Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Vic-sur-Seille (Moselle)

Gérard Giuliato, Jean-Denis Laffite et Isabelle Déchanez-Clerc

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE

1.1. Contextes géographique et géologique (J.-D. L.)

1La localité de Vic-sur-Seille est installée dans le fond de la vallée de la Seille (fig. 257), sur un site de gué favorisé par un rétrécissement de sa largeur, dans le contexte géologique du Saulnois (bassin salifère du sud du plateau lorrain). Peu élevée, l’altitude de l’agglomération de Vic est comprise entre 204 et 210 m. Elle est de 200 m au niveau de la Seille.

2En fond de vallée, on trouve les marnes bariolées du Keuper inférieur qui recouvrent les couches à gypse et à sel gemme. En bord de vallée et dans les talus des coteaux, on rencontre de bas en haut les plaquettes calcaires de la dolomie de Beaumont, du Keuper moyen, recouvertes par les marnes irisées supérieures et couronnées par les couches de grès infraliasiques plus ou moins friables. Enfin, sur le plateau liasique, l’argile de Levallois est couverte par le calcaire à gryphées du Muschelkalk.

3La présence des gîtes salifères (remontées de nappes d’eau salée) dans le sous-sol a déterminé l’implantation humaine du Saulnois dès la Préhistoire autour des grandes sources qui affleurent en fond de vallées, de Salonnes (à l’ouest) à Vic, Moyenvic et Marsal, jusqu’à Dieuze (à l’est).

1.2. Historique des recherches (J.-D. L.)

4Outre les articles de G. Stiller issus de recherches en archives (Stiller, 1957-1959 et 1978), l’intérêt pour les vestiges médiévaux de la localité de Vic-sur-Seille est relativement récent, tant de la part des historiens (Boellinger, Siebert, 1982) que des archéologues. Il faut attendre les années 1990 pour qu’une campagne de relevés des vestiges en élévation de l’enceinte soit menée dans le cadre d’une prospection thématique “Enceintes collectives et châteaux - H 17”, dirigée de 1992 à 1994 par G. Giuliato (LAMEst, université Nancy 2) (Giuliato, 1993a : 181, 1993b, 1994a : 568, 1994b et 1994c). Des campagnes de prospection aérienne sont également régulièrement menées au cours des années 1980 et 1990 dans le secteur du Saulnois et sur la commune de Vic ; la ville médiévale est couverte en photographie aérienne entre 1994 et 1998 (Berton, 1989 ; Berton, Humbert, 1994). Parallèlement, une campagne de prospection-inventaire est menée à l’initiative de la cellule Carte archéologique du SRA de Lorraine (Laffite, 1992 et 1993). Avec le développement de l’archéologie préventive, des opérations de sondages de diagnostic et de fouilles d’évaluation ont été réalisées à proximité de l’enceinte à l’intérieur de la ville, ou à l’extérieur des fossés (Laffite, 1994a et b, 1998a et b, 2005b, 2007). Trois autres opérations ont concerné plus spécifiquement les vestiges du château des évêques de Metz, inclus dans le tracé sud de l’enceinte : une opération de sondage sur le corps de logis du xiiie-xve siècle (Thion, 1990 et 1991) ; un suivi de travaux permettant des observations sur les fondations de la courtine sud-ouest du château (Laffite, 1996 et 2003) ; un relevé topographique de l’enceinte castrale et des fossés sud, confondus avec ceux de l’enceinte urbaine par Th. Le Saint-Quinio (INRAP) et J.-D. Laffite en 2001 (fig. 258). Ces interventions archéologiques ont contribué à mieux comprendre la topographie urbaine et l’histoire des secteurs proches de l’enceinte.

1.3. État des connaissances

1.3.1. Origine de la ville, dénominations anciennes (J.-D. L.)

  • 381 Vicus : bourg, agglomération secondaire d’origine antique souvent installée sur un axe de circulati (...)

5Les plus anciennes mentions du Vicus Bodatius remontent à l’époque antique, puis au haut Moyen Âge sous la forme Bodesio vico au vie siècle, Subteriori Vico en 755, Subterior vicus qui dicitur Bodesius Vicus en 757 (actes de Charles II le Chauve), puis Wich in episcopati Metensi in Salinense en 893. On trouve la dénomination Vicus qui vocatur Wuich en 1065, Vicum Salinensem en 1163, Parrochiam Burgi qui Vicus dicitur en 1160, Grande Vicum en 1170, Vicum in Dioecesi Metensi en 1207, Grandem Vicum en 1218, Vy en 1227, puis Weich ou Wiche en 1435 et Vico en 1607381.

Fig. 257. Vic-sur-Seille. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.

  • 382 Découverte en 1976 du Trésor de Vic (Bertaux, 1986) et des vestiges structurés, présents entre 3,50 (...)

6Ce bourg d’origine gallo-romaine382 se développa dès le haut Moyen Âge (frappe monétaire mérovingienne) autour des salines ; Vic comptait cent dix poêles à sel au xiie siècle (Hiegel, 1980 : 51). Les grandes abbayes, les ducs de Bar et de Lorraine, l’évêque de Metz et les vassaux locaux se disputèrent cette richesse pendant toute la période féodale (Hiegel, 1980, 1981).

1.3.2. Contexte historique d’après les sources écrites (G. G., J.-D. L.)

  • 383 Meurisse (1634 : 440) indique que la ville était entourée “de haies et de murs en terre”.

7Si l’on se réfère aux indications de Meurisse, on peut supposer que le bourg primitif, groupé autour de l’église paroissiale Saint-Marien (fig. 258), était, dès le début de l’époque féodale, entouré de fossés, de haies et d’une levée de terre couronnée de pieux ou de haies383.

8À la fin du xiie siècle, la communauté décida de doter la ville d’une enceinte en pierre. Elle suivit l’exemple des bourgeois messins qui commençaient alors à fortifier les faubourgs de Metz.

9À la demande des Vicois, l’évêque Bertram obtint la participation financière des abbayes qui exploitaient des salines à Vic (Giuliato, 1994b : 117-135 ; Giuliato, 1996 : 120, note 20), l’enceinte constituant une sécurité supplémentaire pour leurs biens. En 1196 l’abbaye cistercienne de Trois-Fontaines accepta d’édifier 22,88 m de muraille et d’en assurer l’entretien. Les autres se contentèrent de verser des contributions financières. Les bourgeois supportèrent le reste des dépenses. À Metz, un prélèvement sur legs testamentaires servait à financer de telles opérations. Il en fut vraisemblablement de même à Vic puisqu’en 1344 l’évêque fut contraint de reconnaître qu’il n’avait jamais eu le moindre droit sur les dons par testament et que ceux-ci appartenaient de toute ancienneté aux bourgeois.

Fig. 258. Vic-sur-Seille. Proposition de tracé de l’enceinte sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. A. Porte d’Anval ou de Nancy ; B. Porte de Salival ; C. Porte de Metz ; D. Collégiale Saint-Étienne. DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.

10La construction de l’enceinte prit place dans un contexte politique bien précis. La mort prématurée de l’empereur Henri VI (1197) plongea l’État dans une crise politique qui eut des répercussions en Lorraine. Le comte de Dabo, voué du comté épiscopal de Metz et chargé de sa sécurité, prit le parti d’Othon de Brunswick (1198-1215) tandis que l’évêque Bertram opta pour Philippe de Souabe (1198-1208).

11L’évêque se tourna vers des princes laïcs susceptibles de défendre les intérêts épiscopaux. C’est ainsi qu’il érigea Vic en vouerie et la confia en 1197, ou plus sûrement en 1202, au comte Henri III de Salm.

12Le comte de Bar, soucieux de conserver une influence dans le Saulnois, s’inquiéta rapidement des travaux de fortification à Vic. Déjà en 1178, il avait obtenu de l’empereur Frédéric Ier l’interdiction de toute nouvelle forteresse entre ses châteaux de Mousson, Amance et la route de Metz à Vic. En 1207, Thiébaut Ier de Bar, redoutant une alliance entre l’évêque de Metz et le duc de Lorraine, s’empara de Vic, détruisit une grande partie de la ville et emmena une centaine d’habitants en otages qu’il dispersa dans plusieurs de ses châteaux. L’étendue des dégâts n’est pas connue.

13L’évêque Bertram séjourna occasionnellement à Vic comme l’attestent des chartes signées en ce lieu. En 1208, il fixa les redevances des abbayes sur chaque place à sel et rappela l’obligation d’entretenir les chemins, les puits et d’assurer la garde des portes de la ville.

14La chronique des évêques de Metz confirme que l’enceinte urbaine était achevée avant l’épiscopat de Conrad de Scharfenberg (1213-1224). Ce haut dignitaire cumula les fonctions d’évêque de Spire, d’évêque de Metz et de chancelier d’Empire. Il résida rarement en Lorraine, mais contribua à faire de Vic la première place forte de l’évêché en faisant édifier un château au sud de la ville, le moins pourvu en défenses naturelles. L’étude architecturale révèle l’adoption du plan polygonal avec tours de flanquement semi-circulaires, niches de tir avec archères à étrier et absence de donjon. Autant d’éléments caractéristiques d’un nouveau type de château élaboré dans le domaine royal capétien sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223).

15L’évêque Jean d’Apremont (1224-1239) consolida son pouvoir temporel en supprimant la charge de comte de Metz en 1225 et en récupérant les villes de Sarrebourg, Sarralbe et le château de Turquestein. Aucun document ne permet de lui attribuer une quelconque intervention à Vic.

16Son successeur, Jacques de Lorraine (1239-1260), joua par contre un rôle important à Vic qui fut une de ses résidences préférées. Les revenus des salines servirent à garantir les emprunts contractés auprès des banquiers messins et les dettes envers le comte de Bar. En 1247, la vouerie de Vic échut par héritage à Ferri de Blâmont, fils du comte de Salm. Écrasé de dettes, Ferri dut reprendre en fief de l’évêque les biens familiaux, puis engagea la vouerie pour 200 livres à des Messins. Les pouvoirs du voué se trouvaient fortement réduits et ne représentaient plus aucun risque pour l’évêque. Une allusion peu explicite laisse penser que Jacques de Lorraine contribua au renforcement des défenses urbaines de Vic (Giuliato, 1994b : 117-120).

17Après 1260, alors que le château était placé sous la surveillance d’un châtelain salarié, d’un portier et de vassaux, la garde de l’enceinte incombait aux bourgeois.

18Quelques mentions évoquent la porte de Marsal en 1288, la porte d’Anval en 1327 et la porte Saint-Christophe en 1392. Des portiers salariés y veillaient et manœuvraient les ponts. Les murs de la ville, les fossés, la tour Richart le Vieil, celle de Juvrecourt ou celle de Gorze, la porte de la Bonne Fontaine, la fontaine d’Alyn apparaissent fréquemment dans la documentation.

19L’épiscopat de Laurent de Lichtenberg marque le début des difficultés pour le temporel messin. En mai 1272, l’évêque fut battu et capturé avec nombre de ses vassaux à Hattigny par les troupes du duc de Lorraine et du comte de Bar. Les vainqueurs lui imposèrent d’écrasantes concessions financières. Ainsi le duc Ferri III s’empara de Vic, obtint la concession des droits de marché et exigea des otages qui ne furent libérés qu’après le mois de juin 1274.

20La situation s’aggrava au xive siècle. L’évêque Henri, originaire du Dauphiné, hérita en 1319 d’un lourd passif. Au lieu d’adopter une gestion prudente, il demanda aux banquiers messins un nouveau prêt de 15 000 livres tournois. Ceux-ci acceptèrent en échange de son appui contre une dangereuse coalition des princes de la région. Mais l’évêque utilisa cet argent pour guerroyer contre le comte de Savoie et conserva une neutralité bienveillante envers les princes lorrains à qui il devait déjà de grosses sommes. Pour faire patienter le comte de Bar, il lui engagea la châtellenie de Vic en novembre 1324. Le comte imposa alors aux bourgeois des taxes nouvelles non prévues par la coutume. Ceux-ci refusèrent de s’y soumettre et l’affaire dégénéra rapidement. Le 2 février 1325, le comte fit saccager la ville et expulsa la population. Cet épisode tragique fut comparé à un ouragan par les chroniques qui précisent que l’enceinte fut démantelée. Il convient de nuancer cette dernière indication puisque la documentation iconographique démontre que les portes urbaines construites au début du xiiie siècle subsistèrent jusqu’au milieu du xviie siècle.

21Les destructions contribuèrent à aggraver les difficultés d’exploitation des sources salées locales. Après 1326, la production de sel cessa à Vic. La paix fut signée le 3 mars 1326 et l’évêque prit des mesures destinées à faire revenir la population et à reconstruire l’enceinte. Il dut faire intervenir le pape Jean XXII pour contraindre, sous la menace d’excommunication, le comte de Bar à évacuer la ville et le château en 1330.

  • 384 Localité créée sur le ban d’Amelécourt, sur la vallée de la Petite Seille à 6 km au nord de Vic.

22Vic prit une nouvelle importance militaire à partir de 1341, quand le duc de Lorraine entreprit d’exploiter des salines et de construire un château qui donnèrent naissance à un nouveau bourg appelé Château-Salins384. L’évêque Adhémar de Monteil (1327-1361) multiplia les tentatives pour faire disparaître ce bastion lorrain. Les besoins financiers le poussèrent à exiger des taxes nouvelles des Vicois. Un grave différend éclata entre les parties. Finalement, par accord signé en 1344, l’évêque renonça à ses revendications, confirma les droits des habitants, dont celui de produire du sel à usage domestique, et accepta qu’ils fissent appel aux seigneurs et aux villes garants de l’accord en cas de violation de celui-ci par l’évêque.

23Les fortifications mirent la population à l’abri des menaces qui se multiplièrent à partir de 1360 en raison de l’extension du conflit franco-anglais : routiers bretons en 1364, troupes barroises et lorraines en 1368, troupes de la cité de Metz en 1373-1376. C’est dans ce contexte que l’évêque Thierry Bayer de Boppard (1363-1384) fit détruire le prieuré Saint-Christophe situé hors les murs, trop près de la porte urbaine du même nom et installa, en 1380, les religieux dans un couvent intra muros abandonné par les Béguines.

  • 385 Cf. infra, Étude des portes de la ville d’après des relevés du xviiie siècle.

24Les portes, élément le plus fragile de l’enceinte, furent renforcées par adjonction de barbacanes que les caractères architecturaux permettent de situer entre 1360 et 1460385.

25À partir de 1484, le siège épiscopal fut occupé par des prélats issus de la maison ducale de Lorraine ou alliés à celles-ci. Ils accordèrent l’accès de leurs places fortes aux troupes ducales et Vic-sur-Seille perdit ses fonctions de forteresse frontalière. Les évêques, puis les troupes françaises après 1552, portèrent leurs efforts sur l’adaptation des fortifications de Marsal et de Moyenvic aux progrès de l’artillerie de siège. Vic ne bénéficia que d’aménagements limités. L’angle sud-est de la ville conserve une tour adaptée à l’artillerie légère et un vestige de boulevard en terre appuyé contre la courtine côté ville.

26Les troubles engendrés par les guerres de Religion au xvie siècle puis l’occupation de la Lorraine par les troupes françaises du xviie siècle, assurèrent la pérennité de la fortification médiévale. Le retour de la paix au début du xviiie siècle accéléra le déclassement de l’enceinte. Les fossés furent loués comme jardins à des particuliers avec obligation de conserver un mur sur 4,60 m de haut.

  • 386 Cf. infra, Étude des portes de la ville d’après des relevés du xviiie siècle.

27En 1764, on détruisit les portes fortifiées386. La municipalité autorisa en 1771 Louis Maire, procureur fiscal du bailliage, à démolir trois tours à gauche de la porte d’Anval et à utiliser le fossé pour son exploitation agricole. Une commission municipale procéda à une visite de l’enceinte et en dressa un compte rendu le 28 juillet 1792 dans l’intention d’évaluer les travaux nécessaires car on redoutait alors l’invasion prussienne et autrichienne qui avançait dans le nord de la Lorraine. L’enquête n’eut pas de suite. Après 1815, le mur d’enceinte fut l’objet d’incessantes dégradations que le plan cadastral de 1830 permet de mesurer. Il subsista jusqu’à nos jours, aux endroits où il constitue une limite de propriété (Giuliato, 1994b : 121-124).

1.3.3. Relevés de vestiges en élévation et données topographiques

28Le relevé des vestiges de l’enceinte et des dernières tours encore en élévation a été effectué par G. Giuliato, dans le cadre du programme de prospection thématique “Enceintes collectives et châteaux - H 17”, de 1992 à 1994 (Giuliato, 1993a : 181, 1993b, 1994a : 568, 1994b et 1994c). Ce travail a pu être complété en 1997 et 2000 par J.-D. Laffite par l’étude topographique du site castral en relation avec l’enceinte urbaine (Laffite, 1996 et 2003 : 114-115).

1.3.3.1. Les vestiges d’une tour du xiiie siècle au nord-ouest de l’enceinte (G. G.)

29Dans le secteur nord-ouest, en dessous de la porte Saint-Christophe, le fossé est encore bien visible sur 150 m de longueur et une vingtaine de mètres de largeur. La courtine (épaisseur 1,50 m) est masquée par les gravats, mais son tracé reste visible en surface (longueur : 60 m) et sur certaines portions de la contrescarpe appareillée en blocs de grès.

30La tour D (fig. 258, tour no 37) présente un aspect très composite résultant de multiples aménagements. Circulaire à l’origine (diamètre : 7,60 m), elle se trouve amputée de l’extrémité ouest. Le parement nord a conservé son allure primitive, à la différence du parement sud récemment remaçonné sans souci d’exactitude. Le parement est ne semble guère antérieur au xviiie siècle, date à laquelle on aménagea l’intérieur de la tour en habitation comme en témoignent les ouvertures et la cheminée. Aucun élément défensif n’a pu être observé (Giuliato, 1994b : 133-134).

1.3.3.2. Les vestiges de tours à l’ouest de la porte d’Anval (G. G.)

31Le premier segment de l’enceinte qui prenait appui sur le château est conservé sur une longueur de 24 m et une hauteur de 1,50 m à 2 m. Il se caractérise par un parement en moyen appareil en pierres de grès soigneusement assisées.

32Le second segment, protégé par des bâtiments agricoles (ancienne ferme du château), présente un parement de même type sur 110 m et une courtine épaisse de 1 m et haute de 5 à 6 m. Deux tours semi-circulaires sont encore visibles. La tour A (diamètre : 7 m, murs épais de 1,50 m) a perdu son parement (fig. 258, tour no 21). Un rez-de-chaussée surélevé accessible par une porte percée dans la courtine conserve sa voûte maçonnée et deux ouvertures atypiques. La tour B se réduit à un rez-de-chaussée comblé (diamètre : 8,50 m, hauteur : 4 m) dont le parement fantaisiste résulte d’une restauration excessive (Giuliato, 1994b : 127-128) (fig. 258, tour no 20).

1.3.3.3. La tour à canonnière au sud-est de l’enceinte (G. G.)

33Dans l’angle sud-est, le fossé, large de 24 m est parfaitement conservé sur 200 m et une profondeur de 4 m. La courtine épaisse d’un mètre reste visible. Côté ville, on observe une levée de terre (longueur : 32 m, largeur : 8 m, hauteur 4 m), appuyée contre la courtine et qui pourrait correspondre à un boulevard d’artillerie de l’extrême fin du xve siècle ou plus vraisemblablement du xvie siècle.

34La tour d’artillerie C (fig. 258, tour no 13), de plan semi-circulaire (diamètre : 8 m, hauteur : 7 m), protège un angle de l’enceinte. Les murs épais de 2,50 m conservent un parement très soigné en moyen appareil. Le rez-de-chaussée autrefois aveugle présente encore une voûte maçonnée. Le premier étage abritait une chambre d’artillerie aux trois embrasures de tir. L’ouverture se réduit à un orifice de 30 cm puis s’élargit pour atteindre 1,10 m sur 40 cm à la gueule.

35L’analyse du parement montre qu’il ne s’agit pas d’une ancienne tour réaménagée mais bien d’une construction nouvelle adaptée à de petites armes à feu portatives, comme les arquebuses. Sa construction ne peut être antérieure à 1470. Elle est tout à fait caractéristique du xvie siècle, voire du début du xviie siècle (Giuliato, 1994b : 127-130).

1.3.3.4. L’enceinte urbaine sud et la courtine sud du château des évêques (J.-D. L.)

36L’enceinte urbaine et ses fossés n’ont pas encore fait l’objet d’un relevé topographique général. Seuls le site du château des évêques et les raccords immédiats de courtines et de fossés urbains ont été relevés (fig. 258). Elle a la particularité d’intégrer la courtine sud du site castral préexistant sur son pourtour sud-sud-ouest, sur une longueur de 175 m environ, dont 125 m qui correspondent à la façade sud du château et 50 m à des murs qui relient l’enceinte urbaine au château. Tous ces murs sont arasés au xixe siècle (fig. 259).

37Des travaux d’installation d’un réseau d’assainissement, réalisés à travers la cour Haute du château et la courtine sud-ouest, ont permis de réaliser des tranchées profondes de 2,30 m (Laffite, 1996). Il a ainsi été possible de relever l’emplacement des différents murs d’enceinte arasés au-dessus de leur fondation. Les remblais du fossé sud-ouest ont été sondés et un mur coupé. Ce dernier, datable du xvie siècle, épais de 2,50 m, est constitué d’un parement extérieur en briques, d’une fourrure maçonnée et, du côté intérieur, d’un remparement. Ce mur a été construit pour conforter le pied de la courtine médiévale, épaisse quant à elle de 1,70 m dans le secteur de la poterne sud du château.

  • 387 Bâtiments installés sur le terminus de l’ancienne gare de Vic datant de 1869-1873.

38À la suite de cette opération, un relevé topographique du site castral et de la zone des fossés sud de l’enceinte a été réalisé dans le but de reconstituer, à l’aide des plans anciens, la topographie du secteur remblayé au xixe siècle. Actuellement, les fossés sud remblayés sont situés sous un parking bétonné de l’ancienne usine EFKA387, à une altitude comprise entre 209,50 et 211 m. Dans un secteur plus à l’est, l’espace est également remblayé sous un terrain en jardin et en friche, jusqu’à 210-221 m. Les travaux de comblement datent de l’installation de l’ancienne gare. Seul le sommet du mur en brique chaîné de blocs calcaires avec remparement, datable du xvie siècle, apparaît encore en élévation de 211 à 213 m d’altitude, dans un bon état de conservation. Le plan du cadastre de 1830 laisse apparaître à cet endroit un fossé large de plus de 20 m. Une poterne sous une tour carrée du château existait encore à cette date, dans l’angle sud-ouest de la courtine du château, avec un pont dormant sur la moitié du fossé et un système de pont-levis permettant une sortie sur le parc du château et la campagne au sud du site (Laffite, 2003 : 119). L’altitude au pied de la courtine sud du château est de 210 m. D’après les niveaux des fossés comblés juste à leur limite supérieure, situés dans le secteur de la fontaine d’Alyn, et des douves du château sur le côté ouest et nord-ouest, actuellement en eau, on estime l’altitude du fond du fossé sud à 200-202 m, soit une profondeur de 8 à 10 m à l’origine pour une vingtaine de mètres de large.

Fig. 259. Vic-sur-Seille. Plan cadastral de 1830 et implantation du tracé de l’enceinte restitué d’après les documents du xviie siècle, échelle 1/5 000. DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.

1.3.4. L’enceinte et la ville d’après des plans et vues des xviie et xviiie siècles (J.-D. L.)

  • 388 Cf. sources iconographiques.

39Les archives ne conservent que cinq plans et vues de Vic réalisés au xviie siècle (fig. 260 et 261) et autant pour le xviiie siècle (fig. 262 à 264)388. La plupart ne sont pas utilisables pour permettre une restitution graphique précise des différents éléments défensifs, car ils sont souvent simplifiés ou erronés.

  • 389 Cf. sources iconographiques : Silvestre, vers 1665.
  • 390 Cf. infra : Les éléments de fortification de l’enceinte de Vic et du château des évêques…

40Parmi les documents graphiques inventoriés et critiqués, la représentation de la ville par Israël Silvestre389, vers 1665 (fig. 261)390, est, sans conteste, le plus intéressant pour la connaissance des vestiges de l’enceinte médiévale encore en élévation et entretenus, à cette date où Louis XIV prend Marsal par la force. Ce dessin, d’une grande qualité graphique, est la seule représentation réaliste de la ville de Vic et de son enceinte pour l’Époque moderne. Il s’agit d’une vue cavalière prise du nord, des coteaux du vignoble vicois. Ce dessin, encré à la plume et aquarellé, offre une vision précise de la bourgade fortifiée et de sa campagne environnante. On y distingue les différentes toitures couvertes de tuiles couleur brique et d’ardoises en gris bleu. La représentation des détails de la fortification, du nombre des tours et de certains bâtiments publics et religieux reconnaissables en fait un document iconographique précieux et digne de foi. On peut également appréhender le paysage urbain au sein de ses murailles dans sa globalité, puisque tous les quartiers sont visibles, ainsi que certaines rues et places reconnaissables. La représentation du château des évêques de Metz, qui se trouve au second plan vers le sud de l’enceinte urbaine, est instructive pour la détermination des différents bâtiments, des tours et des courtines. Leurs toitures sont bien visibles, ainsi que les éléments du système défensif. On distingue certaines tours et toits qui dominent l’ensemble, comme la tour du pavillon du château ou le haut toit conique de la tour Renaissance du corps de logis sud.

  • 391 Cf. sources iconographiques : Mérian 1656.
  • 392 Cf. infra, Les éléments de fortification de l’enceinte de Vic et du château des évêques…

41Une autre vue cavalière exécutée par Mérian391 vers 1656, prise du côté des jardins au sud de l’agglomération, montre une ville fortifiée dont le système défensif apparaît délabré, avec des tours pour la plupart découvertes. Les murailles semblent endommagées ainsi que le château qui apparemment n’a conservé que la toiture de son pavillon. La date de réalisation de ce document, au milieu du xviie siècle (dans le style de Jacques Callot), correspond à une époque où Vic a déjà souffert de la Guerre de Trente Ans. La vue d’I. Sylvestre, quant à elle, montre un autre aspect d’une ville remise de la guerre avec ses fortifications relevées, ses toitures de bâtiments restaurées. Seuls subsistent quelques arrachements sur les courtines du front nord et nord-est de l’enceinte à l’emplacement de tours détruites et non rétablies, ainsi que des interruptions du chemin de ronde de la courtine392.

42Ce dessin d’Israël Silvestre est à mettre en parallèle avec un autre document graphique anonyme datant probablement du début du xviie siècle, qui représente Vic en plan (fig. 260). Il s’agit d’un plan toisé de l’enceinte urbaine et du château. L’habitat urbain n’y figure pas et la campagne environnante est représentée de manière très schématique. Seules les fortifications et quelques aménagements sont visibles. On distingue le tracé assez fidèlement restitué en plan de l’enceinte et des fossés, les trois portes de la ville, le plan détaillé des bâtiments du Chasteau, avec sa poterne, son parc arboré et la ferme seigneuriale attenante. On remarque aussi les ponts de la Seille, les barrages de pilotis à travers le cours de la rivière au niveau de l’enceinte, ainsi que le moulin de l’évêque et ses digues. Dans la campagne, sont représentés succinctement les routes et les chemins, le calvaire et une chapelle, la ferme de la Grange Fouquet. Ce plan simplifié comporte une échelle graduée de 200 toises, mais elle s’avère approximative (probablement étalonnée sur la toise de France de 1,949 m). Il apparaît imprécis sur certains secteurs et comporte quelques erreurs de levée. Néanmoins, il est intéressant au niveau de certains détails concernant l’enceinte et ses tours, ainsi que pour le plan du site castral, qui est le seul que l’on connaisse pour la période moderne, avant le plan cadastral de 1830 (fig. 259).

43Avec le dessin d’Israël Silvestre, ce plan présente l’état de l’enceinte et de ses tours qui étaient encore debout au xviie siècle. C’est une représentation qui donne, par conséquent, une image relative de la réalité d’une enceinte médiévale mise en place dès la fin du xiie siècle et au xiiie siècle, enceinte qui a évolué avec l’adaptation à l’artillerie au cours des xve et xvie siècles. On notera sur ces deux documents que certains fronts de l’enceinte sont bien garnis de tours flanquantes régulièrement disposées et d’autres où l’absence de tours (certainement détruites) est déjà manifeste au xviie siècle. Deux siècles plus tard, vers 1870, la majeure partie des fortifications de la ville et du château, tombées en désuétude, aura disparu.

44Israël Silvestre, dessinateur de Louis XIV, excellent dans le réalisme de ses représentations paysagères et urbaines, est venu dans les places fortes de l’est, vers 1665. Il en réalise des croquis que possède le souverain dans le contexte des conquêtes sur le front nord-est du royaume de France. On connaît des vues cavalières de Verdun, de Metz qui ressemblent à la vue esquissée de Vic, et les célèbres vues et perspectives de Nancy, sa ville natale.

Fig. 260. Vic-sur-Seille. Plan de Vic et du château, dessin encré d’un anonyme du début du xviie siècle (AD Mos. CP 1170).

Fig. 261.Vic-sur-Seille. Vue cavalière de l’enceinte urbaine de Vic et de sa campagne environnante (dessin aquarellé), par Israël Silvestre, vers 1665 (Musée du Louvre, Dépt des Arts graphiques Inv. 33068).

Fig. 262. Vic-sur-Seille. « Plan de la ville et finage de Vic et ban meslé avec Moyenvic », terrier général de l’abbaye de Gorze (dessin encré et lavis couleurs), par P. Villain, en 1748-1749 (AD Mos. H755).

Fig. 263.Vic-sur-Seille. « Plan de Vic sur le plan de la partie de la route sur les évêchés de Moyenvic à Nancy par Moncel » (dessin encré et lavis couleurs), par Dargent, en 1765-1774 (AD Mos. C 850/12).

Fig. 264. Vic-sur-Seille. Plans et vues de la porte de Metz et de la porte de Nancy en 1764 (plume et aquarelle), par un anonyme vers 1764, FG 6 Vic 1, BM Nancy Fonds lorrain Favier 3182.

1.3.5. Les éléments de fortification de l’enceinte de Vic et du château des évêques d’après le dessin d’I. Silvestre réalisé vers 1665 (J.-D. L. avec la coll. d’I. D.-C.)

45On a dénombré et identifié vingt-huit tours en élévation sur ce dessin, et quatre déjà disparues à cette époque sur le front nord-est de la ville, de part et d’autre de la porte de Salival. L’extérieur de cette porte et l’intérieur de celle d’Anval sont visibles. Les chemins de ronde de la courtine paraissent entretenus et couverts, mais certains segments sont délabrés et interrompus par l’arrachement de tours effondrées. Les fenêtres de tir et les créneaux sont visibles. Les toitures des tours, généralement couvertes de tuiles, sont en bon état. La taille et la typologie des tours varient selon leur position (tour d’angle ou cavalière, tour d’appui, tour basse, tour flanquante). Parmi elles, la tour flanquante est la plus fréquente.

46Une liste descriptive des différents éléments de fortification à cette date a été établie. La numérotation des éléments identifiés a été reportée sur plan (fig. 258) et le tracé du dessin repris en DAO (fig. 265 à 269) :

  1. Grande tour nord, tour d’angle ou cavalière à clocheton, la plus haute en élévation, placée au point le plus élevé de l’enceinte, domine la porte de Metz et la ville au pied des coteaux (toiture d’ardoise) ;

  2. Tour flanquante, disparue au xviie siècle (arrachement de muraille) ;

  3. Tour flanquante, disparue au xviie siècle (interruption des créneaux, réfection probable de la courtine) ;

  4. Châtelet de la porte de Salival (dite également de Marsal ou de la Bonne Fontaine) et barbacane ;

  5. Tour flanquante, disparue au xviie siècle (arrachement de muraille) ;

  6. Mur pignon d’un bâtiment situé à l’arrière de la collégiale Saint-Étienne, intégré à la courtine nord-est ;

  7. Tour flanquante, disparue au xviie siècle (arrachement de muraille) ;

  8. Tour basse de la Seille, passage amont, rive nord ;

  9. Tour basse de la Seille, passage amont, rive sud ;

  10. Tour jumelle, poterne entre les deux ( ?). Toiture rabaissée ;

  11. Tour jumelle masquée en partie par la tour 10, toiture rabaissée ;

  12. Tour flanquante ;

  13. Tour d’angle de courtine, tour d’artillerie du xve siècle, réfection. La seule en élévation conservée actuellement ;

  14. Tour flanquante à la toiture rabaissée ;

  15. Tour flanquante en appui contre une ancienne courtine (conservée en partie à l’arrière), en relais avec un nouveau tronçon de courtine ;

  16. Grosse tour d’appui large ;

  17. Tour est de la porte d’Anval (ou de Nancy), prisons (toiture d’ardoise) ;

  18. Châtelet de la porte d’Anval, porte charretière et barbacane à l’extérieur (toiture d’ardoise) ;

  19. Tour ouest de la porte d’Anval, prisons (toiture d’ardoise) ;

  20. Tour d’appui de la ferme du château, avec clocheton (toiture d’ardoise). Vestiges actuels de la base de la tour ;

  21. Tour d’appui de la ferme du château, à deux épis de faîtage (toiture d’ardoise). Vestiges actuels de la base de la tour ;

  22. Tour d’angle, relais avec la courtine castrale, sans toiture. Vestiges actuels de la base de la tour ;

  23. Site castral, enceinte du château des évêques de Metz du début du xiiie siècle au début du xviiie siècle. La plupart des tours ont une toiture d’ardoise ;

  24. Poterne sud du château ;

  25. Tour basse flanquante masquée par la courtine (sans toiture ou détruite ?) ;

  26. Tour large d’appui de la Fontaine d’Alyn (source captée dans les caves) ;

  27. Tour flanquante d’angle appartenant à la série de tours rapprochées du front sud-ouest ;

  28. Tour flanquante appartenant à la série de tours rapprochées du front sud-ouest ;

  29. Tour flanquante appartenant à la série de tours rapprochées du front sud-ouest ;

  30. Tour d’appui appartenant à la série de tours rapprochées du front sud-ouest ;

  31. Tour flanquante appartenant à la série de tours rapprochées du front sud-ouest ;

  32. Tour flanquante rabaissée ( ?) appartenant à la série de tours rapprochées du front sud-ouest ;

  33. Tour de la Seille, passage aval, rive sud. Toiture rabaissée à un pan ;

  34. Tour de la Seille, passage aval, rive nord ;

  35. Tour flanquante ;

  36. Tour d’appui. Vestiges actuels de la base de la tour ;

  37. Tour flanquante. Vestiges actuels de la base de la tour ;

  38. Tour flanquante ;

  39. Tour flanquante ;

  40. Tour porte de la porte de Metz, tour du xiiie siècle doublée par une avancée du xve siècle avec portes charretière et piétonne (toiture d’ardoise) ;

  41. Tour flanquante probable ;

  42. Barbacane de la porte d’Anval, en ruine au xviiie s. ;

  43. Barbacane de la porte de Salival, en état au xviiie s.

Fig. 265. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur sud de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite/INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.

Fig. 266. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur sud et centre sud de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite/INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.

Fig. 267. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur centre et nord-est de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite/INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.

Fig. 268. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur nord-est et nord-ouest de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite/INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.

Fig. 269. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur nord de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite / INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc / INRAP.

1.3.6. Étude des portes de la ville d’après des relevés du xviiie siècle

1.3.6.1. La porte de Metz ou porte Saint-Christophe (G. G., J.-D. L.)

47Elle est située au nord-nord-ouest de la ville sur la route de Metz (fig. 258, no 40). Elle appartient à la catégorie des tours-portes rectangulaires (12,50 x 12 m) avec des murs épais de 2,40 m encadrant un passage large de 7,20 m qui comporte une herse, un sas (7,20 x 3,50 m) et une porte à deux vantaux. Ce type est identique à celui de la porte du château de Mennetou-sur-Cher (Loir-et-Cher) édifié vers 1220.

  • 393 Cf. sources iconographiques : Anonyme, vers 1764.

48Cette porte fut doublée par un ouvrage extérieur (11,50 x 12,50 m) aux murs épais de 2 m entourant un sas (9 x 8,40 m) pourvu d’une porte piétonne (1,20 m) et d’une porte cochère (4,80 m) fermant toutes deux par des ponts-levis à flèches. L’ouvrage avait une hauteur de 14 m sans compter 3 m de toiture. Les tabliers des ponts mesuraient 5,50 m et les flèches 7,40 m. Entre les flèches prenait place une fenêtre (2,40 x 1,20 m) surmontant un mâchicoulis (4,40 m) supporté par trois consoles sans décor. L’ensemble de ces éléments permet de situer la construction entre 1360 et 1450. Si l’on se souvient que le prieuré Saint-Christophe, qui dominait topographiquement la porte, fut détruit en 1380 pour empêcher les assaillants de s’y installer, il est tentant de placer à cette époque le renforcement de la porte (Giuliato, 1994b : 130-133). On connaît son plan ainsi qu’une vue dessinée vers 1764393 (fig. 264), qui représente sa façade extérieure tout à fait comparable à celle de la porte du château de Void (Meuse) datée du xive-xve siècle.

1.3.6.2. La porte d’Anval ou porte de Nancy (G. G.)

49Elle est située au sud-sud-est de la ville sur la route de Nancy (fig. 258 et 260, no 18). Le même document iconographique (fig. 264), réalisé vers 1764, avant la destruction de l’ouvrage, permet d’en préciser la structure. Flanquée par deux tours semi-circulaires fermées à la gorge (fig. 258 et 260, nos 17 et 19) (diamètre : 9,60 m, épaisseur des murs : 1 m), la porte se composait d’un passage (largeur : 5,60 m, longueur : 6,20 m) protégé par une herse, un sas et des vantaux. Elle s’apparentait au modèle de porterie apparu aux environs de 1200 dans le domaine royal français. Elle était précédée d’un ouvrage au tracé coudé (longueur : 13 + 11 m) et dont la largeur allait en se réduisant (9 m puis 5 m) jusqu’à une porte cochère à deux vantaux et un pont-levis à flèches (fig. 258 et 260, no 42). L’accès à la porte piétonne se faisait par un corps de garde (15,60 x 7,5 m). L’architecture de cette barbacane permet de dater sa construction. Celle-ci ne peut pas être antérieure à 1350, date d’apparition du pont-levis à flèches et des entrées doubles. Elle ne peut être postérieure à 1480-1490, date à laquelle les progrès de l’artillerie imposèrent la construction de barbacanes pentagonales ou en éperon comme celle qui semble avoir existé devant le fossé (Giuliato, 1994b : 127-129).

1.3.6.3. La porte de Salival ou porte de Marsal ou de la Bonne Fontaine (J.-D. L.)

  • 394 Cf. sources iconographiques : Dargent, 1765-1774.

50La porte de Marsal (fig. 258, no 4) donnait accès à la route de la Seille qui longe la rive nord de la rivière en direction de l’abbaye de Salival et de la ville de Marsal, situées à 3 et 5 km plus à l’est. Elle était l’aboutissement de la rue des Salines qui traverse le quartier nord-est de l’agglomération médiévale, où se trouve également l’ancienne collégiale Saint-Étienne (fig. 266, bâtiment no 6), fondée en 1240 (Lepage, 1862), aujourd’hui disparue. Cette porte est mentionnée en 1288. Elle est appelée également porte de la Bonne Fontaine (Giuliato, 1994b : 121), située à la sortie immédiate de la porte fortifiée. D’après son altitude, les fossés sous le pont-levis devaient être en eau, directement raccordés à la Seille par le fossé nord-est de la ville. Cette porte est moins documentée que les deux autres portes principales de la ville, mais on la perçoit sur un plan du xviiie siècle de Dargent394 (fig. 263). Elle est semblable à celle de Nancy avec un système d’entrée en barbacane de la fin du Moyen Âge. On la distingue aussi partiellement en vue extérieure sur le dessin d’Israël Silvestre daté vers 1665 (fig. 261).

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

51Les travaux récemment réalisés sur l’enceinte de Vic et ses abords immédiats ont été limités en surface et en nombre ; ils correspondent à trois opérations de sondages diagnostics ponctuels (fig. 258). Les vestiges de la courtine n’ont par ailleurs jamais été coupés. Néanmoins l’étude des sources iconographiques issues des archives des xviie et xviiie siècles a permis la restitution du tracé et du développement topographique de l’enceinte et du site castral associé.

2.1. Le fossé de l’enceinte préurbaine, ruelle d’Alyn (J.-D. L.)

2.1.1. Présentation du site

2.1.1.1. Circonstance de l’intervention

52Une opération de sondages archéologiques a été effectuée en amont d’un projet de lotissement sur une surface de 2 500 m2 en 1993 par l’AFAN, à la demande du SRA de Lorraine (Laffite, 1994a et b).

2.1.1.2. Localisation

53Le site occupe l’emplacement d’anciens jardins de la vieille ville, présents immédiatement au nord-ouest du site du château des évêques (fig. 270). La parcelle est localisée entre 20 et 100 m à l’intérieur du mur de l’enceinte urbaine du xiiie siècle. Quant au tronçon de fossé découvert, il est distant de l’enceinte de 50 m au sud, à 115 m au nord. Au sud, il est à 30 m seulement des profonds fossés du château, encore en eau ; au nord, il est à 280 m de la rivière, son débouché naturel probable.

2.1.1.3. Type de vestiges observés

54Un tronçon de fossé, au comblement de limons argileux d’origine marécageuse, a pu être observé dans un secteur bas de la ville, sous d’importants remblais médiévaux et modernes.

2.1.1.4. Superficie et longueurs observées

55Le segment de fossé couvre un secteur de 50 m de long sur environ 20 à 25 m de large. Orienté sud-est/nord-ouest, il est légèrement incurvé vers l’est. Sa cote d’apparition sous des remblais postérieurs est à 2,50 m de profondeur par rapport au niveau du sol de la parcelle dans sa partie centrale et à environ 2,30 m sur ses marges.

2.1.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

56La seule structure médiévale mise au jour correspond à ce tronçon de fossé comblé. On note des indices d’occupations antérieures, notamment antiques.

2.1.2.1. Un fossé primitif du bourg antérieur à la fin du xiie siècle

57Les données structurelles. Plusieurs sondages ont permis de réaliser des observations stratigraphiques jusqu’à 2,50 m de profondeur, voire 3,50 m ponctuellement, qui ont apporté de nouvelles informations sur la topographie urbaine médiévale de ce secteur, mais les sondages ont été perturbés par la montée de la nappe phréatique. Le terrain est constitué de remblais épais de 2,30 à 2,50 m, composés de gravats pauvres en matériel archéologique, mais datables dans un horizon compris entre le xive et le xixe siècle et recouverts de terre “de jardin”. Ces remblais ont été installés pour rehausser le niveau du sol de ce secteur humide et pour sceller le comblement vaseux d’un fossé large d’une vingtaine de mètres, antérieur aux aménagements de l’enceinte du xiiie siècle.

58Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Les parties hautes des talus, à l’intérieur et l’extérieur du fossé, ne sont pas aménagées. Le profil du creusement semble en V (fig. 271). Le comblement central d’aspect hydromorphe a été ponctuellement sondé jusqu’à 3,50 m de profondeur, pour tenter d’atteindre le fond du fossé, sans résultat. Sa largeur importante implique une profondeur supérieure à 5 m. Creusé dans le sol géologique des marnes bariolées du fond de vallée, il est comblé de sédiments compactés composés d’alluvions noires d’origine marécageuse, non détritiques dans les secteurs sondés.

59Les indices de datation. Ce tronçon de fossé marquerait la limite occidentale du noyau préurbain du haut Moyen Âge jusqu’à la construction d’une nouvelle enceinte construite à 50 m plus à l’ouest entre la fin du xiie siècle et le milieu du xiiie siècle. Jusqu’à cette époque, l’hypothèse couramment avancée est que le bourg était protégé par une levée de terre (Meurisse en 1634 parle de “murs en terres” ; Meurisse, 1634 : 440) et par une grande motte comtale (site castral hypothétique de plus d’un hectare au sud de la ville, établi probablement au xie siècle, voire antérieurement).

Fig. 270. Vic-sur-Seille. Ruelle d’Alyn. Plan de situation des sondages et des vestiges archéologiques sur la parcelle 617, échelle 1/500. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 271. Vic-sur-Seille. Ruelle d’Alyn. Profils des sondages effectués à travers le fossé comblé, échelle 1/500. DAO : H. Duval/INRAP.

60Si l’enceinte du xiiie siècle englobe une superficie importante de 30 ha, le bourg, qui s’est formé dès le haut Moyen Âge près du gué antique et des salines, avait une emprise plus restreinte qui forme le noyau urbain médiéval. Ce noyau originel s’est développé en rive sud de la Seille sur un îlot protohistorique de briquetage non inondable. La courbe de niveau de 205 m isole un secteur d’environ 8 ha, dans le fond de vallée, à 200-202 m, autour de l’église paroissiale Saint-Marien (noyau du vicus attesté depuis le vie siècle). Le fossé primitif devait contourner cette butte, en prenant appui sur la Seille au nord. Un mur de barrage constitué d’une levée de terre palissadée et protégée par des haies devait défendre le côté sud du bourg, entre celui-ci et la motte castrale. Les plans révèlent des anomalies parcellaires et topographiques le long des rues d’Alyn, J.-Wolf et Voltaire (fig. 270). Cette hypothèse n’est pas, pour l’instant, vérifiée archéologiquement.

2.1.2.2. Les abords

61Aucune structure liée à de l’habitat ou à un élément défensif (palissade) n’a été repérée dans ce secteur. Néanmoins, un empierrement de chemin était visible en bordure extérieure du fossé, ainsi qu’une importante couche de matériaux de démolition d’époque galloromaine apportée en remblai, présente du côté ouest. Les abords semblent plats de part et d’autre du système fossoyé défensif.

2.2. Le fossé comblé au nord-ouest de la porte de Salival, Les Hosties (J.-D. L.)

2.2.1. Présentation du site

2.2.1.1. Circonstance de l’intervention

62Suite au projet d’extension de l’institut médico-éducatif entre l’hôpital et la rue des Hosties, des sondages d’évaluation ont été réalisés sur l’emprise du futur bâtiment en 1996 par l’AFAN à la demande du SRA de Lorraine (Laffite, 1998a : 100). Ils ont permis de localiser précisément les limites nord du talus du fossé urbain remblayé au début du xixe siècle. Les sondages limités à l’emprise du projet immobilier n’ont permis d’établir qu’un profil partiel du bord du fossé (fig. 272).

2.2.1.2. Localisation

63Le site est localisé au nord-nord-est de la ville médiévale, dans une parcelle située immédiatement à l’ouest de l’emplacement de l’ancienne porte de Salival ou de Marsal, détruite au début du xixe siècle.

2.2.1.3. Type de vestiges observés

64Le fossé, comblé dans sa partie nord, et son talus septentrional ont pu être atteints par les sondages. Le centre du fossé et l’enceinte arasée n’ont pu faire l’objet d’observations en sondage pour des raisons techniques de déstabilisation des sols ; seul un positionnement sur plan a été possible.

Fig. 272. Vic-sur-Seille. Rue des Hosties. Plan de situation des sondages effectués sur l’emprise du projet immobilier, échelle 1/1 000. DAO : H. Duval/INRAP.

2.2.1.4. Superficie et longueur observées

65Les vestiges ont une orientation est-ouest, suivant un axe rectiligne observé sur une trentaine de mètres de long ; l’emprise des sondages correspondait à une quarantaine de mètres de large. Trois fossés parallèles entre eux et perpendiculaires au fossé médiéval ont été découverts. Ils ont vraisemblablement été ouverts pour enterrer les matériaux de démolition de la courtine proche, le terrain ayant été ensuite nivelé avec la terre géologique et végétale provenant de leur creusement. Le secteur fut enfin aménagé en jardin clos et verger avant 1830.

Fig. 273. Vic-sur-Seille. Rue des Hosties. Profil de coupe à travers le talus externe du fossé urbain, échelle 1/500. DAO : H. Duval/INRAP.

66La largeur du fossé médiéval est estimée dans ce secteur à environ 20 m (fig. 273). Sa trace au sol est marquée par une dépression du terrain à l’emplacement du fossé comblé, mais non stabilisé. On a mesuré la distance de 27 m entre le bord du fossé nord et le mur de l’enceinte, puis 38 m entre la courtine arasée et le talus qui marque l’inflexion du terrain dirigée vers le creusement du fossé.

67La couche supérieure de remblai du fossé est constituée de terre argileuse rougeâtre provenant des coteaux qui dominent le site. Cette couche scelle une couche de comblement constituée de limons gris vaseux d’origine hydromorphe. Il semblerait que le fossé dans ce secteur ait été occupé par un milieu marécageux avant son comblement final. Ce dernier est encore en phase de tassement comme l’indiquent la dépression située à l’emplacement du fossé médiéval sur le terrain, ainsi que la présence d’un mur de clôture fissuré sur son passage. La profondeur du fossé d’origine qui constitue un vallum est estimée entre 8 et 10 m de profondeur (fig. 273).

2.2.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

68Aucune chronologie n’a pu être établie en ce qui concerne les vestiges médiévaux du bord du fossé urbain faute d’élément datant dans les sédiments sondés.

2.3. Sondages à l’intérieur de l’enceinte et relevé de la courtine entre la rue du Four-banal et la Seille (J.-D. L.)

2.3.1. Présentation du site

2.3.1.1. Circonstance de l’intervention

69Cinq sondages ont été ouverts à la suite du projet immobilier d’un particulier, dans une parcelle en jardin de 655 m2 (fig. 274). Ce diagnostic a été réalisé à la mini-pelle en novembre 2004 par l’INRAP (Laffite, 2005a). Deux des sondages ont permis de réaliser des observations concernant directement la courtine médiévale.

2.3.1.2. Localisation

70L’opération, limitée à une petite surface, portait sur un terrain compris entre la rue du Four-Banal à l’ouest et les vestiges de l’enceinte urbaine à l’est, non loin de l’entrée de la Seille dans l’agglomération, et à proximité immédiate de l’emplacement d’une tour arasée (fig. 258, no 9) qui correspond à la tour basse du passage amont de la rivière, sur sa rive sud. Le mur d’enceinte est orienté sud-est/nord-ouest au sud du passage de la Seille, pour s’adapter à la courbe d’un ancien méandre (aujourd’hui rectifié et remblayé). Ces vestiges arasés forment encore une terrasse d’environ 1,80 m par rapport au fossé remblayé de l’enceinte qui débouchait, à l’origine, dans la rivière, à la hauteur du site sondé. La présence du mur d’enceinte est attestée sur le plan cadastral de 1830.

2.3.1.3. Type de vestiges observés

71Le sondage établi contre la face interne de la courtine arasée a permis de dégager son parement conservé sous un mur reconstruit au xviiie ou au xixe siècle, sur son niveau d’arasement. Ouvert à 1 m au sud d’une tour arasée, il a révélé un niveau de construction formé d’éclats provenant de la taille des blocs en grès qui constituent le parement des ouvrages défensifs médiévaux.

Fig. 274. Vic-sur-Seille. Rue du Four-Banal. Plan de situation des sondages effectués sur la parcelle 319, échelle 1/1 000. DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.

Fig. 275. Vic-sur-Seille. Rue du Four-Banal. Relevé du parement intérieur de la courtine médiévale et profil, sondages 5-6, échelle 1/20. DAO : É. Rouger/INRAP.

2.3.1.4. Superficie et longueur observées

72L’opération a permis l’ouverture de cinq sondages sur 42 m2, en tranchées d’1,80 m de largeur, répartis sur l’ensemble du terrain et en bordure des vestiges de l’enceinte urbaine. Pour des problèmes d’accès, un seul sondage a pu être pratiqué au contact de la courtine médiévale, arasée, sur 1 m linéaire et 2 m de profondeur, du côté intérieur ; il a permis de faire des observations sur l’état d’arasement des vestiges et de conservation du parement intérieur, ainsi que sur la stratigraphie (fig. 275). Les autres tranchées, moins profondes pour s’adapter aux cotes des travaux de fondations du projet, n’ont pas permis de dégager d’autres vestiges médiévaux sous la terre des jardins remblayés postérieurement au Moyen Âge.

73Par ailleurs, lors de cette opération, un relevé du parement externe de la courtine, observable en élévation du côté nord-est du mur en terrasse sur les anciens fossés remblayés, a pu être établi sur 4,50 m linéaires et 1 m de hauteur conservée.

2.3.1.5. État de conservation des vestiges

74Les vestiges de la courtine, masqués sous 0,90 m de terre de jardin en limite de parcelle du côté intérieur, et surmontés par un mur tardif reconstruit au xviiie-xixe siècle, présentent un aspect intact pour le parement intérieur du mur et un aspect cohérent bien qu’altéré pour le parement extérieur.

2.3.1.6. Nombre de phases identifiées

75Les vestiges attribuables à l’époque médiévale sont scellés par des niveaux du xve-xvie siècle au xviiie-xixe siècle.

Fig. 276. Vic-sur-Seille. Rue du Four-Banal. Relevé du parement extérieur de la courtine médiévale, parcelle 521, échelle 1/50. DAO : É. Rouger/INRAP.

2.3.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.3.2.1. La courtine médiévale

76Les données structurelles. Le mur d’enceinte est installé de biais par rapport à la rive sud de la Seille, suivant un axe sud-est/nord-ouest, observable sur une longueur totale de 65 m dont 50 m partiellement conservés en élévation. Il est préservé sur une élévation d’environ 1 m à 1,50 m du côté externe, à hauteur du fossé remblayé. Quatre assises de blocs de grès sont encore visibles et ont fait l’objet d’un relevé partiel sur un secteur accessible de 4,50 m linéaires au niveau de la parcelle sondée no 319 (fig. 276). La face interne est masquée par des remblais de terre de jardin sur environ 0,90 m ; on retrouve la fondation du mur médiéval arasée à cette profondeur, relevé sur 1,10 m d’élévation. Elle constitue encore la limite arrière des parcelles de la rue du Four-Banal et la terrasse des jardins et des vergers qui dominent le fossé de la ville remblayé.

  • 395 Grès à roseaux du Keuper moyen exploité en carrières, présent dans le front de côte qui domine Vic (...)

77Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Ce segment de courtine possède un parement en grand et moyen appareil réglé de blocs de grès fin local395, semblables aux autres vestiges connus de l’enceinte. Les parements externe et interne sont formés d’un assemblage hétérogène de blocs cubiques et rectangulaires.

78Les blocs sont soigneusement assisés, suivant des hauteurs d’assise comprises entre 15 et 30 cm. Leur longueur varie de 15 à 60 cm. La largeur la plus fréquente se situe entre 25 et 40 cm. Les joints sont maigres et le mortier n’est quasiment pas visible.

79La taille layée des blocs des lits de dessus et de dessous semble être la norme ; les surfaces des parements semblent avoir été dressées rapidement au burin plat ou au ciseau, comme on a pu l’observer sur la face interne du mur (fig. 277). Aucun signe lapidaire n’a été détecté. L’épaisseur du mur atteint un mètre.

80À la suite de cette opération de sondage, aucun élément archéologique datant ne peut être avancé, mis à part le fait que le niveau de construction, découvert dans un des sondages proche, de la tour basse de la Seille, a été percé par le creusement d’une fosse contenant du matériel détritique daté du xve siècle (fig. 278).

2.3.2.2. Le niveau de construction de la courtine aux abords intérieurs

81Les données structurelles. Un deuxième sondage a pu être réalisé à moins de 3 m du parement intérieur de la courtine médiévale et à 1 m environ des vestiges arasés d’une tour basse de la Seille (fig. 274).

  • 396 Typologie des formes ouvertes (gobelets) type C (CABART, 1990 : planche, 318 et fig. 2, 229).

82Les traces d’activité et de construction. Le terrain naturel marécageux a été atteint à 2 m de profondeur par rapport au niveau actuel du terrain ; il est formé d’une terre argileuse grise riche en cendre, incluant du charbon de bois en forte densité et des cailloutis de grès. Sur ce niveau de base “naturel”, il a été mis au jour une couche compacte et homogène d’environ 15 cm d’épaisseur constituée de petits blocs (éclats), de cailloutis et de graviers de grès ; cette couche est certainement à mettre en relation avec un niveau de construction et de circulation aux abords immédiats d’une tour d’enceinte et de la courtine. Le grès est local et correspond à celui des blocs de parement des vestiges de l’enceinte ; ces résidus sont les déchets de taille accumulés à la périphérie des ouvrages. Ce niveau médiéval est recouvert par un remblai d’1,50 m de terre brune contenant quelques fragments de tuiles, de céramique et de pierres calcaires, datables de la fin du Moyen Âge. La terre de jardin mise en place aux xviiie et xixe siècles recouvre ce remblai. Ce sondage a également permis la découverte d’un fond de fosse détritique partiellement conservée, probablement quadrangulaire à l’origine, profonde de 50 cm, qui contenait au fond une terre brun roux avec des gros fragments de verres à boire en forme de gobelets396 et des tessons de céramique grise cannelée. La fosse a été scellée par un remblai plus argileux et pierreux, puis par une couche charbonneuse. Il s’agit vraisemblablement d’une fosse de latrines dont le creusement a percé la couche de construction décrite précédemment et la couche marécageuse inférieure. La datation de cet ensemble de mobilier, d’après la forme des verres conservés, correspond à la fin du xve siècle et au xvie siècle.

Fig. 277. Vic-sur-Seille. Rue du Four-Banal. Détail du parement intérieur de la courtine médiévale, sondages 5-6, échelle 1/20. DAO : É. Rouger/INRAP.

Fig. 278. Vic-sur-Seille. Rue du Four Banal. Relevé de la coupe stratigraphique du sondage 4, avec la couche de taille de blocs de grès datant de la construction de la courtine, échelle 1/50. DAO : É. Rouger/INRAP.

2.3.2.3. Le fossé de la ville remblayé

  • 397 27 m probablement, soit 10 toises de Vic de 2,70 m.

83Les fossés de la ville atteignaient 25 à 30 m de largeur397 en moyenne d’après l’étude des plans cadastraux anciens. Les sources écrites confirment leur remblaiement au cours du xviiie siècle (Giuliato, 1994b : 121-124).

84À l’est de la parcelle sondée, le fossé oriental de la ville s’adaptait à un méandre de la Seille courbé vers le sud. Le tracé de la courtine a donc été dévié vers le nord-ouest sur environ 70 m. Le fossé remblayé se confond avec les berges de la Seille qui a été rectifiée au cours du xviiie siècle par la suppression du méandre. Le sommet du remblai est situé au-dessus du niveau de la Seille actuelle, à environ 200 m d’altitude, alors que celui des jardins intra muros est à une altitude de 201-202 m. Les vestiges de la courtine forment une terrasse sur ce dénivelé qui marque encore le paysage peu remanié dans ce secteur de Vic.

2.4. Les vestiges de l’enceinte urbaine : carto-interprétation et prospection (J.-D. L., G. G.)

2.4.1. Présentation d’ensemble

2.4.1.1. Circonstance de l’intervention

  • 398 Dans le cadre d’une prospection thématique autorisée par le SRA de Lorraine.

85À la suite de l’inventaire des vestiges de l’enceinte urbaine effectué au début des années 1990 (Giuliato, 1994a : 568) et des prospections inventaires de la cellule Carte archéologique du SRA de Lorraine (Laffite, 1994b), une étude inédite de carto-interprétation et de prospection de terrain398 a été menée par J.-D. Laffite entre 1999 et 2002 sur l’espace du château (Laffite, 2003 : 114-115), et en 2000-2001 sur les espaces intra muros et extra muros de la ville. Elle s’appuie essentiellement sur plusieurs documents graphiques (plans et vues) connus et méconnus conservés aux archives départementales de Moselle et aux archives municipales de Nancy. Les renseignements issus de l’iconographie ont été corrélés avec l’observation des photographies aériennes pour déterminer l’emplacement des vestiges et des ouvrages disparus. Le report des vestiges défensifs ainsi localisés a été réalisé sur le plan cadastral de 1830 qui conservait des indices des anciens emplacements des tours détruites (anomalies parcellaires). La restitution du tracé de l’enceinte a ensuite pu être dessinée sur le fond cadastral actuel (fig. 279).

2.4.1.2. Localisation et type de vestiges observés

  • 399 1 toise de Vic = 2,707 m, mesure en vigueur pour les terres du temporel des évêques de Metz, probab (...)
  • 400 Environ 20 ha au sud de la Seille et 10 ha au nord.

86Le tracé de l’enceinte médiévale est encore bien lisible sur les plans cadastraux du xixe siècle et sur les photographies aériennes actuelles, ainsi que l’emplacement des trois portes de la ville et les fossés périphériques. Il semble resté dans son état du xiiie siècle, ceci jusqu’au xviiie siècle, sans modification apparente. Néanmoins, plusieurs localisations de tours disparues sont, à l’heure actuelle, difficiles à préciser avec certitude. Son périmètre est de 2 220 m avec les passages de la Seille, mais les murailles devaient représenter 2 170 m, soit environ 800 toises de Vic399. L’emprise de l’agglomération médiévale enclose mesure 800 m de longueur du nord au sud et 500 de largeur d’ouest en est ; la Seille traverse la ville sur environ 480 m. La porte de Metz au nord-nord-ouest est distante de 750 m de celle d’Anval ou de Nancy sise au sud-sud-ouest. Ce sont environ 30 ha400 qui ont été englobés dans l’enceinte du xiiie siècle (fig. 258 et 279).

87La muraille est composée de plusieurs grandes sections relativement rectilignes dépassant souvent plus de 100 m de long. Ces portions rectilignes sont flanquées de tours défensives plus ou moins régulièrement espacées. Les changements d’orientation des sections de murs se font sur l’appui d’une tour d’angle comme point fort. La ville médiévale présente deux fronts défensifs principaux : il s’agit du front nord-nord-ouest, établi de part et d’autre de la porte de Metz (ou Saint-Christophe) et du front sud-sud-est de la porte d’Anval (ou de Nancy). La porte de Metz est intégrée à une muraille longue de 150 m vers le sud-ouest et de 80 m vers le nord-est. La porte d’Anval est intégrée à une muraille longue de 120 m vers le sud-ouest et de 150 m vers le nord-est. Un troisième front correspond à celui de la porte de Salival. Le cas de la porte de Salival ou de Marsal située dans l’angle nord-est de la ville est différent. Elle présente la particularité d’être portée en avant de l’enceinte, en situation de pointe au sommet d’un triangle, avec une section de mur de 190 m vers l’ouest et une autre de 220 m vers le sud et la Seille. Sur les fronts nord-ouest et nord-est, les fossés ont été profondément creusés en entaillant le bas du versant de Saint-Christophe et des Hosties qui domine la ville. On peut isoler un quatrième front spécifique qui correspond au secteur castral, à l’origine indépendant du bourg de la fin du haut Moyen Âge, englobé dans l’enceinte urbaine au xiiie siècle. Longs de 150 m environ, les fossés sud de la motte fossoyée ont été intégrés à l’enceinte urbaine. Ce front représente le point fort de la défense de la ville, contrôlant les quartiers sud et la route qui franchit le gué de la Seille au milieu de la vallée.

1 Tronçon de fossé repéré en sondage archéologique (J.-D. Laffite, 1993)
2
Anomalie parcellaire, jardin en dépression (cadastre 1830)
3 Fondations du foyer des Tilleuls sur terrain marécageux
4 Secteur tourbeux repéré en suivi de travaux (J.-D. Laffite, 1999)
5 Fossé circulaire du camp castral (au moins depuis le xie s.)
6 Ruisseau remblayé et sources d'Alyn
7 Anomalies parcellaires et topographiques, mur de barrage, fossé et palissade ? (cadastre 1830)
8 Ruelle du four banal, ancienne ligne de fossé comblé ?
(cadastre 1830)
9 Église paroissiale Saint-Marien (relevant de l'abbaye de Gorze)
10 Îlots médiévaux attestés au haut Moyen Âge installés sur des secteurs bâtis gallo-romains (sondages et fouille J.-D. Laffite, 1999, 2000, 2001)
11 Moulin seigneurial, attesté au xiie s.
12 Emplacement des salines médiévales (110 poêles à sel aux xiie-xiiie s.)
13 Emplacement probable d'un deuxième secteur de salines médiévales
14 Site d'une éventuelle motte féodale secondaire, installée sur une éminence dominant la partie nord de Vic (encore une tour imposante
au xviie s. et topographie)
15 La Cour Haute, château des évêques de Metz (xiiie s.)
16 Collégiale Saint-Étienne (1240)
A Porte d'Anval
B Porte de Salival ou de Marsal
C Porte de Metz
Fig. 279. Vic-sur-Seille. Proposition de restitution de l’enceinte du bourg primitif ainsi que de l’enceinte du xiiie siècle et éléments structurants du contexte médiéval, échelle 1/7 500. DAO : H. Duval/INRAP.

88Quant aux fronts occidentaux et orientaux présents essentiellement sur la rive sud de la Seille, ils sont protégés naturellement par l’hydrographie locale et les marécages de la vallée. Le front ouest-sud-ouest (sur 390 m de long) est protégé par des fossés creusés dans les marais, alimentés par le ruisseau d’Alyn, qui vient du sud-sud-ouest pour se jeter vers le nord dans la Seille. Le front sud-est (sur 310 m de long) est protégé par des fossés également creusés dans une zone marécageuse située entre une grande boucle de la Seille (entre le Châtry et le moulin de l’Évêque) et la confluence avec le ruisseau du Sorbier venant du sud-sud-est.

89De part et d’autre de la rivière, les fossés ont été creusés dans des terrains inondables de fond de vallée (360 m à l’ouest et 270 m à l’est). Au sud, les fossés ont été surcreusés. Après leur abandon vers la fin du xviiie siècle, les fossés envasés ont été remblayés avec les débris de murs et des limons de la Seille, puis conquis par les jardiniers. Ils sont aujourd’hui facilement repérables dans le paysage. Là où l’enceinte a disparu, l’empreinte des fossés fossilisée autour de la ville est encore bien marquée. Le plan cadastral de 1830 conserve l’image de fossés larges de 21,50 m à 27 m (soit 8 à 10 toises de Vic).

  • 401 Motte castrale fossoyée de grande taille (plus de 1 ha) antérieure au château refondé au début du x (...)

90La ville s’étend sur environ 30 % de sa superficie intra muros au nord de la Seille et 70 % au sud. Cette répartition spatiale déséquilibrée traduit son adaptation au milieu physique. On observe en effet la contrainte du relief de côte au nord, la présence des marécages de la Seille à l’est et à l’ouest, tandis que le secteur sud du site, établi sur une avancée hors d’eau entre deux ruisseaux, apparaît plus apte à l’établissement d’un lieu habité dès l’Antiquité. Il s’agit du noyau sur lequel se développa le premier bourg du haut Moyen Âge et le siège du pouvoir féodal401, gardien des salines et du franchissement de la rivière.

2.4.1.3. Superficie et longueur observées

  • 402 2 170 m de murs, 2 220 m de périmètre y compris les deux passages amont et aval de la Seille.

91L’enceinte urbaine atteignait 2 170 m de longueur402 au xiiie siècle. Cette mesure ne semble pas avoir varié jusqu’aux xviie-xviiie siècles, aucune modification du tracé ou d’ajout défensif n’ayant été jusque-là constaté, mis à part les extensions des barbacanes de la porte d’Anval et de celle de Marsal. Le plan cadastral de 1830 donne l’image du tracé de l’enceinte tel qu’il était au plus tard aux xve-xvie siècles et qui correspond vraisemblablement au tracé repris du xiiie siècle.

2.4.1.4. État de conservation des vestiges

92Les restes de l’enceinte que l’on peut encore observer en divers points ne correspondent pas toujours à l’état initial des murailles établies au cours de la première moitié et au milieu du xiiie siècle, celles-ci ayant été endommagées maintes fois, puis rebâties sur les mêmes fondations au cours du Moyen Âge, ceci jusque vers 1650. Au milieu du xviiie siècle, les murs d’enceinte qui tombaient en ruine furent réduits à la hauteur de 20 pieds (5,40 m), presque toutes les tours démolies et les fossés donnés à cens à des particuliers qui les mirent en culture (Benoît, [circa 1860]).

93L’enceinte urbaine en grande partie arasée ou remaniée et les fossés urbains en majorité remblayés sont encore repérables sur les terrains concernés autour de la vieille ville. Les constructions des xixe et xxe siècles, établies en surimpression au tracé de l’enceinte et des fossés, sont peu nombreuses.

  • 403 Cf. sources iconographiques : Anonyme début du xviie siècle.
  • 404 Cf. sources iconographiques : Dargent 1765-1774.

94Les tours, dont la majeure partie a été démolie au cours des xviiie et xixe siècles, ne sont plus qu’au nombre de quatre, dont une seule (la tour C de flanquement, à canonnières) conserve un intérêt architectural, les autres étant fortement remaniées ou dégradées (Giuliato, 1994b : 128-131). Il resterait vingt-huit tours détruites. En effet, sur le plan anonyme403 de Vic au début du xviie siècle (fig. 260), on constate la présence de trente-deux tours de flanquement associées à trois portes. Il ne subsiste plus que vingt-quatre tours représentées sur le plan de Dargent404 vers 1765-1774 (fig. 263).

  • 405 Cf. sources iconographiques : Anonyme vers 1764.

95Les portes fortifiées ont été démantelées pendant la deuxième moitié du xviiie siècle (Giuliato, 1994b : 127-132). Elles ont été étudiées grâce aux plans datés vers 1764 conservés à Nancy405 (fig. 264).

2.4.1.5. Nombre de phases identifiées (G. G.)

96On distingue, pour l’enceinte de Vic, cinq ou six grandes étapes de réalisation, grâce aux textes et aux documents figurés. À l’heure actuelle, l’absence de donnée archéologique concrète ne permet pas une datation précise des vestiges encore en élévation, encore moins des structures arasées et enfouies non étudiées.

97Une phase de construction de la fin du xiie siècle et du début du xiiie siècle est identifiée grâce à l’étude des documents d’archives (Giuliato, 1994b : 118-119).

98Une phase de restauration pourrait avoir eu lieu après le conflit avec le comte de Bar vers 1325 (Giuliato, 1994b : 122).

99Une phase de renforcement des fortifications, notamment des portes, semble effective entre 1360 et 1460 (Giuliato, 1994b : 123). D’après Meurisse (Laffite, Diss, 2003 : 103), l’évêque Thierry Bayer de Boppard fit en effet restaurer le château de Vic entre 1365 et 1383 et fortifier ou restaurer les sites ruinés de bon nombre de ses possessions comme Moyenvic, Rambervillers, Sarrebourg, Hombourg. Sous Conrad II Bayer de Boppard, lui aussi évêque bâtisseur entre 1415 et 1459, le château de Vic fut de nouveau rénové, ainsi que le château de Baccarat (Laffite, Diss, 2003 : 106, d’après Meurisse, 1634). Il est probable que des aménagements défensifs ou des réaménagements de tours liés à l’évolution de l’artillerie soient datables de cette période.

100La tour à canonnière C, située au sud-est de l’enceinte encore conservée, est considérée comme une tour d’artillerie postérieure à 1470, voire du xvie siècle (Giuliato, 1994b : 130). Le mur remparé du château des évêques, encore visible avec son parement en brique et son chaînage en blocs de calcaire, pourrait dater du xvie siècle (Laffite, 1996). Au milieu du xvie siècle, le cardinal Robert de Lenoncourt établit des fortifications modernes à Marsal d’après Meurisse (Laffite, Diss, 2003 : 108, d’après Meurisse, 1634). Ce mode de construction est de même type que celui décrit pour le château de Vic.

101Au cours de la première moitié du xviie siècle, les conflits de la Guerre de Trente Ans durent entraîner une mise en défense des murailles puis leur destruction. Vic et Moyenvic furent occupées par les Impériaux en 1630 puis par les troupes de Louis XIII (1632 : Traité de Vic ; 1648 : Traité de Westphalie et rattachement du temporel de l’évêché de Metz à la France). On distingue sur une gravure de Kaspar Mérian (vers 1655) la ville vue depuis la route de Nancy, avec ses fortifications castrales et urbaines endommagées, des levées de terre dressées en avant des fossés et des fortifications, ainsi qu’un bastion triangulaire et fossoyé en avant de la porte d’Anval ou de Nancy.

  • 406 Cf. supra : L’enceinte et la ville d’après des plans et vues des xviie et xviiie siècles.

102Après 1660, des restaurations furent accomplies aux frais des vassaux de l’évêque au château et sur les fortifications urbaines, comme en témoigne le dessin très précis d’Israël Silvestre daté vers 1665, où l’on peut constater, en comparaison avec la gravure de Mérian antérieure de dix ans, que les murs de la ville semblent relevés et que bon nombre de tours ont retrouvé leur toiture406. En 1663, Louis XIV prend Marsal et en fait la place forte dominante du Saulnois grâce aux travaux de Vauban ; le château de Vic obsolète, la ville en déclin et son enceinte inadaptée aux conflits modernes, sont délaissés. Dès le début du xviiie siècle, l’enceinte fut progressivement démantelée.

2.4.2. Présentation des vestiges (J.-D. L.)

103Cette partie ne peut être présentée par phase chronologique distincte, puisqu’on ignore la datation précise des différents éléments défensifs, l’étude étant basée uniquement sur l’état de l’enceinte représenté sur des documents iconographiques du xviie siècle.

2.4.2.1. Les élévations

  • 407 Cf. supra : Sondages à l’intérieur de l’enceinte et relevé de la courtine entre la rue du Four-bana (...)

104Aucune intervention archéologique de sondage ou de fouille spécifique n’a encore été menée sur le mur d’enceinte, qu’il soit arasé ou en élévation, à part un relevé de parement localisé, réalisé lors l’opération de sondage en 2004, rue du Four-Banal407. La courtine fait 1 m à 1,50 m d’épaisseur, selon les secteurs. Au xviiie siècle, le mur devait être conservé sur 4,60 m de haut (Giuliato, 1994b : 123). Il est probable que la hauteur des murailles de l’enceinte urbaine devait se rapprocher de celle de la courtine du château de Vic, d’une douzaine de mètres, avec le chemin de ronde conservé. Une hauteur de 4 à 5 toises de Vic, soit 10,80 m à 13,50 m, est vraisemblable.

2.4.2.2. Les matériaux de construction et leur mise en œuvre

105Sur les portions de murs encore en élévation, le parement observé est en grand ou en moyen appareil réglé, de blocs de grès cubiques et rectangulaires. Les assises sont régulières et les joints sont très serrés.

  • 408 Les bancs de roches sont apparus dans les chablis de grands arbres renversés lors de la tempête de (...)

106Le matériau utilisé pour le façonnage de ces blocs est un grès fin de couleur grisâtre. Il est d’origine locale et provient de plusieurs carrières d’extraction, dont les emplacements ont été repérés en prospection en 2001 par J.-D. Laffite. Il s’agit d’un grès qui apparaît dans les niveaux géologiques infraliasiques. Ces niveaux sont présents dans la côte qui domine l’agglomération vicoise au nord (à 300 m environ de l’ancienne porte de Metz), ainsi que dans les reliefs situés au sud de la commune, dans la forêt de Bezange-la-Grande (à 3 km environ au sud de la porte de Nancy). La couche de grès peut atteindre 6 m d’épaisseur, mais les strates peuvent apparaître souvent litées ou argileuses ou encore sablonneuses. Néanmoins, des roches plus compactes et plus siliceuses forment des bancs exploitables408.

3. CONCLUSION (J.-D. L.)

3.1. Les principaux apports des recherches archéologiques récentes

107Les quinze dernières années de recherches, encore trop ponctuelles et partielles pour bien cerner le sujet, ont néanmoins permis d’étudier la plupart des vestiges encore en élévation, d’inventorier les sites et les secteurs sensibles ou intéressants à fort potentiel archéologique, dans la perspective d’une intervention en sondage d’évaluation ou en fouille de sauvetage. On dispose désormais de plans relativement précis qui permettent d’indiquer les secteurs archéologiquement sensibles, qui concernent l’implantation des défenses urbaines médiévales et plus tardives.

  • 409 Donnée inédite calculée à partir de la carte à 1/5 000 (fig. 258).

108Elles ont montré aussi l’importance historique du site, encore sous estimée, et l’originalité de cette localité devenue puissant chef-lieu du temporel des évêques de Metz. Les 2 170 m de murs d’enceinte font de Vic la seconde ville médiévale lorraine par sa taille après Metz. Ce chef-lieu a été ensuite progressivement délaissé dans le courant des xviie et xviiie siècles. Le plan cadastral de 1830 renvoie l’image d’une ville dont l’espace urbanisé (habitat, chemins, places) n’occupe que les deux tiers des 31,91 ha409 intra muros, aggloméré autour du noyau primitif dont le fossé défensif a été mis en évidence pour la première fois ; le tiers restant est occupé par des jardins et des parcs généralement établis aux abords longeant la courtine. Vic possède ce point commun de “ceinture verte interne” avec Sarrebourg.

3.2. Les lacunes documentaires et les perspectives de recherche

109En raison du faible nombre d’interventions archéologiques, la connaissance des enceintes urbaines de Vic d’un point de vue chronologique et architectural reste encore imprécise. Les fondations de l’enceinte sont par exemple méconnues. S’agit-il d’une muraille fondée sur pieux, comme à Strasbourg et à Sarrebourg ? Le milieu de fond de vallée marécageux dans lequel le site est installé pourrait le laisser penser, mais il manque une preuve archéologique pour aller en ce sens. Les recherches sur les sources écrites et iconographiques sont relativement poussées, mais il n’est pas exclu de découvrir de nouveaux documents. Le dessin d’Israël Silvestre, riche en informations, mériterait par ailleurs d’être réétudié en détail de façon à en préciser les informations architecturales.

Bibliographie

Sources iconographiques classées par ordre chronologique

Anonyme, début du xviie siècle : Plan de Vic et du Chasteau, dessin à l’encre (plan de l’enceinte urbaine toisée et des bâtiments du château), par un anonyme du début du xviie siècle. AD Mos. CP 1170.

Beaulieu, vers 1630 : Carte particulière des environs de Marsal, Moyenvic et Vic (gravure, eau-forte), par Beaulieu vers 1630. BM Nancy Fonds lorrain Favier 3182.

Tassin, 1633 : Plan de l’enceinte urbaine de Vic, du château et des jardins (gravure, eau-forte), par Tassin en 1633.

Mérian, 1656 : Vue de la ville de Vic, du château et des jardins, de la route de Nancy, pendant la guerre de Trente Ans (gravure, eau-forte), par K. Mérian en 1656, in : Zeiller Topographiae. BM Nancy Fonds lorrain Favier 3182.

Silvestre, vers 1665 : Vue cavalière de l’enceinte urbaine de Vic et de sa campagne environnante (dessin aquarellé), par I. Silvestre vers 1665. Musée du Louvre, département des Arts Graphiques Inv. 33068.

Renau, début xviiie siècle : Plan de Vic en Lorraine, page 152 d’un atlas des fortifications (dessin encré et lavis couleurs), par N. Renau, au début xviiie siècle. AD Mos. 2 Fi Vic/Seille 91.

Naudin, 1733410 : Carte des environs de Nancy, Pont à Mousson et Marsal comprise entre Morhange, Dieuse, Baccarat et Charme où sont les suites des cours des rivières de Moselle, la Meurthe, la Seille, la Nied Françoise jusqu’à ses naissances, la Senon, la Vesouze avec partie de la Mortagne, la Madon et autres… (encre et lavis sur papier, 2 750 x 2 215 mm ; échelle restituée, environ 1/28 800). Levée par Naudin le Cadet, son fils et Denis, Ingénieurs ordinaires du Roi employés par sa Majesté dans les Trois Eveschez de Metz, Toul, Verdun. Dessinée et écrite par le sieur Naudin le Fils à Dieulouard le 16 mars 1733. AD Mos. CP 2180.

Rousseau, 1742 : Copie de la carte topographique du parc du château de Vic appartenant à Monseigneur l’évêque de Metz (dessin encré et lavis couleurs), par Rousseau en 1742. AD Mos. G 215/3.

Villain, 1748-1749 : Plan de la ville et finage de Vic et ban meslé avec Moyenvic, dans le Terrier général de l’abbaye de Gorze (dessin encré et lavis couleurs), par P. Villain en 1748-1749. AD Mos. H 755.

Anonyme, vers 1764 : Plans et vues de la porte de Metz et de la porte de Nancy (plume et aquarelle), par un anonyme vers 1764. BM Nancy Fonds lorrain Favier 3182 Vic-sur-Seille, FG 6 Vic 1.

Dargent, 1765-1774 : Plan de la partie de la route sur les évêchés de Moyenvic à Nancy passant par Moncel (dessin encré, lavis couleurs), par Dargent en 1765-1774. AD Mos. C 850/12.

Guibal, 1822-1832 : Cinq vues de l’entrée du château de Vic, des tours, de la cour et des ruines (dessins crayon, lavis encre brune), par Guibal en 1822-1832. BM Nancy Fonds lorrain Favier 3182.

Noël, Singuerlet, 1830 : Plan cadastral de la commune de Vic-sur-Seille (encre), par A. Noël A. et Ch. Singuerlet en 1830. AD Mos. 35 P 708.

Service du Cadastre, 1986 : Plan cadastral du Service du Cadastre refait pour 1960, édition à jour pour 1986, référence : 57 0 712 Vic-sur-Seille. Tableau d’assemblage à 1/10 000 (plan de la commune) et section de la ville à 1/1 000 (plan urbain).

IGN 1989 : Photographie verticale noir et blanc de 1989, mission 57 IFN 89, no 366, par l’IGN, Paris.

Notes

381 Vicus : bourg, agglomération secondaire d’origine antique souvent installée sur un axe de circulation. Bodatius : étymologie incertaine, nom d’homme Bodecius (Hiegel, Hiegel, 1986), ou bodatius traduit par marécageux : “le bourg des marécages”.

382 Découverte en 1976 du Trésor de Vic (Bertaux, 1986) et des vestiges structurés, présents entre 3,50 m et 4 m de profondeur, repérés lors des sondages du Musée Georges de La Tour (Laffite, 2005b et 2007).

383 Meurisse (1634 : 440) indique que la ville était entourée “de haies et de murs en terre”.

384 Localité créée sur le ban d’Amelécourt, sur la vallée de la Petite Seille à 6 km au nord de Vic.

385 Cf. infra, Étude des portes de la ville d’après des relevés du xviiie siècle.

386 Cf. infra, Étude des portes de la ville d’après des relevés du xviiie siècle.

387 Bâtiments installés sur le terminus de l’ancienne gare de Vic datant de 1869-1873.

388 Cf. sources iconographiques.

389 Cf. sources iconographiques : Silvestre, vers 1665.

390 Cf. infra : Les éléments de fortification de l’enceinte de Vic et du château des évêques…

391 Cf. sources iconographiques : Mérian 1656.

392 Cf. infra, Les éléments de fortification de l’enceinte de Vic et du château des évêques…

393 Cf. sources iconographiques : Anonyme, vers 1764.

394 Cf. sources iconographiques : Dargent, 1765-1774.

395 Grès à roseaux du Keuper moyen exploité en carrières, présent dans le front de côte qui domine Vic au nord de la ville et grès infraliasique du Rhétien dans la forêt de Bezange-la-Grande au sud de la commune (prospections 2000 J.-D. Laffite).

396 Typologie des formes ouvertes (gobelets) type C (CABART, 1990 : planche, 318 et fig. 2, 229).

397 27 m probablement, soit 10 toises de Vic de 2,70 m.

398 Dans le cadre d’une prospection thématique autorisée par le SRA de Lorraine.

399 1 toise de Vic = 2,707 m, mesure en vigueur pour les terres du temporel des évêques de Metz, probablement dès le xiie siècle et ce jusqu’au xviiie siècle.

400 Environ 20 ha au sud de la Seille et 10 ha au nord.

401 Motte castrale fossoyée de grande taille (plus de 1 ha) antérieure au château refondé au début du xiiie siècle.

402 2 170 m de murs, 2 220 m de périmètre y compris les deux passages amont et aval de la Seille.

403 Cf. sources iconographiques : Anonyme début du xviie siècle.

404 Cf. sources iconographiques : Dargent 1765-1774.

405 Cf. sources iconographiques : Anonyme vers 1764.

406 Cf. supra : L’enceinte et la ville d’après des plans et vues des xviie et xviiie siècles.

407 Cf. supra : Sondages à l’intérieur de l’enceinte et relevé de la courtine entre la rue du Four-banal et la Seille.

408 Les bancs de roches sont apparus dans les chablis de grands arbres renversés lors de la tempête de décembre 1999. On a pu ainsi constater la présence de traces de fronts de taille et d’excavations colmatées par les sédiments sableux et l’humus forestier.

409 Donnée inédite calculée à partir de la carte à 1/5 000 (fig. 258).

410 Cf. chapitre : L’iconographie des fortifications d’agglomération en Lorraine.

Table des illustrations

Légende Fig. 257. Vic-sur-Seille. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 258. Vic-sur-Seille. Proposition de tracé de l’enceinte sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. A. Porte d’Anval ou de Nancy ; B. Porte de Salival ; C. Porte de Metz ; D. Collégiale Saint-Étienne. DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 259. Vic-sur-Seille. Plan cadastral de 1830 et implantation du tracé de l’enceinte restitué d’après les documents du xviie siècle, échelle 1/5 000. DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 260. Vic-sur-Seille. Plan de Vic et du château, dessin encré d’un anonyme du début du xviie siècle (AD Mos. CP 1170).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 261.Vic-sur-Seille. Vue cavalière de l’enceinte urbaine de Vic et de sa campagne environnante (dessin aquarellé), par Israël Silvestre, vers 1665 (Musée du Louvre, Dépt des Arts graphiques Inv. 33068).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 262. Vic-sur-Seille. « Plan de la ville et finage de Vic et ban meslé avec Moyenvic », terrier général de l’abbaye de Gorze (dessin encré et lavis couleurs), par P. Villain, en 1748-1749 (AD Mos. H755).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 263.Vic-sur-Seille. « Plan de Vic sur le plan de la partie de la route sur les évêchés de Moyenvic à Nancy par Moncel » (dessin encré et lavis couleurs), par Dargent, en 1765-1774 (AD Mos. C 850/12).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Fig. 264. Vic-sur-Seille. Plans et vues de la porte de Metz et de la porte de Nancy en 1764 (plume et aquarelle), par un anonyme vers 1764, FG 6 Vic 1, BM Nancy Fonds lorrain Favier 3182.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Fig. 265. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur sud de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite/INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 266. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur sud et centre sud de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite/INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 267. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur centre et nord-est de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite/INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 268. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur nord-est et nord-ouest de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite/INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 269. Vic-sur-Seille. Représentation des éléments de fortification de l’enceinte urbaine, secteur nord de la ville, d’après le dessin d’Israël Silvestre vers 1665. Document : J.-D. Laffite / INRAP ; DAO : I. Déchanez-Clerc / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 270. Vic-sur-Seille. Ruelle d’Alyn. Plan de situation des sondages et des vestiges archéologiques sur la parcelle 617, échelle 1/500. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 271. Vic-sur-Seille. Ruelle d’Alyn. Profils des sondages effectués à travers le fossé comblé, échelle 1/500. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 272. Vic-sur-Seille. Rue des Hosties. Plan de situation des sondages effectués sur l’emprise du projet immobilier, échelle 1/1 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 273. Vic-sur-Seille. Rue des Hosties. Profil de coupe à travers le talus externe du fossé urbain, échelle 1/500. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 274. Vic-sur-Seille. Rue du Four-Banal. Plan de situation des sondages effectués sur la parcelle 319, échelle 1/1 000. DAO : I. Déchanez-Clerc/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 275. Vic-sur-Seille. Rue du Four-Banal. Relevé du parement intérieur de la courtine médiévale et profil, sondages 5-6, échelle 1/20. DAO : É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 276. Vic-sur-Seille. Rue du Four-Banal. Relevé du parement extérieur de la courtine médiévale, parcelle 521, échelle 1/50. DAO : É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 277. Vic-sur-Seille. Rue du Four-Banal. Détail du parement intérieur de la courtine médiévale, sondages 5-6, échelle 1/20. DAO : É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 278. Vic-sur-Seille. Rue du Four Banal. Relevé de la coupe stratigraphique du sondage 4, avec la couche de taille de blocs de grès datant de la construction de la courtine, échelle 1/50. DAO : É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 1 Tronçon de fossé repéré en sondage archéologique (J.-D. Laffite, 1993)2 Anomalie parcellaire, jardin en dépression (cadastre 1830)3 Fondations du foyer des Tilleuls sur terrain marécageux4 Secteur tourbeux repéré en suivi de travaux (J.-D. Laffite, 1999)5 Fossé circulaire du camp castral (au moins depuis le xie s.)6 Ruisseau remblayé et sources d'Alyn7 Anomalies parcellaires et topographiques, mur de barrage, fossé et palissade ? (cadastre 1830)8 Ruelle du four banal, ancienne ligne de fossé comblé ?(cadastre 1830)9 Église paroissiale Saint-Marien (relevant de l'abbaye de Gorze)10 Îlots médiévaux attestés au haut Moyen Âge installés sur des secteurs bâtis gallo-romains (sondages et fouille J.-D. Laffite, 1999, 2000, 2001)11 Moulin seigneurial, attesté au xiie s.12 Emplacement des salines médiévales (110 poêles à sel aux xiie-xiiie s.)13 Emplacement probable d'un deuxième secteur de salines médiévales14 Site d'une éventuelle motte féodale secondaire, installée sur une éminence dominant la partie nord de Vic (encore une tour imposanteau xviie s. et topographie)15 La Cour Haute, château des évêques de Metz (xiiie s.)16 Collégiale Saint-Étienne (1240)A Porte d'AnvalB Porte de Salival ou de MarsalC Porte de MetzFig. 279. Vic-sur-Seille. Proposition de restitution de l’enceinte du bourg primitif ainsi que de l’enceinte du xiiie siècle et éléments structurants du contexte médiéval, échelle 1/7 500. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12832/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search