Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

I Impacts interculturels entre groupes du Néolithique moyen

VSG, RRBP, Rubané : fin du Néolithique ancien, début du Néolithique moyen

Hans-Christoph Strien

Résumé

Les relations entre le Bassin parisien et les régions autour du Rhin pendant le Néolithique ancien et moyen rendent impossible une succession stricte : RRBP - Villeneuve-Saint-Germain - Augy-Sainte-Pallaye - Cerny. Du point de vue de l’Europe centrale, un développement au moins partiellement contemporain du RRBP et du VSG – parallèlement au Rubané moyen à final de l’Europe centrale – semble être plus probable.

Texte intégral

1La plupart des chercheurs du Bassin parisien prennent une séquence « Rubané Récent Champenois - RRBP - Villeneuve-Saint-Germain - Augy-Sainte-Pallaye - Cerny » pour la chronologie la plus probable des cultures du Néolithique ancien et moyen, avec – dans la terminologie de l’Europe centrale – VSG comme début du Néolithique moyen. Cette chronologie n’est pas incontestée et ne concorde pas avec la chronologie de l’Europe centrale (Jeunesse, 1999). Se basant sur cet article, le but de cette communication est de présenter une chronologie construite du point de vue de l’Europe centrale.

2Il faut souligner d’abord que la chronologie, pour les pays rhénans, est non seulement très fine, mais aussi très bien fixée et ne laisse que peu de place pour des variantes (fig. 1). En premier lieu, le matériel est abondant. Par exemple, on connaît, dans la vallée du Neckar, plus de 400 sites pour le Rubané comme pour le Néolithique moyen, et la chronologie du Rubané en Wurtemberg est basée sur une sériation de 1 100 fosses qui contiennent des tessons à décors lisibles d’environ 9 000 récipients (état actuel). Le résultat est tout un réseau de relations interrégionales et interculturelles bien datées. Même le désaccord sur la datation relative du Hinkelstein (Spatz, 1996, Abb. 138 ; Strien, 2000, Tab. 2.3) ne concerne pas la conclusion qui veut que la fin du Hinkelstein ne soit pas postérieure à la fin du Rubané du Nord-Ouest (RNO ; pour l’état de la discussion : Jeunesse, 1999, p. 342-346). De plus, le début du Hinkelstein est maintenant daté dans la phase 8 (ou antérieure) par des importations dans deux sites de la vallée du Neckar : Vaihingen-Enz (fouilles en cours ; pour le site : Krause et alii, 2000) et Leinfelden-Echterdingen (Strien, en préparation). Enfin, on a une échelle quasi absolue avec la chronologie des maisons de la vallée du Merzbach (Stehli, 1994). Les différences entre les systèmes chronologiques ne dépassent pas deux générations et sont donc sans importance pour la question discutée ici. En conséquence, une synchronisation satisfaisante des groupes culturels du Bassin parisien avec ceux des régions autour du Rhin donnerait la clé pour la chronologie du Bassin parisien. Malheureusement une telle synchronisation est loin d’être établie (cf. Jeunesse, 1999). Néanmoins il y a quelques indices de contact dont la datation dans la séquence rhénane nous donne un cadre chronologique assez précis pour une synchronisation des deux séquences culturelles.

Fig. 1. La synchronisation des séquences du Bassin parisien et des régions rhénanes.

Relations RRBP-Rubané rhénan

3Les tessons à décor de type RNO dans la vallée de l’Aisne (rassemblés par Jeunesse, 1999, p. 355-357, et Strien, à paraître) ne sont pas datables précisément. L’abondante utilisation du peigne à deux dents sur ces pièces ne se retrouve pas dans la région Moselle-Rhin-Meuse (par ex. Schmidgen-Hager, 1993, Abb. 54-55) ; il s’agit probablement de la production locale d’après des exemples RNO. En conséquence, la fréquence des peignes ne peut pas être prise comme argument chronologique pour la datation dans la séquence du RNO. Restent les rubans à remplissage croisillonné et pointillé pour lesquels une datation plus précise que Rubané Id à IId est impossible (voir infra).

4Le « motif en échelle », typique du « style de Dachstein », se retrouve sur trois sites du RRBP final de l’Yonne : Armeau (David, 1992), Charmoy (Joly, 1970) et Etigny (dans ce volume). La fosse d’Armeau a livré des éléments Villeneuve-Saint-Germain, des tessons décorés du RRBP final et toute une série de tessons qui montrent des affinités très fortes avec le Bas-Rhin ; elles datent la fosse de la phase 9 de la chronologie du Rubané du Neckar et du Rhin supérieur (Strien, à paraître). Cette datation correspond aux phases IIc-IId de la chronologie rhénane et aux phases de construction XIII-XIV de la chronologie de la vallée du Merzbach (Stehli, 1994 ; Strien, 2000, p. 66).

5À Vaihingen-Enz, un tesson probablement du RRBP, décoré au peigne à cinq dents, se trouvait dans la phase 8 du Rubané du Neckar (Strien, à paraître ; travaux en cours).

6Il y a toute une série de décors qui relient le RRBP final au Rubané final d’Alsace et de l’Allemagne du Sud-Ouest, trouvés dans une trentaine de fosses datées des phases 9 et 10, c’est-à-dire des phases XIII-XV de la vallée du Merzbach (Strien, à paraître).

7Un argument jusqu’à présent négligé est la durée de la séquence de Cuiry-lès-Chaudardes. Là, ont été définies cinq phases d’habitat (Constantin, Ilett, 1997, p. 283). Ces phases ne peuvent pas être beaucoup plus courtes que les phases de construction de la vallée du Merzbach et donnent donc une autre échelle quasi absolue. Il faut probablement ajouter une autre phase au début (à Berry-au-Bac, Ilett, Plateaux, 1995, p. 86) et à la fin (Allard et alii, 1995, p. 26). En conséquence, une synchronisation de toute la durée du RRBP avec le Rubané final des pays rhénans (phases IIc-IId ou phases 9-10, c’est-à-dire les phases de construction XII à « XVI » de P. Stehli, 1994) incluant Hinkelstein n’est guère possible.

Relations VSG/Blicquy - Rubané rhénan/Hinkelstein

8Le site d’Armeau donne le seul indice précisément datable pour des contacts entre VSG et Rubané (voir supra). De Villejuif, on connaît deux tessons au décor de type RNO. L’un (Constantin, 1985, pl. 211, 2) ne peut pas être déterminé plus précisément que « probablement antérieur au Rubané IIc-d », parce que les bandes à remplissage croisillonné deviennent déjà rares dans ces phases (Strien, à paraître ; Schmidgen-Hager, 1993, Abb. 69, type de ruban no 56). L’autre, avec un ruban rempli au poinçon simple (Van Berg, Cahen, 1993, fig. 3, 7), peut être daté des phases Id à IId (Schmidgen-Hager, 1993, Abb. 69, type de ruban no 13). On peut penser à une influence du Rubané aussi pour un tesson de Bucy-le-Long ‘Le Fond du Petit Marais’ (Constantin et alii, 1995, fig. 37, no 371, 5). Le motif d’une ligne incisée accompagnée d’une ligne d’impressions est singulier dans le VSG et le RRBP, mais courant dans le Rubané moyen et récent de la Moselle (type de ruban no 15, Schmidgen-Hager, 1993, Beilage 6) et de la vallée du Neckar (Strien, 2000, Tab. 4.43). Dans le Rubané final, il a pratiquement disparu.

9Dans la vallée du Merzbach, les tessons de deux récipients sont attribués à la culture de Blicquy. L’un provient de la fosse 395 de Langweiler 2, datée de la phase XII, l’autre de la fosse 4481 de Langweiler 8, datée de la phase XIII. L’attribution du dernier est douteuse (Stehli, 1994) ; celle du premier, anciennement déterminée comme Limbourg, est, contrairement aux quelques autres réattributions de Van Berg (1990), bien convaincante. Si on accepte les réattributions des tessons d’Aubechies, on a des relations Blicquy-Rubané phases XII à XV (Stehli, 1994). Les coupes à pied du Hinkelstein récent (Hi II), qu’on retrouve dans le Rubané IIc de la Moselle (Blouet, Decker, 1993, p. 88 et fig. 6, 6) et le Blicquy (Constantin et alii, 1991, fig. 19, 97 ; Caspar et alii, 1993, pl. 17, 33), donnent une synchronisation indirecte avec les phases XIII-XIV de Stehli. On peut y ajouter la fosse de Vaux-et-Borset (Cahen, Docquier, 1985), datée dans la phase XII (Stehli, 1994). On peut globalement attribuer au Rubané récent-final les affinités d’un récipient de Vaux-et-Borset ‘Gibour’ (Caspar et alii, 1993, pl. 26). De plus, on peut penser à l’hypothèse d’un synchronisme pour expliquer les ensembles mixtes de Darion (Jadin, 1997). On aurait dans ce cas une association Rubané IId-Blicquy (dans le secteur blicquien).

10Les anneaux plats de type VSG-Blicquy en contexte Hinkelstein ancien et récent, qui correspondent aux phases XII à XIV de la vallée du Merzbach, confirment ces résultats (cf. tableau chronologique). À Mülhausen, ils se trouvent dans une couche datant de la fin du Hinkelstein ancien et du Hinkelstein récent (Dieckmann, 1987 ; Spatz, 1996, p. 422) ; à Worms-Rheingewann, dans plusieurs tombes des phases anciennes et récentes (Meier-Arendt, 1975 ; Jeunesse, 1998-99, p. 355), et en partie même faits d’une matière première typique du VSG-Blicquy (Constantin et alii, 2001). On peut y ajouter deux exemples de Hilzingen, datés de la phase IX de la chronologie locale (Fritsch, 1998, p. 137, Taf. 22, 2 et 27, 10). La céramique accompagnant les bracelets semble être plutôt du Hinkelstein de la région que du Rubané final.

Relations ASP-Rubané rhénan

11Pour Augy-Sainte-Pallaye, on connaît seulement des contacts douteux. Dans la vallée du Neckar, on peut ajouter au tesson de Heilbronn (Jeunesse, 1999 ; Strien, 2000, Taf. 19, 4) une pièce similaire de Vaihingen-Enz, trouvée en 2001, et datable de la phase 2B (Flomborn). Dans la même partie du site on a trouvé plusieurs tessons d’affinités épicardiales (travaux en cours). Une identification comme ASP est donc possible, mais pas nécessaire. Un autre exemple vaguement comparable (le cordon ne dépasse pas la lèvre) provient du site de Großostheim en Hesse (Meier-Arendt, 1966, Taf. 84, 10), daté de la phase V de la chronologie régionale (phases XIII à XV de Stehli, 1994).

Le problème de la datation du début du Cerny

12Pour Cerny, le seul synchronisme reste le vase du Planig-Friedberg de Passy (Spatz, 1998). Mais une datation d’un tertre de 80 m de long au début du développement et en conséquence au début du Cerny est peu probable, c’est-à-dire que le début du Cerny devrait dater de la phase Großgartach récent (sGG) ou d’une phase antérieure.

Fig. 2. Conséquences pour la synchronisation Rhin-Bassin parisien d’une séquence stricte Rubané récent champenois - RRBP - VSG - ASP - Cerny.

13Les arguments contre une séquence génétique « Rubané Récent Champenois - RRBP » ne sont pas purement chronologiques, mais aussi typologiques (Strien, à paraître). Ici, il suffit de discuter la chronologie : les différences entre la céramique de Juvigny (Tapret, Villes, 1996) et celle de Berry-au-Bac « le Chemin de la Pêcherie » (Ilett, Plateaux, 1995) sont suffisamment importantes pour exclure au moins une succession immédiate. Juvigny date probablement de la phase 9 et n’est définitivement pas antérieur à la phase 8 de la chronologie du Rubané du Neckar et du Rhin supérieur (Strien, à paraître). Cette datation correspond aux phases de construction XII-XIV de la chronologie de la vallée du Merzbach (fig. 1). Le début du RRBP daterait – en cas d’une succession – de la phase XIV (fig. 2, variante A) de P. Stehli ou encore plus tard (variante B), et la fin, vu la durée de la séquence de la vallée de l’Aisne, serait bien postérieure à la fin du Rubané autour de l’axe rhénan. Par conséquent, la fin du Rubané alsacien (ainsi que celle du Hinkelstein) serait contemporaine ou même antérieure au début du RRBP. Blicquy et VSG, avec ASP comme phase récente – s’ils sont postérieurs au RRBP et contemporains entre eux – correspondraient aux phases Großgartach récent (sGG) et/ou Planig-Friedberg (P-F).

14Cette chronologie n’explique pas les liens entre le Bassin parisien et les pays rhénans discutés ici :

151- RRBP final est contemporain du Rubané final alsacien (phases 9 et 10), c’est-à-dire des phases XIII-XV de la vallée du Merzbach. Donc Juvigny ne peut pas être antérieur au début du RRBP. Une séquence génétique est impossible.

162- Blicquy peut être mis en parallèle au moins avec les phases LBK 8/XII/Hinkelstein I à Planig-Friedberg (SPATZ, 1991).

173- VSG ne peut être mis en parallèle que d’une manière générale avec le Rubané récent et final rhénan. Armeau donne le seul synchronisme avec le Sud-Ouest : phase 9.

18Il en résulte que le début du Blicquy et du VSG date au moins de quatre générations (phases XII-XV de la chronologie de Stehli, 1994) avant la fin du RRBP. Donc l’hypothèse d’une séquence RRBP-VSG sans chevauchement chronologique est à rejeter.

194- Une datation du début de l’ASP dès la phase 7 ou même la phase 2B est possible.

205- Cerny existe au moins du Großgartach récent au Rössen.

21Si on accepte la datation relative du RRBP que nous proposons ici, les ensembles mixtes du Bassin parisien correspondent bien avec les liens chronologiques entre Rhin et Seine :

  • VSG/RRBP : le tesson probablement VSG de Berry-au-Bac ‘le Vieux Tordoir’, trouvé en contexte RRBP classique (Allard et alii, 1995, p. 25-26, fig. 23, 1), date donc de la phase 7 ou 8 du Sud-Ouest (XI ou XII de la vallée du Merzbach) ;
  • ASP/RRBP : les trois vases munis de cordons internes de Cuiry-lès-Chaudardes (Jeunesse, 1999, p. 381) datent des phases 6, 7 et 9 du Sud-Ouest (IX, XI et XIII de la vallée du Merzbach).

22L’hypothèse de C. Jeunesse (1999), selon laquelle le RRBP final et le VSG « formatif » (d’après cette hypothèse : VSG final) seraient le résultat d’une expansion du RRBP dans les régions antérieurement occupées par VSG, explique les relations entre le Bassin parisien et le monde rhénan. La seule alternative est un développement du VSG parallèlement au RRBP, avec deux groupes culturels en même temps dans la même région pendant la phase RRBP final. Parce qu’on trouve une situation identique en Hainaut et en Hesbaye, cette hypothèse ne peut pas être exclue.

23Il reste la question : « Quel est l’équivalent du Großgartach moyen A et B (mGG A-B) dans le Bassin parisien ? ». Actuellement, du point de vue de l’Europe centrale, une réponse définitive est impossible :

  1. Il n’y a pas d’arguments positifs pour une durée du RRBP jusqu’au mGG B. L’argument contre une fin tardive est le temps : dans ce cas, le RRBP final aurait duré deux siècles, deux fois le temps du reste du RRBP (cf. fig. 1), ce qui semble peu probable.
  2. Il y a seulement une évidence faible et indirecte pour une existence de VSG pendant le temps du Großgartach (par une identification avec Blicquy).
  3. Il n’y a ni argument en faveur d’un début du Cerny antérieur à sGG, ni argument s’opposant à une telle datation.

24Les hypothèses « RRBP jusqu’au mGG A, Cerny depuis mGG B » et « Cerny depuis mGG A » posent des problèmes moindres, sans être convaincantes. Pour une réponse définitive, il faut attendre des ensembles mixtes du Großgartach moyen et des cultures du Bassin parisien.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allard P., Dubouloz J., Hachem L., Ilett M., Robert B., 1995, « Berry-au-Bac ‘le vieux Tordoir’ », in : Les fouilles protohistoriques dans la Vallée de l’Aisne, 23, p. 11-95.

Blouet V., Decker E., 1993, « Le Rubané en Lorraine », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et des régions limitrophes, Actes du XIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, 1986, p. 84-93 (Documents d’Archéologie Française, 41).

Cahen D., Docquier J., 1985, « Présence du Groupe de Blicquy en Hesbaye Liégeoise », Helinium, 25, p. 94-122.

Caspard J.-P., Constantin C., Hauzeur A., Burnez-Lanotte L., 1993, « Nouveaux éléments dans le groupe de Blicquy en Belgique : le site de Vaux-et-Borset ‘Gibour’ et ‘À la Croix Marie-Jeanne’. II. La céramique », Helinium, XXXIII-2, p. 168-252.

Constantin C., 1985, Fin du Rubané, céramique du Limbourg et Post-Rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, Oxford, 2 vol. : 356 et 294 p. (BAR Int. Series, 273).

Constantin C., Ilett M., 1997, « Une étape finale dans le Rubané récent du Bassin parisien », in : Jadin Y. dir., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22e colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, p. 281-300 (3ème suppl. aux Cahiers de l’Association pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace).

Constantin C., Farruggia J.-P., Demarez L., 1991, « Le site Rubané de Blicquy-la-Couture du Couvent (Hainaut) : fouilles 1983-85-88 », Bull. des Chercheurs de la Wallonie, 31, p. 51-78.

Constantin C., Farruggia J.-P., Guichard Y., 1995, « Deux sites du groupe de Villeneuve-Saint-Germain à Bucy-le-Long (Aisne) », Revue Archéologique de Picardie, 1/2, p. 3-59.

Constantin C., Hance L., Vachard D., 2001, « Un réseau d’échange de calcaire utilisé pour la fabrication d’anneaux pendant le groupe de Villeneuve-Saint-Germain », B.S.P.F., t. 98, p. 245-255.

David C., 1992, Étude de la céramique néolithique d’Armeau et de Villevallier, Mémoire de maîtrise, Université de Paris I.

Dieckmann B., 1987, « Ein mittelneolithischer Fundplatz bei Mühlhausen im Hegau, Stratifizierte Funde der Hinkelsteingruppe, der Stichbandleramik und der Großgartacher Gruppe », Archäologische Nachrichten aus Baden, 38/39, p. 20-28.

Fritsch B., 1998, Die linearbandkeramische Siedlung Hilzingen-Forsterbahnried und die altneolithische Besiedlung des Hegaus, 296 p., 63 pl.

Ilett M., Plateaux M., 1995, Le site Néolithique de Berry-au-Bac ‘le Chemin de la Pêcherie’, Paris, CNRS Éditions, 214 p.

Jadin Y. dir., 1997, Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22e colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, p. 431-445 (3ème suppl. aux Cahiers de l’Association pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace).

Jeunesse C., 1999, « La synchronisation des séquences culturelles des bassins du Rhin, de la Meuse et de la Seine et la chronologie du Bassin parisien au Néolithique ancien et moyen (5200-4500 av. J.-C.) », Bull. Soc. Préhist. Luxembourgeoise, 20-21, p. 337-392.

Joly J., 1970, « Informations archéologiques : ‘Charmoy’ », Gallia Préhistoire, t. 13, p. 441-444.

Krause R., Arbogast R.-M., Hönscheidt S., Lienemann J., Papadopoulos S., Rösch M., Sidéra I., Smettan H., Strien H.-C., Welge K., 2000, « Die bandkeramischen Siedlungsgrabungen bei Vaihingen an der Enz, Kreis Ludwigsburg (Baden-Württemberg) », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 79, 1998, p. 7-105.

Meier-Arendt W., 1966, Die bandkeramische Kultur im Untermaingebiet, 147 p., 112 pl. (Veröffentlichungen des Amtes für Bodendenkmalpflege im Regierungsbezirk Darmstadt, 3).

Meier-Arendt W., 1975, Die Hinkelsteingruppe, Der Übergang vom Früh-zum Mittelneolithikum in Südwestdeutschland, 2 t., 237 p., 172 pl. (Römisch-Germanische Forschungen, 35).

Schmidgen-Hager E., 1993, Bandkeramik im Moseltal, 202 p., 63 pl. (Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie, 18).

Spatz H., 1991, « Der ‘Langweiler Typus’ : ein Nachweis der Gruppe Blicquy im Rheinland », Germania, 69, p. 155-162.

Spatz H., 1996, Beiträge zum Kulturenkomplex Hinkelstein- Großgartach- Rössen, Der keramische Fundstoff des Mittelneolithikums aus dem mittleren Neckarland und seine zeitliche Gliederung, 2 t., 784 p., 220 pl. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 37).

Spatz H., 1998, « Le vase rhénan de Passy-sur-Yonne : attributions chronologiques – synchronismes », B.S.P.F., t. 95, p. 589-592.

Stehli P., 1994, « Chronologie der Bandkeramik im Merzbachtal », in : Boelicke U., Frirdich C., Gaffrey J., Lüning J., Stehli P., Vaughn P., Zimmermann A. ed., Die Bandkeramik im Merzbachtal auf der Aldenhovener Platte, p. 79-191 (Rheinische Ausgrabungen, 36).

Strien H.-C., 2000, Untersuchungen zur Bandkeramik in Württemberg, 206 p., 23 pl. (Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie, 69).

Strien H.-C., à paraître, « Zur Herkunft der mitteleuropäischen Elemente in der Bandkeramik des Pariser Beckens ».

Strien H.-C., en préparation, « Siedlungsbefunde der Bandkeramik und der Hinkelsteinkultur von den Fildern ».

Tapret E., Villes A., 1996, « Contribution de la Champagne à l’étude du Néolithique ancien », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les Bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Actes du 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon 25-27 oct. 1991, p. 175-256 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Van Berg P.-L., 1990, « Céramique du Limbourg et néolithisation de l’Europe du Nord-Ouest », in : Rubané & Cardial, Actes du colloque de Liège, nov. 1988, p. 161-208 (E.R.A.U.L., 39).

Van Berg P.-L., Cahen D., 1993, « Relations sud-nord en Europe occidentale au Néolithique ancien : le point de vue septentrionale », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et des régions limitrophes, Actes du XIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, 1986, p. 41-59 (Documents d’Archéologie Française, 41).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La synchronisation des séquences du Bassin parisien et des régions rhénanes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 2. Conséquences pour la synchronisation Rhin-Bassin parisien d’une séquence stricte Rubané récent champenois - RRBP - VSG - ASP - Cerny.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12909/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

Auteur

Altbach Str. 30, D - 53501 Grafschaft (Allemagne).

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search