Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

I Impacts interculturels entre groupes du Néolithique moyen

La céramique du Chasséen ancien d’Amboise (Indre-et-Loire)

Hommage à André Högström†

Roland Irribarria

Résumé

Le site des Châtelliers à Amboise (Indre-et-Loire), fouillé par A. et S. Högström entre 1954 et 1957, a été partiellement publié par G. Cordier en 1995. Un nouvel examen de la série a nécessité un tri typologique pour distinguer le matériel issu d’occupations diverses antérieures et postérieures au Chasséen. D’autre part des sondages récents ont révélé une stratigraphie inversée de cette partie du site, expliquant par là même les mélanges des diverses occupations. Notre analyse du matériel céramique restitue un ensemble Chasséen de 84 individus-vases identifiés, dont 16 vases-supports.
L’étude technologique de cette série montre de réelles affinités avec le Chasséen méridional dont les seuls éléments exogènes sont les vases-supports. Ni les formes, ni la technologie ne se rapprochent de celles du Chambon censé occuper antérieurement cette aire géographique. Le site d’Amboise marque donc un jalon en région Centre dans la remontée du Chasséen vers le nord, comme Chassey ou Bercy. L’irruption à Amboise d’un véritable Chasséen, et ses relations avec les cultures préexistantes, que ce soit le Chambon ou le Néolithique moyen de l’Ouest, sera évaluée.
Les autres séries chasséennes plus tardives de la région Centre ont adopté certaines formes, mais au prix d’une perte de qualité notamment sur les finitions de surface. Par un ensemble de caractères, incluant l’industrie lithique, elles forment un faciès du Chasséen septentrional propre à la région Centre.

Entrées d'index

Texte intégral

Présentation générale

1En 1998, nous avons présenté un petit ensemble de Muides-sur-Loire postérieur à l’occupation principale du groupe de Chambon. Cet ensemble montrait un passage graduel des formes classiques du Chambon vers un Chasséen affirmé.

2La poursuite de la réflexion sur l’émergence du Chasséen dans la Loire moyenne nous a poussé à revoir d’autres séries inédites ou insuffisamment publiées : Amboise (Indre-et-Loire), Averdon (Loir-et-Cher) et Lutz-en-Dunois ‘Eteauville’ (Eure-et-Loir).

3Le site des Châtelliers à Amboise, fouillé sur une surface de 73 m2 par A. et S. Högström entre 1954 et 1957, a été partiellement publié (Cordier, 1995). Ce dernier n’a pas eu simultanément entre les mains l’intégralité des vestiges, empêchant ainsi toute tentative de remontage de la céramique exhumée dans des conditions ingrates de fouilles. La collection avait déjà subi bien des vicissitudes lorsqu’elle fut entreposée dans une cave troglodytique, qui se trouva bientôt murée par les premiers effondrements de la falaise. Seule une partie du matériel put en être retirée avant l’effondrement final.

4André Högström a bien voulu nous confier l’étude de cet ensemble qui méritait un réexamen. Le matériel examiné comprend une série lithique, de l’outillage osseux et un lot céramique.

5Les récents travaux sur le Néolithique en région Centre et dans le Centre-Ouest permettent d’établir des comparaisons typologiques et technologiques, notamment sur les productions céramiques. Pour la série d’Amboise, nous avons pu réaliser un important tri typologique afin de distinguer le matériel chasséen de celui des diverses occupations antérieures ou postérieures.

6Tous ces arguments nous ont alors poussé à nous interroger sur la mise en place de la « couche archéologique » d’où sont issus les vestiges.

Localisation géographique et stratigraphie du site

7Le site des Châtelliers est installé sur un éperon barré par deux grands fossés et levées de terre. Un troisième fossé, d’époque historique, barre l’extrême pointe où est installé le Château d’Amboise. Les fouilles et sondages ont mis en évidence des occupations de ce plateau à de nombreuses périodes : Néolithique, Bronze final, Hallstatt, La Tène, Gallo-Romain. En fait, la situation d’éperon a dû favoriser une occupation quasi-permanente du site.

8À l’heure actuelle, les travaux archéologiques ont montré que le système de levée de terre implanté le plus à l’est, qui surplombe le vallon de Malvau, serait en relation avec l’occupation de La Tène. Mais le second barrage, à proximité immédiate des fouilles d’A. et S. Högström, n’est toujours pas daté. La situation topographique de cette partie du site mérite d’être examinée.

9Il faut souligner qu’à quelques mètres au sud de la zone fouillée, il existe une première rupture de pente très abrupte vers le vallon de l’Amasse. D’autre part, contrairement à la figuration de la coupe stratigraphique du site fournie par G. Cordier (Cordier, 1995, p. 120, fig. 9), le dénivelé général s’effectue du nord vers le sud, soit vers la rupture de pente, c’est-à-dire dans le sens de l’érosion naturelle du plateau vers la vallée. La recharge de remblais modernes (gravats calcaires, lit de chaux) sus-jacents à la « couche archéologique » n’a fait que niveler un terrain naturellement incliné. On interprétera avec un regard nouveau les écrits de l’Abbé Bosseboeuf en 1897 (in : Cordier, 1995, p. 110) : « Ces tribus ne nous ont guère laissé d’autres vestiges de leur séjour que les instruments de silex que l’on découvre ça et là dans le sol, ainsi que les restes d’ossements et d’outils de corne trouvés avec des restes de foyers à la base du coteau méridional du côté de l’Amasse » (souligné par nous), soit en contrebas du site fouillé. Un lot de tessons trouvés par A. Högström près du « bord du plateau » livre, entre autres, des productions néolithiques. Cela montre bien que ni la « couche archéologique », ni les vestiges chasséens n’ont été scellés par les remblais modernes, dans leur état d’origine. Tout porte à croire au contraire que l’érosion a été intense.

10Des sondages récents, effectués par le Service Régional de l’Archéologie du Centre, dans une parcelle contiguë, ont révélé la véritable nature stratigraphique de cette partie du rebord sud du plateau : il s’agit d’une stratigraphie inversée.

11La position géographique des découvertes, les nombreux recollages entre tessons chasséens montrent néanmoins qu’il s’agit d’un ensemble, certes remanié, mais sur une faible distance. Pour preuve, le vase no 83 (fig. 4) est quasi-complet malgré sa fragmentation, et la concentration des fragments des coupes à socle dans quatre carrés contigus laisse perplexe. On est alors autorisé à penser que des fonds de structures en creux, non visibles dans le sédiment encaissant, ont pu être préservés au moins très localement de l’érosion.

12Quels sont les liens entre ces vestiges et le système de barrage de l’éperon situé à quelques mètres au nord de la zone fouillée (grand fossé, levée de terre, non datés) ?

13Il faut savoir que les premiers tessons chasséens découverts par S. Högström, ont été trouvés sur les bords du grand fossé. Enfin, le talus limitant le site fouillé à l’est se trouve dans l’exact prolongement de la levée de terre encore présente au nord de la rue Augustin Thierry. Seule une reprise des travaux archéologiques sur la levée et le fossé pourrait dissiper ces incertitudes.

L’industrie lithique

14Les problèmes d’interprétation de l’industrie lithique trouvée dans cette « couche archéologique » (où coexistent des éléments mésolithiques et d’autres franchement néolithiques) ont fait l’objet de nombreux débats depuis un demi-siècle (Bellancourt, 1985). Pour certains, il s’agissait d’argumenter sur la persistance de populations de chasseurs-cueilleurs, contemporaines d’un Néolithique moyen. Aujourd’hui, les cas d’« association » de matériel de type mésolithique sur des sites néolithiques restent en débat, mais uniquement quand il s’agit du Néolithique le plus ancien. L’assimilation de traits culturels issus du Mésolithique par les premiers agriculteurs se pose encore pour le Néolithique moyen 1. Si en 1957, le problème pouvait être soulevé (le Chasséen d’Amboise passait alors pour le Néolithique « le plus ancien » reconnu dans la Région), le développement de la recherche a depuis lors fait justice d’une part de ces cas d’association, et d’autre part de la reconnaissance en région Centre, dans la vallée de la Brisse (près de Vendôme, Loir-et-Cher), d’une étape formative du Villeneuve-Saint-Germain, voire du Rubané final (Bailloud et alii, 1987, p. 146). On sait aujourd’hui que la zone d’extension du Villeneuve-Saint-Germain atteint avec certitude les marches de Bretagne. La rapidité de l’évolution des types d’armatures a facilité la mise en place du cadre chrono-culturel du Mésolithique. Il semble alors assez improbable de considérer que l’industrie du Mésolithique final d’Amboise ait pu persister (sans évolution) jusqu’au Chasséen.

15D’autre part, la présence de ces armatures microlithiques, coexistant dans la même « couche archéologique » avec des armatures de type Sublaines nous incitait à une certaine prudence. Dans la publication de 1995, on note que la distribution spatiale de l’industrie lithique dans les carrés ne recoupe que très partiellement celle des tessons. Celle de l’opale résinite semble exclure celle de la céramique.

16La stratigraphie inversée révélée dans les nouveaux sondages du Service de l’Archéologie sur le site clarifie définitivement « l’association » du matériel mésolithique (armatures évoluées, dont une armature du Châtelet), avec du matériel du Néolithique récent-final et Chalcolithique, eux-mêmes « associés » au Chasséen.

17Le problème d’attribution de l’industrie en opale résinite reste entier : si la plupart des armatures mésolithiques sont en silex blond (à noir) et à inclusions blanches, au moins trois d’entre elles, chauffées, pourraient être en opale résinite. Mais on connaît par ailleurs dans le Centre-Ouest des productions lamellaires dans ce matériau qui semblent dues au Néolithique récent à final.

18Vouloir tirer des conclusions sur l’industrie lithique dans un contexte aussi remanié semble hasardeux. Imputer à l’occupation chasséenne les armatures de type Sublaines ne nous semble pas justifié ici, alors qu’une occupation finale du Néolithique existe bien sur le site.

La céramique

19Notre analyse du matériel céramique, sur la base de critères typo-technologiques, restitue un ensemble chasséen de 84 individus-vases identifiés, dont 16 coupes à socle. On a également pu isoler une petite série de 16 individus-vases du groupe de Chambon (intégrant ceux décorés de nervures et de boutons au repoussé). Enfin une série limitée, mais assez typée technologiquement, présente des formes de bols hémisphériques et de gobelets épaulés à mi-panse et à fonds plats débordants qui s’apparentent aux productions du Néolithique final. Une anse en croissant serait à rapprocher des urnes à décors plastiques du Bronze ancien. Seule la céramique chasséenne sera décrite ici.

Technologie

20Les tessons chasséens se caractérisent nettement par leurs aspects technologiques. Les argiles employées sont très peu dégraissées. Sauf exception, seules des paillettes de mica sont présentes, surtout visibles dans les tranches. Les surfaces ont été extrêmement soignées, jusqu’au polissage intégral. La surface obtenue est lustrée et présente des facettes aux tons un peu plus sombres. Les stigmates du grattage et du lissage qui ont dû normalement précéder le traitement final ne sont plus visibles, mais peuvent être déduites de la régularité des surfaces et de la finesse des parois.

Typologie

21Les formes reconstituables se décomposent en plusieurs catégories :

22Les formes composées (fig. 1 et 2) comprennent une majorité d’ovoïdes dont les cols peuvent être étroits (fig. 1, no 33), voire peu marqués (fig. 1, no 71), communément dénommées « bouteilles » et « grandes jarres ». L’individu 24 (fig. 1) se distingue par son col étroit et rentrant. On notera ici qu’il présente des plages calcaires adhérentes aux surfaces internes des tessons. Enfin les individus nos 13 et 8 (fig. 2) présentent des cols en bandeau. Les formes ovoïdes simples peuvent présenter un col droit légèrement rentrant (fig. 2, nos 22 et 16), ou présenter des cols légèrement infléchis (fig. 2, nos 80, 57 et 36). Sur ces quatorze vases, deux présentent un traitement de surface différentiel. L’individu no 25 (fig. 1) n’a été lissé que sommairement, alors que le vase no 80 (fig. 2) a des surfaces mieux lissées, mais non polies. Les préhensions connues comprennent l’anse en boudin (fig. 1, no 24), en ruban (fig. 1, no 59) et l’anse multitubulée (fig. 1, no 65). Le décor présent sur trois vases à la jonction col/panse est constitué de boutons (fig. 1, no 71) et de mamelons (fig. 1, nos 20 et 25).

Fig. 1. Amboise - les Châteliers : formes composées : bouteilles, jarres.

Fig. 2. Amboise - les Châteliers : nos 8 et 13 : formes composées ; nos 16 et 22 : vases ovoïdes ; nos 80, 57 et 36 : vases à profil en S.

Fig. 3. Amboise - les Châteliers : formes ouvertes.
N
os 38, 2 et 30 : marmites ; nos 39, 58, 4, 6, 11 et 5 : formes simples, ouvertes et profondes (bols).

Fig. 4. Amboise - les Châteliers : formes composées segmentées, profondes, de petites tailles.

23Les formes ouvertes, largement majoritaires, sont de plusieurs types :

  • Celles qui sont simples et profondes comprennent trois vases à parois rectilignes cylindriques et tulipiforme (fig. 3, nos 38, 2 et 30), les « marmites » des auteurs, dont les organes de préhension sont des languettes horizontales dont l’une est perforée. Les vases hémisphériques sont représentés par six exemplaires (fig. 3, nos 39, 58, 4, 6, 11 et 5).

  • Celles qui sont composées et segmentées, de type « jatte », forment la majorité du corpus. On distingue parmi celles-ci, celles qui sont profondes et de petite taille (fig. 4). Les quatorze individus de ce type, à fond bombé, présentent des cols droits ou très légèrement infléchis. Les bords sont simples ou très légèrement amincis et éversés. Les onze individus de taille moyenne (fig. 5) offrent les mêmes caractéristiques. Seul l’individu no 79 (fig. 5) possède un épaulement marqué, plutôt qu’une carène simple comme tous les autres exemplaires. L’individu no 60 (fig. 5) ne présente aucune segmentation du profil. Seul un individu de grande taille (fig. 6, no 83) présente une forme générale semblable au type de taille moyenne. Toutes les autres productions de volume supérieur ont une forme plate. Parmi les douze exemplaires présents, la moitié possède des parois droites verticales ou légèrement sortantes, l’autre moitié, des parois sortantes concaves. L’exemplaire no 84 (fig. 6) est décoré d’un léger cor don à l’emplacement de la carène formant ainsi un épaulement. Enfin, à l’extrême, par sa taille, il existe un micro-vase (fig. 7, no 67) à forme segmentée.

  • Celles qui sont de forme simple et plate sont représentées par trois exemplaires (fig. 7, nos 26, 1 et 35).

Fig. 5. Amboise - les Châteliers : formes carénées, segmentées, profondes, de taille moyenne.

Fig. 6. Amboise - les Châteliers : formes composées segmentées, ouvertes (sauf no 15), plates, de grande taille.

Fig. 7. Amboise - les Châteliers : formes simples plates et anses.
N
os 26, 1 et 35 : formes simples plates ; no 67 : forme segmentée : micro-vase ; no 31 : anses de bouteilles.

24Aucune préhension n’a pu être associée à ces productions de forme ouverte.

25Deux préhensions (fig. 7, no 31) singulières font également partie du corpus. Elles sont tubulaires et à perforation intrapariétale. L’épaisseur des parois montre qu’elles appartiennent certainement à des récipients de grande taille.

26On compte également les éléments de seize coupes à socle (fig. 8), ou vases-supports selon la terminologie couramment employée. Quatre d’entre elles se distinguent à la fois par leur forme circulaire, leur technique de fabrication et de finition grossière, l’absence de décor, et pour trois d’entre elles, une faible hauteur (nos 51-52 et 53). La dernière se distingue par ailleurs par des parois épaisses et une exécution franchement négligée (no 55).

27Par opposition, les douze autres sont quadrangulaires, à parois fines et à surfaces polies. Neuf d’entre elles sont soigneusement décorées. Les côtés peuvent présenter des hachures obliques formant losanges (nos 41 et 43), des lignes de triangles (no 42) ou des bandes hachurées (no 46). L’exemplaire no 47 présente des bandes horizontales ondulantes décorées de trapèzes hachurés disposés en damier. Enfin l’exemplaire no 40, suffisamment représenté pour déduire le décor développé, présente trois lignes de losanges hachurés en damier.

28Les rebords des coupes peuvent être ornés de bandes hachurées (no 46), de triangles engrenés (no 44), ou d’une ligne de losange (no 40), voire de deux lignes (no 45).

29C’est dans la littérature que l’on peut tenter d’évaluer les manques concernant cette série. Différents auteurs ont pu examiner l’intégralité du matériel. Ainsi, G. Bailloud nous donne de précieux éléments à propos de la grotte de Nermont : « le tesson cannelé… semble bien, par sa technique, appartenir également au Chasséen : il n’y a là rien de surprenant, surtout depuis les découvertes comparables de Högström à Amboise (Indre-et-Loire) » (Bailloud, 1956, p. 108) et, dans un autre ouvrage : « Amboise (habitat du plateau des Chatelliers) : Céramique abondante : écuelles hémisphériques et carénées, marmites sphériques à col cylindrique, vases-supports décorés dans le style de Chassey. Statuette féminine acéphale en terre cuite. Anses peu nombreuses, rares cordons multiforés. Quelques boutons au repoussé et quelques cannelures. » (Bailloud, 1964, p. 111).

30On retiendra ici la présence de cannelures et de cordons multiforés, vus à l’époque par G. Bailloud et actuellement absents du corpus. Qu’il y ait eu des cordons ou barrettes multiforées dans ce corpus ne serait pas inattendu ; il en existe deux exemplaires dans le Chasséen ancien de Muides. Il a été également trouvé à Ligueil une anse multiforée et multitubulée incorporée à un ruban décoré de cannelures. Jusqu’à présent, il s’agit du seul décor cannelé connu en région Centre. Il aurait été intéressant de pouvoir le comparer à ceux du style morbihannais du Castellic.

31Enfin C. Burnez, qui a également pu voir cette céramique, signale une « assiette décorée dans le style chasséen classique » (Riquet, Burnez, 1956). Or, dans les tessons actuels, tous les décors incisés se rapportent à des coupes à socle. On peut alors mettre à l’actif des disparus, le type assiette décorée.

Fig. 8. Amboise - les Châteliers : vases-support.
N
os 40 à 54 : quadrangulaires décorés ; nos 51 à 55 : circulaires, grossiers, non décorés.

Analyse

Amboise dans le Chasséen

32Pour la céramique attribuable au Chasséen, l’utilisation systématique d’une argile très fine (mica sans doute déjà contenu dans les argiles naturelles), le polissage intégral des surfaces et la finesse des parois caractérisent cet ensemble, toutes catégories de vases confondues.

33Les caractéristiques de la série sont les suivantes : cols en bandeau sur grands récipients, anse multitubulée, préhension tubulaire intrapariétale, jattes carénées profondes ou plates, épaulement par ajout de fin cordon, coupes à socle quadrangulaire, à décors de triangles et trapèzes hachurés. Par contre, certains éléments en sont absents, tels que décors cannelés, cordons multiforés et assiette décorée.

34Les premières observations sur cette série montrent de réelles affinités avec le Chasséen ancien méridional. Les seuls éléments exogènes sont les coupes à socle quadrangulaires, bien représentées en Île-de-France et région Centre par ailleurs. Cependant on retrouvera l’intégralité du corpus d’Amboise à Chassey.

Le Chasséen d’Amboise et ses antécédents dans la région

35Ni les formes, ni la technologie ne se rapprochent de celles du Chambon, censé occuper antérieurement cette aire géographique. Les premières influences du Chasséen sont uniquement perceptibles dans l’étape finale de l’occupation de Muides-sur-Loire (épi-Chambon ou post-Chambon) décelée depuis peu (Irribarria, Creusillet, 1998).

36Sur ce même site, les vestiges d’occupation du Chasséen ancien montrent encore des affinités avec le Chambon (vase caréné à ouverture quadrangulaire). On peut rapprocher cet exemplaire du vase chasséen à ouverture quadrangulaire (et reconnu comme tel depuis peu) découvert dans l’ossuaire d’Eteauville à Lutz-en-Dunois (28).

37Dans l’état actuel des recherches, on constate alors que la zone nucléaire formative du Chambon se situe initialement au sud de la Loire (Vienne, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher) dans un premier temps. Sur la Loire et au nord du fleuve, les implantations Chambon subissent la même évolution que le Cerny, et n’admettent les influences chasséennes qu’au prix d’une intégration progressive, tout en gardant une certaine identité culturelle.

38Le site d’Amboise marque donc un jalon en région Centre dans la remontée du Chasséen affirmé vers le Nord, comme Chassey ou Bercy dans leurs régions respectives, dont les séries possèdent également les vases-supports.

39Compte tenu de ces éléments, le Chasséen le plus ancien en région Centre est représenté, pour le moment, par Amboise et sans doute le camp de La Groutte dans le Cher (Hugoniot, Vannier, 1980) qui en sont les premiers témoins. Mais on peine à croire que les premières influences chasséennes soient dues aux groupes présents à Amboise et la Groutte. Tout porte à croire au contraire que ces deux sites représentent un stade évolutif dont certains caractères anciens du Chasséen, comme le décor gravé, ne sont plus représentés que sur les seules coupes à socle. Mais les termes de passage entre les premiers impacts sur les populations autochtones et l’adoption d’un corpus céramique aux formes et à la technologie particulières du Chasséen manquent encore en région Centre. C’est dans le cadre de cette évolution qu’apparaît d’ailleurs la forme nouvelle de la coupe à socle circulaire et quadrangulaire (cf. addendum en fin de texte où cette question est traitée).

Amboise et le Chasséen de Basse-Auvergne

40C’est vers le nord du Massif Central, qui jouxte le sud de la région Centre, que l’on peut à titre d’hypothèse se tourner pour chercher l’origine du Chasséen. La datation de l’ensemble du quartier de l’Oradou à Clermont-Ferrand a été revue (Daugas et alii, 1998) et occuperait un horizon chronologique pré-Chasséen postérieur à la nécropole de Pontcharraux 2 (Loison, Gisclon, 1991). Ce dernier site serait contemporain du groupe de Saint-Uze dans la moyenne Vallée du Rhône, et de la fin du groupe de Chambon dans la région Centre. La céramique du quartier de l’Oradou, qui par ses formes et ses décors rappelle bien le Chasséen très ancien méridional, est encore éloignée stylistiquement de la céramique d’Amboise. Les différences peuvent s’analyser soit en termes chronologiques (Amboise serait postérieur à l’Oradou) soit en terme de régionalisation de la Basse-Auvergne. Mais la seconde hypothèse ne peut pas être retenue pour deux raisons. Le camp de la Groutte ne se trouve qu’à 120 km au nord de Clermont-Ferrand, et les premiers résultats publiés montrent de réelles affinités avec Amboise : coupes à socle cubique décorées, écuelle carénée profonde, écuelle basse à col éversé (à décor de moustaches en relief). D’autre part si l’étape ancienne de l’Oradou a également été reconnue autour de Clermont-Ferrand sur au moins deux autres sites (la Grande-Borne et le Puy d’Alou au Vernet-Sainte-Marguerite ; Dabat, Dabat, 1969), la même région connaît également des sites (plateau de Corent ; Daugas, 1976) ayant livré des coupes à socle décorées de triangles et bandes hachurées. Les chercheurs du Massif central (Daugas et alii, 1998) considèrent comme probable un recouvrement partiel entre ce type pré-Chasséen et un Néolithique moyen 1 de type Pontcharraud 2. Ils remarquent qu’à quelques nuances près, une situation analogue est perceptible dans la moyenne Vallée du Rhône (Beeching et alii, 1997). Dans la deuxième moitié du ve millénaire, la bande médiane de la France serait occupée d’ouest en est par des groupes à « céramique lisse » : le Chambon, le groupe de Pontcharraud et le Saint-Uze (et plus au nord le Cerny stricto sensu). On peut alors postuler, compte tenu de l’adaptabilité constatée des populations du substrat, qu’au contact des premiers stimuli du pré-Chasséen de type « Oradou », le Chasséen de type Amboise, la Groutte, Chassey que l’on peut élargir sans doute à Bercy, va se former sur toute l’aire occupée auparavant par les groupes à « céramique lisse ».

41À l’appui de cette hypothèse nous suggérons que le thème du décor à motif en soleil connu à l’Oradou existe, avec d’autres techniques d’exécution, sur un des vases du site éponyme de Chambon (Berthouin, Villes, 1980) et d’une façon moins marquée sur le vase de Lublé (ibidem) où il est également encadré, et enfin sur de nombreux plats à pain du groupe de Chambon. Ce thème existe également dans le Cerny. Le décor en soleil, à forte valeur symbolique, n’est cependant pas un thème récurrent de la céramique du Néolithique. Même si l’on ne peut pas encore mesurer la « durée de vie » d’un tel symbole, force est de constater qu’il n’existe ni dans un Néolithique plus ancien, ni dans le Chasséen affirmé, au moins sous cette forme.

La notion de Chasséen « ancien »

42Si l’on évoque ici une origine méridionale, il convient d’éviter l’amalgame avec les critères qui définissent le Chasséen ancien méridional (Binder, 1990) : décor géométrique rayé-quadrillé, prises multiforées, formes basses à carène. Le Chasséen ancien d’Amboise n’est en ce sens pas si ancien (au sens où l’on parle pour le Néolithique le plus ancien du Bassin parisien d’un Rubané récent).

43Il a été commode, dans l’histoire de la recherche du Bassin Parisien, d’établir une bipartition du Néolithique moyen entre un Néolithique moyen I (NM1) représenté par le Cerny et le Chambon, puis le Rössen, et un Néolithique moyen II (NM2) représenté par le Chasséen septentrional et le Michelsberg. Cette césure pose à la longue, des problèmes d’interprétation des filiations d’une culture à l’autre, et ne tient pas compte de la disparité géographique d’un ensemble aussi vaste que le Bassin parisien.

44Le problème de la transition du NM1 au NM2 se pose après la découverte de Bercy (Dubouloz, Lanchon, 1997, p. 240), et de la possibilité d’une contemporanéité entre le Rössen récent, et une manifestation « ancienne » du Chasséen. Le site de Bercy supplantait en terme d’ancienneté le site de Jonquières, dans le Chasséen « septentrional ». Le Chasséen méridional lui-même n’échappe pas à des tentatives de périodisation interne, où l’apparition des coupes à socles est considérée comme « récente ».

45L’opposition entre deux systèmes chronologiques pour la même culture (voire plus dans le Midi) n’est plus concevable aujourd’hui, surtout pour les chercheurs qui travaillent sur la bande médiane de la France. Compte tenu de l’ancienneté de l’apparition du Chasséen dans le Midi et le Massif central, nous devons nous attendre à ce qu’un jour prochain, un Chasséen du type « Oradou » soit découvert en Bourgogne ou en région Centre. Devrons-nous alors parler de « pré-Chasséen septentrional », la place du Chasséen « ancien » étant déjà occupée ?

46Dans les conclusions du colloque Identité du Chasséen, les organisateurs (Beeching et alii, 1991) font le point sur cette question, tout en constatant la disparité des diverses propositions des auteurs selon les régions. En 1991, dans un souci d’harmonisation (les termes « méridional » et « septentrional » ont été évités), on postule que l’horizon ancien sous influence méridionale (seul vrai Chasséen) est encore sensible en Bourgogne et édulcoré dans l’ouest et au nord de la Loire. Il s’oppose au Chasséen « classique » ou récent, atomisé en groupes régionaux à histoires indépendantes. Cette grande bipartition, qui semble fédératrice pour rendre compte d’un phénomène national, n’est cependant pas opérante dès que l’on tente d’observer des phénomènes interculturels dans une région donnée. Une chronologie fine en région Centre reste donc à construire. Elle doit tenter de s’adapter à la fois aux terminologies méridionales et septentrionales en évitant les pièges du vocabulaire, et notamment la notion d’« ancien » qui n’a pas partout la même signification.

Le Chasséen de la région Centre

47Si le « pré-Chasséen » de l’Oradou exprime par son ancienneté et sa situation géographique un point de départ possible de la diffusion vers les plaines du bassin moyen de la Loire, un hiatus chronologique existe encore entre celui-ci et le Chasséen d’Amboise. Dans les départements de l’Indre, du Cher et au sud de l’Indre-et-Loire, la recherche néolithique n’est pas très avancée. On peut cependant postuler que la présence des gisements de silex blond, spécifiques à la Vallée du Cher, a dû être attractive pour des populations chasséennes.

48Les autres séries chasséennes plus tardives de la région Centre, comme le Fort-Harrouard, Saumeray (Agogué, Hamon, 1998) et Auneau (Verjux et alii, 1992) en Eure-et-Loir, si elles ont adopté certaines formes, montrent néanmoins une perte de qualité, notamment sur les finitions de surface. Par un ensemble de caractères, incluant l’industrie lithique, elles forment un faciès du Chasséen septentrional propre à la région Centre. Son territoire se trouvera morcelé par les effets de la régionalisation dus au carrefour d’influences multiples dont le site de Bruère-Allichamps (Rialland, 1991) rend bien compte.

Conclusion

49Les conditions de réalisation des fouilles effectuées sur une surface restreinte ont empêché de comprendre la mise en place du niveau archéologique et la place qu’occupe ce locus dans un dispositif général de barrage de l’éperon des Châtelliers. L’identification de plusieurs occupations a rendu nécessaire un tri dans la série exhumée, qu’il était possible de réaliser sur la céramique, mais plus difficile sur les objets lithiques et l’industrie osseuse.

50L’examen du matériel céramique après recollages et identification des individus fournit un corpus de 84 vases dont 16 coupes à socle. Les caractères recensés (formes, traitements des surfaces, décors) renvoient à la fois vers un Chasséen ancien d’affinité méridionale, mais également au Chasséen ancien de Chassey. La présence de coupes à socles, notamment quadrangulaires, montre que cet assemblage peut rapprocher Amboise d’autres sites septentrionaux déjà connus.

51La comparaison du corpus avec celui du groupe de Chambon qui occupait auparavant cette aire géographique n’aboutit à aucun résultat. Comme les premiers termes de passage du Chambon vers le Chasséen ont été décelés à Muides-sur-Loire, on en déduit qu’Amboise représente la fin d’un processus d’intégration et que les termes intermédiaires de ce processus manquent encore en région Centre.

52Les premières manifestations du Chasséen sont alors recherchées dans la région limitrophe, la Basse Auvergne, où elles ont été décelées et considérées comme partiellement contemporaines du groupe à céramique lisse régional. De là, l’écart entre ces premières manifestations et le Chasséen d’Amboise s’explique en terme d’évolution chronologique et d’intégration des groupes autochtones de la nouvelle sphère d’influence. Les problèmes de vocabulaire pour désigner ces différents stades apparaissent puisqu’une disparité réelle subsiste quant au contenu de la notion de Chasséen ancien selon les régions. Il semble qu’en région Centre, la fin de la période d’intégration soit suivie de la constitution d’une nouvelle entité spécifique aux départements du nord de la région, alors que son sud-ouest connaît d’autres types d’influences bourguignonnes.

Addendum

Apparition des coupes à socles quadrangulaires

53La coupe à socle quadrangulaire (ou cubique selon les auteurs) apparaît en Loire moyenne dans le Chasséen « le plus ancien » de type Amboise/La Groutte. Il est postérieur aux groupes à céramique lisse qui possèdent tous des vases à ouverture quadrangulaire, et notamment le type écuelle à carène basse et fond en calotte. Ces vases à ouverture spécifique, partie intégrante de la vaisselle du quotidien, sont en général assez fortement investis symboliquement quand ils participent au rituel funéraire du Chambon et du Cerny. Or, c’est la coupe à socle qui remplit ce rôle dans le « Chasséen septentrional ». Nous suggérons, à titre d’hypothèse, qu’il pourrait exister un lien de filiation typologique entre ces deux types de récipients, autant par une proximité de forme que de fonction symbolique : encore faut-il retourner, ouverture vers le bas, notre prototype d’écuelle à carène basse, ce qui demande de bousculer nos schémas mentaux de figuration traditionnelle de la céramique. Un des vases zoomorphes de Muides (en forme de tortue) est un bol ovalaire à préhensions multiples qui ne peut se « lire » comme tel que s’il est retourné. Or, c’est exactement ce à quoi nous invitent C. Boujot et S. Cassen (Boujot, Cassen, 1998) quand ils examinent la signification du décor du vase de Lannec-er-Gadouer en Erdeven, dont le « fond externe » est décoré. Ils établissent également le rapport avec des écuelles basses à bords droits et fond convexe décoré trouvées dans des coffres funéraires. La comparaison avec le Sud-Bretagne n’est d’ailleurs pas anodine puisque ces mêmes auteurs proposent une périodisation du Castellic en opposant une étape ancienne illustrée par la technique décorative dite « au repoussé », associée aux tertres à coffres, et une étape récente où se développent les coupes à socles identifiées dans les tombes à couloir. Le vase « couvercle » d’Erdeven précède l’apparition des coupes à socles. Les auteurs soulignent également les similitudes de formes de ce vase avec des productions italiennes dont un exemplaire présente une cupule centrale.

54Pour revenir à Amboise, on notera que la forme curieuse de plusieurs coupes à socle circulaires et basses (fig. 8, nos 51 à 53) ne trouve pas de parallèle dans un contexte classique du Chasséen septentrional, mais la signification de ces vases se trouve éclairée par ces comparaisons extra régionales.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Agogué O., Hamon T., 1998, « Foyers, lieux de passage et habitats au Chasséen : l’exemple de Saumeray ‘le Bas-des-Touches’, Eure-et-Loir (France) », in : Organisation néolithique de l’espace en Europe du Nord-Ouest, Actes du XXIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Bruxelles, 24-26 oct. 1997, p. 71-90.

Bailloud G., 1956, « Le mobilier néolithique de la grotte de Nermont à Saint-Moré (Yonne) », R.A.E., t. VII, fasc 2, Dijon, p. 97-113.

Bailloud G., 1964, Le Néolithique dans le Bassin parisien, Paris, Éd. du CNRS (2ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Bailloud G., Cordier G., Gruet M., Poulain T., 1987, « Le Néolithique ancien et moyen de la vallée de la Brisse (Loir-et-Cher) », R.A.C., t. 26, fasc. 2, p. 117-163

Beeching A., Binder D., Blanchet J.-C., Constantin C., Dubouloz J., Martinez R., Mordant D., Thevenot J.-P., Vaquer J., 1991, « Conclusion », in : Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. APRAIF, p. 423-428 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Beeching A., Nicod P.-Y., Thiercelin F., Voruz J.-L., 1997, « La Vallée du Rhône de 4700 à 4100 avant J.-C. : repères chronoculturels », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 575-592 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Bellancourt G., 1985, « Le site de la Butte aux pierres en Brière (Loire-Atlantique) », Suppl. aux Études Préhist. Hist. du Pays de Loire, 7, p. 1-54.

Berthouin F., Villes A., 1980, « À propos d’un vase provenant de Chambon : nouveaux éléments sur le ‘groupe de Chambon’ », Bull. des Amis du Grand-Pressigny, no 31-1980, p. 21-29.

Binder D., 1990, « Données nouvelles sur le Néolithique à céramique imprimée dans l’aire liguro-provençale », in : Cahen D., Otte M. dir., Rubané et Cardial, Actes du colloque de Liège, 1988, p. 393-400, 4 fig. (Études et Rech. Archéol. de l’Univ. de Liège, 39).

Boujot C., Cassen S., 1998, « Tertres armoricains et tumulus carnacéens », in : Sépultures d’Occident et genèse des mégalithismes (9000-3500 avant notre ère), Séminaire du Collège de France sous la direction de Jean Guilaine, Paris, Éd. Errance, p. 107-126.

Cordier G., 1995, « Le site chasséen du plateau des Châtelliers à Amboise (Indre-et-Loire) : découverte et fouilles de A. et S. Högström (1954-1957) », R.A.C.F., t. 34, fasc. 2, p. 109-155.

Dabat P., Dabat M., 1969, « Le site archéologique du Puy d’Alou, commune du Vernet-Sainte-Marguerite, Puy-de-Dôme », R.A.C.F., t. VIII, fasc. 2, p. 101-108.

Daugas J.-P., 1976, « Les civilisations néolithiques du Massif central », La Préhistoire Française, Paris, CNRS Éditions, p. 313-325, 5 fig., 1 tab.

Daugas J.-P., Georjon C., Malacher F., Roussot-Larroque J., 1998, « La céramique néolithique du quartier de l’Oradou à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) », in : Le Néolithique du Centre-Ouest de la France, Actes du XXIe colloque interrégional sur le Néolithique, Poitiers, 14-16 oct. 1994, p. 383-394.

Dubouloz J., Lanchon Y., 1997, « Cerny et Rössen en Bassin parisien : une approche par la céramique », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 239-265 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Hugoniot E., Hugoniot J.-Y., Vannier B., 1980, « Le Camp de César, coupe du rempart, commune de La Groutte (Cher) », in : Études sur le Néolithique de la région Centre, Actes du colloque interrégional de Saint-Amand-Montrond (Cher), 28-30 oct. 1977, Ass. des Amis du Musée Saint-Vic, p. 100-113.

Irribarria R., Creusillet M.-F., 1998, « La fin du groupe de Chambon à Muides-sur-Loire (41) », Internéo 2-1998, Journée d’information du 14 nov. 1998, Paris, INTERNÉO, p. 101-111.

Loison G., Gisclon J.-L., 1991, « La nécropole de Pontcharraux 2 dans le cadre de nouvelles approches du peuplement néolithique en Basse-Auvergne », in : Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 1989, p. 399-408 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Rialland Y., 1991, « L’enceinte du Néolithique moyen du Champ de la Grange à Bruère-Allichamps (Cher) », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, 22-23 oct. 1988, Éd. A.R.P.E.P.P., p. 97-108.

Riquet R., Burnez C., 1956, « Les cadres culturels du Néolithique des pays du Centre-Ouest », C.P.F., XV, Poitiers, p. 861-878.

Verjux C., Dubois J.-P., Tresset A., 1992, Des derniers chasseurs aux premiers éleveurs-agriculteurs : 3000 ans d’occupations préhistoriques sur le site du ‘Parc du Château’ à Auneau (Eure-et-Loir), Catalogue d’exposition, CAEL.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Amboise - les Châteliers : formes composées : bouteilles, jarres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 2. Amboise - les Châteliers : nos 8 et 13 : formes composées ; nos 16 et 22 : vases ovoïdes ; nos 80, 57 et 36 : vases à profil en S.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 3. Amboise - les Châteliers : formes ouvertes.Nos 38, 2 et 30 : marmites ; nos 39, 58, 4, 6, 11 et 5 : formes simples, ouvertes et profondes (bols).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12975/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4. Amboise - les Châteliers : formes composées segmentées, profondes, de petites tailles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12975/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 5. Amboise - les Châteliers : formes carénées, segmentées, profondes, de taille moyenne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12975/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 6. Amboise - les Châteliers : formes composées segmentées, ouvertes (sauf no 15), plates, de grande taille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12975/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 7. Amboise - les Châteliers : formes simples plates et anses.Nos 26, 1 et 35 : formes simples plates ; no 67 : forme segmentée : micro-vase ; no 31 : anses de bouteilles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12975/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 8. Amboise - les Châteliers : vases-support.Nos 40 à 54 : quadrangulaires décorés ; nos 51 à 55 : circulaires, grossiers, non décorés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12975/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 382k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search