Version classiqueVersion mobile

Les cimetières mérovingiens de la côte chalonnaise et de la côte mâconnaise

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

2. Les garnitures de ceinture

Les garnitures de ceinture

Texte intégral

1Au sein du mobilier funéraire mérovingien, les garnitures de ceinture occupent une place tout à fait exceptionnelle : en raison de leur diversité, tant sur le plan des matériaux et des techniques mis en oeuvre qu'en ce qui concerne la forme ou le décor, elles offrent de multiples possibilités d'étude ; de plus, ce sont des objets que l'on rencontre avec une relative fréquence dans les fouilles de nécropoles, cette constatation s'appliquant tout particulièrement à notre région où ils représentent, et de loin, le type de découverte le plus répandu. Il est donc normal, dans ces conditions, que ces pièces aient retenu en priorité l'attention des chercheurs : plusieurs études importantes leur ont été consacrées, visant en particulier à établir une typologie et à préciser la chronologie. A ce point de vue d'ailleurs, depuis une dizaine d'années, nos connaissances ont considérablement progressé grâce à une série de travaux dont plusieurs, justement, concernent tout spécialement des régions voisines de la nôtre : c'est le cas de la Suisse dont la partie occidentale présentait, à l'époque mérovingienne, de nombreuses affinités avec la plaine de la Saône et ses bordures (Franche Comté et, partiellement, Bourgogne actuelles).

  • 1 ZEISS H., "Studien zu den Grabfunden aus dem Burgundenreich an der Rhône", Sitzungsberichte der Bay (...)

2Le premier auteur qui se soit intéressé de façon assez globale à la question est H. Zeiss1 en 1938 : on lui doit une tentative de chronologie, largement dépassée aujourd'hui, et une typologie des grandes garnitures damasquinées (c'est lui qui a défini les types A et B ; voir la planche 62). On peut lui reprocher de s'être occupé trop exclusivement de ces catégories de pièces (ainsi que des plaques-boucles de bronze à scène figurée).

  • 2 BOUFFARD P., Nécropoles burgondes de la Suisse. Les garnitures de ceinture. Thèse, Genève-Nyon, 194 (...)

3Le même reproche peut être fait à P. Bouffard2, qui n'apporte pratiquement rien sur le plan de la typologie et de la chronologie, mais a le mérite de dresser un catalogue à l'échelle d'une région (la Suisse occidentale).

  • 3 WERNER J., Das alamannische Gräberfeld von Bülach, Bâle, 1953 (Monographien zur Ur- und Frühgeschic (...)

4Il a fallu attendre 1953 et J. Werner3 pour que soient étudiées sérieusement les plaques damasquinées autres que celles définies par Zeiss : dans sa monographie sur le cimetière de Bülach (Suisse), l'auteur distingue deux catégories de plaques C : les garnitures de type Bülach, précoces, et celles de type Berne-Soleure, tardives. Les études postérieures ont confirmé toute l'importance de cette distinction.

  • 4 BÖHNER K., Die Fränkischen Altertümer des Trierer Landes, Berlin, 1958.

5Dans le cadre de son grand travail, devenu classique, sur la région de Trêves, K. Böhner4 a apporté quelques éléments nouveaux dans la chronologie des plaques-boucles, manifestant une tendance à la datation plus précoce, au moins de certaines pièces (plaques "circulaires" en particulier).

  • 5 MOOSBRUGGER-LEU R., Die frühmittelalterlichen Gürtelbeschläge der Schweiz, Bâle, 1967 (Monographien (...)

6R. Moosbrugger-Leu5 a publié en 1967 le travail le plus complet, à ce jour, sur la question : il s'agit d'un catalogue de toutes les garnitures trouvées en Suisse, classées de manière rigoureuse et détaillée ; les plaques damasquinées sont réparties en quatre groupes fondés sur des critères bien définis et valables pour toutes les formes (qu'il s'agisse de garnitures de type A, B ou C). Cette étude d'ensemble a le grand mérite de clarifier considérablement la question. Elle présente cependant des faiblesses liées en particulier à la trop grande systématisation et à l'utilisation trop exclusive d'arguments stylistiques ; les datations sont généralement jugées trop basses et, surtout, l'auteur a cru, à tort, pouvoir attribuer certains types de garnitures â des groupes ethniques précis (les plaques A et B aux Burgondes, les plaques C aux Alamans et les plaques D, plaques rectangulaires en bronze, aux descendants des Gallo-Romains) et en tirer des conclusions sur le peuplement de la Suisse au Haut Moyen Age.

  • 6 MARTIN M., "Bemerkungen zu den frühmittelalterlichen Gürtelbeschlagen der Westschweiz", Zeitschrift (...)

7Non moins fondamentale est l'étude de M. Martin6 qui critique et précise de nombreux points exposés par R. Moosbrugger. L'auteur a le mérite de dépasser le cadre strictement suisse, ce qui donne à ses conclusions une portée beaucoup plus générale et ce qui lui permet de démontrer l'inexactitude des thèses de son prédécesseur concernant l'attribution des garnitures à tel ou tel groupe ethnique ; il fonde aussi ses déductions sur une chronologie beaucoup plus convaincante (tout particulièrement en ce qui concerne les plaques de type D) et apporte des éléments complémentaires pour la compréhension des origines et des filiations des différents types.

  • 7 AMENT H., "Chronologische Untersuchungen an fränkischen Gräberfeldern der jüngeren Merowingerzeit i (...)
  • 8 Nous préférons cette expression à celle de "stratigraphie horizontale" employée par la quasi-totali (...)

8Tout récemment, enfin, H. Ament7 a accordé une place de premier plan aux garnitures damasquinées, dans le cadre de ses recherches sur la chronologie de l'époque mérovingienne. En dehors de la date précoce (630-640) à laquelle il situe les débuts de l'utilisation de deux métaux dans la décoration des plaques-boucles de fer, il faut remarquer que l'auteur arrive à des résultats proches de ceux des spécialistes suisses en étudiant pourtant des zones assez différentes : les régions rhénanes. L'intérêt de son travail provient aussi de la méthode : H. Ament a recouru systématiquement à la chronologie spatiale8 d'un certain nombre de nécropoles pour établir la datation relative.

  • 9 Citons simplement les noms de B. Salin, C. Barrière-Flavy, W. Deonna, W. Holmqvist, N. Aberg, H. Kü (...)
  • 10 LORREN C., Fibules et plaques-boucles en Normandie. Contribution à l'étude du peuplement, des échan (...)
  • 11 JAMES E., The Merovingian Archaeology of South-West Gaul, Oxford, 1977 (B.A.R. Supplementary Sériés (...)

9Nous n'avons tenu compte là que des publications les plus importantes et les plus récentes concernant la typologie et la chronologie des garnitures de ceinture, et tout spécialement de celles qui s'appliquent à notre région ou aux régions voisines ; il existe évidemment beaucoup d'autres travaux de qualité sur la question des plaques-boucles mérovingiennes, dont nous ne pouvons faire état pour le moment, mais dont nous aurons l'occasion de reparler dans la suite de cette étude9. Qu'il nous soit permis toutefois de signaler encore deux recherches récentes, parce qu'elles nous paraissent de nature à permettre d'importants progrès à la recherche ; il s'agit du travail de C. Lorren10, consacré aux fibules et plaques-boucles de Normandie, et de celui de E. James11 donnant, dans le cadre d'une étude d'ensemble sur l'archéologie mérovingienne du Sud-Ouest de la Gaule, une place de choix aux garnitures de ceinture.

10De tels inventaires régionaux sont extrêmement précieux, au même titre que la publication de fouilles de nécropoles ; ils fournissent la matière indispensable aux synthèses et permettent de définir des types régionaux, d'en préciser la diffusion géographique et l'origine, et d'effectuer d'utiles comparaisons entre régions. Les travaux de C. Lorren et de E. James nous ont d'ailleurs beaucoup aidé dans nos recherches ; ils s'appliquent pourtant à des pays bien éloignés du nôtre, plus lointains du moins que la Suisse qui nous a fourni, il est vrai, de nombreux points de comparaison facilités par les études déjà avancées dont elle a fait l'objet et par l'appartenance de sa partie occidentale au domaine burgonde.

  • 12 Quelques exemples : le type A a été ainsi appelé par Zeiss, qui voyait là les plaques les plus préc (...)

11Il n'est pas concevable, en effet, lorsqu'on se livre à l'examen d'un ensemble régional, même étendu, de laisser de côté les découvertes extérieures à ce domaine. C'est pour avoir oublié cela que R. Moosbrugger est parvenu à des conclusions inexactes. Pour notre part, nous ne chercherons pas à faire de synthèse hâtive et nous resterons prudent au niveau de la discussion, nous contentant de replacer chaque type de pièce dans son contexte (répartition géographique, datation...), en relevant le cas échéant les précisions que peuvent nous apporter les conditions de découverte dans notre domaine. De même, nous n'avons pas voulu modifier les grandes lignes de la classification communément admise ; il faudra bien, un jour, revoir la dénomination des différents types (A, B, C, D), car elle présente de nombreuses... faiblesses12 : nous avons préféré conserver les appellations traditionnelles, afin d'éviter de créer un nouveau système qui risquait d'être remis en cause très rapidement (parce que prématuré et portant sur une série finalement limitée en nombre et géographiquement) et qui aurait en fait compliqué la situation, au lieu de la clarifier.

  • 13 Nous espérons ainsi apporter un début de réponse au voeu exprimé par Max MARTIN ("Bemerkungen"..., (...)
  • 14 Nous avons consacré un temps très long à ce travail de dessin ; aussi, on voudra bien nous excuser (...)
  • 15 C'est le cas, par exemple, de la très belle plaque à l'hippogriffe provenant de Chevagny (no 9) pou (...)
  • 16 MARTIN J., "Sépultures barbares sous dalles brutes des environs de Tournus", A.A. Mâcon, t. II, 3èm (...)

12Notre objectif est avant tout de présenter un catalogue qui puisse faciliter les recherches futures13. Dans cette perspective, nous avons tenu à rassembler toutes les plaques-boucles de notre domaine, sans aucune exception, en ne négligeant pas, comme c'est malheureusement trop souvent le cas, les pièces plus humbles que sont les plaques en fer non damasquiné. De plus, nous les avons toutes dessinées personnellement, grandeur nature, ce qui rendra, nous l'espérons, les comparaisons plus aisées14. Nous avons réuni des garnitures dont beaucoup sont inédites à ce jour (celles de Curtil, surtout), alors que d'autres ayant été publiées dans des revues locales difficiles d'accès sont restées inconnues15 ou méconnues des spécialistes ; les très belles trouvailles de Tournus et de sa région ont été restaurées depuis leur découverte et leur publication par J. Martin, ce qui a fait apparaître des détails nombreux et importants16.

13Les garnitures ont été réparties en deux groupes (plaques de bronze et plaques de fer), aux-mêmes subdivisés en fonction de la forme et du décor. Pour simplifier, nous avons adopté une numérotation continue. Les dimensions sont exprimées en millimètres : dans l'ordre, longueur maximum, largeur maximum et épaisseur moyenne ; quand il s'agit d'une garniture, on donne successivement les mesures de la plaque-boucle, de la contre-plaque et de la plaque dorsale.

2.1. GARNITURES EN BRONZE

14Elles sont peu nombreuses par rapport aux garnitures en fer : 29 contre 100. Les mieux représentées sont les plaques rectangulaires (type D), en particulier celles à l'hippogriffe (5 exemplaires). Les autres types ne comptent chacun que quelques pièces, ce qui nous a amené, par exemple, à regrouper toutes les plaques triangulaires, même si elles offrent des différences parfois considérables entre elles.

  • 17 Nous en avons trouvé des traces sur une plaque (inédite à ce jour) lors de nos fouilles d'Argilly ( (...)
  • 18 BARRIERE-FLAVY C., Les arts industriels des peuples barbares de la Gaule du Vème au VIIIème siècle,(...)

15Elles présentent en commun un certain nombre de caractères "techniques" qui les opposent aux garnitures de fer : ces différences sont manifestement liées au mode de fabrication (bronze moulé, fer forgé) qui permet deux types de solution ; ainsi, les plaques de fer sont fixées à la ceinture par des sortes de rivets (les bossettes) dont l'axe traverse le cuir et se retourne en une boucle ; à ces éléments indépendants de la plaque s'opposent les tenons perforés que l'on trouve au revers des garnitures de bronze et qui en sont solidaires, venus de fonderie avec elles ; les perforations étaient reliées par un fil17 qui assujettissait la plaque à la ceinture. Les bossettes sont donc inutiles dans ce cas, ce qui explique qu'elles soient souvent absentes ; lorsqu'elles existent, elles ont en général un rôle purement ornemental (certaines sont d'ailleurs venues de fonderie avec la plaque) et témoignent d'un désir d'imitation des plaques de fer. En ce qui concerne l'articulation entre les trois éléments (plaque, boucle et ardillon), elle est également différente (sauf exception : no 3) de celle des plaques-boucles de fer ; elle est constituée d'une charnière, décrite en ces termes par C. Barrière-Flavy, dès 1901 : "La plaque porte deux ou quatre tenons percés ; l'anneau est aussi muni /.../ d'appendices semblables qui s'emboîtent parfaitement, laissant un vide central, dans lequel vient se placer le tenon de l'l'ardillon. Tout le système est fixé au moyen d'une broche de fer passée dans les trous des tenons"18.

2.1.1. PLAQUES DE FORME "CIRCULAIRE"

1. Curtil 280 (musée de Chalon)

1682 x 54 x 1,5.

  • 19 LORREN C., o.c., p. 339.
  • 20 Id., Ibid., p. 642 (typologie établie pour les plaques-boucles en fer).

17Disque coupé selon une corde du côté de la boucle, où se trouvent deux tenons d'articulation, et échancré de part et d'autre (type B de C. Lorren)19 Plaque de bronze aux bords biseautés débordant légèrement au revers, portant trois petites bossettes rivées, de taille inégale, au rôle purement ornemental, les trois tenons perforés destinés à la fixation à la ceinture n'étant pas dans leur prolongement. Le décor, incisé au burin, est très maladroitement exécuté : il se limite à des bandes pointillées, avec, de ci de là, des sortes de marches d'escalier ; des bandes de largeur inégale entourent les bossettes, tandis qu'une autre fait le tour de la plaque, s'amincissant à la partie antérieure et évoquant ainsi des têtes animales (sorte de dragon bicéphale comme sur les no 2 et 4). La boucle, qui présente deux tenons d'articulation, est ornée de groupes d'incisions parallèles, placés symétriquement. Un petit ressaut sépare la pointe de la base de l'ardillon ; cette dernière, dont la forme évoque un éventail (type I de C. Lorren)20, porte un visage très stylisé (deux cercles pour les yeux réunis par un V évoquant le nez), entouré de deux traits soulignant la bordure de l'ardillon.

2. Curtil 153 (musée de Chalon)

1877 x 48 x 1,5.

19Plaque de même forme que la précédente ; cependant, les échancrures sont plus profondes (type I de C. Lorren) et un petit appendice arrondi apparaît à l'opposé de la boucle. Plaque mince aux bords légèrement biseautés, tordue (accidentellement) à proximité de la boucle. Pour la fixation à la ceinture, trois pattes perforées, dont deux cassées, disposées en triangle au revers ; pas de bossette. Décor incisé réparti en deux zones : un motif central semi-circulaire avec deux cercles concentriques ponctués d'où partent six doubles rayons et un entourage de brins tressés autour de cercles ponctués ; cette tresse se termine vers l'avant par deux têtes animales stylisées dont l'oeil (un cercle ponctué) et les mandibules sont évoqués. La boucle, articulée par deux tenons perforés (cassés d'ailleurs), présente quelques stries transversales (trois de part et d'autre du repos de l'ardillon) ; l'ardillon est d'un type (base scutiforme étroite) que l'on ne rencontre pas habituellement avec ce type de garniture, mais avec de simples boucles ; il n'est donc pas d'origine ; d'ailleurs il offre une belle patine dorée différente de celle de la plaque.

3. Blanot 6 (musée d'Azé)

2064 x 46 x 1,5.

21Forme proche du type I de C. Lorren. Originalité de cette plaque-boucle : le système d'articulation de la plaque et de la boucle est du type de ceux que l'on rencontre habituellement sur les garnitures de fer (projection de la plaque venant s'enrouler autour de la traverse de la boucle, et ajourée pour laisser passer l'ardillon) ; de plus, l'ardillon (brisé) est constitué par une simple pointe de fer. La boucle est ornée de six groupes de trois stries disposées symétriquement de part et d'autre de l'ardillon. La plaque, mince, a les bords légèrement biseautés et débordants au revers ; elle présente trois tenons perforés pour la fixation à la ceinture, mais pas de bossette ; le décor, purement géométrique, est constitué par quatre cercles concentriques ponctués réunis par des doubles traits en arc de cercle.

4. Curtil 64 (musée de Chalon)

2231 x 22 x 1,5.

23Petite plaque-boucle d'un seul tenant faisant penser à une boucle de chaussure, mais qui était utilisée comme garniture de ceinture par un enfant. L'ardillon, qui devait être en fer, a disparu (l'orifice de fixation est très visible). La boucle, ovale, est ornée de deux paires de stries très usées, de part et d'autre du repos de l'ardillon. Un dragon bicéphale très distinct épouse la courbure de la plaque : l'oeil est figuré par un cercle ponctué, le corps se compose de deux bandes accolées, l'une ornée de points latéraux en quinconce, l'autre de trois sortes de marches d'escalier ; au centre, un triangle dont les sommets sont des cercles ponctués. La plaque a des bords légèrement biseautés et deux tenons perforés au revers.

  • 21 KÜHN H., "Die Christus-Schnallen der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 23, 1970-1973, p. 38, no 32.
  • 22 ARONOVICI-MARTIN Cl., Les Mérovingiens au Musée de Dijon, collections mérovingiennes du Musée Arché (...)
  • 23 Id., Ibid., pl. 33, 1.
  • 24 SCHEURER F. et LABLOTIER A., Fouilles du cimetière barbare de Bourogne, Paris-Nancy, 1913, pl. XVI, (...)
  • 25 Un exemple à Zemmer (Allemagne), à la fois sur la boucle et sur l'ardillon, où le motif entoure un (...)
  • 26 Plusieurs études récentes ont été consacrées à ce type de plaques : KÜHN H., o.c., (Christus-Schnal (...)

24Le décor essentiellement géométrique se rencontre fréquemment sur ce type de plaque-boucle : on retrouve par exemple l'entourage torsadé o de notre no 2 sur une pièce de la Marne21, et un motif central proche du sien sur une plaque de Noiron-sous-Gevrey (Côte d'Or) 22 ; de ce dernier site provient une autre plaque circulaire dont le décor rappelle celui de notre no 323, décor que l'on retrouve sur la base d'un ardillon de Bourogne (quatre cercles ponctués) 24. Le monstre bicéphale paraît un peu plus25 rare et il est remarquable de le rencontrer ici sur trois exemplaires : il se prête bien à la forme de la plaque. Le no 1 pourrait être une imitation très maladroite du no 3 (tous deux sont de Curtil). Le masque humain, ici très stylisé (no 1), est très courant sur ce type de plaque-boucle, soit sur l'ardillon, soit plutôt au centre de la plaque ; il n'est pas sûr du toutqu'il s'agisse du visage du Christ, car la stylisation est très poussée26.

  • 27 C'est le cas en particulier des plaques avec masque humain, dont les principaux ateliers de product (...)
  • 28 LORREN C., o.c., pl. XVIII.

25L'origine de beaucoup de plaques-boucles circulaires paraît se situer dans le Bassin parisien, où ces pièces ont été trouvées en assez grand nombre27. Il est possible toutefois que notre no 1 soit une imitation lolocale ; quant au mode d'articulation (copie des plaques-boucles de fer) de notre no 3, il est très rare mais se rencontre cependant ailleurs, par exemple sur quelques plaques, non circulaires, de Normandie28. La petite plaque (no 4) se rattache au groupe des plaques-boucles d'un seul tenant, dont il sera question plus loin, à propos du no 21.

  • 29 Id., Ibid., p. 342.

26En ce qui concerne la datation, deux "écoles" s'opposent : K. Bôhner et P. Périn proposent le niveau III (525-600) tandis que H. Kühn penche pour le VIIème siècle et que C. Lorren, sans refuser complètement les datations précoces, estime qu'il faut nuancer et qu'en Normandie par exemple, on peut "faire durer leur utilisation jusque très tard dans le VIIème siècle"29. Remarquons en ce qui nous concerne que les pièces no 1 et 2 ont été trouvées tout près de la partie la plus ancienne de la nécropole de Curtil, dans une zone où l'on rencontre à la fois des tombes du niveau III et du début du niveau IV, ce qui pourrait les situer à la charnière des deux siècles (voir les pl. 50 et 51). L'ardillon de la plaque-boucle no 2, manifestement emprunté à une boucle caractéristique du niveau III, confirme à nos yeux une datation assez précoce. L'exemplaire de Blanot (no 3) était accompagné d'un scramasax (pl. 58, 6) d'un type original, que nous daterions volontiers de la même période de transition. Toutefois, nous ne prétendons pas donner une valeur générale à ces quelques cas dont la datation pourrait être assez homogène.

2.1.2. PLAQUES DE FORME RECTANGULAIRE ("type D")

  • 30 Ceci a été bien démontré par R. MOOSBRUGGER (o.c.), en particulier p. 145 ; le figure 26 reproduit (...)

27Assez nombreuses dans nos régions, elles ont manifestement hérité de l'Antiquité gallo-romaine leur forme rectangulaire caractéristique30. Les plus nombreuses sont les plaques à l'hippogriffe.

2.1.2.1. Plaques à l'hippogriffe

28Type de plaque classique dans nos régions : plaque ajourée et incisée représentant un animal composite, tenant du griffon et du cheval, buvant à une sorte de coupe. Toutes sont munies au revers de quatre tenons perforés placés aux angles et destinés à fixer la garniture à la ceinture.

5. Curtil 97 (musée de Chalon)

2977 x 44 x 1,5.

30Seule la plaque est conservée, avec ses quatre pattes d'articulation perforées (chacune ornée de trois stries parallèles). Dans chaque angle, un cercle ponctué ; courant de l'un à l'autre, trois traits parallèles (deux seulement du côté opposé à la boucle) dessinent un cadre rectangulaire souligné par une frise de points à l'avant et à l'arrière ; une bonne partie du contour de l'animal est soulignée de la même manière. Les détails du motif apparaissent assez clairement : la coupe hémisphérique sur un pied haut à base ornée de trois stries, le bec, l'oeil (un cercle ponctué), les oreilles, les ailes, les griffes (quatre par patte) et la queue recourbée. Les caractères les plus originaux sont les hachures obliques au niveau de la crinière, du dos et de la croupe, ainsi que les traits parallèles qui couvrent la base de l'encolure et le poitrail.

6. Curtil 253 (musée de Chalon)

31102 x 52 x 1,5.

32Pas d'ardillon. Cette plaque-boucle a dû servir longtemps, comme en témoignent surtout le mauvais état de l'articulation (sur quatre tenons de la plaque, deux sont cassés, et un sur deux pour la boucle), et l'usure assez prononcée de la plaque, amincie du côté opposé à la boucle. Cette dernière, rectangulaire, biseautée, est ornée de dix paires de stries transversales disposées symétriquement de part et d'autre du repos de l'ardillon (emplacement bien marqué) et de dents de scie assez effacées. L'animal est inscrit dans un rectangle entouré, sur trois côtés, d'un large bandeau orné de deux traits parallèles en zigzag ; un cercle ponctué dans chaque angle, sept sur le corps de l'hippogriffe, dont l'un figure l'oeil. La coupe a une forme proche du losange ; le corps, dont le contour est souligné d'un trait, est dans une position "ramassée", les pattes (terminées par cinq griffes bien visibles) étant semisemi-fléchies ; les oreilles ne sont pas figurées, mais huit stries obliques paraissent représenter une crinière.

7. Mancey (musée de Tournus)

3376 x 49 x 1,5.

  • 31 MARTIN J., "Nouvelles découvertes...", pl. IX, no 3.

34Plaque seule, très usée (décor effacé par endroits) et abîmée (les deux tenons d'articulation sont cassés ; la plaque est légèrement tordue). Encadrement rectangulaire avec frises de dents de scie en haut et en bas. La représentation de l'animal est très grossière, les détails absents ou mal rendus (par exemple, la coupe, la tête, la queue) ; les pattes sont courtes, massives, et suggèrent la position accroupie ; la figuration est parsemée de huit cercles ponctués, entre lesquels ont été tirés des traits, dont la signification n'apparaît pas toujours très clairement. Cette plaque aurait été trouvée accompagnée d'une petite boucle que nous n'avons pas retrouvée et qui, d'ailleurs, ne peut pas être d'origine, en raison de sa petite taille31. Elle avait été placée sous la tête d'un sujet qui portait également une plaque dorsale damasquinée (no 37) et le mobilier reproduit à la pl. 57, 13.

8. Sennecey-le-Grand (musée de Chalon)

3578 x 49 x 1,5.

36Plaque (fendue) munie de deux tenons d'articulation dont les perforations emprisonnent encore des fragments très oxydés de l'axe de fer de la charnière. Entourage de bandeau â dents de scie sur trois côtés du rectangle ; animal accroupi aux pattes massives, griffues (quatre griffes par patte) ; d'une manière générale, la figuration est lourde, sommaire, comme pour la garniture précédente : coupe mal dégagée de la bordure, tête seulement et en partie silhouettée ; le corps est parcouru de traits doubles ou quadruples et couvert, ainsi que la coupe, de sept gros cercles ponctués très profondément gravés.

9. Chevagny-sur-Guye (musée de Saint-Bonnet-de-Joux)

3795 x 44 x 1,5.

38Boucle de forme ovale, côtelée, sans ardillon. Articulation comprenant deux tenons pour la boucle et quatre pour la plaque. Le décor finement gravé de cette dernière est quelquefois en partie effacé ; deux bandes, en haut et en bas, avec dents de scie espacées, constituent l'entourage ; l'originalité de la figuration tient en particulier à la stylisation très géométrique, l'animal, debout, élancé, se détachant bien au milieu de larges ouvertures ananguleuses ; l'intérêt provient aussi des détails gravés sur le corps : l'oeil en forme de losange, les hachures couvrant une bonne partie du corps, et spécialement le cou (crinière ?), sur la croupe enfin, l'espèce de rosace dont les huit branches se terminent en V ; à remarquer que le pied évoque assez facilement un sabot par sa forme et l'absence de griffes. La pièce est originale et de qualité.

  • 32 Il est impossible de citer tous les auteurs qui ont abordé la question. Le travail fondamental est (...)

39Cette catégorie de plaques a donné lieu à une littérature extrêmement abondante32. Il est impossible d'envisager ici tous les problèmes soulevés, tant ils sont nombreux.

  • 33 C’est le cas en particulier de H. ZEISS, Die Grabfunde aus dem spanischen Westgotenreich, Berlin et (...)
  • 34 KÜHN H., o.c. (Greifenschnallen), p. 86, insiste sur la présence fréquente de griffes et d’un bec ; (...)
  • 35 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c., p. 122. Opposer les chevaux qui seraient représentés en marche, et dont l (...)
  • 36 Dans certains cas, on a cru reconnaître, à la place de l'aile, un oiseau posé sur le dos de l'anima (...)
  • 37 Il est remarquable en effet de constater qu'au-delà d'une impression générale de monotonie (parce q (...)

40Le terme d'hippogriffe exprime bien la nature très composite de la figuration : certains auteurs pensent qu'il s'agit avant tout d'un cheval ailé ("Flügelpferd")33, d'autres, tel H. Kühn34, estiment qu'à côté des chevaux, on a souvent affaire à des griffons ; H. Kühn ajoute d'ailleurs qu'il ne s'agit pas d'un motif simple, mais complexe. Effectivement, il n'est pas aisé de démêler ce qui est cheval de ce qui est griffon : par exemple, les critères de différenciation retenus par R. Moosbrugger ne nous paraissent pas très convaincants35. Nos exemplaires illustrent parfaitement cette complexité : on discerne bien les griffes dans trois cas (5, 6 et 8), le bec est moins net (5 et 6), mais l'aile (?) est partout présente, plus ou moins schématisée36. Du cheval, on peut retrouver la crinière (6, 9 et, peut-être, 8), des éléments de harnachement (?) (5, 7, 8), et même l'oeil et les sabots (9) ; la plaque de Chevagny (9) se singularise nettement, tant par sa stylisation géométrique très équilibrée et très réussie que par l'animal figuré : debout, élancé, il évoque assez clairement un cheval, dont le corps serait couvert de poils (?). Les autres figurations, sans être jamais identiques, se rapprochent davantage des pièces déjà connues37. La plaque no 5 rappelle, par exemple, les deux plaques très ressemblantes de Picardie et de la collection Diergardt citées à la note 36. On peut noter aussi les points communs entre les plaques de Mancey et Sennecey (7 et 8) : même entourage, même silhouette, distribution presque identique des cercles ; les deux figurations sont très simplifiées, surtout la première qui pourrait être une imitation de celle de Sennecey.

  • 38 Voir par exemple à ce sujet SALIN E., o.c., 4ème partie, p. 148 et p. 164-166.
  • 39 La rosace à 6 branches évoque en effet le chrisme. Sur les "marques au fer rouge" : KLUMBACH H., "P (...)
  • 40 KÜHN H., o.c., pl. 35, no 39.
  • 41 Id., ibid., pl. 39, no 70.
  • 42 BOUFFARD P., o.c., pl. XXII, 2.
  • 43 SURIGNY A. de, "Agrafes chrétiennes mérovingiennes", M.S.H.A. Chalon, t. III, 1851-1853, pl. 18, 2. (...)
  • 44 SALIN E., o.c. (1959), p. 166.

41Griffon ou cheval, toutes ces représentations ont du moins un trait commun indiscutable : leur caractère phylactérique ; au riche symbolisme du cheval et du griffon38, s'ajoutent les cercles ponctués, au nombre de sept sur le corps de deux des animaux (ou huit sur la plaque très "dégénérée" de Mancey), comme si l'on voulait mettre toutes les chances de son côté (à remarquer les cercles de la plaque de Sennecey, grands et bien creusés). L'exemplaire de Chevagny s'individualise à nouveau par la présence d'une sorte de grosse rosace sur la croupe ; il ne s'agit pas d'une simple marque au fer rouge, mais plus vraisemblablement d'un symbole solaire sans doute christianisé39 ; on le trouve d'ailleurs sur d'autres plaques de même type à d'autres endroits que la croupe, comme à Testona (base de l'ardillon)40 ; il se situe au même emplacement sur des exemplaires de la Balme (Savoie) 41, Payerne-Pramay (Vaud) 42, et de la collection Febvre43. Ainsi, ces plaques apparaissent chargées d'une signification nettement païenne, même si elles ont été christianisées : l'hippogriffe "boit à la coupe de Vie, il devient un symbole d'immortalité"44 s'il s'agit bien de plaques chrétiennes, elles nous semblent refléter parfaitement le christianisme plein de résurgences païennes qui régnait à l'époque, comme en témoignent surtout les exemplaires 7 ou 8, où la coupe a presque disparu mais où les cercles ponctués sont très accentués.

  • 45 Voir note 30.
  • 46 LORREN C., o.c., pl. XLV, 6.
  • 47 BOUFFARD P., o.c., p. 64-65.

42La question de l'origine du thème a également divisé les auteurs. Si tout le monde est d'accord sur la provenance du griffon (Proche Orient, monde des steppes), les avis divergent en ce qui concerne les intermédiaires (les Avars, Byzance, les ateliers de la Gaule de la fin de l'Empire ?). La diversité des types laisse penser qu'il y a eu différents cheminements, mais la plupart des auteurs, et en particulier H. Kühn (ne qualifie-til pas, fort injustement, ces plaques-boucles de germaniques ?) ont tendance à négliger les racines indigènes, locales ; elles concernent spécialement le cheval qui, comme nous l'avons vu, se retrouve clairement dans la figuration. Cet animal orne déjà des plaques-boucles romaines tardives : celle d'Argelliers (Aude) est même ajourée et ornée de cercles ponctués45 ; une autre, provenant de Criel (Seine-Maritime) porte un cheval ailé46. P. Bouffard se demande quant à lui si le cheval de la Tène ne pourrait pas être à l'origine, du motif47.

  • 48 WERNER J., o.c., p. 349-350.
  • 49 Il faut tenir compte, dans le commentaire d'un tel document, d'un fait important : les régions du N (...)
  • 50 WERNER J., "Die Romanische Trachtprovinz Nordburgund im 6. und 7. Jahrhundert", Union International (...)
  • 51 Voir la carte dressée par MAGNEN R. et THEVENOT E., dans Epona, Bordeaux, s.d.
  • 52 BENOIT F., Les mythes de l'outre-tombe. Le cavalier à l’anguipède et l'écuyère Epona, Bruxelles, 19 (...)
  • 53 LAFOND M., "De la nécessité de savoir bien observer", R.A.E., t. VII, no 27-28, 1956, p. 334.

43Nous avons dressé la liste des découvertes de plaques à l'hippogriffe mérovingiennes connues de nous (voir l'inventaire : annexe 1), en mettant à jour celle de J. Werner48 : nous sommes arrivé à un total de 86 pièces, ce qui est beaucoup et témoigne évidemment du succès de ce type de garniture. La carte de répartition (pl. 46) révèle une zone de densité particulièrement forte en Burgondie, où devaient se trouver les principaux ateliers ; les découvertes sont beaucoup plus rares ailleurs, avec cependant quelques concentrations dans le Nord du Bassin parisien49. Une telle répartition ne surprend pas si on la compare à celle des autres catégories de plaques de type D, c'est-à-dire, rappelons-le, les plaques de tradition romaine : il y a bien une province "romane" correspondant approximativement au domaine burgonde50. Cette répartition nous a fait également penser à celle des déouvertes de représentations (stèles en général) d'Epona, la déesse gallo-romaine au cheval51 : les deux cartes ne sont pas identiques, mais on retrouve pour Epona une très forte concentration en Bourgogne, particulièrement en Chalonnais. N'y a-t-il là qu'une coïncidence, ou, comme nous serions tout prêt à le croire, la popularité de la déesse n'aurait-elle pas "préparé le terrain" au thème de l'hippogriffe ? Il y a plus : "Epona apparaît comme une divinité protectrice des défunts..."52. Nous ne dirons pas que les plaques à l'hippogriffe étaient uniquement destinées à un usage funéraire, car elles ont été portées, et souvent très portées (usure), mais nous pensons qu'elles ont pu être placées dans la tombe de préférence à d'autres ; dans plusieurs cas, du reste, elles n'étaient pas en position, à la ceinture : notre plaque no 7 (Mancey) avait été placée sous la tête, en plus d'une plaque dorsale en fer damasquiné et d'une boucle en fer ; la plaque no 6 (tombe 253 de Curtil) surtout, hors d'usage (tenons brisés), avait été simplement posée sur le corps, la fermeture de la ceinture étant assurée par une plaque-boucle en fer (malheureusement très oxydée et non conservée par le.. fouilleur)53. On comprend ainsi pourquoi des garnitures incomplètes, inutilisables, ont été placées dans des tombes.

  • 54 MARTIN M., o.c., p. 36-37.

44De telles pratiques incitent à la prudence, quand il s'agit de dater d'après la chronologie spatiale de la nécropole ou le mobilier qui accompagnait la pièce. On peut faire cependant les observations suivantes : les deux plaques de Curtil proviennent de la zone la plus précoce de la nécropole ; la plaque dorsale qui accompagnait la pièce de Mancey n'est sans doute pas antérieure à 600. Ces remarques corroborent parfaitement les conclusions de Max Martin, qui situe les pièces munies de quatre tenons d'articulation avant celles qui n'en ont que deux.54 Plus précisément, la plaque no 5 avec ses larges tenons décorés, donc destinés à être vus (elle devait être munie d'un ardillon à base étroite) paraît la plus ancienne et pourrait se situer au plus tard vers 550 ; l'autre plaque de Curtil et celle de Chevagny seraient légèrement postérieures (seconde moitié du VIème siècle) ; quant à celles de Mancey et Sennecey, on pourrait les dater du VIIème siècle.

*2.1.2.2. Plaque à scène figurée

10. Sancé (collection Protat, Mâcon)55

  • 55 Cette plaque est bien de Sancé, et non de Mâcon, comme l'écrivent beaucoup d'auteurs. Sancé étant t (...)

4585 x 49.

46Le dessin a été fait d'après photographie (nous n'avons pas eu cette plaque en main). Elle présente quatre tenons d'articulation et une bordure pointillée. A gauche, deux personnages dont les visages, de face, sont très schématisés (deux points pour les yeux, un triangle pour le nez et la bouche). La coiffure de celui de gauche est sommairement évoquée par quelques traits presque verticaux ; il est debout, le corps de trois-quarts, les jambes et les pieds bien marqués, la main droite tenant ce qui paraît être le dossier du siège sur lequel est assis son voisin. Ce siège, aux formes lourdes, est orné de quatre croix en carré ; le personnage assis a le corps pratiquement de profil et les bras tendus en avant comme pour tenir, ou montrer (?) quelque chose ou quelqu'un ; entre sa coiffure, haute, évoquant une couronne, et celle du personnage de gauche, on distingue un petit disque (ou une sphère) à l'arrière-plan. Ses pieds reposent sur un plan surélevé marqué d'une frise de dents de scie ; sur cette surface, trois autres personnes venant de la droite semblent s'avancer vers lui ; elles portent un vêtement s'arrêtant aux alentours du genou, les deux premières ayant de plus une sorte de ceinture qui paraît les lier (maladresse de l'artisan ?) ; ces deux personnages sont vus de profil et leur coiffure, importante, hachurée, descend très bas derrière leur tête ; le visage du troisième est représenté de face avec trois points seulement ; tous trois semblent porter quelque chose dans leurs mains relevées à hauteur de la poitrine. Au centre, à l'arrière plan, un autre personnage est esquissé : le visage est silhouetté, ainsi que la coiffure qui paraît comporter deux bandeaux symétriques ; cette tête est surmontée d'une forme ovale peu apparente et en touche une autre, devant elle, qui pourrait être le visage d'un nouveau-né, dont le corps emmailloté se dessinerait au premier plan, vers les mains du personnage assis.

  • 56 Elles ont été étudiées particulièrement par : KÜHN H., "Szenische Darstellungen der Germanischen Vö (...)
  • 57 Voir la carte de WERNER J., fig. 23, p. 312.
  • 58 SALIN E., o.c. (1959), p. 409.
  • 59 Voir en particulier le fragment d'autel de l'église de Cividale (Frioul), très comparable et daté d (...)

47Cette pièce fait partie d'une catégorie de plaques relativement rares (moins de 20 exemplaires)56, qui sont toutes différentes, mais traitent uniquement des scènes à caractère religieux. Leur densité est plus forte dans le domaine burgonde qu'ailleurs57. La plaque de Sancé a été interprétée par H. Kühn et, à sa suite, par E. Salin58comme une représentation des mages devant Hérode ; ce dernier serait assis sur son trône, la couronne sur la tête ; derrière lui se tiendrait un dignitaire et les mages auraient les mains jointes (Salin) ou porteraient quelque chose (Kühn). A l'arrière plan, on aurait la Vierge et l'Enfant. Nous ajouterons que les bras tendus d'Hérode pourraient indiquer le chemin à suivre aux mages, chemin peut-être marqué par l'étoile, maladroitement évoquée entre la tête du roi et celle du dignitaire, par une sorte de globe émettant des rayons (?). Cette interprétation paraît, à première vue, la plus plausible. Toutefois, si l'on compare cette scène maladroitement figurée à d'autres, plus claires, de même époque, on doit donner raison à J. Werner, qui y voit la Vierge assise sur le trône, derrière lequel se tiendrait Joseph59

48Nous ignorons le contexte dans lequel cette plaque a été découverte ; la datation que nous proposons est donc uniquement fondée sur l'aspect de l'articulation : VIème siècle ; il nous paraît hasardeux de vouloir préciser davantage.

2.1.2.3. Plaque à l’ovant

11. Saint-Clément (musée de Chalon)

49125 x 72 x 1,5.

50Plaque-boucle complète, avec deux tenons d'articulation pour la boucle, deux pour la plaque, un enfin au revers de la base de l'ardillon ; de même, les quatre tenons de fixation à la ceinture sont conservés : ils sont disposés en rectangle, au dos de la plaque. La boucle, rectangulaire, présente de légers renflements aux angles ; chacun de ces derniers porte un cercle ponctué, les intervalles étant ornés d'incisions géométriques disposées symétriquement, en particulier d'une frise de marches d'escalier. L'ardillon se compose d'une pointe courte contrastant avec une très large base presque circulaire ornée, du centre à la périphérie, d'un quadrilatère avec petits cercles ponctués aux angles, de deux traits épousant à peu près le contour de cette base, et de stries. Boucle et ardillon ont les bords biseautés. La plaque, démunie de bossettes, formerait pratiquement un rectangle, si elle n'était pourvue de six appendices semi-circulaires (chacun portant un cercle ponctué) disposés symétriquement de part et d'autre, et d'un prolongement ajouré à son extrémité ; ce dernier se compose en fait de deux têtes d'oiseau identiques et affrontées : bec marqué de deux traits, oeil en cercle ponctué, losanges à la base. Le motif principal de la plaque se détache sur un fond hachuré (il paraît s'agir plus précisément, sur le pourtour du moins, de bandes hachurées tressées) : c'est un personnage dont les bras écartés viennent se confondre avec les montants d'un cadre rectangulaire (formé d'une bande unie), dans lequel il est inscrit. Ce personnage est de face, debout, les pieds "en dehors" ; il est vêtu d'un habit descendant à peu près aux genoux, de forme droite, avec une ceinture et une bande médiane hachurée se prolongeant jusqu'aux talons ; deux cercles ponctués sont placés de part et d'autre de cette bande au niveau de la poitrine. Sur le visage gros et rond, sont figurés très schématiquement les yeux et le nez (un U dont les deux branches se recourbent extérieurement), la bouche (un simple arc de cercle donnant un air souriant au personnage), et peut-être aussi la coiffure (un arc de cercle à nouveau).

  • 60 KÜHN H., "Die Lebensbaum- und Beterschnallen der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 18, 1949-1953, p. (...)

51Ce type de garniture est étudié par H. Kühn dans le cadre d'un article plus général consacré en particulier aux plaques avec orant(s) 60, mais il en dégage mal les caractères propres et a tendance à le mélanger avec d'autres types assez différents. En réalité, on a affaire à une série bien délimitée dont les caractères sont : la forme de la plaque avec ses protubérances (en particulier les deux têtes d'oiseaux), le personnage placé longitudinalement à l'intérieur d'un cadre rectangulaire et le fond hachuré. Nous avons recensé 13 pièces répondant à ces critères ; on peut leur en ajouter 6, qui sont des variantes dont les liens avec les précédentes sont évidents : elles ont la même forme, mais, pour 5 d'entre elles, le motif décoratif est différent, tandis que la dernière est en fer (voir la liste en annexe no 2).

52La carte de répartition (pl. 47) dénote une fois de plus le caractère régional de cette production ; toutefois, malgré le nombre encore modeste de découvertes, deux particularités doivent être soulignées : en premier lieu, la densité particulièrement forte dans la région du Léman (la moitié des pièces) pourrait faire penser que le lieu de fabrication se trouvait là ; il faut sans doute être plus prudent et conclure que s'il y avait certainement un ou plusieurs ateliers dans cette région, d'autres ont pu exister ailleurs (certaines plaques provenant de zones "périphériques", comme celles de Beire-le-Châtel ou de Saint-Remèze ont un "cachet" particulier). Il est remarquable, d'autre part, de constater la dispersion des découvertes, en dehors de ce point de concentration : elles paraissent même grossièrement jalonner les limites du royaume burgonde à son apogée, y compris, et le fait vaut la peine d'être souligné car il n'est pas si fréquent, au Sud de la région lyonnaise (4 exemplaires dont celui de SaintRemèze, très méridional). Ce type de plaque a-t-il été particulièrement apprécié là, ou faut-il supposer qu'on en autorisait le dépôt dans la tombe plus volontiers que pour d'autres objets ?

  • 61 Les exceptions sont : Etrembières, Saint-Livres, et sans doute Saint-Remèze (le dessin est médiocre (...)
  • 62 Rapprochement fait par exemple par BOUFFARD P., o. c., p. 73, ou par KÜHN H., "Neue Gürtelschnallen (...)
  • 63 Voir KÜHN H., "Die Danielschnallen der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 15-16, 1941-1942, pl. 59-64

53Le caractère religieux du motif décoratif a été unanimement reconnu ; si les mains ne sont pas figurées sur la plaque de Saint-Clément, elles le sont sur la plupart des autres : les bras sont alors le plus souvent levés au-dessus de la tête61 dans une attitude de prière qui fait que l'on qualifie généralement ces objets de plaques à l'orant ; cet orant a d'ailleurs été rapproché de Daniel, personnage fréquemment représenté à l'époque mérovingienne62 ; les lions qui l'encadrent habituellement sont totalement absents en tout cas, mais il faut remarquer que l'ornementation du vêtement est très comparable sur ce type de plaque et sur celles figurant Daniel63

  • 64 MOOSBRUGGER-LEU R. et SAUTER M.R., "Une tombe 'burgonde' à plaque-boucle à Etrembières (Haute-Savoi (...)
  • 65 Voir ci-dessus la note 55.
  • 66 KÜHN H., o. c. (1949-1953 et 1960-1963).

54R. Moosbrugger-Leu et M. R. Sauter, quant à eux, refusent cette assimilation et préfèrent voir une représentation d'Habacuc64. Il est intéressant en effet d'observer que le prophète est figuré sur la célèbre plaque de la collection Febvre (à côté de Daniel)65 d'une manière qui offre des points communs avec les pièces qui nous intéressent : même encadrement étroit, vêtement comparable, fond hachuré ; en ce qui concerne ce dernier, il nous paraît du plus haut intérêt de constater que les hachures sont disposées de la même manière (en feuilles de fougère) derrière Habacuc et derrière le personnage de la plaque de Saint-Clément ; comme nous ne connaissons pas de disposition identique sur d'autres pièces, il faut admettre qu'il ne s'agit pas d'une simple coïncidence. Que ce soit Daniel ou Habacuc qui ait inspiré cette représentation, il faut d'ailleurs remarquer que leurs attributs habituels ont complètement disparu et une assimilation finale au Christ, comme le suggère H. Kühn66, est également très vraisemblable.

  • 67 BOUFFARD P., o.c., p. 73.
    HOLMQVIST W., Kunstprobleme der Merowingerzeit, Stockholm, 1939, pl. XXXII (...)
  • 68 Voir aussi les plaques-boucles en bronze coulées d'une seule pièce qui présentent les mêmes protubé (...)

55En ce qui concerne les deux têtes d'oiseau de l'entourage,67 elles pourraient boire à une coupe : le motif se retrouve ailleurs Quant aux six protubérances latérales, elles sont manifestement dérivées de têtes d'oiseau également (le bec arrondi est d'ailleurs marqué sur des exemplaires comme ceux de Neuenegg et des environs de Lyon) 68.

  • 69 MARTIN M., o.c., p. 37.
  • 70 En plus de la plaque de la collection Febvre, voir pour l'entourage tressé la plaque de la collecti (...)
  • 71 MOOSBRUGGER-LEU R. et SAUTER M.R., o.c., p. 294.
  • 72 Une boucle de même type provient en effet de la tombe 232 de Curtil : elle s'y trouvait dans un con (...)

56Max Martin69 propose, à juste titre nous semble-t-il, de dater ces plaques de la fin du VIème et du VIIème siècle. L'aspect de l'articulation, de l'ardillon et de la boucle justifierait cette datation. Il est plus difficile, selon nous, de retenir le fond hachuré comme argument en faveur de cette datation, la disposition des hachures (en feuilles de fougère et en bandes tressées) rappelant beaucoup plus ce que l'on rencontre sur des plaques figurant Daniel70 que sur les plaques de fer damasquiné. A remarquer aussi l'argument de R. Moosbrugger-Leu : la plaque de fer de même forme trouvée à Berne-Bümpliz était munie d'une petite contre-plaque damasquinée d'argent et de laiton ; elle serait donc assez tardive71, mais il peut s'agir d'une imitation postérieure. Ajoutons que la plaque de Saint-Clément a été trouvée en compagnie de quelques objets (pl. 56 B), dont une boucle en bronze, décorée d'incisions, qui pourrait être tardive72.

2.1.3. PLAQUES ETAMEES A DECOR GEOMETRIQUE INCISE ET BOSSETTES DEBORDANTES ("type aquitain") ET PIECES DERIVEES

12. Curtil 385 (musée de Chalon)

145 x 77 x 2.

57Grande plaque en bronze très "blanc", étamé (l'étamage a en grande partie disparu sur la boucle et l'ardillon, preuve d'une utilisation prolongée). L'articulation se compose de deux tenons pour la boucle, un pour l'ardillon (sous la base) et deux (quatre à l'origine sans doute) pour la plaque ; des traces de l'axe en fer subsistent. La boucle est large et présente deux petits bourrelets de part et d'autre du repos de l'ardillon ; ce dernier a une pointe courte contrastant avec une base très large, grossièrement circulaire ; la plaque, qui a une forme d'ensemble proche du trapèze, doit surtout son originalité aux neuf demi-cercles saillants répartis symétriquement sur son pourtour, chacun portant une bossette de taille variable (trois grosses et six petites) ; ces bossettes, dont une manque, sont rivées et donc uniquement décoratives, la fixation à la ceinture étant assurée par cinq tenons disposés en X. Réalisé au poinçon et au burin, le décor, purement géométrique, utilise beaucoup le pointillé, en particulier pour la ligne ondulée (avec un point sur chaque lobe) qui fait le tour de la plaque et parcourt la boucle ; de même, de larges zones sont pointillées sur la plaque et la base de l'ardillon, entre les bandes en arc de cercle qui constituent 1'"armature" du décor : sur la plaque, par exemple, on a côte à côte deux motifs identiques formés d'une croix cantonnée de quatre quarts de cercles et inscrite dans une couronne.

13. Curtil 382 (musée de Chalon)

89 x 49 x 1,5 ; 52 x 45 x 1,5 ; 40 x 48 x 1,5.

58Garniture constituée de trois éléments, complète à l'exception de l'ardillon. La boucle a une forme comparable à celle de la plaque précédente et possède deux tenons d'articulation, de même que la plaque. Les trois plaques sont pratiquement identiques : forme en U avec contour mouvementé, trois bossettes à base guillochée rivées sur des lobes débordants, trois tenons de fixation au revers ; le décor est à peu près le même également : croix pattée, centrée, inscrite dans deux cercles concentriques et dans une large couronne ornée de quatre échelles rayonnantes ; le pourtour est pointillé], de même que les intervalles entre les branches de la croix ; des pointillés décrivent également des lignes ondulées en partie effacées sur la contre-plaque et la plaque dorsale ; elles n'ont jamais existé sur la plaque-boucle, puisque celle-ci a gardé son étamage. La plaque-boucle et la contre-plaque offrent de plus un entrelacs à deux brins pointillés du côté de la boucle. La plaque dorsale est également privée des quatre échelles rayonnantes ; elle devait être portée "verticalement", comme l'indiquent la position et l'écartement des tenons de fixation.

14. Curtil 343 (musée de Chalon)

146 x 66 x 1,5.

59Grande plaque-boucle présentant des traces d'étamage. Plaque brisée transversalement. L'articulation est constituée de deux tenons pour la boucle et deux pour la plaque. La boucle, ovale, a les mêmes petits bourrelets que les précédentes, mais elle offre quatre groupes de trois stries transversales et une croix disposés symétriquement de part et d'autre de l'ardillon. L'ardillon, petit, est orné d'une croix et de traits parallèles à sa pointe, tandis que sa base, qui ne réussit pas à masquer entièrement l'articulation tant elle est de taille réduite, est couverte d'un motif peu clair à première vue, qui paraît bien être en fait une imitation très maladroite de l'entrelacs quadrilobé. De même, la plaque porte des incisions dessinant des motifs géométriques exécutés de manière malhabile : échelles, frises de marches d'escalier, bandes pointillées et croix se juxtaposent, composant un décor manquant manifestement d'unité. La plaque doit également son originalité à son contour mouvementé : deux pointes recourbées encadrent la bossette arrière et l'emplacement des trois bossettes est souligné par un appendice arrondi ; ces bossettes sont purement décoratives, la fixation à la ceinture étant assurée par quatre tenons disposés en rectangle.

15. Curtil 347 (musée de Chalon)

155 x 72 x 2.

60Grande plaque-boucle avec articulation de même type que dans les garnitures précédentes : deux tenons pour la plaque, deux pour la boucle et un pour l'ardillon (sous sa base). De chaque côté du repos de l'ardillon la boucle présente deux petits bourrelets et trois faisceaux de quatre traits transversaux disposés symétriquement. La pointe de l'ardillon est très courte et ornée de deux cercles ponctués évoquant deux yeux ; sa base, large et presque circulaire, a été tordue accidentellement ; elle porte une sorte de rosace à six branches formée de bandes avec marches d'escalier, des cercles ponctués marquant le centre et la jonction des branches avec le pourtour.

61La plaque forme une sorte de trapèze (proche du rectangle) présentant sept lobes semi-circulaires, sur lesquels sont rivées des bossettes de taille inégale, à base guillochée (l'une a disparu). Cette plaque déborde assez nettement au revers, ce dernier étant pourvu de trois tenons de fixation à la ceinture (disposés en triangle). Son décor ne manque pas d'originalité ; hormis le large bandeau à marches d'escalier divisant transversalement la surface en deux parties égales et à décor symétrique, on a affaire à des bandes avec petits traits latéraux en quinconce, les intervalles étant très densément garnis de cercles ponctués. Ces bandes forment deux sortes de V couchés en sens contraire et superposés : chaque branche de celui du dessus se termine par un motif faisant penser à une main ; tout se passe donc comme si on avait quatre bras allongés selon les diagonales, groupés par paires, les mains paraissant venir toucher les bossettes des angles.

  • 73 JAMES E., o.c. ; avant lui, les principaux travaux sur la question ont été ceux de BARRIERE-FLAVY C (...)
  • 74 BARRIERE-FLAVY C., o. c. (1893), pl. XX, 2 et 3.
  • 75 JAMES E., o.c., pl. 149, p. 367.

62A la différence des plaques de type D, nous avons affaire avec ce groupe à des pièces que l'on rencontre relativement rarement dans nos régions, et qui sont mieux connues depuis l'étude récente de E. James73. Nos exemplaires 12 et 13 trouvent de nombreuses pièces comparables dans le monde aquitain : boucle plate avec deux bourrelets, plaque avec bossettes débordantes, étamage, décor incisé recourant fréquemment aux pointillés (en particulier les lignes ondulées) sont autant de caractères communs à la plupart des plaques dites aquitaines ; plus précisément, le motif central de la plaque-boucle 12 se retrouve presque identique sur deux pièces de Milhau (Aveyron) et de l'Aude74 ; de même, une plaque de Castelculier (Lot-et-Garonne) 75offre une croix pattée comme celle de notre garniture no 13, à l'intérieur d'une couronne également.

  • 76 Id., ibid., p. 111.

63E. James a classé ces plaques en différentes catégories selon leur forme et le nombre de leurs bossettes : la plus grande des deux nôtres entre dans le groupe IC (plaques à 9, 7 ou 5 bossettes), l'autre dans le groupe ID (petites plaques en forme de U, avec 3 bossettes). Nous avons préféré, quant à nous, joindre sur nos cartes les plaques à 5 bossettes à celles à 3 bossettes : leur forme les en rapproche en effet beaucoup plus que des autres (il faut remarquer d'ailleurs que les pièces avec 5 bossettes, comme celles à 7 bossettes, sont assez rares par rapport aux autres). La répartition de ces plaques (pl. 48, annexes 3 et 4) montre à l'évidence leur origine aquitaine : 31 pièces sur 51 (plaques à 7 ou 9 bossettes) et 24 sur 40 (3 ou 5 bossettes) proviennent en effet du Sud-Ouest. Encore faut-il tenir compte du fait que l'inhumation habillée y a été moins pratiquée que dans les régions septentrionales. Remarquons aussi le rôle primordial de la vallée de la Garonne, et, en ce qui concerne les trois bossettes, l'importance toute particulière de la région de Tabariane. Enfin, il est intéressant d'observer le grand nombre de plaques à 5 ou 7 bossettes trouvées en Burgondie : 10 exemplaires ; nous ne pensons pas pour autant à un atelier dans nos régions car les pièces qui en proviennent paraissent bien identiques en tous points à celles du Sud-Ouest ; or une fabrication locale serait certainement trahie par des détails originaux. Peut-être fautil attribuer ce succès, comme le suggère E. James76, à la grande taille de ces plaques capables de rivaliser à ce point de vue avec les pièces fabriquées sur place ? On comprendrait dans ces conditions que les petites plaques à 3 bossettes soient rares chez nous.

  • 77 Les objets de "type burgonde" retenus par JAMES (o.c., carte p. 244, fig. 47), ne nous paraissent a (...)
  • 78 La rareté des plaques damasquinées par rapport aux plaques de bronze est d'ailleurs frappante (la s (...)
  • 79 JAMES E., o.c., chapitre 7. La découverte toute récente et encore inédite de Fos-sur-Mer doit juste (...)

64Il n'en reste pas moins que des liens relativement privilégiés devaient exister entre les deux régions, les échanges paraissant, dans l'état actuel des découvertes, avoir été pratiqués uniquement dans un sens, puisque l'on n'a pas encore trouvé dans le Sud-Ouest de plaques originaires avec certitude du domaine burgonde77 : il est frappant de remarquer par exemple l'absence de plaques damasquinées venues de nos régions78. Faut-il pour expliquer cela invoquer des campagnes militaires, les plaques-boucles ayant constitué une partie du butin ? S'agit-il de gens originaires du Bassin aquitain venus mourir à Curtil ? Nous estimons, pour notre part, être en présence de produits ayant dû faire l'objet d'un échange. La question se pose alors des voies suivies entre Aquitaine et Burgondie. On serait tenté de voir une liaison par le Sud, à travers la Septimanie et le sillon rhodanien, l'absence de mobilier aquitain dans le Sud-Est pouvant s'expliquer par le fait que l'inhumation habillée n'a été pratiquée qu'exceptionnellement dans cette région. Selon E. James, le double obstacle de la frontière avec les Wisigoths et du Massif Central aurait interdit un tel trajet et obligerait à envisager un chemin plus long, contournant l'ensemble montagneux par l'Ouest et le Nord. Une telle position nous semble devoir être nuancée, les obstacles en question n'étant pas infranchissables79.

  • 80 Id., ibid., pl. 40, p. 102.
  • 81 Id., ibid., pl. 147, p. 364.

65Les deux autres plaques de ce groupe nous paraissent directement influencées par le type aquitain. C'est le cas particulièrement du no 15, qui présente de nombreux traits "aquitains” : forme de la boucle, large base de l'ardillon, et surtout forme de la plaque avec bossettes débordantes et surface décorée divisée transversalement en registres ; on peut rapprocher cette plaque-boucle du type IA de James et, en particulier, d'une plaque de Tabariane (Ariège) 80. La pièce de Curtil s'individualise toutefois par l'absence d'étamage et la présence de cercles ponctués serrés qui la couvrent presque entièrement ; quant aux sortes de bras disposés en V, ils nous ramènent encore dans le Sud-Ouest, avec une plaque de Tabariane également81. Cette pièce, malgré une certaine originalité, est donc très proche des exemplaires aquitains et peut être originaire du Sud-Ouest.

  • 82 Id., ibid., p. 383-385 (groupe VI, A : "plaques à profil anguleux").
  • 83 E. James pense malgré cela que le type a pu avoir son origine dans la zone de la Garonne en associa (...)

66La plaque-boucle no 14 est plus éloignée, manifestement, des influences aquitaines : petit ardillon, 3 bossettes seulement, 2 "crochets" (sans doute dérivés des "queues d'hirondelles" de certaines plaques), décor maladroitement exécuté ; la boucle même rappelle par son décor de croix de Saint-André, certaines boucles damasquinées (par exemple nos no 40 et 44). On voit que des influences diverses ont joué, comme par exemple celle des plaques damasquinées. On peut toutefois retrouver quelques traits des plaques aquitaines : l'étamage, la boucle très plate avec ses deux bourrelets, la division, grossière, du décor en registres transversaux et enfin le contour polylobé qui rappelle les saillants destinés aux bossettes. E. James retient d'ailleurs cette plaque comme ayant pu être influencée par le style aquitain, ainsi que quelques autres, dont la plupart sont munies d'ailleurs de 5 bossettes82. La liste que nous avons dressée (voir annexe 5) et la carte (pl. 49) témoignent du caractère "bâtard" de ce groupe, difficile à cerner d'ailleurs, dont la dispersion est assez importante avec cependant une majorité de pièces dans le Bassin parisien83 En tout cas, on aurait à nouveau une preuve de l'intensité des influences méridionales.

  • 84 LORREN C., o.c., p. 562 ; la découverte de Fos-sur-Mer permet cependant de faire "remonter" l'appar (...)

67La datation communément admise pour l'ensemble de ces pièces (typiques ou dérivées) est tardive : fin VIIème, et même début du VIIIème siècle pour C. Lorren84. Remarquons simplement que nos quatre plaques proviennent toutes de Curtil et ont été trouvées dans une des zones les plus récentes, semble-t-il, du cimetière (voir pl. 50). Le fait qu'elles n'aient été signalées que sur ce site de notre domaine et, qui plus est, dans des tombes très proches les unes des autres, confirme selon nous leur caractère "allogène" et présente un intérêt tout particulier. Nous y reviendrons par la suite (3.2.2., disposition des sépultures).

2.1.4. PLAQUES DE FORME TRIANGULAIRE

68Comme nous l'annoncions plus haut, nous avons constitué un groupe réunissant les garnitures à plaque grossièrement triangulaire ; ce groupe est en fait assez hétérogène, ce qui nous a amené à le subdiviser.

2.1.4.1. Plaques trilobées

69Elles présentent trois lobes plus ou moins marqués au niveau de leur bossettes (vraies ou fausses).

16. Mellecey (musée de Chalon)

7083 x 38 x 1,5.

71Articulation constituée de deux tenons pour la plaque, encadrés par deux autres sur la boucle ; cette dernière est mince, ovale, et munie d'un ardillon bien petit, dont la base, ornée de quelques stries, ne parvient pas à masquer l'articulation (il ne paraît pas d'origine). La plaque présente des lobes bien marqués supportant de petites bossettes à base hachurée ; leur rôle est uniquement décoratif, la plaque étant pourvue au revers de trois tenons perforés placés en triangle (le plus éloigné de la boucle est disposé transversalement). Les bords de la plaque débordent légèrement au dos ; pas de décor gravé.

17. Farges-les-Mâcon (musée de Tournus)

7296 x 47 x 2.

73Articulation identique à celle de la garniture précédente ; boucle ovale, mince, avec ardillon bien adapté, à base semi-circulaire ornée d'un double trait gravé dessinant une sorte de Y symétrique en partie entouré d'un demi-cercle. Plaque au pourtour biseauté, débordant au revers ; trois fausses bossettes venues de fonderie avec la plaque, la fixation à la ceinture étant assurée par trois tenons perforés disposés en triangle ; décor : une sorte de trapèze légèrement évidé, avec incisions en chevrons (les hachures se croisent légèrement, d'ailleurs).

18. Curtil 65 (musée de Chalon)

7478 x 45 x 2.

75Articulation identique à celle des garnitures précédentes, à un point près : l'ardillon est fixé par deux tenons au lieu d'un. Boucle ovale, brisée accidentellement, ornée de six faisceaux d'incisions transversales. Base de l'ardillon arrondie, au contour souligné de deux traits encadrant quatre traits parallèles dans l'axe, et deux lignes brisées. Plaque munie de fausses bossettes très légèrement en relief, en forme de larme ; décor complété par deux stries parallèles, à peine marquées, dans l'axe ; trois tenons de fixation, aux angles.

19. Curtil 10 (musée de Chalon)

7674x31 x 2.

  • 85 SALIN E., La civilisation mérovingienne, t. III, p. 232-233.

77D'après le journal de fouille, cette plaque était accompagnée d'une boucle rectangulaire, que nous n'avons pu retrouver malheureusement. La plaque est épaisse (avec léger débordement au revers), lourde, constituée d'un bronze très blanc ; elle présente deux tenons d'articulation, dont un cassé, et trois tenons de fixation, aux angles. L'ornementation est originale ; la surface est creusée d'alvéoles de deux types : les unes, petites, triangulaires, sont vides ; les autres, plus grandes, occupent les emplacements arrondis garnis habituellement par les bossettes, et la partie centrale, trapézoïdale ; elles sont remplies d'une matière blanchâtre, dont l'analyse a montré qu'il ne s'agissait sans doute pas d'un émail, mais d'un alliage de plomb riche en argent et en étain ; le motif d'arceaux à extrémités enroulées qui ne s'est conservé que sur une de ces alvéoles serait fait d'un filet de fer qui devait se détacher en noir à l'époque85.

20. Saint-Clément 14 (musée de Mont-Saint-Vincent)

7851 x 31 x 1.

79Petite plaque provenant d'une tombe d'enfant (trouvée avec la plaque no 23) ; cassée à l'emplacement d'éventuels tenons d'articulation, elle est faite d'une feuille mince biseautée sur le pourtour et débordant au revers, où se trouvent trois tenons de fixation en triangle ; trois petits orifices circulaires marquent l'emplacement des bossettes (disparues).

80Ces pièces étant finalement assez différentes les unes des autres, il est préférable de les envisager une par une.

  • 86 FAIDER-FEYTMANS G., Les collections d'archéologie régionale du Musée de Mariemont, Mariemont, 1970, (...)
  • 87 BÖHNER K., o.c., pl. 40, no 1.
  • 88 WAUTELET Y., La nécropole mérovingienne de Surice, Bruxelles, 1968, (Archaeologia Belgica, 107), fi (...)
  • 89 LANTIER R., "Le cimetière mérovingien du Maltrat à Vouciennes", Revue Archéologique, t. XV, 1940, f (...)
  • 90 JOFFROY R., Le cimetière de Lavoye, Paris, 1974, fig. 34, p. 53 : tombes 64 et 80 ; fig. 36, p. 55  (...)
  • 91 SCHEURER F. et LABLOTIER A., Fouilles du cimetière barbare de Bourogne, Paris-Nancy, 1913, pl. LU.
  • 92 MOOSBRUGGER-LEU R., Die Schweiz zur Merowingerzeit, Berne, 1971, pl. 25, no 57.
  • 93 BARRIERE-FLAVY C., o.c. (1893), pl. XI, 7.

81La plaque-boucle de Mellecey (no 16) est d'un type que l'on rencontre, semble-t-il, dans tout le monde mérovingien (même si la Normandie ne paraît pas en avoir livré à ce jour) ; on peut citer les découvertes de Haine-Saint-Paul (Belgique)86, Eisenach (Allemagne)87, Surice (Belgique) 88, Vouciennes (Marne)89, Lavoye (Meuse)(quatre exemplaires !)90, Bourogne (Territoire de Belfort)91, Yverdon (Suisse)92et Le Tasta (Lot-et-Garonne)93. On voit que si le type est surtout répandu dans les régions septentrionales, il n'est pas absent du Sud-Ouest même. La datation ne peut être précisée par le contexte de la découverte de Mellecey ; tous les auteurs qui ont daté ce type de pièce sont d'accord pour le situer au VIIème siècle (en particulier K. Böhner et Y. Wautelet) ; R. Moosbrugger et R. Joffroy sont plus précis en proposant respectivement le deuxième ou le troisième quart, et la deuxième moitié de ce siècle. Une seule remarque : la pièce de Bourogne est accompagnée d'une contre-plaque et, surtout, d'une petite plaque dorsale carrée, ce qui pourrait, par comparaison avec les garnitures damasquinées, confirmer selon nous la datation de R. Moosbrugger.

  • 94 WERNER J., Münzdatierte austrasische Grabfunde, Berlin-Leipzig, 1936, pl. 6, C.
  • 95 BÖHNER K., o.c., pl. 38, 3 f.
  • 96 SCAPULA J., La butte d'Isle-Aumont, Troyes, 1975, 1ère partie, p. 123, fig. 54, et p. 137, fig. 65.
  • 97 GUILLAUME J., Le peuplement de Dieue-sur-Meuse (Meuse) au Haut Moyen Age, maîtrise, Nancy, 1972, pl (...)
  • 98 Id., ibid., cités avec référence :"musée de Lausanne".
  • 99 Tombe 208. Gallia, 34, 1976, p. 424, fig. 13 a.
  • 100 ARONOVICI-MARTIN Cl., o.c., pl. 30, 1, et pl. 32, 2.
  • 101 BAUDOT H., "Mémoire sur les sépultures des Barbares de l'époque mérovingienne découvertes en Bourgo (...)

82La plaque-boucle de Farges (no 17) est d'un type que l'on rencontre dans un espace moins vaste que le précédent avec une assez forte concentration à l'emplacement du domaine burgonde. Citons Erfurt94 et Welschbillig (Allemagne) 95, Isle-Aumont (Aube) (deux exemplaires)96, Dieue-sur-Meuse (Meuse)97 Bel-Air et Sévery (Suisse)98 Crotenay (Jura) 99, Leuglay et Noiron-sous-Gevrey (Côte d'Or)100, Charnay (Saôneet-Loire)101 La série étant encore peu importante (12 pièces) et notre documentation incomplète, nous n'osons nous prononcer sur l'origine de ce type de plaque-boucle, mais une production régionale ne paraît pas impossible. En ce qui concerne la datation, nous ne pourrons apporter aucun élément, car le contexte précis de la découverte est inconnu. Contentons-nous de remarquer que si J. Guillaume (Dieue) propose une datation au VIIème siècle (avec doute), J. Werner penche pour la seconde moitié du VIème siècle (groupe III) et K. Bohner pour son niveau III (525-600) avec prolongement possible au début du niveau IV. (Un certain nombre de pièces munies d'une contre-plaque, comme à Charnay et Noiron, ne nous paraissent pas antérieures au VIIème siècle).

  • 102 Par exemple dans JAMES E., o.c., p. 396, pl. 175 (Eymet-sur-Dropt) et 176 (Verteillac), et dans LOR (...)

83Nous ne connaissons pas de plaque-boucle vraiment proche de notre no 18 : sa forme galbée et ses fausses bossettes paraissent originales. Remarquons simplement que les bossettes, par leur forme en larme, rappellent ce que l'on trouve sur d'autres plaques, surtout répandues dans le Sud-Ouest et l'Ouest, semble-t-il102. Elle a été trouvée dans une tombe féminine (anthropologie) située en dehors de la zone la plus précoce de la nécropole de Curtil et pourrait donc dater du VIIème siècle.

  • 103 SALIN E., o.c., t. III, p. 231 : les plaques de ce type citées par l'auteur sont peu nombreuses.
  • 104 Voir par exemple BARRIERE-FLAVY C., o. c. (1893), pl. VIII (environs de Toulouse, Chadenac, Eymet-s (...)

84Très originale également est la pièce no 19 : ses alvéoles rappellent la technique du cloisonné, le recours à un remplissage est un fait rare103, la qualité d'ensemble est remarquable. Les pièces de comparaison sont difficiles à trouver : c'est surtout du côté du Sud-Ouest et de l'Ouest qu'il faut à nouveau se tourner d'ailleurs104. C. Lorren date les pièces de Normandie du milieu du VIème au milieu du VIIème siècle, ce qui ne nous paraît pas en contradiction avec les conditions de découverte de notre plaque (à l'extérieur, mais tout près de la zone la plus précoce) et le type de boucle qui l'accompagnait initialement.

  • 105 O.c., pl. XXV, 1 (Hérouvillette), et p. 406-409 : Conteville (3 exemplaires), Verson (2), musée de (...)
  • 106 SCAPULA J., o.c., fig. 68, p. 140.
  • 107 FRANCHET L., "Une colonie scytho-alaine en Orléanais au Vème siècle", Revue Scientifique, 68, 1930, (...)

85La petite plaque de Saint-Clément (no 20) est plus banale : de nombreux exemplaires sont signalés en Normandie par C. Lorren105, une autre provient d'Isle-Aumont (Aube)106, une autre du centre de la France (Naveil)107. Pour C. Lorren, il s'agirait de pièces de la seconde moitié du VIIème siècle ; le contexte dans lequel s'inscrit la plaque de Saint-Clément s'accorde assez bien avec cette datation (voir plus bas la plaque no 23).

2.1.4.2. Plaque-bouele d'un seul tenant

21. Ballore (musée de Saint-Bonnet-de-Joux)

8667 x 30 x 2.

  • 108 Une quinzaine de tombes ont été ouvertes ; cette plaque-boucle constituerait le seul mobilier ; ell (...)

87Cette plaque-boucle ne provient pas exactement de notre domaine, mais d'une commune toute proche ; comme elle était inédite, nous l'avons jointe à ce catalogue108. La boucle est rectangulaire, l'ardillon, tout simple, s'enroulant à sa base. La plaque, largement ajourée, se termine par une protubérance arrondie incisée de trois points et un croisillon ; sur la bordure biseautée, des petites encoches placées symétriquement. Au revers, trois tenons de fixation à la ceinture, tous brisés.

  • 109 Voir par exemple les séries présentées par A. ROES, "Plaques-boucles mérovingiennes coulées d'une s (...)
  • 110 PERIN P., "Le cimetière mérovingien de l'hôpital de Mézières", Etudes ardennaises, 55, 1968, p. 9-1 (...)

88Nous n'avons pas trouvé de pièce très proche de celle-ci ; en effet, si les plaques-boucles coulées d'une seule pièce sont répandues â l'époque mérovingienne109, il est difficile les comparer à la nôtre, qu'elles soient ajourées ou non, d'ailleurs. En l'absence de tout contexte précis et d'éléments de comparaison probants, il est difficile de dater cet objet ; nous pensons cependant qu'elle peut se situer à une époque assez précoce (seconde moitié du VIème siècle ?) par comparaison avec une pièce de Mézières110 ; nous sommes conscient, cependant, de la fragilité de l'hypothèse.

2.1.4.3. Plaques au contour festonné

22. Granges (musée de Chalon)

8962 x 27 x 3.

90La boucle est perdue : seuls subsistent les deux tenons d'articulation ; les trois petites bossettes n'ont qu'un rôle décoratif, la fixation à la ceinture étant assurée par trois tenons perforés, aux angles. Décor gravé assez profondément : autour d'un champ médian trapézoïdal non orné, limité par un double trait, une frise de têtes animales très stylisées (trois de chaque côté, semble-t-il), placées bout à bout et regardant à l'opposé de la boucle, est à l'origine de la forme mouvementée de la plaque.

23. Saint-Clément 14 (musée de Mont-Saint-Vincent)

9136 x 26 x 2.

92Trouvée avec la plaque no 20 dans une tombe d'enfant. Pourtour légèrement biseauté et à peine débordant au revers ; trois petites bosset-à base hachurée, rivées, purement décoratives (deux tenons de fixation alignées dans l'axe du revers) ; assez profondément incisé, le décor est difficile à interpréter : peut-être y a-t-il un quadrupède au centre ?

24. Chassey (musée de Chalon)

9356 x 32 x 2,5.

94La boucle est perdue, mais la plaque conserve deux tenons d'articulation, ainsi que trois tenons de fixation à la ceinture, disposés en triangle. La plaque, lourde, offre un contour arrondi avec deux profondes indentations symétriques, de chaque côté ; le décor est assez profondément gravé : une incision limite l'espace intérieur garni de petites alvéoles de formes variables, généralement arrondies ; elles peuvent représenter un oiseau ou un insecte dont la tête serait à droite (avec deux yeux symétriquement placés ?), le corps orné de bandes transversales, au centre, et la queue (?) en éventail, du côté de la boucle ; les sortes de triangles qui couvrent cette dernière zone pourraient figurer des plumes (?) ; il en irait de même d'ailleurs des deux parties arrondies encadrant le "corps", qui font penser à des ailes.

  • 111 LORREN C., o.c., p. 514-518, et pl. XXXIX.
  • 112 BÖHME H.W.,,"Die fränkischen Altertümer in der Zülpicher Börde...", Führer zu vor- und frühgeschich (...)
  • 113 SCHEURER F. et LABLOTIER A., o.c., pl. XLIX.
  • 114 SALIN E., "Le cimetière barbare d'Audincourt", Bulletin archéologique, 1932-1933, pl. XXIV.
  • 115 ARONOVICI-MARTIN Cl., o.c., pl. 31, 2.
    BIDAULT L., "Rapport sur les sépultures mérovingiennes de Noi (...)

95La plaque no 22 est d'un type très répandu ; C. Lorren cite de nombreux lieux de découverte111 : Pont-Authou et Bueil (Eure), Bénouville (Calvados), Petitville (Seine Maritime), la forêt de Compiègne (Oise), Brény (Aisne), Marchélepot (Somme), Lavoye (Meuse), Lausanne BelAir (Suisse), Caranda (Aisne), Guiry-en-Vexin (Oise), Montségur (Gironde), Lavacherie (Luxembourg), Münchenstein et Kaiseraugst (Suisse). On peut y ajouter Nettersheim (Allemagne)112 et, plus près de nous, Bourogne113, Audincourt (Doubs)114 et deux exemplaires de Noironsous-Gevrey (Côte d'Or)115. On voit que la diffusion de ce type est large. En ce qui concerne la datation, le rapprochement s'impose naturel¬ lement avec les plaques-boucles damasquinées de type Berne-Soleure, dont une partie présente le même décor de têtes stylisées encadrant un champ médian trapézoïdal. Il est à peu près certain que les deux groupes sont contemporains et nous proposons donc de situer ces pièces entre 640 et la fin du VIIème siècle.

  • 116 SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 318, compare cet art au cubisme.
  • 117 Voir en particulier le tout récent Dossier de l'archéologie, no 32, janvier-février 1979, consacré (...)
  • 118 Trois exemplaires dans la même tombe : ARONOVICI-MARTIN Cl., o. c., pl. 34, 4 et 5.

96La petite plaque de Saint-Clément (no 23) paraît bien devoir être placée dans la même séquence chronologique ; le motif, méconnaissable, pourrait être le résultat d'une évolution très poussée ayant conduit à une dégénérescence complète116. Même si cette datation tardive semble très vraisemblable, il faut être prudent et souligner la ressemblance qui existe entre cette plaque et les garnitures de chaussures de la reine Arégonde, dont la mort se situerait vers 565-570117. Remarquons encore que les seules plaques identiques que nous connaissons proviennent de Noiron-sousGevrey (Côte d'Or)118.

  • 119 LORREN C., o.c., p. 568.
  • 120 ROES A., "Plaques-boucles mérovingiennes de la fin du VIIème siècle", Gallia, XIII, 1955, fasc. 1, (...)
  • 121 Voir en particulier KÜHN H., "Die Zikadenfibeln der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 10, 1935, p. 8 (...)
  • 122 La pièce de Manre (Ardennes) a été trouvée en compagnie d'une fibule ansée symétrique (fouille J. A (...)

97La plaque de Chassey (no 24) est assez particulière et d'un type relativement peu répandu : 26 exemplaires ont été recensés (voir liste annexe 6), dont la répartition géographique montre très nettement une origine dans l'Ouest du Bassin parisien (pl. 49). C. Lorren, qui a étudié les pièces de Normandie, les qualifie de baroques et avance l'hypothèse d'un seul atelier ayant travaillé au VIIème siècle119. Anne Roes tire argument de la dégénérescence du décor pour dater ces objets de la fin du VIIème siècle120. Nous pensons que ce type de raisonnement est d'autant plus fragile que l'on ne connaît pas le prototype. Nous proposons quant à nous de rechercher ce dernier dans les bijoux en forme d'insectes (mouches ou cigales ?) du Vème siècle121. Beaucoup ces fibules étaient en cloisonné, et c'est justement cette technique que rappellent les alvéoles profondes de certaines des plaques de cette série (ces alvéoles ont pu être remplies d'une matière qui a disparu). Une telle filiation irait, selon nous, à l'encontre de la datation basse d'A. Roes ; nous ajouterons que le type de boucle et d'ardillon qui accompagne plusieurs de ces plaques paraît bien antérieur à cette époque. Nous proposons donc de situer l'origine de cette catégorie de pièces dans le niveau III, avec prolongation possible au VIIème siècle122. La diversité des motifs décoratifs des plaques de cette série milite du reste en faveur d'une fabrication relativement étalée dans le temps.

2.1.5. AUTRES TYPES

2.1.5.1. "Fausses plaques-boucles" (C. Lorren)

25. Curtil 6 (musée de Chalon)

9836 x 33 x 1.

99Petite plaque très mince (surtout à l'extrémité au profil arqué, très usé), formée de la réunion de deux rivets "scutiformes", l'intervalle entre eux étant ajouré en quadrilobe. Le décor est peu profondément incisé : deux bandes parallèles disposées transversalement et des cercles ponctués (8 sur chaque moitié) placés symétriquement sur tout l'espace. Le revers est muni de quatre tenons de fixation, tous cassés.

26. Saint-Clément 80 (musée de Mont-Saint-Vincent)

10055 x 37 x 1 (plaque seule).

101Plaque constituée, comme la précédente, par la réunion de deux éléments identiques garnis de cercles ponctués avec quatre petites incisions de chaque côté. Cependant, la forme est plus élaborée, le contour plus anguleux et indenté, et il y a deux compartiments ajourés, l'un rectangulaire, l'autre presque trapézoïdal. Trois tenons perforés disposés en triangle assuraient la fixation à la ceinture. Cette plaque complète une boucle ornée de petits cercles, dont l'ardillon a une base "scutiforme" avec cercle ponctué.

  • 123 BAUDOT H., o.c., pl. X, 30. PARAT (Abbé), Le cimetière barbare de Vaux-Donjon, Avallon, 1911, pl. I (...)
  • 124 FAIDER-FEYTMANS G., o.c., pl. 71.
  • 125 Abbé COCHET, La Normandie souterraine, 1854, pl. VII, no 37 (Londinières), pl. XIII, no 12 (Enverme (...)
  • 126 BARRIERE-FLAVY C., o.c. (Etude...), pl. XXVIII, no 2, 3 et 5 (Eymetsur-Dropt, Lourdins, Laborieblan (...)
  • 127 O.c. (à la note 116).

102Ce type est manifestement hérité directement des rivets "scutiformes" qu'on a regroupés généralement par deux, parfois par trois. De telles plaques ont été trouvées dans des régions diverses : en Bourgogne, à Charnay, Vaux-Donjon (Yonne) et Brèves (Nièvre)123, mais aussi124 en Belgique, à Haine-Saint-Paul, en Normandie, où elles sont nombreuses125, et dans le Sud-Ouest126. La datation, confirmée par le type de boucle que l'on trouve généralement avec (voir l'exemplaire de Saint-Clément), nous paraît bien assurée : fin VIème siècle ou alentours de 600. La pièce de Curtil a, de plus, été trouvée dans la partie la plus précoce de la nécropole. Ajoutons encore que la magnifique garniture (de baudrier ?) de la reine Arégonde est constituée également de l'assemblage d'éléments "scutiformes" (au nombre de quatre)127.

2.1.5.2. Boucles avec ardillon à large base

27. Curtil 321 (musée de Chalon)

10336 x 38.

104Boucle ovale, simple, sans décor. Ardillon à pointe courte et large base arrondie percée d'un orifice circulaire par lequel passait son crochet de fixation à la boucle. Des incisionsdisposées symétriquement en couvrent la surface.

28. Curtil 115 (musée de Chalon)

10542 x 49.

106Boucle de plus grande taille que la précédente, ornée d'échelles transversales. Ardillon à pointe courte présentant un bourrelet parallélépipédique à la jonction avec sa large base ; cette dernière est munie d'un crochet d'articulation ;'" le décor gravé en épouse la forme semi-circulaire : bande à traits latéraux en quinconce et bande à hachures obliques entourant trois bandes parallèles également hachurées.

  • 128 SCUVEE F., o.c., tombes 5 et 45 ; l'auteur les date de la période 575-625 et estime également que c (...)
  • 129 SCAPULA J., o.c. , tombe 704.
  • 130 SCHEURER F. et LABLOTIER A., o.c. (1913), pl. XVI, A.
  • 131 LELONG C., La Touraine à l'époque mérovingienne, Tours, 1975 (catalogue de l'exposition), non pagin (...)
  • 132 KÜHN H., o.c. (Christus-Schnallen), pl. 36, 24 b.

107Il ne s'agit pas à proprement parler de plaques-boucles, mais la largeur particulière de la base de l'ardillon en fait autre chose que de simples boucles ; nous pensons que, comme pour les fausses plaques-boucles, il pourrait s'agir d'une évolution ultime des boucles du VIème siècle (pour les unes, on aurait eu un développement à partir des rivets scutiformes, pour les autres, c'est la base de l'ardillon qui a évolué). Nous proposons une datation aux alentours de 600, confirmée par le lieu de découverte de nos deux pièces dans la nécropole de Curtil (tout près, surtout le no 28, de la zone la plus ancienne). Nous avons recensé d'autres pièces de même type à Réville128, Isle-Aumont129, Bourogne130, Mougon131 et Pray132.

2.1.5.3. Plaque carrée

29. Curtil 232 (musée de Chalon)

10827 x 27 x 1,5*

109Trouvée avec la plaque-boucle de fer no 114. Petite plaque carrée munie de trois tenons de fixation, les quatre petites bossettes, rivées, étant uniquement ornementales. Le décor, assez profondément gravé, se compose d'un X central avec hachures dans les intervalles entre les deux branches, inscrit dans un carré bordé de motifs en forme de 2.

  • 133 Plaque presque identique au musée de Nantes (provenance inconnue); cf. COSTA D., Nantes, musée Th. (...)

110On pense à une plaque dorsale ; sa petite taille, le type de ses bossettes suggèrent, par comparaison avec les garnitures damasquinées, une datation assez avancée dans le VIIème siècle, datation confirmée par le type de plaque-boucle en fer qui l'accompagnait (voir ci-dessous)133.

2.2. GARNITURES EN FER

  • 134 C'est pour cette raison que, le cuir ayant disparu, on remarque très souvent un petit espace entre (...)

111Beaucoup plus nombreuses que les plaques-boucles en bronze, elles présentent des caractères communs qui les différencient nettement de ces dernières et auxquels nous avons eu l'occasion de faire allusion précédemment. Rappelons que l'articulation est constituée par une sorte de patte perforée issue de la plaque et venant entourer la traverse de la boucle avant de serrer au revers le cuir de la ceinture contre la plaque134 ; l'ardillon est muni d'un tenon en crochet qui passe par l'ouverture de la patte et s'accroche à cette traverse. La plaque est assujettie à la ceinture par l'intermédiaire des axes de bossettes qui la traversent avant de se recourber pour former un oeillet par lequel passait le lien de fixation.

  • 135 C'est ce travail d'équipe que souhaite FRANCE-LANORD A., "A propos des garnitures de ceintures dama (...)
  • 136 Par exemple celle de SALIN E. et FRANCE-LANORD A., Le fer à l'époque mérovingienne, Paris, 1943, ou (...)
  • 137 O.c., 1967 (Gürtelbeschläge), p. 32-33.
  • 138 FRANCE-LANORD A., o.c., nous paraît trop sévère à l'égard des travaux récents et en particulier de (...)

112La classification de ces garnitures, en particulier des pièces damasquinées, pose de nombreux problèmes, surtout si l'on veut mettre sur pied une typologie à valeur générale, utilisable dans les différentes régions du monde mérovingien. Dans ce domaine, la synthèse ne doit pas être trop hâtive : il serait souhaitable qu'elle soit réalisée, en raison du nombre énorme de pièces, par une équipe disposant d'inventaires régionaux aussi complets que possible135. Toutefois, si certaines tentatives prématurées ont échoué136, il faut insister sur les progrès décisifs accomplis depuis quelques années, particulièrement au niveau de la chronologie. Nous avons signalé plus haut l'apport de J. Werner dans le cadre de son étude de la nécropole de Bülach. Nous aimerions revenir, afin de l'exposer avec un peu plus de précision, sur la classification proposée par R. Moosbrugger137, car elle fait, malgré certaines faiblesses, nettement avancer la question en la clarifiant138.

113Etudiant la damasquinure du matériel suisse, l'auteur est amené à distinguer quatre niveaux chronologiques successifs (dont deux niveaux principaux, le 1er et le 3ème, le 2ème étant un niveau de transition) :

  • Niveau 1 : bande pointillée, monochromie, une seule zone d'entrelacs, placage rare limité aux espaces intérieurs de l'entrelacs.

  • Niveau 2 : transformation de l'entrelacs simple en un entrelacs à plusieurs brins, passage des pointillés aux échelles, de la monochromie à la "bichromie".

    • 139 SALIN B., Die altergermanische Tierornamentik, Stockholm, 1935, a, le premier, défini les caractère (...)

    Niveau 3 : disparition des bandes pointillées ; échelles et bandes avec ligne axiale, "bichromie", division de l'espace en trois zones, large placage y compris sur les surfaces extérieures, et surtout, "style animalier"139.

    • 140 L'auteur utilise le terme de "Bandierung", difficile à traduire précisément ; l'expression "incrust (...)

    Niveau 4 : le décor animalier disparaît au profit du placage d'argent ; volonté d'organisation, de division claire de la surface avec développement de l'incrustation profonde140.

  • 141 De même, les bandes avec ligne axiale ne peuvent être considérées comme typiques du niveau 3, puisq (...)
  • 142 Quelques cas seulement à Charnay (H, BAUDOT, o.c.).

114En fait, si les pièces de transition existent (nous aurons l'occasion d'en rencontrer dans notre matériel), il apparaît difficile d'isoler nettement un niveau 2 ; la distinction chronologique entre pointillés et échelles ne semble pas justifiée : on les rencontre côte à côte sur notre plaque no 32, tandis que les plaques circulaires précoces (no 30 et 31) sont ornées d'échelles et non de bandes pointillées. Le fait que les échelles, et non les pointillés, se retrouvent sur les plaques du niveau 3 n'est pas un argument suffisant en faveur de cette chronologie : si les échelles ont été préférées, ce peut être pour des raisons141. esthétiques (harmonisation avec le motif animalier), voire techniques Le problème mériterait du moins d'être examiné sérieusement à la lumière, par exemple, de la chronologie spatiale (la rareté des pièces avec échelles ne permet pas de mettre cette méthode en pratique à Curtil). Quant au niveau 4, il peut être considéré comme une dégénérescence, un simple aboutissement du niveau 3 ; il est d'ailleurs peu représenté, du moins avec tous les caractères retenus par R. Moosbrugger, dans le matériel français142 : par exemple, sur la grande garniture de Tournus (n°87) apparaît l'incrustation profonde sans que le décor animalier s'efface.

115On peut donc reprocher à cette classification d'être trop détaillée et trop "cloisonnée" : dans l'état actuel des connaissances, seules deux grandes catégories peuvent être raisonnablement retenues, correspondant en gros au niveau 1 et au niveau 3, avec des pièces se situant à la transition entre les deux ; on peut dire cependant qu'en systématisant, même un peu trop, R. Moosbrugger a eu le mérite de mettre l'accent sur un certain nombre de points essentiels. Il a d'ailleurs très bien mis en évidence les caractères techniques particuliers à chacun de ces deux grands ensembles (nous aurons l'occasion de les préciser et d'en vérifier la valeur dans la suite de cette étude).

  • 143 Voir, en dernier lieu : AMENT H., "Zur archäologischen Periodisierung der Merowingerzeit", Germania(...)

116L'excès de systématisation se retrouve d'ailleurs au niveau de la datation ; celle que propose l'auteur, sans l'étayer solidement du reste, est un peu trop schématique pour être exacte : 625-650 pour le niveau 1, 650-675 pour le niveau 2, 675-700 pour le niveau 3, et le début du VIIIème siècle pour le niveau 4. D'une manière plus générale, des études récentes, tout en confirmant la succession des deux grands groupes définis ci-dessus, ont "vieilli" sensiblement cette datation : H. Ament propose même de situer l'apparition des pièces du 2ème groupe vers 630-640 et leur disparition vers 670-680. La rigueur de la méthode employée par ce dernier, ainsi que les conclusions convergentes d'autres auteurs, donnent à cette chronologie une valeur certaine143.

  • 144 Id., ibid., p. 163-169.
  • 145 Voir par exemple : KOCH U., "Das merowingische Gräberfeld von Bargen", Kraichgau, 4, 1974-1975, p.  (...)
  • 146 Une découverte récente à Riaz (Suisse) pourrait le laisser penser : dans la tombe 138, une plaque d (...)

117Toutefois, s'il faut insister à juste titre sur l'importance de cette coupure chronologique, il convient de ne pas trop systématiser à nouveau. Remarquons en particulier que des plaques du premier groupe ont été utilisées bien après 630-640 : c'est ce que P. Périn montre à partir des découvertes de Manre (Ardennes) dont la datation est précisée grâce à des monnaies144 Remarquons également que des pièces à damasquinure "bichrome" sont manifestement antérieures au 2ème groupe145. Enfin, quand situer l'apparition des premières plaques-boucles à damasquinure monochrome ? Tôt dans le niveau 3 pour les plaques circulaires, pourquoi pas dès la fin du VIème siècle pour certaines plaques du type Bülach146 ?

  • 147 L'idéal serait, comme le souhaite P. Périn (o.c., p. 169-170), de procéder dans chaque région à une (...)

118Ces remarques, sans remettre en cause naturellement le principe d'une division du niveau 4 en deux phases, incitent à la prudence : même si l'on accepte les dates proposées par H. Ament, il convient de ne pas perdre de vue la possibilité de cas particuliers et, surtout, de décalages chronologiques d'une région à l'autre147. Les découvertes de notre domaine ne permettent pas, malheureusement, d'apporter de précision sur le plan de la chronologie absolue. Quant à la répartition spatiale à l'intérieur de la nécropole de Curtil (pl. 51), elle offre un certain intérêt : les plaques à décor monochrome sont surtout groupées à proximité de la partie la plus ancienne du cimetière, tandis que les plaques du 2ème groupe, moins nombreuses d'ailleurs, sont en général plus éloignées. Remarquons cependant que cette répartition est loin d'être nettement tranchée et qu'il existe de nombreuses imbrications. Ces observations confirment bien tout ce qui a été écrit plus haut.

119Notre classification des plaques-boucles damasquinées sera donc fondée sur une division en deux grands groupes :

  1. Plaques-boucles damasquinées d'argent seul.

  2. Plaques-boucles à placage dominant, décorées d'argent et, fréquemment, de laiton.

120Nous diviserons chacun de ces groupes en fonction des formes de plaques ; étant donné que ces formes ne sont pas les mêmes d'un groupe à l'autre, cela renforce encore, selon nous, le bien-fondé de cette distinction majeure en deux ensembles. Le principal point faible de cette coupure se situe au niveau des plaques rectangulaires (type B) qui, par exception, se prolongent d'un groupe à l'autre (avec des caractères nouveaux cependant, comme l'apparition d'une contre-plaque) : nous pensons qu'il s'agit d'un inconvénient mineur par rapport aux avantages que présente ce système de classement pour la clarté de l'ensemble.

  • 148 Pour la définition des types (A, B, C et D), voir pl. 62. La pl. 63 présente un résumé des datation (...)

121Nous avons rassemblé ensuite les plaques non damasquinées ; nous avons envisagé la possibilité de les réunir avec les plaques damasquinées de même forme, mais nous avons préféré finalement, par souci de netteté, les traiter séparément ; elles présentent d'ailleurs, pour beaucoup d'entre elles, au moins un caractère qui les différencie des autres : leurs bossettes en alliage de cuivre ; de plus, certaines formes leur paraissent "réservées", du moins dans notre domaine (plaques à 5 bossettes)148.

2.2.1. PLAQUES-BOUCLES DAMASQUINEES D'ARGENT SEUL

122Au-delà des différences de forme, les garnitures de ce groupe offrent de nombreux caractères communs tant au niveau du décor que sur le plan morphologique (nous ne reviendrons pas sur la question de la chronologie longuement développée ci-dessus).

  • 149 Ses caractères seront précisés ci-dessous, à propos du 2ème groupe.

123Rappelons que le décor se caractérise par la monochromie (l'argent est seul employé) et la rareté des surfaces plaquées ; ces dernières se limitent aux espaces entre les brins de l'entrelacs, avec parfois une bande étroite soulignant le pourtour de cet entrelacs et le séparant nettement des frises de l'entourage. Les bandes entrelacées peuvent être pointillées, "à échelles", ou, exceptionnellement, à ligne axiale (no 45). On ne rencontre jamais de "style animalier"149, mais parfois des têtes animales sur le pourtour (plaques en "queue d'hirondelle", par exemple).

  • 150 Ils sont bien définis par MOOSBRUGGER R., o.c. (1967), p. 110-112 (voir en particulier fig. 20).

124En ce qui concerne les détails morphologiques, ils caractérisent essentiellement la boucle, l'ardillon et les bossettes150.

125La boucle a une largeur modeste par rapport à la plaque (elle est à peine plus large) et un faible développement dans le sens vertical, c’est-à-dire que, vue de profil, elle est basse, "plate".

126L'ardillon, de même, est "plat", avec une base en "bouclier" de forme assez arrondie et une pointe généralement peu recourbée.

  • 151 Nous verrons ci-dessous que c'est l'inverse pour les plaques non damasquinées. A remarquer, dans d' (...)

127Les bossettes sont en fer, exceptionnellement en alliage de cuivre151 ; elles ont généralement un diamètre assez important et un profil en calotte surbaissée (elles sont peu proéminentes) ; quand elles sont damasquinées, il s'agit toujours de stries rayonnantes.

128Le point commun à ces trois éléments est leur caractère "bas", leur faible développement dans le sens vertical : malgré la diversité des formes, les pièces de ce groupe présentent donc une homogénéité certaine, et elles s'individualisent nettement par rapport à celles du 2ème groupe. Ajoutons d'ailleurs que cette originalité est renforcée par la médiocrité générale des dimensions et le faible allongement des plaques (toujours par rapport au 2ème groupe). Enfin, les plaques dorsales qui accompagnent certaines garnitures de type Bülach (ce type correspond ici à nos catégories 3, 4, 5 ; voir pl. 62), sont toujours carrées.

2.2.1.1. Plaques de forme "circulaire"

30. Curtil 325 (musée de Chalon)

12991 x 44 x 1.

130Boucle perdue ; ardillon à base traversée en son centre par un rivet de fixation entouré de hachures damasquinées. La plaque forme un cercle interrompu du côté de la boucle et échancré de part et d'autre de cette corde (type J de C. Lorren) ; une bossette sur trois subsiste : elle est en alliage de cuivre, à tête peu proéminente et présente un tenon, cassé, dans le prolongement. Décor de bandes hachurées, dessinant des boucles dont la disposition d'ensemble apparaît mal ; des dents de scie bordent ce motif et forment un arc de cercle autour de la base de l'ardillon.

31. Curtil 163 (musée de Chalon)

13130 x 28 x 2.

132Petite plaque portée par un enfant. Forme difficile à préciser, à cause de l'oxydation. Boucle et ardillon brisés. Plaque sans bossette ornée de bandes hachurées entrelacées (décor peu net).

  • 152 SCHEURER F. et LABLOTIER A., o.c. (1913), pl. LI.
  • 153 Gallia, 34, 1976, p. 425, fig. 14 c.
  • 154 SCHWAB H., "Tätigkeitsbericht des archäologischen Dienstes des Kantons Freiburg", Freiburger Geschi (...)
  • 155 SALIN E. et FRANCE-LANORD A., o.c. (1943), pl. XXIV, 2.

133Ces deux plaques se caractérisent par leur décor "foisonnant", d'apparence désordonnée. Ce type de décor est représenté par plusieurs exemplaires, particulièrement dans le domaine burgonde : Bourogne152, Crotenay (Jura)153, Riaz (Fribourg)154. Une plaque-boucle provenant de Nanteuil-Notre-Dame (Aisne)155 est proche, mais se différencie par son décor beaucoup plus ordonné, symétrique.

  • 156 Cette appréciation est naturellement très sujette à caution étant donné qu'on n'a que deux plaques.

134Le faible nombre de ces pièces de comparaison rend hasardeuse toute conclusion ; il nous semble possible cependant de supposer que ce type de plaque-boucle trouve son origine dans le Bassin parisien et qu'on s'est livré à une imitation maladroite dans nos régions. Il faut ajouter que les plaques "circulaires" damasquinées sont peu nombreuses dans notre domaine, surtout si on les compare aux autres types damasquinés ou, surtout, aux plaques de même forme en fer non décoré ; on peut remarquer, par exemple, l'absence de plaques précoces à damasquinure imitant le cloisonné. D'ailleurs, les pièces de Curtil pourraient se situer seulement à la fin du VIème ou même plutôt au début du VIIème siècle, si l'on en juge par leur zone de découverte dans la nécropole (pl. 50)156. De telles remarques ne constituent-elles pas des arguments en faveur de l'hypothèse d'une apparition relativement tardive de la damasquinure dans nos régions ?

2.2.1.2. Plaques de forme rectangulaire ("type B")

32. Curtil 50 (musée de Chalon)

135153 x 81 x 2.

136La boucle, très oxydée, a dû être damasquinée à l'origine ; la base de l'ardillon est ornée d'un entrelacs de bandes pointillées (carré avec boucles saillantes aux angles et triangles débordant largement dans les intervalles) entouré de hachures. La plaque, au profil arqué, a gardé trois bossettes, dont deux grosses (l'une porte des traces de décor damasquiné en croix) et une plus petite (réparation ?) ; le décor est assez soigné : bandes (échelles) formant une tresse à boucles dans le champ médian, avec deux appendices en forme de têtes animales très stylisées, en diagonale vers l'avant ; ce motif est inscrit dans un rectangle hachuré, de part et d'autre duquel on note les deux frises suivantes : des marches d'escalier alternant avec des groupes de trois stries parallèles et une double échelle ; à l'avant et à l'arrière, simple bordure d'échelles.

33. Saint-Clément 10 (musée de Mont-Saint-Vincent)

137138 x 79 x 2,5.

138Ardillon disparu ; boucle portant encore quelques stries damasquinées. Plaque au profil un peu arqué et de forme très légèrement trapézoïdale, avec quatre bossettes, dont une seule a conservé une trace de damasquinure et son tenon perforé au revers. Entrelacs de bandes-échelles se coupant à angle droit et isolant des petits carrés plaqués, avec, sur le pourtour, des sortes de boucles limitant des demi-cercles hachurés ; entourage de hachures et d’une frise de losanges, cette dernière venant séparer les hachures en deux zones à l'avant des bossettes antérieures.

34. Curtil 69 (musée de Chalon)

139137 x 79 x 2.

140Pas d'ardillon ; des traces de damasquinure sur la boucle. Les bossettes sont petites et en très mauvais état : une seule conserve son tenon, brisé, au revers. Bande pointillée dessinant une chaîne complexe de grands anneaux losangiques imbriqués avec deux prolongations (sans tête animale) en direction des angles antérieurs de la plaque ; les surfaces intercalaires, assez étendues, sont plaquées, tandis que le pourtour est garni de deux zones hachurées, séparées, à l'avant des bossettes antérieures seulement, par une frise de dents de scie.

35. Champagny-sous-Uxelles (musée d'Azé)

141132 x 71 x 2.

142Boucle sans trace de décor et sans ardillon. Plaque au profil légèrement arqué, n'ayant conservé qu'une bossette de grande taille. Décor très abîmé, mais reconnaissable : chaîne dont les anneaux pointillés se terminent en haut et en bas par une boucle saillante ; intervalles plaqués ; entourage de deux zones hachurées encadrant une frise de losanges, doublée à l'avant d'une rangée de nids d'abeille. (Cette plaque-boucle a été trouvée avec la petite boucle de chaussure en bronze figurée à la planche 57, no 14).

36. Curtil 4 (musée de Chalon)

143104 x 67 x 2.

144Plaque très abîmée ; il s'agit cependant sans aucun doute d'une garniture de type B avec une petite bossette et l'emplacement d'une autre. Le motif principal a complètement disparu ; sur le bord : losanges encadrés de zones hachurées.

  • 157 Voir en particulier MARTIN M., o.c., p. 33.
  • 158 Ibid. Qu'on nous permette encore un argument à opposer à la thèse de R. Moosbrugger : comment se fa (...)
  • 159 Cette carte est une mise à jour de celle de MARTIN M., o.c. p. 32, fig. 3. Voir aussi l'Annexe 7.

145Ces plaques, dont la forme rectangulaire fait de lointaines héritières de types de l'Antiquité finissante157,ont connu un succès spectaculaire dans le domaine burgonde. Il n'est pas question toutefois de les attribuer uniquement aux descendants du peuple burgonde comme l'avait proposé R. Moosbrugger (voir là-dessus la démonstration très convaincante de M. Martin)158. La carte de répartition des lieux de découverte (pl. 47)159 montre une densité particulièrement forte de part et d'autre de la chaîne jurassienne. A la différence des plaques à l'hippogriffe, les plaques B ne "sortent" d'ailleurs pratiquement pas du domaine burgonde(les plaques damasquinées auraient-elles moins donné lieu à des échanges que les plaques de bronze ?).

  • 160 THEVENIN A., Les cimetières mérovingiens de la Haute-Saône, Paris, 1968, pl. XX, 3.
  • 161 Découverte récente, inédite.
  • 162 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c. (1967), p. 39, no 114, 115, 116 (si du moins nous avons bien compris l'aut (...)

146Le type d'entrelacs (motif C de Moosbrugger) de la pièce no 32 est répandu ; on le trouve cependant surtout sur des plaques de type Bülach (voir par exemple nos no 37, 44 et 45), beaucoup plus rarement sur des plaques B : nous n'en avons repéré que cinq exemples, à Chevigney (Haute-Saône)160, Argilly (Côte d'Or)161, Bavois, Lussy et Erlach (Suisse)162. Les trois autres motifs sont beaucoup plus typiques des plaques B.

  • 163 On le trouve par exemple sur une plaque B de Lutter (Haut-Rhin) récemment publiée : SCHWEITZER J., (...)
  • 164 Tombe 416 : SCHWAB H., "Les nécropoles de l'époque franque", S.S.P.A., Cours sur le Haut Moyen Age,(...)
  • 165 THEVENIN A., o.c., pl. XXV, 3.

147Le décor de la garniture de Saint-Clément (no 33) est une imitation maladroite du motif D de Moosbrugger (et de Bouffard), motif peu répandu163 et surtout caractéristique des plaques B (mais non ignoré des autres plaques du 1er groupe). Nous avons trouvé deux autres exemples de déformation comparable de ce motif, sur plaque B également, à Riaz (Suisse)164 au musée de Vesoul165 ces deux plaques étant d'ailleurs très ressemblantes (bande pointillée, prolongement des brins vers l'avant).

  • 166 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c. (1967), p. 46. Elles sont reproduites par Max MARTIN, La Suisse du Haut Mo (...)
  • 167 BIDAULT L., o.c. (cf. note 114), pl. V, 1 : le motif est difficilement reconnaissable sur cette pla (...)
  • 168 O.c. (1973), fig. 10, p. 291 (très proche de celle de Curtil).
  • 169 Découverte récente, inédite.
  • 170 GAILLARD H., "Un sondage à la nécropole mérovingienne de Latrecey", Les Cahiers Haut-Marnais, 101, (...)

148Le motif G de Moosbrugger (L de Bouffard) paraît réservé aux plaques B : en dehors de notre no 34, nous pouvons citer les pièces de Lausanne Bel-Air et Echallens (Suisse)166 Noiron-sous-Gevrey (Côte d'Or)167 ainsi qu'une plaque publiée sans provenance par A. France-Lanord168 et un fragment de plaque (B ?) d'Argilly (Côte d'Or)169. Nous connaissons un seul cas de plaque d'un autre type (en forme de langue) portant ce même motif : elle provient de nos fouilles de Latrecey (Haute-Marne)170.

  • 171 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c. (1967), p. 40 et 45.
  • 172 SCHEURER F. et LABLOTIER A., Fouilles du cimetière barbare de Bourogne, Paris-Nancy, 1914, p. 33, f (...)
  • 173 SCAPULA J., o.c., fig. 54, p. 123.
  • 174 ARONOVICI-MARTIN Cl., o.c., pl. 42, 2.
  • 175 Découvertes inédites.
  • 176 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c., p. 72, no 221 (Zullvil).

149La plaque de Champagny (no 35) offre le motif E de Moosbrugger (I de Bouffard) qui paraît, comme le précédent, réservé aux plaques B. Exemplaires comparables à Erlach, Köniz-Oberwangen, Démoret, Grenchen et Berne-Bümpliz (Suisse)171,Bourgogne172, Isle-Aumont (Aube)173 Noiron-sous-Gevrey174 et Argilly (Côte d'Or), cette dernière localité ayant déjà livré trois plaques B portant ce décor175. Nous ne connaissons là encore qu'une plaque de type Bülach présentant176 ce motif.

2.2.1.3. Plaques trapézoïdales

150La plupart offrent une terminaison en "queue d'hirondelle". Il n'est pas impossible que les pièces 42, 43 et surtout 41 aient eu cette forme à l'origine, car elles sont en mauvais état. Il faut préciser que les plaques de type Bülach en forme de trapèze simple paraissent rares dans le monde mérovingien.

37. Mancey (musée de Tournus)

151127 x 75 x 2 ; 80 x 48 x 2 ; 55 x 52 x 2.

152Belle garniture de trois éléments trouvés, si l'on en croit le fouilleur J. Martin, dans deux tombes différentes : la plaque dorsale accompagnait la plaque à l'hippogriffe (no 7) ainsi que le mobilier reproduit à la planche no 57, 13. Boucle ornée de huit groupes de stries (six par groupe à l'origine, semble-t-il) disposés symétriquement et encadrant des motifs en X ; ardillon damasquiné non seulement sur sa base (motif non reconnaissable) mais aussi à sa pointe (trois traits transversaux). Plaque et contre-plaque sont pratiquement identiques : même contour légèrement mouvementé (lobes au niveau des bossettes, ainsi qu'en face des têtes stylisées damasquinées), mêmes bossettes portant trois stries en croix, même décor enfin ; ce dernier comprend une bande-échelle formant un entrelacs identique à celui du no 32, entouré de hachures, de nids d'abeille et, à l'avant, de marches d'escalier ; l'originalité de cet entourage tient dans la présence de deux paires de têtes très stylisées placées symétriquement près des bossettes et "regardant" à l'opposé de la boucle ; chacune de ces têtes se résume à un œil circulaire et à deux mandibules, celle de l'intérieur se recourbant pour former une petite boucle terminale. La plaque dorsale présente de nombreux traits communs : les bossettes identiques, l'entourage de stries et de nids d'abeilles, les bandes-échelles ; ces dernières forment une figure géométrique polylobée : carré avec boucles saillantes aux angles et motifs "en champignon" dans les intervalles.

38. Curtil 129 (musée de Chalon)

15395 x 55 x 2 ; 68 x 40 x 2.

154Plaque-boucle et contre-plaque étaient accompagnées d'une plaque dorsale non décorée (no 129). Boucle ornée de stries damasquinées ; ardillon brisé, à base assez petite portant un motif non identifiable. Les plaques s'élargissent en lobes au niveau des bossettes ; ces dernières, peu proéminentes, sont ornées de doubles stries en croix et offrent des tailles variables (réparations ?). Le décor de la plaque est constitué d'un entrelacs à six brins pointillés bordé, latéralement, par deux lignes en dents de scie encadrant une bande hachurée et, à l'arrière, par une frise de nids d'abeille. Le décor de la contre-plaque est identique, sauf du côté de la boucle où, à la place de la ligne brisée en arc de cercle, on trouve successivement deux frises crénelées, une bande hachurée et une ligne en dents de scie.

39. Curtil 267 (musée de Chalon)

155125 x 59 x 1,5.

156La même tombe contenait une contre-plaque et une plaque dorsale manifestement assorties et d'un type différent, que nous étudions donc à part (no 51). Boucle garnie de nombreuses hachures ; ardillon à base large, avec développements latéraux en pointes très marquées, et décor d'échelles. Plaque arquée dont les trois bossettes ont disparu (orifices rectangulaires), avec décor principal de vannerie à brins pointillés perpendiculaires limitant des petits carrés plaqués et bordures latérales de double échelle encadrée de dents de scie (vers l'avant, hachures et dents de scie en arc de cercle).

40. Curtil 194 (musée de Chalon)

157124 x 58 x 2 ; 53 x 53 x 2.

158Boucle ornée de faisceaux de traits transversaux encadrant des croisillons ; base de l'ardillon décorée, autant qu'on puisse en juger, de quatre motifs "en champignon" disposés en croix et entourés de hachures. Sur la plaque, une double torsade fermée, aux brins pointillés, flanquée de hachures, puis d'une frise de T (remplacés vers l'avant par des marches d'escalier) et de dents de scie, ces dernières bordant également en arc de cercle la base de l'ardillon ; bossettes peu proéminentes avec décor de six rayons et tenons assez bien conservés au revers ; mêmes bossettes sur la plaque dorsale ; cette dernière est ornée d'un carré aux angles lobés débordants ; l'intérieur est pointillé dans les intervalles entre les diagonales, l'extérieur présente des frises successives de nids d'abeille, de marches d'escalier, de hachures et de dents de scie.

41. Curtil 307 (musée de Chalon)

159115 x 68 x 1,5.

160Ardillon perdu ; boucle ornée de groupes de trois traits parallèles. Plaque mince, brisée, qui n'a gardé qu'une bossette, et dont le décor central est identique à celui de la plaque précédente : brins pointillés dessinant une double torsade fermée ; sur les côtés, une ligne de dents de scie encadrée de hachures.

42. Curtil 176 (musée de Chalon)

161121 x 71 x 2 ; 87 x 53 x 2 ; 57 x 56 x 1,5.

162Plus d'ardillon ; traits transversaux et croisillons sur la boucle ; plaque très abîmée : bossettes disparues, motif très incomplet (à remarquer cependant ce qui paraît être une tête animale très stylisée et pointillée à une des extrémités), qui devait être proche de celui de la contre-plaque où il est assez reconnaissable ; il se compose d'un entrelacs de cinq brins pointillés, dont deux offrent des prolongements en direction des bossettes antérieures ; les intervalles sont plaqués, tandis que les parties latérales sont garnies de hachures et de dents de scie entre lesquelles s'intercale, à l'avant, une frise de marches d'escalier. Le décor de la plaque dorsale est très détérioré : on peut toutefois présumer qu'il s'agissait d'un entrelacs quadrilobé pointillé entouré de hachures, de dents de scie (en particulier autour des emplacements des bossettes) et, sur deux côtés sans doute, d'une bande pointillée.

43. Curtil 376 (musée de Chalon)

163118 x 65 x 1,5 ; 50 x 49 x 2.

164La boucle et la base de l'ardillon portent des traces de damasquinure (hachures) ; la plaque, qui n'a gardé qu'une bossette, petite, peu saillante, ornée d'un trait rayonnant, devait présenter initialement un entrelacs central et des hachures, ainsi, sans doute, que des dents de scie, sur les côtés. Sur la plaque dorsale, un entrelacs quadrilobé formé de deux anneaux pointillés est entouré de hachures et de dents de scie ; à remarquer que les espaces intérieurs des maillons ne sont pas plaqués.

  • 177 Voir les nombreux exemples cités par Moosbrugger pour la Suisse, ainsi que nos no 44, 45, et une pi (...)
  • 178 Une pièce de Crotenay (Jura) est cependant très comparable ; cf. Gallia, 34, 1976, p. 425.
  • 179 On retrouve un décor comparable, sur plaque dorsale, à Pachten (Allemagne) (BÖHNER K., o.c., pl. 45 (...)

165Ce type de plaque se rencontre fréquemment dans tout le monde mérovingien, ainsi d'ailleurs que la plupart des décors employés. Remarquons cependant la qualité des pièces de cette série. C'est le cas tout spécialement de la garniture de Mancey (no 37), dont le motif très répandu, particulièrement dans le domaine burgonde177, est traité avec habileté ; la bordure de têtes stylisées lui confère une certaine originalité178, de même que le décor de la plaque dorsale179.

166Le motif principal des plaques no 40 et 41 (motif A de Moosbrugger) est encore plus fréquent : des dizaines d'exemplaires en ont été publiés, provenant de Suisse (très nombreux), de Belgique, d'Allemagne et de l'Est de la France, presque toujours d'ailleurs sur plaques en queue d'hirondelle.

  • 180 Même motif, sur plaque dorsale également, à Maurage (Belgique) : FAIDER-FEYTMANS G., o.c. (1970), p (...)
  • 181 Quelques exemples de plaques dorsales de ce type : Vuippens (Suisse) (Nécropoles du Haut Moyen Age,(...)

167Le décor de la plaque dorsale (no 40) est assez mal venu et d'un type peu fréquent180. Par contre, les plaques dorsales avec entrelacs quadrilobé formé de deux anneaux (no 43 et, sans doute, no 42) sont classiques et se rencontrent souvent avec ce type de plaques181.

  • 182 Un exemplaire comparable à Isle-Aumont (SCAPULA J., o.c., fig. 60, p. 130) ; un autre publié sans i (...)

168Enfin, si le décor des pièces 38 et 42 est assez banal, celui de la plaque no 39 est plus original : le natté fin, serré, à brins perpendiculaires, est relativement peu répandu182 ; ce type de décor, ainsi que la façon dont l'espace est couvert par les damasquinures, nous fait suggérer une origine extérieure à la région (Bassin parisien ?).

2.2.1.4. Plaques en forme de langue

44. Curtil 23 (musée de Chalon)

169112 x 70 x 1,5 ; 69 x 50 x 1,5 ; 58 x 58 x 2,5.

170Large boucle ornée symétriquement de part et d'autre de l'ardillon, et en partant de la base de celui-ci, successivement de 1, 2, 4, 2, 3 et 4 traits, un croisillon occupant l'intervalle le plus proche de la pointe. Base de l'ardillon portant un motif quadrilobé détérioré entouré de hachures. Bossettes assez hautes et coniques, ornées d'une croix ; décor principal de la plaque : entrelacs de brins pointillés du même type que celui de la plaque no 32, avec intervalles plaqués ; entourage de hachures et dents de scie. Contre-plaque dont l'ornementation, très abîmée, devait être identique, et dont une bossette conserve son tenon perforé (axe de la bossette recourbé). Plaque dorsale à bossettes de taille inégale portant, abîmé mais reconnaissable, un entrelacs quadrilobé formé de quatre maillons pointillés avec intervalles hachurés et pourtour de hachures et dents de scie.

45. Curtil 304 (musée de Chalon)

171114 x 62 x 1,5.

172Cette plaque-boucle était accompagnée d'une plaque dorsale non damasquinée (no 128). Elle est presque identique à la précédente ; cependant, l'ornementation de la boucle est moins nette, le ruban entrelacé est souligné d'un simple trait axial, et les bossettes manquent.

46. Saint-Clément 7 (musée de Mont-Saint-Vincent)

173105 x 60 x 2 ; 64 x 53 x 2 ; 50 x 51 x 2.

174Plaque-boucle et contre-plaque sont en mauvais état : elles ont perdu leurs bossettes, sauf une, qui ne paraît d'ailleurs pas d'origine. La boucle présente des groupes de hachures et des croisillons ; la base de l'ardillon était traversée par un rivet de fixation, disparu ; elle est ornée de hachures. Plaque et contre-plaque portent le même entrelacs à quatre brins pointillés, avec espaces intérieurs plaqués et entourage de hachures et de dents de scie, ces dernières doublées vers l'avant. La plaque dorsale offre un motif bien conservé : entrelacs quadrilobé formé de quatre maillons pointillés isolant des zones hachurées, pourtour de hachures et de dents de scie ; deux bossettes, assez proéminentes et ornées de six rayons, subsistent.

47. Curtil 326 (musée de Chalon)

17577 x 56 x 2 ; 80 x 47 x 2 ; 58 x 58 x 2.

176Ni boucle, ni ardillon. Le décor de la contre-plaque a complètement disparu. Sur la plaque, un entrelacs de quatre brins pointillés, avec placage dans les intervalles, et hachures, marches d'escalier et dents de scie sur le pourtour. Plaque dorsale conservant deux bossettes, dont une ornée d'une croix ; motif central : ruban plaqué dessinant un entrelacs quadrilobé à quatre maillons, motif maladroitement exécuté ; carré central quadrillé, hachures à l'intérieur et autour des maillons, frises de losanges et de dents de scie à la périphérie (dessin d'après radiographie).

48. Curtil 291 (musée de Chalon)

17775 x 50 x 1,5 ; 76 x 54 x 1,5.

178Garniture très détériorée, sans boucle ni ardillon, avec une seule bossette, peu saillante ; la contre-plaque ne présente plus de trace de damasquinure ; le motif de la plaque se laisse deviner : entrelacs de brins pointillés, sans doute du type de celui des no 44 et 45, hachures et dents de scie.

49. Curtil 346 (musée de Chalon)

17947 x 25 x 1.

180Petite plaque-boucle portée par un enfant. L'ardillon est perdu ; la boucle est ornée de groupes de traits transversaux. Sur la plaque, un ruban argenté dessine une sorte de X dont les deux branches de droite se réunissent en une large boucle, l'intérieur étant quadrillé, tandis que des hachures garnissent la partie antérieure. Deux emplacements de bossette sont visibles, mais il en existait certainement une troisième, peut-être même débordait-elle, comme dans le groupe suivant.

  • 183 Quelques exemples de plaques dorsales de ce type : Isle-Aumont (SCAPULA J., o.c., fig. 70, p. 142 e (...)

181Les motifs sont peu variés, ce qui confère une homogénéité certaine à la série ; sur les plaques, on a soit l'entrelacs simple à quatre brins, motif G de Bouffard (no 46 et 47), soit la tresse à boucles (no 44, 45 et très certainement 48) répandue dans le domaine burgonde et déjà vue précédemment (no 32, 37). Quant aux trois plaques dorsales, elles portent exclusivement un entrelacs quadrilobé formé de quatre anneaux (avec intervalles hachurés), ce qui n'est peut-être d'ailleurs qu'une coïncidence car ce type de décor n'est pas exceptionnel183, mais qui vaut la peine d'être remarqué puisqu'on ne le retrouve pas, dans notre domaine, sur d'autres catégories de garnitures.

182Il nous semble enfin que ce type de plaque se rencontre plus fréquemment dans le domaine burgonde qu'ailleurs (du moins en comparaison avec les pièces en queue d'hirondelle ou à lobe saillant à l'extrémité). De plus, la forme de nos plaques paraît généralement plus massive, plus "trapue" (largeur assez forte, arrondi de l'extrémité légèrement anguleux) et n'est pas très éloignée du rectangle (influence des plaques B ?).

  • 184 Trois exemplaires très proches à Tafers (musée de Fribourg, Suisse) ; une bouclette comparable à Lu (...)

183La petite plaque 49, d'ailleurs incomplète, est assez particulière184 ; sa boucle large par rapport à la plaque, son décor où le placage tient une place assez importante (comparer avec le no 62) pourraient en faire une pièce de transition avec le 2ème groupe.

2.2.1.5. Plaques en forme de langue avec lobe saillant du coté arrondi

184Cette forme est à rapprocher de celle des plaques de bronze triangulaires avec lobes au niveau des bossettes (voir ci-dessus les no 16 à 20).

50. Curtil 1 (musée de Chalon)

18583 x 49 x 1,5 ; 88 x 52 x 1,5 ; 54 x 52 x 2.

186Plaque-boucle et contre-plaque en mauvais état. Pas d'ardillon ; fragment de boucle avec stries. Décor identifiable sur la contre-plaque : entrelacs de brins pointillés, sans doute quatre, bordé de hachures et de dents de scie, entre lesquelles s'intercale, à l'avant, une frise de marches d'escalier. Une seule bossette, très plate. Les deux bossettes conservées sur la plaque dorsale sont de taille différente et décorées de stries ; l'ornementation est constituée d'une tresse symétrique à six brins pointillés avec placage dans les intervalles et entourage de hachures, marches d'escalier et dents de scie.

51. Curtil 267 (musée de Chalon)

18772 x 45 x 2 ; 48 x 47 x 2.

188Eléments trouvés dans la même tombe que la garniture en queue d'hirondelle no 39. Contre-plaque et plaque dorsale portent un décor identique : une tresse formée de deux bandes pointillées, l'une axiale, l'autre ondulée, encadrée par deux zones de hachures et une frise de dents de scie. Les bossettes sont petites et basses ; seule celle de la contre-plaque est ornée de deux traits parallèles en croix.

52. Curtil 166 (musée de Chalon)

18981 x 45 x 1,5.

190Plaque isolée (contre-plaque ?), en mauvais état, n'ayant gardé qu'une bossette abîmée. Brin pointillé torsadé, dont les extrémités s'écartent en direction des deux bossettes antérieures ; entourage de hachures et de dents de scie. Décor de qualité très médiocre.

53. Curtil 261 (musée de Chalon)

191124 x 51 x 2 ; 50 x 50 x 2.

192Nous avons cru lire sur la plaque dorsale : tombe 267 ; en réalité cette pièce ne s'harmonise ni avec la garniture no 39, ni avec le no 51, mais bien, et exclusivement, avec la plaque-boucle de la tombe 261. Cette dernière est incomplète : la boucle est brisée ; la base de l'ardillon porte deux maillons pointillés formant un entrelacs quadrilobé entouré de hachures, de dents de scie et, à l'avant, de deux échelles. La plaque, légèrement arquée, a perdu ses bossettes, dont l'emplacement est souligné par une échelle en arc de cercle ; le champ médian, rectangle aux angles arrondis limité par un trait renforcé, offre un décor de bandes pointillées formant une sorte d'entrelacs maladroit ; sur les côtés on trouve successivement : échelle, "demi-nids d'abeille", échelle à nouveau et nids d'abeille ; à l'avant : deux échelles encadrant des dents de scie. Sur la plaque dorsale, entrelacs quadrilobé identique à celui de l'ardillon, inscrit dans un carré hachuré ; sur le pourtour, respectivement : échelle, "demi-nids d'abeille ", échelle, dents de scie et nids d'abeille ; autour des bossettes, disparues, même bordure que sur la plaque-boucle.

54. Curtil 134 (musée de Chalon)

193134 x 75 x 1,5.

194Grande plaque au contour festonné, avec lobes au niveau des bossettes ; ces dernières, dont l'une seulement est damasquinée de traits rayonnants, sont placées très maladroitement. Le motif central comprend deux entrelacs de brins pointillés avec intervalles plaqués : le plus grand est une exécution très mal venue du décor de la plaque no 34, le plus proche de l'extrémité de la plaque est un entrelacs quadrilobé à deux maillons ; les parties latérales sont couvertes de deux zones hachurées encadrant, près des bossettes antérieures uniquement, des dents de scie que l'on retrouve du reste autour de la base de l'ardillon. La boucle, de section relativement haute, est ornée de groupes de hachures et d'une échelle ; sur la base de l'ardillon, on ne distingue que des hachures.

55. Curtil 317 (musée de Chalon)

195100 x 58 x 2,5 ; 62 x 58 x 2.

196Plaque très abîmée, dont la bossette conservée et le motif décoratif sont absolument semblables à ceux de la garniture précédente ; il s'agit, comme en témoigne la frise de dents de scie rectiligne disposée transversalement à l'avant de la plaque, d'une contre-plaque ; la ressemblance est trop frappante avec le no 54 pour que l'on n'ait pas affaire à deux éléments d'une même garniture (les tombes 134 et 317 sont d'ailleurs voisines). La plaque dorsale, qui a conservé deux bossettes striées, est ornée de brins pointillés dessinant un carré avec boucles saillantes aux angles et lobes débordant à l'intérieur et à l'extérieur dans les intervalles ; les espaces intérieurs sont plaques, le pourtour est garni de deux zones hachurées. (Dessin des damasquinures d'après radiographie).

56. Saint-Denis-de-Vaux (musée de Chalon)

197125 x 51 x 1,5.

198Plaque-boucle très détériorée ; l'ardillon a disparu et il ne subsiste qu'une partie de la boucle ; sur la plaque, traces de damasquinure : frise de dents de scie en arc de cercle (entourage de la base de l'ardillon) et hachures. (Dessin d'après radiographie).

57. Curtil 77 (musée de Chalon)

19998 x 53 x 1,5.

200Boucle incomplète, avec traces de stries transversales. Ardillon à base relativement étroite ornée de hachures et dents de scie (?). Traces de damasquinure (hachures) à la surface de la plaque. Les trois bossettes, hémisphériques, avec base guillochée, présentent la particularité d'être en alliage de cuivre.

  • 185 Motifs proches à Frénouville (Calvados) et Muids (Eure) (LORREN C., o.c., pl. LXIII, no 2 et 5) ain (...)
  • 186 Voir cependant une plaque de Gondorf publiée par HOLMQVIST W., o. c., pl. VI, 1. Une plaque dorsale (...)
  • 187 Une plaque inédite d'Argilly rappelle de loin ce motif (il s'agit en fait d'une série d'anneaux pas (...)

201Groupe très différent du précédent, en particulier à cause de la très grande diversité du décor ; diversité au niveau de la qualité : assez bonne pour 50 (autant qu'on puisse en juger), très médiocre pour 52, 54 et 55 ; diversité dans le choix des motifs : entrelacs "classique" pour le no 52185, ainsi que pour leno 50, dont la plaque dorsale est cependant moins banale186, décor plus original dans les autres cas. Nous ne connaissons pas de pièce portant un motif identique à celui de la garniture 51187 ou à l'entrelacs principal de la plaque-boucle 53, qui contraste d'ailleurs avec la banalité du quadrilobe de la base de l'ardillon et de la plaque dorsale.

  • 188 Il en existe cependant quelques autres exemples, comme à Haine-Saint-Paul (Belgique) : FAIDER-FEYTM (...)

202Quant aux no 54 et 55, d'exécution très maladroite, ils offrent deux motifs connus, l'entrelacs quadrilobé et le motif G de Moosbrugger (voir plus haut le no 34), ce dernier, assez difficilement reconnaissable, étant habituellement réservé aux plaques B. La juxtaposition de deux motifs sur une plaque est un fait rare188, qui semble aller de pair avec son allongement, phénomène qui dans d'autres régions (Bassin parisien en particulier) aurait entraîné l'apparition de deux bossettes supplémentaires (ce qui n'est, remarquons-le, pratiquement jamais le cas sur les grandes plaques-boucles damasquinées du domaine burgonde ; voir plus bas, les plaques de type A). Cette garniture serait une production locale (ou régionale) déjà tardive, comme le prouvent l'allongement et le contour festonné de la plaque, ainsi que la largeur de la boucle et, peut-être, la déformation du motif principal.

203D'une manière générale, il semble que cette forme de plaque, très répandue dans tout le monde mérovingien, ait donné lieu, au moins dans notre domaine, à plus d'originalité, plus de liberté dans le décor que d'autres types. Ce fait, joint à la médiocrité de beaucoup de nos pièces, ne pourrait-il pas trouver son explication dans la production de modestes artisans où ateliers locaux s'inspirant plus ou moins librement et habilement des thèmes à la mode ?

2.2.1.6. Eléments isolés

58. Curtil 145 (musée de Chalon)

20446 x 49 x 2.

205Plaque dorsale dont les quatre bossettes ont disparu ; décor : échelle dessinant un motif dérivé de l'entrelacs quadrilobé à deux maillons (entrelacé avec un carré), sur fond hachuré avec encadrement d'une frise de nids d'abeille.

59. Saint-Clément 32 (musée de Mont-Saint-Vincent)

20646 x 48 x 2,5.

207Plaque dorsale qui accompagnait une plaque-boucle "circulaire" en fer non damasquiné (no 96). Les bossettes hémisphériques, avec base guillochée, sont en alliage de cuivre ; les tenons perforés qui les prolongent au revers sont disposés non pas parallèlement au bord de la plaque, mais dans le sens des diagonales ; ces bossettes sont de diamètre inégal : la taille des trois plus grosses paraît très disproportionnée avec celle de la plaque dont elles masquent une partie du décor (réparation ?). Ce dernier se compose d'un entrelacs quadrilobé pointillé (détérioré) inscrit dans un carré hachuré bordé d'une frise d'escaliers.

60. Curtil 313 (musée de Chalon)

20842 x 42 x 1.

209Petite plaque dorsale qui faisait partie d'une garniture complète dont les autres éléments n'ont malheureusement pas été conservés. Une seule bossette subsiste, en mauvais état (à remarquer que deux des orifices sont allongés dans le sens des diagonales). Une bande pointillée dessine une sorte de croix à boucles (abîmée) entourée de deux zones hachurées séparées par une frise de points.

61. Curtil 400 (musée de Chalon)

21046 x 37 x 1.

211Fragment de plaque, arqué, avec une petite bossette et des traces de damasquinure d'argent. Il est malheureusement impossible de savoir à quel type de garniture on a affaire (il n'est pas exclu qu'il s'agisse d'une plaque de type Berne-Soleure).

  • 189 Même motif sur une plaque ronde du Musée Ingres de Montauban (JAMES E., o.c., pl. 81) et sur une ba (...)
  • 190 Exemples : Bülach (WERNER J., o.c., pl. XVIII, 11), Hohenfels (Allemagne) (BÖRNER K., o.c., pl. 46, (...)

212La plaque dorsale de Saint-Clément (no 59) offre le classique entrelacs quadrilobé ; ce dernier est beaucoup plus élaboré et original sur la pièce no 58189, tandis que le motif de la plaque 60, assez maladroitement exécuté, semble-t-il, paraît plus répandu sur plaques dorsales190.

2.2.2. PLAQUES-BOUCLES A PLACAGE DOMINANT DECOREES D’ARGENT ET, FREQUEMMENT, DE LAITON

213Rappelons que H. Ament situe l'apparition de ce groupe vers 630-640 et sa fin aux alentours de 670-680, dates qui doivent être acceptées, comme nous l'avons souligné, avec une certaine prudence : la période de fin, surtout, est mal assurée par manque de jalons monétaires précis, dans un contexte de disparition de la coutume de l'inhumation habillée.

  • 191 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c., p. 30.

214En ce qui concerne l'ornementation, les deux principales nouveautés sont l'apparition du laiton en plus de l'argent ("bichromie") et le large recours au placage : les incrustations de laiton (incrustations profondes parfois) se détachent sur un fond souvent entièrement plaqué d'argent. Le décor se répartit fréquemment (surtout sur les plaques B et A, où la largeur est plus grande) selon trois bandes longitudinales ; il fait un très grand usage, autre nouveauté importante, d'un "style animalier", dont R. Moosbrugger a donné une définition précise : "Par style animalier II ou décor animalier, on désigne uniquement les entrelacs chez lesquels apparaissent des têtes d'animaux aux intersections. Cette définition exclut donc les entrelacs ouverts se terminant par des têtes animales. Dans le décor animalier, les têtes mordent leur propre entrelacs, dans le deuxième cas, elles mordent dans le vide "191. Enfin, les bandes pointillées ont disparu, laissant le plus souvent la place aux échelles.

215Sur le plan morphologique, de nouveaux caractères se développent, donnant plus de hauteur au profil transversal des pièces de ce groupe.

216La boucle, qui devient très large par rapport à la plaque, a un profil en tronc de cône parfois très haut (plus de 3 cm ici, mais R. Moosbrugger cite le chiffre de 4,5 cm pour la Suisse) avec flancs raides. A la base de la boucle des pièces les plus belles court une baguette perlée en laiton.

217La pointe de l'ardillon se recourbe fortement en crochet ; elle peut prendre une forme en "lame de sabre" avec une arête étroite et des parois hautes présentant une surface souvent damasquinée. La base de l'ardillon, qu'un décrochement plus ou moins marqué sépare de la pointe, est plus allongée.

218Les bossettes voient diminuer leur diamètre et augmenter leur hauteur (jusqu'à près d'1 cm) : elles peuvent présenter un profil conique et des damasquinures en spirale ; sur certaines pièces de qualité, elles sont encapuchonnées d'une feuille d'argent avec collerette perlée à la base.

  • 192 L'hypothèse d’un usage uniquement funéraire ne paraît pas devoir être retenue : on comprendrait mal (...)
  • 193 Ce point est clairement montré par R. Moosbrugger, qui note également que le contour festonné peut (...)

219En ce qui concerne la forme et les dimensions de la plaque, on assiste à un allongement (d'autant plus spectaculaire, s'agissant des garnitures de Berne-Soleure, qu'elles sont étroites) et à un accroissement général de la taille et du poids : les garnitures de type A (le no 87 en particulier) et certaines plaques B atteignent un développement considérable qui en fait des pièces d'apparat, que leur prix devait réserver aux plus riches192. Les contours sont très souvent festonnés, car ils épousent la forme des têtes animales plus ou moins dégénérées qui ornent fréquemment les parties latérales des plaques (sauf les plaques B)193.

220Enfin, on voit disparaître les plaques dorsales carrées qui accompagnaient certaines garnitures de type Bülach ; elles sont parfois remplacées, dans le cas des plaques de type Berne-Soleure, par des plaquettes en nombre variable (jusqu'à trois). Les plaques B, quant à elles, sont souvent munies d'une petite contre-plaque rectangulaire.

2.2.2.1. Plaques étroites et allongées (type Berne-Soleure)

221Elles succèdent aux garnitures de type Bülach, ce qui explique la présence de formes de transition entre les deux.

62. Curtil 286 (musée de Chalon)

222114 x 57 x 1,5 ; 38 x 37 x 1,5.

223Cette garniture comportait à l'origine une contre-plaque. La plaque, en forme de triangle effilé, présente des lobes (dont l'un très marqué, à l'extrémité) au niveau des bossettes ; une seule de ces bossettes est conservée : elle est de taille modeste. Une bande plaquée d'argent, accostée de deux fils de laiton, dessine le motif principal : une sorte de boucle à l'intérieur d'un cadre trapézoïdal. Le reste de la surface porte surtout des hachures, ainsi que des nids d'abeille et des dents de scie, le tout en argent ; le contour de la plaque est souligné par un fil de laiton. L'emplacement de la base de l'ardillon est bien marqué ; l'ardillon actuel, simple tige de fer enroulée autour de la traverse de la boucle, n'est pas d'origine. La boucle est ornée de groupes de traits transversaux, en laiton pour les plus proches de l'ardillon, en argent pour les autres. La plaque dorsale, petite, carrée, ne présente que quelques traces de damasquinure : hachures et nids d'abeille en argent, lignes de bordure en laiton.

63. Curtil 45 (musée de Chalon)

22499 x 59 x 2 ; 63 x 26 x 2 ; 35 x 34 x 2.

225Garniture complète. Boucle portant des groupes de traits ; ardillon orné d'une croix à sa pointe, d'une bande plaquée et de traits soulignant le contour de la base. Plaque et contre-plaque à peu près identiques ; contour rectiligne, sauf au niveau des bossettes ; décor semblable : torsade simple avec échelles et têtes animales très dégénérées, au milieu d'un champ trapézoïdal plaqué, bordé de frises de losanges. Ces mêmes frises se retrouvent en arc de cercle autour des bossettes de la petite plaque dorsale carrée ; elles sont doublées d'une bande plaquée ; cette même bande forme au centre une croix de Saint-André sur fond quadrillé. Pour l'ensemble de cette garniture, les placages et échelles sont en argent, le reste des incrustations en laiton. Les bossettes sont petites et assez hautes. ("en champignon").

64. Mancey (musée de Tournus)

226126 x 65 x 2 ; 47 x 47 x 1,5.

  • 194 Selon le fouilleur, il y avait à l'origine des traces de damasquinure au moins sur la boucle ; MART (...)

227La plaque est très abîmée ; elle ne porte plus de trace de damasquinure194 ; la boucle et l'ardillon, perdus, ont été dessinés d'après la photographie de J. Martin. La plaque dorsale carrée offre un décor intéressant et bien conservé : il s'agit de deux monstres stylisés aux corps constitués d'échelles d'argent dessinant des courbes disposées symétriquement ; les têtes sont face à face, faites d'un fil de laiton doublé d'un fil d'argent : elles se réduisent à un sourcil aux extrémités recourbées, un oeil rond et des mandibules, dont une très longue, recourbée. Ce motif se détache sur un fond plaqué d'argent (fin quadrillage à peine visible) avec entourage de hachures de même métal limitées par des fils de laiton. Les bossettes de taille modeste (et inégale) présentent des traces d'incrustations de laiton.

65. Sassangy (musée de Chalon)

228135 x 49 x 2 ; 95 x 35 x 2.

229Plaques au contour festonné, portant trois petites bossettes très proéminentes ; décor d'échelles (montants en laiton, barreaux en argent) formant un trapèze prolongé par une boucle vers l'avant et accosté d'arcs de cercle (certains sont simplement faits d'un fil de laiton) ; le fond est plaqué d'argent. Ardillon à pointe longue et haute (profil) portant latéralement des lignes brisées en laiton ; une croix de même métal sur fond plaqué d'argent orne la base. Stries transversales et traces de placage sur la boucle.

66. Saint-Clément 67 (musée de Mont-Saint-Vincent)

230127 x 58 x 2 ; 82 x 32 x 2 ; 28 x 40 x 2.

  • 195 Voir MOOSBRUGGER R., o.c., p. 89 et WERNER J., Bülaoh, p. 47, fig. 6.

231Garniture complète comportant trois plaquettes. Le contour des plaques est actuellement assez régulier, mais il a pu être mouvementé à l'origine. Les bossettes sont petites, hémisphériques (forme "en champignon"). Le décor est de même nature, sans être toutefois exactement identique, sur les cinq plaques : doubles traits et échelles en laiton dessinant des courbes, des boucles, des sortes de crosses (têtes animales totalement dégénérées) sur fond plaqué d'argent (avec quadrillage fin). L'ornementation doit surtout son originalité à la présence, dans l'axe de chaque plaque, d'un (ou deux, pour les deux grandes plaques) rectangle étroit, légèrement déprimé, décoré de bandes de laiton parallèles. La boucle est remarquable par sa largeur et sa hauteur ; elle est damasquinée de laiton uniquement (faisceaux de traits transversaux, frise de dents de scie à la base) et offre un évidement bien marqué à l'emplacement où repose la pointe de l'ardillon ; ce dernier, simple tige de fer, n'est certainement pas d'origine. (Les dessins ont été exécutés en partie d'après radiographie ; les trois plaquettes ont été dessinées dans la position où elles ont dû être portées)195.

67. Mancey (musée de Tournus)

232143 x 64 x 2 ; 105 x 34 x 2 ; 29 x 42 x 2.

233Garniture de qualité, composée de quatre éléments (deux petites plaques) à bossettes assez hautes. Un placage d'argent (sur quadrillage fin très peu visible) garnit la plus grande partie de la surface. Les décors sont formés d'échelles d'argent et de traits de laiton (têtes animales). Dans l'axe des plaques, on a une torsade : des corps ondulants (figurés par les échelles) sont mordus par des mandibules de longueur inégale surmontées par un oeil et un sourcil aux extrémités en volute (tête schématisée) ; parfois l'animal mord clairement son propre corps : c'est le cas, en particulier, sur les petites plaques où il dessine un 8, et où l'oeil est privé de sourcil. Sur le pourtour, une frise est constituée de la répétition d'un même motif qui représente également une tête animale, mais beaucoup plus dégénérée ; à remarquer que le dessin de ce motif est directement à l'origine du contour festonné des plaques. L'ardillon a malheureusement disparu ; la boucle haute, tronconique, présente le même type de décor, une des mandibules se terminant en triangle face à l'ardillon ; à la base de la boucle a été rapporté un petit bourrelet de laiton strié.

68. Mancey (musée de Tournus)

234152 x 55 x 2,5 ; 99 x 29 x 2,5.

  • 196 MARTIN J., "Nouvelles découvertes...", pl. IV, 1 : cette plaque-boucle est figurée avec un ardillon (...)

235Plaque-boucle et contre-plaque qui présentent de nombreux points communs avec la garniture précédente : même forme, même hauteur des bossettes et de la boucle, même emploi de l'argent et du laiton, même qualité aussi, malgré une damasquinure plus abîmée. La stylisation du motif animalier paraît cependant plus poussée et l'on a deux torsades se chevauchant en partie. L'ardillon est conservé : la pointe, longue et haute, porte latéralement des dents de scie encadrées de doubles filets, le tout en laiton ; la base offre une simple boucle sur fond plaqué. (Cet ardillon était isolé au musée ; nous avons cru bon de le réunir à cette plaque-boucle, mais il n'est pas impossible qu'il aille avec la suivante)196.

236Garniture trouvée avec un scramasax.

69. Plottes (musée de Tournus)

237132 x 51 x 2 ; 92 x 27 x 2.

238Garniture de même type que les précédentes (avec des nuances) : forme très festonnée, avec lobe bien marqué à l'opposé de la boucle ; même boucle et mêmes bossettes, moins hautes toutefois ; motifs en laiton sur fond plaqué d'argent (placage assez grossier sur quadrillage très visible) : il s'agit manifestement d'un décor animalier totalement dégénéré, dont la parenté avec celui de la garniture no 67 est évidente (frise de têtes animales sur les bords, torsade à terminaison triangulaire sur la boucle), mais qui est devenu purement géométrique, à base de sortes de S et de U couchés, de boucles, de simples torsades.

239Garniture trouvée avec un scramasax et un couteau.

70. Curtil 3 (musée de Chalon)

240129 x 56 x 1 ; 46 x 20 x 1.

241Plaque-boucle accompagnée d'un fragment (de contre-plaque ? de plaquette ?) plaqué et incrusté d'argent ; le motif est difficile à identifier, mais il paraît bien de même nature que celui de la plaque-boucle ; ce dernier, bien abîmé, se laisse reconnaître, au moins dans le champ médian : fond plaqué d'argent (sur hachures, plutôt que sur quadrillage) et fils de laiton dessinant une simple torsade en 8 avec, semble-t-il, une tête animale très stylisée ; le pourtour paraît orné d'arcs accostant le motif principal et, vers l'avant, de boucles et d'échelles, toujours en laiton. La bossette conservée est basse, de même que la boucle, qui porte des traces de placage et d'incrustations. L'ardillon a une pointe longue et assez haute avec quelques traits de laiton ; le contour de sa base est souligné par une bande d'argent limitant une surface quadrillée de fils d'argent et de laiton, doublée à l'extérieur d'un ou plusieurs traits de laiton.

71. Curtil 44 (musée de Chalon)

242129 x 38 x 1,5 ; 22 x 40 x 1,5.

243Garniture complète à l'origine : la contre-plaque signalée par le journal de fouille n'a pas été conservée. Plaque-boucle remarquablement éffilée, avec une bossette abîmée qui paraît avoir été assez haute à l'origine, et une boucle haute et mince ; elle a pu être damasquinée initialement, comme la plaquette qui porte un décor d'argent : échelle enroulée en 8 sur fond plaqué.

72. Jugy (musée de Tournus ; en dépôt au musée de Mâcon)

24498 x 42 x 2.

245Plaque sans boucle, ni ardillon. Contour festonné ; bossettes petites et basses. Décor : torsades d'échelles d'argent prolongées par des traits de laiton se terminant par des têtes animales très dégénérées (simples crochets), sur fond plaqué d'argent ; à remarquer, au milieu de cercles en réserve, des croix (il a dû y en avoir cinq à l'origine) : celle qui est dans l'axe a ses deux branches en argent, celle qui est proche de l'emplacement de bossette en a une en laiton, une en argent.

73. Farges-les-Mâcon (musée de Tournus)

24695 x 44 x 2.

247Plaque-boucle en très mauvais état. La plaque, étroite et allongée, est brisée ; elle porte des traces d'argent et de laiton. La boucle est haute, de même que la pointe de l'ardillon (ce dernier n'est pas en place).

74. Tournus (musée de Tournus)

248100 x 25 x 1,5.

249Contre-plaque étroite et allongée à contour peut-être festonné à l'origine, ayant conservé une seule bossette, très petite. Décor : placage d'argent uni, sans laiton.

250Trouvée avec le très grand scramasax (73 cm de longueur) de la planche 58, 1.

75. Curtil 377 (musée de Chalon)

25165 x 31 x 1,5 ; 41 x 25 x 1.

252Ces deux plaques proviennent d'une tombe d'enfant. La plus petite était accompagnée d'une boucle (boucle de chaussure ?) et porte quelques traces d'incrustations d'argent. La plus grande devait également compléter initialement une boucle (comme le montre son extrémité repliée) ; on y distingue des vestiges de placage d'argent.

76. Mancey ?197 (musée de Tournus)

  • 197 Id., ibid., pl. VIII, 5 : photographie sans indication de provenance dans le texte. Mancey est vrai (...)

25326 x 46 x 1,5.

254Plaquette portant trois petites bossettes basses et un reste de fil de laiton incrusté. Elément d'une garniture de type Berne-Soleure.

  • 198 Le motif principal de cette plaque se retrouve sur d'autres pièces, par exemple à Lumes (Ardennes) (...)
  • 199 Plaque-boucle très proche à Bâle-Neuweilerstrasse (MARTIN M., Das fränkische Gräberfeld von Basel-B (...)
  • 200 Plaques dorsales comparables à Blicquy (Belgique) (TRENTESEAU B., o.c., pl. 10, d), Champigneul-sur (...)

255Beaucoup de garnitures présentent des caractères qui en font des pièces de transition avec le type Bülach. C'est le cas, en particulier, de la plupart des plaques de Curtil (le fait est remarquable) : la garniture no 62, surtout, avec sa boucle basse et de taille modeste, sa forme rappelant étroitement celle de certaines plaques de bronze (voir les no 16, 17...), sa plaque dorsale carrée et la place modeste occupée par le placage dans le décor198 ; la garniture no 63, plus "évoluée" sur de nombreux points (allongement, boucle, bossettes, motif animalier...) n'en conserve pas moins des traits d'archaïsme : la plaque dorsale carrée, l'entourage de frise de losanges, la boucle basse ; la plaque-boucle no 70 a une plaque assez large et une boucle de taille modeste199 ; la garniture no 64 présente les mêmes caractères, ainsi qu'une plaque dorsale carrée, pourvue d'ailleurs d'un beau motif animalier200. Il serait tentant de dater ces pièces du début de la période ; si cela paraît se justifier pour notre no 62, encore très proche du 1er groupe, il faut être beaucoup plus prudent pour les autres et tenir compte de la possibilité d'une évolution très particulière (plus lente, incomplète) dans certaines zones.

  • 201 Nous avons relevé une pièce très proche du no 67 à Pompey (Meurthe-et-Moselle) : l'exécution est ce (...)

256Ce n'est certainement pas un hasard si les pièces les plus typiques sont en même temps les plus belles et proviennent toutes deux de Mancey (no 67 et 68) ; elles pourraient d'ailleurs être les produits d'un atelier commun. Il s'agit en tout cas de garnitures d'une qualité exceptionnelle201, comparables à ce point de vue aux plus belles plaques de type A (no 87 en particulier).

  • 202 Un motif comparable (plus particulièrement au no 69) se retrouve à Berne Bümpliz 257 (MOOSBRUGGER R (...)

257D'autres pièces de notre série présentent enfin une dégénérescence très poussée des motifs animaliers : c'est le cas du no 65 (arcs de cercle latéraux), et des garnitures de Saint-Clément (no 66) et Plottes (no 69) comparables par le type d'évolution (motifs axiaux et latéraux se sont rejoints)202. Quant à la contre-plaque de Tournus (no 74), elle n'offre pas la moindre trace de décor, hormis le placage (stade ultime de l'évolution ? Voir le type de scramasax, "Langsax" tardif, qui l'accompagnait).

2.2.2.2. Plaques de forme rectangulaire ("type B")

258Seul type à se prolonger d'une phase à l'autre, il est souvent muni d'une contre-plaque et voit ses dimensions augmenter.

77. Mancey (musée de Tournus ; en dépôt au musée de Mâcon)

259169 x 85 x 2.

260Ardillon perdu. Boucle de taille modeste, assez basse, portant un décor très détérioré : échelles dessinant les maillons d'une chaîne sur fond plaqué, le tout en argent. De même, le décor de la plaque n'utilise que l'argent ; très incomplet, il se répartit en deux zones : un champ médian rectangulaire entouré, sur trois côtés au moins, de larges bandeaux ; il se compose uniquement d'échelles formant, autant qu'on puisse en juger, un entrelacs d'un type original, avec placage dans les intervalles. Il faut souligner les deux types de bossettes : une seule semble d'origine, elle est grosse, assez basse, et ornée de deux cercles concentriques en argent ; les deux autres, trop petites pour les emplacements prévus, sont le résultat de réparations : leur taille est bien plus faible et l'une d'elles a conservé deux incrustations rayonnantes en laiton. La plaque a un profil arqué.

78. Curtil 181 (musée de Chalon)

261159 x 79 x 2.

262Plaque-boucle en très mauvais état, sans ardillon. Boucle basse, sans trace de damasquinure. Plaque n'ayant conservé qu'une bossette, basse ; décor très incomplet constitué d'échelles semblant diviser la surface en trois bandes longitudinales ornées d'entrelacs difficiles à caractériser, le fond étant plaqué (sur hachures et quadrillage très visibles). La décoration n'utilise que l'argent. (Dessin d'après J. Ajot).

79. Curtil 303 (musée de Chalon)

263172 x 94 x 1,5 ; 34 x 83 x 1,5.

264Grande plaque-boucle avec petite contre-plaque ; chacune est pourvue de quatre petites bossettes damasquinées d'une croix de laiton. La boucle, plutôt basse, est munie d'un ardillon à longue pointe étroite et assez haute, et à large base. Le décor est formé de traits de laiton sur un fond finement quadrillé d'argent (placage médiocre) ; il se compose de dents de scie sur la boucle et la bordure des plaques, et surtout de grands cercles et de courbes sur la base de l'ardillon, la contre-plaque et la plaque, cette dernière étant divisée longitudinalement en trois zones.

265Cette garniture de qualité inférieure est d'un type très particulier.

80. Mancey (musée de Tournus ; la plaque-boucle est en dépôt au musée de Mâcon)

266211 x 114 x 2,5 ; 47 x 97 x 2.

267Grosse plaque-boucle massive, lourde (700 g avant restauration) avec contre-plaque rectangulaire. Les bossettes sont coniques, assez hautes, et certaines ont conservé une incrustation de laiton. La boucle, très large, a un profil tronconique assez haut, avec, à la base, un fil de laiton perlé (conservé sur la moitié de la boucle seulement). L'ardillon a une pointe haute et renflée et une base volumineuse. Le décor, très abîmé, utilise essentiellement l'argent (lambeaux de placage sur quadrillage, échelles) et le laiton uniquement pour les traits : courbes, boucles, têtes animales très stylisées (un oeil et deux mandibules, dont une est souvent complètement retournée au point de rejoindre l'oeil) ; il couvre toutes les surfaces visibles, y compris la pointe de l'ardillon. L'originalité de l'ornementation tient à la présence sur la plaque d'un médaillon central en argent (malheureusement détérioré) et, surtout, d'incrustations de pâte de verre ; ces incrustations, de forme cylindrique, sont bordées par une douille de laiton profondément enfoncée dans le fer de la plaque (certaines apparaissent même au revers) ; nous n'avons pas pu déterminer la couleur d'origine de ces inclusions qui sont semées de manière très asymétrique - fait rare à l'époque mérovingienne - au moins sur la contre-plaque et la boucle (six sur chaque) ; sur la plaque, où sept incrustations s'ordonnent plus symétriquement, on peut remarquer deux petites cupules ayant l'aspect de cercles ponctués, près du médaillon central : il pourrait bien s'agir d'amorces d'incrustations auxquelles on aurait renoncé.

268Cette plaque-boucle aurait été trouvée avec un scramasax.

81. Mancey (musée de Tournus)

269189 x 98 x 2 ; 39 x 83.

270Plaque-boucle incomplète, avec contre-plaque (cette dernière, égarée, a été dessinée d'après photographie du Musée Lorrain). Les bossettes, la boucle et la pointe de l'ardillon sont assez hautes. L'essentiel du décor est constitué par des échelles alternativement en argent et en laiton (sauf sur la boucle : argent seul) : sur la plaque divisée longitudinalement en trois registres, elles dessinent des entrelacs complexes dans la partie médiane, beaucoup plus simples (torsades) sur les côtés ; le fond est plaqué d'argent sur quadrillage. Le laiton est utilisé également pour les traits simples : sur les bossettes, sur la plaque (arcs de cercle sur les côtés, dents de scie, entourage), sur l'ardillon (pourtour de la base, croisillons de la pointe) et sur la boucle (hachures, "crochets").

82. Tournus (musée de Tournus ; boucle et ardillon en dépôt au musée de Mâcon)

271217 x 106 x 2.

272Très grande plaque-boucle. La boucle, massive, a la forme d'un haut tronc de cône ; l'ardillon a une pointe haute et légèrement renflée portant des lambeaux de placage d'argent avec filets de laiton. Les bossettes, coniques, sont ornées de traits de laiton rayonnants. Le décor est de mime nature sur la plaque, la base de l'ardillon et la boucle (où il est limité par de grandes hachures de laiton) : il s'agit d'un décor animalier ; sur un fond plaqué d'argent (sur quadrillage), se détachent des échelles de même métal dessinant des courbes se terminant par des têtes très stylisées en laiton : un sourcil aux extrémités recourbées surmonte deux mandibules de longueur inégale, dont la plus longue vient buter sur deux arcs de cercle concentriques, en laiton également. C'est dans le champ médian de la plaque, rectangle légèrement trapézoïdal limité par un double trait de laiton, que l'organisation de ce décor est la plus nette : le même motif se reproduit quatre fois, symétriquement disposé de part et d'autre de deux S encadrant un médaillon central circulaire en laiton incisé d'un S barré entouré de hachures.

83. Mancey (musée de Tournus ; en dépôt au musée de Mâcon)

273204 x 100 x 3.

274Très belle plaque-boucle dont la damasquinure est malheureusement en mauvais état. La plaque est épaisse, la boucle tronconique est massive, de même que l'ardillon à pointe haute et renflée et à base volumineuse (l'ensemble pèse 550 g). La boucle offre à sa base un gros fil de laiton perlé, tandis que sa partie supérieure forme un méplat orné de cercles ponctués en argent ; les mêmes cercles entourent la base de l'ardillon. Les bossettes, très hautes, ont une forme en pain de sucre ; l'une porte deux cercles de laiton. Le décor est de même nature que sur la garniture précédente : placage d'argent (sur quadrillage), échelles de même métal dessinant des courbes, têtes animales très stylisées (avec des variantes), en laiton ; il couvre également la boucle (avec des hachures en laiton, certaines inscrites dans un petit demi-cercle, aux extrémités), la base de l'ardillon et, surtout, la plaque qui présente un rectangle médian limité par un fil de laiton. L'emplacement semi-circulaire de la base de l'ardillon est jalonné par une série de points alternativement en argent et en laiton. Au centre de la plaque, les mêmes pointillés, d'abord en laiton (à l'extérieur), puis en argent, forment deux cercles concentriques entourant un médaillon en argent. Sur ce dernier, de fines incisions dessinent un griffon ; l'animal regarde en arrière : le gros oeil rond (deux cercles concentriques ponctués) et le bec sont bien reconnaissables, tandis que des stries au-dessus de la tête pourraient figurer la base des oreilles ; on distingue nettement la queue, large, divisée en deux par un trait axial : elle se recourbe jusqu'au bec ; l'aile est courte, triangulaire ; les pattes arrières paraissent à moitié fléchies ; les fines hachures qui bordent le poitrail vers l'avant font penser à une crinière hérissée ; tout le corps est couvert de minuscules tirets (poils ?) ; une petite croix est bien visible entre les pattes.

275Plaque-boucle trouvée avec un scramasax et un couteau.

84. Mancey (musée de Tournus ; en dépôt au musée de Mâcon)

27688 x 52 x 2.

  • 203 MARTIN J., "Nouvelles découvertes de sépultures barbares", p. 215 et pl. VI, 3.

277Contre-plaque isolée qui accompagnait "une grande agrafe de ceinturon en fer, entièrement désagrégée par la rouille, et dont il ne reste que l'ardillon"203. Ce dernier a disparu, mais la photographie de l'article de J. Martin montre qu'il s'agissait d'un ardillon à base large plaquée portant un motif animalier sans doute assorti à celui de la contre-plaque. La damasquinure est de qualité ; bien qu'abîmé, le décor peut être identifié : tout le centre est occupé par une croix de Malte incisée sur le fond plaqué d'argent ; de part et d'autre, on a un motif animalier avec échelles d'argent et têtes en laiton (deux monstres entrelacés avec une mandibule commune, en arc de cercle) ; à cela s'ajoutent quatre (à l'origine) petites croix incisées à branches égales cantonnées de points ; à proximité, les bossettes coniques sont incrustées d'un fil de laiton en spirale et ont à leur base une collerette perlée en argent.

  • 204 Le motif paraît proche de celui de la plaque no 81 ; voir ci-dessous les pièces de comparaison avec (...)

278Comme pour les garnitures de type Berne-Soleure, on trouve des pièces de transition dans cette série. Les deux plus nettes sont les no 77 et 78 : elles sont de taille encore modeste (surtout 78), n'utilisent que l'argent et n'on pas recours au motif animalier. La plaque no 77 présente sur ce plan une particularité supplémentaire digne d'intérêt : les bossettes d'origine étaient assez grosses et incrustées d'argent ; deux d'entre elles, perdues, n'ont pu être remplacées par des pièces identiques, car on n'en trouvait sans doute plus, et l'on a eu recours à de petites bossettes incrustées de laiton. Voilà qui illustre parfaitement l'évolution des bossettes. Cette plaque paraît avoir présenté une damasquinure de qualité et un décor original, ce qui n'est pas le cas, par contre, de la plaque de Curtil (no 78)204.

  • 205 Le motif principal est le motif B de Moosbrugger, quelque peu compliqué ; on le rencontre, plus ou (...)
  • 206 Le S barré est un ornement banal à l'époque mérovingienne : on le trouve très souvent sur des bagne (...)
  • 207 Le médaillon central avec monstre se retournant (traité différemment cependant) se retrouve sur des (...)
  • 208 Même type de croix sur plaque B et contre-plaque à Rubigen (Suisse) id., ibid., pl. VIII, 1.
  • 209 Ces incrustations de pâte de verre (ou de pierres pour les pièces de plus grande valeur) nous sembl (...)

279La plupart des autres pièces sont d'excellente qualité (elles proviennent d'ailleurs de Mancey-Tournus) : la garniture no 81, à la boucle de taille assez modeste et au décor ignorant le motif animalier205, pourrait être relativement précoce ; si le décor de cette dernière est assez répandu, il n'en va pas de même de celui de la plaque-boucle no 82206 ou de celui de la plaque-boucle no 83207 et de la contre-plaque no 84208, qui sont des pièces uniques, de grande qualité (surtout les deux dernières). La garniture no 80 présente l'originalité d'être incrustée de pâte de verre : ce type de procédé décoratif pourrait être tardif209 ; motif animalier, par ailleurs, paraît assez différent de celui des pièces précédentes ; il pourrait être plus "évolué".

  • 210 BOUFFARD P., o.c., fig. 2, p. 24.
  • 211 Musée de Fribourg.
  • 212 WERNER J., Bülach, pl. XXXI, 1. MOOSBRUGGER R., o.c., p. 52, ne cite pas l'exemplaire de Fribourg, (...)

280Nous avons vu précédemment la répartition des lieux de découverte des plaques de type B. Nous n'y reviendrons pas. Toutefois, nous avons laissé de côté une garniture qui va nous donner l'occasion de préciser cette question de la diffusion ; la pièce no 79, trouvée à Curtil, est en effet remarquable par la médiocrité de sa fabrication : il s'agit manifestement d'une production à bon marché, comme le prouvent en particulier son placage très mince (le quadrillage qui a servi à le retenir est très visible) et son décor maladroit fait d'un seul filet de laiton tentant peut-être d'imiter, par un cercle, le médaillon central d'autres plaques. Devant une telle maladresse, on serait tenté d'invoquer une fabrication locale ; or, des pièces absolument semblables ont été trouvées loin de Curtil, en trois points différents de Suisse : Berne-Bümpliz210, Fribourg-Pérolles211 et Kaiseraugst212 (voir carte, pl. 47). Doit-on en déduire que des produits très médiocres étaient l'objet d'échanges relativement lointains ? ou qu'il s'agit de la production d'un artisan itinérant ? Si l'on ne peut avoir une idée précise sur l'origine de cette série, il nous paraît important d'insister sur le fait que l’on a la certitude qu'elle a été produite par un seul atelier, voire une seule personne, tant les plaques qui la composent sont originales et ressemblantes. De telles certitudes sont rares en ce qui concerne les pièces damasquinées mérovingiennes.

2.2.2.3. Grandes plaques-boucles de forme trapézoïdale ("type A")213

85. Tournus (musée de Tournus)

281209 x 103 x 3 ; 142 x 66 x 3.

282La pointe de l'ardillon, longue et étroite, à section ogivale, offre un décor de dents de scie surmontant, de chaque côté, une bande plaquée avec deux motifs identiques opposés (manifestement dérivés de la tête animale, on les retrouve à l'avant de la contre-plaque). La base de l'ardillon est relativement large. Les bossettes sont encapuchonnées d'une feuille d'argent relevée à la base en collerette perlée. Le champ médian est limité par un bandeau bordé d'un filet de laiton et orné de losanges incisés (chacun enfermant un tiret longitudinal) séparés par deux traits parallèles. A l'intérieur de ce champ médian, ainsi qu'à l'avant et sur le bouclier de l'ardillon, les têtes animales sont figurées à peu près de la même manière (un sourcil aux extrémités plus ou moins recourbées et deux mandibules de longueur inégale) et sont jumelées, de différentes façons d'ailleurs. Les zones latérales sont garnies de frises de motifs animaliers traités autrement encore : simplement deux mandibules avec alternance de deux types de stylisation légèrement dissemblables... Enfin, sur la boucle, la mandibule la plus longue vient buter sur la concavité d'un arc de cercle ! Cette garniture présente un échantillonnage vraiment large des possibilités de traitement des têtes animales. A remarquer également les échelles figurées sans montants et doubles (sauf sur la base de l'ardillon), ainsi que les petits trapèzes avec diagonales incisés au milieu des deux plaques.

283Garniture trouvée avec un coutelas (pl. 58, 10).

86. Tournus (musée de Tournus)

284194 x 87 x 2,5 ; 139 x 65 x 2,5 (poids total : 600 g).

285Garniture très proche de la précédente : mêmes figurations animales disposées de façon presque identique, mêmes échelles sur les deux plaques. Quelques différences : l'ardillon a une base plus étroite ne portant pas d'échelles et une pointe plus courte et massive avec décor de hachures et de trapèze plaqué, divisé en trois parties par des cloisons de laiton ; la boucle présente, de part et d'autre de l'ardillon, non seulement des droites, mais aussi des dents de scie et des nids d'abeille, le tout en laiton ; les bossettes, couvertes également d'une feuille d'argent, n'ont pas de collerette à leur base ; sur les plaques, le trapèze limitant le champ médian est marqué par un simple filet de laiton ; les petits trapèzes ont disparu, remplacés par une sorte de cercle en laiton et, uniquement sur la contre-plaque, par des sortes de croisillons de même métal. Malgré ces nuances, la ressemblance entre les deux garnitures est remarquable.

286Garniture trouvée avec un scramasax (pl. 58, 4).

87. Tournus (musée de Tournus)

287256 x 132 x 3,5 ; 170 x 83 x 3,5.

288Garniture tout à fait exceptionnelle par sa qualité et ses dimensions (longueur totale : 42,6 cm ; poids estimé à 1,500 kg, la garniture n'ayant pu être pesée avec précision car elle est fixée sur un socle). Nous nous inspirons largement, dans les lignes qui suivent, de la description faite par E. Salin sur la fiche technique de l'objet, rédigée lors de sa restauration au Musée Lorrain de Nancy, en 1952.

289Les plaques sont plaquées d'argent sur quadrillage ; elles offrent de pseudo-réserves, traitées en échelles, de véritables réserves incrustées de laiton, et des incrustations profondes plaquées les unes d'argent, les autres de laiton. Le champ médian est orné de deux motifs de dragons entrelacés (laiton incrusté dans les têtes et dans les appendices, corps en échelle d'argent) séparés par un médaillon (en incrustation profonde, avec une échelle à la périphérie) représentant deux monstres tournants ; la mandibule inférieure de chacun d'eux fait partie du corps de l'autre ; on distingue entre les monstres tournants tantôt un tiret, tantôt une croix. Ce champ est limité par un large encadrement trapézoïdal, "en sarcophage" (incrustations profondes de laiton) orné d'une frise d'éléments de monstres (yeux, mandibules ?, pattes griffues ?). Sur chaque plaque, deux larges rubans, incurvés vers l'arrière (où ils sont limités par un trait de laiton), ornés de cupules losangées (obtenues au poinçon de forme et incrustées de laiton), semblent sortir de dessous le champ médian ; ils se terminent par deux têtes de monstres et constituent ainsi autant de figurations du dragon bicéphale ; plus précisément d'ailleurs, ces têtes en échelles semblent bien se réduire à deux mandibules dont la plus courte se termine par une nouvelle stylisation de tête animale, plus petite et en laiton... Vers l'avant, deux médaillons identiques à celui du champ médian ; dans les intervalles, dragons entrelacés et éléments de monstres de même caractère que ceux du champ médian : deux mandibules, dont la plus longue forme une sorte de crochet, oeil et, parfois, sourcil (une figuration légèrement différente existe de part et d'autre du cham médian : la mandibule la plus longue forme un arc de cercle assez développé).

290Autour de l'encadrement semi-circulaire de l'ardillon, la contre-plaque offre un élément absolument semblable aux encadrements "en sarcophage" ; le même élément existe à la base du bouclier de l'ardillon et de part et d'autre de la boucle, à l'intérieur de cartouches verticaux. Sur chaque plaque, trois bossettes constituées par un axe de fer et une masse de métal plombeux encapuchonnée d'une feuille d'argent relevée à la base en collerette perlée.

291Le bouclier de l'ardillon, très allongé, est orné de deux monstres entrelacés ; sa pointe, très haute, à section ogivale, offre également un décor animalier. La boucle est ceinturée à sa base par un gros fil de laiton perlé courant dans une gorge et fixé aux extrémités. Son décor, séparé en deux registres par une courbe parallèle au bord, est de même nature que celui des plaques ; il est limité, de part et d'autre de l'ardillon, par des hachures transversales en laiton.

292Garniture trouvée avec un scramasax (pl. 58, 8).

88. Mancey (musée de Tournus ; l'ardillon est en dépôt au musée de Mâcon)

29395 x 32 (ardillon) ; 89 x 55 x 2 (fragment de plaque).

  • 214 L'ardillon et le gros fragment de plaque appartiennent à la même garniture, si l'on en croit MARTIN (...)

294Plaque-boucle extrêmement abîmée, dont il ne reste que quelques éléments214 ; on peut cependant présumer qu'il s'agissait d'une garniture de type A (sans écarter totalement l'hypothèse d'un type B, à cause de la largeur inhabituelle de la plaque à l'aplomb des bossettes). Le plus gros fragment de plaque est recouvert d'argent, de part et d'autre d'un bandeau en réserve orné de losanges en laiton (il s'agissait sans doute d'un encadrement trapézoïdal) ; des fils de laiton dessinent des courbes, tandis que les échelles sont soit en argent, soit en laiton ; enfin, les deux bossettes sont pourvues à leur base d'une collerette perlée en laiton. Le petit fragment paraît porter un motif animalier très dégénéré. Quant à l'ardillon, il présente des traces de placage d'argent et des motifs purement géométriques en laiton, en particulier sur sa base.

295Plus encore que le type B, ce type a fourni un pourcentage élevé de pièces de grande qualité. C'est le cas précisément des trois garnitures complètes de notre série : elles font partie des productions les plus remarquables de la damasquinure mérovingienne. La grande garniture no 87, plus particulièrement, est un véritable chef-d'oeuvre, une pièce de tout premier plan, tant par la composition et le choix des motifs décoratifs, que par l'exécution très soignée ; c'est d'ailleurs une pièce unique, pour laquelle le matériel de comparaison fait défaut : le seul rapprochement que nous proposons est notre no 67, garniture de type Berne-Soleure dont le décor, utilisant des motifs animaliers comparables, témoigne également d'une grande maîtrise. Il nous paraît très possible que ces deux pièces soient issues d'un même atelier.

296Les deux autres garnitures, qui proviennent également de Tournus, sont aussi de tout premier plan, sans égaler toutefois la précédente. Leur style présente tant de points communs qu'on peut affirmer qu'elles ont la même origine. Là encore, la seule pièce de comparaison a été trouvée sur place ; il s'agit de la plaque B no 82, qui utilise le même type de motifs animaliers et qui a été produite très certainement par le même atelier.

297Il est remarquable de constater que les seuls points de comparaison avec ces pièces se limitent à la région tournugeoise : les plaques-boucles de Charnay, lieu pourtant éloigné de quelques dizaines de kilomètres seulement de Tournus, présentent des différences de style marquées avec les nôtres (plusieurs ont d'ailleurs des points communs entre elles). Il est évident qu'il faudrait se livrer à un examen précis de tout le matériel concerné, dans l'ensemble du domaine burgonde, qu'il faudrait également avoir des pièces plus nombreuses (beaucoup de sites en recèlent encore) pour conclure de manière plus nette ; cependant, nous nous demandons s'il n'existait pas de multiples ateliers locaux ou artisans isolés (au lieu, comme il a été proposé, de quelques grands centres tels Genève et Lyon), qui auraient été à l'origine de la plupart des productions, y compris les plus belles. Ceci n'exclut pas, bien entendu, la possibilité de ventes lointaines, ou peut-être, plutôt, d'artisans itinérants, ces derniers ayant pu contribuer à renforcer les points communs dans la mode à l'intérieur du domaine burgonde (voir plus haut, le cas de la plaque B de Curtil, no 79).

  • 215 Nous n'en avons pas terminé l'inventaire ; il sera publié en une autre occasion.
  • 216 Les seules plaques à 5 bossettes que l'on peut retenir sont des pièces qui possèdent par ailleurs, (...)
  • 217 Voir la note précédente (Nanteuil-Notre-Dame). Voir aussi certaines pièces publiées par SALIN E. et (...)

298Les garnitures de type A font évidemment partie des pièces caractéristiques du domaine burgonde : on en trouve d'assez nombreux exemplaires en Suisse occidentale, d'une part, dans la plaine de la Saône (et ses bordures), d'autre part215. Précisons cependant ce que nous entendons par garniture de type A : il s'agit de grandes garnitures (plaque et, très souvent, contre-plaque généralement identique) de forme grossièrement trapézoïdale (l'extrémité peut être plus ou moins arrondie) avec contour festonné, placage dominant et décor animalier fréquent, munies de trois et, tout à fait exceptionnellement, de cinq bossettes216. Même s'il s'agit d'un type composite dans ses origines (influence des plaques de type Bülach, Berne-Soleure et B), il a acquis une "personnalité" certaine qui le démarque d'elles, malgré l'existence de pièces "marginales" quelquefois difficiles à classer217. Ces pièces s'expliquent d'ailleurs, comme nous pensons pouvoir le montrer, par l'influence des plaques du domaine burgonde sur le monde extérieur, et non par un mouvement inverse.

  • 218 O.c., p. 50-52.
  • 219 Voir en particulier les fig. 19 et 20, p. 49 de son travail.

299M. Martin218, en tentant de clarifier la question de l'origine de ces plaques, a, selon nous, adopté une définition beaucoup trop large de ce type, ce qui ne lui a pas permis de parvenir sur ce point à des conclusions aussi pertinentes que dans le reste de son étude. Dans son groupe A, il englobe en effet sans distinction toutes les grandes garnitures en fer damasquiné, qu'elles aient trois ou cinq bossettes, qu'elles soient plaquées ou simplement incrustées d'argent, qu'elles aient une forme trapézoïdale simple ou une forme en langue (souvent avec lobe terminal). Il peut donner ainsi de nombreux exemples de pièces hors du domaine burgonde, et croit pouvoir en déduire non seulement que le type A n'est pas caractéristique de ce domaine, mais encore qu'il n'y est pas né, que son origine est à chercher dans le costume de la femme "franque". Cette thèse est fondée sur certaines grandes plaques qualifiées de A, que l'on trouve dans la France du Nord : il s'agit de pièces à cinq bossettes, très allongées, que l'auteur situe dans le niveau 2 de Moosbrugger (notre 1er groupe), car elles sont incrustées (non plaquées) d'argent219 ; cette datation en ferait des plaques A précoces.

  • 220 Souvenons-nous également des remarques de P. Périn concernant le prolongement de la damasquinure mo (...)
  • 221 Voir, par exemple, les ardillons très caractéristiques des plaques-boucles de Nanteuil-Notre-Dame, (...)
  • 222 Voir les garnitures citées à la fin de la note 211 et à la note 212. Comment expliquer que pratique (...)
  • 223 D'autres argments peuvent être encore avancés : si l'impulsion était effectivement venue de la Fran (...)

300Nous ne pensons pas, quant à nous, qu'une telle hypothèse soit défendable, et nous estimons au contraire que si l'influence des plaques de type Bülach sur les plaques A est évidente, ces dernières ont eu un développement original dans la Burgondie, dont elles sont typiques. Tout d'abord, les grandes plaques allongées à cinq bossettes et à décor monochrome ne sont pas, nous semble-t-il, antérieures mais contemporaines de nos plaques A : elles viennent à la suite des plaques de type Bülach, dont elles diffèrent avant tout par leur longueur plus grande qui amène la généralisation des deux bossettes supplémentaires ; elles illustrent en somme cette tendance à l'allongement des plaques, que l'on constate partout dans le courant du VIIème siècle, sans évolution notable du décor toutefois, à l'inverse de ce qui se passe parallèlement dans le domaine burgonde220. D'ailleurs, certaines de ces plaques-boucles présentent des caractères qui sont nettement typiques du 2ème groupe221. La monochromie de la damasquinure ne pourrait-elle être considérée, dans ces conditions, comme une sorte d'archaïsme, en regard d'une mode nouvelle élaborée pendant ce temps dans le domaine burgonde ? En outre, ces plaques-boucles n'ont pas eu la descendance que leur attribue M. Martin, puisqu'elles paraissent bien n'avoir abouti en dernier ressort qu'à ces grandes pièces plaquées ayant gardé la forme en langue avec lobe terminal (elles n'ont donc pas pris de forme propre, comme les vraies plaques A) et adoptant un contour festonné qui n'a aucun rapport avec leur décor très "dégénéré", le plus souvent d'une grande médiocrité222. sont bien ces plaques-là qui sont inspirées, très maladroitement le plus souvent, des plaques A, ces dernières étant naturellement originaires du domaine burgonde223.

  • 224 Par exemple, la grande garniture de Réville (Manche) : SCUVEE F., o.c., fig. 30.

301Nous estimons donc que les garnitures de type A constituent un groupe bien caractérisé, né dans le domaine burgonde, où il a apporté une réponse originale aux tendances générales de la mode (allongement des plaques), la qualité souvent exceptionnelle des productions ayant suscité des imitations dans d'autres régions, en particulier dans la France du Nord et de l'Ouest224. En d'autres termes, il semble donc que les ateliers de Burgondie, venus tardivement à la damasquinure en imitant les productions du Bassin parisien (voir, plus haut, la discussion à propos des plaques-boucles "circulaires" damasquinées), en aient rapidement maîtrisé la technique, ce qui leur a permis de devenir eux-mêmes des créateurs auxquels on doit de véritables chefs-d'oeuvre qui leur ont valu d'être copiés à leur tour par les artisans des autres régions.

2.2.3. PLAQUES-BOUCLES NON DAMASQUINEES

302Elles sont dépourvues de décor, sauf cas exceptionnel (no 95, 114 et 115, ou l'on a quelques traits gravés sur la boucle). Les bossettes jouent de ce fait un rôle ornemental plus important, ce qui explique qu'elles soient souvent en alliage de cuivre (contraste de couleurs). Quant aux formes, on retrouve à peu près celles des pièces damasquinées, dont elles sont d'ailleurs contemporaines, comme le montrent les cartes de répartition (pl. 50 et 51). La nouveauté principale réside dans l'apparition de plaques à cinq bossettes.

2.2.3.1. Plaques de forme "circulaire"

89. Curtil 124 (musée de Chalon)

30367 x 49 x 1.

304Très mauvais état ; plaque très mince ayant perdu ses bossettes. Base de l'ardillon arrondie.

90. Curtil 9 (musée de Chalon)

30595 x 65 x 1,5.

306Grosse plaque d'épaisseur très régulière, bien conservée ; ardillon à base remarquablement grosse et circulaire ; trois orifices ronds pour les bossettes.

91. Curtil 297 (musée de Chalon)

307107 x 76 x 1,5.

308Grosse plaque avec trois bossettes de fer assez rapprochées les unes des autres ; ardillon à pointe effilée et base arrondie fixée par un rivet.

92. Curtil 24 (musée de Chalon)

30965 x 54 x 1.

310Pas de trace des bossettes ; base d'ardillon petite et circulaire.

93. Curtil 108 (musée de Chalon)

31177 x 53 x 0,5.

312Plaque très mince, percée (oxydation), ayant perdu ses bossettes ; l'articulation a été réparée tant bien que mal : on a rapporté une pièce de tôle qui se replie au revers ; l'ardillon n'est sans doute pas d'origine ; sa forme rappelle celle des ardillons des boucles de bronze.

94. Curtil 257 (musée de Chalon)

31368 x 54 x 1.

314Les orifices des bossettes sont grossièrement rectangulaires ; l'ardillon est une simple tige de fer s'enroulant autour de la traverse de la boucle. (Réparation très probable).

95. Curtil 40 (musée de Chalon)

31550 x 31 x 4.

316Trouvée avec la plaque no 110 ; a pu servir à fermer l'aumônière ou à suspendre le scramasax que renfermait cette tombe. Plaque très épaisse, sans bossette ; ardillon de petite taille, à base circulaire ; boucle ornée de hachures incisées.

96. Saint-Clément 32 (musée de Mont-Saint-Vincent)

31789 x 60 x 1,5.

318Trouvée avec la plaque dorsale damasquinée no 59. Boucle cassée ; ardillon perdu ; plaque présentant deux petites échancrures en arc de cercle, à l'avant ; trois grosses bossettes en alliage de cuivre, à base hachurée, avec axe se terminant en tenon perforé, au revers.

97. Curtil 387 (musée de Chalon)

31993 x 62 x 1.

320Boucle incomplète, ainsi que l'ardillon, qui n'est sans doute pas d'origine (simple tige de fer repliée autour de la boucle) ; l'originalité tient à la présence de trois grosses bossettes identiques, en alliage de cuivre, d'un type très particulier : forme de larme avec bourrelets superposés, celui de base étant hachuré.

98. Saint-Clément 77 (musée de Mont-Saint-Vincent)

32127 x 25 x 2 ; 30 x 25 x 1,5.

322Petite plaque ronde assez épaisse munie de trois bossettes (une disparue) ; petite plaque (dorsale ?) rectangulaire à quatre bossettes ; étaient accompagnées d'une boucle ovale beaucoup plus grande, incrustée de hachures d'argent (tombe renfermant les corps de deux enfants).

99. Curtil 314 (musée de Chalon)

32373 x 65 x 1,5.

324Grande plaque (dépourvue de boucle et d'ardillon) très oxydée, sans doute circulaire à l'origine ; il pourrait subsister toutefois des restes d'une bossette curieusement placée pour une telle plaque-boucle.

325Ces plaques sont relativement nombreuses, surtout comparées aux garnitures damasquinées de même forme. Plus encore que ces dernières, elles sont précoces à Curtil (nous en avons tiré argument plus haut pour avancer l'hypothèse d'une apparition tardive de la damasquinure dans nos régions) : la carte de répartition des découvertes dans cette nécropole (pl. 50) montre nettement leur groupement à l'intérieur ou aux abords de la zone la plus ancienne. Il est donc certain qu'une partie au moins de ces pièces date du niveau III de K. Böhner (525-600) et il peut être intéressant de remarquer qu'il s'agit en gros des plus petites (si l'on met à part, toutefois, le no 95 qui n'est peut-être pas, du reste, une garniture de ceinture) : no 93, 89, 94, 92. La plaque-boucle no 93 (tombe 100) paraît la plus ancienne car elle a été trouvée au coeur de la partie la plus précoce du cimetière et parce que, de surcroît, elle présente un ardillon de petite taille rappelant fort ceux des boucles de bronze du niveau III.

326Il ne faudrait cependant pas en déduire que toutes les plaques-boucles circulaires sont du niveau III. Même si la vogue en a nettement décru par rapport à d'autres types (la comparaison des deux cartes de répartition des plaques-boucles de Curtil est éloquente à ce sujet), on en trouve encore en plein VIIème siècle ; il est remarquable d'ailleurs de constater que les dimensions se sont accrues (adaptation à la nouvelle mode), comme en témoignent les no 91 et 90, cette dernière pièce provenant d'ailleurs de la partie la plus tardive du site.

  • 225 Revue historique ardennaise, no 5, 1971, pl. IX.
  • 226 Nous l'avons vue au Musée de Fribourg (exposition de 1977).
  • 227 Pièce inédite.

327En ce qui concerne les plaques-boucles de Saint-Clément (96 et 98), elles ont été trouvées toutes deux en compagnie de pièces à damasquinure monochrome, ce qui ne les situerait sans doute pas avant 600. Il faut préciser cependant que les conditions de la découverte de la plaque no 98 sont telles (tombe très abîmée, contenant deux corps) que la chronologie ne peut en être assurée. Cette petite plaque est d'ailleurs intéressante par le fait qu'elle avait été fabriquée spécialement pour un enfant : des objets identiques ont été trouvés à Fagnon (Ardennes)225, Vuippens-La Palaz (Suise)226 et Velars-sur-Ouche (Côte d'Or)227. Autre pièce remarquable, la plaque-boucle no 97 avec ses bossettes très originales.

2.2.3.2. Plaques de forme rectangulaire

100. Mancey (musée de Tournus)

328135 x 75 x 2.

329Boucle incomplète ; ardillon à base arrondie assez petite ; plaque très légèrement arquée ; bossettes en alliage de cuivre, avec base hachurée et axe perforé pour fixation à la ceinture.

101. Mancey (musée de Tournus)

330123 x 65 x 2.

  • 228 Voir MARTIN J., "Nouvelles découvertes...", pl. X, 2.

331Plaque-boucle très oxydée ; boucle rectangulaire, plate, très petite comparativement à la plaque ; ardillon à base large, arrondie, munie d'un rivet ; plaque légèrement arquée, très vraisemblablement rectangulaire à l'origine, portant encore deux petites bossettes en fer. (Dans la même tombe se trouvait une plaque-boucle circulaire, en fer ; il n'en reste que des débris et nous n'avons pas pu la dessiner)228.

102. Curtil 372 (musée de Chalon)

332124 x 52 x 1,5.

333Boucle rectangulaire ; ardillon à base arrondie, de taille modeste, munie d'un rivet d'articulation ; plaque très oxydée, mince, présentant quatre emplacements de bossettes ; une seule est conservée, d'ailleurs à l'avant de l'emplacement prévu (réparation) ; elle est en alliage de cuivre et de grande taille. (Dessin d'après J. Ajot).

334Il semble qu'on puisse assimiler ces plaques-boucles au type B, bien qu'elles ne soient pas damasquinées, tant leurs autres caractères sont proches. La boucle rectangulaire (no 101 et 102) se rencontre dans le type B damasquiné, plus fréquemment d'ailleurs en Suisse que chez nous.

2.2.3.3. Plaques de forme trapézoïdale, se terminant généralement en queue d'hirondelle

103. Curtil 19 (musée de Chalon)

335124 x 63 x 1,5.

336De l'ardillon ne subsiste qu'une partie du rivet d'articulation ; la plaque, légèrement arquée, porte trois bossettes en alliage de cuivre à base hachurée ; elles sont de taille différente et se prolongent au revers par un tenon perforé.

104. Curtil 8 (musée de Chalon)

337119 x 56 x 1,5 ; 50 x 49 x 2.

338Ardillon à base arrondie ; une bossette en alliage de cuivre conservée sur la plaque. La plaque dorsale n'est pas assortie : carrée, épaisse, elle est pourvue de quatre petites bossettes en fer.

105. Curtil 175 (musée de Chalon)

339131 x 69 x 1,5.

340Plaque-boucle complète, à l'exception des bossettes (orifices arrondis) et du rivet d'articulation de l'ardillon.

106. Curtil 293 (musée de Chalon)

34189 x 42 x 1,5.

342Plaque incomplète avec deux orifices de bossettes, circulaires et de grande taille. (Dessin d'après J. Ajot).

107. Mancey (musée de Tournus)

34367 x 43 x 1,5.

344Contre-plaque avec une bossette en alliage de cuivre, très usée ; un orifice en rectangle étroit.

108. Curtil 292 (musée de Chalon)

345111 x 59 x 1,5.

346Plaque-boucle d'un type particulier : la plaque, aux bords biseautés, a un contour très mouvementé avec lobes bien marqués au niveau des bossettes (disparues), en particulier à l'extrémité ; la boucle, ovale, est relativement haute, avec profil droit se terminant vers le haut en méplat ; ardillon constitué d'une simple tige de fer s'enroulant autour de la boucle.

109. Curtil 46 (musée de Chalon)

347129 x 63 x 1.

348Plaque très mince, en particulier à son extrémité qui a fort bien pu être en queue d'hirondelle à l'origine ; les bossettes, assez petites, sont en fer.

110. Curtil 40 (musée de Chalon)

349116 x 47 x 1,5.

350Etait accompagnée d'une petite plaque-boucle circulaire (no 95). Très mauvais état : boucle disparue, ardillon brisé à base arrondie, plaque incomplète ; l'originalité réside dans la nature des bossettes : tronconiques, côtelées, elles présentent une perforation axiale (à la manière d'une perle...) et sont rivées à la plaque ; elles sont faites d'un métal non ferreux très oxydé.

111. Curtil 281 (musée de Chalon)

351147 x 52 x 1.

352Plaque très allongée, très mince, avec orifices de bossettes arrondis ; ardillon muni d'un petit rivet ; boucle de nature complètement différente : en bronze, légèrement côtelée, avec un bourrelet de chaque côté du repos de l'ardillon.

112. Curtil 217 (musée de Chalon)

353102 x 49 x 1,5.

354De cette plaque-boucle ne subsistent que la plaque, très oxydée, et de tout petits fragments de la boucle et de l'ardillon.

355La plupart de ces plaques-boucles sont des répliques exactes des pièces damasquinées dont elles paraissent bien contemporaines. Les plus intéressantes sont le no 111 (réassortiment avec une boucle de bronze), le no 110 (bossettes très particulières) et le no 108, dont le style rappelle des pièces de bronze (son pourtour très mouvementé et son lieu de découverte dans la nécropole de Curtil tendraient à en faire une pièce tardive).

2.2.3.4. Plaques en forme de langue

356Comme pour les garnitures damasquinées, certaines offrent un lobe saillant à leur extrémité ; étant donné le faible nombre d'exemplaires de cette catégorie, nous avons réuni des pièces finalement assez variées.

113. Curtil 260 (musée de Chalon)

357110 x 54 x 1,5.

358Plaque-boucle sans ardillon et sans bossette (orifices rectangulaires) ; le contour paraît avoir été festonné à l'origine ; l'articulation a été réparée par adjonction d'une patte rivée (dessin d'après J. Ajot).

114. Curtil 232 (musée de Chalon)

35987 x 39 x 1,5.

360Trouvée dans la même tombe que la petite plaque carrée en bronze, no 29. Plaque étroite et allongée au contour festonné ; petites bossettes en fer ; boucle ovale portant trois traits transversaux incisés ; ardillon à base assez étroite et allongée.

115. Saint-Clément 41 (musée de Mont-Saint-Vincent)

361139 x 59 x 1,5.

362Grande plaque-boucle en assez bon état ; sur la plaque, trois bossettes hémisphériques à base hachurée, en alliage de cuivre ; elles sont de grande taille, surtout la plus éloignée de la boucle qui repose sur un appendice arrondi nettement proéminent ; la boucle, ovale, est ornée de groupes de trois stries transversales ; l'ardillon a une base large.

116. Mancey (musée de Tournus)

363146 x 58 x 2.

364Plaque assez abîmée qui semble avoir eu une extrémité en lobe saillant, comme le cas précédent ; les deux bossettes avant sont en alliage de cuivre, avec base hachurée (usure assez prononcée) ; la bossette arrière, elle, est en fer ; la boucle, incomplète, est assez petite ; l'ardillon a disparu.

365Une pièce très médiocre (no 116), d'autres assez soignées, comme le no 115. Cette dernière rappelle très nettement les plaques damasquinées avec lobe terminal, alors que la plaque de Mancey manifeste un allongement déjà très marqué. Le contour festonné, la forme étroite et allongée de la plaque no 114 rappellent nettement le type Berne-Soleure ; il s'agit donc vraisemblablement d'une pièce tardive. Cela est moins sûr pour le no 113, de forme plus massive.

2.2.3.5. Grandes plaques à cinq bossettes

117. Curtil 177 (musée de Chalon)

366139 x 70 x 1,5.

367Grande plaque arquée avec trois bossettes (et deux orifices rectangulaires) à base hachurée, en alliage de cuivre ; elle présente des lobes arrondis au niveau de ces bossettes ; boucle et ardillon sont très minces.

118. Curtil 195 (musée de Chalon)

368134 x 62 x 1.

369Plaque très arquée et mince ; quatre bossettes (une cinquième devait exister à l'extrémité) en alliage de cuivre, à base guillochée ; elles sont très usées, surtout l'une d'entre elles ; ardillon disparu.

119. Saint-Clément 51 (musée de Mont-Saint-Vincent)

370124 x 52 x 1.

371Plaque allongée au contour arrondi et au profil légèrement arqué ; trois bossettes à base guillochée, en alliage de cuivre ; dans les intervalles, deux petits rivets de même métal, purement ornementaux, tiennent lieu de bossettes ; supplémentaires ; petite boucle ovale ; ardillon perdu.

120. Curtil (musée de Chalon)

372136 x 63 x 1.

373Plaque-boucle provenant d'une tombe malheureusement inconnue ; très allongée, elle présente cinq trous de bossettes arrondis ; ardillon disparu.

374Il est intéressant de constater que ce type à cinq bossettes, bien représenté dans d'autres régions (France du Nord), n'a pu s'imposer chez nous que dans le groupe des plaques non damasquinées ; encore convient-il de remarquer qu'elles sont peu nombreuses et que l'une d'elles, celle de Saint-Clément (no 119), n'adhère pas totalement à cette mode. Nous avons déjà parlé de ce type de plaques précédemment (à propos des garnitures de type A) ; rappelons que l'apparition des deux bossettes supplémentaires paraît aller fréquemment de pair avec l'allongement des plaques et qu'il pourrait donc s'agir de pièces tardives : les deux exemplaires de Curtil que l'on peut situer sur le plan de la nécropole (pl. 51) voisinent du reste avec des garnitures damasquinées du deuxième groupe.

2.2.3.6. Plaques-boucles incomplètes

375Ce sont des pièces trop mutilées pour que leur forme soit reconnaissable avec précision.

121. Curtil 296 (musée de Chalon)

37669 x 63 x 1.

377Boucle ovale avec ardillon à base assez petite ; fragment de plaque (très oxydé) ; les bossettes devaient être en alliage de cuivre (une bossette isolée conservée).

122. Curtil (musée de Chalon)

37884 x 54 x 1,5.

379Numéro de tombe inconnu ; boucle ovale, assez haute, avec ardillon tout simple (tige de fer) ; deux emplacements de bossettes, grands et rectangulaires ; plaque circulaire à l'origine ? (Dessin d'après J. Ajot).

123. Mancey (musée de Tournus)

38082 x 71 x 1,5.

  • 229 Id., "Sépultures barbares...", pl. III, 11.

381L'ardillon, égaré, a été figuré d'après J. Martin229 ; boucle de grande taille, rectangulaire, plate.

124. Saint-Clément 61 (musée de Mont-Saint-Vincent)

382100 x 55 x 1.

383Ni boucle, ni ardillon ; plaque très mince, incomplète, dont la forme a pu être trapézoïdale ; deux trous de bossettes.

125. Curtil (musée de Chalon)

38473 x 47 x 1,5.

385Numéro de tombe inconnu ; plaque très abîmée avec une bossette à base guillochée, en alliage de cuivre. (Dessin d'après J. Ajot).

126. Curtil 134 (musée de Chalon)

38684 x 59 x 1,5.

387Si cette plaque provient bien de la tombe 134, elle accompagnait la garniture no 54 ; plaque très abîmée avec emplacement de deux bossettes ; extrémité lobée ? (Dessin d'après J. Ajot).

2.2.3.7. Plaques dorsales

127. Mancey (musée de Tournus)

38860 x 48 x 1,5.

389Légèrement rectangulaire ; bossettes à base guillochée, en alliage de cuivre.

128. Curtil 304 (musée de Chalon)

39053 x 52 x 1,5.

391Complétait la plaque-boucle damasquinée no 45 ; carrée, avec bossettes en fer ; n'a jamais porté de damasquinure.

129. Curtil 129 (musée de Chalon)

39251 x 51 x 1,5.

393Complétait la garniture damasquinée no 38 ; carrée, avec bossettes en alliage de cuivre à base guillochée (sauf une) ; n'a jamais porté de damasquinure.

CONCLUSION. QUELQUES REMARQUES SUR LE PORT DES GARNITURES DE CEINTURE

394Ce catalogue des garnitures de ceinture de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise nous a donné l'occasion d'exprimer chemin faisant un certain nombre d'observations. L'importance de ce type d'objet est telle dans cette région - il s'agit souvent du seul mobilier funéraire -, que nous serons amené à y revenir dans la suite pour éclairer plusieurs points, par exemple sur le plan économique et social ou dans le domaine des croyances. Nous nous limiterons pour le moment à quelques considérations sur une question particulière : le port des garnitures de ceinture.

  • 230 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c. (Gürtelbeschläge) et MARTIN M., o.c. (Bemerkungen). La question pourra êtr (...)
  • 231 Les déterminations du sexe sont fondées soit sur l'examen anthropologique (Saint-Clément, Curtil), (...)

395Nous rappelerons d'abord, pour mémoire, que R. Moosbrugger pensait que les plaques de type D étaient portées par les descendants des Gallo-Romains, les plaques A et B par les descendants des Burgondes et les plaques C par les Alamans. Cette hypothèse, contredite par de nombreux faits, a été critiquée de manière très convaincante par M. Martin et nous ne nous y arrêterons donc pas230. Sur un autre plan, R. Moosbrugger et M. Martin sont d'accord pour affirmer que les plaques A et B font partie du costume féminin, tandis que les garnitures de type C seraient masculines. Les découvertes régionales nous donnent l'occasion de nuancer ces affirmations, comme le montre le tableau suivant231 :

Type de plaque-boucle

Homme

Femme

Enfant

TOTAL

A………………………………

2 (3 ?)

-

-

3

B………………………………

2 (4 ?)

3 (4 ?)

-

8

D (hippogriffe)………………..

1

-

1

2

Aquitain et dérivé……………..

-

3 (4 ?)

-

4

"Circulaire" (bronze ou fer)

7 (8 ?)

3

3

14

Bülach…………………………

16 (18 ?)

4

3

25

Berne-Soleure…………………

5

-

2

7

TOTAL

33 (39 ?)

13 (15 ?)

9

  • 232 Voir l'article de C. MASSET cité à la note 360.
  • 233 Il y a un doute pour le no 80. Le fouilleur n'est pas absolument clair (MARTIN J., "Sépultures barb (...)
  • 234 Les femmes auraient-elles moins porté de plaques-boucles que les hommes ?... cela nous paraît peu v (...)
  • 235 Mancey (garniture no 37) et Curtil tombe 134 et 317 (no 54 et 55 ; une femme et, peut-être, un homm (...)
  • 236 Voir, en particulier, ce que nous avons dit plus haut à propos de la plaque à l'hippogriffe no 6, p (...)

396De telles statistiques présentent des faiblesses évidentes : par exemple, la détermination du sexe à l'aide des ossements connaît des limites232 ; quant aux déterminations par le mobilier, elles sont rarement possibles et tendent à privilégier le repérage des sépultures masculines (présence d'une arme) par rapport aux féminines qui n'ont bien souvent aucun mobilier autre qu'une plaque-boucle (rareté des bijoux dans cette région) : c'est ainsi que nous ne savons rien sur le contexte de découverte de la plupart des plaques B du Tournugeois (car elles ont été sans doute découvertes seules ; elles peuvent être féminines, mais on ne le saura jamais), sauf deux (no 80 et 83) qui auraient été trouvées avec un scramasax233. Ce fait contribue certainement à expliquer le déséquilibre des découvertes en faveur des hommes ; mais il ne peut cependant pas justifier à lui seul une différence aussi importante234. Enfin, la présence d'une plaque-boucle dans une sépulture ne signifie pas obligatoirement qu'elle a été portée pendant sa vie par la personne dont elle accompagne le corps : dans deux cas, même, si l'on en croit les fouilleurs, les éléments composant une garniture ont été trouvés à l'intérieur de deux tombes différentes235 ; dans d'autres cas, une plaque, hors d'usage parfois, a été déposée sur le corps, dans la tombe236.

397Malgré ces restrictions, on peut remarquer les points suivants :

  • Les plaques C ("circulaires", types Bülach et Berne-Soleure) sont bien essentiellement masculines, mais se trouvent parfois dans des tombes féminines.

  • Les plaques de type aquitain paraissent féminines (série trop peu importante).

  • Les plaques B sont effectivement portées par des femmes, mais il y aurait plusieurs exceptions (no 78, 83 et peut-être 32 et 80).

    • 237 MARTIN J., "Sépultures barbares", p. 333. Rappelons que le no 85 a été trouvé avec un coutelas (pl. (...)

    Si l'on en croit J. Martin, les garnitures de type A auraient été trouvées dans des tombes masculines, et non pas féminines237, ce qui va totalement à l'encontre des observations antérieures.

  • 238 Beaucoup d'auteurs anciens parlent d'ailleurs systématiquement de plaques de baudrier pour qualifie (...)
  • 239 Ce n'est d'ailleurs pas le cas d'un certain nombre d'autres plaques portant un médaillon du même ge (...)
  • 240 Voir pl. 56, B. Dans la même tombe, on a découvert encore des "débris de fer rouillé" (voir notice (...)

398On voit qu'il faut être prudent et ne pas attribuer trop systématiquement telle catégorie de plaques-boucles à tel sexe. De même, et en liaison avec cela, nous nous demandons si quelques-unes des grandes garnitures n'auraient pas été fixées sur un baudrier, et non sur une ceinture238. Les observations in situ manquent malheureusement, mais quelques détails "techniques" peuvent constituer des arguments dans ce sens : sans parler de la courbure, ou plutôt de la quasi absence de courbure de certaines grandes pièces, il faut remarquer que le motif figuré d'une plaque comme celle à l'orant (no 11) ou la plaque B no 83 (Mancey) se "lit" lorsqu'elle est placée verticalement (l'une avec la boucle en haut, et l'autre en bas, du reste) et non horizontalement. On peut répondre que l'orant s'inscrit mieux longitudinalement, mais que dire de la pièce de Mancey ? Aucune raison esthétique ne peut justifier une telle position du médaillon central et l'on doit supposer que la plaque était portée verticalement, boucle en bas239. Ajoutons encore que, dans la tombe de Saint-Clément contenant la plaque à l'orant, se trouvait également une boucle (de ceinture ?)240, et, surtout, que le porteur de la plaque-boucle no 83 était un homme inhumé avec scramasax et couteau.

Notes

1 ZEISS H., "Studien zu den Grabfunden aus dem Burgundenreich an der Rhône", Sitzungsberichte der Bayerische Akademie der Wissensehaften, 1938, 7.

2 BOUFFARD P., Nécropoles burgondes de la Suisse. Les garnitures de ceinture. Thèse, Genève-Nyon, 1945.

3 WERNER J., Das alamannische Gräberfeld von Bülach, Bâle, 1953 (Monographien zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz).

4 BÖHNER K., Die Fränkischen Altertümer des Trierer Landes, Berlin, 1958.

5 MOOSBRUGGER-LEU R., Die frühmittelalterlichen Gürtelbeschläge der Schweiz, Bâle, 1967 (Monographien zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz).

6 MARTIN M., "Bemerkungen zu den frühmittelalterlichen Gürtelbeschlagen der Westschweiz", Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 28, 1971, p. 29-58.

7 AMENT H., "Chronologische Untersuchungen an fränkischen Gräberfeldern der jüngeren Merowingerzeit im Rheinland", Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 57, 1976, p. 285-336 ; AMENT H., "Zur archäologischen Periodisierung der Merowingerzeit, Germania, 55, 1977, p. 133-140.

8 Nous préférons cette expression à celle de "stratigraphie horizontale" employée par la quasi-totalité des auteurs de langue allemande ("Horizontalstratigraphie") ; cette formule nous a toujours choqué et nous sommes heureux de constater que H. AMENT, de son côté, a eu la même réaction : il parle de "Belegungschronologie" (o.c., 1976, p. 286, note 6).

9 Citons simplement les noms de B. Salin, C. Barrière-Flavy, W. Deonna, W. Holmqvist, N. Aberg, H. Kühn, E. Salin, A. France-Lanord, J. Werner (Augsbourg), B. Trenteseau, P. Périn.

10 LORREN C., Fibules et plaques-boucles en Normandie. Contribution à l'étude du peuplement, des échanges et des influences, de la fin du Verne au début du VIIIème siècle, Caen, 1976 (thèse de troisième cycle, inédite).

11 JAMES E., The Merovingian Archaeology of South-West Gaul, Oxford, 1977 (B.A.R. Supplementary Sériés, 25).

12 Quelques exemples : le type A a été ainsi appelé par Zeiss, qui voyait là les plaques les plus précoces, alors qu'on a montré depuis qu'elles sont les plus tardives ; le type C regroupe des pièces très nombreuses et très variées : il doit donc être fractionné ; à l'inverse des trois autres types, qui recouvrent toutes les plaques-boucles de fer, le type D ne concerne qu'une catégorie bien particulière (les plaques rectangulaires) de plaques-boucles en bronze finalement assez peu répandues dans le monde mérovingien, sauf dans nos régions. N'oublions pas, cependant, que cette classification a été établie pour le domaine burgonde et qu'elle ne prétend pas avoir de valeur générale (cf. pl. 62).

13 Nous espérons ainsi apporter un début de réponse au voeu exprimé par Max MARTIN ("Bemerkungen"..., p. 52) souhaitant de nouvelles publications sur l'archéologie mérovingienne dans le domaine burgonde.

14 Nous avons consacré un temps très long à ce travail de dessin ; aussi, on voudra bien nous excuser d'avoir employé deux "techniques" pour les plaques damasquinées : quand il s'agissait de simples incrustations avec placage peu étendu (ou en mauvais état, par exemple avec quadrillage de fond très visible) nous avons figuré l'argent (et le laiton, éventuellement) en noir, le fer restant donc en blanc ; par contre, nous sommes plus proche de la réalité quand nous noircissons le fer pour laisser ressortir en blanc l'argent et le laiton sur les pièces où le placage est prédominant. La "technique" employée est d'ailleurs signalée sur chaque planche par un carré blanc ou noir indiquant la façon dont l'argent (Ag) est figuré. Nous avons eu toutes les pièces en main, sauf quelques plaques de Curtil (dessins d'après J. Ajot) et la plaque de Sancé (no 10) que nous avons dessinée d'après photographie.

15 C'est le cas, par exemple, de la très belle plaque à l'hippogriffe provenant de Chevagny (no 9) pourtant publiée dans une revue relativement lue : Les Annales de l'Académie de Mâcon (voir notice de Chevagny-sur-Guye).

16 MARTIN J., "Sépultures barbares sous dalles brutes des environs de Tournus", A.A. Mâcon, t. II, 3ème série, 1897, p. 317-343, et "Nouvelles découvertes de sépultures barbares aux environs de Tournus", A.A. Mâcon, t. VII, 3ème série, 1902, p. 205-217. Des garnitures comme celles qui portent les no 80 et 81 (Mancey) dans notre catalogue ne présentaient alors que quelques traces de damasquinure difficiles, voire impossibles à identifier correctement ; la restauration en permet maintenant une analyse beaucoup plus poussée. Il serait facile de multiplier les exemples ; retenons-en simplement un encore : l'hippogriffe bien reconnaissable aujourd'hui sur le médaillon central de la plaque no 83 avait été assimilé par J. Martin à "un buste humain dont les bras sont levés, et la tête coiffée d'une bande rectangulaire sur laquelle est tracée une sorte de croix ansée" ("Nouvelles découvertes. p. 215).

17 Nous en avons trouvé des traces sur une plaque (inédite à ce jour) lors de nos fouilles d'Argilly (Côte d'Or).

18 BARRIERE-FLAVY C., Les arts industriels des peuples barbares de la Gaule du Vème au VIIIème siècle, Toulouse-Paris, 1901, p. 140, et fig. 50.

19 LORREN C., o.c., p. 339.

20 Id., Ibid., p. 642 (typologie établie pour les plaques-boucles en fer).

21 KÜHN H., "Die Christus-Schnallen der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 23, 1970-1973, p. 38, no 32.

22 ARONOVICI-MARTIN Cl., Les Mérovingiens au Musée de Dijon, collections mérovingiennes du Musée Archéologique, Dijon, 1977, pl. 33, 3.

23 Id., Ibid., pl. 33, 1.

24 SCHEURER F. et LABLOTIER A., Fouilles du cimetière barbare de Bourogne, Paris-Nancy, 1913, pl. XVI, A. Il s'agit d'une boucle du type de nos no 27 et 28.

25 Un exemple à Zemmer (Allemagne), à la fois sur la boucle et sur l'ardillon, où le motif entoure un masque humain (K. BÖHNER, o.c., pl. 37, 1) ; également, sur bouclier d'ardillon, à Conneré (Sarthe) et dans la collection Febvre (Musée des Antiquités Nationales, provenance inconnue, et non pas Saône-et-Loire comme l'affirme imprudemment Barrière-Flavy) : cf. BARRIERE-FLAVY, o.c., pl. XLII, 5 et XLVIII, 8. Le motif de cette dernière est identique à celui de Zemmer ; on le retrouve également sur des boucliers d'ardillon de Pray (Loir-et-Cher) (KÜHN, o.c., p. 36, 24 b) et du musée de Lyon : SALIN E., La civilisation mérovingienne, quatrième partie, Paris, 1959, p. 266 (l'auteur présente d'autres exemples du monstre bicéphale à la même page, et p. 245). Cette association étroite d'une tête humaine et d'un animal (serpent ?) à deux têtes (qui se retrouve, soulignons-le, sur notre plaque no 1) a été interprétée comme une dégénérescence de la barque portant la tête du soleil, par W. DEONNA ("Le soleil dans les armoiries de la ville de Genève", Revue de l'Histoire des Religions, t. LXXII, 1915, no 1-2, p. 25). Nous proposerions, quant à nous, de la rapprocher de certaines figurations chrétiennes que l'on trouve en Bourgogne du Sud, sur des chapiteaux des églises romanes de Gourdon et Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire) : un homme tient dans ses mains levées deux serpents dont les têtes sont ainsi près de ses oreilles (parole divine ou propos tentateurs ?...) ; cf. LA PHYSIOPHILE (H. PARRIAT, Gourdon, Montceau, 1972, p. 23-24.

26 Plusieurs études récentes ont été consacrées à ce type de plaques : KÜHN H., o.c., (Christus-Schnallen). PERIN P., "Six plaques-boucles mérovingiennes de bronze à plaque ronde ornée d'un masque humain et de motifs géométriques du musée Carnavalet", Bulletin du groupement archéologique de Seine-et-Marne, no 14-15, 1973-1974, p. 71-97.
GAILLARD H., "Une plaque-boucle mérovingienne de bronze ornée d'un masque humain", Phys. Montceau, no 85, décembre 1976, p. 35-38.

27 C'est le cas en particulier des plaques avec masque humain, dont les principaux ateliers de production se trouvaient manifestement dans le centre et l'Ouest du Bassin parisien, comme le montrent les cartes dressées par H. KÜHN et P. PERIN (voir la note précédente) et, en dernier lieu, par C. LORREN, o.c., p. 379.

28 LORREN C., o.c., pl. XVIII.

29 Id., Ibid., p. 342.

30 Ceci a été bien démontré par R. MOOSBRUGGER (o.c.), en particulier p. 145 ; le figure 26 reproduit la plaque-boucle romaine tardive d'Argelliers (Aude), très convaincante.

31 MARTIN J., "Nouvelles découvertes...", pl. IX, no 3.

32 Il est impossible de citer tous les auteurs qui ont abordé la question. Le travail fondamental est celui de KÜHN H., "Die germanischen Greifenschnallen der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 9, 1934, p. 77-105. Parmi les autres chercheurs, citons H. Zeiss, E. Salin et, récemment, J. Werner.

33 C’est le cas en particulier de H. ZEISS, Die Grabfunde aus dem spanischen Westgotenreich, Berlin et Leipzig, 1934.

34 KÜHN H., o.c. (Greifenschnallen), p. 86, insiste sur la présence fréquente de griffes et d’un bec ; voir par exemple nos no 5, 6 et 8.

35 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c., p. 122. Opposer les chevaux qui seraient représentés en marche, et dont les quatre pattes apparaîtraient toujours de ce fait, aux griffons figurés en position accroupie et dont deux pattes seraient masquées pour cette raison, nous semble très discutable.

36 Dans certains cas, on a cru reconnaître, à la place de l'aile, un oiseau posé sur le dos de l'animal : cf. SALIN E., Le Haut Moyen Age en Lorraine, Paris, 1939, p. 130-131 ; une plaque pratiquement identique à celle de Picardie qu'étudie E. Salin se trouve dans la collection Diergardt : cf. WERNER J., "Die Ausgrabungen in St-Ulrich und Afra in Augsburg", Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 23, 1977, pl. 90, 3. (La ressemblance entre les deux pièces est vraiment remarquable). L'hypothèse d'une bride au vent a été aussi avancée. Il existe en tout cas des pièces où l'aile est très clairement figurée : nous en avons trouvé une, très belle, à Argilly (Côte d'Or), en 1978 (elle est encore inédite).

37 Il est remarquable en effet de constater qu'au-delà d'une impression générale de monotonie (parce que les thèmes artistiques à la mode sont assez peu nombreux), l'artisanat mérovingien ne produit pratiquement jamais deux pièces identiques ; le cas signalé à la note précédente est d'autant plus intéressant qu'il est rarissime (voir la note 43).

38 Voir par exemple à ce sujet SALIN E., o.c., 4ème partie, p. 148 et p. 164-166.

39 La rosace à 6 branches évoque en effet le chrisme. Sur les "marques au fer rouge" : KLUMBACH H., "Pferde mit Brandmarken", Festschrift des RGZ-Museums, 3, 1952 (cité par MOOSBRUGGER R., o.c., p. 122). Sur les symboles solaires dérivés de la roue : DEONNA W., o.c., en particulier la figure 20 de la p. 43. Même si l'on ne suit pas cet auteur dans toutes ses conclusions, il nous semble difficile de voir dans ces motifs géométriques (rosaces, cercles ponctués...) des éléments purement ornementaux dénués de tout sens symbolique (voir encore notre plaque-boucle no 15, couverte de cercles ponctués).

40 KÜHN H., o.c., pl. 35, no 39.

41 Id., ibid., pl. 39, no 70.

42 BOUFFARD P., o.c., pl. XXII, 2.

43 SURIGNY A. de, "Agrafes chrétiennes mérovingiennes", M.S.H.A. Chalon, t. III, 1851-1853, pl. 18, 2. Les trois pièces présentent d'ailleurs de très nombreux points communs qui font pressentir une origine commune (même atelier) ; elles sont en outre assez originales, comme la plaque de Chevagny et celle de Testona, du reste.

44 SALIN E., o.c. (1959), p. 166.

45 Voir note 30.

46 LORREN C., o.c., pl. XLV, 6.

47 BOUFFARD P., o.c., p. 64-65.

48 WERNER J., o.c., p. 349-350.

49 Il faut tenir compte, dans le commentaire d'un tel document, d'un fait important : les régions du Nord et de l'Est, plus "germanisées" ont pratiqué plus systématiquement l'inhumation habillée que nos régions : elles peuvent donc apparaître comme "sur-représentées", ce qui renforce encore la prééminence du domaine burgonde. Il faut d'ailleurs étendre la même remarque aux régions du Sud-Est et bien penser que l'absenee quasi-totale de documents ne signifie pas absence de productions. Ceci doit nous amener à beaucoup de prudence dans nos conclusions !

50 WERNER J., "Die Romanische Trachtprovinz Nordburgund im 6. und 7. Jahrhundert", Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, Congrès de Nice, 1976, p. 228-253.

51 Voir la carte dressée par MAGNEN R. et THEVENOT E., dans Epona, Bordeaux, s.d.

52 BENOIT F., Les mythes de l'outre-tombe. Le cavalier à l’anguipède et l'écuyère Epona, Bruxelles, 1950, p. 54. Ajoutons que cet auteur, ainsi que ceux de la note précédente (voir la planche 66), étudient des stèles espagnoles sur lesquelles est gravé "un dompteur de chevaux assis", dieu assis entre deux chevaux dressés, qui est de manière frappante 1'"ancêtre" d'une série de plaques D, surtout nombreuses en Suisse occidentale (l'une, toutefois, fait partie de la collection Protat, à Mâcon, et provient sans doute de notre région) ; le motif de ces plaques-boucles a été mal compris jusqu'à ce jour et assimilé à une sorte de Daniel encadré de griffons (là encore, le cheval est devenu hippogriffe ou griffon !). Si cette filiation pourtant saissisante n'a pas été remarquée, c'est sans doute qu'on a trop recherché du côté de l'Est et du Nord, et pas assez dans les provinces romaines. (Voir en particulier : KÜHN H., "Die Danielschnallen der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 15-16, 1941-1942, p. 140-169, et surtout pl. 67 à 70).

53 LAFOND M., "De la nécessité de savoir bien observer", R.A.E., t. VII, no 27-28, 1956, p. 334.

54 MARTIN M., o.c., p. 36-37.

55 Cette plaque est bien de Sancé, et non de Mâcon, comme l'écrivent beaucoup d'auteurs. Sancé étant très proche de Mâcon, le mal n'est pas grand. On voit malheureusement trop souvent des pièces de provenance exacte inconnue attribuées à une ville précise. Un exemple : la très belle plaque en bronze du Musée des Antiquités Nationales figurant Daniel et, à côté, Habacuc, aurait été, selon la majorité des publications, trouvée à Chalon : en réalité cette localisation apparaît très incertaine, la collection Febvre dont elle faisait partie au milieu du XIXème siècle ayant été constituée par des apports de régions variées ; en tout cas, A. de SURIGNY (o.c.) qui est le premier à l'avoir publiée ne fait pas mention d'une telle origine.

56 Elles ont été étudiées particulièrement par : KÜHN H., "Szenische Darstellungen der Germanischen Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 15-16, 1941-1942, p. 280-282, et plus récemment par : WERNER J., o.c. (Augsburg), p. 311-320.

57 Voir la carte de WERNER J., fig. 23, p. 312.

58 SALIN E., o.c. (1959), p. 409.

59 Voir en particulier le fragment d'autel de l'église de Cividale (Frioul), très comparable et daté du VIIIème siècle; il est reproduit dans HUYGHE, L’art et l'homme, t. 2, p. 236 (indication du Dr Mercier).

60 KÜHN H., "Die Lebensbaum- und Beterschnallen der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 18, 1949-1953, p. 33-58.

61 Les exceptions sont : Etrembières, Saint-Livres, et sans doute Saint-Remèze (le dessin est médiocre) où les bras, très courts, sont horizontaux, Beire-le-Chatel et Marlens (bras tombants), tandis que sur la plaque des environs de Lyon, les mains ne sont pas représentées, comme à Saint-Clément.

62 Rapprochement fait par exemple par BOUFFARD P., o. c., p. 73, ou par KÜHN H., "Neue Gürtelschnallen der Merowingerzeit mit Menschendarstellungen", I.P.E.K., 20, 1960-1963, p. 85.

63 Voir KÜHN H., "Die Danielschnallen der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 15-16, 1941-1942, pl. 59-64.

64 MOOSBRUGGER-LEU R. et SAUTER M.R., "Une tombe 'burgonde' à plaque-boucle à Etrembières (Haute-Savoie)", R.A.E., t. VIII, 31-32, 1957, p. 286-297 (p. 293). Les auteurs n'avancent toutefois pas d'argument vraiment décisif pour justifier ce rapprochement.

65 Voir ci-dessus la note 55.

66 KÜHN H., o. c. (1949-1953 et 1960-1963).

67 BOUFFARD P., o.c., p. 73.
HOLMQVIST W., Kunstprobleme der Merowingerzeit, Stockholm, 1939, pl. XXXII, 4 et 5.

68 Voir aussi les plaques-boucles en bronze coulées d'une seule pièce qui présentent les mêmes protubérances, par exemple dans LORREN C. o.c., pl. XLVI. Les têtes d'oiseau, nettement détachées cette fois, se retrouvent également sur certaines fibules ansées du VIème siècle : le motif des plaques-boucles a dû leur être emprunté.

69 MARTIN M., o.c., p. 37.

70 En plus de la plaque de la collection Febvre, voir pour l'entourage tressé la plaque de la collection Protat évoquée ci-dessus (note 52), et figurée par KÜHN ("Danielschnallen", pl. 68, fig. 31).

71 MOOSBRUGGER-LEU R. et SAUTER M.R., o.c., p. 294.

72 Une boucle de même type provient en effet de la tombe 232 de Curtil : elle s'y trouvait dans un contexte tardif, sans doute pas antérieur à 640, en particulier avec la plaque-boucle figurée dans ce catalogue sous le no 114 et la petite plaque carrée no 29.

73 JAMES E., o.c. ; avant lui, les principaux travaux sur la question ont été ceux de BARRIERE-FLAVY C., Etude sur les sépultures barbares du Midi et de l'Ouest de la France, Toulouse-Paris, 1893, et de ABERG N., The Occident and the Orient in the Art of the Seventh Century, the Merovingian Empire, Stockholm, 1947, p. 40-64. Cette étude était déjà rédigée lorsque nous avons eu connaissance de l'article de VALLET F., "Plaques-boucles de Tabariane (Ariège) au Musée des Antiquités Nationales", Antiquités Nationales, 10, 1978, p. 65-73 : l'auteur précise et confirme l'origine aquitaine de certaines plaques à 3 bossettes, en particulier celles du type de notre no 13.

74 BARRIERE-FLAVY C., o. c. (1893), pl. XX, 2 et 3.

75 JAMES E., o.c., pl. 149, p. 367.

76 Id., ibid., p. 111.

77 Les objets de "type burgonde" retenus par JAMES (o.c., carte p. 244, fig. 47), ne nous paraissent absolument pas convaincants, mais semblent bien issus - nous pensons en particulier aux plaques de type D avec scènes religieuses - des traditions gallo-romaines locales maintenues fortement en un milieu superficiellement germanisé.

78 La rareté des plaques damasquinées par rapport aux plaques de bronze est d'ailleurs frappante (la situation est inversée chez nous). Les quelques pièces présentées par JAMES (pl. 80-85) pourraient cependant trahir une influence de nos régions (pl. 82, 84 et 85, en particulier).

79 JAMES E., o.c., chapitre 7. La découverte toute récente et encore inédite de Fos-sur-Mer doit justement inciter à la prudence (cf. Annexe 4, note 2).

80 Id., ibid., pl. 40, p. 102.

81 Id., ibid., pl. 147, p. 364.

82 Id., ibid., p. 383-385 (groupe VI, A : "plaques à profil anguleux").

83 E. James pense malgré cela que le type a pu avoir son origine dans la zone de la Garonne en association avec les pièces aquitaines typiques. C. Lorren suggère une fabrication entre Seine et Loire, région qui par sa situation géographique (contact) se prêtait bien à cette synthèse d'influences diverses. Nous pensons qu'il faut rester prudent à cause du nombre encore bien faible de découvertes.

84 LORREN C., o.c., p. 562 ; la découverte de Fos-sur-Mer permet cependant de faire "remonter" l'apparition de certaines d'entre elles (les 3 bossettes) au tout début du VIIème ou peut-être même à la fin du VIème siècle (cf. Annexe 4, note 2).

85 SALIN E., La civilisation mérovingienne, t. III, p. 232-233.

86 FAIDER-FEYTMANS G., Les collections d'archéologie régionale du Musée de Mariemont, Mariemont, 1970, pl. 71.

87 BÖHNER K., o.c., pl. 40, no 1.

88 WAUTELET Y., La nécropole mérovingienne de Surice, Bruxelles, 1968, (Archaeologia Belgica, 107), fig. 24, no 14.

89 LANTIER R., "Le cimetière mérovingien du Maltrat à Vouciennes", Revue Archéologique, t. XV, 1940, fig. 2, p. 233.

90 JOFFROY R., Le cimetière de Lavoye, Paris, 1974, fig. 34, p. 53 : tombes 64 et 80 ; fig. 36, p. 55 : tombes 65 et 70.

91 SCHEURER F. et LABLOTIER A., Fouilles du cimetière barbare de Bourogne, Paris-Nancy, 1913, pl. LU.

92 MOOSBRUGGER-LEU R., Die Schweiz zur Merowingerzeit, Berne, 1971, pl. 25, no 57.

93 BARRIERE-FLAVY C., o.c. (1893), pl. XI, 7.

94 WERNER J., Münzdatierte austrasische Grabfunde, Berlin-Leipzig, 1936, pl. 6, C.

95 BÖHNER K., o.c., pl. 38, 3 f.

96 SCAPULA J., La butte d'Isle-Aumont, Troyes, 1975, 1ère partie, p. 123, fig. 54, et p. 137, fig. 65.

97 GUILLAUME J., Le peuplement de Dieue-sur-Meuse (Meuse) au Haut Moyen Age, maîtrise, Nancy, 1972, pl. 5, fig. 8.

98 Id., ibid., cités avec référence :"musée de Lausanne".

99 Tombe 208. Gallia, 34, 1976, p. 424, fig. 13 a.

100 ARONOVICI-MARTIN Cl., o.c., pl. 30, 1, et pl. 32, 2.

101 BAUDOT H., "Mémoire sur les sépultures des Barbares de l'époque mérovingienne découvertes en Bourgogne...", Mémoires de la Commission des Antiquités de la Cote d'Or, t. V, 1860, pl. IX, 3.

102 Par exemple dans JAMES E., o.c., p. 396, pl. 175 (Eymet-sur-Dropt) et 176 (Verteillac), et dans LORREN C., o.c., pl. XLVII (Banneville, Bénouville, Douvrend).

103 SALIN E., o.c., t. III, p. 231 : les plaques de ce type citées par l'auteur sont peu nombreuses.

104 Voir par exemple BARRIERE-FLAVY C., o. c. (1893), pl. VIII (environs de Toulouse, Chadenac, Eymet-sur-Dropt), et LORREN C., mêmes pièces qu'à la note 101. Voir aussi, plus près de nous, une plaque de Charnay : BAUDOT H., o.c., pl. IX, 8.

105 O.c., pl. XXV, 1 (Hérouvillette), et p. 406-409 : Conteville (3 exemplaires), Verson (2), musée de Bayeux.

106 SCAPULA J., o.c., fig. 68, p. 140.

107 FRANCHET L., "Une colonie scytho-alaine en Orléanais au Vème siècle", Revue Scientifique, 68, 1930, fig. 16, C.

108 Une quinzaine de tombes ont été ouvertes ; cette plaque-boucle constituerait le seul mobilier ; elle a été donnée au musée de Saint-Bonnet par M. Godin, en 1938. Rapide communication de LEX L., "Le cimetière barbare de Saverys", A.A. Mâcon, t. XXIV, 1924-1925, p. 334-337. Ballore est situé sur notre carte (pl. 1).

109 Voir par exemple les séries présentées par A. ROES, "Plaques-boucles mérovingiennes coulées d'une seule pièce", R.A.E., 43, t. XI, 1960, p. 214-218, et JOFFROY R., "Contribution à l'étude des plaques-boucles mérovingiennes coulées d'une seule pièce", R.A.E., 46, t. XII, 1961, p. 110-115.

110 PERIN P., "Le cimetière mérovingien de l'hôpital de Mézières", Etudes ardennaises, 55, 1968, p. 9-10. Plaque également ajourée, mais plus triangulaire, avec une boucle ronde (d'un seul tenant également avec la plaque), dont les extrémités s'achèvent par deux chefs de monstres, décor qui rappelle celui de nombreuses boucles du Bas Empire et autorise une datation très précoce (fin Vème - début VIème siècle pour P. Périn). Notre pièce est postérieure, naturellement, mais ne peut-on penser à un lien, donc à un écart chronologique pas trop important ?

111 LORREN C., o.c., p. 514-518, et pl. XXXIX.

112 BÖHME H.W.,,"Die fränkischen Altertümer in der Zülpicher Börde...", Führer zu vor- und frühgeschichtlichen Denkmälern, 1974, p. 96.

113 SCHEURER F. et LABLOTIER A., o.c., pl. XLIX.

114 SALIN E., "Le cimetière barbare d'Audincourt", Bulletin archéologique, 1932-1933, pl. XXIV.

115 ARONOVICI-MARTIN Cl., o.c., pl. 31, 2.
BIDAULT L., "Rapport sur les sépultures mérovingiennes de Noiron-les-Citeaux, M.S.H.A. Chalon, t. VIII, 1896, pl. VI, 1. (Il s'agit d'une garniture avec contre-plaque et plaquettes porte-équipement, qui est déposée à l'Ecomusée du Creusot).

116 SALIN E., o.c., 2ème partie, p. 318, compare cet art au cubisme.

117 Voir en particulier le tout récent Dossier de l'archéologie, no 32, janvier-février 1979, consacré à cette sépulture exceptionnelle. Soulignons cependant un point : il a dû y avoir un décalage chronologique important entre les objets, souvent des créations originales, portés par les grands, et les pièces plus modestes que l'on rencontre habituellement dans les fouilles. Ajoutons également que la datation de cette tombe est jugée trop haute par certains archéologues.

118 Trois exemplaires dans la même tombe : ARONOVICI-MARTIN Cl., o. c., pl. 34, 4 et 5.

119 LORREN C., o.c., p. 568.

120 ROES A., "Plaques-boucles mérovingiennes de la fin du VIIème siècle", Gallia, XIII, 1955, fasc. 1, p. 97-99.

121 Voir en particulier KÜHN H., "Die Zikadenfibeln der Völkerwanderungszeit", I.P.E.K., 10, 1935, p. 85.

122 La pièce de Manre (Ardennes) a été trouvée en compagnie d'une fibule ansée symétrique (fouille J. Alexandre, indication P. Périn).

123 BAUDOT H., o.c., pl. X, 30. PARAT (Abbé), Le cimetière barbare de Vaux-Donjon, Avallon, 1911, pl. III, 28 ; inédite, communication R. Pioux (Brèves).

124 FAIDER-FEYTMANS G., o.c., pl. 71.

125 Abbé COCHET, La Normandie souterraine, 1854, pl. VII, no 37 (Londinières), pl. XIII, no 12 (Envermeu).
Id., La Seine Inférieure historique et archéologique, 2ème édition, 1866, p. 301-302 (2 exemplaires).
SCUVEE F., Le cimetière barbare de Réville, Caen, 1973, tombes 100 et 108 (fig. 27) (pièces datées respectivement de 575-625 et 550-600).

126 BARRIERE-FLAVY C., o.c. (Etude...), pl. XXVIII, no 2, 3 et 5 (Eymetsur-Dropt, Lourdins, Laborieblanque) et pl. XXVII, no 2 (Tarn-et-Garonne).

127 O.c. (à la note 116).

128 SCUVEE F., o.c., tombes 5 et 45 ; l'auteur les date de la période 575-625 et estime également que c'est le dernier stade d'évolution de la base d'ardillon "en violon" (p. 100).

129 SCAPULA J., o.c. , tombe 704.

130 SCHEURER F. et LABLOTIER A., o.c. (1913), pl. XVI, A.

131 LELONG C., La Touraine à l'époque mérovingienne, Tours, 1975 (catalogue de l'exposition), non paginé (no 8).

132 KÜHN H., o.c. (Christus-Schnallen), pl. 36, 24 b.

133 Plaque presque identique au musée de Nantes (provenance inconnue); cf. COSTA D., Nantes, musée Th. Dobrée, art mérovingien, Paris, 1964, no 263.

134 C'est pour cette raison que, le cuir ayant disparu, on remarque très souvent un petit espace entre l'extrémité de la patte et la plaqua. Nous avons pu d'ailleurs observer la présence de traces de cuir à cet emplacement sur une pièce d'Argilly (inédite ; fouilles 1977).

135 C'est ce travail d'équipe que souhaite FRANCE-LANORD A., "A propos des garnitures de ceintures damasquinées mérovingiennes", Revue Archéologique, 1973, fasc. 2, p. 273-298.

136 Par exemple celle de SALIN E. et FRANCE-LANORD A., Le fer à l'époque mérovingienne, Paris, 1943, ou, plus récemment, celle de TRENTESEAU B., La damasquinure mérovingienne en Belgique, Bruges, 1966.

137 O.c., 1967 (Gürtelbeschläge), p. 32-33.

138 FRANCE-LANORD A., o.c., nous paraît trop sévère à l'égard des travaux récents et en particulier de ceux de Moosbrugger. Même s'il reste beaucoup à faire, il ne faut pas pour autant sous-estimer les progrès décisifs réalisés depuis quelques décennies ; l'archéologie mérovingienne est en plein renouveau car elle recourt à des méthodes de plus en plus rigoureuses (voir par exemple les recherches actuelles de P. Périn sur la chronologie).

139 SALIN B., Die altergermanische Tierornamentik, Stockholm, 1935, a, le premier, défini les caractères du style animalier. Pour ce qui concerne nos pièces damasquinées, nous suivons la définition donnée par R. Moosbrugger (voir ci-dessous à propos du 2ème groupe).

140 L'auteur utilise le terme de "Bandierung", difficile à traduire précisément ; l'expression "incrustation profonde" est en tout cas celle qu'emploie E. Salin (voir la description de la très grande garniture de Tournus, no 87).

141 De même, les bandes avec ligne axiale ne peuvent être considérées comme typiques du niveau 3, puisqu'on les retrouve sur des pièces manifestement antérieures, comme notre no 45.

142 Quelques cas seulement à Charnay (H, BAUDOT, o.c.).

143 Voir, en dernier lieu : AMENT H., "Zur archäologischen Periodisierung der Merowingerzeit", Germania 55, 1977, p. 133-140, en particulier p. 138, note 15 ; les recherches récentes de P. Périn, fondées sur l'exploitation statistique de très nombreuses tombes de la France du Nord-Est l'amènent également à diviser le niveau IV de K. Böhner en deux parties ; cf. PERIN P., "Quelques éléments de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens du Nord de la Champagne", Actes du IIème colloque archéologique de l'E.P.H.E. (1973), Paris, 1978, p. 157-171. Ces datations sont adoptées en particulier par M. Martin pour le matériel suisse (voir la pl. 62).

144 Id., ibid., p. 163-169.

145 Voir par exemple : KOCH U., "Das merowingische Gräberfeld von Bargen", Kraichgau, 4, 1974-1975, p. 101-102 ; il s'agit d'une fibule circulaire damasquinée d'argent et de laiton, datée de 590-620.

146 Une découverte récente à Riaz (Suisse) pourrait le laisser penser : dans la tombe 138, une plaque de type Bülach voisinait avec un lot de monnaies frappées entre 555 et 565. Comme toujours en pareil cas, il faut toutefois être prudent, une thésaurisation ayant pu se produire ; cf. SPYCHER H., "Die Ausgrabungen auf den Nationalstrassen im Kanton Freiburg 1975", Bulletin de la Société suisse de préhistoire et d'archéologie, 25-26, 1976, p. 42-43.

147 L'idéal serait, comme le souhaite P. Périn (o.c., p. 169-170), de procéder dans chaque région à une classification chronologique du matériel, selon la méthode qu'il vient de mettre au point. Malheureusement, les tombes ayant donné un matériel suffisamment abondant et caractéristique sont trop rares chez nous. Des fouilles conduites de manière méthodique sur des sites bourguignons fournissant un minimum de mobilier sont donc d'un très grand intérêt (elles ont d'ailleurs commencé à Brèves et Argilly).

148 Pour la définition des types (A, B, C et D), voir pl. 62. La pl. 63 présente un résumé des datations que nous proposons pour les garnitures de ceinture de notre domaine.

149 Ses caractères seront précisés ci-dessous, à propos du 2ème groupe.

150 Ils sont bien définis par MOOSBRUGGER R., o.c. (1967), p. 110-112 (voir en particulier fig. 20).

151 Nous verrons ci-dessous que c'est l'inverse pour les plaques non damasquinées. A remarquer, dans d'autres régions, des situations différentes : à Réville par exemple, les plaques-boucles damasquinées ont des bossettes en alliage de cuivre, cf. SCUVEE F., o.c.. Nous employons l'expression "alliage de cuivre" car nous ignorons la composition exacte du métal dont sont faites ces bossettes (bronze ?).

152 SCHEURER F. et LABLOTIER A., o.c. (1913), pl. LI.

153 Gallia, 34, 1976, p. 425, fig. 14 c.

154 SCHWAB H., "Tätigkeitsbericht des archäologischen Dienstes des Kantons Freiburg", Freiburger Geschichtsblätter, 61, 1977, fig. 14 a.

155 SALIN E. et FRANCE-LANORD A., o.c. (1943), pl. XXIV, 2.

156 Cette appréciation est naturellement très sujette à caution étant donné qu'on n'a que deux plaques.

157 Voir en particulier MARTIN M., o.c., p. 33.

158 Ibid. Qu'on nous permette encore un argument à opposer à la thèse de R. Moosbrugger : comment se fait-il qu'aucune plaque-boucle de type B n'ait été trouvée dans des nécropoles comme Sèzegnin ou Briord par exemple, où la présence burgonde est pratiquement sûre et où de nombreuses tombes ont pourtant été fouillées ?

159 Cette carte est une mise à jour de celle de MARTIN M., o.c. p. 32, fig. 3. Voir aussi l'Annexe 7.

160 THEVENIN A., Les cimetières mérovingiens de la Haute-Saône, Paris, 1968, pl. XX, 3.

161 Découverte récente, inédite.

162 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c. (1967), p. 39, no 114, 115, 116 (si du moins nous avons bien compris l'auteur qui mélange, dans son type C, deux motifs qu'il aurait fallu distinguer à notre sens).

163 On le trouve par exemple sur une plaque B de Lutter (Haut-Rhin) récemment publiée : SCHWEITZER J., "Le cimetière burgonde de Lutter", Bulletin du Musée Historique de Mulhouse, 1975-1976, p. 65.

164 Tombe 416 : SCHWAB H., "Les nécropoles de l'époque franque", S.S.P.A., Cours sur le Haut Moyen Age, Fribourg, 1977 (résumé des exposés), p. 4.6.

165 THEVENIN A., o.c., pl. XXV, 3.

166 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c. (1967), p. 46. Elles sont reproduites par Max MARTIN, La Suisse du Haut Moyen Age, Berne, s.d. (1975), fig. 56, p.76.

167 BIDAULT L., o.c. (cf. note 114), pl. V, 1 : le motif est difficilement reconnaissable sur cette planche ; depuis, la pièce que nous avons retrouvée à l'Ecomusée du Creusot (collection Schneider) a été restaurée et le doute n'est plus permis (à paraître : Phys. Montceau, juin 1980).

168 O.c. (1973), fig. 10, p. 291 (très proche de celle de Curtil).

169 Découverte récente, inédite.

170 GAILLARD H., "Un sondage à la nécropole mérovingienne de Latrecey", Les Cahiers Haut-Marnais, 101, 1970, p. 58.

171 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c. (1967), p. 40 et 45.

172 SCHEURER F. et LABLOTIER A., Fouilles du cimetière barbare de Bourogne, Paris-Nancy, 1914, p. 33, fig. 18.

173 SCAPULA J., o.c., fig. 54, p. 123.

174 ARONOVICI-MARTIN Cl., o.c., pl. 42, 2.

175 Découvertes inédites.

176 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c., p. 72, no 221 (Zullvil).

177 Voir les nombreux exemples cités par Moosbrugger pour la Suisse, ainsi que nos no 44, 45, et une pièce inédite de Velars-sur-Ouche (Côte d'Or). On trouve également ce motif dans le Sud-Ouest (Lourdins, plaque du musée du Périgord) et en Belgique (Haine-Saint-Paul).

178 Une pièce de Crotenay (Jura) est cependant très comparable ; cf. Gallia, 34, 1976, p. 425.

179 On retrouve un décor comparable, sur plaque dorsale, à Pachten (Allemagne) (BÖHNER K., o.c., pl. 45, 2), Jonen (Suisse) (WERNER J., Bülach, pl. XXIX, 2 c) et Riaz (Suisse) (SCHWAB H., o.c. note 160, p. 4.6.), sur plaque-boucle, à Charnay (BAUDOT H.., o.c., planche supplémentaire) et Rheinhessen (Allemagne) (HOLMQVIST W., o.c., fig. 68, p. 57).

180 Même motif, sur plaque dorsale également, à Maurage (Belgique) : FAIDER-FEYTMANS G., o.c. (1970), pl. 145 ; sur plaque-boucle ronde, à Lutlommel (Belgique) : TRENTESEAU B., o.c., pl. 14.

181 Quelques exemples de plaques dorsales de ce type : Vuippens (Suisse) (Nécropoles du Haut Moyen Age, catalogue de l'exposition, Fribourg, 1977, p. 14, fig. 8), Kaiseraugst (Suisse) (WERNER J., Bülach, pl. XXIX, 1 c), Charnay (BAUDOT H., o.c., planche supplémentaire), Latrecey (Haute-Marne) (GAILLARD H., o.c., p. 58), Curtil 261 (no 53)...

182 Un exemplaire comparable à Isle-Aumont (SCAPULA J., o.c., fig. 60, p. 130) ; un autre publié sans indication de provenance par FRANCE-LANORD A., o.c. (1973), p. 283, fig. 5.

183 Quelques exemples de plaques dorsales de ce type : Isle-Aumont (SCAPULA J., o.c., fig. 70, p. 142 et fig. 55, p. 125), Lavoye (JOFFROY R., o.c., fig. 29, p. 49 et fig. 30, p. 50), Bourogne (SCHEURER F. et LABLOTIER A., Bulletin archéologique, 1909, pl. XL, 1), Lutter (Haut-Rhin) (SCHWEITZER J., o.c., p. 63), Seuil (Ardennes) (PERIN P., "Note sur le mobilier funéraire d'une sépulture de guerrier...", Bulletin de la Société archéologique champenoise, 4, 1975, fig. 2, 18 et fig. 3), Argilly (Côte d'Or) (tombes 23 et 34, inédites), Musée Ingres, Montauban (JAMES E., o.c., pl. 80), Allemagne (lieu précis inconnu) (HOLMQVIST W., o.c., fig. 82, p. 60).

184 Trois exemplaires très proches à Tafers (musée de Fribourg, Suisse) ; une bouclette comparable à Lumes (Ardennes) : SERVAT E., "Le cimetière de Lumes", Revue historique ardennaise, VIII, 1973, fig. 5. Une pièce très ressemblante à Soyria (Jura ; fouille Pètrequin, 1978) utilisée comme boucle de chaussure (la destination première de la plaque-boucle de Curtil a pu être la même).

185 Motifs proches à Frénouville (Calvados) et Muids (Eure) (LORREN C., o.c., pl. LXIII, no 2 et 5) ainsi qu'à Ehrang (Allemagne) (BÖHNER K. o.c., pl. 47, 1) ; plusieurs exemplaires également dans WERNER J., Bülach.

186 Voir cependant une plaque de Gondorf publiée par HOLMQVIST W., o. c., pl. VI, 1. Une plaque dorsale inédite d'Argilly porte un motif proche (légèrement disymétrique toutefois).

187 Une plaque inédite d'Argilly rappelle de loin ce motif (il s'agit en fait d'une série d'anneaux passés dans un axe).

188 Il en existe cependant quelques autres exemples, comme à Haine-Saint-Paul (Belgique) : FAIDER-FEYTMANS G., o.c., pl. 73 et 74.

189 Même motif sur une plaque ronde du Musée Ingres de Montauban (JAMES E., o.c., pl. 81) et sur une base d'ardillon en bronze, de provenance inconnue (HOLMQVIST W., o.c., pl. VI, 6) ; motif proche, mais un peu plus complexe, à Argilly, sur plaque dorsale damasquinée.

190 Exemples : Bülach (WERNER J., o.c., pl. XVIII, 11), Hohenfels (Allemagne) (BÖRNER K., o.c., pl. 46, 2) et Maurage (Belgique) (FAIDER-FEYTMANS G., o.c., pl. 146).

191 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c., p. 30.

192 L'hypothèse d’un usage uniquement funéraire ne paraît pas devoir être retenue : on comprendrait mal que de tels chefs-d'oeuvre n'aient pas été exhibés et, d'ailleurs, on remarque fréquemment des traces d'usure ; cependant, la modestie de ces dernières ainsi que le poids et l'encombrement de ces pièces laissent supposer une utilisation épisodique.

193 Ce point est clairement montré par R. Moosbrugger, qui note également que le contour festonné peut subsister même sur des plaques ou l'on ne trouve plus de trace de décor animalier (cela paraît avoir été le cas de notre no 77). Inversement, il nous semble évident que notre no 37, avec ses paires de têtes qui déterminent de légers renflements dans le pourtour de la plaque, marque la naissance de ce phénomène, sur une plaque appartenant encore nettement au 1er groupe.

194 Selon le fouilleur, il y avait à l'origine des traces de damasquinure au moins sur la boucle ; MARTIN J., "Nouvelles découvertes de sépultures barbares", p. 214 et pl. V, 6.

195 Voir MOOSBRUGGER R., o.c., p. 89 et WERNER J., Bülaoh, p. 47, fig. 6.

196 MARTIN J., "Nouvelles découvertes...", pl. IV, 1 : cette plaque-boucle est figurée avec un ardillon qui paraît bien être celui-ci. La plaque-boucle 69, elle, est photographiée sans ardillon (pl. IX, 1, 2), mais le type de damasquinure de l'ardillon semble le rapprocher davantage de cette dernière que de la première.

197 Id., ibid., pl. VIII, 5 : photographie sans indication de provenance dans le texte. Mancey est vraisemblable car pratiquement toutes les garnitures de ceinture publiées dans cet article en proviennent.

198 Le motif principal de cette plaque se retrouve sur d'autres pièces, par exemple à Lumes (Ardennes) (SERVAT E., "Le cimetière de Lumes", Revue historique ardennaise, VIII, 1973, fig. 5), Lorleau (Eure) (DOLFUSS M.A., "Le cimetière franc de Lorleau", Gatlia, XX, 1962, fasc. 2, p. 401, fig. 7), Réville (Manche) (SCUVEE F., o.c., fig. 32), Pavilly (Seine-Maritime) (LORREN C., o.c., pl. LXV, 2), Vaux-Donjon (Yonne) (musée d’Avallon).

199 Plaque-boucle très proche à Bâle-Neuweilerstrasse (MARTIN M., Das fränkische Gräberfeld von Basel-Bernerring, Bâle, 1976, p. 177, fig. 42, no 12 et 13. Voir aussi une pièce de Nimy (Belgique) : TRENTESEAU B., o.c., fig. 39. En fait, les plaques-boucles comparables (avec des nuances dans le décor) sont nombreuses.

200 Plaques dorsales comparables à Blicquy (Belgique) (TRENTESEAU B., o.c., pl. 10, d), Champigneul-sur-Vence (Ardennes) (SERVAT E., "Le cimetière de Champigneul-sur-Vence", Revue historique ardennaise, X, 1975, p. 71, pl. 2), Isle-Aumont (SCAPULA J., o.c., fig. 66, p. 138), Monnet-la-Ville (Jura) (MERCIER C. et M., Le cimetière ). burgonde de Monnet-la-Ville, Paris, 1974), Bourogne (SCHEURER F. et LABLOTIER A., o.c., 1909, pl. XLIII, 1), Bassecourt (Suisse) (MOOSBRUGGER R., Gurtelbesohläge, p. 76, fig. 10). Voir aussi des variantes plus stylisées à Bülach et les exemples figurés par ABERG N., o.c., p. 103, fig. 51 : Bavière, Lessive (Belgique).

201 Nous avons relevé une pièce très proche du no 67 à Pompey (Meurthe-et-Moselle) : l'exécution est cependant moins soignée ; SALIN E. et FRANCE-LANORD A., o.c., pl. XXXIV, 1.

202 Un motif comparable (plus particulièrement au no 69) se retrouve à Berne Bümpliz 257 (MOOSBRUGGER R., o.c., p. 81 et pl. hors texte) et à Hérouvillette 3 (Calvados) (DECAENS J., "Un nouveau cimetière du Haut Moyen Age en Normandie, Hérouvillette", Archéologie Médiévale, I, 1971, fig. 23, p. 119). Quant à la dépression médiane de la garniture de Saint-Clément, elle n'a pas d'équivalent parmi le matériel connu de nous (on trouve des exemples de rectangle axial étroit, mais non évidé).

203 MARTIN J., "Nouvelles découvertes de sépultures barbares", p. 215 et pl. VI, 3.

204 Le motif paraît proche de celui de la plaque no 81 ; voir ci-dessous les pièces de comparaison avec cette dernière.

205 Le motif principal est le motif B de Moosbrugger, quelque peu compliqué ; on le rencontre, plus ou moins déformé, sur plusieurs plaques B, en dehors de celle de Curtil (no 78) : Rubigen (Suisse) (BOUFFARD P., o.c., pl. VIII, 2), trois garnitures de la Haute-Saône (THEVENIN A., o.c., pl. XXIX, 2 ; pl. XXX, 2 ; pl. XXXI, 1 et 2) à La Balme (Haute-Savoie) (GOSSE H.J., "Notice sur d'anciens cimetières...", Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève, t. IX, 1855, pl. IV, 1 et 3), ainsi peut-être que sur une plaque inédite de Velars-sur-Ouche (Côte d'Or).

206 Le S barré est un ornement banal à l'époque mérovingienne : on le trouve très souvent sur des bagnes (dont toutes ne sont pas sigillaires d'ailleurs), exceptionnellement sur une plaque-boucle ; nous n'en connaissons qu'un autre exemple, à Avouson (Ain) : SALIN E. et FRANCE-LANORD A., o.c., pl. XXVIII-XXIX, 1.

207 Le médaillon central avec monstre se retournant (traité différemment cependant) se retrouve sur des plaques B à Rubigen (Suisse) (BOUFFARD P., o.c., pl. VIII, 4) et à l'Ecomusée du Creusot (inédite ; provenance inconnue), ainsi que sur une plaque A de Fétigny (Suisse) (BOUFFARD P., o.c., pl. II, 2

208 Même type de croix sur plaque B et contre-plaque à Rubigen (Suisse) id., ibid., pl. VIII, 1.

209 Ces incrustations de pâte de verre (ou de pierres pour les pièces de plus grande valeur) nous semblent plus rares sur plaques B que sur plaques A ; un exemple à Charnay : BAUDOT H., o.c., pl. III, 1.

210 BOUFFARD P., o.c., fig. 2, p. 24.

211 Musée de Fribourg.

212 WERNER J., Bülach, pl. XXXI, 1. MOOSBRUGGER R., o.c., p. 52, ne cite pas l'exemplaire de Fribourg, mais deux autres pièces de Romanens et de provenance inconnue : nous n'en avons pas tenu compte car, n'en ayant pas vu de reproduction, nous ne sommes pas sûr de leur appartenance à cette série.

213 Après la rédaction de ce texte, nous avons eu connaissance de la reproduction donnée par MONTFAUCON (L’Antiquité expliquée, 1710, t. V, pl. 137) de la plaque-boucle trouvée à Montbellet (voir la notice sur ce site) : il s'agit bel et bien d'une garniture de type A. Malheureusement le dessin est difficile à exploiter car son auteur a manifestement extrapolé très librement dans la reproduction du décor.

214 L'ardillon et le gros fragment de plaque appartiennent à la même garniture, si l'on en croit MARTIN J., "Nouvelles découvertes...", pl. VII, 2 ; pour le petit fragment, rien n'est sûr.

215 Nous n'en avons pas terminé l'inventaire ; il sera publié en une autre occasion.

216 Les seules plaques à 5 bossettes que l'on peut retenir sont des pièces qui possèdent par ailleurs, et nettement, tous les autres caractères énoncés. C'est le cas, en particulier, des garnitures de Macornay (Jura) (BARRIERE-FLAVY C., o.c., 1901, pl. A 3), de la Côte d'Or (ARONOVICI-MARTIN Cl., o.c., pl. 83), de Montjustin (Haute-Saône) (THEVENIN A., o.c., pl. XXIV), de Berne-Bümpliz (BOUFFARD P., o.c., pl. VI) et de Nanteuil-Notre-Dame (Aisne) (MARTIN M., o.c., 1971, fig. 14, 1). Les pièces figurées par MARTIN M., ibid., fig. 22, 2 et 3 (Nanteuil-Notre-Dame) sont proches, mais présentent encore dans leur forme et leur décor (surtout la première) beaucoup de points communs avec les pièces de type Bülach.

217 Voir la note précédente (Nanteuil-Notre-Dame). Voir aussi certaines pièces publiées par SALIN E. et FRANCE-LANORD A., o.c., pl. XXXIV, 2 (Pompey), pl. XXXVI, 3 (même origine), et surtout pl. XLVIII (Paris-Saint-Vincent).

218 O.c., p. 50-52.

219 Voir en particulier les fig. 19 et 20, p. 49 de son travail.

220 Souvenons-nous également des remarques de P. Périn concernant le prolongement de la damasquinure monochrome en plein 2ème groupe (cf. ci-dessus note 141). Voir aussi ce que nous disons plus bas des plaques non damasquinées à 5 bossettes.

221 Voir, par exemple, les ardillons très caractéristiques des plaques-boucles de Nanteuil-Notre-Dame, fig. 13, 1, et Armentières, fig. 19, 1 (MARTIN M., o.c.). Voir aussi notre garniture no 54-55 et ses caractéristiques déjà tardives. Voir aussi la plaque-boucle d'Erlach (Suisse) "affublée" d'une contre-plaque rectangulaire manifestement imitée de celles qui s'assortissent avec les plaques B les plus tardives (voir pl. 62, colonne de droite, datée trop tôt par M. Martin).

222 Voir les garnitures citées à la fin de la note 211 et à la note 212. Comment expliquer que pratiquement aucune pièce dite de type A, provenant de la France du Nord, ne présente un motif animalier digne de ce nom ? Les plaques A ont été plus ou moins sommairement imitées par des artisans qui ont reproduit le contour festonné mais pas (ou mal) le motif animalier. Voir la planche 63 (garniture de Lumes).

223 D'autres argments peuvent être encore avancés : si l'impulsion était effectivement venue de la France du Nord et avait été forte, comment expliquer que les 5 bossettes n'aient pratiquement jamais été conservées dans le domaine burgonde ? D'autre part, si l'on n'accepte pas cette datation des plaques longues à 5 bossettes dans le seconde phase (c'est-à-dire 630-640), il ne reste que peu de grandes pièces plaquées que les femmes auraient pu porter alors, surtout en regard des garnitures masculines, bien représentées, elles, et également en comparaison avec le nombre de garnitures A trouvées dans le domaine burgonde, pourtant plus limité et où l'inhumation habillée était moins pratiquée.

224 Par exemple, la grande garniture de Réville (Manche) : SCUVEE F., o.c., fig. 30.

225 Revue historique ardennaise, no 5, 1971, pl. IX.

226 Nous l'avons vue au Musée de Fribourg (exposition de 1977).

227 Pièce inédite.

228 Voir MARTIN J., "Nouvelles découvertes...", pl. X, 2.

229 Id., "Sépultures barbares...", pl. III, 11.

230 MOOSBRUGGER-LEU R., o.c. (Gürtelbeschläge) et MARTIN M., o.c. (Bemerkungen). La question pourra être envisagée à nouveau lorsque l'on aura étudié un plus grand nombre de nécropoles ; l'examen du mobilier devra d'ailleurs aller de pair avec celui des ossements (étude anthropologique).

231 Les déterminations du sexe sont fondées soit sur l'examen anthropologique (Saint-Clément, Curtil), soit sur le mobilier qui pouvait accompagner la plaque-boucle (Tournus et Mancey, en particulier). Les totaux ne correspondent naturellement qu'aux plaques-boucles dont le sexe du porteur a pu être déterminé, parfois avec doute d'ailleurs (chiffres entre parenthèses), et ne doivent pas être confondus avec le nombre total des plaques-boucles de tel ou tel type.

232 Voir l'article de C. MASSET cité à la note 360.

233 Il y a un doute pour le no 80. Le fouilleur n'est pas absolument clair (MARTIN J., "Sépultures barbares", p. 328).

234 Les femmes auraient-elles moins porté de plaques-boucles que les hommes ?... cela nous paraît peu vraisemblable. Il est difficile de conclure, essentiellement pour deux raisons : tous les risques d'erreurs (anthropologie, etc...) et le fait que toutes les plaques n'ont pas été prises en compte.

235 Mancey (garniture no 37) et Curtil tombe 134 et 317 (no 54 et 55 ; une femme et, peut-être, un homme). Il peut s'agir de vols, mais, plus vraisemblablement selon nous, d'un don symbolique de la part d'un proche, peut-être juste avant l'inhumation (penser au rôle protecteur des garnitures de ceinture).

236 Voir, en particulier, ce que nous avons dit plus haut à propos de la plaque à l'hippogriffe no 6, placée hors d'usage dans une tombe d'enfant. Les enfants n'ont pas toujours, d'ailleurs, des garnitures adaptées à leur taille (cas des no 4, 20, 23, 31, 49 et 75), mais bien souvent des plaques-boucles d'adulte (no 1, 6, 52, 75, 111).

237 MARTIN J., "Sépultures barbares", p. 333. Rappelons que le no 85 a été trouvé avec un coutelas (pl. 58, 10), le no 86 avec un scramasax (pl. 58, 4), de même que la très belle garniture no 87 (pl. 58, 8) ; en ce qui concerne l'identification de ce dernier, il y a un léger doute, car J. Martin, dans sa deuxième publication, l'attribue à Mancey ; toutefois, le registre du musée de Tournus (no 1529) confirme la première attribution de l'auteur. Autre exemple de garniture de ce type trouvée dans une tombe masculine : Escolives (Yonne), tombe 3 (un jeune homme) : KAPPS R., "Remarques préliminaires sur la nécropole mérovingienne d'Escolives-Sainte-Camille", Auxerre, 1974, p. 13 du tiré à part extrait de L'Echo d'Auxerre.

238 Beaucoup d'auteurs anciens parlent d'ailleurs systématiquement de plaques de baudrier pour qualifier les grandes garnitures (sans preuve semble-t-il). Citons également, bien que la question soit discutée, la tombe d'Arégonde.

239 Ce n'est d'ailleurs pas le cas d'un certain nombre d'autres plaques portant un médaillon du même genre, par exemple la pièce inédite de l'Ecomusée du Creusot. Il ne faudrait donc pas systématiser dans l'autre sens et faire de toutes les grandes garnitures des éléments de baudrier.

240 Voir pl. 56, B. Dans la même tombe, on a découvert encore des "débris de fer rouillé" (voir notice sur Saint-Clément) ; on n'en sait malheureusement pas plus.

© ARTEHIS Éditions, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search