Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Annexe 2 : Glossaire

Ivan Ferraresso

Texte intégral

1Motivé par un souci d’harmonisation, ce glossaire reprend les principaux termes employés dans le cadre de l’étude des enceintes urbaines des deux régions frontalières. Il ne s’agit pas de faire un dictionnaire raisonné, où la terminologie médiévale serait prise en compte. Le projet, bien qu’intéressant, ne peut être envisagé sans un long travail de dépouillement d’archives. Toutefois, il est apparu que certains termes, couramment employés, ne renvoyaient pas aux mêmes entités architecturales d’une région à l’autre. Ce lexique est donc largement basé sur des ouvrages de référence, au premier rang desquels figure le dictionnaire de l’architecture élaboré par Pérouse de Montclos (Pérouse de Montclos, 1972). Il a été enrichi par deux publications traitant plus particulièrement du vocabulaire de l’architecture militaire (Mesqui, 1991-1993 ; Sailhan, 1991), ainsi que par une étude relative à la taille et à la mise en œuvre des matériaux de construction (Bessac et alii, 1999).

2Le répertoire proposé met en lumière les éléments observés, tout en soulignant les marges du sujet, par l’absence de certains termes qui sont autant d’éléments jamais documentés dans le cadre de cette étude. Cette démarche permet ainsi de dresser un tableau des systèmes de défense urbaine médiévale observés en Alsace et en Lorraine.

3Affaiblissement : Certaines assises sont descendues au-dessous de leur niveau initial.

4Allège : Partie inférieure d’une fenêtre, située entre l’ouverture et le sol.

5Aplomb : Verticalité du mur sur la totalité de sa hauteur.

6Appareil à assises régulières : Mise en œuvre composée de rangs de même hauteur. Les joints de lits sont rectilignes.

7Appareil assisé : Mise en œuvre composée d’éléments de hauteur variable disposés en rang. Les joints de lits sont continus mais pas rectilignes.

8Appareil de revêtement : Mise en œuvre d’éléments qui composent l’élévation et peuvent, le cas échéant, couvrir une fourrure.

9Appareil irrégulier : Mise en œuvre d’éléments de grosseur variable et de forme irrégulière, parfois taillés en vue de la pose. Les joints de lit ne sont pas rectilignes et souvent discontinus.

10Appareil mixte : Mise en œuvre de matériaux de nature diverse.

11Appareil réglé : Mise en œuvre composée de rangs de hauteur variable. Les éléments du rang sont de même hauteur et les joints sont rectilignes.

12Appui : Surface horizontale au bas de l’ouverture de la baie. Elle ne touche pas le sol.

13Arcade : Baie libre couverte d’un arc dont les piédroits prennent naissance au sol.

14Archère : Meurtrière destinée au tir par armes de trait. [En sifflet] Archère présentant un ébrasement interne triangulaire aménagé dans l’épaisseur du mur. [À niche] Archère dont l’ébrasement interne est associé à une embrasure plus large dans l’épaisseur du mur. [À plongée] Rupture de l’horizontalité du seuil de l’archère, pour disposer d’une inclinaison.

15Archère-canonnière : Meurtrière qui cumule la possibilité d’un tir par arme de trait ou par arme à poudre. Elle peut témoigner, par son remaniement, de l’adaptation d’une archère à l’armement à poudre.

16Arrachement : Extrémité latérale d’une construction consécutive à une destruction partielle. Elle n’est pas nécessairement reprise en maçonnerie.

17Assise : Rangs d’éléments de même hauteur, pas toujours posés de niveau.

18Assise de réglage : Rang d’éléments, parfois de hauteur variable, qui vise à réaliser un lit d’attente rectiligne.

19Assommoir : Système de défense haute qui se compose d’une ouverture percée dans le couvrement d’un passage. Il est généralement aménagé après une porte, une herse ou dans un sas.

20Attente ou amorce : Extrémité plus ou moins harpée d’une maçonnerie ménagée pour permettre une liaison avec une construction prévue ultérieurement.

21Aveugle : Se dit d’un mur ou d’une baie sans ouverture.

22Baile : Espace libre compris entre deux enceintes, murailles ou parties constituantes de l’enceinte. Il marque un espace intermédiaire qui remplit des fonctions diverses, souvent défensives mais aussi commerciales.

23Barbacane : Ouvrage extérieur ajouté à l’enceinte, qui défend généralement une porte ou une entrée. Elle peut se définir en fonction du fossé [barbacane sans fossé propre, à fossé propre].

24Barré : Système de retranchement d’une place forte fondée sur des défenses naturelles [éperon barré].

25Battre : Couverture au tir d’une zone, d’un secteur.

26Bloc : Pierre, brute ou partiellement taillée, dont la hauteur est supérieure à 35 cm.

27Blocage : Mise en œuvre d’éléments jetés dans un bain de mortier.

28Bossage : [En bossage] Saillie taillée ou conservée sur la tête d’un élément taillé. [À bossage] Le terme s’applique aussi à un appareil de revêtement. [Bossage rustique] Il correspond à un parement simplement ébauché et non dressé.

29Boucharder : Dresser une pierre à l’aide d’une boucharde. Les marques se caractérisent par des petits trous pyramidaux.

30Boulevard : Ouvrage souvent ajouté postérieurement au-devant de l’enceinte, fréquemment destiné à accueillir des armes à poudre.

31Boulin : Pièce de bois intégrée à la maçonnerie pour maintenir un échafaudage. [Trou de boulin] : Parfois déposé à l’issue du chantier, le boulin laisse, à son emplacement, un trou dans le parement du mur.

32Braie : Enceinte basse extérieure au corps de la place et séparée par une lice ou un fossé. Elle enveloppe en partie ou en totalité le système défensif.

33Bretèche : Logette rectangulaire en surplomb ou encorbellement, souvent placée au-dessus d’une porte ou d’une zone de circulation. Ce système de défense haute comprend un sol percé qui est destiné au tir fichant.

34Brisures : Angles saillants ou rentrants du tracé de l’enceinte ou d’une partie constituante [une courtine].

35Brut : La pierre n’est pas taillée ; elle peut être simplement ébousinée, c’est-à-dire nettoyée de sa croûte de calcaire tendre.

36Bûchement : Destruction au marteau des parties en saillie d’un élément ou d’un parement.

37Caillou : Pierre brute ou fragment polyédrique de petit gabarit. Il ne présente généralement pas de lits de pose privilégiés.

38Canonnière : Meurtrière utilisée pour le tir à l’arme à poudre. [En sifflet] Canonnière présentant un ébrasement interne triangulaire aménagé dans l’épaisseur du mur. [À la française] Canonnière présentant des ébrasements internes et externes triangulaires, formant un resserrement dans l’épaisseur du mur, à l’endroit de l’orifice de tir. [À niche] Canonnière dont l’ébrasement interne est associé à une embrasure plus large dans l’épaisseur du mur. [De tir épaulé] Canonnière aménagée dans le mur en position haute, pour employer des armes épaulées.

39Chaîne : Superposition d’éléments de nature ou de module différents du reste de l’appareil, du parement.

40Chaperon : Couvrement d’un mur qui conduit à l ‘ épaississement de son sommet. Il peut être composé d’un corps de moulure, d’un biseau, etc.

41Chemin de ronde : Coursière intégrée au mur ou placée en encorbellement, sur arcades, défilée par un parapet.

42Ciseler : Tailler une pierre à l’aide d’un ciseau. Les marques se caractérisent par des empreintes à fond plat.

43Contre-mur : Mur secondaire, maçonné en parallèle à un autre mur, sans liaison structurelle directe.

44Contrescarpe : Paroi du fossé du côté de l’assaut, maçonnée ou non revêtue. Elle se définit selon la présence ou l’absence d’inclinaison.

45Couloir d’entrée : Passage aménagé dans l’ouvrage d’entrée limité par deux baies. Il peut disposer d’un système de défense interne [élément d’arrêt, défense active et passive].

46Courtine : Segment de muraille compris entre deux tours de l’enceinte.

47Couvrement : Partie supérieure d’une baie. Elle peut être maçonnée ou employer un organe de stabilité comme le linteau.

48Crapaudine : Pièce de métal formée d’un godet qui permet de maintenir le gond d’un vantail de porte.

49Crénelage : Aménagement d’un parapet en partie haute des fortifications. Il se distingue par l’association de [créneaux], formant une ouverture rectangulaire dans le parapet, et de [merlons] qui délimitent des zones de protection maçonnées. L’ensemble peut recevoir un chaperon.

50Cunette : Canal aménagé au fond d’un fossé sec afin de recueillir les eaux pluviales.

51D’angle : Corps de bâtiment dont le plan est placé dans l’angle du parti principal.

52Dans-œuvre en façade : Corps de bâtiment dont le plan est intégré dans le tracé du parti principal.

53Décrochement : Changements de niveau d’un ou plusieurs rangs.

54Défense externe : Combinaison d’éléments défensifs aménagés en amont d’un ouvrage d’entrée à l’image des systèmes de franchissement du fossé.

55Défense interne : Combinaison d’éléments défensifs intégrés dans un ouvrage d’entrée [herse, assommoir, vantaux].

56Défiler : Se dit d’un élément caché de la vue ou des coups de l’ennemi. [Défilement] Par extension, le défilement est le principe qui vise à masquer ou dissimuler un ouvrage ou une partie du système défensif.

57Demi hors-œuvre ou à cheval : Corps de bâtiment dont le plan est partiellement engagé par rapport au parti principal.

58Dérasement : Destruction des parties hautes pour araser une construction à un niveau inférieur.

59Douve : Obstacle formé d’une tranchée creusée sous le niveau du terrain. Elle doit ou devrait pouvoir être remplie d’eau.

60Drain : structure creusée, parfois maçonnée, qui vise à canaliser, capter les eaux pour assainir le milieu naturel sur lequel est installée la construction.

61Dresser : Tailler une pierre pour qu’elle présente au moins un pan plus ou moins plat. [Mur ou parement dressé] l’adjectif qualifie en revanche un pan de mur parfaitement plat.

62Ébaucher : Tailler grossièrement une pierre afin de la dégrossir.

63Ébousiner : Enlever la croûte de calcaire tendre d’une pierre.

64Ébrasement : Disposition convergente vers l’extérieur des côtés d’une embrasure.

65Échauguette : Partie constituante d’un ouvrage placé en surplomb. De plan massé, une seule pièce constitue cet ouvrage qui se limite à un seul niveau.

66Embrasure : Espace aménagé pour une baie dans l’épaisseur d’une construction.

67Empattement : La maçonnerie est plus épaisse dans sa partie inférieure. Il peut être traité de diverses manières [taluté, à retraite amortie ou non].

68Encoche de calage : Dispositif d’amortissement du recul de certaines armes à poudre.

69Équarrir : Tailler une pierre afin de la façonner selon une forme plus ou moins parallélépipédique.

70Escarpe : Paroi du fossé du côté de la place forte, maçonnée ou non revêtue. Elle se définit par la présence ou l’absence d’inclinaison.

71Étrier : Partie inférieure évasée de la fente d’une archère. L’étrier peut adopter une forme caractéristique [triangulaire ; semi-circulaire et/ou rectangulaire].

72Fausse-braie : Enceinte basse soutenant un terre-plein, située en avant du corps de place. Elle renforce le système défensif à sa base.

73Fenêtre : Baie comprenant une fermeture, donnant du jour dans l’intérieur du corps de bâtiment.

74Fente : Ouverture de tir d’une archère. Elle peut être définie en fonction de sa forme au nu du mur extérieur [simple ou à étrier].

75Fente de visée : Fente de forme verticale qui accompagne l’orifice de tir d’une canonnière.

76Flanc : Ligne d’obstacle ou de défense latérale par rapport à la progression de l’attaque. Elle s’observe essentiellement sur les ouvrages ajoutés [barbacane] ou saillant à la place forte.

77Flanquement : Couverture au tir parallèle à la ligne de défense. Ne pas confondre : [Flanqué de] qui équivaut à garni d’éléments de tous côtés ou sur un côté particulier et [Flanqué par] qui sous-entend que le parti d’ensemble ou une partie constituante comme la courtine est battue par le tir de flanquement.

78Fossé : Obstacle formé d’une tranchée creusée sous le niveau du terrain.

79Fossé double : Obstacle formé de deux tranchées parallèles, creusées simultanément sous le niveau du terrain.

80Fourrure : Blocage contenu entre deux appareils.

81Front : Ligne d’obstacle qui fait face à la progression de l’attaque.

82Fruit : Le mur présente une inclinaison de la face du mur par rapport à la verticale.

83Gros moellon : Pierre, brute ou partiellement taillée, dont la hauteur est comprise entre 20 et 35 cm.

84Grouine : En Lorraine, ce terme désigne une formation en éboulis, au pied d’un relief calcaire, accumulée dans des conditions périglaciaires. Les débris de roche sont généralement anguleux, disposés en lits obliques alternant avec des passées de matériel fin plus argileux.

85Happe : Crampon, le plus souvent métallique, qui sert à fixer deux pierres ou deux pièces de bois.

86Herse : Système d’arrêt mobile ou fermeture d’une porte composée d’une grille, glissant dans des rainures verticales. Elle peut être manœuvrée dans une chambre de herse à l’aide d’un contrepoids ou d’un treuil.

87Hors œuvre ou adossé : Corps de bâtiment dont le plan, très saillant, est lié au parti principal.

88Hourd : Système en bois placé en encorbellement du mur. Le plancher est percé d’orifices de tir vertical et les parois verticales peuvent être pourvues d’ouvertures de tir.

89Huchette : Volet pivotant sur un axe horizontal permettant de fermer une meurtrière ou un créneau.

90Joint : Espace entre deux éléments qui est généralement rempli de mortier. [Joint beurré] Il recouvre une partie des éléments de la mise en œuvre. [Joint gras] Son interstice est large, supérieur à 2 cm. [Joint incertain] Il forme une ligne irrégulière, à épaisseur variable. [Joint maigre] Son interstice est étroit, inférieur à 2 cm. [Joint vif] Il résulte d’une mise en œuvre de pierre de taille sans mortier. [Joint tiré à la pointe] Le milieu de ce dernier est marqué par une fine incision rectiligne généralement faite à la truelle.

91Jonction : Liaison de deux entités architecturales.

92Jour : Petite baie, généralement sans fermeture, donnant de la lumière.

93Larmier : Membre horizontal en saillie sur le mur, destiné à écarter les eaux pluviales.

94Layer : Dresser une pierre à l’aide d’une laye. Les marques se caractérisent par des stries en pointillé appelées layures.

95Lissé : La tête de la pierre est finement dressée. Elle présente une finition sans aspérité et homogène.

96Mâchicoulis : Coursière en encorbellement ayant la même fonction, la même forme et le même emplacement que le hourd.

97Maçonnerie : Toute mise en œuvre composée de pierre ou de brique.

98Meurtrière : Toute baie ouverte dans un mur pour le tir.

99Moellon : Pierre, brute ou partiellement taillée, dont la hauteur ne dépasse pas 20 cm.

100Orifice de tir : Ouverture de tir. Elle peut être définie en fonction de sa forme au nu du mur extérieur [circulaire, rectangulaire, ovoïde].

101Parapet : Mur plein formant garde-corps, assurant le défilement du chemin de ronde, au sommet d’une enceinte ou d’une tour. Il est souvent crénelé.

102Parement : Surface visible d’une construction en élévation. Il peut donc se décliner selon l’élévation intérieure ou extérieure.

103Parementé : Se dit d’un appareil de revêtement uni, parfaitement plat ou dressé.

104Pavage : Aire de pierre sur un sol formé d’éléments généralement posés sur un lit de support.

105Piédroit : Montant qui supporte le couvrement de la baie.

106Pierre de taille : Pierre à arêtes vives et queue (partie prise dans la maçonnerie) dressée. Sa tête (partie visible) peut être dressée ou non, et offrir un effet décoratif. Ses gabarits se déclinent, à l’occasion de sa mise en œuvre, en petit appareil (hauteur inférieure à 20 cm), moyen appareil (hauteur entre 20 et 35 cm) et grand appareil (hauteur supérieure à 35 cm).

107Pieu de fondation : Pieu de bois fiché dans le sol dans le but de stabiliser la maçonnerie de fondation.

108Pilotis : Ensemble de pilots ou pieux enfoncés dans le sol pour former une assiette de fondation.

109Piquer : Tailler une pierre à l’aide d’un pic. Les marques, ponctuelles, se caractérisent par des empreintes d’outil en profondeur associées à des traces d’éclats.

110Plancher : Pan de charpente horizontal qui sépare deux étages et porte un sol.

111Pont-levis à flèche : Pont dont une partie amovible s’actionne à l’aide de poutres, appelées flèches, dans le but de faciliter le contrepoids nécessaire au levage.

112Portail : Composition monumentale d’une ou plusieurs portes extérieures.

113Porte : Baie de communication fermée par des vantaux qui sert de distribution ou de communication.

114Porte à deux tours : Ouvrage d’entrée principale aménagé entre deux tours flanquantes implantées hors œuvre ou à demi hors œuvre. Elles peuvent se distinguer en fonction du plan des tours [carré, rectangulaire, circulaire, etc.].

115Porte cochère : Baie donnant passage aux voitures.

116Porte simple dans l’épaisseur : Ouvrage d’entrée principale aménagé au nu de la courtine, sans flanquement à proximité.

117Porte-haute : Baie de communication aménagée en hauteur et accessible par un dispositif mobile comme une échelle.

118Poterne : Ouvrage d’entrée secondaire en raison de son implantation hors des axes principaux, de ses dimensions [porte piétonne] ou encore de sa distribution [ouverture sur un fossé].

119Rejointoiement : Réfection des joints.

120Rempart : Levée de terre soutenue par des bois ou un mur de soutènement. À ne pas confondre avec la courtine ou muraille.

121Repiqué : Se dit d’un élément ou d’un appareil de revêtement griffé au pic. L’outil ménage des trous peu profonds, qui permettent de fixer un enduit.

122Retraite : Un ressaut porte le nu de la partie supérieure en arrière de la partie inférieure du mur. Elle peut être amortie d’un chanfrein, d’un biseau ou d’un talus.

123Rétrécissement : Secteur du plan d’ensemble qui présente une diminution de sa surface intra muros marquée par le tracé de l’enceinte.

124Rustiquer : Tailler une pierre à l’aide d’une hache avec un tranchant à dents. Les marques se caractérisent par des stries parallèles à fond plat.

125Saillant : Position avancée d’un secteur ou d’une partie constituante de l’enceinte.

126Sas : Allongement du couloir d’entrée avec généralement un doublement du système de défense interne [élément d’arrêt, défense active]. Le sas peut être couvert ou non.

127Secteur extra muros : Zone bâtie ou non, située hors les murs de la place forte.

128Secteur intra muros : Zone bâtie ou non, située à l’intérieur de la place forte.

129Seuil : Partie inférieure de la baie, aménagée au sol.

130Tableau : En élévation, il s’agit du côté vertical d’une embrasure. En fonction du type de baie, il est possible de distinguer le tableau intérieur ou extérieur de part et d’autre d’une feuillure, d’un dormant ou d’un orifice de tir.

131Talus : Le mur ou une partie du mur présente une inclinaison supérieure à 30°.

132Terre-plein : Plateforme formée d’une première contrescarpe et d’une seconde escarpe dans le cas d’un fossé double.

133Tirs : Les types de tirs se distinguent selon la trajectoire empruntée par rapport aux lignes de fortifications. [tir fichant] Il se pratique plus ou moins verticalement, descendant au droit des lignes de fortifications (à partir des mâchicoulis ou bretèche par exemple). [tir frontal] Il se pratique en perpendiculaire par rapport aux lignes de fortifications. [tir de flanquement] Il se pratique en parallèle des lignes de fortifications. [tir d’écharpe] Il se pratique à 45° des lignes de fortifications.

134Tour : Édifice de plan massé et développé en hauteur. Elle se définit selon son plan de masse [quadrangulaire (carrée ou rectangulaire), circulaire, demi-circulaire]. Quelques cas sont spécifiques : [tour en éperon] avec un plan en forme de proue de navire ; [tour en fer à cheval] avec un plan de forme demi-circulaire relié à la courtine par deux flancs droits ; [tour ouverte à la gorge] non fermée sur son élévation du côté intérieur.

135Tour-porte : Ouvrage dont l’entrée principale est aménagée au rez-de-chaussée d’une tour. Elle peut se distinguer en fonction de sa position relative à la courtine [dans œuvre, hors-œuvre, etc.] ou de son plan [carré, rectangulaire, circulaire, etc.].

136Tracé : Projection de l’enceinte vue en plan.

137Tranchée de fondation : Creusement pour permettre la mise en œuvre de la fondation d’un mur.

138Vantail : Panneau plein, châssis vitré ou grille de fermeture qui pivote sur un de ses côtés, selon un axe vertical (souvent confondu avec la porte).

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search