Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

II Groupes néolithiques et maîtrise des espaces

Les restes humains épars découverts sur les sites du Néolithique moyen II du Bassin parisien

Une variété des dépôts marqueurs de l’identité du groupe ou un état de la recherche traduisant des lacunes ?1

Jean-Gabriel Pariat

Résumé

Malgré des implantations géographiques variées, plusieurs sites du Bassin parisien, attribuables à la seconde partie du Néolithique moyen, ont livré des restes humains dispersés sur d’importantes surfaces. Ces dépôts d’ossements ont-ils eu à un moment de leur histoire une vocation funéraire ? Leur présence marque-t-elle l’identité du groupe ou de la culture auxquels ils sont associés par l’intermédiaire des autres restes (céramiques, lithiques, fauniques) ? L’étude fait apparaître une variété des modes de dépôt qui ne peut pas être reliée à un groupe particulier. Les stratégies de fouilles adoptées (choix des zones fouillées) ne livrent en outre vraisemblablement qu’une partie de la réalité archéologique ce qui oblige à rester prudent en matière d’interprétation.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Article remis au printemps 2002.

1L’inhumation individuelle est pratiquée massivement dans la moitié nord de la France au Néolithique ancien. Par la suite, des nécropoles monumentales de sépultures individuelles se propagent avec la culture de Cerny. Par contre, durant la seconde partie du Néolithique moyen, cimetières et sépultures individuelles n’ont été retrouvés qu’en faible nombre, et des restes humains isolés sont découverts dans des endroits très différents : un fossé d’enceinte, une tranchée de palissade, un fossé d’habitat, un puits, une fosse-silo…

2Dispersés sur des surfaces assez importantes, les restes humains présents sur les sites du Néolithique moyen II sont rarement en connexion. Ces ossements sont découverts dans des milieux ouverts et non pas en espace clos. La plupart du temps, aucune trace de structure architecturale n’apparaît, si bien qu’il est à première vue difficile d’entrevoir des indices de gestes funéraires. Toutes ces caractéristiques différencient ces dépôts de véritables sépultures (Leclerc, Tarrête, 1988, p. 963).

3Dans quelle mesure peut-on considérer que ces dépôts sont des marqueurs de l’identité d’un groupe ? Ne témoignent-ils pas plutôt d’un état de la recherche pour le moins lacunaire dans ce domaine ?

Définitions

4Avant d’entreprendre toute réflexion plus poussée, une définition de certains termes ou expressions employés dans cet article s’impose. Ainsi entendra-t-on par « restes humains épars » des ossements souvent déconnectés, dispersés et mélangés à d’autres vestiges (céramiques, lithiques, fauniques…) sur des surfaces plus ou moins étendues : un fossé d’enceinte, une fosse ou bien encore un paléochenal. L’expression « restes humains épars » offre l’avantage d’une certaine neutralité contrairement aux expressions « restes humains erratiques (ou) détritiques », également utilisées dans la littérature, qui nous orientent vers une interprétation : les os sont en contexte de rejet, voire d’abandon. Or c’est précisément ce qu’il reste à démontrer.

5Par ailleurs cette présentation porte sur la deuxième partie du Néolithique moyen français (Chalcolithique ancien en terminologie européenne) du Bassin parisien, période qui s’amorce entre 4300 et 4000 avant J.-C. selon les régions, pour s’achever dans le dernier tiers du troisième millénaire. Elle s’appuie sur des sites chasséens, Michelsberg et du Groupe de Noyen ayant livré un minimum de dix restes. Aucune hypothèse de fonctionnement ne peut être proposée pour les cas ayant livré un nombre de restes inférieur à ce chiffre. Huit sites ont en conséquence été retenus. Ils sont localisés dans différents milieux géographiques : promontoires de bord de plateau, voire plateaux, zones de fond de vallée non inondable, terrasses alluviales et zones de fond de vallée inondable, paléochenaux (fig. 1).

Nom du site

Zone d’implantation

Bercy

Paléochenal

Louviers

Paléochenal

Catenoy

Plateau

Boury-en-Vexin

Plateau

Maisons-Alfort

Valléé

Osly-Courtil

Valléé

Maizy-sur-Aisne

Valléé

Gravon

Valléé

Fig. 1. Zone d’implantation des sites.

6Enfin, qu’entend-on par « marqueurs de l’identité du groupe » ? Il s’agit en fait de tenter de savoir si une culture ou un groupe donné peuvent être distingués par un mode de dépôt spécifique, de telle sorte que la culture chasséenne soit par exemple caractérisée par des dépôts primaires tandis que des dépôts secondaires prévaudraient dans la culture de Michelsberg. Le mode de dépôt pratiqué dans un groupe serait d’une certaine manière un moyen pour celui-ci d’affirmer son emprise sur un territoire.

Handicaps

7L’étude d’une série de restes humains épars est confrontée à trois grands types de problèmes. Ces restes n’ont pas souvent bénéficié d’un grand intérêt, si bien que leur enregistrement n’est pas très rigoureux : prises d’altitudes négligées, relevés et clichés photographiques rares. Le second problème découle en partie du premier : la documentation de fouille et les ossements humains sont dispersés, parfois même perdus. Enfin les fouilles effectuées sont rarement exhaustives lorsqu’elles sont conduites sur des sites de grande surface (fig. 2). Les fouilleurs sont amenés dans ce cas à faire des choix en raison de contraintes de temps ou d’argent, ce qui soulève le problème de la représentativité d’un corpus issu de la fouille partielle d’un site. La vision obtenue ne reflète alors qu’une partie de la réalité.

Nom du site

Nombre de restes humains

Surface fouillée

Superficie totale (ha)

Catenoy

Aucune donnée

120 m2

5

Maizy-sur-Aisne

10

Plus d’1 ha

9

Osly-Courtil

10

Plus de 200 ha

4

Louviers

25

7380 m2

Maisons-Alfort

31

100 m2

4

Bercy

121

Aucune donnée

Aucune donnée

Boury-en-Vexin

238

100 m2

2,5

Gravon

239

155 m2

12

Fig. 2. Rapport entre nombre de restes, superficie fouillée et surface totale d’un site.

Fig. 3. Modes de dépôt identifiés sur les sites du corpus.

Variété des modes dinhumation

8L’étude des huit sites retenus a permis la distinction de quatre types de dépôt différents dans le Bassin parisien (fig. 3) : le dépôt primaire perturbé, le dépôt primaire vidangé, le dépôt en plusieurs temps, ou bien encore le rejet détritique pur et simple. Il n’est pas toujours aisé de différencier ces deux derniers modes de dépôt.

9Les sites de Gravon et Boury-en-Vexin renferment des dépôts primaires très remaniés. Les restes sont faiblement dispersés, quelques connexions partielles subsistent, la logique anatomique est respectée et les petits os sont abondants (mains, pieds, points d’ossification). Bien qu’incomplets, les squelettes sont en place (fig. 4).

10La présence à Catenoy de dents, de points d’ossification et de petits os de la main et du pied est peut-être le signe d’un dépôt primaire. Ce dernier semble avoir été l’objet de plusieurs interventions humaines si l’on en juge par les traces de feu, la dispersion et le prélèvement de certains restes, ce qui peut traduire une vidange suivie d’une condamnation par le feu (Debut, Masset, 1991, p. 410).

11Plus problématique, le cas de l’enceinte de Maisons-Alfort ne permet pas de retenir une hypothèse plutôt qu’une autre. La logique anatomique, la compatibilité des différents os et la présence des patellas empêchent d’exclure l’hypothèse du dépôt primaire remanié tandis que l’aspect groupé des restes, leur déconnexion et l’absence des petits os des pieds sont plutôt le signe d’un dépôt en plusieurs temps dont ne subsisterait ici que la phase d’abandon des restes.

12La dizaine de restes découverts dispersés sur une surface fouillée dépassant 100 m2 dans les enceintes de Maizy-sur-Aisne et Osly-Courtil argumente plutôt l’hypothèse de rejets réellement détritiques.

13Enfin, les restes humains de Bercy et Louviers peuvent être détritiques ou constituer l’ultime étape d’un dépôt en plusieurs temps. La localisation des ossements dans le paléochenal empêche de conclure, car les restes ont pu subir des déplacements causés par la force du courant.

Conclusion

14La variété des dépôts qui résulte de cette étude permet de soulever le problème du rapport que l’homme néolithique entretenait avec son territoire. Les dépôts peuvent-ils être considérés comme marqueurs de l’identité du groupe ? Il n’est pas possible en l’état actuel des connaissances de répondre à cette question de manière catégorique. Néanmoins un groupe ou une culture ne semblent pas se distinguer par un mode de dépôt particulier en dépit de la variété apparente (fig. 5). Cette dernière ne traduit à notre sens que les lacunes de la recherche dans ce domaine : le choix des zones fouillées (surtout des fonds de vallée) est peut-être à mettre en relation avec la vision obtenue ainsi que les surfaces fouillées, qui sont souvent infimes par rapport à la superficie totale estimée d’un site. Le nombre de restes humains retrouvés est donc peut-être à l’image de la surface fouillée, faible par rapport au nombre total de restes humains présents sur ce site. Il n’est par ailleurs pas impossible que les membres d’une seule et même communauté aient pratiqué des dépôts différents tout en gardant une idéologie qui leur est propre. En d’autres termes, l’idée qui sous-tend les gestes n’engendre pas nécessairement une seule attitude face à l’inhumation d’un individu. La diversité des dépôts n’est donc pas en contradiction avec les pratiques d’un groupe.

Fig. 4. Exemples de sites renfermant des dépôts primaires très remaniés. A. Boury-en-Vexin, relevé des restes humains de la structure 1 (d’après Martinez , 1984, fig. 64) ; B. Gravon, plan de répartition des restes humains de la fosse F2 (d’après Mordant , 1981).

15Quoi qu’il en soit, l’abondance de restes humains épars sur les sites du Bassin parisien et la rareté des sépultures contemporaines dans la seconde partie du Néolithique moyen sont le signe d’un changement radical au niveau des pratiques funéraires jusqu’alors en vigueur. Ceci est peut-être consécutif à une modification des conceptions relatives à la mort. Les nouveaux lieux de dépôt qui apparaissent ne semblent investis d’aucune valeur symbolique si l’on en juge par l’état fragmentaire des restes et surtout l’absence quasi-systématique d’architecture.

16L’étude réalisée fait par ailleurs apparaître la faiblesse des conclusions lorsque les effectifs observés sont trop peu importants : moins de 100 restes. Les résultats des analyses spatiales ne sont pas aisément interprétables sur ce type de site et la rareté des ossements oblige à rester particulièrement prudent par rapport à la nature des dépôts. Dans le cas où des effectifs plus conséquents ont été examinés, une image d’homogénéité se dégage avec une majorité de dépôts primaires remaniés. La prudence reste cependant de rigueur car les sites concernés n’ont été que partiellement fouillés. Ainsi cette vision ne reflète en somme peut-être qu’un aspect de la réalité. Néanmoins il pourrait être intéressant d’effectuer ce type d’analyse, en dehors des limites du Bassin parisien, voire au-delà des frontières françaises, sur des séries suffisamment importantes de manière à apprécier l’ampleur du phénomène qui semble poindre.

Nom du site

Mode de dépôt

Boury-en-Vexin

Dépôt primaire perturbé

Gravon

Dépôt primaire perturbé

Catenay

Dépôt primaire perturbé

Maisons-Alfort

Dépôt primaire ou secondaire

Maizy-sur-Aisne

Rejet détritique ?

Osly-Courtil

Rejet détritique ?

Bercy

Dépôt secondaire ou rejet détritique

Louviers

Dépôt secondaire ou rejet détritique

Fig. 5. Rapport entre attribution culturelle d’un site et mode de dépôt identifié. En gras : sites attribués au Chasséen ; en italique : sites attribués au Michelsberg ; souligné : site attribué au Groupe de Noyen.

17Que la parution de cet article témoigne de mes plus sincères remerciements à P. Chambon, M. Lichardus, D. Mordant et P. Sellier.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Debut A., Masset C., 1991, « Restes humains épars en milieu chasséen septentrional : recherches en cours », in : Beeching A., Binder D., Blanchet J.-C., Constantin C., Dubouloz J., Martinez R., Mordant D., Thevenot J.-P., Vaquer J. dir., Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. APRAIF, p. 409-412 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Leclerc J., Tarrête J., 1988, Article « sépulture », in : Leroi-Gourhan A. dir., Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, P.U.F., p. 963-964.

Martinez R., 1984, Le site néolithique du ‘Cul Froid’ à Boury-en-Vexin (Oise) dans son contexte régional, Mémoire de diplôme, E.H.E.S.S., Toulouse.

Mordant D., 1981, L’enceinte néolithique du Nord du Chemin de la Tombe à Gravon (77), Cercle archéologique de Bray-sur-Seine, S.R.A. Île-de-France.

Pariat J.-G., 2001, Les restes osseux humains épars découverts dans les sites du Bassin parisien au Néolithique moyen, Paris, Université de Paris I, Mémoire de DEA (non publié).

Notes

1 Article remis au printemps 2002.

Table des illustrations

Légende Fig. 3. Modes de dépôt identifiés sur les sites du corpus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 4. Exemples de sites renfermant des dépôts primaires très remaniés. A. Boury-en-Vexin, relevé des restes humains de la structure 1 (d’après Martinez , 1984, fig. 64) ; B. Gravon, plan de répartition des restes humains de la fosse F2 (d’après Mordant , 1981).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

Auteur

37, rue Saint-Fargeau, 75020 Paris.

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search