Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

I Impacts interculturels entre groupes du Néolithique moyen

L’habitat Néolithique moyen du site du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) : nouveaux acquis

Marie Besse et Martine Piguet

Résumé

La construction en 1992 de l’immeuble situé entre l’avenue du Petit-Chasseur et la route de Lausanne à Sion (Valais, Suisse) a permis de mettre au jour des vestiges archéologiques attribués à un habitat du Néolithique moyen.
Entre 1967 et 1972, des fouilles menées par Olivier-Jean Bocksberger, puis par Alain Gallay, de l’Université de Genève, sur un terrain jouxtant cette parcelle, avaient déjà révélé, outre l’exceptionnelle nécropole mégalithique, une présence humaine remontant à la première moitié du quatrième millénaire.
Notre travail prend en compte l’ensemble des données provenant des différentes campagnes de fouilles (chantiers Petit-Chasseur I, II, III et IV).
L’étude du site du Petit-Chasseur permet de préciser la séquence culturelle du Néolithique moyen valaisan. Celle généralement admise se compose d’une phase ancienne, « Cortaillod de type Petit-Chasseur », et d’une phase récente, « Cortaillod de type Saint-Léonard ». L’analyse spatiale des structures (trous de poteaux, foyers, fosses de stockage, fours, etc.) nous autorise à reconstituer au moins quatre bâtiments contemporains. Les études des différents vestiges (tessons de céramiques, outils en silex et en cristal de roche, restes de faune, céréales) permettent d’appréhender, non seulement la gestion de l’espace à l’intérieur du hameau, mais également les relations établies entre ses habitants et ceux du Plateau suisse, du nord de l’Italie et de la moyenne vallée du Rhône.

Texte intégral

Introduction

1Il y a déjà près de quarante ans que les premières fouilles ont été entreprises dans l’avenue du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) (fig. 1) ; le premier chantier a dès lors porté ce nom. Au cours des années et au fil des découvertes, toujours sur cette même avenue, trois autres chantiers archéologiques ont été réalisés, baptisés Petit-Chasseur II, puis Petit-Chasseur III et finalement Petit-Chasseur IV (fig. 2). Sur l’ensemble des quatre chantiers, différents types de vestiges (habitat, sépulture) ont été mis au jour, reflétant des occupations s’échelonnant des débuts du Néolithique moyen au second Âge du Fer (La Tène) (fig. 3). Mais c’est sans aucun doute la mise au jour de la nécropole mégalithique et des magnifiques stèles gravées provenant du chantier Petit-Chasseur I, qui a valu au site sa renommée internationale. La découverte, en 1986, d’un second dolmen à soubassement triangulaire sur le chantier du Petit-Chasseur III ne fait alors que renforcer l’importance de ce gisement pour les connaissances du rituel funéraire de la fin du Néolithique. Cependant, un important assemblage de vestiges d’habitat du Néolithique moyen a également été dégagé. Intrinsèquement moins spectaculaire que les dolmens et les stèles, il n’en est pas moins important pour la recherche en Valais. En effet, en regroupant les données de quatre chantiers, on peut, pour n’évoquer qu’un seul niveau, reconstituer au moins quatre maisons contemporaines ; c’est un cas exceptionnel pour un habitat du Néolithique moyen en milieu alpin.

2Par ailleurs, plusieurs habitats du Néolithique moyen ont également été découverts dans la ville de Sion et en Valais (fig. 4).

Fig. 1. Localisation du site du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse).

Fig. 2. Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) : plan de situation des quatre chantiers.

Fig. 3. Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) : tableau récapitulatif des différentes occupations humaines des quatre chantiers.

Fig. 4. Carte de répartition des habitats du Néolithique moyen en Valais (Suisse).

3Notre contribution présente, outre l’historique des découvertes des quatre chantiers, les composantes culturelles des niveaux du Néolithique moyen du site du Petit-Chasseur à Sion, lesquelles sont abordées sous un angle chronologique, alimentant ainsi la discussion sur la pertinence des phases habituellement utilisées pour le Néolithique moyen valaisan (Cortaillod de type Petit-Chasseur et Cortaillod de type Saint-Léonard). L’analyse spatiale du mobilier archéologique du site permet d’aborder l’organisation interne des habitats. L’ensemble des résultats de cette étude devrait être regroupé dans une monographie en préparation.

Présentation succincte des quatre chantiers

Le chantier du Petit-Chasseur I

4Découvert en 1961 lors de travaux de génie civil, plusieurs campagnes de fouilles ont été menées sur le site du Petit-Chasseur I, d’abord par Olivier-Jean Bocksberger, puis par Alain Gallay du Département d’anthropologie et d’écologie de l’Université de Genève.

5Le site du Petit-Chasseur I se situe sous l’actuelle route passant au nord de l’immeuble sis 61-63 avenue du Petit-Chasseur (CN 1306, 119 875/592 775. Parcelles no 1320, 5015 et 13028. Altitude env. 489 m).

6D’un point de vue stratigraphique, il s’agit indubitablement de la fouille la plus complexe des quatre chantiers du Petit-Chasseur, complexité engendrée par le nombre important de dolmens et cistes (MI à MXI) et la difficulté de les corréler stratigraphiquement les uns aux autres.

7Les séquences chronologiques peuvent être regroupées de la manière suivante :

8 Horizon superficiel : quelques traces ténues d’un habitat du second Âge du Fer (La Tène).

9 Horizon intermédiaire : cet horizon est principalement marqué par la présence de plusieurs foyers.

10 Horizon supérieur : le Bronze ancien est attesté par la présence de quatre tombes et de trous de poteaux.

11Nécropole mégalithique constituée de dix dolmens et cistes (MI, MII, MIII, MV, MVI, MVII, MVIII, MIX, MX, MXI) et de magnifiques stèles anthropomorphes gravées. La construction et l’utilisation de ces monuments sont attribuées au Néolithique final valaisan et au Campaniforme. Ces monuments ont été déplacés dans la cour du Collège de Saint-Guérin où on peut les visiter.

12 Horizon inférieur : un sondage profond a permis de mettre en évidence des structures d’habitat attribuées au Néolithique moyen (couches 9, 11 et 13).

Le chantier du Petit-Chasseur II

13Le site du Petit-Chasseur II a été découvert lors d’un sondage effectué en 1968 par Olivier-Jean Bocksberger. En 1969, un second sondage a été réalisé sous la direction d’Alain Gallay qui assuma en 1972 la fouille de cette parcelle menacée par la construction d’un immeuble moderne.

14Le site du Petit-Chasseur II se situe dans un espace limité au nord par l’immeuble sis 61-63 avenue du Petit-Chasseur et au sud par l’immeuble sis 80-82 rue de Lausanne (CN 1306, 119 875/592 775. Parcelle no 12720. Altitude env. 485 m).

15Deux périodes ont clairement été mises en évidence. Il s’agit du second Âge du Fer, représenté par quatre tombes La Tène, et du Néolithique moyen, attesté par de nombreuses structures d’habitat.

16Les séquences peuvent être regroupées de la manière suivante :

  • Horizon superficiel : quatre tombes du second Âge du Fer (La Tène) ; faible occupation du Bronze final marquée par quelques tessons de céramique.

  • Horizon inférieur : réparties sur plusieurs niveaux, de nombreuses structures d’habitat ainsi que des cistes de type Chamblandes ont été dégagées, reflétant ainsi une succession d’occupations du Néolithique moyen (couches 13, 14 et 16).

Le chantier du Petit-Chasseur III

17Découvert en 1987 par Kolja Farjon suite à une construction moderne, le site du Petit-Chasseur III a été l’objet d’une fouille menée par Sébastien Favre et Manuel Mottet en 1987 et 1988.

18Ce gisement se situe sous l’immeuble du 76 avenue du Petit-Chasseur.

19Une succession de onze niveaux anthropiques a été observée, niveaux qui n’ont pas été fouillés systématiquement, ni complètement. En effet, lorsque les archéologues sont arrivés sur le site, une grande partie des couches archéologiques avait déjà été détruite par les travaux. Cependant et heureusement le dolmen à soubassement triangulaire du Néolithique final valaisan (MXII) et la ciste campaniforme (MXIII) ont pu être fouillés exhaustivement. Préservés in situ, ils peuvent aujourd’hui être visités.

20La séquence suivante a été observée :

  • Couche 3a : habitat de la fin de l’Âge du Fer, avec notamment la présence de tessons de céramique attribuables à la période de La Tène D.

  • Couche 4b : horizon du Bronze final, attesté par un mur en pierre sèche à double parement.

  • Couche 4 (d et e) : restes de plusieurs niveaux d’habitat du Bronze ancien. Celui de la phase récente (couche 4d) pourrait se rattacher aux tombes Bronze ancien mises au jour lors des travaux de terrassement.

  • Couche 5a : horizon diffus marqué par la présence de tessons roulés, signe éventuel d’un habitat campaniforme ou des débuts du Bronze ancien à proximité du dolmen.

  • Couche 5b2 : période d’abandon du dolmen, effondrement naturel du soubassement.

  • Couche 5c : utilisation du dolmen MXII et, en fin de formation du dépôt, construction de la ciste campaniforme (MXIII).

  • Couche 6 : construction du dolmen à soubassement triangulaire (MXII), daté aux alentours de 3000 av. J.-C.

  • Couche 7 : occupation du Néolithique moyen, caractérisée par de grands foyers en cuvette remplis de pierres.

  • Couche 8 (a et b) : occupation du Néolithique moyen, avec notamment des constructions en pierre sèche (couche 8b).

Le chantier du Petit-Chasseur IV

21C’est en 1992 que fut découvert, par S. Favre, M. Mottet et F. Mariéthoz, le gisement du Petit-Chasseur IV, pendant les travaux de fondation d’une construction moderne. Lors de l’arrivée des archéologues sur le site, une partie des couches archéologiques avait déjà été détruite et évacuée. Un témoin d’une vingtaine de mètres de long sur environ cinq de large a été préservé grâce à une conduite d’eau qui n’avait pas encore été déplacée, jouxtant une seconde parcelle également menacée. La fouille de sauvetage urgent fut menée par nous-mêmes (M.B.) en 1992.

22Le chantier du Petit-Chasseur IV se situe en aval de l’immeuble La Renaissance, au 65-67 avenue du Petit-Chasseur à Sion (CN 1306, 592 950/119 875. Parcelle no 11425. Altitude env. 486 m. Surface de la fouille : env. 180 m2).

23Deux périodes ont clairement été observées. Il s’agit du second Âge du Fer, représenté par trois tombes La Tène, et du Néolithique moyen, attesté par des structures d’habitat.

24Stratigraphie :

  • Couche 4 : limon sablo-argileux avec des poches de graviers et de sables grossiers (lentilles), localement argileux. On observe la présence de chenaux. Cette couche est subdivisée en plusieurs niveaux (4a, 4b1 à 4b4) et se répartit sur toute la surface de fouille. Son épaisseur varie de 50 cm à 1 m. Le sommet de la couche 4b1 est le niveau d’implantation des tombes La Tène.

  • Couche 5 : lit d’argile blanche et « crémeuse », épais d’environ 1 cm. Il recouvre toute la surface de la fouille et scelle la séquence néolithique moyen.

  • Couche 6, niveau d’occupation : limon gris compact, dont la limite supérieure est nette. Cette couche forme un décrochement selon l’axe nord-est/sud-ouest ; elle se répartit sur toute la surface de fouille et son épaisseur varie de 10 à 25 cm. On observe la présence de quelques vestiges archéologiques. Cette couche est attribuée à une phase avancée du Néolithique moyen.

  • Couche 7, niveau d’occupation (habitat) : limon noir charbonneux. La limite supérieure est parfois graduelle, irrégulière et bosselée. La limite inférieure est nette, bien qu’il y ait quelques bioturbations de racines. Cette couche se répartit presque sur toute la surface de fouille et semble fusionner avec la couche 6 vers le sud. Son épaisseur varie de 1 à 10 cm. Des charbons et de nombreux vestiges archéologiques sont présents et sont attribués à un niveau d’habitat du Néolithique moyen II.

  • Couche 7b, niveau d’occupation : limon argileux beige-orangé avec des passées d’argile blanche et avec des cailloutis inférieurs à 3 cm. La répartition de cette couche se limite à la zone nord-est. Son épaisseur peut atteindre une vingtaine de cm. On observe la présence de quelques vestiges archéologiques.

  • Couche 8 : niveau de limon ocre-jaune stérile, un peu plus orangé dans le tiers inférieur, homogène, contenant de rares pierres. La limite inférieure est difficile à déterminer, car elle passe progressivement au niveau sous-jacent. Elle se répartit sur toute la surface et son épaisseur varie entre 10 et 40 cm.

  • Couche 9, niveau d’occupation : limon sableux de couleur brun-gris avec quelques pierres. La limite inférieure est nette. Cette couche semble lessivée dans sa partie supérieure. Elle se répartit sur toute la surface, mais elle est mieux conservée vers l’ouest. De rares charbons de bois et vestiges archéologiques ont été repérés.

  • Couche 10 : sable limoneux gris, stérile. La limite inférieure est localement graduelle. Son épaisseur peut atteindre 15 cm. Elle se répartit sur toute la partie amont du site (nord-est).

  • Couche 11 : limon, plus argileux vers le bas de couleur gris « crémeux » à marron. Les passages argileux sont beige clair. Son épaisseur maximum est de 15 cm et ne se répartit que dans la zone amont.

  • Couches 12 à 14 : niveau alluvial à graviers et sables grossiers. Ce niveau constitue la base des séquences observées.

La séquence stratigraphique du Néolithique moyen du site du Petit-Chasseur

25Bien que présente sur les quatre chantiers, la séquence du Néolithique moyen est la plus importante sur les chantiers du Petit-Chasseur II et IV. La proximité de ces deux secteurs a permis d’établir une corrélation stratigraphique sur la base des données sédimentologiques, confirmées également par les datations absolues et la typologie du mobilier. Ainsi, trois niveaux d’occupation ont été individualisés pour cette période (fig. 5) :

26– Le niveau le plus ancien est attribué au Néolithique moyen I ; datée vers 4500 av. J.-C., cette occupation a livré quelques structures, notamment au Petit-Chasseur IV dans une couche malheureusement très érodée. Seuls, un foyer identifié dans la couche 13 du Petit-Chasseur I et quelques amas de blocs relevés dans la couche 16 du Petit-chasseur II complètent cet ensemble.

27– Séparée de la précédente par un interface stérile, l’occupation principale est située entre 4000 et 3800 av. J.-C. Elle est représentée par les couches 11 du Petit-Chasseur I, 14 du Petit-Chasseur II et 7 du Petit-Chasseur IV. Plusieurs niveaux ont été individualisés dans la couche 11 du chantier I, sans qu’il ne soit possible de les corréler de façon plus précise à l’occupation principale des autres surfaces fouillées. Cette occupation principale a livré au moins quatre habitations comprenant de nombreuses structures architecturales et domestiques conservées, ainsi qu’un riche mobilier archéologique.

28– L’ensemble suivant situé entre 3800 et 3600 av. J.-C. correspond aux couches 9 du Petit-Chasseur I, 13 du Petit-Chasseur II et 6 du Petit-Chasseur IV. Alors qu’au Petit-Chasseur I cette occupation est séparée de la précédente par un interface stérile, elle intervient au Petit-Chasseur II et IV directement après le niveau antérieur, sans que l’on puisse affirmer qu’il y ait eu une interruption dans l’occupation du site. L’habitat est centré sur le chantier II où deux niveaux ont pu être individualisés ; l’occupation se poursuit à l’ouest sur le chantier IV avec la présence d’un muret éboulé interprété comme une terrasse de mise en culture.

Le Néolithique moyen en Valais

29La découverte d’ensembles stratigraphiques bien individualisés au Petit-Chasseur (Sion, Valais), puis à Sous-le-Scex (Sion, Valais), a permis à A. Gallay de proposer en 1986 une chronologie pour le Néolithique moyen du Valais (Gallay, 1986). Complétée ensuite par la découverte de nombreux sites néolithiques dans la région de Sion grâce à la mise en place d’un programme de prospection archéologique (Baudais et alii, 1987, 1988, 1990), cette séquence offre une vision complète du Néolithique de cette région.

Fig. 5. Tableau de corrélation stratigraphique entre les trois chantiers I, II et IV du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse).

Le Néolithique moyen I : Saint-Uze et Chasséen

  • 1 Le Néolithique moyen I regroupe les ensembles qualifiés de « Proto-Cortaillod », « Pré-Chasséen », (...)

30Relativement peu documenté par rapport à la phase suivante, le Néolithique moyen I1 est principalement défini par les céramiques de quatre sites : Château de la Soie (Savièse, Valais ; Baudais et alii, 1990), Tourbillon (Sion, Valais ; Müller, 1995), Sous-le-Scex (Sion, Valais ; Baudais et alii, 1990), avenue Ritz (Sion, Valais ; ibid.) et dans une moindre mesure La Gillière (Sion, Valais ; Baudais, Schmidt, 1995) et Barmaz I (Collombey-Muraz, Valais ; Honnegger, 1995). Ajoutons à cet ensemble les deux nécropoles de Ritz (Sion, Valais ; Baudais et alii, 1990) et du chemin des Collines (Sion, Valais ; ibid.) qui n’ont malheureusement livré aucun élément céramique.

31Le Néolithique moyen I, daté entre 4800 et 4000 av. J.-C. (fig. 6), est caractérisé par des jarres à anses associées à des mamelons situés vers le bord, des jarres à paroi droite et embouchure rétrécie auxquelles on peut ajouter les éléments archaïques du site de Sur-le-Grand-Pré (Saint-Léonard, Valais ; Winiger, 1995) comme les écuelles à sillon interne, les assiettes à marli et les vases à col décorés de losanges ou triangles hachurés, tous apparentés au Chasséen.

32Si le Néolithique ancien du Valais semble trouver ses origines dans la plaine du Pô en Italie (Müller, 1995), le Néolithique moyen I montre, quant à lui, des affinités étroites avec le bassin rhodanien, comme en témoignent les céramiques de style Saint-Uze, telles que les jarres cylindriques à anses en ruban ou en boudin associées à des petits mamelons. Si une partie des découvertes valaisannes peuvent être attribuées au Saint-Uze, d’autres éléments sont typiquement chasséens comme les décors gravés, les coupes à sillon interne et les récipients carénés provenant du site de Sur-le-Grand-Pré (Saint-Léonard).

33Malgré la prépondérance des affinités en direction du bassin rhodanien, la céramique du Néolithique moyen I indique le maintien des contacts avec l’Italie du Nord notamment par la présence de tessons des Vases à Bouches Carrées à Sur-le-Grand-Pré (Saint-Léonard) et à Sous-le-Scex (Sion, Valais), et d’un fragment de récipient caréné découvert au Château de la Soie (Savièse, Valais) dans la tradition des tasses de type Fiorano (May, 1990).

Fig. 6. Histogrammes cumulatifs pondérés des dates radiocarbone du Néolithique moyen valaisan.

Le Néolithique moyen II : le Cortaillod

34Sur la base de la séquence stratigraphique de Sousle-Scex (Sion), le Néolithique moyen II est divisé en deux phases : une phase ancienne de type Petit-Chasseur placée entre 4000 et 3800 av. J.-C. et une phase récente de type Saint-Léonard située entre 3700 et 3300 av. J.-C. (fig. 6).

Le Cortaillod de type Petit-Chasseur

35Les ensembles rattachés au Cortaillod de type Petit-Chasseur sont la couche 11 du Petit-Chasseur I, la couche 14 du Petit-Chasseur II, la couche 7 du Petit-Chasseur IV. La couche 15 de Sous-le-Scex (Sion, Valais), souvent rattachée à cet ensemble, n’est pas une référence fiable de par sa stratigraphie vraisemblablement remaniée, confirmée par la présence d’éléments anciens et récents dans le corpus céramique.

36L’appartenance du type Petit-Chasseur au Cortaillod se justifie par le grand nombre de céramiques lisses à petits mamelons placés près du bord et d’armatures perçantes isocèles à base concave. Il se distingue néanmoins du Cortaillod lacustre par l’absence de céramiques à profil en « S » au profit des jarres en forme de tonneau, par la présence de marmites sphériques à col et le débitage très lamellaire du silex et du cristal de roche.

Fig. 7. Céramiques du Cortaillod de type Petit-Chasseur.
1-7 : Petit-Chasseur I, couche 11. 8-25 : Petit-Chasseur II, couche 14. Éch. : 1/5.

  • 2 L’étude réalisée en 2005 indique qu’il s’agit en fait de matériel provenant d’une fosse attribuée à (...)

37La céramique est dominée par des formes plus hautes que larges comme les jarres. Cette forme dite en tonneau est généralement à bords rentrants ou droits, et porte souvent des mamelons situés sur la lèvre ou à proximité du bord (fig. 7, nos 15, 17, 20-22). Les formes basses sont bien représentées par les assiettes, toutes à bord simple sauf une qui présente un épaississement interne (fig. 7, nos 12, 18, 24). Elles sont le plus souvent à fond rond, mais un exemplaire montre un fond aplati. Les formes aussi hautes que larges sont représentées par des marmites sphériques à col redressé (fig. 7, nos 13, 25). Quatre bols complètent cet éventail de formes ; trois sont à renflement médian (fig. 7, nos 7, 14), alors que le quatrième est marqué par une carène (fig. 7, no 8)2.

  • 3 Voir note 2.

38Les moyens de préhension ou de suspension sont constitués de mamelons perforés et de petites anses en ruban ou en boudin (fig. 7, nos 18, 24, 25). Les décors sont occasionnels comme le prouvent un tesson décoré de triangles incisés remplis de points (fig. 7, no 16)3 et deux fragments portant chacun une cannelure. Si le premier type de décor constitue un élément plutôt archaïque connu dans le Cortaillod de type Vallon des Vaux (Chavannes-le-Chêne, Vaud ; Sauter, Gallay, 1969), à Egolzwil 2 (Lucerne ; Sauter, Gallay, 1969), à Fischergässli (Montilier, Fribourg ; Ramseyer, 1989) et à Corsier-Port (Genève ; Seppey, 1991), les deux tessons à cannelure s’apparentent à l’inverse au type plus récent de Saint-Léonard. Notons que les deux fragments portent seulement une cannelure ce qui est malheureusement bien peu pour l’apparenter avec certitude au décor typique de Saint-Léonard toujours composé de cannelures en registre.

39La présence de cannelures en contexte Cortaillod de type Petit-Chasseur repose le problème de la définition de ce groupe. Comme il a été relevé à plusieurs reprises (Baudais et alii, 1989-1990 ; Winiger, 1995), toutes les formes céramiques du type Petit-Chasseur sont présentes dans le Saint-Léonard sans qu’il soit possible de faire une analyse comparative basée sur les fréquences relatives (fig. 8).

  • 4 L’attribution de cet élément à la couche 13 ou 14 est incertaine.

40Cependant, la synthèse sur le Néolithique moyen valaisan (Baudais et alii, 1989-90, p. 42) relevait deux différences principales entre les deux phases : La première est la diversification des profils des jarres au cours du temps. La présence exclusive des jarres dites en forme de tonneau dès le début de la séquence paraît être une caractéristique du Cortaillod type Petit-Chasseur. Ajoutons que les jarres à profil en « S » ne sont présentes que dans le type Saint-Léonard. Ainsi la forme des jarres montre une évolution inverse à celle des récipients du Cortaillod lacustre, puisque sur le Plateau suisse les jarres à profil en « S » précèdent les formes en tonneau qui n’apparaissent qu’au Cortaillod tardif. La deuxième différence est moins évidente, elle concerne la catégorie des récipients bas et larges. Si on excepte la couche 15 de Sous-le-Scex (Sion, Valais), les assiettes à ressaut et bourrelet internes sont uniquement présentes en contexte Saint-Léonard (Baudais et alii, 1989-90, p. 42). La récente découverte d’un fragment d’assiette à épaississement interne dans la couche 14 du Petit-Chasseur II tend à atténuer cette distinction (fig. 8)4.

Fig. 8. Tableau de présence/absence des éléments typologiques dans le Néolithique moyen II valaisan. Gros point noir = présence de plusieurs éléments ; petit point noir = présence d’un élément.

41Hormis les datations, c’est uniquement l’absence des décors caractéristiques du Saint-Léonard (cannelures, incisions, impressions en grain de riz et cupules) qui permet une attribution à la phase ancienne du Cortaillod valaisan. En effet, alors qu’à Sur-le-Grand-Pré (Saint-Léonard) les tessons ou récipients décorés représentent plus de 20 % des récipients inventoriés (Winiger, 1995), ce pourcentage ne dépasse pas 2 % pour le Cortaillod de type Petit-Chasseur. À souligner que la rareté des décors est aussi caractéristique du Cortaillod classique, avec par exemple 6 % de pièces décorées à Corsier-Port (Genève ; Seppey, 1991), 0,87 % à Auvernier-Port (Neuchâtel ; Schifferdecker, 1982), ou 1,33 % à Onnens (Vaud ; Pétrequin, Voruz, 1982).

42L’origine du Cortaillod de type Petit-Chasseur est quant à elle difficile à cerner ; si quelques éléments peuvent rappeler le Chasséen comme le décor de triangles incisés remplis de points, les formes en tonneau ou les marmites sphéroïdes à col, il nous paraît cependant inapproprié d’attribuer ce groupe au Chasséen haut-rhodanien (Winiger, 1995). En effet, à part un bol caréné trouvé dans la couche 14 du Petit-Chasseur II, on ne trouve pas de récipients carénés ou à épaulement, pourtant si répandus dans le Chasséen. De plus, il n’y a ni baguette multiforée, ni coupe à sillon interne et seul un décor incisé est décompté. Certes la présence d’éléments chasséens sur le site de Sur-le-Grand-Pré (Saint-Léonard, Valais) est démontrée, mais cet ensemble (vraisemblablement plus ancien) n’est pas comparable à celui du Petit-Chasseur, lequel montre clairement une forte empreinte cortaillod.

43Comme l’a mis en évidence A. Winiger (1995, p. 13), le Chasséen joue certainement un rôle important dans la formation du Cortaillod valaisan, malheureusement le mobilier actuellement à disposition ne permet pas de confirmer cette impression.

44Le Cortaillod de type Petit-Chasseur est placé entre 4000 et 3800 av. J.-C. (calibration à 2 sigmas) sur la base de neuf dates fiables si l’on excepte les échantillons de Sous-le-Scex (Sion, Valais, CRG 571) et ceux du Petit-Chasseur I (B 862 et B863) non localisés avec précision en stratigraphie (fig. 9). Deux dates du Petit-Chasseur IV (ARC 956 et ARC 957) donnent des intervalles légèrement plus anciens compris entre 4200 et 4000 av. J.-C. en rapport avec la base de la couche, sans qu’il ne soit possible de préciser leur attribution au type Petit-Chasseur.

Le Cortaillod de type Saint-Léonard

45Située entre 3700 et 3300 av. J.-C., la phase récente du Néolithique moyen II voit se développer un faciès particulier en Valais qui marque une certaine individualité de la région à cette période. Le site éponyme de Sur-le-Grand-Pré (Saint-Léonard), dont la couche 3 constitue la majeure partie du corpus archéologique, a fait l’objet d’une récente synthèse dont nous reprenons les résultats principaux (Winiger, 1995).

46Le groupe de Saint-Léonard s’individualise facilement par la décoration originale de sa céramique, en cannelures fines ou en impressions en grains de riz, dont les motifs s’inspirent aussi bien de ceux du Chasséen méridional que de ceux du Proto-Lagozza. Les formes réalisées montrent des analogies avec celles du Cortaillod classique, mais une part importante d’entre elles indique une filiation à partir du Chasséen (vases à épaulement, formes à col et formes en tonneau). Les moyens de préhension et de suspension sont très proches de ceux réalisés sur le Plateau suisse, quelques rares éléments sont tout à fait originaux (baguettes et cordons verticaux à perforation unique horizontale) (Winiger, 1995, p. 501). Les formes représentées sont les jarres à profil en « S » ou en tonneau (bords rentrants), le plus souvent ornées de mamelons situés près du bord (fig. 10, nos 10-12, 3), suivies des coupes ou assiettes à bord simple ou épaississement interne (fig. 10, nos 6, 8). Les petits récipients segmentés (fig. 10, nos 4, 5, 7) et les récipients segmentés de grandes dimensions de forme sphérique ou hémisphérique portent souvent un décor de cannelures sous l’épaulement (fig. 10, nos 13, 15, 16). Les moyens de préhension et de suspension sont très diversifiés : cordons horizontaux multiforés (fig. 10, no 13), baguettes verticales uniforées (fig. 10, nos 15, 16), mamelons allongés verticaux ou horizontaux perforés ou non (fig. 10, no 9).

47Hormis la couche 3 du site éponyme, les ensembles stratigraphiques attribués à ce groupe sont : Sous-le-Scex (Sion, Valais) couches 12 à 14, Petit-Chasseur II (Sion, Valais) couche 13, Château de la Soie (Savièse, Valais) couche 5a, Les Maladaires (Sion, Valais) couche 2, Petit-Chasseur III (Sion, Valais) couche 8b, Le Château (Vex, Valais) couche 3a, Heidnisch-Bühl (Rarogne, Valais) couche 3, Saint-Léonard II (Saint-Léonard, Valais) couche 2b, Tourbillon (Sion, Valais) ensemble V, La Gillière 1 (Sion, Valais) couche 5, et Barmaz I (Collombey-Muraz, Valais) couches 4 et 5a. Par ailleurs, trois sites en dehors de la zone valaisanne ont livré des tessons de type Saint-Léonard. Il s’agit du site Cortaillod tardif de Twann (Berne ; Stöckli, 1981, pl. 20, 9), dont les ensembles 5 et 5a sont datés entre 3649 et 3607 av. J.-C., du gisement de Port-Conty (Saint-Aubin, Neuchâtel ; Gallay, 1977, pl. 28, 39) attribué à la dernière phase du Cortaillod, et de la grotte du Gardon dans l’Ain (France ; Wernli, 1995, fig. 51) qui a livré cinq tessons décorés de cannelures verticales dans un ensemble daté vers 3800 av. J.-C. Au Gardon, la position chronologique de ce décor légèrement antérieure au groupe de Saint-Léonard semble confirmer sa filiation dans le Chasséen méridional.

48Reste à connaître l’attribution culturelle de l’occupation récente du site du Petit-Chasseur représentée par les couches 9 du Petit-Chasseur I, 13 du Petit-Chasseur II et 6 du Petit-Chasseur IV (fig. 5).

Fig. 9. Cf. légende page suivante.

Fig. 9. Liste des dates radiocarbone du Néolithique moyen valaisan. Calibration d’après Oxcal 2000. * B 2468 date relative à une couche sans matériel. * CRG 571 date relative à une couche mal isolée en stratigraphie avec mélange de matériel (écartée). * B 864 date écartée car mauvaise. * B 2472 date relative à une couche sans matériel, mais corrélée stratigraphiquement au Saint-Léonard. Les dates CRG 762, CRG 748, CRG 761, CRG 760 et CRG 693 de Sous-le-Scex sont écartées car mauvaises (Piguet et alii, 1997).

Fig. 10. Céramiques du Cortaillod de type Saint-Léonard (Sur-le-Grand-Pré à Saint-Léonard, Valais, Suisse, couche 3). Éch. : 1/5.

Fig. 11.Céramiques de l’occupation récente du site du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse). 1-8 : Petit-Chasseur I, couche 9. 9-18 : Petit-Chasseur II, couche 13. Éch. : 1/5.

49La couche 13 du Petit-Chasseur II contient essentiellement des formes basses et ouvertes comme en témoignent cinq bords d’assiettes dont une est à bord simple et les autres à ressaut interne (fig. 11, nos 14-17). Les formes hautes sont représentées par des fragments de bords droits qui peuvent appartenir à des jarres (fig. 11, nos 10-12), ainsi que par un fragment d’une marmite à col redressé (fig. 11, no 13). Notons également la présence d’un bol à renflement médian (fig. 11, no 18). Les mamelons sous le bord, si abondants dans l’horizon précédent, sont représentés par un seul exemplaire. La découverte d’un tesson portant plusieurs cannelures parallèles indique le décor typique du Saint-Léonard (fig. 11, no 9).

50Si la couche 13 du Petit-Chasseur II peut s’intégrer dans le type Saint-Léonard par la présence de ce décor caractéristique, l’attribution des ensembles du Petit-Chasseur I couche 9 et Petit-Chasseur IV couche 6 est quant à elle plus problématique et repose seulement sur la corrélation stratigraphique établie pour les trois chantiers. En effet, en l’absence du décor caractéristique de la céramique, il est difficile d’intégrer les quelques éléments typologiques dans la phase ancienne ou récente du Cortaillod valaisan. Toutefois, les datations radiocarbone (B 2472 et LY 9762 ; fig. 9) nous incitent à attribuer ces niveaux au Cortaillod de type Saint-Léonard et plus particulièrement au début de cette phase. En effet, la stratigraphie indique une occupation du site sans interruption importante par rapport à l’occupation précédente, avec une réutilisation de certaines structures domestiques et architecturales sur les chantiers II et IV. La position chronologique haute de cet ensemble est confirmée par une nouvelle date (LY 9762 ; fig. 6) qui le situe vers 3800-3600 av. J.-C., ce qui pourrait expliquer la rareté du décor (2,5 % de pièces décorées) pourtant abondant dans le groupe de Saint-Léonard.

Un hameau entre 4000 et 3800 av. J.-C.

51La corrélation stratigraphique reconnue entre les trois chantiers, mais surtout entre le Petit-Chasseur II et le Petit-Chasseur IV voisins, offre une vision horizontale de plus de 500 m2 pour l’occupation principale, ce qui nous a conduit à privilégier l’analyse spatiale du site comme orientation principale de cette étude. De plus, la conservation de nombreuses structures architecturales et domestiques, exceptionnelle en milieu terrestre, nous permet de restituer une image unique de l’habitat néolithique en milieu alpin.

52L’occupation principale, attribuée au Cortaillod de type Petit-Chasseur entre 4000 et 3800 av. J.-C. est la mieux conservée, puisqu’elle a livré au moins quatre constructions (fig. 12). Au Petit-Chasseur II, la première habitation est visible à l’est du secteur. Elle est construite sur neuf trous de poteaux dont trois centraux constituent la ligne faîtière. Les parois en bois sont suggérées par une vingtaine de poutres parallèles carbonisées, dont la position indique une implantation verticale. À l’intérieur de l’habitat se répartissent une trentaine de structures dont plusieurs fosses (fosses-silos et fosses-poubelles), quelques trous de piquets, ainsi que deux structures de combustion, soit un four et un grand foyer situés côte à côte. La présence de plusieurs structures carbonisées ainsi que la rubéfaction de la couche indiquent qu’un incendie s’est produit dont le centre devait se situer au nord-est de l’habitation.

53La deuxième habitation, située à l’ouest du secteur, est marquée par deux tranchées de fondation parallèles, lesquelles devaient permettre d’asseoir les parois est et ouest de la maison. La limite sud est marquée par l’arrêt d’un niveau charbonneux et un effet de paroi suggéré par la répartition du matériel. Son extension vers le nord est plus incertaine. Plusieurs structures, dont un grand foyer, sont visibles à l’intérieur de cette habitation. La construction est délimitée à l’est par une palissade longue de 10 m, composée d’un alignement de dalles plantées obliquement contre un talus.

54Orientée selon le même axe que les deux précédentes, la troisième habitation se remarque au nord du chantier IV par un alignement de pierres ainsi qu’une double rangée de trous de piquets. Deux fossés parallèles situés au sud du secteur montrent l’existence d’une autre construction orientée perpendiculairement aux trois autres. Sa position particulière ainsi que la rareté des structures à l’intérieur de cette construction peuvent indiquer une fonction autre que l’habitat.

55Enfin, plusieurs tombes d’enfants ont été découvertes en bordure des habitations ; il s’agit de tombes en cistes de type Chamblandes, constituées de quatre dalles verticales et d’une dalle de fermeture placées dans des fosses creusées dans le sol. La présence de tombes d’enfants en contexte d’habitat a également été observée pour la même occupation au Petit-Chasseur I (Moinat, 1985).

Conclusions

56La mise au jour du site du Petit-Chasseur IV (Valais, Suisse) en 1992 a suscité l’analyse de l’ensemble des données du Néolithique moyen provenant des quatre chantiers (Petit-Chasseur I, II, III et IV), dont une partie d’entre elles n’avait jamais fait l’objet d’étude. Pour ne parler que du Néolithique moyen, trois niveaux ont été individualisés, s’échelonnant de 4500 à 3600 ans av. J.-C. L’occupation principale est située entre 4000 et 3800 av. J.-C.

57L’étude du site du Petit-Chasseur s’oriente selon trois axes :

58 L’analyse spatiale intra-site. L’analyse spatiale des structures (trous de poteaux, foyers, fosses de stockage, fours, répartition du mobilier) nous autorise à reconstituer au moins quatre bâtiments contemporains pour l’occupation principale reconnue, conférant ainsi au site du Petit-Chasseur une place inhabituelle, voire exceptionnelle, dans les habitats du Néolithique moyen en milieu alpin.

59 La séquence chronologique du Néolithique moyen en Valais. Celle généralement admise se compose d’une phase ancienne, le Cortaillod de type Petit-Chasseur, et d’une phase récente, le Cortaillod de type Saint-Léonard. Les résultats obtenus nous demandent une grande prudence quant à une distinction culturelle marquée de ces deux phases. En effet, si l’absence de décor dans la phase ancienne est la différence majeure entre ces deux ensembles, les fouilles récentes ont mis au jour deux décors de cannelure dans cette phase ancienne.

Fig. 12. Plan de l’occupation principale du site du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) vers 4000-3800 av. J.-C.

60 L’intégration culturelle du site dans son contexte géographique. Les différentes études de mobilier attestent des relations avec le Cortaillod du Plateau suisse, la Lagozza du nord de l’Italie et le Chasséen du sud de la France. En effet, la céramique montre des affinités d’une part avec le Plateau suisse par la présence d’un grand nombre de récipients lisses à petits mamelons placés près du bord, et d’autre part avec le Chasséen, par la présence d’un bol caréné et le décor de triangles incisés remplis de points. L’industrie lithique taillée est, pour les trois-quarts des produits, en cristal de roche. Un débitage lamellaire sur ce matériau a été réalisé sur le site, ainsi qu’un débitage d’éclats sur cristal, sur silex local ou sur silex allochtone. L’obtention des lamelles s’effectue par pression et les éclats sont le plus souvent obtenus à partir de petits nucléus discoïdes, procédés bien connus dans le Chasséen méridional (Honegger, 2001). Les matières siliceuses, certes moins utilisées que le cristal de roche pour la confection d’outils, témoignent de circuits d’approvisionnement de silex dans des régions diverses et lointaines, notamment dans le Bassin Parisien, le sud de l’Allemagne, le nord de l’Italie, le Valais et le Midi de la France (Affolter, 2002).

61L’étude du site du Petit-Chasseur à Sion (Valais) permet ainsi de mettre en évidence, non seulement l’organisation villageoise, mais également les réseaux à moyenne et longue distances tissés par les habitants de la haute vallée du Rhône au cours du quatrième millénaire avant J.-C.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Affolter J., 2001, « Sion, Petit-chasseur II et IV : les matières premières siliceuses », in : Besse M. ed., Sion, Petit-Chasseur (Valais) : un hameau du Néolithique moyen, Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (rapport. non publ.).

Affolter J., 2002, Provenance des silex préhistoriques du Jura et des régions limitrophes, Neuchâtel, 2 vol., 341 p. (Archéologie neuchâteloise, 28).

Baudais D., 1995, « Le camp néolithique de Savièse, La Soie », in : Gallay A. ed., Dans les Alpes, à l’aube du métal : archéologie et bande dessinée, Catalogue de l’exposition : Le Soleil des Morts : archéologie et bande dessinée, Sion, sept. 1995-janv. 1996, Sion, Musées cantonaux du Valais, p. 91-96.

Baudais D., non paru, « Le camp néolithique de Savièse-La-Soie (Valais, Suisse) », in : Voruz J.-L. ed., Les premiers paysans haut-rhodaniens, Rapport final 1993-1996.

Baudais D., Schmidt P.-Y., 1995, « Le site de Sion, La Gillière », in : Gallay A. ed., Dans les Alpes, à l’aube du métal : archéologie et bande dessinée, Catalogue de l’exposition : Le Soleil des Morts : archéologie et bande dessinée, Sion, sept. 1995-janv. 1996, Sion, Musées cantonaux du Valais, p. 97-102.

Baudais D., Brunier C., Curdy P., David-Elbiali M., Favre S., Gallay A., Moinat P., Mottet M., Voruz J.-L., Winiger A., 1990, « Le Néolithique de la région de Sion (Valais) : un bilan », Bull. du Centre genevois d’anthropologie, 2, p. 5-56.

Baudais D., Buard J.-F., Müller K., Nicod P.-Y., Voruz J.-L., 1995, L’origine de la civilisation de Cortaillod : recherche de stratigraphies du ve millénaire dans la région lémanique : rapport intermédiaire, Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (FNRS : projet de recherche 1993-1996, non publ.).

Baudais D., Curdy P., David-Elbiali M., May O., 1987, « Prospection archéologique du Valais : une approche du peuplement préhistorique », Archéol. suisse, 10-1, p. 2-12.

Baudais D., Curdy P., David-Elbiali M., May O, 1988, Recherche d’un modèle de peuplement préhistorique valaisan, Programme FNRS : rapport final 1985-1988, Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Université, PAVAC.

Baudais D., Curdy P., David-Elbiali M., May O., 1990, « La néolithisation du Valais : modèles de peuplement et premier bilan de la Prospection Archéologique du Valais (Suisse) », in : Biagi P. ed., The Neolithisation of the Alpine Region, Int. round table, Brescia, 29 apr.-1 may 1988, Brescia, Mus. civico di sci. nat., p. 159-174 (Natura Bresciana, Monogr., 13).

Baudais D., Honegger M., 1995, « Le cadre culturel », in : Gallay A. ed., Dans les Alpes, à l’aube du métal : archéologie et bande dessinée, Catalogue de l’exposition : Le Soleil des Morts : archéologie et bande dessinée, Sion, sept. 1995-janv. 1996, Sion, Musées cantonaux du Valais, p. 59-70.

Beeching A., Nicod P.-Y., Thiercelin F., Voruz J.-L., 1997, « Le Saint-Uze : un style céramique non-chasséen du cinquième millénaire dans le Bassin rhodanien », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 575-592 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Besse M., 1993-1994, « L’habitat Néolithique moyen du Petit-Chasseur IV à Sion (Valais, Suisse) », Bull. du Centre genevois d’anthropologie, 4, p. 104-107.

Besse M., 1993a, Fouilles du Petit-Chasseur IV à Sion : rapport préliminaire, Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (rapport non publ.).

Besse M., 1993b, « Sion, district de Sion, entre la rue de Lausanne et l’avenue du Petit-Chasseur, immeuble ‘Les Patios’ ; derrière le garage de l’Ouest, parcelle No 11425, chantier ‘Petit-Chasseur IV’ », in : « Chronique des découvertes archéologiques dans le canton du Valais en 1992 », Vallesia, Sion, 48, p. 500-502.

Bocksberger O.-J., 1966, « Le site préhistorique du Petit-Chasseur à Sion, 1962-1964 », Vallesia, Sion, 21, p. 1-28.

Bocksberger O.-J., 1976, Le dolmen M VI : texte, catalogue et planches (publ. par A. Gallay), 2 vol. Lausanne, Bibl. hist. vaudoise (Le site préhist. du Petit-Chasseur, Sion, VS, 1, 2 - Cahiers d’archéol. romande, 6, 7 - Doc. du Dép. d’anthropologie et d’écologie, 1, 2).

Bocksberger O.-J., 1978, Horizon supérieur : secteur occidental et tombes Bronze ancien : texte, catalogue et planches (publ. par A. Gallay), 2 vol., Lausanne, Bibl. hist. vaudoise (Le site préhist. du Petit-Chasseur, Sion, VS, 3, 4 - Cahiers d’archéol. romande, 13, 14 - Doc. du Dép. d’anthropologie et d’écologie, 4, 5).

Chaix L., 1976, La faune néolithique du Valais, Suisse : ses caractères et ses relations avec les faunes néolithiques des régions proches, Thèse de l’Univ. de Genève, Genève, Impr. Nationale (Doc. du Dép. d’anthropologie de l’Univ. de Genève, 3).

Chaix L., 1988, « La faune de l’habitat Néolithique moyen du Petit-Chasseur I (Sion, Valais) », Ann. de la Soc. suisse de préhistoire et d’archéologie, 71, p. 103-105.

Curdy P., Besse M., Mariethoz F., 1995, « Le rituel funéraire en territoire sédune (fin du deuxième Âge du Fer) : nouveaux acquis », in : Aspects culturels et religieux : témoignages et évolution de la Préhistoire à l’an mil, Actes du colloque sur les Alpes dans l’Antiquité, 7, Châtillon, Vallée d’Aoste, 11-13 mars 1994, p. 169-187 (Bull. d’études préhistoriques et archéologiques alpines (Aoste), 5/6, no spéc.).

Favre S., Mottet M., 1995, « Le site du Petit-Chasseur III et le dolmen M XII », in : Gallay A. ed., Dans les Alpes, à l’aube du métal : archéologie et bande dessinée, Catalogue de l’exposition : Le Soleil des Morts : archéologie et bande dessinée, Sion, sept. 1995-janv. 1996, Sion, Musées cantonaux du Valais, p. 113-118.

Favre S., Mottet M. ed., à paraître, Le site préhistorique du Petit-Chasseur III : approche des différents niveaux préhistoriques, Fouilles des dolmens MXII et MXIII.

Favre S., Gallay A., Farjon K., De Peyer B., 1986, Stèles et monuments du Petit-Chasseur : un site néolithique du Valais (Suisse), Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ.

Gallay A., 1973, « Une tombe du second Âge du Fer à Sion (Valais, Suisse) : méthode de fouille et interprétation », in : L’Homme, hier et aujourd’hui : recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan, Paris, Cujas, p. 533-549.

Gallay A., 1977, Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône : contribution à l’étude des relations Chassey-Cortaillod-Michelsberg, Frauenfeld, Huber/Soc. suisse de préhist. et d’archéol. (Antiqua, 6).

Gallay A., 1986, « Les bases de la chronologie préhistorique valaisanne », in : Osterwalder C., Schwarz P.-A. ed., Chronologie : datation archéologique en Suisse, Bâle, Soc. suisse de préhist. et d’archéol., p. 44-72 (Antiqua, 15).

Gallay A., 1989, Secteur oriental : texte et planches, documents annexes, 2 vol. Lausanne, Bibl. hist. vaudoise (Le site préhist. du Petit-Chasseur, Sion, Vs, 7, 8 - Cahiers d’archéol. romande, 47, 48 - Doc. du Dép. d’anthropologie et d’écologie, 12, 13).

Gallay A., Chaix L., 1984, Le dolmen M XI : texte et planches, documents annexes, 2 vol., Lausanne, Bibl. hist. vaudoise (Le site préhist. du Petit-Chasseur, Sion, VS, 5, 6 - Cahiers d’archéol. romande, 31, 32 - Doc. du Dép. d’anthropologie et d’écologie, 8, 9).

Gallay A., Olive P., Carazzetti R., 1983, « Chronologie C14 de la séquence Néolithique-Bronze ancien du Valais (Suisse) », Ann. de la Soc. suisse de préhist. et d’archéol., 66, p. 43-72.

Guélat M., Honegger M., Rentzel P., 1995, « Nouvelles données sur la stratigraphie du site de Barmaz I (Collombey-Muraz VS) : analyse micromorphologique, confrontée à l’approche archéologique », Ann. de la Soc. suisse de préhist. et d’archéol., 78, p. 131-144.

Honegger M., 1995, « Barmaz I, Colombey-Muraz », in : Gallay A. ed., Dans les Alpes, à l’aube du métal : archéologie et bande dessinée, Catalogue de l’exposition : Le Soleil des Morts : archéologie et bande dessinée, Sion, sept. 1995-janv. 1996, Sion, Musées cantonaux du Valais, p. 97-102.

Honegger M., 2001, L’industrie lithique taillée du Néolithique moyen et final de Suisse, Paris, Éd. du CNRS (Collection de Recherches Archéologiques, 24).

May O., 1990, « Prospection archéologique du Valais et du Chablais », in : Actes du colloque sur les Alpes dans l’Antiquité, Pila, 11-13 sept. 1987, Aoste, p. 119-126 (Bull. d’études préhist. et archéol. alpines, n. s., 1).

Moinat P., 1985, L’habitat néolithique moyen du Petit-Chasseur (Sion, Valais), Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (Travail de diplôme, non publ.).

Moinat P., 1988, « Le site préhistorique du Petit-Chasseur (Sion, Valais) : l’habitat Néolithique moyen de l’horizon inférieur », Ann. de la Soc. suisse de préhistoire et d’archéologie, 71, p. 77-102.

Müller K., 1995, « Le site de Sion-Tourbillon (VS) : nouvelles données sur le Néolithique ancien valaisan », Archéol. suisse, 18-3, p. 102-108.

Pétrequin P., Voruz J.-L., 1982, « Clairvaux et les céramiques Cortaillod décorées à l’écorce de bouleau », B.S.P.F., 79, 10-12, p. 383-398.

Piguet M., Chenal-Velarde I., Chenevoix M.-H., Honegger M., 1997, Élaboration des fouilles du gisement archéologique de Sous-le-Scex (Sion, Valais) : rapport d’activité pour l’année 1997, Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (Rapport non publ.).

Ramseyer D., 1989, « Muntelier–Fischergässli », in : Schwab H. ed., Chronique archéologique 1986, Fribourg, éds univ. (Archéol. fribourgeoise), p. 20-25.

Sauter M.-R., Gallay A., 1969, « Les premières cultures d’origine méditerranéenne », in : Drack W. ed., Ur- und Frühgeschichtliche Archäologie der Schweiz, 2 : die jüngere Steinzeit, Bâle, Soc. suisse de préhist. et d’archéol, p. 47-66.

Sauter M.-R., Gallay A., Chaix L., 1971, « Le Néolithique du niveau inférieur du Petit-Chasseur à Sion, Valais », Ann. de la Soc. suisse de préhistoire et d’archéologie, 56, p. 17-76.

Schifferdecker F., 1982, Auvernier, 4. La céramique du Néolithique moyen d’Auvernier dans son cadre régional, Lausanne, Bibl. hist. vaudoise (Cahiers d’archéol. romande, 24).

Schmidt P.-Y., 1994, Le site néolithique de La Gillière 1 (Sion, Valais), Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (Rapport non publ.).

Seppey V., 1991, La céramique Cortaillod de Corsier-Port (Genève), Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (Travail de diplôme non publ.).

Stöckli W.E., 1981, Die Keramik der Cortaillod Schichten, Berne, Staatlicher Lehrmittelverlag (Die neolithischen Ufersiedlungen von Twann, 20).

Voruz J.-L., Nicod P.-Y., De Ceuninck G., 1995, « Les chronologies néolithiques dans le Bassin rhodanien : un bilan », in : Voruz J.-L. ed., Chronologies néolithiques : de 6000 à 2000 ans avant notre ère dans le Bassin rhodanien, Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19-20 sept. 1992, Ambérieu-en-Bugey, Soc. préhist. rhodanienne, p. 381-404 (Doc. du Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. de Genève, 20).

Wernli M., 1995, Le Néolithique moyen II de la grotte du Gardon (Ain) : essai d’analyse spatiale, Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (Travail de diplôme non publ.).

Winiger A., 1985, L’habitat néolithique moyen du Petit-Chasseur II (Sion, Valais) : analyse du secteur oriental, Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (Travail de diplôme non publ.).

Winiger A., 1995, Étude du mobilier néolithique de Saint-Léonard ‘Sur le Grand Pré’ (Valais, Suisse), Genève, Dép. d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. (Thèse de doctorat non publ.).

Notes

1 Le Néolithique moyen I regroupe les ensembles qualifiés de « Proto-Cortaillod », « Pré-Chasséen », « style de Saint-Uze » ou « Chasséen ancien » tour à tour utilisés pour définir des ensembles céramiques très comparables du Haut bassin rhodanien et du Jura. Suite au colloque d’Ambérieu-en-Bugey en 1992, la volonté d’homogénéiser la terminologie de cette période s’est conclue par l’adoption des termes « Saint-Uze ancien et récent » pour nommer les styles céramiques reconnus entre 4700 et 4000 av. J.-C. (Beeching et alii, 1997). Le terme “Chasséen ancien” est alors réservé aux ensembles céramiques d’affinités liguriennes et provençales à formes basses et segmentées ornées de décors incisés (Voruz et alii, 1995).

2 L’étude réalisée en 2005 indique qu’il s’agit en fait de matériel provenant d’une fosse attribuée à la couche 13.

3 Voir note 2.

4 L’attribution de cet élément à la couche 13 ou 14 est incertaine.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2. Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) : plan de situation des quatre chantiers.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3. Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) : tableau récapitulatif des différentes occupations humaines des quatre chantiers.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 4. Carte de répartition des habitats du Néolithique moyen en Valais (Suisse).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5. Tableau de corrélation stratigraphique entre les trois chantiers I, II et IV du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 6. Histogrammes cumulatifs pondérés des dates radiocarbone du Néolithique moyen valaisan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 7. Céramiques du Cortaillod de type Petit-Chasseur.1-7 : Petit-Chasseur I, couche 11. 8-25 : Petit-Chasseur II, couche 14. Éch. : 1/5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 8. Tableau de présence/absence des éléments typologiques dans le Néolithique moyen II valaisan. Gros point noir = présence de plusieurs éléments ; petit point noir = présence d’un élément.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 9. Cf. légende page suivante.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 9. Liste des dates radiocarbone du Néolithique moyen valaisan. Calibration d’après Oxcal 2000. * B 2468 date relative à une couche sans matériel. * CRG 571 date relative à une couche mal isolée en stratigraphie avec mélange de matériel (écartée). * B 864 date écartée car mauvaise. * B 2472 date relative à une couche sans matériel, mais corrélée stratigraphiquement au Saint-Léonard. Les dates CRG 762, CRG 748, CRG 761, CRG 760 et CRG 693 de Sous-le-Scex sont écartées car mauvaises (Piguet et alii, 1997).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 10. Céramiques du Cortaillod de type Saint-Léonard (Sur-le-Grand-Pré à Saint-Léonard, Valais, Suisse, couche 3). Éch. : 1/5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 11.Céramiques de l’occupation récente du site du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse). 1-8 : Petit-Chasseur I, couche 9. 9-18 : Petit-Chasseur II, couche 13. Éch. : 1/5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 12. Plan de l’occupation principale du site du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse) vers 4000-3800 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/13014/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

Auteurs

Laboratoire d’archéologie préhistorique et d’histoire des peuplements, Département d’anthropologie et d’écologie de l’Université de Genève, Case postale, CH-1211, Genève 4.
marie.besse@anthro.unige.ch

Laboratoire d’archéologie préhistorique et d’histoire des peuplements, Département d’anthropologie et d’écologie de l’Université de Genève, Case postale, CH-1211, Genève 4.
martine.piguet@anthro.unige.ch

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search