Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Saint-Mihiel (Meuse)

Hélène Duval, Ivan Ferraresso, Charles Kraemer et Renée Lansival

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (Ch. K.)

1.1. Contexte géographique et géologique

1Assise initialement sur la rive droite de la Meuse, dans la plaine alluviale, entre Commercy au sud et Verdun au nord (fig. 159), Saint-Mihiel est une petite ville d’un peu plus de 5 000 habitants qui s’est développée au pied du revers calcaire des Hauts-de-Meuse. Elle est l’héritière d’une histoire qui la hisse, dès la Révolution, au rang de chef de lieu de canton.

1.2. Historique des recherches

2L’Histoire de la ville de Saint-Mihiel et, par conséquent, celle de ses fortifications – château et enceintes urbaines – a largement été développée dans la somme de Ch.-E. Dumont publiée en 4 volumes, de 1860 à 1862 (Dumont, 1860-1862). Riche en enseignements sur la topographie puisés sans aucun doute dans les archives communales, alors conservées à l’abbaye, ce juriste de formation ne cite généralement aucune source ni aucune référence. À cet égard, l’opuscule de Cl. Bonnabelle (Bonnabelle, 1890) sur Saint-Mihiel, son abbaye et ses dépendances et aperçu sur le canton est mieux argumenté, mais n’apporte pas d’éclaircissements nouveaux ou complémentaires par rapport à l’auteur précédent.

3En fait, il faut attendre l’édition critique, par A. Lesort (Lesort, 1909-1912) au début du xxe siècle, des Chroniques et chartes de l’abbaye de Saint-Mihiel pour disposer d’une première documentation qui installe précisément l’origine de Saint-Mihiel dans son contexte historique. D’autres travaux sont à signaler parmi lesquels l’article de H. Bernard (Bernard, 1904) sur La Halle de 1251 à 1902, ainsi que ceux de M. Parisse (Parisse, 1974) Origine et développement de l’abbaye de Saint-Mihiel et A. Girardot Un bourg abbatial en Lorraine : Saint-Mihiel avant 1300 (Girardot, 1974). Ces articles, qui mêlent l’histoire religieuse, sociale et économique à des observations de topographie historique, sont complétés par Ch. Kraemer dans une approche différente, traitant du rôle du château, construit à la fin du xie siècle, dans la réorganisation du peuplement antérieur, stimulé au ixe siècle par le déplacement de l’abbaye à proximité d’une agglomération rurale dotée d’une église et d’un cimetière (Kraemer, 1993).

1.3. État des connaissances

1.3.1. Un peuplement antérieur au bourg castral

  • 293 D’autres y sont établis en 903-904, en 962, en 972 et encore en 1068 (Lesort, 1903 : 97, 119-122, 1 (...)

4Saint-Mihiel est née d’un noyau de peuplement du haut Moyen Âge, du nom de Godinécourt, blotti, à l’entrée du vallon de la Marsoupe, autour d’une église dédiée à saint Cyr et de son aître (cimetière) dans lequel, à plusieurs reprises au cours des xe et xie siècles, des actes diplomatiques sont signés293. Elle doit son essor au déplacement, vers 820, sur la rive droite de la Meuse, à quelques centaines de mètres seulement à l’ouest de la curtis, de l’abbaye bénédictine Saint-Michel, établie quelques décennies auparavant au fond de ce même vallon. À 30 km de Verdun, ce site se trouvait en effet, à la croisée de deux grands axes de communication : la Meuse, sur laquelle on connaît l’importance de la batellerie dès le haut Moyen Âge et pour laquelle Godinécourt constituait peut-être déjà une étape, et l’axe antique nord-sud qui, de Neufchâteau à Verdun, doublait la rivière et croisait l’ancienne voie romaine est-ouest, conduisant de Châlons à Metz. Nul doute que les religieux, qui imposent alors le nom de Saint-Mihiel à l’agglomération, avaient compris l’importance stratégique de ce lieu de passage ; nul doute même qu’ils aient cherché à y développer un bourg abbatial autour d’un marché. C’est ce qui ressort, en tout état de cause, de l’analyse des sources écrites puisqu’il est question, en 1069, du suburbium de Saint-Mihiel. Ainsi, lorsque la comtesse Sophie de Bar s’impose comme avouée de cette terre d’église, vers 1089, en construisant un château, Saint-Mihiel disposait d’un marché et d’un tonlieu sur le pont franchissant la Meuse.

Fig. 159. Saint-Mihiel. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval/INRAP.

1.3.2. Le Château

5À 260 m d’altitude, le château, construit sur une hauteur, domine d’environ 35 m la confluence du ruisseau de la Marsoupe et de la Meuse (fig. 160 et 161). Le site épouse la forme d’un éperon émoussé, plutôt ovalaire, et mesure dans ses plus grandes dimensions 110 m (est/ouest) sur 70 m (nord/sud). Il est limité par le relief naturel abrupt et par un fossé d’une quinzaine de mètres de largeur. En dehors de quelques vestiges informes, un mur de soutènement, construit à même la roche, est encore visible sur le flanc sud. Haut de 3 à 4 m pour une longueur de quelques dizaines de mètres, il présente des traces de remaniement décelables par l’emploi de pierres d’origine et de taille différentes. Le centre du site est occupé par un tertre de 3 à 4 m de hauteur, d’un diamètre de 55 m à la base et de 35 m au sommet.

6Implanté de telle sorte qu’il surveille le marché et les voies de communications définissant un carrefour obligé, le château est détruit en 1111 ainsi que le bourg satellite de l’abbaye (qualifié, entre 1084 et 1134, de suburbium, burgus, vicus et villa) lors d’une guerre qui oppose l’évêque de Verdun à Renaud de Bar.

1.3.3. Le bourg

7On peut raisonnablement conjecturer que c’est à la suite de sa destruction, en 1111, que le bourg est castralisé, c’est-à-dire enfermé dans une enceinte topographiquement indissociable du château et commandé par lui. Son existence n’est pourtant certaine que vers 1250, lorsque les bourgeois sont tenus de payer l’aide pour l’entretien des murailles.

Fig. 160. Saint-Mihiel. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral napoléonien, échelle 1/10 000. DAO : H. Duval/INRAP et Ch. Kraemer/Université Nancy 2.

8Une vaste enceinte quasi circulaire d’environ 300 m de diamètre, probablement flanquée de quelques tours mal situées, était percée de quatre portes (fig. 160). Celle de l’Atre se trouvait entre l’église et le cimetière ; celle à Wey, sous le château, ouvrait à l’est sur la rue des Tisserands ; celle de Saint-Thiébaut conduisait, par le faubourg de Nancy, au prieuré du même nom (fondation inconnue mais selon A. Girardot (Girardot, 1974 : 42), probablement postérieure à celle du prieuré Saint-Thiébaut-sous-Bourmont, en 1122) ; enfin, la porte Groinet, à l’ouest, communiquait avec l’abbaye et la vallée de la Meuse. L’enceinte conditionne l’urbanisme qui se développe autour de trois rues principales, deux est/ouest et une nord/sud, en définissant des îlots dont la régularité des parcelles n’est pas sans évoquer une certaine forme de lotissement. Les rues partant de la porte à Wey, de la porte Groinet et de la porte de l’Atre convergent vers la place principale.

9Située en contrebas du château, ce qui lui vaut son nom le plus ancien : Place du Châtel, la place du Bourg, aujourd’hui dénommée place Ligier-Richier, était entourée de maisons à arcades et son centre occupé par deux halles réservées, l’une, aux bouchers (la Boucherie), l’autre, aux boulangers (la Hallotte). Sa limite nord, entre la rue de la Vaux et celle des Tisserands, est d’ailleurs appelée rue de la Boucherie en 1486 après s’être appelée rue du Marché, en 1294. On admettra qu’il s’agit là de l’emplacement du forum mentionné dans divers documents dont l’acte de fondation du château en 1090. Centre de la vie économique du bourg primitif, cette place, bordée à l’est par l’hôtel de la prévôté où se tenaient assemblées et adjudications publiques, était aussi le centre administratif.

10Au sud, près de la porte de l’Atre, l’église paroissiale du bourg, dont la dédicace passe de saint Cyr (sancti Cyrici in Sancti michaelis burgo : 1094) à saint Étienne (parrochialis ecclesiae Sancti Stephani : 1145-1152) au xiie siècle, semble bien ne pas avoir été déplacée depuis le haut Moyen Âge. Son cimetière, qualifié d’atrium, dès le début du xe siècle, témoigne de l’existence d’un enclos destiné à la fois aux morts et aux vivants, dans lequel se traitaient les affaires, en particulier, autour de l’An Mil, celles concernant l’abbaye.

Fig. 161. Saint-Mihiel. Micro-topographie et tracé supposé des enceintes, échelle 1/5 000. DAO : H. Duval/INRAP ; Ch. Kraemer/Université Nancy 2.

  • 294 Girardot, 1974 : 40, note 62. En 1220, le comte de Bar conclut un accord avec la régente de Champag (...)

11Ainsi, toutes les fonctions politiques, administratives, économiques et religieuses semblent réunies dans un périmètre restreint que les comtes de Bar vont valoriser en y construisant un palais, la Paliole, dans les parages de l’église paroissiale, entre la porte de l’Atre et la rue des Étuves (Dumont, 1860-1862 : t. 1, 51), et en faisant de l’abbaye leur chancellerie et leur lieu de sépulture jusqu’au début du xiiie siècle au moins (Grosdidier de Matons, 1922 : 538, 598-599). Ils contribuent aussi à sa croissance en dotant Saint-Mihiel d’infrastructures sociales (léproserie, maison-dieu) (Girardot, 1974 : 42, note 54) et artisanales, en y attirant de nouveaux habitants – officiers, immigrants barrois, juifs294 –, en encourageant le commerce – du sel notamment –, en instituant une foire le 29 septembre, jour de la saint Michel, mais aussi et surtout en incitant l’abbaye à fonder une ville neuve centrée autour d’une halle.

1.3.4. Le quartier de La Halle

12Ce nouveau quartier, établi au nord de l’abbaye et à proximité du pont franchissant la Meuse, sur une terre appartenant aux religieux, fixe pour longtemps les grands traits de la topographie sammieloise. Il est rapidement peuplé par des drapiers de Verdun attirés par les privilèges comtaux et abbatiaux et loti selon quatre rues – celles de la Fruiterie, de la Blaverie, du Saulcy et de l’Estape – qui soulignent le périmètre de La Halle. On ignore le temps qu’il aura fallu pour lotir en totalité cette ville neuve jusqu’aux abords du bourg castral et la porte Groinet qui assure la communication entre les deux quartiers. De même, on ignore si elle fut dès l’origine fortifiée en dépit d’une mention qui, vers 1250, atteste l’existence de murailles autour de la ville dont l’entretien relève des bourgeois. Quoi qu’il en soit une enceinte la protège, peut-être avant 1409, lorsque Perrin de Watronville est chargé de remettre en état les murs de la ville.

  • 295 AD M C 2.
  • 296 AM Saint-Mihiel, CC 14, DD 7.

13Dès lors les trois quartiers sont assurément fortifiés. On ne reviendra pas, ici, sur l’enceinte du bourg. Celle de l’enclos abbatial, sans doute la plus ancienne, protège un espace rectangulaire d’environ 350 sur 200 m ; elle ne semble pas être flanquée de tours mais est percée de deux portes : la porte aux Champs à l’ouest et celle de l’abbaye au nord qui assure la communication vers l’extérieur avant, dès 1251, d’ouvrir directement sur la ville neuve. En 1475, elle apparaît bien distinctement différenciée des murailles urbaines : “Et pour ce que l’abbaye et monastère de ladite ville fait cloison d’une partie de ladite ville et que la muraille de ladite abbaye est assez petitement entretenue et y ayt pod de deffence, et la porte, fossés et barrières d’icelle come tous remplis et arruynés… Vous mandons… de faire et rempare en icelle et l’environ…” (Dumont, 1860-1862 : t. 2, 361). Quant à la ville neuve, son enceinte est greffée, au sud-ouest, sur l’enclos abbatial, se prolonge, parallèlement à la Meuse, et enveloppe au nord La Halle, jusqu’à la forte pente du relief de côte ; au sud-est, elle est associée au bourg ancien par une petite enceinte de réunion qui prend appui sur la clôture de l’abbaye. Elle était percée de trois portes : celle de Verdun au nord, celle de Meuse à l’ouest, au devant du pont, celle de Metz au nord-est, et flanquée de six tours. Elle fait l’objet d’un plan réalisé en 1766, à l’occasion de la construction d’un corps de casernes295 en bordure de la Meuse, dans l’axe de l’abbaye, et est progressivement détruite, comme l’enceinte du bourg castral, entre cette date et 1786296.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

14Un relevé micro-topographique effectué en juillet 2005, une analyse monumentale de l’enceinte du bourg castral et deux campagnes de fouilles réalisées dans l’emprise de l’hôpital Sainte-Anne, en 1996, ont contribué à l’enrichissement de la documentation. La première concernait une étude du bâti de trois maisons vouées à la démolition et dont les élévations renfermaient des lambeaux de l’enceinte médiévale du faubourg de La Halle. Dans le prolongement de celle-ci, une opération de fouille commandée par la construction de deux nouveaux bâtiments a permis d’étudier les fondations de l’enceinte abbatiale.

2.1. Relevé micro-topographique (Ch. K., H. D.)

15S’il en était besoin, le relevé topographique de Saint-Mihiel (fig. 161) offre un zoom qui confirme l’assise de la ville à l’extrémité du vallon de la Marsoupe, sur la rive droite de la Meuse et sur les coteaux environnants, en particulier sur ceux des deux éperons calcaires supportant l’un le château médiéval, l’autre le prieuré moderne des Capucins. Le premier domine d’une quarantaine de mètres le quartier du bourg, tandis que l’abbaye et La Halle se sont développées au pied du second qui culmine à 280 m.

16Dans le détail, ce relevé a néanmoins permis des observations micro-topographiques qui précisent le tracé des fortifications grâce au repérage d’importants segments de courtines ou de fossés. Leur mise en relation avec le cadastre moderne montre, d’une façon générale et en dépit de nombreuses lacunes, que l’emprise du château et le tracé des enceintes urbaines restent bien inscrits dans le parcellaire fossile, y compris la clôture de l’abbaye dont il ne reste rien de visible.

2.1.1. Le château

17En position dominante, le château épouse la forme d’un éperon émoussé, plutôt ovalaire, qui dans ses grandes dimensions mesure 110 m (est/ouest) sur 70 m (nord/sud). Il est limité au sud et à l’ouest, par le relief abrupt et détaché du plateau par un fossé largement comblé, au mieux conservé sur une quinzaine de mètres de largeur. Hormis l’emplacement, il ne reste de ce château qu’un mur de soutènement de 3 à 4 m de hauteur et 54,30 m de long prolongé à chaque extrémité par un retour perpendiculaire. L’ensemble présente des traces nombreuses de remaniements.

2.1.2. L’enceinte du bourg castral

  • 297 Cf. description ci-dessous.

18L’enceinte du bourg castral s’appuie sur celle du château et lui est peut-être contemporaine, si l’on en juge par un moignon de la première apparemment liaisonné à la seconde. Quoi qu’il en soit, elle se développait sur 1 078 m dont 87 m en commun avec le château, épousant d’abord la rupture de pente avant de plonger perpendiculairement dans la côte pour se refermer, dans le vallon, selon un arc de cercle au-delà de l’église paroissiale. Elle est encore conservée sur près de 300 m répartis en huit segments d’inégale longueur, mais à totalement disparu dans ses parties sud et ouest. Deux tours ou portions de tour leur sont associées : une de plan hémi-circulaire, ouverte à la gueule d’environ 8 m de diamètre hors œuvre, située sur le relief, à l’angle nord-est ; l’autre de plan carré, d’environ 8 m de côté, conservée en élévation297 sur le flanc méridional de l’enceinte, entre la porte de l’Atre et celle de Saint-Thiébaut. Aux parties d’enceintes conservées est souvent associé un fossé, notamment au nord, où il s’étage dans la pente, et au sud, où il est encore occupé par le bras détourné du ruisseau de la Marsoupe.

2.1.3. L’enceinte de La Halle

19Occupant la terrasse alluviale de la rive droite de la Meuse, le quartier de La Halle s’étendait, à l’ouest du bourg castral, au nord de l’abbaye et au pied de l’éperon des “Capucins”, qui servait sans doute de défense naturelle. La courtine nord, dans laquelle était percée la porte de Verdun, y était accrochée assez haut et l’on observe encore, jusqu’à l’actuelle rue de Verdun, 45 m d’un mur épais d’au moins 1,30 m, sur 5 à 6 m de hauteur. Elle se développait vers l’ouest puis vers le sud, jusqu’à l’abbaye, en retrait d’une douzaine de mètres par rapport aux actuelles rues Phasmann, Jeanne-d’Arc et Roger-Brocard. Entre celles-ci et les segments de murailles en appareil régulier et bien assisé, une faible dépression, plus importante à proximité de l’enceinte proche de l’hôpital (env. 2 m), témoigne encore de l’emprise des anciens fossés de la ville.

20Un dernier segment d’enceinte, qu’il convient d’associer à ce quartier, reliait, entre les deux bras de la Marsoupe, l’abbaye au bourg primitif. Il s’observe encore, comme limite de parcelles, sur près de 60 m jusqu’au no 15 de la rue de la Tête-d’Or, construite sur les ruines d’une tour rectangulaire, d’environ 7 x 9 m hors œuvre, pourvue de murs de 1,80 m d’épaisseur. Dans la cave, un ébrasement ouvrant sur la rue pourrait bien correspondre à une ouverture de tir.

  • 298 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 161).

21Au total, les fortifications de la ville et de l’abbaye de Saint-Mihiel protégeaient un vaste espace de 31,30 ha répartis entre le château (0,60 ha), le bourg castral (7,49 ha), l’abbaye (6,38 ha) et La Halle (16,82 ha)298. Sur les quelque 3 000 m de fortifications urbaines, 560 m sont encore visibles sur des segments variant de 15 à 60 m. Quant aux tours de flanquement, si l’on est loin du nombre proposé par l’érudition, les trois observées correspondent à la localisation qu’en donne Ch.-E. Dumont dans son Histoire de Saint-Mihiel au siècle dernier. Il y a donc tout lieu de penser que sa restitution est fiable et qu’elle fut fondée sur l’observation d’éléments aujourd’hui disparus.

2.2. Analyse monumentale de l’enceinte du bourg castral (I. F.)

2.2.1. L’étude des élévations des tours et des courtines

22C’est au bourg castral qu’appartiennent deux des trois tours préservées en élévation. Elles sont situées sur le front oriental de l’enceinte, rattachée par le nord au château et se prolongent vers le sud au-delà de l’église paroissiale. La tour A (fig. 162), probablement dérasée au xviiie ou au xixe siècle à l’occasion d’importants remaniements, a préservé ses deux élévations sud et ouest. Malheureusement, l’inaccessibilité à la tour B et l’effondrement de son parement extérieur n’ont pas permis d’élaborer une bonne documentation graphique.

23De la même façon, l’ensemble des courtines de ce secteur ont été observées (avec une couverture photographique) et quelques segments ont pu faire l’objet d’une étude des élévations.

2.2.2. Présentation des vestiges

2.2.2.1. La tour carrée – rue des Chanoines ; parcelle 402 (fig. 162, repère A)

24De plan quadrangulaire (8,55 m à l’ouest x 8,40 m au sud), cette tour (fig. 163) est conservée sur une hauteur maximale de 7,40 m. Ses murs sont épais d’environ 1,15 m au rez-de-chaussée, à la différence du second niveau, où le flanc est plus mince (30 cm) que sur le front sud (90 cm). Le parement extérieur comporte un larmier saillant (fig. 164) d’une vingtaine de centimètres soulignant l’empattement.

25Le moyen appareil réglé de pierre calcaire, visible jusqu’à hauteur des enduits Es03 et Ew05, est homogène. Malheureusement, les joints consciencieusement beurrés récemment (Es01) ne peuvent être décris de façon précise, tout au plus varient-ils entre 4 et 10 cm. La bonne conservation des parements est et ouest a permis d’identifier à la fois des traces de taille layée oblique (taille fonctionnelle) et une importante série de signes lapidaires (fig. 165). Plusieurs types sont représentés :

  • type 1 : simple croix ;

  • type 2 : plusieurs traits verticaux ;

  • type 3 : association d’une croix et de traits verticaux ;

  • type 4 : forme en “V” suivie de traits.

26La réhabilitation de l’édifice (fig. 163) à partir du xviiie ou au cours du xixe siècle, attestée par la typologie des baies (linteaux délardés en anse de panier sur la façade nord), des équipements (cheminées), des huisseries (à petit bois), a provoqué un bouleversement des niveaux (actuellement : un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble). Les élévations ont subi une série de percements postérieurs (Bs03/04/et Bw04) qui viennent interrompre le larmier. Les modifications concernent l’installation de nouvelles fenêtres (Bs01/02) et lucarnes (Bw02/06) au premier niveau. Deux baies sont bouchées (Bw01/03) pour permettre l’installation d’un escalier droit menant à l’étage.

27Le dispositif défensif de la tour a été partiellement conservé, notamment une ouverture de tir flanquant (Bw05) à l’ouest (fig. 166). Cette canonnière à orifice circulaire (diam. 25 cm) et courte fente (L. 16 cm x H. 20 cm) est inscrite dans une petite niche (H. 30 cm). Une seconde niche, bouchée mais conservée sur 35 cm de profondeur, a été repérée sur le mur sud (aussi indiquée en façade extérieure par Bs05 et Es02). Elle pourrait correspondre à une ouverture de tir modifiée à la période moderne ou contemporaine.

28Le positionnement des baies Bw01 et Bw03, associé à la rupture du larmier (à 30 cm de Bw03) et au dispositif de tir flanquant, pourrait être interprété, avec prudence, comme les aménagements relatifs à des espaces de circulation, en direction d’une courtine ouest.

2.2.2.2. La tour circulaire – sentier du Chemin ; parcelle 63 (fig. 162, repère B)

29La tour circulaire (fig. 167) ouverte à la gorge est actuellement inscrite à la rupture de deux terrasses de jardin. D’un diamètre extérieur de 7,50 à 8 m, elle n’a conservé que six assises réglées en moyen appareil sur une hauteur observée d’environ 2 m. Si les joints sont maigres, aucun mortier n’a pu être identifié avec certitude. La partie supérieure du mur est remontée en moellons posés à sec.

2.2.2.3. La courtine – sentier du Chemin (fig. 162, repère C)

30Ce segment, inscrit dans le versant et à proximité du château, se développe sur 15,20 m selon une orientation est/ouest. Avec 1 m d’épaisseur et 4,40 m de hauteur conservée, cette courtine possède un parement en moyen appareil réglé. La taille layée semble être la norme et quatorze signes lapidaires se distinguent sur seulement huit assises (fig. 165). Les représentations se scindent en trois groupes :

  • type 1 : forme rectangulaire (6 ex.) ;

  • type 2 : forme triangulaire (5 ex.) ;

  • type 3 : autres formes (3 ex.).

2.2.2.4. La courtine – porte du Wet, ruelle de la citadelle (fig. 162, repère D)

31Ce segment, situé entre le château et la porte “à Wey”, orienté nord-ouest/sud-est, est identifiable sur environ 19,40 m de long et presque 7 m de haut (fig. 168). Ce mur, de 2 m d’épaisseur en moyenne, est arraché côté est. Son fourrage de blocs calcaires de taille moyenne est attesté sur l’ensemble de l’élévation.

32Cependant, le parement est conservé côté ouest sur environ 5 m de long et 2,70 m de haut (fig. 169). Il se compose d’un appareil moyen réglé et de joints maigres dont la partie inférieure droite a été reprise ultérieurement avec une maçonnerie de moellons équarris et un enduit en ciment.

Fig. 162. Saint-Mihiel. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral (dessin E. Duriez © Inventaire Général, ADAGP, 2001), échelle 1/5 000. DAO : H. Duval/INRAP ; Ch. Kraemer/Université Nancy 2.

Fig. 163. Saint-Mihiel. Élévations sud et ouest de la tour (repère A sur fi g. 162), échelle 1/100. DAO : I. Ferraresso / Université Nancy 2.

Fig. 164. Saint-Mihiel. Profil du larmier, échelle 1/10. DAO : I. Ferraresso / Université Nancy 2.

Fig. 165. Saint-Mihiel. Signes lapidaires, échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

Fig. 166. Saint-Mihiel. Plan de l’ouverture de tir de la tour (repère A sur fig. 162), échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

Fig. 167. Saint-Mihiel. Vue vers l’est de la tour (repère B). Cliché : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

2.2.2.5. La courtine – rue des Sœurs (fig. 162, repère E)

33Elle se situe en contrebas de la rue des Tisserands et de la porte “à Wey” aujourd’hui disparue. Le mur (fig. 170 et 171) est orienté nord/sud sur une longueur de 19,50 m pour une élévation observable de 6,30 m. L’épaisseur de la courtine peut être estimée à 1,86 m.

34Deux parements distincts sont lisibles en élévation.

Fig. 168. Saint-Mihiel. Vue nord de l’arrachage de la courtine (repère D). Cliché : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

Fig. 169. Saint-Mihiel. Élévation sud-est de la courtine (repère D), échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

35En partie droite, le moyen appareil réglé se développe sur un peu plus de 9 m. À la surface des blocs finement taillés (aucune trace d’outil n’est observable), quelques signes lapidaires sont à mentionner (fig. 165) :

  • type 1 : forme de croix (32 ex.) ;

  • type 2 : forme de double trait en diagonale (1 ex.) ;

  • type 3 : forme de V (1 ex.).

36Succède à la première construction un second mur en moyen appareil réglé, au module sensiblement plus petit. Les traces d’outil, très nettes, indiquent une taille grossière et simplement pointée. L’extrémité gauche du mur est chaînée, pour le soutien d’une terrasse de jardin. Il faut probablement considérer cette partie comme une reprise réalisée à l’époque moderne.

2.2.2.6. Les indices de datation

37L’observation des différentes parties de l’enceinte du bourg a permis de rendre compte de l’importance des éléments conservés en élévation : presque 50 % de son tracé initial. D’une façon générale, les parements se composent dans tous les cas d’un moyen appareil réglé, bien assisé avec des joints maigres et d’une épaisseur moyenne de 1,80 m. Si la tour carrée présente des critères morphologiques attribuables à la fin du xve et au xvie siècles, notamment le profil du larmier et l’ouverture de tir flanquant (exemples comparables à Vaucouleurs ; Giuliato, 2005b : 53-54 et en Bourgogne ; Mouillebouche, 2002 : 203-208), rien ne permet d’assurer une datation plus fine, ni des courtines, ni des tours.

Fig. 170. Saint-Mihiel. Vue d’ensemble vers l’est de la courtine (repère E). Cliché : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

Fig. 171. Saint-Mihiel. Élévation partielle ouest de la courtine (repère E), échelle 1/100. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

2.3. L’hôpital Sainte-Anne (R. L.)

2.3.1. Présentation du site

2.3.1.1. Circonstances de l’intervention

38Préalablement à la restructuration de l’hôpital Sainte-Anne en 1996 se sont déroulées deux opérations d’archéologie préventive menées par une équipe de l’AFAN (Georges-Leroy, 1994d ; Lansival, Adam, 1997 ; Lansival, 1998b).

2.3.1.2. Localisation

39L’hôpital Sainte-Anne est installé dans la partie sud-ouest de la ville actuelle, proche de l’abbatiale. Il est limité par les rues Roger-Brocard au sud-ouest et la ruelle Morguesson au nord (fig. 172).

40L’emprise de la fouille concernée par le projet de restructuration s’étend sur une partie de l’ancien périmètre clôturé de l’abbaye médiévale et sur les abords extérieurs d’un segment de la fortification du faubourg de La Halle créé à partir de 1251.

41Les trois maisons mitoyennes (fig. 172, maisons nos 3 à 5), vouées à la démolition, bordent la ruelle Morguesson. Leur alignement arrière correspond au tracé de l’enceinte du faubourg de La Halle, parallèle à la Marsoupe.

2.3.1.3. Types de vestiges observés

42Les deux interventions archéologiques ont permis de mettre au jour les fondations d’un segment nord-est/sud-ouest de l’enceinte de l’abbaye, des lambeaux en élévation de celle du faubourg de La Halle dont l’extrémité orientale est marquée par un pan coupé et des fossés de défense extérieurs (fig. 173). Des excavations comblées appartenant à la première phase d’occupation sont localisées dans l’emprise du monastère.

Fig. 172. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Emprise des fouilles et principaux vestiges observés, échelle 1/400. Relevé F. Adam, R. Lansival. DAO : É. Rouger / INRAP.

Fig. 173. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Plan des sondages VIII et IX, échelle 1/100. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : É. Rouger/INRAP.

2.3.1.4. Nombre de phases identifiées

43Trois phases d’occupation ont été identifiées (fig. 173) :

  • la phase A correspond à des excavations antérieures à la muraille conventuelle ; il s’agit d’un fossé orienté nord-ouest/sud-est, trois fosses et deux trous de poteaux localisés dans l’emprise conventuelle ;

  • la phase B concerne les fondations du segment nord-est/sud-ouest de l’enceinte abbatiale, ainsi que son fossé extérieur de défense ;

  • la phase C renvoie à la partie nord-ouest/sud-est de l’enceinte du faubourg de La Halle de la seconde moitié du xiiie siècle et de son retour vers le nord-est.

Fig. 174. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Enceinte conventuelle, coupes dans sondage VIII, parements est et ouest, échelle 1/40, localisation fig. 173. Relevés : F. Adam, R. Lansival ; DAO : H. Duval/INRAP.

2.3.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.3.2.1. Phase A : vestiges d’une première occupation indéterminée

44Dans l’aire conventuelle ont été observés un petit fossé (US 2021) perpendiculaire et antérieur à la muraille conventuelle (fig. 173) ainsi que quelques poteaux et deux fosses dont le diamètre oscille entre 0,85 (2023) et 1,40 m (2022). L’emprise de la fouille a cependant interdit de suivre le fossé sur toute sa longueur. Son orientation est-ouest est parallèle à l’enceinte du faubourg. Large de 1,66 m en surface et de 40 cm à la base, il n’est profond que de 54 cm.

45Le profil en cuvette est comblé de terre limoneuse de couleur marron foncé, contenant de la grouine (gravier calcaire), des cailloux, de petits et moyens nodules de mortier et de terre cuite (US 2031) (fig. 174, S. VIII, coupe S-T).

2.3.2.2. Phase B : l’enceinte conventuelle

- La courtine

46Les données structurelles. Seules les fondations de la courtine conventuelle sont conservées entre 0,60 et 1 m sous le sol actuel (fig. 173, US 2000) sur une à trois assises, une hauteur maximale de 55 cm et une épaisseur de 1,80 à 2 m (fig. 174, S. VIII, coupes S-T et Q-R, US 2029, 2034 et 2035). Son tracé rectiligne, d’orientation nord-est/sud-ouest, repéré sur une longueur de 38,50 m (fig. 172), est interrompu en plusieurs endroits par le passage de canalisations récentes et les fondations d’un bâtiment du xixe siècle.

Fig. 175. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Sondage IX, coupe du fossé conventuel (3000), échelle 1/40, localisation fig. 173. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : É. Rouger/INRAP.

Fig. 176. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Fossé 3000 comblé par la fondation du mur 1028, vue vers le nord, localisation fig. 173 (coupe EE’). Cliché : R. Lansival/INRAP.

47Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Les fondations sont constituées d’un appareil irrégulier de moellons en calcaire de petit et moyen module, parmi lesquels s’en intercalent d’autres de taille plus importante. Ils sont liés par un mortier de terre à base de grouine jaune. Une accumulation de petits et moyens moellons en compose le blocage (US 2029) (fig. 174, S. VIII, coupe U-V). Ces fondations reposent sur une couche de sédiments bruns à tendance argileuse contenant des petits galets, de la grouine et quelques fragments de tuiles (US 2030). Plus épaisse à certains endroits qu’à d’autres, cette couche isole la base de l’enceinte du substrat géologique (US 1066) composé de sable et de grouine jaune.

- Le fossé

48Les données structurelles. Le fossé de défense extérieur (US 3000), apparu à 1,30 m sous le sol actuel, est parallèle à l’enceinte de laquelle il est distant de 50 à 80 cm (fig. 173). Il est large de 5 m et profond de 90 cm. Son profil asymétrique (fig. 175 et 176) présente une escarpe à palier et un fond relativement plat. Le remplissage indique un premier apport lent suivi d’une phase de comblement rapide. Il s’agit d’une couche de limon argileux brun foncé contenant beaucoup de grouine (US 3003) qui tapisse le fond et les bords du creusement où elle est rendue hétérogène par des cailloux calcaires. S’est déposé par-dessus celle-ci, un lit de sable beige très fin et homogène (US 3005), sous-jacent à une mince couche de limon riche en charbons de bois (US 3004). L’ensemble est colmaté par un remblai de limon brun foncé contenant quelques charbons de bois (US 3001) et deux poches remplies majoritairement de grouine jaune (US 3002). Le fossé se prolonge en direction de l’enceinte du faubourg de La Halle, auquel il est antérieur. Le tracé du fossé, ne correspondant pas à celui de la Marsoupe qui à cet endroit change de direction assez brutalement, laisse à penser qu’une partie du cours d’eau a été dérivée pour alimenter le fossé.

- Les indices de datation

49La chronologie relative nous montre que l’enceinte conventuelle est antérieure à l’enceinte du faubourg de La Halle.

2.3.2.3. Phase C : l’enceinte du faubourg de La Halle

- La courtine

50Les données structurelles. Des lambeaux du parement extérieur de la courtine sont conservés dans le mur de terrasse (US 1025, 1028, 1089 et 1099) (fig. 176 à 180). À hauteur de ce dernier, la courtine présente un pan coupé (US 1025) (fig. 177). D’autres lambeaux (US 1004) étaient également conservés dans le parement interne du mur gouttereau de la maison no 5 (fig. 181). L’enceinte, dont le tracé rectiligne est orienté nord-ouest/sud-est, a été repérée sur une longueur de 30 m au travers de quatre sondages (fig. 172).

51Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Épaisse de 2 m, la courtine présente une maçonnerie soignée et régulière constituée d’assises de pierres de taille en calcaire gris liées avec un mortier de terre à base de grouine (fig. 177). L’appareil moyen se compose de blocs de 30 cm sur 49,5 cm. Trois assises de pierres, voire plus, sont conservées. L’appareil moyen offre une hauteur d’assise d’environ 32 cm et la longueur des blocs varie entre 30 et 70 cm. Des traces de taille obliques s’observent sur la tête des blocs. Le blocage est constitué de petits moellons calcaires, de pierres se décomposant et de mortier à base de grouine, parsemé de poches de mortier rose à base de tuileau. Les fondations présentent un, deux, voire plusieurs lits de moellons calcaires également liés à la grouine. Le module varie du petit au gros moellon qui peut présenter une longueur de 60 à 80 cm, voire 1 m et la hauteur d’assise oscille entre 25 et 30, voire 38 cm. Elles présentent un ressaut de 10 à 20 cm par rapport au nu de la courtine et reposent sur une semelle de mortier (fig. 179, S. III, US 1100 et fig. 180, S. II, US 1090) de 10 à 12 cm d’épaisseur, excepté en certains endroits. Cette chape de mortier repose soit directement sur le terrain naturel (US 1066) (fig. 180, S. II, coupe F-G), soit sur une couche de limon argileux contenant du charbon de bois (US 1101) (fig. 179, S. III, coupe J-K). Par ailleurs, on observe un niveau de mortier au tuileau (US 1134) entre les fondations et la courtine (fig. 177). Ces fondations (US 1131) s’approfondissent au niveau du fossé conventuel (US 3000) dont elles épousent le profil (fig. 173, 175 et 177). En effet, à cet endroit, cinq lits irréguliers de gros moellons permettent de combler le fossé dont le fond et les parois sont tapissés d’une couche de sédiment argileux contenant de la grouine (fig. 177, US 1132). La base des fondations atteint 1,60 m sous le sol actuel alors qu’au niveau du fossé, elles descendent jusqu’à 2,56 m.

- Le segment nord-est de la courtine de La Halle

52Les données structurelles. À son extrémité orientale, le parement intérieur de la courtine de La Halle, conservé dans le parement intérieur du pignon de la maison no 5, marque un retour à angle droit vers le nord-est (fig. 181). Quant au parement extérieur, il décrit un angle à pan coupé qui repose sur le niveau d’arasement de l’enceinte conventuelle, et fait ainsi la jonction entre les deux segments de la courtine de La Halle.

53Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Le parement intérieur du retour d’angle de la courtine présente un appareil soigné en pierres de taille (fig. 181, US 1004) identique à celui du segment nord-ouest/sud-est. Toutefois, il s’agit d’un appareil à assises irrégulières puisque les hauteurs d’assises varient de 30 à 44 cm. Par ailleurs, on note l’utilisation d’un mortier blanc très fin de même que des joints très réguliers, ce qui n’a pas été observé ailleurs. Au moins seize assises semblent conservées sur 4,40 m de haut et 1,60 m de large. Des traces de taille obliques de gauche à droite tapissent la face externe de certains blocs.

- Le fossé

54Les données structurelles. Un fossé de défense extérieur (US 2081) a été observé à 1,60 m de distance de l’enceinte du faubourg. Cependant, la coupe stratigraphique du comblement n’a pu être relevée en raison des risques d’éboulement. Seule, l’amorce du creusement apparaît dans le sondage I (fig. 180, S. I, coupe B-C). Profond de 2,50 m, à partir du sol actuel, le fossé possède une escarpe à profil en pente douce. Son comblement est composé d’une épaisse couche de limon foncé sus-jacente à une poche de sédiment plus clair à la base.

- Les indices de datation

55Nous ne possédons aucun élément archéologique de datation absolue. Seule la stratigraphie relative nous enseigne que l’aménagement de l’enceinte du faubourg de La Halle s’est opéré alors que la fortification abbatiale n’assurait plus son rôle de défense. La seule date connue provient des textes qui attribuent la création du nouveau faubourg fortifié de La Halle à partir de 1251.

Fig. 177. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Parement externe de l’enceinte urbaine du xiiie siècle (US 1025-1028-1089), échelle 1/100. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : H. Duval, M. Mondy / INRAP.

Fig. 178. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Lambeau du parement interne de l’enceinte urbaine du xiiie siècle dans la maison no 5, échelle 1/80. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : H. Duval, M. Mondy / INRAP.

Fig. 179. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Sondages I et III, parement extérieur de l’enceinte urbaine du xiiie siècle, échelle 1/40. DAO : H. Duval / INRAP.

Fig. 180. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Stratigraphie des abords extérieurs de l’enceinte urbaine, sondages I, II et III, échelle 1/40. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 181. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Parement interne du pan coupé de la courtine (US 1004), échelle 1/80. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : H. Duval et É. Rouger/INRAP.

Conclusion (Ch. K.)

56En résumé, la population attirée par le monastère de Saint-Mihiel ne s’est pas installée à ses abords immédiats, là, comme le précise A. Girardot, où l’espace ne fait pas défaut, mais autour de l’église Saint-Cyr, anciennement Godinécourt. Ainsi, le château édifié en 1090 n’apparaît pas comme élément générateur du peuplement mais comme facteur structurant de l’espace habité et très tôt fortifié. Au xiiie siècle, les visées économiques des comtes de Bar s’expriment par la création d’une ville neuve construite, autour d’une halle, sur la rive droite de la Meuse, au nord de l’abbaye. Après le traité de Bruges en 1301, Saint-Mihiel devient la capitale du Barrois non mouvant, et un centre administratif et judiciaire avec son bailliage, sa prévôté et le siège d’un tribunal d’appel, la cour des “Grands Jours”.

57Les fortifications urbaines, dont l’entretien laisse à désirer à la fin du xve siècle, de quelque 3 000 m de périmètre, défendent un espace de 30 ha environ qui comprend les trois quartiers structurant l’urbanisme sammiellois : l’abbaye, le bourg castral et La Halle. Des travaux d’entretien y sont effectués vers 1580 et des dommages y sont causés lors du siège des Français en 1635. Progressivement démantelées dans la seconde moitié du xviiie siècle, ces fortifications encore visibles sur 560 m avec deux tours carrées et une circulaire ne sont plus connues que de quelques érudits.

58Les deux opérations d’archéologie préventive menées à l’hôpital Sainte-Anne ont permis de mieux appréhender la liaison entre l’enceinte abbatiale et celle de La Halle (fig. 182) : la première semblant être arasée lorsque la seconde, particularisée par un pan coupé, est construite, probablement dans la seconde moitié du xiiie siècle. Leur nature, leur structure ainsi que leur technique et mode de construction ont été étudiées. Des fossés ont été étudiés en avant de chacune d’elles.

Fig. 182. Saint-Mihiel. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/20 000, d’après Kraemer, 1993. 1. De 820 à 1090 ; 2. De 1090 à 1251 ; 3. Après 1251. DAO : H. Duval/INRAP.

Notes

293 D’autres y sont établis en 903-904, en 962, en 972 et encore en 1068 (Lesort, 1903 : 97, 119-122, 130-132, 146-149).

294 Girardot, 1974 : 40, note 62. En 1220, le comte de Bar conclut un accord avec la régente de Champagne où ils s’interdisaient mutuellement de retenir leurs juifs (voir aussi, Grosdidier de Matons, 1922 : 528). Un juif, du nom de Pinon habitait le bourg de Saint-Mihiel au xiiie siècle (AD M 4 H 10, fo 115r). Un des plus anciens documents concernant les juifs du Barrois date de 1231 : le comte de Rethel est endetté envers un juif de Saint-Mihiel (Grosdidier de Matons, 1922 : 115, no 456). C’est à Saint-Mihiel que se trouvait en 1321 le cimetière des juifs du Barrois (ADM B 492  fo 18 vo). En avril 1323, le comte de Bar fait dresser l’inventaire des biens des “juifs demorant à Saint-Mihiel en la contey” (AD M B 492  f o 44 ro).

295 AD M C 2.

296 AM Saint-Mihiel, CC 14, DD 7.

297 Cf. description ci-dessous.

298 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 161).

Table des illustrations

Légende Fig. 159. Saint-Mihiel. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 160. Saint-Mihiel. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral napoléonien, échelle 1/10 000. DAO : H. Duval/INRAP et Ch. Kraemer/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 161. Saint-Mihiel. Micro-topographie et tracé supposé des enceintes, échelle 1/5 000. DAO : H. Duval/INRAP ; Ch. Kraemer/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 162. Saint-Mihiel. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral (dessin E. Duriez © Inventaire Général, ADAGP, 2001), échelle 1/5 000. DAO : H. Duval/INRAP ; Ch. Kraemer/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 163. Saint-Mihiel. Élévations sud et ouest de la tour (repère A sur fi g. 162), échelle 1/100. DAO : I. Ferraresso / Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 164. Saint-Mihiel. Profil du larmier, échelle 1/10. DAO : I. Ferraresso / Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 165. Saint-Mihiel. Signes lapidaires, échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 166. Saint-Mihiel. Plan de l’ouverture de tir de la tour (repère A sur fig. 162), échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 167. Saint-Mihiel. Vue vers l’est de la tour (repère B). Cliché : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 168. Saint-Mihiel. Vue nord de l’arrachage de la courtine (repère D). Cliché : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 169. Saint-Mihiel. Élévation sud-est de la courtine (repère D), échelle 1/50. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 170. Saint-Mihiel. Vue d’ensemble vers l’est de la courtine (repère E). Cliché : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 171. Saint-Mihiel. Élévation partielle ouest de la courtine (repère E), échelle 1/100. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 172. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Emprise des fouilles et principaux vestiges observés, échelle 1/400. Relevé F. Adam, R. Lansival. DAO : É. Rouger / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 173. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Plan des sondages VIII et IX, échelle 1/100. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 174. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Enceinte conventuelle, coupes dans sondage VIII, parements est et ouest, échelle 1/40, localisation fig. 173. Relevés : F. Adam, R. Lansival ; DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 175. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Sondage IX, coupe du fossé conventuel (3000), échelle 1/40, localisation fig. 173. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 176. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Fossé 3000 comblé par la fondation du mur 1028, vue vers le nord, localisation fig. 173 (coupe EE’). Cliché : R. Lansival/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 177. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Parement externe de l’enceinte urbaine du xiiie siècle (US 1025-1028-1089), échelle 1/100. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : H. Duval, M. Mondy / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 178. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Lambeau du parement interne de l’enceinte urbaine du xiiie siècle dans la maison no 5, échelle 1/80. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : H. Duval, M. Mondy / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 179. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Sondages I et III, parement extérieur de l’enceinte urbaine du xiiie siècle, échelle 1/40. DAO : H. Duval / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 180. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Stratigraphie des abords extérieurs de l’enceinte urbaine, sondages I, II et III, échelle 1/40. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 181. Saint-Mihiel. Hôpital Sainte-Anne. Parement interne du pan coupé de la courtine (US 1004), échelle 1/80. Relevé : F. Adam, R. Lansival ; DAO : H. Duval et É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 182. Saint-Mihiel. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/20 000, d’après Kraemer, 1993. 1. De 820 à 1090 ; 2. De 1090 à 1251 ; 3. Après 1251. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12784/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search