sainte-Marie dans l’Oise, par exemple (Bostyn et alii, 1993). Une forte proportion de l’outillage retouché sur éclat avec de nombreux denticulés est donc confirmée à Étigny, dès le R.R.B.P. dans le sud-est du Bassin parisien.

63En ce qui concerne les armatures de faucille, les troncatures simples droites et obliques sont les plus fréquentes dans les deux groupes. Trait distinctif du R.R.B.P. (Plateaux, 1990), elles sont plus rares dans les ensembles datés du V.S.G. en Bassée et dans la vallée de l’Yonne. Les bi-troncatures trapézoïdales, constituant un groupe secondaire dans le R.R.B.P., se trouvent également en minorité numérique à Étigny. Les segments de cercle représentent une caractéristique régionale propre au sud-est du Bassin parisien. Enfin, la majorité des armatures de flèche sur lame ne recèle pas de surprise : les pièces triangulaires ou trapézoïdales asymétriques, avec ou sans retouche inverse de la base, dominent comme dans les autres ensembles du sud-est du Bassin parisien ; les bi-troncatures trapézoïdales courtes à retouche abrupte, présentes à Étigny dans les structures du Rubané final, constituent un groupe typologique secondaire que l’on retrouve dans l’ensemble du R.R.B.P. (Plateaux, 1990) et aussi dans le Rubané final local (Augereau, 1993).

64Quant aux outils sur masse centrale, et notamment les percuteurs, ils sont présents sur l’ensemble des sites du R.R.B.P. et du Rubané final où il s’agit principalement de nucléus repris, comme le signale M. Plateaux pour la vallée de l’Aisne (Plateaux, 1990). À Chambly (Boucneau et alii, 1996), série comparable au R.R.B.P. de l’Aisne, la proportion des percuteurs au sein de l’outillage est de 16 %. Ce chiffre est tout à fait comparable à celui de l’ensemble du R.R.B.P. d’Étigny, mais légèrement inférieur à celui du Rubané final. La majorité de ces percuteurs possède un poids compris entre 50 et 180 g, plus proche ceux du Rubané final que du R.R.B.P.

65Toutefois, les ensembles d’Étigny s’écartent de ce schéma général par quelques aspects. D’une part, ceux appartenant au R.R.B.P. présentent un tranchet et quelques grattoirs à retouche inverse sur le front, s’apparentant aux grattoirs-herminettes définis par J.-P. Caspar et L. Burnez-Lanotte (1996). Outils d’abattage d’après la tracéologie, ces éléments sont habituellement associés aux contextes Blicquien et V.S.G. dont ils participent à la définition, par opposition au Rubané européen où les lames polies en roche tenace remplissent cette fonction (Caspar, Burnez-Lanotte, 1996). Ce serait donc la première fois que des outils de ce type seraient détectés dans une série si ancienne. Leur identification demande évidemment confirmation par les spécialistes (J.-P. Caspar). Si tel était le cas, il faudrait alors s’interroger sur la signification de leur présence en contexte rubané : dans le sud-est du Bassin parisien, les lames polies en roche tenace sont absentes, contrairement à la plupart des groupes de la Céramique Linéaire, et le grattoir-herminette aurait pu occuper le même rôle dès le Néolithique initial. Par ailleurs, la présence de ce type d’outils serait à vérifier dans les autres ensembles rubanés de la région, comme Passy ‘Les Graviers’, Balloy ‘Les Réaudins’, Marolles ‘Le Chemin de Montereau’, etc.

66D’autre part, l’ensemble attribué au Rubané final comporte une armature triangulaire isocèle sur éclat. Cet élément représente une exception parmi les armatures du Néolithique ancien régional. Si son homologie avec les pièces triangulaires symétriques du Rubané ancien et moyen se confirmait, on devrait alors envisager l’éventualité d’une occupation encore plus ancienne que le R.R.B.P. à Étigny, ce qui s’avère contradictoire avec les résultats de l’étude céramique.

Conclusion générale

67Bien que les structures archéologiques présentent une conservation assez médiocre, le site d’Étigny permet une relecture du premier Néolithique de l’Yonne replacé dans le contexte de la néolithisation du Bassin parisien. Tout d’abord, l’évolution de l’organisation des installations domestiques peut être suivie depuis le R.R.B.P., en passant par le Rubané final et jusqu’au V.S.G., si on y intègre les données récoltées en 1994 sur la parcelle voisine. En plus des classiques fosses d’habitat, on trouve des structures isolées des bâtiments proprement dits dont il faudra déterminer la fonction par le biais d’une étude spatiale des différents mobiliers retrouvés. Des situations analogues dans la partition des occupations ont déjà pu être mises en évidence localement où elles se doublent de différences fonctionnelles et stylistiques. On connaît par ailleurs l’intérêt d’une telle approche qui a déjà porté ses fruits notamment à Darion où la zone non bâtie du site se caractérise par une spécialisation technoéconomique (débitage pour l’exportation, Jadin, 1990). Ensuite, l’étude des séries céramiques et l’examen des associations de décors permettent de reconsidérer la situation chronologique de la néolithisation de l’Yonne, qui prendrait place dès le R.R.B.P., contrairement à ce que l’on admet habituellement. En effet, la part importante de décors en T associant incisions et impressions affirme l’unité stylistique du R.R.B.P. du nord au sud du Bassin parisien. Par ailleurs, la connexion de ces décors avec des cordons et des décors modelés rend improbable la pertinence de ce dernier critère pour identifier une étape récente du Néolithique ancien : cordons et décors modelés peuvent désormais être interprétés comme une composante locale du Rubané de l’Yonne. Dans ce contexte, l’étude des restes de faune, qui trouvera son achèvement prochainement, revêt un relief tout particulier et permettra de documenter pour la première fois l’approvisionnement carné du Néolithique initial de la vallée de l’Yonne (mémoire de maîtrise par A. Carré, Université de Paris X).

68Enfin, la typologie des outils de silex confirme sa parenté avec les compositions lithiques du R.R.B.P. tout en réaffirmant l’originalité du secteur Seine-Yonne. Celle-ci s’exprime dans la forte proportion de pièces retouchées sur éclat (grattoirs et denticulés), dans la typologie de certaines classes d’outils (bi-troncature en segment de cercle de la catégorie des armatures de faucille). Elle s’exprime aussi de manière plus originale, dans l’occupation attribuée au R.R.B.P., par la présence de grattoirs sur éclat à retouche inverse du front qui s’apparentent aux grattoirs-herminettes du groupe de Blicquy définis par J.-P. Caspar et L. Burnez-Lanotte (1996). Par ailleurs, une des armatures de flèche de l’ensemble Rubané final pose problème dans la mesure où elle peut rentrer dans la catégorie des armatures triangulaires symétriques propres aux groupes rubanés plus anciens et se trouverait, de ce fait, en incompatibilité avec la datation proposée par la céramique.

BIBLIOGRAPHIE

Augereau A., 1993, Évolution de l’industrie du silex du ve au ive millénaire avant J.-C. dans le sud-est du Bassin parisien, Thèse de doctorat, Université de Paris I, 3 vol.

Augereau A., 1996, « Première approche de l’évolution de l’industrie du silex du ve au ive millénaire avant J.-C. dans le sud-est du Bassin parisien », B.S.P.F., t. 93, no 2, p. 225-233.

Augereau A., 1997, « Analyse spatiale et organisation techno-économique au Néolithique ancien dans le sud-est du Bassin parisien : l’exemple de la taille du silex à Barbey ‘Le Chemin de Montereau’ (Seine-et-Marne) », in : Auxiette G., Hachem L., Robert B. dir., Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’âge du Fer, Actes du 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 1994, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 200-215.

Augereau A., Ferdouel F., 1998, Diagnostic à Étigny ‘Le Brassot-Est’, Rapport de diagnostic, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 30 p.

Augereau A., Ferdouel F., 1999, Diagnostic complémentaire à Étigny ‘Le Brassot-Est’, Rapport de diagnostic, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 17 p.

Bailloud G., 1974, Le Néolithique dans le Bassin parisien, Paris, éd. du C.N.R.S. (2ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Binder D., Courtin J., 1986, « Les styles céramiques du Néolithique ancien provençal », in : Demoule J.-P., Guilaine J. dir., Le Néolithique de la France, Paris, éd. Picard, p. 83-94.

Bostyn F., Prodeo F., Valentin B., 1993, « L’occupation Villeneuve-Saint-Germain sur le site de Longueil-Sainte-Marie / La Butte de Rhuis (Oise) », in : Le Néolithique au quotidien, Actes du XVIe colloque interrégional sur le Néolithique, Paris, 1989 (Documents d’Archéologie Française, 39).

Bouchet M., Brunet P., Jacobieski G., Lanchon Y., 1996, Il y a 7000 ans en vallée de Marne, Premiers labours, premiers villages, éd. A.P.R.A.I.F.

Boucneau N., Bostyn F., Martinez R., 1996, « Chambly ‘Le Clos de la Rivière’ (Oise) : un site Rubané récent très occidental », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière, Actes du XVIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 1991, p. 271-294 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Cahen D., Caspar J.-P., Otte M., 1986, Industries lithiques danubiennes de Belgique, Liège, 88 p. (E.R.A.U.L., 21).

Carré A., 2004, Analyse archéozoologique d’un site du Néolithique ancien dans l’Yonne : Étigny ‘Le Brassot-Est’, Mémoire de maîtrise, Université de Nanterre Paris X.

Carré H., 1996, « Passy (Yonne) et sa céramique : première partie », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière, Actes du XVIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 1991, p. 307-338 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Caspar J.-P., Burnez-Lanotte L., 1996, « Groupe de Bliquy-Villeneuve-Saint-Germain, nouveaux outils : le grattoir-herminette et le foret », B.S.P.F., t. 93, no 2, p. 235-240.

Charier M.-A., 1986, Missy-sur-Aisne, le Culot : étude d’un village néolithique danubien, Mémoire de maîtrise, Université de Paris I.

Chertier B., 1980, « Le site néolithique de Larzicourt (Marne) : premiers résultats », in : Pré- et Protohistoire en Champagne-Ardenne, Actes du colloque interrégional sur le Néolithique de l’Est de la France, Châlons-sur-Marne, 1979, Châlons-sur-Marne, Ass. d’Études Préhistoriques et Protohistoriques de Champagne-Ardenne, p. 51-67 (Pré- et Protohistoire en Champagne-Ardenne, no spécial).

Collet S., avec la coll. de Chaussé C., Labeaune R., Müller F., Pautrat Y., Poyeton A., 1996, Gron / Le Fond des Blanchards, DFS de sauvetage urgent, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 56 p.

Connet N., avec la coll. de Müller F., Virlogeux Y., 1994, Une occupation du Néolithique ancien et de l’Âge du Bronze final, Étigny / Le Brassot (89), DFS de sauvetage urgent, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 35 p.

Connet N., Lhomme V., Allenet G., Bemilli C., Chaussé C., Leroyer C., Limondin N., 1999, Le gisement du Paléolithique supérieur final du Brassot à Étigny (Yonne), DFS de sauvetage urgent, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 79 p., 28 fig., 2 annexes.

Constantin C., 1985, Fin du Rubané, céramique du Limbourg et Post-Rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut (BAR Int. Series, 273).

Constantin C., Ilett M., 1982, « Le Néolithique de Villeneuve-Saint-Germain », Revue Archéologique de Picardie, no spécial, p. 121-127.

Constantin C., Ilett M., 1997, « Une étape finale dans le Rubané Récent du Bassin Parisien », in : Jeunesse C. ed., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22e colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 1995, Strasbourg, Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, p. 281-300 (suppl. aux Cahiers de l’A.P.R.A.A., 3).

Constantin C., Farruggia J.-P., Guichard Y., 1995, « Deux sites du groupe de Villeneuve-Saint-Germain à Bucy-le-Long (Aisne) », Revue Archéologique de Picardie, no 1/2, p. 3-59.

David C., 1992, Étude de la céramique néolithique d’Armeau et de Villevallier, Mémoire de maîtrise, Université de Paris I.

Döhrn-Ihmig M., 1979, « Bandkeramik an Mittel-und Niederrhein », in : Joachim H.-E. dir., Beiträge zur Urgeschichte des Rheinlandes III, Bd 19, Cologne, Rheinische Ausgrabungen, p. 191-362.

Duhamel P., 1991, « La séquence chrono-culturelle de la vallée de l’Yonne », in : 18e colloque interrégional sur le Néolithique de Dijon, Livret-guide de l’excursion archéologique du 25 oct. 1991.

Duhamel P., Prestreau M., 1988, « Chronologies et cultures du Néolithique ancien et moyen en Bassin d’Yonne », in : Résumé des communications du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlonsen-Champagne, 1988.

Ghesquière E., Marcigny C., Carpentier V., 2001, « Témoins d’occupation domestique du Néolithique ancien à Pont/Plomb ‘Le Champ Hardy’ (Manche) », Revue Archéologique de l’Ouest, t. 18, p. 5-12.

Hachem L., Allard P., Constantin C., Farruggia J.-P., Guichard Y., Ilett M., 1998, « Le site néolithique rubané de Bucy-le-Long ‘La Fosselle’ (Aisne) », in : INTERNEO 2, Journée d’information du 14 nov. 1998, Paris, p. 17-27.

Ilett M., 1995, « L’habitat du Rubané récent du Bassin parisien : la céramique », in : Ilett M., Plateaux M. dir., Le site néolithique de Berry-au-Bac ‘Le Chemin de la Pêcherie’(Aisne), Paris, C.N.R.S. Éditions, p. 67-95.

Ilett M., 2001, « La céramique rubanée », in : Leguen P. dir., Presles-et-Boves ‘Les Bois Plantés’, Sauvetage archéologique dans la vallée de l’Aisne, SRA de Picardie.

Jadin Y., 1990, « Économie de production dans le Rubané récent de Belgique : approche comparative des industries lithiques de trois villages », in : Cahen D., Otte M. dir., Rubané et Cardial, Actes du colloque de Liège, nov. 1988, p. 147-153 (E.R.A.U.L., 39).

Jeunesse C., Winter S., 1998, « À propos de quelques décors non traditionnels dans le Rubané : réflexions sur les changements stylistiques dans la céramique du Néolithique ancien danubien », in : Le Néolithique du centre-ouest de la France, Actes du 21e colloque interrégional sur le Néolithique, Poitiers, 14-16 oct. 1994, Mémoire XIV–1998, p. 345-358.

Kloos U., 1997, « Die Tonware », in : Lüning J., Ein Siedlungsplatz der Ältesten Bandkeramik in Bruchenbrücken, Stadt Friedberg/Hessen, Bonn, Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, p. 151-255.

Lörh H., Zimmermann A., 1977, « Feuersteinartefakte », in : Kuper R., Löhr H., Lüning J., Stehli P., Zimmermann A., Der bandkeramische Siedlungsplatz Langweiler 9, Gemeinde Aldenhoven, Kreis Düren, Bonn, p. 131-266 (Rheinische Ausgrabungen, Bd 18).

Mauvilly M., 1997, « L’industrie lithique de la Culture à Céramique linéaire de Haute Alsace : état des recherches et bilan provisoire », in : Jeunesse C. ed., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22e colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 1995, Strasbourg, Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, p. 327-358 (3ème suppl. aux Cahiers de l’A.P.R.A.A.).

Merlange A., 1982, « Fosses néolithiques à Champlay », in : Préhistoire du Sénonais, Sens, p. 73-79.

Meunier K., 2003, « La céramique Villeneuve-Saint-Germain de Barbey ‘Le Chemin de Montereau’ (Seineet-Marne) : entre normes et variations stylistiques », B.S.P.F., t. 100, no 1, p. 85-99.

Müller F. dir., 1995, Gron, ‘Les Sablons’, Rapport de fouille de sauvetage archéologique, Nancy, antenne AFAN Grand-Est/Dijon, S.R.A., Centre Archéologique de Passy.

Müller F. avec la coll. de Bruant A., 1994, Habitat Laténien et quelques indices paléolithiques, néolithiques et gallo-romains à Gron/Le Fond des Blanchards (89), DFS de sauvetage urgent, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 14 p.

Nowicki P., avec la coll. de Collet S., Müller F., Passerat J.-C., 1996, La Plaine de Nange, secteur 6 à Rosoy (89), Rapport de fouille de sauvetage, Programme d’interventions archéologiques dans les carrières de granulats de l’Yonne, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 29 p. 14 fig.

Parruzot P., 1957, « Les influences danubiennes dans le Néolithique de la basse vallée de l’Yonne », in : Actes du Congrès de l’Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, Châtillon-sur-Seine, p. 31-37.

Pavlu I., Zapotocka M., Soudsky B., 1985, Bylany. Katalog : sekce A, part. 2 : Vyzkum 1953-1967, Praga.

Plateaux M., 1990, « Quelques données sur l’évolution des industries du néolithique danubien de la vallée de l’Aisne », in : Cahen D., Otte M. dir., Rubané et Cardial, Actes du colloque de Liège, nov. 1988, p. 239-255 (E.R.A.U.L., 39).

Poyeton A., avec la coll. de Collet S., Müller F., Perrugot D., 1996, Rosoy/La Plaine de Nange, DFS de fouille de sauvetage, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 46 p., 13 fig.

Renaud S., Gouge P., 1992, Barbey, Le Chemin de Montereau, le Buisson Rond, Carrière de la Compagnie des Sablières de la Seine, 10 millénaires d’occupations humaines : rapport de synthèse, Dammarie-les-Lys, Service Départemental du Patrimoine de Seine-et-Marne, 149 p. (Programme d’intervention archéologique dans les carrières de granulats de la Bassée (Seine-et-Marne), vol. II, comptes rendus d’opérations et d’analyses, fasc. 2).

Sainty J., Thévenin C., Thévenin A., Piningre J.-F., 1984, « Le site Rubané récent de Rouffach-Gallbühl (Haut-Rhin) », R.A.E., t. 35, fasc. 1-2, p. 3-39.

Schietzel K., 1965, Müddersheim : eine Ansiedlung der jüngeren Bandkeramik im Rheinland, Köln, 155, 58 p., 155 p. (Fundamenta, Reihe A, Archäologische Beiträge, 1).

Thévenin A., Gies C., Sainty J., Schneider M., Jeunesse C., Rapp J., 1978, « Le site néolithique de Reichstett (Bas-Rhin), Fouilles 1976 (suite) », R.A.E., t. 29, fasc. 1-2, p. 7-64.

Violot J.-M., 1994, Rapport de fouille sur le gisement gallo-romain et médiéval au Lieu-dit ‘La Plaine de Nange’ à Rosoy (89), Programme d’interventions archéologiques dans les carrières de granulats de l’Yonne, Dijon, SRA Bourgogne, Nancy, antenne interrégionale AFAN Grand-Est, 37 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Localisation du site (infographie : P. Pihuit, I.N.R.A.P. ; F. Müller, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 2. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Plan général des structures (levé : G. Roblot, Granulats Seine-Normandie ; infographie : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 3. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Plan des installations du R.R.B.P. (levé : G. Roblot, Granulats Seine-Normandie ; infographie : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 4. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Plan des installations du Rubané final (levé : G. Roblot, Granulats Seine-Normandie ; infographie : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 5. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Céramique du Rubané Récent du Bassin parisien des structures 1, 11, 8, et 13 (dessin : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende Fig. 6. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Céramique du Rubané Récent du Bassin parisien de la structure 93 (dessin : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Fig. 7. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Céramique de l’étape finale du Rubané Récent du Bassin parisien des structures 17, 46, et 48/49 (dessin : P. Pihuit, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 8. Techniques de décor par étape et par ensemble de structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 9. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Industrie lithique du Rubané Récent du Bassin parisien. no 1 : denticulé ; no 2 : tranchet ; no 3 : grattoir à retouche inverse (dessin : E. Boitard, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 10. Répartition des supports sélectionnés par type d’outil sur lame des structures datées du Rubané Récent du Bassin parisien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 11. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Industrie lithique du Rubané Récent du Bassin parisien, 1 et 2 : armatures de flèche ; 3 à 6 : troncatures et bi-troncatures de la catégorie des armatures de faucille ; 7 et 8 : grattoirs sur lame ; 9 : bi-troncature sur éclat ; 10 : éclat à bord abattu (dessin : E. Boitard, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Fig. 12. Étigny ‘Le Brassot-Est’. Industrie lithique de l’étape finale du Rubané Récent du Bassin parisien. 1 à 3 : armatures de flèche ; 4 et 5 : troncatures (dessin : E. Boitard, I.N.R.A.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 13. Répartition des supports sélectionnés par type d’outil sur lame des structures datées de l’étape finale du Rubané Récent du Bassin parisien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13530/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search