Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Sarrebourg (Moselle)

Gérard Giuliato, Nicolas Meyer, Sébastien Jeandemange et Bruno Schoeser

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE

1.1. Contexte géographique et géologique (N. M.)

  • 299 Carte géologique à 1/50 000. Feuille xxxvi - 15 - Sarrebourg.

1Sarrebourg est situé au sud-est de la Moselle, au pied du versant occidental des Vosges, à moins de 25 km du seuil de Saverne et de l’Alsace. L’agglomération est installée sur la rive droite du cours supérieur de la Sarre, au pied de la colline du Marxberg, entre les cotes d’altitude 245 m (Sarre) et 270 m (fig. 183). Le sous-sol géologique, constitué des couches grises et blanches du Muschelkalk moyen, est largement recouvert d’alluvions récentes aux abords de la rivière299. À Sarrebourg, la Sarre reste une rivière au débit modeste de 2,20 m3/s. avec d’importantes variations saisonnières et n’est pas navigable.

1.2. Historique des recherches (N. M.)

  • 300 Cf. ci-dessous.

2Les premières recherches précises sur les fortifications successives de la ville de Sarrebourg ont été effectuées au début du xxe siècle par A. Reusch (Reusch, 1910 : 330-331). Ce dernier a observé deux systèmes défensifs non contemporains lors des nombreuses démolitions liées aux nouveaux plans d’urbanisation de la période allemande. Il a proposé de reconnaître dans la première enceinte une construction antique reprise en partie par la fortification médiévale (Reusch, 1911). Cette hypothèse est devenue très vite une certitude, les controverses portant essentiellement sur la reprise de la totalité du tracé antique ou non par l’enceinte médiévale (Forrer, 1918 ; Linckenheld, Hertz, 1924 : 15-22 ; Demarolle, Lutz, 1981 : 23-53). Malgré les débats, les observations de terrain sont restées rares pendant quatre-vingts ans. Vers 1924, E. Linckenheld a entraperçu rapidement, rue Napoléon, les murs successifs des courtines300. Les mêmes murs ont été relevés en 1987, avenue Poincaré, par D. Périchon et D. Heckenbenner lors d’une énième démolition (Schoeser, 1992 : 12-13).

  • 301 Heckenbenner, 1997 : 276 (texte rédigé en 1989).

3En 1992, B. Schoeser a effectué un important travail de recensement des vues anciennes des fortifications de la ville et publié une synthèse sur celles-ci. À cette occasion, l’auteur a énuméré les diverses hypothèses proposées et rappelé les points acquis sur les différents systèmes défensifs de la ville depuis 1909 (Schoeser, 1992). À la même époque, D. Heckenbenner a rappelé que l’existence d’une fortification antique restait une spéculation ne reposant sur aucune preuve avérée301.

1.3. État des connaissances

1.3.1. Les données historiques (N. M.)

4L’emplacement de la ville actuelle recouvre en totalité les restes de l’agglomération secondaire gallo-romaine de Ponte Saravi (Le Pont sur la Sarre). La bourgade est clairement occupée dans l’Antiquité tardive, des aménagements de la fin du ive siècle et du début du ve siècle ayant été fouillés rue des Remparts (Meyer et alii, 1999). À la période mérovingienne, la ville semble changer de nom comme l’attestent les monnaies frappées à la fin du viie siècle portant les inscriptions SARABURGUM et SAREBERGUM. LA ville est qualifiée de Castrum Saraburgum en 713 (Glöckner, Doll, 1979 : charte 192) et en 818 (Glöckner, Doll, 1979 : charte 212) et semble être à cette date le chef-lieu du Sargau.

Fig. 183. Sarrebourg. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : N. Meyer/INRAP.

  • 302 Cf. la contribution dans cet ouvrage de B. Metz Les enceintes urbaines en Alsace d’après les source (...)

5La ville, de façon claire dans la seconde moitié du xe siècle et plus probablement dès le viiie siècle, est possession de l’évêque de Metz et est administrée par un comte cité en 966 (Wagner, 1890 : 6), charge occupée du xie au début du xiiie siècle par des branches de la lignée alsacienne des Eguisheim. Une garnison militaire est mentionnée en 1012 (Wagner, 1890 : 7), la ville est qualifiée d’oppidum Salebroch en 1049 et un hôpital est construit “à la porte de Sarrebourg” en 1173 (Histoire de Metz, 1769-1790 : t. II, 295 ; Wagner, 1890 : 8). Ces documents sont régulièrement utilisés pour admettre l’existence d’une fortification héritée de l’Antiquité à Sarrebourg et maintenue jusqu’au xiiie siècle. B. Metz a récemment rappelé que les termes de burgus et d’oppi dum utilisés dans les actes à ces périodes ne correspondent pas forcément avec une réalité de terrain302.

6Dans la première moitié du xiiie siècle, les conflits liés à la succession des Eguisheim-Dabo permettent à l’évêque de Metz Jean d’Apremont de reprendre possession de son fief. Selon les sources écrites, il est à l’origine de l’une des enceintes, commencée en 1213 et terminée par son successeur Jacques en 1240 (Wagner, 1890 : 15 ; Giuliato, 1993a : 150 ; Giuliato, 1994b : 120, note 29). En 1380, un château qui “était ruiné et démoli depuis plus de 100 ans” est rétabli par l’évêque (Wagner, 1890 : 37). Il est une nouvelle fois détruit en 1390 lors d’une révolte des sarrebourgeois contre leur tutelle. Dans l’acte de pacification de 1392, l’évêque de Metz s’engage à ne pas reconstruire la forteresse (Wagner, 1890 : 38). À partir du xve siècle, la ville perd progressivement de son importance stratégique. En 1464, elle est rattachée au duché de Lorraine et au royaume de France en 1661.

Fig. 184. Sarrebourg. La ville lors du siège des Suédois en 1636, gravure de F. Cochin.

1.3.2. Les plans, les sources iconographiques et les vestiges visibles en élévation

1.3.2.1. La documentation iconographique antérieure à la Révolution (N. M. avec la coll. de B. S.)

  • 303 Cf. sources iconographiques en fin d’article.

7Elle est exceptionnellement rare. Tout au plus peut-on citer deux représentations des portes de l’agglomération de la seconde moitié du xvie siècle (Hammerstein, 1897 : pl. IX) et une vue cavalière de la ville réalisée en 1636 par F. Cochin (fig. 184). À partir des années 1786-1790, date du premier plan attesté de la ville, l’enceinte dans son état moderne est régulièrement représentée jusqu’au début du xxe siècle303. Son démantèlement avec démolition et comblement des fossés n’a commencé véritablement qu’à partir des années 1860 et s’est échelonné progressivement jusqu’à une date récente. Des dessins et de nombreuses photographies recensées par B. Schoeser et archivées au Musée du Pays de Sarrebourg illustrent la plupart des tours et portes de la ville.

8Huit tours et quelques pans de courtines sont encore en partie conservés en élévation dans le bâti actuel. Ils ont malheureusement subi durant les trente dernières années de nombreuses réfections et reprises de maçonneries sans aucun relevé de détail, ni surveillance archéologique.

9L’état moderne de l’enceinte de Sarrebourg semble correspondre, en grande partie, à l’état médiéval. Les modifications modernes citées dans les textes concernent essentiellement les portes. Des armoiries du duc de Lorraine sont mises en place au xve siècle au-dessus des entrées. Les “tours de la porte de Lupin” sont reconstruites en 1628 (Nonnenmacher, 1972 : 16). De nouvelles portes sont aménagées à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle. Dès la fin du xvie siècle, Sarrebourg a perdu de son importance stratégique au profit de la ville neuve de Phalsbourg située à 15 km au nord.

1.3.2.2. Le cadastre napoléonien (G. G.)

10Le cadastre de 1825 (fig. 185) offre encore l’image d’une ville qui a conservé l’intégralité de son système défensif médiéval.

11Le côté ouest, long de 250 m, borde le cours de la Sarre et présente une tour circulaire à chacune de ses extrémités. Au milieu, la porte Basse (Nieder Thor) est flanquée de deux tours rondes et contrôlait le débouché du pont primitif. En 1785, la construction du nouveau pont bâti 25 m en aval entraîna le percement d’une seconde porte dite Porte de France.

12Le côté nord peut se décomposer en deux parties. La première, rectiligne et longue de 440 m et flanquée de six tours semi-circulaires reliait l’angle nord-ouest à la porte nord. La seconde affecte un tracé plus irrégulier sur une distance de 280 m jusqu’à la porte Haute. Elle entoure l’extrémité orientale de la ville appelée la “Schantz” et considérée comme l’emplacement du château épiscopal dont aucun vestige ne subsiste. Sur ce tracé, on compte cinq tours avec celle de la porte. L’enceinte est précédée par une terrasse ou fausse-braie large de 5 à 10 m selon les endroits, limitée par un talus qui domine un fossé large de 10 à 11 m.

13Le côté sud présente un tracé régulier long de 700 m et s’appuie sur onze tours semi-circulaires. Le fossé et la fausse-braie sont conservés seulement jusqu’à la porte sud ou porte Luppin.

Fig. 185. Sarrebourg. Proposition de tracé de l’enceinte d’après le cadastre napoléonien de 1825, échelle 1/5 000. 1. Vieux pont ; 2. Nouveau pont ; 3. Porte de France (xviiie siècle) ; 4. Fossés ; 5. Fausse-braie ; 6. Commanderie des Teutoniques ; 7. Chapelle Saint-Anschaire ; 8. Église Notre-Dame puis Couvent des Cordeliers (1265) ; 9. Hôpital ; 10. Église Saint-Nicolas ; 11. Couvent des Capucins (1629) ; 12. Château ; 13. Fontaine ; 14. Ancien hôtel de ville. DAO : H. Duval/INRAP ; G. Giuliato/Université Nancy 2, LAMEst.

14On remarque qu’un espace, occupé par des jardins derrière l’enceinte, est conservé mais que cette zone, autrefois inconstructible, commence à être lotie du côté nord.

  • 304 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 186 : l’enceinte du premier tiers du xi (...)

15Au total, avec un développement de 1 670 m couvrant 16 ha304, vingt-six tours et quatre portes, Sarrebourg présentait un remarquable ensemble fortifié épargné par la guerre de Trente Ans et les destructions de l’Époque moderne en raison de sa position stratégique sur la route d’Alsace.

16À l’intérieur de l’enceinte, la Grande-Rue constitue l’axe central de la ville sur une longueur de 610 m d’ouest en est. C’est sur cet axe que se greffent les espaces commerciaux.

1.3.3. Les deux enceintes successives (N. M. avec la coll. de S. J.)

17L’existence de deux enceintes successives à Sarrebourg est un fait établi depuis 1909. La présence de deux murs de courtine accolés a été observée lors de démolitions en six points de la ville (fig. 186). En 1987, un relevé des élévations de la courtine a été effectué avenue Poincaré sous la responsabilité de D. Heckenbenner (fig. 187).

1.3.3.1. Le premier état : l’hypothétique enceinte gallo-romaine

18Sur le flanc nord, le mur de courtine repose sur une fondation constituée d’une maçonnerie en moellons calcaires irréguliers de 1,20 m d’épaisseur pour 0,40 m de hauteur, placée sur une semelle débordante de gros blocs calcaires de 1,60 m d’épaisseur. Le mur a été réalisé dans le même appareil utilisant du mortier de couleur jaune prélevé, selon A. Reusch, sur le ban de la commune de Buhl (Reusch, 1910 : 330). Il présente une épaisseur de 1,10 m. Sa hauteur n’est reconnue que sur 1,50 m.

19Sur le flanc sud, les observations sont moins précises. Un mur intérieur est signalé en deux endroits. Au no 33, rue des Remparts (maison Gass), il serait réalisé en mortier gris blanc. Au no 53 (maison Schmitt), le mur a été observé uniquement en planimétrie. “Les moellons sont très bien taillés et assemblés”. Ils rappellent à A. Reusch “un travail de type romain”, mais l’auteur conclut que cela ne suffit pas pour l’attribuer de façon irréfutable à cette période (Reusch, 1910 : 330).

20La hauteur de la courtine n’est pas précisée et aucune tour, porte ou fossé n’est reconnu. A. Reusch n’a pas trouvé de trace de ce mur primitif à l’est de la ville, à l’emplacement supposé du château médiéval. Il émet donc l’hypothèse que l’enceinte primitive n’inclut pas le haut de la ville, hypothèse que ne partage pas R. Forrer (Forrer, 1918 : 897).

Fig. 186. Sarrebourg. Les deux enceintes de Sarrebourg, échelle 1/5 000. DAO : S. Jeandemange/INRAP.

Fig. 187. Sarrebourg. Coupe de la courtine, av. Poincaré, immeuble Kling, 1987, échelle 1/50. Document archives Musée du Pays de Sarrebourg. Relevé de terrain : A. Van Wynendaele ; DAO : R. Rouger/INRAP.

1.3.2.2. Le second état : l’enceinte médiévale

21Sur l’ensemble des points d’observation cités, un nouveau mur de courtine de 1,30 m d’épaisseur est construit devant le mur antérieur. Un jour de 5 à 10 cm est visible entre les deux murs qui ne sont pas chaînés (fig. 187). Cette construction est réalisée en moellons calcaires liés avec du mortier de couleur blanc à gris incluant probablement du sable de rivière. D’une épaisseur de 1,10 m, le mur repose directement sur un bloc de maçonnerie constituée de mortier blanc et de pierrailles coulé en avant et sur la semelle du mur du premier état.

22Lors de la destruction de la tour C (maison Hebeisen), A. Reusch a observé que le parement de cette dernière était chaîné avec le mur de courtine de ce second état. Il note qu’à l’emplacement supposé du château “La Schantz”, à l’arrière des tours M et N, le mur de 2,50 m d’épaisseur dans ses parties hautes paraissait avoir été réalisé en une seule phase avec du mortier gris blanc.

  • 305 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 186 : l’enceinte du premier tiers du xi (...)

23Les ressemblances entre les différentes tours conservées dans la ville en 1909 font penser à A. Reusch à l’existence d’une phase de construction unique pour l’ensemble des vingt-six tours semi-circulaires connues sur les plans du xixe siècle et les différents documents iconographiques. Il propose d’y voir l’enceinte terminée en 1240 par l’évêque de Metz. Le mur défensif se développe sur 1 670 m, protégeant ainsi environ 16 ha305. Il est précédé d’un important fossé, signalé dans le texte de 1240. Les tours, épaisses de 2,50 à 3 m, ont des diamètres extérieurs de 7 à 8 m. Elles sont plus ou moins en saillie de 5 à 7 m par rapport au mur de courtine. L’espacement entre les tours est irrégulier et varie de 30 à 87 m, la plupart étant proches de 50 à 60 m.

24Quatre portes, une par côté, sont connues. La porte ouest ou Nieder Thor donnant sur la Sarre est flanquée de deux tours semi-circulaires. La porte sud de Lupping et la porte nord Obere Thor sont, d’après les vues anciennes, constituées d’une porte voûtée protégée à droite par une unique tour. La quatrième porte ou Howerringer Thor est représentée sur le dessin du xvie siècle et la gravure de 1636 comme une tour-porte rectangulaire.

25Le château est traditionnellement placé dans l’angle nord-est de l’enceinte à partir de la toponymie. Le secteur est dénommé “Schantz” au xixe siècle et, sur la gravure de F. Cochin, une tour présente une hauteur importante par rapport à ses voisines.

26Totalement hypothétique est la restitution, dans cette seconde phase, proposée par plusieurs auteurs (Reusch, 1911 ou Le Moigne, 1981 : 119), de quelques tours ou d’un petit point fortifié à l’avant du pont sur la Sarre dans le futur faubourg de France, secteur occupé à la période médiévale par un moulin, un hôpital de l’ordre teutonique et par des tanneurs. Cette hypothèse semble reposer sur la gravure de 1636 où l’on distingue avec difficulté deux constructions visiblement interprétées comme des tours mais pouvant tout aussi bien être des clochers.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

27Outre le sauvetage urgent déjà décrit, mené en 1987 sous la direction de D. Heckenbenner (Musée du Pays de Sarrebourg), deux fouilles préventives ont touché de petites parties du système défensif ancien de la ville de Sarrebourg, ainsi qu’une étude micro-topographique et architecturale.

28En 1994, une fouille préventive dans l’avenue Poincaré a permis, pour la première fois, de proposer une datation fiable des états primitifs des courtines. En 1996, l’opération “Parcours de Canoë” a entraîné la redécouverte des ponts successifs sur la Sarre permettant d’accéder depuis l’ouest à la ville. L’étude micro-topographique et architecturale de Sarrebourg, conduite par G. Giuliato, a été achevée en 2004.

2.1. Études micro-topographique et architecturale (G. G.)

29Le plan permet de mesurer l’ampleur des amputations qu’a subies l’enceinte depuis le milieu du xixe s. (Giuliato, 1993a : 146, 148, 150 ; Giuliato, 1996 : 122-123) (fig. 188).

30Le côté ouest a totalement disparu sauf la tour d’angle sud-ouest de 8 m de diamètre hors œuvre avec des murs de 1 m d’épaisseur mais transformée en habitations modernes.

31Le côté nord, jusqu’à l’ancienne porte d’Allemagne totalement effacée, ne conserve que les niveaux inférieurs de deux tours semi-circulaires aveugles (diamètre : 7,50 m ; hauteur : 5,25 m et 6,50 m). La construction de maisons sur l’élévation intérieure a préservé très imparfaitement quelques segments de courtine sur environ 300 m et une épaisseur de 2 m. Après la porte, on trouve encore l’amorce d’une tour dans une maison moderne qui assurait le flanquement d’un saillant de l’enceinte.

32L’extrémité orientale de l’enceinte se caractérise par un fort rétrécissement qui a conservé quatre segments de courtine sur une longueur de 90 m et une hauteur de 7 à 8 m. Elle a gardé deux tours. La première (diamètre : 8 m ; hauteur : 10 m) possède une archère à étrier (hauteur : 1 m) qui bat la courtine vers l’ouest. La seconde (diamètre : 7,50 m ; hauteur : 8 m) ne présente pas d’ouverture. Toutes deux sont dotées d’un talus prononcé (hauteur : 3 m) et d’un appareil régulier dans les parties basses. Ces éléments architecturaux conduisent à dater la construction du xiiie siècle.

33Le mur sud a laissé encore moins de traces. Au changement de direction sud-est, deux segments de 24 et 17 m ont été épargnés dans l’arrière-cour d’un immeuble bâti vers 1970. Plus loin, le souvenir d’une tour se réduit à une amorce de 4 m dans un jardin. Un dernier segment subsiste sur une cinquantaine de mètres à l’est de l’ancienne porte de Luppin.

34Au total, il n’y a pas plus de 30 % des courtines qui ont subsisté et huit tours ou portions de tours.

Fig. 188. Sarrebourg. Micro-topographie, éléments de fortification urbaine conservés en élévation et tracé supposé de l’enceinte, échelle 1/5 000. 1. Portion d’enceinte ; 2. Tour circulaire. Relevé : G. Giuliato et alii/Université Nancy 2 ; DAO : H. Duval/INRAP.

35Le relevé topographique montre que l’enceinte est bâtie sur une pente peu marquée qui borde le lit de la Sarre. L’espace enveloppé peut se diviser en trois parties.

36À l’ouest, s’étend un espace plat de 248 à 250 m d’altitude occupé par l’église, l’emplacement de l’ancien cimetière, la commanderie teutonique, la place publique et le couvent des Cordeliers. Il se caractérisait par une faible densité de l’habitat civil, peut-être en raison de son caractère marécageux.

37Au centre, la pente s’élève très doucement et sur une distance de 360 m, elle passe de 250 à 265 m. C’est là que se concentre l’essentiel de l’habitat, à l’abri des risques d’inondation.

38À l’est, la déclivité s’accentue et, en moins de 150 m, l’altitude passe de 265 à 272 m. Toutefois, l’extrémité de l’enceinte qui correspond au site castral reste située à mi-côte et ne bénéficie pas de défenses naturelles particulières.

39Ce relief imposait d’importants travaux de terrassement pour compenser le manque d’atouts topographiques et explique la nécessité de doubler l’épaisseur des courtines au xiiie siècle. Sarrebourg se développa au franchissement de la rivière, sur le grand axe commercial entre la Lorraine et l’Allemagne, et la nécessité de protection ne s’imposa que dans un second temps.

2.2. Avenue Poincaré 1994 (N. M.)

2.2.1. Présentation du site

2.2.1.1. Circonstances de l’intervention

40Cette opération archéologique a été menée en décembre 1994 par une équipe de l’AFAN, après la démolition d’un bâtiment et d’une station-service en vue de leur remplacement par un petit immeuble (Meyer, 1995 et 1996).

2.2.1.2. Localisation

41Le projet immobilier (cadastre 1989, section 4 parcelle 50) se trouve sur le tracé des anciennes enceintes à proximité de la tour D.

2.2.1.3. Type de vestiges observés – état de conservation

42L’intervention archéologique a mis en évidence un bras mort de la Sarre comblé ainsi que les fondations des deux murs de courtine successifs et une partie de la tour D de la ville. L’espace directement à l’arrière du mur a également été étudié (fig. 189).

43La tour et les courtines ont été rasées en 1953 ; seules subsistaient les parties enterrées dès le Moyen Âge et lors du comblement du fossé nord au début du xxe siècle Les murs étaient conservés sur une hauteur maximale de 2,20 m.

Fig. 189. Sarrebourg. Avenue Poincaré, 1994, échelle 1/200. DAO : N. Meyer/INRAP.

2.2.1.4. Superficie et/ou longueur observées

44La fouille a porté sur 312 m2 de terrain. Les courtines ont été observées sur 34 m de long.

2.2.1.5. Nombre de phases identifiées

45Sept phases chronologiques (A à G) ont été relevées sur le site de l’Antiquité au début du xxe siècle. Seules les phases D et E correspondant aux deux états du mur d’enceinte sont présentées en détail.

2.2.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.2.2.1. Phases A à C

46Ces trois phases couvrent un peu plus de 1000 ans. À la période gallo-romaine, le site est traversé par un bras de la Sarre (phase A). La berge nord-ouest du cours d’eau a été clairement repérée. Elle est consolidée par des pierres calcaires versées en vrac et par un aménagement de pierres plates perpendiculaire au courant facilitant l’accès à l’eau. Progressivement, ce bras se comble naturellement et disparaît (phase B). Dans la phase C précédant la construction du premier mur de courtine, le secteur n’est plus qu’une zone humide ; le terrain est drainé par un petit fossé orienté sud-nord (1065) présentant sur ses bords quelques petits piquets de bois. Il a été clairement entaillé par les terrassements liés à la construction du système défensif de la phase D (fig. 190).

2.2.2.2. Phase D. La courtine primitive (première moitié du xiie siècle)

- Le mur

47Au nord de la zone de fouille, un important terrassement a été réalisé pour installer un premier mur de défense (mur 1018). Celui-ci est installé sur une semelle réalisée avec de gros blocs calcaires reposant sur des pieux en chêne. Ces derniers, d’environ 80 cm de long et taillés en pointe à la hache, sont placés de façon irrégulière sur trois à six lignes selon les secteurs. Haute de 1,20 m, la fondation reposant sur cette semelle est constituée d’une maçonnerie de 1,40 m à 1,50 m d’épaisseur, parementée de moellons calcaires liés avec un mortier jaune. Le mur de courtine (1018), réalisé de la même façon, n’a que 1,20 m d’épaisseur.

- L’espace à l’arrière du mur

48Un drain, constitué d’un alignement de grosses pierres calcaires placé perpendiculairement à la courtine, et les emplacements de deux poteaux de bois ont été repérés dans cet espace. Stratigraphiquement, ils appartiennent à un niveau de circulation (245,70 m) installé sur les remblais comblant la tranchée de fondation du mur 1018. La fonction de ces aménagements n’est pas clairement définie (échafaudage, escalier d’accès au chemin de ronde ?).

- Les indices de datation

49Le comblement de la fosse d’installation du mur 1018 n’a livré (1026 et 1027) que trois tessons gallo-romains du ier siècle clairement résiduels. En effet, le creusement pour installer la fondation a entaillé un fossé 1065 comblé avec un petit dépotoir de céramique constitué de pots globulaires à pâte brune de production locale et datés des xie et xiie siècles.

  • 306 Datation réalisée par Willy Tegel, Labor für Holtzanalyse, Bohlingen, Allemagne. Réf. SA01 (40 cern (...)
  • 307 Analyse réalisée en 1996 par le Centre de Datation par le Radiocarbone - UMR 5138, Lyon. Réf. LY-74 (...)

50Vingt-sept piquets prélevés sous la semelle du mur de défense 1018 ont fait l’objet d’une étude dendrochronologique306 et un morceau de bois d’une analyse radiocarbone307. Cette dernière place à 88,18 %, cet échantillon dans un intervalle compris entre 971 et 1153 ap. J.-C.

51W. Tegel a replacé la courbe dendrochronologique de quarante cernes dans cet intervalle et la date de 1130 ap. J.-C. paraît la plus probable pour l’abattage des arbres ayant servi à effectuer les piquets. Vu la modestie de la séquence dendrochronologique, le calage ne peut être assuré de façon indubitable. Il s’agit néanmoins de la position la plus plausible.

52En outre, cette proposition de datation n’est pas en contradiction avec les relations stratigraphiques observées sur le terrain.

2.2.2.3. Phase E. La seconde courtine et la tour D (première moitié du xiiie siècle)

- Le mur

53Dans cette phase, un nouveau mur de 1,20 m d’épaisseur (1019) est plaqué à l’avant du mur de la phase D, doublant l’épaisseur de la courtine. Sa base est constituée d’un massif de maçonnerie de 1,60 m d’épaisseur coulé sur la semelle du mur 1018 antérieur. Une unique ligne de quelques pieux a été découverte sous cette maçonnerie 1019. La courtine côté attaque est montée en moellons calcaires liés par un mortier de chaux de couleur blanc.

- La tour

54Le mur 1019 est chaîné avec la tour semi-circulaire D. D’un diamètre extérieur de 8,20 m, elle présente une épaisseur de 2,50 m utilisant le même mortier que la courtine. L’intérieur de la tour a malheureusement été détruit lors de l’installation d’une citerne à fioul en 1953.

55Ces terrassements empêchent de savoir si elle était fermée ou ouverte à la gorge. En 1953, M. Lutz a observé des lignes de piquets à l’emplacement de cette cuve, qui pourraient correspondre, d’après les photographies conservées au Musée du Pays de Sarrebourg, à la fondation du mur 1018 de la phase D précédente. En partie basse au moins, ce mur n’a pas été détruit lors de la construction de la tour.

Fig. 190. Sarrebourg. Avenue Poincaré, 1994. Coupe des courtines et de l’espace à l’arrière des murs, échelle 1/50. DAO : N. Meyer / INRAP.

Fig. 191. Sarrebourg. Parcours de Canoë, 1996. Les ponts, échelle 1/250. DAO : N. Meyer/INRAP.

56Le parement extérieur de la tour a été observé sur moins d’un mètre carré. D’après ces observations et les vues anciennes, il est constitué de gros moellons équarris d’environ 50 cm de longueur pour des hauteurs de 30 cm.

- Les abords : l’espace à l’arrière du mur

57L’espace a l’arrière du mur d’enceinte est constitué de terres noires contenant de nombreux tessons des xive et xve siècles (phase F). Un petit aménagement de quatre pierres (1035) et les restes d’une petite construction ont malheureusement été en grande partie détruits par le sondage d’évaluation du Service régional de l’Archéologie. Ce petit bâtiment, probablement rectangulaire, présentait un sol en terre battue délimité par un solin maçonné (1010). Un sol (1016) et un empierrement sommaire ont été également repérés entre la construction et la courtine.

- Les indices de datation
  • 308 Analyse réalisée en 1996 par le Centre de Datation par le Radiocarbone - UMR 5138, Lyon. Réf. LY-74 (...)

58Ce second état de fortification est considéré comme étant l’enceinte médiévale commencée vers 1213 et terminée en 1240, datation non remise en cause par l’analyse radiocarbone effectuée sur un pieu prélevé sous le massif de maçonnerie 1019308 proposant pour ce bois à 88,89 % un intervalle compris entre 1021 et 1203 ap. J.-C.

2.3. Parcours de Canoë 1996 (N. M.)

2.3.1. Présentation du site

2.3.1.1. Circonstances de l’intervention

59En 1996, le curage du lit de la Sarre, à proximité des franchissements anciens repérés en 1952 par M. Lutz a entraîné la mise au jour de pieux en bois. Averti, le Service régional de l’Archéologie a obtenu que les terrassements dans la rivière soient réalisés par des archéologues. L’opération, réalisée en septembre 1996, a été confiée à une équipe de l’AFAN (Meyer et alii, 1998).

2.3.1.2. Localisation

60Le parcours de canoë se trouve entre le Pont de France et la passerelle Brack, dans le lit canalisé de la Sarre (fig. 191).

2.3.1.3. Type de vestiges observés

61L’intervention archéologique a mis en évidence deux ponts présentant de nombreux états et permis d’étudier une petite partie du bief de l’ancien moulin de la ville.

2.3.1.4. Superficie et/ou longueur observées

62Le décapage du lit de la rivière a porté sur 810 m2 d’alluvions sur environ 50 cm de profondeur. Il a permis de mettre au jour la base du pont gallo-romain en bois, quelques pieux médiévaux et deux piles maçonnées du franchissement médiéval et moderne.

2.3.1.5. État de conservation des vestiges

63Une des piles maçonnées a été observée en 1952 par M. Lutz. D’après les photographies publiées (Lutz, 1952 : 83-84), elle a été arasée sur plus d’un mètre lors des opérations de dragage et de nettoyage diverses effectuées en un peu plus de 40 ans. Les pieux et les maçonneries découverts en 1996 devaient être protégés par une chape de béton. L’équipe de fouille, qui avait pour interdiction d’effectuer des coupes dans les structures, s’est contentée de relever les parties visibles.

2.3.1.6. Nombre de phases identifiées

64Cinq phases (A à E) ont été identifiées sur les ponts, auxquelles il faut ajouter deux phases pour le moulin.

2.3.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.3.2.1. Phases A et B (Antiquité)

65Ces deux phases correspondent à la période antique. Un pont de bois de huit mètres de large comportant plusieurs piles probablement protégées par des avant-becs a été mis au jour au pied du Pont-de-France. Son dernier état reconnu a été daté de 246 ap. J.-C. par dendrochronologie.

2.3.2.2. Phase C (xe siècle)

66Deux piquets placés à proximité des pieux des supposés avant-becs antiques ont donné des datations médiévales (derniers cernes en 894 et 904 ap. J.-C.). Leur appartenance à un quelconque ouvrage de franchissement de la Sarre est totalement hypothétique.

2.3.2.3. Phases D et E (du xiiie ? au xviiie siècle)

- Le pont

67Le décapage a permis de remettre au jour une des deux piles d’un pont maçonné observées en 1952 et d’en découvrir une troisième. Dans leur état le plus ancien reconnu, ces piles sont de plan polygonal. Elles présentent une largeur d’environ 4 m pour une longueur de 5,50 m et sont réalisées en grand appareil de grès lié au mortier de chaux. Les piles sont espacées de 5,50 m et se trouvent exactement dans le prolongement de l’ancienne porte médiévale dénommée Nieder Thor. En 1952, M. Lutz avait observé deux états du parement. À chaque fois, les blocs étaient tenus par des happes métalliques scellées dans la pierre avec du plomb.

Fig. 192. Sarrebourg. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Enceinte du xiie siècle ; 2. Enceinte du xiiie siècle. DAO : S. Jeandemange/INRAP.

- Le moulin

68Un bief en bois se trouve scellé sous l’actuel bief en béton de l’ancien moulin, édifice cité dès 1365 entre la passerelle Brack et le Pont-de-France. Le dernier cerne conservé sur un échantillon prélevé a été daté par dendrochronologie de 1581.

- Les indices de datation

69L’absence de véritable fouille ne permet pas une datation précise des piles du pont découvert en face de la Nieder Thor. À la suite d’E. Linckenheld, M. Lutz proposait une datation antique de cet ouvrage maçonné.

70Une happe recueillie dans le second état d’une des piles est typique du xviiie siècle et appartient probablement aux réparations effectuées entre 1701 et 1734 (Le Moigne, 1981 : 175) au pont médiéval mentionné pour la première fois en 1362. Sa position topographique et le mortier utilisé ne laissent aucun doute sur sa datation médiévale et moderne.

Conclusion (N. M.)

71Les opérations préventives menées en 1994 et 1996 ont bouleversé nos connaissances de l’antique Ponte Saravi et de la ville médiévale de Sarrebourg. L’existence d’une agglomération antique défendue par une muraille de plus d’un kilomètre de long et munie d’un pont en pierre (Lutz, 1991 : 235-244) sur la Sarre n’est plus défendable. La datation radiocarbone et dendrochronologique des pieux présents sous la courtine primitive dans un secteur où tous les chercheurs admettaient l’existence de l’ouvrage défensif antique a détruit ce mythe. L’enceinte dans son premier état est bien médiévale et classer Sarrebourg parmi les villes médiévales ayant hérité d’une enceinte antique, une idée reçue… La séquence modeste de cernes permet de proposer une datation de la construction de la première enceinte vers 1130. Si l’on admet ce calage chronologique qui reste à confirmer, la première enceinte de Sarrebourg est l’une des plus anciennes archéologiquement reconnues dans une ville moyenne de Lorraine. Sur le terrain, ce premier système défensif reste encore très mal repéré et les découvertes constituées uniquement d’une dizaine de mètres de courtine. Aucun emplacement de tour, de porte ou même de fossé n’est établi (fig. 192, no 1).

72En revanche, la seconde enceinte, construite au début du xiiie siècle, est, elle, bien mieux documentée du fait de son démantèlement tardif (fig. 192, no 2). Les cadastres anciens et les parties conservées en élévation permettent de restituer une ville défendue par un large fossé et une courtine flanquée de vingt-six tours présentant pour celles encore en élévation, en 2004, des archères à étrier. D’importantes lacunes subsistent néanmoins. Le château de l’évêque de Metz reste très mal situé et totalement méconnu. La documentation sur les quatre portes et le faubourg à l’avant du pont sur la Sarre est, quant à elle, bien modeste.

Bibliographie

Sources

AD Moselle. Répertoire des plans et cartes : portefeuille no III-38. Plan de la ville entre 1786 et 1790, daté par erreur de 1755.

AM Sarrebourg. Cadastre de Sarrebourg. Section D de la ville à 1/1 250, terminée sur le terrain le 10 août 1825 par le géomètre Hyacinthe Nollet.

AM Sarrebourg. Procès-verbal du tracé des alignements, ainsi que des largeurs proposées aux rues et autres voies publiques de la ville de Sarrebourg, échelle 1/500, terminé le 6 février 1855 par l’architecte Boudot Archives Municipales de Sarrebourg.

AM Sarrebourg. Alignements. Plan der nördlichen Grabenstrasse (nach den städlischen Allignementsplan von Jahre 1855 ergänzt, Saarburg in Juni 1884), échelle 1/500, terminé en juin 1884 par le géomètre Schäckeler.

Notes

299 Carte géologique à 1/50 000. Feuille xxxvi - 15 - Sarrebourg.

300 Cf. ci-dessous.

301 Heckenbenner, 1997 : 276 (texte rédigé en 1989).

302 Cf. la contribution dans cet ouvrage de B. Metz Les enceintes urbaines en Alsace d’après les sources écrites.

303 Cf. sources iconographiques en fin d’article.

304 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 186 : l’enceinte du premier tiers du xiiie siècle).

305 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 186 : l’enceinte du premier tiers du xiiie siècle).

306 Datation réalisée par Willy Tegel, Labor für Holtzanalyse, Bohlingen, Allemagne. Réf. SA01 (40 cernes).

307 Analyse réalisée en 1996 par le Centre de Datation par le Radiocarbone - UMR 5138, Lyon. Réf. LY-7426 : 1010 ± 40 BP.

308 Analyse réalisée en 1996 par le Centre de Datation par le Radiocarbone - UMR 5138, Lyon. Réf. LY-7425 : 945 ± 45 BP.

Table des illustrations

Légende Fig. 183. Sarrebourg. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : N. Meyer/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 184. Sarrebourg. La ville lors du siège des Suédois en 1636, gravure de F. Cochin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 185. Sarrebourg. Proposition de tracé de l’enceinte d’après le cadastre napoléonien de 1825, échelle 1/5 000. 1. Vieux pont ; 2. Nouveau pont ; 3. Porte de France (xviiie siècle) ; 4. Fossés ; 5. Fausse-braie ; 6. Commanderie des Teutoniques ; 7. Chapelle Saint-Anschaire ; 8. Église Notre-Dame puis Couvent des Cordeliers (1265) ; 9. Hôpital ; 10. Église Saint-Nicolas ; 11. Couvent des Capucins (1629) ; 12. Château ; 13. Fontaine ; 14. Ancien hôtel de ville. DAO : H. Duval/INRAP ; G. Giuliato/Université Nancy 2, LAMEst.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 186. Sarrebourg. Les deux enceintes de Sarrebourg, échelle 1/5 000. DAO : S. Jeandemange/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 187. Sarrebourg. Coupe de la courtine, av. Poincaré, immeuble Kling, 1987, échelle 1/50. Document archives Musée du Pays de Sarrebourg. Relevé de terrain : A. Van Wynendaele ; DAO : R. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 188. Sarrebourg. Micro-topographie, éléments de fortification urbaine conservés en élévation et tracé supposé de l’enceinte, échelle 1/5 000. 1. Portion d’enceinte ; 2. Tour circulaire. Relevé : G. Giuliato et alii/Université Nancy 2 ; DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 189. Sarrebourg. Avenue Poincaré, 1994, échelle 1/200. DAO : N. Meyer/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 190. Sarrebourg. Avenue Poincaré, 1994. Coupe des courtines et de l’espace à l’arrière des murs, échelle 1/50. DAO : N. Meyer / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 191. Sarrebourg. Parcours de Canoë, 1996. Les ponts, échelle 1/250. DAO : N. Meyer/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 192. Sarrebourg. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Enceinte du xiie siècle ; 2. Enceinte du xiiie siècle. DAO : S. Jeandemange/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12793/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search