Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Vaucouleurs (Meuse)

Ivan Ferraresso, Franck Gama, Sébastien Jeandemange, Charles Kraemer et Renée Lansival

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (Ch. K.)

1.1. Contexte géographique et géologique

1Entre Commercy, au nord, et Neufchâteau, au sud, Vaucouleurs occupe un replat dominé à l’ouest par la côte calcaire de l’oxfordien, un talus à forte pente tourné vers l’est, et la plaine alluviale de la Meuse, qui culmine à 250 m environ et dans laquelle s’écoule un petit affluent de sa rive gauche : la Vaise, qui traverse de part en part la bourgade (fig. 227).

1.2. Historique des recherches

2Les recherches historiques sur Vaucouleurs débutent, dans la deuxième moitié du xixe siècle, avec le travail de Claude Bonnabelle (Bonnabelle, 1879), érudit meusien qui s’est aussi intéressé à d’autres petites villes de son département. Il y évoque l’histoire sur la longue durée, mais s’arrête longuement sur le Moyen Âge, en s’appuyant, pour l’essentiel, sur les archives de la série B, conservées à Bar-le-Duc. Il y passe en revue l’organisation politique, religieuse, administrative et économique et les édifices qui les accompagnent et s’intéresse par conséquent au château et à l’enceinte urbaine qu’il contrôle, en concentrant ses observations particulièrement sur les épisodes johanniques du xve siècle. C’est à cette même période qu’Henri Bataille (Bataille, 1964 : 159 ; Bataille, 1973 et 1979) consacre son temps, entre 1930 et 1970, explorant à l’occasion quelques ruines du château, de l’église collégiale et des fortifications de la ville. Récemment, Gérard Giuliato (Giuliato, 2005b) a repris le dossier qu’il a publié dans le Bulletin archéologique du CTHS : Moyen Âge, Renaissance, Temps modernes. Il y dresse un bilan analytique des principaux édifices médiévaux qu’il replace dans leur contexte historique. Il discerne ainsi, cinq périodes, de l’apparition de l’enceinte urbaine dans les textes, dès la fin du xiiie siècle, jusqu’à ce qu’elle perde de son intérêt stratégique, à partir du xvie siècle, en passant par diverses phases d’entretien et d’adaptation à l’artillerie au cours des xive et xve siècles.

1.3. État des connaissances

3Le château de Vaucouleurs apparaît dans l’histoire au début du xie siècle. Il est édifié sur le domaine de Tusey, lieu de séjours nombreux de Charles le Chauve doté, dès l’époque mérovingienne, d’une église paroissiale. Construit par Eudes II, comte de Meaux et de Troyes, il est laissé à la garde de l’avoué du château de Joinville.

  • 350 Données inédites calculées à partir de la carte à 1/5 000 (fig. 228).

4On ne sait rien de cet édifice construit en rebord d’un talus, sinon qu’il devait être doublé d’une longue bassecour qui s’étendait au nord et au sud d’une construction quadrangulaire. Une chapelle castrale, élevée au rang de collégiale, dont les vestiges furent reconnus à l’occasion de sondages, un prieuré fondé à 300 m du château, et quelques établissements charitables, lui furent très tôt associés (fig. 228). En fut-il autant de l’enceinte urbaine ? On l’ignore, mais l’on sait, grâce à la charte de franchise accordée à la communauté d’habitants, qu’elle existe déjà en 1298. Ainsi, tout bourgeois devait fournir, à ses frais, une charrette ou un simple chariot tiré par deux chevaux, chaque fois que le seigneur entreprenait des travaux aux murs d’enceinte de la ville. Il ne reste rien, selon G. Giuliato (Giuliato, 2005b), des fortifications de cette époque, sinon peut-être le tracé qui dessine un quadrilatère de 450 m nord-sud, sur 250 est-ouest, se développant sur une superficie de 11,74 ha pour un périmètre de 1 382 m350. C’est donc aux siècles suivants, en particulier aux xive et xve siècles qu’il faut attribuer l’enceinte dessinée, en 1720, par Nicolas Bugnon. Percée d’une porte sur chaque côté, la porte du Roi, au nord, la porte de France, à l’ouest, celle de Notre-Dame ou de Neuville, au sud, celle enfin de Chalaines ou porte Chaussée, à l’est, cette enceinte est flanquée de seize tours de plan variable, ronde, carrée, rectangulaire ou en éperon, dont il reste encore, ici ou là, quelques vestiges significatifs percés d’ouvertures de tir montrant toutes les étapes de la poliorcétique.

Fig. 227. Vaucouleurs. Contexte géographique, échelle 1/25 000, DAO : H. Duval/INRAP.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

2.1. Le relevé micro-topographique (Ch. K.)

5Le relevé topographique réalisé par le LAMEst en juillet 2003 (fig. 229), offre, outre l’assiette de la ville, à cheval sur le talus des hauts de Meuse et la plaine alluviale, et la localisation des vestiges encore existants, quelques précisions micro-topographiques. Concernant le château d’abord, on observe qu’il est posé sur une plate-forme presque horizontale soulignée par une légère inflexion du talus. Il dessine un quadrilatère de 50 à 60 m de côté, aux angles largement émoussés, qui culmine à 288 m d’altitude. Ce tertre, duquel émergent quelques moignons de maçonnerie, domine, au sud, les restes de la collégiale située au fond d’une faible dépression qu’on pourrait identifier au fossé qui devait l’envelopper. D’autres indices de terrassements sont déductibles de ce relevé. Ils doivent être associés à l’enceinte urbaine qu’ils semblent doubler en amont du talus et parallèlement à la côte, renforçant ainsi la défense occidentale de la ville. Ces vestiges de fossés sont encore très nets dans l’angle sud-ouest où ils sont dominés par une tour en éperon et se devinent aussi, au nord-ouest, sur le tracé de l’actuelle rue de Neidenstein.

Fig. 228. Vaucouleurs. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral actuel par G. Giuliato/Université Nancy 2, échelle 1/5 000. 1. Château ; 2. Porte de France ; 3. Tour en éperon ; 4. Porte de Neuville ; 5. Tour du Prévôt ; 6. Porte de Chalaines ; 7. Tour dite Seiligmann ; 8. Tour dite des Anglais ; 9. Porte du Roi ; 10. Tour quadrangulaire ; 11. Hôpital du Saint-Esprit ; 12. Prieuré Saint-Thiébaut. DAO : H. Duval/INRAP.

2.2. Analyse monumentale du système défensif conservé (I. F.)

2.2.1. Présentation du site

6Vaucouleurs conserve, outre quelques segments de sa muraille, cinq tours de son enceinte urbaine prises en compte lors d’une campagne de relevés architecturaux réalisée par le LAMEst en juillet 2003 (fig. 228). La porte de France, vraisemblablement reconstruite au xviiie siècle (Giuliato, 2005b : 55), n’a fait l’objet d’aucune investigation.

7Bien que cet ensemble fortifié comprenne deux tours en partie dérasées (la tour en éperon et la tour quadrangulaire) ainsi qu’une troisième transformée en logis (la tour du Prévôt), l’état de conservation est globalement bon. À ce titre, la tour ouest de la porte du Roi et la tour des Anglais font figure d’exception puisqu’elles sont préservées sur trois niveaux.

2.2.2. Présentation des vestiges

2.2.2.1. La tour en éperon

8Implantée sur le front ouest, face au talus des hauts de Meuse (fig. 228, repère 3), cette construction, qui correspond à l’une des deux seules tours en éperon, est large d’environ 7,40 m et longue de 9,30 m à son maximum. Elle a une hauteur maximale de 3 m à partir du fossé (fig. 230 et 231). Sa partie est, qui semble avoir été restaurée, ne présente pas de traces d’arrachement de la muraille mais on peut estimer que l’éperon forme une saillie minimum de 5,50 m.

9Les murs, d’une épaisseur maximale de 2,20 m, sont constitués de pierre calcaire formant un appareil réglé en revêtement extérieur. Le mur intègre des pierres en bossage qui s’ajoutent sans régularité à celles à tête grossièrement dressée. La tour possède, dans sa partie restaurée à l’est, deux ébrasements aménagés sur les flancs, larges de 1,50 m. Leurs maçonneries liées au ciment ainsi que leurs implantations au droit et dans l’axe de la muraille supposent une série d’observations archéologiques afin de confirmer l’existence d’ouvertures de tir médiévales à ce niveau.

Fig. 229. Vaucouleurs. Micro-topographie et tracé supposé des enceintes, par Ch. Kraemer/Université Nancy 2, échelle 1/3 000. A. Plateau ; B. Fossés ; C. Château ; D. Canal des moulins ; E. Plaine alluviale de la Meuse. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 230. Vaucouleurs. Emprise de la tour en éperon sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

Fig. 231. Vaucouleurs. Relevé du parement extérieur de la tour en éperon, échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

2.2.2.2. La tour du Prévôt

10Située dans l’angle sud-est du système défensif (fig. 228, repère 5), cette tour est constituée d’une base quadrangulaire, haute de 2,80 m, surmontée d’une tour circulaire d’environ 4,50 m de diamètre (fig. 232). Sa partie supérieure est installée en encorbellement et soulignée par trois ressauts en pierre de taille. Les maçonneries utilisées associent des roches calcaires blanches et rousses.

11L’édifice possède, dès son premier étage, des murs de faible épaisseur, aux environs de 0,40 m. Par ailleurs, les parements, uniquement percés de fenêtres et portes, ne présentent aucune ouverture de tir visible. Ces éléments témoignent de la transformation de l’édifice entre le xviiie et le xixe siècle. Alors que rien ne permet d’attribuer cette tour au système défensif médiéval, on notera qu’il s’agit du seul exemple lorrain de tour d’angle en encorbellement, de faible volume garantissant la défense d’une des quatre brisures majeures de l’enceinte.

2.2.2.3. La tour dite des Anglais

12Prévue pour renforcer la défense d’un segment rectiligne du front nord (fig. 228, repère 8), cette tour possède un plan extérieur circulaire outrepassé (fig. 233). L’intérieur se développe sous la forme d’un plan en fer à cheval si l’on considère que l’ouvrage était initialement ouvert à la gorge. Large de 7,40 m, saillante de 5 m, elle est conservée sur trois niveaux pour une hauteur maximale de 12,50 m (fig. 234). Alors que son élévation extérieure présente clairement deux états, les maçonneries emploient dans tous les cas des pierres calcaires blanches. Dans sa partie inférieure, la tour a connu quelques réfections qui lui assurent un bon état de conservation, malgré une importante lézarde côté est.

Fig. 232. Vaucouleurs. Emprise de la tour du Prévôt sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

13Avec sa base talutée encore visible sur une hauteur de 1,50 m, le parement extérieur du premier niveau de la tour se compose d’un moyen appareil réglé. Le mur, d’environ 2,20 m d’épaisseur maximale, possède trois archères en sifflet mesurant, au maximum, 1,80 m de haut pour 1,20 m de large à l’ouverture. Ces dernières assurent des tirs de flanquement vers l’est et l’ouest ainsi qu’un tir de front. La couverture des ébrasements est formée de trois linteaux en ressaut. Ceux-ci sont maintenus par deux assises à ressaut, posées en tas de charge, dont les angles sont adoucis. Deux archères ont été transformées, l’une en canonnière à la française, l’autre en porte d’accès vers le fossé. Les ébrasements de la dernière meurtrière confirment que la fente de tir mesurait entre 6 et 10 cm de large. Le parement interne conserve à ce niveau les réserves d’un probable plancher situé à 3,10 m de la base des archères.

Fig. 233. Vaucouleurs. Emprise de la tour des Anglais sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso / Université Nancy 2.

Fig. 234. Vaucouleurs. Coupe de la tour des Anglais et relevé partiel de l’élévation extérieure, échelles 1/100 et 1/50. Relevés : I. Ferraresso et A. Koziol ; DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

14Le second niveau s’identifie par un changement de maçonnerie extérieur. Ce nouvel appareil réglé présente les hauteurs d’assises plus régulières et la taille soignée de ses pierres offre une mise en œuvre à joints maigres. Cette reprise se situe dès l’assise de réglage des ouvertures de tir du premier étage. En partie interne, le mur, de 1,70 m d’épaisseur, est marqué par une retraite destinée à recevoir le nouveau plancher. La salle possède une hauteur sous plancher de 3,42 m. Modifiées à l’Époque moderne, les trois canonnières à niches trapézoïdales (1,90 x 1,45 m à l’ouverture ; profondeur 1,45 m) garantissaient initialement des tirs de front et en écharpe. Le couvrement des ébrasements emploie deux assises en tas de charge, à ressaut taillé en biseau, qui soutiennent des linteaux monolithes. Seul l’exemplaire nord bénéficie toujours de son ouverture de tir qui comprend un orifice circulaire de 35 cm de diamètre et une fente supérieure de visée de 35 cm de haut. La niche ouest est l’unique exemple qui intègre, dans son tableau gauche, un cous-siège aménagé dans l’épaisseur du mur. Enfin, le mur forme, au-dessus des niches de canonnière, une retraite due à l’arrachement partiel du parement interne.

15Partiellement dérasé, le dernier niveau, dont le mur mesure 72 cm d’épaisseur, est conservé sur une hauteur maximum de 2,57 m de haut. À cet étage, la retraite de la construction atteint presque 1,20 m. Quatre fenêtres à huchette (90 x 65 cm) équipent la pièce. Ces baies possèdent encore des corbeaux, amortis en quart-de-rond, qui maintenaient l’axe horizontal supérieur du volet. Le parement interne inclut, au nord-est, les piédroits chanfreinés d’une cheminée dont le manteau a disparu.

16Au regard des maçonneries et des ouvertures de tir, l’édifice est marqué par deux phases de construction qui distinguent le premier des deux derniers niveaux. La morphologie des baies reste le seul critère de datation disponible. Ainsi, les archères du rez-de-chaussée possèdent un plan en sifflet similaire à celles de la tour du Trait-d’Union à Neufchâteau, employées entre le second quart du xiiie siècle et le début du xve siècle. Quant aux premier et second étages, ils ont pu être datés, par comparaison des ouvertures de tir (canonnières et huchettes), de la seconde moitié du xve siècle (Giuliato, 2005b : 52-53). Il ne fait aucun doute que la tour a subi une importante campagne de réfection à la fin du Moyen Âge, témoignant d’adaptations liées à l’utilisation de l’artillerie à poudre.

2.2.2.4. La tour ouest de la porte du Roi

17Située sur le front nord, la porte du Roi est implantée à l’amorce du coteau (fig. 228, repère 9). La documentation disponible livre l’image d’une porte à deux tours, renforcée avant le milieu du xve siècle d’une barbacane (Giuliato, 2005b : 53). Malgré la visite des caves avoisinantes, la tour ouest reste l’unique élément conservé (fig. 235). D’une hauteur d’environ 9 m pour un diamètre de presque 8,20 m, l’ouvrage possède un moyen appareil réglé de pierre calcaire. Son plan (circulaire ou en fer à cheval ?) ne peut être précisé puisque la construction est, depuis la fin de l’Époque moderne, intégrée dans une demeure. On peut tout de même considérer que la tour est saillante d’un peu plus de 6 m par rapport à la courtine. Son rez-de-chaussée aveugle résulte de la topographie du terrain qui est marquée par une inclinaison importante (3 m de dénivelé d’ouest en est). L’épaisseur des murs, estimée à 1,80 m en moyenne, n’est percée que de quatre archères en sifflet, équitablement réparties aux deuxième et troisième niveaux (fig. 236). Chaque ouverture de tir est munie d’étriers, pour la plupart triangulaires. Ces éléments ont été retenus pour dater l’édifice autour du xive siècle (Giuliato, 2005b : 53). Leurs ébrasements, tous comparables, ont un couvrement employant deux assises en tas de charge. Ces derniers, amortis en quart-de-rond, permettent d’asseoir les linteaux monolithes. Trois des quatre meurtrières offrent des possibilités de tir de front ou en écharpe. Mais c’est certainement en raison des contingences topographiques que l’archère de flanquement ouest n’est installée qu’au troisième niveau, afin de battre au plus loin la courtine en suivant la côte qui accompagne la muraille vers l’ouest. Par ailleurs, son positionnement impose un large angle de tir vertical qui justifie l’emploi d’un étrier à plongée facilitant le tir fichant au pied de la courtine et de la tour.

2.2.2.5. La tour quadrangulaire

18Seul ouvrage quadrangulaire encore en élévation, la tour défend un angle du front ouest installé sur le coteau (fig. 228, repère 10). En grande partie dérasée, seul son premier niveau, haut de 4,70 m, est conservé (fig. 237 et 238). Son plan, ouvert à la gorge, se développe sur presque 4,50 m de large, en saillie d’environ 3,40 m par rapport au mur d’enceinte. Son parement extérieur est formé d’un moyen appareil assisé, parfois réglé, qui emploie des blocs calcaires teintés du blanc au roux. Le profil de l’élévation extérieure est marqué, à la base de l’angle nord-ouest, par un empattement biseauté. Les maçonneries, épaisses de 1,20 mètre, ne possèdent aucune ouverture de tir. Le rez-de-chaussée forme ainsi une salle aveugle aux proportions réduites à 2,20 m de long par 1,80 m de large. En l’absence d’intervention archéologique, aucun critère ne permet de dater cette construction, hormis l’utilisation d’une roche spécifique, déjà exploitée dans l’architecture militaire locale au milieu du xive siècle (Giuliato, 2005b : 55).

Fig. 235. Vaucouleurs. Emprise de la tour du Roi sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

Fig. 236. Vaucouleurs. Tour du Roi. Archère, échelle 1/20. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

2.3. La tour Seiligmann (F. G.)

2.3.1. Présentation du site

2.3.1.1. Circonstances de l’intervention

19Dans la partie nord-est de l’espace urbanisé ancien de Vaucouleurs (fig. 228 et 239), un projet immobilier nécessitait la démolition des bâtiments voués à la confection industrielle de textiles.

20La tour médiévale, dite Seiligmann, du nom de l’usine qui l’intègre à ses murs à la fin du xixe siècle, a été “restaurée” vers 1900-1902. En 1998, en amont des travaux de démolition, le Service régional de l’Archéologie de Lorraine a décidé la mise en œuvre d’une étude archéologique des élévations par une équipe de l’AFAN afin d’évaluer précisément l’impact des constructions contemporaines sur les vestiges médiévaux. Puis, un diagnostic du potentiel enfoui a été décidé et réalisé par les mêmes institutions après la destruction des structures en élévation et avant la construction de pavillons individuels. Contrairement aux informations récemment publiées (Giuliato, 2005b : 51), les personnes compétentes dans la gestion du patrimoine ont décidé de la démolition en 1999 des vestiges de la tour médiévale, fortement dégradée, au vu des résultats de son étude préalable.

Fig. 237. Vaucouleurs. Emprise de la tour quadrangulaire sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

Fig. 238. Vaucouleurs. Tour quadrangulaire. Relevé parement extérieur, échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

2.3.1.2. Localisation

21Sur la rive droite de la Vaise (fig. 228 et 239), le quartier où est implantée la tour Seiligmann est situé dans l’angle nord-est de l’enceinte. La Vaise sépare cet espace du reste de la ville. Le cours d’eau est aujourd’hui canalisé et souterrain. À cet endroit, le terrain ne montre aucun relief significatif.

22L’étude archéologique de la tour a permis de distinguer deux phases principales dans son évolution architecturale. La première concerne l’édification de la tour et des courtines contiguës durant la période médiévale, ainsi qu’une hypothétique reconstruction de la tour à l’Époque moderne. La seconde marque le début de l’intégration de la structure fortifiée à l’usine de confection au début du xxe siècle. Ce projet architectural, dans la tradition romantique du xixe siècle, conduit à rehausser la structure et y intégrer des baies de style Troubadour. Par la suite, d’autres aménagements occultent d’importantes parties de l’élévation (fig. 240) en redressant les parements de la tour pour y aménager des pièces carrées (fig. 241 et 242). Ces travaux sont pris en compte dans l’enregistrement de terrain et également dans l’élaboration du diagramme stratigraphique en raison de leur impact destructeur. Cependant, leur datation tardive et leur détachement du contexte originel ne nécessitent pas une présentation détaillée.

2.3.2. Présentation des vestiges

23Au nord-est, l’enceinte urbaine de Vaucouleurs est constituée d’une tour circulaire de flanquement reliant les deux courtines (fig. 239). Elle forme un cercle aux trois quarts développé à un angle. D’un diamètre extérieur de 5,75 m, ce flanquement est ouvert à la gorge. La partie médiévale et moderne de la tour est conservée sur près de 6 m de haut (fig. 240). Contiguës à cette dernière, les courtines ont été arasées.

2.3.2.1. La courtine sud (mur no 27)

24Le sondage manuel no 1 (fig. 239) a mis en évidence le mur no 27, épais de 1,90 m et orienté nord-sud (fig. 241). La courtine est formée d’une maçonnerie fourrée de pierres calcaires jointoyées au mortier de chaux. Les parements, extérieur et intérieur, sont constitués de blocs calcaires de 60 x 90 cm de côté. Cette assise repose sur un niveau plus large qui forme un ressaut de fondation. Le parement extérieur est chaîné à celui de la tour. Les sondages du sous-sol n’ont pas permis de mettre au jour cette courtine avec certitude.

Fig. 239. Vaucouleurs. Plan de situation de la tour Seiligmann, échelle 1/1 000. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 240. Vaucouleurs. Élévation de la tour Seiligmann, d’après GAMA, 2000, échelle 1/100, localisation fig. 241. DAO : H. Duval/INRAP.

25Dans le sondage no 10 (fig. 239) situé à 43 m au sud, un mur épais de 1,60 m et présent à une profondeur de 1,10 m pourrait correspondre à la courtine sud.

2.3.2.2. La courtine ouest (mur no 30)

26Reconnue sur 17,50 m de long (fig. 239 : sondages nos 6 et 7), la courtine occidentale épaisse de 1,40 m est également formée de deux parements. Conservé sur une hauteur de trois assises, le mur repose sur une fondation épaisse de 2,20 m. Dans le sondage 6, le mur de courtine mesure 1,40 m d’épaisseur, les trois assises de 24 cm de hauteur reposent sur une fondation d’environ 1,50 à 2 m d’épaisseur. Le sondage no 7 laisse apparaître une tranchée de récupération du mur de courtine de 1,70 m de large. On retrouve le mur conservé un mètre plus bas.

2.3.2.3. La tour (mur no 21)

27Sur les 6 m d’élévation conservés, l’épaisseur varie de 1,50 à 0,80 m. À la base, le parement extérieur présente un moyen appareil (hauteur des assises comprise entre 29 et 35 cm) réglé, formé de blocs calcaires dont la longueur est comprise entre 50 et 55 cm (fig. 240 : unités stratigraphiques – US nos 1, 18, 19 et 20). Le parement intérieur, observé au niveau de l’arase de la tour (fig. 241 : US no 44), est constitué de blocs dont la longueur varie de 36 à 50 cm pour une profondeur maximale de 60 cm. Ces blocs sont associés avec un mortier de chaux formant des joints pleins plus ou moins incertains. Ces trois assises constituent la fondation de la tour qui prend la forme d’un ressaut de fondation (US 18) puis d’un empattement faiblement taluté (US 1, 19 et 20).

28Huit assises irrégulières (fig. 240 : US 2, 23, 27 et 53) reposent sur le dernier lit de fondation (US no 19). Ces horizons forment un petit appareil assisé de moellons calcaires équarris ou ébauchés. Les plus réguliers de ces derniers présentent une face longue d’une trentaine de centimètres et haute de 10 à 18 cm. Un mortier de chaux compose les joints gras des assises.

29Les unités stratigraphiques nos 3 et 15 forment un moyen appareil réglé (hauteur des assises comprise entre 25 et 30 cm), en rupture totale avec l’appareil des huit assises précédentes. La longueur de la face des moellons calcaires est de 35 cm en moyenne, mais elle peut atteindre 50 cm. Les joints sont pleins et fins. La face des pierres est brettelée.

30Certains moellons présentent des signes lapidaires. Onze marques concernent principalement l’unité stratigraphique no 15. Cependant, d’autres pierres de taille semblent également marquées bien qu’elles appartiennent à des unités stratigraphiques des phases postérieures (US 38 et 40 notamment). Celles-ci mettent en œuvre des moellons récupérés de la phase initiale. En raison de leur faible nombre et de leur position secondaire pour certaines d’entre elles, il est difficile de définir précisément la nature de ces signes lapidaires : signes utilitaires ou d’identité (Kill, 1997).

Fig. 241. Vaucouleurs. Plan au sol de la tour Seiligmann, d’après GAMA, 2000, échelle 1/100. DAO : H. Duval/INRAP.

2.3.2.4. Les baies

  • 351 Il est impossible que le long trait sombre surmonté d’un triangle plus clair, visible sur une repro (...)

31Situées au contact de l’appareil médiéval (fig. 240 : US nos 3 et 15) et du rehaussement de la tour à l’époque contemporaine (US nos 7 et 39), deux baies anciennes sont partiellement conservées dans le parement intérieur351. Il s’agit d’ouvertures flanquant strictement les courtines méridionale et occidentale. Au sud, la baie no 13 est fortement bouleversée par la reprise contemporaine (US no 39). En revanche, la baie no 11, à l’ouest, a pu être reconnue presque intégralement.

32La baie no 11. La première baie (fig. 240 ; fig. 242 à 244), obturée par un parement intérieur tardif de la tour (US no 51), est formée d’une allège, de deux ébrasements et d’un linteau maintenu en place lors du rehaussement de la tour. Des moellons et des gros moellons calcaires sont posés de chant ou horizontalement et liés au mortier de chaux. Seul l’ébrasement droit est formé d’un bloc monolithe de 41 cm de hauteur. Les joints sont incertains ou gras. La baie est profonde de 80 cm et haute de 44 cm. La largeur de l’ouverture se réduit de 42 cm à l’intérieur de la tour à 6 cm au niveau du parement extérieur. Cette baie peut être définie comme une fenêtre de tir ou de surveillance à ébrasement triangulaire et à allège sans plongée ni niche.

33La baie no 13. La seconde baie (fig. 240 et 242) est perceptible dans un bouchage lié au rehaussement de la tour (US no 51). Seule son allège et son ébrasement gauche sont préservés. Cette baie présente néanmoins des caractéristiques identiques à la baie no 11.

2.3.2.5. Conclusion

34Préalablement au projet immobilier réalisé en 1999, deux opérations archéologiques préventives ont été mises en œuvre sur le site de l’ancienne usine Seiligmann. Ces études ont permis de protéger le potentiel enfoui éventuellement conservé et d’effectuer un enregistrement de l’information concernant l’élévation de la tour avant sa démolition, rendue nécessaire par sa piètre conservation et la nécessité du développement de la ville. Les résultats de ces études ont été portés à la connaissance du public scientifique (Gama, 2000).

Fig. 242. Vaucouleurs. Plan du premier étage de la tour Seiligmann, d’après Gama, 2000, échelle 1/100. DAO : H. Duval / INRAP.H. Duval / INRAP.

Fig. 243. Vaucouleurs. Élévation intérieure de la baie 11 de la tour Seiligmann, d’après Gama, 2000, échelle 1/20. DAO : H. Duval/INRAP.

35L’approche archéologique n’a permis de dater précisément ni les courtines ni la tour. À cet égard, il faut s’en tenir aux sources historiques (Giuliato, 2005b). La charte de franchise de Vaucouleurs est datée de 1298 et annonce la clôture de la ville. Les sources écrites mentionnent une phase de travaux vers 1331, puis vers 1340-1350 sous l’impulsion de Geoffroid Lenoncourt. En 1377, la politique du roi Charles V amène à de nouveaux travaux de fortification. Dans la seconde moitié du xive siècle, l’enceinte de Vaucouleurs bénéficie d’adaptations partielles aux nouvelles armes. Enfin, Henri II fortifie la ville en prévision des attaques de Charles Quint.

36En revanche, l’étude archéologique a montré que la tour et les courtines sont construites simultanément durant une première séquence. La lecture de l’appareil montre que deux baies, dont l’une peut-être qualifiée de fenêtre de tir à ébrasement triangulaire et à allège sans plongée ni niche, sont installées dans une deuxième séquence de construction.

Fig. 244. Vaucouleurs. Plan de la baie 11 de la tour Seiligmann, d’après GAMA, 2000, échelle 1/20. DAO : H. Duval/INRAP.

  • 352 Cf. infra étude monographique consacrée à cette ville (phase C, meurtrières M2 et M3).
  • 353 Renseignement aimablement communiqué par N. Faucherre le 12 juillet 2006. Nous l’en remercions vive (...)

37Aucun élément archéologique n’apporte de datation absolue pour cette seconde séquence : simple étape de construction ou phase de travaux plus tardifs sur les fortifications ? Seule l’étude typologique permet de proposer une hypothèse de datation. Une fenêtre de tir à ébrasement et à fente de petite hauteur est connue au château de Bremoncourt (Meurthe-et-Moselle) (Giuliato, 1992 : 45, 90), daté de la fin xiiie-début xive siècle. Des petites fenêtres de tir, datées de 1568 ± 3 ans (Masquilier, Thévenard, 1995 ; Masquilier, 1996), ont été observées sur l’une des tours du château de Novéant (Moselle). Au xvie siècle, à Liverdun sur le site de la porte Haute, la construction d’une tour reliée à un mur de fausse-braie est l’occasion de mettre en place des fenêtres destinées aux armes à feu portatives comparables à celle de Vaucouleurs352. La position des baies de la tour Seiligmann qui surveillent les courtines et leur configuration pourraient s’inscrire dans ce mouvement architectural fonctionnel que le contexte historique n’interdit pas. Interrogé sur ce cas précis, Nicolas Faucherre interprète ces meurtrières comme un créneau de fusillade pour mousquet à silex datable de la Guerre de Trente Ans. La fente étroite est adaptée pour un tube en fonte de fer épaulé à 1,50 m du plancher, sans possibilité de faire absorber le recul par la maçonnerie353. Malheureusement, l’absence d’indication concernant la hauteur des planchers associés à ces meurtrières ne permet pas d’affirmer que ces dernières appartiennent indubitablement à une fente de tir pour arme épaulée.

2.4. La fouille de la rue du Grand-Geoffroy (R. L.)

2.4.1 Présentation du site

2.4.1.1. Circonstances de l’intervention

38À l’instigation du Service régional de l’Archéologie de Lorraine, la fouille préventive, localisée rue du Grand-Geoffroy, a été réalisée en août 1994, par une équipe de l’AFAN, préalablement à la construction de bâtiments HLM (Henrotay, Lansival, 1994b).

2.4.1.2. Localisation

39L’emprise du projet se développe au nord de l’ancien centre urbain, entre la rue du Grand-Geoffroy et la Ruelle des Muets, à une vingtaine de mètres en avant d’un segment de la courtine nord de la fortification médiévale, à hauteur de la tour des Anglais (fig. 228 et 239). Le quartier est situé sur la rive gauche de la Vaise. Le site visé par le projet s’étend sur une superficie de 700 m2.

Fig. 245. Vaucouleurs. Grand Geoffroy : plan général du site, d’après Henrotay, Lansival, 1994b, échelle 1/500. DAO : H. Duval/INRAP.

40Trois phases d’occupations anciennes ont été mises en évidence (fig. 245) : les deux premières peuvent être attribuées à la fourchette chronologique du xiiie au xve siècle, datation reposant sur l’étude céramique. La troisième relève de l’Époque moderne.

2.4.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.4.2.1. Phase 1

41Avant d’être habité, le secteur fut le siège d’une activité d’extraction de matériau, en l’occurrence la grouine calcaire, utilisée comme liant en maçonnerie. En effet, de grandes fosses d’exploitation, approximativement circulaires, d’un diamètre pouvant atteindre 5 m et d’une profondeur d’1 m à 1,60 m, témoignent de cette activité.

42En ce qui concerne les activités artisanales aux abords de l’enceinte urbaine, l’étude de la faune, assurée par J.-H. Yvinec du Cravo, s’est révélée intéressante. En effet, celle-ci a démontré que les os découverts dans le comblement de deux fosses (1112 et 1025) appartenaient à des bovins et, pour l’essentiel, à des chevaux.

43La prépondérance des métatarses de bovins (fosses 1112 et 1025) témoignerait d’une activité d’extraction d’huile de pieds de bœufs destinée à l’entretien des cuirs.

44Les autres rejets correspondraient aux déchets de carcasses de chevaux (fosse 1025) ayant subi certains traitements liés à l’équarrissage (traces de découpe : prélèvement de la peau, démembrement, séparation tête/tronc).

45De tels amas d’ossements de chevaux mâles et âgés sont connus dans des contextes urbains datés du xve siècle (Beauvais, Paris), en périphérie des villes, dans les secteurs proches des enceintes.

46On peut se poser la question de savoir si ces traces d’activité artisanale ne peuvent être mises en relation avec une éventuelle tannerie compte tenu de leur localisation proche de la rivière et de la rue de la “Tannerie”, sur la rive droite de la Vaise.

2.4.2.2. Phase 2

47Dans un deuxième temps, des bâtiments ont été érigés sur ces structures en creux remblayées. De ceux-ci, il ne demeure que les caves maçonnées. Celles-ci, orientées N.-S., présentent un plan plus ou moins carré, de petite superficie (14 à 15 m2). Les murs, constitués d’un seul parement (30 cm d’épaisseur environ) en appareil assisé à joint creux, sont élevés avec des moellons en calcaire blanc, liés à la grouine. Chaque cave est accessible par un escalier logé dans l’angle sud-est de la pièce dont le sol est en terre battue.

48En ce qui concerne le parcellaire, ces caves voisines offrent la même orientation et sont séparées l’une de l’autre par un espace d’1 m à 1,25 m.

49On peut penser que ces pièces souterraines correspondaient à la partie arrière de bâtiments plus vastes dont l’élévation, peut-être en pan de bois, se développait en avant des caves, en direction d’une voie dont nous n’avons trouvé aucune trace dans l’emprise de fouille. Ce mode de construction, typique de la période de transition des villes en bois vers une architecture en pierre, a également été mis au jour à Minden en Allemagne où les caves occupaient l’arrière de la parcelle habitée.

2.4.2.3. Phase 3

50À l’Époque moderne, les bâtiments furent aménagés sur les remblais d’abandon de l’habitat médiéval tout en respectant la même orientation qu’au Moyen Âge.

2.5. Les sondages de la place Cardinal-Lépicier (S. J.)

2.5.1. Présentation du site

2.5.1.1. Circonstances de l’intervention

51Prescrit par le Service régional de l’Archéologie de Lorraine, le diagnostic archéologique de la place Cardinal-Lépicier a été réalisé en septembre 2005, par une équipe de l’INRAP (Jeandemange, Masquilier, 2005), à l’occasion d’un réaménagement en parking aérien et d’une halle couverte dont les fondations se composent de quelques pieux en béton.

2.5.1.2. Localisation

52La place Cardinal-Lépicier se situe dans le quart sud-est du centre historique de la ville, enserrée entre la rivière canalisée la Vaise, à l’ouest, et la rue des Rondes, à l’est, dont le toponyme trahit la présence immédiate de l’ancienne enceinte (fig. 228).

53La surface diagnostiquée est de 3 360 m2 pour une surface de projet de 3 800 m2, à savoir un pourcentage de surface sondée de 3,5 %. Sur les cinq sondages effectués à l’aide d’une pelle mécanique, quatre ont révélé des indices archéologiques (fig. 246).

2.5.1.3. Type de vestiges observés et nombre de phases identifiées

54Les vestiges se situent aux abords de l’enceinte. Deux secteurs doivent être distingués.

55Le premier, en rive droite de la Vaise, est caractérisé par deux phases : une phase 1A allant du milieu du xie siècle au xviiie siècle, une phase 1B pour le xixe- xxe siècle.

56Le second, aux abords de l’enceinte, rue des Rondes, se subdivise en trois phases : une phase d’aménagement du site (phase 2A), une phase de construction attribuable au premier tiers du xviie siècle (phase 2B), enfin une phase de réaménagement plus récente (phase 2C).

2.5.2. Présentation des vestiges

2.5.2.1. Les vestiges en bordure de la Vaise (secteur 1)

57Trois sondages ont été effectués à quelques mètres de la Vaise canalisée. Les séquences stratigraphiques des sondages 1, 4 et 5 permettent d’envisager deux phases chronologiques bien distinctes que l’on retrouve dans les trois sondages aux mêmes altitudes (fig. 247).

- Phase 1A
  • 354 La détermination des essences a été réalisée par Willy Tegel du laboratoire Dendronet, Bolhingen, A (...)

58Description. La phase 1A est matérialisée par des couches très compactes d’argile limoneuse hydromorphe, contenant des restes végétaux (branchage, piquets en aulne, billon en chêne, planche en sapin…)354, de couleur gris foncé à noir. La partie inférieure de cet ensemble se compose, dans le sondage 1, d’un remblai de blocs calcaires taillés et, dans le sondage 5, d’un empierrement calcaire. Dans la moitié nord du sondage 5, une série de sept piquets en aulne associés à du branchage disposé à plat, a été découverte. Encore fichés verticalement dans le sol, ces piquets, bien que sans organisation précise, pourraient être des éléments d’aménagement de berge ou de pêcherie. Ils sont appointés et légèrement brûlés à leur extrémité inférieure.

  • 355 Datations 14 C réalisées en 2005 par le Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningue (Pays-Bas). Ré (...)

59Datation. Le billon en chêne découvert dans le sondage 4 n’a pu être daté par dendrochronologie faute d’un nombre suffisant de cernes. En revanche, deux des piquets du sondage 5 ont fait l’objet d’une datation radiocarbone. Après calibration à 95,4 % de probabilité, l’intervalle de datation du premier échantillon est compris entre 1045 et 1207. et celui du second échantillon entre 1058 et 1218355. Il apparaît donc que ces pieux ont été mis en place entre le milieu du xie siècle et le début du xiiie siècle.

- Phase 1B

60Description. La seconde phase est composée d’une succession de remblais. Une première série correspond à une matrice de limon argileux, de couleur brune et contenant des fragments de tuiles, de briques et de quelques pierres calcaires. Les remblais supérieurs proviennent de la démolition d’une habitation (sondage 4), d’un lavoir (sondage 1), ou encore de l’aménagement d’un parking (sondage 5) (fig. 247).

61Datation. Cette phase est attribuable aux xixe et xxe siècles. Les remblais les plus anciens sont certainement à mettre en relation avec la création de l’actuel quai Sincère encore inexistant sur une peinture non datée d’Alfred Renaudin (1866-1944) (Collin-Roset, Coing, 1993 : 91). La peinture (vue vers le nord) présente en arrière-plan la maison du marquis de Pimodan, et au premier plan la Vaise bordée d’une roselière ou phragmitaie. Il apparaît que la zone correspondant à l’emplacement du sondage 5 est alors une zone humide de bordure de berge.

2.5.2.2. Les vestiges situés aux abords de l’enceinte urbaine (secteur 2)

62Ces vestiges concernent les sondages 2 et 3. L’étude stratigraphique permet de distinguer trois phases chronologiques : une phase d’aménagement du site (phase 2A), une phase de construction (phase 2B), enfin une phase de réaménagement (phase 2C).

Fig. 246. Vaucouleurs. Place Cardinal-Lépicier. Plan de situation de la zone sondée d’après Jeandemange, Masquilier, 2005, échelle 1/1 000. DAO : H. Duval/INRAP.

- Phase 2A : aménagement

63Description. Cette première phase correspond à l’aménagement du site caractérisé par les US 2.4, 2.5 (fig. 248, coupe 1), 2.12, 2.13 et 2.15 (fig. 248, coupes 2 et 3). Il s’agit de remblais de nature argileuse, avec présence de cailloutis, pierres calcaires non équarries et fragments de tuiles.

Fig. 247. Vaucouleurs. Place Cardinal-Lépicier. Colonnes stratigraphiques, d’après Jeandemange, Masquilier, 2005, échelle 1/50. DAO : H. Duval/INRAP.

64Datation. La couche 2.4 de la coupe 1 contenait un fragment de céramique à pâte rouge, avec glaçure interne et externe, sur crue. Ce type de céramique peut être daté du bas Moyen Âge et perdure à l’Époque moderne. Cette phase d’aménagement est antérieure à la phase 2B.

- Phase 2B : mise en place d’un habitat

65Description. La phase 2B est une phase de construction et d’occupation, matérialisée par les US 2.1, 2.3 (fig. 248, coupe 1), 2.10, 2.11, 2.14, 2.16 à 2.19 (fig. 248, coupes 2 et 3), 2.20 et 2.21 (fig. 248, coupe 3).

66Long de 13,50 m et large de 2 m, le sondage 2 a permis d’exhumer cinq tranchées de récupération de murs (fig. 248, plan du sondage 2). Leur niveau d’apparition oscille entre 0,80 et 1,20 m de profondeur. Sous les murs 2, 3 et 4, des pieux de fondation en chêne sont apparus à une profondeur de 1,80 m. Seule la partie inférieure des pieux, fichée en milieu humide, a été conservée, contrairement à la partie supérieure qui s’est décomposée. Toutefois, la stratigraphie en conserve encore la trace matérialisée dans les coupes par un grisé clair. Les pieux sont fendus selon l’axe radial du tronc d’arbre. Une des extrémités a été appointée et durcie par le feu pour permettre une meilleure pénétration dans le substrat (US 2.5 dans la coupe 1, US. 2.12, 2.13, 2.15 dans les coupes 2 et 3). La zone étant humide et instable, les pieux permettent d’assurer une bonne fondation aux murs.

Fig. 248. Vaucouleurs. Place Cardinal-Lépicier. Coupes dans le sondage 2, d’après Jeandemange, Masquilier, 2005, échelle 1/50. DAO : H. Duval/INRAP.

67La tranchée de récupération du mur 1, visible dans la moitié est du sondage, apparaît à une profondeur de 0,90 m. Orientée est-ouest, son épaisseur est de 0,55 m, pour une longueur observée de 7,50 m. Elle se compose de petites pierres calcaires non équarries et de mortier de chaux.

68La tranchée de récupération du mur 2, parallèle à la tranchée de récupération de mur 1, est distante de cette dernière d’un peu plus de 1,20 m. Son épaisseur est de 0,75 à 0,80 m pour une longueur observée de 10,50 m. La nature de son remplissage est identique à celle du mur 1. Une quinzaine de pieux en chêne sont disposés sous le mur.

69Les tranchées de récupération des murs 3 et 4, d’une épaisseur plus modeste de 0,40 m, sont composées de petites pierres calcaires et de mortier de chaux. Elles sont perpendiculaires aux deux murs décrits précédemment. Les murs 3 et 4 sont visibles dans la coupe 3 ; un pieu de fondation en chêne se trouve sous chacun des deux murs, à une profondeur de 1,80 m.

70Des niveaux de sol US 2.10 et US 2.11 sont associés aux murs 1 à 4. Le niveau de sol US 2.10 est visible à l’extrémité orientale de la coupe 3 ; il s’agit d’une fine couche de grouine damée, de couleur ocre. L’US 2.11, beaucoup plus épaisse (20 cm environ), est composée de limon brun compact, de petites pierres calcaires et de fragments de tuiles.

  • 356 Datations réalisées par Roswitha Schweichel (laboratoire Dendronet, Bohlingen, Allemagne). Réf : VA (...)

71Datation. Des analyses dendrochronologiques ont été effectuées sur treize pieux prélevés sous le mur 2356. Il s’agit de datations sur aubier. Les chênes utilisés pour les pieux, provenant d’une même forêt, ont été abattus vers 1633 ± 10 ans.

- Phase 2C : aménagement d’une place

72Description. Les vestiges des deux premières phases sont scellés par des couches de démolition, puis d’aménagement d’une place (phase 2C). Cette dernière phase est représentée par les US 2.7 à 2.9. L’US 2.9 est un remblai à base de limon argileux brun et de fragments de tuiles. Au-dessus, l’US 2.8 est un remblai de démolition récent, composé de moellons et blocs calcaires. Enfin, l’US 2.7 vient sceller le tout ; il s’agit du revêtement de l’actuelle place Cardinal-Lépicier, consistant en un enrobé calcaire.

73Datation. Les niveaux de démolition caractérisant la phase 2C correspondent à la destruction de bâtiments encore présents sur le cadastre de 1822 et totalement disparus sur le cadastre actuel.

2.5.3. Conclusion

74Les présents sondages ont révélé des vestiges datables du milieu du xie siècle à nos jours. Les sondages 2 et 5 présentent la plus grande densité d’occupation humaine.

75Le sondage 5, situé en bordure du canal de la Vaise, a révélé la présence de pieux en aulne encore en place, datés du milieu xie-début xiiie siècle. Il pourrait s’agir de vestiges d’un aménagement de berge ou de pêcherie. Ces derniers attestent d’une occupation sur la rive droite de la Vaise, contemporaine du bourg castral primitif, avant la construction de l’enceinte urbaine. Aucun autre vestige n’est attesté avant le xixe siècle.

76Les sondages aux abords immédiats de l’enceinte urbaine ont mis au jour un habitat daté du premier tiers du xviie siècle ; cette occupation se situe aux abords immédiats de l’enceinte urbaine mentionnée pour la première fois dans les textes à la fin du xiiie siècle.

77En l’absence de vestiges observés sous ces niveaux de l’Époque moderne, nous pouvons en déduire que le programme de construction de l’enceinte médiévale a englobé ici des espaces non bâtis et urbanisés très tardivement.

Conclusion (Ch. K.)

78Bien connue grâce à un plan fiable de 1720, l’enceinte urbaine de Vaucouleurs a fait l’objet d’une analyse morphologique qui, en s’appuyant sur les sources historiques, a permis d’établir les grandes phases chronologiques, sinon de sa construction, du moins de sa reconstruction et de son adaptation à l’artillerie. Dans le détail, le relevé topographique, l’examen de la tour Seiligmann, la fouille de la rue du Grand-Geoffroy et celle de la place Cardinal-Lépicier ont permis des observations complémentaires. La première opération renseigne sur les défenses extérieures de la muraille occidentale bâtie dans la pente, entre le sommet de la côte et la plaine alluviale. La seconde a démontré que la tour Seiligmann et les courtines qui la jouxtent relèvent d’une même campagne de construction sans qu’il soit possible d’apporter des précisions chronologiques, pas plus qu’aux transformations faites à la tour, lorsqu’on la dota de fenêtres de tir ou de surveillance dont une, à ébrasement intérieur, s’inscrit dans une fourchette large, de la fin du xiiie siècle au milieu du xviie siècle. La troisième et la quatrième interventions répondent plus particulièrement à la problématique des abords intérieurs de l’enceinte, notamment de l’habitat civil et des activités artisanales. Construit à la fin du Moyen Âge, puis reconstruit à l’Époque moderne, le quartier du Grand-Geoffroy était occupé par des carrières de grouine, dont le comblement semble témoigner d’une activité postérieure en lien avec des tanneries. Quant aux maisons fouillées place du Cardinal-Lépicier, l’analyse a montré qu’elles furent bâties aux abords de l’enceinte, à l’Époque moderne, sur un terrain vierge de toute autre construction.

Notes

350 Données inédites calculées à partir de la carte à 1/5 000 (fig. 228).

351 Il est impossible que le long trait sombre surmonté d’un triangle plus clair, visible sur une reproduction de carte postale ancienne conservée au Service régional de l’Inventaire général de Lorraine, puisse appartenir à une archère (Giuliato, 2005b : 51-52). En effet, les relevés réalisés en 1998 ne révèlent aucune ouverture au niveau supérieur de la tour qui correspond, par ailleurs, à la reconstruction des parties supérieures de l’édifice au début du xxe siècle. La trace photographique signale soit une gouttière, soit un conduit de fumée partant du petit appentis accolé à la tour.

352 Cf. infra étude monographique consacrée à cette ville (phase C, meurtrières M2 et M3).

353 Renseignement aimablement communiqué par N. Faucherre le 12 juillet 2006. Nous l’en remercions vivement.

354 La détermination des essences a été réalisée par Willy Tegel du laboratoire Dendronet, Bolhingen, Allemagne (information donnée par courriel en 2005).

355 Datations 14 C réalisées en 2005 par le Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningue (Pays-Bas). Réf. GrN-30086 : 900 ± 15 BP et GrN-30087 : 870 ± 15 BP. La calibration a été effectuée avec Calib 5.0.2.

356 Datations réalisées par Roswitha Schweichel (laboratoire Dendronet, Bohlingen, Allemagne). Réf : VAUC 004, 6 novembre 2005.

Table des illustrations

Légende Fig. 227. Vaucouleurs. Contexte géographique, échelle 1/25 000, DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 228. Vaucouleurs. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral actuel par G. Giuliato/Université Nancy 2, échelle 1/5 000. 1. Château ; 2. Porte de France ; 3. Tour en éperon ; 4. Porte de Neuville ; 5. Tour du Prévôt ; 6. Porte de Chalaines ; 7. Tour dite Seiligmann ; 8. Tour dite des Anglais ; 9. Porte du Roi ; 10. Tour quadrangulaire ; 11. Hôpital du Saint-Esprit ; 12. Prieuré Saint-Thiébaut. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 229. Vaucouleurs. Micro-topographie et tracé supposé des enceintes, par Ch. Kraemer/Université Nancy 2, échelle 1/3 000. A. Plateau ; B. Fossés ; C. Château ; D. Canal des moulins ; E. Plaine alluviale de la Meuse. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 230. Vaucouleurs. Emprise de la tour en éperon sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 231. Vaucouleurs. Relevé du parement extérieur de la tour en éperon, échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 232. Vaucouleurs. Emprise de la tour du Prévôt sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 233. Vaucouleurs. Emprise de la tour des Anglais sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso / Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 234. Vaucouleurs. Coupe de la tour des Anglais et relevé partiel de l’élévation extérieure, échelles 1/100 et 1/50. Relevés : I. Ferraresso et A. Koziol ; DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 235. Vaucouleurs. Emprise de la tour du Roi sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 236. Vaucouleurs. Tour du Roi. Archère, échelle 1/20. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 237. Vaucouleurs. Emprise de la tour quadrangulaire sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/200. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 238. Vaucouleurs. Tour quadrangulaire. Relevé parement extérieur, échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 239. Vaucouleurs. Plan de situation de la tour Seiligmann, échelle 1/1 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 240. Vaucouleurs. Élévation de la tour Seiligmann, d’après GAMA, 2000, échelle 1/100, localisation fig. 241. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 241. Vaucouleurs. Plan au sol de la tour Seiligmann, d’après GAMA, 2000, échelle 1/100. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 242. Vaucouleurs. Plan du premier étage de la tour Seiligmann, d’après Gama, 2000, échelle 1/100. DAO : H. Duval / INRAP.H. Duval / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 243. Vaucouleurs. Élévation intérieure de la baie 11 de la tour Seiligmann, d’après Gama, 2000, échelle 1/20. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 244. Vaucouleurs. Plan de la baie 11 de la tour Seiligmann, d’après GAMA, 2000, échelle 1/20. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 245. Vaucouleurs. Grand Geoffroy : plan général du site, d’après Henrotay, Lansival, 1994b, échelle 1/500. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 246. Vaucouleurs. Place Cardinal-Lépicier. Plan de situation de la zone sondée d’après Jeandemange, Masquilier, 2005, échelle 1/1 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Fig. 247. Vaucouleurs. Place Cardinal-Lépicier. Colonnes stratigraphiques, d’après Jeandemange, Masquilier, 2005, échelle 1/50. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 248. Vaucouleurs. Place Cardinal-Lépicier. Coupes dans le sondage 2, d’après Jeandemange, Masquilier, 2005, échelle 1/50. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12814/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 387k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search