Version classiqueVersion mobile

Les cimetières mérovingiens de la côte chalonnaise et de la côte mâconnaise

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

3. Caractères généraux des nécropoles et connaissance du peuplement

Caractères généraux des nécropoles et connaissance du peuplement

Texte intégral

LES INSUFFISANCES DE LA DOCUMENTATION

1Le catalogue de la première partie regroupe plus de 300 sites répartis sur 152 communes ; on pourrait donc croire, si l'on s'en tient à ces nombres, que la documentation est abondante. En réalité, il est facile de se rendre compte, à la lecture de cet inventaire, des limites qu'imposent les matériaux à notre disposition : il s'agit dans la plupart des cas de découvertes isolées n'ayant pas donné lieu à des observations précises ; le plus souvent, aucun mobilier ne permet de déterminer l'époque d'inhumation et c'est une grave erreur d'affirmer systématiquement, comme cela a généralement été le cas dans le passé, que les tombes sous dalles représentent des inhumations "barbares" ou a fortiori, "burgondes".

  • 236 DELEAGE A., "Les étapes de l'habitat en pays de Tournus", Annales d'Histoire Economique et Sociale (...)
  • 237 S.I.S.A.C., "Fouilles d'Aynard", A.A. Mâcon, t. XL, 1950-1951, p. 15-23. Les auteurs de la fouille (...)
  • 238 Fouilles de G. Monthel et F. Cognot : une monnaie de Charles IV, datée aux alentours de 1326, acco (...)
  • 239 Le cas de Saint-Amour, où, rappelons-le, ont été découvertes des tombes trapézoïdales, soit totale (...)

2Dès 1931 pourtant, A. Deléage pensait que ce type de sépulture représentait une "tradition continue de tout l'avant-dernier millénaire"236, remarque qui aurait du inciter à la prudence. Il est vrai que son auteur ne l'appuie sur aucun argument objectif et qu'elle peut apparaître de ce fait comme purement gratuite. Notre domaine d'étude fournit, à ce point de vue, des cas dignes d'attention. Tout d'abord, on trouve des sépultures sous dalles orientées pieds à l'Est, pendant tout le Haut Moyen Age et même au-delà : à Bonnay (Aynard), des tombes de ce type ont été datées par leur mobilier du IXème et du Xème siècle237 ; à Saint-Désert (Montbogre), des tombes sous dalles ont fourni un mobilier très échelonné dans le temps, de l'époque mérovingienne au XIVème siècle238. Inversement, certaines de ces tombes pourraient être antérieures à l'époque qui nous intéresse : rappelons simplement, en l'absence de datation assurée fournie par le mobilier239, le cas de Solutré (Crôt du Charnier), où le dosage du radiocarbone permettrait de situer une des sépultures aux alentours de 400.

  • 240 Avant le Bas Empire, aux premiers siècles de notre ère, l'inhumation n'aurait été pratiquée qu'exc (...)
  • 241 Si l'on n'avait retenu que les tombes ayant fourni un matériel caractéristique, le Maconnais n'aur (...)

3L'hypothèse de Deléage semble donc en partie exacte : le mode d'inhumation en caissons de dalles a dû être pratiqué, au moins dans certains endroits de notre domaine d'étude, depuis le Bas-Empire240 jusqu'au coeur du Moyen Age. Fallait-il pour autant éliminer purement et simplement les nombreuses découvertes de tombes sous dalles sans mobilier ? Nous ne l'avons pas fait, car s'il est évident que toutes ne sont pas mérovingiennes, il est certain qu'une partie plus ou moins importante d'entre elles le sont bien, et nous verrons plus loin que la rareté même du mobilier est un fait significatif, particulièrement dans le Sud de notre domaine241. Il n'en reste pas moins que la majeure partie des découvertes est inutilisable ou utilisable seulement avec prudence.

  • 242 Recherches de J. Ajot dirigées par P. Périn (E.P.H.E.). Nous ignorons, au moment où nous écrivons (...)

4Au total, sur plus de 300 sites, nous n'en avons retenu que 33 sûrs et 21 probables (voir la liste en annexe), soit une proportion de 1/6 seulement. Encore faut-il préciser que ces sites sont connus généralement par des trouvailles fortuites, isolées, au sujet desquelles nous manquons de détails : il en va ainsi de nombreuses découvertes de la fin du XIXème siècle effectuées à l'occasion de travaux de minage dans les vignobles que l'on reconstituait après le phylloxéra. Les fouilles ont été rares et de valeur inégale ; ainsi, J. Martin a exploré plusieurs sites du Tournugeois dont il a eu le mérite de tirer deux publications qui nous apportent des détails précieux ; malheureusement, nous aimerions avoir d'autres renseignements (plan des nécropoles, inventaires tombe par tombe...) qui manquent dans ces publications anciennes (1897 et 1902). Quelques fouilles récentes (Blanot ; Saint-Clément-sur-Guye, par exemple) présentent l'inconvénient de n'avoir porté que sur une petite partie du site ; malgré cela, nous serons amené à y puiser fréquemment des exemples, de même, bien sûr, que dans les résultats de l'exploration de la nécropole de Curtil-sous-Burnand ; en ce qui concerne cette dernière, toutefois, l'ampleur de la tâche et la perspective d'une publication uniquement consacrée à elle 242 nous ont empêché d'y avoir recours d'une manière exhaustive. On voit donc que la nature même de la documentation impose de sérieuses limites à notre propos et justifie la prudence dont nous ferons preuve dans la suite. En outre, une connaissance plus poussée de notre domaine à l'époque mérovingienne doit se fonder sur l'utilisation de sources non seulement archéologiques, mais aussi écrites, toponymiques, linguistiques etc..., que nous n'avons pas pu toujours exploiter suffisamment et auxquelles nous ne recourrons qu'épisodiquement. Malgré cela, nous pensons qu'il pouvait être intéressant de tenter une synthèse, même rapide et incomplète, portant dans un premier temps sur les nécropoles et les coutumes funéraires, puis sur la nature du peuplement.

3.1. NECROPOLES ET COUTUMES FUNERAIRES

3.1.1. SITUATION DES NECROPOLES

5La plupart se trouvent en pleine campagne, à quelques centaines de mètres généralement des villages ou hameaux actuels, qui paraissent dans bien des cas occuper le même emplacement que les habitats du Haut Moyen Age. Une telle situation se retrouve par exemple à Chevagny-sur-Guye, Curtil (Munot), Mancey (Dulphey), Sassangy (Lys), Saint-Clément-sur-Guye ou Remigny (habitat disparu à Collonge).

  • 243 Ces toponymes ont donné lieu à de nombreuses études dont les principales sont citées par FOURNIER (...)
  • 244 Le Paradis de Givry est nommé dans un document de 1299, ce qui confirme l'ancienneté de cette appe (...)
  • 245 Les Magniens désignent les étrangers, en Mâconnais ; Sarrazins et Autrichiens évoquent une invasio (...)
  • 246 Voir en particulier les exemples donnés par SALIN E., La civilisation mérovingienne, 2ème partie, (...)

6Des noms de lieux caractéristiques correspondent assez souvent à ces nécropoles (liste en annexe) : les plus nombreux sont les Martrat, Martoret etc...243, et les Paradis244 ; d'autres noms évoquent les morts (Les Morts, La Mortpierre), les tombes (Les Tombeaux, Les Auges), un combat (Au Guerriau) ou des étrangers (Autrichiens, Sarrasins, Magniens)245. On retrouve de tels noms de lieux dans beaucoup de régions françaises : ils permettent souvent de localiser d'anciens cimetières246.

  • 247 MARTIN J., "Sépultures barbares", p. 327.

7On remarque le passage d'une voie romaine à proximité d'un certain nombre de sites, à Sassangy et peut-être à Saint-Clément-sur-Guye, par exemple (pl. 2), mais le faible nombre de cas assurés interdit toute généralisation. Plus intéressante est l'existence de vieux chemins qui ont pu desservir le cimetière qu'ils longent ; à Curtil, les tombes les plus occidentales ne dépassent pas un chemin Nord-Sud, qui devait donc déjà être utilisé à l'époque mérovingienne (pl. 50) ; à Mancey-Dulphey, de même, J. Martin note que "les sépultures qui le bordent (le chemin) sont disposées suivant son contour actuel"247.

  • 248 SALIN E., o.c. (note 246), p. 13.

8Les conditions topographiques correspondent à ce que nous savons déjà des habitudes de l'époque ; les dépressions sont systématiquement évitées au profit de sites le plus souvent privilégiés par leur élévation, leur exposition ou leur sous-sol (le calcaire qui se "tient" mieux et fournit des dalles pour les caissons a été préféré aux marnes et argiles). La Côte chalonnaise et la Côte mâconnaise, de par la nature des roches et la structure faillée qui multiplient dans le relief les buttes, coteaux et plateaux, offrent de nombreuses possibilités à ce point de vue (pl. 2). Parmi les sites de hauteur, on peut retenir Blanot-le-Mont-Saint-Romain (sommet élevé), les plateaux de Chassey-le-Camp, La Chapelle-sous-Brancion (La Vernoche) et Sassangy-Lys (pl. 2, 3), le modeste éperon de Curtil (pl. 2, 2). Les coteaux ont été beaucoup plus utilisés, souvent à mi-pente, parfois à la faveur d'un replat (Chevagny-sur-Guye, Mancey-Dulphey) ; on a recherché une orientation privilégiée et, contrairement à ce qu'écrit E. Salin248, les versants au levant ont été préférés à ceux au midi. Nombreux exemples d'orientation dominante à l'Est : Bissy-la-Mâconnaise, Chaintré, Chevagny-sur-Guye, Cruzille, Donzy-le-National, Granges, Jugy, Jully-les-Buxy, Mancey-Dulphey, Mellecey, Moroges, Royer, Saint-André-le-Désert, Tournus, Solutré... Un seul cas net face au Sud : Saint-Clément (pl. 2, 1), un au Nord (Chissey-les-Mâcon), quelques-uns à l'Ouest : Cruzille, Le Puley, Saint-Albain et Saint-Martin-d'Auxy (en plus de Sassangy).

  • 249 Hypothèse avancée par Linckenheld, rapportée par SALIN E., o.c., p. 16, et reprise par FAIDER-FEYT (...)
  • 250 Dans certains cas, d'ailleurs, ces vestiges pourraient être ceux de lieux de culte gallo-romains ( (...)

9Comme dans toutes les autres régions du monde mérovingien (on pourrait citer de très nombreux exemples, du Sud-Ouest à la Belgique, à la Suisse et à la Lorraine), on a souvent utilisé les ruines de constructions gallo-romaines pour installer des sépultures : une trentaine de sites sont dans ce cas (liste en annexe). Comment expliquer une telle coutume ? L'hypothèse du réemploi des matériaux gallo-romains nous paraît de peu de valeur dans la région, étant donné la nature du sous-sol et l'abondance de dalles calcaires. Par contre, il est possible que dans certains cas, ces emplacements aient été choisis parce qu'impropres à la culture249 ; une telle explication se heurte cependant à une objection : elle sous-entend en effet une forte densité de population et un manque de terre, ce qui ne semble pas avoir été le cas général, mis à part peut-être quelques terroirs plus défavorisés ou peuplés ; d'ailleurs, si l'on avait vraiment manqué de bonnes terres, aurait-on consacré aux morts des versants bien exposés, au sol léger, facile à cultiver ? Il est vrai que les constructions gallo-romaines se trouvaient souvent en un site privilégié correspondant donc, de ce fait, à ce que recherchaient les populations pour enterrer leurs morts. Il nous semble cependant que, dans beaucoup de cas, ce choix doit avant tout traduire un attachement plus ou moins superstitieux à un passé dont on peut se demander comment, précisément, il était interprété par les populations mérovingiennes, mais dont les vestiges, mystérieux ou non, auraient revêtu une valeur sacrée.250

  • 251 Voir par exemple les cas cités par SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 20-21 et CORDIER G., "Le site a (...)

10Un mobile comparable est sans doute à l'origine des inhumations à proximité d'un menhir (Saint-Clément-sur-Guye, La Chapelle-sous-Brancion et Massy) ou dans un tumulus (Igé). Ce type de localisation, bien que moins répandu que le précédent, n'est pas exceptionnel aux temps mérovingiens.251 On peut en rapprocher également les cas, douteux, de Lugny-Fissy (tombes de la Tène, du Bas Empire et du Haut Moyen Age ?) et de Cortevaix-Mont (incinérations gallo-romaines ?, et tombes sous dalles). Le problème de la continuité entre inhumations du Bas Empire et de l'époque mérovingienne sera évoqué plus loin (voir également la note 239).

  • 252 Nous ne citons que cette nécropole car elle est la seule, parmi celles où se trouve une croix, à d (...)
  • 253 Aucune fouille n'a permis, à notre connaissance, de retrouver avec certitude les vestiges d'une ch (...)
  • 254 Nous ne citons que les nécropoles mérovingiennes certaines ou probables. Autres exemples : Buxy (S (...)

11Nous reviendrons également sur le dernier type de localisation à propos de la christianisation. Contentons-nous de signaler pour le moment que de nombreux sites de nécropoles sont marqués par une croix - c'est le cas par exemple de Curtil252 - ou correspondent à un toponyme qui laisse supposer qu'il a existé une chapelle très tôt à cet endroit253 : Blanot-Mont-Saint-Romain (prieuré mentionné en 927), Fontaines-Saint-Hilaire (ancien prieuré), Givry-Saint-Germain (ancienne chapelle), Lugny-Saint-Martin (ancienne chapelle à Grésigny), Saint-Désert-Saint-Germain, Sassangy-Sainte-Marie254. Ces quelques exemples suffisent à donner une idée du degré de christianisation des campagnes du Chalonnais et du Mâconnais à l'époque mérovingienne, même si l'absence d'observations archéologiques précises interdit de déterminer les rapports entre chapelle et nécropole (antériorité de l'une sur l'autre ?)

  • 255 On peut se demander cependant si certaines nécropoles en pleine campagne n'auraient pas été réutil (...)
  • 256 On sait que, là où elle était pratiquée, l'inhumation habillée disparaît dans le cours du VIIème s (...)

12Bien que quelques-unes parmi ces nécropoles (Saint-Désert par exemple) aient été utilisées jusqu'en plein Moyen Age, la plupart pourraient avoir été abandonnées avant la fin de l'époque mérovingienne255. En effet, les progrès de la christianisation amènent à pratiquer les inhumations autour (et à l'intérieur) des églises qui se multiplient alors au coeur même des villages, et à abandonner les nécropoles en pleine campagne. Le fait que ce nouveau type de pratique se soit prolongé souvent pendant des siècles au même endroit et sans dépôt de mobilier256 facilite pas les observations, et parmi les nombreuses découvertes de sépultures sous dalles dans les villages et villes autour de l'église, seuls quelques cas à peu près sûrs peuvent être retenus pour l'époque qui nous intéresse : Blanot (le Prieuré près de l'église Saint-Martin), Givry (Chapelle Saint-Pierre), Mellecey (église paroissiale Saint-Pierre), Mâcon (Saint-Pierre), Saint-Gengoux-le-National et Tournus (Saint-Valérien).

3.1.2. NOMBRE ET DISPOSITION DES SEPULTURES

13La valeur des observations concernant cette question est singulièrement limitée par la rareté des fouilles étendues. Nos exemples seront en effet souvent empruntés aux seules nécropoles de Curtil et Saint-Clément.

14L'importance des nécropoles est difficile à préciser puisqu'aucune n'a été fouillée entièrement. La mieux connue, celle de Curtil, a fourni plus de 400 tombes, mais pouvait en compter au moins 700 à l'origine (Marcel Lafond estime à plus de 200 le nombre des sépultures détruites lors de la construction de la route de Bonnay et il semble en exister encore à l'Est de cette route). A Saint-Clément, 86 tombes ont été fouillées, mais il est certain que le nombre initial était de plusieurs centaines, et une estimation totale comparable à celle de Curtil nous paraît très possible. Citons encore quelques exemples : 300 à 400 pour Mancey et Plottes (d'après J. Martin), 200 ou plus à Hurigny et Saint-André-le-Désert, un peu moins à Remigny et Saint-Maurice-de-Satonnay, plusieurs centaines à Solutré ; il s'agit là de fouilles anciennes, partielles, donc de renseignements à l'intérêt très relatif ; les estimations de Curtil et Saint-Clément, plus étayées, sont d'ailleurs conformes à ce que l'on peut savoir de l'importance de nombreuses nécropoles de même époque dans d'autres régions du monde mérovingien.

  • 257 D'autres cas, plus douteux ou imprécis (absence de plan) : Charrecey, Farges-les-Mâcon, Mancey (17 (...)
  • 258 Sur ce point, voir surtout : YOUNG B., "Paganisme, christianisation et rites funéraires mérovingie (...)

15La disposition en rangées se rencontre de façon assez nette à Curtil et, surtout, à Saint-Clément257, bien que, même pour ce dernier site, l'alignement des tombes soit assez grossier (pl. 50-52). Par contre, la nécropole de Sassangy-Lys paraît offrir un plan tout à fait différent, avec des groupes de quelques tombes très rapprochées, séparés les uns des autres par plusieurs mètres : ce schéma évoque fortement des groupements familiaux, que confirment d'ailleurs les sexes et les âges des inhumés. Le fait que ce cimetière ait pu se trouver près d'une chapelle n'est peut-être pas étranger à cette disposition. Ajoutons qu'à Curtil, les fouilleurs pensent avoir retrouvé les traces de sortes de chemins à l'intérieur du cimetière et que l'alignement des tombes ne paraît pas se dérégler avec le temps dans le courant du VIIème siècle, comme cela a été constaté ailleurs258.

  • 259 Dans nos indications d'orientation, nous allons de la tête aux pieds ; O-E signifie tête à l'Ouest (...)
  • 260 SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 194.

16L'orientation des tombes n'est pas toujours indiquée de manière précise dans le cas des fouilles anciennes. On remarque facilement, toutefois, la fréquence de l'orientation Ouest-Est259 "au Levant". Lorsque l'on dispose de renseignements plus détaillés, on se rend compte qu'il y a très souvent un décalage par rapport à cette direction, généralement vers le Sud-Est (Saint-Clément, Blanot, Saint-Denis-de-Vaux, Viré, Uchizy, Bissy-sur-Fley, Clessé), beaucoup plus rarement vers le Nord-Est (Curtil, Donzy-le-National). La fréquence de cette orientation à l'Est-Sud-Est a été invoquée comme preuve d'une mortalité accrue en hiver, les fossoyeurs creusant les sépultures au lever du soleil260. Cette explication séduisante, car elle correspond sans aucun doute à une réalité, se heurte cependant à une objection majeure : comment expliquer que toutes les tombes d'un même cimetière soient dirigées vers l'Est-Sud-Est (avec des variantes d'ailleurs) et jamais vers l'Est-Nord-Est (cas de Saint-Clément) ? Il est impossible que tous les décès se soient produits en automne et en hiver ! Une autre hypothèse peut être avancée : la présence d'un relief retardant l'apparition du soleil par rapport à son lever réel au-dessus de l'horizon ; cette explication qui nous paraît valable pour Saint-Clément peut s'appliquer à de nombreux autres sites dans cette région accidentée de collines.

  • 261 Si l'on avait voulu placer les pieds à l'Est, ils se seraient trouvés nettement plus haut que la t (...)

17Le relief joue aussi un rôle dans l'explication des variations d'orientation des tombes d'une zone à l'autre d'une nécropole. Curtil illustre assez bien ce fait (pl. 50) : à l'Ouest et au Nord, là où la pente est assez forte, l'axe des tombes correspond aux courbes de niveau, ce qui explique que certaines soient Sud-Nord261, alors qu'à l'Est, elles peuvent suivre la ligne de plus grande pente (versant faiblement incliné face au Levant).

  • 262 Il faut être prudent car il s'agit uniquement d'observations anciennes manquant de précision. On r (...)
  • 263 JEANTON G., "L'orientation des sépultures barbares en Mâconnais et en Chalonnais", Les invasions b (...)
  • 264 Nous n'entrerons pas dans les détails sur ce point. L'explication de WERNER J., "Zur Entstehung de (...)
  • 265 YOUNG B., o.c., p. 23. Deux tombes de Curtil, 160 et 263, ont ainsi une orientation complètement d (...)

18Certaines nécropoles paraissent262 avoir compté quelques cas particuliers : des tombes Nord-Sud (ou quelquefois Sud-Nord ; les indications ne sont pas toujours claires) à côté des tombes Ouest-Est : Lugny-Fissy, Bray, La Chapelle-sous-Brancion, Chenôves, Igé, Mâcon-Flacé, Péronne, Saint-Gengoux-de-Scissé, Saint-Martin-sous-Montaigu, Sologny et Solutré. G. Jeanton a cru trouver une explication ethnique et religieuse à ce fait : les chrétiens seraient inhumés "face" à l'Est et les Romains ou Méditerranéens encore païens "face" au Sud, leur lieu d'origine263. Il est évident qu'une telle hypothèse ne tient pas. En réalité, on pourrait avoir affaire à des sépultures du Bas Empire, puisque l'on sait qu'à cette époque, ce type d'orientation était plus courant, l'orientation Ouest-Est ne se systématisant brusquement qu'à partir du VIème siècle264. Malgré l'insuffisance des précisions, certains détails pourraient d'ailleurs aller dans le sens d'une datation précoce : caissons de tegulae à Mâçon et Saint-Gengoux, mobilier inhabituel dans la région (un vase en verre, un en terre) à la Chapelle-sous-Brancion, datation au radiocarbone à Solutré. N'oublions pas, enfin, comme le rappelle opportunément B. Young265, que des orientations exceptionnelles peuvent refléter des particularismes sociaux ou autres.

  • 265 bis Un exemple de même nature à Colombier (Isère), où "une des sépultures contenait trois squelettes p (...)

19Nous avons vu plus haut que des groupements familiaux avaient sans doute été pratiqués à Sassangy. Il semble en avoir été de même (sous d'autres formes) dans beaucoup d'autres sites. A Curtil, par exemple, la disposition de certaines sépultures voisines, alignées les unes sur les autres, pourrait s'expliquer ainsi ; par ailleurs, la présence dans quatre tombes très proches des quatre plaques-boucles de type aquitain ou dérivé est un fait remarquable lié soit à une origine extérieure du groupe humain inhumé, soit à une activité commune (commerciale, militaire ?) de ce groupe, qui l'aurait mis en contact privilégié avec les régions occidentales dont sont originaires les garnitures de ceinture (pl. 50). A Saint-Clément remarquons enfin que les crânes de deux sujets inhumés dans une même zone de la nécropole étaient les seuls à présenter un caractère génétique original (le méplat obéliaque), qui en fait très certainement des proches parrents265 bis. Ce type de rapprochement n'a, il faut bien le dire, rien de surprenant. Ajoutons enfin que l'âge et le sexe ne semblent pas intervenir pour l'emplacement de la tombe, du moins à Saint-Clément, car à Curtil il y aurait peut-être des groupements d'inhumations féminines et les enfants de moins de six ans seraient absents de la zone fouillée (si l'on en croit M. Lafond ; en fait, il semble y avoir eu quelques corps d'enfants en très bas âge).

20A Curtil également, J. Ajot a remarqué que la profondeur des tombes variait, depuis les sarcophages dont certains sont simplement posés sur le sol mérovingien, jusqu'aux sépultures sans entourage (les plus profondes), en passant par les caissons de murettes et de dalles. Nous reviendrons plus loin sur ce point. Retenons pour le moment que malgré ces différences de profondeur, les superpositions sont rares : trois cas seulement à Curtil, deux ou trois à Mancey, un à Viré ; ceci s'explique par deux raisons : le fait que la plupart des tombes étaient marquées en surface, et la place qui ne manquait pas, dans les cimetières en pleine campagne du moins.

3.1.3. NATURE DES SEPULTURES

21Les marques de surface en pierre (pl. 54) se rencontrent fréquemment (malgré l'épierrement qui en a fait disparaître) ; encore faut-il supposer que, dans un certain nombre de cas, ont dû exister d'autres repères en matière périssable (bois en particulier). On peut observer que les marques des sépultures en pleine terre de Curtil (pl. 54, 1) sont différentes de la plupart des marques des tombes sous dalles (une ressemblance à Sassangy, pl. 54, 2). Chez ces dernières, on trouve surtout une dalle de chant, peu proéminente (les tombes étaient donc à peine recouvertes de terre) à la tête ou au pied, exceptionnellement aux deux à la fois (pl. 54,5). Ce type se rencontre fréquemment, non seulement à Saint-Clément et à Curtil, mais aussi à Hurigny, Remigny, Saint-Denis-de-Vaux, Sassangy, Tournus, Viré. Les autres types (pl. 54, 2, 3 et 4) sont beaucoup plus rares.

  • 266 Dans ce dernier site, les inhumations "en pleine terre" auraient été les plus nombreuses, à en cro (...)
  • 267 "Nous avons aussi rencontré deux et trois sépultures superposées, celles de dessous toujours en pl (...)

22Les tombes sans entourage semblent relativement peu répandues, sauf à Curtil (tombes dites "creusées" du journal de fouille) et à Mancey266 ; on en trouve également à Sassangy et Etrigny (Balleure). Leur plan rectangulaire, avec angles arrondis (pl. 55, 1) paraît caractéristique. Dans ces fosses était parfois placé un cercueil (?), comme le suggèrent deux découvertes de traces de bois à Curtil. En ce qui concerne leur datation, elle semble plutôt précoce, antérieure en général à celle des caissons de dalles et des sarcophages ; dans trois cimetières, en effet, on a signalé des cas de tombes sous dalles superposées à des tombes sans entourage : Curtil (deux cas), Viré (un cas) et Mancey (deux ou trois ?)267 ; les tombes très précoces (milieu Vème) d'Etrigny étaient également "en pleine terre". Il faudrait éviter toutefois de généraliser : les tombes de Sassangy que nous avons fouillées étaient certainement du VIIème siècle ; il nous semble que la nature du sol joue un rôle essentiel : à Sassangy le sol "se tient" assez bien et le calcaire local ne fournit pas une matière première de grande qualité ; à Curtil et Mancey, de même, les tombes sans entourage correspondent à des terrains assez compacts.

  • 268 Voir nos remarques ci-dessus (Introduction de la 3ème partie). Voir aussi, par exemple : GAGNIERE (...)
  • 269 Id., ibid.

23Pratiquement tous les sites ont fourni des tombes en caissons de dalles (les tuiles ne paraissent plus employées : les cas ou elles ont été signalées sont douteux et pourraient remonter au Bas Empire, sauf peut-être Saint-Symphorien-d'Ancelles). Ce type est très répandu dans tout l'Est et le Sud-Est de la France (là du moins où le sous-sol fournit les matériaux voulus) et son usage se prolonge bien au-delà de l'époque mérovingienne, en plein Moyen Age268. Dans l'état actuel de nos connaissances, il n'est pas possible d'établir une typologie à valeur chronologique, comme a pu le faire S. Gagnière pour la basse vallée du Rhône269 ; cela ne sera envisageable que lorsque les observations précises seront plus nombreuses. Les quelques remarques suivantes peuvent être cependant avancées :

24A Curtil, il se pourrait que les caissons en dalles de chant soient plutôt antérieurs à ceux dont les rives sont formées de murettes (profondeur relative, chronologie spatiale). Les deux types en tout cas remplaceraient peu à peu les tombes sans entourage à partir de la fin du VIème siècle. A Saint-Clément, où du reste très peu de tombes datées du VIème siècle ont été fouillées, il n'est pas possible d'arriver aux mêmes conclusions ; il se pourrait, au contraire, que les deux types (dalles piquées et murettes) soient contemporains, si l'on en juge par la répartition spatiale de l'un et de l'autre : ne faut-il pas supposer que le mode de construction dépendait de facteurs tels que les matériaux disponibles sur le moment, ou la technique différente de l'un ou de l'autre fossoyeur, ou encore de la richesse ou des habitudes de la famille du défunt ? Ajoutons d'ailleurs que si les murettes sont plus répandues à Saint-Clément comme à Curtil, on rencontre souvent des caissons "mixtes", associant les deux techniques.

  • 270 Ce type de forme se retrouve en plein Moyen Age ; dans les exemples que nous avons sous les yeux, (...)
  • 271 Cette observation, fondée essentiellement sur Curtil et Saint-Clément, paraît avoir une valeur gén (...)

25Il est remarquable de constater que, comme pour les tombes sans entourage, il existe un rapport entre la forme et le type de construction. Le plan des tombes en murettes est presque toujours trapézoïdal (plus étroit aux pieds qu'à la tête) avec rives s'évasant au niveau des épaules ou du bassin (pl. 55, 5 et 6)270 ; cette disposition est par contre très rare quand on a affaire à des caissons de dalles dressées (pl. 55, 7), peut-être parce que les matériaux, surtout lorsqu'il s'agit de grandes dalles, s'y prêtent mal ; le plan est alors plus simple, rectangulaire ou trapézoïdal (pl. 55, 2 et 4)271.

26Les caissons sont presque toujours recouverts de dalles, parfois très grosses, posées à plat (pl. 54) ; quelques exceptions : une voûte en plein cintre faite de pierres posées sur chant au-dessus d'une tombe de Mancey ; des voûtes à Saint-Désert (Clos Saint-Pierre) et Sassangy (sorte de caveau ?) ; une couverture de dalles "en dos de tortue", jointoyées à l'argile, à Solutré. Quelquefois, seul le haut du corps (tête et parfois épaules) est protégé par un caisson sommaire : quelques cas à Mancey, Granges, Sennecey-le-Grand, Solutré et Vergisson.

  • 272 A Remigny, le fouilleur note cependant que le fond remonte au niveau des pieds, lesquels sont légè (...)

27Le fond est souvent légèrement incliné de la tête aux pieds272 et parfois soigneusement dallé (pl. 55, 2 et 5) : cet aménagement correspond quelquefois aux seules tombes situées en bas d'une pente, en terrains alluviaux meubles (Farges-les-Mâcon), mais pas toujours (à Saint-Clément il n'y a pas de différence de substratum entre tombes à fond dallé ou non). La tête du sujet repose dans certains cas sur une petite dalle, parfois inclinée, constituant une sorte d'oreiller funéraire (pl. 55, 6) ; quelques tombes de Saint-Clément et de Curtil ont une forme "en fond de bateau", les dalles de fond s'inclinant sous la tête pour la surélever (pl. 55, 5).

  • 273 On comprendrait parfaitement qu'en de pareilles occasions on ait réutilisé un cimetière dont on av (...)

28Quelques cas particuliers pour en terminer avec les caissons : le mortier paraît d'un usage exceptionnel et très limité (certains joints, les angles) dans quelques sites (Saint-Clément, Tournugeois, Blanot). De grandes sépultures doubles, sortes de bisomes sont signalées de ci de là : Curtil, Saint-Clément (pl. 55, 3) et Mancey en ont fourni une chacun, seulement. Enfin, des dispositions originales ont été notées à La Chapelle-sous-Brancion et Tournus (Beauregard) : une sorte de couloir (Tournus) ou de "canal" (100 m de long à La Chapelle) contenant de nombreux corps les uns à côté des autres, avec (Tournus) ou sans séparation. En l'absence de tout mobilier, il est difficile de dater ces inhumations ; nous avancerons l'hypothèse de victimes d'épidémie, peut-être postérieures à l'époque mérovingienne273.

  • 274 Cette forme représente, comme le fait remarquer FOURNIER G., Les Mérovingiens, 3ème édition, Paris (...)
  • 275 Voir par exemple le Vexin français ou la presque totalité des inhumations est en sarcophages : SIR (...)
  • 276 Voir la carte (pl. 1). Ce sont : Saint-Boil et La Roche Vineuse (calcaire), Saint-Emiland et peut- (...)
  • 277 L'absence de mobilier constatée généralement dans les sarcophages ne va pas à l'encontre de cela ; (...)
  • 278 Fait qui n'est certainement pas un indice de pauvreté, mais plutôt une preuve de romanisation et, (...)

29Les sarcophages monolithes trouvés en place et qui datent avec certitude de l'époque mérovingienne sont rares : 9 à Curtil et 1 à Chagny. Nous nous refusons à attribuer automatiquement à l'époque mérovingienne un sarcophage simplement parce qu'il est de plan trapézoïdal : cette forme, à l'image de celle des caissons de pierre, apparaît bien avec l'époque mérovingienne, mais se prolonge durant tout le Haut Moyen Age et au-delà274. Beaucoup de sarcophages dont on ignore le contexte de découverte ne doivent pas être retenus (nous les avons cependant inclus dans l'inventaire des sites, car ils peuvent être mérovingiens). Ce faible nombre peut surprendre, dans une région où les traditions gallo-romaines sont restées très fortes, l'abondance des sarcophages étant généralement considérée comme une preuve de la permanence de ces traditions275. Sur ce point il faut tenir compte de plusieurs faits : les sarcophages sont réutilisables (auges pour le bétail) et plus facilement repérables que les autres modes de sépultures, car moins profondément enterrés (à Curtil par exemple) et très résistants à la charrue ; on comprend que beaucoup aient disparu des nécropoles en pleine campagne. Par ailleurs, ces sarcophages devaient être relativement coûteux à cause de leur fabrication (même si leur aspect était très sobre, sans décor, si l'on excepte toutefois le cas unique de Chagny) et de leur transport depuis les carrières, parmi lesquelles du reste trois nous sont connues276. Les pauvres devaient donc se contenter du sarcophage-caisson fabriqué sur place avec des matériaux locaux, le sarcophage monolithe étant réservé aux plus riches277. on s'explique mieux, dans ces conditions, les groupements de sarcophages dans des zones privilégiées, à l'intérieur de certaines nécropoles (à Curtil, par exemple, en un emplacement plus élevé). Ajoutons encore qu'à Curtil, comme dans beaucoup d'autres sites (hors de notre domaine), les sarcophages s'individualisent par leur contenu : de nombreux corps (de trois à onze... par sarcophage) y ont généralement été déposés278.

3.1.4. NOMBRE ET POSITION DES CORPS DANS LES SEPULTURES

  • 279 A Sassangy, nous n'avons pas rencontré d'inhumations multiples, mais nous n'avons fouillé que huit (...)

30Nous venons de voir que les sarcophages de Curtil contenaient chacun de nombreux corps. Ce fait est d'autant plus remarquable que les autres sépultures de cette nécropole n'en renfermaient qu'un (deux exceptions seulement, sur près de 400 tombes). Le cas de Curtil paraît unique à ce jour dans notre domaine d'étude279. Dans tous les autres sites pour lesquels nous avons des renseignements, on trouve des inhumations multiples (doubles en général) : quelques unes, semble-t-il, à Mancey, Remigny, Farges-les-Mâcon, Hurigny, Marcilly-les-Buxy et Saint-André-le-Désert ; de nombreuses à Saint-Denis-de-Vaux et surtout à Blanot et Saint-Clément (une tombe sur trois pour ces deux derniers sites).

  • 280 SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 185-186 et 213-215.
  • 281 YOUNG B., o.c., p. 29-30 : "il semble que plus la zone est rurale et l'époque reculée, plus les to (...)

31Soit les restes du premier inhumé sont repoussés sur le côté, soit ils sont rassemblés au pied, soit encore le second corps est purement et simplement posé sur le premier. Les rapports des sexes et des âges des inhumés à Saint-Clément évoquent fortement l'idée de parenté : mari et femme, mère et enfant, frères et soeurs pourraient ainsi se trouver réunis dans la mort. Ce fait est à rapprocher de ce que nous disions plus haut (3.1.2.) des groupements de tombes ; pour E. Salin, d'ailleurs, les deux phénomènes (inhumations multiples et groupements de tombes) sont liés et seraient la preuve d'une forte influence gallo-romaine et, surtout le premier, d'inhumations tardives280. B. Young confirme281, mais il est évident que le manque d'espace qu'il allègue pour expliquer ces faits ne peut s'appliquer à un site comme Saint-Clément.

  • 282 Cité par SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 375 (texte no 181).

32La fréquence des inhumations multiples est confirmée par le texte célèbre du concile de Mâcon, tenu en 585 : "Beaucoup de gens ouvrent les tombeaux et y déposent leurs propres défunts sur des corps non encore décomposés. Il est impie d'usurper un lieu sacré consacré aux morts sans la volonté des ayant-droit..."282. Cette condamnation ne doit pas nous faire conclure hâtivement que les habitants de Saint-Clément étaient moins christianisés que ceux de Curtil ; au contraire, nous retiendrons que non seulement elle ne semble pas concerner les proches parents du défunt, mais qu'elle insiste sur l'importance de la famille, importance que nous pouvons ressentir justement dans plusieurs sites, dont celui de Saint-Clément.

  • 283 Ce mode d'inhumation est interprété comme la traduction d'un désir d'expiation, de pénitence (voir (...)
  • 284 Sans compter le fait que le crâne étant la partie du corps la moins profondément enterrée a été la (...)

33En ce qui concerne la position, on constate que les corps sont toujours allongés sur le dos ; les exceptions (face contre terre) sont très rares et constituées par des inhumations ad sanctos sans mobilier caractéristique, donc difficiles à dater : plusieurs cas à l'abbaye de Tournus, un à Chapaize, sous le clocher283. Signalons également le corps jeté sans soin dans la tombe 263 de Curtil (voir ci-dessus la note 265) et les deux de Saint-Amour, dont les jambes étaient "repliées violemment sous les cuisses" (la tombe n'est malheureusement pas datée avec précision ; elle pourrait être antérieure). Ces deux derniers corps avaient de plus été privés de leur crâne (après décharnement). La décapitation rituelle est cependant généralement difficile à prouver, une violation de beaucoup postérieure à l'inhumation ayant pu entraîner la disparition du crâne enlevé, à défaut de mobilier, par quelque vandale284. Un cas toutefois pourrait s'expliquer par une telle pratique : celui de la tombe 23 de Curtil, dont les autres ossements ainsi que le mobilier étaient parfaitement à leur place.

  • 285 SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 216.
  • 286 PERIN P., "Les Ardennes à l'époque mérovingienne", Etudes ardennaises, no 50, 1967, p. 2-46 (p. 15 (...)
  • 287 PERIN P., "Les caractères généraux...", p. 36.

34E. Salin285 émet l'hypothèse que dans certains cimetières au moins, les corps dont les mains sont ramenées sur l'abdomen sont ceux des chrétiens, tandis que les païens seraient inhumés avec les bras étendus le long du corps. La question est reprise par P. Périn à propos des Ardennes286 : la position des bras est étudiée statistiquement en liaison avec celle des jambes et les résultats sont confrontés aux données fournies par le mobilier. L'auteur arrive aux conclusions suivantes : la position "avant-bras le long du corps/jambes écartées" serait la plus ancienne ; son remplacement, dans le courant du VIIème siècle, par la position "avant-bras croisés sur le bassin ou la poitrine/jambes serrées" pourrait bien être dû à l'influence de l'Eglise. La comparaison avec Paris où la deuxième position triomphe très tôt, dans un milieu urbain christianisé plus précocement, vient conforter cette interprétation287.

  • 288 Les exemples cités par YOUNG B., o.c., p. 27-28, inclinent à une certaine prudence. Ajoutons-y cel (...)

35Qu'en est-il dans notre région ? Malgré des observations rares portant sur des séries peu nombreuses ou mal datées, on peut dire que la position "avant-bras croisés sur le bassin/jambes serrées" domine nettement : c'est le cas à Curtil comme à Saint-Clément. Si nous n'avons pu faire de statistiques concernant Curtil, Saint-Clément a fourni les chiffres suivants : sur 27 observations, on a 17 fois cette position et 3 fois seulement l'autre (les 7 cas restants représentent des positions intermédiaires). Il y a, rappelons-le, peu de tombes du VIème siècle bien datées, mais on peut remarquer que la seule dans ce cas dont les ossements étaient suffisamment en place correspond à la position jambes écartées (avec un bras, cependant, sur le bassin) : c'est la tombe 80 (pl. 53) ; les autres corps présentant la même position ("bras allongés/jambes écartées") n'ont pu être situés dans le temps avec précision ; par contre, parmi les 17 autres cas, plusieurs sont bien datés du VIIème siècle. Les quelques découvertes de Saint-Désert (Mont-broge) vont dans le sens d'une "interprétation chrétienne" de la position "avant-bras sur le bassin/jambes serrées", puisque tous les corps la présentaient (inhumations ad sanctos). Il faut cependant rester prudent et se méfier des généralisations hâtives, car notre documentation est vraiment très réduite288. Il serait également intéressant d'étudier le rapport qui existe entre position des jambes et forme de la tombe : logiquement, comme c'est presque toujours le cas à Saint-Clément, les jambes serrées devraient correspondre à un plan trapézoïdal et les jambes écartées à un plan rectangulaire, mais en est-il toujours ainsi ?

3.1.5. PARTICULARITES DU REMPLISSAGE DES SEPULTURES

  • 289 Certains indices donnent à penser que le remplissage est "accidentel" : la finesse de la terre due (...)
  • 290 Pour ce dernier site, le journal de fouille est malheureusement souvent muet sur ce point.

36Il n'est pas toujours facile d'avoir la certitude qu'un caisson était vide de terre à l'origine, car cette dernière a très souvent pénétré par la suite à travers les interstices entre les dalles de couverture. Il faut donc considérer le nombre de cas que nous avons comme un minimum et penser que cette pratique était certainement moins rare qu'il y paraît à la lecture des exemples suivants289 : une tombe à Bissy-la-Mâconnaise, Hurigny (Le Clos), Solutré, Verzé, Viré, quelques unes à Mancey, 10 à Saint-Clément, une vingtaine à Curtil290.

37Un certain nombre de tombes offrent au contraire un remplissage particulier : à Saint-Clément, par exemple, la terre de comblement de 22 caissons incluait quelques (5 maximum) menus tessons de céramique, tandis que, dans 17 autres, des charbons de bois (en faible quantité, une dizaine de morceaux au plus) étaient répartis sur tout le corps ou rasemblés aux pieds ou à la tête ; ajoutons enfin qu’une tombe était remplie de terre particulièrement foncée (présence de cendre fine ?) et que dans 14 cas les tessons et les charbons de bois étaient associés dans une même fosse, ce qui donne une valeur supplémentaire à ces observations et rend totalement invraisemblable l'hypothèse d'une intrusion postérieure fortuite. L'apport rituel nous paraît d'ailleurs confirmé par le fait que les tombes concernées sont souvent groupées et non dispersées dans toute la nécropole (pratique propre à certaines familles ?).

  • 291 Sans qu'il y ait eu de feu dans la tombe (ce feu aurait laissé d'autres traces que les cendres) : (...)
  • 292 Autre exemple d'ammonite dans une tombe, à Ennery : DELORT E., "Le cimetière franc d'Ennery", Gall (...)

38Le même rite se retrouve à Curtil, mais beaucoup moins fréquemment : 26 tombes avec tessons, 2 seulement avec charbons de bois et 1 avec traces de cendre sur le fond291. Autres exemples : Verzé (une tombe avec traces de charbons de bois au pied), Farges-les-Mâcon et Saint-Symphorien-d'Ancelles (menus tessons de poterie), Blanot (terre sombre avec menus fragments de poteries, de briques, de tuiles et de débris charbonneux). A Mancey, le fond de quelques fosses était garni de cendres ou de chaux (chaux qui aurait peut-être été retrouvée anciennement à Bissy-sur-Fley). Au Mont-Saint-Romain, on a trouvé des tessons et des fragments d'enduits peints gallo-romains, tandis qu'à Solutré la présence de silex taillés et de brèche avec ossements de chevaux a pu faire croire autrefois à des inhumations préhistoriques (ces silex et cette brèche viennent des niveaux préhistoriques dans lesquels ont été creusées les fosses et il n'est pas sûr qu'il y ait eu un choix des matériaux destinés à combler les tombes). De nombreuses sépultures de Curtil, enfin, offraient dans leur remplissage des fossiles (ammonites essentiellement) : il faut être très prudent, naturellement, étant donné que ces fossiles se trouvent localement dans le sous-sol. Toutefois, dans un certain nombre de cas, le dépôt rituel ne fait pas de doute : nombre exceptionnel (près de 150 dans une tombe !), grande taille (tombe 23) ou disposition particulière (en cercle...)292. Certaines tombes du même site présentaient également un remplissage comprenant de nombreux blocs de pierre placés sans doute volontairement.

3.1.6. MOBILIER FUNERAIRE

  • 293 C'est ce que montre clairement B. Young dans son travail déjà cité. Il se trouve cependant que dan (...)

39Le fait marquant, déjà évoqué plus haut, est la rareté du mobilier funéraire. Cette rareté, qui peut se transformer en une absence quasi-totale, particulièrement dans le Sud de notre domaine d'étude, est d'une interprétation plus délicate qu'il y paraît : plus que de pauvreté, il s'agit manifestement de la traduction d'une faible influence franque et sans doute, également, d'une implantation déjà forte du christianisme, bien que sur ce point il faille être prudent, l'Eglise ayant, semble-t-il, peu lutté contre la pratique de l'inhumation habillée et du dépôt funéraire293.

  • 294 Les violations ne paraissent pas très nombreuses, en général, sauf sur certains sites comme Bissy- (...)

40Si on laisse de côté la partie Sud, où nous n'avons pas de cimetière mérovingien certain ayant donné lieu à une fouille étendue, et où le mobilier est de toute façon quasiment absent (quelques tombes sur plusieurs centaines à Solutré, mais la datation est imprécise), on arrive à des proportions modestes de tombes à mobilier par rapport au total294 : 1 tombe sur 9 à Plottes, moins d'1/4 (21 sur 86) à Saint-Clément, plus d'1/3 à Blanot (6 sur 15 intactes), Curtil (159 sur 402) et sans doute Tournus-En Julienne (8 sur 20 ?) ; d'autres sites, comme Mancey, Remigny, ou Saint-Denis-de-Vaux, pour lesquels on ne possède pas de statistique, ne devaient pas dépasser ces proportions si l'on en juge par les renseignements que nous ont laissés les fouilleurs.

  • 295 Exemples : à Vouciennes (Marne), 90 tombes sans mobilier sur 286 (LANTIER R., "Le cimetière mérovi (...)
  • 296 Bien qu'on ne connaisse pas le nombre exact de tombes et la répartition du mobilier, il est éviden (...)
  • 297 Un tiers environ de tombes à mobilier à Riaz (SPYCHER H., "Die Ausgrabungen auf der Nationalstrass (...)
  • 298 Voir par exemple les sites de Neuvicq-Montguyon (MAURIN L., "Le cimetière mérovingien de Neuvicq-M (...)

41De tels chiffres sont bien bas par rapport à ce qu'on rencontre fréquemment dans des régions plus septentrionales comme la Champagne ou la Lorraine par exemple295, ou même par rapport à certains sites de la plaine de la Saône296. Par contre, les nécropoles de Suisse occidentale donnent des résultats comparables297, tandis que dans beaucoup de sites d'entre Seine et Loire et, a fortiori, dans tout le Sud du pays, les pourcentages sont, sauf exception, très faibles298. Une telle répartition géographique confirme évidemment le lien entre influence germanique et recours à l'inhumation habillée et au dépôt funéraire. L'examen rapide de l'évolution chronologique permet de préciser ce point.

  • 299 Contrairement à ce que semble affirmer B. Young dans une généralisation hâtive : "Dès le début du (...)
  • 300 Il est facile de constater que les régions occupées très tôt par les Francs ont fourni des tombes (...)

42Il est remarquable de constater que, dès le Bas Empire, l'inhumation habillée et le dépôt funéraire ne se rencontrent presque pas dans notre région299 : le seules découvertes que l'on peut retenir sont celles de Chagny et Givry. Le Verne siècle n'est représenté avec certitude qu'à Etrigny, par une tombe tout à fait exceptionnelle, germanique sans aucun doute (riche mobilier, corps d'un cheval). L'arrivée des Burgondes dans la région (seconde moitié du siècle) n'entraîne aucune modification apparente des habitudes funéraires, et deux tombes à mobilier, seulement, peuvent être situées à la fin du Vème siècle ou au début du VIème siècle (Rully et Mellecey). L'inhumation habillée n'est vraiment pratiquée qu'à partir du deuxième tiers du VIème siècle, inégalement d'ailleurs comme nous l'avons vu, en relation manifeste avec l'occupation franque, à partir de 534 : il est évident que ce sont les Francs et non les Burgondes qui ont introduit cette habitude dans notre région300, habitude qui disparaît progressivement dans le seconde moitié du VIIème siècle, sans doute sous l'influence de l'Eglise. Ajoutons cependant qu'un appauvrissement des populations a pu se produire parallèlement dans le courant de ce siècle : si le mobilier funéraire n'est jamais vraiment abondant et riche, la proportion des tombes à mobilier paraît plus faible au VIIème siècle qu'au VIème et les tombes les mieux "dotées" (voir la tombe 80 de Saint-Clément, pl. 56) sont des tombes de la fin du VIème siècle (Curtil, Saint-Clément).

  • 301 WERNER J., "Bewaffnung und Waffenbeigabe in der Merowingerzeit", Settimane di Studio del Centro it (...)
  • 302 Sur cette question, voir la mise au point de YOUNG B., o.c. , p. 36-57.

43Il n'est pas inutile également d'envisager cette question du mobilier funéraire sous un angle plus qualitatif. Nous distinguerons, à la suite de J. Werner et B. Young301, ce qui est à mettre sur le compte de l'inhumation habillée (accessoires de vêtement, armes) et des dépôts funéraires (céramiques, monnaies). Cette distinction est importante sur le plan des croyances, puisque dans le premier cas on un un bien personnel, alors que le dépôt funéraire représente un don au mort302.

3.1.6.1. Inhumation habillée

La ceinture

44Il en a été longuement question dans la 2ème partie et nous ajouterons simplement quelques compléments. Rappelons d'abord qu'elle est souvent le seul élément dont on retrouve des traces dans les tombes de notre région : encore ne s'agit-il pas toujours de plaques-boucles, mais parfois de simples boucles (voir Saint-Clément, pl. 52). Les accessoires complémentaires (plaques "porte-équipement ") se rencontrent rarement et uniquement à Curtil.

  • 303 JOFFROY R., o.c., p. 42.
  • 304 SIMMER A., o.c., p. 41.
  • 305 Exposition de novembre 1977, à Fribourg. Selon H. Spycher (communication orale, Fribourg, novembre (...)
  • 306 A Bülach en particulier. Voir surtout : VOGT E., "Interprétation und museale Auswertung alamannisc (...)
  • 307 Autres exemples : La Balme et Etrembières (Haute-Savoie) (MOOSBRUGGERLEU R. et SAUTER M.R., "Une t (...)

45Dans la plupart des cas, la ceinture était portée par le mort et se retrouve donc tout naturellement à la taille. Il existe toutefois des cas particuliers qui n'ont d'ailleurs rien d'exceptionnel à l'époque mérovingienne : la ceinture allongée le long du corps (Curtil tombe 79, pl. 53) ou sur celui-ci (Saint-Clément tombe 80, pl. 53), se retrouve par exemple à Lavoye303, Audun-le-Tiche304, Vuippens (Suisse)305 et dans différents sites de la Suisse alémanique306. Parfois, la plaque-boucle a été placée à côté de la tête ou sous elle : Curtil (tombes 69, 72, 108 et 282 ; tombes féminines pour trois au moins), Montbellet et Mancey (avec le reste du mobilier : pl. 57, 13) ; là encore, il s'agit d'un rite connu, particulièrement en Burgondie307, rite que nous retrouvons à propos des aumônières.

L'aumônière

  • 308 Nombreux exemples, là encore, à Ennery (DELORT E., o.c., p. 368 : 19 aumônières sur 23 sont dans c (...)

46Placée sous la tête, comme certaines plaques-boucles, elle peut constituer une sorte d'oreiller mortuaire308 : sur une douzaine de découvertes à peu près certaines (11 à Curtil), une seule (Saint-Clément tombe 80, pl. 53) se présente de cette manière (il est possible cependant que les objets de la tombe de Mancey évoqués ci-dessus aient été contenus dans une aumônière). Les autres sont suspendues à la ceinture et ont donc été trouvées à proximité du bassin ou des fémurs. Les porteurs paraissent être plus fréquemment des hommes que des femmes (trois femmes au moins à Curtil, toutefois).

47Le contenu de ces aumônières est classique ; il correspond à ce qu'on y trouve habituellement (voir pl. 56) : briquet et silex (pl. 56, 3 et 4), couteau (2), monnaie gauloise (9) ou gallo-romaine, fibule gallo-romaine hors d'usage (1), débris de bronze (11 à 16), fiche à bélière (pl. 57, 13 b), perle... L'aumônière de la tombe de Saint-Clément contient de plus un objet moins répandu : une petite balance "à monnaie" (pl. 56, 5) peut-être accompagnée de poids (pl. 56, 6-8). Cet "inventaire" (en particulier la balance) présente un intérêt particulier : nous y reviendrons par la suite, car il pose quelques problèmes, sur le plan économique essentiellement (3.2.3.).

Bijoux et agrafes

  • 309 C'est un des critères (de forte empreinte romaine) retenus pas STEIN F. "Franken und Romanen in Lo (...)
  • 310 Il y aurait beaucoup à dire sur ce motif si banal et sur sa signification, ainsi que sur de nombre (...)

48Parmi les bijoux, les bagues sont les plus répandues : une à Saint-Clément (plus un anneau de la Tène porté au doigt, pl. 53 et 56, 19), une à Saint-Désert, deux à Blanot et à Remigny (ces dernières en argent), quelques-unes à Mancey (dont trois dans la même tombe), 23 (bagues et anneaux) à Curtil, d'après nos comptes. Cette abondance (relative) est généralement considérée comme un signe de faible influence germanique309. Il ne faudrait cependant pas en déduire que les sites où les bagues sont les plus nombreuses sont forcément ceux où cette influence est la plus discrète, car il faut tenir compte du nombre de tombes ayant fourni un mobilier et de l'abondance de ce mobilier (ces derniers paraissant d'ailleurs d'autant plus importants que la germanisation est plus poussée...). Ajoutons que la plupart de ces bagues sont modestes, en bronze, avec motif simple, géométrique : les classiques cercles ponctués et le non moins classique S barré310 reviennent souvent. Cette médiocrité va de pair avec une datation basse (VIIème siècle) de la plupart de ces pièces. Seules quelques-unes s'individualisent par l'originalité de leur décor ou par le recours à un métal précieux : Curtil tombe 10 (or avec filigranes), Remigny (argent), Curtil (t. 276) et Blanot (t. 6) (motifs anthropomorpnes intéressants). Remarquons pour finir que toutes paraissent être portées par des femmes, la tombe 80 de Saint-Clément étant la seule exception certaine.

49Les boucles d'oreille sont rares : quelques-unes à Mancey (boucles de bronze avec perle "en émail bleu clair"), une à Curtil, une à Givry.

50Les colliers, de même, sont peu répandus : des "grains de collier" à Sassangy, un seul collier (3 perles) à Mancey, 4 à Curtil (constitués essentiellement de perles de céramique et d'ambre), 1 à Chevagny-sur-Guye (pâte de verre et céramique).

  • 311 Cette rareté des bracelets ne surprend pas : elle semble générale à l'époque mérovingienne.

51Même rareté pour les bracelets : simple tige de bronze de section arrondie à Saint-Clément, Mancey et Saint-Denis-de-Vaux ; 1 en fer et 1 en perles d'ambre, de verre, avec une monnaie, à Curtil ; 2 en argent (forme non connue) à Remigny311.

  • 312 Même référence qu'à la note 309.

52Le très petit nombre de fibules est remarquable et pourrait également être un signe de faible influence germanique312. Précisons qu'il a été trouvé dans les cimetières mérovingiens de notre domaine d'étude plus de fibules gallo-romaines (hors d'usage il est vrai) que de mérovingiennes (2/0 à Saint-Clément) ! Encore doit-on ajouter que ces fibules sont tout à fait de tradition gallo-romaine : forme quadrilobée à Tournus (2 exemplaires), circulaire à Curtil (bronze avec cercles ponctués) et à Farges-les-Mâcon ; cette dernière, couverte d'une feuille d'or avec incrustations de pâte de verre bleu, offre de surcroît un motif de palmettes et d'entrelacs quadrilobé (pl. 57, 12) ; elle a été trouvée avec une belle boucle de bronze (même planche) : l'ensemble pourrait dater du milieu ou peut-être de la seconde moitié du VIème siècle. On ne sait malheureusement rien sur les fibules de Sassangy, si ce n'est que quelques-unes étaient en or.

53Dans certains cas, la place de la fibule semble avoir été tenue par une simple épingle, trouvée vers le haut de la poitrine, dans 4 tombes (de la partie la plus ancienne du cimetière, féminines pour trois au moins) de Curtil : 2 sont en bronze, 2 en fer.

  • 313 MARTIN J., "Sépultures barbares", p. 325 (Farges), 322 (Mancey, avec pendentif en os), 334 (Tournu (...)
  • 314 LORREN C., Le mobilier des tombes franques en Normandie, Caen, 1968, mémoire de maîtrise, p. 30. A (...)
  • 315 Voir l'excellente mise au point de FOUET G., "Agrafes à double crochet du IVème siècle dans la vil (...)

54Le même rôle a dû être joué dans certains cas par l'agrafe à double crochet (pl. 57) ; du moins, la fragilité de cet objet a dû en faire souvent un simple ornement : cela a été certainement vrai pour les agrafes munies d'une chaînette et pour lesquels J. Martin parle de "collier"313 (pl. 57, 6, 7 et 8) ; d'autres, trouvées par paire, ont pu être reliées par un fil et jouer le même rôle (Hurigny, pl. 57, 2 et 3 ; Verzé, pl. 57, 1 et 5). Il faut ajouter que les fibules ansées symétriques, qui seraient contemporaines de certaines agrafes à double crochet (VIIème siècle déjà avancé) ont été souvent utilisées de la même manière, par paire, comme le fait remarquer C. Lorren314, et qu'elles sont totalement absentes de notre domaine, alors qu'on en trouve en Bourgogne du Nord (Côte d'Or, Yonne) et à Charnay. Il n'est peut-être pas inutile d'insister sur l'origine gallo-romaine de l'agrafe à double crochet315 par opposition avec la fibule ansée plus "germanique". On aurait ainsi une nouvelle preuve de l'importance de la tradition romaine dans notre région.

55Ce rapprochement avec les fibules ansées symétriques s'impose d'autant plus que certaines de nos agrafes ont une forme originale qui nous paraît bien influencée par elles : il s'agit des pièces de Saint-Clément, Curtil et Chassey (pl. 57, 10, 11 et 11 bis), avec leurs deux lobes symétriques de part et d'autre d'un parallélépipède proéminent. Autre originalité, elles sont en fer, sauf la pièce de Chassey ; l'agrafe de Saint-Clément offre des hachures damasquinées et celle de Chassey des pointillés en creux ; comme nous ne connaissons qu'une autre agrafe comparable, provenant de Charnay, nous pouvons conclure à une production locale influencée par les fibules ansées symétriques.

  • 316 Id., ibid., p. 280.
  • 317 Opinion défendue par AUDIN A., "Destination des agrafes mérovingiennes à double crochet", R.A.E., (...)

56Toutes les agrafes n'ont certainement pas eu qu'un rôle purement décoratif ; il faut d'ailleurs supposer que les populations sans doute humbles auxquelles nous avons affaire les utilisaient en diverses circonstances de la vie et de la mort316. Toutefois, une pièce particulièrement grande et forte comme celle de Lugny (pl. 57, 9) a pu effectivement servir à attacher un vêtement. On peut supposer en outre que la plupart des découvertes relativement nombreuses du Mâconnais, où elles constituent presque toujours le seul mobilier (voir la carte, pl. 60), avaient bien pour objet de fermer le linceul317 : cette constatation va de pair avec ce que nous avons déjà signalé concernant la rareté de l'inhumation habillée dans le Sud de notre domaine.

  • 318 FOUET G., o.c.
  • 319 ROES A., "Agrafes du Haut Moyen Age à double crochet", R.A.E., t. V, 1954, p. 330-334. A signaler (...)
  • 320 Il est vraiment dommage que nous ne connaissions pas l'agrafe de Davayé, car elle était accompagné (...)

57Ajoutons pour terminer qu'il faut être prudent pour la chronologie de ces objets : si beaucoup datent de la fin de l'époque mérovingienne (en particulier les pièces de Davayé, Saint-Clément et Curtil), on en connaît au Bas Empire318 et pour des époques postérieures319 ; ceci explique que nous ayons attribué avec doute à la période mérovingienne les sites où ils constituent le seul mobilier caractéristique320.

Armes

  • 321 A Riaz, par exemple, 11 tombes avec arme(s) sur plus de 400 (Nécropoles du Haut Moyen Age, catalog (...)

58Leur rareté est remarquable (pl. 61) ; certains sites n'en ont pas livré une seule (Saint-Clément, les nécropoles de la région de Mâcon), d'autres quelques-unes seulement : 10 à Curtil (soit 1 tombe sur 40), 6 à Remigny (environ 1 tombe sur 30), 1 à Plottes (pour 9 tombes fouillées), 1 à Blanot (sur 15 tombes intactes), 2 à Tournus-En Julienne (sur une vingtaine de tombes), ces trois derniers exemples n'ayant que peu de valeur à cause de la faible étendue de la fouille. Ce caractère, qui se retrouve dans la plupart des nécropoles d'entre Seine et Loire, du Sud-Ouest et de Suisse occidentale321, correspond évidemment à une faible influence germanique.

  • 322 Notre planche 58 regroupe les armes inédites (à l'exception, toutefois, de celles de Curtil) et le (...)
  • 323 BARRIERE-FLAVY C., Les arts industriels..., cite 12 exemples de "fauchards" ; le plus proche du nô (...)
  • 324 Les paysans d'une partie de la région l'appellent "vouge". Il faut faire entrer dans cette catégor (...)

59Il faut préciser également qu'à l'inverse des régions où l'empreinte franque a été forte, cet armement est très peu varié (pl. 58)322 : il se limite à peu près uniquement au scramasax, c'est-àdire l'arme la moins spécialisée, utilisée fréquemment en tant qu'outil (voir l'usure prononcée de nombre de lames, par exemple celle de Savigny-sur-Grosne, pl. 58, 3) ; ajoutons que, parai les autres armes, il y a une sorte de croissant (pl. 58, 11), objet d'ailleurs rarement représenté à l'époque mérovingienne323, dont l'usage s'est poursuivi jusqu'à nos jours pour l'élagage des haies324. Les fers de lance (pl. 58, 12) sont au nombre de 4 (Jugy, Jully et Mercurey), mais on ignore le contexte de leur découverte. Par contre, il faut souligner qu'un scramasax de Curtil a été trouvé dans une tombe de cavalier (tombe 77 : éperon...).

  • 325 BÖHNER K., o.c., p. 130-145.
  • 326 A Curtil : poignée à droite, lame souvent en diagonale sur le fémur droit. Une exception, la tombe (...)
  • 327 Voir, par exemple, récemment : SERVAT E., "Le cimetière de Lumes", Revue historique ardennaise, 19 (...)

60La plupart des scramasaxes sont du type "Breitsax" ou "Langsax" (le plus long atteignant 73 cm ; pl. 58, 1), caractéristiques du VIIème siècle325. Quelques-uns ("Schmalsax") sont du VIème siècle (Remigny, pl. 58, 5). Leur position dans la tombe, quand elle a été notée, n'a rien d'original326, sauf à Tournus où dans deux cas ils étaient sur la poitrine. Un scramasax de Mancey, enfin, paraissait avoir été brisé intentionnellement, rite connu par ailleurs327.

3. 1.6.2. Dépôt funéraire

Monnaies

  • 328 Nombreux exemples donnés par YOUNG B., o.c., p. 49-51.
  • 329 "Souvent on donnait encore au mort une pièce de monnaie, soit parce qu'il avait aimé l'argent de s (...)

61La tradition de l'obole à Charon se retrouve parfois à la période mérovingienne, en particulier dans des tombes riches et précoces, la pièce étant placée soit dans la bouche, soit dans la main328. On possède quatre exemples d'une telle pratique dans notre domaine : à Curtil, un homme (?) avait une petite pièce "en cuivre, très oxydé et illisible" (journal de fouille) dans la bouche ; il n'y avait aucun autre mobilier, mais d'après sa position dans le cimetière, la tombe paraît précoce (VIème siècle). A Farges, la femme riche qui avait été inhumée avec la fibule dorée et la boucle signalées plus haut (pl. 57, 12) avait dans la main gauche un moyen bronze de Commode (tombe du VIème siècle). A Farges également, une autre femme avec bague en bronze (motif : signum) tenait un moyen bronze de Faustine dans la main droite. Enfin, un petit bronze de Constantin avait été placé dans la main d'un enfant à Mancey (pas d'autre précision). Ce sont les seuls cas certains : leur nombre relativement important (par rapport à d'autres régions et en fonction du nombre de tombes à mobilier de la région) peut là encore résulter d'une forte tradition gallo-romaine. On peut ajouter que cette habitude s'est perpétuée jusqu'à l'époque contemporaine dans le Mâconnais, en particulier à Mancey... 329

  • 330 YOUNG B., o.c., p. 51.
  • 331 Monnaie de Davayé (Childéric II) et de Loché-Mâcon (frappée à Chalon sous Gontran) ; en ce qui con (...)

62D'autres monnaies ont été trouvées dans les tombes, portées en pendentif (bracelet...) ou, surtout, dans l'aumônière ou la poche (3 cas au moins à Curtil, 1 à Saint-Clément). Dans l'aumônière, si l'on en croit B. Young, elles n'évoqueraient pas le rite romain330. Il faut cependant remarquer qu'il s'agit toujours (du moins dans notre région, mais la remarque peut être généralisée avec quelques exceptions) d'une seule monnaie de valeur modeste, ce qui tend à faire penser à un dépôt purement symbolique et rituel,... et non à la fortune du mort. Le fait qu'il s'agisse de monnaies romaines, voire gauloises (ces dernières curieusement nombreuses dans notre région : 2 à Saint-Clément, 1 à Curtil), ne doit pas nous étonner, car elles devaient circuler beaucoup plus que les monnaies mérovingiennes, rares et de valeur élevée (voir plus bas, le paragraphe 3.2.3.). Les deux seules monnaies mérovingiennes découvertes dans notre domaine n'ont pas été conservées malheureusement331.

Céramique

  • 332 En ce qui concerne particulièrement Lugny-Fissy, le texte de A. Legrand de Mercey présente malheur (...)

63C'est souvent le seul mobilier des sépultures du Bas Empire ; comme ces dernières sont en général dépourvues d'objets dans notre région, on ne connaît que quelques céramiques pour cette époque : le cas le plus net est celui de Chagny (Pont de Paris) ; d'autres sont plus douteux, car on manque de renseignements précis à leur sujet (matériel inconnu) : Saint-Amour, Lugny332. On aura terminé en signalant le vase en verre (poisson) de Givry.

64Avec la période mérovingienne, cette coutume paraît avoir été pratiquée moins rarement, encore que le nombre total de découvertes soit réduit (27, y compris quelques cas douteux) et que la répartition géographique soit très inégale (pl. 61) : Saint-Clément n'a rien livré, Curtil un seul exemplaire, alors que les sites du Tournugeois (Mancey, Tournus) ont fourni quelques pièces ; la partie la plus méridionale de notre domaine n'est pas représentée, une fois de plus.

  • 333 C'est du moins ce que laisse entendre ARMAND-CALLIAT L. dans une de ses publications ("Poteries mé (...)
  • 334 YOUNG B., o.c., p. 47. Les premières fouilles d'Argilly confirment cette disposition : deux cas à (...)
  • 335 Nous attendons beaucoup de la poursuite de nos fouilles à Argilly : les céramiques, relativement a (...)

65La position du vase dans la tombe a été rarement notée : à Curtil, un plat (brisé) aux pieds d'un enfant de 5-6 ans ; à Remigny, un vase près du crâne d'un enfant ; même position, près de la tête, dans une tombe de Mancey et, peut-être aussi, à La Chapelle-sous-Brancion et à Givry333. Ces constatations sont trop peu nombreuses pour être vraiment significatives ; disons qu'elles correspondent à ce que l'on rencontre habituellement, le vase étant plus rarement à la tête qu'aux pieds, toutefois334. Dans un cas, on a trouvé deux céramiques dans une même tombe : il s'agit de la découverte de Granges (pl. 59, 6), dont un seul des vases est connu, une cruche (ou pichet) datable du VIIème siècle ("Breitsax"). Les autres céramiques ne peuvent être datées par leur contexte, car on l'ignore ; elles paraissent cependant toutes du VIème siècle et du VIIème siècle, à l'exception peut-être du gobelet apode de Mellecey (Vème siècle ?)335.

  • 336 La plupart des dessins ont été faits d'après publication (de J. Martin essentiellement), les vases (...)
  • 337 TRUFFEAU-LIBRE M., "Céramiques communes gallo-romaines du Nord de la France au Musée des Antiquité (...)
  • 338 Cette impression se confirme si l'on regarde ce qui a été trouvé à Charnay (avec cependant plus de (...)

66Si l'on examine les formes et leur fréquence relative (pl. 59)336, on se rend compte que les types hérités directement de la période gallo-romaine (2 à 6) sont de loin les plus répandus, surtout les pichets (no 6) et les "carafes" (no 5), ces dernières particulièrement nombreuses par rapport à d'autres régions. Les deux autres types (7 et 8) sont représentés chacun par un seul exemplaire, en particulier la forme no 8, considérée comme caractéristique du domaine burgonde, et dont il faut souligner qu'elle trouve également ses racines dans le monde gallo-romain337. Il convient cependant de ne pas oublier que nous avons affaire à une série peu importante, ce qui limite la portée des remarques faites ci-dessus. Une observation d'ensemble s'impose toutefois à nouveau : la force des traditions gallo-romaines338.

67Cette dernière observation peut, comme nous l'avons montré, être généralisée à l'ensemble des habitudes funéraires et du mobilier de notre région ; dans les lignes qui suivent, nous essaierons entre autres de préciser ce trait essentiel, tout en le nuançant, comme nous avons commencé à le faire d'ailleurs.

3.2. QUELQUES ASPECTS DU PEUPLEMENT

3.2.1. DENSITE ET REPARTITION DE LA POPULATION

  • 339 L'explication réside dans la modestie des vestiges (constructions humbles, céramique peu remarquab (...)

68Notre région, comme beaucoup d'autres, n'a livré aucun vestige d'habitat mérovingien339. Etant donné que, par ailleurs, nous ne sommes pas sûrs de la datation de nombreuses nécropoles, nos conclusions incluront une part d'hypothèse.

  • 340 Ce chiffre équivaut à la population actuelle de toute la commune de Curtil. Le calcul, discutable, (...)

69L'impression d'ensemble est celle d'une certaine densité de population : à un pourcentage élevé des villages ou hameaux actuels correspondent en effet des tombes sous dalles ; c'est ainsi que la plupart des communes ont plusieurs nécropoles : à Cruzille, on a un cimetière pour chaque écart ; même chose à Hurigny ; à Mellecey, on compte cinq nécropoles (dont deux mérovingiennes certaines). Il arrive même qu'un cimetière soit à mettre en rapport avec un habitat disparu depuis (Plottes, Remigny-Collonge). Il est difficile d'évaluer la population correspondant à telle ou telle nécropole, même quand on a une assez bonne idée du nombre d'inhumations et de la datation d'ensemble : toutefois, on peut avancer avec prudence le nombre de 150 habitants pour Curtil, soit beaucoup plus que la population actuelle du hameau de Munot340. Mais il est évident que cette remarque ne vaut que pour ce cas particulier et ne peut être généralisée.

  • 341 FEVRIER P.-A., "Problèmes de l'habitat du Midi méditerranéen à la fin de l'Antiquité et dans le Ha (...)
  • 342 Liste donnée par l'Abbé CHAUME, Les origines du Duché de Bourgogne, Géographie historique, fasc. 3 (...)

70La population pourrait avoir été groupée, comme c'est le cas aujourd'hui, bien que le cimetière ne soit pas forcément le signe d'un habitat de cette nature341. Il est par contre évident que nous avons affaire le plus souvent à une population rurale ; les seules exceptions nettes sont les castra de Mâcon et Tournus, mais il devait exister aussi un certain nombre de grosses bourgades, sortes de demi-villes : beaucoup de futurs chefs-lieux de vigueries étaient sans doute dans ce cas342 ; on peut se demander également, à voir le nombre et l'étendue des cimetières, ainsi que la précocité et l'importance de la christianisation, si Mellecey et Givry, en particulier, n'entraient pas dans cette catégorie.

  • 343 Il n'y a qu'à parcourir les listes, particulièrement "fournies" pour le Maçonnais, dressées par l' (...)

71Cette forte implantation humaine est confirmée également par l'examen d'autres sources reflétant la situation aux époques immédiatement antérieures et postérieures : multiples vestiges et noms de lieux (en -y, en -é...) de l'époque gallo-romaine (pratiquement toutes les communes sont concernées), très nombreuses mentions dans des textes du Haut Moyen Age343, dont quelques-unes pour la période mérovingienne (Péronne et La Chapelle-sous-Brancion à la fin du VIème siècle, Mellecey au début du VIIème siècle et Charnay-les-Mâcon en 739).

  • 344 Sur la situation de l'habitat dans notre région selon la topographie et selon les époques, voir : (...)

72On a le sentiment, par ailleurs, que, dans beaucoup de cas, l'habitat était déjà fixé aux emplacements qu'il occupe aujourd'hui344 : c'est du moins l'impression que donne souvent la position l'un par rapport à l'autre du groupement humain actuel et du cimetière mérovingien. Un fait paraît général : l'abandon des villae gallo-romaines, parfois réservées aux morts, comme nous l'avons vu, et dont les vestiges se trouvent en majorité loin de tout habitat postérieur, en pleine campagne.

  • 345 PERIN P., "Les Ardennes...", p. 34-39.
  • 346 Voir l'explication traditionnelle des inhumations dans des ruines romaines avec traces d'incendie  (...)
  • 347 PERIN P., o.c., p. 38.

73Comment expliquer et quand situer ce phénomène ? Dans les Ardennes345, P. Périn fait un certain nombre d'observations comparables aux nôtres, mais la situation géographique de cette région est telle que les facteurs de changement y ont été beaucoup plus intenses que chez nous (important renouvellement de population du IIIème au Vème siècle). La discontinuité s'explique plus difficilement dans notre région où presque tout, par ailleurs, plaide en faveur d'une persistance des traditions gallo-romaines, et où, manifestement, les Grandes Invasions n'ont pas revêtu le caractère "catastrophique" qu'on leur prête trop souvent346. La principale "coupure" paraît bien correspondre, en fait, aux événements du IIIème siècle, à en croire par exemple le témoignage du rhéteur Eumène et les découvertes archéologiques (trésors monétaires, traces d'incendie). Le déplacement de l'habitat se serait produit peut-être à cette époque, au profit de "ces villages et hameaux de tradition gauloise qui avaient survécu en marge des grands domaines"347. Mais, pourquoi, si l'on retient cette datation, ne semble-t-il pas y avoir en général continuité dans les lieux d'inhumation du IVème au VIIème siècle ? Tout n'est pas clair, on le voit : trop de jalons chronologiques précis nous manquent encore, pour le IVème et le Vème siècle surtout.

3.2.2. ASPECTS ETHNIQUES

74Dans ce domaine, nos connaissances ne pourront vraiment progresser de façon sensible que lorsque nous disposerons d'études anthropologiques nombreuses. Ce n'est malheureusement pas le cas et trop de nécropoles ne donnent lieu à aucun examen des ossements ; en ce qui concerne notre région, nous déplorerons à nouveau l'absence d'une telle étude à Curtil, où les ossements ont disparu et où nous n'avons que les déterminations des âges et des sexes (avec quelques contradictions), et la description de certains cas pathologiques.

  • 348 THORAL M., RIQUET R., COMBIER J., o.c., p. 87-88.

75Sur le plan ethnique, précisément, nous ne pouvons compter que sur quelques séries limitées, provenant de quatre sites : Blanot, Remigny, Saint-Clément et Solutré. Dans ces quatre nécropoles apparaît une certaine variété de types physiques : à Remigny, on a de nombreux brachycéphales, quelques dolichocéphales et très peu de mésocéphales (M. L. Manouvrier conclut à une fusion nulle ou peu avancée entre indigènes, en majorité, et nouveaux venus) ; à Solutré, pour R. Riquet, "l'ensemble de la série peut être qualifié schématiquement de mésocrâne... (elle) donne bien cette impression de transition au sein d'une majorité nordique ou protonordique"348. A Saint-Clément et à Blanot, quelques sujets offrent de très nettes affinités nordiques à côté d'une majorité de métis.

76On est tenté de tirer de ces observations les quelques conclusions suivantes : l'empreinte germanique serait partout présente, mais généralement limitée, sauf à Solutré. La fusion entre indigènes et nordiques serait plus avancée à Solutré, Blanot et Saint-Clément qu’à Remigny. En réalité, de telles affirmations sont discutables car elles sont fondées sur une sorte de postulat : la population indigène aurait été homogène (Alpins brachycéphales) et les éléments "nordiques" (dolichocéphales de haute taille) que l'on rencontre à l'époque mérovingienne seraient donc forcément des descendants de Germains des Invasions. Or, il faut bien avouer que nous manquons de séries de comparaison de l'époque gallo-romaine et que si l'on peut supposer que l'élément alpin dominait nettement dans nos régions, on ne peut écarter a priori la possibilité de la présence de sujets de type nordique. D'ailleurs, on doit ajouter que de toute façon tous les Germains ne sont pas apparus chez nous à partir des Invasions du Vème siècle, mais que, dès le IVème siècle, certains groupes étaient déjà installés en Bourgogne méridionale (voir ci-dessous).

  • 349 Nous n'avons retenu que les noms concernant notre domaine d'étude ; d'autres existent en Bourgogne (...)
  • 350 Abbé CHAUME, ibid., p. 147.
  • 351 Ils étaient peu nombreux (quelques dizaines de milliers), semblent avoir peu pratiqué l'inhumation (...)
  • 352 Cette question des noms en -ans et -ange a fait couler beaucoup d'encre ; bonne mise au point dans (...)
  • 353 Observation de C. Brun à partir de 6 noms en -ans seulement : BRUN C., "Mesure de l'intensité de l (...)
  • 354 Abbé CHAUME, o.c., fasc. 1, p. 179. Il reste quand même à expliquer pourquoi l'on a deux formation (...)

77L'impression d'une intrusion de quelques éléments germaniques ou orientaux dans la population est cependant confirmée par les sources autres que l'anthropologie. La toponymie, en particulier, nous fournit une vingtaine de noms évoquant tel ou tel peuple (annexe 11)349 : certains, Sarmates et Marcomans, sont des Gentils ou des Lètes, installés au IVème siècle "pour garder les Gaules, en faire la police, la cultiver et la repeupler"350 ; les autres (Alains, Burgondes, Francs) ne sont sans doute pas arrivés avant le Vème siècle (sauf quelques groupes de soldats-laboureurs peut-être implantés dès le IVème siècle). L'installation des Burgondes, vraisemblablement vers 470-475, n'a laissé, contrairement à ce qu'on pourrait penser, que peu de traces351 : quelques rares noms en -ans ainsi, peut-être, que certains des noms en-ange (un peu moins rares que les précédents) que l'on attribue en général aux Francs352. Ces "traces" burgondes semblent se limiter à la partie orientale de notre domaine, particulièrement à la région tournugeoise353. Quant aux Francs, ils seraient à l'origine de la plupart des noms en-ange, plus nombreux en Chalonnais qu'en Maçonnais, ainsi, peut-être, que des noms dérivés de cortis (Cortambert, Cortevaix, Cormatin...) concentrés dans la région du confluent Guye-Grosne354.

78Au total, les noms de lieux paraissent confirmer les résultats de l'anthropologie : l'empreinte germanique est réelle, mais discrète ; on peut faire remarquer encore, d'ailleurs, que la plupart des noms concernés (à l'exception, curieusement, de plusieurs dérivés de sortis) s’appliquent à de simples lieux-dits non habités ou peu habités à l'heure actuelle.

  • 355 Les zones linguistiques ont été cartographiées d'après TAVERDET G., "La carte linguistique de Saôn (...)

79La répartition géographique de ces toponymes est assez inégale : le Nord en compte plus que le Sud, tandis qu'une bande allant de Tournus au confluent Guye-Grosne (avec "coulée" le long de cette dernière, vers le Sud) en est particulièrement bien dotée. La confrontation de ces données avec celles de l'archéologie et de la linguistique355 (pl. 60 et 61) ne manque pas d'intérêt, même si l'on tient compte des nombreuses lacunes de la documentation. Le contraste Nord-Sud se retrouve clairement à travers quelques objets caractéristiques comme les scramasaxes et les vases (inhumation habillée et dépôt funéraire), dont la limite méridionale correspond à peu près à l'extension maximale des parlers franco-provençaux vers le Nord. On peut remarquer d'ailleurs que ces derniers n'atteignent pas la Grosne dans la zone où a été signalée cette avancée de noms germaniques (parlers de transition). Dans toute cette partie méridionale, restée particulièrement romanisée, l'inhumation habillée n'a été pratiquée qu'exceptionnellement (agrafes à double crochet ayant dû servir dans certains cas à fermer le linceul).

80Quant à la zone centrale, il est remarquable de constater à quel point elle est jalonnée de cimetières ayant fourni un matériel relativement abondant et de qualité (plaques-boucles du Tournugeois, pl. 60). Il ne s'agit pas d'une simple coïncidence et même si les fouilles y ont été plus nombreuses et importantes qu'ailleurs, cela ne nous paraît pas suffisant pour expliquer ce fait ; les planches 1 et 3 mettent en évidence tout l'intérêt stratégique et économique de cette zone : large éperon du Tournugeois entre passages de la Saône et de la Grosne, noeud de voies romaines près du confluent de cette dernière avec la Guye, voie transversale reliant bien Tournus à son arrière-pays. Rappelons encore deux faits archéologiques concernant cette même région : la tombe germanique exceptionnelle d'Etrigny et les quelques traits qui semblent témoigner d'une influence franque particulière dans la nécropole de Curtil (mobilier funéraire moins rare, grand nombre de plaques-boucles à plaque "circulaire", tombe de cavalier, absence d'inhumations multiples...).

3.2.3. ASPECTS ECONOMIQUES ET SOCIAUX

81L'impression d'ensemble laissée par les découvertes archéologiques est celle d'une pauvreté assez générale. Si la rareté des tombes à mobilier s'explique par d'autres facteurs, il est évident également que la modestie des ressources de la population a dû jouer contre la pratique de l'inhumation habillée. D'ailleurs, lorsque le mobilier funéraire existe, il est en général limité à peu de chose : plaque-boucle, souvent usagée, parfois réparée maladroitement ou incomplète (on a vu que certaines garnitures avaient été dissociées, plaque-boucle chez l'un, contre-plaque chez l'autre), ou simple boucle en fer (Saint-Clément). Rappelons encore l'appauvrissement que nous avons pu constater dans le courant du VIIème siècle et qui semble lié directement aux troubles politiques de ce siècle, succédant à une période plus stable, avec le royaume de Gontran dont on sait qu'il avait fixé à la fin de son règne (il est mort en 592) sa capitale à Chalon-sur-Saône.

  • 356 Voir en particulier : LOMBARD M., Les métaux dans l’ancien monde du Vème au XIème siècle, Paris, 1 (...)
  • 357 Voir en particulier : FOURNIAL E., Histoire monétaire de l'Occident médiéval, Paris, 1970, p. 52 : (...)

82Nous pensons que cet appauvrissement se concrétise également par une raréfaction du cuivre et de ses métaux d'alliage, du moins dans nos régions. Il est remarquable en effet de constater le faible nombre de garnitures de bronze au VIIème siècle, si on les compare à celles du siècle précédent (les plaques de type D datent dans leur grosse majorité du VIème siècle) et aux nombreuses plaques-boucles de fer. Rappelons d'ailleurs que ces dernières utilisent pour leur damasquinure non seulement l'argent, mais de plus en plus le laiton : à côté d'une raison esthétique, cette mode ne trouverait-elle pas également son origine dans le fait que le cuivre, rare, serait devenu précieux au même titre que l'argent ? Cette raréfaction nous paraît liée aux difficultés d'approvisionnement, ces métaux devant être importés des Iles britanniques et de la Péninsule ibérique356 ; à titre de complément et de confirmation, nous remarquerons le contraste qui existe entre les régions de la Gaule de l'Est (dont fait partie la Burgondie) et celles de l'Ouest (Sud-Ouest en premier lieu), où les garnitures de bronze sont en pourcentage beaucoup plus important. Ce repli de l'économie au VIIème siècle, surtout à partir du milieu de ce siècle, s'il est confirmé par d'autres découvertes archéologiques (monnaies...), ne doit cependant pas être exagéré357, comme le prouve par exemple l'arrivée dans nos régions de plaques-boucles de type aquitain.

  • 358 Un article plein d'intérêt sur ce sujet est passé inaperçu des archéologues, celui de LE GENTILHOM (...)
  • 359 WERNER J., Waage und Geld in der Merowingerzeit, Munich, 1954, (Sitzungsberichte der Bayerischen A (...)

83Le contenu de la tombe 80 de Saint-Clément (pl. 56), datée, rappelons-le, de la fin du VIème siècle, peut illustrer une autre cause de cet appauvrissement : l'enfouissement dans les tombes d'une partie des réserves métalliques. Ce mobilier funéraire est aussi la preuve de la pauvreté de la majeure partie de la population. Ce jeune homme, le plus riche dont nous ayons trouvé les restes à Saint-Clément, emportait dans la tombe, en dehors d'objets usuels et d'une balance, une monnaie gauloise, une fibule gallo-romaine hors d'usage, en bronze, et des débris de récupération de tôles de même métal (sans doute gallo-romains). Il ne s'agit pas, comme on le dit généralement, de quelconques talismans, mais manifestement de métal ayant servi de monnaie d'échange, dans un contexte de difficultés économiques et financières, avec un manque tout particulier de menue monnaie qui explique par ailleurs que les pièces de bronze gauloises ou gallo-romaines aient continué à circuler à l'époque mérovingienne358. On a ainsi le sentiment que les mérovingiens ont "vécu", au moins pendant un certain temps, sur les "restes" des Gallo-Romains ; le phénomène est d'ailleurs général et les autres exemples ne manquent pas dans notre région d'étude (tombe de Mancey, pl. 57, 13 ; monnaies et fibules de Curtil...). Dans cette perspective, la présence d'une balance s'explique bien : il s'agissait de peser non seulement des monnaies de poids variable (pièces romaines et gauloises beaucoup plus que mérovingiennes, d'ailleurs), mais aussi des fragments de métal. La théorie classique de J. Werner sur les balances et les ateliers monétaires mérovingiens ne tient donc plus359 ; plutôt que de balances "à monnaies", ne vaudrait-il pas mieux, dans ces conditions, parler de balances à métal ? Ajoutons encore que ce type d'échanges recourant au métal ne devait être pratiqué que par les plus riches, les autres se contentant de troc.

  • 360 Voir sur ce point les remarques fondamentales de MASSET C., "La démographie des populations inhumé (...)
  • 361 Ces chiffres sont assez conformes à ce qui a été constaté dans d'autres régions : 1/7ème d'enfants (...)
  • 362 Dans son excellente étude sur Frënouville, L. Buchet arrive à environ 31 ans d'espérance de vie po (...)

84Les données démographiques fournies par l'étude anthropologique présentent encore une certaine marge d'incertitude360 ; elles ne doivent pas être négligées pour autant. Elles confirment d'ailleurs l'impression de pauvreté déjà notée : la mortalité, particulièrement chez les enfants, est très forte. Partout on signale de nombreux corps d'enfants : à Sassangy, par exemple, 4 des 8 sujets ont moins de 12 ans ; à Curtil, mais il y a des lacunes dans la documentation et peu d'enfants en bas âge, près de 80 enfants de moins de 14 ans361. L'espérance de vie à la naissance est très difficile à évaluer ; les chiffres obtenus à Saint-Clément et Curtil (de l'ordre de 30 ans maximum) sont cependant très plausibles362.

  • 363 CHAMPIER L., "Paysages humains de Bourgogne méridionale", A. A. Mâcon, t. XLII, 1954-1955, p. 8-18 (...)

85Sur le plan pathologique, les fractures observées (en particulier à Curtil et Saint-Clément) sont généralement banales. A Remigny, M. L. Manouvrier constate que les os des membres sont très robustes et les insertions musculaires fortement dessinées (surtout sur les os du membre supérieur) ; il en déduit (ainsi que de l'aspect des tibias) qu'on a affaire à une population agricole. D'autres remarques confirment cette conclusion : la rareté des accidents osseux dus à une arme (à Curtil cependant, quatre crânes portent des traces de coups de scramasax ou d'épée ; un cas aussi à Lugny), la rareté des armes elles-mêmes, et leur caractère, souligné plus haut, d'armes-outils. La population bénéficiait d'ailleurs, dans cette région naturellement privilégiée, de conditions favorables à l'agriculture : variété des terroirs (pl. 2), importance des coteaux bien exposés...363.

  • 364 La Notitia dignitatum signale à Mâcon une fabrique de javelots. On croit avoir retrouvé les traces (...)
  • 365 Tournus était un relai de poste et une base de ravitaillement (Castrense Horreum) à l'époque gallo (...)
  • 366 Chalon a eu un rôle éminent : capitale, grand centre portuaire et monétaire... La métallurgie y a (...)

86D'autres activités économiques sont suggérées par certaines découvertes archéologiques. Les échanges viennent d'être évoqués ; ils l'ont été plus haut également, dans le cadre de l'étude des garnitures de ceinture. Remarquons simplement que certaines communautés paraissent avoir eu des contacts plus intenses que d'autres avec l'extérieur : c'est le cas, par exemple, de Curtil comparé à Saint-Clément. Il est évident que la situation par rapport aux grandes voies a dû jouer un rôle essentiel (richesse relative du Tournugeois). Il en va de même pour la métallurgie (fabrication des plaques-boucles en particulier) dont un certain nombre d'indices font pressentir la localisation dans les castra du bord de la Saône, Mâcon364, Tournus365, et surtout Chalon-sur-Saone366.

  • 367 DELEAGE A., La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du onzième siècle, Mâcon, 1942, p. 562.
  • 368 Sur cette question, le point est fait par PERIN P., "Trois tombes de chefs du début de la période (...)

87Les écarts sociaux, enfin, paraissent en général peu importants, si l'on se fonde sur le mobilier funéraire. Quelques tombes, de ci de là, témoignent bien d'une plus grande richesse, surtout en Tournugeois d'ailleurs (Tournus, Farges-les-Mâcon, Mancey), mais l'impression d'ensemble est celle d'une certaine homogénéité de la condition des paysans. Il est intéressant de signaler que les constatations de l'archéologie confirment sur ce plan les résultats qu'ont obtenus les historiens par d'autres voies : "Le franc, le colon, le lète et le serf du VIIIème siècle ne sont plus du tout le petit propriétaire ou le fermier libre, le colon à part de fruits, l'affranchi et le serf du second siècle ; leur statut personnel s'est, en fait, sinon en droit, uniformisé"367. Ajoutons qu'à la différence d'autres régions beaucoup plus germanisées, on ne peut fonder une classification sociale sur le nombre et la nature des armes, comme cela a été fait de manière beaucoup trop systématique par quelques auteurs allemands368.

3.2.4. CHRISTIANISATION

  • 369 A en croire ARMAND-CALLIAT L., Indications toponymiques..., p. 190, Mellecey aurait eu 5 chapelles (...)

88Le degré de christianisation est difficile à apprécier de façon précise si l'on s'en tient aux indications fournies par l'archéologie funéraire. Comme nous l'avons vu, l'absence fréquente de mobilier dans les tombes et l'insuffisance des fouilles méthodiques rendent hypothétiques beaucoup de conclusions. Rappelons cependant les indications les plus significatives : on a plusieurs cas certains d'inhumations ad sanctos (Blanot, Givry, Mellecey, Saint-Gengoux, Mâcon, ce dernier daté au plus tard du milieu du VIème siècle) et de nombreux cas très probables (tombes sous dalles autour d'une chapelle portant un vocable sans doute très ancien, ou cimetière mérovingien situé en un lieudit évoquant l'existence d'une ancienne chapelle)369 ; un certain nombre de nécropoles correspondent à un toponyme tel que Paradis ou à un dérivé de Martyretum (bien que ces dénominations aient pu, dans certains cas, être appliquées postérieurement à des cimetières païens "redécouverts") ; la position des corps "avant-bras sur le bassin/jambes serrées" paraît nettement dominante et même pratiquement générale au VIIème siècle ; même si l'Eglise n'a pas lutté très vigoureusement contre cette pratique, il est vraisemblable que son influence n'est pas étrangère à l'abandon rapide de la coutume de l'inhumation habillée.

  • 370 Voir par exemple les conclusions de YOUNG B., o.c.

89Ces remarques convergentes nous donnent évidemment l'image d'une christianisation déjà très avancée, y compris dans les campagnes : on peut estimer qu'elle était générale au VIIème siècle. Un autre argument est souvent invoqué pour prouver cette christianisation des populations : le fait que les objets portent des figurations (tête assimilée à celle du Christ...) ou des symboles (croix...) chrétiens. Notre domaine en fournit plusieurs exemples, sur des plaques-boucles (no 10, 11, 13, 14, 83, 84). Toutefois, la présence de tels motifs ne prouve pas forcément que le porteur de l'objet ait été chrétien ; il peut s'agir simplement d'une mode, même si elle est inspirée, bien sûr, par l'influence grandissante de l'Eglise. Ces symboles paraissent bien, d'ailleurs, comme les symboles traditionnels (cercles ponctués..) qu'ils remplacent ou avec lesquels ils sont parfois associés, avoir avant tout un rôle magique de protection, rôle qui est celui de la plaque-boucle tout entière, comme nous l'avons déjà rappelé. Particulièrement significatif de ce mélange de christianisation et de superstitions païennes apparaît l'hippogriffe (voir plus haut l'étude consacrée à ce type de plaque-boucle) : le médaillon de la plaque-boucle de Mancey (no 83) juxtapose même clairement l'hippogriffe et la croix. On peut donc dire que l'existence de ces motifs chrétiens constitue un argument en faveur d'une influence chrétienne certaine, mais encore superficielle. Une telle conclusion correspond parfaitement à ce que l'on sait par ailleurs des conditions de la christianisation des campagnes et de l'attitude, souple et tolérante sur certains points au moins, de l'Eglise370.

  • 371 Abbé CHAUME, Recherches d'histoire chrétienne et médiévale, Dijon, 1947, p. 61.
  • 372 BESNARD P., "Les origines et les premiers siècles de l'Eglise chalonnaise", M.S.H.A. Chalon, t. IX (...)
  • 373 Abbé CHAUME, "Les plus anciennes églises de Bourgogne", Annales de Bourgogne, 1936, t. 8, p. 201-2 (...)
  • 374 GREGOIRE DE TOURS, De gloria martyrum, I, chap. 54. Rappelons que des sarcophages sans doute mérov (...)
  • 375 Id., De gloria confessorum, chap. 86. De Gourdon provient un célèbre trésor constitué, entre autre (...)
  • 376 En Basse Auvergne, par exemple, on ne connaît aucune nécropole mérovingienne en pleine campagne : (...)

90Les autres sources confirment la relative précocité de la christianisation, singulièrement dans les villes ; nous ne donnerons que quelques jalons choisis parmi une matière abondante. Une communauté chrétienne existe à Autun dès la fin du IIème siècle et le premier évêque a dû s'installer vers 225371. Il y a de nombreux chrétiens à Chalon à la fin du IVème siècle et la ville est dotée d'un évêque sans doute au milieu du siècle suivant372, tandis que Mâcon a le sien au début du VIème siècle. Des chrétiens vivent à Givry dès le IVème siècle (vase en forme de poisson). Beaucoup de vocables d'églises ou de chapelles révèlent une fondation ancienne373. Grégoire de Tours mentionne, au VIème siècle, une ancienne église sur le lieu du martyr de Saint Valérien à Tournus374, et un monastère, loin des centres importants, â Gourdon375, tout près de notre domaine (pl. 1). La christianisation, moins précoce il est vrai que dans d'autres régions plus méridionales376, a manifestement conquis les villes dès le Bas Empire et semble avoir gagné la plus grande partie des campagnes vers la fin du VIème siècle.

CONCLUSION

  • 377 CHEVRIER G., "Les grands traits de la civilisation juridique de la Bourgogne mérovingienne", Etude (...)
  • 378 Un exemple, parmi d'autres : DUBRION R., Contribution climatique à l'étude du milieu d'implantatio (...)

91Malgré l'insuffisance d'ensemble de la documentation et l'hétérogénéité des matériaux, nous avons pu mettre en évidence quelques caractères du peuplement de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise à l'époque mérovingienne. Parmi eux, il en est un particulièrement marquant : la force des traditions gallo-romaines, perceptibles à la fois à travers les habitudes funéraires (sarcophages et caissons de dalles avec marques de surface, groupements de tombes, inhumations multiples, obole à Charon) et au niveau du mobilier (nature, forme, ornementation..). Cette image d'une région très romanisée ne surprend pas, parce qu'elle correspond à ce que nous savons par ailleurs de la civilisation mérovingienne en Bourgogne, par exemple sur le plan juridique377, et qu'elle est conforme, d'une façon plus générale, à ce que l'on constate dans de multiples domaines, de la linguistique à la climatologie et à la botanique378 : la mise à profit, par les influences méridionales, d'un couloir de plaines (l'axe Rhône-Saône) propice à leur diffusion vers le Nord.

  • 379 JAMES E., o.c., p. 107.

92L'archéologie mérovingienne en France souffre, à notre sens, d'un trop grand "germanisme" fondé sur une vision exagérément "catastrophique" des Grandes Invasions. Il est vrai, et cela s'explique aisément, que les recherches ont porté et continuent à porter essentiellement sur les sites ayant subi la plus forte influence germanique (ce qui n'est pas forcément synonyme de peuplement, du reste). Le qualificatif "germanique" est appliqué sans nuance à telle catégorie d'objets, à tel type de nécropoles ou de sépultures, mêmes dépourvues de mobilier, quand on ne va pas jusqu'à attribuer aux Burgondes des pièces produites en plein VIIème siècle - un siècle après la chute de leur royaume - en milieu manifestement très romanisé. Toutes les impulsions, les initiatives ne sont pas venues du Nord, loin de là ; les productions du Sud-Ouest en sont une excellente illustration et nous pensons, comme E. James379, que les influences méridionales ne doivent pas être sous-estimées, même si la rareté du mobilier (et des études) n'en facilite pas le dépistage et peut laisser croire à un effacement de ces régions. Il est évident, par exemple, que beaucoup de nos raisonnements sont faussés par la méconnaissance, très gênante, que nous avons de l'archéologie funéraire du Sud-Est.

93Cette Bourgogne marquée par les traditions gallo-romaines apparaît aussi, dès l'époque mérovingienne, comme une terre de contact, une zone de transition. La limite méridionale du domaine où l'on a pratiqué l'inhumation habillée s'y dessine d'une façon exceptionnellement claire, soulignée il est vrai par la présence d'une bande plus colonisée et plus riche à cause de son intérêt stratégique et économique, et plus activement explorée par les archéologues (latitude de Tournus). Malgré cela, cette séparation n'a rien d'artificiel : elle correspond d'ailleurs, de façon remarquable, à la limite linguistique actuelle (pl. 60 et 61). On peut en conclure que l'abandon de la coutume du dépôt de mobilier funéraire au Bas Empire a été définitive dans le Sud de notre région, alors que le Nord subissait une influence germanique certainement discrète, mais suffisante pour la faire renaître ; cette renaissance coïncide manifestement avec l'arrivée des Francs (ou plus vraisemblablement de quelques groupes gallo-francs), puisqu'elle n'est pas antérieure à 534. Ajoutons qu'une autre dissymétrie se retrouve quand on passe de la Côte chalonnaise à la plaine de la Saône ; cette dernière a été plus germanisée, comme en témoigne l'abondance du mobilier funéraire (Charnay, Argilly..), pour des raisons stratégiques et commerciales évidentes, et peut-être aussi à cause d'un dépeuplement plus marqué que sur ses bordures. Il se pourrait d'ailleurs que cette germanisation de la plaine de la Saône ait été déjà avancée à l'arrivée des Francs, comme tendrait à le prouver le nombre important de noms de lieux en -ans que l'on y rencontre, noms qui trahiraient des fondations burgondes.

94Cette évocation nous amène d'ailleurs pour terminer à poser un des problèmes fondamentaux de l'archéologie de la Burgondie : quelle part ont eue les Burgondes dans l'éclosion de l'art si caractéristique de cette région ? Nous avons vu ce qu'il fallait penser des théories attribuant tel type de production à tel peuple (R. Moosbrugger-Leu) ou voyant à l'origine de toutes les réalisations d'une région donnée un seul groupe ethnique, d'origine étrangère de préférence. Inversement, doit-on penser que les Burgondes, peu nombreux, n'ont eu aucune part dans la naissance et dans le développement de l'artisanat de la région qu'ils ont occupée ? En d'autres termes, peut-on considérer la Burgondie comme une simple "annexe" du Sud-Est romanisé, un prolongement à peine germanisé dans ses rites funéraires ? Il ne nous est pas possible de donner dans ce cadre une réponse détaillée à une question aussi complexe. Nous nous en tiendrons à quelques remarques et hypothèses.

  • 380 Abbé CHAUME, o.c., fasc. 1, p. 245-246.
  • 381 SCHWAB H., Archäologie der Schweiz, VI, Das Frühmittelalter, Bâle, 1979, p. 25.
  • 382 THEVENOT J.-P., STRAHM C. et alii, "La civilisation Saône-Rhône", R.A.E., 105-106, 1976, p. 331-42 (...)

95Le premier argument qui vient à l'esprit pour prouver que les Burgondes ont eu un rôle important est la coïncidence assez précise entre le Nord de leur royaume et le domaine de diffusion d'un certain nombre de types de plaques-boucles (pl. 47). Mais, comme l'avait déjà pressenti l'abbé Chaume380 et comme le fait remarquer très justement H. Schwab381, le même domaine existait déjà, de façon curieuse, dès la fin du Néolithique et au Bronze moyen et final382. Cela contribue certainement à expliquer le développement d'une civilisation propre à la Burgondie, tandis que l'unité du royaume burgonde a dû s'en trouver renforcée.

  • 383 Il y a cependant une autre explication possible : les Francs se seraient installés en plus grand n (...)

96Deux autres arguments peuvent être encore avancés. Tout d'abord, le fait que le mobilier funéraire soit moins rare dans nos régions que dans d'autres situées pourtant à la mime latitude (pays de la Loire par exemple) pourrait avoir un lien avec l'occupation burgonde, d'autant plus qu'on retrouve une situation similaire si l'on compare le Sud-Ouest (qui a connu l'occupation wisigothique) au Sud-Est : les Burgondes ou les Wisigoths auraient pu ainsi, malgré leur faible influence, "préparer le terrain" à celle des Francs383.

  • 384 Nous ne pouvons pas juger pour Lyon, la seconde capitale, à cause de la rareté des découvertes dan (...)

97L'autre remarque concerne l'importance manifeste de la région de Genève comme centre de fabrication de plaques-boucles d'une certaine qualité (plaques D en particulier). La plupart des cartes de répartition des trouvailles (pl. 47) révèlent en effet une densité plus grande dans cette région. La seule explication valable à ce fait tient dans l'installation de la première capitale des Burgondes à Genève384 : une impulsion a dû être donnée à la production artisanale, dont les effets se seraient encore fait sentir après 534, jusqu'en plein VIIème siècle. On imagine volontiers l'aristocratie burgonde, déjà quelque peu romanisée à son arrivée, protégeant les artisans indigènes, leur fournissant des commandes, orientant leur production. Nous recourrons une fois de plus à la comparaison avec le Sud-Ouest, dont la situation, on le voit, ne manque pas de points communs avec celle du domaine burgonde : des créations d'une qualité et d'une originalité comparables seraient, dans les deux cas, le résultat de traditions locales vivaces rendues fécondes par l'attitude positive des nouveaux venus.

Notes

236 DELEAGE A., "Les étapes de l'habitat en pays de Tournus", Annales d'Histoire Economique et Sociale, 1931, t. III, p. 265-268 (p. 266).

237 S.I.S.A.C., "Fouilles d'Aynard", A.A. Mâcon, t. XL, 1950-1951, p. 15-23. Les auteurs de la fouille signalent également sur ce site des débris gallo-romains et des sépultures plus profondes (non dégagées).

238 Fouilles de G. Monthel et F. Cognot : une monnaie de Charles IV, datée aux alentours de 1326, accompagnait le second inhumé d'une tombe double; il s'agit d'inhumations ad sanctos.

239 Le cas de Saint-Amour, où, rappelons-le, ont été découvertes des tombes trapézoïdales, soit totalement sous dalles, soit à construction mixte (dalles et tegulae), n'est pas sûr ; d'après la description vague du mobilier, on pourrait cependant penser à des inhumations du Bas Empire. Justement, où faut-il chercher les inhumations de cette période ? Ne serait-ce pas parmi les tombes dépourvues de mobilier de certains cimetières "barbares", puisqu'on n'en connaît pratiquement pas de sûres du fait de leur mobilier (exceptions : Chagny et Givry) ? A moins que l'incinération ait été moins exceptionnelle qu'on le pense (voir note suivante) ?

240 Avant le Bas Empire, aux premiers siècles de notre ère, l'inhumation n'aurait été pratiquée qu'exceptionnellement, le recours à l'incinération étant de règle. La situation s'inverserait au Bas Empire, époque à partir de laquelle l'incinération deviendrait à son tour exceptionnelle (cas en particulier du monde mérovingien). Sur ce sujet, voir par exemple : PERIN P., "Le cimetière gallo-romain et mérovingien de Bry-sur-Marne", Revue de la Société Historique de Villers-sur-Marne et de la Brie française, 4, 1973, p. 28. Ce schéma mérite sans doute d'être davantage nuancé, puisqu'on connaît de plus en plus de sites où inhumation et incinération ont été pratiquées simultanément au Haut Empire : voir, par exemple, Briord (Ain) (bibliographie dans Phys. Montceau, 19, décembre 1973, p. 14), Meuilley (Côte d'Or) (RATEL R., "La nécropole gallo-romaine de' Gratte-dos'", R.A.E., 1917, 107-108, p. 63-98 et 109-110, p. 235-273) et Nuits-Saint-Georges (Côte d'Or)(fouilles du Dr Planson).

241 Si l'on n'avait retenu que les tombes ayant fourni un matériel caractéristique, le Maconnais n'aurait pratiquement pas été représenté, ce qui aurait été en contradiction avec ce que nous apprennent d'autres sources, textes ou toponymie en particulier, sur son peuplement. De plus, les cimetières en pleine campagne ne paraissent plus, sauf exception, en usage à partir de l'époque carolingienne, au plus tard (voir ci-dessous, le paragraphe 3.1.1.) ; beaucoup ont donc dû être utilisés à l'époque mérovingienne.

242 Recherches de J. Ajot dirigées par P. Périn (E.P.H.E.). Nous ignorons, au moment où nous écrivons ces lignes, les résultats de ces recherches, à l'exception des éléments communiqués à Bâle en 1978. La publication de cette monographie complètera naturellement le présent travail, dans lequel nous n'avons pu, ni voulu, épuiser l'abondante matière fournie par la fouille de ce site.

243 Ces toponymes ont donné lieu à de nombreuses études dont les principales sont citées par FOURNIER G., Le peuplement rural en Basse Auvergne durant le Haut Moyen Age, Paris, 1962. Ils seraient dérivés de Martyretum (et d'autres formes voisines), terme qui aurait désigné les cimetières chrétiens à partir du IVème ou du Vème siècle (cf. JEANTON G., "Etudes de toponymie mâconnaise", A. A. Mâcon, t. XXXIV, 1939, p. 53-55). R. LOUIS nous paraît aller un peu loin (du moins, les découvertes de notre région n'en apportent pas l'illustration) en pensant que les cimetières désignés sous ces noms étaient implantés auprès d'une chapelle conservant des reliques (Quarré-les-Tombes, Auxerre, 1978, p. 19).

244 Le Paradis de Givry est nommé dans un document de 1299, ce qui confirme l'ancienneté de cette appellation, considérée toutefois assez souvent comme moins ancienne que les dérivés de Martyretum. Voir ARMANDCALLIAT L., "Indications toponymiques tirées des lieux-dits et notes de folklore", M.S.H.A. Chalon, t. XXX, 1943, p. 186.

245 Les Magniens désignent les étrangers, en Mâconnais ; Sarrazins et Autrichiens évoquent une invasion, l'arrivée de gens ayant des coutumes différentes (ces inhumations sont en effet souvent différentes, par leur lieu ou leur mode, des inhumations postérieures).

246 Voir en particulier les exemples donnés par SALIN E., La civilisation mérovingienne, 2ème partie, 1952, p. 21-22.

247 MARTIN J., "Sépultures barbares", p. 327.

248 SALIN E., o.c. (note 246), p. 13.

249 Hypothèse avancée par Linckenheld, rapportée par SALIN E., o.c., p. 16, et reprise par FAIDER-FEYTMANS G., La Belgique à l'époque mérovingienne, Bruxelles, 1964, p. 59.

250 Dans certains cas, d'ailleurs, ces vestiges pourraient être ceux de lieux de culte gallo-romains (Chassey, Mont-Saint-Romain); il est possible aussi que, parfois, le localisation de sépultures mérovingiennes soit liée à l'existence d'une chapelle chrétienne ayant été édifiée à l'emplacement d'une construction antérieure (Blanot ? Mont-Saint-Romain ?). Seules des fouilles méthodiques et exhaustives pourraient le déterminer.

251 Voir par exemple les cas cités par SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 20-21 et CORDIER G., "Le site archéologique du dolmen de Villaine à Sublaines", Gallia, t. 32, fasc. 1, 1974, p. 185-188). Les inhumations à l'emplacement des sites préhistoriques (Chassey, Solutré, pour ne citer que les plus célèbres) ne sont peut-être dues qu'à une "convergence" : utilisation d'un site privilégié (comme pour certaines constructions gallo-romaines).

252 Nous ne citons que cette nécropole car elle est la seule, parmi celles où se trouve une croix, à dater avec certitude de l'époque qui nous intéresse. Les autres sont : Bissy-sur-Fley, Besanceuil, Charnay-les-Macon, Chissey-les-Mâcon, Clessé, Prissé, Rosey, La Salle, Vergisson, Le Villars et Viré. De toute façon, il n'est pas sûr que des croix existaient là dès le Haut Moyen Age ; elles ont fort bien pu être placées plus tard (lors de la découverte fortuite de sépultures ?) ; ajoutons enfin que certains de ces sites se trouvent à un carrefour, ce qui peut suffire à expliquer la présence d'une croix.

253 Aucune fouille n'a permis, à notre connaissance, de retrouver avec certitude les vestiges d'une chapelle mérovingienne dans notre domaine. Les substructions de plan rectangulaire avec abside découvertes à Jalogny pourraient bien être les restes d'un tel édifice, mais les preuves manquent. Sur les inhumations ad sanctos, voir en particulier SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 23-33 et MERTENS J., "Tombes mérovingiennes et églises chrétiennes", Bruxelles, 1976, Arohaeologia Belgica, 187.

254 Nous ne citons que les nécropoles mérovingiennes certaines ou probables. Autres exemples : Buxy (Saint-Hilaire), Cruzille (ancienne chapelle Sainte-Marie), Hurigny-Salornay, Igé (Saint-Germain), Jalogny (Mont-Saint-Pierre), Mellecey (Saint-Sulpice), Montagny-sur-Grosne (Nuglisois), Moroges (Saint-Romain transformé en Rémy), Saint-Désert (Saint-Pierre), La Salle (pèlerinage de Saint-Pancrace), Sigy-le-Châtel (Saint-Symphorien). ARMAND-CALLIAT L., "Indications toponymiques...", p. 186-193, a relevé d'autres lieux dont le nom pourrait garder le souvenir d'une chapelle précoce (sans qu'il y ait eu découverte de sépultures toutefois).

255 On peut se demander cependant si certaines nécropoles en pleine campagne n'auraient pas été réutilisées occasionnellement en plein Moyen Age, à la faveur d'épidémies en particulier, comme ce fut le cas de Saint-Hilaire de Buxy (cf. COURTEPEE, o.c., t. V, p. 7).

256 On sait que, là où elle était pratiquée, l'inhumation habillée disparaît dans le cours du VIIème siècle, dans la seconde moitié de celui-ci le plus souvent, ce qui explique notre méconnaissance sur le plan archéologique de la fin des temps mérovingiens, et la difficulté qu'il y a à préciser le moment exact de l'abandon des cimetières en pleine campagne.

257 D'autres cas, plus douteux ou imprécis (absence de plan) : Charrecey, Farges-les-Mâcon, Mancey (17 rangs), Plottes, Remigny, Saint-Denis-de-Vaux, Solutré (Le Château).

258 Sur ce point, voir surtout : YOUNG B., "Paganisme, christianisation et rites funéraires mérovingiens", Archéologie Médiévale, VII, 1977, p. 5-81, particulièrement p. 29 : "Le VIIème siècle est l'époque de l'instauration progressive du désordre dans de nombreux cimetières en Champagne du Nord, en Lorraine et en Normandie".

259 Dans nos indications d'orientation, nous allons de la tête aux pieds ; O-E signifie tête à l'Ouest, pieds à l'Est.

260 SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 194.

261 Si l'on avait voulu placer les pieds à l'Est, ils se seraient trouvés nettement plus haut que la tête. Dans la partie orientale de la nécropole, par contre, la pente permet à la tête-d'être légèrement surélevée, ce qui est souvent recherché à l'époque. Remarquons que la disposition selon les courbes de niveau paraît plus fréquente (cas de Saint-Clément) que l'autre. Nous connaissons par ailleurs un cas de pente assez forte avec tombes placées selon la ligne de plus grande pente (Velars-sur-Ouche, Côte d'Or).

262 Il faut être prudent car il s'agit uniquement d'observations anciennes manquant de précision. On relève par exemple des contradictions surprenantes, en lisant des auteurs pourtant réputés sérieux comme G. Jeanton et L. Armand-Calliat, à propos de l'orientation de tombes de Saint-Clément (où il ne semble pas y avoir eu de tombes N-S, contrairement à ce qu'affirme G. Jeanton).

263 JEANTON G., "L'orientation des sépultures barbares en Mâconnais et en Chalonnais", Les invasions barbares et le peuplement de l'Europe, Paris, 1953 (Secondes journées de synthèse historique, 1939).

264 Nous n'entrerons pas dans les détails sur ce point. L'explication de WERNER J., "Zur Entstehung der Reihengräberzivilisation", Archeologia Geographica, I, 2, 1950, p. 23-32, semble en gros valable : les cimetières par rangées avec orientation O-E seraient nés chez les fédérés ou "Lètes" germaniques installés dans le Nord de la Gaule à partir du IVème siècle.

265 YOUNG B., o.c., p. 23. Deux tombes de Curtil, 160 et 263, ont ainsi une orientation complètement différente des voisines ; or, la première ne paraît pas avoir été utilisée, et, dans la deuxième, le corps avait été jeté sans soin plutôt que déposé.

265 bis Un exemple de même nature à Colombier (Isère), où "une des sépultures contenait trois squelettes présentant des caractéristiques anthropologiques identiques " (sans autres précisions) (BAILLY-MAITRE M. C., "Les sépultures à inhumation du Bas Dauphiné au Haut Moyen Age", Evocations, 3, 1979, p. 90).

266 Dans ce dernier site, les inhumations "en pleine terre" auraient été les plus nombreuses, à en croire MARTIN J., "Nouvelles découvertes", p. 205-206. La rareté, relative, de ce type peut s'expliquer par le fait qu'il est plus difficile à repérer que les caissons de dalles.

267 "Nous avons aussi rencontré deux et trois sépultures superposées, celles de dessous toujours en pleine terre ou creusées dans le cran : rien, jusqu'à ce jour, n'a été trouvé dans ces sépultures inférieures" (id., ibid., p. 206). Même type de chronologie relative par exemple à Roissard (Isère) : COLARDELLE M., "Le cimetière mérovingien de Roissard (Isère)", Cinq ans d'archéologie médiévale dans la région Rhône-Alpes, s.d., p. 8.

268 Voir nos remarques ci-dessus (Introduction de la 3ème partie). Voir aussi, par exemple : GAGNIERE S., "Les sépultures à inhumation du IIIème au XIIIème siècle de notre ère dans la basse vallée du Rhône", Les Cahiers Rhodaniens, XII, 1965, p. 53-110.

269 Id., ibid.

270 Ce type de forme se retrouve en plein Moyen Age ; dans les exemples que nous avons sous les yeux, assez curieusement, il s'agit à peu près uniquement de dalles (ou de moellons) de chant : Id., ibid. ; BARRIERE B., "Les sépultures médiévales d'Obazine (Corrèze)", Revue Archéologique du Centre, 67-68, 1978, p. 179-185 (tombes du XIIIème siècle).

271 Cette observation, fondée essentiellement sur Curtil et Saint-Clément, paraît avoir une valeur générale dans la région, puisqu'elle a été formulée par J. MARTIN dans le Tournugeois ("Sépultures barbares", p. 319) et par A. LEGRAND de MERCEY, o.c., pour le canton de Lugny.

272 A Remigny, le fouilleur note cependant que le fond remonte au niveau des pieds, lesquels sont légèrement surélevés.

273 On comprendrait parfaitement qu'en de pareilles occasions on ait réutilisé un cimetière dont on avait gardé le souvenir et qui avait l'avantage d'être éloigné des vivants. Voir aussi la note 255, ci-dessus.

274 Cette forme représente, comme le fait remarquer FOURNIER G., Les Mérovingiens, 3ème édition, Paris, 1978, p. 54, une économie de matière première par rapport à la forme parallélépipédique. Sur les difficultés qu'il y a à dater les sarcophages, voir en particulier FOURNIER P. F., "Carrières de sarcophages en Basse Auvergne", Archéologie minière. Forez et Massif Central, Paris, 1975, p. 191-198 (Actes du 98ème Congrès National des Sociétés Savantes, Saint-Etienne, 1973).

275 Voir par exemple le Vexin français ou la presque totalité des inhumations est en sarcophages : SIRAT J., "Le Vexin français à l'époque mérovingienne", Septentrion, 3, 1973, p. 37-39 ; pourcentage très élevé également à Paris : PERIN P., "Les caractères généraux des nécropoles mérovingiennes de la Champagne du Nord et de Paris", ibid., p. 23-36.

276 Voir la carte (pl. 1). Ce sont : Saint-Boil et La Roche Vineuse (calcaire), Saint-Emiland et peut-être Burzy (grès). Pour préciser l'origine des sarcophages, il faudrait se livrer à des analyses pétrographiques.

277 L'absence de mobilier constatée généralement dans les sarcophages ne va pas à l'encontre de cela ; au contraire, elle serait également une preuve de la "romanisation" et de la christianisation plus poussée des "notables".

278 Fait qui n'est certainement pas un indice de pauvreté, mais plutôt une preuve de romanisation et, sans doute, de datation tardive (voir ci-dessous le paragraphe 3.1.4. consacré au nombre de corps dans les sépultures).

279 A Sassangy, nous n'avons pas rencontré d'inhumations multiples, mais nous n'avons fouillé que huit tombes.

280 SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 185-186 et 213-215.

281 YOUNG B., o.c., p. 29-30 : "il semble que plus la zone est rurale et l'époque reculée, plus les tombes anciennes ont de chances d'être respectées ; plus l'époque est tardive et le lieu proche d'un centre de culte chrétien, plus le sens de l'individualité dans la sépulture se perd".

282 Cité par SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 375 (texte no 181).

283 Ce mode d'inhumation est interprété comme la traduction d'un désir d'expiation, de pénitence (voir le testament de Pépin le Bref). L'un des corps découverts à Tournus avait un moyen bronze de Maxence sous la tête. Cette position est signalée à plusieurs reprises pour l'époque mérovingienne ; voir par exemple, récemment : LAUMON A., "La nécropole mérovingienne de Bettborn", Annuaire de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine, t. 87, 1 977, p. 51-71 (p. 59 : tombe 7).

284 Sans compter le fait que le crâne étant la partie du corps la moins profondément enterrée a été la première "victime" des travaux agricoles.

285 SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 216.

286 PERIN P., "Les Ardennes à l'époque mérovingienne", Etudes ardennaises, no 50, 1967, p. 2-46 (p. 15-16).

287 PERIN P., "Les caractères généraux...", p. 36.

288 Les exemples cités par YOUNG B., o.c., p. 27-28, inclinent à une certaine prudence. Ajoutons-y celui de la nécropole de Briord (Ain), où les corps inhumés au Ier siècle ont indifféremment les bras allongés ou croisés, et celui de Beaulieu-sur-Mer, où il en est de même chez des chrétiens : CHENEVEAU R., "Le cimetière paléo-chrétien de Sancta-Maria de Olivo à Beaulieu-sur-Mer", Mémoires de l'Institut de Préhistoire et d'Archéologie des Alpes Maritimes, t. VIII, 1963-1964, 67 p. (pl. XIII).

289 Certains indices donnent à penser que le remplissage est "accidentel" : la finesse de la terre due à l'étroitesse des interstices de la couverture ou, dans le cas d'inhumations multiples, le fait que les os du premier inhumé n'aient pas été brisés quand ils ont été repoussés sur le côté ou aux pieds (ce qui se serait certainement produit, s'ils avaient été enterrés).

290 Pour ce dernier site, le journal de fouille est malheureusement souvent muet sur ce point.

291 Sans qu'il y ait eu de feu dans la tombe (ce feu aurait laissé d'autres traces que les cendres) : sur la rareté des feux rituels, l'interprétation de ces rites et apports de charbons et tessons (fréquents), voir en particulier SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 198-212, et YOUNG B., o.c., p. 30-36. Les charbons de bois et tessons sont par exemple très souvent signalés à Réville : SCUVEE F., o.c., p. 72-76. Selon PERIN P., dans les Ardennes, les tombes renfermant la plus grande quantité de charbons de bois seraient les plus tardives (o.c., "Les Ardennes...", p. 17-18).

292 Autre exemple d'ammonite dans une tombe, à Ennery : DELORT E., "Le cimetière franc d'Ennery", Gallia, t. V, fasc. 2, 1947, p. 358.

293 C'est ce que montre clairement B. Young dans son travail déjà cité. Il se trouve cependant que dans notre domaine cette rareté ou absence de mobilier coïncide précisément avec d'autres caractères allant dans le sens d'une christianisation précoce.

294 Les violations ne paraissent pas très nombreuses, en général, sauf sur certains sites comme Bissy-sur-Fley et Sassangy.

295 Exemples : à Vouciennes (Marne), 90 tombes sans mobilier sur 286 (LANTIER R., "Le cimetière mérovingien du Maltrat à Vouciennes", Revue Archéologique, janvier-juin 1941, p. 234) ; à Audun-le-Tiche (Moselle), où près de 50 % des tombes sont "stériles" ou ne livrent qu'un objet, A. Simmer estime avoir affaire à un cimetière pauvre pour la région (SIMMER A., "Ensembles funéraires de la nécropole mérovingienne d'Audun-le-Tiche", Annuaire de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine, t. 87, 1977, p. 47).

296 Bien qu'on ne connaisse pas le nombre exact de tombes et la répartition du mobilier, il est évident que le site de Charnay était beaucoup plus riche; dans la nécropole d'Argilly, en cours de fouille (50 tombes exhumées), on arrive à plus de 80 % de tombes avec mobilier.

297 Un tiers environ de tombes à mobilier à Riaz (SPYCHER H., "Die Ausgrabungen auf der Nationalstrassen im Kanton Freiburg 1975", Bulletin de la Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie, 7, 1976, p. 40), beaucoup moins à Sèzegnin : quelques dizaines de tombes sur près de 700 (communication de C. Bonnet et B. Privati, Bâle, septembre 1978) ; par contre à Berne-Bümpliz, dans une région plus "germanisée" : la moitié (communication de K. Zimmermann, Bâle, septembre 1978). Autres exemples encore : 17 % à Vuippens et 5 % à Ried. (Archäologie der Schweiz, VI, Das Frühmittelalter, Bâle, 1979, p. 30).

298 Voir par exemple les sites de Neuvicq-Montguyon (MAURIN L., "Le cimetière mérovingien de Neuvicq-Montguyon, Charente-Maritime", Gallia, XXIX, 1971, p. 159-167) et de Sublaine (o.c, p. 178).

299 Contrairement à ce que semble affirmer B. Young dans une généralisation hâtive : "Dès le début du IVème siècle sinon plus tôt, l'inhumation avec mobilier funéraire (principalement de la vaisselle) était générale en Gaule romaine, bien que l'incinération subsistât occasionnellement" (o.c, p. 15).

300 Il est facile de constater que les régions occupées très tôt par les Francs ont fourni des tombes avec mobilier précoce (dès l'époque de Clovis dans les Ardennes, par exemple).

301 WERNER J., "Bewaffnung und Waffenbeigabe in der Merowingerzeit", Settimane di Studio del Centro italiano di studi sull'alto medioevo, Spolète, 1968, p. 96-98; cité par YOUNG B., o.c., p. 36.

302 Sur cette question, voir la mise au point de YOUNG B., o.c. , p. 36-57.

303 JOFFROY R., o.c., p. 42.

304 SIMMER A., o.c., p. 41.

305 Exposition de novembre 1977, à Fribourg. Selon H. Spycher (communication orale, Fribourg, novembre 1977), les ceintures seraient en place dans les tombes de femmes et allongées dans des tombes d'hommes (Saint-Clément t. 80 = homme, Curtil t. 79 = femme ?).

306 A Bülach en particulier. Voir surtout : VOGT E., "Interprétation und museale Auswertung alamannischer Grabfunde", Zeitschrift für schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 20, 1960, p. 70-90.

307 Autres exemples : La Balme et Etrembières (Haute-Savoie) (MOOSBRUGGERLEU R. et SAUTER M.R., "Une tombe 'burgonde' à plaque-boucle à Etrembières", R.A.E., 31-32, 1957, p. 290), Saint-Martin-du-Mont (Ain) (BAZZANA A., "Notes sur trois sépultures barbares mises au jour à Saint-Martin-du-Mont", L'Ain, 1975, 2, p. 4), Monnet-la-Ville (Jura) (MERCIER C. et M., o.c., p. 51-52), Ennery (Moselle) (DELORT E., o.c., p. 366). A Maure (Ardennes), c'est tout le mobilier funéraire qui est ainsi disposé (PERIN P., o.c.,"Les caractères généraux...", p. 27). Même chose à Riaz, tombe 143. Voir aussi, plus haut, la discussion à propos des plaques à l'hippogriffe (plaques-boucles incomplètes, brisées). A remarquer qu'une telle pratique (dépôt de monnaies près de la tête) se rencontre dès le IVème siècle dans le site de Tavers (Loiret) : BARATIN J., Les nécropoles de Tavers, Loiret, Orléans, 1977, p. 17.

308 Nombreux exemples, là encore, à Ennery (DELORT E., o.c., p. 368 : 19 aumônières sur 23 sont dans ce cas !), Dieue-sur-Meuse (GUILLAUME J., o.c. ; de nombreux cas près du crâne), Seyssinet-Pariset (Isère) (COLARDELLE M. et BOCQUET A., "Une sépulture double mérovingienne à Seyssinet-Pariset", L'Anthropologie, t. 77, 1973, p. 519-544). Il est remarquable de constater qu'à côté de sites où cette pratique est fréquente, d'autres l'ignorent complètement : voir l'exemple de Réville (SCUVEE F., o.c.) où les 13 aumônières sont, comme à Curtil, en position normale.

309 C'est un des critères (de forte empreinte romaine) retenus pas STEIN F. "Franken und Romanen in Lothringen", Studien zur vor- und frühgeschicht lichen Archäologie, Munich, 1974, p. 579-589 (Festchrift für J. Werner zum 65. Geburtstag).

310 Il y aurait beaucoup à dire sur ce motif si banal et sur sa signification, ainsi que sur de nombreux pseudo-anagrammes (voir sur ce point précis DEONNA W., "Le noeud gordien", Revue des Etudes Grecques, t. XXXI, 1918, p. 154) et bagues dites sigillaires.

311 Cette rareté des bracelets ne surprend pas : elle semble générale à l'époque mérovingienne.

312 Même référence qu'à la note 309.

313 MARTIN J., "Sépultures barbares", p. 325 (Farges), 322 (Mancey, avec pendentif en os), 334 (Tournus). Voir sur ce point : JEANNET A., "Les agrafes à double crochet de l'époque mérovingienne", R.A.E., t. VIII, 1957, p. 149-151. L'agrafe de Davayé devait avoir le même usage : chaînette avec monnaie en pendentif.

314 LORREN C., Le mobilier des tombes franques en Normandie, Caen, 1968, mémoire de maîtrise, p. 30. A Charnay, certaines fibules de ce type sont munies d'une chaînette : à l'autre extrémité se trouvait une agrafe à double crochet (BAUDOT H., o.c., pl. XV, 1 et 2 et p. 182-183). D'autres types de fibules (ansées du VIème siècle, ou circulaires) étaient également portées par paire.

315 Voir l'excellente mise au point de FOUET G., "Agrafes à double crochet du IVème siècle dans la villa de Montmaurin", Ogam, 86, p. 277-292. Retenons aussi la fréquence relativement grande de ce type d'objets dans les nécropoles des régions les plus romanisées (par rapport aux zones septentrionales) (voir ci-dessous, la note 319).

316 Id., ibid., p. 280.

317 Opinion défendue par AUDIN A., "Destination des agrafes mérovingiennes à double crochet", R.A.E., t. VI, 1955, p. 158-159.

318 FOUET G., o.c.

319 ROES A., "Agrafes du Haut Moyen Age à double crochet", R.A.E., t. V, 1954, p. 330-334. A signaler également, sur le même sujet, l'inventaire (très incomplet, mais précieux) de HÜBENER W., "Merowingerzeitliche Kettenschmuckträger in Westeuropa", Madrider Mitteilungen, 12, 1971, p. 241-261 ; la carte de répartition des découvertes, fig. 5 p. 250, suggère une origine gallo-romaine de ce type d'objets.

320 Il est vraiment dommage que nous ne connaissions pas l'agrafe de Davayé, car elle était accompagnée d'une monnaie de Childéric II (663-675).

321 A Riaz, par exemple, 11 tombes avec arme(s) sur plus de 400 (Nécropoles du Haut Moyen Age, catalogue de l'exposition, Fribourg, 1977, p. 4). En Touraine, absence quasi-totale d'armes : LELONG Ch., o.c. Plus au Sud, un seul scramasaxe à Neuvicq-Montguyon (MAURIN L., o.c., p. 159). Les grands répertoires pour le Sud-Ouest et l'Ouest (Barrière-Flavy, Zeiss, James) montrent la rareté des armes dans les tombes de ces régions.

322 Notre planche 58 regroupe les armes inédites (à l'exception, toutefois, de celles de Curtil) et les autres pièces les plus intéressantes (en particulier celles trouvées avec les plaques-boucles de Tournus et Blanot). On trouvera à la pl. 59, 6, un ensemble découvert à Granges (scramasax et vase) publié par L. Armand-Calliat qui n'en avait donné qu'une photo peu exploitable.

323 BARRIERE-FLAVY C., Les arts industriels..., cite 12 exemples de "fauchards" ; le plus proche du nôtre est celui de Macornay (Jura) (pl. XV, 1). Un autre a été trouvé à Dieue-sur-Meuse (GUILLAUME J., o.c.).

324 Les paysans d'une partie de la région l'appellent "vouge". Il faut faire entrer dans cette catégorie des armes-outils les fourches trouvées dans les tombes d'Audun-le-Tiche : SIMMER A., La nécropole mérovingienne d'Audun-le-Tiche, Audun, 1975.

325 BÖHNER K., o.c., p. 130-145.

326 A Curtil : poignée à droite, lame souvent en diagonale sur le fémur droit. Une exception, la tombe 267, avec scramasaxe à gauche.

327 Voir, par exemple, récemment : SERVAT E., "Le cimetière de Lumes", Revue historique ardennaise, 1973, p. 39-40.

328 Nombreux exemples donnés par YOUNG B., o.c., p. 49-51.

329 "Souvent on donnait encore au mort une pièce de monnaie, soit parce qu'il avait aimé l'argent de son vivant, soit sous le prétexte de lui faciliter son entrée au Paradis". L'auteur ajoute que ces usages seraient encore fréquents "à l'heure qu'il est" (VIOLET E., Les coutumes funéraires en Mâconnais, Mâcon, 1942, Annales d'Igé, p. 12).

330 YOUNG B., o.c., p. 51.

331 Monnaie de Davayé (Childéric II) et de Loché-Mâcon (frappée à Chalon sous Gontran) ; en ce qui concerne cette dernière, on ne sait même pas si elle provient d'une tombe.

332 En ce qui concerne particulièrement Lugny-Fissy, le texte de A. Legrand de Mercey présente malheureusement des contradictions et des invraisemblances (il aurait trouvé dans un vase des os du croupion d'un volatile...) ; il n'est pas impossible qu'il y ait eu des offrandes alimentaires.

333 C'est du moins ce que laisse entendre ARMAND-CALLIAT L. dans une de ses publications ("Poteries mérovingiennes...", R.A.E., 43, 1960, p. 250), mais pas dans les autres...

334 YOUNG B., o.c., p. 47. Les premières fouilles d'Argilly confirment cette disposition : deux cas à la tête, 12 aux pieds.

335 Nous attendons beaucoup de la poursuite de nos fouilles à Argilly : les céramiques, relativement abondantes pour la région (voir aussi le cas de Charnay), s'y trouvent dans un contexte bien daté par le reste du mobilier.

336 La plupart des dessins ont été faits d'après publication (de J. Martin essentiellement), les vases de la région de Tournus n'ayant pu être retrouvés au musée de cette ville.

337 TRUFFEAU-LIBRE M., "Céramiques communes gallo-romaines du Nord de la France au Musée des Antiquités Nationales", Antiquités Nationales, 9, 1977, p. 73-74 (no 12, 13 et 14) : il s'agit de vases provenant de Picardie (Abbeville), seule province dans laquelle ils sont connus à ce jour ; la ressemblance avec les vases qui nous intéressent est étonnante : même base sphéroïdale, même col tronconique très haut.

338 Cette impression se confirme si l'on regarde ce qui a été trouvé à Charnay (avec cependant plus de vases des types 7 et 8) ou dans le lit de la Saône (ARMAND-CALLIAT L., "Poteries mérovingiennes"...).

339 L'explication réside dans la modestie des vestiges (constructions humbles, céramique peu remarquable) et dans le fait que l'habitat actuel est sans doute souvent à l'emplacement de l'habitat mérovingien.

340 Ce chiffre équivaut à la population actuelle de toute la commune de Curtil. Le calcul, discutable, nous en convenons, est fondé sur les données suivantes : 700 tombes, 150 ans d'utilisation, 30 ans d'espérance de vie, avec correction correspondant à l'absence de restes d'enfants de moins de 5-6 ans.

341 FEVRIER P.-A., "Problèmes de l'habitat du Midi méditerranéen à la fin de l'Antiquité et dans le Haut Moyen Age", Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, Congrès de Nice, 1976, p. 163.

342 Liste donnée par l'Abbé CHAUME, Les origines du Duché de Bourgogne, Géographie historique, fasc. 3, Dijon, 1931, p. 996 et 1028-1039. Pour la Côte chalonnaise : Buxy et Saint-Désert (Mellecey est qualifié de vicus) ; pour la Côte mâconnaise : Bassy, Berzé, Bourgogne, Buffières, Chardonnay, Château, Chevagny-sur-Guye, Ecussolle, Fuissé, Igé, Lancié, Merzé, Ruffey, Salornay-sur-Guye, Saint-Point et Verzé.

343 Il n'y a qu'à parcourir les listes, particulièrement "fournies" pour le Maçonnais, dressées par l'Abbé CHAUME, o.c., fasc. 3.

344 Sur la situation de l'habitat dans notre région selon la topographie et selon les époques, voir : CHAMPIER L., "Paysages humains de Bourgogne méridionale", A. A. Mâcon, 1954-1955, p. 8-18. Cette question mériterait d'être reprise et précisée : se pose en particulier le problème de l'évolution depuis le Haut Moyen Age. L'impression générale est celle d'une grande continuité ; cette impression aurait besoin d'être étayée par des études précises.

345 PERIN P., "Les Ardennes...", p. 34-39.

346 Voir l'explication traditionnelle des inhumations dans des ruines romaines avec traces d'incendie : les restes des habitants massacrés par les barbares qui ont brûlé la villa...

347 PERIN P., o.c., p. 38.

348 THORAL M., RIQUET R., COMBIER J., o.c., p. 87-88.

349 Nous n'avons retenu que les noms concernant notre domaine d'étude ; d'autres existent en Bourgogne du Sud. Voir les listes de l'Abbé CHAUME, o.c., fasc. 1, p. 151-153 et de JEANTON G., Pays de Mâcon et de Chalon avant l'an mille, fasc. 1, 1934 et fasc. 2, 1938. La recherche toponymique a été plus ou moins poussée selon les zones et mériterait d'être entièrement reprise.

350 Abbé CHAUME, ibid., p. 147.

351 Ils étaient peu nombreux (quelques dizaines de milliers), semblent avoir peu pratiqué l'inhumation habillée et s'être rapidement "fondus" dans la population indigène. Leur implantation est cependant marquée par quelques découvertes d'objets caractéristiques (fibules en particulier) et par la pratique de la déformation crânienne. Le point sur cette question dans GAILLARD de SEMAINVILLE H., LAUGRAND R., PERRAUD R., "Un cas de déformation crânienne artificielle à Briord (Ain). L'implantation burgonde au Vème siècle", Phys. Montceau, 88, 1978, p. 43-50.

352 Cette question des noms en -ans et -ange a fait couler beaucoup d'encre ; bonne mise au point dans : PIERDET C., Le peuplement à l'époque franque entre Dijon et Beaune, D.E.S., Dijon, 1963, p. 97-109. Listes de ces toponymes dans : Abbé CHAUME, o.c., fasc. 1, p. 169-1 77, et dans ARMAND-CALLIAT L., Indications toponymiques..., p. 181-183.

353 Observation de C. Brun à partir de 6 noms en -ans seulement : BRUN C., "Mesure de l'intensité de la colonisation burgonde dans le département de Saône-et-Loire", A.A. Mâcon, t. XXXIII, 1938, p. 46-47. Les "Bourgogne", "Bourguignons"... sont nombreux en Tournugeois.

354 Abbé CHAUME, o.c., fasc. 1, p. 179. Il reste quand même à expliquer pourquoi l'on a deux formations différentes de noms pour une même colonisation.

355 Les zones linguistiques ont été cartographiées d'après TAVERDET G., "La carte linguistique de Saône-et-Loire", "71", Images de Sadne-et-Loire, 7, 1970, p. 14-15.

356 Voir en particulier : LOMBARD M., Les métaux dans l’ancien monde du Vème au XIème siècle, Paris, 1974 (spécialement la carte hors-texte 2).

357 Voir en particulier : FOURNIAL E., Histoire monétaire de l'Occident médiéval, Paris, 1970, p. 52 : "D'une économie encore ouverte aux échanges, on est passé aux alentours de 650 à une économie régionale de subsistance". La différence de diffusion à l'extérieur de notre domaine des garnitures à l'hippogriffe (en partie du VIème siècle) et des plaques de type B (VIIème siècle) ne serait-elle pas une illustration de ce phénomène (pl. 46 et 47) ?

358 Un article plein d'intérêt sur ce sujet est passé inaperçu des archéologues, celui de LE GENTILHOMME P., "Le monnayage et la circulation monétaire dans les royaumes barbares en occident", Revue Numismatique, 1943, p. 45-112 (p. 103-104, surtout).

359 WERNER J., Waage und Geld in der Merowingerzeit, Munich, 1954, (Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften). L'auteur oppose le "pays des monétaires" au "pays des balances". En réalité, ce dernier ne fait que reproduire le domaine où l'inhumation habillée a été pratiquée (MARTIN M., Das fränkische Graberfeld von Basel-Bermerring, Bâle, 1 976, p. 68).

360 Voir sur ce point les remarques fondamentales de MASSET C., "La démographie des populations inhumées. Essai de paléodémographie", L'Homme, t. XIII, 1973, p. 95-131.

361 Ces chiffres sont assez conformes à ce qui a été constaté dans d'autres régions : 1/7ème d'enfants à Jaulzy (Oise) et à Lavoye, 27 % à Sublaines, 30 % à Blussangeaux (voir VALLET F., "Le mobilier de la nécropole mérovingienne de Jaulzy", Revue Archéologique de l'Oise, 10, 1977, p. 35.

362 Dans son excellente étude sur Frënouville, L. Buchet arrive à environ 31 ans d'espérance de vie pour les Gallo-Romains ; BUCHET L., "La nécropole gallo-romaine et mérovingienne de Frénouville (Calvados). Etude anthropologique", Archéologie Médiévale, t. VIII, 1978, p. 5-53.

363 CHAMPIER L., "Paysages humains de Bourgogne méridionale", A. A. Mâcon, t. XLII, 1954-1955, p. 8-18, parle de "civilisation du coteau". Voir aussi, du même : "Recherches sur les origines du terroir et de l'habitat en Mâconnais et en Chalonnais", Les Etudes Rhodaniennes, t. 22, 1947, p. 206-238 (notre coupe, pl. 2, est sa fig. 1, p. 208).

364 La Notitia dignitatum signale à Mâcon une fabrique de javelots. On croit avoir retrouvé les traces de cette industrie à Saint-Clément-les-Mâcon (Mâconnais gallo-romain, région de Mâcon, p. 7, note 1). De plus, un atelier monétaire y a fonctionné à l’époque mérovingienne (n'oublions pas que le travail de l'orfèvre et celui du monétaire ne sont pas sans rapport ; cf. la vie de Saint Eloi).

365 Tournus était un relai de poste et une base de ravitaillement (Castrense Horreum) à l'époque gallo-romaine ; au IXème siècle, on y trouvait un atelier monétaire et des foires (DELEAGE A., "Les étapes de l'habitat"...).

366 Chalon a eu un rôle éminent : capitale, grand centre portuaire et monétaire... La métallurgie y a été pratiquée au Haut Moyen Age, comme tendent à le prouver les deux faits suivants : une scorie en fer, d'1 kg, et une tuyère de métallurgiste ont été trouvées près d'un trésor carolingien (ARMAND-CALLIAT L., "Une cachette monétaire carolingienne trouvée à Chalon, rue des Cornillons", M.S.H.A. Chalon, 1957, t. XXXIV, p. 88-94) ; dans l'hiver 1976-77, lors des fouilles de sauvetage de la Citadelle, on a découvert de nombreux creusets de bronziers associés à de la céramique mérovingienne (renseignement de L. Bonnamour).

367 DELEAGE A., La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du onzième siècle, Mâcon, 1942, p. 562.

368 Sur cette question, le point est fait par PERIN P., "Trois tombes de chefs du début de la période mérovingienne...", Bulletin de la Société archéologique champenoise, 4, 1972, p. 59.

369 A en croire ARMAND-CALLIAT L., Indications toponymiques..., p. 190, Mellecey aurait eu 5 chapelles ou églises distinctes dès le Haut Moyen Age.

370 Voir par exemple les conclusions de YOUNG B., o.c.

371 Abbé CHAUME, Recherches d'histoire chrétienne et médiévale, Dijon, 1947, p. 61.

372 BESNARD P., "Les origines et les premiers siècles de l'Eglise chalonnaise", M.S.H.A. Chalon, t. IX, 1920, p. 75-124, et t. X, 1922, p. 41-118.

373 Abbé CHAUME, "Les plus anciennes églises de Bourgogne", Annales de Bourgogne, 1936, t. 8, p. 201-229. BULLIOT J.G., et THIOLLIER F., La mission et le culte de Saint Martin, Autun-Paris, 1892.

374 GREGOIRE DE TOURS, De gloria martyrum, I, chap. 54. Rappelons que des sarcophages sans doute mérovingiens y ont été découverts (voir l'inventaire des sites).

375 Id., De gloria confessorum, chap. 86. De Gourdon provient un célèbre trésor constitué, entre autres, d'objets de culte, et dont l'enfouissement peut être daté des alentours de 534.

376 En Basse Auvergne, par exemple, on ne connaît aucune nécropole mérovingienne en pleine campagne : les inhumations ad sanctos, pratiquées très tôt, deviennent courantes au VIème siècle. Cf. FOURNIER G., Le peuplement rural en Basse Auvergne durant le Haut Moyen Age, Paris, 1962.

377 CHEVRIER G., "Les grands traits de la civilisation juridique de la Bourgogne mérovingienne", Etudes mérovingiennes (Actes des Journées de Poitiers, 1952), Paris, 1953, p. 23-34. L'auteur insiste sur les nombreuses traditions romaines. Nos conclusions confirment pleinement celles de J. Werner, fondées sur l'examen des plaques-boucles et des inscriptions ; cf. WERNER J., "Die romanische Trachtprovinz Nordburgund im 6. und 7. Jahrhundert", Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, Congrès de Nice, 1976, p. 228-253.

378 Un exemple, parmi d'autres : DUBRION R., Contribution climatique à l'étude du milieu d'implantation des plantes à affinités méditerranéennes en Bourgogne orientale, Thèse de 3ème cycle, Dijon, 1973.

379 JAMES E., o.c., p. 107.

380 Abbé CHAUME, o.c., fasc. 1, p. 245-246.

381 SCHWAB H., Archäologie der Schweiz, VI, Das Frühmittelalter, Bâle, 1979, p. 25.

382 THEVENOT J.-P., STRAHM C. et alii, "La civilisation Saône-Rhône", R.A.E., 105-106, 1976, p. 331-420. MILLOTTE J.-P., Le Jura et les plaines de la Saône aux âges des métaux, Paris, 1963. BONNAMOUR L., L'âge du bronze au musée de Chalon-sur-Saône, Chalon, 1969, p. 84-85.

383 Il y a cependant une autre explication possible : les Francs se seraient installés en plus grand nombre afin de prévenir toute tentative de révolte dans ces régions fraîchement conquises. Il faudrait pouvoir tenir compte également de l'état d'avancement de la recherche archéologique dans telle ou telle région ; c'est une chose difficile à évaluer le plus souvent.

384 Nous ne pouvons pas juger pour Lyon, la seconde capitale, à cause de la rareté des découvertes dans cette ville et sa région, mais il a pu en être de même.

© ARTEHIS Éditions, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search