Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

II Groupes néolithiques et maîtrise des espaces

L’impact des groupes néolithiques du Bassin parisien sur le milieu végétal

Évolution et approche territoriale d’après les données polliniques

Chantal Leroyer

Résumé

Étendue aux viie et vie millénaires, la synthèse palynologique sur l’impact environnemental du Néolithique dans le Bassin parisien est documentée par de nombreux profils, issus de différents bassins alluviaux. Parfaitement intégrées dans le cadre de l’histoire de la végétation régionale, les influences humaines sur le paysage végétal ont été appréhendées par les indices polliniques d’anthropisation. La nature et l’incidence de l’exploitation du milieu ne se manifestent pas de façon régulièrement ascendante depuis le viie jusqu’au iiie millénaire.
Alors que des traces d’anthropisation sont enregistrées avant le
ve millénaire, la perception de l’impact des hommes du Néolithique ancien et moyen apparaît largement tributaire de la proximité des occupations et de l’importance du peuplement dans le secteur. Ainsi s’opposent le bassin aval de la Marne et la Bassée, qui connaissent respectivement une anthropisation manifeste durant le Néolithique ancien et le Néolithique moyen. Une intensification des activités agropastorales se marque, en revanche, durant les phases récentes et finales du Néolithique. En effet, malgré une liaison moins forte avec les occupations, la majorité des séquences relate alors une hausse de l’impact anthropique.

Texte intégral

Introduction

1Cette synthèse sur l’impact environnemental des cultures néolithiques s’intègre dans une approche beaucoup plus large dont l’objectif est d’appréhender les transformations du paysage végétal sous les influences du climat et/ou de l’homme durant le Tardi-et-Post-glaciaire dans le Bassin parisien (Leroyer, 1997 ; Leroyer et alii, 1997 ; Pastre et alii, 2002a ; 2003 ; Leroyer, Allenet, 2006).

  • 1 Une zone pollinique est un groupe d’échantillons qui se différencie des niveaux adjacents par des v (...)

2Une parfaite connaissance de l’histoire de la végétation régionale est une étape préalable à toute tentative de caractérisation des activités humaines, puisque la perception des indices polliniques d’anthropisation dépend souvent de leur opposition à la dynamique végétale naturelle. Celle du Bassin parisien repose sur près de 1500 spectres polliniques ; elle est résumée par l’individualisation de sept zones régionales pour l’Holocène1.

3Bien que les premiers vestiges néolithiques ne soient attestés dans la région que vers 5000 avant J.-C., il est apparu judicieux d’étendre notre synthèse aux viie et vie millénaires. Nous traiterons donc de la période comprise entre 7000 et 2500 avant J.-C.

4Après une présentation du contexte des travaux et des méthodes employées, nous exposerons l’évolution de l’anthropisation dans chacun des secteurs géographiques concernés en fonction du peuplement néolithique, puis nous dresserons une synthèse régionale.

Méthodologie et cadre de létude

Implantation des séquences et méthodologie

  • 2 Tous mes remerciements sont adressés aux équipes archéologiques de la Bassée, du bassin de la Marne (...)

5Les analyses, presque toutes effectuées à l’occasion de fouilles préventives2, ne concernent que des séquences de fonds de vallées ; ce milieu s’avère particulièrement riche, d’une part, en zones humides et organiques, propices à la palynologie, et d’autre part, en sites archéologiques diachroniques (Leroyer, 1997).

6L’implantation des séquences (fig. 1) répond à une double problématique. L’une revêt un caractère plutôt géomorphologique : différents bassins alluviaux sont échantillonnés avec des études effectuées sur les axes majeurs (Seine, Marne, Oise), sur leurs affluents (Beuvronne, Auxence…) et sur des marais qui leur sont associés (Sacy-le-Grand). L’autre privilégie le contexte archéologique : outre les différences de densité de peuplement dans les différents secteurs, les analyses présentent une relation plus ou moins forte avec les occupations. Ainsi, ont été sélectionnés des profils associés à des installations (Noyen-sur-Seine, Paris ‘Bercy’…), des séquences situées dans des zones de forte implantation néolithique (Châtenay-sur-Seine, Fresnes-sur-Marne…) et des carottages de référence dénués de tout contexte archéologique connu (Sacyle-Grand).

7Cette synthèse sur le Néolithique du Bassin parisien s’avère largement documentée, avec l’étude de vingt-sept séquences, réparties sur treize stations (fig. 1). Les travaux sur les fonds de vallées nécessitent, en effet, un large corpus de données pour obtenir des enregistrements complets et la multiplication des profils est indispensable sur les sites archéologiques pour tenter une estimation de l’impact de ces installations sur l’environnement (Leroyer, 1997 ; Leroyer, Allenet, 2006). Les analyses se répartissent en trois zones géographiques : la Bassée, la moyenne vallée de l’Oise et un secteur incluant le bassin de la Marne et la vallée de la Seine immédiatement en aval de la confluence avec la Marne. L’ensemble de ces études bénéficie de quarante-trois datations (fig. 2), auxquelles s’ajoutent les calages fournis par la présence de matériel archéologique.

  • 3 Je tiens également à remercier J.-F. Pastre (UMR 8591) qui a assuré les carottages de plusieurs séq (...)

8Réalisés avec un maillage serré, les prélèvements ont été effectués sur des carottages3 ou sur les coupes dégagées à l’occasion des travaux archéologiques. L’étude a été menée avec une rigueur méthodologique destinée à assurer la fiabilité des données : élimination des échantillons peu propices, décomptes élevés, obtention d’une large diversité taxinomique, estimation des concentrations absolues et vérification de toutes les variations des fréquences relatives par des modifications des sommes de base et une confrontation aux valeurs absolues.

Les indices polliniques d’anthropisation

9La reconnaissance et la caractérisation des activités et de l’impact des populations néolithiques sur le milieu végétal sont appréhendées par le recours aux indices polliniques d’anthropisation (fig. 3). Depuis une cinquantaine d’années, de nombreux travaux palynologiques ont abordé ce thème (Iversen, 1949 ; Troels-Smith, 1960 ; Vuorela, 1970…) et les marqueurs pris en compte ont évolué. Ainsi, les ligneux constituent de remarquables indicateurs si l’attention est portée autant au taux global des pollens arboréens qu’aux variations des différentes essences. Outre une chute des pollens d’arbres, un défrichement peut être mis en évidence par l’irrégularité des courbes de certains ligneux qui se maintiennent à de basses fréquences ou s’étendent en opposition à la dynamique régionale de la végétation (Aaby, 1986 ; Jalut, 1991 ; Richard, 1995). Les herbacées restent les principales indicatrices d’agriculture, avec l’apparition ou l’essor de plantes cultivées, messicoles ou rudérales, mais les travaux se sont attachés à caractériser les activités et à les différencier (Behre, 1981 ; Behre ed., 1986 ; Behre, Jacomet, 1991 ; Richard, Gery, 1993). Enfin, ces indices polliniques d’anthropisation se trouvent encore renforcés par la prise en compte de la présence de micro-charbons sur les lames (Pattersson et alii, 1987) et les références aux pluies polliniques actuelles (Gaillard et alii, 1992).

Fig. 1. Localisation des séquences polliniques du Bassin parisien couvrant la période néolithique (Leroyer, 2002). 1. Lacroix-Saint-Ouen ‘Station d’Épuration’ ; 2. Armancourt ‘La Grande Prée’ ; 3. Pont-Sainte-Maxence ‘Le Poirier’ ; 4. Sacy-le-Grand ‘Le Marais’ ; 5. Annet/Marne (passage TGV) ; 6. Fresne/Marne ‘L’Île du Gord’ ; 7. Fresne/Marne ‘Le Chemin des Noues’ ; 8. Annet/Marne ‘La Boucle de Jablines’ ; 9. Neuilly/Marne ‘La Haute Île’ ; 10. Paris ‘Bercy’ ; 11. Bazoches-lès-Bray ‘Le Tureau à l’Oseille’ ; 12. Châtenay/Seine ‘La Bachère N’ ; 13. Noyen/Seine ‘Le haut des Nachères’.

La période néolithique dans le contexte de l’histoire de la végétation holocène

10Comprise entre 7000 et 2500 avant J.-C., notre synthèse couvre les zones polliniques régionales VI, VII et VIII pour partie (fig. 4). Celles-ci s’intègrent dans le cadre de l’histoire de la végétation holocène et sont définies par des cortèges caractéristiques (Leroyer, 1997).

11La zone régionale VI (Atlantique ancien) est définie par l’apparition puis la diffusion du tilleul (Tilia). Les ligneux sont dominés par le noisetier (Corylus), le chêne (Quercus) ou le pin (Pinus) qui connaît une certaine recrudescence. Le chêne et l’orme (Ulmus) ont une représentation plus ou moins notable selon les profils, tandis que l’aulne (Alnus) présente une courbe continue mais basse. Le bouleau (Betula) et le saule (Salix) sont sporadiques. La zone VII (Atlantique récent) s’individualise par l’essor du tilleul qui supplante l’orme, l’apparition de l’if (Taxus) et la progression de l’aulne qui s’avère plus ou moins rapide selon les séquences. La première partie de la zone VIII (Subboréal) se caractérise par l’extension systématique de l’aulne dans tous les profils de fonds de vallées. Le tilleul marque un léger retrait tandis que l’if est perçu un peu plus régulièrement, mais toujours avec de faibles occurrences. Au regard des données polliniques, les néolithiques du Bassin parisien ont donc vécu dans un environnement forestier qui correspond à la phase de fermeture majeure du milieu à l’échelle de l’Holocène. Si les zones VI et VII illustrent le développement maximal de la chênaie, les zones VII et VIII traduisent la mise en place et l’essor de l’aulnaie dans tous les fonds de vallée. Néanmoins, le maintien en fréquences notables d’essences héliophiles comme le noisetier signifie que les boisements demeurent assez clairs.

Fig. 2. Liste des datations obtenues pour les séquences polliniques du Bassin parisien couvrant la période néolithique (Leroyer, 2002). Annet / Marne (1) = La Boucle de Jablines, Annet / Marne (2) = Passage T.G.V. (vallée de la Beuvronne), Fresnes / Marne (1) = Le Chemin des Noues, Fresnes/Marne (2) = L’Île du Gord.

Fig. 3. Présentation synthétique des indices polliniques d’anthropisation et de leur signification (Leroyer, 2002).

12De même, il apparaît important d’intégrer les traces d’anthropisation, perçues durant le Néolithique, dans le cadre plus général de l’Holocène. La construction d’un diagramme spécifique, isolant les taxons cultivés et rudéraux (fig. 4), permet de relativiser l’importance des activités agropastorales de cette période par rapport aux phases suivantes. La corrélation de ces marqueurs avec les variations des différents ligneux va dans le même sens. L’impact des populations néolithiques sur le milieu végétal apparaît sans commune mesure avec celui de l’Âge du Fer ou du Moyen Âge.

Les résultats

13Afin d’appréhender l’impact des civilisations néolithiques dans le Bassin parisien, un certain nombre de taxons ont été sélectionnés et isolés dans des diagrammes « d’anthropisation » (fig. 5) : les céréales, le plantain lancéolé (Plantago lanceolata) et les autres rudérales (Plantago major/media, Rumex, Artemisia, Polygonum, Urticacées, Chenopodiacées, Rubiacées, Caryophyllacées, Brassicacées, Cichorioidées, Astéracées). L’évolution de ces indices d’activités agropastorales est confrontée à celle des principaux composants de la couverture arborée (Corylus, Quercus, Ulmus, Tilia, Alnus) mais aussi de certaines herbacées (Poacées et Cypéracées) et des fougères. Toutes ces variations des cortèges, perceptibles en fréquences relatives, ont été systématiquement vérifiées en valeurs absolues tandis que la présence et l’abondance des micro-charbons ont été prises en compte.

La Bassée

14Le Néolithique est particulièrement bien représenté en Bassée, mais les vestiges sont plus ou moins abondants selon les périodes (Mordant dir., 1992). Ainsi, le Néolithique ancien reste assez rare et seule la seconde génération danubienne (Rubané récent final et V.S.G.) est documentée (Mordant, 1997a). L’abondance des découvertes du Néolithique moyen traduit une occupation beaucoup plus dense de la région. La phase Cerny est illustrée par quelques habitats non structurés, des enceintes et des monuments funéraires (Mordant, 1997b). Le Néolithique moyen II est surtout connu au travers des enceintes, mais quelques sites d’habitat moins prestigieux ont aussi été découverts (Mordant, 1984 ; Mordant, Mordant, 1988). L’occupation S.O.M. du secteur est attestée par les sépultures collectives tandis que le Néolithique final est essentiellement documenté par la réutilisation des enceintes (Mordant dir., 1992) ; des habitats souvent érodés ont, néanmoins, été mis au jour récemment (Augereau, 1996).

15Trois études palynologiques concernent le Néolithique de la Bassée : cinq profils ont été analysés à Noyen-sur-Seine ‘Le Haut des Nachères’, deux à Bazoches-lès-Bray ‘Le Tureau à l’Oseille’ et à Châtenay-sur-Seine ‘La Bachère Nord’. Les deux premières stations sont implantées aux abords de paléo-chenaux de la Seine tandis que la troisième se trouve sur un de ses affluents, l’Auxence. Ces trois sites sont associés à des occupations humaines : Mésolithique et Néolithique moyen II à Noyen, Néolithique moyen II à Châtenay et Néolithique final à Bazoches. De plus, les vestiges néolithiques sont particulièrement abondants aux alentours des deux derniers gisements (Mordant dir., 1992).

Fig. 4. Schéma synthétique de l’histoire de la végétation holocène dans le Bassin parisien et de l’évolution des indices polliniques d’anthropisation avec les palynozones régionales et leurs principales datations (Leroyer, 2002).

16À Noyen-sur-Seine (Mordant, Mordant, 1992), l’arrivée de groupes du Mésolithique moyen au début du viie millénaire se marque clairement par une hausse notable des taux de rudérales (fig. 5). Dans ces cortèges, Plantago lanceolata joue un rôle majeur, mais il sera devancé par Plantago major/media lors de la seconde occupation mésolithique des lieux, durant le vie millénaire (Leroyer, 1997). Cet essor du cortège nitrophile est synchrone de variations incessantes des courbes du saule, de l’aulne et du noisetier, ligneux colonisant vraisemblablement les berges de la Seine. Aucun recul général des pollens arboréens n’est perçu, mais des micro-charbons sont présents dans ces niveaux. Dans ces mêmes périodes (première partie de l’Atlantique ancien), la séquence de Châtenay (Leroyer, 1997) témoigne aussi de hausses brutales du cortège rudéral, dont Plantago lanceolata est absent ; elles s’accompagnent de variations ponctuelles des courbes du noisetier et du chêne.

17Dans la deuxième partie la zone VI (Atlantique ancien), des traces d’activités agropastorales sont reconnues à Châtenay-sur-Seine. Conjointement à la présence de pollens de céréales est enregistrée une légère progression du cortège rudéral avec l’apparition de Plantago lanceolata aux côtés de Plantago major/media. Les courbes du noisetier et du chêne sont instables et les Cypéracées s’accroissent, tandis que des micro-charbons figurent sur les lames. Bien que ces niveaux soient datés de 6608-6487 avant J.-C., les assemblages polliniques nous incitent plutôt à les situer aux alentours de 6000 avant J.-C. Que l’on privilégie le radiocarbone ou la zonation pollinique, le calage s’avère plus ancien que la manifestation locale la plus précoce du Rubané qui est datée vers 5200 avant J.-C. sur le site de Barbey ‘Le Buisson Rond’ (Mordant, 1997a).

Fig. 5. Évolution des marqueurs d’activités agropastorales dans le Bassin parisien entre 7000 et 2500 avant J.-C. selon les différents secteurs alluviaux (Leroyer, 2002).

18Au début de l’Atlantique récent (zone VII), l’impact des groupes danubiens paraît ténu sur les séquences de Châtenay et Noyen. Une hausse des rudérales, due surtout au plantain lancéolé, est enregistrée à Châtenay et des céréales sont présentes ponctuellement. Conjointement, le chêne, le noisetier et l’orme reculent quelque peu. En revanche, les profils de Noyen témoignent alors d’une baisse des indices d’anthropisation par rapport à l’occupation mésolithique. Une apparition ponctuelle de céréales est, cependant, vérifiée entre 4892-4464 avant J.-C. ; elle est concomitante d’un très léger essor des Cypéracées. Ces divergences trouvent leur fondement dans les données sur le peuplement danubien de la vallée : implantation V.S.G. importante aux environs immédiats de Châtenay avec les habitats de Balloy et de Barbey, au contraire de Noyen-sur-Seine où aucun vestige n’est connu (Mordant, 1997a).

19Au milieu de la zone VII, seule la séquence de Châtenay révèle une phase d’anthropisation notable. Située à côté d’une enceinte « Cerny » (Mordant, 1997b), elle témoigne de la présence de céréales et d’une nette hausse des rudérales. Les courbes de l’aulne et du noisetier sont alors régressives au contraire de celle du bouleau. À Noyen, secteur où le Néolithique moyen I est très rare, aucune trace de céréaliculture n’a été reconnue ; les courbes des rudérales sont légèrement ascendantes mais celles des principaux ligneux sont alors stables.

20Les deux gisements sont directement liés à des occupations du Néolithique moyen II mais celles-ci diffèrent considérablement. À Noyen, deux enceintes ont été successivement érigées entre 4000 et 3700 avant J.-C. (Mordant, Mordant, 1972). À Châtenay, un simple habitat a été mis au jour au bord du chenal mais d’autres enceintes monumentales sont connues à proximité (Augereau et alii, 1987 ; Mordant dir., 1992). Ces deux types d’occupations se traduisent de façon identique dans les séquences polliniques : présence de céréales en taux plus élevés que précédemment, hausse des rudérales avec le plantain lancéolé majoritaire, recul plus ou moins prononcé du chêne, de l’orme et de l’aulne. À Noyen, la réalisation d’un transect depuis l’occupation a montré que seul le profil situé immédiatement en contrebas de l’enceinte, dénote un retrait conséquent des pollens arboréens au profit des fougères et des Poacées ; à quelques dizaines de mètres, les courbes des principaux ligneux sont instables, mais les taux de pollens d’arbres sont élevés du fait d’une large prédominance de l’aulne (Leroyer, 1997).

21L’impact des hommes du Néolithique récent et final est illustré par les séquences de Châtenay et de Bazoches (Leroyer, 2003). À Châtenay, les marqueurs d’anthropisation diminuent après le Néolithique moyen II, mais les céréales perdurent en courbe continue et les rudérales conservent des fréquences assez fortes. Si aucun retrait brutal de l’aulne ou du chêne n’est observé, l’évolution des différents ligneux est significative d’une pression légère sur l’aulnaie. Ces niveaux démontrent la pérennité de la fréquentation du secteur mais l’absence d’installation sur les lieux mêmes (Mordant dir., 1992). L’occupation du Néolithique final de Bazoches (Augereau, 1996) se traduit, en revanche, par un net retrait de l’aulne et une diminution des composants de la chênaie. Les occurrences assez élevées des céréales et du plantain lancéolé attestent le développement d’activités agropastorales sur les lieux.

Le bassin aval de la Marne et la vallée de la Seine en aval de la confluence avec la Marne

22Ce secteur est le plus documenté car composé de trois ensembles : ‘Les Boucles de Jablines’, un point intermédiaire à Neuilly-sur-Marne et le site de Paris ‘Bercy’, implanté juste après la confluence de la Marne avec la Seine (fig. 1).

Le secteur des ‘Boucles de Jablines’

23Situé au nord-est de Lagny (fig. 1), le secteur d’importants méandres dénommés ‘Boucles de Jablines’, a connu une forte implantation néolithique, plus prononcée pour les phases ancienne et récente que moyenne. Le Rubané est peu illustré, mais la colonisation V.S.G. apparaît conséquente : plusieurs habitats ont été mis au jour (Bouchet et alii, 1996). Les témoins du Néolithique moyen sont plus rares mais une vaste nécropole Cerny et une enceinte du Néolithique moyen II ont récemment été découvertes à Vignely (Lanchon et alii, 1995 ; Lanchon, Brunet, 2001). De surcroît, l’exploitation de la minière du ‘Haut Château’à Jablines dès le Néolithique moyen est significative d’une fréquentation non négligeable des lieux durant cette période (Bostyn, Lanchon, 1992). Les vestiges attribués au Néolithique récent sont plus abondants ; ils correspondent essentiellement à des sépultures collectives mais l’habitat a aussi été reconnu (Bouchet et alii, 1996). Le Néolithique final est connu au travers d’une dizaine de sites fouillés et d’une cinquantaine d’indices de prospection (Brunet et alii, 2004).

24Quatre séquences polliniques ont été étudiées dans ce secteur (Leroyer, 1997). Elles concernent le lit mineur fossile de la Marne (Fresnes-sur-Marne ‘L’île du Gord’), des chenaux latéraux (Fresnes-sur-Marne ‘Le Chemin des Noues’,et Annet-sur-Marne ‘La Boucle de Jablines’) et un affluent, la Beuvronne (Annet-sur-Marne ‘passage TGV’). Ces séquences présentent une liaison plus ou moins forte avec des occupations néolithiques. Si les deux profils d’Annet-sur-Marne ne profitent que de l’abondance des sites découverts dans le secteur, ceux de Fresnes-sur-Marne sont implantés à proximité d’un vaste gisement archéologique qui regroupe un habitat V.S.G., quelques fosses du Néolithique moyen II et des structures du Néolithique récent (Brunet, 1993 ; Drouhot, 1994, 1995).

25La séquence d’Annet-sur-Marne ‘La Boucle de Jablines’ suggère des activités agropastorales très précoces puisque l’apparition de céréales y est datée de 5953-5844 avant J.-C. (fig. 5). Celle-ci s’accompagne d’une hausse du cortège rudéral qui comprend Plantago major/media et Plantago lanceolata en représentation équivalente (Leroyer, 2004). Les Cypéracées et les fougères s’étendent tandis que l’orme et surtout le noisetier s’effacent au profit du pin et du tilleul.

26Aux environs de 5000-4700 avant J.-C. (début de l’Atlantique récent), une nette hausse des marqueurs d’anthropisation est enregistrée sur tous les profils (fig. 5). Ils témoignent de la présence de céréales et d’un essor notable du cortège rudéral avec Plantago lanceolata et Plantago major/media en taux presque équivalents. Une progression des Cypéracées et des fougères est, alors, presque systématiquement constatée. L’évolution des ligneux est plus diversifiée : la diminution de l’orme et du chêne peut s’accompagner de celle du noisetier (Beuvronne). Leur retrait est suivi de l’essor du pin puis du noisetier (Annet), du pin et du tilleul (Beuvronne) et de celui de l’aulne (Fresnes). Seules les deux séquences de Fresnes-sur-Marne sont liées à des occupations V.S.G. ; les deux autres profils paraissent donc influencés par l’abondance des vestiges danubiens dans le secteur (Bouchet et alii, 1996).

27Une baisse générale des indicateurs d’anthropisation se marque ensuite dans la partie médiane de l’Atlantique récent, datée de 4460-4228 avant J.-C. à Fresnes ‘Le Chemin des Noues’ (fig. 5). Les différents profils témoignent d’un recul des rudérales et de l’absence de céréales, à l’exception de celui d’Annet-sur-Marne où elles apparaissent ponctuellement, mais sans que les pollens arboréens ne connaissent alors de variations notables. Cette diminution des indices polliniques ne trouve un fondement dans les données archéologiques que si l’on tient compte de l’absence d’occupation Cerny à proximité immédiate des profils polliniques. En effet, si le peuplement du secteur semble alors moins dense que précédemment, il est clairement attesté par quelques sites prestigieux telle la nécropole de Vignely (Lanchon et alii, 1995).

28À la fin de l’Atlantique récent, le secteur apparaît faiblement anthropisé : absence de céréale, fréquences assez basses de rudérales et rares variations des ligneux (fig. 5). Même si les vestiges du Néolithique moyen II sont peu développés dans ‘Les Boucles de Jablines’ (Bouchet et alii, 1996), leur présence est attestée sur le site de Fresnes-sur-Marne et laissait présager la perception de quelques influences humaines sur le paysage végétal.

29Le début du Subboréal (zone VIII) correspond à un nouvel essor des marqueurs d’activités agropastorales : réapparition des céréales et hausse plus ou moins prononcée du cortège rudéral (fig. 5). Toutefois, si des traces d’agriculture sont reconnues, elles ne s’accompagnent pas de grandes modifications du couvert arboréen et les enregistrements varient considérablement d’un site à l’autre. La séquence du lit mineur (Fresnes-sur-Marne ‘L’île du Gord’) témoigne par deux fois de fréquences élevées de céréales corrélatives de la progression du plantain lancéolé et autres nitrophiles. Si tous les ligneux reculent légèrement, le retrait brutal de l’aulne est significatif d’un défrichement de la ripisylve. Ces actions peuvent être imputées aux groupes du Néolithique récent/final, installés à proximité immédiate (Brunet, 1993 ; Drouhot, 1995). En revanche, le profil de Fresnes-sur-Marne ‘Le Chemin des Noues’, implanté de l’autre côté du site archéologique, ne présente ni l’ouverture de l’aulnaie, ni les cultures céréalières : seules les nitrophiles progressent. Le chenal latéral d’Annet-sur-Marne indique, vers 3500 avant J.-C., une reprise des activités agropastorales sans que de profonds bouleversements des ligneux soient enregistrés. Sur la Beuvronne, l’impact de groupes du Néolithique récent n’est pas clairement démontré, mais la présence de céréales et la hausse des rudérales au début du iiie millénaire peuvent être associées au Néolithique final.

Neuilly-sur-Marne ‘La Haute Île’

30Trois carottages ont été étudiés à Neuilly-sur-Marne ‘La Haute Île’ (Leroyer, Allenet, 1999). Situé en aval des ‘Boucles de Jablines’, le gisement a livré des vestiges « V.S.G. » et une occupation « Cerny » (Lanchon dir., 1999 ; Lanchon, com. pers.). Dans ce secteur, au regard des quelques fouilles réalisées, le peuplement néolithique apparaît moins important. Le Néolithique ancien (V.S.G.) est connu à Champigny-sur-Marne ‘Le Buisson Pouilleux’, le Cerny est attesté à Chelles, le Néolithique récent à Champigny et le Néolithique final à Neuilly-sur-Marne et Chelles (Lanchon dir., 1999).

31Une extension du cortège rudéral est perçue vers 6500 avant J.-C. ; elle relève surtout d’une hausse des Urticacées, des Brassicacées et de Plantago major/media alors que Plantago lanceolata est sporadique (fig. 5). Leur progression s’accompagne d’un essor des Poacées et du recul du chêne et du pin et elle est suivie par un accroissement du noisetier. Elle pourrait éventuellement être le fait de groupes mésolithiques bien qu’aucun vestige ne soit actuellement connu à proximité.

32Malgré la découverte de quelques vestiges V.S.G. sur le site, aucun pollen de céréale n’a été reconnu au début de l’Atlantique récent. Toutefois, Plantago lanceolata amorce une courbe continue et les courbes des Poacées, des Cypéracées et du cortège rudéral sont ascendantes alors que celles du noisetier et du tilleul sont régressives.

33En revanche, des traces d’activités agropastorales sont clairement enregistrées dans les niveaux attribués au Cerny. Les céréales sont abondantes, les Cypéracées s’accroissent mais le cortège rudéral reste effacé. Au sein des ligneux, l’orme connaît un net retrait tandis que le tilleul diminue.

34La période chasséenne dénote ensuite un retrait des marqueurs d’anthropisation. Si deux apparitions ponctuelles de céréales et une courbe continue du plantain lancéolé sont toutefois observées, l’impact sur le milieu forestier reste très discret.

35Enfin, la phase récente du Néolithique voit augmenter les céréales et s’étendre les rudérales, les Poacées et les Cypéracées. À leur essor répond un retrait de l’aulne et du chêne.

Paris ‘Bercy’

36Le gisement de Paris ‘Bercy’ est localisé sur la Seine à très peu de distance de la confluence avec la Marne. Les fouilles qui y ont été menées ont mis en évidence une fréquentation des lieux durant une phase ancienne du Cerny puis deux occupations chasséennes, entrecoupées d’une période probable d’abandon. La première, rattachée à un Chasséen septentrional ancien, correspond à l’occupation majeure du site (Lanchon dir., 1998). Cinq coupes ont fait l’objet d’analyses polliniques (Leroyer, 1997, 1998).

37Un des profils du site témoigne d’une hausse des Urticacées et de la présence sub-continue de Plantago lanceolata durant l’Atlantique ancien (fig. 5). Les Poacées, les Cypéracées et les fougères s’accroissent alors que le recul synchrone du chêne et de l’orme est suivi par une brusque extension du pin. Ces très légères traces d’anthropisation s’avèrent assez proches de celles perçues dans les niveaux mésolithiques de Noyen ; malgré l’absence de tout vestige archéologique, la présence de groupes de chasseurs-cueilleurs ne peut être exclue.

38Ensuite, les débuts de la zone VII correspondent à un retrait du cortège rudéral conjointement à un essor de la chênaie et à l’implantation d’une aulnaie. Les rives de la Seine ne semblent pas être fréquentées ; interprétation corroborée par l’absence d’artefacts V.S.G. (Bulard, 1993).

39Une petite phase d’anthropisation est perceptible au milieu de la zone VII. Légèrement antérieure à 4445-4269 avant J.-C., elle est caractérisée par la présence ponctuelle de céréales et une hausse concomitante des rudérales. Elle est attribuée au « Cerny » dont quelques vestiges ont été découverts sur les lieux.

40Trois profils sont contemporains des occupations des rives de la Seine entre 4326-3970 avant J.-C. et 3705-3376 avant J.-C. : ils témoignent tous trois d’une nette hausse du cortège rudéral, légèrement dominé par Plantago lanceolata et de pics de céréales. Conjointement, l’aulne régresse et le chêne recule ; leur retrait, également vérifié en concentrations absolues, ne s’avère toutefois vraiment notable qu’en contrebas de l’occupation (Leroyer, 1998).

41Au début du Subboréal, est enregistrée une petite phase d’anthropisation qui pourrait correspondre aux actions d’hommes du Néolithique récent. La reprise des ligneux, la disparition des céréales et la diminution du cortège rudéral sont ensuite significatives de l’abandon du site. Néanmoins, les nitrophiles restent assez abondantes et des céréales réapparaissent ponctuellement au début du iiie millénaire. Les variations concomitantes des courbes de l’aulne et du chêne indiquent aussi des interventions diffuses sur l’environnement ; elles peuvent être imputées aux hommes du Néolithique final qui ont laissé leurs pirogues sur les lieux (Bulard, 1993 ; Lanchon dir., 1998).

La moyenne vallée de l’Oise

42Ce secteur a connu une forte implantation néolithique. Le peuplement danubien semble assez dense et comprend les deux horizons R.R.B.P. et V.S.G. : il est illustré par des habitats, des sépultures et des vestiges plus fugaces (Prodéo, 1995). L’occupation Cerny est documentée par une dizaine de sites (vestiges d’habitats ou fosses plus isolées), souvent implantés en zone inondable (Prodéo et alii, 1997). Le Néolithique moyen II (Chasséen septentrional) est bien représenté avec des enceintes monumentales, des habitats fortifiés, des nécropoles… (Prodéo, 1988 ; Dubouloz et alii, 1991). Le Néolithique récent (S.O.M.) est appréhendé au travers de sépultures collectives mais aussi de niveaux d’occupation (Billand et alii, 1994 ; Cottiaux et alii, 1995 ; Talon et alii, 1995). Durant le Néolithique final qui regroupe trois cultures, les sites « Gord » sont assez abondants tandis que les vestiges campaniformes et G.U.D.P. sont rares (Talon dir., 1993).

43Quatre sites ont fait l’objet d’une étude palynologique : le carottage, implanté au sein des Marais de Sacy, est dénué de tout contexte archéologique alors que les trois autres concernent le fond de vallée de l’Oise et sont liés à des occupations humaines (fig. 1). À Pont-Sainte-Maxence ‘Le Poirier’, trois villages, une nécropole et des artefacts rejetés dans le chenal attestent une importante installation du Néolithique ancien ; les lieux ont ensuite accueilli un habitat Cerny (Joseph et alii, 1994). Les profils d’Armancourt ‘La Grande Prée’ et de Lacroix-Saint-Ouen ‘La Station d’Épuration’sont situés de part et d’autre de l’Oise. Tous deux bénéficient de l’abondance des vestiges néolithiques découverts sur ces deux communes puisque toutes les périodes y sont illustrées à l’exception du Chasséen, connu à quelques kilomètres (Prodéo, 1991a ; 1991b ; 1995 ; Prodéo et alii, 1997 ; Billand et alii, 1994 ; Cottiaux et alii, 1995). De plus, la séquence de Lacroix-Saint-Ouen est associée à des occupations du Néolithique récent et final (Talon dir., 1993 ; Talon et alii, 1995).

44Le carottage de référence de Sacy-le-Grand (Leroyer, Allenet, 2006), isolé dans une zone marécageuse, ne relate aucune anthropisation du milieu durant le Néolithique (fig. 5). Les céréales et le plantain lancéolé sont totalement absents de tous les niveaux rattachés à l’Atlantique et au Subboréal. La courbe des rudérales reste peu développée et son essor modéré durant la zone VII ne correspond à aucune variation significative des ligneux. Liés à des occupations, les trois autres profils permettent, au contraire, de suivre de façon particulièrement détaillée l’impact des groupes néolithiques ayant successivement occupé le secteur.

45À Pont-Sainte-Maxence (Leroyer, Allenet, 2006), trois phases d’anthropisation, entrecoupées de courtes périodes de déprises, sont mises en évidence au début de l’Atlantique récent (fig. 5) ; elles sont imputées aux occupations du Néolithique ancien des lieux (Joseph et alii, 1994). Elles se marquent par trois pics de céréales, l’apparition du plantain lancéolé et un large essor du cortège rudéral. Corrélativement, de brèves hausses du pin, du bouleau, du noisetier et des arbustes répondent aux retraits ponctuels des composants de la chênaie mixte (chêne, orme, tilleul) et de l’aulne. À la base du diagramme d’Armancourt (Perrière, 2001), le cortège rudéral qui comprend Plantago lanceolata, est assez développé mais les céréales sont absentes. Ces assemblages, attribués au Rubané, évoquent un certain éloignement des occupations. L’installation de cultivateurs du V.S.G. récent sur la berge opposée (Prodéo, 1991a) se traduit ensuite clairement par l’apparition des céréales et une large hausse des rudérales, concomitantes du retrait du chêne au profit du noisetier et des herbacées de prairie.

46Une courte période de déprise est ensuite perçue à Pont-Sainte-Maxence comme à Armancourt : les céréales disparaissent, les nitrophiles diminuent et les composants de la chênaie s’étendent aux dépens des essences héliophiles.

47Sur les deux sites, la réoccupation des lieux durant le Cerny (Prodéo et alii, 1997) est clairement enregistrée. Les céréales sont présentes en taux importants et le cortège rudéral s’accroît, bien que le plantain lancéolé disparaisse. L’évolution des ligneux est plus différenciée. À Pont-Sainte-Maxence, seul le recul de l’orme est net ; le noisetier, le chêne et l’aulne ne diminuent que légèrement. À Armancourt, les fréquences de l’aulne, du chêne, du tilleul, de l’orme et du noisetier sont, au contraire, très instables et évoquent une rotation des défrichements autour d’un habitat.

48Les niveaux d’Armancourt, corrélés à la période chasséenne, indiquent une modification des activités : les céréales n’ont plus d’occurrences régulières alors que le cortège rudéral s’accroît. Le noisetier s’étend, les composants de la chênaie (chêne, orme, tilleul) sont plus constants, mais l’aulne régresse nettement.

49À Lacroix-Saint-Ouen (Leroyer, 2003), la fréquentation des lieux durant le Néolithique récent (Talon et alii, 1995) n’entraîne pas une forte anthropisation du milieu : aucune trace de céréales n’est enregistrée et le cortège rudéral est assez effacé. Néanmoins, l’aulne recule et le noisetier comme l’orme se développent quelque peu aux dépens du chêne. À Armancourt, l’aulne chute au début du Subboréal alors que le noisetier se stabilise et que progressent légèrement le chêne et le tilleul. Les céréales et les nitrophiles augmentent. Les niveaux sus-jacents, également corrélés au S.O.M., traduisent une inversion des défrichements : l’aulne s’accroît tandis que le chêne régresse. Si les occurrences des céréales restent régulières, celles des rudérales et des Poacées sont en légère hausse.

50Durant le Néolithique final, les occupations successives des berges de l’Oise à Lacroix-Saint-Ouen (Talon dir., 1993) se marquent nettement dans la séquence pollinique. Outre le recul de l’aulne, une profonde régression des composants de la chênaie est enregistrée. Ces défrichements s’accompagnent d’abondantes activités agropastorales au regard de l’essor des céréales, des rudérales et des Poacées. Sur la berge opposée, à Armancourt, une accentuation des défrichements est également perçue. L’aulne et le chêne diminuent fortement et la plupart des ligneux présente une courbe régressive : seuls le noisetier et le tilleul se maintiennent. Si les nitrophiles augmentent, les céréales deviennent, par contre, subcontinues.

Synthèse

51La prise en compte systématique des indices polliniques d’anthropisation et leur confrontation aux données archéologiques, en dépit du risque évident que posent les tentatives de corrélation entre chronologies différentes (radiocarbone, pollinique et culturelle) nous ont mené à apprécier l’amplitude et les modes d’exploitation du milieu des groupes néolithiques successifs, en tenant compte de la liaison plus ou moins prononcée des séquences avec des occupations humaines.

Les traces d’anthropisation antérieures au ve millénaire

52Quelques séquences livrent des indices polliniques d’anthropisation dès l’Atlantique ancien (zone régionale VI). Si certains peuvent être imputés à des groupes mésolithiques, d’autres posent problème (Leroyer, 2004).

53L’impact des groupes mésolithiques sur le paysage végétal est assez bien perçu grâce aux données polliniques du site de Noyen-sur-Seine (fig. 5). L’installation de chasseurs-pêcheurs-cueilleurs induit une rudéralisation conséquente de la végétation et s’accompagne d’une pression sur le milieu forestier. L’instabilité des courbes de certains ligneux évoque, en effet, des éclaircissements répétés des boisements ripariaux. L’abondance des débris opaques dans ces niveaux permet d’envisager l’existence d’incendies (Patterson et alii, 1987) qui justifieraient, par ailleurs, l’importance du cortège rudéral. Si leur origine anthropique ne peut pas être certifiée, elle doit, néanmoins, être envisagée : la réalisation de brûlis peut faciliter les déplacements et les installations liés à la pêche comme avoir une vocation cynégétique (Leroyer, 1997). Une légère anthropisation du milieu est donc clairement mise en évidence durant le Mésolithique dans le contexte exceptionnel de Noyen. Trois autres séquences (Neuilly-sur-Marne, Paris ‘Bercy’ et Châtenay-sur-Seine) traduisent des manifestations similaires durant l’Atlantique ancien. Même si elles doivent être considérées avec prudence et ne peuvent pas être systématiquement imputées à des activités humaines, elles pourraient signifier que le peuplement mésolithique des vallées du Bassin parisien est plus important que ne le laisse penser la rareté des découvertes archéologiques.

54À Annet-sur-Marne et Châtenay-sur-Seine, l’enregistrement très précoce d’activités agropastorales soulève un sérieux problème (fig. 5). En effet, leur datation, vers 6000 avant J.-C., renvoie au Mésolithique, attribution peu compatible avec la reconnaissance de cultures céréalières même si, hormis celles-ci, l’impact sur le milieu ne diffère pas beaucoup de celui des mésolithiques de Noyen. La rudéralisation du milieu y apparaît à peine plus marquée et peut relever de fréquentations régulières ou de brûlis opérés pour l’éclaircissement de la végétation comme pour la pâture de troupeaux (Behre, 1981). Aucun défrichement important n’est enregistré ; les actions consistent plutôt en éclaircissements ponctuels qui concernent autant le noisetier et l’orme que le chêne et entraînent un léger essor des herbacées héliophiles. Deux interprétations de ces manifestations, dont aucune ne se trouve corroborée par les données archéologiques, peuvent être proposées : le passage à l’économie de production de groupes mésolithiques ou une colonisation néolithique beaucoup plus précoce qu’elle n’est actuellement attestée. La fiabilité de ces traces polliniques d’activités agropastorales ou leur datation ne manqueront pas d’être également suspectées. Le calage chronologique repose sur la zonation pollinique régionale, alimentée par de nombreux diagrammes et un corpus de mesures radio-carbone ; les 14C effectués spécifiquement pour dater ces premières occurrences de céréales s’intègrent dans ce cadre. La signification des indices polliniques d’anthropisation peut aussi être mise en cause, mais leur validité apparaît largement justifiée pour des périodes plus récentes ; les traces les plus anciennes ne peuvent être écartées sans que soit rejeté l’ensemble des travaux sur le sujet. Enfin, une céréaliculture tout aussi précoce a été mise en évidence dans différentes régions (Haas, 1996 ; Tixier, 2001 ; Richard dir., 2004).

Le Néolithique ancien

55Hormis la séquence de Pont-Sainte-Maxence qui est associée à une occupation, l’impact sur le milieu du Néolithique ancien (fig. 5) a été apprécié au travers de profils situés à proximité de sites, mais aussi dans des secteurs où la densité de peuplement est assez faible.

56Les activités de ces premiers agriculteurs semblent assez peu affecter le milieu. Si les cultures céréalières sont indéniables, la rudéralisation de la végétation s’accroît uniquement dans les zones de fort peuplement ; elle relève, outre des activités pastorales, aussi de la plus forte stabilisation des populations. Les défrichements restent limités et n’évoquent aucunement une profonde ouverture du couvert forestier (Aaby, 1986 ; Jalut, 1991) : ils concernent maintenant le chêne autant que l’orme ou le noisetier et favorisent d’autres essences. Les enregistrements polliniques traduisent donc le caractère encore restreint de l’influence des groupes danubiens sur le paysage végétal. Seuls les profils qui bénéficient d’une liaison directe avec des habitats V.S.G. ou se situent dans une zone fortement occupée à cette période comme les ‘Boucles de Jablines’ dans le bassin aval de la Marne, présentent des marques d’anthropisation notables. Ainsi, le site de Bercy, pourtant peu éloigné de ce secteur, témoigne alors d’une reprise de la chênaie.

Le Néolithique moyen

57La mesure de l’impact du Cerny sur le milieu végétal bénéficie de la profonde différence de densité d’occupation des différents secteurs étudiés, à laquelle s’ajoute l’association de certaines séquences polliniques à des occupations humaines.

58Au regard des études palynologiques, l’impact sur le paysage végétal du Néolithique moyen I apparaît encore assez faible. En effet, les séquences polliniques ne relatent les activités des hommes du Cerny que si elles sont implantées à proximité immédiate d’occupations. De plus, lorsqu’il y a continuité d’habitat comme à Pont-Sainte-Maxence, les traces d’activités agropastorales ne sont pas plus développées que lors du Néolithique ancien. Les hommes du Néolithique moyen I exploitent incontestablement le milieu forestier, mais ils ne procèdent pas à des défrichements massifs (Aaby, 1986 ; Richard, 1995). Aucun retrait général des pollens arboréens n’est constaté, alors que certains profils polliniques sont directement associés à des sites archéologiques : seuls certains ligneux régressent. Cette perception d’un impact encore limité est largement confortée par les séquences dénuées de lien avec toute implantation du Cerny. Elles traduisent alors un recul généralisé des marqueurs d’anthropisation dans les ‘Boucles de Jablines’ et au mieux une progression des rudérales à Noyen.

59L’implantation de trois séquences en contrebas d’occupations bien différenciées (enceintes monumentales, « village » et simple habitat) constitue un atout supplémentaire pour caractériser l’exploitation du milieu durant le Néolithique moyen II. En effet, des transects, partant de l’habitat pour s’en éloigner progressivement, ont été effectués à Noyen et à Bercy alors que d’autres séquences présentent une liaison archéologique moins forte, voire sont privées de tout contexte archéologique.

60Sur les trois sites associés à des occupations (Noyen, Bercy et Châtenay), les céréales sont un peu plus abondantes que dans les enregistrements antérieurs. Cette progression doit être relativisée du fait de la très forte liaison archéologique, mais celle-ci existait aussi à Pont-Sainte-Maxence pour le V.S.G. et le Cerny. L’élevage est attesté par l’essor du cortège rudéral au sein duquel Plantago lanceolata joue un rôle au moins équivalent à celui de Plantago major/media. L’ouverture du milieu forestier est clairement perçue mais elle ne traduit aucunement une déforestation massive. Deux types d’interventions sont enregistrés, d’abord un éclaircissement de la ripisylve, puis une exploitation de la chênaie avec le chêne attaqué préférentiellement. À Noyen comme à Bercy, l’ouverture de l’aulnaie apparaît très localisée autour de l’habitat puisqu’elle est à peine perceptible dès que l’on s’éloigne de la zone d’occupation (Leroyer, 1998). Elle est vraisemblablement destinée à faciliter l’implantation et l’accès à la rivière tandis que les sols ainsi libérés évoluent en prairie. Si le chêne semble donner lieu à une exploitation préférentielle, là encore son recul ne se marque pas très fortement, alors que l’édification d’enceintes devait entraîner une consommation importante de bois. Les autres séquences proviennent de secteurs où les vestiges du Néolithique moyen II sont plus rares. Après l’occupation Cerny des lieux, les profils d’Armancourt et de Neuilly attestent une pérennité des activités agro-pastorales et une légère pression sur le milieu forestier mais l’impact anthropique est moins important. Enfin, les enregistrements contemporains, issus des ‘Boucles de Jablines’ ou des Marais de Sacy, témoignent d’une très faible anthropisation du milieu : aucune trace de céréaliculture n’est perçue, le cortège rudéral est moyennement développé et aucun défrichement n’est clairement mis en évidence.

Le Néolithique récent et final

61À l’exception des profils de Bazoches et de Lacroix-Saint-Ouen associés à des habitats, l’influence des populations du Néolithique récent et final n’est documentée que par des séquences implantées au mieux à proximité de vestiges d’occupation ou dans des zones de fort peuplement.

62Malgré cette liaison moins prononcée avec des sites archéologiques, des activités agropastorales sont presque systématiquement enregistrées dans les différents diagrammes polliniques dès le début du Subboréal (Leroyer, 2004). De surcroît, les fréquences de céréales et de nitrophiles sont souvent aussi élevées que lors de périodes antérieures d’occupation. Ces observations laissent penser que l’agriculture connaît un fort développement à partir du S.O.M. En revanche, l’impact sur le milieu forestier est plus difficile à discerner, car l’essor des aulnaies dans les fonds de vallées constitue alors un filtre conséquent à la perception des boisements de versant (Leroyer, 1997). Si les deux séquences liées à des occupations témoignent clairement d’un défrichement de la ripisylve, les autres profils attestent des éclaircissements ponctuels de l’aulnaie, au regard des variations d’Alnus, mais sans grande incidence sur son développement. L’exploitation de la chênaie est encore plus délicate à appréhender. Elle est, néanmoins, clairement transcrite dans les deux diagrammes de la moyenne vallée de l’Oise où elle apparaît assez importante. Son défrichement est également relaté à Bazoches en Bassée. Les données polliniques tendent donc à souligner une hausse de la pression anthropique à partir du Néolithique récent ; elles se trouvent confortées par les études géomorphologiques qui situent au début du Subboréal une déstabilisation des milieux avec un renouveau d’apports détritiques dans les fonds de vallées (Pastre et alii, 2002b ; 2003).

Conclusion

  • 4 Nous tenons à rappeler que cette synthèse a été effectuée en 2002. Certains points fondamentaux et (...)

63Documentée par de nombreux profils issus de différents bassins alluviaux, la synthèse palynologique sur l’impact environnemental des hommes du Néolithique dans le Bassin parisien permet de souligner quelques points fondamentaux4.

64Du début du viie jusqu’au ive millénaire, l’anthropisation du milieu ne progresse pas avec une intensité régulière mais semble totalement tributaire de la densité du peuplement des secteurs alluviaux. Durant les phases ancienne et moyenne du Néolithique, les activités agropastorales ne sont le plus souvent perceptibles qu’à proximité immédiate des occupations. Ainsi s’opposent le secteur des ‘Boucles de Jablines’ dans le bassin aval de la Marne et le secteur de la Bassée : le premier connaît une anthropisation manifeste durant le Néolithique ancien alors que l’impact des hommes du Néolithique moyen est surtout vérifié dans la vallée de la Seine. En revanche, la reconnaissance des activités agropastorales se généralise à partir du Néolithique récent et final même si les séquences ne sont pas directement liées à des installations humaines. Ce schéma, transcrit par les données palynologiques, diffère sur certains points de celui proposé à partir des sources archéologiques.

65Une certaine anthropisation du milieu est perceptible dès le Mésolithique ; elle est mise en évidence dans le contexte exceptionnel du site de Noyen-sur-Seine, mais semble également s’étendre à d’autres vallées, elle implique une relative stabilité de ces chasseurs-cueilleurs qui évolueraient dans un territoire assez circonscrit pour le marquer de leurs fréquentations régulières et entraîner une rudéralisation de la végétation. Les données archéologiques viennent conforter ces interprétations palynologiques. En effet, l’équipement spécialisé (pirogue, nasses…) des mésolithiques de Noyen nécessite un investissement technique lourd qui suggère une stabilisation dans la vallée (Mordant, Mordant, 1992). Les sites de terrains secs illustrent également l’existence de groupes restreints, installés dans un territoire donné dont ils exploitent l’essentiel des ressources et qu’ils éclaircissent ponctuellement à des fins précises (Rozoy, 1991). En revanche, l’enregistrement d’activités agropastorales au début du vie millénaire ne trouve aucun écho dans les sources archéologiques et pose le problème fondamental de l’identification de leurs auteurs.

66L’influence des groupes du Néolithique ancien semble assez faible et ne se marque nettement que lorsque les séquences bénéficient d’un fort contexte archéologique. Ainsi le profil de Pont-Sainte-Maxence relate clairement les trois occupations des lieux, tandis que les sites des ‘Boucles de Jablines’ ou d’Armancourt dans la moyenne vallée de l’Oise transcrivent le fort peuplement V.S.G. du secteur ; la vallée de la Seine apparaît, en revanche, assez peu anthropisée. Ces conclusions palynologiques convergent parfaitement avec les interprétations archéologiques.

67Aucune accentuation notable de l’impact anthropique n’est perçue durant le Néolithique moyen alors que les sources archéologiques attribuent à cette période une plus forte insertion dans les territoires avec une exploitation accrue du milieu naturel dès le Cerny (Constantin et alii, 1997) et une généralisation des mises en culture durant le Néolithique moyen II (Dubouloz et alii, 1991). Les données polliniques relativisent les influences de ces agriculteurs sur le paysage végétal. L’impact sur le paysage végétal du Cerny reste restreint et si une petite hausse des activités agro-pastorales se manifeste durant le Néolithique moyen II dans les secteurs de fort peuplement, d’autres vallées semblent presque échapper à toute pression humaine.

68Le passage aux phases récente et finale du Néolithique témoigne, en revanche, d’une intensification des pratiques agricoles. Malgré la liaison moins forte des séquences avec des occupations, la présence de céréales et un cortège rudéral assez important sont presque systématiquement enregistrés. L’impact sur le milieu forestier, qui n’a pu être appréhendé que sur trois profils, y apparaît aussi plus conséquent. Il se trouve conforté par les données morphostratigraphiques qui situent à cette période la déstabilisation du milieu. Cette hausse de l’anthropisation s’accorde avec les interprétations archéologiques qui relatent une intensification des occupations (Blanchet, 1989).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aaby B., 1986, « Trees as anthropogenic indicators in regional pollen diagrams from eastern Denmark », in : Behre K.-E. ed., Anthropogenic Indicators in Pollen Diagrams, p. 73-93.

Augereau A., 1996, « Le site Néolithique final de Bazoches-lès-Bray/Le Tureau à l’Oseille (Seine-et-Marne) », Internéo 1, p. 127-139.

Augereau A., Gouge P., Mordant C., Mordant D., 1987, « Fouilles et sauvetages en Bassée : approches traditionnelles et perspectives nouvelles », in : Aperçu sur l’actualité de la recherche préhistorique en Île-de-France, Journée archéologique Saint-Denis, 14 juin 1987, DRAC Île-de-France.

Behre K.-E., 1981, « The interpretation of anthropogenic indicators in pollen diagrams », in : Pollen et spores, 23-2, p. 225-245.

Behre K.-E. ed., 1986, Anthropogenic Indicators in Pollen Diagrams, A.-A. Balkema Publishers, 232 p.

Behre K.-E., Jacomet S., 1991, « The ecological interpretation of archaeobotanical data », in : Van Zeist W., Wasylikowa K., Behre K.-E. ed., Progress in Old World Palaeoethnobotany : a retrospective view on the occasion of 20 years of the International Work Group for Palaeoethnobotany, A.-A. Balkema/Rotterdam/Brookfield, p. 81-108.

Billand G., Le Goff I., Guillot H., 1994, « Lacroix-Saint-Ouen - Le Prieuré », in : Bilan scientifique 1993, SRA Picardie, p. 89-90.

Blanchet J.-C., 1989, « Néolithique final et Chalcolithique dans le Bassin parisien et le Nord de la France », in : Le Temps de la Préhistoire, t. 1, p. 396-399.

Bostyn F., Lanchon Y. dir., 1992, Jablines, Le Haut Château (Seine-et-Marne) : une minière de silex au Néolithique, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 246 p. (Documents d’Archéologie Française, 35).

Bouchet M., Brunet P., Jacobieski G., Lanchon Y. dir., 1996, Il y a 7000 ans en vallée de Marne… Premiers labours, premiers villages, Nemours, éd. APRAIF, 48 p.

Brunet P., 1993, « Fresnes-sur-Marne, Les Sablons », in : Bilan scientifique 1992, SRA Île-de-France, p. 30.

Brunet P., André M.-F., Bémilli C., Brunet V., Cottiaux R., Durand J., Gosselin R., Le Jeune Y., Renard C., 2004, « Deux sites de la fin du Néolithique en vallée de Marne : Lesches ‘le Pré du Refuge’ et Meaux ‘Route de Varreddes’ (Seine-et-Marne) : résultats préliminaires », Internéo 5, p. 101-113.

Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, 740 p. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Cottiaux R., Limondin N., Prost D.-C., Talon M., 1995, « Un habitat de la fin du Néolithique ‘Le Parc Tertiaire’ sur la commune de Lacroix-Saint-Ouen (Oise) », in : Actes du XXe colloque interrégional sur le Néolithique, Evreux, 1993, p. 213-232 (7ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Drouhot C., 1994, « Fresnes-sur-Marne, Les Ajoux de la Remise des Prés », in : Bilan scientifique 1993, SRA Île-de-France, p. 50.

Drouhot C., 1995, « Fresnes-sur-Marne, Les Ajoux de la Remise des Prés », in : Bilan scientifique 1994, SRA Île-de-France, p. 66-67.

Dubouloz J., Mordant D., Prestreau M., 1991, « Les enceintes ‘néolithiques’ du Bassin parisien. Variabilité structurelle, chronologique et culturelle - Place dans l’évolution socio-économique du Néolithique régional-Modèles interprétatifs préliminaires », in : Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. APRAIF, p. 211-229, 8 fig. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Gaillard M.-J., Birks H.-J.-B., Emanuelsson U., Berglund B.-E., 1992, « Modern pollen/land-use relationship as an aid in the reconstruction of past landuses and cultural landscapes : an example from south Sweden », Vegetation History and Archaeobotany, 1-1, p. 3-17.

Haas J.-N., 1996, « Pollen and plant macrofossil evidence of vegetation change at Wallisellen-Langachermoos (Switzerland) during the Mesolithic-Neolithic transition 8500 to 6500 years ago », Dissertationes Botanicae, 267, p. 19-67.

Iversen B.-J., 1949, « The influence of prehistoric man on vegetation », Danmarks Geologiske Undersogelse, 4, p. 5-25.

Jalut G., 1991, « Le pollen traducteur du paysage agraire », in : Guilaine J. dir., Pour une archéologie agraire, Paris, éd. Colin, p. 345-368.

Joseph F., Pinard E., Prodéo F., 1994, « Pont-Sainte-Maxence Le Poirier », in : Bilan scientifique 1993, S.R.A Picardie, p. 99-104.

Lanchon Y. dir., 1998, Le cadre naturel et les occupations néolithiques du site de Paris Bercy, DFS, SRA Île-de-France, 5 vol.

Lanchon Y. dir., 1999, Le potentiel archéologique de la ‘Haute Île’ à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) : une première approche, DFS, SRA Île-de-France, SDA Seine-Saint-Denis, 64 p.

Lanchon Y., Brunet P., 2001, « Fouille de sauvetage d’une enceinte néolithique à Vignely, La Noue Fenard (Seine-et-Marne) », in : Résumés des communications du 26e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 20-21 octobre 2001, p. 54 Lanchon Y., Allard P., André M.-F., Bostyn F., Brunet P., Chambon P., Lafage F., Praud Y., Valero C., 1995, « Vignely, ‘La Porte aux Bergers’ », in : Bilan scientifique 1994, SRA Île-de-France, p. 89-91.

Leroyer C., 1997, Homme, climat, végétation au Tardiet postglaciaire dans le Bassin parisien : apport de l’étude palynologique des fonds de vallée, Thèse, Paris I Panthéon-Sorbonne, 786 p.

Leroyer C., 1998, « Évolution de la végétation et emprise de l’Homme sur le milieu à Bercy (Paris, France) », in : Le Néolithique du Centre-Ouest de la France, Actes du XXIe colloque interrégional sur le Néolithique, Poitiers, 1994, p. 407-407.

Leroyer Ch., 2003, « Environnement végétal des structures funéraires et anthropisation du milieu durant le Néolithique récent/final dans le Bassin parisien », in : Sans dessus dessous - La recherche du sens en Préhistoire, Recueil d’études offert à J. Leclerc et Cl. Masset, p. 83-92 (Revue Archéologique de Picardie, n. s. 21).

Leroyer Ch., 2004, « L’anthropisation du Bassin parisien du viie au ive millénaire d’après les analyses polliniques de fonds de vallées : mise en évidence d’activités agro-pastorales très précoces », in : Richard H. dir., Néolithisation précoce : première trace d’anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 11-27 (Annales littéraires, série Environnement, Sociétés et Archéologie, 7).

Leroyer C., Allenet G., 1999, « Étude palynologique de trois séquences organiques », in : Lanchon Y. dir., Le potentiel archéologique de la ‘Haute Île’ à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) : une première approche, DFS, SRA Île-de-France, SDA Seine-Saint-Denis, p. 30-45.

Leroyer Ch., Allenet G., 2006, « L’anthropisation du paysage végétal d’après les données polliniques : l’exemple des fonds de vallées du Bassin parisien », in : Allée Ph., Lespez L. dir., L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal (Coll. Nature Société, 3).

Leroyer C., Pastre J.-F., Fontugne M., Limondin-Lozouet N., 1997, « Le Tardiglaciaire et le début de l’Holocène dans le bassin aval de la Marne (Seine-et-Marne, France) : chronostratigraphie et environnement des occupations humaines », in : Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, oct. 1984, p. 151-164.

Mordant C., Mordant D., 1972, « L’enceinte néolithique de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne) », B.S.P.F., 69-2, Études et Travaux, p. 554-569.

Mordant C., Mordant D., 1988, « Les enceintes néolithiques de la Haute vallée de la Seine », in : Burgess et alii, ed., Enclosures and Defences in the Neolithic of Western Europe, p. 231-254 (BAR International Series, 403).

Mordant D., 1984, « Le Néolithique moyen II dans le secteur Seine-Yonne », Archives suisses d’anthropologie générale, 48-2, Genève, p. 105-113.

Mordant D. dir., 1992, La Bassée avant l’histoire : archéologie et gravières en Petite-Seine, Nemours, éd. APRAIF, 143 p., ill.

Mordant D., 1997a, « Le complexe enceinte-nécropole monumentale de Balloy (Seine-et-Marne) », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 449-479, 1 fig. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Mordant D., 1997b, « Le Cerny en Bassée », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 73-91 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Mordant D., Mordant C., 1992, « Noyen-sur-Seine : a mesolithic waterside settlement », in : Bryony C. ed., The Wetland revolution in Prehistory ? : Proceedings of a conference held by the Prehistoric Society and WARP at the University of Exeter, April, 1991, p. 55-64 (WARP Occasional paper, 6).

Pastre J.-F., Leroyer Ch., Limondin-Lozouet N., Orth P., Chaussé Ch., Fontugne M., Gauthier A., Kunesch S., Le Jeune Y., Saad M.C., 2002a, « Variations paléoenvironmentales et paléohydrologiques durant les 15 derniers millénaires : les réponses morphosédimentaires des vallées du Bassin parisien (France) », in : Bravard J.-P., Magny M. éd., Les fleuves ont une histoire : paléoenvironnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Paris, éd. Errance, p. 29-44.

Pastre J.-F., Leroyer Ch, Limondin-Lozouet N., Fontugne M., Hatté Ch., Krier V., Kunesch S., Saad M.C., 2002b, « L’Holocène du Bassin parisien : variations environnementales et réponses géoécologiques des fonds de vallées », in : Équilibres et ruptures dans les écosystèmes durant les vingt derniers millénaires, Actes du colloque international de Besançon, sept. 2000, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 61-71 (Annales Littéraires, 730, série Environnement, sociétés et archéologie, 3).

Pastre, J.-F., Leroyer Ch, Limondin-Lozouet N., Antoine P., Gauthier A., Orth P., 2003, « Quinze mille ans d’environnement dans le Bassin parisien (France) : mémoires sédimentaires des fonds de vallée », in : Des milieux et des Hommes : fragments d’histoires croisées, Paris, éd. Elsevier, p. 29-41.

Patterson W.-A., Edwards K.-J., Mac Guire D.-J., 1987, « Microscopic charcoal as a fossil indicator of fire », Quaternary Science Reviews, 6, p. 3-23.

Perrière J., 2001, L’impact de la Néolithisation autour d’Armancourt (60) : étude palynologique de la moyenne vallée de l’Oise, Mémoire de D. E. A. ‘Environnement et Archéologie’, Université de Besançon, 58 p.

Prodéo F., 1988, « Un ensemble néolithique chasséen à Chevrières ‘La Plaine du Marais’ », in : Archéologie 88 : Fouilles et sauvetages dans la moyenne vallée de l’Oise, Compiègne, éd. C.R.A.V.O., p. 77-84.

Prodéo F., 1991a, « Lacroix-Saint-Ouen ‘Le Pré des Îles’ », in : Archéologie de la vallée de l’Oise : Compiègne et sa région depuis les origines, Catalogue de l’exposition 16-23 février 1991, Compiègne, éd. C.R.A.V.O., p. 57-58.

Prodéo F., 1991b, « Compiègne ‘Le Coq Galeux’ », in : Archéologie de la vallée de l’Oise : Compiègne et sa région depuis les origines, Catalogue de l’exposition 16-23 février 1991, Compiègne, éd. C.R.A.V.O., p. 61-62.

Prodéo F., 1995, « La céramique du site Villeneuve-Saint-Germain de Longueil-Sainte-Marie ‘La Butte de Rhuis III’ (Oise) », in : Actes du XIXe colloque interrégional sur le Néolithique, Amiens, 1992, p. 41-61 (Revue Archéologique de Picardie, no sp. 9).

Prodéo F., Constantin Cl., Martinez R., Toupet C., 1997, « La culture du Cerny dans la région Aisne-Oise », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 169-186 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Richard H., 1995, « Analyse de l’anthropisation du milieu à partir de quelques exemples de variations de pollens d’arbres et d’arbustes », in : L’Homme et la dégradation de l’environnement, Actes des XVe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 20-22 oct. 1994, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 143-159.

Richard H. dir., 2004, Néolithisation précoce : première trace d’anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 219 p. (Annales littéraires, série Environnement, Sociétés et Archéologie, 7).

Richard H., Gery S., 1993, « Variations in pollen proportions of Plantago lanceolata and P. Major/media at a Neolithic lake dwelling, Lake Chalain, France », Vegetation History and Archaeobotany, 2, p. 79-88.

Rozoy J.G., 1991, « Nature et conditions de la néolithisation : la fin de l’Épipaléolithique (‘Mésolithique’) au nord de la Loire », in : Mésolithique et néolithisation en France et dans les régions limitrophes, Actes du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, éd. du CTHS, p. 403-423.

Talon M. dir., 1993, La ‘Station d’Épuration’ sur la commune de Lacroix-Saint-Ouen (60), Rapport de fouilles, 54 p., annexes.

Talon M., Bernard V., Billand G., Cottiaux R., Pastre J.-F., Pernaud J.-M., Prost D., 1995, « Le niveau organique du Néolithique récent du site stratifié de ‘La Station d’Épuration’ à Lacroix-Saint-Ouen (Oise) », in : Actes du XIXe colloque interrégional sur le Néolithique, Amiens, 1992, p. 83-104 (Revue Archéologique de Picardie, no sp. 9).

Tixier C., 2001, Évolution de la végétation durant le Tardi-et le Postglaciaire en Dordogne, Mémoire de l’E.H.E.S.S., Toulouse, 91 p., 20 fig.

Troels-Smith J., 1960, « Ivy, Mistletoe and Elm Climate Indicators - Fodder Plants », Danmarks Geologiske Undersøgelse, IV, series 4-4, p. 4-32.

Vuorela I., 1970, « The indication of farming in pollen diagrams from Southern Finland », Acta Botanica Fennica, 87, p. 4-40.

Notes

1 Une zone pollinique est un groupe d’échantillons qui se différencie des niveaux adjacents par des variations notables de taxons ligneux. La zonation d’une séquence consiste donc à la subdiviser en divers ensembles selon la stratigraphie.

2 Tous mes remerciements sont adressés aux équipes archéologiques de la Bassée, du bassin de la Marne et de la moyenne vallée de l’Oise et plus particulièrement à D. Mordant, Y. Lanchon, F. Prodéo et F. Bostyn.

3 Je tiens également à remercier J.-F. Pastre (UMR 8591) qui a assuré les carottages de plusieurs séquences des vallées de l’Oise et de la Marne ainsi que leur étude stratigraphique.

4 Nous tenons à rappeler que cette synthèse a été effectuée en 2002. Certains points fondamentaux et novateurs de l’époque apparaissent aujourd’hui tout à fait évidents.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des séquences polliniques du Bassin parisien couvrant la période néolithique (Leroyer, 2002). 1. Lacroix-Saint-Ouen ‘Station d’Épuration’ ; 2. Armancourt ‘La Grande Prée’ ; 3. Pont-Sainte-Maxence ‘Le Poirier’ ; 4. Sacy-le-Grand ‘Le Marais’ ; 5. Annet/Marne (passage TGV) ; 6. Fresne/Marne ‘L’Île du Gord’ ; 7. Fresne/Marne ‘Le Chemin des Noues’ ; 8. Annet/Marne ‘La Boucle de Jablines’ ; 9. Neuilly/Marne ‘La Haute Île’ ; 10. Paris ‘Bercy’ ; 11. Bazoches-lès-Bray ‘Le Tureau à l’Oseille’ ; 12. Châtenay/Seine ‘La Bachère N’ ; 13. Noyen/Seine ‘Le haut des Nachères’.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 2. Liste des datations obtenues pour les séquences polliniques du Bassin parisien couvrant la période néolithique (Leroyer, 2002). Annet / Marne (1) = La Boucle de Jablines, Annet / Marne (2) = Passage T.G.V. (vallée de la Beuvronne), Fresnes / Marne (1) = Le Chemin des Noues, Fresnes/Marne (2) = L’Île du Gord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 3. Présentation synthétique des indices polliniques d’anthropisation et de leur signification (Leroyer, 2002).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 4. Schéma synthétique de l’histoire de la végétation holocène dans le Bassin parisien et de l’évolution des indices polliniques d’anthropisation avec les palynozones régionales et leurs principales datations (Leroyer, 2002).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13191/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 5. Évolution des marqueurs d’activités agropastorales dans le Bassin parisien entre 7000 et 2500 avant J.-C. selon les différents secteurs alluviaux (Leroyer, 2002).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13191/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search