Version classiqueVersion mobile

Les cimetières mérovingiens de la côte chalonnaise et de la côte mâconnaise

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Introduction

Texte intégral

1Moins connues que la Côte "bourguignonne" qu'elles prolongent en Bourgogne méridionale, la Côte chalonnaise et la Côte mâconnaise n'en représentent pas moins une réalité géographique incontestable, un milieu aisément définissable dans ses grandes lignes : c'est un ensemble de terrains sédimentaires à dominante calcaire, constituant une sorte de gradin d'altitude modeste (rarement plus de 400 mètres) entre l'échine cristalline des monts du Charolais prolongés par le horst de Mont-Saint-Vincent, à l'Ouest, et la plaine de la Saône à l'Est (pl. 1).

2Les limites septentrionale et méridionale coïncident à peu près avec celles du département de Saône-et-Loire : contact avec le Beaunois souligné par la vallée de la Dheune dans la région de Chagny, au Nord, et passage progressif des terrains sédimentaires aux terrains cristallins du Beaujolais, au Sud. La limite orientale est facile à déterminer puisqu'elle suit un talus bien marqué, présentant une indentation profonde drainée par la Grosne, affluent de la Saône ; cette dernière coule soit à près de 20 km de la Côte (Chalonnais), soit au pied même (Maçonnais) en raison d'un décrochement qui a décalé l'ensemble vers l'Est, faisant du Tournugeois un large promontoire s'avançant en direction de la plaine chalonnaise.

3Vers l'Ouest, notre domaine s'interrompt au contact entre sédimentaire et cristallin. Mais si cette ligne est claire, facile à tracer au Nord, où la Côte chalonnaise ne dépasse pas une douzaine de km de largeur, il n'en est pas de même au Sud, où la structure géologique est beaucoup plus complexe. Après avoir beaucoup hésité, nous avons opté finalement pour une limite assez occidentale englobant une bonne partie du Clunysois aux terrains surtout sédimentaires, mais aussi cristallins à certains endroits, région qualifiée parfois de Montagne mâconnaise.

4A cette petite exception près, le milieu ainsi défini offre une unité certaine : il est essentiellement rural, avec des oppositions de paysages fréquemment répétées entre petits plateaux calcaires boisés ou couverts de "chaumes", coteaux riants encore en partie consacrés à la vigne, et dépressions argileuses convenant à l'herbe. Un tel relief s'explique par les mouvements de l'ère tertiaire (failles nombreuses, basculements) qui ont créé une structure monoclinale (avec alternances de roches de résistance inégale) favorable au dégagement de cuestas par l'érosion (pl. 2). Quelques nuances existent enfin entre le Sud-Est plus "aéré" par les failles, plus chaud aussi, et les régions du Nord et de l'Ouest, plus massives, plus froides.

5L'inconvénient d'un tel domaine est que ses limites ne correspondent pas à celles des circonscriptions du Haut Moyen Age : nous n'étudierons donc qu'une partie des pagi de Chalon et Mâcon, ainsi qu'une frange de ceux de Beaune et Autun (pl. 1). En revanche, les avantages nous ont paru décisifs ; ils tiennent surtout à une cause, la nature du sous-sol (à dominante calcaire), qui a permis le repérage de nombreuses nécropoles grâce à la bonne conservation des ossements et grâce à un mode d'inhumation fréquemment employé, les caissons de dalles. L'homogénéité d'ensemble de ce domaine permettait d'autre part d'envisager l'examen de problèmes tels que l'adaptation aux conditions naturelles ou la définition de nuances régionales plus purement liées à des faits humains (l'influence germanique en particulier). Précisons d'ailleurs que les régions voisines, à l'Ouest et à l'Est, sont beaucoup plus mal connues et n'ont donné lieu qu'à peu de découvertes fortuites et, à plus forte raison, de fouilles (seule exception, de taille : Charnay). Cette méconnaissance, manifestement liée à de plus mauvaises conditions de conservation des ossements (sols acides) et à la rareté des tombes sous dalles (nature du sous-sol) ne nous empêchera pas cependant de procéder à des comparaisons, dans la mesure du possible.

6Nous avons également la chance de posséder, pour le Maçonnais et le Chalonnais, les répertoires de G. Jeanton et L. Armand-Calliat, qui, s'ils sont axés sur l'époque gallo-romaine, apportent également une foule de renseignements pour la période qui nous intéresse. Toutefois, ces notes avaient besoin d'être complétées, mises à jour et examinées de façon critique, car toutes les tombes sous dalles de la région ne sont pas mérovingiennes, "barbares" ou, a fortiori, "burgondes". Nous avons donc, chaque fois que cela a été possible, recherché et consulté les sources originales, examiné les objets afin de préciser, voire de corriger les conclusions de nos prédécesseurs à la lumière des acquisitions récentes de l'archéologie mérovingienne. Le résultat en est consigné dans le catalogue des sites qui fait l'objet de notre première partie.

7Nous avions envisagé par ailleurs de dessiner tout le mobilier •mérovingien trouvé dans la région, ce qui aurait donné un ensemble très utile pour les comparaisons régionales ou les synthèses futures. Une partie du matériel avait déjà été publiée, mais souvent dans des revues locales difficiles d'accès, avant restauration (ce qui est pour le moins gênant quand il s'agit de pièces damasquinées...), et restait donc méconnue, d'autant plus que ces objets sont parfois déposés dans de petits musées peu fréquentés. La majeure partie du mobilier restait inédite, en particulier celui provenant de l'important cimetière de Curtil. Toutefois, devant l'ampleur de la tâche, et étant donné la perspective d'une publication consacrée spécialement à ce dernier site, nous n'avons dessiné que le matériel inédit (sauf celui de Curtil) ainsi que quelques ensembles funéraires et séries d'objets d'un intérêt particulier : armes, céramiques, agrafes à double crochet et, surtout, garnitures de ceinture. En ce qui concerne ces dernières, nous nous sommes livré à une étude approfondie qui constitue la matière de notre seconde partie : toutes ont été dessinées par nous-même et sont examinées de façon détaillée. Un tel choix se justifie par l'intérêt tout particulier de ce type de matériel : souvent seul mobilier funéraire, il comprend de plus des pièces de grande qualité ; ajoutons que plusieurs études fondamentales en langue allemande viennent de paraître sur cette question et qu'il nous a paru intéressant et utile d'en confronter les résultats avec nos propres observations, dans le double but d'en préciser les conclusions et de les faire connaître plus largement en France.

8Enfin, nous n'avons pas voulu terminer sans un essai de synthèse portant sur les caractères généraux des nécropoles et du peuplement. Etant donné la nature de la documentation, souvent très insuffisante et hétéroclite, cette partie souffre de faiblesses évidentes et certaines de nos conclusions risquent d'être un jour remises en cause à la faveur de nouvelles découvertes. Nous pensons malgré tout qu'un tel essai se justifie, ne serait-ce que parce qu'il nous donne l'occasion de confronter les sources archéologiques locales à d'autres données. Il nous permet également de nuancer ou même de détruire certaines images toutes faites ayant cours de façon un peu trop générale dans l'archéologie mérovingienne ; ceci est particulièrement vrai d'ailleurs pour la Bourgogne, où les historiens ne peuvent fonder leurs études, depuis plus d'un siècle, pratiquement que sur un site, celui de Charnay, qui apparaît précisémént, dans l'état actuel de nos connaissances, comme un cas assez exceptionnel et donc peu révélateur de ce qu'a été la situation générale à l'époque mérovingienne dans cette région.

9Il ne nous reste qu'à espérer que les efforts que nous avons faits pour mener à bien ce long travail ne seront pas vains et qu'il rendra quelques services aux archéologues et aux historiens.

© ARTEHIS Éditions, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search