Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

I Impacts interculturels entre groupes du Néolithique moyen

Réponse à « Passy nous interpelle » : recherches sur les occupations de Passy1

Henri Carré

Résumé

Deux villages (Les Graviers, puis La Sablonnière) ont été implantés au Néolithique ancien sur ce qui devait être une île entre deux bras de rivière à Passy (Yonne). Les vestiges d’habitations révèlent des constructions à murs en pisé, associées à des cours, dont l’architecture diffère totalement des maisons à poteaux traditionnelles. Ces habitats seraient attribuables à un groupe de migrants non danubiens venus directement, avec leurs techniques, d’une région au climat plus sec et plus chaud.
Les monuments et la nécropole érigés au centre de l’île durant le Cerny sont ensuite l’œuvre d’un groupe de migrants plus important issu d’un pays en relation avec la Mésopotamie, ce dont témoignent les spatules anthropomorphes retrouvées dans certaines tombes de prêtres. C’est en effet dans cette région qu’apparaît dès le
xiie millénaire une religion cosmogonique marquée d’une succession d’ères de couples divins et dont les représentations symboliques sont des images de la double sexualité. À Passy, s’entreprend la lente érection d’un gigantesque temple, qui s’accompagne d’enterrements faits à proximité. L’allongement ultérieur du temple demeure insuffisant pour enterrer les morts, et d’autres monuments sont construits autour. La retombée de la foi se traduira enfin par l’aménagement de monuments courts aux fossés parallèles, avant l’abandon du site dont le caractère sacré sera reconnu au Néolithique final avec l’érection d’un bloc mégalithique au sommet de la butte du grand monument.

Texte intégral

  • 1 J’ai personnellement pris la décision de publier cette contribution dont Henri Carré a présenté l’e (...)

1Depuis le début des fouilles en 1977, diverses publications ont décrit les différentes découvertes de Passsy (Yonne) ; cette présentation sera donc réduite à l’essentiel. Passy possédait une grande île d’une centaine d’hectares, limitée par la rivière Yonne et un de ses bras devenu fossile, île sur laquelle les premiers néolithiques se sont installés.

2Vers 7000 av. notre ère, la forêt européenne avait peu subi de modifications par l’homme, et les migrants venant du Moyen-Orient en groupes familiaux toujours plus nombreux ont appris à couper le bois et à défricher dans les endroits qui leur paraissaient favorables pour s’installer. Ils ont aussi appris à construire des maisons en utilisant les bois. Ils occupèrent progressivement les plaines du Nord, puis le bassin du Rhin en créant des voies de communication. Enfin, cette invasion s’est épuisée dans le bassin de la Seine. Ainsi vers 5200, ils arrivèrent dans l’Yonne à la fin de leur expansion, avec leurs maisons à charpente de rondins et clayonnages caractéristiques du Danubien. La tradition des techniques élaborées dans la haute plaine du Danube a été généralement adoptée dans toutes les régions.

Le village des Graviers (Rubané)

  • 1 Apparemment, aucun pavage n’est connu à cette période. L’existence d’une ferme romaine à proximité (...)
  • 2 Ce village, comme celui de la Sablonnière, montre des particularités de conception, de construction (...)

3À Passy, les premiers migrants, probablement venus directement du sud-est de l’Europe ou peut-être d’une autre région plus lointaine, ont donné un autre aspect de leurs connaissances, ayant conservé des habitudes de leurs origines. La plus ancienne des maisons ne peut être comparée à aucune autre de la même période du Rubané de la région. Le sous-sol de cette zone est constitué de graviers dont la compacité peut varier suivant la grosseur. La première maison installée comprend trois parties : l’une, à l’ouest, est pavée de dallettes de grès qui ne proviennent pas de l’environnement local1, puis une aire centrale avec une dépression oblique à peine marquée et qui est le siège d’une occupation indéterminée, et à l’autre extrémité une fosse d’environ 0,25 m qui a servi de lieu de travail avec les poinçons en os et des côtes de moutons portant des traces d’usure externes. Cette diversité des habitations correspond à des activités variées qui sont parfois des lieux de stationnements pour un travail discernable2. Dans l’environnement de cet habitat, il n’existait aucune trace de poteaux, seulement, au côté nord, un large bourrelet de terre argileuse mélangée à du gravillon qui avait été protégé par un épais alluvionnement. Au sud, à quelques mètres, un four a été détruit par une construction romaine.

  • 3 Un mur construit avec un mélange de terre et de gravillons sans couverture avait très bien résisté (...)
  • 4 Presque toutes les maisons possèdent un foyer extérieur généralement surélevé par un socle de sable (...)
  • 5 Cette partie de la plaine de Passy a eu l’avantage d’être épargnée par l’érosion et par endroits de (...)

4À l’autre extrémité de cette agglomération des Graviers, une cour entre deux maisons forme l’ensemble le plus récent de cette période ; elle possède des aires différenciées. L’une d’elles est caractérisée par un petit outillage courant et un foyer domestique ; dans une autre partie, un atelier de taille, ailleurs d’autres organisations. Dans cette nouvelle zone à sol bien compacté, les deux maisons possèdent, le long de leur façade nord, des reliquats de murs d’aménagements de la construction : l’un présente un amas de terre mélangée à du gravillon, reste d’un mur de pisé effondré après la disparition de la couverture3 ; l’autre présente le même genre d’amas, sous lequel existait un petit fossé large de 0,40 m et de 0,10 m de profondeur, garni de sable pur qui tenait lieu d’isolant pour empêcher l’eau de monter. La façade sud possède en général deux ouvertures qui desservent un foyer extérieur assez important situé à deux mètres du mur4. Ces migrants ont choisi ce type de construction de préférence aux poteaux qu’ils connaissaient. Ces particularités propres à Passy ne se retrouvent pas dans la céramique, ni dans les formes, ni dans les décors5. Les outillages de silex ont les caractéristiques du Danubien et cependant la technique de la taille de pointe avec micro-burin, exceptionnelle, indique que les nouveaux arrivants ont eu des contacts avec les derniers mésolithiques. Dans ce village, l’utilisation des rognons et des éclats de grès est très conséquente ; on les trouve dans les foyers extérieurs en abondance ainsi que dans les maisons. Le volume, pour le village, approcherait d’un mètre cube, qu’il a fallu aller chercher sur les plateaux environnants.

5Cette agglomération, située dans la partie la plus basse de l’île, a sans doute été victime d’une inondation ; et le groupe a probablement choisi de s’installer dans une partie de l’île plus élevée, à quelques centaines de mètres au nord. Malheureusement ce stationnement, apparu tardivement, n’a pu être étudié, ayant été découvert au cours de sa destruction. Il aurait dû être la transition avec le village suivant de la Sablonnière.

Le village de la Sablonnière (Villeneuve-Saint-Germain)

6Cette nouvelle agglomération, à 400 m à l’est des Graviers, occupait la partie la plus haute de l’île, c’est-à-dire 1,30 m au-dessus des Graviers. Connue seulement par neuf maisons, elle est certainement incomplète, l’extrémité du village ayant disparu dans une exploitation ancienne.

7L’organisation de l’agglomération, qui relève du Villeneuve-Saint-Germain, n’a pas dû avoir une progression vers le nord comme aux Graviers ; l’ensemble aurait été construit, au début, à peu près simultanément avec plusieurs habitations espacées correspondant à des familles distinctes, suivant les besoins. La classification de l’industrie des maisons a permis de suivre l’évolution de la céramique jusqu’aux premiers indices du Cerny. La plupart de ces maisons ont été implantées sur une couche de sable très fin, épaisse de 0,70 m. Dans cette partie du site, qui occupe la zone la plus haute, l’usage de poteaux aurait été impossible. Sur ces aires de stationnements de la vie quotidienne, le sablon est profondément imprégné d’ocre, même dans les cours où s’effectuaient, près d’un foyer extérieur, de menus travaux comme la mouture des grains. Étant donné le temps qui séparait l’existence des deux villages, il aurait été normal de constater une évolution ; cependant, mis à part le nouveau mode d’implantation dû à l’augmentation de la population, leur art de construire est resté le même (Carré, 1984, p. 15). La spécialisation de certaines parties de maisons est restée dans la tradition ancienne des Graviers : l’une présente une abondance de tranchets, dans une autre ce sont des perçoirs ; une autre partie d’habitation montre un lieu organisé autour du bris des os, avec un bloc de grès parallélépipédique accompagné de deux gros galets percuteurs entouré d’une quantité d’os brisés. Selon toute vraisemblance, ces hommes recherchaient la moelle.

  • 6 Cette tombe est représentative des riches sépultures danubiennes. Ce petit cimetière semble une int (...)

8Entre deux des groupes d’habitats de ce village existait un petit cimetière. L’espace qui les séparait avait été divisé par un mur de pisé oblique possédant une fondation, un petit fossé rempli de sable surmonté de terre et de gravillons, comme un mur d’une maison des Graviers ; il rejoignait les murs des maisons voisines. D’un côté, une cour avec trois foyers servait pour les travaux domestiques de la première maison sud et de l’autre, trois tombes étaient signalées par des vases et des gros rognons de silex brut en surface. La division du mur fait appartenir ce cimetière au groupe de maisons nord voisin. Ces tombes ovoïdes étaient peu profondes, environ 0,30 m, et espacées de deux mètres en triangle. Une tombe contenait un vieillard en position fœtale, tête à l’est, dont l’arrière du crâne avait été déformé dans sa première jeunesse, et qui ne possédait qu’un vase brisé, non décoré et incomplet à ses pieds (PEYRE, CARRÉ, 1989). Dans la deuxième tombe reposait une femme, dans la même position, avec deux vases près de la tête, un collier au cou et deux bracelets aux poignets, constitués de perles découpées dans de grosses coquilles, et trois bracelets-disques aux avant-bras6 (fig. 1). La troisième tombe contenait une sépulture à chaque extrémité, deux enfants entre trois et cinq ans ; l’un était accompagné d’un vase. Ce petit cimetière était donc réservé à l’un des groupes d’habitation, l’entrée passant par la maison nord. Où ces gens non Danubiens enterraient-ils normalement leurs morts ? Ce cimetière d’une famille restreinte, d’inspiration danubienne, indique des liaisons avec les villages voisins et un certain désaccord, cause de sa construction. La séparation habituelle entre les groupes de maisons était une haie fournie qui devait occuper la bande du sablon naturel entre deux zones colorées des différentes unités familiales.

Fig. 1. Sépulture féminine danubienne. Sépulture C du village de la Sablonnière avec ses bijoux.

9Cet exposé montre les différences profondes des habitats des Graviers et de la Sablonnière avec le Danubien régional. Ils ont des murs en pisé généralement continus au nord et des ouvertures au sud (une ouverture au nord est exceptionnelle), une largeur qui ne dépasse pas 4 m et un toit à une pente orientée au sud ; les divisions intérieures se décèlent par le matériel et les traces d’usure du sol, peut-être une simple séparation de roseaux. Ces particularités suggèrent un groupe de migrants venus directement, sans arrêts prolongés, d’une région au climat plus sec et plus chaud, qui ont adapté leurs techniques traditionnelles à Passy. Les petites hachettes découvertes, en roches d’origine alpine (jadéite et roches noires) dont l’utilité n’apparaît pas, sont vraisemblablement des objets d’apparat. Une autre grande hache en jadéite a été trouvée dans une fosse Villeneuve-Saint-Germain à Vinneuf, sans habitat visible à proximité.

Le Cerny de Passy, larrivée des nouveaux migrants et la construction du temple

  • 7 On peut se demander si ce choix de Passy n’est pas dû à des affinités de langages ou d’origines de (...)

10Les premières photographies aériennes de P. Parruzot montraient depuis de nombreuses années des structures complexes qui ne laissaient pas supposer qu’il s’agissait d’un cimetière. Dès la découverte de spatules anthropomorphes, il fallut se rendre à l’évidence que ce cimetière avait subi une forte influence extérieure et que son origine était la même que celle des spatules. Des études précédentes ont montré que ces spatules sont la copie de statuettes répandues au Moyen-Orient et qu’elles représentent la religion primitive de cette région. Au début du Cerny, un groupe de migrants apparemment plus important qu’une famille, est arrivé dans la région, venant du sud-est, d’un pays en liaison avec la Mésopotamie. Il est possible qu’ils aient trouvé des affinités, encore perceptibles, avec les habitants pour venir s’installer à Passy. Ce groupe devait être assez important, composé de familles et, semble-t-il, surtout de couples de religieux qui se sont répartis dans l’Yonne et la Seine-et-Marne. Ils ont commencé à convertir dans la région une population apparemment athée. En venant avec quelques bovidés domestiqués, ces nouveaux venus ont su enthousiasmer la population locale qui recherchait un autre bien-être. Cette foi intense, communiquée rapidement, a conduit les prêtres à rechercher un emplacement pour ériger un temple7. L’emplacement choisi fut la grande île de Passy, entre les trois villages abandonnés (fig. 2).

  • 8 L’étude des fossés de la terrasse a été faite aux endroits qui ont paru les plus favorables. Il a é (...)

11Le début de l’entreprise s’est effectué avec une grande ardeur, sans se rendre compte qu’il faudrait beaucoup de temps pour la réaliser. L’ardeur est certainement tombée lorsque l’on s’est aperçu que la plate-forme, prévue aussi haute que possible, ne pourrait pas recevoir le temple faute de place à cause de la pente des déblais. Ainsi, le tracé au sol est passé de 16 m à 27 m à l’intérieur des fossés, la longueur de la montée avec la terrasse restant à 40 m. Cette mauvaise implantation a obligé à reboucher les fossés latéraux et cela nous a permis de constater que leur creusement était réalisé avec des parois verticales, c’est-à-dire des fossés en forme de U, alors que les autres fossés ont subi les intempéries pendant des siècles pour devenir en V évasé puis se combler progressivement8.

12Le travail a repris, les travaux des champs ne pouvaient être délaissés et la nourriture devait être assurée. La terrasse montait très lentement, et des années ont passé, la mort n’attendait pas l’achèvement du temple ; bien avant qu’il ne soit construit, les travaux ont suscité le désir d’être enterré à proximité. L’adolescent et deux bébés ont leur sépulture encadrée de deux fossés. Du côté sud, un prêtre a été inhumé dans une fosse rectangulaire profonde avec le symbole de la religion à gauche de sa tête, et à son genou gauche des pointes de flèches, reste de carquois ont été dispersées par des travaux ultérieurs (fig. 3). Aux pieds un petit foyer a dû brûler des herbes aromatiques. Ce genre de sépulture est courant pour les prêtres.

13La terrasse atteint maintenant entre cinq et six mètres de haut ; tout autour de ce remblai est monté un mur épais en pisé pour empêcher le sable péniblement hissé de redescendre dans le fossé qui varie entre 5 et 9 m de large avec l’érosion autour de la terrasse, et jusqu’à 2,75 m de profondeur. Le temple est une belle construction. Devant le monument à peine terminé, à l’est et dans l’axe, cinq poteaux portant probablement des emblèmes sculptés le signalent. Quelle est donc cette religion ?

Fig. 2. Plan de la partie centrale connue du cimetière néolithique de la Sablonnière à Passy avec l’emplacement du temple au centre du grand monument.

Fig. 3.Sépulture T. Prêtre inhumé dans une grande fosse profonde avec la spatule au-dessus de la tête.

La religion9

  • 9 Une étude plus détaillée de la religion du couple divin paraîtra dans le Bulletin de la Société arc (...)
  • 10 Les couples de dieux sont évoqués dans des récits légendaires et dans des études récentes pour la p (...)

14La religion apparaît en Mésopotamie dès le xiie millénaire avant notre ère, sous la forme d’un homme et d’une femme représentés ensemble : un couple10. Le symbole est à l’image de l’époque, un galet portant la figuration esquissée d’un gland phallique et d’une vulve. Ce symbole s’est diffusé sous cette forme jusqu’en Grèce au viiie millénaire. Entre-temps, il y eut des essais d’évolution en argile non dégraissée de petite dimension qui n’eurent pas de diffusion. La céramique a permis l’évolution de la représentation symbolique du couple divin dont sont issues les spatules de notre région.

  • 11 La durée d’activité des couples est d’environ 900 ans, comme les premiers hommes de la Bible. Il se (...)

15Grâce à cette évolution chronologique et aux bribes historiques que nous livrent les écrits sumériens, il est possible de reconstituer les grandes lignes de l’évolution de la religion. Les couples divins, dieux supérieurs, ont une durée d’activité qui avoisine 900 ans et sont remplacés par des descendants11. Les noms des dix couples depuis l’origine jusqu’à l’écriture donnent quelques indications précieuses. Ils ont des rapports avec l’évolution des activités et de la religion.

  • 12 Il semble que déjà les hommes se considéraient comme les esclaves des dieux. Les décisions royales (...)

16Au sortir du Paléolithique, des petites agglomérations se formèrent avec des huttes rondes sur fosse qui, rapidement, sont devenues rectangulaires, puis sur un soubassement. C’est probablement à ce moment de la création des premières bourgades, qui comprenaient d’autres activités que celle de paysan, qu’est apparu le premier couple de dieux ; ils portaient le nom de « cité ». Ces maisons, qui étaient espacées, se sont progressivement rapprochées au point de ne plus laisser de passages ; elles possédaient plusieurs pièces dont l’une était réservée au culte. Le village familial est devenu une bourgade puis une petite cité. Ces villes se sont ensuite élevées en cités-états avec un chef, un roi et la religion représentée par un religieux12.

  • 13 Le mystère des origines et celui de l’au-delà tourmentent toujours les esprits.

17Dans les premiers millénaires du Néolithique, la croyance se manifeste par le culte des morts13. Les tombes dans les huttes abandonnées se rassemblent en petits cimetières, puis en maisons des morts (déjà des maisons avec absides) où certaines tombes sont signalées par une petite stèle. C’est alors que commence le culte des crânes des ancêtres. À la présentation isolée dans la pièce principale ou du culte avec un symbole, suit la collection de crânes alignés sur des socles d’argile, puis agrémentés par un modelage des faces avec un mélange de paille et d’argile. L’étude de ces crânes a fait apparaître que ces collections étaient soit masculines, soit féminines. Cette discrimination sexuelle suggère une organisation sociale particulière insoupçonnée avec des cimetières réservés aux hommes ou aux femmes.

  • 14 D’après les géologues, cette sécheresse aurait duré environ deux millénaires. La migration s’effect (...)

18Au viiie millénaire commence la céramique avec dégraissant, l’apparition des vêtements dans l’entourage royal (culture du lin) et le début de la domestication par l’apparition de la chèvre, venue d’un pays inconnu. Elle est suivie par celle du mouton. La domestication des bovidés a été plus tardive. Cette période a été l’objet de profonds bouleversements. Les causes sont multiples. La prépondérance de la vie urbaine sur la vie rurale et l’évolution de techniques de tous ordres auxquelles s’ajoutent les variations climatiques. Dès le début de la sécheresse, des mouvements de populations apparaissent, des villes sont abandonnées, d’autres créées14. Les plaines sont délaissées pour les plateaux verdoyants, puis c’est la migration vers des pays plus accueillants vers l’ouest, le nord et l’est. C’est le début de l’ère du 7e couple divin qui porte le nom « univers »… Ce nom évoque une connaissance accrue des terres lointaines ainsi que des étoiles.

19La céramique prend son essor et remplace avantageusement les récipients en bois. L’art se développe par le modelage des vases et leurs décorations. Le symbole apparu au début du Néolithique représentant deux sexes sur un galet allongé, resté sans grandes variations pendant quatre millénaires, a évolué avec la céramique (fig. 4). La vulve est remplacée par un bassin avec les jambes simulées par deux courts moignons, la partie supérieure en cylindre se transforme en long cou, alors que se développaient des figurines et des statuettes de femmes souvent bien potelées. Les migrants de l’Europe sud-orientale ont adapté ces figurines en remplaçant la tête par un long cou, représentation imagée du symbole de la double sexualité du couple divin. Ce symbole trop fragile est imité par les spatules anthropomorphes en os qui sont parvenues jusque dans la Seine-et-Marne ; d’autres statuettes plus élaborées, avec la poitrine marquée et toujours un long cou, ont servi de modèle pour celles de l’Yonne (fig. 5).

Fig. 4. Évolution des symboles du couple divin : des galets aménagés au xiie millénaire aux représentations céramiques du vie millénaire qui ont servi de modèle aux spatules.

  • 15 La connaissance du ciel est déjà avancée. Les hommes du Néolithique avaient donné un nom aux conste (...)

20On peut concevoir que ces avancées techniques ont provoqué des changements de vie. La possession de troupeaux a nécessité leur protection contre les prédateurs. Les bergers ont observé à loisir le mouvement des étoiles15. Ils ont contribué à la conception du monde surnaturel. Des savants ont défini la terre comme une île et les montagnes porteuses du ciel. La cosmogonie était imaginée depuis bien des siècles avec les apports de connaissances par les migrants qui avaient atteint des rivages inconnus. Dès lors se répand l’idée que la terre est une île flottant sur de l’eau salée d’où le soleil sort le matin et où il descend le soir. Les savants précisent que la voûte céleste est garnie d’eau douce, à l’opposé de la voûte inférieure, remplie d’eau salée. La religion s’est aussi intéressée à la cosmogonie ; les 8e et 9e couples divins portent le nom de « Ciel et Terre » : le monde inférieur est devenu l’enfer, la terre, le monde des vivants, est gouvernée par le dieu du couple et le ciel, par la déesse ; c’est le paradis, déjà le domaine des anges. La religion a conservé sa hiérarchie avec son couple divin assisté des puissances surnaturelles devenues des dieux secondaires comme le soleil, la lune, les sources… Ces nouveautés ont modelé le cimetière de Passy.

Fig. 5. Les spatules de Passy (photo J.-P. Elie, Musée de Sens).

Le cimetière16

  • 16 L’absence de documentation écrite concernant les inhumations et les cimetières a été remplacée par (...)
  • 17 Dans les premières maisons funéraires à absides, les tombes étaient creusées. Par la suite les mort (...)
  • 18 Les mausolées isolés dans les monuments semblent avoir été réservés aux femmes. La séparation des s (...)

21À Passy, les cérémonies et les festivités se succèdent après des découragements qui ont prolongé la construction du temple ; aussi, pour hâter les travaux, la promesse a été faite aux participants qu’ils seraient enterrés dans son enceinte qui n’avait alors aucune place disponible. Pour réaliser cette promesse, le monument fut d’abord allongé d’un couloir de 80 m, puis progressivement il a atteint 300 m. Cette longueur devrait correspondre au moins à 40 sépultures, avec les corps peut-être déposés dans de légères cavités qui n’ont pas laissé de traces après l’arasement des structures par des labours profonds17. À noter qu’une sépulture profonde d’enfant a été creusée latéralement au début de la montée du temple. Un vase décoré et déformé a glissé dans le remplissage. Plus loin, à 60 m, une petite construction en U a été édifiée, sa dimension réduite indiquerait un oratoire. Pendant ces inhumations échelonnées dans le temps, des petits monuments funéraires étaient édifiés pour les prêtres et prêtresses décédés. Dans le premier monument (Q), une prêtresse eut son mausolée, sépulture surélevée qui représente le ciel, c’est-à-dire le paradis. Le monument a été allongé par un long couloir, bordé de deux petits fossés particulièrement étroits (environ 0,40 m), contenant des emplacements réguliers de piquets ou de pieux représentant probablement une palissade de clôture. Ce couloir était-il réservé aux sépultures féminines ?18.

  • 19 Ce type de monument avec la tête élargie à l’est, au centre duquel repose le plus souvent le person (...)

22Le monument suivant, toujours au sud (O) a eu sa paroi effondrée au moment de la descente du défunt. Il possédait une plaque osseuse devant la face ; elle était érodée, probablement gravée, faisant peut-être office de spatule. Dans la partie centrale de l’élargissement, à l’est, un squelette de bébé était posé sur le sable. Le monument suivant (MN) a reçu un prêtre déposé sur une sépulture de bébé et une spatule à gauche de sa tête19 (fig. 6). À côté reposait un adolescent en position fœtale dans une tombe plate, et en suivant, un mausolée original était représenté par des poteaux placés en ovale.

23L’enceinte du temple a maintenant rempli son office de cimetière pour ceux qui avaient participé à sa construction. Les derniers monuments des prêtres, au nord, sont eux-mêmes construits allongés pour y mettre les nouveaux croyants. Le premier monument au nord, contre l’enceinte du temple, est constitué par des séries de fosses contenant des traces de poteaux remplaçant les fossés parallèles. Une fosse centrale profonde (K) a été visitée alors qu’elle possédait sa toiture. À part quelques pointes de flèches, le mobilier a disparu et le désordre du squelette relève visiblement d’une intervention humaine.

24Vient ensuite le monument de la sépulture E, signalée par une poterie à bouche carrée et au décor à la coquille particulièrement soigné ; le squelette était accompagné d’une spatule en forme de tour Eiffel à gauche de la tête, et sous le bras, un vase à col et à panse déformée par repoussage pour faire saillir des seins ; le long de la jambe gauche, vingt-deux pointes de flèches tranchantes et perçantes translucides, de très belle facture, étaient le reliquat d’un carquois (fig. 7). L’extension du couloir, pour les sépultures de surface, atteignait presque celle du temple.

Fig. 6. Sépulture M. Prêtre inhumé dans une grande fosse profonde sur lit de pierres cachant une sépulture de bébé. La spatule tournée à l’envers au-dessus de la tête indique l’absence d’emmanchement.

25Le monument suivant (G) ne fait plus que 85 m de long. Il est énigmatique et semble marquer un changement. Dans la sépulture principale, moins profonde que les précédentes, avait été déposé à côté de la tête un fragment d’andouiller, objet toujours considéré comme surnaturel et même érotique. Au côté du squelette, un sac contenait un éventail d’outillage lithique et osseux et un coquillage marin. À ses pieds, étaient placés deux vases, les seuls non déformés du cimetière : l’un, allongé, d’allure chasséenne et l’autre portant un décor représentant un paysage cosmogonique : le ciel lumineux avec des nuages et la pluie, puis la terre vallonnée et en partie inférieure, l’eau et les sources.

Fig. 7. Sépulture E. Prêtre inhumé dans une grande fosse profonde avec la spatule en forme de tour Eiffel, le bras droit repose sur le vase avec des excroissances en forme de seins.

26Les autres monuments du cimetière de la Sablonnière semblent montrer que la foi pour la religion du couple divin n’était plus aussi vive. Les tombes des prêtres ont disparu. Le monument qui suit (H), encore long, n’est plus fermé aux extrémités ; il existe cependant en son milieu un beau mausolée avec un fossé ovoïde.

27Ensuite ce ne sont plus que des tronçons de monuments avec seulement des fossés parallèles, sans tombes creusées. Ils n’ont été construits que pour y mettre des morts sur le sol avec un remblai ou une chape. D’autres monuments existent dans cette plaine, en général petits, possédant parfois des fosses profondes ; le manque de symbole n’indique pas qu’il s’agissait de prêtres. Dans la région, d’autres temples pourraient avoir existé (à Charmoy, à Escolives et à Vinneuf). L’allongement de monuments courts par un couloir bordé de deux fossés semble n’avoir concerné que des cimetières du département de l’Yonne. La croyance en un couple n’excluait pas les dieux secondaires. Au Paléolithique le bison était un modèle, le taureau l’a remplacé, et dès le ixe millénaire les salles sacrées étaient ornées d’un bucrâne : il était devenu le dieu de la nature et de la prospérité, gardien de la semence. Avant la fin des fouilles, nous avons trouvé, à deux pas du temple, un bucrâne en mauvais état sous une roche. Après son apogée, la pratique de la croyance en un couple divin dans la région n’a plus laissé de traces après quelques siècles. Ainsi se termine une occupation de près d’un millénaire dans la région Seine-Yonne. L’influence du Moyen-Orient a concerné aussi l’aire occidentale, comme l’indiquent certains vases du bassin du Rhin qui portent le décor du monde cosmogonique originaire de cette région.

Fig. 8. Vue aérienne de la zone centrale en cours de fouille. À noter la proximité des premières structures du Bronze entourant le monument principal (Photo André Heurtaux).

L’épopée de la religion et du temple

  • 20 En Mésopotamie, d’après les nombreuses prières, il apparaît qu’une modification de la religion néce (...)

28Le climat change encore et la sécheresse disparaît en Mésopotamie où la plaine reverdit. C’est maintenant l’arrivée des premiers Sumériens puis de Sémites venant de régions où ils étaient porteurs de la religion du couple divin dans une forme ancienne20. Le 10e couple portait seulement le nom de « Terre ». La cosmogonie perd de son importance. La décadence du couple se poursuit par la prépondérance de l’homme, la femme est supplantée par la déesse de l’amour et de la discorde. La décadence aboutira au monothéisme.

  • 21 Une sépulture collective hâtivement fouillée en 1851 et la seconde a été détruite dans un terrassem (...)

29À Passy, la religion du couple divin s’est évanouie, mais la grosse butte de sable est là, au milieu de la plaine, avec un temple en ruine. Une autre civilisation apparaît avec ses ambitions. À la recherche du grandiose, la butte de sable attire les chefs qui décident d’y mettre la marque de leur puissance : un menhir. Une pierre erratique informe de cinq tonnes est hissée sur la terrasse (Carré, 1993b). Maintenant on n’aligne plus des tombes ornées d’un beau vase, mais on construit la maison des morts, à moins qu’il n’existe une cavité dans les parois de craie des falaises de la vallée. Juste en face, à Marsangy, les prédécesseurs ont extrait des rognons de silex en suivant un lit dans la roche ; ces cavités ont été aménagées en chambres sépulcrales pour y entasser les morts21.

30L’attrait du monticule a continué. Au Bronze, les enceintes funéraires se sont multipliées tout autour et alentour de cette terrasse et représentaient plusieurs centaines d’inhumations et incinérations (fig. 8). L’ensemble ne montre pas une grande richesse, seules les tombes donnent quelques objets. Dans cette diversité, des habitats et des enceintes rectangulaires et carrées, certaines tombes sont datées du premier et du deuxième Âge du Fer.

31Nous ne connaissons qu’une ferme romaine, qui a malheureusement bouleversé le four néolithique des Graviers. Quel nom de dieu les Gallo-Romains ont-ils attribué au monticule du temple ?

32Il est probable que des pouvoirs surnaturels faisaient partie des légendes circulant depuis longtemps sur le menhir qui demeurait toujours sur la terrasse. À l’époque carolingienne, un des évêques de la région a demandé de détruire cet objet du paganisme. La pierre fut roulée dans le puits d’une ferme de cette époque qui fut abandonnée. La notoriété du site ne s’est pas dissipée et probablement dans les temps moyenâgeux, l’ordre a été donné de supprimer ce monticule, par des corvées, sans savoir qu’il était le fait de la religion. Cette croyance du couple divin a été à la base de certaines parties de la Bible.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bottero J., 1994, Babylone : à l’aube de notre culture, Paris, éd. Gallimard, 160 p. (Coll. Découvertes Gallimard, 230).

Bottero J., 1998, La plus vieille religion en Mésopotamie, Paris, éd. Gallimard, 443 p. (Coll. Folio. Histoire, 82).

Carré H., 1975, « La découverte ‘d’objet’ de fouille : une spatule anthropomorphe d’origine danubienne dans la vallée de l’Yonne », Bull. de la Société Archéologique de Sens, fasc. 19, p. 21.

Carré H., 1984, « Habitats danubiens Seine-Yonne : les maisons de Passy », in : Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du Massif Central, Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy-en-Velay, 1981, p. 15.

Carré H., 1986, « Les spatules et le culte au Néolithique », Bull. de la Société Archéologique de Sens, fasc. 29, p. 8.

Carré H., 1993a, « La continuité de la religion de l’homo sapiens européen », Bull. de la Société Archéologique de Sens, fasc. 3G, p. 3.

Carré H., 1993b, « Spatules, statuettes, état de la pensée et culte au Néolithique », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et ses relations avec les régions rhénanes et mosanes, Actes du 13e colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, 1986, p. 145.

Carré H., 1994, « Les choix des Danubiens dans la décoration de leur céramique à Passy (Yonne) », in : Actes du XXIe colloque interrégional sur le Néolithique, Poitiers, p. 359.

Carré H., 1995a, « La céramique des sépultures des monuments de Passy (Yonne) : rites funéraires et réflexions sur l’aspect figuratif », Revue Archéologique de Picardie, no hors série 9-1995.

Carré H., 1995b, « Les formes des vases de Passy et leur contenance », in : Actes du 20e colloque interrégional sur le Néolithique, Evreux, 1993, p. 21 (7ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest).

Carré H., 1996, « Passy (Yonne) et sa céramique : sites habités et sépultures », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les Bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Actes du 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, p. 307 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Cauvin J., 1997, Naissance des divinités, naissance de l’agriculture, Paris, Éd. du C.N.R.S.

Chambon P., 1997, « La nécropole de Balloy ‘Les Réaudins’ : approche archéo-anthropologique », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 489 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Duhamel P., Mordant D., 1997, « Les nécropoles monumentales de Cerny du bassin Seine-Yonne », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 481 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Duhamel P., Prestreau M., 1997, « Émergence et contacts de la Société de Cerny en bassin d’Yonne : point des connaissances et voies de recherche », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 111 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Leroi-Gourhan A., 1976, Préhistoire de l’art occidental, Paris, éd. Mazenod.

Mordant D., 1997, « Le Cerny en Bassée », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 75-91 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Muller-Karpe H., 1968, Handbuch der Vorgeschichte, T. 2. Néolithique, Munich, Beck.

Peyre E., Carré H., 1989, « Une déformation artificielle originale du crâne au Néolithique en France », Compte rendu de l’Académie des Sciences, t. 309, Paris, p. 309-312.

Sabbah M., Sabbah R., 2000, Les secrets de l’Exode, Paris, éd. J.-C. Godefroy, 557 p.

Notes

1 Apparemment, aucun pavage n’est connu à cette période. L’existence d’une ferme romaine à proximité laisse un doute, mais le caractère original de ces constructions permet de confirmer son appartenance à cette période.

2 Ce village, comme celui de la Sablonnière, montre des particularités de conception, de construction et d’organisation qui n’existent pas dans les autres sites de la région des mêmes périodes.

3 Un mur construit avec un mélange de terre et de gravillons sans couverture avait très bien résisté pendant trois ans quand il fallut le démolir.

4 Presque toutes les maisons possèdent un foyer extérieur généralement surélevé par un socle de sable ou de fragments de grès.

5 Cette partie de la plaine de Passy a eu l’avantage d’être épargnée par l’érosion et par endroits de recevoir une épaisse couche de limons qui a mis les effondrements hors d’atteinte des labours. Plusieurs études sur la céramique de Passy sur les formes et sur les décors avec leur répartition, ont été publiées dans les actes des colloques néolithiques (voir bibliographie).

6 Cette tombe est représentative des riches sépultures danubiennes. Ce petit cimetière semble une intrusion due à un membre étranger à la communauté qui a provoqué des dissensions et la construction d’un mur de séparation.

7 On peut se demander si ce choix de Passy n’est pas dû à des affinités de langages ou d’origines de ces deux groupes. En Mésopotamie, les anciens temples étaient simplement surélevés sur un tertre ou une terrasse. Par la suite les constructions s’élevèrent avec des étages et au premier millénaire, ces temples formèrent des tours ou ziggourats.

8 L’étude des fossés de la terrasse a été faite aux endroits qui ont paru les plus favorables. Il a été trouvé au fond, deux fragments de céramique danubienne et quelques petits silex taillés mais pas de gros outils de terrassement qui devaient être en bois dur. Le foyer le plus haut dans le fossé était carolingien. Le foyer a montré qu’il manquait encore 0,40 m pour qu’il soit comblé. Les corvées du Moyen Âge s’en sont chargées. L’évasement par érosion a entraîné des documents errants dans le fonds des fossés provenant des villages voisins. Cette érosion a faussé l’interprétation des mensurations.

9 Une étude plus détaillée de la religion du couple divin paraîtra dans le Bulletin de la Société archéologique de Sens, tome 4, 2000-2001.

10 Les couples de dieux sont évoqués dans des récits légendaires et dans des études récentes pour la période avant l’écriture au Moyen Orient et en Égypte. Les légendes varient beaucoup pour la création du premier homme et la formation du premier couple. La similitude est frappante avec le premier dieu qui a passé ses pouvoirs au premier couple divin.

11 La durée d’activité des couples est d’environ 900 ans, comme les premiers hommes de la Bible. Il semble qu’il s’est produit, au cours des temps, une confusion entre lunaison et année. La durée de vie des hommes a été corrigée par la puissance des dieux après le déluge (voir l’épopée de la Création ou de Supersage). La succession s’effectuait par transmission de pouvoirs, mais les couples divins ont continué d’exercer 900 ans environ. Cette fréquence peut se contrôler dans les trois derniers millénaires avec quatre couples ou dieu suprêmes dans cette fin de civilisation (Anu, Enlil, Marduk et son fils).

12 Il semble que déjà les hommes se considéraient comme les esclaves des dieux. Les décisions royales étaient d’essence divine et le grand prêtre participait à leur exécution.

13 Le mystère des origines et celui de l’au-delà tourmentent toujours les esprits.

14 D’après les géologues, cette sécheresse aurait duré environ deux millénaires. La migration s’effectuait par groupes familiaux qui se sont échelonnés sur toute cette période.

15 La connaissance du ciel est déjà avancée. Les hommes du Néolithique avaient donné un nom aux constellations et créé le Zodiaque qui nous est parvenu.

16 L’absence de documentation écrite concernant les inhumations et les cimetières a été remplacée par des observations archéologiques de différentes origines et l’application de certains textes religieux.

17 Dans les premières maisons funéraires à absides, les tombes étaient creusées. Par la suite les morts étaient déposés sur le sol et recouverts d’une épaisse chape d’argile. Ce type de sépulture semble s’être généralisé à l’exception des dignitaires, ce qui serait le cas à Passy.

18 Les mausolées isolés dans les monuments semblent avoir été réservés aux femmes. La séparation des sexes dans la mort était déjà présente dans les collections de crânes de certaines maisons des siècles antérieurs. Cette particularité a été aussi constatée dans le cimetière de Balloy (S. et M.) où certains monuments semblent avoir été réservés. Les mausolées avec des sépultures surélevées se pratiquent encore dans l’ouest de l’Irlande. Ce monument présente des défauts de conception et de réalisation qui n’apparaissent pas ailleurs : la tête n’est pas circulaire mais un polygone irrégulier, si le mausolée est centré, le couloir est désaxé ; les fossés, réduits à 0,40 m et peu profonds, pourraient être l’œuvre de femmes pour leur propre sépulture.

19 Ce type de monument avec la tête élargie à l’est, au centre duquel repose le plus souvent le personnage principal, est généralement la seule forme existante dans les petits cimetières de cette religion où les représentants semblent absents.

20 En Mésopotamie, d’après les nombreuses prières, il apparaît qu’une modification de la religion nécessitait environ 500 ans avant d’être adoptée par tous.

21 Une sépulture collective hâtivement fouillée en 1851 et la seconde a été détruite dans un terrassement intempestif.

Notes de fin

1 J’ai personnellement pris la décision de publier cette contribution dont Henri Carré a présenté l’essentiel lors du déroulement du colloque. Certains pourront s’étonner que je n’aie en fin de compte pas suivi l’avis de plusieurs des membres du comité scientifique ; d’autres regretteront que je ne me sois pas conformé à ce sujet aux réticences du directeur de la revue. Il est sans doute vrai que, dans son sujet comme dans son processus d’exposé, cet article ne se conforme guère ni aux habitudes de la recherche actuelle, ni aux critères attendus pour une démonstration étayée et fondée. J’assume cependant la décision de publier cet article en la fondant sur trois motifs. Il s’agit d’abord de respecter un principe qui a jusqu’alors régi la communauté des néolithiciens fédérés autour d’Internéo : l’ouverture du colloque à tous ceux qui œuvrent sur le Néolithique, sans distinction de statut ou du niveau de leur contribution. S’impose ensuite une règle déontologique : si un chercheur est admis à communiquer publiquement, sa contribution ne peut qu’être éditée dans les actes qui s’ensuivent, même si certains contestent les propositions exposées ou le mode de raisonnement adopté. J’ajouterai enfin, face aux inconditionnels d’une rigueur que j’aurais approuvée dans d’autres circonstances, que j’estime difficile d’interdire de publier dans ces actes au propre initiateur des réunions qui ont fondé ce colloque sur le Néolithique. Pascal Duhamel

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Sépulture féminine danubienne. Sépulture C du village de la Sablonnière avec ses bijoux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 2. Plan de la partie centrale connue du cimetière néolithique de la Sablonnière à Passy avec l’emplacement du temple au centre du grand monument.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 3.Sépulture T. Prêtre inhumé dans une grande fosse profonde avec la spatule au-dessus de la tête.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Fig. 4. Évolution des symboles du couple divin : des galets aménagés au xiie millénaire aux représentations céramiques du vie millénaire qui ont servi de modèle aux spatules.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 5. Les spatules de Passy (photo J.-P. Elie, Musée de Sens).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 6. Sépulture M. Prêtre inhumé dans une grande fosse profonde sur lit de pierres cachant une sépulture de bébé. La spatule tournée à l’envers au-dessus de la tête indique l’absence d’emmanchement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13140/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 7. Sépulture E. Prêtre inhumé dans une grande fosse profonde avec la spatule en forme de tour Eiffel, le bras droit repose sur le vase avec des excroissances en forme de seins.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13140/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 8. Vue aérienne de la zone centrale en cours de fouille. À noter la proximité des premières structures du Bronze entourant le monument principal (Photo André Heurtaux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13140/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search