Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Essais de synthèse et conclusion

Les abords de l’enceinte

Jacky Koch, Charles Kraemer, Jean-Denis Laffite et Renée Lansival

Texte intégral

1. INTRODUCTION (J. K., Ch. K.)

1.1. Définition du sujet

1Le rôle premier d’une enceinte, matérialisée par une palissade, une levée de terre ou un mur maçonné couplés à un fossé, était d’isoler une fraction de territoire d’un ensemble plus vaste. Elle établit une dialectique du “dedans” et du “dehors” en déterminant deux espaces, l’“intra muros” et l’“extra muros” réunis par une zone d’“interface”, caractérisés par ses abords. Situés de part et d’autre de la clôture, ces derniers ont des affectations propres, selon qu’ils sont situés à l’intérieur ou à l’extérieur, ou multiples dans le cas des grosses agglomérations.

  • 613 Espace qui désignait le glacis nécessaire à la protection des murs de Paris, appelé “zone non aedif (...)
  • 614 Il suffit de se référer au cadastre napoléonien pour constater, à quel point, cette notion recouvra (...)
  • 615 À Chambéry, les dépotoirs urbains comblaient les fossés de la ville (Leguay, 1984 : 82).

2Ce terme d’“abords” n’est pas défini sur le plan juridique pour la période médiévale et il n’existe pas de règle préétablie qui en définisse l’étendue au même titre, par exemple, que la “zone”613, apparue à l’Époque moderne, qui s’inscrit dans l’organisation de la topographie urbaine jusqu’à des époques récentes614. Durant le Moyen Âge, entre le xiie et le xve siècle, leurs contours sont restés flous, ce que les sources écrites démontrent. Ainsi, la ville de Tours avait été isolée avec ses propres déchets que les égouts ne suffisaient pas à évacuer (Leguay, 1984 : 57-59). Des éléments défensifs comme les fossés peuvent être rattachés à cette notion, dans la mesure où ils faisaient aussi fonction de tout-à-l’égout615. Traiter des abords revient donc à s’interroger sur l’émergence de certains espaces fonctionnels, privilégiés ou non, situés au voisinage de l’enceinte et qui se déplacent avec elle, lors de phases d’extension urbaine.

  • 616 Le terme Umland induit une notion de périphérie qui correspond “au plat-pays d’alentour” (Fray, 200 (...)

3Dans cette perspective, et en prenant garde de ne pas confondre les “abords immédiats” de l’enceinte avec ceux de la ville – l’Umland ou l’Hinterland616 – la zone a été limitée, à l’intérieur comme à l’extérieur, à une bande de terrain périphérique, d’une profondeur réduite à quelques mètres. Pourvue d’équipements spécifiques ou dépourvue de tout élément bâti, cette aire géographique permet ainsi de dégager une notion topographique rarement étudiée, mouvante avec l’extension de la fortification urbaine.

  • 617 Des informations microtoponymiques sont parfois indicatives de la fonction des abords. Ainsi, la ru (...)
  • 618 C’est le cas pour l’Alsace de l’Atlas de F.-J. Himly (1970) qui offre la matière à réflexion sur le (...)

4Les sources écrites médiévales restent laconiques sur l’appréhension et la définition de ces espaces et les historiens ont parfois montré que leur gestion, sous des formes variées, étaient pragmatiques et procédaient d’initiatives propres à chaque ville. L’étude de l’iconographie ancienne et la microtoponymie apportent un début de réponse à cette analyse617. Mais, comme certains textes, qui peuvent faire état de situations anciennes sans informer sur leur chronologie, des dessins de villes de l’Époque moderne ne doivent pas systématiquement être considérés comme représentant une réalité antérieure de plusieurs siècles. Ainsi, pour Épinal, le plan Bellot donne, en 1626, l’image d’une ville à peine sortie de ses fortifications du xiiie siècle, lesquelles comprenaient alors un espace bâti autour de la place de l’Âtre et de l’église et un espace vierge du côté de la Moselle, progressivement urbanisé entre le xve et le xviie siècle. Au final, en abordant les questions de la topographie et de la chronologie des enceintes urbaines, la multiplication des fouilles préventives a permis de mettre en évidence des indices concrets sur leurs aménagements périphériques, alimentant ainsi la problématique des “abords”, jusqu’alors essentiellement renseignée par des sources historiques et de rares plans anciens618.

1.2. Éléments d’études

5La problématique des abords des enceintes urbaines revêt de multiples aspects dont l’illustration à partir des dix-huit études monographiques réalisées sera enrichie de comparaisons avec quelques-unes des autres villes des deux régions ou de régions limitrophes.

6Dans un premier temps, il convient donc d’appréhender les formes d’occupation qui existaient autour de l’enceinte, la proportion et les liens entre espaces vides et espaces bâtis. Un espace pouvait rester “inoccupé” ou vide en raison de multiples facteurs : contingences topographiques (relief, cours d’eau) ou militaires, existence de voies de communication ou interventions et réaménagements tardifs, notamment des démolitions qui entraînaient l’interpénétration entre intérieurs et extérieurs. À l’inverse, les espaces bâtis existaient également en grand nombre et se déclinaient en plusieurs types :

  • les structures de pouvoir : châteaux et cours seigneuriales ou ecclésiales… la définition des rôles entre le château et la ville étant posée en analysant la topographie générale des sites ;

  • les structures religieuses : églises paroissiales, établissements conventuels, cimetières…

  • les structures de production : artisanat, moulins…

  • l’habitat civil et le réseau viaire.

7Tous ces éléments sont étudiés par rapport à leur localisation, intra ou extra muros, afin de tenter de dégager la spécificité de chacun de ces deux espaces. Mais l’étude resterait incomplète sans l’analyse des environnements géo-topographiques (relief, hydrographie) et humains qui, à leur façon, permettent de mesurer les contraintes qu’ils exercent sur les enceintes urbaines médiévales.

1.3. Les contraintes géographiques

1.3.1. Le relief

  • 619 Exposés au sud, ces terrains sont aujourd’hui occupés par des vergers.

8Le relief a naturellement conditionné les aménagements relatifs à la mise en défense d’une ville et influencé la forme d’occupation. Ainsi, à Kaysersberg, l’enceinte, raccordée au château, englobait des terrains à forte pente sans intérêt particulier619 ; à l’occasion de son extension au nord dans la deuxième moitié du xive siècle, un mur écran à vocation purement stratégique fut construit sur le rebord d’une falaise haute de 20 m. Moins marqués qu’en Alsace, compte tenu des contextes géomorphologiques, quelques exemples de villes lorraines où le château domine l’agglomération (Épinal, Saint-Mihiel ou Neufchâteau) possèdent une enceinte urbaine qui lui est physiquement raccordée en suivant le profil des pentes abruptes. À Sarrebourg toutefois, où le château occupe une position dominante, sans être installé sur un relief marqué, l’enceinte urbaine l’englobe et se développe sur une pente peu marquée jusqu’aux rives de la Sarre.

1.3.2. L’hydrographie

  • 620 Cf. infra Aménagements de berges et ponts.

9Les enceintes installées en fonds humides, voire marécageux, comme celle de Vic-sur-Seille, intègrent bien souvent le cours d’eau, détourné ou non, pour alimenter les fossés défensifs voire l’utiliser pour le fonctionnement d’infrastructures artisanales. Dans bien des cas toutefois, les cours d’eau traversent de part en part l’agglomération, franchissant par deux fois l’enceinte en imposant des aménagements spécifiques de défense. Les exemples sont nombreux. Parmi eux, celui du bourg fortifié de Saint-Mihiel, situé entre l’abbaye bénédictine du viiie siècle et le château édifié vers 1080 par les comtes de Bar, illustre sans doute le mieux, à lui seul, ces deux cas de figure. En amont de la ville, au niveau de l’enceinte, le ruisseau de la Marsoupe fut divisé en deux bras ; l’un, canalisé, reprenait le cours initial et traversait, dans un parcours quasi rectiligne, le bourg, tandis que l’autre faisait fonction de fossé en contournant l’enceinte par le sud ; les deux participaient à la protection de l’enclos abbatial quadrangulaire avant d’arroser la courtine sud de “La Halle” puis se jeter dans la Meuse. Comme à Saint-Mihiel, mais de façon encore plus marquée, l’enceinte urbaine de Haguenau, barre tout le fond du vallon. Installée en zone inondable, elle constitue de la sorte un obstacle majeur à l’écoulement de la Moder, dont le cours participait au xie siècle à la défense du château construit entre deux de ses bras. D’une façon générale, on retiendra que l’omniprésence de l’eau dans la ville conduit à s’interroger sur les chenaux aujourd’hui disparus, mais qui, dans bien des cas, marquèrent durablement la topographie urbaine médiévale. Elle invite aussi à poser la question de leur franchissement620 pour entrer dans l’agglomération, sans réellement apporter de réponses concrètes.

1.4. Les contraintes humaines : la préexistence d’un peuplement

10Au déterminisme géographique s’ajoute, dans bien des cas, un déterminisme humain relatif à la préexistence d’un habitat. Outre les cas des villes comme Metz, Toul et Verdun d’origine antique, les exemples sont nombreux d’agglomérations médiévales qui sont fortifiées en tenant compte de cette antériorité. En Lorraine, Saint-Mihiel entre dans ce cas de figure où l’enceinte du bourg, topographiquement associée au château de Sophie de Bar (fin du xie siècle), protège sans aucun doute le suburbium de l’abbaye bénédictine, né d’un noyau de peuplement du haut Moyen Âge. À Vic-sur-Seille, l’enceinte de la fin du xiie siècle absorbe le bourg primitif protégé de fossés, lequel semble encore se déduire de la lecture du parcellaire et du réseau viaire situés autour de l’église dont la dédicace, à saint Marien, ne laisse aucun doute sur son origine mérovingienne. À Sarrebourg, l’enceinte, construite vers 1130, puis renforcée d’un contre-mur au xiiie siècle, permet de réunir dans un même espace le château des évêques de Metz et la bourgade concentrée autour de l’église Saint-Étienne, d’origine gallo-romaine. À Épinal encore, la naissance de la ville se fait, certes, à partir d’une abbaye, d’un marché et d’un château, mais aussi à partir de deux manses relevant de la paroisse mère voisine de Dognéville.

2. L’ESPACE INTRA MUROS

2.1. Les structures du pouvoir laïque (J. K., Ch. K.)

11Au sein du pouvoir laïque se distinguaient deux composantes organiques, l’autorité municipale et la (ou les) seigneurie(s) temporelle(s). Ainsi, le château pouvait être associé à une agglomération antérieure, être à l’origine d’un bourg castral ou être imbriqué dans le tissu urbain. La cour seigneuriale en revanche, autrement dit le palais, était plus étroitement inscrite dans la trame urbaine, et remplaçait le château lorsque ce dernier était trop éloigné de l’habitat.

2.1.1. Le château

  • 621 Le phasage des maçonneries démontre que l’enceinte castrale reconstruite entre 1264 et 1268 fut rat (...)
  • 622 Hof zu Sant Margreden.

12Bien souvent construit à l’écart d’habitats préexistants, sur de sites de hauteur d’abord, au moins jusque dans la première moitié du xiiie siècle, ou en plaine (Burckel, 2000) mais le plus souvent en position dominante, le château conduit peu à peu à la réorganisation du peuplement dans un espace castralisé aménagé sur les faibles pentes ou au pied des escarpements. Dans ces deux cas, l’enceinte du château peut indifféremment constituer la clef de voûte du système défensif comme à Saint-Mihiel, Vaucouleurs, Épinal, Commercy avec le château Haut, Thann ou encore Haguenau, au moins pour sa première enceinte du xiie siècle associée au château de Frédéric Barberousse ; ou se confondre avec la fortification urbaine comme à Liverdun, Vic-sur-Seille, Sarrebourg et peut-être Mirecourt. En Alsace, où la montagne est quasi omniprésente et la plupart des châteaux en position dominante, il existe aussi quelques exemples de liaison quasi organique entre le château et l’enceinte urbaine. Kaysersberg en est une illustration où les deux ensembles sont construits simultanément dans le premier quart du xiiie siècle, avec une légère avance pour le château621 ; Ribeauvillé, une seconde, où après avoir racheté une cour ecclésiale622 en 1334 les sires de Ribeaupierre ont attendu près d’un siècle pour édifier sur ce même emplacement dominant la ville à l’ouest (Koch, 2000) un château urbain rattaché à la double enceinte de la fin du xiiie siècle.

2.1.2. Les cours seigneuriales

  • 623 Le cimetière fortifié peut être une autre forme représentative, mais aucun exemple n’a été abordé d (...)
  • 624 D’autres cours de cette famille étaient localisées à proximité des autres portes des différentes en (...)

13La seconde forme de représentation du pouvoir seigneurial s’exprime dans certaines villes par les cours privées présentes. Ces constructions occupaient un espace autonome, à proximité des portes, des tours, que leurs propriétaires pouvaient contrôler, ou encore de l’église ; mais leur topographie ne permet pas de les désigner sous le terme générique de “château”, un type de structure qu’elles pouvaient éventuellement remplacer. Souvent, elles étaient dévolues au logement d’une branche familiale ou encore au bailli et leur existence confirmait le lien politique et social entre leur occupant et la ville fortifiée623. Leur position était confortée par une installation à l’intérieur du périmètre fortifié, de préférence dans un angle du tracé de l’enceinte, comme à Ribeauvillé où la cour des Ribeaupierre, d’une superficie de près de 2000 m2, placée à proximité de la porte Haute ou porte des Bouchers624, dans l’angle nord-est de l’enceinte édifiée entre 1284 et 1287, était fermée par un mur maçonné épais de 0,80 m (Koch, 1996e).

2.2. Les structures religieuses (J. K., Ch. K.)

14Dans le domaine religieux, les églises de différents ordres, séculiers ou réguliers, occupaient, par rapport à l’enceinte, une situation spécifique bien souvent mise en évidence par l’analyse topographique. Ce domaine dispose d’un nombre intéressant de résultats de fouilles.

2.2.1. Les églises (paroissiales, conventuelles…)

  • 625 Une telle synthèse manque pour la Lorraine ; mais l’observation de quelques exemples démontre des c (...)
  • 626 Ce constat appelle une double réserve : cet auteur se basait sur l’interprétation de documents d’Ép (...)
  • 627 Ce dénombrement limité aux vingt et un exemples sur le total de soixante se distingue de deux autre (...)

15En Alsace, une première piste de réflexion est suggérée par l’Atlas des villes médiévales (Himly, 1970)625 dont l’analyse des plans (soixante pour les deux départements) montre, dans un tiers des cas (vingt-quatre), que les édifices religieux localisés intra muros étaient étroitement liés à l’enceinte626. Deux situations se distinguent : soit le mur délimite directement l’église ou l’enclos ecclésial (mitoyenneté), soit l’enceinte et l’édifice cultuel étaient séparés par une rangée de maisons (proximité). L’église paroissiale était associée à l’enceinte627 dans dix-huit des vingt-quatre édifices retenus (fig. 303). Dans les grandes villes (Colmar, Guebwiller ou Ribeauvillé), les ordres religieux (Franciscains, Dominicains ou Augustins) se cantonnent dans un angle du tracé selon une pratique courante. Mais les établissements ayant fait l’objet d’une fouille sont rares comme à Neufchâteau en Lorraine.

2.2.2. Rôles des églises intra muros

16La proximité immédiate de l’église et de l’enceinte a été indirectement mise en évidence à Haguenau, lors des fouilles de la cour du Raisin, par la découverte d’un mur qui formait la limite occidentale de la première enceinte maçonnée de la ville. En prolongeant son tracé vers le nord, il apparaît que ce mur passait à moins de 20 m à l’ouest de l’église paroissiale, fondée en 1143. Dans d’autres cas, l’église était structurellement intégrée dans l’enceinte. On peut l’admettre à Épinal, où l’église, abbatiale puis paroissiale, devait jouxter une première clôture réduite au périmètre du noyau urbain primitif, et son clocher, épaissi au xiiie siècle, en être un élément constitutif. Plus sûrement, à Thann, les fouilles de la place Joffre ont bien montré que le clocher de l’église participait aussi à la défense de la ville, comme tour de flanquement. Il en fut de même à Kaysersberg.

  • 628 La question de l’existence d’un lien similaire, entre la porte du Mouzon et le prieuré Saint-Nicola (...)
  • 629 Nous pouvons citer le cas emblématique de l’oriel du château de Landsberg (commune de Heiligenstein (...)
  • 630 Un plan de 1776 montre ces anomalies. L’angle de la façade occidentale fut rectifié lors de la rest (...)

17D’autres exemples, dont Sarrebourg, témoignent du rapport étroit entre les entrées de ville et l’église628. Celle-ci sacralisait-elle l’entrée au même titre que les statues placées en hauteur dans des niches aménagées dans des tours-portes et à l’identique d’une pratique fréquente dans l’aménagement des châteaux629 ? Cette relation spécifique a été reproduite à Ribeauvillé où l’église des Augustins, mise en chantier à l’extrême fin du xiiie siècle, occupait une place près de la porte Haute de la vieille ville. Conçue comme lieu d’inhumations d’une branche des sires de Ribeaupierre, elle fut en concurrence pendant plus d’un demi-siècle avec l’église paroissiale localisée dans la haute ville et reconstruite à partir de la même période. Sa construction dans la courbure de l’enceinte obligea les bâtisseurs à tronquer l’angle nord-ouest de la façade occidentale achevée peu après le milieu du xive siècle d’une part, et à placer les bâtiments claustraux perpendiculairement au chœur de l’autre630.

2.2.3. Les cimetières

  • 631 Citons l’église Saint-Georges à Haguenau.
  • 632 La fouille de “sauvetage” réalisée en 1995 n’a donné lieu à aucun rapport. Nous nous basons sur les (...)
  • 633 Cette situation ne put être réglée qu’au xve siècle, après l’achèvement de l’église paroissiale.

18À défaut d’être raccordée à l’église, l’enceinte pouvait envelopper le cimetière, dont l’existence tient avant tout à la proximité de l’église, qu’elle soit paroissiale ou conventuelle. À Ribeauvillé et à Thann, les fouilles ont permis d’observer ce phénomène rencontré ailleurs631. Le cimetière des Augustins de Ribeauvillé, au centre du bourg, servit à une partie de la population urbaine. Installé au sud de l’église conventuelle, sur l’actuelle place du Marché632, il fut étendu jusqu’aux abords de la porte des Bouchers. Cet exemple constitue un cas extrême d’insertion d’un couvent et de son cimetière dans l’espace prédéfini par la fortification. L’abandon du cimetière au xvie siècle se fit au profit de la place du Marché633. À l’inverse, l’extension du cimetière de Thann put bénéficier opportunément de la démolition de la première enceinte. Ici, le déplacement du mur défensif après 1360, lorsque la ville ayant doublé sa superficie fut dotée d’une vraie muraille, était accompagné par une gestion rationalisée du nouvel espace obtenu intra muros.

Ville

Statut de l’édifice

Mitoyenneté

Proximité

Ammerschwihr

Église paroissiale

X

Ammerschwihr

Dominicaines

X

Beinheim

Église paroissiale

X

Benfeld

Église paroissiale

X

Bergheim

Église paroissiale

X

Colmar (1)

Dominicains

X

Colmar (2)

Franciscains

X

Goersdorf

Église paroissiale - cimetière

X

Guebwiller

Dominicains

X

Haguenau

Église paroissiale - cimetière

X

Kaysersberg

Église paroissiale

X

Kientzheim

Église paroissiale

X

Lauterbourg

Église paroissiale

X

Masevaux

Abbatiale

X

Munster

Abbatiale

X

Mutzig

Église paroissiale

X

Reichshoffen

Église paroissiale

X

Ribeauvillé (1)

Église paroissiale

X

Ribeauvillé (2)

Augustins

X

Riquewihr

Église paroissiale

X

Saverne

Église paroissiale

X

Seltz

Église paroissiale

X

Soultz

Église paroissiale - cimetière

X

Thann

Église paroissiale - cimetière

X

Fig. 303. Relation entre église et enceinte en Alsace (source : Himly, 1970).

19Moins étudié, ce phénomène s’observe aussi en Lorraine, à Remiremont où l’enceinte de la ville forme une excroissance au niveau du cimetière qui entourait l’église Notre-Dame, aujourd’hui disparue, ou à Saint-Mihiel où l’enceinte passe aux abords immédiats de l’aître connu dès le xe siècle pour son activité diplomatique.

2.2.4. Quartiers canoniaux

20Ces quartiers spécifiques se situent à la charnière entre les fonctions spirituelles et le pouvoir temporel représentant l’autorité de tutelle.

21À Vic-sur-Seille, un chapitre de chanoines préexistait à la fortification de la ville. Ils y possédaient une église dédiée à saint Christophe qui fut intégrée au tracé de l’enceinte édifiée au xiiie siècle. Cet espace, situé “outre Seille” par rapport au bourg primitif, servait à la gestion des salines appartenant à l’abbaye de Salival, laquelle assurait, en contrepartie, le financement des travaux d’entretien d’une section de l’enceinte.

22À Thann, au xve siècle, des religieux du chapitre de Saint-Amarin en charge du pèlerinage à saint Thiébaud s’installent dans des maisons situées sur le front sud-est de l’enceinte bâtie à la fin du xiiie siècle. En 1360-1363, ce quartier fut étendu à l’est grâce au déplacement du front défensif. À la fin du xve siècle, de grandes maisons, dont le presbytère actuel, avaient pris place à l’arrière du mur.

2.3. espaces bâtis, espaces non bâtis (J. K., Ch. K., J.-D. L.)

  • 634 À Douai, un habitat en bois et torchis du xiiie siècle était adossé à l’enceinte (Esquieu, Pesez, 1 (...)

23D’emblée, il convient de remarquer que la configuration des bourgs ou des villes entre la fin du xiie et le xive siècle, à l’époque où les enceintes urbaines sont majoritairement construites, est largement méconnue. Les découvertes ne permettent pas de se faire une idée précise de leur emprise, uniquement appréciée, dans la plupart des cas, par l’organisation viaire générale et le tissu urbain, suggérés par le parcellaire actuel. Certains quartiers ou faubourgs constitués par un habitat civil bâti majoritairement en terre et en bois, n’ont souvent pas laissé d’empreintes majeures dans la topographie urbaine634.

24Ainsi, les abords immédiats de près de la moitié des dix-huit villes étudiées sont renseignés par des opérations d’archéologie préventive, ce qui explique le caractère fragmentaire des observations.

2.3.1. Questions de circulation

  • 635 À Hermance, en Suisse, au bord du lac Léman, les murs de plusieurs maisons mitoyennes qui ont fait (...)

25Intra muros, la circulation vers les éléments organiques de la défense, comme les tours de flanquement, est facilitée par des zones d’accès, aménagées entre des bâtiments (Mirecourt par exemple). Dans le cas de Soultzbach-les-Bains, le cadastre napoléonien confirme l’existence de parcelles en lanières qui desservaient les tours de flanquement semi-circulaires et séparaient les îlots dont les habitations étaient adossées à la courtine. La régularité du parcellaire bâti fait penser, dans ce cas présent, à un lotissement décrété par le maître d’ouvrage, peut-être dès la conception de la fortification urbaine635. Ce phénomène n’a pu être vérifié archéologiquement dans aucune des villes médiévales retenues dans le cadre de cette étude. À Neufchâteau pourtant, la fouille a montré, à proximité de la tour Rouyer, que les abords pouvaient changer, d’une phase à l’autre, de destination. En effet, au grand bâtiment du xiiie-xive siècle, appuyé contre le parement interne de la courtine sud, succède, au xve siècle, une aire de circulation qui témoigne peut-être d’un recul de l’habitat dans une période de déclin économique ; celle-ci est suivie au xvie siècle par la construction d’une maison marquant la reprise de l’urbanisation.

2.3.2. À propos d’espaces “vides”

  • 636 À Mirecourt, le cadastre du xixe siècle, montre bien un espace vierge de constructions entre les ma (...)

26Les opérations archéologiques ont, dans bien des cas, démontré l’existence d’espaces “vides” entre les quartiers urbains et le mur de ville. Certains de ces espaces englobés par la courtine médiévale, présents dans les parties basses des villes636, n’ont été conquis par l’habitat que tardivement, dès la fin du xive siècle à Épinal (Kraemer, 2000 : 52-53), où après remblaiement des secteurs déprimés, donc inondables, dans le courant des xviie et xviiie siècles. Ce phénomène a été mis en évidence lors d’opérations de sondages et de fouilles à Sarrebourg (le long de l’avenue Poincaré), à Vic-sur-Seille (ruelle d’Alyn et rue du Four-Banal), à Vaucouleurs (place Cardinal-Lépicier), à Haguenau (polyclinique Sainte-Odile). L’étude des vues et plans des xviie et xviiie siècles confirme encore la présence de ces zones “humides” incluses dans l’enceinte, occupées par des parcs et des jardins (Sarreguemines, ville basse le long de la Sarre ; Sarrebourg, quartiers nord et sud le long de l’enceinte ; Vic-sur-Seille, bords de Seille et quartiers est et ouest le long de l’enceinte). Ces espaces verts intra muros donnent à la ville médiévale un caractère encore fortement rural (Duby, 1980 : 198) et l’on peut finalement s’interroger sur les raisons, concernant ces cas particuliers au moins, qui font que le tracé des enceintes a englobé des espaces restés longtemps inhabités, plus tard occupés par des jardins. Les commanditaires des travaux de fortification ont-ils voulu anticiper la croissance urbaine et la construction de nouveaux quartiers, créer une aire de circulation derrière les murs dans un but défensif, ou encore écarter la ligne défensive de la courtine des îlots d’habitations les plus proches ? Pour Ph. Contamine (Contamine, 1978), la raison peut être directement liée au profit à réaliser par des opérations immobilières sur de nouveaux venus. À Épinal, le déplacement progressif du centre politique et économique de la place de l’Âtre vers la place du Poiron (actuelle place des Vosges), à partir de la fin du xive siècle, procède peut-être de cette logique (Kraemer, 2000).

2.4. Les activités de production (R. L.)

27Parmi les dix-huit études monographiques, quatre villes lorraines ont fourni quelques données concernant des activités artisanales aux abords des enceintes, dans l’espace intra muros (Mirecourt, Neufchâteau, Vaucouleurs et Sarreguemines).

2.4.1. La tannerie, le travail du cuir et l’équarrissage

28L’activité de tannage a été mise en évidence au travers de structures d’équipement localisées au sud du secteur enclos par la courtine du xive siècle, ainsi que par les vestiges observés le long du canal du Moulin à Mirecourt. Ces structures se présentent sous la forme d’un bassin dallé et maçonné en moellons, raccordé à un système de rigoles et canaux en pierre et relié à un bassin (de décantation ?).

29À Vaucouleurs, dans un îlot au nord de l’ancien centre urbain, entre la rue du Grand-Geoffroy et la ruelle des Muets, à une vingtaine de mètres en avant de la courtine, les témoins d’une activité d’extraction d’huile de pieds de bœufs, vraisemblablement destinée à l’entretien des cuirs et l’activité d’équarrissage, ont été observés sur une importante quantité de faune. Celle-ci a été recueillie dans le remplissage d’abandon de deux fosses appartenant à un ensemble de carrières d’extraction de matériaux de construction, du xiiie au xve siècle. Ces rejets de faune se répartissent en une masse de métatarses de bovins et en déchets de carcasses de chevaux ayant subi des traitements liés à l’équarrissage (traces de découpe : prélèvement de la peau, démembrement, séparation tête/tronc). De tels amas d’ossements de chevaux mâles et âgés sont connus dans des contextes urbains datés du xve siècle (Beauvais, Paris), en périphérie des villes, dans les secteurs proches des fortifications. On peut se poser la question de savoir si ces traces d’activité artisanale ne pouvaient être associées à une éventuelle tannerie ? La proximité de la rivière et de la rue de la Tannerie, sur la rive droite de la Vaize, va dans ce sens.

2.4.2. Les arts du feu

30À Sarreguemines, un puits intra muros découvert sur la place Goethe est situé à 1,80 m du parement intérieur de la courtine. Il s’agit d’un dépotoir au rebut d’un ensemble de céramiques dites grises cannelées auquel se mêlent des ratés de cuisson, des fragments de parois de four et des biscuits. Attribués à la fin du xve-début xvie siècle, ces artefacts de production laissent présumer la proximité d’un atelier de potier encore non localisé. Cette hypothèse est renforcée par la mise au jour au no 51, rue du Bac, à environ 30 m au nord du site de la place Goethe, d’une fosse aux parois tapissées par une épaisse couche d’argile plastique bleue. Localisée intra muros, à environ 7 m de l’enceinte, cette excavation était comblée par un sédiment contenant de nombreux tessons de céramiques grises cannelées du xve-xvie siècle.

31À Mirecourt, au nord, dans le secteur d’abord extra muros, furent observés un four à deux chambres de chauffe juxtaposées, vraisemblablement destinées à la fusion des matières premières et à leur recuit, un puits et une rigole d’évacuation, équipements du xive siècle, à mettre en relation avec une activité métallurgique ou verrière.

2.4.3. Des activités artisanales non identifiées

32À Neufchâteau, à la fin du xiiie ou au début du XIVe siècle, un bâtiment rectangulaire, situé dans l’espace intra muros, possède deux baquets en chêne contenant un sédiment blanchâtre fin et poudreux (cendre ou chaux). Ils furent découverts dans une fosse, dont le fond était tapissé de mortier de chaux, mêlé à des cendres et à des déchets de charbon.

2.5. Les structures indéterminées (J. K.)

33Une dernière catégorie d’édifices peut être mentionnée dans le cadre de l’étude des monuments situés intra muros. Il s’agit de constructions monumentales, inconnues dans les sources écrites, qui ont été exhumées à Neufchâteau et à Mirecourt. Leurs fonctions, civile ou religieuse, privée ou publique, n’ont pu être précisées, mais leur liaison avec l’enceinte urbaine leur confère probablement un statut particulier. Chaque bâtiment utilise l’enceinte comme mur de fond, ce qui suggère la situation privilégiée du maître d’ouvrage.

34À Mirecourt, un ensemble formé par un bâtiment en dur, de 13 m de longueur, et associé à une structure en bois, occupe, au xiiie siècle, l’angle sud-est de la ville. Cette situation particulière, avec la conservation d’un espace ouvert autour du bâtiment, particulièrement vers le mur occidental de l’enceinte, présente des similitudes avec les cours nobles décrites ci-dessus et observées en Alsace. À 4 m au sud de ce bâtiment, un alignement de trois poteaux délimite deux secteurs à sédimentation différente. L’un d’eux, caractérisé par la présence de déchets organiques phosphatés, reflèterait le passage ou la stabulation de bestiaux dans ce secteur. On peut dès lors se poser la question du lien de ce bâtiment avec une activité agro-pastorale.

35Le bâtiment identifié à Neufchâteau (xiiie-xive siècle) présente une organisation similaire. Englobé entre l’accès à la tour et un possible passage vers la rivière, cet édifice dont la fonction est inconnue, fut érigé, d’après l’étude stéréotomique des assises, immédiatement à la suite de l’enceinte et selon les mêmes procédés de construction. Faut-il y voir la marque d’un même maître d’œuvre pour le compte de maîtres d’ouvrages distincts (duc, bourgeois ou abbés de Mureau) ?

3. Les extérieurs (J. K., Ch. K., J.-D. L., R. L.)

36Moins documentés que les abords intra muros, les espaces extra muros constituent le parent pauvre de la recherche urbaine. Beaucoup de fouilles ont porté sur les fossés, éléments qui ne sauraient être séparés du système défensif ; mais elles ont rarement franchi la limite de la contrescarpe et apporté des résultats probants, sauf pour les grandes métropoles régionales où la densité de l’urbanisme entraîne plus facilement la découverte d’éléments de la topographie ancienne. Il est donc nécessaire de se tourner vers l’iconographie, quand elle existe, tout en restant attentif à sa fiabilité.

  • 637 Avec une réserve sur le fait que cet auteur mentionne beaucoup de structures extérieures, mais ne l (...)

37Sur la diversité des formes d’occupation des abords extérieurs, l’examen de l’atlas de Himly fournit, ici encore, un appoint incontournable pour l’Alsace637. Ces espaces recevaient fréquemment les installations liées à l’organisation sociale (hôpitaux, léproseries…) ou religieuse, notamment un certain nombre d’églises paroissiales, voire de prieurés. Deux facteurs intervenaient dans leur localisation “hors les murs”. Souvent l’édifice était antérieur à l’enceinte et la construction de cette dernière créait un nouveau périmètre urbain. Ces églises sont quasiment placées à l’extérieur dans le cas des villes conventuelles ou abbatiales. La naissance d’un bourg en marge de la zone réservée s’accompagnait de la création d’une paroisse autonome.

3.1. Rôle militaire des abords

38Extra muros, les aménagements civils ou religieux sont généralement peu fréquents du fait du caractère défensif de l’espace situé en avant de la courtine.

  • 638 Destruction du prieuré Saint-Christophe devant l’avancée des Messins. Cf. supra Vic-sur-Seille.
  • 639 Face à l’avancée des troupes de Charles le Téméraire, près de 660 maisons furent détruites aux abor (...)
  • 640 À l’exemple des bourgs rhénans de Bruchsal ou d’Ettingen (Lutz, 1998).

39Le rôle militaire de l’enceinte n’était pas uniquement rempli par le couple fossé/palissade ou fossé/muraille. Dans le domaine de la défense, la gestion des abords extérieurs était conditionnée par des impératifs stratégiques, au même titre que la “zone”, grande consommatrice de terrains qui se généralise avec les fortifications d’Époque moderne. Le fossé, simple ou double, appartenait d’abord au système défensif, même si l’eau d’une rivière pouvait, après coup, être valorisée sur le plan économique (force motrice pour les moulins, pêcheries…). Au-delà du fossé, les formes d’occupation telles que l’habitat ou d’autres structures bâties, pouvaient être rasées lors de menace immédiate (Vic-sur-Seille638 en 1376, ou encore à Strasbourg en 1475639) mais également de façon préventive, lorsque cela paraissait nécessaire aux autorités en charge de la défense640. Ce type de démarche évitait que des bâtiments puissent servir de retranchements à une armée ennemie.

3.2. Aménagements artisanaux liés à l’eau : moulin et pêcherie

  • 641 D’après le plan Deklier-Dellile de 1764.
  • 642 Cf. supra Neufchâteau, site du Trait-d’Union.

40Si l’aménagement de moulins intra muros est fréquent, il n’est pas rare d’en rencontrer à l’extérieur, édifiés sur un cours d’eau ou un canal de dérivation alimentant les fossés. C’est le cas à Épinal, au nord de la ville, près de la porte dite des Grands-Moulins et à Verdun où le moulin de la Magdeleine est situé au-devant de la courtine, dans un secteur occupé en grande partie, à l’Époque moderne, par des tanneries. À Neufchâteau, les fouilles ont mis en évidence les vestiges du moulin de l’abbaye de Mureau édifié sur une île du Mouzon, à l’extérieur de l’enceinte641. L’une des phases de construction est datée par dendrochronologie de la fin du xiiie-début du xive siècle642.

41À Molsheim, dans le Bas-Rhin, une grande excavation (22,50 m de large sur 1,30 m de profondeur), située à environ 5 m à l’est du mur de contrescarpe, a été interprétée soit comme un ancien fossé défensif, soit comme un ancien bras de la rivière ou une mare. Des alignements de pieux et une concentration de piquets sont peut-être les témoins d’une pêcherie, d’un vivier ou d’une installation de type artisanal, peut-être à mettre en relation avec le moulin épiscopal situé à proximité en aval du site. Quelques pieux de l’alignement, datés par dendrochronologie, ont été attribués avec réserves aux années 1242-1244. D’autres ont été datés par 14C des années 1040-1255 (datation calibrée à 95,4 %).

3.3. Aménagements de berges et ponts

42À l’extérieur, les abords sont parfois occupés par des aménagements de berges sur pieux : quai en bois à Haguenau, vers 1300, aménagement de canaux en particulier celui de la Bruche à Molsheim, ou encore des ponts ou passerelles en liaison avec l’enceinte urbaine à Sarrebourg et à Châtel-sur-Moselle.

43Dans le cas de Sarrebourg, deux ponts ont successivement assuré la communication entre les deux rives de la Sarre, en particulier entre l’enceinte urbaine et le faubourg d’Outre-Sarre. Le plus ancien, en bois, a été daté du xe siècle, tandis que le second, localisé à quelques dizaines de mètres au nord, ne semble pas antérieur au xiiie siècle et présente des indices de réparation au xviiie siècle. À Châtel-sur-Moselle, deux ponts en bois sont avérés par un alignement de pieux perpendiculaire au cours d’eau. Le premier daté par dendrochronologie aurait été construit vers la fin du xive siècle et se prolongeait vers la porte de la ville par un aménagement en pente douce de la berge. Il semble abandonné au profit d’un second pont bâti au cours du xve siècle, à mettre en relation avec la reconstruction de l’enceinte urbaine (Jacquemot, Masquilier, 1995 : 20).

4. BILAN ET PERSPECTIVES (J. K., Ch. K.)

44Les dix-huit cas de villes fortifiées ont permis, non seulement de réfléchir sur l’organisation des enceintes urbaines en Lorraine et en Alsace, mais encore de traiter, essentiellement grâce aux opérations de fouilles préventives, des abords de ces structures de protection des populations. En dépit du caractère ponctuel des découvertes, ces travaux ont conduit à mettre l’accent sur les aménagements ou l’absence d’aménagement en périphérie immédiate des enceintes, développant ainsi une problématique jusqu’alors souvent négligée.

45Sans chercher à poser des conclusions par trop hâtives, en raison de la rareté des données et de leur caractère fragmentaire, on constate que les abords extérieurs immédiats sont surtout occupés par des structures artisanales utilisant ou non l’eau des fossés ou des cours d’eau comme force motrice (moulin, pilant) ou comme ressource (pêcheries). À l’inverse, les abords intra muros offrent une plus grande variété de structures en lien avec toutes les fonctions (religieuse, politique, économique) rencontrées dans la ville médiévale. De l’habitat civil, adossé ou non à l’enceinte, aux aires de circulation permettant la desserte des équipements militaires, des églises intégrées à l’enceinte aux bâtiments à vocations mal définies de stockage ou de stabulation, du terrain vague au jardin, l’abord intérieur est en régulière mutation, relativement aux besoins de la communauté ou à la nécessité d’agrandir l’enceinte à de nouveaux espaces, bâtis ou non, déplaçant ainsi topographiquement le problème des abords.

  • 643 Metz, Strasbourg, Verdun

46Avec la mise en place de cette problématique, l’archéologie urbaine dispose d’un nouveau champ d’action dont il conviendra de tenir compte lors de futures opérations préventives. Dans ce contexte, la réalisation de nouvelles études topographiques urbaines, à l’image des DEPAVF643, constituerait une entrée en matière utile. Il serait illusoire de vouloir les orienter d’après les seules données “archivistiques” comme le prouve, a contrario, la diversité des exemples présentés dans ce chapitre, notamment les découvertes inédites à Mirecourt et Neufchâteau. Concernant les espaces “vides”, on conviendra que leur compréhension ne peut faire l’économie d’une approche paléo-environnementale.

47Au final, l’ensemble de cette recherche contribue favorablement à la réécriture de la topographie historique des villes, lesquelles se sont souvent senties à l’étroit dans la limite physique imposée par leur(s) mur(s) d’enceinte.

Notes

613 Espace qui désignait le glacis nécessaire à la protection des murs de Paris, appelé “zone non aedificandi” et qui devait donc rester terrain vague (Brunet et alii, 1993 : 517).

614 Il suffit de se référer au cadastre napoléonien pour constater, à quel point, cette notion recouvrait encore une évidence strictement militaire au xixe siècle. La notion doit son origine et son évolution à la poliorcétique, particulièrement avec l’augmentation de la portée des canons.

615 À Chambéry, les dépotoirs urbains comblaient les fossés de la ville (Leguay, 1984 : 82).

616 Le terme Umland induit une notion de périphérie qui correspond “au plat-pays d’alentour” (Fray, 2006 : 26-27) ou, plus largement pour les géographes, l’aire d’action et d’attraction urbaine (Brunet et alii, 1993 : 497). Quant à l’Hinterland, que l’on pourrait traduire par “arrière-pays”, c’est un terme qui n’est jamais utilisé par les historiens mais, par les géographes, pour désigner un espace terrestre d’approvisionnement ou de desserte des marchandises qui transitent par un port ; plus largement, il s’agit d’une sorte de complément spatial en forme de faire-valoir qui se double d’un haut et d’un bas, d’une périphérie (ruralisante) par rapport un centre (urbain) (Brunet et alii, 1993 : 45 et 255).

617 Des informations microtoponymiques sont parfois indicatives de la fonction des abords. Ainsi, la rue des Tanneries à Commercy, Verdun et Charmes, la rue des Prés à Kaysersberg…

618 C’est le cas pour l’Alsace de l’Atlas de F.-J. Himly (1970) qui offre la matière à réflexion sur le sujet.

619 Exposés au sud, ces terrains sont aujourd’hui occupés par des vergers.

620 Cf. infra Aménagements de berges et ponts.

621 Le phasage des maçonneries démontre que l’enceinte castrale reconstruite entre 1264 et 1268 fut rattrapée par celle de la ville dans un second temps.

622 Hof zu Sant Margreden.

623 Le cimetière fortifié peut être une autre forme représentative, mais aucun exemple n’a été abordé dans le cadre de notre étude.

624 D’autres cours de cette famille étaient localisées à proximité des autres portes des différentes entités fortifiées qui constituaient cette ville (Bernhard, 1888).

625 Une telle synthèse manque pour la Lorraine ; mais l’observation de quelques exemples démontre des convergences entre les deux régions. À Mirecourt, en 1303, l’église est construite extra muros, immédiatement au nord de la porte de la ville, mais elle est rapidement intra muros, suite à l’extension au cours du xive siècle de l’enceinte urbaine. À Bruyères, l’église annexe de celle, célèbre, de Champ-le-Duc, est construite près de la porte, contre la muraille à l’extérieur du “Clos” (Kraemer, 2006 : 65). À Hattonchâtel encore, l’église canoniale est bâtie dans un angle de l’enceinte et utilise une des tours (Kraemer, 1993 : 208).

626 Ce constat appelle une double réserve : cet auteur se basait sur l’interprétation de documents d’Époque moderne et peu de fouilles ont concerné les exemples cités depuis la publication de cet atlas.

627 Ce dénombrement limité aux vingt et un exemples sur le total de soixante se distingue de deux autres cas de figures : les églises placées en position centrale ou, à l’opposé, extra muros.

628 La question de l’existence d’un lien similaire, entre la porte du Mouzon et le prieuré Saint-Nicolas, peut être posée dans le cas de Neufchâteau.

629 Nous pouvons citer le cas emblématique de l’oriel du château de Landsberg (commune de Heiligenstein, Bas-Rhin) édifié autour de 1200. L’élément cultuel, saillant de l’enceinte, domine également la porte d’entrée principale.

630 Un plan de 1776 montre ces anomalies. L’angle de la façade occidentale fut rectifié lors de la restauration de l’ensemble en 1657. La révolte des paysans de 1525 avait provoqué le repli des frères Augustins sur la maison-mère à Bâle et l’abandon du site, deux années plus tard (Koch, 1996e : fig. 5).

631 Citons l’église Saint-Georges à Haguenau.

632 La fouille de “sauvetage” réalisée en 1995 n’a donné lieu à aucun rapport. Nous nous basons sur les informations orales transmises par M. Seiller, responsable de l’opération, que nous remercions.

633 Cette situation ne put être réglée qu’au xve siècle, après l’achèvement de l’église paroissiale.

634 À Douai, un habitat en bois et torchis du xiiie siècle était adossé à l’enceinte (Esquieu, Pesez, 1998 : 183-184, exemple no 11).

635 À Hermance, en Suisse, au bord du lac Léman, les murs de plusieurs maisons mitoyennes qui ont fait l’objet d’observations archéologiques, sont liés, donc contemporains, de l’enceinte (Bujard, 1997 : 19).

636 À Mirecourt, le cadastre du xixe siècle, montre bien un espace vierge de constructions entre les maisons qui bordent la rue Haute et la courtine occidentale. À Commercy, le quartier d’habitation du Val-des-Prés, mentionné déjà au xive siècle, témoigne vraisemblablement de l’urbanisation d’espaces verts.

637 Avec une réserve sur le fait que cet auteur mentionne beaucoup de structures extérieures, mais ne les a pas représentées sur les figures.

638 Destruction du prieuré Saint-Christophe devant l’avancée des Messins. Cf. supra Vic-sur-Seille.

639 Face à l’avancée des troupes de Charles le Téméraire, près de 660 maisons furent détruites aux abords de l’enceinte et les propriétaires reçurent un nouveau terrain à bâtir en 1477 (Hatt, 1929).

640 À l’exemple des bourgs rhénans de Bruchsal ou d’Ettingen (Lutz, 1998).

641 D’après le plan Deklier-Dellile de 1764.

642 Cf. supra Neufchâteau, site du Trait-d’Union.

643 Metz, Strasbourg, Verdun

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search