Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

I Impacts interculturels entre groupes du Néolithique moyen

Relations entre le Chasséen de Chassey et le Bassin parisien à travers l’étude technique des céramiques

Caroline Colas

Résumé

La reconstitution des techniques de fabrication de plusieurs groupes culturels du Néolithique moyen II, à partir de l’étude de plus de 1 000 poteries, a permis de mettre en évidence certaines particularités techniques suggérant des contacts entre la Bourgogne et le Bassin parisien. Il s’agit de l’utilisation de dégraissant osseux et de chamotte étrangers à la production céramique de Chassey. L’univers technique commun aux groupes culturels étudiés constitue également une preuve indirecte de ces relations qui ne peuvent s’expliquer par la circulation des poteries (absence d’importation, à une exception près).

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

1L’objectif de cette communication consiste à montrer en quoi l’étude technique des poteries de Chassey ouvre des pistes de travail sur les relations entre la Bourgogne et le Bassin parisien. En effet, la présence de formes chasséennes dans des sites comme Jonquières (Blanchet, Burnez, 1984), Catenoy (Blanchet et alii, 1984) ou Bercy (Lanchon, 1997) prouvent l’existence de ces contacts, mais n’indiquent ni leurs formes (importations, échanges de proche en proche ou transferts techniques) ni leurs directions.

2Cette communication est extraite d’un travail de thèse dans lequel plus de 1 000 poteries appartenant aux principaux sites du Néolithique moyen II du nord de la France ont été étudiées (fig. 1). Ce travail s’est concentré sur la reconstitution des techniques de fabrication afin d’identifier, pour chaque site, les savoirs faire et les options sélectionnées par les potiers pour fabriquer les céramiques. Puis toutes ces informations ont été analysées et comparées dans le but de mieux comprendre les rapports entre les sites et entre les groupes culturels.

  • 1 Je remercie ici vivement J.-P. Thevenot qui m’a permis d’étudier le mobilier de Chassey et qui m’a (...)

3Dans cet article, seules les techniques de fabrication des poteries de Chassey seront rapidement présentées. En effet, cette fouille, effectuée sur 100 m2 par J.-P. Thevenot1 dans les années soixante-dix (Thevenot, 1984), a comme intérêt de présenter une stratification qui nous a permis d’étudier les céramiques depuis le Chasséen ancien jusqu’au Néolithique Moyen Bourguignon.

4Dans un second temps, les points techniques permettant d’envisager des relations entre la Bourgogne et le Bassin parisien seront détaillés et analysés.

Fig. 1. Carte de répartition des groupes culturels du Néolithique moyen II avec leurs formes céramiques principales.

Reconstitution des chaînes opératoires des poteries de Chassey

La méthodologie

5La reconstitution des chaînes de fabrication passe par des observations macroscopiques sur les céramiques et sous la loupe binoculaire, mais aussi par des observations microscopiques pour l’étude des dégraissants et des types de pâte. En fonction de ces premiers résultats, des analyses pétrographiques ont été réalisées afin de valider les groupes réalisés.

6Chaque vase a été étudié à l’œil nu et sous loupe binoculaire à l’aide d’une fiche technique d’enregistrement, et toutes les données informatisées. Cette fiche prend en charge toutes les étapes de la chaîne opératoire (fig. 2), de la matière première (identification des dégraissants, définition de groupe de pâte) à la cuisson (degré de cuisson, atmosphère dans le foyer et type de cuisson) en passant par les techniques de montage (modelage, colombin, moulage…) et les finitions (grattage, lissage, polissage, types d’outils utilisés).

7L’observation précise des différentes étapes de la fabrication a permis de reconstituer les chaînes opératoires des céramiques, de déterminer des types de production et d’identifier les particularités techniques propres au site. De plus, sur le site de Chassey, les résultats obtenus pour les différents niveaux d’occupation ont pu être comparés entre eux, ce qui permet ainsi d’avoir une idée de l’évolution des techniques de fabrication.

Les résultats2

  • 2 Pour les codages, cf. annexe 1.

8La fouille récente de Chassey fut menée de 1969 à 1979 sur une surface d’environ 100 m2. L’intérêt principal de ce site concerne sa stratification. Le Néolithique comprend six couches qui vont du Néolithique final au Néolithique moyen II (Thevenot, 1984, p. 126). La première, appelée niveau 5, correspond au Néolithique final. La seconde (niveau 6) appartient au Néolithique moyen bourguignon. Assez épaisse, elle est constituée d’une accumulation de grosses pierres plates, généralement disposées à plat et d’une industrie clairsemée. La troisième (niveau 7) renferme du matériel chasséen. Cette couche, brun jaune, s’arrête sur un fossé parallèle au rebord de plateau. La quatrième (niveau 8), plus ou moins séparée de la précédente par une pellicule caillouteuse presque stérile, se compose d’une terre brun clair à foncé et caillouteuse qui renferme un matériel chasséen abondant. La cinquième (niveau 9) correspond à une couche de terre brune compacte, rougie localement par des foyers, et comprend un matériel abondant. Enfin, la plus ancienne (niveau 10) est une couche de remblais constitués de gros blocs, de dalles de pierres et de cailloutis accompagnée d’une industrie chasséenne éparse.

9Le niveau 6 est attribué par J.-P. Thevenot à une phase assez récente du NMB de Bourgogne. Le mobilier céramique des niveaux 10 à 7, de type Chasséen méridional, reste dans une même lignée typologique.

10L’étude de Chassey concerne 113 poteries des niveaux 10 à 6, soit du Chasséen au Néolithique moyen bourguignon : dix pour le niveau 10, cinquante-sept pour le niveau 9, trente pour le niveau 8, seize pour le niveau 7 et dix-sept pour le niveau 6.

  • 3 Le lissage conciste à égaliser la surface d’une poterie à l’état humide (Balfet, 1983, p. 85).

11Les poteries contiennent généralement de l’arène granitique broyée ou naturellement incluse, mais aussi du mica, de l’os ou de la chamotte (cf. fig. 8). Les inclusions sont généralement invisibles à l’œil nu. Quand elles sont visibles, il s’agit de mica, qui donne un aspect mordoré à la pâte. La quasi-absence du dégraissant en surface provient de la faible quantité d’inclusions dans la pâte et de leur taille généralement inférieure à 2 mm, mais aussi et surtout de la grande qualité des finitions, qui a entraîné l’enfoncement des inclusions dans la pâte. En effet, les céramiques de Chassey se caractérisent par l’excellence du traitement de surface, qui touche les deux faces des poteries. Le polissage consiste à enfoncer les inclusions dans la pâte, à réorienter et à compacter les particules d’argile ; il concerne les deux tiers des céramiques étudiées des niveaux 9, 8 et 7, proportion qui chute à 40 % pour le niveau 6. La particularité du polissage des poteries de Chassey est sa brillance, au point que nous l’avons qualifié de polissage à effet miroir (fig. 3a). L’observation de stries croisées montre que les potiers ont frotté avec soin dans un sens puis dans l’autre, sur une pâte assez sèche, ce qui induit l’aspect très brillant des céramiques. Une autre explication tient vraisemblablement à une capacité de lustre inhérente à l’argile utilisée, mais aussi et surtout à un temps sans doute conséquent consacré à cette phase de préparation. Les poteries concernées par le polissage sont les vases à ressaut, les marmites, les coupes carénées et les assiettes, tandis que les formes plus ubiquistes comme les bouteilles, les bols et les vases profonds sont plus souvent lissés (fig. 3b). Dans notre thèse (Colas, 2000), on a montré que le polissage, ou un lissage3 très soigné, est obtenu quelles que soient la nature, la taille et la fréquence du dégraissant. Ce détail a son intérêt, car cela implique que quelle que soit la nature des pâtes utilisées, les potiers ont adapté leurs techniques pour obtenir des finitions de très bonne qualité. Cette séquence de la fabrication devait donc être particulièrement importante et aux yeux des potiers. De même la nature du dégraissant n’est pas corrélée à la qualité des finitions (Colas, 2000). Ainsi la rareté des dégraissants comme l’os, le mica ou la chamotte ne confère pas un statut particulier aux poteries qui en contiennent, statut qui se serait traduit par de meilleures finitions.

Fig. 2. Schéma synthétique des grandes phases de fabrication des poteries de Chassey, niveau 9.

12Malheureusement l’excellence des finitions a également comme corollaire d’oblitérer les traces de montage d’un certain nombre de pots. L’étape du montage paraît également très bien maîtrisée. Les poteries sont essentiellement fabriquées à partir de fins colombins (de 1 à 2 cm) posés en cercle. Les stigmates permettant de les reconnaître sont les lignes de cassure, les cassures en biseau, et plus rarement les différences d’épaisseur. Le modelage existe également, mais apparaît le plus souvent comme une technique complémentaire lors du pincement des colombins pour améliorer leur adhésion, et également lors de la fabrication des fonds. Ces derniers paraissent, en effet, avoir été réalisés à partir d’une galette d’argile sur laquelle les premiers colombins ont été collés.

13Par ailleurs, la très grande régularité des fonds, le diamètre important des récipients à ce niveau et le grand soin des finitions internes (souvent mieux réalisées que l’extérieur) ne peuvent se comprendre qu’en envisageant la technique du moulage. Par moulage nous entendons que l’argile est appliquée dans un support destiné à soutenir son poids afin de permettre à la pâte de se raffermir avant de poursuivre le montage (fig. 4a). Cette méthode minimise les risques d’effondrement lorsque la circonférence au niveau du raccord fond/panse est importante. Elle facilite également l’exécution des finitions internes si la pâte est appliquée à l’intérieur d’un autre récipient. Compte tenu des formes des poteries, il est en effet difficile d’atteindre l’intérieur du pot une fois le vase terminé et lorsque la pâte a suffisamment séché pour réaliser un lissage ou un polissage de qualité.

14Enfin, la fabrication des carènes montre l’utilisation de trois techniques différentes (fig. 4b) :

  • en deux parties,

  • par décalage de deux colombins,

  • ou en repoussant la pâte.

15La technique la plus répandue consiste à décaler deux colombins en posant celui destiné à fabriquer la carène à l’intérieur du colombin support. La pâte de ce dernier est amenée vers le haut, amincissant la paroi, et l’argile du colombin ajouté est rabattue à l’intérieur ce qui compense la perte de matière (fig. 4c). De plus, le dernier colombin juste avant la carène, plus gros, indique que cette dernière est préparée dès ce niveau. La carène constitue donc l’endroit le plus épais ce qui entraîne des cassures préférentielles juste en dessous ou au-dessus de cette dernière. En effet, la différence d’épaisseur implique des tensions internes différentielles qui diminuent la résistance de cet endroit, déjà fragilisé par le changement d’orientation (carènes, fonds, cols). Les différences d’orientation constituent, en effet, des points de fragilité qui expliquent les nombreuses cassures au niveau des carènes mais aussi des fonds et des cols. C’est sans doute afin de compenser cette faiblesse, que l’on a pu observer que sur des vases à ressaut, l’existence d’un trait d’outil au niveau de la jonction entre la panse et le col (fig. 5a). Ce trait, réalisé à l’aide d’un outil à pointe mousse au niveau de la jonction des deux parties du pot, a été observé sur trois vases à ressaut pour le niveau 9, deux autres du niveau 8 et un dernier dans le niveau 7. Comme cette ligne n’est pas visible sur l’ensemble de la circonférence, car régulièrement effacée par les finitions ultérieures, il ne peut s’agir d’un décor. Nous interprétons donc en termes techniques l’utilisation d’un outil sur ce point de fragilité maximum ; il s’agit d’améliorer l’adhérence des deux parties, ce qui peut correspondre à deux hypothèses (fig. 5b) :

  1. la panse a besoin de sécher avant la pose du col afin d’éviter son effondrement sous le poids de l’argile ;

  2. le col, construit séparément, n’est raccordé à la panse qu’une fois les deux parties raffermies.

16Dans les deux cas, l’utilisation d’un outil permet une meilleure compression de l’argile au niveau du raccordement.

17Enfin, en ce qui concerne la cuisson, les couleurs sont généralement identiques sur les deux faces et dans la gamme des bruns ce qui indique une atmosphère le plus souvent réductrice. La couleur beige en surface, impliquant une phase finale de la cuisson ou un refroidissement à l’air libre, existe également assez souvent. Certaines couleurs, comme le gris, l’orange et le bistre, restent exceptionnelles. Comme les autres étapes de la chaîne de fabrication, la cuisson paraît parfaitement maîtrisée. La pâte est dure et sonore. Les couleurs uniformes et l’absence de coups de feu témoignent d’une grande maîtrise de la circulation de l’air pendant la cuisson. Enfin le faible nombre d’accidents constatés comme les fêlures ou les éclatements de cupules plaide également dans ce sens.

Fig. 3. Exemple du polissage à effet miroir (a) et de formes bénéficiant du polissage du lissage (b).

Fig. 4. Exemples de processus de fabrication des fonds et des carènes.

Fig. 5. Exemple de trace laissée par un outil sur la jonction col/panse (a) et hypothèses expliquant la présence d’un coup d’outil au niveau de la jonction entre la panse et le col (b).

Fig. 6. Caractéristiques ( %) du dégraissant de Chassey par niveau d’occupation. Ca : calcaire ; Coq : coquille ; Ch : chamotte ; GN : granit ; Qz : quartz ; QM : quartz et mica ; Mi : mica ; Os : os (pour les codages, se reporter à l’annexe 1).

Fig. 7. Caractéristiques techniques ( %) des poteries de Chassey par niveau d’occupation. CL : colombin ; CM : colombin et modelage ; MO : modelage ; IN : indéterminé ; TS : très soigné ; SO : soigné ; MY : moyen ; GR : gris ; BR : brun ; BE : beige ; OR : orange ; BI : bistre.

18Des tableaux permettent de comparer et de résumer les caractéristiques techniques observées sur les poteries de Chassey avec en gras, l’option qui domine chaque séquence (fig. 6 et 7).

19On en conclut que les potiers de Chassey possédaient une très grande maîtrise de toutes les étapes de la fabrication. Il existe une très forte tradition technique, car les mêmes caractéristiques sont observées dans tous les niveaux avec seulement des différences de pourcentage. Seul le niveau 6, niveau le plus récent attribuable au NMB, se démarque des autres par l’apparition de formes nouvelles, mais aussi par une diminution de la qualité dans toutes les étapes de la chaîne opératoire. Le dégraissant est plus stéréotypé et grossier ; le montage à l’aide de vannerie apparaît, tout comme les fonds plats ; à l’inverse les carènes disparaissent. Les finitions sont moins élaborées et la cuisson semble réalisée à plus faible température.

Les relations entre le site de Chassey et les autres régions

20Selon les dernières synthèses sur la Bourgogne, le Chasséen de Chassey est considéré comme un Chasséen « de type méridional ponctué d’influences Rössen » (Prestreau, Thevenot, 1996, p. 393). Selon ces auteurs, des contacts précoces entre le Rössen rhénan et la Bourgogne ont eu lieu. Le niveau 9 serait, lui, à mettre en parallèle avec l’Épi-Rössen d’Alsace et à celui du Bassin parisien (ibid., p. 394).

La mise en évidence de contacts par le dégraissant

21Si l’étude du dégraissant montre l’utilisation principale d’un dégraissant local (présence d’un massif granitique à quelques kilomètres du site), l’existence d’os et de chamotte ou d’argilite permet de se poser quelques questions.

Fig. 8. Exemple des formes dégraissées au mica, à l’os et à la chamotte.

L’os

22L’os existe sur un unique vase à ressaut du niveau 10 (fig. 8). Cette forme, courante dans le niveau 9, semble rare parmi les quelques éléments du niveau 10. La nature de ce matériau dégraissant est intéressante car, obligatoirement anthropique, elle permet d’envisager des relations avec d’autres groupes culturels. Les dégraissants osseux se rencontrent dans le Cerny, dans le Chambon, dans le Néolithique armoricain et, pour quelques cas seulement, dans le Chasséen du sud de la France. La présence d’un vase à bouche carré dans le niveau 10 pourrait permettre d’envisager un rapprochement avec le Cerny ou le Chambon, plutôt qu’avec le Sud où ce dégraissant reste rare. Les vases à embouchure carrée existent en effet dans le Cerny, mais surtout dans le Chambon. De plus, comme plusieurs sites de Bourgogne témoignent déjà de contacts entre le Chasséen et le Cerny (Vinneuf, Passy ou Nermont, d’après Prestreau, Thevenot, 1996), il paraît possible d’envisager des contacts entre ces deux cultures. La présence d’un col de bouteille, forme rare dans le Chasséen de Chassey, mais courante dans le Cerny et le Chambon peut également plaider dans ce sens. Par récurrence, on peut se poser la même question concernant la bouteille du niveau 9 (Colas, 2000, pl. 188, no 62), d’autant que cette dernière contient du calcaire, dégraissant également peu courant à Chassey.

La chamotte

23Ce n’est pas la nature de ce dégraissant, utilisé dans presque toutes les cultures, qui le rend intéressant, mais sa rareté et son association à d’autres éléments. À Chassey, seuls un pot du niveau 9 et un autre du niveau 8 sont dégraissés à la chamotte (fig. 8). Pour le niveau 9, ce dégraissant appartient à la pâte d’une poterie dont la forme et le décor n’existent pas dans le registre chasséen. De plus le décor est exécuté à l’aide d’une technique différente des quelques autres décors du site. Ce dernier est composé d’une ligne de boutons au repoussé au niveau de la jonction panse/col et de lignes verticales effectuées au pointillé-sillonné partant du bas de la panse pour se terminer au niveau des boutons. Ces lignes sont exécutées sur pâte relativement sèche (aucun bourrelet visible) mais beaucoup plus molle que celle des autres vases décorés du niveau 9. La ligne de boutons au niveau de la jonction panse/col et la technique du pointillé-sillonné sont deux caractéristiques de la culture Post-Rössen qui renvoient vers le domaine occidental et notamment le Bassin parisien (Dubouloz, 1988). En effet, les boutons au repoussé sont extrêmement rares dans la vallée du Rhin. C’est d’ailleurs sur la base de l’emploi de cette technique associée au gobelet à paroi segmenté que G. Bailloud (1964) a proposé le concept « de type de Menneville ». Ce vase représente vraisemblablement un cas d’importation (pâte différente, registre et technique décoratifs différents) sans qu’il soit possible de savoir si cette dernière s’est faite directement ou de proche en proche. En effet, comme pour le Cerny, les associations entre le Post-Rössen et le Chasséen existent dans plusieurs sites de Bourgogne et du Bassin parisien : Jonquière (Blanchet, Burnez, 1984), Bercy (Lanchon, 1997), ‘le Camp de l’Étoile’ (Bréart, 1984), Catenoy (Blanchet et alii, 1984), Champlay (Prestreau, Thevenot, 1996), Droux (ibid.). Cette poterie fournit donc un témoin complémentaire. Ainsi les sites de Champlay et Droux en Bourgogne peuvent être considérés comme des jalons entre Chassey et le Bassin parisien.

Fig. 9. Analyse des correspondances à partir des critères techniques discriminants des sites étudiés.

Les autres indices techniques

24Ainsi, si les formes céramiques communes du Chasséen de Chassey, mais aussi du Chasséen septentrional, du Michelsberg et du groupe de Noyen montrent que les contacts ont dû être nombreux, l’étude technique des poteries de Chassey et des sites du Bassin parisien met en évidence l’existence d’une unique importation, le vase Post-Rössen de Chassey (fig. 8). En revanche, cette même étude suggère la possibilité d’un univers technique commun et l’ancienneté des contacts (dès le Cerny). En effet, c’est seulement après avoir identifié un fond commun technique à l’ensemble des sites que des différences entre les blocs culturels du Bassin parisien et le site de Chassey ont pu être mises en évidence. Une analyse factorielle fondée sur les critères discriminants par rapport à une chaîne opératoire commune a permis de caractériser les critères techniques des sites du Bassin parisien et ceux de Chassey (fig. 9). Ce dernier site se différencie essentiellement par ses techniques de finition extrêmement poussées, des inclusions fines, des traces de montage souvent peu apparentes (ce qui implique qu’il a été particulièrement bien réalisé), et une cuisson réductrice tandis que les sites du Bassin parisien se caractérisent par des inclusions de plus grandes tailles, des finitions qui peuvent être médiocres, des traces de doigts plus souvent visibles, un montage des carènes en deux parties, le montage par plaques des plats à pain, et l’existence d’un trait réalisé à l’aide d’un outil au niveau de la jonction de la panse et du col.

25Ce « coup d’outil » entre panse et col (cf. fig. 5) constitue un autre élément technique suggérant des contacts entre les deux régions, car outre sur les vases à ressaut des niveaux 9 à 7 de Chassey (cf. supra), il est attesté sur le site de Bruère-Allichamps (Rialland, 1989), de Mairy (Marolles, 1993), de Boury-en-Vexin (Martinez, 1982), de Noyen-sur-Seine (Mordant, 1976) et surtout sur le site de Bazoches-sur-Vesle (Dubouloz et alii, 1984). Ce dernier site se singularise en effet par l’abondance des vases dotés de « coup d’outil » : plus d’une poterie sur deux possèdent cette caractéristique. Ce sont les formes à col ou les profils en S qui bénéficient de cette technique (fig. 10), à l’exception des sites chasséens de Chassey et de Boury où elle se présente sur des vases à ressaut.

26Une invention simultanée et indépendante dans des sites appartenant à une même aire chronologique paraît peu probable. Mais si l’on considère la possibilité d’une transmission entre les sites, faut-il envisager le site de Chassey comme le transmetteur ou le récepteur de cette technique ?

27Trois possibilités peuvent être envisagées :

a) La technique du « coup d’outil » se diffuse depuis Chassey

28L’ancienneté du site de Chassey semble le placer comme point d’origine, mais alors comment imaginer le développement et le rayonnement d’une technique à partir d’un centre où cette tradition technique reste peu courante et utilisée sur une forme – le vase à ressaut – qui n’existe pas, ou peu, dans le Bassin parisien.

29L’importation dans le Bassin parisien de la forme « vase à ressaut » avec ses techniques d’élaboration peut également être envisagée. Dans ce cas, on serait alors en présence de l’adoption d’une nouvelle technique adaptée aux formes typiques du Bassin parisien (bouteilles, vases à col…), montrant ainsi l’existence d’un transfert technique originaire de Chassey. L’importance numérique de cette technique sur le site de Bazoches signerait le succès de la diffusion. Dans cette optique, son existence sur des poteries des fosses fd de Noyen, de Châtenay (Mordant, 1976) et de Grisy (ibid.) permettrait de considérer ces sites comme des jalons géographiques. D’ailleurs à Noyen, on retrouve ce trait d’outil sur une forme d’obédience méridionale (fig. 10), mais aussi sur des gobelets tulipiformes. Il s’agirait alors d’un emprunt technique utilisé seulement sur les formes exogènes du groupe.

Fig. 10. Formes possédant un trait de jonction entre la panse et le col.

30En revanche, si cette méthode de jonction provient du site de Chassey, on peut se demander pourquoi on ne la retrouve pas sur les autres poteries étudiées du Chasséen septentrional (Jonquières, Catenoy, Bercy et Louviers (Giligny et alii, 1996).

b) La technique se transmet depuis Bazoches jusqu’à Chassey via Noyen

31Cette seconde possibilité suppose alors une certaine contemporanéité entre le niveau 9 de Chassey, Noyen et Bazoches. Mais si l’origine de la diffusion vient de l’Aisne, pourquoi retrouve-t-on cette technique uniquement à Bazoches et à Concevreux ? Doit-on considérer que cette façon de faire n’existe que dans le Michelsberg le plus ancien de l’Aisne et que l’existence de ce trait constitue une indication chronologique ? Malheureusement sa présence sur les poteries de Mairy ne permet pas l’adhésion à cette hypothèse.

c) Noyen est le vecteur de transmission de la technique

32Cette troisième possibilité serait de considérer le groupe de Noyen comme le vecteur de cette transmission ; mais alors pourquoi retrouve-t-on cette technique en quantité si importante sur les poteries de Bazoches-sur-Vesle ?

33Le choix de l’une ou l’autre de ces hypothèses n’est pas sans conséquence du point de vue des récentes hypothèses chronologiques françaises à propos de l’origine du Michelsberg.

34Ainsi, J. Dubouloz (1997), propose un « modèle » spatial de l’évolution culturelle dans le Bassin parisien, en quatre étapes entre 4300 et 4000 BC, modèle réalisé à partir des données céramiques et lithiques :

  • La première étape (horizon Rössen III) avec un Cerny tardif mal caractérisé (représenté par les sites de Bercy, Chelles, Cannes-Écluses et Bardouville) possédant des interactions avec le Chasséen ancien de Bourgogne côtoierait un proto-Menneville (Berry-au-Bac, L’Étoile ?, et Sailly-Labourse ?). Cette phase peut expliquer le dégraissant osseux et les formes en bouteille du niveau 9 de Chassey ainsi que le vase que nous avons qualifié de post-Rössen.

  • La seconde étape (horizon Post-Rössen ancien) verrait le groupe de Menneville au nord-est du Bassin parisien (Berry-au-Bac, Osly-Courtil, Amigny-Rouy, Givry et, peut-être, l’Étoile et Sailly-Labourse) et le Chasséen ancien dans le reste du Bassin parisien (Jonquières, Catenoy, Bercy, Jablines, Noyen, Gisy-les-Nobles, Champlay et Chassey).

  • La troisième étape (horizon Michelsberg ancien A) constitue le développement du Michelsberg ancien (Bazoches-sur-Vesle et, peut-être, Grisy-sur-Seine) sur le même espace géographique que le groupe de Menneville, celui du groupe de Noyen dans le secteur Seine/Yonne, et celui du Chasséen septentrional avec les sites de Boury-en-Vexin, Paris-Bercy ( ?) et Fort-Harrouard ( ?).

  • Enfin, la dernière étape (horizon Michelsberg ancien B) est constituée selon les mêmes découpages géographiques mais par des sites différents : Maizy et Thieusies pour le Michelsberg B, Noyen et Môlay pour le groupe de Noyen 2, et les mêmes sites pour le Chasséen septentrional 2 [Boury-en-Vexin, Paris-Bercy ( ?) et Fort-Harrouard ( ?)].

35Pour C. Jeunesse (1997), le Michelsberg se forme à partir du groupe de Noyen (nos hypothèses 1 ou 3), qui serait une synthèse des influences du Bischeim et du Chasséen méridional via Chassey. Cette théorie s’appuie sur le principe de la segmentation des vases qui existe déjà dans le Chasséen, mais pas dans le Bischheim, et que l’on trouve également dans les sites de Bourgogne considérés par l’auteur comme les jalons de la diffusion de ce principe.

36Ainsi, considérer Chassey ou le groupe de Noyen comme le vecteur de diffusion va dans le sens de l’hypothèse de C. Jeunesse pour qui le Michelsberg est issu du groupe de Noyen, lui-même héritant des influences du Bischheim et du Chasséen de Chassey. En revanche, cela va à l’encontre de l’opinion de J. Dubouloz qui considère Bazoches comme le plus ancien site Michelsberg de l’Aisne, et voit des influences entre l’Aisne et Noyen depuis le site de Maizy.

37Si au contraire, Bazoches constitue le centre diffuseur, alors Noyen ne peut plus être considéré comme à l’origine du Michelsberg de l’Aisne. Il paraît donc primordial d’enrichir les données techniques d’une part sur la Bourgogne et, d’autre part sur l’Allemagne, afin de voir si l’option concernant la genèse commune du Michelsberg dans le Bassin parisien et le Bassin rhénan est la bonne.

38Il existe un autre élément technique à rechercher dans ces deux mêmes régions, qui concerne la fabrication des plats à pain à l’aide ou non de plaques superposées (Colas, 2000). Cette technique existe sur de nombreux sites du Michelsberg français, du groupe de Noyen et du Chasséen septentrional. En revanche, nous ne savons pas si elle existe en Bourgogne, car excepté pour le niveau 6, nous avons malheureusement omis d’étudier les plats à pain des niveaux chasséens de Chassey.

Bilan et perspectives

39Après avoir montré la volonté des potiers de Chassey d’obtenir des poteries de grande qualité (peu de traces de montage, excellence des finitions, bonne cuisson), notamment en consacrant un temps important aux finitions, nous avons cherché parmi les données techniques quelles étaient celles qui pouvaient suggérer des relations entre la Bourgogne et le Bassin parisien. Les preuves directes concernent l’utilisation d’inclusions osseuses et de chamotte car ces éléments sont étrangers à la tradition technique des potiers de Chassey. Les preuves indirectes proviennent de l’univers technique commun à l’ensemble des groupes du Néolithique moyen II que nous avons étudiés (Colas, 2000). Ces traditions techniques communes n’ont pas pour origine la circulation de céramique car une seule importation a été détectée sur plus de 1 000 vases. En revanche, celle-ci pourrait s’expliquer par la circulation d’idée et ou le transfert de techniques d’un site à l’autre. La présence de plusieurs vases Post-Rössen associés à du Chasséen, mais aussi à du Cerny, en Bourgogne, témoigne de l’ancienneté de ces contacts. Afin d’affiner cette étude et avoir de meilleures idées sur le développement de certaines techniques, il faudrait étudier les autres sites de Bourgogne pour observer si l’on retrouve le coup d’outil à la jonction de la panse et du col, mais aussi pour étudier le montage des plats à pain.

40L’étude des techniques de fabrication des céramiques n’en est encore qu’à ses débuts, et un certain nombre de chercheurs la considère encore comme sujette à caution, ou du moins sans grand intérêt. Nous espérons par cet article avoir montré en quoi les études techniques pouvaient participer aux problématiques archéologiques. La multiplication des observations de cette nature permettra sans aucun doute, dans l’avenir, d’affiner nos connaissances sur les différents groupes culturels.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bailloud G., 1964, Le Néolithique dans le Bassin parisien, p. 75-122 (IIème suppl. à Gallia Préhistoire).

Blanchet J.-C., Burnez L., 1984, « Le camp chasséen du Mont d’Huette à Jonquières (Oise) », in : Le Néolithique dans le Nord et le Bassin parisien, Actes du 9ème colloque sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 217-242 (R.A.P., no 1-2-1982).

Blanchet J.-C., Bouchain P., Decormeille A., 1984, « ‘Le camp de César’ à Catenoy (Oise) : bilan des anciennes recherches et des fouilles récentes de 1982-1983 », in : Le Néolithique dans le Nord et le Bassin parisien, Actes du 9ème colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 173-204 (no spécial de la R.A.P., 1984).

Blanchet J.-C., Martinez R., 1988, « Les camps néolithiques chasséens dans le nord-ouest du Bassin parisien », in : Burgess et alii eds, Enclosures and defences in the Néolithic of western Europe, p. 149-165 (B.A.R. International series, 403 (i)).

Bréart B., 1984, « Le site néolithique du ‘Champ de bataille’ à l’Étoile (Somme) : une enceinte à fossé interrompu », in : Le Néolithique dans le Nord et le Bassin parisien, Actes du 9ème colloque sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 293-310 (R. A. P., no 1-2-1982).

Colas C., 2000, Savoir-faire technique et reconstitution des chaînes opératoires des potier(e) s au Néolithique moyen II dans la moitié nord de la France : étude techno-typologique, Thèse de doctorat de l’Université de Paris I.

Dubouloz J., 1988, Le style de Menneville et les débuts du Chalcolithique dans la France du Nord, Thèse de l’Université de Paris I, 2 volumes.

Dubouloz J., 1997, « Réflexions sur le Michelsberg ancien en Bassin parisien », in : Die Michelsberger Kultur und ihr Randgebiet. Probleme der Enstehung, Chronologie und des Siedlungswesens, Internationales Kolloqium, Gaienhofen-Hemmenhofen, Stuttgart, p. 9-20 (Materialhefte z. Arch. in Baden-Württemberg, 43).

Dubouloz J., Le Bolloc’h M., Hamard D., 1984, « Le site Michelsberg de Bazoches-sur-Vesle (le Bois de Muisemont) », F.P.V.A., 12, p. 101-125.

Giligny F. et alii, 1996, Un site Néolithique moyen en zone humide : Louviers ‘la Villette’, Petit-Quevilly, D.F.S, S.R.A. de Haute-Normandie.

Jeunesse C., 1997, « Pour une origine occidentale du Michelsberg ? », in : Die Michelsberger Kultur und ihr Randgebiet. Probleme der Enstehung, Chronologie und des Siedlungswesens, Internationales Kolloqium, Gaienhofen-Hemmenhofen, Stuttgart, p. 29-45 (Materialhefte z. Arch. in Baden-Württemberg, 43).

Lanchon Y., 1997, Le site néolithique de Paris-Bercy, secteur de ‘Saint-Émilion’, D.F.S. de sauvetage archéologique, S. R. A. d’Île-de-France.

Marolle C., 1993, « Les bâtiments du site d’habitat Michelsberg du site de Mairy (Ardenne) », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et ses relations avec les régions rhénanes et mosanes, Actes du 13ème colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, 1986, p. 87-90.

Martinez R., 1982, « L’enceinte néolithique du ‘Cul froid’ à Boury-en-Vexin (Oise) : premiers résultats », R.A.P., no 1-1982, p. 3-6.

Mordant C., Mordant D., 1972, « L’enceinte néolithique de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne) », B.S.P.F., fasc. 2, p. 554-569.

Mordant D., 1976, « Quinze années d’activité archéologique en Bassée, sauvetage et fouilles préventives », Bull. du Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, p. 15-40.

Mordant D., 1982, « Noyen et les enceintes de la Bassée : approche des questions culturelles », in : Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du 7ème colloque interrégional sur le Néolithique, Sens, 1980, p. 119-126 (Société Archéologique de Sens, cahier no 1).

Orton C., Tyers P., Vince A., 1993, Pottery in archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, XVII-269 p. (Cambridge Manuals in archaeology).

Prestreau M., Thevenot J.-P., 1996, « L’axe Yonne-Armançon-Saône au Néolithique moyen : cadre chronologique et interprétations culturelles », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?, Actes du XVIIIe colloque interrégional sur le Néolithique de Dijon, 1991, p. 383-395 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Rialland Y., 1989, L’enceinte du Néolithique moyen du Champ de la Grange à Bruère-Allichamps (18), Mémoire de maîtrise de l’Université de Besançon.

Rice P., 1987, Pottery analysis : a source book, The University of Chicago Press.

Rye O. S., 1981, Pottery technology : principles and reconstruction, Manuals on archaeology 4.

Shepard A. O., 1954, Ceramic for the archaeologist, Carnegie instutition of Washington.

Thevenot J.-P., 1969, « Éléments chasséens de la céramique de Chassey », R.A.E., t. XX, fasc. 1-4, p. 7-95.

Thevenot J.-P., 1984, « Le camp de Chassey (Saône-et-Loire) », in : Première céramique, premier métal, du Néolithique à l’Âge du Bronze dans le domaine circum-alpin, Catalogue d’exposition du musée d’archéologique de Lons-le-Saunier, oct. 1985-mars 1986, p. 123-128.

Annexes

Annexe : Codage utilisé pour létude des techniques de fabrication

Codages utilisés pour le dégraissant

– T1 : inclusions inférieures ou égales à 0,1 mm

– T2 : inclusions comprises entre 0,1 et 0,5 mm

– T3 : inclusions comprises entre 0,1 et 2 mm

– T4 : inclusions comprises entre 0,1 et 3 mm

– F1 : fréquence rare (moins de 5 % d’inclusions)

– F2 : fréquence moyenne (10 à 20 % d’inclusions)

– F3 : fréquence abondante (plus de 20 % d’inclusions).

D’après l’abaque permettant de mesurer la quantité de dégraissant proposée par Mathew, Woods et Oliver, cité dans Orton, Tyers et Vince (Orton et alii, 1993, p. 238)

Oui : les inclusions sont visibles et nombreuses

Rare : les inclusions sont visibles mais très peu nombreuses

Non : les inclusions sont invisibles.

Codages utilisés pour les colombins

Bas vers haut : la pâte du colombin support est remontée à l’extérieur sur le colombin ajouté, et inversement à l’intérieur.

Haut vers bas : la pâte du colombin ajouté est abaissée à l’extérieur sur le colombin support, et inversement à l’intérieur.

Droit : la soudure a été effectuée sans décaler les colombins.

Codages utilisés pour les finitions

1 : polissage très soigné produisant un effet de miroir.

2 : polissage soigné.

3 : polissage moyen.

4 : polissage rapide.

5 : lissage soigné.

6 : lissage moyen.

7 : lissage rapide.

8 : grattage.

Le numéro 9 correspond aux surfaces pour lequel le degré de soin n’a pas pu être déterminé.

Exemple : 39 correspond à un polissage moyen à l’extérieur et indéterminé à l’intérieur.

Codages utilisés pour la cuisson

Notes

1 Je remercie ici vivement J.-P. Thevenot qui m’a permis d’étudier le mobilier de Chassey et qui m’a fourni également tous les dessins de ses fouilles. D’une manière générale, je remercie également tous les chercheurs qui m’ont autorisée à étudier les céramiques des sites cités en figure 1.

2 Pour les codages, cf. annexe 1.

3 Le lissage conciste à égaliser la surface d’une poterie à l’état humide (Balfet, 1983, p. 85).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de répartition des groupes culturels du Néolithique moyen II avec leurs formes céramiques principales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 2. Schéma synthétique des grandes phases de fabrication des poteries de Chassey, niveau 9.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3. Exemple du polissage à effet miroir (a) et de formes bénéficiant du polissage du lissage (b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Légende Fig. 4. Exemples de processus de fabrication des fonds et des carènes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Fig. 5. Exemple de trace laissée par un outil sur la jonction col/panse (a) et hypothèses expliquant la présence d’un coup d’outil au niveau de la jonction entre la panse et le col (b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 6. Caractéristiques ( %) du dégraissant de Chassey par niveau d’occupation. Ca : calcaire ; Coq : coquille ; Ch : chamotte ; GN : granit ; Qz : quartz ; QM : quartz et mica ; Mi : mica ; Os : os (pour les codages, se reporter à l’annexe 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. Caractéristiques techniques ( %) des poteries de Chassey par niveau d’occupation. CL : colombin ; CM : colombin et modelage ; MO : modelage ; IN : indéterminé ; TS : très soigné ; SO : soigné ; MY : moyen ; GR : gris ; BR : brun ; BE : beige ; OR : orange ; BI : bistre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 8. Exemple des formes dégraissées au mica, à l’os et à la chamotte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 9. Analyse des correspondances à partir des critères techniques discriminants des sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 10. Formes possédant un trait de jonction entre la panse et le col.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12993/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

INRAP, UMR 7041.

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search