Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Sélestat (Bas-Rhin)

Maxime Werlé et Fabrice Reutenauer

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (F. R.)

1.1. Contexte géographique et géologique

1La ville de Sélestat, localisée à la charnière entre la Haute et la Basse Alsace, occupe une position centrale au cœur de la plaine rhénane alsacienne et du Grand Ried. Elle s’est développée à l’extrémité d’une terrasse alluviale, à l’abri des inondations, en bordure d’un méandre de la rivière Ill (fig. 203 et 204). L’agglomération est implantée sur le tracé d’un important axe nord/sud, entre le cours du Rhin et le massif vosgien.

1.2. Historique des recherches

2L’étude du système défensif médiéval de la ville de Sélestat a souffert, depuis qu’elle a été amorcée au milieu du xixe siècle, du caractère très fragmentaire des vestiges conservés dans le paysage urbain, les enceintes fortifiées ayant été en grande partie démantelées dès la deuxième moitié du xviie siècle. Antoine Dorlan, le premier, a proposé en 1843 une chronologie sommaire des enceintes fortifiées (Dorlan, 1843). Il faut cependant attendre les recherches d’Alexandre Dorlan publiées en 1912, fondées sur l’exploitation des sources écrites et iconographiques, sur l’observation des vestiges conservés et sur l’étude embryonnaire de la trame parcellaire urbaine, pour qu’une première restitution du développement chronologique et topographique du système défensif de Sélestat au Moyen Âge soit proposée. Ces travaux font encore actuellement figure de référence, en raison de l’importance de la masse documentaire rassemblée et faute d’un renouvellement récent des recherches sur la ville médiévale. Ainsi, le plan topo-chronologique fourni en 1970 par François-Jacques Himly (Himly, 1970), dans son Atlas des villes médiévales d’Alsace, est principalement fondé sur les recherches d’Alexandre Dorlan.

3Une analyse critique des travaux d’Alexandre Dorlan appelle quelques remarques, susceptibles de nous éclairer sur les outils méthodologiques mis en œuvre et sur la fiabilité qu’il convient d’accorder à ses résultats. Le principal défaut réside certainement dans l’absence de référence archivistique aux sources écrites exploitées. En outre, Alexandre Dorlan a recours à une méthode régressive pour l’étude chrono-topographique du système défensif médiéval de la ville ; celle-ci est fondée sur une approche des sources iconographiques d’époque moderne et contemporaine et sur l’analyse de la trame parcellaire contemporaine, confrontées aux informations issues des sources écrites (le plus souvent tardives). En l’absence d’un appareil critique et scientifique clairement exposé, la difficulté réside ici dans l’impossibilité de distinguer ce qui relève de l’interprétation de l’auteur ou de l’approximation de ce qui est attesté et certain.

4La question des enceintes urbaines médiévales de la ville a été à nouveau abordée récemment dans le cadre d’un travail de recherche universitaire sur la topographie historique de Sélestat (Reutenauer, 2003), alors même que se multiplient les observations archéologiques. Il importe cependant de signaler que, sur ce thème de recherche, les apports de l’archéologie préventive sont relativement maigres (Goy, Billoin, 2000 ; Billoin, Goy, 2002), voire douteux (Billoin et alii, 2000).

1.3. État des connaissances

5Sélestat, dont le site est occupé dès l’Antiquité, est mentionnée pour la première fois vers 735-737 (Wilsdorf, 1976 : 28). Du viiie au xie siècle, l’agglomération demeure largement méconnue : les sources écrites, la qualifiant de villa, témoignent de l’existence d’une chapelle (“baptismalis ecclesia prespiter” en 1094) et d’exploitations agricoles (Mariotte, 1994 : 13). Par ailleurs, la présence d’une résidence impériale, mentionnée en 775, en 884 et en 887 (“in palatio nostro”), n’est pas clairement attestée (Wilsdorf, 1976 : 31 ; Reutenauer, 2003 : 45-46). À la fin du xie siècle, Sélestat devient un bourg monastique, placé sous l’autorité d’un prieuré bénédictin de l’abbaye de Sainte-Foy de Conques, fondé en 1094 (Mariotte, 1994 ; Braun, 2002b : 199-201).

Fig. 203. Sélestat. La ville dans son contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : M. Werlé/PAIR.

Fig. 204. Sélestat. Vue de la ville en 1643 par Mathias Merian.

1.3.1. La première enceinte (vers 1217-vers 1236)

6Dans la première moitié du xiiie siècle, Frédéric II (1212-1250) adopte une nouvelle politique, visant à renforcer le pouvoir impérial en s’appuyant sur la construction de châteaux et de fortifications urbaines. En Alsace, en Brisgau et en Ortenau, cette politique est mise en œuvre par Wœlfelin, Schultheiß de Haguenau de 1215 à 1237 environ, qui exerçait en même temps, dès avant 1217 jusqu’en 1236, les fonctions de procurateur impérial (Metz, 2002b : 4284-4285).

  • 314 À cette date, Frédéric II échange la moitié des pouvoirs seigneuriaux (droit de justice et droits é (...)
  • 315 Metz, 1990b : 36 “Wolfelus praefectus Hagenoie… hic in Alsatia plurima oppida castra at alias munit (...)
  • 316 Rode, 1906 : 30. “Hartmanus de Ratsamhausen qui dedit nobis ortum penes vallum civitatis et alia mu (...)

7Ainsi en 1217, le futur empereur Frédéric II recouvre, aux dépens du prieuré de Sainte-Foy, la moitié des pouvoirs politiques et économiques sur Sélestat, qualifiée pour la première fois de civitas314. La construction de la première enceinte de Sélestat (fig. 205) est attribuée à l’initiative de Wœlfelin : la chronique de Richer de Senones, rédigée vers le milieu du xiiie siècle, rapporte en effet que ce dernier “a entouré Sélestat, qui était un tout petit village, d’une enceinte très vaste, et y a attiré de nombreux bourgeois”315. L’enceinte est encore mentionnée, vers 1265 semble-t-il, lorsque Hartmann de Ratsamhausen cède un terrain aux chevaliers de Saint-Jean, situé près du vallum civitatis (fossé de la ville)316.

  • 317 Le début des travaux de construction de la première enceinte est traditionnellement daté de 1216 (D (...)
  • 318 Il importe en particulier de remarquer qu’un mur arasé, épais de 60 cm, observé sur une longueur de (...)

8Il apparaît, si l’on en croit les indications des sources écrites, que le premier système défensif de Sélestat, édifié entre 1217 et 1236 environ317, était constitué d’un vaste mur d’enceinte maçonné (murus latissimis) et d’un fossé (vallum civitatis). Les vestiges architecturaux et archéologiques connus en sont extrêmement ténus et incertains (fig. 206). Le seul ouvrage conservé en élévation serait la porte Basse (Niedertor), dont les deux premiers niveaux ont été attribués au début du xiiie siècle (Tourstel-Harster et alii, 1995 : 410), mais dont la première mention écrite se situe entre 1392 et 1394 (Gény, 1902 : 516). En outre, des fondations mises au jour en 1927 place Gambetta ont été interprétées par Alexandre Dorlan comme les vestiges de la porte Haute (Obertor) (Dorlan, 1955 : 33-34 ; Dorlan, 1956 : 37). Le mur d’enceinte lui-même n’a jamais été identifié avec certitude318.

9Les restitutions du tracé de la première enceinte, telles qu’elles sont proposées en 1912 par Alexandre Dorlan puis en 1970 par Jacques-François Himly, reposent donc sur l’interprétation d’indices topographiques peu nombreux, ainsi que sur l’exploitation du livre de cens de l’hôpital des pauvres établi en 1474, soit plus de deux siècles et demi après la mise en place du système défensif. Ces restitutions demeurent, par conséquent, largement hypothétiques. De même, les éléments constitutifs de l’enceinte nous échappent presque entièrement d’un point de vue morphologique et technique.

1.3.2. Le premier agrandissement (vers 1280)

10Le premier agrandissement de la ville fortifiée n’est documenté par aucune source écrite avant le dernier quart du xive siècle. Par ailleurs, les mentions d’éléments de l’enceinte, issues de terriers et de censiers, sont par nature imprécises d’un point de vue topographique.

  • 319 Le chœur de l’église des Dominicains est achevé en 1281 (MGH, SS : XVII, 210, Annales des Dominicai (...)

11Cependant, Alexandre Dorlan a proposé un faisceau d’indices suggérant la construction d’une nouvelle enceinte urbaine autour de 1280. Il se fonde principalement sur le postulat que les ordres religieux installés à Sélestat dans la deuxième moitié du xiiie siècle, à l’exception des Dominicaines de Sylo, aient été implantés extra muros (ce qui n’est jamais explicitement attesté). Alexandre Dorlan recourt notamment à une interprétation du texte d’admission de l’ordre des Franciscains en 1280, qui précise que le couvent est placé sous la protection et sous la tutelle de la ville, pour émettre l’hypothèse que l’agrandissement de l’enceinte ait été au moins en projet à cette date (Dorlan, 1912 : I, 84-86). Il suggère par ailleurs une relation chronologique entre l’installation des Dominicains et des Franciscains autour de 1280 et la nécessité d’un agrandissement de l’enceinte319.

Fig. 205. Sélestat. Proposition de restitution du tracé des enceintes médiévales, échelle 1/5 000. DAO : F. Reutenauer.

  • 320 „in der gemeinde ingesigel zu Sletzstat“ (Gény, 1902 : 6-8, no 4).

12Les promoteurs de la construction de la nouvelle enceinte nous échappent en grande partie. Le contexte historique est toutefois susceptible d’apporter des éléments de réponse. En premier lieu, en 1281, suite à un nouvel échange, l’empereur s’accapare la plénitude des pouvoirs judiciaires aux dépens du prieuré de Sainte-Foy, lui donnant en retour l’ensemble des droits économiques sur la ville (Gény, 1902 : 9, no 6). Sélestat se trouve dès lors placée sous le contrôle direct de l’empereur et acquiert, de ce fait, le statut de ville impériale. En second lieu, le xiiie siècle voit l’émergence d’un pouvoir municipal, dont témoigne l’apparition d’un conseil mentionné pour la première fois en 1258320. En 1292, l’empereur accorde le premier droit municipal connu de la ville, dans lequel il reconnaît officiellement le conseil des bourgeois, tout en affirmant le rôle de son agent, le Schultheiß (Gény, 1902 : 9, no 7). La situation autour de 1280 est donc celle d’une ville à l’identité politique en cours de constitution, sous contrôle de l’Empire. Il est par conséquent probable que l’extension, motivée par la croissance urbaine et par le dynamisme de la ville impériale au cours du xiiie siècle, soit due à l’initiative municipale, soutenue par l’empereur.

Fig. 206. Sélestat. Plan cadastral et implantation des enceintes urbaines observées dans le cadre d’opérations archéologiques récentes, échelle 1/5 000. DAO : M. Werlé/PAIR.

13Le tracé de la nouvelle enceinte peut désormais être globalement approché par l’exploitation des sources écrites (postérieures et imprécises) et iconographiques (tardives et schématiques) ainsi que par l’analyse de la trame parcellaire actuelle. En revanche, en l’absence de données architecturales et archéologiques véritablement fiables, l’agrandissement de la ville de Sélestat demeure largement méconnu d’un point de vue morphologique, structurel et technique. Le seul ouvrage conservé en élévation pourrait être la porte Neuve (Neutor), mais, faute d’une étude monographique, il est impossible d’affirmer qu’elle ait été édifiée à la fin du xiiie siècle. De plus, un mur appareillé en granite, suivant les limites extérieures orientales du couvent des Dominicaines de Sylo, a été identifié comme une portion de la nouvelle enceinte : cette interprétation, bien que probable, souffre des carences d’une observation partielle en fouille, ainsi que de l’absence de données chronologiques sûres (Billoin et alii, 2000 : 31).

1.3.3. Le deuxième agrandissement et les réfections de la fin du Moyen Âge (xive-xve siècles)

14Les sources écrites suggèrent, de façon lacunaire et imprécise, que le système défensif de la ville a fait l’objet de nombreux travaux entre la seconde moitié du xive et la première moitié du xve siècle.

15Le faubourg méridional est mentionné pour la première fois en 1362 (Gény, 1902 : 1051). La porte de l’Ill (Ylltor) est attestée entre 1372 et 1377 (Gény, 1902 : 505). Entre 1372 et 1418, le livre de bourgeoisie de la ville témoigne de l’accueil de nombreux bourgeois dans le faubourg (Gény, 1902 : 593-643). La forme triangulaire qu’affecte l’enceinte du faubourg est suggérée par les sources iconographiques autant que par la trame parcellaire actuelle.

  • 321 „… sint m., r. und z. überkomen, als sie der stette innere ringmure an dem innern nidern tore angef (...)
  • 322 AM Sélestat : CC59.

16En outre, le projet de reconstruction d’une portion écroulée du mur d’enceinte (non localisée) est autorisé par l’empereur Wenceslas en 1398 (Gény, 1902 : 93-94, no 83). Plusieurs confirmations de cette autorisation témoignent d’une importante campagne de travaux, qui s’est poursuivie jusqu’en 1418 au moins. À cette date, le roi Sigismond se rend à Sélestat afin de constater les améliorations de la ville : il apparaît que les travaux n’ont pas uniquement concerné le pan de mur écroulé, mais qu’il y a bien eu une transformation notable de l’enceinte (Gény, 1902 : 498, note 1). Il semble en effet que le système défensif de la ville ait été renforcé par le dédoublement de l’enceinte et du fossé : le fossé extérieur (ussern grabe) et la porte Haute extérieure (öbern üssersten tor) sont alors mentionnés pour la première fois. De 1423 à 1425, des travaux sont entrepris afin de débarrasser le mur d’enceinte intérieur des constructions parasites321. Enfin, de nouveaux travaux sont connus par les comptes de la ville entre 1459 et 1461, puis entre 1470 et 1472, sur divers ouvrages, dont trois tours-portes (y compris la porte Basse)322.

17La restructuration de l’enceinte urbaine (enceinte double), à partir de la fin du xive siècle, pourrait être liée aux évolutions de la poliorcétique, et notamment au développement de l’usage des armes à feu. Il est hautement vraisemblable qu’elle ait été réalisée à l’initiative des autorités municipales.

1.3.4. Des adaptations de l’Époque moderne à l’édification d’une enceinte bastionnée (xvie-xviie siècles)

  • 323 C’est vraisemblablement dans une fourchette chronologique correspondant à la fin du xvie et au xvii(...)

18Durant le xvie siècle, le système défensif médiéval fait l’objet de réfections, d’adaptations et d’une extension intégrant un nouveau faubourg au sud-ouest. De même, au xviie siècle, la préparation à la guerre de Trente Ans a suscité de nouveaux aménagements et des améliorations du système défensif existant (Dorlan, 1912 : I, 375-407 ; Dorlan, 1912 : II, 31-44)323.

19En 1673-1675, l’enceinte urbaine de Sélestat est en grande partie démantelée, à l’exception de tours et de tours-portes. Elle est remplacée, à partir de 1675, par un système défensif bastionné. Celui-ci intègre les anciennes tours, destinées à être utilisées comme postes de guet et d’alerte. Après la construction de la porte de Strasbourg (1679), la porte Basse est condamnée ; son rez-de-chaussée est dès lors employé comme magasin à salpêtre, ses étages étant aménagés en prison (Dorlan, 1912 : II, 142-181 ; Pons, 1971 : 18-19).

2. LES TRAVAUX RÉCENTS (M. W.)

20Parmi les recherches récentes sur les enceintes médiévales de Sélestat, l’étude archéologique des élévations de l’ancienne porte Basse a livré les éléments d’information les plus précis et les plus fiables.

2.1. L’étude archéologique des élévations de la porte Basse

2.2.1. Présentation du site

  • 324 L’opération archéologique, n’ayant pas été programmée en amont des travaux de restauration, a été e (...)

21L’étude archéologique des élévations d’une tour-porte appartenant à l’enceinte urbaine médiévale de Sélestat a été motivée par les travaux de consolidation et de restauration réalisés au printemps 2002324.

22La tour-porte est l’ancienne porte Basse (Niedertor, traditionnellement appelée “tour des Sorcières”), située à l’entrée de la ville ouvrant sur la voie menant vers Strasbourg (fig. 207). Elle est localisée sur le front nord-est de la ville médiévale, sur le tracé supposé de la première enceinte urbaine. La haute tour-porte, aujourd’hui quasiment isolée dans le paysage urbain alentour, constitue le seul vestige conservé en élévation, dans ce secteur de la ville, du système défensif médiéval (fig. 208 et 209).

  • 325 L’intervention archéologique, menée sur les prescriptions du Service régional de l’Archéologie, a é (...)

23L’état d’avancement des travaux de restauration au commencement de l’étude, de même que les contraintes d’un cahier des charges très restrictif en temps et en intervenants, n’ont pas permis de réaliser une véritable étude archéologique des élévations325. Ils imposaient au contraire des choix scientifiques drastiques. Il a par conséquent été décidé de mener une étude archéologique sommaire des élévations intérieures et extérieures, de manière à identifier les principales unités stratigraphiques et à définir, dans ses grandes lignes, la chronologie relative des élévations. Cette première étape a permis de distinguer les parties architecturales potentiellement médiévales des transformations ultérieures, et de reporter notre attention sur les deux phases chronologiques les plus anciennes.

2.2.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.2.2.1. Phase A : la tour-porte primitive (vers 1217-vers 1225)

- La tour-porte

24Les données structurelles. La tour-porte, de plan quadrangulaire massé, mesure dans les axes 9,17 x 7,69 m (fig. 210). Elle est conservée, dans son état primitif, sur deux niveaux, s’élevant sur 10 m environ au-dessus du sol extérieur actuel. L’épaisseur des murs varie en fonction de leur exposition à l’attaque. Ainsi, le mur oriental, le plus exposé, et les murs latéraux (nord et sud) sont épais de 1,65 à 1,72 m au rez-de-chaussée, de 1,60 à 1,70 m au premier étage. Le mur occidental, côté ville, en revanche, n’est épais que de 1,32 m au rez-de-chaussée et de 1,25 m au premier étage.

25Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. La tour-porte présente des chaînages d’angle en pierre à bossage rustique, indifféremment en grès et en granite, irrégulièrement disposés en besace. Les pierres à bossage rustique montent jusqu’au sommet du premier étage du côté de l’attaque (angles nord-est et nord-ouest), mais jusqu’au sommet du rez-de-chaussée seulement du côté de la ville (angles sud-est et sud-ouest). Elles sont dépourvues, en parement, de marque lapidaire et de dispositif lié au levage des pierres.

26Trois types d’appareil distincts ont été mis en œuvre pour l’édification des parements internes et externes des murs. En premier lieu, le parement externe du mur exposé à l’attaque, aux deux niveaux conservés, ainsi que les parements externes des murs nord, ouest et sud, au rez-de-chaussée uniquement, présentent un appareil irrégulier mixte, formé de moellons bruts ou dégrossis et d’éclats de grès et de granite, employant également des briques en faible quantité. En second lieu, les parements internes des murs latéraux (nord et sud) sont maçonnés, au rez-de-chaussée, sur une hauteur respective de 1,65 m et de 2,25 m au-dessus du sol actuel, en appareil à assises régulières, hautes de 23 à 34 cm, composées de moellons équarris de granite et, exceptionnellement, de grès ou de briques. Au-dessus, les parements présentent le même type d’appareil irrégulier mixte qu’à l’extérieur. En troisième lieu, enfin, à l’exception du parement externe du mur exposé à l’attaque, construit en appareil irrégulier mixte, les parements internes et externes des murs sont maçonnés, à l’étage, en briques disposées en assises régulières, placées en carreaux et en boutisses et chaînées aux angles. Ces terres cuites architecturales, de couleur dominante rouge et de format homogène, mesurent en moyenne 28,5 x 14 x 7 cm. Les matériaux de construction sont liés par un mortier de sable et de chaux, les joints étant pleins et lissés.

27Les aménagements spécifiques. Le rez-de-chaussée constitue un passage, délimité par une porte en arc brisé ouvrant vers l’extérieur de la ville et par une arcade en arc brisé surbaissé, quasi en plein cintre, ouvrant vers l’intérieur (fig. 211). Le passage, actuellement couvert d’une voûte en berceau segmentaire, était à l’origine plafonné : des corbeaux en grès bûchés sont visibles en partie supérieure du parement interne des murs nord et sud.

Fig. 207. Sélestat. Porte Basse. Plan parcellaire de situation, échelle 1/1 000. DAO : M. Werlé / PAIR.

Fig. 208. Sélestat. Porte Basse. 1. Vue de la façade exposée à l’attaque, depuis le nord-est ; 2. Vue de la façade côté ville, depuis l’ouest ; 3. Vue de la façade latérale sud ; 4. Vue depuis le sud-ouest. Clichés : Cl. Menninger © Inventaire général/ADAGP, 1993.

Fig. 209. Sélestat. Porte Basse. 1. Façade est, porte extérieure ; 2. Façade ouest, arcade. Clichés : Cl. Menninger © Inventaire général/ADAGP, 1993.

28La porte ouvrant vers l’extérieur, appareillée en grès, est composée de piédroits à ébrasement à ressaut, couronnés par des impostes moulurées et couverts par un arc brisé formé de deux rouleaux superposés. Les piédroits, appareillés en pierre de taille et dépourvus de bossages rustiques, sont ornés de chanfreins terminés par des congés triangulaires ; deux d’entre eux présentent des motifs décoratifs stylisés, qui paraissent représenter une main et un nœud ( ?). Les impostes saillantes sont moulurées d’un tore surmonté d’un bandeau largement dimensionné. Le premier rouleau de l’arc est lisse, tandis que les claveaux constituant le deuxième rouleau présentent un bossage rustique. Certains claveaux sont pourvus de marques de pose en forme de “+” sur le premier rouleau, de marques en forme de “T” couché sur le deuxième rouleau. L’embrasure intérieure de la porte est couverte par un arc segmentaire. Elle ménage, en partie supérieure, des crapaudines destinées à recevoir les tourillons des vantaux.

29L’arcade ouverte vers l’intérieur de la ville, également appareillée en grès, est composée de piédroits à ébrasement à ressaut, couronnés par des impostes moulurées et couverts par un arc brisé surbaissé, formé de deux rouleaux superposés. Le premier rouleau est constitué de claveaux lisses, le deuxième de claveaux pourvus de bossages rustiques. Certains claveaux appartenant au premier rouleau présentent des marques lapidaires en forme de “Z” couché. L’arcade se distingue principalement de la porte extérieure par la forme de l’intrados, tendant vers un arc en plein cintre, par le traitement décoratif des piédroits, malheureusement mal dégagés et relativement dégradés, et par le profil de la mouluration des impostes. Celui-ci est en effet formé d’un bandeau, d’une baguette, d’un cavet et d’un tore.

30L’accès au premier étage de la tour-porte était assuré par une porte haute, placée au centre du mur sud. Elle était vraisemblablement desservie par un escalier extérieur en bois, dont le palier était porté par trois corbeaux en grès en quart-de-rond.

31La porte, large de 0,97 m, est formée de piédroits appareillés en grès, en pierre de taille lisse ou à bossage rustique. Elle est couverte d’un arc brisé en briques, à deux rangs superposés. Elle ouvre sur un espace de 28,5 m2 situé à l’étage, immédiatement au-dessus du passage couvert. Une baie, murée et très perturbée par les transformations ultérieures, est aménagée à ce niveau dans le mur exposé à l’attaque. Elle se signale, à l’intérieur, par une embrasure large de 2,12 m, dont l’appui est situé à 75 cm au-dessus du sol actuel de l’étage. Sa fonction demeure indéterminée (archère ou fente d’éclairage ?).

- Les indices de datation

32La datation de la construction de la tour-porte repose sur des indices chrono-typologiques peu nombreux et somme toute imprécis, ainsi que sur la chronologie des enceintes urbaines de Sélestat, elle-même fondée sur l’exploitation des sources écrites.

  • 326 On les rencontre, dans l’architecture castrale, sur une fenêtre du palais du château de La Petite-P (...)
  • 327 Le profil des impostes de la porte extérieure (un tore surmonté d’un bandeau) est comparable aux im (...)

33Les indices de datation pris sur les matériaux de construction employés ne permettent pas de trancher de façon définitive et univoque. En effet, les caractéristiques morphologiques et techniques des chaînages d’angle en pierre à bossage rustique ne plaident que partiellement et avec réserves en faveur d’une fourchette chronologique large, correspondant au dernier quart du xiie et à la première moitié du xiiie siècle (Rudrauf, Bouzama, 2001). Un terminus post quem est fourni par les chanfreins terminés par des congés triangulaires, qui ornent les piédroits de la porte extérieure : ils semblent apparaître dans l’architecture castrale et religieuse alsacienne dans la dernière décennie du XIIe et se développer dans le premier tiers du xiiie siècle326. Par ailleurs, les marques de pose, qui appartiennent au type le plus simple de signes lapidaires employés en Alsace, permettent également d’envisager un terminus post quem vers l’extrême fin du xiie siècle. Enfin, les profils des impostes couronnant les piédroits, de style roman tardif, offrent les indices de datation les plus précis : ils trouvent des similitudes dans l’art religieux roman tardif en Alsace dans le dernier quart du xiie et le premier quart du xiiie siècle327.

Fig. 210. Sélestat. Porte Basse. Plan et élévation de la tour-porte : phase A (en grisé), échelle 1/200. DAO : M. Werlé/PAIR.

Fig. 211. Sélestat. Porte Basse. Élévations partielles du mur est (1) et du mur ouest (2) de la tour-porte, au niveau du rez-de-chaussée, échelle 1/50. DAO : M. Werlé/PAIR, O. Zumbrunn/INRAP.

  • 328 Il importe de signaler que, parmi les seize échantillons analysés en vue de l’expertise dendrochron (...)

34Ce faisceau d’indices de datation morphologiques, techniques et stylistiques permet d’associer la tour-porte au système défensif mis en place par Wœlfelin entre 1217 et 1236. Il est par conséquent possible de dater la construction de la tour-porte entre 1217 (terminus post quem fourni par les sources écrites)328 et 1225 environ (terminus ante quem livré par des critères stylistiques).

2.2.2.2. Phase B : une tour-porte ouverte à la gorge (vers 1299)

- La tour-porte

35Les données structurelles. Les trois étages supérieurs ouverts à la gorge de la tour-porte correspondent à une surélévation de l’édifice (fig. 212). Les murs sont épais de 1,32 à 1,40 m au deuxième étage, de 1,05 à 1,17 m au troisième étage et de 0,80 m au quatrième étage. Les étages, hauts en moyenne de 4,80 m, sont séparés par des plafonds à solives apparentes en chêne.

36Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. L’exhaussement de la tour-porte est presque entièrement réalisé au moyen de briques de couleur rouge-orangée, de format homogène, mesurant en moyenne 31,5 x 14,5 x 6 cm. Les matériaux de construction sont liés par un mortier de sable et de chaux, de couleur blanc-beige et de consistance dure. Les briques sont disposées en assises régulières, placées en carreaux et en boutisses et appareillées en besace aux angles. Les joints de mortier sont pleins et lissés. La forme et la disposition des trous de boulin traversant témoignent volontiers d’une construction au moyen d’échafaudages à platelages internes et externes sur perches.

- Les aménagements défensifs (herse, bretèche, archères et défense sommitale)
  • 329 La chambre de herse pourrait, dès lors, avoir été installée au premier étage ; la (les) poulie(s) d (...)

37C’est vraisemblablement au cours de la deuxième phase architecturale que la défense passive de la tour-porte a été renforcée par l’adjonction d’une herse extérieure, coulissant dans les rainures ménagées dans quatre consoles en grès, intégrées dans le parement externe du mur exposé à l’attaque (fig. 213). Les impostes moulu rées saillantes de la porte extérieure ont alors été bûchées, de manière à ne pas gêner la descente de la herse329.

38Au deuxième étage, une bretèche en encorbellement était aménagée au centre de la façade exposée à l’attaque. Elle était desservie par une ouverture appareillée en briques, large de 0,90 m, traversant l’épaisseur du mur et couverte par une voussure segmentaire. La bretèche reposait sur quatre puissantes solives intégrées dans la maçonnerie. Elle était couverte par une toiture en appentis, portée par quatre corbeaux en grès en quart-de-rond, pourvus de réservations destinées à recevoir une sablière. La longueur de la bretèche, vraisemblablement édifiée en pan de bois, peut être estimée à 4,50 m.

39Deux archères étaient régulièrement aménagées au deuxième étage dans les murs nord et sud, trois autres au troisième étage dans les murs nord, est et sud. Entièrement appareillées en briques, elles présentent une ouverture de tir oblongue, haute de 1,50 m et large de 8 cm. Elles sont pourvues d’un chanfrein sur le pourtour externe et dotées d’un ébrasement intérieur. Les archères sont inscrites dans des embrasures intérieures couvertes de voussures segmentaires, larges de 1,75 m et profondes de 82 cm au deuxième étage, larges de 2,15 à 2,60 m et profondes de 53 cm au troisième étage.

40Enfin, le dernier niveau de la tour-porte, vraisemblablement dévolu à la défense sommitale, était conçu à la manière d’un parapet crénelé. En effet, dix ouvertures, larges en moyenne de 0,70 m, peuvent être apparentées à des créneaux, séparés par des trumeaux de mur larges de 1,20 à 1,40 m. Quatre ouvertures sont ainsi aménagées dans la face exposée à l’attaque, trois autres dans chacun des flancs de l’ouvrage.

- Les aménagements fonctionnels (latrines et cheminée)
  • 330 On peut mentionner, à titre d’exemple, des latrines en encorbellement aménagées dans le mur septent (...)

41Au deuxième étage, un passage de plan coudé est aménagé dans l’épaisseur du mur, dans l’angle sud de la façade exposée à l’attaque. Appareillé en briques, le passage est large de 0,70 m et couvert par une voussure segmentaire. Il n’a malheureusement pas été possible d’observer les traces d’une éventuelle structure en encorbellement sur le parement externe du mur, si bien que la fonction de cette baie demeure hypothétique. Il convient toutefois de signaler que des ouvertures coudées sont habituellement associées, dans l’architecture castrale médiévale alsacienne, à la desserte de latrines en encorbellement (Metz, 1992 : 142-143)330.

Fig. 212. Sélestat. Porte Basse. Plan et élévation de la tour-porte : phase B (en gris clair), échelle 1/200. DAO : M. Werlé/PAIR.

42Le dernier aménagement interne observé correspond aux vestiges immobiliers de la hotte et du conduit d’évacuation de fumée d’une cheminée, aménagée dans l’angle sud-est du troisième étage. Deux corbeaux en grès en quart-de-rond sont en effet scellés dans les murs est et sud ; ils supportaient deux poutres (disparues), également intégrées dans l’épaisseur de la maçonnerie. Les corbeaux et les poutres portaient une hotte (disparue), mesurant 2,00 x 1,45 m de côtés. Le conduit d’évacuation de fumée, large de 0,68 m, était progressivement et partiellement engagé, au dernier niveau de la tour-porte, dans l’épaisseur de la maçonnerie du mur sud.

Fig. 213. Sélestat. Porte Basse. Façade est de la tour-porte : proposition de restitution de la phase B (2), échelle 1/200. DAO : M. Werlé/PAIR.

- Les indices de datation
  • 331 Les tours-portes de Wangen (Niedertor), dont l’enceinte est édifiée avant 1287 (Jaenger, 1949 : 281 (...)
  • 332 Appartiennent à ce type de tour-porte : la porte dite des Chevaliers à Haguenau, ouverte dans une e (...)

43La structure architecturale de la tour-porte, de plan quadrangulaire massé, ouverte à la gorge, ménageant au rez-de-chaussée un passage délimité par une porte extérieure et par une arcade intérieure, s’apparente désormais à un type d’entrée de ville répandu en Alsace dans la deuxième moitié du xiiie et dans la première moitié du xive siècle331. Ce type de tour-porte n’est toutefois pas exclusif dans le paysage architectural défensif de l’Alsace urbaine : d’autres ouvrages d’entrée de ville, s’ils présentent également un plan quadrangulaire massé, s’en distinguent par la fermeture maçonnée de la gorge332.

  • 333 . Il est cependant remarquable que le format moyen des briques employées dans la deuxième phase arc (...)

44Les matériaux de construction et leur mise en œuvre n’apportent, ici, aucune information fiable, dans la mesure où l’on ne sait rien, dans l’état actuel de nos connaissances, sur l’évolution des caractéristiques typologiques des terres cuites architecturales employées à Sélestat au Moyen Âge333.

  • 334 L’emploi de meurtrières à niche se prolonge très vraisemblablement dans le courant du xive siècle, (...)

45Les seuls éléments architecturaux susceptibles de fournir des indices de datation sont les archères. Les cinq archères appareillées en briques, régulièrement aménagées au deuxième et au troisième étage de la tour-porte, présentent des caractéristiques morphologiques comparables aux meurtrières à niche mises en œuvre de façon quasi-systématique dans l’architecture castrale alsacienne dans la deuxième moitié du xiiie siècle (Wirth, 1969 ; Bronner et alii, 1981 : 78-81 ; Biller, Metz, 1995 : 108-110)334.

  • 335 Les expertises dendrochronologiques ont été menées par Christian Dormoy (Archéolabs, réf. ARC03/R29 (...)

46En somme, à la lumière de ces indices de datation, il n’est possible de rattacher la surélévation de la tour-porte de trois étages ouverts à la gorge qu’à une séquence chronologique large, couvrant la deuxième moitié du xiiie et la première moitié du xive siècle. Le recours à la dendrochronologie a permis de préciser la datation de la deuxième phase architecturale. Seize échantillons ont été analysés en vue de l’expertise dendrochronologique des plafonds couvrant les trois étages supérieurs de la tour-porte335. À l’exception d’un bois utilisé en réemploi, provenant d’un arbre abattu vers 1216, l’expertise témoigne d’un ensemble de bois dont les dates d’abattage constituent un ensemble homogène à datation étroite. Les solives de plancher proviennent en effet de bois abattus vers 1297 (trois échantillons), au printemps 1297 (un échantillon), en automne/hiver 1297-1298 (un échantillon), au printemps 1298 (cinq échantillons) et durant l’automne/hiver 1298-1299 (cinq échantillons). Ainsi, la surélévation de la tour-porte peut être datée de 1299 ou d’une année postérieure très proche.

3. CONCLUSION (M. W.)

47L’approche archéologique des élévations de la porte Basse, bien qu’elle n’ait pas été exhaustive, a permis de confirmer l’identification de deux phases de construction médiévales et d’apporter des indices de datation relativement fiables et précis. Elle ouvre par ailleurs la voie à une interprétation de ces phases architecturales dans une perspective historique, topographique, militaire et symbolique (fig. 214).

3.1. La place de la tour-porte dans la première enceinte de Sélestat (vers 1217-vers 1225)

48En somme, la tour-porte appartient dans son état primitif à la première enceinte de Sélestat, édifiée à partir de 1217 environ par Wœlfelin, Schultheiß de Haguenau, dans le cadre de sa politique urbaine et castrale visant à renforcer l’autorité de l’empereur. À ce moment de son histoire, le modeste bourg monastique préexistant, dominé par l’église abbatiale de Sainte-Foy reconstruite dans le troisième quart du xiie siècle, connaît une accélération de sa mutation urbaine.

49L’ouvrage d’entrée de ville, dans son état primitif, présente des caractéristiques morphologiques (plan quadrangulaire massé, passage délimité par une porte et une arcade) et techniques (édifice maçonné, chaînages d’angle en pierre à bossage rustique) qui sont restées en usage dans l’architecture militaire urbaine alsacienne durant toute la période médiévale. Il offre ainsi, du côté de l’attaque, un aspect massif renforcé par les chaînages d’angle en pierre à bossage rustique et par le recours à un appareil de moellons de grès et de granite. L’emploi de la brique, en revanche, semble avoir été volontairement limité à des parties moins visibles de l’édifice, tels les parements externes des façades latérales et du mur arrière et les parements internes à l’étage.

50La tour-porte peut être affiliée à l’une des premières générations d’entrées de ville de ce type construites en Alsace. Elle est caractérisée par la faiblesse de ses dispositifs d’arrêt et de défense passive : le passage ne pouvait être fermé que par de puissants vantaux en bois. De même que le Martinstor de Fribourg-en-Brisgau, édifié vers 1202, elle est encore dépourvue de herse. On ne sait rien, en revanche, d’éventuelles défenses sommitales : l’existence d’étages supplémentaires, maçonnés ou en pan de bois et peut-être aménagés pour la défense active, est en effet hypothétique.

  • 336 Ces deux hypothèses ne s’opposent pas forcément, dans la mesure où les recherches portant sur les s (...)

51Il importe encore de remarquer l’absence de trace d’arrachement du mur d’enceinte sur les élévations extérieures de l’édifice. Deux hypothèses sont envisageables : 1o l’enceinte de la ville consistait originellement en un talus en terre et en bois, d’où seule auraient émergé des tours-portes maçonnées ; 2o la tour-porte a été édifiée, dans le déroulement des travaux de construction, avant le mur d’enceinte, sans ménager d’attente dans les maçonneries, de telle sorte que les courtines auraient été simplement appuyées contre les parements externes de l’ouvrage d’entrée336. Il appartiendra à l’archéologie d’apporter de nouveaux éléments de réponse relatifs au premier système défensif médiéval de Sélestat.

3.2. La valeur symbolique, défensive et fonctionnelle de la tour-porte (vers 1299)

52La surélévation de l’ouvrage en une haute tour-porte ouverte à la gorge, réalisée vers 1299, témoigne de la continuité du front nord-est de l’enceinte primitive de Sélestat, alors même qu’est réalisé le premier agrandissement de la ville. En effet, l’édification de la première enceinte de réunion est traditionnellement datée vers 1280, à une époque où Sélestat se développe sur un plan démographique et urbain, où elle acquiert le statut de ville impériale et où s’affirme l’identité politique municipale.

53À l’issue de la deuxième phase architecturale, la tour-porte est caractérisée par un parti architectural développé en Alsace dans l’architecture militaire urbaine pour la défense des portes : par son plan quadrangulaire, par sa hauteur et par l’ouverture à la gorge de l’élévation, elle s’apparente à de nombreuses tours-portes de ville attribuées à la deuxième moitié du xiiie et à la première moitié du xive siècle. La surélévation de la tour-porte, qui culmine désormais à une hauteur de 23 m environ au-dessus du sol actuel, lui confère une valeur symbolique : elle devient ainsi un des éléments monumentaux marquants et emblématiques de la fortification à l’une des principales entrées de la ville.

Fig. 214. Sélestat. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Vers 1217-vers 1280 ; 2. Vers 1280-1372 ; 3. 1372-1505 ; 4. 1505-1615. DAO : F. Reutenauer.

54L’ouverture à la gorge des étages supérieurs peut être expliquée par la volonté de ne pas offrir un abri aux assaillants au cas où la tour-porte serait prise, mais aussi par un souci d’économie en matériaux de construction et de rapidité dans le déroulement des travaux. Il est vraisemblable que la face arrière ait été initialement fermée par un pan de bois, solution moins onéreuse et offrant l’avantage d’une mise en œuvre et/ou d’un démontage rapide.

55Au cours de la deuxième phase architecturale, la défense passive de la tour-porte a été renforcée par l’adjonction d’une herse extérieure. L’emploi de la herse comme dispositif d’arrêt est largement répandu dans l’architecture militaire urbaine alsacienne au tournant des xiiie et xive siècles, tant pour la mise en défense des tours-portes que pour celle des poternes (Ribeauvillé) et des portes d’eau (Wissembourg).

  • 337 Des ouvertures vraisemblablement destinées à desservir des bretèches sont également aménagées, en A (...)

56Par ailleurs, le programme architectural fait désormais une place non négligeable aux dispositifs de défense active. Le dernier niveau de la tour-porte offrait aux défenseurs une position à la fois dominante et protégée des tirs ennemis ; il était vraisemblablement couvert à l’origine d’une toiture, afin de mettre les planchers en bois et les aménagements internes à l’abri des intempéries. Les cinq archères à embrasure intérieure, régulièrement disposées aux deuxième et troisième étages, permettaient aux desservants de couvrir un large champ de tir frontal et de flanquement, sans toutefois supprimer les angles morts tributaires du plan quadrangulaire de l’édifice. La fonction de la bretèche en saillie au deuxième étage ne peut être restituée avec certitude : elle permettait certainement de commander la porte par un tir fichant et, peut-être, d’accrocher la (les) poulie(s) destinée(s) à la manœuvre de la herse337.

  • 338 L’hypothèse souffre de la position des latrines, situées en encorbellement à proximité immédiate de (...)

57L’aménagement d’équipements de confort et d’hygiène, prévus dans la conception du programme architectural, pose le problème de la garde et de l’occupation de la tour-porte. Au deuxième étage est ménagé un passage de plan coudé, qui pourrait avoir été destiné à desservir des latrines en encorbellement338. En outre, le troisième étage est équipé d’une cheminée d’angle de facture rudimentaire. Ces aménagements plaident en faveur d’une fonction d’habitation de la tour-porte. Toutefois, leur disposition incommode à deux niveaux distincts de la tour (par ailleurs réunis par un escalier en bois vraisemblablement abrupt), la parcimonie de l’éclairage naturel, l’absence de trace d’usage significative sur le contrecœur de la cheminée et sur le conduit d’évacuation de fumée suggèrent que cette fonction devait être secondaire et temporaire (par exemple en cas de menace grave de siège, nécessitant une surveillance accrue des portes).

Notes

314 À cette date, Frédéric II échange la moitié des pouvoirs seigneuriaux (droit de justice et droits économiques) avec le prieuré de Sainte-Foy, qui reçoit la totalité des terres impériales à Sélestat (Gény, 1902 : 3, no 1). Il n’est pas certain que le terme de civitas désigne une ville à cette date (Metz, 1998a : 219).

315 Metz, 1990b : 36 “Wolfelus praefectus Hagenoie… hic in Alsatia plurima oppida castra at alias munitiones regno edificavit. Scelestat quoque, quae ante parvissima villa erat, francam fecit et eam muris latissimis et burgensibus pluribus ampliavit et ditavit. Oppidum quoque Keseperch cum castello suo de novo edificavit. Columbariam etiam in episcopatu Basiliensi, sicut Scelextat fecerat, construxit.” (MGH, SS : XXV, 302).

316 Rode, 1906 : 30. “Hartmanus de Ratsamhausen qui dedit nobis ortum penes vallum civitatis et alia multa bona contulit ordinis nostri”. Il s’agit d’une source indirecte, recopiée d’un livre ancien (dont la date n’est pas précisée) dans un obituaire commencé en 1399. Une datation (hypothétique) vers 1265 est suggérée par l’installation de l’ordre à Sélestat (Adam, 1967 : 222).

317 Le début des travaux de construction de la première enceinte est traditionnellement daté de 1216 (Dorlan, 1912 : I, 40) : cette datation ne repose sur aucun fondement. Toutefois, la chronique de Richer de Senones révèle que l’enceinte a été bâtie avant celle de Colmar et, semble-t-il, pendant la construction de celle de Kaysersberg. Malheureusement, les datations de ces deux dernières fortifications (avant 1236) ne sont pas précisément connues.

318 Il importe en particulier de remarquer qu’un mur arasé, épais de 60 cm, observé sur une longueur de 15,50 m sur le site de l’îlot Saint-Quirin, dans l’emprise de l’ancien enclos des Dominicaines de Sylo, a été interprété comme un tronçon de la première enceinte (Billoin et alii, 2000 : 30). Compte tenu des caractéristiques structurelles de ce mur, cette identification demeure hypothétique. Un autre mur a été identifié par Alexandre Dorlan comme appartenant à l’enceinte primitive, mais sans preuve formelle : il s’agit du mur nord de la lieutenance (11, rue du Babil), épais de plus d’un mètre (Dorlan, 1951 : 55).

319 Le chœur de l’église des Dominicains est achevé en 1281 (MGH, SS : XVII, 210, Annales des Dominicains de Colmar) ; les Franciscains se sont installés à la demande de la ville en 1280, après un premier refus (Gény, 1902 : 8-9, no 5 ; Kubler, 1980 : 7-10).

320 „in der gemeinde ingesigel zu Sletzstat“ (Gény, 1902 : 6-8, no 4).

321 „… sint m., r. und z. überkomen, als sie der stette innere ringmure an dem innern nidern tore angefangen und die untz an das obertor zu machende und zu bessernde understanden hant, wo by sie da yederman uff dise zyt, der da huser uff dieselbe mure stossende hett, blibende gelassen oder was sie gegunnet handt, das sich da niemant hie nach mit semlichen gunnen gegen m., r. und z. behelffen sol, denn m., r. und z. anderung derselben irre stette muren in selbs behalten handt,…“(Gény, 1902 : 321, no 143).

322 AM Sélestat : CC59.

323 C’est vraisemblablement dans une fourchette chronologique correspondant à la fin du xvie et au xviie siècle que la façade arrière de la tour-porte, jusqu’alors ouverte à la gorge, a été fermée par un mur maçonné en briques. Ce mur, soulagé par un arc de décharge, est ancré dans les angles préexistants au moyen de six éléments en pierre de taille (afin de prévenir tout risque de déversement). Il ménage, à chaque étage, trois baies appareillées en briques, couvertes de voussures segmentaires. L’édifice a alors également reçu la toiture actuelle, en pavillon à faîtage court.

324 L’opération archéologique, n’ayant pas été programmée en amont des travaux de restauration, a été engagée dans l’urgence, alors que les façades, échafaudées, étaient déjà largement en cours de recrépissage.

325 L’intervention archéologique, menée sur les prescriptions du Service régional de l’Archéologie, a été financée par la Conservation régionale des Monuments Historiques. La durée de la phase de terrain avait été fixée à trois jours pour une seule personne. L’aide qu’Olivier Zumbrunn (INRAP) nous a apportée a été précieuse pour l’établissement de la documentation graphique de l’étude.

326 On les rencontre, dans l’architecture castrale, sur une fenêtre du palais du château de La Petite-Pierre (vers 1215-1230) (Biller, Metz, 1995 : 32, fig. 9) et, dans l’architecture religieuse, sur les piédroits du portail occidental de l’église Saint-Léger de Guebwiller, édifiée entre 1182 et le début du xiiie siècle (Braun, 2002a : 109-111).

327 Le profil des impostes de la porte extérieure (un tore surmonté d’un bandeau) est comparable aux impostes des arcs délimitant la travée droite du chœur de la chapelle Saint-Nicolas d’Ottrott, datée du dernier quart du xiie ou du début du xiiie siècle (Braun, 2002a : 105-108). De même, la mouluration des impostes de l’arcade intérieure (un bandeau, une baguette, un cavet et un tore) peut être comparée aux chapiteaux des arcades de la tribune de l’église Saint-Léger de Guebwiller, édifiée entre 1182 et le début du xiiie siècle (Braun, 2002a : 109-111). Il faut par ailleurs remarquer que le Martinstor, tour-porte de l’enceinte de Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg), relève d’une tradition stylistique comparable par le traitement des arcs et des moulures des impostes couronnant leurs piédroits ; le Martinstor est daté par dendrochronologie vers 1202 (Porsche, 1994 : 47, 110-111).

328 Il importe de signaler que, parmi les seize échantillons analysés en vue de l’expertise dendrochronologique des plafonds couvrant les trois étages supérieurs de la tour-porte (phase B), une solive du plafond du premier étage a livré une date d’abattage en 1216 environ (Archéolabs, réf. ARC03/R2957D). Cet élément pourrait correspondre à un bois utilisé en réemploi, provenant de l’état primitif de l’édifice (phase A). Il constituerait dès lors un indice chronologique supplémentaire, plaidant en faveur d’une datation de la première phase architecturale de la tour-porte après 1216.

329 La chambre de herse pourrait, dès lors, avoir été installée au premier étage ; la (les) poulie(s) destinée(s) à la manœuvre de la herse, quant à elle(s), pourrai(en) t avoir été fixée(s) aux poutres supportant la bretèche. Le voûtement du passage, au rez-de-chaussée, pourrait être associé à ces travaux. Par ailleurs, les arrachements de deux murs, ultérieurement appuyés contre le parement externe du mur oriental au rez-de-chaussée, de part et d’autre de la porte extérieure, pourraient être liés à l’aménagement d’un dispositif d’entrée clos, joignant éventuellement une avant-porte.

330 On peut mentionner, à titre d’exemple, des latrines en encorbellement aménagées dans le mur septentrional du logis du château de l’Œdenbourg, édifié dans le troisième quart du xiiie siècle (Koch, 2001a : 38-39).

331 Les tours-portes de Wangen (Niedertor), dont l’enceinte est édifiée avant 1287 (Jaenger, 1949 : 281 ; Metz, 1993 : 227), de Sélestat (Neutor), traditionnellement datée vers 1280, de Riquewihr (Obertor), édifiée après 1291 (Jaenger, 1936 : 74, 76-78), de Bergheim (Obertor), dont l’enceinte est édifiée après 1311 (Jaenger, Schmitt, 1930 : 275-276, 285 ; Metz, 2002a : 61), et de Mulhouse (Nesselturm), non datée, présentent en effet un parti architectural comparable.

332 Appartiennent à ce type de tour-porte : la porte dite des Chevaliers à Haguenau, ouverte dans une enceinte édifiée avant 1324 (Metz, 1998a : 223-224 ; Metz, 2002a : 90) ; l’Obertor à Benfeld (disparu), construit à l’extrême fin du xiiie ou au début du xive siècle (Meyer, 1994 ; Metz, 2002a : 60) ; les tours-portes de Dambach (Untertor, Grendeltor et Neutor), édifiées en 1323 et/ou après cette date (Metz, 2002a : 75) ; le Spitaltor à Strasbourg (Waton et alii, 2000 : 69-71), le Schmiedtor à Molsheim (Oswald, 1994a : 25-27) et l’Untertor à Mutzig (Toursel-harster et alii, 1995 : 260), datés de la première moitié du xive siècle ( ?). Le Metzgertor de Ribeauvillé, édifié avant 1290, correspond à un type intermédiaire, dans la mesure où l’édifice n’est que partiellement ouvert à la gorge (Jaenger, 1926 : 141-142, 145).

333 . Il est cependant remarquable que le format moyen des briques employées dans la deuxième phase architecturale de la tour-porte est comparable à celui de terres cuites architecturales dont l’usage à Strasbourg est largement attesté autour de 1300 (Henigfeld, Werlé, 2002 : 149).

334 L’emploi de meurtrières à niche se prolonge très vraisemblablement dans le courant du xive siècle, mais les éléments de référence bien datés font défaut. Il importe cependant de signaler qu’une tour-porte à Dambach (Untertor), datée de 1323, est également pourvue d’archères.

335 Les expertises dendrochronologiques ont été menées par Christian Dormoy (Archéolabs, réf. ARC03/R2957D).

336 Ces deux hypothèses ne s’opposent pas forcément, dans la mesure où les recherches portant sur les sources écrites et archéologiques suggèrent, dans l’Europe occidentale des xiie et xiiie siècles, un schéma d’évolution dans lequel le creusement du fossé et l’édification d’un talus, éventuellement associé à des portes maçonnées, constituent un premier élément défensif, permettant par ailleurs de délimiter rapidement les contours matériels et juridiques de la ville. Ce stade, pouvant être durable ou au contraire transitoire, précèderait l’édification de murs d’enceintes maçonnés (Renoux, 1994 : 79 ; Salamagne, 2002 : 14-22, 79-80).

337 Des ouvertures vraisemblablement destinées à desservir des bretèches sont également aménagées, en Alsace, au-dessus de l’entrée des tours-portes de Ribeauvillé (Metzgertor), de Riquewihr (Obertor), de Mulhouse (Nesselturm), et peut-être de Bergheim (Obertor) et de Sélestat (Neutor). Il est remarquable que, dans quatre cas sur cinq (Bergheim, Ribeauvillé, Riquewihr et Sélestat), ces structures en encorbellement soient associées à une herse coulissant dans des rainures aménagées dans deux contreforts en saillie sur la façade exposée à l’attaque. Dans un seul cas (Mulhouse), la bretèche surplombe une entrée dont la herse coulisse dans des rainures intégrées dans l’encadrement de la porte.

338 L’hypothèse souffre de la position des latrines, situées en encorbellement à proximité immédiate de la porte. Il importe toutefois de remarquer que l’ouverture des latrines n’est pas directement à l’aplomb du passage, mais décentrée vers le côté, de sorte que les matières organiques pouvaient être rejetées dans l’éventuel fossé.

Table des illustrations

Légende Fig. 203. Sélestat. La ville dans son contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : M. Werlé/PAIR.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 204. Sélestat. Vue de la ville en 1643 par Mathias Merian.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 205. Sélestat. Proposition de restitution du tracé des enceintes médiévales, échelle 1/5 000. DAO : F. Reutenauer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 206. Sélestat. Plan cadastral et implantation des enceintes urbaines observées dans le cadre d’opérations archéologiques récentes, échelle 1/5 000. DAO : M. Werlé/PAIR.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende Fig. 207. Sélestat. Porte Basse. Plan parcellaire de situation, échelle 1/1 000. DAO : M. Werlé / PAIR.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Fig. 208. Sélestat. Porte Basse. 1. Vue de la façade exposée à l’attaque, depuis le nord-est ; 2. Vue de la façade côté ville, depuis l’ouest ; 3. Vue de la façade latérale sud ; 4. Vue depuis le sud-ouest. Clichés : Cl. Menninger © Inventaire général/ADAGP, 1993.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Fig. 209. Sélestat. Porte Basse. 1. Façade est, porte extérieure ; 2. Façade ouest, arcade. Clichés : Cl. Menninger © Inventaire général/ADAGP, 1993.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 210. Sélestat. Porte Basse. Plan et élévation de la tour-porte : phase A (en grisé), échelle 1/200. DAO : M. Werlé/PAIR.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 211. Sélestat. Porte Basse. Élévations partielles du mur est (1) et du mur ouest (2) de la tour-porte, au niveau du rez-de-chaussée, échelle 1/50. DAO : M. Werlé/PAIR, O. Zumbrunn/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 212. Sélestat. Porte Basse. Plan et élévation de la tour-porte : phase B (en gris clair), échelle 1/200. DAO : M. Werlé/PAIR.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 213. Sélestat. Porte Basse. Façade est de la tour-porte : proposition de restitution de la phase B (2), échelle 1/200. DAO : M. Werlé/PAIR.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 214. Sélestat. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Vers 1217-vers 1280 ; 2. Vers 1280-1372 ; 3. 1372-1505 ; 4. 1505-1615. DAO : F. Reutenauer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12802/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search