Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Thann (Haut-Rhin)

Jacky Koch

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE

1.1. Contexte géographique et géologique

1La ville de Thann est localisée au débouché de la vallée de la Thur dans la plaine alsacienne. Les deux versants de cette vallée se resserrent en forme de pince sur une ouverture de 500 m de largeur (fig. 215). Le lit du cours d’eau à régime torrentiel longe la base de son versant nord. La partie ancienne de la ville, concentrée dans cette partie étroite, est installée sur un socle de différents niveaux de colluvionnement formant le cône de la Thur. L’urbanisation et l’industrialisation récentes ont entraîné une densité urbaine plus marquée en direction de la plaine.

1.2. Historique des recherches

  • 339 Essentiellement dans Weymann, 1920, plus récemment Baumann, 1981. Parmi les sources imprimées, se (...)

2L’histoire des fortifications de Thann n’a pas fait l’objet d’une synthèse spécifique. Elle apparaît cependant en complément de nombreux ouvrages monographiques qui lui furent consacrés339. La première étude, publiée en 1924, est due à un érudit thannois, Charles Weymann, mais son essai, basé sur la lecture et l’interprétation des archives communales, est altéré par l’absence de culture archéologique (Weymann, 1929). Une mise en perspective qui situe la ville et sa mise en défense dans le contexte historique général de cette vallée, dite de Saint-Amarin, a été publiée par Christian Wilsdorf, ancien directeur des archives départementales (Wilsdorf, 1969). Les données topographiques, architecturales et iconographiques ont été synthétisées dans une publication du Service régional de l’Inventaire sur le canton de Thann (Lehni, 1980). Le plan topographique proposé dans cet ouvrage fait suite à un premier document publié par F.-J. Himly en 1970 et fait le point sur l’ensemble des éléments préservés ou connus (Himly, 1970). Dans les deux cas, les interprétations de la limite orientale de la première phase de fortification sont erronées.

1.3. État des connaissances

1.3.1. Données historiques

3Les historiens admettent l’existence d’un noyau villageois créé au pied d’un château construit autour de 1220 sur le versant nord de la vallée (Kammerer, 2001). Simple bourg castral, cette agglomération est restée embryonnaire au cours du xiiie siècle (Wilsdorf, 1961). Désignée à partir de 1270 comme Tanna Castrum, elle dépendait de la paroisse de Thann (actuel Vieux-Thann, village situé à 3 km à l’est).

  • 340 Wilsdorf, 1969 et cf. la contribution de B. Metz sur les enceintes urbaines en Alsace.
  • 341 Donnée inédite calculée à partir du plan à 1/5 000 (fig. 216).
  • 342 Le parement extérieur de ce boulevard a été partiellement observé en 1995. Voir à ce sujet Ehretsm (...)

4Le passage au rang de ville est postérieur à 1287, date de la dernière mention sous sa forme ancienne. Il est confirmé trois années plus tard par l’existence d’une porta superior, puis par la désignation de Thanne la vile en 1291340. Le changement est dû à l’initiative du comte Thibaut III de Ferrette, alors installé dans le château familial (Wilsdorf, 1991). La première enceinte urbaine (fig. 216) enclôt une surface de 35,77 ha341, mais la ville comporte un faubourg étendu à l’ouest et une autre excroissance, localisée au pied du château, en rive nord du torrent. Dans le troisième quart du xive siècle, à la suite de l’intégration des possessions des Ferrette dans les biens habsbourgeois de Haute Alsace (Heider, 2002 : 102), le faubourg occidental est réuni au noyau initial, lequel est légèrement agrandi vers l’est. Cette étape s’accompagne de l’érection d’un certain nombre de tours de plan circulaire, notamment aux angles de l’enceinte. Une dernière phase de construction concerne la fortification du faubourg nord-est. Au début du XVIe siècle, la partie orientale de la ville, tournée vers la plaine, aurait été dotée d’un boulevard flanqué d’ouvrages bastionnés342. Les dates de 1411, puis de 1500, ont été avancées par les historiens pour situer les dernières étapes de l’extension de la ville vers l’est. Cette hypothèse n’a toutefois jamais été confirmée.

Fig. 215. Thann. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : J. Koch/INRAP.

1.3.2. Les sources iconographiques

5Les représentations de Thann remontent, pour les plus anciennes, au xviie siècle. En règle générale, la ville est dessinée depuis l’est, de telle sorte que les principaux bâtiments religieux (collégiale Saint-Thiébaut) (Sieffert, 1961) et publics (enceintes, portes…), qui affirmaient la richesse de l’autorité municipale, soient mis en évidence (Liechty, 1999 : 98).

  • 343 L’essentiel de cette documentation figure dans l’ouvrage du Service régional de l’Inventaire (Lehn (...)

6Le premier mur d’enceinte est connu grâce à des figurations de la tour d’angle sud-est, notamment un tableau de 1785 (fig. 217), ainsi que des dessins et une photographie (fig. 219), antérieurs à sa démolition, en 1866343. C’était un bâtiment élancé, chaîné aux angles par des blocs à bossage, doté d’un niveau de hourds et coiffé d’un toit en pavillon dans son dernier état avant destruction. Au milieu du xixe siècle, le dessinateur J. Rothmüller a représenté l’angle sud-est de la vieille ville (fig. 218), restituant notamment la tour carrée de la première enceinte et le bastion pentagonal localisé sous l’actuelle voie ferrée.

7Ces représentations de la partie orientale de la ville permettent donc de documenter la seconde et la dernière enceinte. Une vue du xixe siècle inclut la représentation de l’intérieur de l’enceinte figurée en arrière-plan de la collégiale. À l’opposé, la porte Haute et le front occidental de la seconde enceinte apparaissent sur une lithographie de 1836.

1.3.3. Les vestiges conservés en élévation

1.3.3.1. L’enceinte initiale

8Des sections nord et sud de la fortification urbaine construite à la fin du xiiie siècle sont probablement conservées dans les alignements de maisons, placées, d’un côté, le long de l’actuelle route nationale 66 (front sud) et, de l’autre, en bordure de la Thur (front nord). La limite occidentale se devine dans le parcellaire (rue du Temple), alors que le front oriental a été gommé par les habitations plus récentes.

Fig. 216. Thann. Restitution du tracé des enceintes médiévales sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. 1. Château de l’Engelburg ; 2. Porte des Vosges ; 3. Porte Haute ; 4. Porte des Choux ; 5. Porte Basse ; 6. Église Saint-Thiébaut ; 7. Église des Franciscains. DAO : J. Koch/INRAP.

1.3.3.2. L’extension de la ville dans le troisième quart du xive siècle : la tour des Cigognes

9Fossilisée dans le parcellaire, l’extension occidentale de la ville est visible dans le paysage urbain actuel, notamment avec deux tours conservées en élévation. Au sud-ouest, la tour des Cigognes constitue le seul vestige de ce système défensif (Toursel-Harster et alii, 1995 : 592). L’édifice est de plan circulaire sur les deux tiers de sa hauteur et octogonal au quatrième niveau. La tour a un diamètre de 10,50 m pour une hauteur de 21 m. Quatre niveaux sont pourvus d’ouvertures de tir de différentes périodes. La maçonnerie du mur, épais de 2,50 m à la base, est réduite par une succession de ressauts intérieurs. La chronologie de cet ouvrage n’est pas clairement établie. Son origine est probablement liée à la première extension de la ville, mais la morphologie des ouvertures de tir indique des travaux de réaménagements postérieurs (xve ou xvie siècle). Le plan octogonal du dernier niveau résulte des modifications entreprises lors de cette seconde phase.

Fig. 217. Thann. Entrée de la ville à l’est avec la porte du Rhin et la collégiale, plume et lavis sur papier collé, M. B. Lebert 1785.

Fig. 218. Thann. Vue de la tour carrée depuis le sud, coll. Rothmüller, cabinet des Estampes, Colmar.

Fig. 219. Thann. Vue de la tour carrée depuis le sud-est en 1855, doc. Soc. des Amis de Thann.

1.3.3.3. La tour du presbytère : le front oriental

10À l’extrémité orientale de la ville, la seconde enceinte est fossilisée par les bâtiments du collège et de la cure catholique. Ce bâtiment présente une tour de plan en fer à cheval, saillante de 2,20 m et de 3,60 m de largeur à la gorge. Conservée sur une hauteur de 17,50 m, elle a été divisée en quatre niveaux, le dernier correspondant probablement au chemin de ronde, car les consoles du hourdage sont préservées à l’extérieur. La datation de cette construction est délicate. Au rez-de-chaussée, une pièce voûtée desservait deux canonnières à niche intérieure. Ce type d’élément tendrait à dater la pièce (ou son aménagement) du xve ou xvie siècle.

11Le raccord entre les fronts est et nord était complété par une tour de plan circulaire actuellement démolie. Il ne subsiste qu’une partie de l’élévation maçonnée de plan arrondi et un mur postérieur adossé à l’est.

1.3.3.4. Le dernier agrandissement à l’est (xvie siècle) : la tour des Sorcières

12À peu de distance de la place Joffre, l’imposante tour dite “des Sorcières”, coiffée d’une toiture à bulbe du xviiie siècle, domine l’angle nord-est de la ville. Elle raccordait la section nord d’un boulevard, conservé sous les maisons actuelles sur la moitié de son périmètre, au front défensif construit le long de la Thur. L’édifice avait un plan ovale de 11 m de diamètre dans sa partie la plus longue et 10 m dans son axe perpendiculaire. L’épaisseur du mur est comprise entre 1,80 m sur le côté nord-est et 3,20 m sur le côté sud-est. À l’arrière, le pan coupé reliant l’ouvrage à l’enceinte a une épaisseur moindre (1 m). Trois niveaux structurent la tour. Le niveau inférieur, couvert par une voûte en berceau surbaissé, est défendu par deux niches desservant des bouches à feu en forme de “8” couchés. Les niveaux supérieurs sont défendus par des bouches à feu en forme de trous de serrure. L’édifice, construit en moellons et blocs de granite, dispose d’un socle extérieur construit avec un appareil de gros blocs à bossage rustique. Ce soubassement a été prolongé sous le raccord de l’enceinte nord.

  • 344 Ce type de bouche à feu existe à Ribeauvillé (Haut-Rhin), dans une tour du château urbain, datée d (...)
  • 345 À l’heure actuelle, aucune étude détaillée du monument n’a été publiée. Sommes-nous en présence de (...)

13Selon la chronologie mise en place par C. Weymann, cette construction est datée de 1411 (Lehni, 1980 : 144). Cependant, les différentes formes de meurtrières indiquent deux périodes de travaux et plaident pour une datation différente. En effet, les meurtrières en trou de serrure appartiendraient à une phase de construction de la fin du xve ou du début du xvie siècle, tandis que les canonnières à redents (Brillenscharten) sont datées entre le milieu du xvie et le début du xviie siècle344. Cette tour massive constitue donc un exemple intéressant de tour d’artillerie ou Rundell d’époque moderne345.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

2.1. Le site du collège Faesch

2.1.1. Présentation du site

2.1.1.1. Circonstances de l’intervention

14La fouille préventive a eu lieu à l’occasion d’un projet de construction d’une salle d’activités physiques. Des sondages préliminaires ont été conduits au début de l’année 2000, puis une opération de fouille, scindée en deux parties, eut lieu dans le courant des années 2000 et 2001 (fig. 220) (Koch, 2002f).

2.1.1.2. Localisation

15Le collège Faesch occupe l’angle sud-est de l’ancienne ville fortifiée (fig. 221). La fouille est localisée entre la bibliothèque municipale au sud et la mairie annexe au nord, sur le tracé de la première limite orientale de la ville (ENC 1). Jusqu’à la construction de la nouvelle salle, cette zone était utilisée pour le stationnement de véhicules. Le bâtiment de la bibliothèque a été partiellement édifié à cheval sur la limite méridionale de la ville et sur une tour quadrangulaire placée dans cet angle. À l’est, il est bordé par les bâtiments principaux du collège, construits à cheval sur la seconde limite médiévale de la ville aux xve et xvie siècles. Cette seconde limite médiévale (ENC 2), étendue sur son flanc sud en continuité du premier mur, a été repérée grâce à la démolition d’une construction localisée entre la bibliothèque et les bâtiments construits en retour d’équerre.

2.1.1.3. Types de vestiges observés

16La fouille de ce secteur a mis au jour les vestiges des murs d’escarpe des enceintes est (ENC 1) et sud de la ville, ainsi que la base du mur occidental de la première tour d’angle. L’étude de la cave d’un bâtiment d’habitation adossé à l’enceinte orientale a complété ce travail d’investigation. La largeur et la profondeur du fossé, au droit de l’escarpe, ont été vérifiées lors de ces fouilles.

2.1.1.4. Superficie et longueur observées

17La fouille recouvre une surface de 900 m2. Le mur 1 a été identifié sur son tracé nord-sud, sur une distance de 22,50 m. La largeur du fossé en avant du premier mur a été estimée à environ 13,50 m (fig. 222). Le second mur a été observé sur une longueur de 9 m.

2.1.1.5. État de conservation des vestiges

18Le mur d’enceinte 1, conservé sur environ 2,50 m de hauteur, était arasé au niveau du toit du comblement du fossé. Il fait office de mur d’escarpe. Au sud, les bases des murs sud et nord de la tour sont réutilisées en fondation sous le bâtiment de la bibliothèque et son annexe orientale.

2.1.1.6. Nombre de phases observées

19L’occupation de cette partie de la ville a débuté avec la construction d’une première enceinte (phase A), attribuée, d’après les sources écrites, à la fin du xiiie siècle, datation confirmée par les éléments typo-chronologiques. Une seconde séquence peut être distinguée, avec la construction de la tour d’angle. La seconde phase (B) correspond à l’extension vers l’est, identifiée grâce à la découverte d’une section du flanc méridional.

2.1.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.1.2.1. Phase A : la première limite orientale de la ville (fin du xiiie siècle)

- La courtine

20 Les données structurelles. Le mur d’enceinte (ENC 1) barre la vallée de la Thur du nord au sud (fig. 221), à l’endroit où elle se resserre avant de déboucher sur la plaine. La construction, légèrement talutée, était élevée à partir du fond du fossé (alt. 336,25 m NGF), en bordure occidentale du creusement. Conservé sur une hauteur de 2,50 m, ce mur, épais de 1,25 m à la base, est réduit à 1,05 m au niveau de son arase supérieure (fig. 223, no 1).

21 Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Les galets morainiques employés sans retouches constituent l’essentiel des matériaux utilisés pour cette construction d’allure très médiocre (fig. 224). À la base, une semelle de 30 cm d’épaisseur enterrée dans une tranchée étroite permettait, du fait de l’absence de liant, de réguler les variations de nappes de la Thur (fig. 223, no 1). Cette base de mur a été posée sur le toit d’une couche substratique imperméable constituée d’un agglomérat de galets et de graviers cimentés par des argiles. L’élévation était constituée de parements en galets morainiques maintenus par des cales et hourdés avec un mortier de chaux pulvérulent préparé avec un sable de granite. Les joints étaient grossièrement beurrés avec un mélange plus chaulé de couleur blanc cassé.

- Le fossé

22Le fossé (fig. 222) qui se développait en avant du mur d’enceinte a été creusé sur une largeur de quelque 13,50 m dans un substrat de graviers sableux et de galets charriés par la Thur jusqu’au niveau substratique imperméable. La contrescarpe de ce fossé à fond plat était talutée par une forte pente.

23La stratigraphie de ce fossé se résume à deux sédiments principaux (fig. 224). À la base du mur, la couche de construction, épaisse de 30 cm, constitue une croûte posée sur le fond du creusement. Le comblement postérieur forme le second sédiment. Sa composition est homogène.

Fig. 220. Thann. Localisation des fouilles, échelle 1/2 500. DAO : J. Koch / INRAP.

Fig. 221. Thann. Plan des fouilles de la place Joffre et du collège Faesch, échelle 1/1 000. DAO : J. Koch/INRAP.

24Le fossé était alimenté par la Thur déviée vers le versant septentrional de la vallée. Le régime torrentiel de ce cours d’eau semble avoir empêché tout dépôt de vase sur le fond du fossé. La présence d’eau peut être supposée en raison de la nature imperméable du substrat constituant le fond du fossé, bien qu’il n’y ait que des traces lenticulaires de dépôts vaseux.

- La tour

25 Les données structurelles. Le mur nord de la tour carrée a été identifié dans le soubassement de la bibliothèque construite en 1866. Visible sur une longueur de 4 m, il était adossé perpendiculairement au mur oriental de l’enceinte. Les côtés de la tour avaient une longueur d’environ 5,50 m, d’après le plan dressé avant des démolitions entreprises en 1865-1866. D’après le dessin et la photo du xixe siècle (fig. 218 et 219), cet édifice élancé était protégé par un chemin de ronde crénelé complété par un hourd sur le côté sud (présence de quatre consoles et d’une porte). Deux fentes superposées indiquent de probables postes de tir.

Fig. 222. Thann. Collège Faesch. Coupe restituée du mur d’enceinte 1, échelle 1/100. DAO : J. Koch / INRAP.

Fig. 223. Thann. Collège Faesch. Le mur d’enceinte. 1. Coupe du mur 1 ; 2. Vue en plan du mur 1 ; 3. Détail de l’élévation extérieure. Clichés : J. Koch/INRAP.

26 Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Le soubassement de cet édifice était formé d’un amalgame grossier de gros galets posés sur trois assises et liés avec du mortier de chaux beige. L’arène granitique piégée dans les interstices du parement, repris postérieurement en sous-œuvre, permet de penser que cette fondation était initialement en tranchée étroite. L’ouvrage est chaîné aux angles.

27Deux blocs à bossage de format allongé (75 m x 25 cm) ont été récupérés et replacés en 1866 dans le soubassement de l’angle nord-est du bâtiment de la bibliothèque. Les ciselures périmétriques aux bossages mal dégrossis ont une épaisseur de 35 à 45 mm. Ces éléments correspondent aux blocs d’angle figurant sur les vues de la tour avant sa démolition.

- Les indices de datation

28Les éléments archéologiques observés fournissent peu d’indices de datation. La structure, l’épaisseur du mur et l’aspect fruste de la mise en œuvre rappellent les enceintes des petites bourgades alsaciennes de la seconde moitié du xiiie siècle, particulièrement des villages fortifiés du vignoble. À titre d’exemple, l’enceinte de Wihr-au-Val (Haut-Rhin), petite bourgade de la vallée de Munster, a été construite selon des techniques comparables avant 1279.

Fig. 224. Thann. Collège Faesch. Coupe stratigraphique du mur d’enceinte 1, échelle 1/50. DAO : J. Koch/INRAP.

29La tour de flanquement a été placée dans l’angle lors d’une seconde séquence. L’absence de liaison entre le mur nord et l’enceinte est peut-être le résultat de deux phases d’une même campagne de construction. D’après la chrono-typologie, la datation des deux blocs à bossage se situe à la fin du xiiie siècle. Elle est corroborée par les sources écrites qui mentionnent l’enceinte à partir de 1290.

2.1.2.2. Phase B : le mur sud de l’extension urbaine vers l’est (troisième quart du xive siècle)

- La courtine

30 Les données structurelles. Une section de cette enceinte (ENC 2) réutilisée dans la paroi d’un canal construit dans l’emprise du fossé, était visible sur une longueur de 9 m. Ce mur, dont le parement extérieur était légèrement taluté, avait une épaisseur de 1,57 m au niveau de l’arase.

31 Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. L’appareil de ce mur, dégagé sur une profondeur de 2 m, est caractérisé par une maçonnerie hétéroclite de moellons de granite, de grauwacke ou encore de galets morainiques. La cohésion de la maçonnerie a été assurée par un mortier très homogène utilisant un agrégat de sable quartzique très fin et dont la couleur blanche indique la forte teneur en chaux.

32Ce mur a été posé du côté interne à la ville dans une tranchée de fondation large d’environ 0,90 m, facilitant ainsi le travail des maçons. Le litage des sédiments de cette tranchée correspond à un comblement régulier et à un rythme de montage de quatre à cinq assises. Le parement intérieur est constitué de moellons irréguliers de 8 à 18 cm d’épaisseur. Au sud, le parement externe, dont les joints sont beurrés à pierre-vue, a été construit avec des blocs grossiers d’une épaisseur de 20 à 25 cm.

- Le fossé

33Le fossé initial a été prolongé parallèlement au front sud de l’escarpe. Sa largeur initiale, non vérifiée par les fouilles, peut être estimée, d’après la lecture du plan cadastral, à 18 m.

- Les abords

34La construction du second mur a été précédée ou accompagnée par l’édification d’un grand bâtiment avec cave contre le parement intérieur du mur 1. L’édifice présente un sous-sol destiné au stockage organisé en deux parties. À l’ouest, un couloir de descente (voûté ?) occupe la moitié antérieure du bâtiment et desservait le volume de stockage disposé dans la moitié arrière de la maison.

- Indices de datation

35La fouille n’a pas livré d’éléments chrono-typologiques permettant une datation pertinente de cette phase. La construction du bâtiment contre l’enceinte 1 est antérieure au comblement du fossé. Une fente d’éclairage percée dans cette enceinte a été mise en place à un niveau inférieur au toit du comblement.

2.2. Le site de la place Joffre

2.2.1. Présentation du site

2.2.1.1. Circonstances de l’intervention

  • 346 L’opération fait suite à deux campagnes de diagnostic (Koch, 2001b et Koch, Staniasek, 2001).

36Le chantier de fouilles de la place Joffre a été effectué au cours des mois de janvier et février 2004, en accompagnement d’un projet de restructuration de la chaussée (Koch, Thiol, 2004)346. Le terrassement a été limité à la profondeur nécessaire à la création du nouveau revêtement pour la circulation automobile. La reconnaissance des vestiges a été limitée à un dégagement de l’arase des murs et au suivi des réseaux sur une profondeur maximale de 1,50 m.

2.2.1.2. Localisation

37La place Joffre est située en limite orientale de la ville médiévale (fig. 220). Il s’agit d’un espace public ouvert, périphérique, au sud et à l’est, de la collégiale Saint-Thiébaut. Elle est séparée du site précédent par le bâtiment de la mairie annexe qui la borde au sud. Au sud-est de cette place, l’actuel bâtiment de la cure conserve la tour de flanquement de plan hémicirculaire, intégrée à la seconde enceinte. Au nord, la collégiale est caractérisée par sa structure d’époque gothique. Un élément particulier, l’ancienne chapelle Saint-Thiébaut, est considéré comme la première tour-chœur érigée dans la seconde moitié du xiiie siècle (Will, Rieger, 1969).

2.2.1.3. Type de vestiges observés

38Deux états des limites orientales de la ville ont été mis en évidence lors de ces fouilles et des sondages préliminaires. Un premier mur (ENC 1) a été identifié au sud de la chapelle Saint-Thiébaut dans une tranchée d’assainissement, à un emplacement où il est entaillé par le creusement de la citerne à fioul du chauffage de la collégiale. L’arase de l’escarpe du fossé a été détectée dans une zone perturbée par le cimetière paroissial médiéval. Un second mur (ENC 2) est repéré dans la continuité de la façade orientale de la cure, selon une orientation nord-sud. Deux amorces de murs perpendiculaires ont été observées au nord-est de la place.

2.2.1.4. Superficie et longueurs observées

39La fouille de la place a couvert une surface de 1 200 m2. Le premier mur a été sectionné par la tranchée d’assainissement sur une largeur de 2 m. L’arase du mur 2 a pu être dégagée sur une longueur de 60 m. Les terrassements n’étaient pas suffisamment profonds pour reconnaître le toit de la contrescarpe.

2.2.1.5. État de conservation des vestiges

40Les maçonneries reconnues sont conservées sous la place. Les deux murs sont écrêtés sous le niveau de circulation initial. La place a été décapée une première fois dans la seconde moitié du xxe siècle.

2.2.1.6. Nombres de phases observées

41Le mur 1 a été identifié à 7,50 m au sud de la tour Saint-Thiébaut de l’église paroissiale, intégrée au système défensif initial (fig. 221). Cette première phase s’est achevée par la construction d’une nouvelle enceinte (mur 2) à une distance minimale de 36,15 m à l’est. Le comblement du premier fossé a permis de créer l’espace nécessaire à l’agrandissement de la collégiale et à l’établissement du cimetière paroissial à sa périphérie (Heider, 1997).

2.2.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.2.2.1. Phase A : le premier mur du système défensif de la ville (fin du xiiie siècle)

- La courtine

42 Les données structurelles. L’arase du mur 1 a été sectionnée en biais par une tranchée de drainage profonde de 1,50 m. À cet endroit, la bordure nord de cette tranchée était occupée par la cuve à fioul alimentant le chauffage de l’église. L’emprise de cette installation, notamment les tuyauteries de la chaudière, perturbe le tracé de ce mur à son point de contact avec la base de la tour. L’arase du mur a été rencontrée à la cote altimétrique 337,70 m NGF, en continuité avec le toit du niveau substratique identifié à l’ouest. Le mur était épais de 0,95 m au niveau de son arase.

43 Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. La face externe du mur est constituée de galets morainiques agencés sommairement et calés avec des graviers. Un mortier de chaux blanc cassé très pulvérulent a été appliqué dans les joints. Le blocage de galets et d’éclats, posés en lits réguliers de 20 cm d’épaisseur environ, est maintenu entre ce parement et l’escarpe du fossé. La cohésion de l’ensemble est assurée par un mortier à base de sable granitique de couleur gris beige et peu chaulé.

- La tour Saint-Thiébaut

44 Les données structurelles. L’édifice a un plan quadrangulaire de 8,60 m de côté, légèrement désaxé par rapport à la collégiale, et une hauteur de 24,50 m jusqu’au fait du pignon. Au premier niveau, les murs ont une épaisseur de 2,10 m sur les quatre côtés. Le côté oriental du clocher était saillant de près de 2 m par rapport au mur 1.

45 Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Un sondage a été réalisé à la base de l’angle sud-est de cette tour afin de reconnaître l’aspect de la maçonnerie sous la plinthe de plaques de grès qui habille le soubassement. La maçonnerie initiale de la tour est apparue à 15 cm en retrait de la base de cette plinthe.

46L’angle de cette partie inférieure est chaîné par un bloc de granite long de 55 cm et d’une épaisseur de 20 cm. Cet élément bloque l’assise d’élévation construite avec des galets. Une finition sommaire de mortier de chaux de couleur blanc cassé a été appliquée à pierre-vue sur les joints. Tous ces détails démontrent qu’il ne s’agit pas d’une fondation, mais d’une maçonnerie en élévation dont la base n’a pas été atteinte par nos fouilles et qui a été remblayée lors d’étapes postérieures.

47 Les aménagements spécifiques. Bien que ce bâtiment n’ait pas été étudié de façon détaillée, il convient de mentionner la présence de consoles, accessibles depuis les combles du bas-côté sud. Chaque élément de suspension a été construit avec trois consoles à extrémités arrondies qui se superposent par retraits successifs. Elles portaient un chemin de ronde périphérique.

- Le fossé

48Le décapage de la place a mis en évidence la limite orientale, donc la contrescarpe, du fossé initialement lié à ce premier mur. Elle a été localisée à environ 15 m de distance de ce dernier.

49Des informations plus précises ne peuvent être apportées, en raison de la faible profondeur du creusement.

- Les indices de datation

50Le suivi de la tranchée de drainage n’a pas fourni d’éléments chrono-typologiques probants relatifs au mur 1. Celui-ci peut être situé dans une chronologie relative puisqu’il est antérieur aux inhumations creusées dans le remblai du fossé. La mise en œuvre de la maçonnerie est assez proche de celle de la base de la tour sud (chapelle Saint-Thiébaut) observée lors d’un sondage. La connexion entre ces deux entités construites a été perturbée par les installations de chauffage aménagées à l’époque contemporaine.

51Le mur 1 prolonge le premier mur défensif identifié lors des fouilles du collège Faesch (Koch, 2002f) vers le nord. Sa datation absolue, fournie par les sources écrites, se situe avant 1291, date de la première mention d’un élément de la fortification.

2.2.2.2. Phase B : le déplacement de l’enceinte orientale de la ville (fin du xiiie siècle)

- La courtine

52 Les données structurelles. Le mur d’enceinte, épais de 1,40 m, a été identifié sur la totalité de son parcours nord-sud sous la place (fig. 225). Le tracé suit une ligne légèrement courbe depuis le bâtiment de la cure au sud vers la rue Joffre au nord. Cette anomalie n’a pas pu être expliquée avec les données dont nous disposons. Elle indique peut-être une construction du mur 2 par segments. Ce changement de direction pourrait, par conséquent, être lié à un ajustement du tracé, soit vers l’angle sud-est, soit vers la porte inférieure placée au nord.

53 Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. L’arase de la fondation du mur a une épaisseur irrégulière qui varie de 1,35 à 1,45 m. L’altitude sommitale suit la déclivité du terrain en variant de 339,16 m NGF, point culminant au sud, à 338,38 m NGF, point bas au nord. Ce mur a été construit avec des galets morainiques (remploi du mur 1 ?) et des moellons équarris de granite ou de grauwacke, posés en assises régulières du côté de l’escarpe du fossé, à l’est. À l’ouest, il a été construit dans une large tranchée de fondation remblayée avec du gravier. La cohésion de cette maçonnerie a été assurée par l’emploi d’un mortier très chaulé de couleur blanche. Ce matériau représente la moitié du volume de maçonnerie de ce second mur d’enceinte. La prise du liant est totale sur les moellons présents dans le blocage et chaque assise constitue une arase parfaite, sans aspérité, ni vide entre les composants. Il s’agit d’une mise en œuvre très soignée destinée à assurer la cohérence et la stabilité de la nouvelle construction.

- Vestiges d’une tour-porte au nord-est ?

54 Les données structurelles. Une amorce de maçonnerie est plaquée contre le parement extérieur du mur 2. Cet élément bâti, localisé au nord du tracé, a été construit en angle droit (E.-O.) à une distance de 48,50 m de la tour en fer à cheval conservée dans la façade du presbytère (fig. 216). Il est situé à une faible distance de la rue principale. La maçonnerie, d’une épaisseur régulière de 0,85 m, a été suivie sur une distance de 5 m, sans atteindre son extrémité orientale (fig. 225).

55 Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. L’arase a été nivelée à la cote 338,65 m NGF. Adossée contre le mur 2, cette maçonnerie a été construite en moellons et galets liés avec un mortier de chaux de couleur claire. Sa mise en œuvre est comparable à celle du mur adjoint.

56Les aménagements spécifiques. Au nord de ce mur, un remblai sablo-argileux était scellé par une chape de mortier de chaux (SOL 10), nivelée à la cote altimétrique 338,75 m NGF. La surface de cette couche, épaisse de 3 à 5 cm, présentait une forte densité de charbon de bois. Elle n’a pas été examinée de manière extensive.

57Cet indicateur traduit la présence d’une construction fermée dont le mur 3 marque la limite méridionale. La vue de l’enceinte orientale en 1785 (fig. 217) montre la présence d’une aile couverte d’une toiture en appentis, placée du côté méridional de la tour-porte interne (Innertor). Cette adjonction a été placée à l’aplomb de l’enceinte.

Fig. 225. Thann. Place Joffre. Relevé du mur d’enceinte, échelle 1/200. DAO : J. Koch/INRAP.

- Les abords

58Le déplacement de l’enceinte sur une courte distance a libéré l’espace nécessaire à l’agrandissement de l’église dont le nouveau chœur était de longueur équivalente à celle de la nef. Parallèlement, le cimetière, dont l’aire sépulcrale a été quasiment observée jusqu’à l’enceinte, a colonisé la périphérie du sanctuaire. Le décapage de la place a révélé une souche de maçonnerie carrée adossée au parement interne de l’enceinte, correspondant au socle d’un calvaire ou d’une lanterne des morts. Cette interprétation est confortée par un croquis dressé au xviiie siècle.

- Les indices de datation

59En l’absence d’indices de datation plus précis, la chronologie relative permet de placer cette phase entre la fin du xiiie siècle et le début du xve siècle, période de l’achèvement du chœur de la collégiale construit sur le remblai du fossé comblé. Les sources écrites mentionnent le début du chantier des portes inférieure et supérieure en 1360 (Baumann, 1981). Ce mur a donc été édifié dans la seconde moitié du xive siècle.

3. CONCLUSION

60Les fouilles du collège Faesch et de la place Joffre ont apporté des données inédites sur les fortifications de la ville de Thann. Elles permettent de localiser avec précision ces éléments constitutifs du paysage urbain (fig. 226). La datation des différentes phases reconnues reste cependant liée à l’exploitation des sources écrites, tant les données chrono-typologiques sont rares.

3.1. La première enceinte : une fonction symbolique à la fin du xiiie siècle ?

61Le tracé de la première enceinte orientale, soupçonné plus que vérifié avant ces travaux, fermait la vallée de la Thur en un endroit où elle se resserre avant son débouché sur la plaine. De nombreux aspects structurels et technologiques (intégration du chœur primitif de la nouvelle église dans le tracé comme flanquement, faible épaisseur du mur, médiocrité de la mise en œuvre…) illustrent les moyens limités utilisés pour sa construction. Ils expriment la volonté de construire rapidement et à peu de frais l’enceinte protégeant le premier noyau urbain puisque le matériau extrait sur place ne nécessitait pas le recours à un personnel spécialisé. L’économie apparaît également dans la faible épaisseur du mur, une option permettant de couvrir une distance importante tout en consommant une quantité restreinte de matériaux.

62Une capacité défensive limitée est le corollaire de cette recherche globale d’économie. La défense passive de ce mur, qui n’offrait qu’une résistance réduite aux projectiles de machines de jet, était complétée par le fossé mis en eau grâce à des dérivations de la Thur.

Fig. 226. Thann. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Avant 1291 ; 2. 1360-1363 ; 3. 1411-1500. DAO : J. Koch/INRAP.

63La limite orientale du noyau primitif était en étroite connexion avec la tour de la chapelle Saint-Thiébaut, une construction religieuse ainsi doublée d’une fonction militaire. La tour constituait un flanquement saillant, à la différence de la tour d’angle sud-est, distante de 75 m et construite à l’aplomb de l’enceinte. L’écartement entre ces deux points permettait une protection efficace par un archer ou un arbalétrier de la base de la muraille, en particulier pour le tir depuis le sommet de la tour de l’église.

  • 347 Citons le cas de Bad Bergzabern dans le Palatinat rhénan, où une tour de l’enceinte urbaine a été (...)
  • 348 Elle se retrouve sous une forme voisine à Kaysersberg dès le second quart du xiiie siècle. À Crémi (...)

64En l’absence de toute étude diachronique du monument, l’incertitude sur sa chronologie laisse le champ libre à différentes interprétations sur ses origines. Son rôle initial peut être vu sous deux formes antinomiques : soit il s’agit d’une tour civile convertie en édifice cultuel347, soit, à l’inverse, d’une tour-chœur, insérée dans le tracé du mur défensif, phénomène qui était relativement fréquent au Moyen Âge348.

  • 349 Cf. la contribution de B. Metz sur les enceintes urbaines en Alsace.

65Avec la création de cette enceinte, le comte Thibaut de Ferrette clôt, avant 1291, une série relativement importante de dépenses afférentes à des constructions défensives. La nouvelle agglomération est disposée sur la rive sud de la Thur et l’enceinte définit un quadrilatère divisé par deux rues axiales parallèles au cours d’eau. Sur le plan archéologique, la comparaison avec des enceintes urbaines alsaciennes, généralement de petits bourgs du vignoble fortifiés durant la seconde moitié du xiiie siècle, conforte l’idée du rôle symbolique de ce mur. Il enclôt un espace urbain, exprime une prérogative seigneuriale, mais avec une limite matérielle apportée à sa réalisation. La création de ce périmètre fortifié a confirmé le statut de “ville castrale” pour Thann349. Elle double, en fond de vallée, le château qui la domine et constitue la matérialisation physique du péage situé sur la route de la Lorraine. L’émancipation de cette ville a été acquise au siècle suivant après le mariage de Jeanne de Ferrette qui apportait le comté en dot à Albert II de Habsbourg, en 1324.

3.2. La seconde enceinte : le front oriental définitif (1360)

66Une nouvelle enceinte a été construite à une courte distance à l’est du premier mur. Les bâtisseurs ménageaient de cette façon l’effet de “digue” puisque la ligne défensive restait cantonnée dans la partie étroite de la vallée. Répondant à des critères techniques plus exigeants, l’épaisseur de cette construction a été élargie à 1,38-1,45 m selon les endroits. Des moyens différents ont été apportés dans la mise en œuvre de ce mur qui réutilise probablement les matériaux récupérés sur le mur antérieur, arasé jusqu’au niveau de sol intra muros.

67Le tracé de ce mur, qui n’est pas totalement rectiligne, se raccordait, au nord, à la porte Intérieure (Innertor). À l’opposé, il formait un angle droit avec le front sud.

68Le mur est bordé par un nouveau fossé dont les traces n’ont pas été reconnues lors de ces fouilles. Son existence est confirmée par les documents écrits et l’iconographie, notamment un plan cadastral de 1825 (AM de Thann).

69À l’intérieur de ce périmètre, une nouvelle surface a été créée par le comblement du fossé antérieur. Cette zone interne est dépourvue de toute urbanisation. L’espace ouvert a servi à implanter l’aire cimétériale et a permis de redonner son autonomie au chantier de la future collégiale. Ce sanctuaire fut alors doté d’un chœur qui doublait la longueur de l’édifice.

70La chronologie relative situe cette phase d’édification d’un nouveau mur d’enceinte après celui de 1290 et avant 1422, date d’achèvement du chœur (Barth, 1950 ; Will, Rieger, 1969). Ceci étant, les éléments de datation les plus précis sont fournis par les sources écrites. Le développement de la ville, après avoir été impulsé par Thibaut de Ferrette, fut pérennisé par Rodolphe IV de Habsbourg, fils de Jeanne de Ferrette mariée à Albert II d’Autriche. En accordant des franchises à la ville de Thann, il permit à la localité de se doter de nouvelles murailles en 1360, date du début de la construction des portes Haute et Basse (Tschamser, Merklen, 1864-1865 : 390). Cette ligne défensive était achevée en 1365 lors des incursions “anglaises” qui ont épargné la ville. Les limites de la ville ne s’étendirent guère au-delà avant la fin du xviiie siècle, mais la mise en défense fut complétée par la construction de lignes extérieures supplémentaires, après l’épisode de 1365 et les incursions des Armagnacs (1445) ou encore de troupes suisses (1469). La date de 1411 peut être attribuée à l’édification d’une fausse-braie transformée en boulevard en 1500.

Bibliographie

Sources

Archives départementales du Haut-Rhin :

Série 6 G 5 Paroisse de Thann – cimetière et bâtiments (xviiie siècle).

Série 2 O 1987 Thann : anciennes portes et tours (1800-1870).

Notes

339 Essentiellement dans Weymann, 1920, plus récemment Baumann, 1981. Parmi les sources imprimées, se référer à Kleine Thanner Chronik, 1855 et à Tschamser, Merklen, 1864-1865.

340 Wilsdorf, 1969 et cf. la contribution de B. Metz sur les enceintes urbaines en Alsace.

341 Donnée inédite calculée à partir du plan à 1/5 000 (fig. 216).

342 Le parement extérieur de ce boulevard a été partiellement observé en 1995. Voir à ce sujet Ehretsmann, Viroulet, 1999.

343 L’essentiel de cette documentation figure dans l’ouvrage du Service régional de l’Inventaire (Lehni, 1980).

344 Ce type de bouche à feu existe à Ribeauvillé (Haut-Rhin), dans une tour du château urbain, datée de 1546 par une inscription sur le linteau de l’entrée. La présence de coussinets renvoie à des formes existantes à Lichtenberg (Bas-Rhin) après 1580.

345 À l’heure actuelle, aucune étude détaillée du monument n’a été publiée. Sommes-nous en présence de tours plus petites à l’origine et dont les murs furent doublés dans un second temps ?

346 L’opération fait suite à deux campagnes de diagnostic (Koch, 2001b et Koch, Staniasek, 2001).

347 Citons le cas de Bad Bergzabern dans le Palatinat rhénan, où une tour de l’enceinte urbaine a été transformée en clocher au cours du xve siècle. Information de D. Barz, archéologue spécialiste des châteaux forts allemands. À Thann, cette interprétation est possible en se référant aux datations dans le début du xive siècle proposées par R. Will et Th. Rieger (1969).

348 Elle se retrouve sous une forme voisine à Kaysersberg dès le second quart du xiiie siècle. À Crémieux dans l’Isère ou Pérouges dans le Rhône, les clochers constituaient une partie intégrante du dispositif défensif urbain. Un exemple plus spectaculaire existe dans l’enceinte du bourg castral de la butte de Mousson (Meurthe-et-Moselle), datée du second quart du xiiie siècle.

349 Cf. la contribution de B. Metz sur les enceintes urbaines en Alsace.

Table des illustrations

Légende Fig. 215. Thann. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Fig. 216. Thann. Restitution du tracé des enceintes médiévales sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. 1. Château de l’Engelburg ; 2. Porte des Vosges ; 3. Porte Haute ; 4. Porte des Choux ; 5. Porte Basse ; 6. Église Saint-Thiébaut ; 7. Église des Franciscains. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 217. Thann. Entrée de la ville à l’est avec la porte du Rhin et la collégiale, plume et lavis sur papier collé, M. B. Lebert 1785.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 218. Thann. Vue de la tour carrée depuis le sud, coll. Rothmüller, cabinet des Estampes, Colmar.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 219. Thann. Vue de la tour carrée depuis le sud-est en 1855, doc. Soc. des Amis de Thann.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Fig. 220. Thann. Localisation des fouilles, échelle 1/2 500. DAO : J. Koch / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Fig. 221. Thann. Plan des fouilles de la place Joffre et du collège Faesch, échelle 1/1 000. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Fig. 222. Thann. Collège Faesch. Coupe restituée du mur d’enceinte 1, échelle 1/100. DAO : J. Koch / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 223. Thann. Collège Faesch. Le mur d’enceinte. 1. Coupe du mur 1 ; 2. Vue en plan du mur 1 ; 3. Détail de l’élévation extérieure. Clichés : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Légende Fig. 224. Thann. Collège Faesch. Coupe stratigraphique du mur d’enceinte 1, échelle 1/50. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 225. Thann. Place Joffre. Relevé du mur d’enceinte, échelle 1/200. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 226. Thann. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Avant 1291 ; 2. 1360-1363 ; 3. 1411-1500. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12811/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search