Version classiqueVersion mobile

Impacts interculturels au Néolithique moyen. Du terroir au territoire : sociétés et espaces

 | 
Pascal Duhamel

Avant-propos. Interactions culturelles et emprise des sociétés néolithiques sur les espaces

Pascal Duhamel

Texte intégral

1« Interactions culturelles », « espaces », voilà bien des sujets que certains pourraient qualifier de rebattus ! Diverses éditions antérieures du colloque néolithique n’ont-elles pas fait de l’un ou de l’autre leur thème central ? Leur choix, pour ce colloque, ne relèverait-il alors que d’une soumission aux vogues du moment ? On privilégie en effet volontiers ces derniers temps les débats touchant aux relations interculturelles. Et il paraît de bon ton de sacrifier aux approches spatiales, quand ce n’est pas à leur seul instrument, le « SIG ». Mais, au-delà de ces considérations un peu simplistes, ce choix trouve sa pleine justification dans la démarche poursuivie dans la discipline archéologique.

2Nul ne conteste la nécessité première de situer dans le temps et dans l’espace les témoins fragmentaires mis au jour. Cette analyse débouche d’ailleurs rapidement sur le besoin d’examiner les phénomènes dans l’espace pour une tranche de temps donnée et, en corollaire, d’en suivre l’évolution dans le temps sur un espace donné (nos aptitudes s’avèrent réduites lorsqu’il s’agit d’appréhender plus de deux dimensions simultanément). Ces phases d’analyse fondent les étapes ultérieures de l’étude.

3L’objectif ultime que l’on poursuit vise en fin de compte à caractériser les comportements de groupes humains et à tenter d’éclairer les mentalités qui les sous-tendent. C’est donc une approche à finalité ethnologique dont l’objet, humain d’une part, et social de surcroît, ne peut être appréhendé qu’au sein d’une dynamique dans l’espace et le temps. C’est dans cet esprit qu’il a été jugé nécessaire de reprendre une nouvelle fois ces thèmes, car leurs problématiques ne peuvent que bénéficier des apports récents et renouvelés de la recherche.

4Interactions culturelles des sociétés en voie de hiérarchisation. L’évolution graduelle vers des sociétés organisées plus hiérarchisées se produit, notamment durant le Néolithique moyen, dans un contexte de développement des échanges et des influences entre groupes culturels, voire de phénomènes « supra-culturels », qu’il importe de mieux identifier et apprécier. Il s’agissait donc de tendre à mettre en évidence, à caractériser et à évaluer ces impacts dans les groupes concernés.

5Du terroir au territoire : sociétés et espaces. Ces approches, d’ordre spatial, pouvaient être abordées sous trois angles différents : l’analyse des terroirs d’implantation et les relations homme-milieu (caractérisation des terroirs, ressources, environnement des lieux d’installation), la géographie culturelle (relations intersites, extension des cultures, échanges), et les approches touchant territoire, société et identité des groupes néolithiques (marques identitaires, emprises territoriales, témoins d’appropriation, structure sociale et occupation des sols).

6Sans doute les contributions du présent volume peuvent-elles paraître disparates ou inégales, et leur rassemblement peu homogène, c’est la loi du genre pour ce colloque consacré au Néolithique. Souhaitons seulement qu’elles participent au progrès de nos connaissances sur les populations néolithiques.

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search