Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

I Impacts interculturels entre groupes du Néolithique moyen

Du Mésolithique au Néolithique en Europe du Nord

Nouvelle société ou nouvelle technologie ?

Magdalena S. Midgley

Résumé

L’émergence du Néolithique en Europe du Nord ne fut ni synchrone ni uniforme et on ne peut pas la définir en termes simples. Les problèmes qui se rapportent à la discussion de ce processus complexe concernent les relations entre les communautés de tradition danubienne et les divers groupes de chasseurs-cueilleurs. L’influence culturelle, économique et sociale des Danubiens profite d’une longue histoire de recherche et constitue depuis longtemps le sujet de débats archéologiques. Par contraste, le rôle du chasseur-cueilleur dans ce processus a été moins discuté. L’objectif de cet article est d’explorer la contribution de l’héritage des chasseurs-cueilleurs à la naissance du Néolithique en Europe du Nord, comme on le voit au moyen de découvertes récentes et sur fond de nouvelles considérations théoriques et méthodologiques.

Texte intégral

Je voudrais remercier vivement Stephen, mon mari, et Muriel Masson, étudiante à l’Université d’Édimbourg, pour leur gentillesse et l’efficacité de leur travail dans la traduction de cet article. MSM

1L’Europe du Nord représente un des théâtres culturels les plus dynamiques dans lequel s’est joué le processus de néolithisation. Là, par contraste avec d’autres régions européennes, à la suite d’une longue période de contacts entre des communautés dont les modes de vie différaient profondément (les fermiers danubiens et les chasseurs-cueilleurs du Nord), le début de l’agriculture allait de pair avec la continuation de la chasse et de la cueillette. Les constats archéologiques nous offrent un tableau de relations interculturelles dynamiques entre ces communautés, qui ont mené finalement à la naissance d’un nouveau complexe culturel puissant, celui que nous appelons la Trichter becherkultur (TRBK) ou Culture des Gobelets à Entonnoir.

2Le paysage culturel de la vaste plaine nord-européenne pendant le vie et le début du ve millénaire av. J.-C. peut être représenté comme suit : les petits groupes de fermiers danubiens les plus au nord sont installés dans de petites niches agricoles clairement définies dans la partie sud de la région, alors que le reste de la plaine est occupé par une véritable mosaïque de communautés de chasseurs-cueilleurs. Le chercheur polonais Marek Nowak a récemment proposé une métaphore très juste pour un tel scénario : « … de petites îles de fermiers dans une mer immense de fourrageurs », c’est-à-dire des communautés qui agissaient les unes sur les autres, non seulement à travers une, mais à travers plusieurs frontières culturelles (Nowak, 2001, p. 590).

3L’histoire extensive de ces contacts (comme le montre la large distribution d’objets de provenance danubienne dans les territoires des chasseurs-cueilleurs et vice versa) est archéologiquement bien documentée. Nous connaissons très bien la répartition dans le nord des herminettes en forme de « bottier », des haches en bois de cerf, et même la présence occasionnelle de tessons céramiques typiquement danubiens sur les sites mésolithiques (Gramsch, 1973 ; Ilkiewicz, 1989 ; Kobusiewicz, Kabacinski, 1998 ; Terberger, 1999). Il y a peu de doute que la technologie céramique, si rapidement apprise par les chasseurs-cueilleurs, provenait du monde danubien, de même que les plantes et les animaux domestiques. On a longtemps débattu sur l’importance de ces contributions danubiennes dans la naissance de nouvelles formes de culture matérielle et d’économie en Europe du Nord (voir par exemple Schwabedissen, 1966 ; Fischer, 1982 ; Midgley, 1992 ; Jeunesse, 2000). Cependant, le rôle des chasseurs-cueilleurs dans ce processus a été moins discuté. La présente étude tente d’examiner la contribution de cet héritage au monde nouveau du Néolithique.

Le Mésolithique final de la plaine nord-européenne

  • 1 La reprise des recherches dans le Mésolithique final et le premier Néolithique en Mecklembourg est (...)

4Il reste encore une disparité entre les nombreuses indications du sud de la Scandinavie mésolithique (culture Ertebølle) et celles du reste de la plaine nord-européenne où le Mésolithique est moins représenté dans les données archéologiques. D’une part, nous faisons face à l’énorme étendue du territoire en question, des Pays-Bas à l’est de la Pologne, et nous ne devrions guère compter sur l’identification d’une tradition culturelle unique à travers ce vaste territoire ; de plus, les différentes priorités des chercheurs qui s’engagent dans l’étude de cette région représentent une difficulté supplémentaire1. D’autre part, les paysages de la plaine n’offrent pas de conditions de survie identiques et il n’est guère étonnant que, dans certaines parties de la région, les outils en silex continuent à représenter la principale, et parfois la seule culture matérielle diagnostique du Mésolithique final.

5Cependant, les résultats de la dernière décennie s’annoncent très bons. Les recherches en Pologne du Nord, par exemple, ont mis au jour de nombreux sites mésolithiques situés dans de riches environnements riverains et lacustres qui démontrent une occupation permanente ainsi que des activités intensives telles que la pêche (Guminski, Fiedorczuk, 1990 ; Bagniewski, 1998 ; Guminski, 1998 ; Sulgostowska, 1998). En outre, il y a maintenant beaucoup de sites, taxonomiquement classés comme mésolithiques, mais qui contiennent de la poterie (poterie qui manifeste une grande variété de styles céramiques). Certains chercheurs continuent de considérer ces associations comme provenant de perturbations post-dépositionnelles (Schild, 1998). À mon avis, à travers les basses terres du nord de l’Europe, le nombre de sites pouvant être rangés dans le Mésolithique et contenant de la poterie a récemment augmenté, à un tel point que ces associations ne peuvent plus être simplement écartées comme de simples accidents taphonomiques, et il faut les voir dans la même optique que celles du complexe Ertebølle.

6Naturellement, la recherche s’est consacrée jusqu’à maintenant aux aspects économiques de ces sites du Mésolithique final et des possibilités de survie de quelques enclaves mésolithiques en parallèle avec le Néolithique (Kobusiewicz, Kabacinski, 1998 ; Kobusiewicz, 1999). Dans le contexte du complexe Ertebølle, la différentiation stylistique dans la culture matérielle a été utilisée comme indice de différence régionale et de comportement territorial (Vang Petersen, 1984). La différentiation similaire dans la plaine nord-européenne, qui jusqu’ici n’a été apparente que dans les ensembles lithiques, pourrait maintenant acquérir une résolution beaucoup plus fine grâce à l’étude des styles céramiques et d’autres éléments de la culture matérielle, au fur et à mesure qu’ils sont découverts, ce qui devrait nous aider à mieux comprendre les implications de ces données pour la société et l’idéologie.

7D’ailleurs, la chronologie céramique de la culture Ertebølle est en passe d’être profondément affinée. Un programme récemment lancé concernant des sites du Holstein, et basé sur les datations radiocarbone (AMS) des restes alimentaires sur les tessons céramiques, a confirmé que la poterie Ertebølle existait au Holstein dès 5100 av. J.-C. et que cette tradition a continué jusqu’à 4200/4100 av. J.-C., quand elle fut remplacée par la poterie de style TRB (Hartz, 1998 ; Hartz et alii, 2000). Ainsi, à en croire les preuves actuellement disponibles, la céramique apparaît dans le Holstein avant qu’on ne la trouve au Danemark, où elle est datée d’environ 4700 av. J.-C. Elle est donc à peu près de la même époque que les traditions plus occidentales des styles Hoguette et Limbourg (Lüning et alii, 1989 ; Van Berg, Cahen, 1993). Or, il est inconcevable que le Holstein puisse représenter un développement isolé et nous devrions nous attendre à l’émergence de chronologies similaires dans le contexte de certains styles céramiques à travers la plaine nord-européenne.

Le cadre environnemental et économique

8Les nouvelles recherches environnementales en Pologne et en Allemagne du Nord nous offrent des informations importantes sur les activités du Mésolithique final et du premier Néolithique. De récentes analyses palynologiques du nord et du centre de la Pologne (en dehors des enclaves danubiennes et datant d’avant le milieu du ve millénaire avant J.-C.) démontrent une exploitation écologique considérable. Il s’agit de données venant des lieux les plus au nord, tels que les enregistrements palynologiques de l’île de Wolin, ou des sites près de la côte sud baltique, ainsi que d’autres exemples du centre et du nord de la Pologne. La combinaison de traces de charbon de bois, de végétation carbonisée et de la présence de taxons de lumière (Pediastrum, Artemisia, Urtica, Chenopodiaceae et Pteridium aquilinum, pour n’en citer que les exemples les plus clairs ; Nowak, 1999, p. 51) indique l’exploitation sophistiquée des bois caducifoliés, fondée sur une combinaison de feu et d’émondage, et prouve un entretien systématique de forêts plus ouvertes.

9Les enregistrements palynologiques de la période suivante (après 4500 av. J.-C. et donc contemporains de la naissance des communautés TRB) indiquent une intensification de cette activité d’entretien des forêts. En dehors de la présence continue de taxons de lumière, il y a aussi une augmentation persistante de Corylus et une réduction d’Ulmus, Fraxinus et Tillia. À Wolin II, on note l’apparition de Cerealia, Hordeum t. et Plantago lanceolata, et nous trouvons une situation similaire sur quelques sites plus à l’intérieur, dans le nord et le centre de la Pologne (Nowak, 1999, p. 53-56 ; 2000 ; voir aussi Midgley, 1992, 8e chapitre, pour une discussion générale des conditions environnementales dans l’Europe du Nord).

10Les enregistrements palynologiques des régions côtières de l’est du Holstein révèlent également, avant le milieu du ve millénaire av. J.-C., une exploitation délibérée croissante des forêts (Kalis, Meurers-Balke, 1998 ; Hartz et alii, 2000). Les taxons de lumière, et surtout la présence de Pteridium, indiquent le brûlis et l’émondage des forêts pour maintenir les conditions de lumière nécessaires. D’ailleurs, quelques enregistrements côtiers révèlent aussi la présence de pollen de céréales. À partir de 4200 av. J.-C., les céréales apparaissent dans plusieurs enregistrements, sur la côte aussi bien qu’à l’intérieur ; cette indication prend de l’importance à la suite de l’identification de grains carbonisés d’amidon sur un tesson de Wangels, accompagnés, sur ce site, de meules pour le traitement des céréales (Hartz et alii, 2000, p. 137).

11Ces activités, apparentes dans l’enregistrement palynologique, du moins dès 4700 av. J.-C., ont dû être introduites par les dernières communautés mésolithiques. Elles démontrent un rapport intime avec la variété d’environnements naturels – rapport qui était fondé sur la compréhension de la complexité de la nature. Le maintien d’un environnement de forêts ouvertes, qui attirait le gibier, jouait un rôle important dans la chasse et par la suite pourrait sans doute fournir des conditions favorables à la pâture pour les animaux et à la culture de céréales.

12L’émondage de différentes espèces d’arbres était important pour nombre d’activités domestiques et économiques. L’art de l’émondage est spectaculairement documenté dans des contextes mésolithiques du nord de l’Europe. Les fouilles récentes du Fiord Halsskov, aux alentours du Storebaelt, ont révélé des exemples de pièges à poissons et de barrages datant du Mésolithique et du Néolithique. À Margrethes Naes, les vestiges d’un barrage, ainsi qu’un piège à poissons, datent d’entre 5430 et 5390 av. J.-C. (Myrhoj, Willemoes, 1997), et un barrage à poissons identique du Néolithique a été découvert in situ à Oleslyst (Pedersen, 1995 ; 1997, fig. 3, 4, 19). Ces trouvailles, ainsi que beaucoup d’exemples dans d’autres régions, ne nous indiquent pas seulement des pratiques de pêche qui, apparemment, n’ont pas changé du Mésolithique au Néolithique, mais elles démontrent en plus que l’émondage d’espèces comme le noisetier et le saule fut pratiqué à partir du Mésolithique. Les barrages à poissons auraient été utilisés sans aucun doute dans des lieux convenables sur la côte baltique et il est tout à fait possible que la pêche saisonnière était pratiquée sur une grande partie des rives dans les régions des lacs à travers toute la plaine nord-européenne.

13Les données économiques concrètes des sites du Mésolithique final et du début de la TRB sont encore insuffisantes ; néanmoins, elles s’accordent avec le tableau brossé par les sources environnementales. Le site du Mésolithique final de Dudka, dans le nord-est de la Pologne, se trouvait dans un paysage qui représentait, selon les fouilleurs, un vrai paradis de chasse et de pêche ; mais, vers la fin de l’occupation, le cochon domestique fait son apparition (Guminski, 1998 ; Guminski, Fiedorczuk, 1990). Le site Ertebølle à Dabki, sur la côte baltique polonaise, connaît un accroissement de la consommation du bétail (de 6 % à 23 % d’os d’animaux vers la fin de la période d’occupation ; Ilkiewicz, 1989). Les nouvelles recherches dans le Holstein confirment la datation avancée des os de bétail domestique trouvés dans les sédiments Ertebølle à Rosenhof (entre 4900 et 4500 av. J.-C. ; Hartz et alii, 2000, p. 136) bien qu’il soit toujours difficile de lier ces données aux développements ultérieurs, et il nous faut attendre les analyses finales du matériel de ce site. Le site littoral de Wangels est daté de la période entre 4300 et 3900 av. J.-C. Là, en plus des indications citées précédemment de l’utilisation de céréales, les animaux domestiques (bovidés, moutons-chèvres et un petit nombre de porcs) s’y trouvent également et représentent 63 % des os analysés ; mais la chasse des espèces sauvages et la pêche de poissons marins et lacustres persistent (Heinrich, 1998). Nous avons maintenant grand besoin de données sur le Holstein intérieur, afin de fournir une image plus précise des développements économiques dans cette région clé.

14Même au Danemark, où la transition du mode de vie du Mésolithique à celui du Néolithique a été généralement considérée comme assez rapide, de nouvelles indications montrent que le processus était peut-être plus graduel. Des fouilles à Viborg, sur la rive nord du Fiord Mariager en Jutland, ont révélé un amas de coquilles (Køkkenmødding) datant de l’Ertebølle final et du début de la TRB. Tandis que seuls les rapports préliminaires sont disponibles jusqu’ici (Andersen, 1998 ; 2000), ceux-ci montrent que, pendant la TRB ancienne, la chasse, la pêche, la chasse au phoque et au gibier à plumes continuaient mais que, parallèlement à ces activités traditionnelles, on élevait aussi quelques animaux domestiques, bovidés et porcs ; de plus, de petites quantités de pollen de céréales indiquent la présence de l’agriculture. On a remarqué la même transition à Åmose (Fischer, 1985 ; Stafford, 1999) et quelques chercheurs ont récemment proposé un processus plus graduel d’incorporation d’animaux domestiques dans l’économie traditionnelle (Jennbert, 1984, 1998 ; Andersen, 2000).

15Les données environnementales et économiques de la fin du vie et du début du ve millénaires av. J.-C. démontrent donc que les derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe du Nord possédaient des compétences appréciables, non seulement dans l’exploitation mais aussi dans la gestion de la variété d’environnements naturels qu’ils habitaient. La pratique répandue de l’émondage et le maintien d’habitats ouverts indiquent qu’étaient déjà acquises des notions de planification à long terme, de variations saisonnières et d’investissement en main-d’œuvre. De telles activités créaient à l’avance les conditions propices à la pâture des animaux domestiques et à la culture de céréales. Dans ce contexte, l’incorporation de céréales et d’animaux domestiques dans l’économie traditionnelle (soit acquis en cadeau, soit résultant d’échanges avec les fermiers du sud) n’était qu’un aspect supplémentaire d’une économie déjà diversifiée.

16D’ailleurs, comme je l’ai déjà démontré autre part (Midgley, 1992), même dans l’économie de la TRB la proportion d’aliments domestiques (céréales ou animaux domestiques) augmentait assez lentement et de nombreuses indications dans les régions des lacs polonais, de la côte baltique et du sud de la Scandinavie montrent que les ressources sauvages continuaient à jouer un rôle important. Cette continuité se retrouve à travers toute l’Europe du Nord dans la présence de stations de chasse, de pêche et même de ramassage de coquilles, qui étaient intensivement utilisées durant le Mésolithique final et ensuite par les communautés de la TRB. Donc, non seulement le processus de transformation économique était prolongé, mais encore il ne pouvait pas être la cause principale des changements qui sont évidents dans les sources archéologiques.

17Cependant, quand on tient compte des données archéologiques de la dernière partie du ve millénaire av. J.-C., le changement culturel semble être fondamental. Et, lorsque l’on considère les exemples les plus spectaculaires du Néolithique de l’Europe du Nord (les cimetières de longs tumulus de terre, l’architecture impressionnante des mégalithes ou les enceintes remarquables), notre focalisation sur ces réalisations peut détourner notre attention du fait que beaucoup de coutumes sociales et idéologiques de la culture TRB sont en fait fondées sur une grande continuité avec la période mésolithique précédente. C’est précisément cette continuité que nous devons examiner de plus près, dans l’espoir qu’elle puisse nous aider à mieux comprendre le caractère de la société TRB.

Les dépôts votifs

18L’investissement important dans l’extraction minière et dans la fabrication en masse de divers types d’outils en silex dans le Néolithique d’Europe du Nord et, surtout, la signification des centaines de dépôts de haches, ont donné lieu à de nombreuses analyses et il n’est pas nécessaire d’en développer les résultats ici (Rech, 1979 ; Nielsen, 1984 ; Bradley, 1990). Les offrandes votives au bord des lacs, au cœur des marais et dans d’autres milieux aquatiques, fournissent une des images les plus nettes des pratiques rituelles de la TRB ; pratiques qui, d’ailleurs, soulignent la relation entre le monde naturel, symbolisé par les lacs et les rivières, et le monde culturel exprimé par les monuments comme les tombes et les enceintes. Dans leur forme classique, les dépôts votifs de la TRB, en plus des haches de silex, comprennent des combinations diverses de poterie, de perles d’ambre, d’animaux sauvages et domestiques et, parfois, de sacrifices humains (Bennike, Ebbesen, 1986). De telles trouvailles sont très bien documentées sur l’île danoise de Zélande, surtout à la suite d’excellents rapports sur l’extraction de tourbe dans la région de Store Åmose (Koch, 1998, p. 58-62) ; mais elles sont également connues dans d’autres régions, aussi bien en Scandinavie qu’à travers la plaine nord-européenne.

19Pourtant, les recherches récentes indiquent que des pratiques comme les offrandes votives en milieu aquatique étaient déjà bien enracinées dans la tradition mésolithique. La hache était un outil important durant le Mésolithique et elle était fabriquée à partir de diverses matières premières. Elle contribuait à toutes sortes d’activités quotidiennes et il n’est pas impossible qu’elle ait été parfois utilisée comme arme meurtrière. Des haches en silex et en bois de cerf, des perles d’ambre ou des dents d’animaux sauvages étaient déposées dans les lacs et les marais ; les haches exotiques danubiennes en roche dure ont pu être tout à fait appropriées dans de tels contextes (Karsten, 1994 ; Koch, 1998) ; et des restes d’animaux et d’humains étaient déposés dans l’eau longtemps avant l’introduction des pratiques agropastorales en Scandinavie (Larsson et alii, 1981). D’autres indications montrent que l’on pratiquait également des dépôts cérémoniels de poterie dans les milieux aquatiques durant l’Ertebølle final (Koch, 1998). Nous ne savons pas quelles croyances contraignaient les gens à déposer des biens matériels dans les lacs et les rivières, mais de telles pratiques démontrent que la culture matérielle durant le Mésolithique était utilisée dans les activités rituelles et qu’elle devint une ressource symbolique importante dans l’interaction entre le monde de l’Homme et le monde de la Nature.

20Durant la culture TRB, de telles activités s’intensifièrent et devinrent encore plus symboliques, la poterie et les haches en silex étant utilisées non seulement dans les offrandes votives en milieu marécageux, mais aussi lors des rituels funéraires et des cérémonies ancestrales faits aux tombes et aux enceintes. Cependant, les origines de cette tradition semblent maintenant être enracinées dans la vision mésolithique du monde. On se demande combien de tels dépôts votifs sont passés inaperçus dans d’autres régions des basses terres d’Europe et quelle est la vraie signification de ces découvertes isolées de haches perforées danubiennes que l’on trouve si fréquemment à travers toute la plaine nord-européenne.

Le royaume des morts

21La preuve la plus pertinente de la manière dont les mondes mésolithique et danubien agissaient l’un sur l’autre se trouve probablement dans la tradition funéraire de la culture TRB. Les recherches des deux dernières décennies ont transformé radicalement notre compréhension des rituels funéraires dans les contextes mésolithiques et néolithiques. Bien que des tombes mésolithiques aient été mises au jour en Europe du Nord, au moins depuis la fin du xixe s., ces découvertes ont été assez sporadiques et elles ont plutôt été considérées comme des curiosités que comme des témoignages importants. Cependant, des découvertes à Vedbæk, Zélande (Albrethsen, Brinch-Petersen, 1975, 1976) et à Skateholm, Scania (Larsson, 1989, 1995) nous ont permis de remettre les indications archéologiques, jusque-là assez disparates, dans leur contexte. Des tombes mésolithiques sont actuellement mises au jour dans le nord de la Pologne (comm. pers. de Z. Sulgostowska) et il semble que les cimetières aient dû être un phénomène relativement courant parmi les chasseurs-cueilleurs d’Europe du Nord.

22Des îles étaient fréquemment choisies comme emplacement pour les cimetières, non seulement le long de la côte (Skateholm), mais aussi plus à l’intérieur des terres, sous forme d’îlots dans des lacs (Mecklembourg). Il pouvait y avoir des raisons pratiques dans le choix de tels lieux (protéger les morts contre les animaux charognards et toute intrusion humaine) en même temps que des raisons symboliques : créer un domaine des morts qui serait proche, mais néanmoins séparé, de celui des vivants. Au Mecklembourg, les populations locales de la culture TRB qui habitaient près des lacs de Müritz et de Schwerin continuaient à utiliser les anciens cimetières du Mésolithique ; à Ostorf, seule l’orientation différente et l’adjonction de poterie distinguent leurs tombes de celles du Mésolithique (Bastian, 1961 ; Schuldt, 1961). L’emplacement de certains cimetières monumentaux de longs tumulus, tel qu’à Sarnowo ou à Barkaer (Midgley, 1985), suggère également que les « îles » (c’est-à-dire les petites élévations naturelles dans un milieu plutôt marécageux) pouvaient être expressément choisies pour les enterrements.

23La coutume de l’inhumation allongée (soit dans les longs tumulus, soit dans des tombes simples) est bien enracinée dans la tradition mésolithique. Bien que les chasseurs-cueilleurs enterraient leurs morts dans des positions diverses, la plus commune était de loin la position allongée, alors que cette forme d’enterrement ne fut jamais pratiquée par les fermiers danubiens. Les structures cérémonielles brûlées à l’intérieur des cimetières mésolithiques (utilisées avant, pendant ou après les inhumations) se reflètent dans une variété de structures brûlées ou délabrées dans les longs tumulus. Le mobilier démontre un choix similaire ; des trophées de chasse, ou des bijoux faits en dents d’animaux sauvages, accompagnent souvent les morts de la TRB, bien que la poterie et les haches en silex expriment une dimension nouvelle.

24Les deux contextes culturels présentent une préoccupation curieuse de conserver l’identité de l’individu. Il ne s’agit pas ici de l’expression de l’identité « sociale » du décédé, car celle-ci est plus variable dans les cimetières mésolithiques que dans ceux de la TRB. Mais il est évident que le cimetière mésolithique était un lieu de visites périodiques, peut-être pas seulement réservées aux funérailles ; et les regroupements familiaux, spatialement définis, que nous remarquons à Skateholm (Alexandersen, 1988 ; Persson, Persson, 1988) témoignent en faveur d’une connaissance intime de l’histoire des enterrements individuels. Cependant, à l’opposé des traditions plus occidentales, le long de la façade atlantique par exemple, il n’y a aucune trace de remaniement des restes humains après enterrement (Cauwe, 2001a).

25Ce scénario perdure dans le contexte de la tradition funéraire de la culture TRB, comme le montrent les longs tumulus où, une fois déposés dans la tombe, les morts semblent ne plus avoir été dérangés. Bien que quelques tombes de la TRB contiennent les restes de plusieurs individus, la plupart des sépultures TRB ne comprennent qu’un seul individu, mais, chose intéressante, la disposition de plusieurs tombes dans les limites d’un seul long tumulus pourrait indiquer le développement d’un aspect collectif dans le rituel funéraire. En fait, tandis que l’enterrement lui-même perpétue la coutume mésolithique d’autrefois, c’est l’aspect extérieur des structures funéraires (sous forme d’énormes tumulus de terre) qui révèle une influence du monde des fermiers danubiens.

26J’ai déjà énoncé, dans d’autres études (Midgley, 1985, 1997a, 1997b et 2000), le raisonnement de l’influence des maisons danubiennes sur l’architecture des tumulus de terre et je n’ai pas l’intention de répéter ces arguments ici. Cependant, il est intéressant de noter que les morts des communautés du Mésolithique final étaient déjà enterrés dans des lieux qui leur étaient consacrés en permanence et, comme nous l’avons déjà constaté, les cimetières où les familles enterraient leurs morts, dans un coin défini et durant de nombreuses générations, étaient communs. Si de tels sites – comme le montre Skateholm – étaient néanmoins sujets aux forces destructrices de la nature, le désir de permanence des lieux ancestraux pourrait avoir commencé à augmenter. Comme Nicolas Cauwe l’a récemment noté à propos des sépultures néolithiques d’Europe centrale, « … les morts (ou les vivants) tenaient à la paix » (Cauwe, 2001b, p. 160).

27Le temps que les longs tumulus de terre soient bâtis sur la plaine nord-européenne, les villages danubiens initiaux pouvaient n’être plus qu’un souvenir lointain, transmis de génération en génération par les contes et les chansons. La tradition du village de maisons danubiennes continua cependant, du moins chez certaines des dernières communautés danubiennes de la plaine nord-européenne. Les sites d’habitat Lengyel du type Brzesç Kujawski en constituent un excellent exemple (Jazdzewski, 1938 ; Gabalówna, 1966 ; Grygiel, 1986) et les sites VSG du Bassin parisien nous offrent un scénario similaire (Constantin, 1985 ; Mordant, 1997) ; cette architecture avait dû être familière aux premiers constructeurs des longs tumulus. Néanmoins, je crois que le pouvoir de cette image et son influence sur l’imagination des chasseurs-cueilleurs, qui commençaient à expérimenter de nouvelles façons de représenter leur univers, résidaient moins dans les villages « vivants » des dernières communautés danubiennes que dans la « valeur ancestrale » des anciens villages abandonnés qui se dressaient en magnifiques ruines dans le paysage. Ces villages abandonnés ont pu avoir été visités occasionnellement, avec toute la vénération et toute la superstition que pouvait évoquer un tel pèlerinage : un ancien domaine des vivants suscitant ainsi un nouveau domaine des morts.

Considérations théoriques

28Comment donc pouvons-nous interpréter le témoignage archéologique de cette période décisive de la Préhistoire d’Europe du Nord ? J’ai souligné ici la continuité des traditions entre les chasseurs-cueilleurs et les fermiers d’Europe du Nord, pour nous permettre de nous éloigner des orthodoxies intellectuelles qui, premièrement, considèrent l’économie agropastorale (retardée ou non) comme cause principale des changements sociaux et idéologiques et, deuxièmement, imaginent la culture TRB comme une société fortement hiérarchisée simplement parce que les données archéologiques nous fournissent la preuve de l’existence d’enceintes, d’une extraction minière bien développée, de dépôts, d’offrandes votives et de tombes monumentales. Il y a quelques années, par exemple, l’archéologue danois Kristian Kristiansen (1984) a proposé d’interpréter la culture TRB comme un exemple de la chefferie néolithique. Cette hypothèse était fondée sur l’idée que la nouvelle économie – c’est-à-dire l’agriculture – avait exercé une influence puissante sur la structure comme sur l’idéologie de cette société.

29Cependant, certains chercheurs, insatisfaits de la définition évolutionniste traditionnelle selon laquelle le Néolithique était une période caractérisée surtout par une économie fondée sur la culture des céréales et l’élevage des animaux, et confrontés aux données archéologiques de différentes parties du monde ne pouvant pas justifier une telle interprétation, ont récemment tenté d’autres approches. Jacques Cauvin (1997), par exemple, a attiré l’attention sur l’importance au Proche-Orient des changements sociaux et religieux qui, d’après lui, précèdent l’agriculture et l’élevage. Ian Hodder (1990) et, plus récemment, Alasdair Whittle (1996) ont développé des concepts de nature « acculturée » pour comprendre le Néolithique européen : à savoir la création de nouveaux mondes à force de « domestiquer le sauvage », non seulement sur le plan pratique, mais aussi au niveau intellectuel. Pour maint chercheur, le « Néolithique » est surtout un phénomène idéologique.

30Un autre problème se pose quand nous essayons de comprendre les processus sociaux d’autrefois, c’est-à-dire l’insuffisance de modèles ethnographiques sociaux que nous pouvons évoquer comme explication. Les analyses ethnographiques des années soixante nous ont offert des idées qui continuent à fonctionner dans l’archéologie de nos jours. Ces analyses, dont les œuvres de Marshall Sahlins (1968) et Elman Service (1962) sont parmi les meilleurs exemples, nous ont proposé des modèles de différentes formes de société (commençant par des bandes égalitaires, suivies de tribus acéphales, de chefferies et enfin de l’état) qui représentent l’évolution vers une société de plus en plus complexe. Les attributs associés à ces concepts sont bien connus et il n’est pas nécessaire de les détailler ici ; mais je crois que nous sommes aujourd’hui un peu restreints par ce modèle évolutionniste et que nous hésitons trop à envisager d’autres possibilités.

31Récemment, j’ai été surprise d’apprendre que notre société big man classique (modelée sur les Hautes Terres de Nouvelle-Guinée entre autres) pourrait en réalité être le résultat d’un passé colonial plutôt récent. Cette société fut décrite par les missionnaires, après leurs premières rencontres, comme étant fortement hiérarchisée, avec un statut héréditaire et non atteint. Ce sont les contacts historiques avec le monde occidental et l’inondation d’articles d’échange autrefois rares, comme les coquillages, qui ont provoqué l’effondrement de cette structure hiérarchique et le développement d’un système d’échanges entre individus, désormais plutôt sur un pied d’égalité (Gosden, 1999, p. 103). Nous autres archéologues ne devrions pas considérer les modèles évolutionnistes traditionnels de la société comme les seules interprétations possibles des anciens systèmes sociaux.

32Pour les chercheurs qui croient en ce modèle évolutionniste, les enceintes néolithiques, par exemple, représentent maintenant des lieux d’autorité centrale qui sont révélateurs de la structure hiérarchisée de la société. L’idée de clôturer un paysage à l’aide de talus et de fossés est une contribution d’origine danubienne. Mais il n’y a rien, dans les données archéologiques des enceintes nord-européennes, qui nous permettrait de les interpréter comme des lieux d’autorité centrale. Je crois que même leur caractère « monumental » n’est qu’une illusion. Je pense, comme Torsten Madsen (1997), que ces enceintes représentent l’effet cumulatif d’un grand nombre d’actes cérémoniels (creusements de fossés, dépositions, festins, enterrements), actes que l’on ne peut même pas tous considérer comme étant contemporains. Ces enceintes sont plutôt le résultat d’activités séparées dans le temps et dans l’espace, qui engageaient de petites communautés segmentées dans des entreprises coopératives durant de nombreuses générations.

33Je ne vois également aucune hiérarchie dans les monuments funéraires, que ce soit les longs tumulus de terre ou les tombes mégalithiques. Les cimetières monumentaux, trouvés jusqu’ici exclusivement près des enclaves danubiennes, sont de puissants symboles de permanence et de l’importance des ancêtres dans la vie quotidienne. L’innovation, en forme d’imitation d’un ancien lieu pour les vivants, allait de pair avec la tradition funéraire du Mésolithique ; il est significatif que les rituels des fermiers danubiens semblent n’avoir joué aucun rôle dans la nouvelle tradition funéraire de la plaine nord-européenne.

34Dans ce bref article, je n’ai souligné que quelques idées dont je m’occupe actuellement. Je vois peu d’arguments pour soutenir l’idée d’un changement fondamental dans la société d’Europe du Nord, car les variations régionales dans la culture matérielle, les monuments et les activités rituelles, suivent le modèle général de différenciation qui existait déjà dans le Mésolithique. Je ne vois également aucune centralisation de pouvoir mais, en laissant l’économie de côté, plutôt des communautés séparées (bien que très compétitives) engagées dans des interactions communales fortement ritualisées.

35Ce qui semble changer dramatiquement, c’est leur idéologie – leur conception du monde. En premier lieu, il y a une intensification des rituels traditionnels, sous forme d’une augmentation d’offrandes votives et de dépôts de haches en silex. De plus on voit le développement des façons d’exprimer les croyances associées aux sépultures ; ces croyances sont illustrées par les cimetières de longs tumulus de terre et les tombes mégalithiques, et par de nouvelles formes d’interaction collective exprimées dans les cérémonies exécutées dans les enceintes. Il y a en outre une abondance de produits quotidiens et exotiques, dont beaucoup peuvent facilement être retirés de la circulation.

36En outre, je ne pense pas que le changement idéologique qui naît de l’interaction entre le monde danubien et celui des chasseurs-cueilleurs soit un phénomène limité à l’Europe du Nord. Bien qu’il n’y ait aucune synchronisation temporelle, l’apparence de l’enterrement cérémoniel dans les longs tumulus et dans les tombes mégalithiques, la présence des enceintes et la circulation intercommunautaire de matières premières et de produits exotiques partout en Europe du Nord, indiquent des transformations idéologiques comparables. Les détails peuvent varier d’une région à l’autre, mais la structure générale semble en grande partie être la même. Dans le cas de l’Europe atlantique, par exemple, l’adoption des pratiques agro-pastorales provient sans aucun doute de stimulants qui émanaient des communautés de l’Europe centrale, tandis que les pratiques sociales et rituelles étaient soutenues par la transformation des traditions mésolithiques locales.

37À mon avis, voilà précisément ce qui est arrivé en Europe du Nord, où les indigènes chasseurs-cueilleurs étaient des communautés à l’idéologie dynamique. Une partie de ce dynamisme impliquait l’adoption graduelle des pratiques agropastorales, mais il provoquait aussi une transformation de leur idéologie – non pas en réponse à la cosmologie danubienne, mais plutôt d’après leur propre vision du monde. Nous devons donc continuer à chercher les raisons de ce processus historique très significatif. Il est vrai que ces phénomènes ne sont pas facilement compréhensibles dans le contexte de la vie moderne, mais autrefois ils devaient avoir un sens extrêmement distinct qui se comprenait à travers tout le vaste paysage européen.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Albrethsen E.-E., Brinch-Petersen E., 1975, Gravene på Bøgebakken Vedbæk, Søllerød.

Albrethsen E.-E., Brinch-Petersen E., 1976, « Excavation at a Mesolithic cemetery at Vedbæk, Denmark », Acta Archaeologica, 47, p. 1-28.

Alexandersen V., 1988, « Description of the Human Dentition from the Late Mesolithic Grave-Field at Skateholm, Southern Sweden », in : Larsson L. éd., The Skateholm Project, I. Man and Environment, Lund, Almqvist & Wiksell International, p. 106-163 (Regiae Societatis Humanorium Litterarum Lundensis, 79).

Andersen S.-H., 1998, « The Stone Age Coast : Viborg », Marine Archaeology Newsletter from Roskilde Denmark, no 11, p. 11-13.

Andersen S.-H., 2000, « Viborg (News & notes) », Marine Archaeology Newsletter from Roskilde Denmark, no 13, p. 36-37.

Bagniewski Z., 1998, « Later Mesolithic Settlement in Central and Eastern Pomerania », in : Zvelebil M., Dennell R., Domanska L. ed., Harvesting the Sea, Farming the Forest : the Emergence of Neolithic Societies in the Baltic Region, Sheffield, Sheffield Academic Press, p. 111-119.

Bastian W., 1961, « Das jungsteinzeitliche Flachgräberfeld von Ostorf, Kreis Schwerin », Jahrbuch für Bodendenkmalpflege in Mecklenburg 1961, p. 7-130.

Bennike P., Ebbesen K., 1986, « The bog finds from Sigersdal, Human sacrifice in the Neolithic », Journal of Danish Archaeology, 5, p. 85-115.

Bradley R., 1990, The Passage of Arms : an archaeological analysis of prehistoric hoards and votive deposits, Cambridge, Cambridge University Press.

Cauvin J., 1997, Naissance des divinités, Naissance de l’agriculture, Paris, CNRS Éditions (Nouvelle édition).

Cauwe N., 2001a, L’héritage des chasseurs-cueilleurs dans le Nord-Ouest de l’Europe, 10000 - 3000 avant notre ère, Paris, éd. Errance.

Cauwe N., 2001b, « Skeletons in Motion, Ancestors in Action : Early Mesolithic Collective Tombs in Southern Belgium », Cambridge Archaeological Journal, 11-2, p. 147-163.

Constantin C., 1985, Fin du Rubané, céramique du Limburg et post-rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, Oxford, 2 vol. : 356 et 294 p. (BAR Inter. Series, 273).

Fischer A., 1982, « Trade in shoe-last axes and the introduction of farming in Denmark », Journal of Danish Archaeology, 1, p. 7-12.

Fischer A., 1985, « Den vestsjællandske Åmose som kultur-og naturhistorisk reservat », Fortidsminder, p. 170-176.

Gabalówna L., 1966, « Ze studiów nad grupa brzeskokujawska kultury lendzielskiej, Brzesc Kujawski stanowisko 4 », Acta Archaeologica Lodziensia, 14, p. 1-183.

Gosden C., 1999, Anthropology & Archaeology : a changing relationship, London, Routledge.

Gramsch B., 1973, Das Mesolithikum im Flachland zwischen Elbe und Oder, Berlin, Deutscher Verlag der Wissenschaften.

Grygiel R., 1986, « The household cluster as a fundamental social unit of the Lengyel Culture in the Polish Lowlands », Prace i Materialy Muzeum Archeologicznego i Etnograficznego w Lodzi, 31, p. 42-270.

Guminski W., 1998, « The Peat-bog Site Dudka, Masurian Lakeland : an Example of Conservative Economy », in : Zvelebil M., Dennell R., Domanska L. ed., Harvesting the Sea, Farming the Forest : the Emergence of Neolithic Societies in the Baltic Region, Sheffield, Sheffield Academic Press, p. 103-109.

Guminski W., Fiedorczuk J., 1990, « Dudka 1 : a Stone Age Peat-bog Site in North-eastern Poland », Acta Archaeologica, 60 (1989), p. 51-70.

Hartz S., 1998, « Frühbäuerliche Küstenbesiedlung im westlichen Teil der Oldenburger Grabenniederung (Wangels LA 505) : ein Vorbericht », Offa, 54/55 (1997/98), p. 19-41.

Hartz S., Heinrich D., Lübke H., 2000, « Frühe Bauern an der Küste, Neue 14 C-Daten und aktuelle Aspekte zum Neolithisierungprozeß im norddeutschen Ostseeküstengebiet », Praehistorische Zeitschrift, 75, p. 129-152.

Heinrich D., 1998, « Die Tierknochen des frühneolithischen Wohnplatzes Wangels LA 505 : ein Vorbericht », Offa, 54/55 (1997/98), p. 43-48.

Hodder I., 1990, The Domestication of Europe : Structure and Contingency in Neolithic Societies, Oxford, Basil Blackwell.

Ilkiewicz J., 1989, « From studies on cultures of the 4th millennium BC in the central part of the Polish coastal area », Przeglad Archeologiczny, 36, p. 17-55.

Jazdzewski K., 1938, « Cmentarzyska kultury ceramiki wstegowej i zwiazane z nimi slady osadnictwa w Brzesciu Kujawskim », Wiadomosci Archeologiczne, 15, p. 1-105.

Jennbert K., 1984, Den produktiva gåvan, Tradition och innovation I Sydskandinavien för omkring 5300 år sedan, Lund, CKW Gleerup (Acta Archaeologica Lundensia, 4-16).

Jennbert K., 1998, « ‘From the Inside’ : a Contribution to the Debate about the Introduction of Agriculture in Southern Scandinavia », in : Zvelebil M., Dennell R., Domanska L. ed., Harvesting the Sea, Farming the Forest : the Emergence of Neolithic Societies in the Baltic Region, Sheffield, Sheffield Academic Press, p. 31-35.

Jeunesse C., 2000, « Les composantes autochtone et danubienne en Europe centrale et occidentale entre 5500 et 4000 av. J.-C. : contacts, transferts, acculturations », in : Les derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe occidentale, Actes du colloque international de Besançon, octobre 1998, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, p. 361-378.

Kalis A., Meurers-Balke J., 1998, « Die ‘Landnam’-Modelle von Iversen und Troels-Smith zur Neolithisierung des westlichen Ostseegebietes : ein Versuch über Aktualisierung », Prähistorische Zeitschrift, 73, p. 1-24.

Karsten P., 1994, Att kasta yxan in siön, Stockholm (Acta Archaeologica Lundensia, Series in 8°, No 23).

Kobusiewicz M., 1999, « Wie lange dauerte das Mesolithikum ? oder : die Frage nach dem Paraneolithikum », in : Cziesla E., Kersting T., Pratsch S. ed., Den Bogen spannen… Festschrift für B. Gramsch, Weissbach, p. 327-332.

Kobusiewicz M., Kabacinski J., 1998, « Some Aspects of the Mesolithic-Neolithic Transition in the Western Part of the Polish Lowlands », in : Zvelebil M., Dennell R., Domanska L. ed., Harvesting the Sea, Farming the Forest : the Emergence of Neolithic Societies in the Baltic Region, Sheffield, Sheffield Academic Press, p. 95-102.

Koch E., 1998, Neolithic Bog Pots from Zealand, Møn, Lolland and Falster, København, Det Kongelige Nordiske Oldskriftselskab.

Kristiansen K., 1984, « Ideology and material culture : an archaeological perspective », in : Spriggs M. ed., Marxist Perspectives in Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, p. 72-100.

Larsson L., 1989, « Big Dog and Poor Man, Mortuary Practices in Mesolithic Societies of Southern Sweden », in : Larsson T.-B., Lundmark H. eds, Approaches to Swedish Prehistory, A Spectrum of Problems and Perspectives in Contemporary Research, Oxford, p. 211-223 (BAR Inter. Series, 500).

Larsson L., 1995, « Man and Sea in Southern Scandinavia during the Late Mesolithic : the Role of Cemeteries in the View of Society », in : Fischer A. ed., Man and Sea in the Mesolithic, Coastal Settlement Above and Below Present Sea Level, Oxford, Oxbow Books, p. 95-104 (Oxbow Monograph, 53).

Larsson L., Meiklejohn C., Newall R., 1981, « Human skeletal material from the Mesolithic site of Ageröd, Scania », Fornvännen, 76, p. 161-167.

Lüning J., Kloos U., Albert S., 1989, « Westliche Nachbarn der bandkeramischen Kultur : La Hoguette und Limburg », Germania, 67, p. 355-420.

Madsen T., 1997, « Ideology and social structure in the earlier Neolithic of South Scandinavia : a view from the sources », Analecta Praehistorica Leidensia, 29, p. 75-81.

Midgley M.-S., 1985, The Origin and Function of the Earthen Long Barrows of Northern Europe, Oxford (BAR Inter. Series, 259).

Midgley M.-S., 1992, TRB Culture : the First Farmers of the North European Plain, Edinburgh, Edinburgh University Press.

Midgley M.-S., 1997a, « The Earthen Long Barrows of Northern Europe : a Vision of the Neolithic World », COSMOS (The Journal of Traditional Cosmology Society), 11, p. 117-123.

Midgley M.-S., 1997b, « The Earthen Long Barrow Phenomenon of Northern Europe and its Relation to the Passy-type Monuments of France », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 679-685 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Midgley M.-S., 2000, « The Earthen Long Barrow Phenomenon in Europe : Creation of Monumental Cemeteries », in : Pavlu I. ed., In Memoriam Jan Rulf, Praha, p. 255-265 (Památky archeologické - Supplementum 13).

Mordant D., 1997, « Le Cerny en Bassée », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. ed., La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du Colloque international de Nemours, 1994, Nemours, éd. APRAIF, p. 75-91 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Myrhøj H.-M., Willemoes A., 1997, « Wreckage from the Early Stone Age », in : Pedersen L., Fischer A., Aaby B. ed., The Danish Storebælt since the Ice Age - man, sea and forest, Copenhagen, p. 157-166.

Nielsen P.-O., 1984, « Flint axes and megaliths - the time and context of the early dolmens in Denmark », in : Burenhult G. ed., The Archaeology of Carrowmore, Stockholm, p. 376-387 (Theses and Papers in North-European Archaeology, 14).

Nowak M., 1999, « Drugi etap neolityzacji ziem polskich w swietle danych archeologicznych i palino-logicznych », Polish Botanical Studies Guidebook Series, 23, p. 39-77.

Nowak M., 2001, « The second phase of Neolithization in east-central Europe », Antiquity, 75, p. 582-592.

Pedersen L., 1995, « 7000 years of fishing : stationary fishing structures in the Mesolithic and afterwards », in : Fischer A. ed., Man and Sea in the Mesolithic, Coastal settlement above and below present sea level, Proceedings of the International Symposium, Kalundborg, Denmark 1993, Oxford, p. 75-86 (Oxbow Monograph, 53).

Pedersen L., 1997, « They put fences into the sea », in : Pedersen L., Fischer A., Aaby B. ed., The Danish Storebælt since the Ice Age - man, sea and forest, Copenhagen, p. 124-143.

Persson O., Persson E., 1988, « Anthropological Report Concerning the Interred Mesolithic Populations from Skateholm, Southern Sweden », in : Larsson L. ed., The Skateholm Project, I. Man and Environment, Lund, Almqvist & Wiksell International, p. 89-105 (Regiae Societatis Humanorium Litterarum Lundensis, 79).

Rech M., 1979, Studien zu Depotfunden der Trichterbecher- und Einzelgrabkultur des Nordens, Neumünster (Offa-Bücher, 39).

Sahlins M.-D., 1968, Tribesmen, Prentice Hall, Englewood Cliffs.

Schild R., 1998, « The Perils of Dating Open-air Sandy Sites of the North European Plain », in : Zvelebil M., Dennell R., Domanska L. ed., Harvesting the Sea, Farming the Forest : the Emergence of Neolithic Societies in the Baltic Region, Sheffield, Sheffield Academic Press, p. 71-76.

Schuldt E., 1961, « Abschliessende Ausgrabungen auf dem jungsteinzeitlichen Flachgräberfeld von Ostorf », Jahrbuch für Bodendenkmalpflege in Mecklenburg 1961, p. 131-178.

Schwabedissen H., 1966, « Ein horizontierter ‘Breitkeil’ aus Satrup und die mannigfachen Kulturverbindungen des beginnenden Neolithikums im Norden und Nordwesten », Palaeohistoria, 12, p. 409-468.

Service E.-R., 1962, Primitive Social Organisation : an Evolutionary Perspective, New York, Random House.

Stafford M., 1999, From Forager to Farmer in Flint : A Lithic Analysis of the Prehistoric Transition to agriculture in Southern Scandinavia, Aarhus University Press, Arhus.

Sulgostowska Z., 1998, « Continuity, Change and Transition : The Case of North-Eastern Poland during the Stone Age », in : Zvelebil M., Dennell R., Domanska L. ed., Harvesting the Sea, Farming the Forest : the Emergence of Neolithic Societies in the Baltic Region, Sheffield, Sheffield Academic Press, p. 87-94.

Terberger T., 1999, « Aspekte zum Endmesolithikum der Insel Rügen (Mecklenburg-Vorpommern) », in : Cziesla E., Kersting T., Pratsch S. ed., Den Bogen spannen…, Festschrift für B. Gramsch, Weissbach, p. 221-234.

Van Berg P.-L., Cahen D., 1993, « Relations sud-nord en Europe occidentale au Néolithique ancien : le point de vue septentrional », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et des régions limitrophes, Actes du 13e colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, 1986, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 41-59.

Vang Petersen P., 1984, « Chronological and regional variation in the Late Mesolithic of Eastern Denmark », Journal of Danish Archaeology, 3, p. 7-18.

Whittle A., 1996, Europe in the Neolithic : The creation of new worlds, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 La reprise des recherches dans le Mésolithique final et le premier Néolithique en Mecklembourg est fort intéressante, mais en Basse-Saxe il reste encore beaucoup à faire en ce qui concerne ces deux périodes cruciales.

Auteur

Dept of Archaelogy, University of Edinburgh, High School Yards, Edinburgh (Grande Bretagne).

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search