Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

II Groupes néolithiques et maîtrise des espaces

Grand-Pressigny et Tertiaire dans le nord-ouest de l’Europe au Néolithique final - Chalcolithique

Marianne Delcourt-Vlaeminck

Résumé

Le silex du Grand-Pressigny et les objets similaires réalisés en silex tertiaire sont simultanément présents sous forme essentielle de poignards dans le nord-ouest de l’Europe durant la première moitié du iiie millénaire av. J.-C. Cette communication reprend les inventaires respectifs et les types d’objets réalisés dans ces deux catégories de silex en présentant les contextes de découverte et les éléments de datations.
Malgré un faible effectif de témoins, et en dépit d’un exemple contraire en Bassin parisien, les poignards semblent associés, dans les tombes, à des adultes masculins occupant une place dans la hiérarchie (grands tumulus) ; mais des copies plus petites sont présentes dans des tombes plus modestes. Les poignards ne sont toutefois pas dénués de fonctionnalité puisque l’on retrouve des outils plus ordinaires taillés dans des poignards brisés.
La diffusion vers le nord ne semble pas résulter d’un colportage par les artisans depuis la Touraine. Le Bassin parisien, producteur de pièces en silex tertiaire, a pu jouer un rôle de région intermédiaire, soit en bénéficiant d’un transfert de savoir-faire, soit en copiant les poignards de Touraine. L’équivalence constatée dans le nord-ouest de l’Europe entre les poignards réalisés en silex du Grand-Pressigny et en silex tertiaire impose désormais de ne pas dissocier les études à développer sur ces objets.

Texte intégral

Silex du Grand-Pressigny

Introduction

1Le silex du Grand-Pressigny, renommé pour ses longues lames tirées de « livres de beurre » au Néolithique final, fit l’objet d’un premier recensement en France et dans quelques pays limitrophes à l’occasion du Congrès Préhistorique de Tours de 1910. L’examen des collections belges par le Baron de Loë, des Musées Royaux d’Art et d’Histoire, et par A. Rutot, son collègue du Musée d’Histoire Naturelle de Bruxelles, révéla la présence de dix-sept pièces. Rutot attira l’attention sur l’existence en Belgique d’un autre matériau grenu de teinte roux brun, source de fréquentes erreurs d’attribution : le silex de Saint-Symphorien (environs de Mons en Hainaut) qui, une fois taillé, peut « imiter à s’y méprendre certains silex du Grand-Pressigny » (Rutot, 1910). C’est en 1928 que F.-C. Bursch dressa le premier inventaire du matériel pressignien aux Pays-Bas (trois poignards). Grâce à la fouille des tumuli néerlandais et aux prospections, le nombre de découvertes crût sensiblement. En Allemagne, c’est surtout à partir des années 80 qu’on s’intéressa aux pièces pressigniennes : inventaire du Grand-Pressigny de Westphalie par U. Nahrendorf (1982), étude de W. Pape en 1986 sur les poignards pressigniens à retouches parallèles, travaux récents de N. Bantelmann, D. Bargen, E. Strahl, C. Siemann. Depuis la création en 1977 du Centre d’Études et de Documentation Pressigniennes qui se donna pour tâche de dresser un nouvel inventaire sur base de critères pétrographiques, l’étude du matériel en silex du Grand-Pressigny a connu un nouvel essor : lors du colloque de Blois (1987), une équipe belge dressa l’inventaire de l’outillage pressignien dans la vallée du Haut-Escaut, tandis que J.-D. Van Der Waals présentait vingt-sept pièces en Grand-Pressigny découvertes aux Pays-Bas. Une étape importante fut franchie en 1992 lors de la publication par N. Mallet du matériel en Grand-Pressigny dans la civilisation Saône-Rhône. En 1998, l’inventaire du matériel du nord-ouest de l’Europe voyait le jour.

Inventaire du matériel pressignien

2Le recensement du matériel pressignien dans le nord-ouest de l’Europe (Benelux et partie occidentale de l’Allemagne allant de la Moselle à la Weser) fit l’objet d’une thèse de doctorat en 1998. Sur 412 éléments « pressigniens », 360 furent expertisés, le matériel non inventorié consistant en pièces perdues ou dont le propriétaire ne put être retrouvé. L’examen du gel interne à la loupe binoculaire prouva que 52 % seulement du matériel était originaire de Touraine et que les erreurs provenaient de pièces en silex secondaire régional (23 %), dont le Saint-Symphorien, de poignards scandinaves (3 %) et de lames réalisées dans un matériau tertiaire (21 %) ressemblant parfois à s’y méprendre au silex du Grand-Pressigny. En fin 1997, le total des pièces pressigniennes s’élevait à 189, modeste nombre comparé aux 1 332 artefacts répertoriés par N. Mallet dans la civilisation Saône-Rhône (Mallet, 1992). À côté de l’habituel silex brun orangé figurent aussi des jaune clair, brun gris, rouge violacé et une seule fois, le silex noir de Larcy.

3Le nombre de pièces dans la zone étudiée décroît au fur et à mesure qu’on s’éloigne vers le nord et l’est : 139 éléments en Belgique, 30 aux Pays-Bas, 19 en Allemagne occidentale, 1 au Grand-Duché de Luxembourg. Certaines régions comme l’Eifel, les Ardennes, les zones côtières sablonneuses ne livrent quasiment pas de matériel (fig. 1).

4Ce modeste ensemble, fort homogène, permet de cerner avec précision le type d’objet diffusé, la forme de départ et la séquence chronologique dans laquelle le matériel s’insère. Exception faite d’un unique racloir à encoches, d’un couteau sur éclat à partir d’une lame non aboutie tirée d’une « livre de beurre » et d’un éclat, le matériel consiste en poignards à face ventrale plane non retouchée parmi lesquels figurent certains exemplaires intacts remarquables issus de sépultures. La dichotomie entre la moitié nord de la zone étudiée (Flandre, Pays-Bas, Allemagne), livrant des pièces complètes, et le sud (Wallonie, Luxembourg, Westphalie), à l’outillage fragmentaire, est nette et peut s’expliquer par une différence des cultures en présence. Au vu des 186 lames et poignards répertoriés, on peut affirmer que seul ce type de support était recherché, le matériau local suffisant à confectionner l’outillage courant. On a essentiellement diffusé de longues lames tirées de « livres de beurre » avec parfois encore leur talon dièdre piqueté et des restes d’épannelage, qui arrivaient déjà régularisées des ateliers de production. On a répertorié 31 poignards complets dont la longueur varie de 297 mm à 114 mm, selon qu’ils ont été ou non réaménagés. La mise au jour de poignards intacts dans les sépultures néerlandaises et allemandes a permis de mieux cerner le type de support diffusé.

Type 1 : à pointe ogivale, retouche discontinue des bords, partie proximale aménagée

5a) Type Zutendaal à base convexe, d’après le poignard de Zutendaal (B), long ruban de silex (296 mm) à bords parallèles fort peu aménagés ; très proche de la lame support d’origine, le talon dièdre en moins, il ressemble fortement à la lame de Guévaux (CH) longue de 34 cm. Certains poignards de ce groupe, tels Aurich, Hollen 1 (D), se distinguent par leur languette arrondie par polissage.

6b) Type Spahn à languette équarrie, d’après le poignard de Spahn (A), le plus long de toutes les pièces inventoriées (297 mm). On rattachera à ce groupe les exemplaires découverts à Greven, Waltrop (D), Eext 1923, Eext 1970, Zundert (NL), Hechtel-Eksel (B).

7c) Type Westmalle aux deux extrémités arrondies, d’après la lame de Westmalle (B), première lame tirée d’une « livre de beurre » (285 mm), aux bords aménagés par retouche discontinue. On peut rattacher à ce groupe les poignards de Marl (D), Garderen (collection Bezaan), Emst-Hanendorp et Wapenveld (NL).

Fig. 1. Répartition de l’outillage pressignien.

8Les études menées en France ont prouvé que les poignards pressigniens pouvaient être diffusés sous la forme de l’exemplaire de Guévaux (CH), c’est-à-dire avec leur talon dièdre d’origine, comme les lames de Moigny et de Boutigny (Essonne, F) (fig. 2). On remarque effectivement la présence de parties proximales sur les sites septentrionaux, ce qui confirme la diffusion vers le nord de lames possédant encore leur talon d’origine. Toutefois, nous pensons que les lames à l’état neuf aménagées de façon régulière à la partie proximale ont été diffusées telles quelles, c’est-à-dire amputées de leur talon dièdre. Cette hypothèse semble corroborée par les fouilles récentes d’ateliers de taille et d’habitats pressigniens qui livrèrent des parties proximales de grandes lames laissant supposer que de longs supports fracturés à ce niveau étaient soigneusement réaménagés, puis diffusés.

Type 2 : à pointe ogivale et languette rétrécie

9Ce type de support de taille moyenne auquel on rattachera les exemplaires de Garderen et Weerselo (NL) est plus rarement diffusé. Contrairement à certaines pièces de Suisse, ces poignards ne présentent à la partie proximale aucun amincissement par retouche bifaciale.

Fig. 2. Comparaison entre les lames de Guévaux.

Type 3

10Type de poignard large et épais, comme l’exemplaire découvert dans la forêt de Pont-de-l’Arche (Eure, F). Seul le poignard de Witrijt (NL) appartient à cette catégorie.

11Remarque : toutes les autres formes de poignards, comme le type losangique de Beek en Donk (NL), celui à partie proximale encochée de Eext 1936 (NL) ne sont que le fruit de réaménagements plus ou moins intensifs par les artisans septentrionaux.

Poignards à dos poli

12Un grand nombre de poignards « septentrionaux » en silex de Touraine présentent des traces de polissage dorsal, aménagement qui, selon les chercheurs français, se faisait en Touraine ; cette proposition est parfaitement admissible, sauf dans le cas de quatre poignards brisés reconvertis par les artisans du nord en ciseaux (Pierre Brunehaut et Bruyelle) et en herminettes (Anloo, Wekerom). Dans la civilisation Saône-Rhône, le taux de pièces à dos poli est de 12 %, mais il s’élève à 30 % dans le nord-ouest de l’Europe où l’on note une augmentation du nombre de dos polis au fur et à mesure que l’on progresse vers le nord, ce qui suggère que ce type d’aménagement était particulièrement recherché. La quantité de pièces polies varie selon les régions. Si le Hainaut, et notamment Brunehaut particulièrement riche en silex du Grand-Pressigny, n’a livré que six pièces à dos poli, on en dénombre quatorze sur les trente découvertes dans les sites belges à l’est de la vallée de l’Escaut et dix-neuf pour un montant identique aux Pays-Bas. Sur les vingt pièces d’Allemagne et de Luxembourg, seize présentent un dos poli. Si, faisant abstraction des limites territoriales, on ne tient compte que des quatorze poignards issus des sites du nord de l’Allemagne et des Pays-Bas, tous sont polis à l’exception d’un seul (Spahn). Ces résultats étonnants doivent cependant être pris avec une certaine réserve : on se rappellera que les poignards d’Allemagne et des Pays-Bas sont mieux préservés car souvent issus de sépultures, tandis que dans les habitats du sud, les lames ont souvent fait l’objet de réaménagements. L’amplitude du polissage varie fortement d’une pièce à l’autre ; dans le cas de poignards intacts, elle peut concerner de 40 % de la pièce (Leusderheide, NL) à la quasi-totalité de la surface (Emst-Hanendorp, NL). Son extension maximale reste difficile à apprécier sur les pièces ayant subi des réaménagements profonds : peut-être que les poignards de Beek en Donk (NL) et de Hansur-Lesse (B) totalement polis en apparence ne l’étaient pas à l’origine ; inversement, une retouche trop intensive a fort bien pu éliminer totalement un éventuel polissage ou n’en laisser subsister qu’une infime partie, comme dans le cas des poignards de Waltrop et de Hünxe-Hamweg (D). En ce qui concerne les poignards partiellement polis, les artisans procédaient surtout à l’abrasion de l’extrémité distale ou de la partie médiane, plutôt qu’à celle de l’extrémité proximale destinée à être cachée par l’emmanchement. L’existence de plages polies sur les bords de certains poignards comme Emst-Hanendorp (NL) ou Bittingen (D) aura permis de constater que l’abrasion ne concernait pas seulement l’avers mais qu’elle pouvait inclure les bords de la pièce. Cette technique devait, selon nous, favoriser l’obtention d’une belle retouche plate par pression comme celle que l’on peut observer sur les poignards à dos totalement polis de Wapenveld et de Emst-Hanendorp (NL). Le nombre de pièces présentant un polissage des bords est toutefois trop restreint pour que l’on puisse en conclure que tous les poignards de ce type étaient aménagés de la sorte, bien que nous en ayons la conviction.

13Sur les exemplaires complets de Zundert (NL), Aurich, Waltrop (D), on observe un polissage du fil de la languette et des angles de celle-ci, qui nous semble avoir été réalisé par les artisans tourangeaux et que nous interprétons comme ultime finition.

Poignards à retouche en écharpe

14Les régions septentrionales ont livré 6 % de pièces présentant cet aménagement du dos par enlèvements couvrants, parallèles, pourcentage identique à celui qui a été enregistré par N. Mallet dans la C.S.R. Les pays du nord ne livrent toutefois pas de poignards à retouche fine, filant directement d’un bord vers l’autre, comme on a pu en découvrir en Touraine ou dans la C.S.R. À l’exception de Brunehaut qui livre deux fragments à retouche en écharpe de qualité, les pièces présentent le plus souvent des enlèvements couvrants relativement larges et peu réguliers. Selon les chercheurs français, la belle retouche envahissante était obtenue par pression après régularisation de la pièce par polissage dorsal. Cette préparation du dos ne semble pas avoir eu lieu en ce qui concerne le matériel septentrional, qu’il s’agisse de Brunehaut (B), de Marl (D), Garderen (collection Bezaan) ou de Echt (NL) où les enlèvements plats, couvrants, voisinent avec des plages corticales et n’ont été précédés d’aucun polissage. Si un polissage dorsal intensif favorisait l’obtention d’une fine retouche, il semble, à l’examen des exemples septentrionaux qu’on pouvait obtenir des enlèvements parallèles, étroits et réguliers en levant par pression le cortex de premières lames.

Autre matériel pressignien

15Les sites septentrionaux n’ont livré qu’un seul et unique racloir à encoches (Villers-Saint-Ghislain, B), type d’outil inconnu dans le groupe Deûle-Escaut ou dans les régions en relation avec le groupe des sépultures individuelles. Le reste de l’outillage consiste exclusivement en poignards brisés, reconvertis en pointes, grattoirs, couteaux et finalement en briquets-retouchoirs. À côté de ces outils banals, on remarque quelques reconversions originales parmi lesquelles on peut citer les ciseaux de Brunehaut et de Bruyelle (B), la javeline de Vierlingsbeek (NL) et les herminettes de Wekerom et de Anloo (NL) qui imitent les exemplaires en silex local.

Silex tertiaire

Historique des recherches

16Lors du recensement du matériel, 74 pièces, soit 21 % du corpus lithique étudié, considérées comme pressigniennes étaient en silex tertiaire dont il n’existe aucun gîte localement. D’origine palustre, ce matériau un peu moins grenu que le Grand-Pressigny présente souvent des zonations très nettes où l’on passe sans transition d’un ton blanc crème à un brun gris foncé. Les deux silex n’occupent pas tout à fait le même registre de couleurs, bien que certaines teintes soient communes : le tertiaire se cantonne plus souvent dans les tons à valeurs élevées (teintes claires) mais à chroma faible ou moyen (cf. code Munsell), tandis que le Grand-Pressigny occupe plus fréquemment les valeurs faibles (teintes foncées) à chroma moyen ou élevé. Dans le cas du silex tertiaire, l’examen à la loupe binoculaire révèle l’existence de tiges et de gyrogonites (organes reproducteurs femelles) de Characées (petits végétaux intermédiaires entre les mousses et les algues d’eau douce), ainsi que d’Ostracodes et de Gastropodes traduisant la faible salinité des eaux palustres. L’origine de ce matériau est encore mal cernée, ce silex ayant moins retenu l’attention des chercheurs que son célèbre concurrent pressignien. Selon le Professeur D. Vachard (Département Géologie, Université de Lille-Villeneuve-d’Ascq), ce matériau serait originaire du Bassin parisien (au sens géologique du terme) et plus vraisemblablement de la moitié orientale de la vaste dépression lagunaire qui s’y trouvait à l’ère tertiaire au cours de l’Éocène terminal et de l’Oligocène (Delcourt-Vlaeminck, Vachard, 1994). Certains localisent l’origine de ce matériau à Romigny et à Lhéry dans les environs de Reims, deux gîtes n’ayant jamais été fouillés (Polman, 1993), mais il existe aussi d’autres centres ayant livré ce même type de silex : à Jablines en Seine-et-Marne, dans la région d’Etrelles en Haute-Saône, etc… Au stade actuel des recherches dans ce domaine, on ne peut préciser l’origine exacte des poignards découverts dans les régions septentrionales.

17Le matériel en silex tertiaire apparaît précocement dans les habitats de la région septentrionale (fig. 3) ; on le trouve sur les sites rubanés belges et luxembourgeois, ainsi qu’au Michelsberg au cours duquel il atteint le sud des Pays-Bas et la partie occidentale de l’Allemagne via les vallées de la Meuse et du Rhin. La forme sous laquelle il circulait à l’époque (petites lames, haches polies, éclats) explique l’absence de confusion avec le silex de Touraine. Les erreurs concernent essentiellement le matériel diffusé au Néolithique final-Chalcolithique, c’est-à-dire des poignards d’allure, de teinte, de texture parfois si proches des pièces pressigniennes qu’ils trompèrent la vigilance de plus d’un. Quelques chercheurs étrangers du début du xxe siècle mentionnèrent la présence de ce matériau dans leurs travaux : l’Allemand A. Lehner qui, en 1903, publia un poignard à dos poli et d’autres pièces en silex tertiaire découvertes à Urmitz, le Belge Jean le Grand-Metz, qui, en 1922, écrivait que le Grand-Pressigny peut facilement être confondu avec un silex provenant de Champagne, ce qui n’empêcha pas le chercheur belge de déclarer pressignien le poignard d’Yvoir-Tricointe en silex tertiaire. Vers 1939, l’abbé Breuil détermina comme « silex lacustre de l’Éocène moyen du Soissonnais » le matériau des poignards de Buinen et de Zuidlaren (Pays-Bas), qu’on persista à considérer comme pressigniens. Ces observations n’eurent apparemment aucun impact puisqu’on continua à déterminer comme Grand-Pressigny toute pièce de belle taille se présentant sous forme de poignard.

Fig. 3. Répartition de l’outillage tertiaire.

Inventaire du matériel tertiaire

18Les pièces en matériau tertiaire dites à tort « pressigniennes » sont essentiellement des poignards à face ventrale plane non retouchée, diffusés apparemment en moindre quantité par rapport au silex de Touraine (on trouve en moyenne trois pièces en Grand-Pressigny pour deux en silex tertiaire). Une fois brisés, ces objets étaient reconvertis en pointes, racloirs, briquets-retouchoirs, etc… Aucun racloir à encoches n’a été découvert, alors qu’il en existe sur les sites Gord français.

19Comme pour le matériel pressignien, Brunehaut (B) avec son outillage fort réutilisé est le site le plus riche ; si le nombre de pièces décroît vers le nord et l’est, les objets gagnent en qualité et leur longueur augmente car plusieurs proviennent de sépultures. On a découvert dix-neuf poignards complets (quatre en Belgique, dix aux Pays-Bas, cinq en Allemagne) dont la longueur varie de 111 à 251 mm. En moyenne, ils sont un peu plus massifs que les pressigniens, c’est-à-dire un peu plus courts et légèrement plus épais de 1 mm maximum. Cinq poignards intacts, d’une longueur inférieure à 15 cm, soit « de type court », semblent, tout comme ceux en Grand-Pressigny, provenir de longues lames réutilisées après fracture. On ignore tout des techniques de débitage permettant l’obtention de ces longues lames ; certaines présentent latéralement des restes d’épannelage, mais aucune n’a conservé son talon d’origine, à l’exception de la lame de Zutendaal 2 qui possède apparemment un reste de talon piqueté. En apparence, les poignards tertiaires semblent moins stéréotypés que ceux de Touraine, mais leur étude n’en est qu’au début et on ignore tout des techniques de débitage auxquelles recouraient les artisans. L’allure finale des poignards pouvait également être influencée par la texture du matériau : la partie proximale des lames est souvent retouchée plus grossièrement que le reste de la pièce (car volontairement implantée dans la zone la moins bien silicifiée du silex) et l’extrémité distale est localisée dans le matériau fin, plus homogène, permettant l’obtention d’une retouche de qualité. Rien ne permet d’affirmer qu’on pouvait obtenir des lames aussi longues et fines que celles en Grand-Pressigny, quoique le tertiaire soit, selon l’avis d’un tailleur de lames expérimenté, un matériau de très grande qualité bien qu’un peu moins « dur » que le silex de Touraine. Plusieurs poignards en silex tertiaire issus de sépultures semblent avoir été fort peu aménagés, ce qui a permis de mieux cerner leur aspect d’origine.

Type 1 : à pointe ogivale, retouche discontinue des bords, partie proximale aménagée

20Il n’existe pas d’équivalent du type « Zutendaal », c’est-à-dire la lame étroite à bords parallèles, peu retouchés, que pour des raisons d’ordre purement mécanique, on ne pouvait peut-être pas obtenir à partir du matériau en question. On trouve de grands poignards à pointe ogivale peu cintrée et base proximale soit arrondie (Haldern B, D), soit équarrie (Doorwerth, NL). Certains supports de belle taille fracturés à la partie proximale [Hannover (D) ; Goffontaine, (B)] ont pu être emmanchés tels quels, sans aménagement particulier de la languette. Buinen, Doorwerth (NL) et Haldern B (D) se distinguent par leur extrémité distale large évoquant les lames pressigniennes de Westmalle (B) et de Wapenveld (NL). La présence de restes de cortex ou de zones sous-corticales ainsi que d’éclats d’épannelage suggère que des poignards comme celui de Buinen par exemple sont des toutes premières lames ou parmi les toutes premières lames tirées d’un nucleus. Par contre, les exemplaires de Steenwijkerwold, Nijmegen, Putten (NL) proviennent de nuclei ayant déjà livré plusieurs lames.

Type 2 : à pointe ogivale et languette rétrécie

21La tombe de Garderen 3 a livré un poignard de section trapézoïdale à pointe ogivale et extrémité proximale rétrécie, aménagée par retouche régulière ; cet objet d’aspect frais, aux bords réguliers, ne doit pas être très éloigné de sa forme d’origine.

Type 3

22Il n’existe pas vraiment d’équivalent à l’exemplaire pressignien, large et épais de Witrijt. La lame de Zutendaal 2 (B) offre des dimensions très proches mais elle est incomplète ; en outre, il faut se rappeler qu’en moyenne, les lames en matériau tertiaire sont fréquemment plus larges et plus épaisses que celles en Grand-Pressigny.

Type 4

23Le poignard de la Veluwe (NL) n’a pas d’équivalent et vu sa grande régularité, nous semble avoir été diffusé sous sa forme actuelle, c’est-à-dire avec sa retouche plate, en écharpe et sa séparation nette entre partie active et emmanchement.

Poignards à dos poli

24On observe la même répartition inégale nord-sud de pièces à dos poli que dans le cas des poignards pressigniens ; sur 23 % de poignards présentant une abrasion de l’avers, dix-sept pièces, soit 76 %, proviennent des régions septentrionales, alors que la zone sud-ouest, c’est-à-dire le Hainaut occidental, en est quasi dépourvue. L’amplitude de l’abrasion varie, allant de 10 % de la surface dans le cas de Steenwijkerwold (NL) à presque 100 % pour le poignard de Hannover (D). En général, le polissage concerne de 30 (Zuidlaren, NL) à 80 % (Buinen, NL) de la surface et plus fréquemment la partie distale que celle emmanchée. En apparence, plus de la moitié des pièces semble avoir subi un polissage total (ou presque) de l’avers, mais nous émettrons à leur propos les mêmes réserves que pour celles en Grand-Pressigny : certains fragments complètement polis, comme Laren, Aartswoud (NL), Chapois (B), ne l’étaient pas forcément à l’état complet et inversement, des pièces très réaffûtées ou abîmées comme Erkelenz (D) ont fort bien pu perdre une partie de leur polissage. Les poignards de Buinen (NL) et de Hannover (D) au dos poli ont conservé par endroits une plage vierge de toute retouche, prouvant que le polissage était antérieur à la fine retouche d’aménagement et surtout que l’opération ne concernait pas uniquement l’avers mais aussi les bords.

25Si l’on admet que le polissage des poignards pressigniens était effectué en Touraine, il y a tout lieu d’accepter que cette opération ait pu se produire dans les ateliers de production de lames en matériau tertiaire. Le poignard presque totalement poli de Buinen pourrait avoir été importé sous la forme que nous lui connaissons actuellement, c’est-à-dire avec le polissage de l’avers englobant également quelques plages des bords, sa retouche minimale discontinue des bords, son extrémité distale arrondie par enlèvements réguliers. Quant au polissage partiel, il a fort bien pu être également réalisé dans les ateliers de production ; la preuve en est fournie par le poignard de Steenwijkerwold (NL) sur lequel une retouche d’aménagement est venue supprimer un polissage antérieur dont ne subsistent que d’infimes lambeaux.

Poignards à retouche en écharpe

26Le pourcentage de poignards offrant ce type d’aménagement dorsal s’élève à 4 %. Le poignard complet de Doorwerth (NL) est remarquable avec sa retouche ascendante de gauche à droite, ce qui est relativement peu fréquent. Sur aucune pièce, il ne semble y avoir eu de préparation des dos par polissage : en effet, aux rares endroits où un peu de cortex ou de zone sous-corticale est préservé (Veluwe, Kesseleik 1, NL), on ne voit aucune trace d’abrasion. La retouche très fine semble faire défaut ; les enlèvements plats sur les poignards tertiaires sont souvent de nature plus large ; plutôt que d’y voir un manque d’habileté des artisans, nous pensons que cet état de fait serait lié à la nature du matériau.

Autre matériel en silex tertiaire

27Les poignards, une fois brisés, étaient réutilisés comme briquet-retouchoir, racloir, grattoir ; on n’a manifestement pas importé de racloir à encoches.

Chronologie et contexte des deux matériaux

28Les travaux de N. Mallet sur le matériel pressignien de la C.S.R. ont permis de bien caler dans le temps la diffusion du matériel de Touraine. Les exportations auraient eu lieu dans le courant du iiie millénaire : une première phase située entre 2800 et 2700 verrait l’apparition des premières pièces pressigniennes ; l’intensification des échanges se produirait entre 2680 et 2450, puis aurait été suivie d’un déclin des exportations.

29Dans le nord-ouest de l’Europe, une faible partie du matériel en Grand-Pressigny ou en matériau tertiaire provient de contextes archéologiques sûrs et la répartition des pièces est fort inégale : la moitié de la zone septentrionale (Pays-Bas, Basse-Saxe, Nordrhein-Westfalen et Campine belge) se distingue par sa richesse en tombes, par opposition aux sites localisés sous le 51e parallèle où l’outillage très réutilisé traduit plutôt la présence d’habitats. Quatre sépultures individuelles des Pays-Bas contenant un poignard en Grand-Pressigny ont pu être datées ; en ce qui concerne le matériel en silex tertiaire, on ne dispose d’aucune datation 14C. Malgré cette absence, on peut considérer qu’en ce qui concerne la phase de diffusion de longues lames à face ventrale plane non retouchée, le Grand-Pressigny et le silex tertiaire sont soit totalement, soit partiellement synchrones. En effet, on trouve indifféremment l’un ou l’autre de ces poignards dans des sépultures individuelles sur sol ancien, parfois voisines (Garderen, NL ; Haldern, D) ou offrant le même contenu (Eext 1970, Steenwijkerwold, NL).

30Ces poignards ne figurent jamais en contexte TRBK et, au cours de la période des sépultures individuelles, n’accompagnent ni les premiers gobelets à pied protubérant (PFB de type 1a, 1b), ni les campaniformes de type maritime (BB), datés en Belgique entre 2460 et 2300 av. J.-C. par les tombes de Mol et de Kruishoutem. On les trouve dans les sépultures antérieures à celles contenant des poignards de type scandinave (fig. 4). Les poignards pressigniens et ceux en silex tertiaire sont essentiellement associés à des gobelets à pied protubérant peu prononcé, tardifs 1d, 1e, ZZ ou de type AOO 2IIc, 2IIa, 2IIb (AOC) ; ils peuvent être accompagnés de haches de combat de type H ou de sa variante locale P1, essentiellement présentes dans les sépultures de la Frise et jusque dans la Veluwe. Si l’apport du matériel septentrional a permis de mieux cerner la forme sous laquelle le matériel pressignien et tertiaire avait été diffusé, on regrettera que la chronologie des échanges ait nettement moins progressé. Les quelques datations dont on dispose concernent essentiellement des sépultures livrant des poignards en Grand-Pressigny. La plus ancienne nous est fournie par la tombe de Eext 1936 (2870-2620 av. J.-C.). Celle de Witrijt, située entre 2620 et 2460 av. J.-C., correspond à la phase d’apogée des exportations pressigniennes. Quant à la datation de la sépulture de Eext 1970, elle semble plus tardive (2480-2340 avant J.-C.). Une datation 14C sur charbon de bois, prélevé dans un creusement perturbant la sépulture de Eext 1923, a fourni un terminus ante quem pour la tombe en question : 2460-2210 avant J.-C. Plusieurs sites belges ayant livré du matériel en Grand-Pressigny et-ou en silex tertiaire ont fait l’objet de datations 14C (fig. 5) ; elles se sont révélées inutilisables pour diverses raisons : pièce en silex secondaire non pressignien (hache de la tombe de Kruishoutem), pièce égarée (poignard récolté en surface sur la terrasse de la grotte de Bomal), perturbations des niveaux du Néolithique final-Chalcolithique par des occupations postérieures pour les sites de Snellegem, Soignies, Bruyelle (étude en cours). L’habitat de Lesdain (Brunehaut, B) dont un dépotoir livra un fragment de lame en Grand-Pressigny, fut daté de la fin du Bronze ancien, d’où l’hypothèse émise par J.-C. Blanchet de la récupération d’une pièce pressignienne sur un site tout proche.

31Vu le nombre restreint de datations dont on dispose, il convient de se référer à d’autres éléments permettant indirectement une attribution chronologique. À part des poignards, les sépultures allemandes et néerlandaises ont livré un autre matériel ; abstraction faite des haches polies, grattoirs, polissoirs qui constituent des marqueurs atypiques, les céramiques d’accompagnement permettent d’affiner la chronologie : si les dates calibrées situent la présence du Grand-Pressigny entre 2870 et 2340 avant J.-C., on peut considérer, en s’appuyant sur les datations 14C obtenues pour des tombes de la phase des gobelets PFB tardifs et AOO-AOC, que la diffusion des produits pressigniens et tertiaires a dû se faire entre 2680 et 2400 av. J.-C., période qui correspond à la diffusion des grands poignards vers la C.S.R.

Fig. 4. Tableau synoptique des sépultures septentrionales livrant des poignards en Grand-Pressigny ou en silex tertiaire.

Détermination du sexe du possesseur

32Les études menées aux Pays-Bas semblent montrer que les poignards étaient réservés aux adultes de sexe masculin occupant une certaine place dans la hiérarchie. Dans les sépultures, ces poignards remplacent les Langmesser (couteaux de silex longs de 8 à 16 cm) que l’on trouve en association à des éléments considérés comme masculins (haches de combat, haches en silex ou en pierre, pointes de flèches). Toutefois, on n’a pas la certitude absolue que ces poignards étaient l’apanage des hommes car le nombre de sépultures associant ces armes et des restes humains suffisamment bien conservés pour en déterminer le sexe est infime. À Emmerdennen (NL), une tombe « pressignienne » a livré quelques dents appartenant à un individu vraisemblablement masculin reposant sur le flanc gauche. Celle de Putten 6 « tertiaire » révéla une vague silhouette, peut-être également inhumée sur le flanc gauche. En Allemagne, la sépulture double de Hasbergen contenait deux individus masculins, inhumés sur le dos, tête au nord, et reposant l’un, jambes fléchies à droite, l’autre, à gauche. Chacun possédait un poignard, dont l’un pourrait être en silex tertiaire. Bien que cette sépulture vienne conforter l’hypothèse selon laquelle les poignards étaient réservés aux individus masculins, il faut rappeler qu’à Jablines (Bassin parisien), une tombe individuelle a livré un personnage de sexe féminin (détermination accompagnée de quelques réserves), inhumé en decubitus dorsal, jambes fléchies à gauche, et dont la dotation funéraire comportait un gobelet AOC et un poignard en Grand-Pressigny (Bostyn, Lanchon, 1992).

Statut des deux sortes de poignards

33Selon E. Drenth (1990), les poignards en silex pressignien ou tertiaire proviennent de grands tumuli dont la réalisation nécessitait un important investissement en temps et en personnel. Il s’agit de tombes dont le volume, la richesse et la nature de la dotation funéraire traduisent le statut élevé du défunt. Rien ne prouve que les possesseurs de poignards en Grand-Pressigny ou en silex tertiaire distinguaient les deux matériaux ou savaient qu’ils n’avaient pas la même origine. Au vu de la grande ressemblance des supports, du contenu semblable des sépultures, tout semble indiquer que ces populations ne faisaient aucune différence entre les poignards pressigniens et ceux en silex tertiaire. La simple possession d’un grand poignard, d’autant plus prestigieux qu’il venait de loin, suffisait apparemment à une élite à afficher son statut. Au cours de la période de circulation de ces poignards, on voit apparaître dans des tertres plus modestes ou des tombes plates des imitations à face ventrale plane et dos parfois poli en silex local ou scandinave, qualifiées de poignards « pseudo-pressigniens ». La présence d’imitations dans des tombes moins imposantes traduit à la fois la reconnaissance d’une différence sociale et son acceptation, avec, de la part des possesseurs, le souhait d’accéder quelque peu à ce prestige par le biais d’une copie de petite taille.

Fig. 5. Datations 14C calibrées.

34Bien que les poignards en silex du Grand-Pressigny ou en matériau tertiaire puissent être considérés comme pièces de prestige, ils étaient, pour la plupart, destinés à l’utilisation et pouvaient subir des réaffûtages ; une fois brisés, on n’hésitait pas à les reconvertir en banal outil, ce qui semble exclure toute idée de prestige (à moins que ceci ne traduise le désir d’utiliser le moindre fragment d’un matériau de qualité).

Circulation des deux sortes de poignards

35L’apparition de ces poignards répond à une demande dont on ignorera toujours si elle correspond, comme on le prétend souvent, au désir d’imiter de premiers outils de métal ou à une modification du mode de vie. Quelle qu’en soit la raison, on assiste au Néolithique final-Chalcolitique à un déferlement tous azimuts de poignards pressigniens et, plus modestement, à la diffusion vers le nord de poignards en silex tertiaire. Le problème qui se pose est de savoir selon quelles modalités ces objets ont atteint les régions septentrionales. Des relations directes avec les ateliers du Grand-Pressigny se seraient forcément traduites par la découverte en Touraine de produits spécifiquement du Nord, comme l’ambre par exemple ; comme tel n’est pas le cas, on doit écarter l’hypothèse d’artisans pressigniens colportant leurs produits jusque dans la Frise, distante de plus de 800 km, ou inversement. Par contre, des artisans itinérants tourangeaux échangeant leurs poignards avec le Bassin parisien, région intermédiaire entre la Touraine et le nord, auraient fort bien pu véhiculer leur savoir-faire et être à la base de l’apparition de copies en matériau local, tertiaire : ce transfert technologique expliquerait l’apparition de stations-satellites, filiales « tertiaires » permettant d’approvisionner les régions septentrionales en grands poignards. À moins que des artisans du Bassin parisien appréciant les poignards pressigniens aient profité de la présence d’un excellent matériau local pour copier les grandes lames de Touraine et bénéficier ainsi de leur renom…

36Si les poignards en Grand-Pressigny devaient, dans le Bassin parisien, jouir d’un statut supérieur, les deux matériaux avaient une valeur équivalente dans les régions septentrionales. On peut se demander si les possesseurs septentrionaux savaient que les deux matériaux étaient d’origine différente ou bien faisait-on passer les pièces tertiaires pour des pressigniennes, auquel cas, on se trouverait confronté à une des toutes premières fraudes sur la marchandise ?

Conclusion

37La présence simultanée des deux silex dans la première moitié du troisième millénaire et leur diffusion dans le nord-ouest de l’Europe sous forme exclusive de poignards nous amène à la conclusion que dorénavant, on ne peut dissocier leur étude. Cet article a permis de poser quelques jalons, mais de nombreux problèmes restent posés : localisation des gîtes et ateliers « tertiaires », techniques utilisées pour l’obtention des poignards en matériau tertiaire, place occupée par ces derniers par rapport aux pressigniens dans la chronologie des échanges, etc.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bantelmann N., 1982, Endneolitische Funde im rheinisch-westfälischen Raum, Neumünster, K. Wachholtz Verlag, 122-45 p. (Offa-Bücher, 44).

Bargen D., 1983, Die Funde des Spätneolithikums im Weser-Ems Gebiet, Hausarbeit Math-Nat. Fakultät der Universität Kiel (thèse non publiée).

Beuker J., 1990, « Werken met steen », Archeologische Monografieën van het Drents Museum Assen, deel 2, 64 p.

Beuker J., Van der Sanden W., Van Vilsteren V., 1991, « Zorg voor de doden », Archeologische Monografieën van het Drents Museum Assen, deel 3, 60 p.

Bostyn F., Lanchon Y. dir., 1992, Jablines, Le Haut Château (Seine-et-Marne) : une minière de silex au Néolithique, Paris, éd. de la M.S.H., 246 p. (Documents d’Archéologie Française, 35).

Bursch F.-C., 1928, « Silex du Grand-Pressigny en Hollande », Bull. de la Société d’Anthropologie de Bruxelles, t. 43, p. 173-175.

Delcourt-Vlaeminck M., 1998, Le Grand-Pressigny dans le Nord-Ouest de l’Europe : le silex tertiaire, concurrent possible du Grand-Pressigny ?, Thèse de doctorat, Toulouse, E.H.E.S.S., 3 vol.

Delcourt-Vlaeminck M., Le Brun-Ricalens F., 1995, « Présence de silex du Grand-Pressigny au Grand-Duché de Luxembourg : état de la question », Bull. de la Société Préhistorique Luxembourgeoise, t. 17, p. 225-238.

Delcourt-Vlaeminck M., Vachard D., 1994, « Présence de silex tertiaires dans la région de Tournai », Bull. de la Société Tournaisienne de Géologie, Préhistoire et Archéologie, vol. V, no 8, p. 175-180.

De Loë A., 1910, « Le Grand-Pressigny en Belgique », in : Actes du congrès préhistorique de France, sixième session, Tours, p. 300.

Drenth E., 1990, « Een onderzoek naar aspecten van de symbolische betekenis van Grand-Pressigny, en pseudo-Grand-Pressigny-dolken in graven van de Enkelgrafkultuur in Nederland », Bundel van de Steentijddag 1 April 1989, Groningen, A.T.L. Niklewitz-Hokse & C.A.G. Lagerwerf Eds, p. 100-121.

Drenth E., Lanting A.-E., 1991, « De chronologie van de Enkelgrafcultuur in Nederland : enkele voorlopige opmerkingen », Paleo-aktueel, 2, p. 42-46.

Lanting J.-N., Mook W.-G., 1977, The Pre- and Protohistory of the Netherlands in terms of radiocarbon dates, Groningen, 247 p.

Lanting J.-N., Van der Waals J.-D., 1976, « Beaker Culture Relations in the Lower Rhine Basin », in : Glockenbechersymposion, Oberried, 1974, Bussum u. Haarlem, 1976, p. 1-80.

Le Grand-Metz J., 1922, « Silex du Grand-Pressigny recueillis dans la province de Namur », Annales de la Société archéologique de Namur, 35, p. 117-124.

Lehner A., 1903, « Urmitz, Ausgrabungs-und Fundberichte des Provinzial-Museums in Bonn », Bonner Jahrbücher, Heft 110, p. 131-142.

Mallet N., 1992, Le Grand-Pressigny : ses relations avec la civilisation Saône-Rhône, 2 vol. : Texte et Planches (Suppl. au Bull. de la Société des Amis du Musée du Grand-Pressigny).

Nahrendorf U., 1982, « Einige Überlegungen zu endneolitischen Importen von Spandolchklingen des Typs Grand-Pressigny in Westfalen », in : Drexxage H.-J., Habermann W. dir., Münstersche Beiträge zur antiken Kandelsgeschichte, Band 1, 2/1982, Scripta Mercaturae Verlag, p. 23-30.

Pape W., 1986, « Pressigny-Feuerstein und Parallelretusche », Archäologische Nachrichten aus Baden, Heft 37.

Polman S.-P., 1993, Frans vuursteen uit het Rijksmuseum van Oudheden, Kleine scriptie vakgroep Prehistorie Rijksuniversiteit Leiden, 27 p., 14 pl.

Rutot A., 1910, « À propos de l’enquête sur la dispersion des silex du Grand-Pressigny », in : Actes du congrès préhistorique de France, sixième session, Tours, p. 301-308.

Van der Waals J.-D., 1991, « Silex du Grand-Pressigny aux Pays-Bas », in : La région Centre, carrefour d’influences ?, Actes du XIVe colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, oct. 1987, p. 193-200.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Répartition de l’outillage pressignien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 2. Comparaison entre les lames de Guévaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 3. Répartition de l’outillage tertiaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13464/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4. Tableau synoptique des sépultures septentrionales livrant des poignards en Grand-Pressigny ou en silex tertiaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13464/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 5. Datations 14C calibrées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13464/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

Auteur

Musée d’Archéologie, 8 rue des Carmes, 7500 Tournai (Belgique), E-mail : mdv.silexgp@skynet.be

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search