Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

II Groupes néolithiques et maîtrise des espaces

Espaces, territoires et mégalithes : le plateau de Cauria (Sartène, Corse-du-Sud) au Néolithique et à l’Age du Bronze

André D' Anna, Jean-Louis Guendon, Laurence Pinet et Pascal Tramoni

Résumé

Depuis 1994 et dans le cadre de deux PCR, la fouille de Renaghju a permis de reconnaître l’existence de deux monuments de pierres dressées, édifiés sur un emplacement déjà occupé au Néolithique ancien. Le premier monument est daté du milieu du ve millénaire, le second pourrait avoir été édifié à la fin du Néolithique ou au début de l’Âge du Bronze.
En considérant ces mégalithes comme jouant un rôle social, une approche spatiale a été mise en œuvre dans la région du plateau de Cauria, espace qui recèle un grand nombre de sites. Si les mégalithes jouent entre autres le rôle de marqueurs de territoire, les sites d’implantations doivent refléter les motivations mêmes de ce choix.
Pendant le Néolithique moyen, le premier monument de Renaghju s’inscrit dans un vaste territoire économique. Pendant l’Âge du Bronze, le deuxième monument s’inscrit dans le même espace alors morcelé en plusieurs territoires dépendants de sites perchés et fortifiés dans un contexte de compétition accrue.
Sur ces constats, on fonde l’hypothèse selon laquelle le rôle des mégalithes s’inscrit dans le fonctionnement même de la société dépendant largement des potentiels des territoires et de leur capacité à entretenir l’existence des groupes. Ceux-ci doivent assurer leur cohésion interne afin d’inscrire dans la durée la maîtrise des espaces et des ressources qui fondent leur permanence. Les références magico-religieuses sont ainsi rejetées au deuxième plan, il s’agit bien d’un mégalithisme des hommes et pour les hommes.

Texte intégral

Introduction

1Depuis 1994, les Projets Collectifs de Recherches « Statues-Menhirs, Menhirs et Mégalithisme de la Corse » puis « Étude de sites mégalithiques corses dans leur contexte chronoculturel », financés par le Ministère de la Culture, Sous-direction de l’archéologie, SRA de Corse, s’attachent à produire une nouvelle documentation afin de participer à une meilleure connaissance du phénomène.

2Le point de départ de notre programme était constitué par la dernière synthèse disponible sur le sujet (Camps, 1988, p. 157-182) qui exposait l’ensemble des travaux réalisés tant par Roger Grosjean et son équipe que par les autres chercheurs travaillant dans l’île. Cet état des connaissances conduisait à poursuivre les travaux en les orientant vers des approches permettant d’alimenter la réflexion sur des questions élémentaires qui n’avaient toujours pas de réponse satisfaisante, en particulier en matière de datation, d’origine, de chronologie et de signification des différents types de mégalithes dans le cadre de l’évolution chrono-culturelle de l’île. Les découvertes récentes et les travaux en cours confirmaient en effet le fort potentiel qui restait à exploiter (Cesari, 1993, 1994, 1995).

3Du point de vue chronologique, le discours n’avait pas particulièrement été renouvelé (Cesari, 1985a et b ; Lanfranchi, 1986 ; Lanfranchi, Weiss, 1994). Ainsi notre hypothèse de départ était fondée sur une actualisation minimale des propositions de R. Grosjean (DAnna et alii, 1998). On pouvait considérer que le développement du mégalithisme s’inscrivait dans la fin du ive millénaire et le début du iiie avec les coffres et les petits menhirs. Pendant le iiie millénaire, à côté de coffres et de menhirs plus grands, pouvaient apparaître les premiers groupements et alignements de menhirs intégrant des menhirs-stèles. L’évolution sur place pendant le Terrinien était donc importante : les dolmens semblant se développer à la charnière iiie-iie millénaire, au tout début de l’Âge du Bronze, les grands alignements devaient également se développer à cette période avec les premières statues-menhirs. Pendant le Bronze ancien, les dolmens comme Settiva, et les coffres, tel celui de Pallaghju, étaient encore probablement construits et/ou utilisés (Peretti, 1966 ; Grosjean, 1972b). Cette utilisation perdure au Bronze final avec Ciutulaghja et à l’Âge du Fer au Monte Rotondu et à Figa la Sarra (Lanfranchi, 1986). Aucune datation radiocarbone ne venait confirmer ce schéma. On remarquait cependant l’incompatibilité entre cette hypothèse et la présence de représentations d’armes sur les menhirs-stèles de Pallaghju et Renaghju et sur les statues-menhirs de Cauria-I Stantari et Apazzu. Leur technique de réalisation (elles sont gravées ou en faible relief) avait permis de proposer la possibilité d’un ajout postérieur à l’érection des monuments (Grosjean, 1967, p. 719 ; 1972a).

4Pour les questions relatives à la signification et à l’interprétation, il semblait que les éléments de réponses devaient être recherchés dans les relations et associations entre les différents types de monuments. Ainsi les nouvelles approches pouvaient avoir pour base de départ l’étude des alignements et des groupes de menhirs. Ces sites sont en majeure partie concentrés dans le sud de l’île et leur fréquence constitue en Corse une réelle originalité qui n’a pas d’équivalent dans le monde méditerranéen. Si l’on considère les descriptions anciennes et les nombreuses destructions, on peut supposer qu’à l’origine, les alignements étaient plus nombreux et se demander s’ils ne constituaient pas une règle quasi générale (Grosjean, 1967, p. 710). Ces alignements n’avaient cependant fait l’objet que d’interventions et d’opérations limitées (Grosjean, 1964, 1968, 1972a ; Cesari, 1985 a et b). Leur structure même, leur processus de mise en place et leur composition comportant l’association de menhirs, de menhirs-stèles et de statues-menhirs, devaient être soigneusement analysés. Ces alignements devaient également être un terrain privilégié pour l’étude des associations puisque des coffres et des dolmens en sont proches ou leur sont associés, en particulier à Pallaghju et à Renaghju ; la nature de ces relations n’a pourtant nulle part été clairement établie et interprétée.

5Ces nouvelles approches devaient être également fondées sur des analyses spatiales au niveau des sites eux-mêmes en insistant sur la localisation et l’environnement des monuments, à partir de l’hypothèse que leur situation n’est pas aléatoire et qu’elle témoigne de leur signification (Cesari, 1985a). L’analyse spatiale, la recherche et l’étude des contextes archéologiques, l’étude de l’implantation des différents monuments dans le paysage et dans l’espace, ainsi que celle de leur environnement devaient pouvoir apporter des précisions sur ces problèmes de signification : domaine funéraire, rôle emblématique, jalon géographique.

6Plusieurs zones d’intervention ont été déterminées dans l’île, pour y poursuivre les prospections et y entreprendre des sondages et des fouilles (D’Anna, 1996, 2002 ; D’Anna et alii, 1995, 1997). Ces opérations devaient permettre de développer différentes études micro-régionales, bases nécessaires à des généralisations. Le développement de plusieurs chantiers complémentaires devait conduire à élargir les observations dans une vision régionale et à tester les différentes hypothèses. L’enjeu était finalement l’analyse des processus d’évolution chronoculturelle du Néolithique et de l’Âge du Bronze et l’approche des phénomènes témoignant du fonctionnement même de la société pendant cette évolution. Ces questions ont débouché, de fait, sur celles relatives à l’ensemble de la chronologie du Néolithique corse dont on pourra constater que la connaissance n’a pas fait de grands progrès ces dernières années (Lanfranchi, Weiss, 1997).

7Au nord de l’île, les recherches ont été développées dans le Nebbio et les Agriates avec comme fouille principale le complexe mégalithique du Monte Revincu (Leandri, 1998, 2002). Dans le sud, deux secteurs d’intervention avaient été déterminés : d’une part la région de Porto-Vecchio et la dépression de Sotta-Figari, d’autre part le Sartenais. Les principaux résultats ont été exposés en particulier à l’occasion d’une première table ronde (D’Anna et alii, 1997, 1998 ; D’Anna dir., 2002).

8Dans ce cadre, le site mégalithique de Renaghju (Mortillet, 1893 ; Liegeois, Peretti, 1976 ; Jehasse, 1976) présentait un bon potentiel afin d’apporter plusieurs éléments de réponses relatifs à la chronologie, à l’organisation interne d’un tel site, à son évolution, à sa signification et à sa fonction intégrée à un espace anthropisé et à un réseau d’établissements de différentes natures liés dans un système de relations hiérarchisées. Ces éléments devaient être mis en perspectives avec les autres données de Corse mais également avec les connaissances acquises à partir des fouilles de sites comparables dans d’autres régions. Exemples qui restent cependant relativement rares puisque les pierres dressées n’ont fait que rarement l’objet de fouilles systématiques (Beneteau, 1998 ; Beneteau et alii, 2000 ; Lecerf, 1983, 1999 ; Le Roux et alii, 1989 ; Voruz, 1991, 1992).

9La fouille, financée par la Collectivité Territoriale de Corse et l’État, achevée en 2000, a permis d’explorer le site sur 500 m2 et a confirmé la complexité de l’évolution de son occupation, qui comporte plusieurs phases couvrant la quasi-totalité du Néolithique (D’Anna et alii, 2002 ; D’Anna et alii, 2003).

10À la partie inférieure de la stratigraphie, dans des couches de sédiment sableux, les premières phases sont antérieures aux mégalithes et sans relation avec ceux-ci. Elles recèlent les vestiges bien structurés d’un habitat du Néolithique ancien cardial daté par le radiocarbone entre 5600 et 5000 av. n.è. ; sa céramique s’intègre au style Filiestru-Basi-Pienza (D’Anna et alii, 2001).

11Au-dessus, l’édification des alignements s’inscrit dans deux phases différentes : le site comporte donc deux monuments mégalithiques.

12L’aspect actuel, totalisant un minimum de 178 monolithes et donnant l’impression d’un grand désordre, est donc le résultat d’une mise en place complexe intégrant plusieurs périodes de construction et de destruction. Contrairement aux hypothèses initiales (D’Anna et alii, 1999), les deux monuments s’inscrivent dans une longue chronologie : le premier a été édifié entre 4500 et 4300 av. n.è. et perdure pendant la deuxième partie du Néolithique moyen (Basien). Le plus récent n’est pas précisément daté, mais il a été probablement mis en place à l’extrême fin du Néolithique ou au début du Bronze ancien, vers 2300-2000 av. n.è., et doit perdurer pendant tout l’Âge du Bronze, voire pendant l’Âge du Fer.

13Dans la même logique, après l’achèvement de l’opération Renaghju, le site voisin d’I Stantari a fait l’objet d’une nouvelle évaluation en 2001, dont les premiers résultats sont également pris en compte dans cette contribution.

14Afin d’approcher leur signification, ces monuments, comme les autres sites, sont considérés comme des éléments intégrés dans un réseau de relations entre les établissements. Il convient donc de les replacer dans ce contexte, d’étudier leur espace, d’y analyser les témoignages d’anthropisation afin de déterminer leur insertion et leur intégration dans les relations intersites, mais également dans les relations groupe humain-espace. Enfin un retour sur les monuments doit permettre de les comprendre et de les interpréter en associant structure / localisation / contextes chrono-culturel et socio-économique.

Approches : de la théorie à lhypothèse

15L’étude du site de Renaghju s’est donc inscrite dans un projet à l’échelle du plateau de Cauria et de l’ensemble de la micro-région du sud-ouest sartenais. Elle a été développée selon un modèle d’archéologie régionale fondé sur des concepts de la géographie humaine (Hagget, 1973 ; Isnard, 1978) et proposé depuis déjà longtemps en Préhistoire (Binford, 1964 ; Flannery, 1976). Les sites, lieux reconnus d’activités identifiables, sont replacés dans leurs espaces ; leur localisation même, en complément des données archéologiques, est considérée comme porteuse d’informations essentielles sur les activités dont ils ont été le siège ; elle renseigne également sur les stratégies de subsistance fondant ces activités (Vita-Finzi, Higgs, 1970 ; Jarman et alii, 1972 ; Vita-Finzi, 1978). Les territoires produisent les ressources et les sites sont les lieux de consommation. Ces conceptions ont été largement développées dans plusieurs régions (Beeching, 1989 ; Beeching et alii, 1997 ; Crotti et alii, 1983 ; D’Anna, Mills, 1981 ; D’Anna, 1992 ; Dubouloz, Le Bolloch, 1984 ; Dubouloz, 1989 ; Gasco, 1979), et nous avons tenté de les mettre en pratique sur le plateau de Cauria.

16Ces modes d’approche ont été mis en œuvre en prenant comme premier élément d’intégration les notions d’espace-territoire/catchment-finage et les différentes limites temps-distance qu’elles impliquent. Par espace, nous entendons ici l’étendue physique indéfinie qui contient et entoure les sites ; le territoire est la portion de cet espace qui est dépendante d’une communauté et dont l’occupation exclusive implique des limites ; enfin le finage est la partie de ce territoire qui est exploitée par une économie agropastorale, comportant différents terroirs qui supportent des modes et natures d’exploitation différents en fonction de la nature des sols et de la topographie. Pour ce qui est des distances, nous avons pris comme base de réflexion les rayons de 1 km/ 15 mn, 5 km/ une heure, 10 km limite probable du territoire communautaire primaire, 25 km limite possible des espaces exploitées occasionnellement. Elles n’ont qu’une valeur indicative et doivent être évidemment adaptées aux réalités du terrain et à ses contraintes physiques.

17Dans un espace considéré comme représentant le territoire d’une seule communauté, les sites doivent être traités comme les éléments d’un système. Reconstituer celui-ci, c’est pouvoir reconstituer son contexte et ses fondements. En effet, cet « espace doit être organisé avec logique et cohérence et toute organisation a un sens » (Leclerc, 1997) ; retrouver cette organisation c’est approcher ce sens. La variabilité des sites témoigne de leur insertion dans les réseaux hiérarchisés au sein desquels il est possible de définir des types d’établissement, d’étudier les rapports qu’ils peuvent entretenir entre eux et de déterminer leur rôle et leur signification par rapport au mode d’occupation des sols, de gestion et d’anthropisation des espaces. L’évolution de celle-ci intervient dans le cadre du passage progressif des espaces anthropisés (c’est-à-dire pris en main et exploités par les sociétés agro-pastorales), à des territoires anthropiques (c’est-à-dire transformés et adaptés au fonctionnement des groupes humains, façonnés par eux). Ce passage véhicule des indices de l’évolution de la société elle-même.

18Dans cette optique, l’analyse des territoires, de leur nature et de leur matérialisation dans le paysage s’avère un domaine riche en informations. La localisation des sites est ainsi considérée comme résultant d’un choix précis dicté par des impératifs économiques et sociaux en liaison avec les caractères du milieu. L’analyse de cette situation mise en perspective avec l’organisation interne des sites doit permettre de proposer des hypothèses quant à ces impératifs et donc de favoriser une approche de phénomènes socio-économiques considérés comme facteurs principaux du fonctionnement d’un groupe humain. Ces deux composantes impliquent l’existence d’un territoire économique, défini par les espaces exploités en fonction de leurs ressources et des besoins du groupe, et d’un territoire social et culturel dans lequel s’imprime l’identité du groupe à travers diverses manifestations matérielles ou symboliques. Les matérialisations physiques de ces espaces et leurs perceptions par le groupe, les gestions, les appropriations peuvent ne pas être exactement superposées. Ceci implique une opposition entre continuité et discontinuité des territoires, mais également entre espace interne, proche de l’habitat et d’où provient la plus grande partie des ressources consommées (le « cercle » de 1 km), et espace externe exploité occasionnellement pour certains types d’activités.

19La prise en compte de territoires voisins, dépendant de différentes communautés, peut alors conduire à une approche de leurs relations en termes d’association ou d’opposition et de chevauchement des espaces interne et externe de chaque territoire. Ainsi l’analyse spatiale ne va pas seulement conduire à reconnaître l’évolution de l’occupation des sols et des espaces, mais va permettre d’approcher la compréhension de certains sites pour lesquels la documentation archéologique même est limitée. L’étude spatiale n’est plus un but pour elle-même, elle devient un outil qui permet de dépasser l’histoire archéologique et de s’adresser à l’histoire des populations et des sociétés.

20La majorité des études réalisées selon ces perspectives a généralement pris les habitats comme éléments de départ. L’intégration des sites sépulcraux a été effectuée dans un second temps. Cependant les sites à vocation cérémonielle, qui ne sont pas des sites de transformation et de consommation ordinaire, reflètent néanmoins certains comportements difficiles à mettre en évidence ; ils n’ont donc pu être pris en compte que très rarement faute de données précises. Lorsqu’ils l’ont été, les mégalithes ont été considérés comme jouant un important rôle social, en particulier en tant que marqueurs de territoire ayant une valeur ostentatoire et une fonction d’appropriation de l’espace (L’Helgouac’h, 1984 ; Renfrew, 1983, 1984). Dans la perspective d’une étude spatiale, les sites d’implantation doivent refléter les motivations de ce choix et livrer des informations sur la signification des mégalithes. Plusieurs études ont été réalisées selon ces hypothèses et les mégalithes, en particulier les dolmens (Azemar, 2000), ont été traités dans leurs espaces et leur topographie (Lecerf, 2001 ; Le Roux, 1998 ; Bueno Ramirez, Balbin Behrmann, 2000). Ces travaux montrent que les mégalithes sont intégrés à des contextes fonctionnels, qu’ils sont faits pour être vus, en particulier les menhirs.

21Étudier la place de ces marqueurs et leur intégration dans l’espace anthropisé, c’est produire une approche des territoires permettant de viser leur organisation même et leur mode de fonctionnement dans une société active et dynamique. Plusieurs cas indiquent clairement que le choix du lieu d’implantation des pierres dressées est dicté par la disponibilité en matière première (Sellier, 1991, 1995 ; Lecerf, 2001). Le monument a alors un sens probablement partiellement indépendant de sa situation propre. Lorsqu’en revanche, le matériau est transporté, sur une distance aussi courte soit-elle, cela confirme l’importance et l’impératif du lieu, comme cela a été observé par exemple en Auvergne avec les menhirs de Clermont et de la Planèze de Saint-Flour (Surmely et alii, 1996), en Bourgogne (Lagrost, Buvot, 1998), et sur nombre de menhirs bretons (Le Roux, 1997). C’est également le cas à Renaghju et I Stantari.

22Les implantations sont alors dictées par les reliefs et la morphologie et par les potentiels économiques des terroirs et la complémentarité de ceux-ci. L’exemple de l’analyse effectuée sur le Larzac (Azemar, 2000) confirme d’une part le lien fondamental économie-fonctionnement de la société et d’autre part l’intérêt relatif aux pratiques économiques dont les données peuvent être source d’informations sociales. L’intégration des monuments mégalithiques au finage revêt alors un caractère dynamique pour l’approche de l’ensemble de ces phénomènes.

23Cela justifie l’intérêt d’une double approche : les mégalithes ont bien une signification sociale inscrite dans le fonctionnement même de la société. Celui-ci est fondé sur les potentiels économiques des territoires qui permettent l’existence élémentaire des groupes : acquisition, transformation, consommation de la nourriture. Les territoires communautaires existent pour satisfaire ces besoins, mais l’économique et le social se rejoignent dans l’espace ! Sur ce constat, on confirme l’hypothèse matérialiste : le fonctionnement des sociétés agropastorales nécessite des espaces comportant différents terroirs permettant la production de nourriture. Les groupes doivent maîtriser l’ensemble de ces ressources pour assurer leur permanence. Les sites cérémoniels jouent un rôle important dans cette maîtrise qu’ils participent à assurer.

Le terrain, lespace de compréhension : le plateau de Cauria et ses marges

24Le plateau de Cauria, sur lequel sont implantés les sites de Renaghju et I Stantari, et ses marges recèlent un grand nombre de sites de différentes natures depuis le début du Néolithique jusqu’à la fin de l’Âge du Bronze. Cette densité peut être considérée comme une bonne base de départ pour une étude d’archéologie spatiale. Cet espace, d’environ 15 km sur 5 km, se développe entre la vallée de l’Ortolo (Ortolu) au sud-est et celles des fleuves côtiers de Navara et de l’Avena au nord-ouest (fig. 1).

25Le secteur de Cauria-Renaghju s’inscrit dans un système de plateaux granitiques étagés et légèrement inclinés du nord-est au sud-ouest, de l’intérieur de l’île vers la mer : le plateau de Pastini (300 m d’altitude moyenne), celui de Migliari (autour de 200 m) et celui de Cauria (autour de 120 m). Au nord-est du premier, la morphologie de plateau disparaît tandis que l’altitude s’élève rapidement. Vers le sud-ouest, deux vigoureux reliefs résiduels, Punta di u Grecu (267 m) et Punta di a Villa (225 m), isolent partiellement de la mer le dernier de ces plateaux. Cet ensemble morphologique sépare et domine deux profondes vallées orientées nord-est/sud-ouest, celle de la Navara au nord-ouest et celle de l’Ortolu au sud-est, dont les fonds actuels, en contrebas immédiat du plateau de Cauria, s’élèvent entre 18 et 50 m pour la première et 7 et 18 m d’altitude pour la seconde.

26Les plateaux de Pastini et Migliari présentent des surfaces irrégulières, légèrement inclinées vers le sud-ouest. Pour le plateau de Pastini, depuis le point le plus haut au nord-ouest à 340 m, jusqu’au point le plus bas au sud-est à 280 m, le dénivelé de 60 m pour 2 km donne une pente moyenne de 3 %. Ces surfaces sont accidentées par quelques reliefs résiduels qui forment des chaos de blocs percés de tafoni, et dont le plus important d’entre eux, la Punta di Patania au centre du plateau de Pastini, culmine à 321 m d’altitude. Bien qu’étagés l’un par rapport à l’autre et séparés par une barre rocheuse discontinue déterminée par le filon de rhyolite est-ouest de Calavu, ces deux hauts plateaux constituent un ensemble qui apparaît nettement en relief et fortement disséqué par les multiples ramifications des affluents locaux de la Navara et de l’Ortolo. On remarque notamment que les niveaux topographiques de ces plateaux se retrouvent fréquemment au-delà des grands talwegs locaux (et même au-delà des vallées principales de l’Ortolo et de la Navara). Ils y constituent de gros reliefs résiduels où des lanières étroites, voire parfois de véritables petits plateaux secondaires, présentent une pente topographique conforme à celle du plateau central. Ainsi, le haut niveau de Pastini se raccorde vers le nord-ouest au sommet d’Arillavu (Ariddau) (295 m) qui se situe à plus de 2 km, au-delà du ruisseau de Murtella. Vers l’est, il se raccorde au sommet d’Avina (312 m) qui surplombe la vallée de l’Ortolo. De même, le plateau de Migliari, dont la surface se développe autour de 200 m d’altitude, trouve son prolongement naturel vers le sud-est, en rive gauche de l’amont du ruisseau de Cauria, par la Punta di Castellu et le petit plateau de Petra Nera qui dessinent une surface s’inclinant du nord-est au sud-ouest, de 227 à 180 m d’altitude. Ce dispositif traduit une certaine ancienneté de ces aplanissements qui apparaissent ainsi bien antérieurs à la mise en place du réseau hydrographique local actuel, et ces éléments organisent et conditionnent les possibilités de circulations qui, dans ce secteur, se trouvent ainsi facilitées.

Fig. 1. Le plateau de Cauria et ses environs, l’espace de compréhension : géographie et archéologie. 1. Fontanaccia ; 2. I Stantari de Cauria ; 3. Bocca di a Pila ; 4. Renaghju ; 5. A Manza ; 6. Pallaghju ; 7. Petra Pinzuta ; 8. A Cumpra ; 9. Cardiccia ; 10. U Cuncutu ; 11. Foce-Pastini ; 12. Dolmen d’Arghjola ; 13. Apazzu ; 14. Tiresa ; 15. Calavu ; 16. A Viccia ; 17. Punta di Patania ; 18. Pastini A ; 19. Pastini B ; 20. Pastini C ; 21. Cauria XVIII-XXI ; 22. Cauria XXII ; 23. Cauria IV ; 24-25. Cauria V-IX ; 26. Cauria X ; 27. Cauria XI-XV ; 28. Cauria II ; 29. Cauria 1 ; 30. Abri des Arbouses ; 31. Cauria XXIII ; 32. Abri de la Figue ; 33. Tralicetu-dune ; 34. Punta di a Villa ; 35. Renaghju II ; 36. Tralicetu-parking ; 37. Sapara d’Acquedda ; 38. Sapara Albitrina ; 39. Abri du Sanglier ; 41. Petra Nera ; 42. Manzavinu 1 ; 43. Manzavinu 2 ; 44. Punta di u Castellu ; 47. Piaghjola ; 48. Pianu di u Grecu ; 49. Campu Tondu ; 50. dolmen de Tralicetu ; 51. dolmen d’Apazzu ; 52. Stazzona ; 53. Caseddu di Fontanaccia ; 54. Crucanesi ; 55. Punta di u Grecu ; 56. Cala Barbarina ; 57. Apazzu-Chjosu Novu ; 58. Murtuli ; 59. Punta d’Apazzu et abris ; 60. Ramagnola 1 et 2 ; 61. Arghjola 2 ; 62. Tralicetucamp d’Aglaë ; 63. Cala Barbarina 2 ; 64. Turrione ; 65. Castiddacciu ; 66. Punta Cardiccia ; 67. Castellu de Petra Pinzuta ; 68. Tertre d’Apazzu.

27Le plateau de Cauria se présente, lui, comme un alvéole plus restreint, emboîté à l’aval des précédents plateaux et dominé par les reliefs résiduels de la Punta di u Grecu et la Punta di a Villa. Il est drainé et partiellement incisé vers l’est par les ruisseaux de Cauria et de Ramagnola vers l’Ortolo et au sud-ouest par le ruisseau intermittent d’Acquella (Acquedda) vers la mer. Sa topographie est cependant elle aussi en pente douce du sud au sud-ouest, entre 140 m au pied de la Bocca di Silicaja (Silicaghja) dit aussi « col de Bozon », et 120 m au dolmen de Fontanaccia. Ce qui donne 20 m de dénivelé sur un kilomètre, soit une pente moyenne de 2 %. Sa morphologie primitive correspondrait donc également à celle d’un ancien pédiment. Son amont pouvait remonter en partie dans la haute vallée évasée du ruisseau de Cauria en direction du col di a Pila. Son aval se prolongeait très certainement en direction de la mer, dans la large vallée qui se développe entre Punta di a Villa et Punta di u Grecu. En témoignent plusieurs lambeaux de replats perchés de part et d’autre du ruisseau d’Acquella, notamment la butte de Tenda à 111 m d’altitude, au pied sud de la Punta di a Villa et, un peu plus au sud-ouest, le secteur aplani de Fraticellu, d’altitude voisine, qui surplombe le golfe de Murtoli. Par contre, à l’est, l’extension de la forme primitive semblait limitée par une ligne discontinue de petits reliefs granitiques prolongeant vers le nord-est l’extrémité septentrionale du massif de la Punta di u Grecu. Actuellement cette ligne est incisée par les ruisseaux de la Ramagnola et de Cauria qui, à partir de là, prend une direction orthogonale par rapport à son cours amont et dégringole rapidement vers l’Ortolo. Cette morphologie suggère une érosion régressive à partir de la vallée de l’Ortolo, en relation avec les derniers stades de l’abaissement eustatique quaternaire. Cette érosion régressive aurait capturé l’amont du ruisseau de Cauria. Primitivement celui-ci pouvait s’épandre sur le plateau, en direction de la vallée d’Acquella qui fait face à celle du haut Cauria, et participer, dans un contexte d’aplanissement lié à de hauts niveaux marins pliocènes, au façonnement du pédiment.

28À la partie méridionale du plateau de Cauria, au pied de la Punta di u Grecu, en position de col entre l’Ortolo à l’est et la mer à l’ouest, se développe vers 105-110 m d’altitude, un petit alvéole emboîté d’une dizaine de mètres en contrebas de la surface du plateau : l’alvéole de Renaghju. Il est encombré d’arène granitique (d’où le toponyme Renaghju) d’où émergent quelques petits reliefs résiduels. Au centre de cet alvéole se développe une zone marécageuse, le Pozzu Rossu, mal drainée en direction de la Ramagnola et alimentée irrégulièrement par des sourcins situés en bordure de l’alvéole qui concentrent une partie des eaux du plateau ou de la retombée septentrionale de la Punta di u Grecu (fig. 4 et 7).

29L’alvéole de Renaghju apparaît comme une manifestation de la dégradation de la surface du plateau de Cauria. Son développement procède de l’addition de phénomènes d’altération de la roche et d’érosion des volumes préalablement fragilisés. La zone au pied de la Punta di u Grecu constitue en effet un site préférentiel. Les eaux de ruissellement issues du massif s’y rassemblent et y séjournent, favorisant la désagrégation de la roche et le développement du manteau d’altération. Lors de la reprise d’érosion régressive liée à l’enfoncement des principales rivières, le déblaiement des arènes et l’exploitation sélective de cette zone particulièrement altérée entraînent la formation d’une dépression emboîtée dans la surface rocheuse du plateau. De petits reliefs résiduels (tor, chaos de boules) subsistent au milieu de cette dépression. Leurs sommets, d’altitudes sensiblement égales à celle de la surface du plateau, témoignent du prolongement préalable de cette surface jusqu’au pied du massif di u Grecu. Cette dépression constitue à son tour un réceptacle particulier dans lequel les eaux se concentrent de plus en plus et les matériaux détritiques issus de l’érosion des reliefs voisins peuvent s’accumuler. Ainsi, l’imprégnation et l’altération du substrat granitique se poursuivent en profondeur, tandis qu’en surface, en fonction du contexte bioclimatique ou de la pression anthropique sur l’environnement, différents corps sédimentaires se constituent. Les matériaux sablo-caillouteux forment de petits cônes détritiques immédiatement au pied des versants, alors que les particules plus fines (limons et argiles), entraînées plus loin, peuvent se déposer au centre de la dépression dans les points les plus déprimés de l’alvéole. Tous ces matériaux meubles (altérites en place ou matériaux détritiques) sont particulièrement aptes à contenir un petit aquifère alimenté par les eaux issues des reliefs voisins. Lors des périodes les plus humides de l’année, l’affleurement de cet aquifère peut former dans les secteurs les plus bas de la dépression des zones marécageuses dont le caractère est renforcé par la présence des dépôts argilo-limoneux.

30C’est en lisière de cet alvéole et autour de la zone marécageuse que se situent les trois sites préhistoriques principaux du secteur : les alignements de menhirs de Renaghju et d’I Stantari, dans l’alvéole, au pied des reliefs et à proximité des sources, et le dolmen de Fontanaccia, en contre-haut sur le rebord du plateau (fig. 4 et 7).

31Le site de Renaghju se situe sur la bordure ouest d’un cône détritique nourri par des apports venant de la retombée septentrionale du massif di u Grecu, cône dont une partie de l’édification s’intègre dans l’évolution de l’occupation du site, du Néolithique à l’Âge du Bronze. Il se situe également à proximité immédiate d’une zone humide de sourcins disposée au pied même du versant rocheux. En surface, elle forme un petit sillon de quelques mètres de large dans lequel s’accumulent des débris végétaux. À quelques décimètres de profondeur, elle est occupée par une petite nappe d’eau permanente. Celle-ci peut affleurer lors des périodes humides et s’écouler plus ou moins superficiellement au pied occidental du cône en direction de la zone marécageuse de Pozzo Rossu. Situé au point bas de l’alvéole, à une centaine de mètres au nord des alignements, le fonctionnement de cette zone marécageuse pourrait être contemporain ou postérieur aux occupations préhistoriques, comme en témoigne la présence de quelques artefacts (percuteurs, fragments de meules) dans les sédiments de cette zone. Le site de Renaghju se situe enfin au pied de la Punta di u Grecu, qui non seulement est le plus important relief du secteur, mais dont la retombée septentrionale, immédiatement en contre-haut du site, présente un important développement de tafoni, largement occupé aux périodes préhistoriques et protohistoriques.

32Le site d’I Stantari se situe, lui, sur la bordure nord de l’alvéole, sur un talus colluvial au pied de la retombée du plateau de Cauria, légèrement en contre-haut d’un sillon humide drainant les eaux venant de ce même plateau. Ce sillon contient des arènes de teintes grises, hydromorphes, dont la sédimentation, nourrie d’apports colluviaux, semble plus ou moins contemporaine de l’occupation du site. Lors des périodes humides, les eaux s’écoulent superficiellement dans ce sillon en direction de la dépression centrale marécageuse de Pozzo Rossu, située au point bas de l’alvéole à 200 m au sud des alignements d’I Stantari.

33Les orientations majeures du paysage sont déterminées par le contexte structural. Le sud-ouest du Sartenais, comme d’ailleurs l’ensemble du sud-ouest de la Corse, est cloisonné par des axes nord-est/sud-ouest qui contribuent à déterminer et à isoler différents ensembles. Les vallées de l’Ortolo et de la Navara constituent très probablement de tels territoires particuliers pour lesquels l’analyse géomorphologique n’a pas été encore entreprise. Entre celles-ci, le plateau de Cauria pouvait être considéré comme une « frontière ». Cependant sa structure, sa topographie, ses potentiels agropastoraux, mais également la répartition des sites, conduisent à le traiter comme un territoire spécifique avec ses espaces complémentaires : des terres potentiellement arables, des pâturages maigres, des pentes et vallons étroits, des zones de rochers économiquement stériles mais utilisables pour certaines fonctions (habitats, sépultures).

Les monuments mégalithiques du plateau de Cauria dans leur contexte chronoculturel

Le contexte archéologique et chrono-culturel

34La région de Cauria et l’ensemble du Sartenais ont toujours fait l’objet de recherches de terrain (Mortillet, 1893). Les travaux de l’équipe Grosjean avaient ainsi permis d’établir une bonne base documentaire (Liegeois, Peretti, 1976). Plus récemment les prospections et sondages d’Alain Pasquet autour de la Punta di Murtuli ont constitué un bon exemple de l’exploration systématique d’une micro région (Pasquet, Tramoni, 1998). Ces bases ont été fondamentales pour nous, tout n’était pas à faire.

35En parallèle avec les fouilles de Renaghju et le début de celles d’I Stantari, le programme de terrain engagé sur cet espace a comporté plusieurs autres opérations : poursuite des prospections dans le massif de Cauria - U Grecu, entreprises depuis déjà quelques années par Paul Nebbia, conservateur au Musée de Préhistoire Corse de Sartène (Tramoni, 2002), recherches documentaires systématiques aboutissant à la rédaction d’un atlas préhistorique de la commune de Sartène (Codaccioni, 2000), sondages sur le site perché de Pianu di u Grecu (Tramoni, Chessa, 1999), sondages géoarchéologiques dans la zone humide de Pozzu Rossu entre Renaghju et I Stantari, prospections géoarchéologiques et archéologiques systématiques croisées avec des prospections aléatoires sur l’ensemble du plateau.

36Ce programme a abouti à l’élaboration d’une carte archéologique du secteur la plus fiable possible, à la préparation de différentes cartes géomorphologiques, à des précisions de la carte géologique et au repérage des ressources locales en matières premières. L’ensemble contribue à la connaissance directe et intime de l’espace de compréhension, connaissance qui reste cependant superficielle et insuffisante par bien des aspects.

37Les sites archéologiques actuellement connus sur cet espace constituent un échantillon aléatoire ; ils témoignent de l’existence d’établissements de différentes natures et de différents modes d’occupation. Leur connaissance reste variable et très inégale en fonction des opérations réalisées : prospection de surface, ramassage systématique, sondage de plus ou moins grande étendue, fouille de sites de faible extension, fouilles extensives.

38Sur l’ensemble de la région, les différents types de mégalithes : coffres, dolmens, monuments de menhirs, alignements de menhirs-stèles et de statues-menhirs connus en Corse, sont présents. D’autres sites sépulcraux ont été également reconnus, en particulier des sépultures sous abris, Cauria IV, XX, XXI, qui relèvent donc d’un autre mode et d’un autre rite que les mégalithes bien que, dans certains cas, la construction d’un coffre sous un abri relativise cette distinction typologique comme cela est le cas à Renaghju II.

39Les lieux d’implantation de ces monuments montrent quelques constantes. Ainsi les alignements de pierres dressées sont régulièrement localisés en fond ou en bordure d’alvéole, tels Apazzu, I Stantari et Renaghju ; celui de Pallaghju est particulièrement vaste. En revanche Manzavinu est situé sur un versant et Bocca di a Pila est nettement associé à un col qui constitue l’accès nord-est au plateau de Cauria depuis la vallée de l’Ortolo (Mortillet, 1893). Ce dernier site, aujourd’hui en grande partie détruit, devait comporter initialement un alignement plus important, comme le laissent supposer la présence d’une statuestèle armée inédite et plusieurs fragments de menhirs dans des constructions voisines. Les dolmens de Fontanaccia et de Cardiccia sont sur des petits reliefs, alors que celui d’Arghjola est sur un versant. Alignements et dolmens sont nettement distincts des habitats. À l’inverse, les coffres ne sont jamais isolés, en étant soit associés à des alignements, comme à Renaghju, Pallaghju et Manzavinu, soit à des habitats comme à Pastini. Évidemment la principale question reste celle de la chronologie et nos recherches ont conduit à préciser celle-ci au cas par cas lorsque cela a été possible (cf. ci-dessous).

40Les autres types de sites sont également relativement divers dans l’espace de compréhension :

  • occupations sous abris peu étendues : abri de La Figue, du Sanglier, Sapara Albitrina, Sapara d’Acquedda ; les fouilles montrent qu’il s’agit de sites spécialisés dans l’exploitation du milieu marin (Pasquet, Tramoni, 1998) ; d’autres semblent correspondre à des locus spécifiques liés à des sites ouverts : abri de Punta Cardiccia, Cauria XX, XXI, abris d’Apazzu ;

  • établissements ouverts, d’étendue limitée, connus par prospections et sondages, probablement des occupations spécialisées : Crucanesi, Stazzona, Ramagnola, Murtuli ;

  • établissements ouverts de grande étendue, connus seulement par des prospections ; il s’agit probablement d’habitats importants intégrant dans certains cas des fonctions sépulcrales : Pastini, Cardiccia ;

  • établissements perchés, identifiés par quelques sondages, Pianu di u Grecu (Tramoni, Chessa, 1999) et U Cuncutu (Lanfranchi, Weiss, 1973), ou seulement repérés : Petra Nera ;

  • établissements perchés fortifiés, ayant fait l’objet de prospections, de quelques sondages et de petites fouilles : Castiddacciu (Nebbia, Ottaviani, 1989), Punta di u Grecu, Punta di a Villa, Punta d’Apazzu, Campu Tondu, Tiresa, Punta di u Castellu.

41Plusieurs secteurs montrent l’association de différentes natures d’établissements contemporains dans des espaces très réduits. Ces sites, à moins de 500 m les uns des autres, doivent être considérés comme complémentaires et associés à l’intérieur d’un même territoire (Punta di Murtuli, Pastini).

42Un préalable à l’étude spatiale est évidemment le classement chronologique. Les sites reconnus sur l’ensemble du plateau de Cauria et ses marges ont été mis en phases chronologiques afin de pouvoir être mis en perspective en particulier avec les deux monuments de Renaghju et ainsi reconstituer l’environnement archéologique de leur implantation.

43Faute d’un cadre clairement établi pour la Corse, nous avons proposé un découpage d’attente actuellement en cours de précision ; on distinguera :

  • le Néolithique ancien, 5900-5800/5000-4800 av. n.è., n’est pas pris en compte dans notre propos puisque, dans l’état actuel des connaissances, aucun site mégalithique ne peut y être rapporté ;

  • le Néolithique moyen, entre 4800 et 4100 av. n.è., reste particulièrement mal connu et nos travaux doivent contribuer à le caractériser ;

  • la deuxième phase du Néolithique moyen, occupée par le Basien, entre 4100 et 3500 av. n.è., est en revanche bien définie (Bailloud, 1969 ; Camps, 1988) ;

  • le Néolithique récent et final est occupé par le Terrinien, de 3500 à 2200 av. n.è., également bien défini (Camps, 1988 ; Camps dir., 1988), mais la chronologie et l’évolution interne sur plus d’un millénaire reste à établir ;

  • le Bronze ancien, entre 2200 et 1500 av. n.è., pour lequel une continuité avec le Terrinien a parfois été évoquée en même temps que de fortes influences du Bonanaro Sarde ;

  • la fin de l’Âge du Bronze et le début de l’Âge du Fer, 1500-500 av. n.è., restent à caractériser en détail.

Le premier monument de Renaghju et la région de Cauria au Néolithique moyen

44Le premier monument mégalithique de Renaghju est édifié pendant la deuxième moitié du ve millénaire. Deux dates radiocarbone actuellement disponibles permettent cette attribution :

45– Ly-9520 : 5621 ± 55 BP, soit 4536 à 4344 av. n.è. Pics de probabilités : 4455, 4410, 4370 av. n.è., charbons dans une structure de pierres chauffées.

46– Ly-10229 : 5685 ± 55 BP, soit 4685 à 4365 av. n.è. Pics de probabilités : 4515, 4499, 4465 av. n.è., charbons dans un ensemble de pierres brûlées et de terre charbonneuse.

47Les deux structures ainsi datées ouvrent sur le même sol que les fosses d’implantation des pierres dressées. Il pourrait s’agir de structures de fondation datant ainsi les premières phases de fonctionnement du monument vers 4500 et 4300 av. n.è., soit à la fin du Néolithique moyen précédant le Basien.

48Ce premier monument est composé d’au moins soixante-quatre monolithes, essentiellement des menhirs et quelques menhirs-stèles avec des faces larges, qui représentent un nombre minimum de quarante-neuf individus. Leur hauteur est comprise entre 48 cm et 122 cm, avec une moyenne de 82 cm ; un exemplaire est cependant sensiblement plus haut. L’ensemble de ces monolithes ne montre aucune constante morphologique et reste généralement brut. Seuls quelques exemplaires portent des traces d’aménagement. Tous sont issus de l’environnement géologique local, principalement constitué de monzogranite porphyroïde, et la diversité de leurs formes semble témoigner de prélèvements opportunistes des matériaux. Les implantations sont sommaires et les fosses, plutôt étroites, sont dépourvues de blocs de calage.

49Plusieurs menhirs sont cassés et/ou tombés sur le sol de cette phase, ce qui témoigne de modifications au cours de l’histoire du monument, pour lequel on se propose de distinguer deux états.

50Le plus ancien, dont il ne reste qu’un lambeau avec vingt menhirs cassés et couchés, a été manifestement détruit à l’occasion de la mise en place du second état. Son plan est ainsi rendu difficilement lisible. Les monolithes qui le constituent semblent implantés sans ordre apparent (fig. 2, vignette).

51Le deuxième état (fig. 3, vignette), moins dégradé et composé de vingt-quatre menhirs et menhirs-stèles, montre deux files principales orientées nord-ouest/sud-est et associées à une autre file, légèrement incurvée dite en « arc de cercle », comportant, en position centrale, un grand menhir-stèle de forme régulière mesurant 265 cm de hauteur. Il est constitué d’une dalle de filon local en roche granitoïde microgrenue que l’on rencontre dans les monzogranites. La forme de ce monolithe est probablement en grande partie naturelle ainsi que la rectitude de ses faces qui correspondent essentiellement aux surfaces planes de contact du filon avec l’encaissant.

52Ce monument est le premier édifié dans la région ; son organisation ne fait référence à aucun des grands sites actuellement connus en Corse. L’absence de vestiges de sépulture clairement identifiés le démarque également du complexe de Li Muri à Arzachena (Sardaigne) qui avait initialement été retenu comme modèle mais dont la structure est totalement différente (Puglisi, 1942 ; Atzeni, 1981 ; Antona Ruju, Ferra-Rese Ceruti, 1992).

53Au moment de la fondation, puis pendant le premier état de fonctionnement de ce monument, la région livre des témoignages d’occupations d’un Néolithique moyen mal défini qui doit couvrir la période entre le milieu et la fin du ve millénaire (4800-4100 av. n.è.) et pour laquelle la référence au Bonuighinu sarde est inévitable (fig. 2).

54Les productions céramiques de l’habitat de plein air de Murtuli et de Sapara d’Acquedda-couche 3 s’inscrivent dans ce contexte. Les occupations de l’Abri de la Figue sont également à rattacher à cette phase ; la céramique s’y démarque en effet du Basien, ce que confirme une datation radiocarbone, relativement proche de celles de Renaghju : LGQ 148 : 5405 ± 207 BP, soit vers 4300-4200 av. n.è. selon les pics de probabilité. Les stations de Pastini A et B, qui témoignent d’un vaste établissement, l’abri 1 de Punta Cardiccia ainsi que probablement les stations de Caseddu di Fontanaccia, de Stazzona et Ramagnola, peuvent aussi être attribués à un tel Néolithique moyen. Le coffre de Foce et probablement ceux d’A Cumpra pourraient également être rattachés à ce contexte. En effet, le premier a livré un demi-sphéroïde perforé dans un matériau non déterminé et un fragment de bracelet (chloritite ?). Le sphéroïde perforé renvoie aux « masses-pommeaux » des tombes d’Arzachena-Li Muri, attribuées à la fin du ve millénaire av. n.è. (Santoni, 1990 ; Guilaine, 1996). Le bracelet fait référence aux productions de la région de Porto-Vecchio dont les contextes de découvertes les plus fiables à Porto-Vecchio-Foce di Termini (Tramoni, 1999), à Zonza-Foce ou à Lecci-San Ciprianu renvoient au Néolithique moyen (Tramoni et alii, 1997 ; Tramoni, 2000). Les monuments de Foce et d’A Cumpra se placeraient donc dans une phase ancienne du mégalithisme dont l’existence déjà supposée (Guilaine, 1996) est maintenant confirmée à la suite de nos travaux.

55Le premier monument de Renaghju, alors unique architecture de pierres dressées dans la zone de compréhension, s’insère donc dans une période qui voit la mise en place d’un réseau de sites dont les relations restent à préciser tant au niveau de leur statut que de la chronologie fine. Ils peuvent témoigner d’un mode d’occupation et d’exploitation extensif de l’espace, implanté sur un vaste territoire d’une dizaine de kilomètres de long entre Pastini et la mer, et de 2 à 3 km de large entre l’Ortolo et la Navara, intégrant, depuis la côte jusqu’aux reliefs, différentes natures de sites. Les sites côtiers, en plein air (Murtuli) ou sous abris (Acquedda, La Figue), constituent clairement, d’après les données de fouilles, des établissements spécialisés dans l’exploitation des ressources littorales. Ce statut particulier implique l’existence d’un habitat principal. Les vastes stations du plateau de Pastini pourraient jouer ce rôle. Elles intègrent également les fonctions sépulcrales, dans un type d’organisation souvent reconnu dans le Néolithique moyen méditerranéen et confirmant leur statut d’établissement principal. Ce schéma est complété par de petits sites d’exploitation des zones intermédiaires (Stazzona, Ramagnola). La rhyolite de Calavu, déjà exploitée au Néolithique ancien, est présente sur les stations de Pastini et sur plusieurs sites de la Punta di Murtuli (La Figue, Murtuli, Sapara d’Acquedda), ce qui confirme l’existence de relations entre ces deux secteurs. Les premières recherches de R. Grosjean (1964, 1968) et les nouvelles fouilles entreprises en 2001 tendent à montrer l’absence de monument sur le site d’I Stantari.

Fig. 2. Le plateau de Cauria et ses environs au Néolithique moyen (4800-4100 av. n.è.), Renaghju phase 3, état 1 (en vignette).

56Dans cet espace, le plateau de Cauria, qui constitue un ensemble de terroirs particulièrement attractifs et favorables pour les activités agropastorales, est localisé à environ trois kilomètres de l’établissement du plateau de Pastini et donc en dehors du territoire principal. Les sites de la Punta di Murtuli sont à plus de six kilomètres. Si ce territoire est bien contrôlé par un même groupe humain, comme nous le supposons, la répartition des sites témoigne de discontinuités. Ceci implique la nécessité d’une cohésion interne relativement forte, fondée et organisée par le fonctionnement même du groupe afin d’assurer une continuité sociale et économique. En quelque sorte la cohésion s’auto-alimente en étant source et nécessité de l’équilibre du groupe et donc de son existence. Les signes d’appropriation de l’espace doivent être forts et jouent le rôle de « relais ».

Fig. 3. Le plateau de Cauria et ses environs au Néolithique moyen II Basien (4100-3500 av. n.è.), Renaghju phase 3, état 2 (en vignette).

57Dans ce cadre, le premier état du monument de Renaghju s’inscrirait, à la fin de la première phase du Néolithique moyen, dans ce vaste territoire économique. Sa valeur ostentatoire constituerait alors ce signe. Il occupe une position centrale, par sa localisation géographique à mi-chemin entre le plateau de Pastini, espace primaire, et la Punta Murtuli, espace secondaire spécialisé, ainsi que par son rôle social comme lieu cérémoniel et d’alliance où s’expriment et se matérialisent l’unité et la continuité du groupe dans l’espace discontinu et étendu de son territoire. Celles-ci sont traduites dans le monument qui reflète la structure du groupe. Il est en effet constitué d’individus dont la variabilité et la distribution des morphotypes, en apparence aléatoire et sans logique de relation morphotype / situation / implantation, ne peut s’interpréter qu’en terme d’ensemble, de structure organisée. Le menhir ne compte que parce qu’il est un élément d’architecture. C’est donc l’organisation globale du monument, comme celle du groupe qui prime.

Fig. 4. Le sud du plateau de Cauria au Néolithique moyen et au Basien (Renaghju phase 3).

58La situation géographique et topographique de ce monument (et évidemment des suivants) n’est pas aléatoire (fig. 4), d’une part à proximité d’une source importante, en bordure d’un espace vraisemblablement humide, et d’autre part près de la ligne de partage des eaux entre l’Ortolo et l’Acquella vers la mer. Il est cependant très nettement situé dans le bassin versant de l’Ortolo, à la tête du ruisseau de la Ramagnola et du cheminement reliant le plateau à la large vallée. C’est donc là tout à la fois une porte ouverte vers l’extérieur et un accès vers le plateau. Ainsi paradoxalement, le centre social se trouve proche d’une limite du territoire, où il convient d’affirmer l’existence du groupe et de matérialiser sa cohésion tant pour l’intérieur que pour l’extérieur. Et pour aller encore un peu plus loin, si à travers ces premiers menhirs de Corse, pointe déjà la symbolique anthropomorphe, que dire de l’installation de ce site insigne du groupe en un lieu déjà occupé au Néolithique ancien. La notion d’ancêtres et d’origine ne serait-elle pas déjà présente ? Comment ce premier monument mégalithique aurait-il pu se trouver ailleurs ? C’est lui qui fixe la localisation des architectures plus récentes.

59Le deuxième état du monument de Renaghju pourrait être attribué au Basien. Dans la première partie du ive millénaire (4100-3500 av. n.è.), l’occupation basienne de la région semble être en continuité avec le modèle Néolithique moyen (fig. 3) ; cependant les habitats secondaires semblent prendre une place plus importante et préfigurer ainsi un morcellement des espaces avec un peuplement peut-être à peine plus dense mais surtout plus diffus : Pianu di u Grecu et Cauria X, Punta di Patania, Pastini C, Cardiccia, et au nord-est l’éperon barré d’U Cuncutu. Plusieurs stations telles Crucanesi et Ramagnola 2 doivent s’inscrire dans ce système. Les sépultures restent à identifier, mais semblent se dissocier des habitats, et les sites côtiers semblent disparaître. Le territoire et les réseaux évoluent vers une autre organisation.

60Le monument de Renaghju, dans son deuxième état, conserve une partie de son sens global de centre social du groupe. Son organisation est partiellement modifiée, lui donnant ainsi une plus grande ampleur, une présence plus forte et une signification réaffirmée vigoureusement avec ses deux files principales orientées nord-ouest/sud-est associées à l’autre file, partiellement en « arc de cercle », comportant, en position centrale, un grand menhir-stèle de forme très régulière. Cette transformation peut être interprétée comme le témoignage de l’émergence d’individus particuliers dont le rôle social va contribuer à modifier les structures et le mode de fonctionnement du groupe, conduisant ainsi au système dans lequel sera intégré le second monument.

Le deuxième monument de Renaghju et la région de Cauria à la fin du Néolithique et à l’Âge du Bronze

61Le deuxième monument de Renaghju n’est pas encore précisément daté. Il pourrait avoir été édifié à la fin du Néolithique ou au début de l’Âge du Bronze, ce qui laisse supposer qu’une période relativement longue, au moins un millénaire, le sépare du premier. Si la mise en place de ce nouveau monument reste non datée, la présence d’un menhir-stèle armé d’une grande épée laisse supposer que l’utilisation perdure à la fin de l’Âge du Bronze. Cette seconde architecture mégalithique compte un minimum de cinquante ou soixante-dix grands menhirs-stèles et menhirs, sur un total de quatre-vingt-deux monolithes. Leur taille est comprise entre 143 cm et 320 cm avec une hauteur moyenne de 185 cm ; le plus grand pèse environ quatre tonnes. L’implantation a probablement occasionné la destruction d’une partie du premier monument, comme le montrent quelques cas de réemploi de fragments de petits menhirs dans les calages. Cependant, cette implantation respecte celle du premier monument, en étant localisée à côté et non sur celui-ci qui restait donc visible.

62Les nouveaux monolithes, issus eux aussi de l’environnement local, présentent deux faces principales, soit une face ventrale plane et un dos bombé, soit deux faces planes, et montrent une relative homogénéité de forme qui correspond à ce que R. Grosjean avait dénommé les menhirs proto-anthropomorphes (Grosjean, 1967). La morphologie de ces monolithes est très proche des formes naturelles disponibles dans les monzogranites porphyroïdes à proximité du site avec toutefois un choix pour des formes allongées plutôt que trapues. Naturelles, elles résultent d’abord de la disjonction du granite en grandes lames subverticales ou non sous les effets conjugués des pressions orogéniques et de la formation de fentes de retrait lors du refroidissement de la roche (joints), mais aussi des altérations météoriques. On peut distinguer :

63– des blocs d’exfoliation, plus ou moins en dalles rectangulaires, mais aussi parfois ovales ou subtriangulaires, pour lesquels on peut opposer une face bombée et une face plane ou légèrement concave ; ces faces présentent parfois des figures de météorisation prémégalithiques différenciées qui permettent de rattacher la face bombée à une surface initiale d’affleurement et la face plane ou légèrement concave à la surface inférieure d’arrachement (Sellier, 1995) ; ces formes sont donc à la fois déterminées par les contraintes structurales de la roche, mais aussi largement marquées par les processus d’altération qui l’ont affectée ;

64– des blocs de fissure, caractérisés par des formes géométriques nettes (parallélépipèdes), trapues, essentiellement délimitées par des surfaces planes déterminées par les contraintes structurales et texturales du granite ;

65– des dalles de joints, pour lesquelles l’aspect en dalle est plus nettement marqué (très grande largeur par rapport à l’épaisseur, deux faces principales planes et parallèles) ;

66– des aiguilles, qui sont des formes nettement allongées, plus ou moins pointues, à section rectangulaire ou triangulaire, mais qui, génétiquement, relèvent toujours des mêmes processus évoqués pour les précédents types ;

67– enfin des formes brutes, irrégulières ou originales. Tous ces éléments étaient disponibles autour du site dans un rayon maximum de 300 m, où des traces d’extraction ont pu être observées (fig. 7). Le travail de mise en forme est donc partiel et présent sur une trentaine de monolithes seulement, se réduisant généralement à quelques enlèvements d’éclats sur une partie des chants pour les redresser ; il ne modifie jamais la silhouette du bloc initial. Dans cinq cas uniquement, les monolithes sont très soigneusement mis en forme, si bien qu’on reconnaît mal la morphologie d’origine. Les menhirs-stèles sont alors martelés intégralement (trois cas) ou partiellement (deux cas). Ils ont des surfaces peu rugueuses produites par l’écrasement des têtes des cristaux. Le soin de la mise en forme du menhir-stèle armé est à relativiser au regard de ces derniers monolithes. Il s’applique essentiellement à la grande épée dégagée en champlevé sur la face ventrale et qui est vraisemblablement postérieure au monument. Elle est aujourd’hui altérée et seulement visible dans des conditions artificielles d’éclairage. On remarque cependant que cette altération postmégalithique n’affecte pas la forme générale du support.

68Le monument est organisé en quatre files, orientées nord/sud : la file ouest est longue d’environ 30 m, les trois autres de 15 m (fig. 5, vignette). Le menhirstèle armé s’intègre à la file ouest dont il marque l’extrémité nord. Les faces ventrales des menhirs-stèles sont tournées vers l’est. Cette organisation est radicalement différente de celle du premier monument et il conviendra de rechercher si la motivation architecturale garde un lien avec la structuration de la société. Cette organisation est comparable à celles des autres alignements du sud-ouest de la Corse : I Stantari, Pallaghju, Apazzu (Grosjean, 1964, 1968, 1972). Une sépulture, aujourd’hui détruite, probablement un coffre, était intégrée à ce monument, au nord des files les plus courtes. Sa présence n’est pas sans rappeler l’organisation déjà reconnue à Pallaghju. Ces structurations générales comparables confirment la parenté entre ces monuments. Leur apparition reste mal datée, aucun argument archéologique décisif n’étant actuellement disponible, et notre hypothèse reste fondée sur des recoupements d’observations. Par exemple, sur la cohérence des structures des sites de Renaghju et Pallaghju, qui comportent tous les deux des files parallèles de menhirs-stèles et une sépulture ; à Renaghju, la stratigraphie montre que le coffre est contemporain des files de menhirs. Il est donc possible qu’il en soit de même à Pallaghju. Sur ce dernier site, le coffre est daté de l’Âge du Bronze ancien d’affinité Bonnanaro (Camps, 1988), ce qui donne une datation indirecte acceptable pour les files de menhirs dont on sait par ailleurs qu’elles sont antérieures au Bronze final puisque les armes représentées sur les menhirs-stèles sont gravées à ce moment-là.

69Curieusement la longue durée du Terrinien (deuxième partie du ive millénaire et première partie du iiie : 3500-2200 avant n.è.) ne montre pas d’augmentation significative des sites d’habitat, s’il ne s’agit pas d’un défaut d’identification. Ses premières phases pourraient correspondre à un « plateau » précédant un changement majeur et un nouveau seuil de l’anthropisation. Le site de Pianu di u Grecu, intégrant Cauria XX-XXI, dépotoirs ( ?) terriniens (Nebbia, Ottaviani, 1994 ; Tramoni, Chessa, 1999), apparaît comme l’établissement majeur Néolithique final du secteur. Un deuxième centre important existe probablement toujours sur le plateau de Pastini. L’essor démographique de la fin du Néolithique pourrait rester relatif dans le secteur et plus généralement en Corse, moins dramatique que dans certaines régions continentales, ce qui aurait pour principale conséquence une transition progressive vers l’Âge du Bronze dont témoigne la continuité tant dans l’habitat et les sépultures que dans les productions matérielles. Le dolmen de Cardiccia pourrait être édifié à ce moment-là (bord de petit bol ou d’écuelle décorée de chevrons, vaisselle à perforation en ligne) et par argument de cohérence celui de Fontanaccia. Par comparaison avec Renaghju et Pallaghju, les alignements de menhirsstèles pourraient également faire leur apparition à ce moment comme nous l’avons déjà proposé (D’Anna et alii, 2003). Le premier état d’Istantari semblerait le confirmer, mais les datations archéologiques et radiométriques manquent encore.

70Les grands alignements de menhirs-stèles : Renaghju, IStantari, Pallaghju, Apazzu, mais également Manzavinu et Bocca di a Pila, se mettraient donc en place pendant cette période. Il est probable que l’utilisation de ces sites ait perduré pendant tout l’Âge du Bronze, comme l’attestent les armes portées sur les faces principales.

Fig. 5. Le plateau de Cauria et ses environs à la fin du Néolithique et au début de l’Âge du Bronze (3500-1500 av. n. è.), Renaghju phase 4a (en vignette) et I Stantari phase 2.

71Les phases finales du Terrinien, telles qu’elles ont été identifiées à I Calanchi (Tramoni, 1998), semblent absentes de la séquence de Pianu di u Grecu. Mais il est difficile de les individualiser et de les distinguer formellement du début de l’Âge du Bronze qui, dans la région, doit intégrer tant des éléments évolutifs du Terrinien que des éléments faisant référence au Bonnanaro sarde. C’est à ce moment, dans la première partie de l’Âge du Bronze, à la fin du iiie millénaire et au début du iie, puis surtout au Bronze moyen, que l’on assiste à un réel palier dans l’essor de la pression démographique, qui va se poursuivre pendant le Bronze final et engendrer une transformation de l’organisation des communautés (fig. 6). Les habitats perchés se multiplient et caractérisent nettement la période : Punta di a Villa, Tiresa, Punta di u Grecu, Petra Nera, Punta di Patania, Campu Tondu, Punta d’Apazzu, Castiddacciu, Punta di u Castellu, A Viccia, Petra Pinzuta, auxquels s’ajoutent plusieurs sites secondaires : abris de Cauria 1, Cauria XI et XIII qui ont livré des dépôts de vases du Bronze ancien/moyen et Cauria X, habitat du Bronze moyen/final.

Fig. 6. Le plateau de Cauria et ses environs à l’Âge du Bronze (1500-500 av. n.è.), Renaghju phase 4b et I Stantari phase 3.

72Les grands alignements perdurent. À partir du Bronze moyen, les menhirs-stèles armés y sont intégrés et certains sont probablement partiellement restructurés. Ainsi I Stantari connaît probablement une période de réorganisation qu’une datation radiocarbone permet de situer vers 1200-1100 av. n.è. : Gif 1396 = 2950 BP +/- 110, soit environ 1210-1170 av. n.è. D’autres dates montrent que Pallaghju est également en activité à l’extrême fin de l’Âge du Bronze : Gif 477 = 2680 BP +/- 150, soit environ 850-730 av. n.è. et Gif 476 = 2650 BP +/- 150, soit 810-700 av. n.è. (Delibrias et alii, 1976). Les statues-stèles d’Apazzu, armées d’épées et de poignards se rattachent évidemment à cette ambiance.

73Ainsi, dès la fin du Néolithique, pendant tout l’Âge du Bronze et surtout pendant le Bronze final, le deuxième monument de Renaghju et celui de I Stantari s’inscrivent dans un espace morcelé en plusieurs territoires dépendants des sites perchés et fortifiés mentionnés ci-dessus. L’analyse fine de ces territoires reste à entreprendre, afin de déterminer leur structure, leur composition et donc leur potentiel et leur capacité à livrer les ressources nécessaires à chaque établissement ; mais plusieurs remarques sont d’ores et déjà possibles. Dans l’aire de compréhension, la densité de ces habitats perchés et fortifiés est particulièrement forte : la distance moyenne entre les sites est d’environ 2 400 m, mais plusieurs établissements ont un voisin à moins de 2000 m. Ainsi Castiddacciu et Punta d’Apazzu sont à 1800 m, Tiresa et Punta di u Castellu également à 1 800 m, Punta di u Grecu et Punta di a Villa à seulement 1 500 m. Dans le cas de distances très courtes, de moins de 500 m, il est possible de considérer les établissements soit comme non contemporains, soit comme complémentaires dans un même territoire. En dehors de ces cas, les distances réduites n’existent que dans une direction et donc pour un seul voisin ; ainsi chaque site ne serait en compétition directe qu’avec un seul autre. Dans tous ces cas, une possibilité d’extension dans une autre direction est possible : par exemple pour Punta di u Grecu vers la vallée de l’Ortolo, pour A Villa vers la mer. Dans tous les cas, ce morcellement de l’espace par la densité des établissements laisse évidemment des territoires primaires relativement limités et peu de possibilités d’exploitation au-delà du « cercle d’un kilomètre ». Par rapport aux périodes antérieures, les territoires se réduisent et la compétition pour le contrôle des terres, des cheminements, des matières premières et de l’eau s’accroît d’autant, impliquant la multiplication des repères forts et des signes ostentatoires, marqués par les mégalithes, en particulier les pierres dressées. On constate alors que les alignements n’ont pas tous le même sens et la même valeur. Certains sont directement dépendants d’un seul établissement : Renaghju et I Stantari de Punta di u Grecu, Apazzu de Punta d’Apazzu, Bocca di a Pila de Punta di u Castellu. D’autres sont indépendants : A Manza et Manzavinu (excepté en cas de défaut de prospection dans le secteur au nord d’A Manza ; nous allons donc rechercher le site qui manque dès la prochaine campagne !). Marqueurs, ils jalonnent les cheminements et les cols, en particulier un axe sud-est/nord-ouest, localisé en retrait de la côte, perpendiculaire au cloisonnement structural général d’orientation nord-est/sud-ouest. Il met en liaison la vallée de l’Ortolo, le plateau de Cauria, les vallées de la Navara et de l’Avena, le bassin de Pallaghju, le plateau de Pastini. Cet axe, ainsi que les autres cheminements traversent et relient les différents territoires dépendants des sites perchés. Dans ce schéma, Pallaghju se distingue, par le nombre des monolithes mis en œuvre, par l’étendue de l’alvéole dans lequel il est implanté et par sa localisation aux confins possibles de plusieurs territoires primaires, en situation « intersites ». Ceci pourrait suggérer une valeur collective. Ce que les alignements ordinaires représentent pour un groupe humain, Pallaghju le représenterait pour plusieurs : un « super-alignement » en quelque sorte ! Ce qui, d’une certaine façon saute aux yeux ! De plus, ce niveau d’intégration confirme les limites de la compétition. En effet, l’étroitesse de tous les territoires déterminables reste un problème particulier ; une telle densité n’est probablement pas viable s’il n’y a pas différents niveaux de régulation : un niveau à l’intérieur des groupes et un niveau supérieur fédérant les groupes. Dans l’état actuel de nos recherches, il est difficile d’évaluer la validité d’un tel modèle au-delà de l’espace de compréhension. Cependant les continuités et discontinuités des cartes de répartitions de l’habitat perché-fortifié de la fin de l’Âge du Bronze dans le sud de la Corse et au-delà laissent supposer qu’elles peuvent être interprétées en termes de territoires hiérarchisés intégrant des groupes d’établissements.

74Ainsi les alignements signalent et protègent et cette protection se retrouve en particulier vis-à-vis de l’eau. Plusieurs alignements montrent en effet une situation trop constante pour être le fruit du hasard : à proximité de sources et en tête des écoulements, ils sont situés entre ceux-ci et les apports latéraux de colluvions qui pourraient avoir tendance à les colmater. C’est clairement le cas de Renaghju et I Stantari, de Pallaghju et Apazzu, mais également à l’extérieur du secteur de Cauria de Vaccil-Vecchiu, Stantare dans le Rizzanese et du complexe du Capu di Locu. La protection prend ici une double valeur, matérielle avant d’être symbolique. La densité des sites, mégalithes, sépultures et habitats autour de la zone humide du Pozzu Rossu témoigne bien de cette situation et de cette nécessité (fig. 7).

75Ce système, Renaghju / Pozzu Rossu / I Stantari est actuellement en cours d’analyse plus fine avec la fouille des deux sites et des sondages dans le milieu humide. La géométrie, la chronologie et l’évolution du dernier restent à préciser en détail. Cependant, la localisation des sites archéologiques sur une carte géomorphologique confirme l’importance et la cohérence du système. Celui-ci comporte différents éléments : les écoulements primaires qui convergent et constituent l’espace humide, l’espace humide lui-même, le ruisseau de la Ramagnola, écoulement secondaire vers l’Ortolo, les colluvionnements latéraux des cônes à l’est de Renaghju et à l’ouest d’I Stantari qui tendent à combler les alimentations primaires. En s’installant entre ces alimentations primaires et ces apports latéraux, les alignements préservent le Pozzu Possu. Ces sites mégalithiques s’inscrivent donc bien dans un contexte fonctionnel et il serait abusif de les considérer comme témoignant simplement d’un quelconque culte des eaux. C’est seulement dans les derniers siècles de la Protohistoire que ceux-ci vont probablement être inventés et matérialisés comme le montrent par exemple les nombreuses constructions liées aux sources et puits qui prennent un aspect si particulier notamment en Sardaigne où ils constituent des monuments insignes (Lilliu, 1988, p. 521-544 ; Santoni, 1990, p. 169-182).

Fig. 7. Le sud du plateau de Cauria à l’Âge du Bronze (Renaghju phase 4b et I Stantari phase 3).

Conclusion et perspectives

76Les fouilles d’alignements de menhirs ont souvent été considérées, à juste titre, comme peu attractives (Le Roux et alii, 1989 ; Le Roux, 1998). Les sites sont ingrats et livrent relativement peu de vestiges et de mobilier. Mises en perspective avec celles des autres établissements, elles permettent d’approcher certains systèmes. Probablement plus que les habitats et les sépultures, ces monuments ne peuvent être interprétés en dehors des liens qui les unissent tant aux autres sites qu’à leur espace même.

77Au Néolithique moyen, dans le cadre de l’occupation extensive par un même groupe d’un vaste espace, le territoire révèle des sites principaux, sur le plateau de Pastini, et des sites secondaires sur la Punta di Murtuli en bord de mer, ainsi que des sites mégalithiques, représentés d’une part par une nécropole de coffres (Foce, A Cumpra), et d’autre part par un site de pierres plantées (Renaghju). Menhirs et sépultures ne sont pas directement associés, ces dernières le sont aux habitats.

78À partir de la fin du Néolithique et pendant l’Âge du Bronze, dans un contexte de forte pression démographique, les territoires des groupes sont plus restreints, plus intégrés, la compétition pour les espaces et les ressources naturelles s’accroît. Dans ce cadre, les mégalithes participent à marquer et signaler les territoires. Les ouvertures accrues du milieu déstabilisent les versants et c’est bien à ce moment-là que les apports latéraux menacent de colmater les alimentations en eau et que les mégalithes constituent des barrages qui viennent les protéger.

79La cohésion interne des groupes est une condition nécessaire à la maîtrise de manière durable des espaces et des ressources, inscrite dans le temps. Elle scelle l’histoire du groupe et de son territoire. On pourrait alors évoquer le rôle des ancêtres fondateurs à l’origine de cette association, de cette continuité et de leur permanence. Ainsi d’un sens initial lié au matériel, les pierres dressées, auxquelles on intègre des sépultures, pourraient évoluer vers une symbolique préfigurant des modes de cultes historiques.

80Ce constat conforte l’hypothèse matérialiste selon laquelle le rôle social des mégalithes s’inscrit dans le fonctionnement même de la société dépendant largement des potentiels économiques des territoires et de leur capacité à entretenir l’existence élémentaire des groupes. Les références magico-religieuses sont ainsi rejetées au deuxième plan, il s’agit bien d’un mégalithisme des hommes et pour les hommes qui précède celui des dieux (Voruz, 1992).

81Enfin, on peut remarquer que ces monuments de pierres dressées apparaissent et se développent avant de grands changements socio-économiques et culturels. L’exemple du passage du Néolithique moyen au Basien est ici exemplaire. À la fin du Néolithique moyen, l’identité dégradée nécessite une expression nouvelle, que les pierres dressées expriment dans un premier temps. Puis les productions céramiques spécifiques qui définissent le Basien prennent le relais. L’identité culturelle s’affiche ainsi de manière plus ou moins explicite à travers des manifestations différentes selon les moments, elle se cache ici ou là et on la cherche encore !

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Antona Ruju A., Ferrarese Ceruti M.-L., 1992, Il Nuraghe Albucciu e i monumenti di Arzachena, Sassari, Carlo Delfino Ed., 103 p. (Sardegna archeologica, guide e itinerari no 19).

Atzeni E., 1981, « Aspetti e sviluppi culturali del neolitico e della prima eta dei metalli in Sardegna », Ichnussa : la Sardegna della origini all’eta classico, Milano, Libri Scheiwiller, p. XXI-LI, 141 fig.

Azemar R., 2000, « Dolmens et territoires : une analyse des paysages sur les Grands Causses », Préhistoire du Sud-Ouest, t. 7, p. 65-73.

Bailloud G., 1969, « Fouille d’un habitat néolithique et torréen à Basi, Serra-di-Ferro, Corse », B.S.P.F., t. 66, p. 367-384.

Beeching A., 1989, « Un essai d’archéologie spatiale : les sites néolithiques à limitations naturelles ou aménagées dans le bassin du Rhône moyen », in : Enceintes, habitats ceinturés, sites perchés du Néolithique au Bronze ancien dans le sud de la France et les régions voisines, Actes de la table ronde de Lattes et Aix-en-Provence, 1987, Montpellier, p. 143-163 (Mém. de la Société Languedocienne de Préhistoire, no 2).

Beeching A., Berger J.-F., Brochier J.-L., Cordier F. et alii, 1997, « Le site à ses différents niveaux d’approche spatiale : le cas du Gournier à Montélimar (Drôme) », in : Auxiette G., Hachem L., Robert B. dir., Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer, Paris, éd. du C.T.H.S. - Section de Préhistoire et de Proto-histoire, p. 31-42.

Beneteau G., 1998, « Les ensembles de menhirs du Sud-Vendéen », in : Gutherz X., Joussaume R. dir., Le Néolithique du Centre-Ouest de la France, Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Poitiers, oct. 1994, p. 203-214.

Beneteau G., Gandriau O., Rousseleau R., 2000, « Les alignements de menhirs G. 1 et G. 2 du Bois de Fourgon à Avrillé (Vendée) », B.S.P.F., t. 97, no 3, p. 433-452.

Binford L., 1964, « A Consideration of Archaeological research design », American Antiquity, vol. 29, no 4, p. 425-451.

Bueno Ramirez P., Balbin Behrmann R. de, 2000, « Art mégalithique et art en plein air : approches de la définition du territoire pour les groupes producteurs de la péninsule ibérique », L’Anthropologie, 104-3, p. 427-458.

Camps G., 1988, Préhistoire d’une île : les origines de la Corse, Paris, éd. Errance, 284 p. (Coll. des Hespérides).

Camps G. dir., 1988, Terrina et le Terrinien : recherches sur le chalcolithique de la Corse, Publ. de l’École Française de Rome, 397 p.

Cesari J., 1985a, « Les dolmens de la Corse », Archéologia, no 205, p. 32-45, 15 fig.

Cesari J., 1985b, Découverte de l’alignement de menhirs d’Albitretu (Olmeto, Corse-du-Sud), Travaux du Lapmo, Aix-en-Provence, 9 p., 8 fig.

Cesari J., 1993, « Contribution à la connaissance des statues-menhirs de la Corse », in : Les représentations humaines du Néolithique à l’Âge du Fer, Actes du 115e congrès national des sociétés savantes, Avignon, 1990, Paris, éd. du CTHS, p. 107-121.

Cesari J., 1994, Corse des Origines, Ministère de la Culture et de la Francophonie, Imp. Nationale Éditions, 139 p. (Guides Archéologiques de la France).

Cesari J., 1995, « Le mégalithisme de la Corse », in : Chenorkian R. dir., L’homme méditerranéen, Mélanges offerts à Gabriel Camps, Aix-en-Provence, 1995, Publ. de l’Université de Provence, Lapmo (URA 164 du CNRS), p. 335-349.

Codaccioni L., 2000, Atlas préhistorique de la commune de Sartène (Corse-du-Sud), Mém. de Maîtrise, Univ. de Provence, dép. d’Histoire. Tome I : 466 p. ; tome II : 49 cartes, 24 fig., 4 cédéroms.

Crotti P., Curdy P., David M., Farjon K. et alii, 1983, « Le territoire des sites du Néolithique moyen valaisan (Suisse) », Bull. études préhistoriques alpines, XV, p. 55-77.

D’Anna A., 1992, « Prospections archéologiques et étude du peuplement du massif de la Sainte Victoire : présentation du programme », Préhistoire et Anthropologie méditerranéennes, t. 1, p. 33-43.

D’Anna A., 1996, « Projet Collectif de Recherche : Statues-menhirs, menhirs et mégalithisme de la Corse », Préfecture de Corse, Bilan scientifique 1995, DRAC, SRA de Corse, p. 65-67.

D’Anna A., 2002, « Le Projet Collectif de Recherches : étude de sites mégalithiques corses dans leur contexte chronoculturel », in : « Aspects du Mégalithisme de la Corse : recherches en cours et perspectives », Actes de la Table Ronde de Casta et Saint-Florent (Haute-Corse), 21-22 sept. 1999, p. 101-102 (Préhistoire et Anthropologie méditerranéennes, t. 9).

D’Anna A. dir., 2002, « Aspects du Mégalithisme de la Corse : recherches en cours et perspectives », in : Actes de la Table Ronde de Casta et Saint-Florent (Haute-Corse), 21-22 sept. 1999, p. 97-169 (Préhistoire et Anthropologie méditerranéennes, t. 9).

D’Anna A., Mills N., 1981, « L’occupation néolithique du Bassin de Trets », Bull. Archéologique de Provence, no 8, p. 3-46.

D’Anna A., Cesari J., Leandri F., Marchesi H., 1995, « Projet collectif : mégalithisme de la Corse », Préfecture de Corse, Bilan scientifique 1994, DRAC, SRA de Corse, p. 51-53.

D’Anna A., Cesari J., Leandri F., Marchesi H., 1998, « Les mégalithes de Corse : un état de la question », in : La France des dolmens et des sépultures collectives (4500-2000 av. J.-C.), Bilans documentaires régionaux, Paris, éd. Errance, p. 90-105 (Coll. Archéologie d’aujourd’hui).

D’Anna A., Cesari J., Leandri F., Marchesi H., 1997, « Statues-menhirs, menhirs et mégalithisme de la Corse », in : L’Helgouac’h J., Le Roux C.-T., Lecornec J. dir., Art et symboles du Mégalithisme européen, Actes du 2e colloque international sur l’art mégalithique, Nantes, 1995, p. 217-248 (8ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

D’Anna A., Marchesi H., Tramoni P., 1999, « Sartène, Renaghju », Préfecture de Corse, in : Bilan scientifique, 1998, DRAC, SRA de Corse, p. 32-33.

D’Anna A., Marchesi H., Tramoni P., 2001, « Renaghju (Sartène, Corse-du-Sud) : un habitat de plein-air néolithique ancien en Corse », B.S.P.F., t. 98, p. 431-444.

D’Anna A., Marchesi H., Tramoni P., 2002, « Le site mégalithique de Renaghju à Sartène », in : « Aspects du Mégalithisme de la Corse : recherches en cours et perspectives », Actes de la Table Ronde de Casta et Saint-Florent (Haute-Corse), 21-22 sept. 1999, p. 141-146 (Préhistoire et Anthropologie méditerranéennes, t. 9).

D’Anna A., Marchesi H., Tramoni P., Pinet L., Guendon J.-L., 2003, « Les alignements mégalithiques de Renaghju (Sartène, Corse-du-Sud) dans leur contexte de la région de Cauria », in : Gasco J., Gutherz X., de Labriffe P.-A. dir., Temps et espaces culturels, du 6e au 2e millénaire en France du Sud, Actes des IVe Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Nîmes, 28-29 oct. 2000, Lattes, Adal, p. 357-368 (Monographie d’archéologie méditerranéenne, 15).

Delibrias G., Guiller M.-T., Évin J., Thommeret J., Thommeret Y., 1976, « Datations absolues des dépôts post-glaciaires et des gisements pré-et protohistoriques par la méthode du carbone 14 », La Préhistoire française, t. II, p. 859-899.

Dubouloz J., 1989, « Problématique de recherche sur les enceintes néolithiques de la Vallée de l’Aisne », in : Enceintes, habitats ceinturés, sites perchés du Néolithique au Bronze ancien dans le sud de la France et les régions voisines, Actes de la table ronde de Lattes et Aix-en-Provence, 1987, Montpellier, p. 55-67 (Mém. de la Société Languedocienne de Préhistoire, 2).

Dubouloz J., Le Bolloch M., 1984, « L’occupation du territoire dans la vallée de l’Aisne à la charnière iv-iiie millénaire BC : un point de vue de méthode », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, 1984, Association Internéo, p. 177-184.

Flannery K., 1976, The early mesoamerican village, New-York, Academic Press, 377 p.

Gasco J., 1979, « L’organisation économique et spatiale d’une communauté paysanne préhistorique : le groupe de Fontbouisse en Bas-Languedoc », Études rurales, no 75, 5-6, p. 5-16.

Grosjean R., 1964, « Découverte d’un alignement de statues-menhirs à Cauria (Sartène) », C. R. des séances de l’Académie des inscriptions et belles lettres, 1964, p. 327-342.

Grosjean R., 1967, « Classification descriptive du mégalithique corse : classification typologique et morphologique des menhirs et statues-menhirs de l’île », B.S.P.F., t. 64, no 3, p. 707-742.

Grosjean R., 1968, « Nouvelles statues-stèles découvertes en Corse », B.S.P.F., t. 65, no 8, p. 195-198.

Grosjean R., 1972a, « Les alignements de Pagliaiu (Sartène, Corse) », B.S.P.F., t. 69, no 2, p. 607-617.

Grosjean R., 1972b, « Le complexe mégalithique de Settiva (Petreto-Bicchisano, Corse) », B.S.P.F., t. 69, no 6, p. 164.

Guilaine J., 1996, « Proto-mégalithisme, rites funéraires et mobiliers de prestige néolithiques en Méditerranée occidentale », Complutum Extra, 6-1, p. 123-140.

Hagget P., 1973, L’analyse spatiale en géographie humaine, Paris, éd. A. Colin, 390 p.

Isnard H., 1978, L’espace géographique, Paris, PUF, 219 p.

Jarman M., Vita-Finzi C., Higgs E., 1972, « Site catchment analysis in archaeology », in : Ucko P. et alii dir., Man, settlement and urbanism, p. 61-66.

Jehasse J., 1976, « Informations archéologiques, circonscription de Corse », Gallia Préhistoire, t. 19, fasc. 2, p. 607-615.

Lagrost L., Buvot P., 1998, Menhirs de Bourgogne : l’art mégalithique bourguignon, Montceau-les-Mines, éd. la Physiophile, 160 p.

Lanfranchi F. de, 1986, Inventaires des monuments dolméniques de la Corse, Thèse de doctorat de l’EHESS, Toulouse, 4 vol., 712 p.

Lanfranchi F. de, Weiss M.-C., 1973, La civilisation des Corses : les origines, Ajaccio, Ed. Cyrnos et Méditerranée, 182 p.

Lanfranchi F. de, Weiss M.-C., 1994, Arts et croyances : pratiques funéraires et symboliques des populations préhistoriques corses, CRDP, Ajaccio, 95 p.

Lanfranchi F. de, Weiss M.-C., 1997, L’aventure humaine préhistorique en Corse, Ajaccio, éd. Albiana, 503 p.

Leandri F., 1998, « Premiers travaux sur le site mégalithique du Monte Revincu (Santo-Pietro-di-Tenda, Haute-Corse) », in : D’Anna A., Binder D. dir., Production et identité culturelle, actualités de la recherche, Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Actes de la deuxième session, Arles, nov. 1996, Antibes, éd. APDCA, p. 279-292.

Leandri F. et alii, 2002, « Note sur la fouille du Monte Revincu et les prospections dans le Nebbio et les Agriates », in : Aspects du Mégalithisme de la Corse : recherches en cours et perspectives, Actes de la Table Ronde de Casta et Saint-Florent (Haute-Corse), 21-22 sept. 1999, p. 113-121 (Préhistoire et Anthropologie méditerranéennes, t. 9).

Lecerf Y., 1983, « Les alignements de Kersolan ou les soldats de Saint-Cornely en Languidic (Morbihan) », Archéologie Armoricaine, t. 110, Soc. Polymathique du Morbihan, p. 69-82.

Lecerf Y., 1999, Monteneuf : les Pierres Droites : réflexions autour des menhirs, Rennes, Ass. pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’Ouest de la France, 120 p. (Documents archéologiques de l’ouest).

Lecerf Y., 2001, « Les mégalithes témoins de l’organisation spatiale d’un secteur du Morbihan intérieur », in : Le Roux C.-T. dir., Du monde des chasseurs à celui des métallurgistes : hommage scientifique à la mémoire de Jean L’Helgouac’h et mélanges offerts à Jacques Briard, Rennes, Ass. pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’Ouest de la France, p. 63-68 (9ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Leclerc L., 1997, « Analyse spatiale des sites funéraires néolithiques », in : Auxiette G., Hachem L., Robert B. dir., Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer, Paris, éd. du C.T.H.S., Section de Préhistoire et de Protohistoire, p. 397-405.

Le Roux C.-T., 1997, « Et voguent les menhirs », Bull. d’information de l’Association Manche-Atlantique pour la Recherche archéologique dans les îles, no 10, Rennes, p. 5-18.

Le Roux C.-T., 1998, « Les mégalithes armoricains dans leur paysage », in : Organisation néolithique de l’espace en Europe du Nord-Ouest, Actes du 23e colloque interrégional sur le Néolithique, Bruxelles, 24-26 oct. 1997, p. 249-258 (Bull. de la société royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire, 109).

Le Roux C.-T., Lecerf Y., Gautier M., 1989, « Les mégalithes de Saint-Just (Ille-et-Vilaine) et la fouille des alignements du Moulin de Cojou », Revue Archéologique de l’Ouest, t. 6, p. 5-29.

LHelgouac’h J., 1984, « Signification et place des tombes mégalithiques dans les sociétés atlantiques aux ve et ive millénaires », in : Éléments de pré- et protohistoire européenne, hommages à J.-P. Millotte, Paris, éd. les Belles Lettres, p. 283-287.

Liegeois J., Peretti G., 1976, « Sites mégalithiques découverts par Roger Grosjean », in : Sites préhistoriques et protohistoriques de l’Île de Corse, UISPP, IXe congrès, Nice, Livret-guide de l’excursion C4, p. 101-114.

Lilliu G., 1988, La civiltà dei Sardi : dal Paleolitico all’età dei Nuraghi, Torino, Nuova ERI edizioni RAI, 3ème ed. riveduta e ampliata, 679 p.

Mortillet A. de, 1893, Rapport sur les monuments mégalithiques de la Corse, Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires, III, 1892, Paris, p. 49-86.

Nebbia P., Ottaviani J.-C., 1989, « Castiddacciu : un site fortifié de l’Âge du Bronze sur la commune de Sartène », Bull. de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 656, Bastia, p. 307-334.

Nebbia P., Ottaviani J.-C., 1994, « Le Chalcolithique terrinien de Cauria XX et XXI (Sartène, Corse-du-Sud) », Bull. de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 664-667, Bastia, p. 51-71.

Pasquet A., Tramoni P., 1998, « L’occupation d’une zone littorale rocheuse au Néolithique moyen : l’exemple de la Figue (Sartène, Corse-du-Sud) », in : L’homme préhistorique et la mer, Actes du 120e congrès du C.T.H.S., Aix-en-Provence, oct. 1995, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 277-295.

Peretti G., 1966, « Une sépulture campaniforme en rapport avec l’alignement des menhirs de Palaggiu (Sartène, Corse) », in : Actes du congrès Préhistorique de France, XVIIIe session, Ajaccio, p. 230-241.

Puglisi S.-M., 1942, « Villagi sotto roccia e sepolcri megalitici della Gallura », Bolletino di Paletnologia Italiana, n. s. V-VI, 1941-1942, p. 123-141.

Renfrew C., 1983, Les origines de l’Europe, Paris, éd. Flammarion, 324 p. (Nouvelle bibliothèque scientifique). Renfrew C., 1984, « L’archéologie sociale des monuments mégalithiques », Pour la Science, no 75, p. 28-37.

Santoni V., 1990, « I templi di età nuragica », in : La Civiltà nuragica, AA. VV., Milano, Electa, p. 169-182.

Sellier D., 1991, « Analyse morphologique des marques de la météorisation des granites à partir de mégalithes morbihannais : l’exemple de l’alignement de Kerlescan à Carnac », Revue Archéologique de l’Ouest, no 8, p. 83-97.

Sellier D., 1995, « Éléments de reconstitution du paysage prémégalithique sur le site des alignements de Kerlescan (Carnac, Morbihan) à partir de critères géomorphologiques », Revue Archéologique de l’Ouest, no 12, p. 21-41.

Surmely et alii, 1996, « Apports de l’étude de la localisation des monuments mégalithiques à la compréhension du phénomène mégalithique : exemples des environs de Saint-Flour (Cantal) et de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) », B.S.P.F., t. 93, no 3, p. 434-441.

Tramoni P., 1998, « Les productions céramiques terriniennes : nouvelle approche de la fin du Néolithique en Corse », in : Production et identité culturelle : actualités de la recherche, Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Actes de la 2e session, Arles, nov. 1996, Antibes, éd. APDCA, p. 163-186.

Tramoni P., 1999, « Porto-Vecchio, Focce di Termini », in : Bilan scientifique, 1998, DRAC, SRA de Corse, p. 27-28.

Tramoni P., 2000, « Recherches récentes sur les habitats de plein air en Corse : l’exemple de la région de Porto-Vecchio », in : Sociétés et espaces, Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Actes de la 3e session, Toulouse, nov. 1998, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, p. 109-118.

Tramoni P., 2002, « Les prospections sur le plateau de Cauria : un bilan », in : Aspects du Mégalithisme de la Corse : recherches en cours et perspectives, Actes de la Table Ronde de Casta et Saint-Florent (Haute-Corse), 21-22 sept. 1999, p. 133-140 (Préhistoire et Anthropologie méditerranéennes, t. 9).

Tramoni P., Chessa R., 1999, « Sartène, Pianu di u Grecu », in : Bilan scientifique, 1998, DRAC, SRA de Corse, p. 30-31.

Tramoni P., Pasquet A., Milanini J.-L., 1997, « Lecci, Porto-Vecchio et Zonza, prospections », in : Bilan scientifique, 1996, DRAC, SRA de Corse, p. 33-35.

Vita-Finzi C., 1978, Archaeological sites and their setting, Londres, Thames and Hudson, 176 p. (Ancient peoples and places).

Vita-Finzi C., Higgs E., 1970, « Prehistoric economy in the Mount Carmel area of Palestine : site catchment analysis », in : Proceeding of the prehistoric society, no 36, p. 1-37.

Voruz J.-L, 1991, Le Néolithique suisse : bilan documentaire, Genève, 173 p. (Document du Département d’Anthropologie et d’Écologie de l’Université de Genève, 16).

Voruz J.-L., 1992, « Hommes et Dieux du Néolithique : les statues-menhirs d’Yverdon », Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, t. 75, p. 37-64.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le plateau de Cauria et ses environs, l’espace de compréhension : géographie et archéologie. 1. Fontanaccia ; 2. I Stantari de Cauria ; 3. Bocca di a Pila ; 4. Renaghju ; 5. A Manza ; 6. Pallaghju ; 7. Petra Pinzuta ; 8. A Cumpra ; 9. Cardiccia ; 10. U Cuncutu ; 11. Foce-Pastini ; 12. Dolmen d’Arghjola ; 13. Apazzu ; 14. Tiresa ; 15. Calavu ; 16. A Viccia ; 17. Punta di Patania ; 18. Pastini A ; 19. Pastini B ; 20. Pastini C ; 21. Cauria XVIII-XXI ; 22. Cauria XXII ; 23. Cauria IV ; 24-25. Cauria V-IX ; 26. Cauria X ; 27. Cauria XI-XV ; 28. Cauria II ; 29. Cauria 1 ; 30. Abri des Arbouses ; 31. Cauria XXIII ; 32. Abri de la Figue ; 33. Tralicetu-dune ; 34. Punta di a Villa ; 35. Renaghju II ; 36. Tralicetu-parking ; 37. Sapara d’Acquedda ; 38. Sapara Albitrina ; 39. Abri du Sanglier ; 41. Petra Nera ; 42. Manzavinu 1 ; 43. Manzavinu 2 ; 44. Punta di u Castellu ; 47. Piaghjola ; 48. Pianu di u Grecu ; 49. Campu Tondu ; 50. dolmen de Tralicetu ; 51. dolmen d’Apazzu ; 52. Stazzona ; 53. Caseddu di Fontanaccia ; 54. Crucanesi ; 55. Punta di u Grecu ; 56. Cala Barbarina ; 57. Apazzu-Chjosu Novu ; 58. Murtuli ; 59. Punta d’Apazzu et abris ; 60. Ramagnola 1 et 2 ; 61. Arghjola 2 ; 62. Tralicetucamp d’Aglaë ; 63. Cala Barbarina 2 ; 64. Turrione ; 65. Castiddacciu ; 66. Punta Cardiccia ; 67. Castellu de Petra Pinzuta ; 68. Tertre d’Apazzu.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 2. Le plateau de Cauria et ses environs au Néolithique moyen (4800-4100 av. n.è.), Renaghju phase 3, état 1 (en vignette).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 3. Le plateau de Cauria et ses environs au Néolithique moyen II Basien (4100-3500 av. n.è.), Renaghju phase 3, état 2 (en vignette).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 4. Le sud du plateau de Cauria au Néolithique moyen et au Basien (Renaghju phase 3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 5. Le plateau de Cauria et ses environs à la fin du Néolithique et au début de l’Âge du Bronze (3500-1500 av. n. è.), Renaghju phase 4a (en vignette) et I Stantari phase 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 6. Le plateau de Cauria et ses environs à l’Âge du Bronze (1500-500 av. n.è.), Renaghju phase 4b et I Stantari phase 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 7. Le sud du plateau de Cauria à l’Âge du Bronze (Renaghju phase 4b et I Stantari phase 3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteurs

MMSH, UMR 6636, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence CEDEX 2

MMSH, UMR 6636, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence CEDEX 2

Natalinu, route de Prupia, 20100 Sartène, et INRAP.

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search