Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

I Impacts interculturels entre groupes du Néolithique moyen

Concise-sous-Colachoz (VD, CH) : des villages du Cortaillod à forte composante NMB au bord du lac de Neuchâtel

Elena Burri

Résumé

Jusqu’à présent, l’influence du Néolithique Moyen Bourguignon en Suisse occidentale semblait restreinte. En effet, les sites contemporains du NMB n’avaient livré que de rares exemples de céramiques rattachables au NMB, par exemple à Douanne, Auvernier et Yverdon. Cette situation change radicalement avec l’importante séquence néolithique moyen mise au jour sur le site lacustre de Concise-sous-Colachoz, au bord du lac de Neuchâtel. Ce site, à côté de villages du Bronze ancien et du Néolithique final, présente une série de villages du Néolithique moyen qui se rattachent à la civilisation de Cortaillod et s’échelonnent durant une grande partie du développement de celle-ci, entre le Cortaillod classique, vers 3850 av. J.-C., et le Cortaillod tardif, vers 3500 av. J.-C. On note, au sein de cette importante séquence, une forte présence de céramiques de type NMB dans plusieurs villages cortaillod datés entre 3869 et 3540 av. J.-C. Ceci permet d’ores et déjà de préciser l’intervalle chronologique dans lequel s’insère le NMB, ainsi que d’étendre sensiblement sa zone d’insertion géographique. De plus, l’étude en cours de la céramique devrait amener à proposer une évolution des types NMB sur les trois siècles où ils sont avérés à Concise, ainsi qu’une meilleure compréhension de la dynamique régissant les rapports entre le NMB et le Cortaillod.

Texte intégral

Le site de Concise-sous-Colachoz

1Une série de fouilles de sauvetage a été effectuée dans le cadre du projet « Rail 2000 » de doublement de la voie de chemin de fer reliant Yverdon à Neuchâtel. La plus importante d’entre elles a concerné le site palaffitique de Concise-sous-Colachoz, sur la rive nord du lac de Neuchâtel (fig. 1). Ce site, sis dans la baie de Concise, était connu depuis les années 1850 et la construction de la première voie de chemin de fer, qui passait alors dans la baie. L’édification d’un remblai avec du matériel dragué dans le lac avait entraîné la destruction d’une partie du site ainsi que la découverte de quantité d’objets préhistoriques.

Fig. 1. Carte régionale avec en hachuré l’ensemble cortaillod de l’ouest du Plateau suisse et en grisé le NMB, la double flèche marquant l’emplacement de la trouée de Vallorbe ; 1. Concise ( Wolf et alii, 1999) ; 2. Auvernier ( Schifferdecker, 1982, 1988) ; 3. Thielle ( Schwab, 1999) ; 4. Douanne ( Stoeckli, 1981a et b ; Furger, 1981) ; 5. Lattrigen ( Hafner, Suter, 2000) ; 6. Muntelier ( Gauthier, 1985 ; Carnes, 1997 ; Ramseyer, 2000) ; 7. Yverdon ( Kaenel, 1976) ; 8. Corsier ( Seppey, 1991) ; 9. Clairvaux ( Pétrequin, Pétrequin, 1989) ; 10. Bruère-Allichamps ( Rialland, 1991) ; 11. Lapalisse ( Liégard et alii, 2000) ; 12. Ambérieu ( Nicod, 1991 ; Wernli, 1995) ; 13. Mavilly-Mandelot ( Dufay-Galan, 1996).

2L’importance du site était donc bien connue, mais les fouilles, effectuées sous la direction de C. Wolf sur mandat des MHAVD sur une surface d’environ 5 000 m2, entre l’automne 1995 et février 2000, ont permis de mettre au jour une séquence stratigraphique remarquable, ainsi que des plans de villages inédits en Suisse (Wolf et alii, 1999).

3Les vestiges d’une trentaine de villages recouvrant l’ensemble du Néolithique moyen et final pratiquement sans discontinuité, ainsi que la seconde partie du Bronze ancien, ont été découverts et sont actuellement en cours d’étude (fig. 2).

Les vestiges du Néolithique moyen

  • 1 Toutes les datations dendrochronologiques sont le fait du Laboratoire Romand de Dendrochronologie (...)

4Le Néolithique moyen est bien représenté, avec au moins dix villages qui se superposent ou sont décalés latéralement dans la baie de Concise (fig. 2). Ils se développent durant une grande partie de la civilisation de Cortaillod, entre le Cortaillod classique, vers 3850 av. J.-C. (un village est daté de 3869-3794 av. J.-C.)1, et le Cortaillod tardif, vers 3500 av. J.-C. (3533-3517 av. J.-C.). De plus, des pieux profonds, datés par 14 C, indiquent la présence d’habitations lacustres de la fin du ve millénaire, c’est-à-dire du début du Néolithique moyen, mais sans association de matériel, car les couches correspondant à ces occupations sont érodées. À part les villages les plus anciens, ces sites ont tous fourni un matériel archéologique très abondant constitué d’outils en pierre, en silex, en os ou en bois de cerf, ainsi que de nombreux vestiges en matériau périssable, tels que des outils en bois ou des tissus. La céramique est particulièrement bien représentée avec environ 800 kg de tessons trouvés dans les différents villages du Néolithique moyen. Elle est actuellement en cours d’étude et de remontage, mais il nous a tout de même semblé intéressant de présenter quelques résultats préliminaires ainsi que le contexte régional des trouvailles.

La Céramique des sites Cortaillod à l’ouest du Plateau suisse

5Nous écarterons de ce résumé le groupe zurichois, les sites d’Egolzwil et de Burgäschisee, ainsi que le Néolithique valaisan et tout le contexte de formation et d’apparition du Cortaillod au début du Néolithique moyen, pour nous concentrer sur la zone qui s’étend à l’ouest du Plateau suisse à partir de la région des trois lacs jusqu’au bout du lac Léman (fig. 1). La céramique cortaillod y est surtout connue dans des sites palafittiques, ce qui lui assure souvent une excellente conservation, ainsi que l’extrême précision des dates fournies par la dendrochronologie. Ces exceptionnelles conditions de gisement et les fouilles de sites de référence comme Douanne ou Auvernier dans les années 1970 ont permis de construire une chronotypologie de la céramique que nous résumerons schématiquement ci-dessous (fig. 3). On remarquera que l’évolution est très progressive : ce sont en fait les proportions des différents types qui varient et il n’y a pas de rupture brutale entre les ensembles, ni au point de vue matériel, ni dans l’habitat. De même, les fourchettes chronologiques des différents ensembles cortaillod n’ont-elles pas de frontière rigide.

6En s’attachant plus particulièrement aux formes hautes (jarres et gobelets), on constate une forte augmentation de la proportion des jarres par rapport aux autres formes au cours du temps, ainsi qu’une évolution progressive de la morphologie qui se transforme d’un profil en S pur à la forme en tonneau, qui annonce la céramique du Néolithique final, en passant par la jarre à bord vertical. Les fonds majoritairement ronds au début deviennent de plus en plus souvent aplatis, le dégraissant de plus en plus grossier et les parois de plus en plus épaisses, ce qui se traduit par l’impression d’un traitement de moins en moins soigné. De même le nombre et la diversité morphologique des moyens de préhension diminuent-ils et les mamelons passent-ils d’une position sur la lèvre à une position sur le bord. D’une manière générale, à la simplification des formes correspond une simplification du répertoire typologique.

Fig. 2. Les champs de pieux de Concise-sous-Colachoz. Les dates correspondent aux dates d’abattage dans les chemins d’accès des différents villages. En grisé, les chemins d’accès du Néolithique moyen. Dessin D.-S. Quinn.

7Dans les sites cortaillod, on remarque également quelques rares formes particulières à épaulement, bord plus ou moins évasé et mamelons ou languettes verticales situés sous l’épaulement et parfois regroupés par paires (fig. 4). Ces types rares sont représentés exhaustivement sur la figure 4, ils ont été trouvés à Yverdon Garage-Martin, Auvernier-Port couche Va, Auvernier La-Saunerie, Thielle-Mottaz, Douanne US, MS et OS et sont attribués au NMB par différents auteurs (Schifferdecker, 1982 ; Pétrequin, 1986…). On observe que ces quelques exemplaires se trouvent tous dans des couches attribuées au Cortaillod moyen ou tardif, avec un seul exemple mal conservé à Douanne pour le Cortaillod classique, c’est-à-dire qu’ils sont datés entre environ 3850 et 3500 av. J.-C., avec une nette prépondérance dans le Cortaillod moyen (3750-3630 av. J.-C.) et le début du Cortaillod tardif, si l’on peut parler de prépondérance au vu de la faiblesse des effectifs. Les auteurs parlent en général d’importations pour ces rares éléments qui détonnent dans le fonds commun de la céramique cortaillod.

La céramique Néolithique moyen de Concise

8Nous présenterons surtout la céramique du village daté de 3666-3637 av. J.-C. (avec deux phases d’abattage) qui est encore en cours d’étude. Comme on le voit, ces dates correspondent à celles des ensembles cortaillod moyen de Douanne et Auvernier. Et en effet, une série de jarres, gobelets et formes plus basses s’inscrit très bien dans cette perspective (fig. 5, nos 1-5), avec des jarres et marmites à profil en S plus ou moins marqué, à mamelons sur la lèvre ou sur le bord et à fonds encore souvent arrondis, ainsi que des écuelles non carénées.

9Le reste du matériel est par contre beaucoup plus étonnant avec notamment un nombre relativement important de « plats à pain », que l’on ne rencontre habituellement que sporadiquement dans le Cortaillod. Mais ce sont surtout dans les formes hautes que l’on remarque une grande proportion de types rattachables sans conteste au Néolithique moyen bourguignon (NMB). Dans le village daté de 3666-3637, par exemple, la proportion par rapport au total des formes reconstituées est de plus de la moitié pour les jarres et les gobelets, ce qui est sans commune mesure avec ce que l’on trouve ailleurs sur le Plateau suisse. Il s’agit typiquement de jarres et gobelets à épaulement, bords parallèles ou évasés et moyens de préhension (mamelons ou languettes verticales) situés sur ou juste sous l’épaulement et parfois groupés par deux. Les fonds sont aplatis pour les jarres, parfois ronds pour les gobelets (fig. 5, nos 6-11). La proportion de ces types est assez semblable pour le village daté de 3710-3694, mais avec des éléments souvent plus évasés qui semblent plus typiques du NMB ; ceci est encore plus marqué pour le village du Cortaillod classique daté de 3869-3794 av. J.-C.

Fig. 3. Résumé synthétique de l’évolution de la céramique Cortaillod à l’ouest du Plateau suisse.

Fig. 4. Les céramiques de type NMB en Suisse occidentale. 1-3. Yverdon Garage-Martin ; 4-5. Douanne OS ; 6-7. Thielle Wavre Mottaz ; 8-17. Douanne MS ; 18. Auvernier La Saunerie ; 19. Auvernier-PortVa ; 20. Douanne US (d’après : 1-3 : Kaenel, 1976 ; 4-5, 8-17 et 20 : Stoeckli, 1981a et b ; 6-7 : Schwab, 1999 ; 19 : Schifferdecker, 1982 ; 18 : Gallay, 1977).

Fig. 5. Choix de céramique du village 3666-3637 av. J.-C. ; 1-5. céramiques Cortaillod ; 6-11. céramiques NMB. Dessin : V. Foschia, MHAVD.

10Une première approche du matériel des autres villages nous permet d’assurer que ces éléments disparaissent à la fin du Cortaillod tardif (village daté de 3533-3517 av. J.-C.). Ils sont par contre encore bien représentés dans le village du Cortaillod tardif daté de 3567-3540 av. J.-C. et dans le village du Cortaillod moyen daté de 3692-3677 av. J.-C. On rejoint donc les constatations faites sur les autres sites de l’ouest du Plateau en ce qui concerne l’insertion chronologique du NMB.

Le NMB

11Il semble nécessaire de résumer en quelques mots les connaissances actuelles concernant le Néolithique moyen bourguignon (NMB). Lors du colloque de Beffia (Pétrequin, Gallay, 1986), il avait été défini dans son cadre géographique et chronologique, ainsi que dans ses composantes principales. Les gobelets et jarres à épaulement souligné par des mamelons ou barrettes verticales appariés ou par des décors arciformes, ainsi que les coupes ou assiettes à rainure externe sont présentés comme caractéristiques du NMB. Pour la Franche-Comté, l’évolution qui tend à une simplification des formes et du répertoire est déjà repérée, ainsi que le parallélisme que l’on peut en tirer avec le Cortaillod, qui se trouve conforté par l’existence d’éléments cortaillod au sein du NMB de Franche-Comté, ainsi que d’éléments NMB au sein du Cortaillod, ces liens sont également mis en évidence par le remplacement à Clairvaux du NMB par un Cortaillod type Port-Conty (Pétrequin, Pétrequin, 1986 ; Pétrequin, 1986).

12Le cadre chronologique, basé sur des datations 14C et les relations avec les stations suisses, s’étend sur toute la durée du Néolithique moyen II (~ 4200-3200 av. J.-C.), et est séparé en une phase ancienne jusque vers 3700 av. J.-C. et une phase récente dans laquelle les éléments chasséens et épiroessens se sont effacés au profit des éléments typiquement NMB. L’extrême variabilité des conditions de gisement et l’absence de datations dendrochronologiques interdisent pour l’instant les chronotypologies plus précises. Le substrat semble très divers avec essentiellement des influences méridionales chasséennes et nord-orientales Michelsberg et Épi-Roessen. On peut également rappeler dans ce cadre la présence de gobelets à épaulement et mamelons doubles dans le Cortaillod du groupe zurichois, qui est antérieur au Cortaillod classique de l’ouest du Plateau et procède d’influences roessen.

13Le NMB, qui est défini surtout par quelques formes céramiques particulières, couvre une large aire géographique, comprenant la Bourgogne, la Haute-Marne et la Franche-Comté ; il est toutefois restreint au nord-ouest du Jura (fig. 1). Ce cadre géographique s’est d’ailleurs considérablement élargi avec les découvertes de l’enceinte du ‘Champ de la Grange’ à Bruère-Allichamps (Rialland, 1991), du site de ‘Chez Duret’ à Lapalisse (Liégard et alii, 2000) et de la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Nicod, 1991 ; Wernli, 1995), par exemple.

14L’énorme extension géographique et chronologique du NMB permet de douter qu’il s’agisse d’un fait homogène et des études ultérieures permettront sans doute de mieux comprendre la dynamique interne de cet ensemble, ainsi que de revoir sa définition.

15En ce qui concerne la Franche-Comté, et particulièrement le site de ‘La Motte-aux-Magnins’ (Clair-vaux-les-Lacs niveau V, Jura), de claires affinités cortaillod, que ce soit dans la céramique ou d’autres matériaux permettent de faire des parallèles avec le Cortaillod tardif et de proposer de préférence une datation vers 3600-3500 av. J.-C. dans un intervalle entre 3700-3500 av. J.-C. (Pétrequin, Pétrequin, 1989 ; Lambert et alii, 1989). Le NMB est ensuite remplacé par un Cortaillod type Port-Conty dans la station II de Clairvaux. P. Pétrequin proposait alors une migration de gens du Cortaillod à partir du Plateau suisse. On remarquera à ce sujet la position de Concise, à l’extrémité d’un axe passant par Clairvaux et la trouée de Vallorbe (fig. 1).

Conclusions : lapport de Concise

16La proportion très élevée (plus de la moitié pour les formes hautes) des céramiques NMB, ainsi que l’homogénéité apparente des pâtes entre les types cortaillod et NMB, sans présumer d’analyses futures, exclut pratiquement que l’on ait affaire à des importations à partir du versant nord du Jura. De même, et sans encore disposer du plan des habitations, la céramique est-elle mélangée au sein des secteurs de fouille ce qui semble indiquer qu’il n’y a pas exclusion spatiale entre les deux types, comme il ne semble pas exister de différence fonctionnelle au vu de l’équivalence des volumes moyens des récipients des deux traditions. On se trouve donc devant un cas de mélange entre les deux formes céramiques, ce qui induit soit la présence de potiers(ières) des deux traditions, soit une manufacture par les mêmes des deux types. L’étude du reste de l’industrie pourra certainement préciser si on a uniquement affaire à un transfert de savoir au niveau de la fabrication de la céramique ou s’il s’agit d’un véritable mélange de populations avec deux artisanats mêlés dans toutes leurs composantes.

17Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une véritable industrie de type NMB mêlée au Cortaillod, ce qui permet d’élargir encore la zone de définition du NMB (fig. 1) et de changer la vision d’un Plateau suisse dans lequel le NMB ne jouait qu’un rôle marginal, avec quelques rares importations en provenance du Jura français, ainsi que de confirmer la grande souplesse du NMB qui se développe sur des substrats très variables. De plus la précision des datations dendrochronologiques et l’amplitude des dépôts séparant les villages permet de mettre en évidence une évolution, au moins locale, au sein de la céramique du NMB, évolution qu’il sera sans doute difficile d’étendre à tout le NMB au vu de la situation très périphérique de Concise.

18On peut quand même constater que le NMB est localement présent entre 3869 et 3537 av. J.-C., donc dans sa phase récente et la fin de sa phase ancienne, mais disparaît vers 3530, alors que se poursuit normalement l’évolution locale du Cortaillod, cette fourchette chronologique correspondant à ce que l’on retrouve dans les autres stations de l’ouest du Plateau suisse. De plus, on peut d’ores et déjà esquisser une typochronologie des formes du NMB récent qui présente un certain parallélisme avec celle du Cortaillod, parallélisme déjà mis en évidence par A.-M. et P. Pétrequin (Pétrequin, Pétrequin, 1986), les formes évasées des villages datés de 3710-3694 et surtout 3869-3794 av. J.-C. faisant place à des formes à bords parallèles, voire convergents, mais présentant toujours les traits les plus typiques que sont les épaulements, les languettes verticales et mamelons parfois groupés par paires sur ou juste sous l’épaulement. On regrettera que la rareté des dates dendrochronologiques pour le NMB restreigne l’interprétation. De même, l’absence de sites cortaillod à l’ouest d’Yverdon (à l’exception du site cortaillod classique de Corsier) restreint-elle la zone d’étude et ne permet-elle pas de préciser si les influences NMB se sont poursuivies à l’ouest.

19On constatera donc que l’étude de la céramique des sites cortaillod n’a pas livré tous ses secrets et que vingt ans après les dernières grandes synthèses, elle mérite d’être reprise dans son ensemble, avec d’éventuelles partitions régionales tenant compte des diverses influences. De plus, la question du NMB et de sa définition semble encore plus ouverte et mériterait d’être étudiée à large échelle. Enfin l’étude du site de Concise permettra peut-être de préciser les modalités du passage du NMB au Port-Conty à Clairvaux, ainsi que les relations Plateau suisse/Franche-Comté.

20Nous remercions ici D. Weidmann, archéologue cantonal du canton de Vaud, C. Wolf, mandataire jusqu’à septembre 2001, A. Winiger, directrice scientifique de la fouille et actuellement mandataire pour le projet, M. Maute-Wolf, D.-S. Quinn, M. Kurz et P. Hering, chefs de chantier, ainsi que les dizaines de fouilleurs qui ont participé au projet.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Carnes J., 1997, Die Keramik von Sektor 1 der Grabung Muntelier-Strandweg, Lizentiatarbeit, Universität Bern, inédit.

Dufay-Galan A., 1996, « Le Néolithique moyen de la grotte de la Molle-Pierre, à Mavilly-Mandelot (Côte-d’Or) : un ensemble NMB », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les Bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Actes du XVIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, p. 399-405 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Furger A.R., 1981, Die neolitischen Ufersiedlungen von Twann, 13. Die Kleinfunde aus den Horgener Schichten, Bern, Staatlicher Lehrmittelverlag.

Gallay A., 1977, Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône : contribution à l’étude des relations Chassey-Cortaillod-Michelsberg, Frauenfeld, Verlag Huber (Antiqua, 6).

Gauthier Y., 1985, Valeurs attributives des composantes culturelles d’un site cortaillod : Muntelier-Dorf 7, Mémoire de licence, Université de Berne, non publié.

Hafner A., Suter P.-J., 2000, - 3400 : Die Entwicklung der Bauerngesellschaften im 4, Jahrtausend v. Chr. Am Bielersee, Bern, Berner Lehrmittel-und Medienverlag (Ufersiedlungen am Bielersee, 6).

Kaenel G., 1976, La fouille du ‘Garage-Martin 1973’ : précisions sur le site de Clendy à Yverdon (Néolithique et Âge du Bronze), 233 p. (Cahiers d’Archéologie Romande, 8 ; Eburodunum, 4).

Liégard S., Urgal A., Fourvel A., Liégard D., 2000, « Étude d’un lot de mobilier du Néolithique moyen II d’affinité nord-orientale découvert à Lapalisse (Allier) », Revue Archéologique du Centre de la France, t. 39, p. 31-42.

Nicod P.-Y., 1991, « Le Néolithique ancien et moyen, Composantes culturelles », in : Voruz J.-L. dir., Archéologie de la grotte du Gardon, Rapport de fouilles 1985-1990, p. 123-150 (Document du Département d’Anthropologie et d’Écologie, 17).

Pétrequin 1986, « Les contacts avec le Cortaillod », in : Pétrequin P., Gallay A. ed., Le Néolithique moyen bourguignon (NMB), Actes du colloque de Beffia (Jura, France), 4-5 juin 1983, p. 57-59 (Archives suisses d’anthropologie générale, 48-2).

Pétrequin P., Gallay A. ed., 1986, Le Néolithique moyen bourguignon (NMB), Actes du colloque de Beffia (Jura, France), 4-5 juin 1983 (Archives suisses d’anthropologie générale, 48-2).

Pétrequin A.-M., Pétrequin P., 1986, « La Franche-Comté : propositions pour une chronologie interne », in : Pétrequin P., Gallay A. ed., Le Néolithique moyen bourguignon (NMB), Actes du colloque de Beffia (Jura, France), 4-5 juin 1983, p. 17-47 (Archives suisses d’anthropologie générale, 48-2).

Pétrequin A.-M., Pétrequin P., 1989, « La céramique du niveau V et le Néolithique moyen bourguignon », in : Pétrequin P. ed., Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura), II : Le Néolithique moyen, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 265-284.

Ramseyer D., 2000, Muntelier-Fischergässli : un habitat néolithique au bord du lac de Morat (3895 à 3820 avant J.-C.) (Archéologie fribourgeoise, 15).

Rialland Y., 1991, « L’enceinte néolithique du Champ de la Grange à Bruère-Allichamps (Cher) », in : Actes du 14e colloque international sur le Néolithique, Blois 16-17-18 oct. 1987, p. 243-245 (Suppl. au Bull. de la Société Archéologique Scientifique et Littéraire du Vendômois).

Schifferdecker F., 1982, La céramique du Néolithique moyen d’Auvernier dans son cadre régional (Cahiers d’Archéologie Romande, 24, Auvernier, 4).

Schifferdecker F., 1988, « Du Néolithique moyen II au Néolithique récent dans le bassin des lacs de Neuchâtel, Bienne et Morat (Suisse) », in : Pétrequin P. ed., Du Néolithique moyen II au Néolithique final au Nord-Ouest des Alpes, Actes du colloque international sur le Néolithique de l’Est de la France, 12, Lons-le-Saunier, oct. 1985, Lons-le-Saunier, musée d’archéologie/Cercle Girardot, p. 161-172.

Schwab H., 1999, Archéologie de la 2e correction des eaux du Jura, Vol. 2 : Les premiers paysans sur la Broye et la Thielle, Fribourg, éd. universitaires, 318 p. (Archéologie fribourgeoise, 14).

Seppey V., 1991, La céramique cortaillod de Corsier-Port (Genève), Travail de diplôme, Université de Genève, non publié.

Stoeckli W.-E., 1981a, Die Cortaillod-Keramik der Abschnitte 6 und 7, Bern, Staatlicher Lehrmittelverlag (Die neolitischen Ufersiedlungen von Twann, 10).

Stoeckli W.-E., 1981b, Die Keramik der Cortaillod-Schichten, Bern, Staatlicher Lehrmittelverlag (Die neolitischen Ufersiedlungen von Twann, 20).

Wernli M., 1995, Le Néolithique moyen II de la grotte du Gardon, Travail de diplôme, Université de Genève, non publié.

Wolf C., Burri E., Hering P., Kurz M., Maute-Wolf M., Quinn D.-S., Winiger A., 1999, « Les sites lacustres néolithiques et bronze de Concise VD-sous-Colachoz : premiers résultats et implications sur le Bronze ancien régional », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 82, p 7-38.

Notes

1 Toutes les datations dendrochronologiques sont le fait du Laboratoire Romand de Dendrochronologie (LRD) de Moudon.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte régionale avec en hachuré l’ensemble cortaillod de l’ouest du Plateau suisse et en grisé le NMB, la double flèche marquant l’emplacement de la trouée de Vallorbe ; 1. Concise ( Wolf et alii, 1999) ; 2. Auvernier ( Schifferdecker, 1982, 1988) ; 3. Thielle ( Schwab, 1999) ; 4. Douanne ( Stoeckli, 1981a et b ; Furger, 1981) ; 5. Lattrigen ( Hafner, Suter, 2000) ; 6. Muntelier ( Gauthier, 1985 ; Carnes, 1997 ; Ramseyer, 2000) ; 7. Yverdon ( Kaenel, 1976) ; 8. Corsier ( Seppey, 1991) ; 9. Clairvaux ( Pétrequin, Pétrequin, 1989) ; 10. Bruère-Allichamps ( Rialland, 1991) ; 11. Lapalisse ( Liégard et alii, 2000) ; 12. Ambérieu ( Nicod, 1991 ; Wernli, 1995) ; 13. Mavilly-Mandelot ( Dufay-Galan, 1996).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 2. Les champs de pieux de Concise-sous-Colachoz. Les dates correspondent aux dates d’abattage dans les chemins d’accès des différents villages. En grisé, les chemins d’accès du Néolithique moyen. Dessin D.-S. Quinn.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 3. Résumé synthétique de l’évolution de la céramique Cortaillod à l’ouest du Plateau suisse.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Fig. 4. Les céramiques de type NMB en Suisse occidentale. 1-3. Yverdon Garage-Martin ; 4-5. Douanne OS ; 6-7. Thielle Wavre Mottaz ; 8-17. Douanne MS ; 18. Auvernier La Saunerie ; 19. Auvernier-PortVa ; 20. Douanne US (d’après : 1-3 : Kaenel, 1976 ; 4-5, 8-17 et 20 : Stoeckli, 1981a et b ; 6-7 : Schwab, 1999 ; 19 : Schifferdecker, 1982 ; 18 : Gallay, 1977).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Fig. 5. Choix de céramique du village 3666-3637 av. J.-C. ; 1-5. céramiques Cortaillod ; 6-11. céramiques NMB. Dessin : V. Foschia, MHAVD.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteur

MHAVD, 10, place de la Riponne, CH-1014 Lausanne (Suisse).

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search